Vous êtes sur la page 1sur 14

Couv Cest a toi que je confie 2009Ok.qxd:CouvMaitrise2005.

qxd 10/04/09 13:55 Page 1

Au XVIIIe siècle est découvert au Tibet un manuscrit


ancien utilisé depuis des siècles par les Lamas tibé-
C’est à toi
que je confie

Révisé par Sri. Ramatherio


tains comme base de leur philosophie. Certaines
recherches laissent entendre que l’auteur véritable
de ce manuscrit serait Akhenaton, pharaon égyptien
et fondateur d’un Ordre initiatique dont l’Ancien et
Mystique Ordre de la Rose-Croix perpétue de nos
jours les enseignements. Véritable recueil de pensées Révisé par Sri. Ramatherio
sur l’homme, l’observant dans toutes ses relations,
mettant en lumière les multiples aspects de la nature,
C’est à toi que je confie, œuvre riche de symbolisme et
empreinte de la connaissance des lois mystiques les
plus élevées, constitue pour chacun une source de


méditation : « Partout où le soleil brille, partout où

C’est à toi que je confie


souffle le vent, partout où il est une oreille pour
entendre et une conscience pour concevoir, que les
préceptes de la vie soient dévoilés, que les maximes de
vérité soient honorées et obéies. »

ISBN 978-2-914226-34-9

-:HSMJLE=WW[XY^: 14,50 €
Ce livre, qui n’engage que les idées de son auteur,
est publié par la Diffusion Rosicrucienne
et sous l’égide de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix.
Table des matières

Préface.......................................................................................... 9

Première partie
Instructions préliminaires................................................ 23

Livre premier
Les obligations de l’homme en tant qu’individu

De la considération................................................................... 27
De la modestie............................................................................ 29
De l’application.......................................................................... 31
De l’émulation............................................................................ 33
De la prudence........................................................................... 35
Du courage. ................................................................................. 37
Du contentement....................................................................... 39
De la tempérance...................................................................... 41

Livre deuxième
Les passions

De l’espoir et de la crainte..................................................... 47
De la joie et du chagrin........................................................... 49

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9


C’est à toi que je confie

De la colère.................................................................................. 51
De la compassion....................................................................... 53
Du désir et de l’amour............................................................. 55

Livre troisième
De la femme

De la femme................................................................................ 59

Livre quatrième
Consanguinité ou relations naturelles

Du mari. ....................................................................................... 65
Du père......................................................................................... 67
Du fils............................................................................................ 69
Des frères..................................................................................... 71

Livre cinquième
De la providence

Du sage et de l’ignorant.......................................................... 75
Du riche et du pauvre.............................................................. 77
Maître et serviteur................................................................... 81
Magistrats et sujets. ................................................................ 83

Livre sixième
Les devoirs sociaux

De la bienveillance................................................................... 89

6
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
Table des matières

De la justice. ............................................................................... 91
De la charité. .............................................................................. 93
De la gratitude........................................................................... 95
De la sincérité. ........................................................................... 97

Livre septième
De la religion

De la religion............................................................................ 101

Deuxième partie
Livre huitième
L’homme considéré en général

Du corps humain et de sa structure................................. 109


De l’usage des sens................................................................. 111
De l’âme humaine, de son origine
et de ses affections.................................................................. 113
Des périodes et des usages de la vie. ............................... 117

Livre neuvième
L’homme, ses infirmités et leurs effets

De la vanité............................................................................... 125
De l’inconstance....................................................................... 129
De la faiblesse.......................................................................... 133
Des limites de la connaissance. ......................................... 137

7
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
C’est à toi que je confie

De la misère.............................................................................. 141
Du jugement............................................................................. 145
De l’arrogance. ......................................................................... 149

Livre dixième
Des affections de l’homme,
nuisibles pour lui et pour les autres

De la convoitise........................................................................ 155
De la prodigalité...................................................................... 159
De la vengeance....................................................................... 161
De la cruauté, de la haine, de l’envie............................... 165
De la tristesse du cœur......................................................... 169

Livre onzième
Des avantages que l’homme
peut acquérir sur ses semblables

De la noblesse et de l’honneur............................................ 177


De la science et de l’érudition............................................. 181

Livre douzième
La manifestation du karma

De la prospérité et de l’adversité. ..................................... 187


De la souffrance et de la maladie...................................... 191
De la mort.................................................................................. 193

Terminologie........................................................................... 195

8
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
Des périodes et des usages de la vie

Comme le petit matin pour l’alouette, comme l’ombre


du soir pour la chouette, comme le miel pour l’abeille,
comme la charogne pour le vautour, telle est la vie pour
le cœur de l’homme.
Bien que lumineuse, elle n’éblouit pas ; bien qu’obs-
cure, elle ne déplaît pas ; bien que douce, elle n’écœure
pas ; bien que corrompue, elle n’interdit pas ; car qui
connaît sa vraie valeur ?
Apprends à estimer la vie comme il se doit ; tu seras
alors presque au faîte de la sagesse.
Ne pense pas avec le fou que rien n’a plus de valeur
que la vie, ne crois pas non plus avec le soi-disant sage
que tu dois la condamner. Ne l’aime pas pour elle, mais
pour le bien qu’elle peut apporter aux autres.
La vie ne s’achète pas avec de l’or, et aucune mine de
diamants ne permet de différer le moment où tu dois la
quitter. Consacre la suivante à la vertu.
Ne dis pas qu’il aurait mieux valu ne pas naître, ou
qu’il aurait mieux valu mourir jeune. N’ose pas non plus
demander à ton Créateur : « Où aurait été le mal, si je
n’avais pas existé ? » Tu peux faire le bien, le manque de
bien est mauvais, et si ta question est juste, voilà qu’elle
te condamne.

117
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
C’est à toi que je confie

Le poisson avalerait-il l’appât s’il savait que l’hame-


çon y est caché ? Le lion entrerait-il dans le piège s’il
voyait qu’il a été préparé pour lui ? Ainsi, l’âme ne doit
pas non plus disparaître avec cette argile dans laquelle
l’homme voudrait vivre ; un Dieu miséricordieux ne l’au-
rait pas non plus créée ; sache pourtant que tu dois vivre
encore et encore.
Comme l’oiseau enfermé dans la cage avant qu’il ne
la voie ne se blesse pourtant pas contre les barreaux,
de même, tu n’œuvres pas en vain pour t’échapper de
l’état où tu te trouves, mais sache qu’il t’a été imparti et
contente-toi de cela.
Bien que ses chemins soient rocailleux, ils ne sont
néanmoins pas tous douloureux. Adapte-toi à tous et là
où tu trouves la moindre apparence de mal, suspecte un
plus grand danger.
Si ton lit est de paille, dors en sécurité, mais si tu te
couches sur des roses, prends garde aux épines !
Une mort noble vaut mieux qu’une mauvaise vie,
efforce-toi donc de vivre aussi longtemps que tu le dois,
et non pas aussi longtemps que tu le peux. Comme ta vie
a plus de valeur pour les autres que ta mort, il est de ton
devoir de la préserver.
Ne te plains pas avec le fou que le temps passe trop
vite ; souviens-toi qu’avec les jours qui s’égrènent tes
soucis diminuent.
Si tu enlèves de ta vie tout ce qui en est inutile, qu’en
reste-t-il ? Retire le temps de ton enfance, de l’adoles-
cence, ton sommeil, les heures à ne rien penser, les jours
de maladie, et même les années de plénitude, en vérité,
combien de saisons dénombres-tu alors ?

118
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
Des limites de la connaissance

S’il est quelque chose de beau, de désirable, quelque


chose digne de louange et qui soit à portée de l’homme,
n’est-ce point la connaissance ? Et pourtant qui l’a vrai-
ment atteinte ?
L’homme d’État proclame qu’il la détient ; le sou-
verain en fait la louange ; mais où est le sujet qui la
possède ?
Le mal n’est pas nécessaire à l’homme, et le vice ne
doit pas être nécessairement toléré ; et pourtant, combien
de maux sont-ils permis avec la connivence des lois ?
Combien de crimes commis grâce aux décrets du conseil ?
Mais sois sage, oh ! Souverain, et apprends, oh ! toi
qui dois commander les nations : un crime que tu auto-
rises est pire que dix qui restent impunis.
Lorsque tes sujets sont nombreux, lorsque tes fils
augmentent à ta table, ne les envoies-tu pas massacrer
l’innocent et tomber sous les coups de celui qui ne les a
pas offensés ?
Si l’objet de tes désirs réclame la vie de mille êtres
humains, ne dis-tu pas : je le ferai ? Tu oublies sûrement
que Celui qui t’a créé les a aussi créés ! Et que leur sang
est aussi riche que le tien, leur âme que la tienne.
Dis-tu que la justice ne peut être rendue sans erreur ?
Sûrement, tes paroles te condamnent.

137
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
C’est à toi que je confie

Toi qui nourris le criminel de faux espoirs pour qu’il


confesse sa faute, n’es-tu pas un criminel vis-à-vis de
lui ? Es-tu moins coupable parce qu’il ne peut te punir ?
Quand tu envoies à la torture celui qui n’est que sus-
pect, te souviens-tu que c’est peut-être un innocent que
tu martyrises ?
As-tu atteint le résultat recherché ? Ton âme est-elle
satisfaite par son aveu ? La souffrance le force à dire ce
qui n’est pas et la douleur pousse l’innocent à s’accuser
lui-même.
Oh ! Quel aveuglement à toute vérité ! Oh ! Quel
manque de sagesse ! Sache que lorsque ton juge te
demandera des comptes pour cela, tu préféreras avoir
laissé en liberté dix mille coupables, plutôt que d’avoir
retenu un seul innocent.
Ignorant comme tu l’es pour rendre la justice, com-
ment parviendras-tu à la connaissance de la vérité ?
Comment accéderas-tu à son trône ?
Comme le hibou est aveuglé par les rayons du soleil,
l’éclat de son visage t’éblouira quand tu t’en approcheras.
Pour atteindre son trône, il te faudra d’abord t’incli-
ner à ses pieds ; avant de la connaître, il te faudra d’abord
reconnaître ta propre ignorance.
La vérité est plus précieuse que les perles, cherche-la
donc soigneusement ; l’émeraude, le saphir et le rubis ne
sont que boue à ses pieds ; recherche-la donc vaillamment.
Le chemin qui mène à elle est laborieux : l’attention
te guidera vers son port. Mais ne te fatigue pas en che-
min, car au moment où tu l’atteindras, le labeur devien-
dra un plaisir.

138
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
De la noblesse et de l’honneur

La véritable noblesse réside dans l’âme ; de même, il


n’est d’honneur véritable que dans la bonté.
Les crimes ne peuvent conduire leur auteur à la
véritable gloire. Ce n’est pas l’or qui donne à un homme
sa noblesse. Lorsque les titres viennent récompenser la
vertu, lorsque est élevé celui qui a servi son pays, celui
qui confère les honneurs ressent la gloire comme celui
qui les reçoit, et le bienfait s’étend au monde entier.
Désires-tu être élevé sans que les hommes sachent
pourquoi, ou voudrais-tu qu’ils puissent dire « Pourquoi
cela ? »
Quand les vertus du héros sont transmises à ses
enfants, ses titres les accompagnent, mais lorsque celui
qui les possède est différent de celui qui honora ces titres,
ne le traite-t-on pas de dégénéré ?
Les titres héréditaires sont considérés comme les
plus nobles, mais la raison parle en faveur de celui qui
les a acquis.
Celui qui, n’ayant aucun mérite, en appelle aux
actions de ses ancêtres pour se grandir, est semblable
au voleur qui demande protection en se réfugiant dans
le sanctuaire.
Où est le bien pour l’aveugle dont les parents
pouvaient voir ? Où est le profit pour le muet dont le

177
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
C’est à toi que je confie

grand-père pouvait parler ? De même, qu’en est-il de


l’homme vil qui eut de nobles ancêtres ?
Un esprit prédisposé à la vertu grandit celui qui le
possède et l’élève, sans titres, au-dessus du commun des
mortels.
Il acquerra les honneurs alors que d’autres les
reçoivent, et ne leur dira-t-il pas : « Tels furent les hommes
dont vous vous glorifiez d’être les descendants » ?
Comme l’ombre attend la fortune, les vrais honneurs
attendent la bonté.
Ne dis pas que les honneurs sont enfants de l’audace,
ne pense pas non plus que seuls les hasards de la vie
peuvent en payer le prix : les honneurs ne naissent pas
des actes mais de la manière dont ils sont accomplis.
Tous ne sont pas appelés à tenir les rênes de l’État
ni à conduire ses armées ; agis au mieux dans la charge
que l’on t’a confiée et on fera ton éloge.
Ne dis pas que les difficultés doivent nécessairement
être vaincues ou que le travail ou le danger pavent le
chemin de la célébrité. Ne fait-on pas la louange de la
femme pudique ? L’honnête homme ne mérite-t-il pas
d’être honoré ?
La soif de renommée est violente, le désir d’honneurs
est puissant et Celui qui nous les a donnés l’a fait dans
un grand dessein.
Quand des actions désespérées sont nécessaires pour
le bien public, quand nos vies doivent être exposées pour
le salut de notre pays, seule l’ambition peut renforcer la
vertu.

178
© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-34-9
pages_vierges:Mise en page 1 24/06/2011 11:38 Page 1
Couv Cest a toi que je confie 2009Ok.qxd:CouvMaitrise2005.qxd 10/04/09 13:55 Page 1

Au XVIIIe siècle est découvert au Tibet un manuscrit


ancien utilisé depuis des siècles par les Lamas tibé-
C’est à toi
que je confie

Révisé par Sri. Ramatherio


tains comme base de leur philosophie. Certaines
recherches laissent entendre que l’auteur véritable
de ce manuscrit serait Akhenaton, pharaon égyptien
et fondateur d’un Ordre initiatique dont l’Ancien et
Mystique Ordre de la Rose-Croix perpétue de nos
jours les enseignements. Véritable recueil de pensées Révisé par Sri. Ramatherio
sur l’homme, l’observant dans toutes ses relations,
mettant en lumière les multiples aspects de la nature,
C’est à toi que je confie, œuvre riche de symbolisme et
empreinte de la connaissance des lois mystiques les
plus élevées, constitue pour chacun une source de


méditation : « Partout où le soleil brille, partout où

C’est à toi que je confie


souffle le vent, partout où il est une oreille pour
entendre et une conscience pour concevoir, que les
préceptes de la vie soient dévoilés, que les maximes de
vérité soient honorées et obéies. »

ISBN 978-2-914226-34-9

-:HSMJLE=WW[XY^: 14,50 €