Vous êtes sur la page 1sur 4

WWW.FEB.

BE
>INFORFEB
La newsletter pour décideurs
[ 10 FÉVRIER 2011 – N° 5 ]

Représentation des femmes dans les sociétés cotées


Pour une approche équilibrée et réaliste !
sentativité de 30% de chaque sexe soit entreprise. En effet, le paysage des sociétés
atteinte, la moitié – au minimum – des nou- cotées est très diversifié : taille très différen-
veaux administrateurs nommés par période te (Bel 20; Bel Mid ou encore Bel Small),
consécutive de 3 ans devrait être des sociétés familiales, actionnariat de contrôle,
femmes. sociétés avec beaucoup de titres cotés….
La mise en œuvre de la recommandation
repose-t-elle sur l’arbitraire de la société ? Seule l’approche 'se conformer
Non ! ou expliquer' permet de prendre
La diversité au sein des conseils d’adminis- Cette recommandation se base sur le princi- en considération les spécificités
tration des sociétés cotées est nécessaire ; la pe 'se conformer ou expliquer', à savoir que de chaque entreprise.
mixité des genres en constitue un des fac- les sociétés sont obligées de suivre le Code
teurs importants. En 2010, un constat s’im- 2009 et, si elles ne le suivent pas, elles sont Évitons d’enfermer les sociétés cotées dans
pose : en Belgique, seules 7% de femmes tenues de se justifier. Depuis 2010, cette le cadre rigide de la loi et gardons une sou-
sont administratrices de sociétés cotées. approche est légalement reconnue et si les plesse suffisante pour tenir compte, dans un
Compte tenu de ce contexte socio-écono- administrateurs ne la mettent pas en œuvre, cadre transparent, de leurs caractéristiques.
mique, comment accroître la représentativité ils engagent leur responsabilité. De plus, les Retenons aussi les leçons des pays où des
des femmes ? Faut-il une loi imposant des actionnaires et les investisseurs – systèmes légaux de quotas ont été introduits.
quotas ou adopter une approche par le biais hommes/femmes – ont un droit de contrôle Ainsi, en Norvège, le pays toujours cité en
d’une recommandation ? La question fait sur la politique menée par la société en exemple avec un quota légal de 40% de
débat au Parlement. La FEB, qui regroupe matière de mixité des genres et, s’ils n’en femmes, on a assisté à un très important 'de-
l’ensemble des sociétés cotées belges, sou- sont pas satisfaits, ils peuvent le signifier au listing' et, ce qui est interpellant, c’est que
tient la recommandation de la Commission conseil d’administration ou quitter la société. 40% d’administrateurs norvégiens mention-
Corporate Governance (*) publiée le 11 jan- En effet, le rapport de gestion doit expliquer nent comme une – voire la seule – des
vier dernier. Cette recommandation précise le les mesures prises par la société pour amé- causes du 'delisting'… la réglementation sur
Code belge de gouvernance d’entreprise liorer la représentativité des femmes et il est l’introduction des quotas !
2009 (Code 2009). Elle prévoit que les soumis à l’assemblée générale. En outre, Soyons donc pragmatiques et optons pour
sociétés cotées devront d’ici 7 ans atteindre chaque année, la Commission Corporate une approche permettant rapidement et gra-
une représentation d’au minimum 30% d’ad- Governance dressera un bilan de l’impact de duellement d’améliorer la représentation des
ministrateurs de chaque sexe. À cette fin, la la recommandation. femmes !
Commission plaide pour une approche gra- Seule l’approche 'se conformer ou expliquer' THOMAS LEYSEN, PRÉSIDENT

duelle : lors de la nomination de nouveaux permet, par sa flexibilité, de prendre en (*) Pour le texte de la recommandation,
administrateurs, et jusqu’à ce que la repré- considération les spécificités de chaque www.corporategovernancecommittee.be

À ÉPINGLER LE CHIFFRE DE LA SEMAINE


> > Le gouvernement doit
ACCORD INTERPROFESSIONNEL
désormais veiller à son application intégrale … de femmes travaillant à temps plein
Parmi les femmes en âge de travailler, 1 sur 3 est active à

33%
DROITS DES CONSOMMATEURS > Les institutions européennes temps plein, près de 1 sur 4 à temps partiel et près de 1
suivent des lignes différentes sur 2 est sans activité professionnelle. La Belgique est ain-
si l’avant-dernier pays d’Europe, devant les Pays-Bas, en
FISCALITÉ > Consultation sur l’avenir de la TVA ce qui concerne le % de femmes travaillant à temps plein.
Cette situation s’explique par les nombreux incitants pour les emplois à temps partiels.

HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959 www.feb.be > publications > chiffres et faits
[ INFOR FEB 5 — 10 FÉVRIER 2011 ]

> DROITS DES CONSOMMATEURS afin d'aboutir à un accord sur la directive rela-
tive aux droits des consommateurs ne seront en
Les institutions européennes suivent tout cas pas simples.
des lignes différentes Stefaan Verhamme – sv@vbo-feb.be

Le Conseil de l’Union européenne a approuvé européen. Les chapitres sur lesquels aucune
le 24 janvier 2011 l’accord sur la directive unanimité ne s’est dégagée quant au niveau
> FISCALITÉ
‘droits des consommateurs’, tel qu'il a été d'harmonisation ont été supprimés du champ
conclu sous la présidence belge. Cet accord se d'application de la directive par le Conseil. Au Consultation sur l’avenir
fonde sur le principe de l’harmonisation com- Parlement européen en revanche, la
de la TVA
plète ciblée. Conformément à ce dernier, les Commission Marché intérieur et Protection des
États membres ne peuvent imposer au niveau consommateurs (IMCO) a voté le 1er février La Commission européenne estime que le
national des règles plus strictes en matière de 2011 en faveur d'une formule qui combine moment est venu, après 40 ans, de soumettre
protection des consommateurs que le prescrit harmonisation complète et harmonisation le régime de la TVA à un examen critique pour
minimale, laissant dans certains chapitres la accroître la cohérence avec le marché inté-
possibilité aux États membres d'appliquer des rieur, renforcer le potentiel du système comme
règles nationales plus rigoureuses. L'assemblée source possible de revenus, améliorer sa contri-
plénière du Parlement européen doit encore bution à la politique dans d’autres domaines et
se prononcer. réduire, dans le même temps, les coûts de res-
Les deux institutions européennes sui- pect et de perception. Dans ce but, la
vent des lignes différentes. La FEB souhaite Commission a lancé une consultation à laquel-
qu’un terme soit mis au morcellement qui exis- le il est possible de participer jusqu’au 31 mai
te en matière de protection des consomma- 2011. Presque tous les thèmes possibles sont
teurs et plaide dès lors pour le principe de abordés : traitement des transactions trans-
l'harmonisation complète. Dans cette pers- frontalières, neutralité du régime de TVA, sim-
pective, elle donne la préférence à la suppres- plification administrative, règles spécifiques
sion des chapitres pour lesquels l'harmo- pour les PME et les grandes entreprises, réduc-
nisation complète est impossible plutôt qu'au tion de la sensibilité à la fraude,… Au terme de
maintien de ces chapitres avec une possibili- cette consultation, la Commission présentera,
té de dérogation pour les États membres. Les dans le courant du second semestre de 2011,
négociations entre les institutions européennes sa nouvelle stratégie en matière de TVA, suivie >

ACTION FEB

> Débat fiscal national 2011 > Objectifs de formation : > La FEB à la Table ronde
Le 1er février dernier, la FEB, le cabinet d’avo- une lettre à la ministre ‘Single Market Act’
cats Tiberghien et moncode.be ont organisé le Milquet Le 27 janvier dernier, le SPF Économie a orga-
Débat fiscal national. Le point fort de cette édi- Les entreprises doivent consacrer 1,9% de leur nisé une Table ronde consacrée au Single
tion était le 50e anniversaire du fameux arrêt masse salariale à la formation. Les organisa- Market Act (SMA), une communication de la
Brepols de 1961, dans lequel la Cour de cas- tions représentatives des employeurs (FEB, Commission européenne contenant 50 propo-
sation a confirmé le droit du contribuable d’op- Unizo, Boerenbond, UCM, et UNISOC) esti- sitions concrètes visant à achever le marché
ter pour la voie la moins imposée. En ces temps ment que cet objectif est atteint pour 2008. intérieur. Le SMA fait actuellement l’objet
budgétaires difficiles, la doctrine Brepols est Elles ont adressé une lettre à la ministre d’une consultation publique à laquelle la FEB
cependant remise en question par certains. Le Milquet dans ce sens. Le rapport du Conseil participera. Après une introduction par Régis
moment était donc venu pour d’éminents central de l’économie indique en effet que les Massant, président du SPF Économie, ainsi
professeurs d’université, décideurs politiques, entreprises occupant plus de 10 travailleurs – qu’une présentation du contenu du SMA par
fiscalistes d’entreprise et conseillers fiscaux de soit le groupe de référence utilisé par l’enquê- Stefaan De Rynck, chef d'unité à la DG Marché
débattre de ce thème brûlant d’actualité. te comparative européenne CVTS (Continuing intérieur et Services de la Commission euro-
Alain Lecocq – ale@vbo-feb.be Vocational Training Survey) qui a servi à fixer péenne, plusieurs workshops ont été consa-
l’objectif de 1,9% – ont bien consacré 1,88% crés aux différents aspects du SMA
de leur masse salariale à la formation en 2008. (compétitivité, gouvernance d’entreprises,
Arrondi, cela donne 1,9%. Pour 2009, les énergie, économie numérique, etc.). Arnaud
chiffres ne sont pas encore définitifs, mais tout Thysen, membre du Département européen de
porte à croire que les efforts fournis seront la FEB, a participé au workshop ‘consomma-
aussi importants, malgré la crise financière qui teurs’ qui s’est penché, entre autres, sur les
a frappé durement nombre d’entreprises. propositions visant à promouvoir les modes
De g. à dr. Ahmed Laaouej (sénateur PS), Bruno Peeters Michèle Claus – mc@vbo-feb.be alternatifs de règlement des conflits.
(Université d'Anvers et cabinetTiberghien), Véronique
Tai (présidente de la Commission du Ruling) et Hilde Arnaud Thysen – at@vbo-feb.be
Wampers (Groupe Belgacom).
[ INFOR FEB 5 — 10 FÉVRIER 2011 ]
> ACCORD INTERPROFESSIONNEL

Le gouvernement doit désormais veiller à son application intégrale


Le syndicat libéral CGSLB et le syndicat socialiste FGTB ont rejeté ven- aspects de l'accord n'étaient pas satisfaisants, dans l'ensemble, les
dredi dernier le projet d'accord interprofessionnel (AIP) présenté le 18 points forts répondaient aux attentes des uns et des autres.
janvier au gouvernement. La FEB, Unizo, l’UCM et Agrofront avaient tour Les employeurs constatent que la majorité des membres du grou-
à tour accepté ce projet équilibré et pris leurs responsabilités dans des pe des Dix ont approuvé l’accord. Cette majorité ne peut être la victi-
circonstances difficiles. Ce fut également le cas du syndicat chrétien me du refus de certains. Le texte qui a été paraphé par l'ensemble du
CSC qui, tout en indiquant que le texte suscite des frustrations, avait groupe des Dix ne peut être renégocié. La FEB demande par conséquent
préféré voter favorablement parce que ce texte assure, entre autres, le au gouvernement de prendre ses responsabilités et de donner suite à
maintien du pouvoir d'achat et comprend une avancée définitive en ce l'AIP, en veillant à son application intégrale. Et ce, afin d'éviter de désa-
qui concerne le statut unique des travailleurs. La FEB, tout comme les vouer les partenaires principaux qui ont travaillé longuement pour par-
autres employeurs du groupe des Dix, ne peut dès lors pas cacher sa venir à un tel accord. Elle insiste en particulier sur l’aspect salarial (max
déception face à ce rejet par deux des partenaires sociaux. Si certains 0,3% d’augmentation en 2012 et prise en compte de l’étude du Conseil
central de l'économie sur le
mécanisme d’indexation) et sur le
dossier ouvriers-employés (coeffi-
Le syndicat chrétien CSC cients de convergence relatifs
avait préféré voter au préavis). L’ensemble des
favorablement parce que employeurs se déclare prêt à
ce texte assure, entre collaborer pleinement à cette

autres, le maintien du application.

pouvoir d'achat.

> en 2012 de propositions législatives concrètes. optique que la Belgique s'est dotée, le 6 avril constituent un cadre de base. Les sociétés
Le livre vert est disponible via le lien ci- 2010, d'une loi imposant aux sociétés cotées peuvent, si elles le souhaitent, prévoir de pro-
dessous. de décrire, dans leur rapport de gestion, les cédures plus développées.
Personne – ni les autorités ni les entre- principales caractéristiques du dispositif de Christine Darville – cda@vbo-feb.be
prises – ne contestera que le régime de TVA gouvernance en vigueur chez elles. C'est dans
actuel fonctionne mal, est trop compliqué et ce même esprit que la Commission Corporate (*) Les lignes directrices sont téléchargeables
sur www.corporategovernancecommittee.be
trop sensible à la fraude. Cette consultation est Governance avait, en 2009 déjà, publié une
une occasion unique de contribuer à sa remi- nouvelle édition du Code belge de gouvernan-
se à neuf. La FEB élabore en ce moment une ce d’entreprise, où elle recommandait de
> HARCÈLEMENT AU TRAVAIL
réaction. Toutes les contributions sont évi- mettre en place un cadre référentiel de contrô-
demment les bienvenues. le interne et de gestion des risques. Une nou- La FEB prend la parole
velle étape vient d'être franchie, avec la
Alain Lecocq – ale@vbo-feb.be au Parlement
publication – par ladite commission et en étroi-
http://ec.europa.eu/taxation_customs/ te collaboration avec l'un de ses membres, À la suite de plusieurs cas récents de harcèle-
common/consultations/tax/
l’Institut des réviseurs d’entreprises (IRE) – de ment au travail, un groupe de travail spécial de
2010_11_future_vat_en.htm
lignes directrices (*) destinées à aider les la Commission des Affaires sociales de la
sociétés cotées à mettre en œuvre les nou- Chambre a organisé la semaine dernière des
velles obligations légales ainsi que les recom- audiences avec des représentants des syndi-
> CONTRÔLE INTERNE DANS
LES SOCIÉTÉS COTÉES mandations du Code belge de gouvernance cats, des employeurs, des services de préven-
d’entreprise 2009. tion et des assistants sociaux. L'objectif
La Commission Corporate Véritable 'mode d'emploi' en matière de poursuivi consiste à mettre au jour les lacunes
Governance publie des description du dispositif de contrôle interne, dans la réglementation et la prévention
lignes directrices ces lignes directrices s'adressent aux sociétés actuelles, afin d'enrayer définitivement le har-
cotées, et plus particulièrement aux plus cèlement au travail. Des projets de loi ont éga-
À la suite de la crise financière, le législateur petites d'entre elles, qui éprouvent le plus de lement été introduits en vue de créer un
a voulu renforcer la transparence en matière de difficultés à décrire les principales caractéris- guichet neutre 'harcèlement au travail' auprès
gouvernance d’entreprise, plus particulière- tiques de leur système de contrôle interne. du SPF ETCS, d'imposer des sanctions plus
ment au niveau des systèmes de contrôle inter- Une centaine de questions ont été prévues sévères à ceux qui exercent l'autorité et de
ne et de gestion des risques. C'est dans cette pour les aider dans cet exercice. Ces lignes limiter la protection si un délégué syndical >
[ INFOR FEB 5 — 10 FÉVRIER 2011 ]

AGENDA 3e édition de la Social Academy Date et thème :


17 février – 14 u:
Lieu : FEB, Bruxelles
Contact : Nathalie Petit, T 02 515 09 64,
La 3e édition de la Social Academy, ce cycle de formation de 7 après-midis Négociations sociales. F 02 515 09 15, np@vbo-feb.be
sur différents aspects de la concertation sociale, poursuit sa route. Les Enseignements tirés de la Info & Inscription : www.feb.be, rubrique
sessions ont lieu d’octobre 2010 à mai 2011. pratique Social Academy

Dates and theme : Venue : FEB, Brussels


Specialised Study Programme (LL.M.) in Competition Law 18, 25 February, 4 Information & Inscription:
and Economics March: The law and Econo- www.brusselsschoolofcompetition.eu,
This course is divided into 12 'learning blocks': with 15 hours of taught mics of State Aid and other info@brusselsschoolofcompetition.eu
seminar for each learning block, this programme seeks to offer the Anti-Competitive State
strongest possible training in the various disciplines of competition Interventions
policy. From October 2010 to June 2011. From 12.30 p.m.
to 6.30 p.m.

Exécution ultérieure du projet d'AIP 2011 - 2012 Dates et lieux : Contact : Laurent Sempot, T 02 515 09 83,
21 février 2011 - FEB, F 02 515 09 15, ls@vbo-feb.be
Durant cette séance d’information, les experts de la FEB exposeront Bruxelles Info & Inscription : www.feb.be >
les résultats des négociations interprofessionnelles. 25 février 2011 - Manifestations & séminaires
Leonardo Hotels, Wavre
4 mars 2011 - Espace
Vinçotte, Gembloux
Plus d’infos > www.feb.be > Manifestations

> devait se rendre coupable de harcèlement. dé pour l'élaboration d'une stratégie intégrée et des réseaux intelligents. Enfin, l'Eurogroupe
Le véritable défi ne consiste pas à en matière d'innovation. Parmi les proposi- a fait une déclaration sur la crise de l'euro. Les
modifier une énième fois la législation relati- tions, on épinglera le développement de la propositions concrètes pour une meilleure
ve au bien-être, mais à lancer un message mobilité des chercheurs, l'accélération des coordination économique feront probablement
clair émanant de toutes les parties concer- procédures de normalisation et l'implication l'objet d'un débat lors d'un sommet européen
nées – employeurs, travailleurs, autorités et de l'industrie dans ce processus, ou encore spécial qui se tiendra au début du mois de
responsables politiques – quant au caractère l'élargissement de l'accès au capital à risque mars.
inacceptable du harcèlement. Soutenez ce transfrontalier et la simplification des pro- La FEB se félicite de la bonne place
message grâce à une approche à la mesure de grammes européens de R&D. Dans le cadre de réservée à l'innovation sur l'agenda politique.
votre entreprise (*) pour intervenir rapidement leurs économies, les États membres sont priés L’intérêt porté au capital à risque est positif.
et fermement face au harcèlement moral et d'accorder la priorité à des mesures stimulant Pour le reste, il est urgent d'étendre l'accès
aux signaux qui l’annoncent. la croissance dans les domaines de l'ensei- aux programmes européens de R&D et d’as-
Kris De Meester – kdm@vbo-feb.be gnement, de la recherche et de l'innovation. souplir ces derniers, et ce, surtout pour les
À cet égard, le tout récent ‘Innovation Union PME. Enfin, la FEB insiste sur la mise en
(*) Voir aussi www.feb.be > Publications > Scoreboard 2010’ s'avère instructif. La œuvre rapide d'un brevet unique de l'UE.
Briefings. Ce mois-ci vous trouverez un
Belgique y occupe la 6e place dans le classe- Michiel Humblet – guesteurop@vbo-feb.be
dossier complet sur la thématique du harcèle-
ment général de l'UE, grâce notamment à l'ex-
ment dans le magazine de la FEB, FORWARD.
cellence de ses systèmes de recherche et à ses
PME innovatrices. En matière d'énergie, la
mise en place d’un marché unique de l'éner- Vous cherchez des
> SOMMET EUROPÉEN
gie a été annoncée pour 2014, ce qui néces- salles de réunion
Innovation, énergie et sitera des investissements considérables au

euro à l’ordre du jour cours des prochaines années. D'ici à la mi- au cœur de Bruxelles ?
2011, il faudrait par ailleurs instaurer des
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

Le 4 février dernier, les dirigeants européens normes techniques pour les bornes de rechar-
ont débattu de l'innovation, de l'énergie et de ge destinées aux véhicules électriques et, d'ici
l'euro. Le Conseil européen a avant tout plai- à la fin de 2012, aussi pour des indicateurs

FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL


rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15

RÉDACTION : Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be La FEB propose un large éventail de
ÉDITEUR RESPONSABLE :
Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be
Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles
salles polyvalentes et modernes, à
PUBLICATION MANAGER: Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be des prix concurrentiels.
ANNEXES PUBLICITAIRES : ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com
CHANGEMENTS D’ADRESSE : FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be
COPYRIGHT : Reproduction autorisée moyennant mention de la source
Infos : Service Events
events@vbo-feb.be
L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de l'écosystè-
me forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est T +32 2 515 09 83
responsable d'un point de vue économique. F +32 2 515 09 15

Évaluer