Vous êtes sur la page 1sur 11

INTRODUCTION

Les essais non destructifs consistent à prendre des mesures qui n’endommagent
pas les constructions, Ils représentent des méthodes de reconnaissance
couramment appliquées aux structures de bâtiments ; visant à contrôler la qualité
de la construction et de mesurer les caractéristiques des matériaux ; ces essais
sont rapides et faciles à mettre en œuvre ; on les utilise dans plusieurs domaines
différents (les industries de production, médical, génie civil…) Il existe
différents types d’essai non destructif tel que l’essai au scléromètre, essai
d’auscultation sonique, méthode combinée...

L'essai non destructif du béton est de grande importance scientifique et pratique.

Une gamme d’essais non destructifs in-situ, a été développée, par tant de
chercheurs dans ce domaine : Le premier essai non destructif à été réalisé par
WILLIAMS EN (1936), en suite et pendant le développement de domaine de
construction, ERNEST SCHMILT (1948), JONES (1962), WHITEHURST
(1966), MALHOTRA (1976) a présenté une enquête complète de littérature sur
les méthodes non destructives normalement utilisées pour l'essai et l'évaluation
du béton, BUNGEY (1982). Au milieu des années soixante SKRAMTAEV ET
LESHCHINSKY (1966) ont proposé pour la première fois l'utilisation de deux
méthodes non destructifs ensembles, et le travail le plus fondamental à ce sujet a
été présenté par FACAOARU (1969).

Dans les lignes suivantes, on va commencer à parler d’essais non destructif, son
but d’utilisation, les domaines d’applications etc., ensuite on touchera les points
relatifs à différents types d’essais, enfin, on va terminer en parlant de quelques
instruments mesures utilisées pour le suivi et la recherche de fissures dans les
éléments en béton.

CHAP I  : Essais non destructifs


I.1 Définition

Comme son nom l’indique ce sont des essaies effectués sur une pièce sans qu’il
ait détérioration, destruction de la pièce. Les essais non destructifs sont pratiques
in situ, consistent à prendre des mesures qui n’endommagent pas les
constructions, et permettent également de contrôler les performances
mécaniques du béton. Ils représentent des méthodes de reconnaissance
couramment appliquées aux structures de bâtiments.

Contrairement aux essaie destructifs qui consistent à faire subir une détérioration
a la pièce et créant ainsi une déformation irréversible.

I.1.1Le but d’utilisation des essais non destructifs

Les essais non destructifs visent à contrôler la qualité de la construction et


mesurer de façon indirecte les caractéristiques des matériaux à savoir :

La résistance

L’homogénéité

La porosité

I.1.2 Quand utiliser les essais non destructifs ?

• pendant la fabrication

Contrôle Matière

Suivi de Process (chaîne de production)

Recette

• pendant l’utilisation

Suivi Réglementaire

Expertise

Maintenance

La durabilité

I.2Le secteur d’application des essais non destructif

Les essais interviennent dans plusieurs domaines en raison de leurs apports en


termes de qualité à savoir :

 Industries de production
 Industries du transport
 Industries Agroalimentaire
 Industries énergétiques
 Industries du bois et du papier
 Médical
 Génie Civil - Ponts & Chaussées
Béton, béton armé, bâtiments divers, centrales nucléaires,
Etat des routes, des ponts, des pistes d’atterrissage
 Etc. ……

Les essais non destructifs présentent les avantages suivants :


 La performance ou l’état de la structure n’est pas modifié.
 La possibilité de suivre le changement des propriétés du béton dans le
temps.
 Une progression plus rapide et plus économique.
 Une plus grande sécurité.

CHAP II TYPES D’ESSAI NON DESTRUCTIFS


Il existe plusieurs types d’essai dont on peut citer

 Essai au scléromètre
 Essai d’auscultation dynamique

II.1Essai au scléromètre

C’est un essaie effectue par un appareil appelé scléromètre qui est composé
d’une masselotte chargée par un ressort, qui est projetée sur une tige métallique
en contact avec la surface du béton. L’essai au scléromètre consiste à projeter
cette masse sur la surface du béton avec une énergie initiale constante. Suite au
choc, une partie de l’énergie est absorbée par le béton, l’autre partie provoque le
rebondissement de la masse. L’énergie d’impact est produite par un système de
ressorts dont l’amplitude du mouvement de recul est fonction de L’énergie de
recul ; Caractéristiques des systèmes de ressorts, La mesure de la dureté au choc
permet d’évaluer la résistance d’un béton de manière non destructive. Cette
méthode est intéressante en raison de sa simplicité ; elle permet de faire
rapidement des contrôles de régularité des bétons d’un ouvrage.
Photo de scléromètre

II 1.1Le Principe
Le principe de l’essai au scléromètre consiste a presser l’appareil contre la
surface a tester jusqu’au déclenchement de la percussion de la masselotte sur la
tige. Il est à noter que le rebond de la tige dépend de la dureté de la surface
soumise à l’essai.

Dans l’essai au scléromètre une masse approximative de 1.8 kg montée sur


un ressort a une quantité potentielle fixe d’énergie qui lui est transmise par un
ressort tendu à partir d’une position fixe, ce que l’on obtient en pressant la tête
du marteau contre

la surface du béton mis à l’essai. Lors de son relâchement, la masse rebondit


depuis la tête, toujours en contact avec la surface du béton et la distance qu’elle
parcourt, exprimée en pourcentage de l’extension initiale du ressort est appelée
l’indice de rebondissement. Cet indice est indiqué par un curseur qui se déplace
le long d’une règle graduée.

Quelques modèles de scléromètres impriment le relevé des résultats sur un


rouleau de papier paraffiné. L’indice de rebondissement est une mesure
arbitraire, car elle dépend de l’énergie emmagasinée par le ressort et de la
dimension de la masse
,

II1.2Le mode opératoire


a) La préparation de la surface

Les surfaces de béton testées doivent être brutes, l’enduit (ou la peinture)
doit être éliminé ainsi que les couches de laitance et les particules étrangères
qui seront poncées.
Les zones présentant des nids de graviers des écaillages, une texture
grossière, une porosité élevée, des armatures exposés doivent être évitées.

Au moment de l’utilisation, l’appareil doit être positionné horizontalement


car il est étalonné pour fonctionner dans cette position. Dans le cas
d’utilisation sur des surfaces inclinées, il est nécessaire de faire une
correction

b) La prise de mesure

La surface de mesure doit être divisée en zones de 400 cm² au moins, et


structurée en une grille de points de mesure ayant pour espacement d = 30 50
mm Les points de mesures extrêmes doivent être au moins à 30 mm des
bords de la surface testée.

Grille de mesure sur ouvrage

Effectuer au moins 10 mesures successives dans la même zone. La surface de


cette zone est équivalente à celle d’un carré d’environ 25 cm de côté. Au cours
de ces mesures, il convient de ne pas effectuer l’essai à moins de 3 à 4 cm des
bords de l’élément testé.

II.1.3AVANTAGES DE L’ESSAI AU SCLEROMETRE

L’essai au scléromètre présente son avantage en qui est de la facilité de


pouvoir déterminer les différentes caractéristiques du béton notamment
l’homogénéité du béton dans une structure ou lors de la confection
d’éléments préfabriques NEVILLE (2000), et du fait qu’il est facilement
portatif, ce qui fait que son utilisation soit simple.
C’est une méthode peu coûteuse, simple et rapide. FELDMAN (1977).

II.1.4 INCOVENIENT DE L’ESSAI AU SCLEROMETRE


Bien que l’essai au scléromètre soit utile, il ne constitue pas une mesure
fiable de la résistance du béton compte tenu des paramètres influents la
précision de détermination de cette résistance.
CHAP  : III ESSAI D’AUSCULTATION DYNAMIQUE
Connu sous le nom d’essai aux ultrasons, cet essai permet de déterminer la
vitesse de propagation d’ondes longitudinales (de compression) à travers un
élément en béton. Le principe de la méthode consiste à mesurer le temps mis par
une onde à parcourir une distance donnée.

III.1PRINCIPE 

Le principe de l’essai consiste à mesurer la vitesse du son à l’intérieur du


béton ; cette vitesse est d’autant plus élevée que le béton a un module
d’élasticité plus important, donc à priori une résistance plus importante. On
produit un train d’impulsion de vibration au moyen d’un émetteur appliqué sur
l’une des faces de l’élément à contrôler. Après avoir franchi une longueur de
parcours (L) dans le béton, l’impulsion de vibration est convertie en un signal
électrique à l’aide d’un récepteur et la base de temps électronique permet de
mesurer le temps de propagation des ondes ultrasonores t.

L’appareil comprend les accessoires suivants :

- Un générateur d’impulsions électriques,


- Paire de transducteurs,

- Un amplificateur,

- Un dispositif électronique de mesure de temps permettant de mesurer la durée


écoulée entre le départ d’une impulsion générée par le transducteur ; émetteur et
son arrivée au transducteur ; récepteur,

- Un barreau de calibrage est fourni pour permettre d’obtenir une ligne de


référence du mesurage de la vitesse.

ESSAI
ULTRASONIQUE

1- Préparation de l’éprouvette

Pour qu’il y ait un contact parfait entre le béton et les transducteurs, il est
recommandé d’employer un matériau intermédiaire entre les deux et en prenant
soin de vérifier que l ‘appareil est bien appliqué contre la surface à tester. Les
matériaux d’interposition sont la vaseline, un savon liquide ou une pâte
constituée de Kaolin et de glycérol. Lorsque la surface de béton est très
rugueuse, il est nécessaire de poncer et d’égaliser la partie de la surface où le
transducteur sera fixé.

2- Point de mesure

Le nombre de points de mesures dépend des dimensions de l’ouvrage testé. Pour


un grand panneau (dalle, voile, radier, …) les points de mesures sont situés aux
intersections d’un quadrillage d’une maille de 0.5 m, le cas des petits éléments
(poteaux, poutres…) les mesures se font en six points.
3- Disposition du transducteur

Il est possible de mesurer la vitesse de propagation du son en plaçant les deux


transducteurs sur des faces opposées « Transmission directe », sur des faces
adjacentes « Transmission semi-directe » ou sur la même face « Transmission
indirecte ou transmission de surface » en cas de structure ou d’éprouvette de
béton.

• Expression des résultats

La vitesse de propagation du son à travers le béton est déterminée par la formule


suivante :
L
V= T

Où :

V : est la vitesse de propagation du son, en km/s ;

L : est la longueur de parcours, en mm ;

T : est le temps que met l’impulsion pour parcourir la longueur, en µs.

• Classification du béton d’après la vitesse du sol

CHAP IV LE SUIVI ET LA RECHERCHE DES FISSURES

Les bétons tout comme d’autres matériaux possèdent certaines caractéristiques


qui les rendent sensibles à différents phénomènes naturels notamment la
sècheresse, qui pourrait aller jusqu'à engendrer une déformation qui se traduit
par une présence des fissures qui évoluera au cours du temps. 

Pour mesurer les fissures et suivre leur évolution dans le temps, il existe
plusieurs instruments dont :

1) LES Fissuromètres
Instruments de mesure qui consistent à assurer la surveillance de l’activité de
fissure sur les éléments en bétons.
Ils se diversifient par plusieurs types à savoir :
2)Fissurometre a plurinno

Quelles sont les caractéristiques du fissuromètre PLURINNO ?


Le fissuromètre PLURINNO se compose de trois petites plaques articulées
accompagnant le déplacement de deux plots fixés de part et d’autre de la fissure.
Ces plots sont fixés sur le mur par collage (un tube de gel cyanoacrylate est
fourni avec l’appareil) ou bien au moyen de vis (un trou à travers les plots peut
recevoir une vis de diamètre 4,5 mm). La pose est très simple, le collage ne
demandant que 10 à 15 secondes. Les trois plaques articulées forment deux
triangles homothétiques, ce qui détermine l’agrandissement du déplacement des
deux plots.

Photo Fussomètre plurinno


3)Fussomètre grad ue
Il permet de lire à plusieurs dates sur les graduations l’ouverture progressive de
la fissure au cours de son évolution dans le temps.
CONCLUSION
Les essais non destructifs sont d’une importance capitale dans le monde en plein
évolution notamment dans de construction car ils peuvent être appliqués au
même endroit ou presque, ce qui permet de suivre les changements des
propriétés du béton dans le temps ; avec divers avantages comme la performance
ou l’apparence de la structure n’est pas modifiée ; la possibilité de suivre le
changement des propriétés du béton dans le temps ; une plus grande sécurité, et
une meilleure planification de la construction ; une progression plus rapide et
plus économique. Nous remarquons que les essais non destructifs représentent
des apports indispensables dans tous les domaines ce qui contribue justement au
bien-être de l’humanité.

BIBLIOGRAPHIE

 J P TROTIGNOM. precis chantier. Edition nathan,1999


 Cours Essais non destructifs,
o Université de Biskra
 Cours Essais non destructifs,
o Université saad dahleb-blida

Thème : ESSAIS NOM DESTRUCTIFS (Recherche et suivi des fissures dans


les bétons).

Réalisé par :
IRERA Ascension
Issabbre Hamadoun
Faculté : Génie civil
Section B2