Vous êtes sur la page 1sur 285

Conforme au Programme

Officiel marocain

AZIZ AFAADAS

e
2 bac sciences maths A&B

Option francaise
Cours détaillés
Exercices résolus
e
2 bac sciences maths A&B

Option francaise
Cours détaillés
Exercices résolus

AZIZ AFAADAS
Proffeseur d’enseignement secondaire qualifiant
Email :a .afaadas@gmail.com
Table des matières
Continuité et limites Erreur ! Signet non défini.
Limite d’une fonction en un point 7
II) Continuité d’une fonction numérique 8
exercices résolus 20
Exércices et problèmes Erreur ! Signet non défini.

Les suites numériques Erreur ! Signet non défini.


Rappel 33
Limite d’une suite numérique 34

Suites de tupe u n 1  f (u n ) ; v n  f (u n ) 43

Les suites adjacentes 46


Exércices résolus 49
Exércices et problèmes 53

Dérivabilité, étude des fonctions et les fonctions primitives 70


Dérivabilité d’une fonction numérique (rappel) 71
La fonction dérivée 72
La dérivée et variations d'une fonction 74
La fonction réciproque d’une fonction continue et strictement monotone 75
V) fonctions réciproques usuelles 78
VI) les fonctions primitives 88
VII) Etude des fonctions numériques 92
Exércices resolus 96
Exércices et problèmes Erreur ! Signet non défini.

Fonction logarithme népérien 129


Fonction logarithme népérien 130

Etude de la fonction ln 133


Fonctions de la forme lnu 137
Fonction logarithme de base a 139
Exércices résolus 142
Exércices et problèmes Erreur ! Signet non défini.

Fonction exponnentiélle 174


fonction exponentielle neperienne 175
Etude de la fonction exponentielle 175
Propriété de la fonction exponentielle 176
Limites et croissances comparées 179
Fonctions de la forme x e u (x ) 181
La fonction exponentielle de base a 183
Exércices résolus Erreur ! Signet non défini.
Exércices et problèmes Erreur ! Signet non défini.

Théorème de rolle et accroissement finis 209


I-Théorème de rolle 210
II) Théorème des accroissements finis (Théorème de la moyenne de Lagrange ) 211
III) Inégalité des accroissemnets finis 213
Monotonie d’une fonction 215
Exércices résolus 217
Exércices et problèemes Erreur ! Signet non défini.

Les équations différentiélles 222


L’equation deifferentielle de premier ordre 223
L’equation differentielle de second ordre 225
Exércices résolus 228
Exércices et problèmes Erreur ! Signet non défini.

Intégration 234
Intégrale d’une fonction continue sur un intervalle 235
techniques de calcules des integrales 244
L’intégrale et l’ordre 248
Des applications du calcul intégral 252
Exércices résolus 258
Exércices et problèmes Erreur ! Signet non défini.
Formulaire Erreur ! Signet non défini.
Références Erreur ! Signet non défini.
Je dédie ce modeste travail à mes chers parents, source de vie , d’amour et

d’affection, À mon épouse Khadija qui a fait preuve d’une détermination à

me soutenir ce qui restera gravé a jamais dans mon cœur À mes enfants

Anir et Ayoub, je vous aime beaucoup À mes frères et leurs enfants À tous

mes ami(e)s qui m'ont toujours encouragé et à qui je souhaite plus de

succès. À tous ceux que j’aime


Chapitre I

Continuité et limites

Hstorique

C’est l’élaboration d’une démonstration précise du théorème des valeurs


intermédiaires, qui amena Bolzano (1817) à définir la notion de continuité d’une
fonction.

Le théorème des valeurs intermédiaires, qui semble géométriquement évident, a été


utilisé sans scrupules par Euler et Gauss.

Bolzano, cependant estime qu’une démonstration précise est nécessaire pour


atteindre une plus grande rigueur en Analyse

(E.Hair et al,L’analyse au fil de l’histoire,2000).

Bolzano Bernard Karl Weierstrass Leonhard Euler

(1781-1848) (1815-1897) ( 1707-1783)

Friedrich gauss (1777-1855)


Cours
I. Limite d’une fonction en un point
1. Rappel

Définition

Soit f une fonction définie sur un intervalle I de ℝ, 𝐼 et l un réel donné. On dit que f (x) tend vers l quand x
tend vers a lorsque : « f (x) devient aussi proche de l que l'on veut lorsque x est suffisamment proche de a ». On
écrit alors lim f (x )  l
x a

Autrement dit :   0   0x  Df   0  x  a    f (x )  l   

Exemple : soit f la fonction définie par  1  1


 x 1   x 1 
f (x )  2x ²  3x  1  2  2
6  2x  5  8  2x  5  8

Démontrer par définition que lim f (x )  6
x 1
 1  1
lim f (x )  6  x 1   x 1 
x 1
 2  2
 2x  5  8  x  1 2x  5  8 x  1
    0    0  x    
 0  x  1    f (x )  6     1
 x 1 
 2
Soit   0 on a  x  1 2x  5  8 x  1

f (x )  6  2x ²  2x  5  (x  1)(2x  5) alors
 1
 x 1 
f (x )  6  (x  1)(2x  5) soit Pour que f (x )  6   il suffit que   2
8 x  1  

 1 1 1 3
I  1  ;1     ;  un intervalle de centre 1
 2 2 2 2  1  
 x 1  Alors on pose   inf  ; 
8 
2 8 
1 3
 x   1
1 
2 2  x 1  
   0     inf 

;   0   x  
x I    2
1 Par suite   2 8  
 x 1  6  2x  5  8

 2  0  x  1    f (x )  6   

2. L’unicité de la limite

Proprieté Si une fonction f admet une limite l  en un point a, cette limite est unique

Démonstration : supposons qu’il existe deux limites l1 et l 2 tel que l1  l 2 on a

lim f (x )  l1     0  1  0  x 
x a
 0  x  a  1  f (x )  l1   

Et lim f (x )  l 2     0   2  0  x 
x a
 0  x  a   2  f (x )  l 2   

l 2  l1
On prend    0 . l1  l 2  l1  f (x )  f (x )  l 2
2

Chapitre 1 : Limites et Continuité 7


Cours

 l1  f (x )  f (x )  l 1

l 2  l1 l 2  l1
<  = + = l1  l 2
2 2

Donc l1  l 2  l1  l 2 qui est absurde donc l1  l 2

3. Limites des fonctions usuelles

Propriété Soit P et Q deux polynômes et a un nombre réel. On a


P (x ) P (a )
1) lim P (x )  P (a) 2) si Q (a)  0 alors lim 
x a x a Q (x ) Q (a )


3) limsin x  sin a 4) si a   k  pour tout k  alors lim tan x  tan a
x a 2 x a

5) limcos x  cos a 6) si a  0 alors lim x  a


x a x a

sin x 1  cos x 1 ta n x
7) lim 1 8) lim  9) lim 1
x 0 x x 0 x² 2 x 0 x

4. Operations sur les limites

Propriété
: soient f et g deux fonctions et a un nombre réel tel que lim f (x )  l et lim g (x )  l ' . On a
x a x a

1 1 f  l
1 ) lim(f .g )(x )  l l ' 2) lim(f  g )(x )  l  l ' ; 3) si l '  0 alors lim 
x a
 (x )  et lim 

 (x ) 
x a x a
g  l' x a
g  l'

II. Continuité d’une fonction numérique


1. La continuité en un point
Exemples et contre-exemples :

f est continue en a f est continue en a f est continue en a

Chapitre 1 : Limites et Continuité 8


Cours

f n'est pas continue en a f n'est pas continue en a

La courbe représentative d'une fonction continue se trace sans lever le crayon c –à-d il n y a pas de saut.
Comment définir « proprement « une telle propriété ?

Définition Soit une fonction f définie sur un intervalle I contenant un réel a.


- f est continue en a si lim f (x )  f (a ) .
x a

Remarque :
 f est continue en a si    0   0 x  Df  0  x  a    f (x )  f (a)   

 si f est définie en un point a et f n’admet pas une limite en ce point ou la limite est infinie alors on dit que
la fonction f est discontinue en a.

Exemples : donc la fonction g est continue en 2

1.Soit f la fonction définie sur par 3. Soit h la fonction numérique définie sur l’intervalle

 x ²  5x  4 1;2 par h (x )  E (x )
f ( x )  si x  1
 x 1 On représente la fonction h
f (1)  3

Montrons que f est continue en 1.


x ²  5x  4
lim f (x )  lim
x 1 x 1 x 1
(x  1)(x  4)
 lim
x 1 x 1
 lim x  4  3
x 1

lim f (x )  f (1)  3 donc f est continue en 1


x 1
2.Soit g la fonction définie par :

g (x ) 
sin(x  2)
si x  0 et x  2 On a  x  1;0  h (x )  1

 x ²  2x

 g (2)  1 x 0;1  h (x )  0

 2
Etudions la continuité de g en 2 x 1; 2  h (x )  1 h (2)  E (2)  2
sin(x  2)
lim g (x )  lim On remarque que la courbe (C h ) est discontinue au
x 2 x 1 x ²  2x
On a
1  sin(x  2)  1 point 0 et 1 et 2 et par suite la fonction h est
 lim     g (2)
x 1 x
 x 2  2 discontinue au point 0,1 et 2

Chapitre 1 : Limites et Continuité 9


Cours
Exercice :
 2x ²  x  1
f ( x )  si x  1
1. Soit f la fonction définie par  x 1
f (1)  1

La fonction f est-elle continue en -1 ?

 x  tan 2x
 g (x )  ; x 0
2. Soit g la fonction définie par  sin 3x
 g (0)  1

La fonction g est-elle continue en 0 ?

2. La continuité à gauche et la continuité à droite

Définition

1) Soit f la fonction définie sur un intervalle de la forme a   ; a    0

On dit la fonction f est continue à gauche en a ssi lim f (x )  f (a)


x a

2) Soit f la fonction définie sur un intervalle de la forme a; a      0

On dit la fonction f est continue à droite en a ssi lim f (x )  f (a )


x a

Exemples :
x ² 3
f ( x )  3  x ² ; x  0 On a lim f (x )  lim  3  f (0) donc f est
Soit f la fonction définie par :  x 0 x 0 2x  1
x ²3
 f (x )  ; x 0 continue à droite de 0
 2 x 1
- lim f (x )  lim 3  x ²  3  f (0) donc f est
x 0 x 0
Etudier la continuité de f à droite et à gauche de 0 continue à gauche de 0

Propriété : f est continue en a ssi f est continue à gauche et à droite en a

Exemple - d’où f n’est pas continue à gauche en 0 et donc f


Soit f la fonction définie par :
n’est pas continue en 0.
 sin 2x
f ( x )  x si x  1  Etude de la continuité en 2

f (x )  x ²  1 si x  0, 2 - lim f (x )  lim (x ²  1)  3  2  f (2)  donc f
x 2 x 2

f (x )  x  7 si x  2 est continue à gauche en 2

- lim f (x )  lim x  7  3  2  f (2)  donc f
Etudions la continuité de f en 0 et 2 x  2 x 2

 Etude de la continuité en 0 est continue à droite en 2


sin 2x Conclusion : f est continue à droite et à gauche en 2
- lim f (x )  lim  2  f (0) (f (0)  1)
x 0 x 0 x donc f est continue en 2

Chapitre 1 : Limites et Continuité 10


Cours

Exercice : soit g la fonction définie par On a lim g (x )  lim x ²  2x  3  g (1) alors


x 1 x 1

f ( x )  x ²  2 x ; x  1
 a sin(x  1)
 sin(x  1) lim g (x )  g (1)  3  lim  3 on pose
 f (x )  a ; x 1 x 1 x 1 x 1
 x 1
a sin(x  1) a sin t
Déterminer la valeur de a pour que g soit continue en 1. t  x  1donc lim  3  lim 3
x 1 x 1 x  0 t
Réponse : g est continue en 1
alors a  3
 lim g (x )  lim g (x )
x 1 x 1

3. Prolongement par continuité


Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle ouvert, sauf en un réel a de I.

f ( x ) ; x  a
Si f admet une limite finie l en a alors la fonction g définie sur I par g (x )  
l ; x a
Est continue en a. on dit f est prolongeable par continuité en a et que g est son prolongement par continuité

Exemples : soit f la fonction définie sur 


par : x  1 x ²  x  1
 lim
x 1 x 1
x 3 1
f (x )   lim x ²  x  1  3
x 1 x 1

On a 1 D f et on a donc f admet un prolongement par continuité en 1 définie

x 3 1 f ( x ) ; x  1
lim f (x )  lim par : g (x )  
x 1 x 1 x  1
3 ; x 1

Exercice : donner le prolongement par continuité de f en a dans les cas suivants

x 3 c3
1. f (x )  avec c  ; a c
x c

sin x
2. f (x )  ; a0
x

1  cos x
3. f (x )  ; a0
x

4. La continuité d’une fonction sur un intervalle

Définition :

- f est continue sur I si f est continue en tout point de I

- f est continue sur a; b  si f est continue en tout point de a; b 

- f est continue sur a; b  si f est continue en tout point de a; b  et continue à droite en a et à gauche en b

- f est continue sur a; b  si f est continue en tout point de a; b  et continue à droite en a .

Chapitre 1 : Limites et Continuité 11


Cours
Exemples : continues sur ℝ.

 Les fonctions x x ,x x n n   et plus  La fonction x x est continue sur 0;  .

est continue sur ;0 et sur


généralement les fonctions polynômes sont continués 1
 La fonction x
x
sur ℝ.

Les fonctions x sin x et x cos x sont


0;  .

Remarque :
Les flèches obliques d’un tableau de variation traduisent la continuité et la stricte monotonie de la fonction sur
l’intervalle considéré.

Exemple : Etudions alors la continuité de f en 3 et en 5 :


On considère la fonction f définie sur ℝ par - lim f (x )  lim  x  2   3  2  1
x 3 x 3
x 3 x 3
f (x )  x  2 pour x  3
 lim f (x )  lim  x  4   3  4  1
f (x )  x  4 pour 3  x  5 . x 3 x 3
f (x )  2x  13 pour x  5 x 3 x 3

La fonction f est-elle continue sur ℝ ?Les fonctions
lim f (x )  lim f (x )  f (3) donc la fonction f est
x 3 x 3
x 3 x 3
x x  2 , x x  4 et x 2x  13 sont des
continue en 3.
fonctions polynômes donc continues sur ℝ.
- lim f (x )  lim  x  4   5  4  1
Ainsi la fonction f est continue sur ;3 , sur 3;5 et
x 5 x 5
x 5 x 5

sur 5;  lim f (x )  lim  2x  13  2  5  13  3


x 5 x 5
x 5 x 5
.
La limite de f en 5 n'existe pas. On parle de limite à
gauche de 5 et de limite à droite de 5.
La fonction f n'est donc pas continue en 5.

La fonction f est continue sur ;5 et sur 5;  .

5. Les opérations sur les fonctions continues

Propriété Soient f et g deux fonctions continues définies sur un intervalle I, soit un réel a  I
si les fonctions f et g sont continués en a, alors
1. La fonction  f est continue en a avec  
2. La fonction f  g est continue en a
3. La fonction f .g est continue en a
f
4. La fonction est continue en a si g (a)  0
g

5. La fonction f est continue en a

6. - Si f (a )  0 alors la fonction f est continue en a


- Si f (a )  0 et si f définie au voisinage de a alors la fonction f est continue en a

Chapitre 1 : Limites et Continuité 12


Cours
Exemples : sur D f et tel que  x  Df  f 2 (x )  0 alors la
1) Soit f la fonction définie par
f1
x ²  2x  3 fonction f  est continue sur D f .
f (x )  f2
2 x 1  5
2) Soit g la fonction définie par
On a D f    ;  soit f 1 (x )  x ²  2x  3 et
7 3
g (x )  x ²  1sin x
 2 2
On montre que g est continue sur
f 2 (x )  2 x  1  5
 Comme la fonction x x ²  1 est continue
f 1 est continue sur car c’est une fonction
et positive sur alors la fonction x x ²  1 est
polynôme en particulier est continue sur D f
continue sur
f 2 est continue sur (car c’est la somme de deux  La fonction x sin x est continue sur
fonctions continues sur ) en particulier est continue Et par suite la fonction g est continue sur

Application
x 2
1) Soit f la fonction définie par f (x ) 
4x

Démontrer que la fonction f est continue sur  2;4

2) Etudier la continuité de la fonction x xE (x ) sur l’intervalle  0;2

6. Composée de deux fonctions

A. Continuité de la composée de deux fonctions

Propriété
Soit f une fonction définie sur un intervalle ouvert I contenant un réel a et g une
fonction définie sur un intervalle ouvert J contenant
Si f est continue en a et g continue en alors la fonction gof est continue en a.

Démonstration :

Soit   0 , montrons qu’il existe   0 tel que pour tout x I


x  a    gof (x )  gof (a)  

g est continue en f(a) donc il existe   0 tel que pour tout y  J

y  f (a)    g ( y )  g (f (a))   (*)

f est continue en a donc il existe   0 tel que pour tout x I


x  a    f (x )  f (a)   (**)

soit x  I tel que x  a   alors d’après (**) f (x )  f (a)   Et d’après (*) g ( y )  g (f (a))  

(en prenant y = f (x) )

ou encore g (f (x ))  g (f (a))   . CQFD

Chapitre 1 : Limites et Continuité 13


Cours
Conséquence :
Soient f et g sont deux fonctions.
f continue sur un int ervalle I

 g continue sur un int ervalle J  gof continue sur I
f ( I )  J

Remarque : si J  alors la troisième condition devient inutile

Exemples : h (x )  sin(x ²  3x ) .
1. Soit f la fonction définie par Montrer que h est continue sur ℝ .
f (x )  cos(2x ²  3x  4) on montre que la
Posons f (x )  x ²  3x . On a :

h (x )  sin(f (x ))   sin of  (x ) donc h  sin of


fonction f est continue sur
Comme les fonctions
La fonction f est une fonction polynôme donc elle est
f1 :x 2x ²  3x  4 et f 2 : x cos x
continue sur ℝ .
sont continue sur
La fonction sinus est continue sur ℝ .
Et  f 1 ( )   alors la fonction f  f 2of 1 est continue sur La composée de deux fonctions continues sur ℝ est
. une fonction continue sur ℝ .
2. Soit h la fonction définie sur ℝ par : Donc h est continue sur ℝ .

Exercice :
 (x  1) 
Soit F la fonction définie sur 0;2 par : F (x )  tan  
 2 
Montre que f est continue sur 0; 2

Solution :
(x  1)  
Posons f (x )  et g (x )  tan x  g est continue sur J    ; 
2  2 2

On a : pour tout x  I  0;2 x  I  0;2  0  x  2  1  x  1  1


  
  f (x )   f (x )  J
F (x )  tan(f (x ))  g (f (x )) 2 2
 ( gof )(x )  F  gof
Donc f (I )  J

 f est continue 0; 2 ( restriction d’une Les trois conditions sont réalisées donc F  gof est

continue sur 0; 2


fonction polynôme )

B. Composée d’une fonction continue et d’une fonction admet une limite

Chapitre 1 : Limites et Continuité 14


Cours
Proprieté
Soit f une fonction définie sur un ensemble I  a  r ; a  r   r  0 et g une fonction définie sur un intervalle ouvert J

de centre l tel que f (I )  J

Si lim f (x )  l et g continue en l alors lim  gof  (x )  g (l )


x a x a

Démonstration :

Soit f une fonction définie sur un intervalle I tel que lim f (x )  l et a  I donc f admet un prolongement par
x a

continuité f 1 en a  f 1 (a)  l 

Comme g est continue en l alors la fonction gof 1 est continue en a donc lim  gof 1  (x )  g (f 1 (a)) c -à -d
x a

lim  gof  ( x )  g ( l )
x a

Remarque : la propriété précédente reste valable à gauche et a droite en a et en  et   avec remplacement


de l’intervalle I par un intervalle convenable

Exemple : x
On a la fonction lim  lim x  1  1  2
On considère la fonction f définie par x 0
x 1 1 x 0

 x 
f (x )  cos   et on a la fonction x cos x est continue en 2
 x 1 1
alors lim f (x )  cos(2)
On calcul lim f (x ) x 0
x 0

Application : calculer les limites suivantes :

  sin x    x 1
3
 1
1. lim  x  2 x   ; 2. lim tan   ; 3 . lim tan  
x 
 x  x 0
 3x  x 
 x 2 

C. Image d’un intervalle et d’un segment par une fonction continue


 Image d’un intervalle et d’un segment par une fonction continue

Exemple : on considère la fonction f définie par : f (x )  x ²

On a f 1;1  1;1 ; f 0;1  0;1

f  1;1   0;1  ; f 1,1   0;1 ; f    0;  

Chapitre 1 : Limites et Continuité 15


Cours

Propriété Si une fonction numérique f est continue sur un intervalle

I, alors son image par f est , aussi ,un intervalle .

1) Si une fonction f est continue sur un segment a; b  ,alors son image par f

est le segment  m ; M  ou m et M sont, respectivement, les valeurs

minimale et maximale de f sur le segment a; b  .

Autrement dit

 L’image d’un intervalle par une fonction continue est un intervalle

 L’image d’un segment par une fonction continue est un segment

Remarques :

 si f est une fonction continue sur un intervalle I, alors I et f (I) sont des intervalles, mais ils ne sont pas

,nécessairement, de même type .

 « f est une fonction continue sur le segment a; b  » est une condition suffisante pour que l’image du segment

a; b  par la fonction f soit, aussi, un segment ; mais cette condition n’est pas nécessaire car on peut avoir
l’image d’un segment a; b  par une fonction non continue est un segment.

Exemple :

On a : f est continue sur l’intervalle sur  3; 1 et 1;3

f 3; 1  1; 4 et f  1;3  1;5

On a, aussi f n’est pas continue sur le segment  2;1 et on a

f 2;1  1; 2

Courbe de la fonction f

Chapitre 1 : Limites et Continuité 16


Cours
 Image d’un intervalle par une fonction continue et strictement monotone

Propriété Soit f est une fonction continue et strictement monotone sur un intervalle I,
Le tableau suivant détermine f ( I) ,selon le sens de monotonie de f et le type d’intervalle I
Si f est une fonction
Strictement Strictement
croissante décroissante sur
L’intervalle I sur I, alors I, alors f (I) est
f (I) est égal à
égal à

a;b  f (a); f (b ) f (b ); f (a)

a;b  f (a ); lim f (x ) 
 x b  
 lim f (x ); f (a ) 
 x b  

a;b   lim f (x ); f (b ) 
 x a  
f (b ); lim f (x ) 
 x a  

a;b   lim f (x ); lim f (x ) 


 x a x b  
 lim f (x ); lim f (x ) 
 x b  x a  

a;  f (a); lim f (x )   lim f (x ); f (a) 


 x    x  

a;   lim f (x ); lim f (x ) 


 x a x  
 lim f (x ); lim f (x ) 
 x  x a  

;a   lim f (x ); f (a)  f (a); lim f (x ) 


 x    x  

;a  lim f (x ); lim f (x ) 


 x  x a  
 lim f (x ); lim f (x ) 
 x a x  

;    lim f (x ); lim f (x )   lim f (x ); lim f (x ) 


 x  x    x  x  

x 3
Exemple : soit f la fonction numérique à variable réelle, définie par f (x )  on a Df  ;2 2;  et f
x 2

continue sur Df  ;2 2;  ( car c’est une fonction rationnelle)
1
et on a f '(x )   0 donc f est
x  2
2

strictement croissante sur ; 2 et sur 2;  et on a f  2;    ;1  ; 3  1; 5 
6
et f
 

Application :

1. Soit g la fonction définie par g (x )  x ²  2x  3

Déterminer les images des intervalles suivants : I  ;0 ; J  1; 2 ; K   1; 2

Chapitre 1 : Limites et Continuité 17


Cours
ax  1
2. Soit a un nombre réel. On considère la fonction f suivante f (x ) 
x 3

Déterminer a sachant que f  3; 4  9; 


D. Théorème des Valeurs intermédiaires

Propriété
On considère la fonction f définie et continue sur un intervalle [a ; b].
Pour tout réel k compris entre f (a ) et f (b ) , il existe au moins un réel c compris entre a et b tel que f (c )  k .

Démonstration :

Comme f est continue sur [a ; b] alors il existe deux nombres réel M et m tel que f ([a ; b])= [m ; M] comme f(a) et

f(b) appartiennent à [m ; M] (supposons que f (a)  f (b ) ) donc f (a); f (b )   m ; M  c -à-d

f (a); f (b )  f a;b  Donc pour tout k compris entre f(a) et f(b) ( c.-à-d. k  f a;b  )
Il existe au moins un réel c de [a ; b] tel que f (c) =k

Conséquence :

Dans ces conditions, l'équation f (x )  k admet au moins une solution dans l'intervalle [a ; b].

Cas particuliers :

- Dans le cas où la fonction f est strictement monotone sur l'intervalle [a ; b] alors le réel c est unique.

- si f (a )  f (b )  0 alors l’équation f ( x)  0 admet au moins une solution dans a, b . Si de plus f est

strictement monotone sur I, alors c’est unique.

Exemple : On considère la fonction numérique f définie par f (x )  x  10x  14


3

On a f est continue sur car c’est une fonction polynôme donc est continue sur 1; 3

On a f (1)=5 et f (3)=11 . Le nombre 8 est compris entre f (1) et f (3) alors l’équation f(x)=8 admet au moins une

solution dans l’intervalle 1;3

Chapitre 1 : Limites et Continuité 18


Cours
Application :

1) On considère la fonction g définie par g (x )  1  x  sin x

* +

2) On considère la fonction h définie par : h (x )  x 3  2x 2  2

Montrer que l’équation x  f (x )  0 admet une seule solution 

Chapitre 1 : Limites et Continuité 19


Exércices résolus
Exercice 1
] [
𝑆 [ ]
{
Etudier la continuité de f sur [ ]

Correction
Rappel : f est une fonction continue sur [ ] ssi
 f est continue à droite en a
Donc f est continue à gauche en 1.
 f est continue à gauche en b
 Etudions la continuité de f en ] [
 f est continue sur ] [
On la fonction est une fonction
 Etudions la continuité de f en 0
polynôme donc est continue sur IR en particulier est
continue sur ] [
la fonction est continue sur IR en
particulier est continue sur ] [
Donc f est continue à droite en 0 et on a 𝐼𝑅 ] [
 Etudions la continuité de f à gauche en 1
on pose
donc Donc ] [ et par suite f est continue
sur ] [ car c’est le quotient de deux fonctions continues
sur ] [
Conclusion : f est continue sur [ ]

Exercice 2
Soit f la fonction définie par ( )
1) Etudier la continuité de f en
2) Etudier la continuité de f en √
3) Etudier la continuité de f sur IR

Correction
1) On étudier la continuité de f en  Pour tout x de [ [ on a

Il suffit de donner l’expression de f(x) sur les deux car (

intervalles [ [ et [ [ et par suite

On 𝐼𝑅 et . donc la fonction est continue à droite en 2

 Pour tout x de [ [ on a comme la fonction f est continue à droite et a gauche en

car ( 2

et par suite alors la fonction f est continue en 2

donc la fonction est continue à gauche en 2 2) Etudions la continuité de f en √

Chapitre 1 : Limites et Continuité 20


Exércices résolus
Comme les deux fonctions et [ [
sont continués en √ alors la fonction (car )

est continue en √ Donc et par suite f est continue

3) On étudier la continuité de f sur IR à gauche en k


 Comme les deux fonctions et [ [
sont continuées sur tout intervalle inclus dans (car )
𝐼𝑅 Donc et par suite f est continue
Alors la fonction est continue sur à droite en k
tout intervalle inclus dans 𝐼𝑅 Comme f est continue à gauche et à droite en k alors f
 On étudie la continuité de f en tout point de
est continue en k. et par suite f est continue sur IR.
Soit k un élément de on a et par suite

Exercice 3
√ √
𝑆

1) Déterminer le domaine de définition de f
2) Calculer les limites suivantes et

3) Démontrer que f est admet un prolongement par continuité en à déterminer

Correction
1) On détermine On calcule

√ Ona √ √ et √
√ (√ )
Alors

3) on a . Soit x un élément de on a
] [ ] [
√ √ (√ √ )( √ )
Et par suite ] [ ] [

2) On calcule
( √ )
Soit ] [ on a (√ √ )
√ √ ( √ )
( )
√ √ √
(√ √ )
√ ( )
√ ( √ )
√ (√ √ )

√ Et par suite

√ ( √ )
(√ √ )
𝑂
√ Donc la fonction f est prolongeable par continuité en 1

√ Soit g ce prolongement on a :


] [ ] [
alors {

Chapitre 1 : Limites et Continuité 21


Exércices résolus
Exercice 4
Soit f une fonction définie de IR de ] [ et g une fonction definie de IR vers ] [,tels
que f et g sont continués sur IR et que 𝐼𝑅
Démontrer ] [

Correction
On considère la fonction h définie par : Et par suite puis on a

𝐼𝑅 𝐼𝑅 ] [donc et

 On a la fonction est continue sur IR par suite Et come h est continue sur

car c’est le produit de deux fonctions continues sur IR. IR donc elle continue sur le segment [ ] et d’après

Et par suite la fonction h est continue sur IR car c’est la le théorème des valeurs intermédiaires :

somme de deux fonctions continues sur IR ] [

 On a Càd ] [

Et Càd ] [

Exercice 5 Soient deux elements de 𝐼𝑅 et f une fonction definie et continue sur l’intervalle [ ]
tel que
Démontrer que ] [

Correction
On considère la fonction g définie [ ] par Donc
[ ] Et on a g est continue sur [ ] car c’est la somme de
On a ( ) et deux fonctions continues sur [ ]

( ) Donc d’après le théorème des valeurs intermédiaires


] [
Donc ( ) et on a
] [
d’après les données et et

Exercice 6
f est une fonction définie et continue sur IR et on suppose que 𝐼𝑅
Démontrer que 𝐼𝑅

Correction
On considère la fonction g définie sur IR par Si on prend
Si alors g est continue sur l’intervalle des
on a g est continue sur IR car c’est la somme de deux extrémités a et et on a ( )
fonctions continues sur IR et on a et Et d’après le théorème des valeurs intermédiaires
( ) 𝐼𝑅

Et par suite ( ) ( ) Càd 𝐼𝑅

Chapitre 1 : Limites et Continuité 22


Exércices résolus

Exercice 7 Soit : ℝ → ℝ une fonction telle que ,𝑦 ℝ, |( ) − (𝑦)| ≤ |sin( ) − sin(𝑦)|


1. Montrer que la fonction est 2 -périodique.
2. Montrer que est continue sur ℝ.

Correction :
1. ℝ, |( ) − ( + 2 )| ≤ |sin( ) − sin( + 2 )| = 0 Deuxième méthode

Ce qui équivaut à ce que ℝ, ( ) = ( + 2 ), Pour montrer que est continue en un 0 ℝ

est 2 périodique. quelconque. 0 ≤ |( ) − ( 0)| ≤ |sin( ) −sin( 0)| Donc

2. Soit 0 ℝ, | |

Première méthode
| |
𝜖 > 0, 𝜂 > 0, | − 0| < 𝜂 ⇒ |sin( ) − sin( 0)| < 𝜖 Car
Car sin est continue en 0
la fonction sin est une fonction continue. Cela entraine
On en déduit que | |
que pour tout 𝜖 > 0, 𝜂 > 0, | − 0| <𝜂⇒
Ce qui est équivalent à
|( ) − ( 0)| ≤ |sin( ) − sin( 0)| < 𝜖 Cela montre que la

fonction est continue en 0, ceci étant vrai pour tout Autrement que est continue en 0 quelconque, et

0 ℝ, la fonction est continue sur ℝ. donc sur ℝ

Chapitre 1 : Limites et Continuité 23


Exércices et problèmes

Exercice 1 √ √
Calculer les limites suivantes : 𝐼𝑅

√ √√

| | √ √
| | | | √ √

Exercice 6
En utilisant les proprietés d’ordre et les critetes des

limtes, calcler les limites suivantes

1) ( √| | ( )) ( ( ) )

√ 3) (√ )

√ ( )
| |


√ avec 𝐼𝑅
| |
( )
√ Exercice 7
( )
√ Soit f la fonction definie par :
Exercice 2
{

1) Determiner
Demontrer que f est continue en -1
2) Calculer et
Exercice 8
Exercice 3
Soit f une fonction definie par ( ) Determiner la valeur de a pour que f definie par :

1) Determiner
2) Calculer
( )
{
Exercice 4

Soit f une fonction definie par


Exercice 9

Determiner le reel m pour que la fonction definie par :


Avec 𝐼𝑅
1) Determiner
{
2) Etudier selon les valeurs de m les limtes de f
aux bornes de . Soit continue en a (avec a un reel non nul).

Exercice 5 Exercice 10

Determiner les limites suivantes Determiner les reels a,b et c pour que la fonction f

Chapitre 1 : Limites et Continuité 24


Exércices et problèmes

Exercice 15

Demontrer que la fonction f est prolengeable par


continuité en dans chacun des cas suivants et definir
{ ce prolengement :
Soit continue en 1
Exercice 11

Soit n un entier naturel non nul


Soit la fonction definie par : 𝐼𝑅

𝐼𝑁
{
𝐼𝑁

Tels que a,b des reels. Dterminer a et b pour que la √


𝐼𝑅
fonction soit continue en 2.
Exercice 12
Dans chacun des cas suivants, donner l’ensemble de Exercice 16
définition de la fonction f est justifier la continuité de f Soit f la fonction definie par
en tout réel de cet ensemble de définition
] [ ] [
{ √
| | ; √
] [

√ | |
1) Calculer et
| | 2)La fonction f est-elle prolongeable par continuité en 1

Exercice 13 Exercice 17

Soit f une fonction définie sur IR par Soit f la fonction definie par

{
1) f est-elle prolongeable par continuité en 0.
avec 𝐼𝑅 2) Démontrer que 𝐼𝑅 | | puis
Déterminer a pour que la fonction f soit continue en 1. determiner et .

Exercice 14 Exercice 18

Soit la fonction définie par 1) Démontrer que la fonction f définie par


√ | |
( ( ))

1) Déterminer l’ensemble de définition de f. Est prolongeable par continuité en 5 et définir cet


2) La fonction f est-elle prolongeable par prolongement.
continuité en 1

Chapitre 1 : Limites et Continuité 25


Exércices et problèmes

Exercice 19 Exercice 24

Soit f la fonction definie sur * * par Soit f la fonction definie sur IR par

√ ] ] [ [
{

La fonction f est-elle prolongeable par continuité en


1) Etudier la continuité de f à gauche et à droite en -1
Exercice 20
2) Etudier la continuité de sur chacun des intervalles
Soit f la fonction definie par
] ]; ] [ [ [.

{ Exercice 25
( )
Soit f la fonction definie par
1) Etudier la continuité de f en 1
2) f est-elle prolongeable par continuité en 0 ?.

Exercice 21 1) Preciser l’ensemble de definition de f .

Calculer les limtes suivantes 2) Determiner et et


( √ )
( √ ) 3) La fonction f admet-elle un prolongement par

continuité en 2.

Exercice 26
Dire dans chacun des cas suivants,si la fonction f admet
. √ / un prolongement par continuité en a
| |
| |
Exercice 22
Soit f la fonction definie sur ] [ par :

1) Calculer et deduire Exercice 27


( ) Soit f la fonction definie par

Exercice 23 | || |

Soit f la fonction definie sur IR par


{

{ | | 1) Donner l’ensemble de definition de f.

2) Etudier les limites de f en -1 , et .


1) Etudier la continuité de f en -2
2) Etudier la contiuté de f sur ] [ et ] [ 3) La fonction f admet-elle un prolongement par
3) La fonction f est-elle continue sur IR. continuité en 0?

Chapitre 1 : Limites et Continuité 26


Exércices et problèmes

Exercice 28 2) a) montrer que que pour tout ,

Soit f la fonction definie sur 𝐼𝑅 par b) en deduire .

Exercice 34
Dans chacun des cas suivants,determiner l’image de
1) Determiner l’intervalle I par la fonction f
2) Determiner et
𝐼 ] [
Exercice 29
√ 𝐼 ] ]
Dans chacun des cas suivants ;à l’aide des theoreme
de comparaison,etudier la limite en 0 de f 𝐼 + +

( ) ( ) 𝐼 ] ]

( ) Exercice 35
Soit la fonction
Exercice 30
1) Montrer que la fonction f est strictement croissante
Dans chacun des cas suivants ;à l’aide des theoreme
sur IR.
de comparaison,etudier la limite en et en de f
2) a) montrer que l’équation admet une
unique solution dans [ ]
√| |
b) donner une valeur aprochée de à près.

Exercice 36
Exercice 31
Soit la fonction
1) Montrer que pour tout reel x,
1) Dresser le tableau de variation de f et tracer sa
courbe dans un repere orhogonal .
2) En deduire le comportement en des fonctions
2) Verifier gaphiquement que la courbe f coupe l’axe
des abscisses en trois points 𝑀 et 𝑀 et 𝑀 dont
les abscisses seront notées , et avec
Exercice 32

Soit f la fonction definie par 3) Montrer que appartient à l’intervalle ] [


4) Donner pour ,et un encadrement par deux
1) Trouver un reel 𝑀 tel que | | 𝑀,pour
entiers consecutifs.
tout reel x.
5) Discuter suivants les valeurs de reel k,le nombre de
2) En deduire la limite de f en et
solutions de l’equation .
Exercice 33 6) Donner le nombre de solutions de l’equation
On considère la fonction f definie sur 𝐼𝑅 par | | .

( ( )) Exercice 37
1) On considere la fonction h definie par
1)a) montrer que pour tout ,

b) en deduire .
a)Montrer que h est strictement croissante sur ] [

Chapitre 1 : Limites et Continuité 27


Exércices et problèmes

b) Determiner ] [
Exercice 41
c) Montrer que l’equation admet dans [ ]
Demontrer que l’equation admet au
une unique solution .
mons une solution sur l’intervalle [ ].
d) Determiner une valeur approchée de à près.
Exercice 42
2) Prepresenter dans un repere orthonomré, les
fonctions fet g definies sur ] [ par : Déterminer dans chacun des cas suivants l’ensemble de
définition de f puis étudier la continuité de f sur tout

intervalle dans son ensemble de définition :
Exercice 38
On considere la fonction
1) Montrer que f est strictement deccroissante sur
( ) ( ( ))
* +

2) Montrer que l’equation admet une

unique solution dans + +


Exercice 43
3) Donner une valeur approchée de à près
Soit f une fonction definie par :
Exercice 39 √
{
Soit f une fonction continue de [ ] sur [ ]
1) Etudier la continuité de f sur les intervales ] [
On pose
et ] [.
1) Quel est le signe de et 2) Determiner m pour que f soit continue sur IR
2) En deduire que l’equation admet au Exercice 44
moins une solution dans [ ]. Soit f une fonction definie par :

Application | |
1) Determiner l’ensemble de definition de f
Montrer que l’equation ( ) admet au moins
2) Etudier la continuité de f sur les intervalles ] [
une solution dans [ ].
] [ et ] [.
Exercice 40
3) Demontrer qu’il existe une fonction g continue sur
𝑆
IR tel que
1) Demontrer que la fonction f est strictement
Exercice 45
𝐼 * *. Soit f la fonction definie par

2) Determiner l’image de l’intervalle I par la fonction f

3) Deduire que l’equation admet une unique Etudier la continuité de f sur chaque intervalle de son
solution dans I. ensemble de définition

Chapitre 1 : Limites et Continuité 28


Exércices et problèmes

Exercice 46
Soit f une fonction definie par :
Determiner l’image des intervalles suivants par f : Exercice 54

𝐼 ] [;𝐽 ] [ et 𝐾 ] [ Déterminer pour tout n de 𝐼𝑁

Exercice 47 √
1) Vérifier que la fonction suivante est continue sur IR
{
Exercice 55
2) Determiner [ ] , ] ]
f et g deux fonctions définies sur un intervalle ouvert I
Exercice 48
et 𝐼 tel que f est bornnée sur I et discontinue en
Demontrer que l’equation
et g continue en
admet une unique solution sur + + Demontrer que fg soit continue en si et seulemet si
Exercice 49 .
Demontrer que l’equation admet Exercice 56
trois solutions sur IR ( à determiner l’intervalle de Determiner tout les fonctions f continues sur IR tel que
chaque solution
{
Exercice 50 𝐼𝑅
Soit n de 𝐼𝑁 calculer en fonction de n Exercice 57
Soit f une fonction definie sur IR telle que
𝑦 𝐼𝑅 𝑦 𝑦
Exercice 51 Demontrer que si f est continue en 0 ; alors est continue
On considere les deux fonctions f et g suivantes definies sur IR
sur 𝐼𝑅 par :
Exercice 58
√ √ √ √ Soit f une fonction definie par :

√ √

√ √ √ √
1) Determiner
2) Calculer les limtes aux bornes de .
Demontrer que ( )
3) Demonter que :
Exercice 52
𝐼𝑅 [ ]
Soient 𝐼𝑁 et la fonction definie par
√ √

Determiner 4) Demontrer que

Exercice 53 :Calculer les deux limites suivantes : ] [ √ √

Exercice 59 Soit f la fonction definie par

Chapitre 1 : Limites et Continuité 29


Exércices et problèmes

Demontrer que 𝐼𝑁 [ ]
.√ √ /
Exercice 66
Soient f et g deux fonctions definies de [ ] vers [ ]
1) Determiner et demontrer que f est continue sur
2) Demontrer que [ ]
telles que {
[ ] [ ]
𝐼𝑅 [ ]
Demontrer que [ ]

√ √ Exercice 67
Soient f et g deux fonctions continues sur [ ] telles
3) Demontrer que f est une bijection
de[ ] [ ] que : ( )( )
4) Soit [ ] [ ] demontrer que :
Demontrer qu’il existe un réel c de [ ] tel que
[ ]

Exercice 60 Exercice 68
f est une fonction definie sur [ ] telle que
Soit 𝐼𝑅 tels que et .
[ ] [ ] et f continue sur [ ]
[ ] [ ] continue sur [a;b]
demontrer que [ ]
Demontrer que [ ]
Exercice 61
Exercice 69
[ ] [ ] Continue sur [ ] Soit f une fonction continue sur un intervalle [ ] tel
Demontrer f admet un point fixe que et
Exercice 62 Demontrer qu’il existe un reel tel que [ ] et
Soit f une fonction continue sur 𝐼𝑅 telle que .
𝐼𝑅
Exercice 70
Demontrer que l’equation n’admet pas
aucune solution sur IR. Soit f une fonction de [ ] vers [ ] telle que f est
continue sur [ ].
Exercice 63
Demontrer que ] [
Soit f une fonction continue sur [ ] telle que
Exercice 71
Demontrer qu’il existe un reel c de ] [ tel que g est une fonction continue sur [ ]. Demontrer que

] [
Exercice 64
Exercice 72
Soit f une fonction continue sur [ ] tel que
f est g deux fonction continues sur [ ] telles que

( )
Demontrer que : ] [
au moins une solution sur [ ].
Exercice 73
Exercice 65 Soient et deux reels strictement positifs
Soit [ ] [ ] continue sur [ ] Et soit f une fonction continue sur [ ] tel que

Chapitre 1 : Limites et Continuité 30


Exércices et problèmes
. Demontrer que
[ ] Exercice 80

Soit f croissante sur [a, b] telle que


Exercice 74
Soient a et b deux reels tels que .et soit f une [ ] [ ] Montrer que f est continue
fonction continue sur [ ].demontrer que
sur [a, b].
] [
Exercice 81
Exercice 75
Soit f une fonction continue sur [ ] tel que
Soient et des nombres réels tels que < et une
application de [ , ] dans [ , ] Et soit 𝐼𝑁 .et soient des elements
a) On suppose que pour tout ( , 𝑦) [ , ] × [ , ] on
de [ ].Demontrer que :
a : | ( ) − (𝑦)| ≤ | − 𝑦|
Montrer que est continue sur [ , ]. [ ]

En déduire qu’il existe [ , ], tel que f( ) = .


( )
b) On suppose maintenant que pour tout

( , 𝑦) [ , ]×[ , ] ≠ 𝑦 on a : Exercice 82
Soit f une fonction continue sur [ ] et
|f( ) − (𝑦)| < | − 𝑦|

Montrer qu’il existe un unique [ , ], tel que Soit n de IN et , on considere la fonction

* + :
f( ) =
( )
Exercice 76
Montrer que toute fonction polynôme de IR dans IR de 1) Calculer ∑ ( )

degré impaire, s’annule en au moins un point . 2) Demontrer que ] [ ( )

Exercice 77 Exercice 83

Soit une fonction continue sur un segment [a ;b] . Soit f une fonction continue et positive sur 𝐼𝑅 tel que
Montrer qu’il existe
[ ]

Exercice 78 Demontrer que l’equation admet au moins


Soient f et g et h trois fonctions continues sur un
une solution sur 𝐼𝑅
intervalle I telles que ( x I :) g(x) ≤ f (x) ≤ h(x)
Exercice 84
Montrer que si chacune des deux fonctions g et h
f et g deux fonctions continues sur meme intervalle I
admet un point fixe dans I alors f en admet un aussi .
tels que 𝐼 ( ) ( )
Exercice 79
Demontrer que 𝐼
Soient f ,g : [ a ; b ] → IR continues . on suppose que
[ ] 𝐼

Montrer qu’il existe k >1 tel que f > kg

Chapitre 1 : Limites et Continuité 31


Cours

Chapitre 2
Les suites numériques

Histoire

Dans son traité d’arithmétique, As-Sawawal (1172) écrit : ‘’ Ce que l’on extrait par
approximation des racines irrationnelles au moyen du calcul est ce par quoi on veut obtenir
une quantité rationnelle proche de la racine irrationnelle. que ce celle là.Il peut ensuite exister
une troisième quantité rationnelle, plus proche de la racine irrationnelle que la deuxième
quantité et que la première, car toute quantité rationnelle supposée proche d’une racine
irrationnelle, lâ différence entre elles est en vérité une ligne droite, et la ligne est susceptible
d’être divisée et d’être partagé, indéfiniment. c’est pourquoi il devient possible de trouver
continument une quantité rationnelle proche de la racine irrationnelle, et de trouver une
quantité rationnelle plus proche que la première de l’irrationnelle, indéfiniment’’.

(R.Rashed,entre Arithmétique et algebre,1984).

As-smawal : Ibn Yahya al-Maghribi al-Samaw'al est un mathématicien et médecin de


langue arabe né à Bagdad vers 1130 et mort à Maragha vers 1180

Tableau d’As-samawal

Chapitre 2 :Les suites numeriques 32


Cours
I. Rappel
1) Suites majorées, minorées, bornées

Définition

- La suite (un) est majorée s'il existe un réel M tel que pour tout entier n ϵ ℕ, u n  M .

- La suite (un) est minorée s'il existe un réel m tel que pour tout entier n ϵ ℕ, u n  m .

- La suite (un) est bornée si elle est à la fois majorée et minorée.

Exemples :
- Les suites de terme général cos(n) ou (-1)n sont bornées.
- La suite de terme général n2 est minorée par 0.

Méthode : Démontrer qu'une suite est majorée ou minorée

1
On considère la suite (un) définie pour tout entier naturel n par u n 1  u n  2 et u0  2 . Démontrer par
3
récurrence que la suite (un) est majorée par 3.
 Initialisation :
u0  2  3
La propriété est donc vraie pour n = 0.

 Hérédité :

- Hypothèse de récurrence :

Supposons qu'il existe un entier k tel que la propriété soit vraie : u k  3 .

- Démontrons que : La propriété est vraie au rang k+1 : u k 1  3 .

1 3 1
On a : uk  3 donc uk   1 et donc u k  2  1  2  3 .On a donc : uk 1  3
3 3 3

 Conclusion :

La propriété est vraie pour n = 0 et héréditaire à partir de ce rang. D'après le principe de récurrence, elle est vraie

pour tout entier naturel n, soit : un  3 .

2) Monotonie d’une suite

Propriété Soit (u ) une suite numérique


n

- Si u n 1  u n alors la suite (un) est croissante.

- Si u n 1  u n alors la suite (un) est décroissante.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 33


Cours
3) Suite arithmétique suite géométrique
a) Suite arithmétique

Définition Une suite (u ) est une suite arithmétique s'il existe un nombre r tel que pour tout entier n, on a :
n

. Le nombre r est appelé raison de la suite.

Propriété

(un) est une suite arithmétique de raison r et de premier terme up.


Pour tout entier naturel n  p , on a : .

(n  P  1)(u p  u n )
Et u p  u p 1  ...  u n =
2

b) Suite géométrique

Définition Une suite (un) est une suite géométrique s'il existe un nombre

q tel que pour tout entier n, on a : u n 1  qu n .

Le nombre q est appelé raison de la suite.

Propriété (un) est une suite arithmétique de raison r et de premier terme up.
Pour tout entier naturel n  p , on a :
I.

1  q n  p 1
II. u p  u p 1  ...  u n = u p si q  1
1q

III. u p  u p 1  ...  u n = u p (n  p  1) si q  1

II. Limite d’une suite numérique

1) Limite infinie

Exemple :
La suite (un) définie sur ℕ par un  n2 a pour limite  .

En effet, les termes de la suite deviennent aussi grand que

l'on souhaite à partir d'un certain rang.

Si on prend un réel a quelconque, l'intervalle a ;  contient tous les termes de la

suite à partir d'un certain rang.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 34


Cours
Définition

On dit que la suite (u n) admet pour limite +∞ si tout intervalle a ;  ,

a réel, contient tous les termes de la suite à partir d'un certain rang et on note : lim un  
n 

- On dit que la suite (un) admet pour limite  si tout intervalle  ; b  , b réel, contient tous les termes de la

suite à partir d'un certain rang et on note : lim un  


n  

2) Limite finie
Exemple : La suite (un) définie sur ℕ* par
1
un  1 a pour limite 1.
n2
En effet, les termes de la suite se resserrent autour de
1 à partir d'un certain rang.
Si on prend un intervalle ouvert quelconque contenant
1, tous les termes de la suite appartiennent à cet
intervalle à partir d'un certain rang.

Définition On dit que la suite (un) admet pour limite l si tout intervalle ouvert contenant l contient tous les
termes de la suite à partir d'un certain rang et on note :
lim u n  l . C- à- d    0 N  n  N  u n  l   ; l    
n 

Une telle suite est dite convergente

Définition Une suite qui n'est pas convergente est dite divergente

Exemple : soit u n n 1 une suite definie par 


3
 
3
1 n
n 1 
3n  1
un  on montre que lim u n  3 3 
n 1 n  Posons N  E   1   1 ;N  donc pour
 
Soit  un element de 
 existe il un entier naturel N
tout n de on a :
tel que  n  N  u n  3   ;3    
 n  N   N 
3
 1 car ( x  x ) donc d’après

u n  3   ;3       u n  3  
le raisonnement par équivalences successives on a
 un  3   
3
 n  N  u n  3   ;3   
n 1

Remarque :
Une suite qui est divergente n'admet pas nécessairement de limite infinie.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 35


Cours

Par exemple, la suite de terme générale  1 prend alternativement les valeurs -1 et 1. Elle n'admet donc pas de
n

limite finie, ni infinie. Elle est donc divergente.


3) Limites des suites usuelles

Propriété
lim n   , lim n 2   , lim n  
n  n  n 

1
lim
1
0 ; lim
1
0 , lim 0
n  n n  n 2 n  n

1
Démonstration de lim 0
n n

Soit un intervalle ouvert a ; a , a réel positif non nul, contenant 0.

1 1
Pour tout n, tel que : n >
1
, on a : 0 < < a et donc  a ; a Ainsi, à partir d'un certain rang, tous les termes
a n n

de la suite appartiennent à l'intervalle a ; a et donc lim 1n  0


n

Propriété
Si (un) est une suite convergente alors sa limite est unique

Propriété

Si (un) est une suite convergente alors elle est bornée c-à-d lim u n  l  M  , n  : u n  M
n 

Démonstration : soit (un) est une suite convergente vers un réel l

 n  N  :u n   l 
1 1 1
Soit   alors  n  ;l  
2  2 2

 1 1
on considère l’ensemble A   u 0 ; u1 ;...; u N ; l  ; l   et soit M le plus grand élément de A alors
 2 2

n  : u n  M alors (un) est bornée

4) Opérations sur les limites


a) Limite d'une somme

  
lim u n  l l l
n 

    
lim v n  l'
n 

   
lim u n  v n   l + l' F.I.*
n 

Chapitre 2 :Les suites numeriques 36


Cours

* Forme indéterminée : On ne peut pas prévoir la limite éventuelle.

Exemple : lim  n 2  n  ? D'après la règle sur la limite d'une somme :


n 
lim  n 2  n   
lim n   et lim n   .
2 n 
n  n 

b) Limite d'un produit

  
lim u n  l l>0 l<0 l>0 l<0 0
n 
      
lim v n  l'  ou 
n 

      
lim u nv n   l l' F.I.
n 

Exemple : lim 
 1 
 1  n 2  3 ? n 
2
n 
 
et lim n   donc lim n 2  3   D'après la
n 
 n 
règle sur la limite d'une produit :
1  1 
 0 donc lim   1  1  1 
 1  n 2  3  
lim
n 
n n 
 n  lim 
n 
 n 

c) Limite d'un quotient

l>0 l<0 l>0 l<0 


lim u n  l l ou ou ou ou 0     ou
n 

    

 
0 avec 0 avec 0 avec 0 avec
lim v n  l'  0 ou 0 l' > 0 l' < 0 l' > 0 l' < 0 ou
n  vn 0 vn 0 vn 0 vn 0
 

un
lim  l 0     F.I     F.I.
n  v l'
n

2 lim  n 2  3   D'après la règle sur la limite


Exemple : lim ? n 
n  n  3
2

2
lim n 2   donc lim  n 2    et donc d'un quotient : lim
n  n  3
2
0
n  n 

 0
Remarque : Les quatre formes indéterminées sont, par abus d'écriture : "    ", " 0   ", " " et " ".
 0

Chapitre 2 :Les suites numeriques 37


Cours
Application :
Déterminer les limites suivantes :

  b) lim 5n2  4
3n 2  n
 
2
a) lim n  3 n ; ; c) lim ; d) lim n 2 n
n  n  4n  3n n  n 3 n 

Correction
a) on a lim n   et lim 3 n   3
1
3
1
n  n 
3n 2  n n 2 n n n
 
Il s'agit d'une forme indéterminée du type "    ". n 3 n 3 3
1 1
n n
 3 n   3 
n  3 n  n 1    n 1  
Or lim  3    3 et lim 1    1 donc par
n  n 1 3
 
n 
 n n 
 n
 3 
Or lim n   et lim 1    1 donc par limite d'un 1
n  n 
 n 3
limite d'un quotient lim n 3
n  3
 3  1
produit : lim n 1     . n
n 
 n

 
1
Et donc : lim n  3 n   3
n 
Et donc par limite d'un produit lim n  n   .
n  3
 
b) lim 5n 2  4   et lim 4n 2  3n  
n  n 
  1
n
 3n 2  n
Il s'agit d'une forme indéterminée du type " ". Soit lim   .
 n  n 3
4 4 d) Il s'agit d'une forme indéterminée du type "    ".
5 5 2
5n 2  4 n 2 2

  ,
  n  n
4n 2  3n n 2 3 3 n 2 n n 2 n
4 4 n 2 n 
n n
n 2 n
Or lim  5  2   5 et lim  4    4 donc par
4 3
on a multiplié par l'expression conjuguée.
n 
 n  n 
 n
n 2n 2
4   .
5 2 n 2 n n 2 n
limite d'un quotient lim n 5.
n  3 4
4 Or par limite d'une somme lim n  2  n   et
n 
n
2
Et donc : lim 5n2  4  5 .
2
donc lim 0.
n  4n  3n 4 n 
n 2 n

c) Il s'agit d'une forme indéterminée du type "



". Soit lim
n 
 n  2  n  0. 

5) Limites et ordre

Propriété
Si u n n n est une suite convergente tel que :  n  n0  u n  0 alors lim u n  0 c.-à-d
0 n 


nlim un  l 


l 0
u n  0

Chapitre 2 :Les suites numeriques 38


Cours
Démonstration :

Soit lim u n  l et  n  n0  u n  0 on montre que l  0


n 

 3l l  
 n  N  u n  l   ; l     
l
Supposons que l  0 et    alors  N  ; 
2   2 2

l l
Posons N '  sup  N ; n0  alors u n  et u n  0  n  N ' alors 0  impossible car l  0
2 2
Donc d’après le raisonnement par absurde on l  0 .

Propriété

Si u n  est une suite convergente vers un réel l tel que :  n   u n  a alors l  a


 lim u n  l 

c-à-d n  l a
u n  a

Propriété

Soit (un) et (vn) deux suites convergentes tels que .Si, à partir d'un certain rang, u n  v n alors lim u n  lim v n
n  n 

 n  n 0  : u n  v n
c-à-d  l l '
nlim u n  l et lim v n  l '
 n 

6) Critères de convergence

a) Convergences des suites monotones

Propriété
Soit (un) une suite croissante définie sur ℕ.
Si lim u n  l alors la suite (un) est majorée par l.
n 

Démonstration :
Démontrons par l’absurde en supposant le contraire, soit : « Il existe un entier p, tel que u p  l . »

- L'intervalle ouvert  l  1;u p  contient l.

Or, par hypothèse, lim u n  l . Donc l'intervalle  l  1;u p  contient tous les termes de la suite (un) à partir d'un
n 

certain rang (1).


- Comme (un) est croissante : u n  u p pour n  p .

Donc si n  p , alors u n   l  1;u p  (2).

(1) et (2) sont contradictoires, on en déduit qu'il n'existe pas p ϵ ℕ, tel que u p  l
Et donc la suite (un) est majorée par l.

Théorème de convergence monotone :


- Si une suite croissante est majorée alors elle est convergente.
- Si une suite décroissante est minorée alors elle est convergente.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 39


Cours

Remarque :
Ce théorème permet de s'assurer de la convergence mais ne donne pas la limite.
Dans l'exemple ci-dessous, la suite décroissante est minorée par 2. Cela prouve que la limite de la suite est
supérieure à 2 mais n'est pas nécessairement égale à 2.

Exemple : est croissante.


On considère la suite (un) définie pour tout entier On a démontré dans la méthode précédente que la suite

1 (un) est majorée par 3.


naturel n par u n 1  u n  2 et u 0  2 .
3
D'après le théorème de convergence monotone, on en
Démontrer que la suite (un) est convergente.
- On a démontré dans le paragraphe I. que la suite (un) déduit que la suite (un) est convergente.

Corollaire :

- Si une suite croissante est non majorée alors elle tend vers  .

- Si une suite décroissante est non minorée alors elle tend vers  .

Démonstration :
1) Soit un réel a.

Comme (un) n'est pas majorée, il existe un entier p tel que u p  a .

La suite (un) est croissante donc pour tout n  p , on a un  u p .

Donc pour tout n  p , on a un  a .

Et donc à partir d'un certain rang p, tous les termes de la suite appartiennent à l'intervalle a ;  .

On en déduit que lim un   .


n

2) Démonstration analogue.
Chapitre 2 :Les suites numeriques 40
Cours
Exemple : On suppose que u n  est majorée donc il existe un
 On considère la suite (un) définie pour tout
nombre réel l tel que lim u n  l alors lim u n 1  l donc
n  n 
entier naturel n par u n 1  u n  n ² et u 0  1
lim u n 1  u n  0
on démontre que lim u n  
n 

n 
Comme lim u n 1  u n  lim n ²   est contradictoire à
n  n 
on na pout tout entier naturel u n 1  u n  n ²  0
lim u n 1  u n  0 donc u n  est non majorée et par suite
donc (un) est croissante n 

 On démontre que (un) est n’est pas majorée u n  est croissante et non majorée alors lim u n  
n 

Application
1
On considère la suite (un) définie pour tout entier naturel n par an 1  an  et a0  0
an
démontrer que lim an  
n 

Théorème des gendarmes :

Soient (un), (vn) et (wn) trois suites définies sur ℕ et l un nombre réel.

Si, à partir d'un certain rang, u n  v n  w n et lim u n  lim w n  l alors lim v n  l .


n  n  n 

Par abus de langage, on pourrait dire que les suites (un) et (wn) (les gendarmes) se resserrent autour de la suite (vn) à

partir d'un certain rang pour la faire converger vers la même limite.

Ce théorème est également appelé le théorème du sandwich.

Démonstration :
Soit un intervalle ouvert I contenant l.

- lim u n  l , donc l'intervalle I contient tous les termes de la suite à partir d'un certain rang que l'on note n1.
n 

- lim wn  l , donc l'intervalle I contient tous les


n

termes de la suite à partir d'un certain rang que l'on


note n2.
- A partir d'un certain rang, que l'on note n3, on a
un v n w n .

- Ainsi pour tout n  max( n1; n2 ; n3 ) , l'intervalle I

contient tous les termes de la suite (vn).


Et donc lim v n  l
n 

Chapitre 2 :Les suites numeriques 41


Cours
Exemple : Déterminer une limite par encadrement  1 1
Or lim     lim  0 donc d'après le
 sin n  n 
 n  n  n
Déterminer la limite suivante : lim 1  
n 
 n  sin n
théorème des gendarmes lim 0
n  n
1 sin n 1
On a : 1  sin n  1 donc    .
Et donc lim 1 
sin n 
n n n  1
n 
 n 

Propriété
soit q un nombre réel on a :
q q  1 1  q  1 q 1 q 1

lim q n pas de limite 0 1 


n 

Démonstration dans le cas q  1

Prérequis : Pour tout entier naturel n, on a : 1  a   1  na (inégalité de Bernoulli),


n

On suppose que q  1 , alors on peut poser q  a  1 avec a  0 .

q n  1  a   1  na .
n

Or lim 1  na    car a  0 .
n 

Donc d’après le théorème de comparaison lim q   .


n
n 

Exemples : La suite de terme général 5  4n a pour  2 n 


b) 2n  3n  3n     1 .
 3  
 
limite  car lim 4   .
n
n 
n n
2 2
Déterminer les limites suivantes : Or lim    0 car   est une suite géométrique
 
n  3
3
 2 
n

a) lim
n  3 n 

b) lim 2n  3n  de raison
2 2
et 1   1 .
3 3

 2 3 n
   2 n 
c) lim 1         ...    Donc : lim     1  1 .
1 1 1 1
 n   3 
n   2 2   
 2 2 
Or lim 3   car 3n est une suite géométrique de
n

a)  2  est une suite géométrique de raison -2 et


n n 

raison 3 et 3 > 1.
2  1 .
  2 n 
Donc  2  ne possède pas de limite. Donc par limite d'un produit lim 3     1  
n n

 3 
n 

 2 
n

Et donc lim
n 
n'existe pas. n 

Et donc lim 2n  3n   . 
3

Chapitre 2 :Les suites numeriques 42


Cours
c) On reconnaît les n premiers termes d'une suite n 1
1
Or lim    0 comme limite d'une suite
 
n  2
1
géométrique de raison et de premier terme 1.
2 1
géométrique de raison .
n 1 2
1
2 3 1   n
1 1 1 1 2
1         ...       1 n 1   n 1

Donc lim 1      1 et lim 2 1      2 .
1
2    
2 2  
2 1
1
Donc . n     
 2   2 
n 
2
  1 n 1 
 2 1    
 2   2
1 1 1
3
1
n

  D'où lim 1         ...      2 .
n   2 2 2
 2 

Propriété
Soit   


1. Si   0 alors lim n  
n 


2. Si   0 alors lim n  0
n 

III. Suites de tupe u n 1  f (u n ) ;v n  f (u n )


1) Suite de type u n 1  f (u n )
A) Conjecturer limite d’une suite à partir d’une courbe
u 0  1
On considère la suite u n  définie par 
 2  u n ; (n  )
u n 1  u
 n

x 2
On considère la fonction f définie sur 
par f (x ) 
x
On a u n 1  f (u n ) on represente la courbe de f (voir le figure )

La représentation graphique de la suite nous permet de conjecturer que la suite u n  est convergente vers 2 et que 2

est la solution de l’équation f (x )  x


B) Vérification de la conjecture
un  2
On considère la suite v n  définie par  n  :v n 
un  1

u n 1  2
On a  n   : v n 1 
u n 1  1

2  un
2
un 1 u  2 
   n 
2  un 2  un  1 
1
un

Chapitre 2 :Les suites numeriques 43


Cours

1
  v n donc v n  est une suite géométrique de
2
1 1
raison  et de son premier terme v 0   donc
2 2
n 1
 1  un  2
vn   comme  n  :v n 
2 un  1
2 v n
donc u n  et par suite
1 v n
n 1
 1 
2 
un   2  1
n 1
comme 1   1 alors
 1  2
1  
 2 
n 1
 1
lim     0 donc lim u n  2
n 
 2 n 

Application :

u 0  1
Etudier la convergence de la suite u n  définie par  ; (n  )
u n 1  u n ²  u n  1

Propriété
Soit f une fonction définie et continue sur un intervalle I de tel que f (I )  I

Et soit u n  une suite définie par la relation : u n 1  f (u n ) et u 0  I

Si u n  est convergente et sa limite est l alors l est la solution de l’équation f (x )  x

Demonstation :

u n  est convergente alors lim u n  l


n 

Comme f est continue en l alors    0   0 x  I   0  x  l    f (x )  f (l )   

Comme lim u n  l alors  n0  n  n0  u n  l   il est facile


n 

à démontrer par récurrence que  n   un I on a  n0  n  n0  f (u n )  f (l )   donc

  0 n0  0n  n0   f (u n )  f (l )    donc lim f (u n )  f (l )


n 

et comme lim u n 1  l alors f (l )  l est par suite l est la solution de l’équation f (x )  x


n 

Chapitre 2 :Les suites numeriques 44


Cours

Exemple : soit u n  la suite définie par Soit n un élément de on a

u 0  1 1un
u n 1  u n  un
 2
 1  u n ; (n  )
u n 1   
 2  
 1  u  1
 n
un ²  
on étudie la convergence de la suite u n   2  1 un 
 un 
 2 
on considère la fonction f définie sur I  0;1 par
 
1 x  
f (x )   1  u n  2u n ²   1 
2  
 2  1  un 
  un 
 La fonction f est continue et croissante sur I donc :  2 
 2   
f (I )  f (0); f (1)   ;1 donc f (I )  I
 
 2   (2u n  1)(u n  1)   1 
  
 2   1  un 
 On montre que  n   0  un 1   un 
 2 
Pour n=0 on a u 0  1 donc 0  u 0  1 la
Comme 0  u n  1 alors u n 1  u n  0 donc
relation est vraie
u n  est croissante
Supposons qu’il existe un entier naturel n tel que
0  un 1 Et par suite on a u n  est majorée et croissante
donc elle est convergente et sa limite est l vérifie
Et montrons que 0  u n 1  1 0  l 1
f (l )  l et
On a 0  u n  1 donc u n  I donc On a
1 l
f (u n )  f (I ) comme f (I )  I alors u n 1  I f (l )  l   l  2l 2  l  1  0
2
c-à-d 0  u n 1  1 donc d’après la récurrence 1
l  ou l  1 comme
n   0  un 1 2
0  l  1 donc lim u n  1
 On étudie la monotonie de u n  n 

Application :
 1
u0 
On considère la suite u n  
définie par  5
; (n  )
u 3
n 1  u n ²  un

 4
3
On considère la fonction f définie par f (x )  x ²  x
4
1. Soit I  0;  démontrer que f (I )  I
1
 4
1
2. a) Démontrer que 0  un  n  .
4
b) Etudier la monotonie de la suite u n  .
c)Démontrer que la suite u n  est convergente .

d) Déterminer la limite de u n  .

Chapitre 2 :Les suites numeriques 45


Cours

2) Suite de type v n  f (u n )

Propriété
Si la suite u n  est convergente et sa limite est l et f une fonction continue en l alors la suite

v n    f (u n )  est convergente et sa limite est f (l )

 lim u n  l

Autrement dit n   lim f (u n )  f (l )
n 

f est continue en l

Exemples : 4n ²  1
f (x )  x . On a lim u n  lim 4
4n ²  1 n  n  n ²  2
Soit v n  la suite definie par v n 
n²  2 Et comme f est continue en 4 alors
4n ²  1 lim v n  lim f (u n )  f (4)  4  2
Possons u n  alors v n  f (u n ) avec n  n 
n²  2

Application :determiner limites des suites suivantes définie par :

 n  1  16n ²  3n  2   
1) u n  cos   ; 2) vn  ; 3) w n  sin  
 4n  2  2n ²  3 n  2

IV. Les suites adjacentes


Propriété

On dit que les deux suites u n  et v n  sont adjacentes si l’une est croissante et l’autre décroissante et que

lim (u n  v n )  0
n 

 0 et u n  est
Exemples : 6
On a lim (u n  v n )  lim
n  n  n
1
Soit u n  et v n  deux suite définie par u n  et
n croissante et v n  est décroissante donc u n  et v n 
5
vn 
n
n   
sont adjacentes.

Application : Démontrer que les deux suites u n  et v n  sont adjacentes

1 1 n
1 1
1) u n   et v n  ; 2) u n   et v n  u n 
n 2 n 1 k 1 k ! n!

Propriété
Si les deux suites u n  et v n  sont adjacentes donc elles sont convergentes et ont même limite

Démonstration :

Si les deux que u  est croissante et v  est décroissante et lim (u  v )  0


Supposons n n n n
n 
suites et

sont Chapitre 2 :Les suites numeriques 46


Cours

 On démontre que  n   un v n

Posons  n   w n v n  u n .

On étudie la monotonie de w n 

Soit n un élément de on a w n 1  w n  (v n 1  u n 1 )  (v n  u n )

 (v n 1  v n )  (u n 1  u n )

Comme u n  est croissante alors u n 1  u n  0 et v n  est décroissante alors v n 1  v n  0

Et par suite w n 1  w n  0 alors w n  est décroissante et tel que lim w n  0 alors w n  0 donc 0  v n  u n
n 

et par suite  n   un v n

On a u n  est croissante alors  n   u0  un

Et v n  est décroissante alors  n   v n  v 0 alors comme n   u n  v n

Alors  n   u0  un v n v 0

Comme la suite u n  est croissante et majorée par v 0 et la suite v n  est décroissante et minorée par u 0 alors les

deux suites u n  et v n  sont convergentes .

 Soit lim u n  l et lim v n  l ' on montre que l  l '


n  n 

On a lim (u n  v n )  l  l ' et comme lim (u n  v n )  0 alors l  l '  0 alors


n  n 
l  l '.

Remarque :
Si les deux suites u n  et v n  sont adjacentes telle que u n  est croissante et v n  est décroissante alors :

 n   u n  v n
 u n  est majorée par v 0
 v n  est minorée par u 0

Chapitre 2 :Les suites numeriques 47


Cours
Exemple : 1 1
v n 1  v n  u n 1  u n 

1) Soit u n  et v n  deux suites définies par : n 1 n
1 1 1 (n ²  n  1)
    0
1
n   (n  1) n  1 n n (n  1)3
n 3
1
un  

3
et v n  u n 
k 1 k n
Donc v n  est décroissante
On démontre que les suites ont même limite
1
 On a u n 1  u n 
1

 0 n  
  On a lim (u n  v n )  lim  0 donc u n  et
n  n  n
(n  1)3

donc u n  est croissante


v n  sont adjacentes donc elles sont convergentes
et ont même limite
 On a  n  

Chapitre 2 :Les suites numeriques 48


Exércices résolus
Exercice 1

 U0  0
Soit U la suite définie sur par 
Un 1  3Un  4 ; n 

1/a) Montrer que pour tout n  ; 0  Un  4

b) Montrer que U est strictement croissante

c) Déduire que U est convergente est calculer sa limite

1
2/a) Montrer que pour tout n de on a :0  4  Un 1  (4  Un )
2

1
b) Déduire que pour tout n de on a :0  4  Un  4( )n
2

c) Retrouver lim Un
n 

n
3/ Pour tout n 
*
on pose:Sn   Uk
k 1

1 n
a) Montrer que 0  4n  Sn  4(1  ( ) )
2

b) Déduire lim Sn
n  

Correction
1/a) Soit P : n  ; 0  Un  4 d’où U est une suite strictement croissante

c) * U est une suite strictement croissante et majorée


 Pour n  0 on a:0  U0  0  4 d’où P est vraie
par 4 donc elle converge vers une limite L
soit n  ; Supposons que :0  Un  4 et

Montrons que 0  Un 1  4. * Soit f la fonction définie par f(x)  3x  4

on a : 0  Un  4  0  3Un  12 On a

 4  3Un  4  16 f(Un )  Un 1 et f est continue sur


 0  4  3Un  4  16  4 
 0  U n 1  4   3 ;   or L  0; 4  donc f est continue en L

Cl : n  ; 0  Un  4 donc f(L )  L  3L  4  L
b)  3L  4  L2  L2  3L  4  0
Un 12  Un 2  3Un  4  Un 2  L  1   0 ; 4  ou L  4
donc
   Un  1 Un  4   0
D’où U converge vers 4

Chapitre 2 :Les suites numeriques 49


Exércices résolus

2/a) On a : n
1
0  4  Un  4  
2
3
4  Un 1  4  3Un  4   4  Un  or c) On a
1
n
4  3Un  4 et lim 4    0 donc lim Un  4
n  
2 n 

3/ On a
1 1 1
0  Un  4  6  4  3Un  4  8    n
8 4  3Un  4 6 1
0  4  Un  4  
3 3 1 2
   k
8 4  3Un  4 2 1 k
n
4  n nn n
1
 0   4  Uk    2   4   Uk  4   
k 1 k 1 k 1 k 1 k 1  2 
Et comme 0
n

4  Un  0 donc 0 
3 1
 4  Un    4  Un   4  4n
4  3Un  4 2 k 1

1   1 n 
 0   4  Un 1    4  Un   1 
1   2     1  
k n
2 Or n
1
et      1    
k 1  2  2   1     2  
 1  2  
   
n
1
b) Soit P' : n  ; 0  4  Un  4  
2 1
0 Somme d’une S.G de raison
1 2
* Pour n=0 on a : 0  4  U0  4  4    4 donc P’
2
  1 n 
est vrai D’où 0  4n  Sn  4  1    
n  2 
1
soit n  ; Supposons que :0  4  Un  4   b) On a :
2   1 n 
* n 1 0  4n  Sn  4  1    
1  2 
et Montrons que 0  4  Un 1  4   .  
2   1 n 
 4n  Sn  4n  4  1    
D’après 2/a) ona  2 
 
1 1 1 1
n n 1   1 n 
0   4  Un  1    4  U n   .       4n  4  1      Sn  4n
2 2 2 2  2 
  1 n 
1
n
Or lim 4n  4  1       donc lim S n  
Cl : n  ; 0  4  Un  4    2 
n  n 

2

Exercice 2 On considère la suite ( ) de nombres réels définie par :


| |√ | |√ | |√

Montrer que la suite

Correction
On va minorer | |√ √ √ Ce qui entraine

par une suite qui tend vers +∞ {1, … , }, { }


| |√ √

Chapitre 2 :Les suites numeriques 50


Exércices résolus

Donc

⏟ √ √ √ √ Alors

Exercice 3
On considère les deux suites (un)n N et (vn)n N définies par

(1) Montrer que (un)n est strictement croissante, et que (vn)n est strictement décroissante à partir d'un
certain rang.
(2) En déduire que (un)n et (vn)n convergent vers une même limite l.
(3) Montrer que cette limite est irrationnelle.

Correction

(1) Rappelons que, par convention, 0! = 1. Pour tout (3) Supposons, en vue d'obtenir une contradiction, que

n N, un+1 − un = 1/(n + 1)! > 0, donc (un) est . Alors l = p/q avec p, q N*. Pour n ≥ 2, nous

strictement croissante. avons un ≤ l ≤ vn, et comme q ≥ 2 (sans quoi la limite l

serait entière, ce qui est clairement faux), nous avons en

particulier

On voit donc que vn+1 − vn < 0 à partir de n = 2.


Il est facile de voir que q!uq est entier. L'entier
(2) Pour tout n ≥ 2, un ≤ vn ≤ v2 = 3 de sorte que (un)
q!l = q!(p/q) est donc compris entre les deux entiers
est une suite croissante et majorée. Elle converge donc
successifs q!uq et q!uq + 1 = q!vq, ce qui montre que
vers une limite l. De même, pour tout n ≥ 2, vn ≥ un ≥ u0
l {uq, vq}. Si l = uq, alors uq < uq+1 < · · · < l = uq, ce
de sorte que la suite (vn) est décroissante (à partir du
qui est absurde. Si l = vq, alors l = vq > vq+1 > · · · > l,
rang n = 2) et minorée, donc convergente.
ce qui est tout aussi absurde. Ainsi, nous avons montré
Or vn − un = 1/(n!) → 0 lorsque
que l ne peut pas être rationnel.
n → ∞, donc (vn) converge vers la même limite l.

Exercice 4
Soient 0, et trois réels. On considère la suite ( )≥0 de nombres réels définie par 0 et la
relation de récurrence :
+1 = +
1. Comment appelle-t-on la suite ( )≥0 lorsque = 1 ? Lorsque que = 0 et ≠1?
2. Exprimer dans les deux cas particuliers de la question 1.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 51


Exércices résolus
3. Dans le cas général, calculer 1, 2 et 3 en fonction de 0, et .
4. Démontrer par récurrence que le terme général de la suite est donné par : ∑ 𝐼𝑁

7. On suppose dans cette question que > 1 et que 0 + > 0. Montrer que la limite de la suite ( ) ℕ a pour
limite +∞.
8. On suppose dans cette question que 0 < < 1, montrer que ( )≥0 converge et que sa limite ne dépend pas de
0.

Correction
1. Lorsque = 1 alors +1 = + , la suite ( ) ℕ est

une suite arithmétique de raison . Lorsque = 0 et
≠ 1 alors +1 = , la suite ( ) ℕ est une suite Donc pour tout ℕ , on a
géométrique de raison ,
2. Lorsque = 1 alors = 0 + Lorsque = 0 et ∑
≠ 1 alors = 0(remarque, si = 1 cela ne change
5) on a ∑
rien).
3. 1 = 0 +
2 = 1 +
=( 0 + )+ 6. D’après 4. Pour tout ≥ 1 on a
= 2 0 + ( + 1)
= ∑ ( )
3 2+
2
=( 0 + + 1) +
3 2
= 0 +( + + 1)
4. Pour = 1 l’égalité est vérifiée (c’est même la
définition de 1), on peut aussi remarqué que la relation
est aussi vérifiée pour = 2 et = 3 d’après 3.
Montrer que l’égalité au rang entraine celle au rang
7. Comme > 1, → +∞ lorsque → +∞ et
=1
0 + > 0 équivaut à 1 − 0 > 0, on reprend

( ∑ ) l’expression du 7. Il est clair que → +∞


8. Comme 0 < < 1, → 0 donc ( 1 − 0) − →−
( )

Et effectivement cette limite ne dépend pas de 0.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 52


Exércices et problèmes

Exercice 1 0. Retrouver le résultat des deux premières questions.


Soit ( )≥0 la suite de nombres réels

définie par 0 ]0,1] et par la relation de récurrence

Exercice 4
Soit ( ) ℕ définie par 0 = 1 et la relation de

1. Montrer que : ℕ, > 0. récurrence

2. Montrer que : ℕ, ≤ 1.

3. Montrer que la suite est monotone. En déduire que la Et soit ( ) ℕ définie par

suite est convergente.

4. Déterminer la limite de la suite ( )≥0. 1. Montrer que ( ) ℕ est une suite géométrique de

Exercice 2
Soit ( )≥0 la suite de nombres réels définie par 2. Exprimer en fonction de .
0 ]1,2] et par la relation de récurrence 3. Exprimer en fonction de .
4. Montrer que ( ) ℕ converge et déterminer sa
limite.
1. Montrer que : ℕ, > 1.
2. Montrer que : ℕ, ≤ 2. Exercice 5
3. Montrer que la suite est monotone. En déduire que la
1. Déterminer la limite de la suite ( )dont le terme
suite est convergente.

4. Déterminer la limite de la suite ( )≥0.

Exercice 3 2. En déduire la limite de la suite de terme général

Soit ( ) une suite définie par la relation de récurrence √



Exercice 6
Et la donnée de (√ )
0

1. a. Montrer que si 0 ≤ 2 alors pour tout ≥ 0, ≤2
et que la suite est monotone.
b. En déduire que la suite est convergente et déterminer ( (√ ))

sa limite.

2. a. Montrer que si 0 ≥ 2 alors pour tout ≥ 0, ≥2
que la suite ( ) ℕ converge et déterminer sa limite.
et que la suite est monotone.
b. En déduire que la suite est convergente et déterminer Exercice 7
sa limite. On considère la suite ( ) ℕ définie par 0 = 0 et par la
3. a. On pose = − 2. Montrer que la suite ( ) est relation de récurrence

b. En déduire une expression de en fonction de et 1. Montrer que pour tout ℕ, > 0.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 53


Exércices et problèmes

2. Calculer la limite éventuelle de la suite ( ) ℕ. A l’aide de la question 1. Montrer que ( ) ℕ est


3. Montrer que pour tout ℕ, < 3. convergente et déterminer sa limite.
4. Montrer que la suite est croissante, que peut-on en Exercice 13
conclure ?
Soit ( ) ℕ la suite à valeurs réelles définie par la
Exercice 8
donnée de 0, 1 et la relation de récurrence ℕ,
On considère la suite de nombre réel définie par son
2 +2 −5 +1 +2 =0
premier terme 0 = 0 et par la relation de récurrence :
Soient ( ) ℕ et ( ) ℕ les suites à valeurs réelles
définies, pour tout ℕ, par :

Montrer que la suite ( ) ℕ est convergente et


déterminer sa limite.
1. Montrer que ( ) ℕ est une suite géométrique de
Exercice 9
raison . En déduire une expression de en fonction
Soit ( ) ℕ la suite définie par récurrence par 0 = et

par la relation de récurrence de , de 0 et de 1.

1. Montrer que pour tout ℕ, 1 < < 2. 2. Montrer que ( ) ℕ est une suite géométrique de

2. Montrer que ( ) est strictement monotone. raison 2. En déduire une expression de en fonction

3. En déduire que ( ) est convergente et déterminer de , de 0 et de 1.


sa limite. 3. Calculer + de deux façons différentes et en


déduire en fonction de , de 0 et de 1.
Exercice 10
Montrer que la suite ( ) ℕ de terme général définie 4. Selon les valeurs de 0 et de 1 déterminer si la suite

par: ( ) ℕ converge et le cas échéant déterminer sa limite.

Exercice 14

Est convergente et déterminer sa limite. Soit ( ) ℕ la suite définie par la donnée de 0 et de 1

et la relation de récurrence 2 +2 − +1 − = 0 On
Exercice 11
pose pour tout ℕ = +1 − et =2 +1 +
Montrer que la suite ( ) ℕ de terme général définie 1.Montrer que ( ) ℕ est une suite géométrique de
par :

. On exprimera en fonction de , 0 et 1.

Est convergente et déterminer sa limite. 2. Montrer que ( ) ℕ est une suite constante.
On exprimera en fonction 0 et 1.
Exercice 12 3. En calculant −2 + de deux façons différentes,
1. Montrer que pour tout ℕ exprimer en fonction de , 0 et 1.

4. On pose pour tout ℕ 𝑆 ∑


Calculer 𝑆 en fonction de , 0 et 1. Pour quelles
2. Soit ( ) ℕ la suite réelle définie pour tout > 0 par
valeurs de 0 et 1 la suite (𝑆 ) ℕ admet-elle une limite

∑ finie et dans ce cas exprimer cette limite en fonction de


0.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 54


Exércices et problèmes

Exercice 15 Exercice 21
On considère la suite de nombres réels définie par son On considère la suite ( )≥1 de nombres réels définie
premier terme et par la relation de récurrence : (√ )

√ Montrer qu’elle est convergente et préciser sa limite.


Exercice 22
Montrer que la suite ( ) ℕ est bien définie, On considère la suite ( ) ℕ de nombres réels définie
convergente et déterminer sa limite. par :
Exercice 16

1. Calculer, si cette limite existe. 1. Montrer que la suite ( ) ℕ est croissante.


√ 2. Montrer que la suite ( ) ℕ est convergente et que sa

limite vérifie
2. Etudier la suite ( ) ℕ de nombres réels définie par la
Exercice 23
donnée de : 0 < 0 < 1 et = −1 − ( −1)2
On considère la suite ( ) ℕ de nombres réels définie
Exercice 17
par :
Calculer, si elle existe, la limite, lorsque tend vers
l’infini, de l’expression √ √ ( )
Exercice 18 1. Montrer qu’il existe un entier naturel 0, tel que pour
Soit ( ) ℕ définie par :
tout

√ | |
Montrer que la suite ( ) ℕ converge et déterminer sa
2. Montrer que la suite converge et déterminer sa limite.
limite.
Exercice 19
Pour tout 24ℕ , on pose :
Exercice
On considère les suites ( )≥1 et ( ) ≥1 de nombres
réels définies pour tout ≥ 1 par : √ √ √
1. Montrer que ( )≥1 est une suite divergente.
2. Pour tout ℕ , on pose :
Montrer que ces deux suites sont convergentes et ont la
même limite (que l’on ne cherchera pas à calculer).

Exercice 20 a) Montrer que, Pour tout ℕ :
On considère la suite ( )≥0 de nombres réels dont le
(√ √ )
terme général est défini par récurrence en posant : √ √
√ b) En déduire que, pour tout ℕ :
1. Montrer que, pour tout ℕ, 1 ≤ . √ √
2. Montrer que la suite ( )≥0 est décroissante. c) Montrer que ( )≥1 est convergente et précisez sa
3. En déduire que la suite ( )≥0 est convergente et limite.
déterminer sa limite.
Chapitre 2 :Les suites numeriques 55
Exércices et problèmes

Exercice 25 1. Etudier la monotonie de la suite (un)


Soient ( ) ℕ et ( ) ℕ les suites définies par : 2. a. Démontrer que, pour tout entier naturel n, un  n2 .
b. Quelle est la limite de la suite (un) ?
∑ ∑
3. Conjecturer une expression de un en fonction de n,

1. Montrer que ( ) ℕ et ( ) ℕ sont strictement puis démontrer la propriété ainsi conjecturée.

monotones. Exercice 29
2. Montrer que ces deux suites convergent vers la même 1
Soit (un) la suite de terme général un  1 
limite. n( 2)n

Exercice 26 définie pour n > 0.


1. Soit (𝐻 ) la proposition suivante. 1. Calculer les cinq premiers termes de la suite (un).
2. On admet les deux résultats suivants :
ℕ ℕ
* pour tout n pair non nul, ( 2)  1 ,
n

* pour tout n impair, (2)n  1 .


Montrer (𝐻 ) par récurrence sur . 1
a. Montrer que pour tout n > 0, on a : 1  1.
2. Soit ( )≥1 la suite définie par : ( 2)n
b. En déduire que pour tout n > 0, on a l’encadrement

1 1
1  un  1  .
Montrer que la suite ( )≥1 est convergente et on ne n n

cherchera pas à déterminer la limite de cette suite. c. Montrer que la suite (un) converge et déterminer sa
limite.
Exercice 27
Exercice 30
On considère la suite  un n1 définie par :  u0  1

On définit une suite (un) par  1
un1  un  2n  1 .
n


1 1 1 1 1
un     ...   
 2
k 1
n k n1 n 2 n n1 n n
 1. Calculer u1, u2, u3. La suite (un) est-elle croissante ou
1. Montrer que, pour tout entier k  , on a
décroissante?
1 1 1
  . 2. On pose vn = un − 4n + 10. Calculer v0, v1, v2, v3.
n n n k n1
3. Montrer que la suite (vn) est géométrique, en préciser

2. En déduire que, pour tout n de :
la raison.
n n 4. En déduire l’expression de vn en fonction de n.
 un  .
n n n1
5. En déduire l’expression de un en fonction de n.
3. Montrer que la suite  u n  est convergente et préciser 6. Quelle est la limite de (un)?

sa limite.
Exercice 31
Exercice 28
Soit (an )et (bn ) les suites définies pour tout n entier
u 1
On considère la suite (un) définie par  0 naturel par :
 un1  un  2n  3

Pour tout entier naturel n.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 56


Exércices et problèmes


 a0  2, b0  3 Exercice 33

 1 On considère la suite un définie par :
 an1  (3 an  2bn )
 5
  1
1  u0 
 bn1  5 (2 an  3 bn )  8

 un1  un (2  un )
1. Soit (un) la suite de terme général un  an  bn .
1. a. Calculer u1 et u2 .
Montrer que (un )est constante et calculer un.
b. Tracer dans un repère orthonormé la courbe
2. Soit (vn) la suite de terme général vn  an  bn .
représentative P de la fonction f : f ( x)  x(2  x) ainsi
Montrer que (vn ) est une suite géométrique. En déduire
l'expression de vn en fonction de n. que la droite d (y = x).

3. Exprimer an et bn en fonction de un et vn puis en c. Utiliser d et P pour construire sur l’axe des abscisses

fonction de n. Calculer lim an et lim bn . les points A1 , A2 , A3 d’abscisses respectives


n n

Exercice 32 u1 , u2 , u3 .
On définit la suite un par son premier terme u0 et la
2. a. Montrer par récurrence que 0  un  1 .
u 6
relation de récurrence : un1  n b. Montrer que (u n ) est croissante.
un  2
3. On considère la suite vn  1  un .
1. Montrer qu’il existe deux valeurs a = 2 et b = –3 de
a. Montrer que vn1  vn .
2
u0 tels que la suite un soit constante
n
b. Montrer par récurrence que vn  v0 . En déduire
2
x6
2. Soit f ( x )  ; après avoir étudiée f sur R*+,
x2 l’expression de vn puis celle de un .

tracer sa courbe représentative ainsi que la droite y = x c. Déterminer la limite de vn puis celle de un .

sur l’intervalle [0 ; 5] et représenter les premiers termes Exercice 34


de un (on prendra u0  0 ). On considère les deux suites ( un ) et ( vn ) définies, pour

Conjecturer le comportement de un (sens de variation, tout entier naturel n, par :

limite).  u0  3  v0  4
 
3. Montrer que si u0 est différent de a et b, il en est de  un  vn et  un1  vn .
 un1   vn1 
 2  2
même de un (faire une démonstration par récurrence)
1. Calculer u1 , v1 , u2 , v2 .
un1  a un  a
4. Calculer
un1  b en fonction de un  b . En déduire 2. Soit la suite ( wn ) définie pour tout entier naturel n
un  a par wn  vn  un .
la nature de la suite vn  u  b . Donner l’expression
n
a. Montrer que la suite ( wn ) est une suite géométrique
de vn en fonction de n puis celle de un . Calculer la
1
limite de un quand n tend vers +. de raison .
4

Chapitre 2 :Les suites numeriques 57


Exércices et problèmes
b. Exprimer wn en fonction de n et préciser la limite de u0 = 3 et les relations :

la suite ( wn ) . un  vn 7
un1  et vn 
2 un
3. Après avoir étudié le sens de variation des suites ( un )
1. Calculer v0, u1, v1, u2, v2, u3 et v3. Donner
et ( vn ) , démontrer que ces deux suites sont adjacentes.
Que peut-on en déduire ? l'approximation de u3 et v3 lue sur la calculatrice.
4. On considère à présent la suite ( tn ) définie, pour tout 2. Justifier par récurrence que pour tout n de , un > 0
un  2vn
entier naturel n, par tn  . et vn > 0.
3
a. Démontrer que la suite ( tn ) est constante. 3. a. Démontrer que quel que soit n de ,
b. En déduire la limite des suites ( un ) et ( vn ) .
 un  vn 2  28   un  vn 2 .
Exercice 35 1
b. En déduire que un1  vn1   un  vn 2 .
On définit les suites (an) et (bn) par a0 =1, b0 =7 et 4un1

 1 c. Conclure que quel que soit n on a un  vn  0 .


 an1  3  2 an  bn 
 . 4. En s’aidant de la question 3. c., prouver que la suite
 b  1  a  2b  (un) est décroissante et que la suite (vn) est croissante.
 n1 3 n n

21
5. a. Démontrer que quel que soit n de *, un  .
 
Soit D une droite munie d’un repère O ; i . Pour tout 8
b. Utiliser le résultat précédent pour démontrer que
n de , on considère les points An et Bn d’abscisses
1
respectives an et bn. un1  vn1   un  vn 2 .
10
1. Placez les points A0, B0, A1, B1, A2 et B2.
c. En déduire, à l'aide d'un raisonnement par récurrence
2. Soit (un) la suite définie par un = bn – an. Démontrez
1
que (un) est une suite géométrique dont on précisera la que un  vn  n 1
.
10 2
raison et le premier terme. Exprimez un en fonction de
d. Déterminer la limite de un – vn lorsque n tend vers
n.
 .
3. Comparez an et bn. Étudiez le sens de variation des
6.Conclure que les suites (un) et (vn) sont adjacentes et
suites (an) et (bn). Interprétez géométriquement ces
déterminer leur limite commune.
résultats.
4. Démontrez que les suites (an) et (bn) sont adjacentes. Exercice 37
5. Soit (vn) la suite définie par vn = bn – an pour tout
On considère les suites  an  et b n  définies par :
entier n. Démontrez que (vn) est une suite constante. En
déduire que les segments [AnBn] ont tous le même a0  3 , b0  1 et pour tout entier naturel n on a :
milieu I. 2an  bn  3 a  2bn  3
an 1  et bn 1  n . On pose
6. Justifiez que les suites (an) et (bn) sont convergentes 3 3
et calculez leur limite. Interprétez géométriquement ce u n  an  bn
résultat.
1)a/ Montrer que pour tout entier naturel n ,
Exercice 36 n
1
On considère les suites (un) et (vn) définies sur IN par un  2 
3

Chapitre 2 :Les suites numeriques 58


Exércices et problèmes

b/ En déduire la limite de u n  4/ Vérifier que nlim (u n  v n )  0




an  bn 5/ En déduire que u et v ont la même limite L


2) On pose , pour n  IN , v n 
*
n
6/a) Montrer que  p  1 on a : p!  2
p

a/ Montrer que pour tout n  1 on a : v n  2


b) En déduire que L  2
b/ Montrer que pour tout n  1 on a :
Exercice 40
2 v n
v n 1  v n  . Soit U la suite définie sur par
n 1
c/ En déduire que v n  converge vers un réel l  0 
 U0  0

3.Exprimer alors en fonction de Un 1  3Un  4 ; n 

et n puis déterminer les limites des suites  an  et 1/a) Montrer que la suite U est majorée par 4
b n  . b) Montrer que U est strictement croissante

Exercice 38 c) Déduire que U est convergente est calculer sa

{ limite

2/a) Montrer que pour tout
1) Montrer par récurrence que pour tout n  IN, on a :
1
n de on a :0  4  Un 1  (4  Un )
2
2) a)Montrer que est une suite croissante.
b) Déduire que pour tout
b)En déduire que la suite u est convergente et 1
n de on a :0  4  Un  4( )n
déterminer sa limite. 2

c) Retrouver lim Un
ℕ n 

n
3/ Pour tout n 
*
on pose:Sn   Uk
k 1

n 1
b) Exprimer puis en fonction de a) Montrer que 0  4n  Sn  4(1  ( ) )
2
c) En déduire la limite de la suite ( ).
Déduire lim Sn .
n  
Exercice 39
n
1
Soit u la suite définie par :  n 
*
un   Exercice 41
p  0 P!
Soit u la suite définie sur par :
1/ Calculer : u1 ; u 2 et u 3 u 0  1

u 4
2/ Montrer que la suite u est croissante  n 1  4  u ; n 
 n
3 / Soit v la suite définie par :
1/a) Montrer que  n  , un  2
1
n  *
v n  un 
n.n! b) Montrer que ( un ) est croissante
Montrer que v est une suite décroissante
c) En déduire que ( u n ) est convergente et calculer

Chapitre 2 :Les suites numeriques 59


Exércices et problèmes

sa limite b- Montrer que  u n  est une suite croissante.

2/ Soit v la suite définie sur par v n 


1 c- En déduire que  u n  est convergente et
un  2
calculer sa limite.
 v n  la suite définie sur IN par :
a) Montrer que v est une suite arithmétique de
3°) Soit
1
raison  2
2 un
vn  2
b) En déduire v n à l’aide de n et calculer 3  un
a- Montrer que  v n  est une suite arithmétique de
c) Exprimer u n à l’aide de n et retrouver raison 1.
b- Exprimer v n en fonction de n. En déduire u n en

fonction de n .
Exercice 42 c- Retrouver alors la limite de u n .
Soit la suite (un) définie sur ℕ par :

Exercice 44
,
√ Soit  un nombre réel appartenant à l’intervalle  0,1 .

1) a)Montrer que pour tout 𝐼𝑁 0  u n  4 On considère la suite  u n  définie sur IN par :

u0  2

 u n 1  1    .u n  
(un ) 
 un

1°) a- Montrer que pour tout entier n , on a : u n  1.

4 b- Montrer que  u n  est une suite décroissante.


n de IN, u n  4 
c- En déduire que  u n  est convergente et trouver sa
2n
b) Retrouver les résultats du 1°) c)
limite.
Exercice 43
2°) Soit  v n  la suite définie sur IN par :

On considère la suite réelle  u n  définie sur IN par :


vn  u n  1 .
un  
u0  0 a- Montrer que  v n  est une suite géométrique de raison
 3
 u n 1  2 .

 6  un
b- Exprimer v n en fonction de n et  . En déduire
1°) Calculer u 1 et u 2 .
l’expression de u n en fonction de n et  .
2°) a- Montrer que n   on a : 0  u n  3
c- Retrouver alors la limite de la suite u n quand n

tends vers   .

Exercice 45
On considère la suite réelle  u n  définie sur IN par :

Chapitre 2 :Les suites numeriques 60


Exércices et problèmes

u 0  4 croissante.

 u n 1  12  u n 4°) a- Montrer que pour tout entier n, on a :
1
1°) Vérifier que u n1  3  un  3 .
2
3  un
 n   ; u n 1  3  b- Montrer par récurrence que.
12  u n  3
n
1
2°) Montrer que  n   , u n1  3   
2
1
 n ; u n 1  3  un  3
3 c- En déduire la limite de la suite u n puis celle de

3°) Montrer que  n   ;


 1 n
u n 1  3   
 vn 
3 Exercice 48
4°) Déterminer la limite de u n quand n tends vers Soit la suite réelle u définie sur IN par


Exercice 46 u 0  4

On considère la suite réelle  u n  définie sur IN  4u n  3
 u n 1  u ; n 
 n
 u0  cos  / 0    
par :  2 1/a) Montrer que la suite u est minorée par 3
 1  un
 u n 1  b) Montrer que la suite u est décroissante
 2

2 
c) En déduire que la suite u est convergente
1°) Montrer que u 1  cos  . 1
2/a) Montrer que  n  , u n 1  3  (u n  3).
3
2°) Montrer que n   on a : 0  u n  1 et que
1
 u n  est une suite croissante. n
b) En déduire que  n  , u n  3  ( ) .
3
3°) Montrer que  u n  est convergente vers un réel à
c) Calculer la limite de la suite u
préciser.
Exercice 49
4°) Montrer que n   on a :
Soit la fonction f définie sur l’intervalle
 
u n  cos n  ;Retrouver alors la limite de  u n  . 2x  1
2   0 , 2  par f(x)  x 1
Exercice 47  u0  2

Soit u la suite définie sur IR par :  3 1/a) Donner les variation de f sur l’intervalle  0 , 2 
u n 1  2 

 b) Montrer que si x   1, 2  alors f(x)   1, 2 
un
1°) Montrer que  n   , u n  2 .
2°) Déterminer le sens de variation de la fonction c) Tracer la représentation graphique de f dans un

f définie sur   par f x   2 


3
. R.O.N (o , i , j ) ( unité graphique 4 cm )
x
2/ Soit u la suite définie sur IN par
3°) Soit la suite  v n  définie sur IN par : vn  u2 n . u 0  1

a- Montrer par récurrence que la suite  v n  est majorée u n 1  f(u n ) , n  0
par 3. a) Construire sur l’axe des abscisses les trois
b- Montrer par récurrence que la suite  v n  est premiers termes de la suite u

Chapitre 2 :Les suites numeriques 61


Exércices et problèmes
b) A partir du graphique que peut-on conjecturer
Exercice 52
concernant le sens de variation et
On considère la suite définie par : u0=0 et pour tout
la convergence de la suite u
3/a) Montrer par récurrence que pour tout entier entier n : √
1° a) A l'aide de votre calculatrice, calculer les quatre
naturel n , 1  u n  u n 1  2
premiers termes de cette suite.
1 5
c) Montrer que u converge vers   b) Faire une conjecture sur le sens de variation de la
2
suite (un).
Exercice 50
2°) On considère la fonction définie pour x [0;3] par :
Soit u la suite définie sur IN par

u 0  3
 a) Calculer la dérivée de la fonction f .
u n 1  u n  1 ;  n  b) En déduire que la fonction f est strictement
1) Montrer par récurrence que la suite u est croissante sur [0;3] et dresser son tableau
décroissante de variations. Préciser les valeurs de de la fonction aux
2) Montrer que la suite u est convergente bornes de cet intervalle.
3) Calculer c) Démontrer que : [ si x [0;3] alors f (x) [0;3] ].

Exercice 51 d) Démontrer par récurrence, que pour tout entier n,


0⩽un⩽3
Soit u la suit réelle définie sur IN par :
e) Démontrer par récurrence, que la suite (un) est
u 0  0
 strictement croissante.
u  2
, n  IN
 n 1 f) En déduire que la suite (un) est convergente.
 4  u 2
n
g) Déterminer la limite de la suite (un).
1) a- Montrer que pour tout n  IN, on a :
0  un  2 Exercice 53 (Nombres de Fermat )
b- Montrer que la suite u est croissante.
1. Pour tout entier naturel n, on note Fn  2
2n  1 .
c- En déduire que u est convergente et calculer sa
Calculer F0, F1, F2, F3.
limite.
2. Démontrer par récurrence que pour tout n > 1, on a
u 2n
2) Soit la suite v définie sur IN par : vn = F0  F1  F2 ...  Fn  Fn1  2 .
2  u 2n
a- Montrer que v est une suite arithmétique de raison 1. 3. Montrer que la suite  Fn  est croissante et non

b- Exprimer vn puis un en fonction de n. majorée. Quelle est sa limite ?


c- Retrouver la limite de un lorsque n tend vers +. Exercice 54

3) Pour tout n  IN*, on pose : ∑ 1. Montrer par récurrence que pour tout n  0, on a

a- Montrer que pour tout n  IN* : 3n  n2 (n  1) .

n n 2. On définit, pour n  1, la suite ( un ) par


 sn 
n n n 1 1 2 n
un    ...  n .
b- En déduire la limite de sn lorsque n tend vers +. 31 32 3
a. Quel est le sens de variation de ( un ) ?

Chapitre 2 :Les suites numeriques 62


Exércices et problèmes
b. Montrer par récurrence que pour tout entier k  1, moyenne sur le bureau de Gaston pendant les n

3
k
k 1 premiers jours (en comptant comme jour 0 le soir où il
k     0 . En déduire que, pour tout k  1, k  k
2 3 2 y avait 2000 lettres). Exprimer M n en fonction de n.
puis un majorant de un . Que peut-on en conclure pour Quel est le sens de variation de  M n  . La suite  M n 
( un ) ? est-elle convergente ?
1 Généralisation : On considère une suite v donnée et la
3. On définit pour n  1 la suite ( vn ) par vn  un  .
n
suite u dont le terme général un est la moyenne
En utilisant la question 1), montrer que ( vn ) est n

v
1
décroissante. Quelle est la limite de ( vn  un ) ? Que arithmétique : un  k .
n k 1
peut-on en conclure pour ( vn ) ? A partir du calcul des premiers termes et d’une
Exercice 55 ( Les lettres de Gaston) représentation graphique, on demande de conjecturer
3 une expression de un en fonction de n, que l’on
On définit la suite ( un ) par u0  2000, un1  un  200 .
4
demande de démontrer.
1. Dans un repère de votre choix, représenter les
3 Exercice 56
droites d’équation respectives y  x et y  x  200 ,  u0  a
4 On considère la suite un définie par 
 un1  un (2  un )
puis les premiers termes de la suite ( un ) .
où a est un réel donné avec 0 < a < 1.
2. On pose pour tout n vn  un  800 . Montrer que la
1
suite ( vn ) est géométrique. En déduire l’expression de 1. On suppose que a  ;
8
un en fonction de n et la limite de ( un ) . Au bout de a. Calculer u1 et u2 .
combien de temps a-t-on un  810 ? b. Tracer dans un repère orthonormal la courbe
3. Gaston L, garçon de bureau aux éditions Dupuis, se représentative P de la fonction f : f ( x)  x(2  x) ainsi
plaint à sa dulcinée : « Voyez-vous, m’oiselle Jeanne, que la droite d (y = x).
tous les jours je sais traiter le quart de mon courrier en c. Utiliser d et P pour construire sur l’axe des abscisses
retard, mais il m’arrive 200 lettres de plus chaque
les points A1 , A2 , A3 d’abscisses respectives
matin .» « Monsieur Gaston, vous arriverez bien à
u1 , u2 , u3
trouver une solution, vous êtes si intelligent… » Oui,
mais quelle solution, sachant qu’hier soir il y avait 2. On suppose dans cette question que a est

2000 lettres sur le bureau de notre héros ? quelconque (0 < a < 1).

4. La question a. est indépendante de ce qui précède a. Montrer par récurrence que 0  un  1 .

a. Si ( xn ) est une suite croissante, on définit ( yn ) par b. Montrer que un est croissante.

x0  x1 ...  xn c. Que peut-on en déduire ?


yn  . Montrer que ( yn ) est croissante et
n1 1
3. On suppose de nouveau a  et on considére la
que pour tout n on a yn  xn . Que peut-on dire pour une 8

suite ( xn ) décroissante (on ne justifiera pas ses suite vn  1  un .

affirmations). a. Exprimer vn1 en fonction de vn


b. On appelle M n la quantité de lettres qu’il y eu en b. En déduire l’expression de vn en fonction de n.
c. Déterminer la limite de vn puis celle de un .

Chapitre 2 :Les suites numeriques 63


Exércices et problèmes

Exercice 57 ( Suite de Syracuse ) Suggèrent ces tracés ? À l'aide du même procédé,


On considère la suite un définie par la donnée de son décrire ce qui se passe lorsque a > 1 (on ne demande
pas une discussion complète).
premier terme u0  p et par la relation :
3. On suppose encore : a = b = c = 1. Montrer que la
1
Si un est pair, un1  un ; si un est impair, suite (un) est décroissante et que tous ses termes sont
2
positifs. En déduire que la suite admet une limite et
un1  3un  1 .
montrer que cette limite est nulle.
1. Que devient un pour p = 1, 2, 3, 7, 8, 11, 27, 28.
4. On suppose à présent que a = 6, b = 2, c = 18.
Constatation(s) ?
Déterminer le graphe de la fonction g définie par
2. On appelle vol de p le nombre V(p) de termes de la
t3
suite un et hauteur de p le nombre H(p), plus grand g( t)  2t  . Déterminer les solutions des équations
54
terme de la suite un. Déterminer V(11) et H(11). g(t) = t et g(t) = 0. En choisissant les unités des axes
2. Calculer de même V et H pour p  2 , k entier.
k
les plus grandes possibles, dessiner la partie du
Donnez un autre exemple où le calcul est simple graphique correspondant au cas où la variable parcourt
3. On suppose que la conjecture est vérifiée pour tous le segment [0 ; 11]. Dessiner également la première

les nombres jusqu’à p. Que dire si H  p  1   p ? bissectrice des axes et définir des tracés qui permettent
la détermination des quatre premiers termes de la
4. Les nombres entiers peuvent être rangés dans quatre
suite. Calculer ces quatre premiers termes. Quelles
groupes : ceux de la forme 4k, de la forme 4k+1, de la
sont vos remarques en ce qui concerne le
forme 4k+2 ou de la forme 4k+3 avec k entier. Que
comportement de cette suite ?
pouvez-vous dire dans les trois premiers cas ?
Exercice 59
Exercice 58
Soit I l’intervalle [0 ; 1]. On considère la fonction f
On se propose d'étudier une suite définie par une
3x  2
relation de récurrence. Les réels a, b et c étant donnés, définie sur I par f ( x )  .
x4
la suite (un) est ici définie par :
1. Etudier les variations de f et en déduire que, pour
 u0  a
 tout x élément de I, f  x  appartient à I.
 1
 un1  bun  ( un )3 pour t out ent ier n
 3c 2. On considère la suite (un) définie par u0 = 0 et
1. On choisit b = c = 1. Étudier les variations de la 3un  2
un1  f ( un )  . Montrer que, pour tout n entier,
1 un  4
fonction f définie par f (t)  t  t3 sur [0 ;
3 un appartient à I.
Représenter le graphe de cette fonction. En déduire On se propose d’étudier la suite (un) par deux
ensuite le graphe de f lorsque la variable parcourt la méthodes différentes.
totalité de . Première méthode
2. On suppose b = c = 1. À l'aide de la première 3. a. Représenter graphiquement f dans un repère
bissectrice des axes tracés dans un repère sur lequel on orthonormal d’unité graphique 10 cm.
reproduira le graphique précédent, définir des tracés b. En utilisant le graphique précédent, placer les points
qui permettent la détermination des quatre premiers
A0, A1, A2 et A3 d’ordonnée nulle et d’abscisses
termes de la suite précédente lorsque le premier terme
est défini par a = 1. Quelle conclusion sur la suite vous respectives u0, u1, u2 et u3.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 64


Exércices et problèmes

Que suggère le graphique concernant le sens de 1. On considère un réel  non nul et on définit sur IN
variation de (un) et sa convergence ?
la suite  tn  par tn   n . Démontrer que la suite
(1  un )( un  2)
c. Etablir la relation un1  un 
un  4
et en
 tn  appartient à l'ensemble (E) si et seulement si 
déduire le sens de variation de la suite (un). est solution de l'équation  2    0,24  0 .
d. Démontrer que la suite (un) est convergente. En déduire les suites  tn  appartenant à l'ensemble
e. Prouver que la limite l de la suite (un) vérifie l = f(l)
(E).
et calculer l.
On admet que (E) est l'ensemble des suites  un 
Deuxième méthode : On considère la suite (vn) définie
un  1 définies sur IN par une relation de la forme
par vn  .
un  2 un    1,2     0,2  où
n n
 et  sont deux réels.
4. a. Prouver que (vn) est une suite géométrique de
2 2. On considère une suite  un  de l'ensemble (E).
raison .
5 Déterminer les valeurs de  et  telles que u0  6
b. Calculer v0 et exprimer vn en fonction de n.
c. Exprimer un en fonction de vn, puis en fonction de n. et u1  6,6

d. En déduire la convergence de la suite (un) et sa En déduire que, pour tout entier naturel n,
39 3
limite l. un   1,2    0,2 n .
7 7
Exercice 60
Soit a un nombre réel tel que −1 < a < 0. 3. Déterminer lim un .
n

On considère la suite u définie par u0 = a, et pour tout Partie B


entier naturel n, un1  un  un . On considère la suite  vn  définie sur IN par : v0 = 6
2

1. Étudier la monotonie de la suite u.


et, pour tout entier naturel n, vn1  1,4vn  0,05vn .
2

2. a. Soit h la fonction définie sur IR par


1. Soit f la fonction définie sur IR par
h  x   x2  x Étudier le sens de variations de la
f  x   1,4 x  0,05 x 2 .
fonction h.
a. Étudier les variations de la fonction f sur l'intervalle
En déduire que pour tout x appartenant à l’intervalle
[0 ; 8].
]−1 ; 0[, le nombre h  x  appartient aussi à b. Montrer par récurrence que, pour tout entier naturel
l’intervalle ]−1 ; 0[. n, 0  vn  vn1  8 .
b. Démontrer que pour tout entier naturel n on a :
2. En déduire que la suite  vn  est convergente et
−1 < un < 0.
déterminer sa limite l.
3. Étudier la convergence de la suite u. Déterminer, si
elle existe, sa limite. Exercice 62

Exercice 61 Les deux questions de cet exercice sont indépendantes.


Les parties A et B sont indépendantes.
1. On considère la suite (un) définie par : u0  1 et,
Partie A
On considère l'ensemble (E) des suites  xn  définies pour tout nombre entier naturel n, un1  un  4 .
1
3
sur IN et vérifiant la relation suivante : pour tout entier
On pose, pour tout nombre entier naturel n, vn  un  6 .
naturel n non nul, xn1  xn  0,24 xn1 .

Chapitre 2 :Les suites numeriques 65


Exércices et problèmes
a. Pour tout nombre entier naturel n, calculer vn+1 en déterminer sa limite.
fonction de vn. Quelle est la nature de la suite (vn) ? 3. Soit (wn) la suite de premier terme w0 et telle que,
b. Démontrer que pour tout nombre entier naturel n, 1
pour tout nombre entier naturel n, wn1  wn  3 . On
n 2
1
un  5    6 .
3 suppose que w0 est strictement supérieur à 6. Les suites

c. Étudier la convergence de la suite (un). (un) et (wn) sont-elles adjacentes ? Justifier.

2. On considère la suite (wn ) dont les termes vérifient,

pour tout nombre entier n  1 : nwn   n  1  wn1  1

et w0 = 1.
Le tableau suivant donne les dix premiers termes de
cette suite :
w0 w1 w2 w3 w4 w5 w6 w7 w8 w9

1 3 5 7 9 11 13 15 17 19

a. Détailler le calcul permettant d’obtenir w10.


b. Donner la nature de la suite (wn ). Calculer w2009.
Exercice 63
1. Soit (un) la suite définie par u0 = 0, u1 = 3 et pour tout
Exercice 64
3 1
nombre entier naturel n, un2  un1  un . On considère la suite de nombres réels (un) définie sur
2 2
1
a. Calculer u2, u3 et u4. IN par : u0  1 , u1  et, pour tout entier naturel n,
2
b. Montrer que, pour tout nombre entier naturel n,
1
1 un2  un1  un .
un1  un  3 . 4
2
1. Calculer u2 et en déduire que la suite (un) n’est ni
c. Ci dessous sont tracées, dans un repère orthonormal
arithmétique ni géométrique.
1
les droites d’équation y = x et y  x  3 2. On définit la suite (vn) en posant, pour tout entier
2
1
À partir de u0, en utilisant ces deux droites, on a placé naturel n : vn  un1  un .
2
u1 sur l’axe des abscisses. De la même manière placer
a. Calculer v0.
les termes u2, u3 et u4.
b. Exprimer vn+1 en fonction de vn.
Que peut-on conjecturer sur les variations et la
c. En déduire que la suite (vn) est géométrique de raison
convergence de cette suite ?
1
2. Soit (vn) la suite définie, pour tout nombre entier .
2
naturel n, par vn  un  6 . d. Exprimer vn en fonction de n.
a. Montrer que la suite (vn) est une suite géométrique 3. On définit la suite (wn ) en posant, pour tout entier
un
dont on précisera le premier terme et la raison. naturel n : wn  .
vn
b. Exprimer vn puis un en fonction de n.
a. Calculer w0.
c. En déduire que la suite (un) est convergente et 1
b. En utilisant l’égalité un1  vn  un , exprimer wn+1 en
2

Chapitre 2 :Les suites numeriques 66


Exércices et problèmes

fonction de un et de vn. respectives u1, u2, u3 et u4.


c. En déduire que pour tout n de IN, wn+1 = wn+2. Quelles conjectures peut-on émettre quant au sens de
d. Exprimer wn en fonction de n. variation et à la convergence de la suite (un) ?
2n  1 b. Démontrer, par récurrence, que, pour tout entier
4. Montrer que pour tout entier naturel n un  n
.
2 naturel n, 0  un  un1   .
5. Pour tout entier naturel n, on pose :
c. En déduire que la suite (un) est convergente et
k n
Sn  u
k 0
k  u0  u1  ...  un . Démontrer par récurrence déterminer sa limite.
3. Étude des suites (un) selon les valeurs du réel positif
2n  3 ou nul u0
que pour tout n de IN : Sn  2  .
2n
Que peut-on dire du sens de variation et de la
Exercice 65
convergence de la suite (un) suivant les valeurs du réel
Soit f la fonction définie sur l’intervalle  0 ;    par :
positif ou nul u0 ?
5
f  x6 .
x 1
Le but de cet exercice est d’étudier des suites (un)
définies par un premier terme positif ou nul u0 et
vérifiant pour tout entier naturel n : un1  f  un  .
1. Étude de propriétés de la fonction f
a. Étudier le sens de variation de la fonction f sur
l’intervalle  0 ;    .

b. Résoudre dans l’intervalle  0 ;    l’équation

f  x   x . On note  la solution.

c. Montrer que si x appartient à l’intervalle  0 ;   ,

alors f(x) appartient à l’intervalle  0 ;   .

De même, montrer que si x appartient à l’intervalle


Exercice 66
 ;   alors f(x) appartient à l’intervalle   ;    .
On considère la suite (un) définie par :
2. Étude de la suite (un) pour u0 = 0
Dans cette question, on considère la suite (un) définie  u0  0 ; u1  1 ;

par u0 = 0 et pour tout entier naturel n :  un1  7 un  8un1

5 1. Montrer que la suite sn définie par sn = un+1 + un est


un1  f  un   6  .
un  1 une suite géométrique dont on précisera la raison. En
a. Sur le graphique ci-dessous, sont représentées les déduire sn en fonction de n.
2. On pose vn = (−1)nun et on considère la suite tn définie
courbes d’équations y = x et 𝑦
par tn = vn+1 − vn. Exprimer tn en fonction de sn.
Placer le point A0 de coordonnées (u0 ; 0), et, en 3. Exprimer vn puis un en fonction de n (on pourra
utilisant ces courbes, construire à partir de A0 les points calculer de deux manières la somme t0  t1  ...  tn ).

A1, A2, A3 et A4 d’ordonnée nulle et d’abscisses un


4. Déterminer lim .
n 8 n

Exercice 67 Exercice 70

Chapitre 2 :Les suites numeriques 67


Exércices et problèmes
n est un entier naturel non nul. On note n! (et on lit
On considère les suites (un) et (vn) définies par :
« factorielle n ») le produit n(n  1)  ...  2  1 .
n n
un  1  10 et vn  1  10 pour tout n de .
On convient de plus que 0!  1 .
1. Donner les valeurs de u0, v0, u1, v1, u2, v2, u3, v3, u4, 1. Calculer 2!, 3!, 4!, 5!
v4. ( n  1)! n!
2. Simplifier puis .
2. Démontrer que les suites (un) et (vn) sont adjacentes. n! n
3. Quelle est leur limite ? 2 1 1 n
3. Vérifier que   .
4. Que peut-on dire du nombre dont l’écriture décimale ( n  1)! n! ( n  1)!
est 0,9999… ?  1 1 1
4. Justifier que le nombre n!  1    ...   est un

1! 2! n! 
Exercice 68
On considère la suite  un n1 définie par : entier.

pn 5. h est la fonction définie sur par


p
1 1 1 1
un      ,
2
12 22 n2 x x2 x n1 xn
p 1 h( x)  1    ...   . Calculer h '( x) et
1! 2! ( n  1)! n!
1
et la suite  vn n1 définie par : vn  un  . vérifier que pour tout x  ,
n
1. Démontrer que les suites (un) et (vn) sont adjacentes. x x2 x n1
h '( x)  1    ...  .
1! 2! ( n  1)!
2. Soit l leur limite. Donner un entier n0 pour lequel
Exercice 71
l’encadrement de l par un0 et vn0 est un encadrement
1. Soit x un nombre réel positif ou nul et k un entier
d’amplitude inférieure ou égale à 10–3.
strictement supérieur à x.
3. Donner à la calculatrice une valeur approchée de un0
a. Montrer par récurrence sur n que, pour tout entier n
2 kn kk
et vn0 . Est-il possible que l soit égal à ? supérieur ou égal à k,  .
6 n! k !
Exercice 69
b. En déduire que, pour tout entier n supérieur ou égal à
On considère les suites (un) et (vn) définies par : n
xn  x  kk
k,    .
 u0  0  v0  2 n!  k  k!
 
 3un  1 , et  3 v  1 pour tout entier
 un1  4 

vn1  n
4
xn
0.
c. Montrer que lim
n n!
naturel n.
2. a. Montrer que, pour tout entier n supérieur ou égal à
Dans un repère orthonormé (O ; i , j ) , tracer les
nn1 nn1
2,  1 (on pourra écrire comme un produit
droites (D) et (  ) d’équations respectives n! n!
3x  1 de n−1 facteurs supérieurs ou égaux à 1).
y et y = x.
4
nn
1. En utilisant ces deux droites, placer sur l’axe des b. En déduire que lim  
n n!

abscisses les réels u1, u2, u3 puis v1, v2 et v3. Exercice 45


2. Calculer u1, u2, u3 puis v1, v2 et v3.
Soit t un réel donné dans l'intervalle ]0, 1[. On
3. Démontrer que les suites (un) et (vn) sont
considère la suite (xn) définie par son premier terme
convergentes et donner leur limite.

Chapitre 2 :Les suites numeriques 68


Exércices et problèmes

xn = t et les relations de récurrence : 1/a) Montrer que pour tout n  , 0  Un  3 .


 x 2n 1  t  1  x 2n  b) Etudier la monotonie de U
n  ,  .
 x 2n  2   1  t  x 2n 1 c) Montrer que U est convergente et préciser sa

1. On pose, pour tout entier naturel n, yn  x2n1 . limite


Un  3
Exprimer yn1 en fonction de yn. 2/ Soit la suite V définie sur par Vn  .
Un
Prouver l'existence de deux nombres réels  et 
a) Montrer que V est une suite géométrique dont on
tels que, pour tout entier naturel n, on puisse écrire :
précisera la raison
yn1      yn    .
b) Exprimer Vn puis Un en fonction de n
2. La suite (yn) est-elle convergente ? Justifier la
c) Retrouver la limite de la suite U
réponse.
3/ On considère la suite W définie sur
3. On pose, de la même manière, pour tout entier n
3
par Wn  et on pose Sn   Wk
naturel n, zn  x2n . La suite (zn) est-elle convergente ? Un k 0

Justifier la réponse. a) Vérifier que Wn  1  Vn


4. La suite (xn) est-elle convergente ? Justifier la
b) Montrer que pour tout
réponse. 8 1
n  , Sn  n  1  (1  ( )n 1 )
Exercice 73 3 4

Soit (u n ) la suite définie par Sn


c) Calculer la limite de quand n tend vers  
n
 1
n
1 1 1
u n  1     ...  Exercice 76
1 2! 3! n!
On considère les suites réelles (un) et (vn) définies par
et on définies les suites (v n ) et (w n ) définie par :
u 0  1 et v0  2, pour tout n de lN
v n  u 2 n et w n  u 2 n 1 u n 1  u n +(1- )vn et vn 1  (1- )u n   v n
montrer que les suites (v n ) et (w n ) son adjacentes. 1
ou  un réel donné tel que  1
2
Exercice 74
n! 1) Soit (tn ) la suite définie sur IN par tn = vn - un .
Soit (w n ) la suite définie par w n  n  N 
3n a- Calculer t0 et t1 .
w n 1 3 b- Montrer que pour tout entier naturel n
1) Montrer que  , n  3
wn 4 tn = (2  -1)n .

n 3
c- En déduire la limite de tn .
4
2) En déduire w n     w 3 , n  3 2) a- Montrer que pour tout entier naturel n, un  vn.
3
b- Montrer que la suite (un) est croissante et que la
Déterminer la limite de la suite (w n ) suite (vn) est décroissante

Exercice 75 c- En déduire que (un) et (vn) convergent vers une


même limite  .
Soit la suite réelle U définie sur IN par d- Les suites (u) et (v) sont- elles adjacentes ?
 U0  1 e- Montrer que pour tout entier naturel n , un+vn = 3

 4Un
 Un 1  1  U ; n  et en déduire la valeur de 
 n

Chapitre 2 :Les suites numeriques 69


Cours

Chapitre 3

Dérivabilité, étude des fonctions


et les fonctions primitives

Le mot « dérivé » vient du latin « derivare » qui signifiait « détourner


un cours d’eau ».

Le mot a été introduit par le mathématicien franco-italien Joseph Louis

Lagrange (1736 ; 1813) pour signifier que cette nouvelle fonction dérive (au sens
de "provenir") d'une autre fonction

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 70


Cours
I. Dérivabilité d’une fonction numérique (rappel)
1) Dérivabilité en un point

Définition
Soit f une fonction définie sur un intervalle ouvert I de centre a.

On dit que f est dérivable en a s’il existe un nombre réel l tel que lim f (x )  f (a )  l
x a x a
Le nombre l s’appelle le nombre dérivée de f en a et on le note f '(a )

Remarque : si on pose h  x  a on a lim f (a  h )  f (a )  l  f '(a )


h 0 h

Propriété

Soit f une fonction définie sur un intervalle ouvert I de centre a tel que I a r ; a r et r 0

f et dérivable en x 0 s’il existe un nombre réel l et une fonction numérique  définie sur J  r ; r  tel que
x  J on a f (a  h )  f (a)  l  h   (h )  h et lim (h )  0
h 0

Démonstration : Supposons que f est dérivable en a

f (a  h )  f (a ) f (a  h )  f (a )
On a lim  f '(a ) donc lim  f '(a )  0
h 0 h h  0 h

 f (a  h )  f (a )
  (h )   f '(a ) si h  0
On considère la fonction  définie sur r ; r  par  h
 (0)  0

On a f (a  h )  f (a)  f '(a)  h   (h )  h et lim  (h )  0 ( f '(a)  l )


h 0

2) La dérivabilité et la continuité
Propriété
Si f est dérivable en a alors f est continue en a

Démonstration : On utilise la propriété précédente on a lim f (x )  lim f (a  h )  lim(f (a)  l  h   (h )  h )  f (a)


x a h 0 h 0

donc f est continue en a .

Remarque

 On peut trouver une fonction continue en a et non dérivable en a

 Si une fonction numérique est non dérivable en a ,alors elle n’est pas dérivable en a

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 71


Cours
Exemple :

 la fonction f (x )  x  3 est continue en 3 et non dérivable en 3

 1
 g (x )  x sin si x  0
 La fonction g définie par  x est continue en 0 et non dérivable en 0
 g (0)  0

II. La fonction dérivée


1) Dérivabilité d’une fonction sur un intervalle
Définition
Soit f une fonction définie sur un intervalle I.
On dit que f est dérivable sur I si elle est dérivable en tout réel x de I.
Dans ce cas, la fonction qui à tout réel x de I associe le nombre dérivé de f en x est appelée fonction dérivée de f
et se note f '.

2) Dérivée de la composée de deux fonctions

Soit f une fonction définie sur un intervalle I et g une fonction définie sur f(I)

On montre que gof est dérivable sur I

Soit a  I

gof (x )  gof (a) g (f (x ))  g (f (a))


On a lim  lim
x a x a x a x a

gof (x )  gof (a ) f (x )  f (a )
 lim 
x a f (x )  f (a ) x a

f (x )  f (a )
On a f est dérivable en a alors lim  f '(a )
x a x a

On pose f (a)  A et f (x )  X

On a lim f (x )  f (a) ( car f est dérivable en a et par suite f est continue en a)


x a

Donc x  a c à d f (x )  f (a) c à d X  A

gof (x )  gof (a ) g (X )  g (A )
Donc lim  lim  g '(A ) donc
x a f (x )  f (a ) X  A X A

gof (x )  gof (a)


lim  g '( A )  f '( a)  g '( f ( a))  f '( a)
x a x a

Donc gof est dérivable en a est on a  gof  (a)  g '(f (a))  f


'
'(a)

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 72


Cours

 gof  (x )  g '(f (x ))  f '(x ) x  I


'
et par suite gof est dérivable sur I est on

Propriété

Soit f une fonction définie sur un intervalle I et g une fonction définie sur J tel que f (I )  J
- Si a un élément de I tel que f est dérivable en a et g dérivable en f(a)

Donc gof est dérivable en a et on a  gof  (a)  g '(f (a))  f


'
'(a)
- Si f est dérivable sur l’intervalle I et g dérivable sur f(I) alors la fonction gof est dérivable sur I et on a :

 gof  (x )  g '(f (x ))  f '(x ) x  I


'

Exemple :

On considère la fonction h définie par h (x )  cos x  x  1


3
 
On a h (x )  gof (x ) tels que f (x )  x
3
 x  1 et g (x )  cos x

g est dérivable sur et on a g '(x )   sin x et g ( )  alors h est dérivable sur

et h '(x )  ( gof )'(x )  f '(x )  g '(f (x ))  g '(x  x 1)  (3x ²  1)   sin(x  x 1)  (3x ²  1)
3 3

Conséquence :

1) Si u est une fonction dérivable sur un intervalle I .Alors les fonctions x sin(u (x )) , x cos(u (x )) et

x tan(u (x )) sont dérivable sur I et on a x  I :

-  cos(u (x )) '  u '(x )  sin(u (x ))

- sin(u (x ))  '  u '(x )  cos(u (x ))

-  tan(u (x )) '  u '(x ) 1  tan ²(u (x )) 


2) Soit u est une fonction strictement positive et dérivable sur un intervalle I.

u '(x )
Alors la fonction f définie sur I par f (x )  u (x ) est dérivable sur I et on a : f '(x )  .
2 u (x )

3) Soient n est un entier relatif non nul et u est une fonction dérivable sur un intervalle I ne s'annulant pas

sur I dans le cas où n est négatif.

Alors la fonction f définie sur I par f (x )  u (x )  est dérivable sur I et on a : f '(x )  n u '(x ) u (x ) 
n n 1
.

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 73


Cours
Exemple : 2) On pose

f (x )  u (x ) 
4
1) f (x )  3x 2  4x  1

On pose f (x )  u (x ) avec u (x )  3x  4x  1 avec u (x )  2x 2  3x  3  u '(x )  4x  3


2

 u '(x )  6x  4 Donc :

f '(x )  4u '(x ) u (x ) 
3
u '(x ) 6x  4
f '(x )  
 4  4x  3  2x 2  3x  3
3
2 u (x ) 2 3x 2  4x  1
Donc :
3x  2

3x 2  4x  1

III. La dérivée et variations d'une fonction


1) La monotonie d’une fonction et le signe de sa dérivée
Propriété
Soit une fonction f définie et dérivable sur un intervalle I.
- Si f '(x )  0 , alors f est décroissante sur I.

- Si f '(x )  0 , alors f est croissante sur I.

Exemples : Soit la fonction f définie sur ℝ par


x  -4 1 
9
f (x )  x 3  x 2  12x  5 . f '( x) + - +
2
61
1) Etudier les variations de f et dresser le tableau de

variation.
f
2) Dans repère, représenter graphiquement la fonction

f. 3

2
1) Pour tout x réel, on a : f '(x )  3x 2  9x  12 .

Commençons par résoudre l'équation f '(x )  0 :

Le discriminant du trinôme 3x  9x  12 est égal


2

à  = 92 – 4 x 3 x (-12) = 225

L'équation possède deux solutions :

9  225 9  225
x1   4 et x 2  1
23 23

On en déduit le tableau de variations de f :

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 74


Cours
2) Extremum d'une fonction

Propriété Soit une fonction f définie et dérivable sur un intervalle ouvert I.


- Si la dérivée f ' de f s'annule et change de signe en un réel a de I alors f admet un extremum en x = a.
- Si f admet un extremum en x = a alors f ’(a) = 0

Exemple : 3
x 
10
La fonction f définie sur ℝ par f (x )  5x 2  3x  4
admet-elle un extremum sur ℝ ?
x

3

10
Pour tout x réel, on a : f '(x )  10x  3
f '(x ) - +
3
Et : f '( x)  0 pour x  .
10
On dresse alors le tableau de variations :
f
En effet : f   
3 71
 10  20
71
20
71
La fonction f admet donc un minimum égal à en
20

IV. La fonction réciproque d’une fonction continue et strictement monotone


1) Théorème de la fonction réciproque
Théorème :
Toute fonction f définie sur un intervalle I, continue et strictement monotone sur cet intervalle réalise une
bijection de l’intervalle I vers l’intervalle f(I) = J.

Démonstration :
 On a f est continue sur I donc f(I)=J est un intervalle donc d’après TVI y  J  !x  I  f (x )  y donc f est

surjective
 On montre que f est injective
On a f est strictement monotone soit x et x’ deux élément de I tels que x x'
f (x )  f (x ')
x  x '  x  x ' ou x  x '  
f (x )  f (x ')
 f (x )  f (x ')

Donc ((x , x ')  I ²) : x  x '  f (x )  f (x ') et par suite f est injective


Comme f est injective et surjective alors f est bijective de I vers J=f(I)
Remarque :

Soit f une bijection d’un intervalle I vers un intervalle J , on a :


 La fonction f admet une fonction réciproque f -1 :

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 75


Cours
1
f :J  I
1
y x f (y )

x  I ; y  J  :  f 1 ( y )  x  f (x )  y 

x  I  :  f of  (x )  x ;  x  J  :  fof
1 1
 (x )  x
Exemples : 2) On detemine

𝐼 [ [ ( * *) ( * *)

𝑦 𝑦
𝑦 𝑦
1) Démontrer que f est une bijection ( admet une
fonction réciproque) de I vers un intervalle J à 𝑦 𝑦

déterminer . 𝑦 𝑦
2) Déterminer 𝐼
(𝑦 )

1) On a la fonction f est continue sur I car c’est la


restriction d’une fonction polynôme 𝑦 √ 𝑦 √
La fonction f est dérivable sur I car c’est une fonction
polynôme et 𝐼 donc la 𝑦 𝑦 𝑦
fonction f est strictement croissante sur I et par suite f

est une bijection de I vers J tel que √ 𝑦

𝐽 𝐼 * ( ) *

𝐽 [ [

Application

Soit g la fonction définie sur  ,0 par .

1) Déterminer g   ,0

2) Montrer que l’équation    admet une unique solution dans  ,0

3) En déduire la fonction g 1

2) la fonction réciproque

Propriété
: si f est une fonction continue et strictement monotone sur un intervalle I alors :
1) est continue sur 𝐼 et ont même sens de variations.
2) Les courbes des fonctions dans un reppere orthonormé sont symetrique par rapport à la
premier bisectrice ( la droite d’equation 𝑦 )

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 76


Cours
Demonstartion :

1) Soit 𝑦 𝑦 deux elements defferents de 𝐼 il existe deux elements de I( car f est une bijection de
I vers f(I)) tels que 𝑦 𝑦 et par suite 𝑦 𝑦 .

𝑦 𝑦
𝑦 𝑦

Et par suite ont même sens de variations.

On admet que est continue

2) Soit dans un repère orthonormé 𝑂 ⃗ ⃗

Soit 𝑀 𝑦 un point du plan et 𝑀 𝑦 symétrique de M par rapport à la droite d’equation 𝑦

On a 𝑀 𝑦 𝑦 𝑀

Et par suite et sont symétriques par rapport à la droite d’équation 𝑦

Remarque : on peut construire la Coubre de la fonction sans connaitre l’expression de en fonction de x.

3) La dérivée de la fonction réciproque

Notons que si f est bijective, alors elle admet une fonction réciproque .Ces deux fonctions vérifient la

relation suivante : ( ) ( )

Ainsi, en dérivant des deux côtés, on obtient( ( )) ( ( ))

et en utilisant la relation de la dérivation des fonctions composées : u(v(x))’ = u’(v(x)).v’ (x)

on déduit que ( ( )) ( )

( )

Propriété
Soit f une fonction continue et strictement monotone sur un intervalle I dans IR

1) Si un element de I tel que f est derivable en et alors la foction est derivable en

2) Si f est une fonction derivable sur un intervalle I tel que sa derivée ne s’annule sur I alors la fonction est

𝐼 𝐼
( )

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 77


Cours
Exemples : On est derivable sur + +
1) Soit f la fonction definie sur 𝐼 * + par : ( car + + )

( ) ( )
On a f est derivable sur I ( car c’est le produit de deux
fonctions derivables sur I) et pour tout x de I : ( )
. ( ( ))

Comme 𝐼 alors
( )
donc f est strictement croissante sur I et par suite f est √
une bijection de I vers 𝐼 𝐼.

Application :

1) Soit la fonction f definie par √ .demontrer que f est une bijection de IR vers un intervalle J à
determiner et calculer

[ [ √

Demontrer que g est une bijection de [ [ vers un intervalle J à determiner

V. fonctions réciproques usuelles


1) fonction arc tangente

a) Rappelons le graphe de tan x.

Comme vous pouvez le constater, l’ensemble image de tan est IR et cette fonction tan x est bijective sur l’intervalle

+ * (car continue et croissante). La restriction de la fonction tan à + * admet une fonction réciproque

qu’on appelle arctangente et qu’on note arctan, ainsi :

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
+ * 𝐼𝑅
⃖⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗

𝑦
𝑦
, {
𝐼𝑅 𝑦 + *

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 78


Cours

Définition

𝐿 + * 𝐼𝑅 𝑆

s’appelle la fonction arctangente que l’on note arctan

Résultats :

𝐼𝑅 ( 𝑦 + *) 𝑦 𝑦

𝐼𝑅

( + *)

𝐼𝑅 𝐼𝑅
𝐼𝑅 𝐼𝑅
𝐿 𝐼𝑅

b) La représentation graphique de la fonction arctan

La courbe de arctan s’obtient par symétrie par rapport à la première bissectrice de la courbe de tan .

Remarque : la fonction arctan est impaire car 𝐼𝑅

Application :
( ) ( )
( ( ))
( ( )) ( ( ))
( ( ))
] [
+ *𝑆 On demontre que :

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 79


Cours

( )
( ) ( ) . /

Soit a et b deux elements de ] [ et x et y deux

( )
+ *

𝑦 ] [ ] [

𝑦
𝑦
𝑦
( ) ( ) . /

+ * 𝑦 + *

𝑦 + *
4) Resoudre dans IR l’equation
+ *

Remarquons tout d’abord qu’une solution de


( ) 𝑦 𝑦 l’équation est nécessairement positive, car arctan x a

le même signe que x. Transformons l’équation par


( )
implications successives.

( ) ( )
En prenant la tangente des deux membres, cela

( ) ( ) ( ) implique

𝑂 ] [
d’où, en utilisant la formule donnant la tangente d’une
Precedente on a
somme

( ) ( ) ( )

Finalement, on obtient l’équation


. / ( )

𝑂 ] [ ] [ √ √
𝑆 , -

question precedante

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 80


Cours

𝑂 𝑦 ( ) 𝑦

On arctan est continue sur IR donc

𝑦 et par suite ( ) 𝑦
𝑦
𝑦

.
c) La dérivée de la fonction arctangente
La dérivée de la fonction arctan x s’obtient par application de la formule de la dérivée de la fonction réciproque :

Propriété

𝐿 𝐼𝑅 𝐼𝑅

Exemples : | |
√ √
1) Calculer la dérivée de

La fonction f est la composée de arctan et sin x, par ( + *)

application de la dérivation de la composée

( )


𝐼𝑅
𝐼𝑅 ( )

𝐼𝑅

𝐼𝑅 ( )
Soit x un réel et donc il existe un unique de

+ *

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 81


Cours
1ere méthode
𝑆 𝐼𝑅
( )
+ *
𝐼𝑅

Donc f est une fonction constant sur 𝐼𝑅 càd


( )
𝐼𝑅 𝐼𝑅

𝐼𝑅 ( )

( ) ( ) 𝐼𝑅

( )

On a si 𝐼𝑅 𝐼𝑅
( )
On sait que la fonction arctan est une fonction impaire
ieme
2 methode donc
𝐼𝑅 ( ) ( )
On la fonction f est dérivable sur 𝐼𝑅 (car c’est la
( )
somme de deux fonctions dérivables sur 𝐼𝑅

( ) ( )

( )

2) La fonction racine nieme


Soit f la fonction definie sur [ [ par et 𝐼𝑁
La fonction f est continue et derivable sur 𝐼𝑅 car c’est la restrection d’une fonction polynome et on a
𝐼𝑅 et par suite la fonction f est strictement croissante sur 𝐼𝑅
et comme 𝐼𝑅 [ [ [ [ [ [
on deduit de ce qui precede que f est une bijection de [ [ vers [ [

Définition

Soit n un element de 𝐼𝑁 .

La fonction est une bijection (ademt une fonction reciproque ) de [ [ vers [ [ et sa fonction

reciproroque s’appelle la fonction racine nieme que l’on note √ .

Pour tout x de 𝐼𝑅 ; √ se lit racine nieme de x ou bien racine d’ordre n de x

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 82


Cours
Resultats
 𝐼𝑅 𝑦 𝐼𝑅 √ 𝑦 𝑦
 𝐼𝑅 𝑦 𝐼𝑅 √ √𝑦 𝑦

 𝐼𝑅 (√ ) √
 𝐼𝑅 𝑦 𝐼𝑅 √ √𝑦 𝑦
 La fonction √ est continue sur 𝐼𝑅
 √

Exemples : Et par suite 𝑆 { }


1) On resoudre dans IR l’equation 3) On resoudre dans IR l’equation
On designe par 𝑆 à l’ensemble des solutions de On designe par 𝑆 à l’ensemble des solutions de
On a 𝑆 On a 𝑆

√ | |
| | √
Et par suite 𝑆 { } √ √
2) On resoudre dans IR l’equation Et par suite 𝑆 { √ √ }
4) On compare les deux nombres √ √
On designe par 𝑆 à l’ensemble des solutions de On a
On a 𝑆 Et
Comme alors

Remarque : l’ensemble des solutions de l’équation avec 𝐼𝑅 et 𝐼𝑁 { } est

La parité de n
n pair n impair
Le signe de a

𝑆 { √ √ } 𝑆 {√ }

𝑆 𝑆 { √ }

Application :

1) Soit n un élément de IN résoudre l’équation (discuter selon les valeurs de n)

2) Comparer √ √

3) Résoudre dans IR l’équation √ √ √ .

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 83


Cours

Propriété

Soit u une fonction positive sur un intervalle I et 𝐼

1) Si la fonction u est continue sur I alors la fonction √ est continue sur I

2) Si alors √ √

3) Si alors √

Exemples : √
𝐿
√ √
1) On etudie la continuité de la fonction
3) On calcul 𝐿 √ √
√ en tout intervalle de son

ensemble de définition On a √ √

On a 𝐼𝑅 (√ ) (√ )

𝐼𝑅
(√ )
Donc 𝐼𝑅 comme la fonction arctan est (√ ) √

continue sur IR alors elle est continue sur 𝐼𝑅 et


(√ )
par suite la fonction f est continue sur 𝐼𝑅 . (√ )( √ )


𝐿
(√ ) √
On ne peut pas calculer cette limite directement

car on vas trouver une forme indéterminée 0


0 (√ )( √ )

On utilise l’identité remarquable Et par suite 𝐿 √ √

on obtient

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 84


Cours
Propriété Les operations sur racine nieme
Soient a et b deux elements de 𝐼𝑅 et n et p deux elements de 𝐼𝑁 { } on a les proprietés suivantes :


√ √ √ √ √
√ √

√ √ √√ √ (√ ) √

Exemples On a √ √

1) Simplifier √ √ √ √ √ √

On a √ √ √ √ √ √
√ √ √ √
(√ ) (√ ) √ (√ ) √ (√ )
√ √
(√ √ ) √ √ √ √
Et par suite √ √ . √ √

√ √ √ √ √ √ √
√√ √

Application :
√√ √
√ √

2) Demontrer que 𝐼𝑅 𝐼𝑁 √ (√ )

3) 𝐼𝑅 𝐼𝑁 √ √ √

3) les puissances rationnelles d’un nombre reel strictement positif

Définition : soit un reel strictmeent positif et r un nombre rationnel

Le nombre est le nombre √ tel que et et 𝐼𝑁 et s’appelle ola puissance rationnelle de

nombre a de base r.

Remarque : soit a de 𝐼𝑅 on a √ √ et √ √ 𝐼𝑁

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 85


Cours
Exemples :

√ √ √ √
√ √

4) Limite de la suite tel que

Propriété
: Soit de
1) Si alors ; 2) Si alors

Demonstation : Soit de

𝑂 𝐼𝑁

1) Si alors et par suite √

Comme et d’apres la proprieté 9 on a √ càd

2) Si alors et par suite √

5) Les opérations sur les puissances rationnelles

Propriété
Soit r et r’ deus elements de et a et b deux elements de 𝐼𝑅 on a :

1) ; 2) ; 3)

( )

√ √ √

√ √ √

Et par suite √ √

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 86


Cours

6) La derivé de la fonction racine nieme

{ { √ 𝐼𝑁 𝐼𝑅

Don est derivable sur 𝐼𝑅 car

𝐼𝑅 (√ )
( ) (√ )

(√ ) (√ )

Propriété
Soit n de 𝐼𝑁

√ 𝐼𝑅 (√ )

2) Si f est une fonction positive et strictement sur un intervalle I alors la fonction √ est dérivable

sur 𝐼 (√ ) ( )

3) Soit r de
a) La fonction est dérivable sur 𝐼𝑅 et on a
b) Si f est une fonction strictement positive et dérivable sur un intervalle I alors la fonction

( ) est dérivable sur I et on a 𝐼 (( ) ) ( )

Exemples :

𝐼𝑅 𝐼𝑅 (√ )



√ 𝐼𝑅
] [ ] [
La fonction est derivable sur 𝐼𝑅 car
c’est une fonction polynome et strictement positive sur
] [
𝐼𝑅 { } et on a

] [ ] [ donc la
fonction g est dérivable sur les intervalles ] [ et
] [ et

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 87


Cours
Application :

Etudier la derivabilité de chaque fonctions des fonctions suivantes et determiner la fonction derivée

√ √ √

Conclusion :
L’ensemble de définition de f’

√ 𝐼𝑅

𝐼𝑅

( ) ( )

𝐼𝑅

( ) L’ensemble de définition de u
( )

V. les fonctions primitives


1) Définition et propriétés
Exemple :
On considère les fonctions suivantes :
f:ℝ→ℝ et F:ℝ→ℝ

On constate que F '(x )  2x  3  f (x ) .


On dit dans ce cas que F est une primitive de f sur ℝ.

Définition
: f est une fonction continue sur un intervalle I.
On appelle primitive de f sur I, une fonction F dérivable sur I telle que F '  f

Remarque :
Dans ces conditions, on a l'équivalence :
"F a pour dérivée f " et "f a pour primitive F ".

Exemple :
x2
F (x )  est une primitive de f (x )  x car F '(x )  f (x ) pour tout réel x.
2

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 88


Cours
Application : Dans chaque cas, déterminer une primitive F de la fonction f sur l'intervalle I.

sur I  0; 


3
a) f (x )  x 3  2x sur I= ℝ b) f (x )  3x 
2

x3


c) f (x )   2x  5 x 2  5x  4  x
2
sur I= ℝ d) f (x )  sur I= ℝ
x 2 1

e) f (x )  cos 2 x  3sin 3 x 1  sur I= ℝ


1 4
a) F (x )  x  x
2

4
3 1 2 3
b) f (x )  3x 
2
 3x 2  3x 3 donc F (x )  x 3  3  x x3 
x 3
2 2x 2

c) f (x )   2x  5  x 2  5x  4 
2
du type u 'u n avec u (x )  x 2  5x  4


1 2
x  5x  4 
3
donc F (x ) 
3

avec u (x )  x 1
x 1 2x u' 2
d) f (x )   du type
x 1
2 2 x 1
2 u

1
donc F (x )   2 x  1  x  1
2 2

2
1 1
e) f (x )   2cos  2x   3sin  3x  1 donc F (x )  sin  2x   cos  3x  1
2 2

Propriété
f est une fonction continue sur un intervalle I.
Si F est une primitive de f sur I alors pour tout réel C, la fonction x F (x )  C est une primitive de f sur I.

Démonstration :
F est une primitive de f.
On pose G (x )  F (x )  C .
G '(x )  F '(x )  0  F '(x )  f (x ) .
Donc G est une primitive de f.

Exemple :
x2
En reprenant l'exemple précédent, toute fonction de la forme FC (x )   C , avec
2
C ℝ, est une primitive de f (x )  x

2) Primitive prenant une valeur particulière en un point

Résultat : Soit f une fonction définie sur un intervalle I. Soit un élément de I et𝑦 un réel. Si f admet
des primitives sur I alors il en existe une seule, F, telle que : 𝑦 .

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 89


Cours

Preuve :

La fonction admet des primitives, soit 𝐺 une primitive de .

On considère la fonction définie par F( ) = G( ) − G( 0) + 𝑦0

est aussi une primitive de car ’( ) = 𝐺’( ) = ( ).

De plus on a F( 0 ) = 𝐺( 0) − 𝐺( 0) + 𝑦0 = 𝑦0 Donc 𝑭 existe.

Soit 𝐻 une autre primitive de vérifiant H( 0) =𝑦0.

On sait qu’il existe un réel tel que H( ) = F( ) + pour tout  𝐼.

Donc en particulier on a H( 0) = F( 0) + d’où 𝑦0= 𝑦0+ donc = 0 donc 𝐻 = .

La fonction 𝑭 est donc bien unique.

Exemple : ( )= 2
+3 + , ℝ

Soit la fonction définie pour tout ∊ ℝ par Si on veut (3) = −5 alors 32 + 3 × 3 + = −5

( )=2 +3 d’où = – 23

Déterminer la primitive de telle que (3) = −5 La primitive cherchée est donc ( ) = 2


+ 3 − 23

On vérifie facilement que les primitives de sont

Propriété
: Toute fonction continue sur un intervalle admet des primitives sur cet intervalle.

3) Linéarité des primitives

Propriété
f et g sont deux fonctions continues sur [a ; b].

Si F est une primitive de f et G est une primitive de g sur [a ; b] alors :

- F  G est une primitive de f  g ,

- kF est une primitive de kf avec k réel.

Démonstration :
- (F  G ) '  F ' G '  f  g
- (kF )'  kF '  kf

4) Primitives des fonctions usuelles

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 90


Cours

Les primitives F de f ( c un
Fonction L’intervalle I de définition f et F
réel )

f (x )  a , a ℝ F (x )  ax  c ℝ

f (x )  x n n  0 entier F (x ) 
1
x n 1 ℝ
n 1

f (x )  x n n  1 entier F (x ) 
1
x n 1  c ;0 ou 0; 
n 1

1
f (x )  F (x )  2 x  c 0; 
x

1
f (x )  cos(ax  b ) (a  0) F (x )  sin(ax  b )  c IR
a
1
f (x )  sin(ax  b );(a  0) F (x )   cos(ax  b )  c ℝ
a
1    
f (x )  1  tan ²(x )  F (x )  tan x  c  2  k  ; 2  k   ;k 
cos ²(x )  
1
f (x )  F (x )  arctan x  c ℝ
1 x ²
u 'u n 1
u n 1  c Si n  0, u (x )  0
n  1 entier n 1
u'
2 u c u (x )  0
u
u 'v  uv ' u I est l’intervalle tel que u et v soient
v² v derivables et v ne s’annule sur I

Application : De plus,f est de la forme u’u, où u est la fonction


vérifier dans chaque cas que la fonction f possède des definie sur IR par
fonctions primitives sur l’intervalle I et déterminer sa
primitives F telle que F (x 0 )  y 0

𝐼 𝐼𝑅 𝑦
Où c est un reel
L’egalité implique que la fonction
primitive cherchée est la fonction definie sur IR par :
𝐼 ] [ 𝑦

𝐼 + *
2) La fonction f est continue sur 𝐼 ] [ en tant
𝑦
que fonction rationnelle definie sur 𝐼 ] [ et
Solution :
alors elle admet des fonctions primitives sur
1) La fonction f est continue sur IR en tant que
𝐼 ] [.
fonction polynome et alors elle admet des fonctions
primitives sur IR

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 91


Cours

] [

𝐼 + *
𝐼 ] [

𝐼 + *

Où c est un reel .

L’egalité implique que la fonction


𝐼 + *
primitive cherchée est la fonction definie sur

𝐼 ] [ par :

( )

𝐼 + *

𝐼 + *

𝐼 + *

Application : déterminer les fonctions primitives de f sur I dans chacun des cas suivants

𝐼 𝐼𝑅

𝐼 𝐼𝑅

𝐼 ] [

𝐼 𝐼 + *

𝐼 + *

𝐼 ] [

VI. Etude des fonctions numériques


1) Elements de symétrie de courbe d’une fonction numérique

Soit f une fonction définie sur l'ensemble Df et qui est représentée graphiquement dans un repère

orthonormé 𝑂 ⃗ ⃗ par une courbe (C).

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 92


Cours
Axe de symétrie

La droite (D) d'équation x = a est axe de symétrie de (C) si et seulement si, pour tout M (C), son symétrique M' par

rapport à (D) appartient aussi à (C). On traduit cela par

l'une des deux propriétés équivalentes ci-dessous:

• Pour tout , on a: . et

• Pour tout 𝐼𝑅 . tel que ., on a:

Dans le cas particulier où a = 0, on retrouve la propriété du graphique d'une fonction paire: Axe de symétrie: axe

des ordonnées.

Centre de symétrie

Le point A de coordonnées (a;b) est centre de symétrie de (C) si et seulement si, pour tout M (C), son symétrique

M' par rapport à A appartient aussi à (C). On traduit cela par l'une des deux propriétés équivalentes cidessous:

• Pour tout x Df , on a: 2a – x Df et

f(2a − x) + f(x) = 2b

• Pour tout h IR tel que a + h Df , on a: a − h Df et

Dans le cas particulier où a = b = 0, on retrouve la

propriété du graphique d'une fonction impaire: Centre de

symétrie: origine O du repère.

2) La fonction periodique

Définition
Soit D un intervalle ou une réunion d'intervalles de ℝ et f une fonction définie sur D et T ℝ un

nombre réel donné. On dit que f est périodique de période T lorsque les 2 conditions suivantes sont vérifiées :

1°) Pour tout x ℝ : [ x D ssi x+T D]

2°) et pour tout x D : [ f (x+T )= f ( x) ]

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 93


Cours
Remarque : Pour construire la courbe d'une fonction périodique f de période T ℝ , on construit (une portion

de) la courbe sur un intervalle de longueur T, puis on duplique indéfiniment cette portion à droite et à gauche.

On dit qu'on a réduit le domaine d'étude à un intervalle de longueur T de Df

3) Les branches infinies

La courbe de f admet La courbe de f admet une


𝑓 𝑥 ± 𝑓 𝑥 𝑏
une asymptote verticale 𝑥 𝑎 𝑥 ± asymptote horizontale
d’équation 𝑥 𝑎 d’équation 𝑦 𝑏

𝑓 𝑥 ± 𝑓 𝑥 𝑏

𝑓 𝑥 ±
𝑥 ±

𝑓 𝑥 𝑓 𝑥 ±
𝑥 ± 𝑥 𝑓 𝑥 𝑓 𝑥
𝑎 ±
𝑥 ± 𝑥 𝑥 ± 𝑥

𝑓 𝑥
la courbe de f admet une 𝑓 𝑥 𝑓 𝑥
branche parabolique de la courbe de f admet une
direction l’axe (Ox) branche parabolique de
direction l’axe (Oy)

𝑓 𝑥 𝑎𝑥 𝑏 𝑓 𝑥 𝑎𝑥 ±
𝑥 ± 𝑥 ±

𝑓 de
𝑥 f admet
𝑎𝑥 une
± branche
La courbe𝑓de𝑥f admet
𝑎𝑥 la𝑏 la courbe
droite ∆ 𝑦 𝑎𝑥 𝑏 parabolique de direction la droite
comme asymptote oblique d’équation 𝑦 𝑎𝑥

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 94


Cours

3) Concavité de courbe d’une fonction

Propriété Soit une fonction f définie et dérivable sur un intervalle

I.

La fonction f est convexe sur I si sa dérivée f ' est croissante sur I,

soit f ''(x) ≥ 0 pour tout x de I.

La fonction f est concave sur I si sa dérivée f ' est décroissante sur I,

soit f ''(x) ≤ 0 pour tout x de I.

Un point d'inflexion est un point où la courbe traverse sa tangente en ce point.

Remarque importante : Au point d'inflexion, la fonction change de convexité.

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 95


Exércices résolus

Exercice 1 Soit f la fonction définie sur IR par

1. Étudier le sens de variation de f, ses limites en ±∞.

* *


( )

Solution

Pour étudier le sens de variation de f, on peut dériver ( ) ( )


la fonction (f est dérivable sur R) et remarquer que la

+ *
Puisque est toujours un élément de

+ * [, et que sinu est du signe de u si

+ * uniquement pour . Ainsi, on doit résoudre

est du signe opposé à Mais,

Ainsi, f est croissante sur + * et décroissante


Par injectivité de la fonction arctan, ceci revient à
sur+ * D'autre part,

Par . Finalement, les seules


solutions sont

Par composition à n nouveau, 1. En reprenant le travail effectué à la première

. La limite et le
raisonnement sont identiques en −∞.

( )
√ √

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 96


Exércices résolus

continue et strictement décroissante sur l'intervalle derivable et sa derivé est continue sur]0,1[. En plus, en

+ *. ( ) tout réel de la forme f(a), avec ,

et . f réalise donc une bijection

de + *. sur l'intervalle ]0,1]. Elle admet une



fonction réciproque g définie sur ]0,1], et à valeurs ( ) ( )

+ *

( )
4. Puisque f′ ne s'annule pas sur + *.g est de ( ) √

Exercice 2 Résoudre les équations suivantes :

√ √ √ √ 𝐼𝑅

Correction
et donc tan(arctan(2 )) = 2 .


Il n’y a pas équivalence car tan( ) = tan( ) n’entraine



pas que = sauf si on peut montrer à
l’avance que et sont tous les deux dans un
intervalle ⇒


du type + *

Le discriminant est Δ = 9 + 8 = 17, et les racines sont

√ √

( )
Il est clair que

( ) √
Donc n’est pas une solution de

( ) ( )
l’équation et par suite est la seule solution de
l’équation.
Pour tout ℝ, tan(arctan( )) =

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 97


Exércices résolus

2) soit l’équation √

L’ensemble de definition de l’equation est [ ]

[ [
Donc [ ]

Soit x un element de 𝐼𝑅 on pose √ avec


(E) √ (√ √ )

On a √
√ √

1re cas :si alors 𝑆

2ème cas : si alors (E) √ √

Comme alors ou

Et par suite { }

2ème cas : si alors on a

(E)

Et par suite 𝑆 { }

3) soit l’équation √ √ √

𝐼𝑅 Alors :

Si alors 𝑆
Sot D l’ensemble de definition de
Si alors 𝑆 { }

Si alors 𝑆 { √ √ }

Exercice 3
Calculer les limites suivantes :

√ √ √ √
√ √

√ (√ √ )

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 98


Exércices résolus
Correction

1) 1re méthode (√ ) (√ )
(√ ) √ (( √ ) √ )

(√ ) √

√ (√ ) √
(√ ) √
Et √ √

(√ )


( )
√ (√ ) √

√ √
(√ ) √

(√ ) (√ )

(( √ ) √ ) √ (√ )


√ (√ )
(√ ) √

2ème méthode

On a √ √ (√ )
( √ (√ ) )
Et √ √ (√ ) (( √ ) √ )

Et on pose √ tel qu’on a


(√ )

(√ ) √

√ √ (√ )

(√ )
(√ ) √
2) On a Et par suite

√ √ (√ ) (√ )

√ √ (√ )
(√ ) √

√ √

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 99


Exércices résolus

(√ ) (√ ) √ (√ )
(√ ) √ √ (√ ) √ √

√ √
(√ ) √ √ √
(√ ) √ √ (√ )

Et par suite √
(( √ ) √ ) √
(√ √ )

(√ ) √ √ (√ )


(( √ ) √ ) √

6) soit on a

√ (√ )

Exercice 4

( )
𝐼𝑅 {

1) Demontrer que f est continue en 0

𝐼𝑅

𝐼𝑅
√ √
( ) 𝐼𝑅

(√ ) √ 𝐼𝑅

√ √
( )


( )

( )

Et par suite f est continue en 0.

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 100


Exércices résolus
Correction

𝐼𝑅 + * 𝐼𝑅

Tel que √ √
𝐼𝑅 ( )
√ √
√ √
{ ( )


(√ )
( ) {√ (√ )

( ) ( ) ( )

{ √ ( ) √
( ) √

+ *
{ (√ ) √

{ (√ ) √

𝐼𝑅 ( ( ))

{ √ (√ ) √
( )

(√ ) (√ )
𝐼𝑅 { ,

Conclusion

{√ ( )
On a et par suite

𝑆 { }
Et comme f est une fonction paire alors

Exercice 5
* * √

* * + *

+ *

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 101


Exércices résolus

* *

b) Tracer les courbes représentatives de et de dans un même repère orthonormé ⃗⃗.

( ) ( )

3- a) Montrer que est derivable sur ] [et calculer

b) Démontrer que est derivable est derivable à droite en 0

𝐼𝐼 𝐻 𝐻

1- déterminer le domaine de définition D H de H .

2- Déterminer a pour que H soit continue sur D H .

( )

] [ ] [

𝐼𝑁 ( )

𝐼𝑁 { }

∑ ( )

𝐼𝑁 ( ) ( )

V) on pose

1- Etudier et représenter graphiquement h

] [

3- Montrer que l’équation admet une seule solution dans ] [( on admet que

{
𝐼𝑁

𝐼𝑁

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 102


Exércices résolus

] [ | |

𝐼𝑁 | | | |

Correction

√ * *

* * * *
* *

(* *) [ [
( )

* *
[ [

* * ( ) ( ) √ ( )

+ *

* *

+ *

( )

( ) √

√ [ [

Donc la fonction f n’est pas dérivable à droite en 0.

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 103


Exércices résolus

+ * [ [

[ [

[ [ ( )
( )

] [

√ ] [
{ [ [
] [ ] [ [ [

] [
√ (√ )
] [
√ √ [ [
{ ] [ ] [ [ [
De plus on a
] [

[ [
Ainsi est derivable sur ] [

𝑦 Et on a

𝑦

𝑦 √

𝑦 [ ]
( ( ) )
[ ]

√ √
[ ] * +

𝐼𝐼 𝐻 𝐻
] [
[ [
] [

] [

[ [ { } ;puisque est continue sur 𝐼𝑁 (√ ) ( )


[ [
2) 𝐼𝑁 { }

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 104


Exércices résolus

Et puisque est strictement croissante sur [ [ sont continues et strictement croissantes

est continue et strictement croissante

sur [ [
∑ ( )
(N.B

Et puisque est strictement croissante sur [ [


x

( ) ( ) ( ) 0 +

𝐼𝑁 { }

∑ ( ) ∑ ( ) ∑ ( )
0

( ) ⃗( )

∑ ( ) ( )

( ) ∑ ( ) ( )

( ) ( ) 𝐼𝑁

] [
( )

( ) Montrons que l’equations admet une seule

( ) ( ) solution sur dans [ [

on pose
𝐼
g est derivable sur [ [et on a
1- existe si et seulement si

[ [
donc

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 105


Exércices résolus

x
𝐼𝑁
-1 -
] [ | |


| |

g est continue et strictement décroissante sur[ [

donc g réalise une bijection de [ [ sur ] ].


√ √ √
] ] donc il existe un réel unique
√ √ √
[ [

Tel que . √ √ √

( ) ( )

] [

( )

] ] √ √ √
| |

{
𝐼𝑁 𝐼𝑁 | | | |
𝑀 𝐼𝑁
[ ]

] [ ] [ | |

𝐼𝑁 [ ] [ ]
𝑃
| | | | 𝐼𝑁

On montre par recurrence que

𝐼𝑁 | | ( ) | |
[ [ ( )
( ) ] [

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 106


Exércices résolus

Exercice 6

Soit la fonction définie pour tout ℝ par : (√ )

1. Calculer (0).

2. Pour tout réel, calculer la valeur ′( ) de la dérivée de au point .

3. Que dire de .

Correction

(√ ) √
√ ( √ )


√ ( √ )


( (√ ) ) √ √ (√ )


(√ )
3. Sur l’intervalle ℝ : ( ) = 𝐾


( √ )

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 107


Exércices et problemes

Exercice 1 Exercice 5
Soit f une fonction définie sur
1. Montrer que x : 0;  on a :
1;  par : f (x )  x  1   1  x
cos  arctan     et
1. Etudier la dérivabilité de f en 0 et   x  1  x²
l’interpréter géométriquement ce résultat   1  1
sin  arctan    
  x  1  x²
2. Determiner une approximation affine de f au
2. Montrer que la fonction arctan est derivable
voisinage de 0 . n fois sur IR tq n   , et on a x : 0; 
3. Determiner une valeur aprochee de 1,01 et n  
(1)n 1 (n  1)!   1 
arctan   ( x) 
n
Exercice 2 sin  n arctan   
 x 
n

(1  x ²) 2
Soit g la fonction numerique definie sur par
g ( x)  x sin(2 x)  a x Exercice 6

4. Montrer que g est dérivable à droite et à Soit f une fonction définie de IR vers IR par :
gauche en 0.
 1
5. Determiner a pour que g soit derivable en 0. f (x )  x ² sin   ; x  0
 x 
6. On supose que a=0, calculer g '( x) pour tout f (0)  0

xde IR 1. Etudier la continuité de la fonction f
Exercice 3 2. Etudier la dérivabilité de la fonction f
3. Etudier la continuité de f '
Soit f la fonction definie sur par f ( x)  (1  x)3
Exercice 7
Montrer que f est derivable en 0 , et deduire une
En utilisant la fonction dérivé, montrer que :
approximation affine de f au voisinage de 0 .
1 
Exercice 4 1. x  0 : arctan( x)  arctan   
 x 2
 1 
On considere les fonctions f ,g et h definie sur 2. x  0 : arctan( x)  arctan    
 x 2
x x² Exercice 8
par f ( x)  2  ( x  2) x  1 g ( x)  x  1  1  
2 8 1. Montrer que x  :
x x3 x3 x5
h (x )  1   x 1 x  arctan(x )  x  
2 3 3 5
1. a ) Etudier la monotonie de f arctan(x )  x
2. Deduire : lim
b ) deduire la monotonie de g x 0 x3

c ) Etudier la monotonie de h
Exercice 9
2. Montrer que
x x² x 1. Soient f et g deux fonctions n fois derivables sur

x : :1    x 1 1
2 8 2 un intervalle I

3. Déduire un encadrement au nombre 1,004 Montrer la formule de Leibnitz

d’amplitude 2 106

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 108


Exércices et problemes
n f (x )  sin x cos(2x )
x  I : ( f  g )( n ) ( x)  
k 1
Cnk f ( k ) ( x) g ( n k ) ( x)
3.
f (x )  x x ²  1
(n )
4.
1. En utilisant la formule de Leibnitz determiner h 1 1
f (x )  
Tel que h( x)  ( x3  x)sin x 5. (2x  1)² (x  1)²

sin x
f (x ) 
Exercice 10 6. 1  cos ² x

7. f (x )  sin x cos3 x
Calculer les limites suivantes :
(2x  1) 2017  1 1 1 
lim f (x )    1
2. x 1 x 1 x ²x 
8.
3cos ²(x )  sin ²(x )
lim
x
 3x  
3. 3 Exercice 13
sin x  cos x
lim Calculer les limites suivantes :
x  sin x  cos x  2

4. 4

x sin(x  1) 1
lim sin  
x 1 (2  x ) 6  1
lim x  4
x 1  4
x
5. ; lim
x 
1  2x x  3
x 1  3
x
x  sin x 3
lim x4
x 0 tan x  x
6.
arctan(x ²  x ) 4 arctan(x )  
Exercice 11 lim ; lim
x 0 x x 1 x 1
Déterminer D f et Calculer la fonction dérivée des
fonctions suivantes : sin 2 x  sin x sin a
lim
x a x a

f (x )  arctan x 
1. 4 4
x  3
x 1 x  sin x
lim ; lim
x  0 tan x  x
 1  cos x  x 
x  6
x 1
f (x )  arctan  
2.  1  cos x 
lim 3
x 3  x ²  1  x
x 
f (x )   arctan(2x )  x 
5
3.

4. f (x )  x 3 3 x ²
Exercice 14
5.
f (x )  arctan  4
x 1 
Demontrer que les fonctions suivantes sont continues
 
2
f (x )  3
x 3 8
6. est derivable en
Exercice 12
1) √| | 𝐼𝑅
Déterminer la fonction primitive F de la fonction f et
( )
déterminer D F 2) ,

1. f (x )  x ²  x  3 x

1 3 3) {
f (x )   3
2. x² x

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 109


Exércices et problemes
sommairement le graphe de sur trois périodes.
Exercice 15
Soit la fonction numérique définie par :
Exercice 18
( ) = 2 sin( ) + sin(2 ). Le but de cet exercice est de montrer la formule de

1. Déterminer l'ensemble de définition de , sa période John MACHIN (1680-1751) :

et sa parité. En déduire un ensemble d'étude.


( ) ( )
2. Calculer la dérivée de et déterminer son signe.
On rappelle que
3. Dresser le tableau de variation.

4. Tracer la courbe représentative de .

Exercice 16 ( )
Soit la fonction numérique définie par :

f( ) = 2 cos( ) + sin(2 ).

1. Déterminer l'ensemble de définition de , sa période ( )

et sa parité. En déduire un ensemble d'étude.


( )
2. Calculer la dérivée de et déterminer son signe sur
3.En déduire la formule de MACHIN.
[− , ].
Exercice 19
3. Dresser le tableau de variation.
Soit : ℝ → ℝ la fonction définie par :
4. Tracer la courbe représentative de sur [− , ].
( )
Exercice 17
Montrer que admet une limite en 0 et déterminer
Soit la fonction définie sur ℝ par
cette limite.

Exercice 20
1. Déterminer la période de , sa parité et en déduire
Soit la fonction définie sur [1, +∞[ par :
un intervalle d’étude 𝐼.
, avec ≥ 2.
2. Exprimer sin(3 ) et sin(2 ) en fonction de cos( ) et
1. Montrer qu’il existe un unique [ ] tel que
sin( ).

3. Etudier les variation de sur 𝐼.


2. Montrer que
4. Calculer (0), ( 0) et ( ) sous forme rationnelle. Où
3. En déduire que la suite ( ) est décroissante et
0 est l’unique valeur dans ]0, [ annulant ′( ).
quelle converge vers une limite .
5. Dresser le tableau de variation. Tracer
4. deteminer l

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 110


Exércices et problemes

Exercice 21 Exercice 23
Soit et deux nombres réels. On définit la fonction On considere la fonction f definie par :

: ℝ → ℝ par √

1) Verifier que ] [
{
2) Etudier la continuité de sur

1. Donner une condition sur pour que soit continue 3) Etudier la derivabilité de à gauche en 1
sur ℝ. 4) Calculer pour tout ] [
2. Déterminer et tels que soit dérivable sur ℝ et 5) Determiner les branches infinies à
dans ce cas calculer ′(0). 6) Demontrer que f est admet une fonction reciproque
Les fonctions , et : ℝ → ℝ définies par : definie sur un intervalle J à determiner puis donner

f( ) = | | ; (√| |) l’expession de

Sont-elles dérivables en 0 ? 7) Calculer

Exercice 23
Exercice 22
Soit f la fonction definie par √ √

1) Verifier que ] ]
1) Verifier que [ [
2) Etudier la continuité de sur
2) Etudier la continuité de f sur
3) Etudier la derivabilité de à droite en 1 puis
3) Etudier la derivabilité à droite en 0
donner une interpretation geometrique au resultat
4) Calculer pour tout ] [
4) Calculer pour tout ] [ puis donner
5) Determiner les branches infinies à
le tableau de variations de .
6) Demontrer que f est admet une fonction reciproque
5) Determiner les branches infinies à et construire
definie sur un intervalle J à determiner puis donner

l’expession de
6) Demontrer que f est admet une fonction reciproque
7) ()
definie sur un intervalle J à determiner
Exercice 24
7) Calculer puis deduire
Soit la fonction définie sur [0, +∞ [par
8) Demontrer que l’equation admet une
1  x2 1
seule solution sur ] [ { f ( x)  x

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 111


Exércices et problemes
1)a)Vérifier que pour tout on a : 2  
c) Montrer que f '(x )  ; x  0;  .
2  2
x
f (x )  ,En déduire que est continue a
1 x 2 1 2. On considère la suite (U n ) définie par

UU  0 f (U ) ; n 
droite en 0
0
n 1 n
b) Montrer que est dérivables à droite en 0.

2)a)Montrer que pour tout on a :


     
a ) vérifier que f  0;    0;  et montrer que
1  2   2 
f (x ) 
1
1 
1 
x 2
x 0 U n  ; n 
2

b) Déduire alors lim f (x ) puis interpréter 2


x  b ) Montrer que U n 1   
2
Un   n   et

graphiquement le résultat déduire lim U n


n 

3)a)Montrer que est dérivable sur]0, +∞ [et que


Exercice 26
Soit f la fonction définie sur IR par :
x 2 1 1
f '(x ) 
x 2 x 2 1 f ( x )  x  2  x ²  2x ; x  2


b) Dresser le tableau de variation de sur [0, +∞[ 

f (x )  arctan  x 2  ; x  2

c)Montrer que est une bijection de [0,+∞[ sur un 1. a) montrer que la fonction f est continue en -2
intervalle I que l’on précisera
b ) calculer xlim

f (x ) et lim f (x )
x 
1
d) Calculer (1), en déduire (f ) '( 2  1)
c ) montrer que la courbe (C f ) admet un

Exercice 25 asymptote oblique ( ) au voisinage de  et

 
Soit f définie sur l’intervalle 0;  par : déterminer l’équation cartésienne de ( ) puis

2 

2 étudier la position relative de (C f ) par rapport a


f (x ) 
1  sin x
( ) sur l’intervalle ; 2

 cos x
1. a) Montrer que f '(x )  3
; 2. Etudier la dérivabilité de f à droite et à gauche de
2 (1  sin x )2
-2 ; interpréter géométriquement chaque résultat
 
x  0; 
 2
3. Etudier les variations de f
b) Montrer que l’équation f (x )  x admet une
4. Construire (C f )

solution unique  sur l’intervalle 0; 
 2 5. Soit g la restriction de f sur l’intervalle I   2; 

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 112


Exércices et problemes
6. 2. a) calculer lim f (x ) et lim f (x )
x  x 

a) Montrer que g admet une fonction réciproque


b) Démontrer que la droite d’équation    : y  x
g 1 définie sur un intervalle J à déterminer
est une asymptote a C f  au voisinage de 
1
b) Déterminer g (x ) pour tout x de J
c) Etudier la branche infini a C f  au voisinage de
c) Montrer que l’équation g (x )  x admet une

solution unique   1;2
3. a) Etudier les variations de f sur I  ;1
d) Construire dans le même repère (C g 1 )
b) Donner le tableau de variation f’ sur l’intervalle

Exercice 27 K  1;  puis les variations de f sur K


On considère la fonction f définie par
4. soit g la restriction de f sur J  ; 0
f (x )  arctan(3x )  2x  1
a) Démontrer que g est une bijection de J vers un
1) Démontrer que f est une bijection de IR vers IR
intervalle L à déterminer
1
Démontrer que l’équation f (x )  x admet une
l’équation t  3t  2  0
3
b) Résoudre dans
1
solution  sur IR et que 0   
puis déterminer g 1 (2) et  g  (2)
1 '
3

 1 c) Construire dans un repère orthonormé les courbes


2) Vérifier que   1  arctan(3) et 1    
4 3
C f  et C g 1

3) Démontrer que f (x )  x  x  ;   et


1

interpréter géométriquement cet résultat.


Exercice 29
Soit f la fonction définie par f (x )  x  4  x
2

Exercice 28
Soit f la fonction définie sur par : 1.a) Déterminer le domaine de définition de f.

b) calculer la dérivée f ’(x) et étudier son signe.


f ( x )  x  1  3 3 1  x ; x 1

 1  Etudier la dérivabilité de f en -2 et en 2 ; interpréter
f (x )  (x  1)(1  arctan   ; x 1
 x 
géométriquement les résultats obtenus
1. a) montrer que la fonction f est continue en 1 2.déterminer le tableau de variations de f.
b ) Etudier la dérivabilité de f en 1 et interpréter Etudier les branches infinies de (Cf) ; puis
géométriquement cet résultat construire(Cf).

Soit g la restriction de f sur  2; 

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 113


Exércices et problemes
a) Montrer que g admet une fonction réciproque g-1
Exercice 31
définie sur un intervalle J à déterminer  x
1  si x  0
 1  x 2
3.Construire (C g) et (Cg-1) dans un même repère Soit f(x)  
1  cos x  1 si x  0

 x
orthonormé.

4.Calculer g-1(-2) ; g-1(-1) et (g-1)’(-1). 1/ Etudier la continuité de f en 0

5. Déterminer l’expression de g-1(x). 2/ Calculer lim f(x) Interpréter graphiquement le


x 

Exercice 30 résultat
I/ Soit la fonction d définie par :. √
2
3/a) Montrer que  x<0 on a 1  f(x)  1-
1/ Déterminer les limites de faux bornes de son x

domaine de définition. b) En déduire xlim


 
f(x)

2/ Etudier la dérivabilité de f en 1. Interpréter


1
4/a) Pour x  0 ; Montrer que f ' (x)= et
graphiquement ce résultat. (1+x ) 1  x 2
2

3/ Calculer le nombre dérivé de f en x0 = 2. vérifier que

4/ Ecrire l’équation de la tangente T à f au point b) Montrer que la courbe représentative de g la

restriction de f à 0;   coupe  : y  x en point


x0 = 2.

II/ On considère la fonction f définie par :


unique d’abscisse  et que   1; 2

{
Exercice 32

x
1/ Soit la fonction g(x)  1 
1/ Déterminer le domaine de définition de f. 4  x2

2/ a- Montrer que f est continue en –1. a)Montrer que g est dérivable sur   2 , 2  puis
b- Justifier la continuité de f sur son domaine de
calculer g '(x)
définition.
b) Dresser le tableau de variation de g
3/ a- Etudier la dérivabilité de f en-1. Interpréter
c) Montrer que g admet une fonction réciproque
graphiquement ce résultat.
définie sur un intervalle J à préciser
b- Déterminer f’(x).
d) Déduire que l’équation g(x)=0 admet une
4/ Donner une l’équation de la tangente T à f au
solution unique  dans   2,2 
point d’abscisse 0.
e) Donner alors le signe de g(x) sur   2, 2 

2
2/ Soit la fonction f(x)  x  4 - x

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 114


Exércices et problemes
a)Etudier la dérivabilité de f à droite en (- 2 ) et

àgauche en (2 ) ; Interpréter graphiquement les

résultats

b) Dresser le tableau de variation de f T


A
c) Tracer  f dans un RO.N O, i , j  
3/a) Monter que pour x  0,1 on a g(x)  1

b) En déduire que pour x  0,1 on a f(x)  2  x

Exercice 33 a) Compléter  f
x2
Soit f la fonction définie sur 0, 4 par f(x)  b) En utilisant le graphe étudier la position  f et T ;
4x  x 2
Conclure
1/a) Calculer lim f(x) et lim f(x) ; Interpréter
x 0 x 4 
c) Tracer la courbe f 1 dans le même repère
graphiquement les résultats obtenus

b) Dresser le tableau de variation de f Exercice 34

c) Donner une équation de la tangente T à  f au 


Le plan P est rapporté à un repère orthonormé O, i , j 
point A( 2 ,0)  x 2  1  x si x  1; 

Soit f(x)   x²  3x  3 et    sa
2/a) Montrer que f réalise une bijection de 0, 4 sur  si x  ;1
 x 1
un intervalle J à préciser
courbe représentative dans R
b) Donner le tableau de variation de f 1 , fonction I- 1/ Montrer que f est continue sur  1,   
réciproque de f
2/ Calculer lim f(x)
x 
c) Montrer que pour tout
3/ Etudier la dérivabilité de f à droite en 1.
x
x  J on a :f 1(x)  2(1  )
1  x2 Interpréter graphiquement le résultat.

3/ La figure ci-dessous représente une partie de la II- 1/ Vérifier que f n’est pas continue en 1


courbe  f et la tangente T dans un RO.N O, i , j  2/ Soit  la droite d’équation y = x + 4

a) Calculer lim (f(x)  y)


x 

b) Déterminer pour x < 1 le signe de f(x) - y

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 115


Exércices et problemes

III- 1/ Pour x < 1, calculer f ' ( x ) puis déterminer son 4) Etudier la dérivabilité de g -1 sur l’intervalle I puis

signe. calculer (g-1)’(x).

2/ Déterminer une équation cartésienne de la tangente 5) Tracer, dans le repère contenant la courbe de g, celle

(T) à    au point E d’abscisse 0 de g-1.

3/ Pour calculer puis déterminer son Exercice 35


Soit la fonction f définie sur ]1, +∞ [ par :
signe.
1
4/ Dresser le tableau de variation de f sur IR f(x) =  x
x 1
Exercice 34
1) dresser le tableau de variation de f.

2) a) Montrer que f réalise une bijection de ]1,+∞ [ sur



un intervalle J que l’on déterminera.
On désigne par (C) sa courbe représentative dans un
b) Montrer que l’équation f(x) = 0 admet une unique
repère orthonormé.
solution α dans l’intervalle ]1, +∞ [
1.a) Etudier les variations de f.
c) Vérifier que 1,44 <  < 2
b) Etudier la position de la courbe (C) par rapport à
3) Montrer que l’équation f(x) = 0 est équivalente à
sa tangente T au point d’abscisse 0.
1
(E) : 1 +  x ; pour x > 1
2.a) Montrer que l’équation : f(x) = 3x admet dans x

[-1, +  [ une unique solution  . ] [


b) Justifier que   ]0,1[.

3) Tracer la courbe (C). a) Vérifier que
B)Soit la fonction g définie sur [ / 4,  / 2] par : b) Montrer que g est bijection de ]0, +∞[ sur un

 g ( x)  f (tgx ) si x   / 2 intervalle K que l’on précisera.



 g ( / 2)  0
c) Calculer g-1(x) pour tout 𝐾.
1) Vérifier que pour tout x [ / 4,  / 2] on a :
Exercice 36
√ ( ) On considère la fonction f définie par :

2) Etudier les variations de g et tracer sa courbe dans √


{ | |
un repère orthonormé du plan.

3) Montrer que g admet une application réciproque g-1 1) Calculer les limites de f en -∞ et +∞

définie sur un intervalle I que l’on précisera. 2) Etudier la continuité de f en -1

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 116


Exércices et problemes

3) Etudier la dérivabilité de f en -1 1/a) Montrer que pour tout


4) Déterminer le domaine de dérivabilité de f et donner
x 2 x2
sa fonction dérivée. x  0 ,    on a :  f(x) 
1 x 1 x
Exercice 37 b) Déduire la limite de f à droite en 0

c) Montrer que f est continue en 0



{ 2
2/a) Montrer que lim xsin    2 . En déduire
x   x

1)a) Montrer que est continue sur chacun des lim f(x)
x 
intervalles ] [ ] [
b) Calculer lim f(x)
x 

3/a) Montrer que pour tout x de  ,0  on a : f(x)   ,0 


( )

b) Justifier que x fof(x) est bien définie sur    ,0 

Exercice 39

4) Soit la restriction de sur ] ] {



a)Montrer que est strictement décroissante sur

] ] ] ] On désigne par (C ) la courbe représentative de

sur un repère orthonormée 𝑂 ⃗ ⃗ du plan.


] ]

c) Vérifier que −0,9<α<−0,8.

d) En déduire le signe de sur ] ]


( )
Exercice 38
soit f la fonction définie par :
b)En déduire que continue en 1

c) Montrer que est continue sur IR

( )
{

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 117


Exércices et problemes
5) Montrer que f est dérivable sur ] [ et
] [
sur] [ calculer f ’(x) .

6) Montrer que l'équation f(x)=0 admet une solution


b) En déduire que la droite d’équation y = 1 est une
unique α et que .
asymptote à (C ) au voisinage de

Exercice 41

( )

1°/ Montrer que f est impaire et dresser son tableau de

variations .

2°/ On note ( C ) la courbe représentative de f dans un

repère orthonormé direct  O, i , j 


Déterminer les asymptotes à ( C ) et étudier la position

+ * relative de ( C ) par rapport à son asymptote oblique .

b) Montrer que √ Exercice 42


On pose pour a réel strictement positif la fonction
Exercice 40
Soit la fonction f définie sur IR par définie

[ ] [ ]
 x 3 3x 2 2 si x  0
f(x)= 
  2x  sin( x )
2 et soit (C) sa courbe
 si x  0
 x
sur [ ] et calculer
 
(a) Justifier la dérivabilité de
représentative dans un repère orthonormé O, i , j .
sa dérivée. En déduire le tableau des variations de
1) Etudier la continuité de f en 0.
en précisant les valeurs aux bornes.
2) a) Montrer que pour tout , on a :
(b)Montrer que réalise une bijection de [ ] sur
1 1
 2   f ( x)  -2 - .
x x * +. On note sa bijection réciproque. Donner le

b) En déduire lim f(x) ).Interpréter geometriquement tableau des variations de en précisant les valeurs
x 

aux bornes.
ce résultat.

3) Etudier la branche infinie de (C) au voisinage de +∞ (c) Montrer que .

4) Etudier la dérivabilité de f à droite et à gauche de 0

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 118


Exércices et problemes

Déterminer les points d’inflexion de ( C ) . Etudier les variations de g et tracer (g)

Construire ( C ) .
Exercice 44
3°/ Soit g la fonction définie sur ] 0 ,  [ par Soit f( x ) = 2 – sin x , x  [-  ,  ] .
2
g ( x ) = f ( sinx ) .
1°/ a) Montrer que f est une bijection de [- , ] sur
Etudier g et dresser son tableau de variations .
[1,3]
Montrer que la courbe ( Γ ) de g possède Δ : x = 
2
b) Calculer f -1( 5 ) , f -1( 2 ) .
2
comme axe de symétrie .
2°/ a) Montrer que pour tout x] 1 , 3 [ .
Construire ( Γ ) .
b) Calculer ( f -1)’( 5 ) , ( f -1)’( 2 ) .
2
Exercice 43
c) Montrer que pour tout x] 1 , 3 [ ,
√ ] ]
( )
( f -1)’( x ) = 2 .
 x 2 4x3
1°/a) Etudier la derivabilité de f en 1

b) Calculer f’(x) pour x  ]0 ,1 [ 3°/ Dans Le plan complexe P rapporté à un repère

c) Montrer que f réalise une bijection de ]0 ,1] sur un orthonormé direct  O, i , j  ; Tracer C et C
f f -1

intervalle J que l’on precisera.


Exercice 45
2°/ Construire dans un repère R (o, i , j ) les courbes Cf Soit f la fonction numérique définie par :

f(x)=x+ x2 2x .
et Cf-1 [Ind : calculer ( )

3°/a) Montrer que f-1 est derivable sur]0 ,+  [ et 1°/ Montrer que la fonction f est définie sur

] -∞ , 0 ]  [ 2 , +∞[ .
] [
2°/ Etudier la continuité de f sur ]-∞ ,0]  [ 2 ,+∞[ .
b) Montrer que f-1 est derivable en 0+ et que
3°/ Etudier la dérivabilité de f en tout point de
(f )’d(0) = 0
-1

]-∞ ,0 ] [ 2 ,+∞[ .
( ) ] [
Interpréter géométriquement le résultat obtenue .
Montrer que C est derivable sur]0 ,+∞ [ et calculer 4°/ a) Etudier les variations de f .

b) Tracer la courbe représentative (C) de f dans un

En deduire que  x  ]0, +∞[


repère orthonormé  O, i , j 
] [

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 119


Exércices et problemes

5°/ a) Montrer que f réalise une bijection de [ 2 ,+∞[ Montrer que f admet des primitives sur ; 1
sur un intervalle J que l’on précisera . Déterminer la primitive F de f sur ; 1 telle que
b) Expliciter : f –1 ( x ) pour x  J .

c) Tracer la courbe représentative (C’) de f –1

dans le même repère (o, i , j ) Exercice 47


2
Soit f la fonction définie par f(x)  1  x  1
Exercice 45
Soit f la fonction définie sur [ 1, +∞[ par f(x)= x-1+1 1/a) Déterminer le domaine de définition de f

Soit (  f ) sa courbe représentative dans un plan b) Montrer que f est une fonction paire. Interpréter

graphiquement ce résultat
rapporté à un repère orthonormé (o, i , j )
2/ Etudier les variations de f sur 
a- Etudier la dérivabilité de f à droite en 1. Interpréter
3/a) Montrer que la droite  : y  x  1 est une
graphiquement le résultat obtenu.
asymptote à f au voi sin age de  
b- Prouver que f est dérivable sur ] 1 , +∞ [ et calculer

f '(x). b) Etudier la position relative de f et 

a- Dresser le tableau de variation de f.


4/ Tracer f et  dans un repère orthonormé (o, i , j )

b- Calculer . Interpréter le résultat


5/ Soit g la restriction de f sur 

obtenu. Montrer que g admet une fonction réciproque


Tracer (  f ) .
définie sur 

3)a/ Montrer que f réalise une bijection de [ 1,+∞ [ sur


Tracer  g 1 courbe représentative de la fonction
un intervalle J que l'on déterminera.
dans le même repère
b/ Calculer . Montrer que est dérivable en
Dresser le tableau de variation de g 1
3 et calculer .
1 1
c/ Tracer  f 1 la courbe représentative de f 1 dans Expliciter g (x) ainsi que (g )'(x)

le même repère Exercice 48



Soit f la fonction définie sur 0,  par f(x)= sin x
Exercice 46  2

√ 1) Dresser le tableau de variation de f.

Déterminer Df.

Vérifier que pour tout x  Df , f(x) = 2x² -2x x²-1

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 120


Exércices et problemes


2) a- Montrer que f réalise une bijection de 0,  sur
 2
5) a) Etudier le comportement de la courbe (C) de F
un intervalle J que l'on précisera.
au voisinage de +∞ .
b) construire Cf
b) Dresser le tableau de variation de F.
c)- On note g la fonction réciproque de f. de f.
Exercice 50
Construire à partir de Cf. En précisant les demi-
+ +
tangents de Cg aux points d'abscisse 0 et 1
1) a) Etudier les variations de f .

 
3) Montrer que g est dérivable sur 0,1 et que 2) b) Montrer que f est une bijection de + +sur [ 1 , +∞ [
b) On désigne par g la fonction réciproque de f , calculer
2x
g'(x) = g(1) , g( 2 ) et g( 2 ) .
1 x 4
c) Montrer que g est dérivable sur ]1 ,+  [ et que :
4) Soit k la fonction définie sur [0,1] par 1
g'(x) 
x x2  1

a – Etudier les variations de k sur [0,1] Exercice 51


Soit la fonction définie sur [0, +∞[par :
b- Montrer que gok est dérivable sur ] [
x
 f(x) = x + et Cf sa courbe représentative dans
c- Déduire alors : x2 1
2

Exercice 49

un repère orthonormé O, i , j 
ℝ (1)a) Calculer la limite de en +∞.

1) Montrer que admet dans IR une seule primitive F



vérifiant F(0) = 0.
[ [
2) a) Montrer que la fonction définie sur IR par :
c) Dresser le tableau de variation de f.
est constante.
d) Montrer que la droite D : y = x+1 est une asymptote
b) Etudier alors la parité de F .
à la courbe de f au voisinage de +∞.
[ [
e) Tracer Cf ainsi que la demi tangente à Cf au point O.

2) a) Monter que f réalise une bijection de [0, +∞[sur

[ [ un intervalle J à déterminer.

b) Construire dans le même repère la courbe de f -1

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 121


Exércices et problemes
b- En déduire que f réalise une bijection sur un
Exercice 52
intervalle J, que l’on précisera.
Soit la fonction f définie sur [1, +∞ [ par
3/ Soit f-1 la fonction réciproque de f.

a- Déterminer le domaine de continuité de f-1 et son


x2 1
f(x) =
x sens de variation.

b- Montrer que f-1 est dérivable en -1.


1) Montrer que f admet des primitives sur [1, +∞ [
c- Calculer f(0) en déduire (f-1)’(1).
2) Soit F la primitive de f sur [1, +∞ [ qui s’annule en
4/ Expliciter f-1(x) en fonction de x pour tout x  J.
1 .Donner le sens de variation de F.
Exercice 54
3) Soit G la fonction définie sur * * par
On considère la fonction f définie par :

𝐺 ( ) √ .

On désigne par (f) la courbe représentative de f dans


a)Montrer que G est dérivable sur [0,  [ et que
2
un repère orthonormé (o, i , j )
1
G’(x) =  1.
cos 2 x 1/ Montrer que f est définie sur ]-∞,-3]3,+.

 2/ Montrer que la droite ∆ : y = 0 est asymptote à (ζf)


b) En déduire que pour tout x  [0, [,
2
au voisinage de +∞.
G(x)= tan(x)-x
3/ a- Montrer que ∆’ : y = -2x est une asymptote à (ζf)
c) Calculer F ( 2 ) et F (2)
au voisinage de -∞.
4) Soit la fonction h définie sur ]1,+∞ [ par
b- Etudier la position de (ζf) par rapport à ∆’ .

𝐻 4/ a- Etudier la dérivabilité de f à droite en 3 et à

gauche en –3.
]1,+∞[ qui s’annule en 3
b- Interpréter graphiquement les résultats obtenus.
Exercice 53 5/ a- Montrer que f est dérivable sur ]-∞,-3[]3,+ et
Soit la fonction f définie sur [-2,+ par :
x
f(x) = 2x  4  1 f '(x) = 1 .
x2  9
1/ Etudier la dérivabilité de f à droite en –2. Interpréter
b- Montrer que f strictement décroissante sur ]-∞,-3]
graphiquement le résultat obtenu.
et strictement croissante sur 3,+.
2/ a- Calculer f’(x) pour tout x  -2,+.
c- Dresser le tableau de variation de f.

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 122


Exércices et problemes
6/ Soit g la restriction de f à l’intervalle 3,+. b) Pour tout de ] [ , on pose

a- Montrer que g réalise une bijection de 3,+ sur


( )
un intervalle J que l’on déterminera.
𝑀 ] [
b- Montrer que g-1 est dérivable sur [-3,0[

c- Calculer g-1(-1), en déduire (g-1)’(-1) ( )


d- Expliciter g-1(x) pour x  J.
d) Montrer que h réalise une bijection de ] [

Exercice 55 sur IR. On note h-1 sa fonction réciproque

√ e) Montrer que est dérivable sur IR et que

1)a- dresser le tableau de variation de f

b- Etudier les variations de la fonction


4) Pour tout x de IR* , on pose
sur ] [.
𝐻 ( )
Montrer que l’équation f(x) = x admet dans ] [
a-Montrer que H est dérivable sur IR* et calculer H’(x)
une solution unique α et que + *
b) Calculer ( ) et ( ), en déduire que :
Donner le signe de
𝐼𝑅
2) a- Montrer que f réalise une bijection de ] [
H(x) = -1 : 𝐼𝑅 ; H(x) = 1
sur IR , on note f-1 sa fonction réciproque
c- Pour tout n de IN* on pose


∑[ ( ) ( )]
𝐼𝑅

3) Soit la suite (Un) définie par : [ ] ( ) ( )

𝐼𝑁 𝐼𝑁

a- Montrer que : 𝐼𝑁 [ ]
**) Montrer que 𝐼𝑁 ( ),
b- Utiliser le signe de pour montrer que :
en déduire que la suite (Wn) est convergente et donner
[ ]
sa limite.
Montrer alors que la suite (Un) est monotone et en
Exercice 56
déduire que (Un) est convergente et déterminer sa

limite
et F la primitive de f sur IR tel que F(0) = 0

1
x  IR- : x  F(x)  x  x
3
1) a- Montrer que
3
Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 123
Exércices et problemes

13 - La droite d’équation y = 0 est une asymptote à la


b- Montrer que x  IR+ : x  x  F(x)  x
3
courbe (f) en - .
F(x) F(x)  x
2) Calculer alors : lim et lim - La courbe (f) admet deux tangentes aux points
x 0 x x 0 x²
d’abscisses -3 et -1.
3) Soit G la fonction définie sur IR par :
- La courbe (f) admet une demi tangente T et une
 F ( x)
G ( x)  si x  0
 x demi tangente verticale au point d’abscisse -4.

G(0)  1
1/ Déterminer lim f(x) ; lim f(x) et lim (f(x)  2x)
x  x  x 
a- Etudier la continuité et la dérivabilité de G en 0
2/ Calculer : f’(-1) ; f’(-3) et f’d(-4) .
𝐻
3/ a- f est-elle dérivable à gauche en -4 ? Déterminer
le sens de variation de G sur IR
f(x)  f( 4)
alors lim
x ( 4 ) x4
( ) ( )
b- Montrer qu’il existe une solution unique α]-4,-3[

tel que f(α) = 0.


a- Montrer que est dérivable sur IR+ et calculer
4/ Soit h la restriction de f à l’intervalle [-1, +∞[.
H’(x)
Montrer que h réalise une bijection de [-1, +∞[ sur un
  
b- Vérifier que x    ;  F(tg(x)) = x puis
 2 2 intervalle J que l’on précisera.

calculer lim F(x) et lim F(x)


x  x 

1 1 
c- En déduire que F    F   
2 3 4

d- Montrer que F réalise une bijection de IR sur un

intervalle J que l’on précisera

Déterminer F-1(x) pour tout x de J

Exercice 57
Sur la figure est tracée la courbe représentative notée

(f) dans un repère orthonormé ( O, i , j ) d’une fonction f


Exercice 58
définie sur IR. On sait que : Soit f la fonction définie sur IR par :
- La droite  d’équation y = 2x + 4 est une asymptote  3 2
x  2x  x  2 si x  0
f(x)  
2
à (f) en + . 1  x  1
 si x  0

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 124


Exércices et problemes

1/ Etudier la dérivabilité de f à droite et à gauche en 0.


Exercice 60
f est-elle dérivable en 0 ? Soit f la fonction définie sur IR par :

2/a) Calculer la fonction dérivée de f sur chaque  3x  2


 si x  0
f(x) =  x  2
intervalle 3  x²  4
 si x  0
b) Dresser le tableau de variation de f
1/ Calculer lim f ( x ) et lim f ( x )
3/a) Montrer que la droite  : y  x  1 est une x   x  

asymptote à la courbe de f au voisinage de (  ) 2/ a) Montrer que f est continue en 0

b) Déterminer le domaine de continuité de f


f(x)
b) Calculer lim ; Interpréter graphiquement le
x  x
3/ a) Montrer que f n’est pas dérivable en 0

résultat b) Déterminer les équations cartésiennes des

4/ Pour x    , 0 Montrer que la courbe de f demies tangentes à

admet un point d’inflexion A (Cf) au point A (0,1) ; (Cf) étant la courbe

représentative de f dans un repère cartésien


5/ Tracer (  f ) dans un repère orthonormé ( O, i , j ) .
4/a) Calculer la fonction dérivée de f sur chaque

Exercice 59 intervalle.
Soit f la fonction définie sur
b) Dresser le tableau de variation de f sur IR

 x  1 si x  0
par f(x)   5/a) Montrer que (Cf) admet une asymptote horizontale
2
2x  1 si x  0

au voisinage de (  )
1/ Etudier la continuité de f en 0
b) Calculer limf(x)  x
x 
; Interpréter
2/a) Etudier la dérivabilité de f en 0

b) Interpréter graphiquement les résultats trouvés graphiquement le résultat obtenue

3/ Calculer la fonction dérivée de f sur chaque Exercice 61


intervalle Soit f la fonction définie sur

x
4/ Dresser le tableau de variation de f
1,1  par :f(x)  1 
1  x2
f(x) f(x)
5/ Calculer lim et lim ; Interpréter
x  x x  x
et  f sa courbe représentative dans un repère
graphiquement les résultats obtenues

orthonormé (O, i , j)

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 125


Exércices et problemes
1°) Etudier la continuité de f en 0 et en 1 .
1/a) Justifier que f est dérivable sur

1 2°) a- Etudier la dérivabilité de f en 0 et en 1 .


1,1  et que:f '(x) 
( 1  x 2 )3 Interpréter géométriquement le résultat trouvé.

b) Dresser le tableau de variation de f 3°) Calculer f '(x) . et donner le tableau de variation

de f.
2/a) Montrer que I(0,-1) est un point d’inflexion de f

Exercice 63
b ) Donner une équation cartésienne de la tangente à
Soit la fonction f défini par :
 f au point I

,
c) Montrer que I est un centre de symétrie pour  f
1°) Etudier la continuité de f en 1.
3/ Tracer  f en précisant les asymptotes
2°) a- Montrer que √ .
4/ a) Montrer que f réalise une bijection de 0,1 sur un
b- Déduire lim f(x) .
x 

intervalle J à préciser
3°) a- Etudier la dérivabilité de f sur . [ [

1
 
b) Calculer f '( 1) b- Prouver que .

1
c) Expliciter f (x) pour tout x  J
Interpréter géométriquement le résultat trouvé .

Exercice 62 5°) Dresser le tableau de variations de f .


A/ Soit la fonction g défini sur 𝐼𝑅 par :
6°) L’équation possède –t-elle des solutions

dans IR ?
1°) Etudier la dérivabilité de g adroite en 0.
7°) Soit [ ] 𝐼𝑅 .
2°) Déterminer g '  x  pour tout 𝐼𝑅 Etudier la dérivabilité de h sur [ ].

3°) a- Donner le tableau de variation de g. Dresser le tableau de variations de h.

En déduire que 𝐼𝑅 .
Exercice 64
B/ Soit la fonction f défini sur IR par : Soit f la fonction définie sur IR par :

 2 x  x 1 √ .
 si x  0 et x  1
 x 1
f  x   1 si x  1
 x 1 On désigne par  la courbe de f dans un repère
si x  0
f
  x 1

orthonormé ( O, i , j ) .

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 126


Exércices et problemes
1°) Dresser le tableau de variations de f.
Exercice 65
2°) a- Montrer que la droite∆ 𝑦 est Soit la fonction définie sur 𝐼𝑅 par :

une asymptote à  f
. ] ]
{

b- étudier la position de  f
par rapport à .
1°) a- Montrer que f et continue en 1.
c- Tracer  f
et  dans le même R.O.N ( O, i , j ) .
b- Etudier la dérivabilité de f en 1.

3°) a- Montrer que f réalise une bijection de IR sur un

intervalle J a préciser. 2°) Montrer que f est dérivable sur ] ] et sur

b- Construire  1
dans le même R.O.N ( O, i , j ) . ] [
f

Déterminer lorsque ] ] et
𝐽
] [

4°) Montrer que l’équation admet dans IR une


3°) Soit ] [ 𝐼𝑅 √ .

solution + *.
a- Montrer que g réalise une bijection de ] [

5°) Soit g la fonction définie sur [ ] sur un intervalle J que l’on précisera.

b- Montrer que pour tout x  J on a

[ ]

] ] 𝐼𝑅
(√ )
a- Montrer que admet une fonction réciproque
a- Montrer que g réalise une bijection de [ ] sur
dont on précisera le domaine de définition.
b- un intervalle I a préciser .
b- Montrer que est dérivable sur
c- Déterminer le domaine D de la dérivabilité de
] [

Et
est elle dérivable à droite en .
√ 5°) Montrer que l’équation admet une

seul solution ] ].

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 127


Exércices et problemes

Calculer ( ) et en déduire . d ) deduire que n  on a :
n ²Pn (x )  (2n  1)xPn ' (x )  (1  x ²)Pn '' (x )  0
Exercice 66
e) calculer Pn (0) n 
Soit f la fonction définie par fonction définie par :
f : 1;1 
1 Exercice 67
x
1 x ²
On considere la fonction polynome Pn definie par :

n 
1. Montrer que la fonction f est dérivable n fois sur
n

1;1 Pn (x )  (x  k )  (x  1)  (x  2)  ...  (x  n )


k 1 et
x  1;1
Avec n  et , on a :
Pn ' (x )
Pn (x ) f n (x ) 
n 
f (x )  1 la fonction f n tel que Pn (x )
n
(1  x ²) 2
x   1,2,3,...; n
1. Montrer par recurence que
Et Pn un polynôme vérifier la relation suivante n

x k
1
n  : Pn 1 (x )  (1  x ²)Pn (x )  (2n  1)xPn (x )
' on a f n (x ) 
k 1
2. a ) Montrer que 
2. Deduire que n  on a : x 
x  1;1 : (1  x ²)f '(x )  xf (x )  0
 
2

Pn (x )Pn '' (x )  (Pn ' (x )
b )deduire que n  on a
Pn 1 (x )  (2n  1)xPn (x )  n ²(1  x ²)Pn 1 (x )  0

c ) Montrer que n 
 Pn '  n ² Pn 1

Chapitre 3 :Dérivabilité,etudes des fonctions et les fonctions primitives 128


Cours

Chapitre 4

Fonction logarithme népérien

Histoire

En 1614, un mathématicien écossais, John Napier (1550 ; 1617) ci-contre, plus

connu sous le nom francisé de Neper publie « Mirifici logarithmorum canonis

descriptio ».

Dans cet ouvrage, qui est la finalité d’un travail de 20 ans, Neper présente un outil

permettant de simplifier les calculs opératoires : le logarithme.

Neper construit le mot à partir des mots grecs « logos » (logique) et arithmos

(nombre).

Toutefois cet outil ne trouvera son essor qu’après la mort de Neper. Les

mathématiciens anglais Henri Briggs (1561 ; 1630) et William Oughtred (1574 ;

1660) reprennent et prolongent les travaux de Neper.

en plus complexes.

129
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
I. Fonction logarithme népérien
1) Définition et propriétés algébriques

a) Activité

1) Soit f la fonction numérique définie sur 0;  par f (x ) 


1
x

a. Montrer que f admet des fonctions primitives sur 0;  .

b. En déduire que admet une primitive unique sur 0;  qui s’annule e 1.

L’unique primitive de f sur 0;  qui s’annule en 1,s’appelle fonction logarithme népérien .elle est notée ln

2) Soit g la fonction définie sur 0;  par g (x )  ln(a  x r ) avec a  


et r 

x  0;  .
1
a. Vérifier que g '(x )  r 
x

b. En déduire que g est une fonction primitive sur 0;  de la fonction x
1
r .
x

c. Vérifier que x  0;  g (x )  r ln(x )  c ou c c’est une constante.

d. Montrer que si x  1 alors c  ln a

e. En déduire que pour tous réels x et a de 0;  et pour tout nombre rationnel r on a : ln(ax r )  r ln x  ln a

f. En déduire si on pose x  b ,alors on obtient la propriété suivante :


r  ;(a, b )  (  )² : ln(ab r )  ln a  r ln b

g. En déduire les propriétés suivantes :


 (a, b )  (  )² : ln(ab )  ln a  ln b

 1
 b   : ln     ln b
b 

 a
 (a, b )  (  )² : ln    ln a  ln b
b 

 r  ; b 

 : ln b r   r ln b

h. Sans utiliser de calculatrice, exprimer en fonction de ln 2 , ln 3 ou ln 5 les nombres suivants :

; ln 3 100 ; ln  0, 01
25
ln 10 ; ln 30 ; ln
18

130
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours

Définition
sur 0;  qui s’annule en 1,s’appelle fonction
1
L’unique primitive de la fonction x
x

logarithme népérien .elle est notée ln

Conséquence :

 La fonction est définie sur 0; 

 ln1  0

1
 x  0;  ln' x 
x

Application :determiner l’ensemble de définition des fonctions suivantes :

 x 1 
f (x )  ln   ; g (x )  ln x  ln(x  1) ; h (x )  ln  x ²  x 
x  2

Exercice : déterminer l’ensemble de définition des fonction suivantes :

2x  x
f 1 (x )  ln(x  4)  ln(25  x ²) ; f 2 (x )  ln(x ²  8x  7) ; f 3 (x )  ln
x 5

Propriété

 1
 (a, b )  (  )² : ln(ab )  ln a  ln b ; b  
 : ln     ln b
b 

a
 (a, b )  ( 
 )² : ln    ln a  ln b ; r  ; b  
 : ln b r   r ln b
b 

 soient n un élément de 
et x 1 , x 2 ,...et x n de 0;  alors ln(x 1 .x 2 ...x n )  ln(x 1 )  ln(x 2 )  ...  ln(x n )

 n  n
c-à-d : ln   x k    ln(x k )
 k 1  k 1

131
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
Conséquence :

 x  
 : ln  x   12 ln x en général  n   0,1 x  
  : ln  n
x   n1 ln x
 x  
 : ln  x ²   2ln x

a
 (x , y )  ( 
)² : ln  xy   ln x  ln y et ln    ln a  ln b
b 

Exemples : A  ln 3  5  ln 3  5     B  3ln 2  ln 5  2ln 3

B  3ln 2  ln 5  2 ln 3
 
A  ln 3  5  ln 3  5    ln 23  ln 5  ln 32

 ln 3  5 3  5    ln
23  5
 ln  9  5  32
40
 ln 4  ln
9

2) Monotonie de la fonction ln

a) Activité :

On considère la fonction logarithme népérien ln

Démontrer que :


 ln est dérivable sur 


 ln est continue sur 


 ln est strictement croissante sur 

Propriété
Pour tous réels x et y strictement positifs, on a :

ln x  ln y  x  y ln x  0  x  1
1)  ; 2) ln x  0  x  0
ln x  ln y  x  y ln x  0  0  x  1

132
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
Exemples : 12  32 12  32
x   6  2 2 et x  62 2
2 2
a) Résoudre dans ℝ l'équation suivante :
Les solutions sont donc 6  2 2 et 6  2 2 car elles
ln  x  3  ln  9  x   0
appartiennent bien à l’ensemble de définition.
b) Résoudre dans ℝ l'inéquation suivante :
b) Ensemble de définition :
ln  3  x   ln  x  1  0
3x 0 x 1 0
et
a) Ensemble de définition : x 3 x  1

x 30 9x 0 L’inéquation est définie sur ]-1 ; 3[.


et
x 3 x 9 On restreint donc la recherche des solutions à cet

L’équation est définie sur ]3 ; 9[. intervalle.

On restreint donc la recherche des solutions à cet


ln  3  x   ln  x  1  0
intervalle.
 ln  3  x   ln  x  1
ln  x  3  ln  9  x   0  3  x  x 1
 2  2x
 ln  x  3 9  x   0
1 x
 ln  x  3 9  x   ln1
  x  3 9  x   1 L'ensemble solution est donc 1; 3 .
  x 2  12x  27  1
  x 2  12x  28  0

II. Etude de la fonction ln


1) Limite de la fonction ln en  et en 0

a) Activité

A. On considère la fonction définie sur 


 par f (x )  x  ln x

1) Donner le tableau de variations de f

2) Démontrer que x 

 : ln  x   x

3) Démontrer que x  1: 0  ln  x   2 x

ln x
4) a) Déduire lim
x  x

ln x 
b) déduire lim tel que n 
x  xn

133
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
1
c) on pose t  démontrer que lim x n ln x  0
x x 0

ln x ln(h  1)
B. 1) démontrer que lim  1 et déduire que lim 1
x 1 x 1 h  0 h

2) On admet lim ln x   démontrer que lim ln x  


x  x 0

Propriété

 lim ln x   et lim ln x  
x  x 0
x 0

ln x
 et pour tout entier non nul n, lim 0
x  xn

 lim x ln x  0 et pour tout entier n, lim x n ln x  0


x 0 x 0
x 0 x 0

ln x ln 1  x 
 lim  1 et lim 1
x 1 x  1 x 0 x

Exemples : Levons l'indétermination :

ln x ln x ln 1   x  1  ln 1  X 
a) lim  x  ln x  ; b) lim ; c) lim lim  lim  1 Comme
x  x 1 x  1 x  x  1 x 1 x 1 X 0 X

a) Il s'agit d'une forme indéterminée de type "    composée de limites.

". 
c) Il s'agit d'une forme indéterminée de type " ".

Levons l'indétermination :
Levons l'indétermination :
 ln x 
x  ln x  x 1  
 x  ln x ln x
ln x
 x  x
x 1 x 1 1
 0 , on a : lim 1  ln x   1 .
ln x
Comme lim 1
x  x x 
 x  x x

ln x 1
Et donc lim x 1 
ln x   0 et lim 1   1 , on a
   soit Comme lim
x  
x 
 x  x x x

lim  x  ln x    . ln x
x  0 ln x
lim x   0 . Et donc lim  0.
x  1 1 x  x  1
0 1
b) Il s'agit d'une forme indéterminée de type " ". x
0

134
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
2) Etude de la fonction ln

a) Activité

On considère la fonction logarithme népérien ln et (C) sa courbe dans un repere orthonormée

1) Démontrer que ln est une bijection de 



vers

2) Démontrer que l’équation ln x  1 admet une unique solution dans 


L’unique solution de l’équation ln x  1 est notée e et on a alors ln e  1

Une valeur approchée de e est e  2, 71828182845...

La notation e est utilisé par le mathématicien suisse Euler (1707-1783)

3) Donner le tableau da variations de la fonction ln

4) Etude des branches infinies à ( C)

a) Démontrer que la fonction ln est admet une branche parabolique de direction l’axe des abscisses au voisinage de

 .
b) Démontrer que ( C) admet l’axe des ordonnés comme asymptote .

5) Etudier la concavité de ( C)

6) Déterminer l’équation des tangente à ( C) au points d’abscisse 1 et e .

7) Représenter ( C)

8) Déduire la représentation graphique des fonctions suivantes :

o x ln(x )

o x  ln(x )

o x ln(x )

o x ln x

Solution :

   
La fonction logarithme népérien est dérivable sur 0;  donc est continue sur 0;  . Et La fonction logarithme népérien

 
est strictement croissante sur 0;  car Pour tout réel x > 0, (ln x ) ' 
1
x
0.

135
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours

 
Donc ln est une bijection de 0;  vers ln  0;     lim ln x ; lim ln x  
 x 0 x  
.

1) Comme f est une bijection de 0;  vers   et 1  


donc il existe unique nombre de 0;  que l’on note e tel

que ln e  1

2) Tableau de variation de ln

x 0 1 e 

ln'( x)
+



ln x 

3) Les branches infinies

ln x
a) On a lim ln x   et lim  0 donc ( C) admet une branche parabolique de direction l’axe des
x  x  x

abscisses au voisinage de  .
b) On lim ln x   alors ( C) admet l’axe des ordonnées comme asymptote.
x 0
x 0

1
4) On ln"(x )    0 Pour tout réel x > 0 donc

x 0 

ln''(x ) -

( C)

5) - L’équation de la tangente à ( C) au point d’abscisse 1

T1  : y  ln'(1)(x  1)  ln(1)


 y  x 1

- L’équation de la tangente à ( C) au point d’abscisse e

T 2  : y  ln'(e )(x  e )  ln(e )


1
y  x
e

6) Construction de ( C)

136
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours

III. Fonctions de la forme lnu

Propriété
Soit u une fonction dérivable et ne s’annule sur un intervalle I.

u '(x )
La fonction x ln u (x ) est dérivable sur I. Sa dérivée est la fonction x .
u (x )

Exemple :

   
Soit la fonction f définie sur 0; 2 par : f (x )  ln 2x  x 2 alors f '(x ) 
2  2x
.
2x  x 2

Application :calculer Df ’ puis calculer f’ dans chacun des cas suivants :


1) f (x )  ln(ln x ) ; 2) f (x )  ln x  x ²  1  ; 3) f (x )  ln sin ² x  3sin x  4

137
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
Exercice corrigé Donc u '(x )  0 .

On considère la fonction f définie sur 2;1 par    


La fonction u est donc strictement croissante sur 2;1 ,

 x  2. d'où :
f (x )  ln  
 1 x 

La fonction f est strictement croissante sur 2;1 .
a) Calculer les limites de f aux bornes de son ensemble
x -2 1
de définition.
f '( x)
b) Etudier la dérivabilité de la fonction f.
+
c) Déterminer le sens de variation de la fonction f.

d) Tracer sa courbe représentative. 

f ( x)
Correction 

x 2
a) - lim  0 donc lim f (x )   comme
x 2
x 2
1 x x 2
x 2 d) La courbe

composée de limites.

x 2
- lim   donc lim f (x )   comme
x 1 1  x x 1
x 1 x 1

composée de limites.

x 2
b) La fonction u : x est strictement positive
1 x

 
et dérivable sur 2;1 donc f est dérivable sur 2;1 .  
1  1  x    x  2    1
u '(x ) 
1  x 
2

c)
1 x  x  2 3
 
1  x  1  x 
2 2

Définition
S soit u une fonction dérivable et ne s’annule sur un intervalle I.

u '(x )
La fonction x s’appelle la dérivée logarithmique de la fonction x u (x ) sur I.
u (x )

4x 3  2x
Exemples : la dérivée logarithmique de la fonction x x 4  x ²  3 sur est x
x 4 x ²3

138
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours

Propriété
Soit u une fonction dérivable et ne s’annule sur un intervalle I.

u '(x )
L’ensemble des fonctions primitives de la fonction x sur I est les fonctions x ln u (x )  k avec
u (x )

k

Exemples :  L’ensemble des fonctions primitives de la fonction

 L’ensemble des fonctions primitives de la fonction x


x
sur est x
1
ln(x ²  1)  k avec
x ² 1 2
x
1
x
sur ;0 est x ln(x )  k avec k .
k

Application : déterminer une primitive de la fonction f sur l’intervalle I

 x 1 f : x tan x  x 1
f : x  f : x
 x ²  2x ;     ;  x 1
I  ;0 I    2 ; 2  I  1; 
    

IV. Fonction logarithme de base a


1) Définition

Définition Soit a un nombre réel strictement positif et différent de 1.

La fonction x
ln x
ln a
; définie sur 0;  , s’appelle fonction logarithmique de base a ,et notée log a

ln x
On a donc x  0;  loga (x ) 
ln a

Remarque :

ln x
 x  0;  loge (x )   ln x .
ln e

 La fonction logarithme népérien est la fonction logarithme de base e.

ln a
 a  
 1 loga (a )  1.
ln a

ln a r r ln a
 r  loga (a r )   r
ln a ln a

139
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours

2) Propriétés :

Propriété 1
: soit a un nombre strictement positif diffèrent de 1 on a :

0  a 1 a 1

lim loga x   lim loga x  


x  x 

lim loga x   lim loga x  


x 0 x 0
x 0 x 0

loga x loga x
lim 0 lim 0
x  x x  x

Propriété 2
 
: pour tous nombres réels a et b de 0;  et pour tout nombre rationnel r :


 (a, b )  (  )² : loga (ab )  loga a  loga b

  1
b   : loga     loga b
b 

 (a, b )  (  a
 )² : loga    loga a  loga b
b 

 r  ; b  
 : loga b r   r loga b

 Soient n un élément de 
 
et x 1 , x 2 ,...et x n de 0;  alors

 n
 n
loga (x 1 .x 2 ...x n )  loga (x 1 )  loga (x 2 )  ...  loga (x n ) c.-à-d. : loga   x k    loga (x k )
 k 1  k 1

3) Etude de la fonction loga

 
On a la fonction loga est définie sur 0;  et on a x  0;  log'a (x ) 
1
x ln a

140
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Cours
x 0 1 e 

log'(x ) +
Si

log a

Si

x 0 1 e 

Si -
log'(x )



Si
loga


La représentation graphique :

4) Cas particulier : fonction logarithme décimal

Propriété
la fonction logarithme de base 10 s’appelle fonction logarithme décimal, et notée log10 ou log .

 
Remarque : log1  0 ; log10  1 ; r  ; log 10r  r

Application : calculer log(100) ; log(1000) ; log(0,01) ;log(0,0

141
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien
Exércices résolus

Exercice 1
Dérivation et encadrement

Le plan P est muni d’un repère orthonormé (O ; i , j ) (unité graphique 3 cm).

 ln(x  1)
 f (x )  si x  0
1. On considère la fonction définie sur [0, [ par :  x
 f (0)  1

Montrer que f est continue en 0.


 x2 x3 
2. a. Etudier le sens de variation de la fonction g définie sur [0, [ par g (x )  ln(1  x )   x   .
 2 3 

  x2 x3 
Calculer g(0) et en déduire que sur : ln(1  x )   x   .
 2 3 

x2
b. Par une étude analogue, montrer que si x  0 , alors ln(1  x )  x  .
2
1 ln(1  x )  x 1 x
c. Établir que pour tout x strictement positif on a :   2
  .
2 x 2 3
1
En déduire que f est dérivable en zéro et que f '(0)  
2
x
3. a. Soit h la fonction définie sur [0, [ par h (x )   ln(1  x ) .
x 1
Étudier son sens de variation et en déduire le signe de h sur [0, [ .
h (x )
b. Montrer que sur [0, [ , f '(x )  .
x2
c. Dresser le tableau de variation de f en précisant la limite de f en +

Correction
 ln( x  1)  x2 x3 
 f ( x)  si x  0
également g( x)  0 , soit ln(1  x)   x    .
1.  x ; f est continue en 0 ssi
 f (0)  1  2 3 

b. On prend
lim f ( x)  f (0) , or le cours donne justement la limite
x 0 x2 1
k (x )  ln(1  x )  x   k '(x )  1  x
2 1 x et
ln(1  x ) 11 x  x  x 2 x2
lim 1.   0
x 0 x 1 x 1 x

x2
g '(x ) 
1
1 x

 1 x  x 2  k(0)  0 donc k( x)  0 , soit ln(1  x)  x 
2
.
2. a. .
1  1  x  x  x 2  x 2  x 3 x 3 x2 x3 x2
  0 x   ln(1  x )  x 
1 x 1 x 2 3 2
2 3
x x x2
Donc g est décroissante et comme g(0)=0, on a c.     ln(1  x )  x   .
2 3 2
1 x ln(1  x )  x 1
   
2 3 x2 2

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 142


Exércices résolus
f dérivable en zéro : on calcule x
3. a. h( x)   ln(1  x) ,
x 1
ln(1  x) 1 x 1 x
1 h '( x) 
1

1
   0 ; on a
f ( x )  f (0) x ln(1  x )  x
lim  lim  lim ; or ( x  1)2 x  1 ( x  1)2 ( x  1)2
x 0 x 0 x 0 x x 0 x2
h(0)  0 et h décroissante donc h( x)  0 .
le résultat précédent montre que cette limite est 1
x  ln(1  x )
b. f '( x)  1  x h( x )
 2 0.
2
1 x x
précisément  qui est donc f’(0). ln(1  x ) ln x
2 c. lim f (x )  lim  lim 0.
x  x  x x  x

Exercice 2
On considère la fonction f définie sur l'intervalle [0 ;  [ par :

 1  x  0 et f (0)  0 .
f (x )  x ln  1   si
 x² 

On note (C ) la courbe représentative de f dans un repère orthonormé O ; i , j   (unité graphique : 5 cm).


Le but du problème est d'étudier certaines propriétés de la fonction f .

Partie A : Etude d'une fonction auxiliaire

On considère la fonction g définie sur l'intervalle ]0 ;  [ par : 


g (x )  ln  1 
1 

2
.
 x ²  x ² 1

1. Calculer la dérivée g ' de g. Montrer que pour tout x de ]0 ;  [, g '(x ) 


2(x ²  1)
.
x (x ²  1)²

2. Etudier le signe de g'(x) selon les valeurs de x. Déterminer la limite de g en  .Déterminer la limite de g en 0.
3. Dresser le tableau des variations de g.

4. En déduire qu'il existe un unique nombre réel   0 tel que g ( )  0 . Vérifier que 0,5    0,6 . Déduire

des questions précédentes le signe de g(x) sur l'intervalle ]0 ;  [.


On ne demande pas de construire la courbe représentative de la fonction g.

Partie B : Etude de la fonction f

1. a. Calculer la limite quand x tend vers  de xf (x ) (on pourra poser X 


1
).

b. En déduire que f(x) tend vers 0 quand x tend vers +. Montrer que pour tout x de ]0 ; + [, on a

f (x )  g (x ) . Dresser le tableau de variations de f sur ]0 ;  [.


2. Etude de f en 0

a. Montrer que x ln  1  1  tend vers 0 quand x tend vers 0 par valeurs suprieures. Que peut-on en
x²  

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 143


Exércices résolus
conclure ?

b. Etudier la dérivabilité de f en 0.

c. Préciser la tangente à la courbe de f au point O.

3. Donner l’équation de la tangente au point d’abscisse 1.

4. Donner l’allure de (C).

Correction
1. a. g est dérivable comme somme de fonctions 1
lim   donc
x 0 x ²
dérivables. En effet, ln  1  1  est dérivable
x²   1  1
lim ln  1    lim ln X   avec X  1 
comme composée de fonctions dérivables, de même x 0  x ²  X  x²

2 2
que  . et lim  2 donc lim g (x )   .
x ² 1 x 0 x ²  1 x 0

2x 2 4. a.
 4 2  2x x3  4x
g '(x )  x   x 0 1 
1  x ²  1 2 x ²  1  x ²  1 2
1
x² x²
2  x ²  1   4x ² g'(x) – 0 +
2 4x
  
x  x ² 1   x ² 1  2
 x ²  1 2
 0
2(x ²  1)

 x ²  1 2 g(x) −0,3
b. Le signe de g'(x) est celui de

x 2  1  (x  1)(x  1) . Comme g' est définie 1 2


g (1)  ln(1  )  ln 2  1  0,3 .
sur *
, on a : si 0 < x < 1, g'(x) est négatif ; 1² 1²  1

si x > 1, g'(x) est positif. 4. b. La fonction est continue et dérivable sur ]0 ; 1],

2. lim g (x )  lim ln  1  1   lim 2 ; de plus elle est strictement décroissante sur cet
x  x  x² x  x ²  1

intervalle en changeant de signe, donc il existe une
1
lim  0 donc lim ln  1  1   ln1  0 et valeur   0 telle que g ( )  0 .
x  x² x   x² 

2 On a g (0,5)  0,009438 et g (0,6)  0,141452 donc


lim  0 donc lim g (x )  0
x  x ²  1 x 
g (0,5)  0  g ( )  g (0,6) et comme g est

3. lim g (x )  lim ln  1  1   lim 2 ; 


x 0 x 0  x² x 0 x ²  1 décroissante, 0,5 < < 0,6

5. Pour 0 < x <  , alors g(x) est positif ; pour x >  lim x ln(x ²  1)  0 car lim ln( x ²  1)  ln 1  0 .
x 0
x 0
x 0 x 0
alors g(x) est négatif.

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 144


Exércices résolus

2ln x 2ln x 1
lim  x ln x ²  lim   lim 
x 0 x 0 1 x 0 1
x 0 x 0 x 0
x x 1
1 avec X 
2ln x
 lim x  lim 2ln X  0
x 0 1 X  X
x 0
x

Conclusion : lim x ln  1  
1
 0.
x 0
x 0
 x² 
1. a.
b. f dérivable en 0 si et seulement si la limite de son
 1 
lim xf (x )  lim x ² ln  1  2 
x  x   x  taux d'accroissement est finie.
 1 
ln  1  2  (cours). f (x )  f (0) f (x )  1 
 x  ln(1  X ) lim  lim  lim ln  1    
 lim  lim 1 x 0 x 0 x 0 x x 0  x² 
x  1 X 0 X
x² La fonction n'est donc pas dérivable en 0.

1 c. La tangente en O à f est verticale. Son équation est


b. lim xf (x )  1  lim f (x )  lim  0.
x  x  x  x
x = 0.
1
2. f (x )  x ln(1  ) 4. La tangente au point d'abscisse 1 a pour équation

1
2x
  3
2 y  f '(1)(x  1)  f (1) : f (1)  1ln(1  )  ln 2 ,
1 4 1 1²
f '(x )  1.ln(1  )  x . x  ln(1  )  x . x
x² 1 x² x ² 1
1 f '(1)  g (1)  ln 2  1 d’où
x² x²
1 2
 ln(1  )   g (x ) y  (ln 2  1)(x  1)  ln 2  y  (ln 2  1)x  1 .
x ² x ² 1
5.
X 0  

f '(x) + 0 –

f(x) f(  )

3. a.
Remarque :
 1   x ² 1 
lim x ln  1    lim x ln  
x 0
x 0
 x ²  xx 0
0  x²  On a vu dans la partie A que g'(1) = 0, or g'(1) = f "(1),
 lim  x ln(x ²  1)  x ln x ²  c'est-à-dire la dérivée seconde de f en 1 : la courbe
x 0
x 0

admet un point d'inflexion pour x = 1

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 145


Exércices résolus
Exercice 3 Résolution (in)équations

1. Résoudre l’équation : ln(x 2


 3x  2)  ln(2x  6) .

 ln x  ln y  1
3. Résoudre dans le système :  .
 x  y  2e

4. Résoudre l’inéquation : ln(1  x )  ln(1  x )  ln 2x  ln(1  x ) .

5. Résoudre : 1 + ln(x + 3) = ln(x² + 2x – 3).

6. Résoudre : ln(x² – 4e²) < 1 + ln(3x).

CORRECTION
1.Domaine de définition : 1  x  0,1  x  0, 2x  0
 x  1, x  1, x  0  x   0 ;1 
 3  17   3  17 
D1    ;   ;    , par ailleurs
 2   2  On a alors

2x − 6 > 0 si et seulement si x > 3. On a donc  1 x   2x  1  x 2x


ln    ln    0
 1 x   1 x  1 x 1 x
 3  17 
D f  D1 ]3 ;  [  ;    car 1  2x  x 2  2x  2x 2
2  0 .
  (1  x )(1  x )
1  3x 2
3  17  0
 3,56 . (1  x )(1  x )
2
Le numérateur et le dénominateur sont positifs sur
Pour la résolution : ln a = ln b équivaut à a = b donc,
]0 ; 1[, la solution est donc l’intervalle ]0 ; 1[.
l’équation devient : x 2  3x  2  2x  6 ou
4 . 1 + ln(x + 3) = ln(x² + 2x – 3) : il faut que x > – 3 et
encore x 2  5x  4  0 d’où les solutions 1 et 4 ; mais
que x² + 2x – 3 = (x – 1)(x + 3 ) >0 (à l’extérieur des
seule 4 est valable.
racines) donc D = ]– 3 ;  [.
2.
1+ln(x + 3) = ln(x² + 2x – 3)
 x
 ln x  ln y  1  ln  ln e ln e + ln(x + 3) = ln(x² + 2x – 3)
  y 

 x  y  2e  x  y  2e
  ln e(x + 3) = ln(x² + 2x-3)
 2e
 y 
 x  ye  1e  e(x + 3) = x² + 2x – 3.
 
 ye  y  2e  x  2e ²
 ln est une bijection : x² + (2 – e)x – 3(1 + e) = 0 ,
 1e
 = (2 –e)² + 12(1 + e) = 4 – 4e + e² + 12 + 12e
. Les deux solutions sont positives donc c’est bon. = e² + 8e + 16 = (e + 4)².
(2  e )  (e  4)
3. Attention à l’ensemble de définition : x  , x1 = –3  D o’u x2 = e + 1 D.
2
S = {e + 1}.

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 146


Exércices résolus
5. ln(x² – 4e²) < 1 + ln(3x) Il faut que x² – 4e² >0 et  ln(x² – 4e²) < ln(3ex)

que 3x > 0 i.e. x >0 et x² > 4e² c'est-à-dire (x > 0) et  x² – 4e² < 3ex  (E) x² – 3ex – 4e² < 0.

(x > 2e ou x <–2e). 3e  5e
 = 9e² + 16e² = 25e² = (5e)², x  ;
2
D = ]2e ;  [.
(E)  – e < x < 4e. S = ]2e ; 4e[.
ln(x² – 4e²) < 1 + ln(3x)  ln(x² – 4e²) < lne + ln(3x)

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 147


Exércices et problèmes

x 1
Vrai-Faux A) Soit f la fonction définie par f (x )   , D son ensemble de définition et C
2 ln( x )
sa courbe représentative.
a. On a D = ]0, +[.
b. La courbe C admet une droite asymptote en +.
x
c. Pour tout x  D, on a : f (x )  .
2
1 2
d. Pour tout x  D, on a : f '(x )   .
2 x (ln x ) 2

QCM ( choisir la bonne réponse )


Soient f et g les fonctions dérivables sur  0 ;    respectivement définies par :

f  x   2ln  x   2  x 2 et g  x   x  2ln  x  .
2

x
1. La dérivée de f est définie par : f ' x  

A. 2x  2 B. 2x  2 C. 2x  2
2 2 2 D. aucune des 3 réponses précédentes
x x x

2. L’équation réduite de la tangente à la courbe représentative de la fonction f au point d’abscisse 2 est :


A. B. C. D.
y  f ' x  x  2   f  2  y  f ' x  x  2   f  2  y  f '  2  x  2   f  2  y  f  2  x  2   f '  2 

3. La dérivée de g est définie par : g '  x  


2 f x  f x  D. aucune des 3 réponses précédentes
A. 2x  B. 2
C.  2
x x x

4. Le minimum de f est égal à :


A. 1 B. 3 C. 0 D. aucune des 3 réponses précédentes

5. f  e 
A. e B. e+1 C. e–1 D. aucune des 3 réponses précédentes

6. lim f  x  
x 0
A. 0 B. 2 C.  D. 

7. lim g  x  
x 
A.  B.  C. n’existe pas D. aucune des 3 réponses précédentes

8. L’asymptote oblique à la courbe Cg représentative de g a pour équation réduite :


A. y  x  2 B. y  x C. y  x  2 D. y  x

10. Le nombre de solutions à l’équation g  x   0 est égal à :


A. 0 B. 1 C. 2 D. 3

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 148


Exércices et problèmes
2. a. Etudier le sens de variation de la fonction g
Exercice 1
 1 définie sur [0, [ par
cos( x ²  ) 
1. Soit f (x )  3 2 ; calculer lim f (x ) .
x 1 x 1  x2 x3 
g (x )  ln(1  x )   x   .
 2 3 
ex  3 
2. f (x )  ln   ; calculer xlim f (x ) .
 x 5  
Calculer g(0) et en déduire que sur +
:

x ²3 
3. f (x )  ln   ; calculer xlim f (x ) .  x2 x3 
 e
x
  ln(1  x )   x   .
 2 3 
2ln x  1
4. lim . x2
x  2x x  0 , alors ln(1  x )  x  .
2
5. lim x ln  1   .
1
c. Établir que pour tout x strictement positif on a
x   x 

1 ln(1  x )  x 1 x
Exercice 2   2
  .
2 x 2 3
1 . Résoudre dans IR l’équation
En déduire que f est dérivable en zéro et que
ln(x  3x  2)  ln(2x  6) .
2
1
f '(0)  
2
 1 
2ln   1
2. Résoudre l’inéquation : e x 
 2e . 3. a. Soit h la fonction définie sur [0, [ par

 ln x  ln y  1 x
3. Résoudre dans IR le système :  . h (x )   ln(1  x ) .
 x  y  2e x 1

4. Résoudre l’inéquation : Étudier son sens de variation et en déduire le signe de

ln(1  x )  ln(1  x )  ln 2x  ln(1  x ) . h sur [0, [ .

5. Résoudre : 1 + ln(x + 3) = ln(x² + 2x – 3). h (x )


b. Montrer que sur [0, [ , f '(x )  .
x2
6. Résoudre : ln(x² – 4e²) < 1 + ln(3x).
c. Dresser le tableau de variation de f en précisant la
Exercice 3 (Dérivation et encadrement)
limite de f en +
Le plan P est muni d’un repère orthonormé (O ; i , j )
Exercice 4
1. On considère la fonction définie sur [0, [ par : Partie A

On considère la fonction f déflnie sur l’intervalle


 ln(x  1)
 f (x )  si x  0
 x 1  ln x
 f (0)  1 ]0 ;  [ par f x  .
x

Montrer que f est continue en 0. On note C la courbe représentative de f dans un repère

b. Par une étude analogue, montrer que si


orthogonal (O ; i , j ) .

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 149


Exércices et problèmes
1. Déterminer la limite de f en 0. Interpréter Calculer g   x .
graphiquement le résultat. ln x
b. En déduire une primitive de la fonction x
x
2. En remarquant que, pour tout nombre réel x
sur l’intervalle ]0 ;  [.
appartenant à l’intervalle ]0 ;  [, f(x) est égal à

1 ln x Exercice 5
 , déterminer la limite de la fonction f en
x x Partie A
 . Interpréter graphiquement le résultat. On considère la fonction g définie sur ]0 ;  [ par
3. a. On note f  la fonction dérivée de la fonction f sur
g  x   2x 2  1  ln x .
l’intervalle ]0 ;  [.
1. Calculer g '  x  pour tout x de ]0 ;  [. Étudier
Montrer que, pour tout nombre réel x appartenant à
son signe sur ]0 ;  [.
2  ln x
l’intervalle ]0 ;  [, f   x   .
x2 2. Dresser le tableau de variations de g sur ]0 ;  [.

b. Étudier le signe de −2+ln x sur l’intervalle ]0 ;  [. (On ne demande pas les limites de g aux bornes de son

En déduire le signe de f  sur l’intervalle ]0 ;  [. ensemble de définition).

c. Dresser le tableau de variations de la fonction f. 3. En déduire que pour tout x de ]0 ;  [, g(x) < 0.

4. On note I le point d’intersection de C et de l’axe Partie B

Soit f la fonction définie sur ]0 ;  [ par


(O ; i ) . Déterminer les coordonnées du point I.
1 ln x
5. On note T la tangente à la courbe C au point A f  x   x 1 .
2 x
d’abscisse 1. Déterminer une équation de la droite T.
On désigne par C sa courbe représentative dans le plan
6. Sur la feuille de papier millimétré, tracer, dans le
muni d’un repère orthogonal (O ; i , j ) d’unités
repère (O ; i , j ) la courbe C et la droite T.
graphiques 2 cm sur l’axe des abscisses et 1 cm sur
On prendra 1 cm pour unité graphique sur l’axe l’axe des ordonnées.

(O ; i ) et 5 cm pour unité graphique sur l’axe (O ; j ) . 1. a. Calculer la limite de f en 0. Interpréter

Partie B graphiquement ce résultat.

b. Calculer la limite de f en  .
1. a. On considère la fonction g définie sur l’intervalle
c. Démontrer que la droite  d’équation y =−x+1
]0 ;  [ par g  x    ln x 2 . On note g  la fonction
estasymptote à la courbe C.
dérivée de la fonction g sur l’intervalle ]0;  [.

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 150


Exércices et problèmes
d. Étudier la position relative de C et  sur ]0 ;  [. ln x
]0 ;  [ par f  x   1  2x  .
x
2. a. Calculer f '  x  pour tout x > 0.
On appelle C la courbe représentative de la fonction f
b. Vérifier que pour tout x de ]0 ;  [,
gx 
f ' x  dans un repère orthonormal (O ; i , j ) d’unité
2x 2
c. Déduire de la partie A. le tableau de variations de f
graphique 2 cm.
sur ]0 ;  [.
1. a. Déterminer la limite de la fonction f en  .
d. Calculer f(1). En déduire le signe de f sur ]0 ;  [.
b. Déterminer la limite de la fonction f en 0.
3. Dans le plan muni du repère (O ; i , j ) , tracer la 2. Soit D la droite d’équation y = 1 − 2x.

droite  et la courbe C . a.Démontrer que la droite D est asymptote à la courbe

Partie C C.

1. Vérifier que la fonction F définie sur ]0 ;  [ par b. Étudier la position de la courbe C par rapport à la

1 2 1 droite D.
Fx  x  x   ln x 2 est une primitive de f
2 4
3. a. Soit f ’ la fonction dérivée de la fonction f.
sur ]0 ;  [.
Démontrer que pour tout x de l’intervalle ]0 ;  [,
Exercice 6
gx .
f ' x 
Partie A : Étude d’une fonction auxiliaire g x 2

On considère la fonction g définie sur l’intervalle b. En utilisant la partie A déduire le signe de f ’(x) sur

[ par g  x   ln x  2x  1 . I’intervalle ]0 ;
2  [ et dresser le tableau de variations
]0 ; 

de la fonction f .
1. Soit g‘ la fonction dérivée de la fonction g. Calculer
4. Tracer la droite D et la courbe C dans le repère
g‘(x). Étudier le signe de g’(x) sur ]0 ;  [. Dresser le

tableau de variations de la fonction g dans lequel on (O ; i , j ) .


précisera la valeur exacte de l’extremum (aucune Exercice 7
limite n’est demandée). Partie A. Démonstration de cours

2. Déduire du 1. que la fonction g est négative sur Prérequis : définition d'une suite tendant vers  .

l’intervalle ]0 ;  [. « Une suite tend vers  si, pour tout réel

Partie B : Étude d’une fonction A, tous les termes de la suite sont, à partir

On considère la fonction f définie sur l’intervalle d'un certain rang, supérieurs à A »

Démontrer le théorème suivant : Une suite croissante

non majorée tend vers  .

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 151


Exércices et problèmes
Partie B b. Montrer que la suite  u n  est croissante.

On considère la fonction f définie sur l'intervalle c. Montrer que la suite  u n  n'est pas majorée.
1
 0 ;    par f  x   ln  x  1   x 2 . d. En déduire la limite de la suite  u n  .
2
6
La courbe (C) représentative de la fonction f dans un y

repère orthogonal est donnée ci-dessous. Cette courbe 5

sera complétée et remise avec la copie à la fin de


4
l'épreuve.

1. Étudier le sens de variation de la fonction f sur 3

l'intervalle  0 ;    .
2

2. Déterminer une équation de la tangente (T) à la


1
courbe (C) au point d'abscisse 0.

3. Tracer la droite (T) sur le graphique. x


0
0 1 2 3 4 5 6
Dans la suite de l'exercice, on admet que, sur

l'intervalle  0 ;    , la courbe (C) est située au Exercice 8

dessus de la droite (T). Dans cet exercice, on demande aux candidats d’établir,

Partie C en suivant la démarche proposée, deux résultats de

On considère la suite  un  définie sur IN par : u 0  1 cours.

On rappelle que la fonction ln est définie et dérivable


et, pour tout entier naturel n, u n 1  f  un  .
sur  0 ;    , positive sur  1 ;    , et vérifie :
1. Construire sur l'axe des abscisses les cinq premiers
* ln1 = 0 ;
termes de la suite  u n  en laissant apparents les traits
* pour tous réels strictement positifs x et y,
de construction (utiliser le graphique donné).
ln(xy) = lnx +ln y ;
2. À partir de ce graphique, que peut-on conjecturer
1
* pour tout réel strictement positif x,  ln  x   '  ;
concernant le sens de variation de la suite  u n  et son x

comportement lorsque n tend vers  ? * ln(2)  0,69 à 10–2 près.

3. a. Montrer à l'aide d'un raisonnement par récurrence 1. On considère la fonction f définie sur  0 ;    par

que, pour tout entier naturel n, u n  1 .


f  x   x  ln x .

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 152


Exércices et problèmes
a. Étudier les variations de f et en déduire que f admet Coordonnées du point d’intersection de la courbe C et

un minimum sur  0 ;    . de la droite D.

b. En déduire le signe de f puis que, pour tout x > 1, Partie B : Étude d’une suite récurrente définie à partir
de la fonction f
ln  x  x
0 . 1. Démontrer que si x   0 ; 4  , alors
x x

ln x
f  x   0 ; 4 
c. En déduire que lim 0.
x  x 2. On considère la suite (un) définie par :

2. Soit n un entier naturel non nul.  u 0  4


 pour tout n De IN.
 u n 1  f  u n 
On considère la fonction fn définie sur 0;   par :

a. Sur le graphique, en utilisant la courbe C et la droite


ln x
fnx  1
.
x n D, placer les points de C d’abscisses u0, u1, u2 et u3.

En utilisant la question 1., déterminer, si elle existe, la b. Démontrer que pour tout n de IN on a : u n   0 ; 4  .

limite en  de la fonction fn. c. Étudier la monotonie de la suite (un).

Exercice 9 d. Démontrer que la suite (un) est convergente. On

On considère la fonction f définie sur l’intervalle désigne par l sa limite.

ln  1  x . e. Utiliser la partie A pour donner la valeur de l.


 1;    par : f x x 
1 x 7
y
La courbe C représentative de f est donnée sur la
D
6
figure ci-dessous que l’on complétera.
C
Partie A : Étude de certaines propriétés de la courbe C 5

1. On note f  la fonction dérivée de f. Calculer


4
f ' x  pour tout x de l’intervalle  1 ;    .

2. Pour tout x de l’intervalle  1;    , on pose 3

N  x    1 x 2  1  ln  1  x  . 2

Vérifier que l’on définit ainsi une fonction strictement


1

croissante sur  1;    . x


0
Calculer N  0  . En déduire les variations de f. -2 0 2 4 6

3. Soit D la droite d’équation y = x. Calculer les -1

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 153


Exércices et problèmes
b. Étudier le sens de variations de g. En déduire la
Exercice 10
On considère la fonction f définie sur l’intervalle position de la courbe C par rapport à la tangente D.

 f (0)  1 3. Construire la courbe C et la tangente D (unité



[0 ;  [ par :  1 2 .
 f (x )  2 x  3  2ln x  si x  0 graphique : 2 cm).

Exercice 11
On note C la courbe représentative de f dans un repère
Partie A
orthonormal (O ; i , j ) .
Soit u la fonction définie sur  0 ;    par
Partie A
u  x   x 2  2  ln x .
1. a. Calculer lim f (x ) . Que peut-on en déduire pour
x 0
1. Étudier les variations de u sur  0 ;    et préciser
la fonction f ?
ses limites en 0 et en  .
b. Déterminer la limite de f en  .

2. a. Étudier la dérivabilité de f en 0. 2. a. Montrer que l’équation u  x   0 admet une

b. Montrer que f est dérivable sur l’intervalle [0 ;  [


solution unique sur  0 ;    . On note  cette
et calculer f ’(x) pour x > 0.
solution.
3. Étudier le sens de variations de f sur [0 ;  [, puis
b. À l’aide de la calculatrice, déterminer un
dresser son tableau de variations.
encadrement d’amplitude 10−2 de  .
4. Montrer que l’équation f(x) = 0 possède une solution
3.Déterminer le signe de u  x  suivant les valeurs de x.
unique  sur l’intervalle [0 ;  [. Déterminer une

valeur approchée décimale de  à 10−2 près. 4. Montrer l’égalité : ln   2   2 .

Partie B Partie B

1. Calculer une équation de la tangente D à la courbe C On considère la fonction f définie et dérivable sur
au point d’abscisse x  1 .
1
 0 ;    par f  x   x 2   2  ln x 2 .
2. On considère la fonction g : x f ( x )  2x 
2
On note f ' la fonction dérivée de f sur  0 ;    .
définie sur l’intervalle ]0 ;  [.
1. Exprimer, pour tout x de  0 ;    , f '  x  en
a. Calculer g ’(x), puis g ’’(x) où g ’ et g ’’ désignent

respectivement les fonctions dérivées première et fonction de u  x  .

seconde de g. Étudier le sens de variations de g ’. En 2. En déduire les variations de f sur  0 ;    .


déduire le signe de g ’(x) sur ]0 ;  [.

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 154


Exércices et problèmes
Partie C Partie A - Étude de la fonction f

Dans le plan rapporté à un repère orthonormé 1. a. Déterminer la limite quand x tend vers 0 de

(O ; i , j ) on note : ln  1  x .
l’expression
x
*  la courbe représentative de la fonction ln
b. En déduire la limite quand x tend vers 0 de
(logarithme népérien) ; f (x )
l’expression ; que peut-on en déduire pour la
* A le point de coordonnées (0 ; 2) ; x
courbe C ?
* M le point de  d’abscisse x, x appartenant à
2. Montrer que pour tout x    ;  ,
1 1
0;   .  2 2
1. Montrer que la distance AM est donnée par  1   1 
f   x   f   x  . Que peut-on en conclure
 2   2 
AM  f x .
pour C ?
2. Soit g la fonction définie sur  0 ;    par
3. Soit  la fonction définie sur ]0 ; 1[ par :
gx  f x .
 (x )   1  x  ln  1  x   x ln x .
a. Montrer que les fonctions f et g ont les mêmes
a. Déterminer  '(x ) , puis montrer l’égalité
variations sur  0 ;    .
2x  1
 (x )  ; en déduire les variations de  '
b. Montrer que la distance AM est minimale en un x (1  x )

point de  , noté P, dont on précisera les coordonnées. sur ]0 ; 1[.

b. Montrer que  ' s’annule en deux valeurs a1 et a2


c. Montrer que AP   1   .
2

3. La droite (AP) est-elle perpendiculaire à la tangente sur ]0 ; 1[ (on ne cherchera pas à calculer ces valeurs).

Donner le signe de  ' sur ]0 ; 1[.


à  en P ?
c. Déterminer la limite quand x tend vers 0 de  (x ) et
Exercice 12
Soit f la fonction définie sur [0 ; 1] par : la limite quand x tend vers 1 de ( x ) . Calculer

 f (0)  0, f (1)  0,  1 
   . En déduire le signe de  (x ) sur ]0 ; 1[.
 f (x )   ln x   ln  1  x  , x ]0 ;1[.  2

On note C sa courbe représentative dans un repère 4. a. Montrer que f ’(x) a même signe que  (x ) sur

orthonormal (unité graphique : 10 cm). ]0 ; 1[.

On admet que lim f (x )  0 et lim f (x )  0 , ainsi que b. Donner le tableau de variations de f .


x 0 x 1
c. Montrer que, pour tout x de ]0 ; 1[, les inégalités

le résultat suivant : pour  > 0, lim x ln x  0 .
x 0

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 155


Exércices et problèmes
]0 ;  [ par : f (x)=−3−ln x +2(ln x)2.
suivantes sont vraies : 0   ln x   ln  1  x    ln 2 
2

On note (C) sa courbe représentative.


d. Tracer C .
1. a. Résoudre dans ]0 ; +∞[ l’équation f(x) = 0. (On
Exercice 13
pourra poser lnx = X).
Soit f la fonction définie sur l'intervalle  0 ;    par :
b. Résoudre dans ]0 ; +∞[ l’inéquation f(x) > 0.
ln x
f x x  . 2. a. Déterminer les limites de f en 0 et en  .
x2
b. Calculer f ’(x).
On note (C) sa courbe représentative dans un repère
c. Étudier le sens de variation de f et dresser son
orthonormal (O ; i , j ) (unité graphique 2 cm).
tableau de variations.
1. Soit u la fonction définie sur l'intervalle  0 ;   
3. Déterminer une équation de la tangente (T) à la

par u  x   x 3  1  2ln x . 5
courbe (C) au point d’abscisse e 4 .
a. Étudier le sens de variation de la fonction u sur
4. On se propose d’étudier la position de la courbe (C)
l'intervalle  0 ;    .
par rapport à la droite (T).
b. Calculer u  1  et en déduire le signe de u  x  Pour cela, on considère la fonction  , définie sur

pour x appartenant à l'intervalle 0;   .  5 41 


]0 ;  [ par :  (x )  f (x )   4e 4 x  .
 8 
2. Étude de la fonction f 

a. Déterminer les limites de f en 0 et en  . 4ln x  1 


5

a. Montrer que  '(x )   4e 4 puis calculer


b. Déterminer la fonction dérivée de f et construire le x

tableau de variation de la fonction f.  ''(x ) .

3. Éléments graphiques et tracés. b. Étudier le sens de variation de  ' sur ]0 ;  [. En

a. Démontrer que la droite    d'équation y  x est déduire que, pour tout x appartenant à ]0 ;  [, on a

asymptote oblique à la courbe (C).  '(x )  0 .

b. Déterminer la position de (C) par rapport à    .  5 


c. Calculer   e 4  . Pour tout x appartenant à ]0 ; +∞[

c. Tracer la courbe (C) et la droite    .  

déterminer le signe de  (x ) . En déduire la position de


Exercice 14
Le plan est rapporté à un repère orthonormal (O ; i , j ) . la courbe (C) par rapport à la droite (T).

On considère la fonction f , définie sur l’intervalle 5. Tracer la courbe (C) et la droite (T). (Unité

graphique : 2 cm).

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 156


Exércices et problèmes
seule valeur  . Donner un encadrement de 
Exercice 15
On désigne par a un réel de l’intervalle ]0 ;  [ et on d’amplitude 0,1. Etudier le signe de f’(x) sur   ; 3 

considère la famille de fonctions numériques fa b. Etudier le signe de f '  x  sur  3 ;    et dresser

définies par : f a (x )  ln  x 2  2x cos a  1)  . le tableau de variations de f.

On appelle Ca la représentation graphique de fa dans 2. Etudier les limites de f aux bornes de D. Préciser les

asymptotes éventuelles à C.
un plan muni d’un repère orthonormé (O ; i , j ) .
3. Calculer les coordonnées des points d’intersection
1. Montrez que l’ensemble de définition de fa est .
de C et de l’axe des abcisses.
2. Déterminez les limites de fa en  et  .
4. Tracer la courbe C.
3. Montrez que la droite d’équation x = cos a est axe
Exercice 17
de symétrie de Ca.
Première partie
4. a et a’ étant deux réels distincts, montrez que Ca et
On considère la fonction numérique f définie sur
Ca’ sont sécantes en un unique point que l’on précisera.
 x 2
5. Calculez f a(x ) et déduisez-en son sens de variation.  f (x )  x ln si x  0
 0 ;    par :  x
 f (0)  0
6. Donnez l’allure des courbes Ca .

1. a. Montrer que f est continue en 0.


Exercice 16
Soit f la fonction définie sur D    3  par b. f est-elle dérivable en 0 ?

2
f (x )  (x  1) ln x  3 où ln désigne la fonction c. On pose h  avec (x  0) . trouver la limite de f
x
logarithme népérien. C est la courbereprésentative de f quand x tend vers +.

dans un repère orthonormal O ; i , j   (unité 1 cm). 2. a. Pour x > 0 calculer f '(x ) et f ''(x ) et vérifier que

1. a. Vérifier que si x  D alors f ''(x )  


4
.
x (x  2) 2
x 1
f '(x )   ln x  3 .
x 3 b. Etudier le sens de variation de f '(x ) et trouver la

b. Pour x appartenant à D, calculer f’’(x) où f’’ désigne limite de f '(x ) quand x tend vers +. En déduire le

la dérivée seconde de f. En déduire les variations de f’. signe de f '(x ) .

c. Calculer les limites de f’ en  et en 3.


c. Dresser le tableau de variations de f (x ) .
2. a. Montrer que f’ s’annule sur   ; 3  pour une
3. On appelle C la courbe représentative de f (x )

(unités : 4 cm). Tracer C en indiquant la tangente en O

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 157


Exércices et problèmes
et au point A d’abcisse 2. g (x )  2x x  3ln x  6 .

4. Soit u la fonction définie sur  0 ;    par En utilisant les variations de g, déterminer son signe

2x suivant les valeurs de x.


u (x )  et H sa représentation graphique dans le
x 2
2. La fonction numérique f est définie sur ]0 ;  [ par
même repère que C.
3ln x
f (x )   x 1 .
a. Dresser le tableau de variation de u et vérifier que x

pour tout x>0 on a f (x )  u (x )  xf '(x ) . a. Démonstration de cours : démontrer que

En déduire la position relative de C et H. Tracer H en ln x


lim 0.
x  x
indiquant le point B d’abcisse 2.
b. Déterminer les limites de f en 0 et  (en  , on
b.  étant un réel strictement positif, montrer que la
pourra poser X  x ).
tangente à C au point d’abcisse  rencontre l’axe des
c. Utiliser la question 1. pour déterminer le sens de
ordonnées au point J d’ordonnée u(). En déduire à
variation de f.
l’aide du tracé de H la construction de la tangente à C
3. Soit  la droite d'équation y = x – 1 et C la
au point d’abcisse . Indiquer la construction ainsi de
représentation graphique de f dans un repère
la tangente à C au point A.
orthonormé du plan. Montrer que  est asymptote de C
Deuxième partie
et étudier leurs positions relatives. Construire C et  .
On se propose de déterminer l’ensemble (E) des

fonctions g, définies et dérivables sur ]0, +[ et


Exercice 19
Soit k un nombre réel. On considère la fonction fk
possédant la propriété suivante P :
définie sur [0 ; 1] par
2x
g (x )  xg '(x )  . g étant définie et dérivable sur
x 2 f k (x )  x (ln x )2  kx si x > 0 et fk(0) = 0.

g (x ) On note Ck la courbe représentative de la fonction fk


]0, +[ on pose G (x )  .
x
dans le plan rapporté au repère orthonormal (O ; i, j )
1. Montrer que g possède la propriété P si et seulement

1 1 (unité graphique : 10 cm).


si G '(x )   .
x 2 x
On note I, J et L les points de coordonnées respectives
2. En déduire l’ensemble (E).
(1 ; 0), (0 ; 1) et (1 ; 1).

Exercice 18 Première partie : Étude des fonctions fk


1. La fonction g est définie sur ]0 ;  [ par

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 158


Exércices et problèmes
A. Étude et représentation de f0 C. Étude et représentation de f1 et f 1
2
Dans cette question k = 0.
1. Étude de f1 et tracé de C1
1. Signe de la dérivée
a. Prouver que, pour tout x de ]0 ; 1],
a. Calculer la dérivée f 0 de f0 sur ]0 ; 1] et montrer
f 1(x )  (ln x  1) 2 .
que f 0(x ) peut s'écrire f 0(x )  (ln x )(ln x  2) .
b. Déterminer la position relative des courbes C0 et C1.
b. Déterminer les solutions de l'équation f 0(x )  0 sur
c. Établir le tableau de variation de f1 et tracer C1 sur le
]0 ; 1].
même graphique que C0 en précisant le coefficient
c. Étudier le signe de f 0 sur ]0 ; 1].
directeur de la tangente T1 à C1 au point A1.
2. Étude à l'origine
2. Étude de f 1 et tracé de C 1
2 2 2
a. Déterminer la limite de lnu , puis de (ln u )
u u
a. Prouver que, pour tout x de [0 ; 1],
lorsque u tend vers  .
f 0 (x )  f 1 (x )
f 1 (x )  .
b. En déduire que x (ln x ) tend vers 0 lorsque x tend
2
2
2

vers 0, puis que f0 est continue en 0.


b. En déduire une construction de C 1 à partir de C0 et
2
f (x )
c. Déterminer la limite de 0 lorsque x tend vers 0.
x
C1 et tracer C 1 sur le même graphique que C0 et C1 en
2
En déduire la tangente en O à la courbe C0.

3. Tracé de la courbe C0 précisant la tangente T1 à C 1 au point A 1 .


2 2 2

a. Dresser le tableau des variations de f0.


Exercice 20 (Famille fonctions )
b. Tracer la courbe C0.
Pour tout nombre réel k strictement positif, on
B. Étude de fk
considère la fonction fk définie sur l’intervalle  0 ;   
1. Dérivée de fk
par : f k  x   ln  x   kx 2  1 .
a. Calculer f k (x ) sur ]0 ; 1].

b. Soit Ak le point de Ck d'abscisse 1. Montrer que la 1. Déterminer la limite de la fonction fk en 0.

tangente Tk à Ck au point Ak est la droite (OAk). 2. On rappelle que lim ln x  0 . Démontrer que
x  x
2. Étude à l'origine
ln x
lim  0 . En déduire la limite de la fonction fk en
a. Établir que fk est continue en 0. x  x 2

b. Déterminer la tangente à Ck en O.  .
On ne demande pas d'étudier les variations de fk. 3. Montrer que, pour tout nombre réel x strictement

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 159


Exércices et problèmes

1  2kx 2 a. Déterminer lim g  x  .


positif, f k  x  . x 1
x
ln  1  x  . En déduire
4. donner le tableau de variations de fk b.Déterminer lim
x  1 x
5. On a tracé ci-dessous la courbe Ck représentative
lim g  x 
x 
d’une fonction fk pour une certaine valeur du nombre
c. Étudier le sens de variation de la fonction g puis
réel k strictement positif. Le point A  1; 
1
 2 dresser le tableau de variations de la fonction g.

appartient à la courbe Ck.


d. Montrer que sur l’intervalle  1;    l’équation
Quelle est la valeur du nombre réel k correspondant ?
gx 0 admet exactement deux solutions  et  ,
Justifier la démarche.
avec  négative et  appartenant à l’intervalle [2 ; 3].

e. À l’aide des questions précédentes, déterminer le

signe de g(x). En déduire la position relative de la

courbe Cf et de la droite D.

Partie B
Soit (un) la suite définie pour tout nombre entier

naturel n par : u0 = 2 et u n 1  f  u n  .

1. Montrer que, pour tout nombre entier naturel n,


2  un   .
Exercice 21
2. La suite (un) est-elle convergente ? Justifier la
Soit f la fonction définie sur l’intervalle  1;    par
réponse

f  x   1  ln  1  x  . On note Cf sa courbe Exercice 22


On considère la fonction f définie sur ]0 ;  [ par
représentative dans un repère orthonormal (O ; i , j ) .
 1 
f (x )   1   (ln x  2)
On note D la droite d’équation y = x.  x 
Partie A 1. Déterminer les limites de f en 0 et en  .
1. a. Étudier le sens de variation de la fonction f. 2. Montrer que f est dérivable sur]0 ;  [ et calculer
b. Déterminer les limites de la fonction f aux bornes de
f ' x .
son ensemble de définition.
3. Soit u la fonction définie sur ]0 ;  [ par
2. On désigne par g la fonction définie sur l’intervalle
u (x )  ln x  x  3 .
 1;    par g  x   f  x   x .

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 160


Exércices et problèmes
a. Etudier les variations de u. suite   n .
b. Montrer que l’équation u(x) = 0 possède une
5. Montrer que, pour tout entier n > 0, f (e n )  n . En
solution unique  dans l’intervalle [2 ; 3]. Montrer que
déduire que  n  e n et la limite de   n 
2,20 <  < 2,21.
6. Prouver que la relation f ( n )  n peut se mettre
c. Etudier le signe de u(x) sur ]0 ;  [.
  n
4. a. Etudier les variations de f. sous la forme ln  nn  .
e  n
b. Exprimer ln  comme un polynôme en  . Montrer
n
En déduire la limite de .
(  1) 2 en
que f ( )   . En déduire un encadrement de

Exercice 24
f(  ) d’amplitude 2  102
La fonction f est définie sur [0 ;  [ par f (0)  0 et si
5. a. Etudier le signe de f(x) sur ]0 ;  [.

b. Tracer la courbe représentative de f dans le plan x > 0, f (x ) 



ln 1  x 2  . Sa courbe dans le plan
x
muni d’un repère orthonormal (O ; i , j ) d’unité 2 cm. rapporté à un repère d’origine O, est donnée ci-

Exercice 23 dessous.

x ln x
f est la fonction définie sur ]0 ;  [ par f (x )  1
x 1
y

1. Montrer que l’on a, pour tout réel x de ]0 ;  [, 0,8

x  1  ln x
f '(x )  . 0,6
 x 1 
2

2. La fonction  est définie sur ]0 ;  [ par


0,4

 (x )  x  1  ln x . Etudier ses variations, en 0,2

déduire que l’équation  (x )  0 admet une solution


0
0 1 2 3 4 x5
unique  . Etudier le signe de .
1. Montrer que, pour tout réel positif t, 0  ln(1  t )  t .
3. En déduire les variations de f, étudier les limites de f

en 0 et  . En déduire la continuité de f en 0.

4. Montrer que, pour tout entier strictement positif n, f (x )


2. Montrer que lim  1 . En déduire la dérivabilité
x 0 x
l’équation f (x )  n admet une solution unique que
de f en 0.
l’on notera  n . On cherche maintenant à étudier la

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 161


Exércices et problèmes
1. Calculer f n (x ) et montrer que l’on peut écrire le
Exercice 25
A. On considère la fonction f1 définie sur ]0 ;  [ résultat sous la forme d’un quotient dont le numérateur

par f 1 (x ) 
ln x
, et on appelle (C1) sa courbe est n  2  2n ln x .
x2
2. Résoudre l’équation f n (x )  0 . Etudier le
représentative dans le plan muni d’un repère

orthogonal d’unité 2 cm sur (Ox), 10 cm sur (Oy). signe de f n (x ) .

1. Déterminer lim f 1 (x ) et lim f 1 (x ) . Que peut-on 3. Déterminer les limites de fn en  et en 0.


x 0 x 
4. Etablir le tableau de variation de fn et calculer sa
en déduire pour (C1) ?
valeur maximale en fonction de n.
2. Etudier les variations de f1, donner son tableau de
II. Représentation graphique de quelques fonctions fn.
variation.
Le plan est rapporté à un repère orthonormal (O ; i , j )
3. Déterminer une équation de la tangente T à (C1) en
d’unité graphique 5 cm. On note Cn la courbe
son point d’abscisse 1.
représentative de fn dans ce repère.
B. On considère la fonction f2 définie sur ]0 ;  [
1. Tracer C2 et C3.
ln 2 x
par f 2 (x )  , et on appelle (C2) sa courbe 2. Calculer fn1( x)  fn( x) . Cette différence est-elle
x2

représentative dans même repère que (C1). dépendante de l’entier n.

1. Déterminer lim f 2 (x ) et lim f 2 (x ) . Que peut-on 3. Expliquer comment il est possible de construire la
x 0 x 
courbe de C4 à l’aide de C2 et C3. Tracer C4.
en déduire pour (C2) ?
Partie B : Etude sur l’intervalle ]1 ;  [ de
2. Etudier les variations de f2, donner son tableau de
l’équation f n (x )  1
variation.
Dans toute la suite on prendra n  3.
3. Etudier le signe de f 1 (x )  f 2 (x ) , en déduire la
n 2  n 2

position relative de (C1) et (C2). 1. Vérifier que pour tout n, e 2n  1 et f n  e

2n
  1 .
 
4. Tracer T, (C1) et (C2).
En déduire que l’équation f n (x )  1 n’a pas de
Exercice 26  n 2 
solution sur l’intervalle  1;e 2 n .
Pour tout entier n supérieur ou égal à 2 on considère la  

1  n ln x ln t
fonction fn définie sur ]0 ; +∞[ par f n (x )  . 2. On pose pour t  1,  (t )  . Etudier les
t
x2

Partie A variations de  .

I. Etude des fonctions fn En déduire que pour tout t appartenant à ]1 ;  [,

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 162


Exércices et problèmes
1 b) Calculer g ( 1 ) et en déduire le signe g ( x ) pour
 (t )  puis que pour tout n  3, f n (n )  1 .
e
tout x de l’intervalle ] 0 , +∞[ .
3. Montrer que l’équation f n (x )  1 a exactement une
II - Soit la fonction f définie sur l’intervalle ] 0 ,+∞ [
 n 2 
solution  n sur  e 2 n , n  . Combien l’équation 2Logx
par : f ( x ) = +x-1 .
  x

f n (x )  1 a-t-elle de solutions sur ]0 ;+∞ [ ? Soit ( C ) la courbe représentative de f dans le plan

Calculer f n  n  et montrer que pour tout n  e 2


, muni d’un repère orthonormé ( O , i , j ).(unité :2cm)

fn  
n  1 . En déduire que pour n  8 on a 1°/ a) Déterminer lim f(x) .
x  

b) Calculer lim f(x) , interpréter géométriquement


n   n  n et donner la limite de la suite (  n). x 0

Exercice 27 le résultat obtenu

On appelle f la fonction définie sur ]0 ; +∞[ par c) Montrer que , pour tout réel x strictement positif

 x 1  1 . , f ’( x ) = g(x2 ) .
f (x )  ln  
 x  x 1 x

1. Déterminer la dérivée de f, étudier ses variations. d) En déduire le signe de f ’( x ) puis dresser le

2. Calculer les limites de f en 0 et en  . Dresser le tableau de variations de la fonction f .

tableau de variation de f. 2°/ a) Montrer que la droite D d’équation y = x – 1


est une asymptote oblique à la courbe ( C ) au
x 1 
3. g est définie sur ]0 ;+∞[ par g (x )  x ln  . voisinage de +∞ .
 x 
b) Etudier la position de ( C ) par rapport à D .
Déterminer la dérivée de g et étudier son signe à l’aide
c) Tracer ( C ) la courbe représentative de f et D
de la question précédente.
dans le repère( O , i,j ).
4. Vérifier que g  h k , avec
3°/ a) Montrer que f est une bijection de l’intervalle
ln(x  1) 1
h (x )  , k (x )  . En déduire les limites de g ] 0 ,+∞[ sur un intervalle J à préciser .
x x
c) Tracer la courbe représentative (C’) de f –1
en 0 et en +∞, et dresser le tableau de variation de g.

Exercice 28 dans le même repère ( O , i,j ).

I – Soit la fonction g définie sur l’intervalle ] 0 , +∞[ Exercice 29

par : g ( x ) = x2 – 2Logx + 2 . Partie A :

a) Etudier les variations de la fonction g Soit g la fonction définie sur I = ] 0 , +∞ [ , par :

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 163


Exércices et problèmes
g ( x ) = x2 - 2 + Log( x ) . tangente ( T ) est parallèle à 
1°/ Etudier les variations de la fonction g 5°/ Construire la courbe représentative ( C ) de f

2°/ Montrer que l’équation g ( x ) = 0 admet dans


dans un repère orthonormé ( O , i,j ).
IR* une solution unique  .
6°/ Déterminer une primitive F de f sur ] 0 , +∞ [ qui
3°/ Vérifier que :   ] 1,31 ; 1,32 [ s’annule en 1 .
4°/ En déduire le signe de g ( x ) sur I = ] 0 , +∞ [ . Partie C :
Partie B : 1°/ Soit la fonction  définie sur ] 0 , +∞ [ par
Soit f la fonction définie sur ] 0 , +∞ [ , par :
 (x)=f(x)–x .
1  Logx
f(x) = x+1+
x
. a) Etudier les variations de  .

On désigne par C sa courbe représentative dans un b) Déduire que pour tout x de ] 0 , +∞ [ ,

i,j (x) 1
.
repère orthonormé ( O , ). 2

1°/ a) Montrer que lim f ( x ) = +∞ 2°/ Soit la suite u définie sur IN par u0 = 2 et pour tout
x 0

n de IN , u n+1 = f (un ) .
b) Interpréter ce résultat géométriquement .
a) Montrer que pour tout n de IN , un   .
2°/ a) Déterminer lim f ( x ) .
x  
b) Montrer que la suite u est strictement croissante
b) Montrer que f est dérivable sur ] 0 , +∞ [ et
1
c) Montrer que , pour tout n de IN , u n+1  +un
déterminer f ’( x ) . 2

c) Vérifier que f ’( x ) à le même signe que g ( x ) d) Déduire que pour tout n de IN , u n 


n
+2
2
d) En déduire le tableau de signe de f .
.Déterminer alors lim u n .
e) Vérifier que : f (  ) = 2  + 1 -
1 n  
.

Exercice 30
3°/ a) Montrer que la droite  d’équation y = x + 1
Partie A :
est une asymptote oblique à la courbe ( C ) .
Soit g la fonction définie sur I = ] 0 , +∞ [ , par :
b) Montrer que la droite  coupe ( C ) en un
g ( x ) = - x2 + 1 - Log( x ) .
point A que l’on déterminera .
c) Etudier la position de la courbe ( C ) par rapport 1°/ Etudier les variations de la fonction g

à  . 2°/ Calculer g ( 1 )
4°/ Déterminer le point de la courbe ( C ) où la

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 164


Exércices et problèmes
3°/ En déduire que :
Exercice 31
Si x >1 alors g ( x ) < 0
I - Soit g la fonction définie sur I = ] 0, +∞ [ , par :
Si 0 <x <1 alors g ( x ) >0
g (x) = x + ( x - 2) ln (x) .
Partie B :

1°/ a) Montrer que g’ ( x ) = 2 x 1 + ln x .


Soit f la fonction définie sur ] 0 , +∞ [ , par :
x
f ( x ) = 3 - x + Logx .
x
b) En déduire que : si x > 1 alors : g’ ( x ) > 0
et on désigne par ( C ) sa courbe représentative dans
si x < 1 alors : g’ ( x ) < 0
le plan rapporté à un repère orthonormé ( O , i ,j ) 2°/ a) Etudier les variations de g.

( unité graphique : 2cm ) b) En déduire que : pour x > 0, g (x) > 1

1°/ a) Montrer que lim f ( x ) = -∞ II- Soit f la fonction définie sur ] 0 , +∞ [ , par :
x 0

f ( x ) = 1 + x ln x - ( ln ( x )) 2 .
b) Interpréter ce résultat géométriquement .
1°/ a) Calculer : lim f (x) et lim f (x).
2°/ a) Déterminer lim f ( x ) . x 0 x  
x  

g(x)
b) Montrer que f est dérivable sur ] 0 , +∞ [ et b) Vérifier que : f ’( x ) = et dresser le
x
g ( x) tableau de variation de f .
vérifier que f ’( x ) = .
x2
2°/ On désigne par ( C ) la courbe représentative de f
c) Dresser le tableau de variation de f .
dans un repère orthonormé ( O , i,j ).
3°/ a) Montrer que la droite ( D ) d’équation y = 3 - x
a) Ecrire une équation cartésienne de la tangente
est une asymptote oblique à la courbe ( C ) au
( T ) à la courbe ( C ) au point d’abscisse 1
voisinage de +∞
b) Donner le sens de variation de la fonction h
b)Etudier la position de la courbe ( C ) par rapport à
définie sur ] 0 , +∞ [ par h ( x ) = x – 1 – ln x .
(D).
En déduire le signe de h ( x ) .
4°/ Ecrire l’équation de la tangente ( T ) à la courbe
c) Montrer que f ( x ) – x = ( ln (x)– 1 )h ( x ) .
( C ) au point d’abscisse e .
En déduire la position de la courbe ( C ) par
5°/ Tracer la courbe représentative ( C ) de f , ( T ) et
rapport à sa tangente ( T ) .
( D ) dans un repère orthonormé ( O , i,j ).
f(x)
3°/ a) Calculer lim . Conclure.
6°/ Déterminer une primitive F de f sur ] 0 , +∞ [ qui x   x

s’annule en 1 . b) Tracer ( T ) et ( C ) .

4°/ a) Montrer que

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 165


Exércices et problèmes

F (x ) = 1 x2 ln x - 1 x2 - x(ln ( x )) 2 + 2 x ln x - x
2 4

est une primitive de f sur ] 0 ,+∞ [

Exercice 32

Soit la fonction définie sur ]1,+ [ par

(x)= + ln(x 1). On note ( ) sa courbe

représentative dans un repère orthonormé (O, ⃗ , ⃗).

(unité graphique étant 2cm)

1) a) Montrer que g est dérivable sur ]1,+ [ et que

1) Sans justifier et par lecture graphique déterminer :

a) lim f x  , lim f x  et lim f x  + x- 2


b) Etablir le tableau de variation de la fonction g x 0 x  x 

2) a) Montrer que l’équation (x)=3 admet exactement b) Dresser le tableau de variation de f.

deux solutions et dans ]1,+ [. 2) On admet que la fonction précédente est définie

b) On suppose que . Vérifier que pour tout x de ]0 ; +∞ [ par :

1 ln x
f(x) = a x + b + où a et b sont deux réels.
x
2) Etudier les branches infinies de ( ).
1 ln x
a) Montrer que f ’(x) = a +
3) Montrer que la courbe ( ) admet un unique point x2

d’inflexion I que l’on précisera. b) Déterminer graphiquement f(1) et f ’(1).

4) Tracer la courbe ( ). ln x
c) En déduire que f(x) = - x + 2 + .
x
Exercice 33
Exercice 34
On considère la fonction f dont la courbe
Soit la fonction f définie par :
représentative C est représentée ci-contre dans le plan
x
f(x) = ln( x  2)  ; x > -2
muni d'un repère orthogonal. x2

f est définie et dérivable sur ]0 ; +  [.On note f ' la On désigne par f sa courbe représentative dans un

fonction dérivée de f. repère orthonormé (0, i , j )
Les droites d’équations x = 0 et y = - x+2 sont les
1) a- Vérifier que pour tout x]-2,+[, on a :
asymptote de (C).

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 166


Exércices et problèmes
x4
b- Monter que f’(α) = α  3α  1 .
2
f’(x) =
( x  2) 2 α

b- Dresser le tableau de variation de f. 4) a- Donner une équation de la tangente (T) à f au

c- Montrer que f admet une fonction réciproque f-1 point d’abscisse e.

définie sur un intervalle J à préciser. b- déterminer les coordonnées du point A

2) Soit g la fonction définie sur ]-2,+[ par :



intersection de (T) avec l’axe (o, j ) .
g(x) = f(x) – x
5) a- Montrer que la droite D : y = x + 1 est une
a- Dresser le tableau de variation de g.
asymptote oblique à f .
b- Montrer que l’équation g(x) = 0 admet dans
b- Tracer D , (T) et f .
]-2,+[ deux solutions -1 et α
Exercice 36
et que 1.8 <α< 2.
I/ La courbe f ci-dessous représente une fonction f
c- En déduire la position relative de f et de la droite

 d’équation y = x. définie sur 0,  ; les droite d’équation x = 0


3) a- Tracer  et f , on tracera la tangente T à f au et y =1 étant des asymptotes à cette courbe

point d’abscisse 0.

b- Tracer dans le même repère la courbe ’ de la

fonction f-1.

Exercice 35
Soit f la fonction définie sur [0,+[\1 par :

 1
f ( x )  x  1  si x  0 et x  1
 ln x
f (0)  1

1) Etudier la continuité et la dérivabilité de f à droite


1/ En utilisant le graphique, déterminer :
en 0.
a) lim f (x) et lim f (x)
x0 x 
2) a- Vérifier que pour tout x]0,+[\1 ;
b) Le tableau de variation de f
1
f’(x) = 1
x(ln x ) 2 2/ on suppose que l’expression de f(x)

b- Dresser le tableau de variation de f. b ln x


est de la forme f (x)  a  c où
x x
3) a- Montrer que l’équation f(x) = 0 admet une seule
a,b et c sont trois nombres réels .
solution α et que 1.49 <α< 1.5

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 167


Exércices et problèmes

a) Montrer que, pour tout x appartenant à 0,  , dresser le tableau de variation de f .

b 1  ln(x) 4)Tracer la courbe représentative (C) de f relativement


f '(x)   2
 c( )
x x2 à un repère orthonormé ⃗⃗
b) Montrer, en se référant au graphique, que les
5) Pour tout n  IN* , e Un = (1  12 ) n .
2
réels a,b et c vérifient le système suivant :
n
a  1
 a) Exprimer Un en fonction de f (n) .Déduire que
a  b  2
c  b  0
 lim Un = e.
n  

c) Déduire alors l’expression de f(x)


c) Montrer que la suite Un est croissante.
Exercice 37
Exercice 38
Soit f la fonction définie sur IR par :
A/ Dans le graphique ci-contre, la courbe ( ) est celle

( ) de la fonction g définie sur ]1,+ [ par g(x)=


{

+b.ln(x-1) et la droite ∆ est d’équation y=x.


1) a) Montrer que est une fonction paire.
L’unique tangente horizontale à la courbe ( ) est au

point A(2,2)
2)a) Montrer que f est dérivable en 0.
1) Dresser le tableau de variation de g.
b) Montrer que f est dérivable sur IR*et que pour
2) En se servant des valeurs de g(2) et g’(2), montrer
tout x  IR* on a :
que a=b=1

* + B/ Soit la fonction définie sur ]1,+ [ par :

(x)=xln(x 1). On désigne par (C) sa courbe dans un


3) a) En appliquant le théorème des accroissements
repère orthonormé (O’, ⃗⃗ , ⃗).
finis à la fonction : t  ln t,
1) Montrer que pour tout réel x de ]1,+ [ on a :
Montrer que pour tout x  IR*, il existe un réel
(x)=g(x).
2 2 1 1
c ] x , 1 + x [ tel que ln (1 + 2 ) = .
x c 2) Dresser le tableau de variation de .

* 3) Etudier la branche infinie de (C) au voisinage de


b) Déduire que pour tout x  IR , on a :
+ .
2
x
< f(x) < 1. 4) Montrer que le point I(2,0) est un point d’inflexion
1 x2
de (C).
c) Déterminer alors le signe de f ’( x ) dans IR* et
5) tracer la courbe (C).

Exercice 39 Exercice 40
Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 168
Exércices et problèmes
On donne le tableau de variation de la fonction On considère la fonction f définie sur [0, + par :

f:x ln(x+3). f ( x )  x (2  ln x ) si x  0

x -3 +∞ f (0)  0
f’(x) +
1/ Montrer que f est continue à droite en 0
+∞
2/ Etudier la dérivabilité de f à droite en 0, interpréter

f géométriquement le résultat obtenu.

3/ Etudier les variations de f et tracer (ζf) dans un


-∞
repère orthonormé .

4/ On considère la suite un définie sur IN par : u0 = 1 et


1) Montrer que l’équation f(x)=x admet une solution
un+1 = f(un)
unique dans] [.
Montrer que : 1  un  e.
2) Soit la suite réelle ( ) définie sur IN par :
5/ Montrer que un est une suite croissante.
=1 et =f( )
6/ En déduire que un est convergente et calculer sa
a) Montrer que pour tout entier naturel n, on a :
. (On prend ln4 1,4 et ln5 1,6 limite.
b) Montrer que la suite ( ) est croissante. (on pourra
se servir du principe de récurrence) u n 1
c) En déduire que la suite ( ) est convergente et 7/ On pose : v n  , pour tout n  IN .
un
déterminer sa limite.
3) a) Montrer que pour tout x [ ], on a : Montrer que : vn = 2 – lnun et que

| | vn+1 – vn = -lnvn , n  IN

b) En utilisant le théorème des accroissements finis, En déduire que vn est décroissante.

montrer que pour tout n on a : En déduire que vn est convergente et calculer sa limite.

| | | | Exercice 41

1/ Soit g la fonction définie sur ]0,+[ par


c) En déduire que pour tout n on a :
g(x) = -1 + x + 2lnx
| |
Etudier le sens de variation de g.
d) Retrouver alors
Calculer g(1) puis déterminer le signe de g(x) sur

]0,+[ .

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 169


Exércices et problèmes
1 f(x) = -2x + m + pln(x + 2), m et pIR.
a- En déduire que : si 0 < x < 1 alors g( )  0
x
a- Montrer que m = 1.
1
si x > 1 alors g( )  0 b- Calculer f’(x) en fonction de p.
x

2/ On considère la fonction f définie sur ]0,+[ par : c- Montrer que f(x) = -2x + 1 + 2ln(x + 2)

d- Etudier la position de f par rapport à la droite D


f ( x )  x  x 2 ln x si x0

f (0)  0 d’équation y = -2x + 1.

f sa courbe représentative dans un repère F


orthonormé ( o, i , j ) . unité graphique :2 cm

a- Montrer que f est dérivable à droite en 0.

b- Calculer f’(x) et vérifier que pour tout x > 0,

1
f’(x) = xg( )
x

c- Dresser le tableau de variation de f.

d- Montrer que l’équation f(x) = 0 admet dans ]0,+[

une solution unique α tel que 7/4<α<2.

3/ a- Vérifier que la tangente  à f au point O a pour Figure


équation y = x. Exercice 43
Soit f la fonction définie sur l’intervalle
b- Etudier la position de f par rapport à .
1 2
c- Tracer  et f . I  0,  par f(x)  x  1  2 ln(x)
4

Exercice 42 On désigne par  f sa courbe représentative dans un

Dans le graphique (fig), f désigne la courbe


repère orthonormé (o, i , j )

représentative de f dans un R.O (o, i , j )
1/a) Montrer que
La droite  : x = -2 est une asymptote à la courbe f .
f(x)
lim f(x)   et lim   Interpréter
1/ Donner f(-1) ; f’(-1) ; lim  f ( x ) et le nombres de x x x
x ( 2 )

graphiquement ce résultat.
solutions dans IR de l’équation f(x) = 0
b) Montrer que la droite d’équation x = 0 est
2/ On suppose dans la suite que pour tout x]-2,+[,
asymptote à  f

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 170


Exércices et problèmes
c) Montrer que pour tout x de I, a) Montrer que g est définie sur l’ensemble
(x  2)(x  2)
f '(x)  puis dresser le tableau de \ 1, 2
2x
variation de f b) Donner le tableau de variation de g
2/a) Montrer que l’équation f(x)=0 admet exactement
Donner une allure de la courbe ( g ) de g dans un
deux solutions  et  dans l’intervalle I

et que 0.5    0.7 et 3.7    3.9 repère orthonormé.

b) Tracer  f Exercice 45

Exercice 44 On considère la suite réelle ( Un ) définie sur IN pa

On Considère une fonction f définie, continue et  3


U 0 
 2
dérivable sur \ 2 et dont le tableau de variation est U n 1  1  U n  1
 pour tout n de IN.
le suivant :
1/a) Montrer par récurrence que pour tout n de IN,

1 < Un < 2.

b) Montrer que ( Un ) est croissante.

c) En déduire que ( Un ) converge vers une limite

que l’on déterminera.


On note ( f ) sa courbe représentative dans un repère
2/ Soit ( Vn ) la suite réelle définie sur IN par :
orthonormé.
Vn = ln ( Un – 1 )
1/ Répondre par vraie ou faux sans justification
a) Montrer que ( Vn ) est une suite géométrique de
a) 0 est un minimum local de f 1
raison
2
b) La droite d équation x = 2 est une asymptote à b) Déterminer lim Vn .Retrouver nlim
n    
Un
( f )

c) La droite d équation y = -3 est une asymptote à Exercice 46

( f ) Soit f la fonction définie sur


1
( f )
0 ,   par f(x)  (ln x )2  e.x  e
d) La courbe admet une asymptote oblique 2
1/ Soit la fonction g définie sur
2/ Déterminer le signe de f(x) pour
ln x
x   , 2   2,    0 ,   par g(x)  e
x

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 171


Exércices et problèmes
a) Dresser le tableau de variation de g
R.O.N (O,i , j )
b) Résoudre dans 0,   l 'équation g(x)  e
1/ Etudier la dérivabilité de f à droite en 0 . Interpréter

1 graphiquement le résultat
c) Calculer g( ) en déduire le signe de g(x)
e
2/a) Montrer que pour tout x de  0 ,    , on
2/a) Vérifier que f '(x)  g(x)
g(x)
a f '(x) 
b) Calculer les limites de f aux bornes de son (x  1)²
domaine de définition b) Dresser le tableau de variation de f.
c) Montrer que  f admet une branche parabolique
f (x)
3/a) Montrer que lim  0 .Interpréter
de direction la droite d’équation y  e.x x   x

d) Dresser le tableau de variation de f graphiquement le résultat

3/a) Ecrire l’équation de la droite ( T ) tangente à  f b) Vérifier que f ()  

au point I d’abscisse 1 c) Tracer ( f )


b) Etudier la position relative de  f et ( T )
Exercice 48
c) Tracer  f et ( T )
U0  0.5
Soit U la suite définie sur par : 
 U n 1  U n
2
Exercice 47
I- Soit g la fonction définie sur
1/a) Montrer par récurrence que pour tout n de :

0,    par g(x)  1  x  ln x 0  Un  0.5

1/ Dresser le tableau de variation de g b) Montrer que U est une suite strictement

2/a) Montrer que l’équation g(x)=0 admet une unique décroissante

solution  sur 0,  et que 0.27    0.28 c) En déduire que U est convergente et déterminer sa

limite l
b) En déduire le signe de g(x)
2/ On pose Vn = ln(Un )
II- On considère la fonction f définie sur
a) Montrer que pour tout n de : Vn< 0
 x ln(x)
 si x  0
 0,   par f (x)   x 1 b) Montrer que V est une suite géométrique de

 0 si x  0
raison 2

On désigne par ( f ) sa courbe représentative dans un c) Exprimer Vn puis Un en fonction de n

Retrouver limUn
n  

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 172


Exércices et problèmes
croissante.
Exercice 49
b) En déduire que ( ) est convergent. Soit ℓ sa limite.
I) On appelle et les deux fonctions définies sur
l’intervalle [0 ; +∞[ par :

1) Étudier les variations de et de sur [0 ; +∞ [.


Exercice 50

] [
II) On se propose d’étudier la suite ( ) de nombres

réels définie sur ℕ par :


La courbe représentative de dans un repère

orthonormé ⃗ ⃗ passe par l’origine et admet


{
( ) ℕ

1) Montrer par récurrence que > 0 pour tout entier

naturel n ≥ 1.
( )
2) Montrer par récurrence que pour tout entier naturel

n≥1: b) Calculer en fonction de et

c) Déterminer et
( ) ( ) ( )
d) Vérifier que

( ) 2) Dans la suite de l’exercice on vous admet que

( )

( )

5) a) Montrer que la suite ( ) est strictement d) Dresser le tableau de variation de

3)Tracer (C)

Chapitre 4 :Fonction logarithme népérien 173


Cours

Chapitre 5

Fonction exponnentiélle

Des questions telles que « si la nombre d’habitants d’une province s’accroit tous

les ans d’une trentieme ,& qu’ily ait au commencement 100 000 habitants ;on veut savoir
combien il y en aura au bout de 100 ans ? »

(Euler 1748, introductio ,110) ou ‘’ un particulier doit 400 000 florins,dont in est

convenu de payer tous les ans l’interet à 5 pour cent…’’

En applicant la formule du binome,Euler dit sans la moindre Hesitation,’’Si N

est un nombre plus grand qu’aucune quatité assignable la fraction

𝑁 𝑁
( ) egalera l’ unité''.Si n tend vers l’infini, ( )
𝑁 𝑁
tend vers le nombre d' Euler e

(E.Hair et al,L’analyse au fil de l’histoire ,2000)

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 174


Cours
I. fonction exponentielle neperienne
1. definition et proprieté
a) definition

La fonction ln est continue et strictement croissante sur 0;  donc elle admet une fonction réciproque définie

sur l’intervalle ln  0;     lim ln x ; lim ln x   ;  


 x 0 x  

la fonction reciproque de la fonction ln s’appelle fonction exponentielle est notée exp

Définition

la fonction reciproque de la foction ln s’appelle la fonction exponentielle est notée exp.

Résultats :
 l’ensemble de définition de la fonction exp est

 l’ensemble des image de la fonction exp est 0; 

 x   y  0;   :  exp(x )  y  x  ln y 

De la définition on déduit les propriétés suivantes

Proprieté 2

 La fonction exp est une bijection de vers 0; 

 La fonction exp est continue et strictement croissante sur .

 On a : 1)  x   exp(x )  0

2)  x   ln(exp(x ))  x

3)  t  
  exp(ln(t ))  t

Remarque :
 Comme la fonction exp est strictement croissante sur alors pour tous réels x et y de on a :
x  y  exp(x )  exp( y ) et x  y  exp(x )  exp( y )

II. Etude de la fonction exponentielle


1) Dérivabilité

Proprieté
La fonction exponentielle est continue et dérivable sur ℝ et  exp x  '  exp x

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 175


Cours
2) Variations

Proprieté
La fonction exponentielle est strictement croissante sur ℝ.

Démonstration : On a démontré dans le paragraphe I. que la fonction exponentielle ne s'annule jamais.

Or, par définition, exp(0)  1 donc pour tout x, exp x  0 .

Comme  exp x  '  exp x  0 , la fonction exponentielle est strictement croissante.

3) Limites en l'infini

Proprieté
lim exp x  0 et lim exp x  
x  x 

4) Courbe représentative

On dresse le tableau de variations de la fonction exponentielle :

x  

 exp x  ' +


exp x
0

III. Propriété de la fonction exponentielle


1) Relation fonctionnelle

Proprieté
Pour tous réels x et y, on a : exp  x  y   exp x exp y

Remarque : Cette formule permet de transformer une somme en produit et réciproquement.

Démonstration :

exp(x  y )
Comme exp x  0 , on pose f (x )  avec y un nombre réel.
exp x

exp( x  y ) exp x  exp( x  y) exp x


Pour tout x, on a f '( x)   0 . Donc la fonction f est constante.
 exp x 
2

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 176


Cours

exp( y) exp(x  y )
Comme f (0)   exp y , on en déduit que  exp y .
exp(0) exp x

Proprieté Pour tous réels x et y, on a :


1 exp x
a) exp  x   ; b) exp  x  y   ; c) exp  nx    exp x  avec
n
n  IN
exp x exp y

Démonstration :

a) exp x exp   x   exp  x  x   exp(0)  1

b) exp  x  y   exp  x  ( y) 

 exp x exp   y 
1 exp x
 exp x 
exp y exp y

c) La démonstration s'effectue par récurrence.

L'initialisation est triviale.

La démonstration de l'hérédité passe par la décomposition :

exp   n  1 x   exp  nx  x   exp  nx  exp x   exp x  exp x   exp x 


n n 1
.

Notation nouvelle :

exp x  exp( x 1)   exp(1)   e x


x

On note pour tout x réel, exp x  e x

Avec cette nouvelle notation, on peut ainsi résumer l'ensemble des propriétés de la fonction exponentielle :

Proprieté Pour tous réels x et y, on a :

b) e x  0 et (e )'  e
x x
a) e 0  1 et e 1  e ;

ex
e 
x y
c) e x y
e e ,
x y e  y , e x 
1
, x n
 e nx , avec n  IN ; d) lim e x  0 et lim e x  
e ex x  x 

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 177


Cours
Remarque : On retrouve les propriétés des puissances.

Démonstration de d) :

- Soit la fonction g définie par g ( x)  e  x .


x

Pour x positif, g '( x)  e  1  e  1  0 car la fonction exponentielle est croissante.


x 0

Donc la fonction g est croissante sur 0;  .

Comme g (0)  1 , on a pour tout x, g ( x)  1 . x 0 

On dresse ainsi le tableau de variations : g '( x) 0 +

Et donc g ( x)  e  x  0 , soit e x  x .
x

g ( x)
1
D'après le théorème de comparaison des limites, on en déduit
que lim e x   car lim x   .
x x

X 1
- lim e  lim e  lim  0.
x
x X  X  e X

Application

Simplifier l'écriture des nombres suivants :

e7  e4
B  e
e  4 1


1
A 5 6
 e3 C 
e5 e 3 2 e2  e6

Correction

B  e 5   e 3 e 
6
e 7  e 4 4 1
A C 
1

e 5
e 74  e 5( 6)  e 3 e 
3 2 e 2  e 6
  e 30  e 3
e 5 1 e 4( 1)
 
e3  e 303 e 32 e 26
 5
e  e 33 1 e 4
 6  4
 e 3( 5)  e 8 e e
 e 1
6

Proprieté

a) e  e  a b b) e  e  a b
a b a b
Pour tous réels a et b, on a : ;

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 178


Cours
Application :

3
a) Résoudre dans ℝ l'équation ex  e2 x  0 .
2

b) Résoudre dans ℝ l'inéquation e4 x1  1 .


Reponse

3
 e2 x  0 b) e4 x1  1
2
a) ex

ex 3
 e 2 x  e 4 x 1  e 0
2

 x 2  3  2x  4x  1  0
 x 2  2x  3  0 x 
1
4
 x  3 ou x 1
1 
Les solutions sont -3 et 1. L'ensemble des solutions est l'intervalle  ; 
4 

IV. Limites

Proprieté
x
ex e
a) lim   et pour tout entier n, lim n  
x  x x  x

b) lim xe x  0 et pour tout entier n, lim x n e x  0


x  x 

Démonstration :

x2
a) - On pose f ( x)  e  .
x
x 0 
2
f ''( x) +
On a : f '( x)  e  x et f ''( x)  e  1.
x x

f '( x)
1
Pour tout x strictement positif, f ''( x)  e 1  0 .
x

Signe de f '( x) +
On dresse alors le tableau de variations :
f ( x)
On en déduit que pour tout x strictement positif 1

x2 ex x
f ( x)  0 et donc e   .
x
. Et donc
2 x 2

x ex
Comme lim   , on en déduit par comparaison de limites que lim   .
x 2 x x

- Dans le cas général, il faut montrer que :

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 179


Cours
n
 x 
ex  1 e n 
   et appliquer le résultat précédent.
xn  n x 
 n 

 
 X   1 
b) - lim xe  lim   Xe   lim   X   lim   X
X
0.
x
x  X  X 
 e  X   e 

 X 

- Dans le cas général, il faut montrer que :

   
 1   1 
lim   X   lim x n e x  lim  X  et appliquer le résultat précédent.
X 
 e  x X 
 e 
 X 
n
 Xn 

Remarque : Dans le cas de limites infinies, la fonction exponentielle impose sa limite devant les fonctions
puissances. Sa croissance est plus rapide.

Exemple : Comparaison de la fonction exponentielle et de la fonction x x 4 dans différentes fenêtres


graphiques.

On

constate que pour x suffisamment grand, la fonction exponentielle dépasse la fonction x x4 .

Proprieté 2
e x 1 e ax  1
lim 1 lim  a avec a un réel
x 0 x x 0 x

Démonstration : Il s'agit de la définition du nombre dérivé de la fonction exponentielle en 0.

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 180


Cours
Application
Calculer les limites suivantes :

ex  x
1
1

a) lim x  e
x 
3 x
 b) lim e
x
x
c) lim
x e x  x2

Reponse
a) lim e 3 x
 0 donc lim  x  e 3 x
   ex ex
x x 
Comme lim  lim 2   , on a
x x x x
1
 1 1
b) lim 1    1 donc lim e
x
 e1  e x x2
x 
 x x  lim  lim x  0
x e x x e
c) Le dénominateur comprend une forme indéterminée
de type "    ". x
1 ex  x
e x 1
Levons l'indétermination : Donc lim   1 et donc lim x  1.
x x2 1 x e  x2
x x 1 x
1 1 x e
ex  x ex x
e  e
 
e x  x2 e x x 2
x2
1 x 1 x
e e

V. Fonctions de la forme x e u (x )
Proprieté Soit u une fonction dérivable sur un intervalle I.

La fonction x e u ( x ) est dérivable sur I. Sa dérivée est la fonction x u '(x )e u ( x ) .

Exemple :

4 x 3 4 x 3
Soit f ( x)  e alors f '( x)  4e

Proprieté : Soit u une fonction dérivable sur un intervalle I.

Les fonctions x u (x ) et x e u ( x ) ont le même sens de variation.

Démonstration :

On a (e )'  u ' e
u u

Comme eu  0 , u' et ( e )' sont de même signe.


u

Exemple :
1
1
La fonction x est décroissante sur  ;0  et sur 0;  donc la fonction x e x est également
x
décroissante sur  ;0  et sur 0;  .

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 181


Cours

Proprieté Soit u une fonction dérivable sur un intervalle I.

L’ensemble des fonctions primitives de la fonction x u '(x )e u ( x ) sur I est et les foctions x e u (x )  k
avec k 

Application :
1
sur 1;  est x
x 1
 L’ensemble des fonctions primitives de la fonction s x e x 1
e k
2 x 1
avec k 
1
 L’ensemble des fonctions primitives de la fonction x e arctan x sur est
x ² 1
x e arctan x  k avec k 

x

Exercice : Soit f la fonction définie sur ℝ par f ( x)  xe . 2

a) Etudier les limites de f à l'infini.

b) Calculer la dérivée de la fonction f.

c) Dresser le tableau de variation de la fonction f.

d) Tracer la courbe représentative de la fonction f.

solution

x

a) lim x   et lim e 2
  donc
x x x  2 

x

lim xe 2
  f '( x) + 0 -
x

 x  2

x
x  
lim xe 2
 lim x  lim  2  2x 0 f ( x) e
x  x  x 
e2  e2 
   0

 1  2  x  2
x x x

b) f '( x)  e  x     e  1   e
2

 2  2
x
 x
c) Comme e 2
 0 , f '( x) est du signe de 1 .
2
f est donc croissante sur l'intervalle  ;2 

et décroissante sur l'intervalle  2;  .

On dresse le tableau de variations :


d)

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 182


Cours

VI. La fonction exponentielle de base a


1) Définition

Définition

La fonction définie sur telle que x e x ln a s’appelle la fonction exponentielle de base a , notée expa

2) Proprietés

Proprieté 1
Soit a un élément de 
 1

x   :  expa (x )  0
x   y  0;   :  expa (x )  y  x  loga y 

Proprieté 2 Pour tous réels x et y, on a :


1
a) expa  x  y   expa x expa y ; b) expa  x  
expa x

; d) expa  nx    expa x  avec n  IN


expa x
c) expa  x  y  
n

expa y

Résultat : la fonction expa est la fonction réciproque de la fonction loga

Soit a  
 1 ;  r   : expa (r )   expa (1)   ar
r

et on écrit  x   :expa (x )   expa (1)  ax


x
On entend cette écriture a

Proprieté 2

 ln( y ) 
  x   y  0;   :  a x y x  
 ln(a ) 

 x   loga (a x )  x t  0;   : a loga (t )


t

ax
y ; a   a
x y
 Pour tous réels x et y, on a : a x y
 a a ; a
x

y x y xy 1
; a x  x
a a
x
a ax
on a :  a  b   a  b
x
 
;   x
x x
Soient a et b des elements de
b  b

Application :
1) Résoudre dans l’équation 4
x
 18

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 183


Cours

ln18  ln18 
Cette équation s’écrit e x ln 4  18  x ln 4  ln18  x  donc S   
ln 4  ln 4 
2) Résoudre dans l’inéquation 3
2x
 51x
Cette inéquation est équivaut à 2x ln(3)  (1  x ) ln(5)  (2ln(3)  ln(5))x  ln(5)

 ln(5) 
Donc S   
 2ln(3)  ln(5) 

3) Etude de la fonction x ax

Proprieté
 
'
la fonction x a x est dérivable sur et on a : a x  ln a  a x

Proprieté

1) Si a  1 alors la fonction x a x est strictement croissante sur


2) Si 0  a  1 alors la fonction x a x est strictement décroissante sur
3) Si a  1 alors lim a   et lim a x  0
x
x  x 

4) Si 0  a  1 alors lim a x  0 et lim a x  


x  x 

x  
Si ln a +


x ax

x  

ln a -
Si 0  a  1

x
x a
0

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 184


Exércices résolus
Exercice 1
1 e x 1
et g (x )  2e  5e x  2
2x
Soient f et g les fonctions définies de ]0 ; +[ dans par : f (x )  2x  
2 e x 1
1 1 1 ex
a. Démontrer que f (x )  2x   x  2x   x
2 e 1 2 e 1
b. Factoriser g(x).
c. Déterminer le signe de la dérivée de f.

Correction

1 1 e x 1  2 X 1  e x 1  2 et X 2  e x 2 
1
2x   x  2x 
2 e 1 2(e x  1) 2
a. 1
1 e x 1 g( x )  2( ex  2)( ex  ) .
 2x  . x  f (x ) 2
2 e 1
1 1
1 ex e x  1  2e x c. f ( x)  2 x   ,
2x   x  2 2 e 1
x

2 e 1 2(e x  1)
; ex 2(e x  1) 2  e x
f '(x )  2  
1 e 1 x
(e x  1) 2 (e x  1) 2
 2x  . x  f (x )
2 e 1 2(e 2 x  2e x  1)  e x 2e 2 x  5e x  2 g (x )
   x
b. g (x )  2e  5e  2, X  e ,
2x x x
(e  1)
x 2
(e  1)
x 2
(e  1) 2

  5²  4  2  2  25  16  9  3² , X  5  3 est donc du signe de g(x) et f est donc négative entre ln


4 2 et – ln 2, positive ailleurs.

x
Démontrer que quel que soit le réel x on a : ln(e  1)  ln(1  e )  x .
x
Exercice 2
Correction
e 1x
e x 1 x
ln(e x  1)  ln(1  e  x )  x  ln  e x  e  1  e (1  e )
x x
x 
1  e x 1 e x

 ex  1  ex  1

 ln x  ln y  2ln 4
Exercice 3  2x  3 y  5
 
Résoudre les systèmes : a.  b.  1
 3  2  3  24

x y
 exe y 
 e
Correction
 2x  3y  1
  ln x  ln y  2ln 4  ln xy  ln 42
  4  2x  32, 2x  8, x  3 ,  
 1  1 ,
 3  2  3  33

x y
 e x
.e y
  

 e  e
x y
e 2
 x  3  x  3 x 3
  y  , S = {(3 ;2)}.
 8  3  1  3  9  y  2
y

 1 1 1 1 1
 xy  X²  X  0  ( X  )²  0  X    x  y .
 16 . 2 16 4 4
soit 
x  y 1 Or, bien évidemment, les valeurs négatives sont

 2 exclues car ln n’est pas définie sur donc S = .

Soit à résoudre l’équation : X² – SX + P = 0,

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 185


Exércices résolus

Exercice 4
2 x
On considère la fonction g définie sur par g( x)  ( x  1) e .

Soit C la représentation graphique de la fonction g dans le repère orthonormal (O ; i , j ) , unité graphique 2 cm.
1. Calculer la dérivée g’ de g. Montrer que g’(x) est du signe de (1 – x2). En déduire les variations de g.
2. Montrer que :
a. lim g( x)   .
x 

b. lim g( x)  0 et préciser l'asymptote à C correspondante.


x 

3. Tracer la courbe C dans le repère (O ; i , j ) . On placera en particulier les points de la courbe d'abscisses
respectives –2 ; –1 ; 0 ; 1 et 3.
4. a. Par une lecture graphique, indiquer, suivant les valeurs du nombre réel k, le nombre de solutions de l'équation
g(x) = k.
b. Prouver rigoureusement que l'équation g(x) = 2 admet une solution  et une seule. Prouver que  appartient à
l'intervalle [– 2 ; – 1].

c. Montrer que  vérifie la relation   1  2e 2 .
Correction

g (x )  (x  1)2 e x . deux solutions dont x = 1, enfin si k > 4/e, une seule


solution.
g (x )  2(x  1)e  x  (x  1)2 (e  x )
1. . b. Si x > −1, f(x) est toujours inférieur ou égal à 4/e
 (x  1)e  x (2  x  1)  (x  1)(1  x )e  x
(<2), donc f(x) = 2 n’a pas de solution sur [1 ; +∞[.
2 x
2. a. lim g( x)  lim x e  lim X e   .
2 X
Lorsque x < −1, f est continue monotone strictement
x  x  x 

croissante de ]−∞ ; −1[ vers ]0 ; +∞[. Comme 2 est dans


b. lim g( x)  lim x 2 e x  lim X 2 eX  0 .
x  x  x 
cet intervalle, il existe une seule valeur de x pour
C a une asymptote horizontale en +∞. laquelle f(x) = 2.
7 y
6
Claculons f(−2)=7,39 et f(−1)=0 ; comme 0 < 2 < 7,39
5 on a −2 <  < −1.
4
c. Nous savons que
3
f ( )  2  (  1) 2 e   2
2
1 
   1  2e
 ; comme  < −1
0 x
 (  1) 2  2e   

-3 -1 1 3 5    1   2e


4. a. Si k < 0, pas de solutions ; si k = 0, une seule on choisit la racine négative, soit   1  2e2 .
solution : x = −1, si 0< k < 4/e, 3 solutions, si k = 4/e :

Exercice 5 x
Soit f k la famille de fonctions définies sur [0, [ par f k (x )  kx  e
2
où k est un réel
strictement positif quelconque et gk la famille de fonctions également définies sur [0, [ par
x
g k (x )  2kx  e .
On note Ck la courbe représentative de f k dans le repère orthonormal O ; i , j   , unité graphique : 2 cm.
Chapitre 5 : Fonction exponentielle 186
Exércices résolus

1. Sens de variation de gk
a. Calculer la dérivée g k de g k ; vérifier que g k (x ) est toujours strictement positif.
b. Calculer la limite de g k (x ) quand x tend vers +.
c. Déduire de ce qui précède l’existence et l'unicité d'un nombre réel  k  0 tel que g k ( k )  0 . Donner une
valeur approchée à 10−1 près de 1 et de  2 .
d. Étudier le signe de g k (x ) sur [0, +[.

e. Montrer que f k (x )  g k (x ) ; en déduire le sens de variation de f k .

2. Comportement asymptotique de f k en +

a. Déterminer la limite de f k (x ) en +.

b. Déterminer le signe de f k (x )  kx
2
et sa limite en +. Interpréter graphiquement ce résultat ; on note Pk la

courbe d'équation y  kx 2 .
3. Construction de f k .

a. Dresser le tableau de variation de f k . Préciser le signe de f k .

b. Préciser l’équation de la tangente T à Ck au point d’abscisse 0.

c. Prouver que f k ( k )  k  k ( k  2) .

Correction :

f k (x )  kx 2  e  x , g k (x )  2kx  e  x . strictement croissante elle s’annule une seule fois.

Calculons des valeurs approchées de 1 , solution de


1. Sens de variation de g k
2x  e  x  0 : on a 0,351  1  0,352 .
a. g k (x )  2k  e est toujours >0 puisque e  x
x

x g1(x) x g2(x)
l’est ainsi que 2k.

b. Comme e  x tend vers 0 en  la fonction g k (x ) se 0,35172775 −1,6116057 0,20335079−0,00258881

comporte comme 2kx et tend donc vers  .c. On a 0,35183246 0,00026696 0,20418848 0,00144524
0
g k (0)  0  e  1 qui est négatif et
De même on obtient la solution de 4x  e  x  0 :
lim g k (x )   qui est positif ; comme g k est
x 
0,203  2  0,205 .
continue, monotone

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 187


Exércices résolus
x
b. Comme f k (x )  kx  e
2
d. Comme g k est croissante, on a , cette expression est

x   k  g k (x )  g k (k )  0 et positive et tend vers 0 à linfini. La courbe P k est donc


asymptote de Ck et Ck est au dessus de Pk.
x  k  g k (x )  g k (k )  0
3. Construction de fk .
e. Il est immédiat que f k (x )  2kx  e
x
 g k (x ) ; f k
a. Comme kx 2 est positif ainsi que e  x , f k (x ) est
est donc décroissante avant  k et croissante après.
positive.
x 0 +∞
b. On a f k (0)  1 et f k (0)  1 d’où la tangente :
fk’ − 0 +
y  x  1 .
1
c. g k (k )  0  e k  2k k donc
fk
f k (k )  k k2  2k k  k k (k  2) .
y
9

2. Comportement asymptotique de fk en +
7

a. Là encore e  x tend vers 0 en  donc f k se 5

comporte comme kx 2 et tend donc vers  . 3

x
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
-1

Exercice 6

Soit la fonction f définie par f (x )  xe x sur [0 ;  [ . On note  la courbe représentative de la fonction f dans

un repère orthonormé (O ; i , j ) (unité graphique:10 cm).


Partie A
1. a. Déterminer la limite de f en  .
b. Etudier les variations de f et dresser son tableau de variations.
c. construire  .

2. a. Montrer que pour tout réel m de l’intervalle  0 ; 1  , l’équation f (x )  m admet deux solutions.
 e 

1
b. Dans le cas où m  , on nomme  et  les solutions, (avec  <  ). Déterminer un encadrement
4
d’amplitude 10−2 de .
1
c. Résoudre l’équation f (x )  m dans le cas où m = 0 et m  .
e
Partie B

u0  

On considère la suite (u n ) définie sur IN par  u n
où  est le réel défini à la question A. 2. b.
 u n 1  u n e

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 188


Exércices résolus
a. Montrer par récurrence que, pour tout entier naturel n, u n  0 .
b. Montrer que la suite (u n ) est décroissante.
c. La suite (u n ) est-elle convergente ? Si oui, déterminer sa limite.
2. On considère la suite (w n ) définie sur IN par w n  ln u n .
a. Montrer que, pour tout entier naturel n, on a u n  w n w n 1 .
b. On pose S n  u 0  u1  ...  u n . Montrer que S n  w 0 w n 1 .

c. En déduire lim S n .
n 

3. On considère la suite (v n ) définie sur IN par son premier terme v 0 , v 0  0 , et pour tout entier n, par

v n 1  v ne v n . Existe-t-il une valeur de v 0 différente de  telle que, pour tout entier n  1 , on ait u n  v n ? Si

oui, préciser laquelle.

Correction :

Partie A 2. a. La droite d’équation y  m coupe la courbe  en


1. a. lim f ( x)  lim xe x
 lim  Xe  0 .
X deux points, l’équation f (x )  m a donc bien deux
x  x  X 
solutions. Plus scientifiquement, lorsque m est dans
  , il a deux antécédents par f : un antécédent
f '(x )  e x  xe x  (1  x )e x . L’ex ponentielle est
1
b. 0;e 
 
positive, f’ est du signe de 1 − x. entre 0 et 1 car f est croissante et continue de ]0 ;1[

c. vers  0 ; 1  , l’autre entre 1 et  car f est continue,


 e 
x 0 1 
monotone, décroissante de ]1;  [ vers  0 ; 1  .
 e 
b. On cherche quand f(x) encadre 1/4 :
f + −
f(0,3573) = 0,2499 et f(0,3574) = 0,25001.
1 c. f (x )  0 a l’unique solution 0 (tableau de variation)
e
f 1
et f (x )  a pour unique solution 1.
e
0 0
u0  

Partie B  u n
 u n 1  u n e

u ne u n  0 ,
0,5 y
0,45 a. Comme u 0    0 et que si u n  0 alors
0,4
0,35
il est clair que u n  0 pour tout n.
0,3
0,25 b. On peut faire u n 1  u n  u ne u n  u n  u n (e u n  1) ;
0,2
0,15
0,1
or u n  0  u n  0  e u n  1  e u n  1  0
0,05
0
0 1 2 3 4 5 6x

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 189


Exércices résolus
donc la suite ( un ) est décroissante. b.
c. ( un ) est décroissante et minorée par 0, elle converge S n  u 0  u1  ...  u n
 w 0  w 1  w 1  w 2  ...  w n 1  w n  w n  w n 1 .
donc. Soit l sa limite, on a
 w 0  w n 1
 l  0
le  l  l   l ; la seule possibilité est c. Comme u n tend vers 0, w n tend vers  , donc S n
 e  1  l  0
tend vers  .
que l  0 .
1
2. w n  ln u n . 3. En fait à partir de u 0   on a u1  f ( )  ; mais
4
a. Prenons le logarithme de 1
f ( )  , donc si l’on prend v 0   , à partir du rang 1
4
u n 1  u n e u n  ln u n 1  ln u n  ln e u n
, les deux suites seront confondues.
 ln u n  u n  w n 1  w n  u n
soit u n  w n w n 1 .

Exercice 7

Caractéristique de Exp et tangentes

1. Dans un repère orthonormal (O ; i , j ) d’unité 2 cm tracer la courbe représentative (C) de la fonction

exponentielle ( x ex ) sur l’intervalle  2 ; 2  .

2. Tracer sur la même figure les tangentes à (C) aux points d’abscisses x 1  1 , x2  0 et x3  1 . Chacune de ces

tangentes coupe l’axe horizontal en un point d’abscisse x1 , x2 , x3 .

Mesurer à la règle les trois distances xi  xi , i = 1, 2, 3. Que constatez-vous ? (Les trois longueurs mesurées

doivent apparaître clairement sur le graphique.)

3. Soit A un point de (C) d’abscisse a. Vérifiez que l’équation de la tangente (T) en A à (C) a pour équation

y  ea x   1  a  ea . Justifiez alors que le résultat du 2. est bien une constante que l’on précisera par le calcul.

4. On cherche désormais s’il y aurait d’autres courbes présentant cette propriété : soit une fonction f de courbe

représentative (C), A un point de (C) d’abscisse a, (T) la tangente en A à (C) et a’ l’abscisse du point d’intersection

entre (T) et (Ox) quand il existe. On note f’ la fonction dérivée de f.

a. Donner l’équation de la tangente (T).

b. Exprimer a’ en fonction de a, f  a  et f ' a  . En déduire a  a ' .

f  a
c. Soit k une constante réelle. Montrer que a  a '  k   k . Résoudre cette équation et conclure.
f  a 

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 190


Exércices résolus
Correction

1.
d’où la distance entre a et x0 : a  x 0  a   a 1   1.
7 y

4. a. y  f '  a  x  a   f  a  .
6

b. Le point d’intersection entre la tangente et (Ox) a


5

pour abscisse a’ :
4

0  f '  a  a ' a   f a 
3 f a  f a  .
 a ' a    a a' 
f ' a  f ' a 
2

f a 
c. On a donc bien a  a '  k   k . En fait il
f  a 
1

x
0
-2 -1,5 -1 -0,5 0 0,5 1 1,5 2
1
s’agit simplement de l’équation différentielle y '  y
k
2. Les trois longueurs mesurées valent 1.
1
x
dont les solutions sont de la forme f  x   Cek
3. f  a   e , f '  a   e ;
a a .

Par exemple pour la situation de départ on avait k  1 (


y  f '  a  x  a   f a 
 ea  x a  ea . f  x   ex ) et l’écart mesuré était bien de 1. Ceci
 e a x   1  a e a
caractérise d’ailleurs les fonctions exponentielles.
Le point d’intersection entre (C) et (Ox) a pour abscisse

 a  1 e a
x0 : e x 0   1  a e  0  x 0   a 1
a a
ea

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 191


Exércices et problèmes

Déterminer une équation de la tangente T à la courbe


Exercice 1
représentative de f 1 au point d'abscisse .
Montrer que x  on a : 2

1. e  2 x
e x
 1  e   e  e
3x x 3x
 1  1  e 3x
 Exercice 5

2 . ln e 
2x
 e  1   2x  ln  e
x 2 x
 e x 1 
On considère la courbe C représentant la fonction f

x x  1  e  x dans le
2
définie sur par f
Exercice 2
Soit f et g deux fonctions definies sur par plan rapporté a un repère orthonormal (O ; i , j )
e ax  1 a (unité graphique 2cm).
f (x ) 
x
et g (x )  e  e 2 Avec 
ax
a
e 1
ax PARTIE A
Montrer que f et g sont deux fonctions impaires 1. a. Déterminer la limite de la fonction f en  .

b. Montrer que si x est différent de zéro on a :


Exercice 3
 2 1 
1. Resoudre dans les equations suivantes f  x   x 2e  x  1   2  .
 x x 
e x  7 3 x 1
 . Interpréter
a) 2 ; b) e x 3
e
En déduire la limite de la fonction f en
ex  7 graphiquement ce résultat.
2 x
c) e .e
x  ln 3
 e 2x ln 9 ; d) e2x  2ex  1  0 2. a. Montrer que f   x    1  x 2 e x .
2. Resoudre dans les inequations suivantes
b. Étudier le signe de f  x  et en déduire le tableau
2x x 2
a) e  2e  1  e ,
de variations de la fonction f sur .
b) e 3x  6e2x  3ex  0 ;
3. Déterminer une équation de la tangente T à la courbe

c) ln 4  e x
2 C au point d’abscisse 0.
Exercice 4 4. Étude de la position de C par rapport à T
Soit k un réel strictement positif et fk la fonction définie a. Montrer que pour tout réel x on a :

par : f k  x   e kx f  x    x  1    x  1 e x g  x  avec


2
sur .

1. Etudier la parité de la fonction fk. g  x   x 1e x .


2. Étudier les variations de la fonction fk et dresser son
b. Calculer g’(x) et étudier son signe.
tableau de variation.
c. Dresser le tableau de variations de la fonction g.
3. Déterminer la dérivée seconde fk et résoudre d. En déduire le signe de g(x), puis de f(x) − (x +1).

l'équation f k   x   0 .
e. En déduire la position de C par rapport à T.
f. Après avoir reproduit et complété le tableau de
4. Démontrer que, quels que soient les réels strictement
valeurs ci-dessous, tracer T et C dans le repère
positifs h et k, on a : f k  f h si, et seulement si, h k
(O ; i , j ) .
1
5. On prend k  . On désigne par  la solution
2 Donner les valeurs de f(x) arrondies à 10−2 près.

positive de l'équation f 1   x −2 −1 −0,5


  0. x 0 0,5 1 2 3 4
2

f(x)

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 192


Exércices et problèmes

PARTIE B d. On rappelle que f ( )   . En intégrant l’inégalité


a. Montrer que la fonction F définie par précédente, montrer que, pour tout élément x de I, on a :
F  x    x 2  4x  5  e  x est une primitive de f ( x)   
1
x  .
2
la fonction f.
2. Approximation de  à l'aide d'une suite
Exercice 6 Soit (un) la suite d'éléments de I définie par la relation
Partie A
On considère la fonction g définie sur par de récurrence un + 1 = f(un) et la condition initiale
2 x
g( x)  ( x  1) e .
3
Soit C la représentation graphique de la fonction g dans u0   .
2
le repère orthonormal (O ; i , j ) , unité graphique 2 cm.
a. Démontrer que, pour tout entier naturel n, on a :
1. Calculer la dérivée g´ de g. Montrer que g´(x) est du 1
un1    un   .
signe de (1 – x ). En déduire les variations de g.
2
2
2. Montrer que : b. En déduire que, pour tout entier naturel n, on a
a. lim g( x)   . un   
1
.
x 
2n1
b. lim g( x)  0 et préciser l'asymptote à C c. Prouver que la suite (un) converge, préciser sa limite
x 

correspondante. et déterminer un entier n0 tel que un0 soit une valeur

3. Tracer la courbe C dans le repère (O ; i , j ) . On approchée de  à 10 – 3 près. Calculer un0 .


placera en particulier les points de la courbe d'abscisses
Exercice 7
respectives –2 ; –1 ; 0 ; 1 et 3.
4. a. Par une lecture graphique, indiquer, suivant les L’objet de cet exercice est d'étudier la fonction g
1  e t
valeurs du nombre réel k, le nombre de solutions de définie sur [0 ;  [ par g(t)  si t  0 et g(0)  1 .
t
l'équation g(x) = k. 1. a. Établir que g est continue en 0.
b. Prouver rigoureusement que l'équation g(x) = 2 b. Déterminer la limite de g en  .
admet une solution  et une seule. Prouver que  2. a. Pour tout t > 0 , calculer g'(t) .
appartient à l'intervalle [– 2 ; – 1]. b. Prouver que pour tout t  0 , 1  t  et .

 c. En déduire le signe de g' et le sens de variation de g


c. Montrer que  vérifie la relation   1  2e2 .
3. On se propose d'étudier la dérivabilité de g en 0. À
Partie B cet effet on introduit la fonction h définie sur [0,  [
On appelle f la fonction définie sur l'intervalle t2
par : h(t)  1  t   e t .
x 2
I = [– 2 ; – 1] par : f ( x)  1  2
2e . a. Calculer h’ et h’’, ainsi que les valeurs de h(0) et
1. Étude de f h'(0).
t3
a. Étudier les variations de f sur I. b. Prouver que pour tout t  0 , 0  h( t)  (1). Pour
6
b. En déduire que, pour tout élément x de I, f(x) cela, on établira d’abord que 0  h ''(t)  t et on en
appartient à I. déduira un encadrement de h’ et de h.
c. Déduire de la relation (1) un encadrement de
1
c. Montrer que, pour tout élément x de I, f '( x)  . 1  e t  t
2e . Prouver finalement que g est dérivable en 0
t2

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 193


Exércices et problèmes

forme exp   1   Q  x  où Q est une fonction


et donner la valeur de g’(0).
4. Construire la courbe représentative C de g, dans un  x
rationnelle.
repère orthonormal O ; i , j .  b. Déterminer la limite de (1  t)e t lorsque t tend vers
 . En déduire que f est dérivable en 0 et déterminer
Exercice 8
f '(0) .
1. Pour tout réel k positif ou nul, on considère la c. Etudier le sens de variation de f.

1  kex d. Déterminer la limite de f(x) lorsque x tend vers  .


fonction fk définie sur par : fk ( x)  x  .
1  kex
e. Démontrer que l’équation f ( x)  2 , x  0 ;    ,
a. Justifier que, pour rout réel k positif ou nul, on a admet une unique solution dont on donnera un

(E) : 2 fk ’ = (fk −x)2 +1.
encadrement à 10−1 près.
b. En déduire le sens de variations de fk sur . 2. Etude d’une fonction auxiliaire
2. On note Ck la courbe représentative de la fonction fk Soit  la fonction définie sur [0 ;  [ par :
dans un repère orthonormal (O ; i , j ) . Sur la figure ci-
(t)  1  (1  t)et .
dessous on a représenté la droite D d’équation y  x  1 ,
a. Calculer la dérivée de  .
la droite D’ d’équation y  x  1 et plusieurs courbes Ck
b. Prouver que, pour tout réel t positif ou nul,
correspondant à des valeurs particulières de k. 0   '(t)  t .
Déterminer le réel k associé à la courbe C passant par le
c. En déduire que, pour tout réel t positif ou nul,
point O puis celui associé à la courbe C’ passant par le

0  ( t)  (1)
point A de coordonnées (1 ; 1). 2
3. On remarque que, pour tout x réel, on a : 3. Etude de f au voisinage de 

2 2kex a. A l’aide de l’encadrement (1) , établir que, pour tout


fk ( x )  x  1  (1) et fk ( x)  x  1  (2).
1  ke x
1  kex
1
En déduire pour tout k strictement positif : réel x strictement positif : 0  x  f ( x)  .
2x

b. En déduire que (C) admet une asymptote (  ) au


- la position de la courbe Ck par rapport aux droites
D et D’ ;
voisinage de  et préciser la position de (C) par
- les asymptotes de la courbe Ck.
rapport à (  ).
4. Cas particulier : k = 1.
4. Etude de la tangente à (C) en un point
a. Justifier que f1 est impaire.
Soit a un élément de ]0 ;  [ , et (Ta) la tangente à (C)

Exercice 9 au point d’abscisse a.


a. Déterminer une équation cartésienne de (T a).
On se propose d’étudier la fonction f définie sur

[0;  [ par : b. Montrer que (Ta) coupe l’axe des abscisses (0 ; i ) au
1
 1   a
f ( x )  ( x  1)exp     ( x  1)e x si x > 0 et f (0) = 0. point d’abscisse .
 x  1  a  a²
On note (C) la courbe représentative de f dans le plan c. Construire (C) et (  ). On placera le point de (C)
rapporté à un repère orthonormé (O ; i , j ) d’unité 4 cm. d’ordonnée 2 et on précisera les tangentes à (C) aux
1. Variations de f 1
points d’abscisses , 1 et 3.
a. Montrer que la dérivée f’ de f sur ]0 ;  [ est de la 3

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 194


Exércices et problèmes

Exercice 10 Exercice 11
Partie A
On appelle f la fonction définie sur [0 ; +[ par
On considère la fonction f définie sur par
1
x
f ( x)  xe  x . f ( x)  (1  2 x)e2 x .
2
1. Etudier les limites de f en  et en  .
1. a. Calculer la dérivée de f ainsi que lim f ( x) .
x 
2. Calculer f '( x) , étudier les variations de f, dresser son
b. On appelle g la fonction définie sur [0 ; +[ par
tableau de variation.
1
g( x)  (1  x)e x  . 3. Tracer la courbe représentative C de f dans un repère
2 orthonormal d'unité 2cm.
Etudier le sens de variation de g et montrer que Partie B
La fonction f est toujours celle définie dans la partie A.
l’équation g( x)  0 a une unique solution sur [0 ;
On note f (1)  f ' , f (2)  f '' , f (3) , … f ( n) les dérivées
0,5]. En déduire l’étude du signe de g(x) sur [0 ; +[ et
successives de f, n désignant un entier naturel non nul.
les variations de f.
1. Calculer f (2) et f (3) .
2. On appelle h la fonction définie sur l’intervalle I =
2. Montrer par récurrence sur l'entier non nul n que
1
[0 ; 0,5] par h( x)  1  ex . f ( n) ( x)  2n(1  n  2 x)e2 x .
2
a. Montrer que  est l’unique solution sur I de 3. Pour tout n non nul, la courbe représentative de f ( n)

l’équation h(x) = x. admet une tangente horizontale en un point M n .


b. Etudier les variations de h, en déduire que pour tout a. Calculer les coordonnées xn et yn de M n .
élément x de I, h(x) appartient à I. b. Vérifier que la suite ( xn ) est une suite arithmétique
c. Prouver que pour tout élément x de I on a –0,83  dont on donnera le premier terme et la raison. Quelle
h’(x)  0. est la limite de ( xn ) ?
En déduire que pour tout x de I on a c. Vérifier que la suite ( yn ) est une suite géométrique
h( x)    0,83 x   .
dont on donnera le premier terme et la raison. Quelle
 u0  0 est la limite de ( yn ) ?
3. On définit une suite ( un ) par  .
 un1  h( un )
Exercice 12
a. Montrer que pour tout entier n, un appartient à I, et
que un1    0,83 un   . Pour chaque entier naturel n, on définit sur l’intervalle
ex  1
1
b. En déduire que pour tout entier n, un    (0,83)n ]0 ;  [ la fonction fn par fn( x)   n ln x .
2 x

c. Déterminer la limite de la suite (un). Partie A : étude du cas particulier n = 0.

2 ex  1
4. Préciser un entier p tel que l’on ait up    10 . f0 est donc définie sur ]0 ;  [ par f0 ( x )  .
x
Calculer up à l’aide de votre calculatrice (on en donnera 1. Justifier, pour tout réel u, l’inégalité eu  u  1 . En
la partie entière et deux décimales). En déduire un déduire que pour tout réel x, e x  x  1  0 , puis que,
encadrement de α. pour tout réel x, 1  ( x  1)ex  0 .

Montrer que f ( )   2
, et donner un encadrement
2(1   )
2. Déterminer les limites de f0 en 0 et en  .
3. Montrer que, pour tout réel x appartenant à ]0 ;  [,
de f (α).

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 195


Exércices et problèmes
ex ( x  1)  1 variations de  . Construire le tableau de variations de 
la dérivée de f0 est donnée par f0' ( x)  . En
x 2
et en déduire que ( x ) est strictement positive sur
déduire le sens de variation de f0.  {0} .
4. Représenter la courbe C0 de f0 dans le plan muni d’un
2. Soit f l’application définie dans par :
repère orthonormal d’unité graphique 2 cm. x
1 si x  0 et f (0)  0 .
f ( x) 
Partie B : étude de la famille de fonctions fn pour n  1 1  ex
On appelle Cn la courbe représentative de fn dans le a. Montrer que f est continue en 0.

repère précédent. b. Etudier la dérivabilité de f en 0 et en donner les

1. Déterminer le sens de variation de fn sur l’intervalle conséquences graphiques.

]0 ;  [. c. Etudier les variations de f (on sera amené à utiliser le

2. Déterminer les limites de fn en 0 et en. En déduire 1. pour trouver le signe de



f ’(x). Donner le tableau

que Cn possède une asymptote que l’on précisera. de variations de f.

3. Etudier les positions relatives des courbes Cn et Cn+1. d. Construire la courbe de la fonction f.

4. Montrer que toutes les courbes Cn passent par un Exercice 14


même point B dont on précisera les coordonnées. Le plan est rapporté à un repère orthogonal (O ; i , j ) .
5. Pour tout entier naturel non nul n, montrer qu’il Soit la fonction f définie sur [0 ;  [ par
existe un unique réel an appartenant à ]0 ; 1[ tel
f ( x)  e x cos(4 x) et  sa courbe représentative tracée
que fn( an )  0 .
dans le repère (O ; i , j ) ci-dessous. On considère
6. Montrer que, pour tout entier naturel non nul n,
également la fonction g définie sur [0 ;  [ par
fn1( an )  ln( an ) . En déduire que an  an1 , puis que la
g( x )  e x et on nomme C sa courbe représentative
suite (an) est convergente.
dans le repère (O ; i , j ) .
7. a. En utilisant la partie A, montrer que pour tout réel
ex  1 1. a. Montrer que, pour tout réel x appartenant à
x appartenant à ]0 ; 1],  e1 .
x l’intervalle [0 ;  [, e x  f ( x)  e x .
b. En déduire que, pour tout entier naturel non nul n,
1 e b. En déduire la limite de f en  .
1 e
ln( an )  , puis que an  e n .
n 2. Déterminer les coordonnées des points communs aux
c. En déduire la limite de la suite (an).
8. Construire sur le graphique précédent les courbes C1 courbes  et C.
et C2. 
3. On définit la suite  un  sur par un  f  n  .
 2 
Exercice 13
1. Soit  l’application de  {0} dans définie par : a. Montrer que la suite  un  est une suite géométrique.
1
( x )   1   x En préciser la raison.
1
 e 1.
 x 
b. En déduire le sens de variation de la suite  un  et
a. Etudier les limites de  aux bornes du domaine de
définition. étudier sa convergence.
1 4. a. Montrer que, pour tout réel x appartenant à
b. Montrer que  '( x)  (2 x3 1) ex et en déduire les
x
l’intervalle [0 ;  [, f '( x)  e
x
 cos(4x)  4sin(4x)  .
b. En déduire que les courbes  et C ont même tangente
en chacun de leurs points communs.
5. Donner une valeur approchée à 10−1 près par excès

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 196


Exércices et problèmes
du coefficient directeur de la droite T tangente à la 3. Calculer g'  x  et en déduire que la fonction g est

courbe  au point d’abscisse  . Compléter le croissante sur l’intervalle  0 ;   .


2
III. Construction d’une suite de réels ayant pour limite
graphique donné en annexe, en y traçant T et C .

1 y
On considére la suite (un) définie par : u0 = 0 et, pour
tout entier naturel n, par : un1  g  un .
0,5
1. Démontrer par récurrence que, pour tout entier

0
naturel n : 0  un  un1   .
0 1 2 3 4
x 2. En déduire que la suite (un) est convergente. On note
-0,5 l sa limite.
3. Justifier l’égalité : g  l   l . En déduire la valeur de l.
-1
Exercice 16
Exercice 15
Le but de l’exercice est demontrer que l’équation (E) : Partie A : question de cours

1 1. Soit f une fonction réelle définie sur [a ;  [.


ex  , admet une unique solution dans l’ensemble
x Compléter la phrase suivante :
des nombres réels, et de construire une suite qui «On dit que f admet une limite finie l en  si . . . ..»
converge vers cette unique solution. 2. Démontrer le théorème « des gendarmes » : soient f,
I. Existence et unicité de la solution g et h trois fonctions définies sur [a ;  [ et l un
On note f la fonction définie sur par : nombre réel.
Si g et h ont pour limite commune l quand x tend vers
f  x   x  e x .
 , et si pour tout x assez grand g x   f  x   h x  ,
1. Démonter que x est solution de l’équation (E) si et
alors la limite de f quand x tend vers  est égale à l
seulement si f (x) = 0.
Partie B
2. Étude du signe de la fonction f.
par f  x   e  x  1 et
x
a. Etudier le sens de variations de la fonction f sur . Soit f la fonction définie sur

b. En déduire que l’équation (E) possède une unique soit (C) sa courbe représentative dans un repère

solution sur , notée  . orthonormal du plan. La droite (D) d’équation


y   x  1 est asymptote à (C).
appartient à l’intervalle  ; 1  .
1
c. Démontrer que 
2  On a représenté ci-dessous la courbe (C) et la droite
d. Étudier le signe de f sur l’intervalle  0 ;   . (D).
II. Deuxième approche 1. Soit a un nombre réel. Écrire, en fonction de a, une
On note g la fonction définie sur l’intervalle [0 ; 1] par : équation de la tangente (T) à (C) au point M d’abscisse
1 x
g x   . a.
1  ex
1. Démontrer que l’équation f (x) = 0 est équivalente à 2. Cette tangente (T) coupe la droite (D) au point N

l’équation g (x) = x. d’abscisse b. Vérifier que b  a  1 .


2. En déduire que  est l’unique réel vérifiant : 3. En déduire une construction, à effectuer sur la figure

g     . ci-dessous, de la tangente (T) à (C) au point M

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 197


Exércices et problèmes
d’abscisse 1,5. On fera apparaître le point N Partie B
correspondant. Soit (un) la suite définie pour n entier supérieur ou égal

1 
Partie C 1 2 n1
à 1 par : un   1  en  en  ...  e n .
1. Déterminer graphiquement le signe de f. n 

2. En déduire, pour tout entier naturel non nul n, les 1 2 n1
1 e
inégalités suivantes : 1. Démontrer que 1  en  en  ...  e n  1 puis en
1
1 
1
1 . 1  en
(1) en 1 et (2) e n1  1
n1
déduire que un   e  1  f  
n 1
.
3. En utilisant l’inégalité (1), démontrer que pour tout n 

 1
n 2. En déduire, en utilisant aussi la partie A, que la suite
entier naturel non nul n :  1  n   e.
  (un) converge vers e – 1.
4. En utilisant l’inégalité (2), démontrer que pour tout
 1
n1 Exercice 18
entier naturel non nul n : e  1  .
 n
Soit n un entier naturel. On note fn la fonction définie
5. Déduire des questions précédentes un encadrement
sur l'ensemble IR des nombres réels par :
n
 1 
de  1 n  puis sa limite en  . e nx
  fn  x   .
1  e x
6
y On note Cn la courbe représentative de fn dans un repère
5
4
orthogonal (O ; i , j ) . Les courbes C0 , C1 , C2 et C3 sont
3 représentées ci-dessous :
2 (C)

1
x
0
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3
-1
-2 (D)

-3
-4

Exercice 17
On considère la fonction f définie sur l’intervalle
Partie A : Quelques propriétés des fonctions fn et des
x
 0 ;    par f  x   . courbes Cn
ex  1
1. Restitution organisée de connaissances : La fonction 1. Démontrer que pour tout entier naturel n les courbes

exponentielle est l’unique fonction g dérivable sur IR Cn ont un point A en commun. On précisera ses

 g '  x   g  x 
coordonnées.
vérifiant  pour tout .
 g  0   1
x 2. Étude de la fonction f0
a. Étudier le sens de variation de f0.
eh  1
Démontrer que lim 1. b. Préciser les limites de la fonction f0 en  et  .
x 0 h
2. Déterminer la limite de la fonction f en 0. Interpréter graphiquement ces limites.
c. Dresser le tableau de variation de la fonction f0 sur IR
3. Déterminer la limite de la fonction f en  .

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 198


Exércices et problèmes
3. Étude de la fonction f1 En déduire la position relative des courbes C1 et C2.
a. Démontrer que f0  x   f1   x  pour tout nombre
réel x.
b. En déduire les limites de la fonction f1 en  et  ,
ainsi que son sens de variation.
c. Donner une interprétation géométrique de 3. a. pour
les courbes C0 et C1.
4. Étude de la fonction fn pour n > 2 II-4- Sur la figure est tracée la courbe C1. Placer les
a. Vérifier que pour tout entier naturel n > 2 et pour tout points M1, M2, P et Q.
1
nombre réel x, on a : fn  x   . Tracer la tangente à la courbe C2 au point M2, puis
enx  e
n1  x

b. Étudier les limites de la fonction fn en  et en  . tracer la courbe C2.


c. Calculer la dérivée fn  x  et dresser le tableau de II-5- On considère la fonction F définie par : pour tout
variations de la fonction fn sur IR.
réel x  0 ;    , F x     x 1  e x .
Exercice 19
II-5-a- Justifier que F est une primitive de la fonction f1.
Soit n un entier supérieur ou égal à 1.
On considère la fonction f n définie par : pour tout réel Exercice 20

x   0 ;    , fn  x   nxenx . Problème
Partie A
On note Cn la courbe représentative de f n dans le plan 1. En janvier 2006, l’once d’or (soit environ 31
rapporté à un repère orthogonal (O ; i , j ) .
grammes d’or) coûtait 500 $ contre 1 700 $ en janvier
II-1-a- Donner lim fn  x  .
x 2013 (source Les Echos, 2013). Le cours de l’or a donc
II-1-b- On en déduit que Cn admet une asymptote  connu une progression spectaculaire avec une
dont on donnera une équation. augmentation moyenne d’environ 19 % par an.

II-2-a- fn désigne la dérivée de f n . Justifier que : pour En supposant que cette augmentation annuelle reste
constante pour les prochaines années, à partir de quelle
tout réel x   0 ;    , fn  x   nenx  1  nx  . année le prix de l’once d’or dépassera-t-il les 5 000 $ ?
II-2-b- Dresser le tableau des variations de f n . 2. On s’intéresse à une entreprise spécialisée dans la
II-2-c- f n présente un maximum en un point Mn. production d’articles dont la qualité augmente quand on
Donner les coordonnées de Mn. y introduit de l’or. Le coût de production de ces articles,

II-3-a- Justifier que : pour tout réel x  0 ;    , exprimé en milliers d’euros, peut être modélisé par une
fonction C.

f2  x   f1  x   xe2 x 2  ex .  Cette fonction C dépend principalement de la masse
II-3-b- On déduit de la question II-3-a- que les courbes d’or, exprimée en dizaines de grammes, contenue dans
C1 et C2 ont deux points communs P et Q d’abscisses les articles. Les coûts de production augmentant très
respectives p et q (avec p < q). fortement (on parle, en économie, d’une croissance
Donner les valeurs exactes de p et q et une valeur exponentielle) en fonction de la masse d’or contenue,
–1
approchée de q à 10 près. l’entreprise ne produira que des articles ne contenant
II-3-c- Donner, pour tout réel x  0 ;    , le signe de qu’une faible quantité d’or.
f2  x   f1  x  . On admet que tous les articles fabriqués sont vendus et

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 199


Exércices et problèmes

que leur prix de vente est proportionnel à la masse d’or Pour cela on pose   x   C  x   x , pour x  1 ;    .

contenue, la même pour tous les articles. 1. Déterminer la limite en  de la fonction  .


On appelle R la recette de l’entreprise exprimée en
2. Déterminer le sens de variation de la fonction  sur
milliers d’euros en fonction de x la quantité d’or
1 ;   .
exprimée en dizaines de grammes d’or.
3. En déduire que l’équation C(x) = x admet une unique
Les courbes des fonctions C et R sont données dans le
solution  .
repère ci-dessous.
3
On suppose que la quantité d’or minimale contenue 4. Établir que   2.
2
dans chaque article est de dix grammes.
Partie C
a. Identifier, en justifiant, les courbes associées aux
On se propose d’étudier une méthode d’approximation
fonctions de coût et de recette.
du nombre  .
b. Conjecturer le sens de variation de chacune des
fonctions. Soit g la fonction définie sur Ï   3 ; 2  par :
2 
3. On dit que l’entreprise a un bénéfice nul lorsque le 
g  x   ln  x 
1 
 1.
 2 
coût de production est égal à la recette.
1. Démontrer que l’équation C(x) = x équivaut à
a. Justifier graphiquement qu’il existe une masse d’or
l’équation g(x) = x pour x  I .
exprimée en dizaines de grammes et notée  pour
2. a. Justifier que la fonction g est croissante sur I et en
laquelle le bénéfice de l’entreprise est nul et en déduire
déduire que, pour tout réel x appartenant à I, g(x)
une équation vérifiée par  .
appartient à I.
b. Déterminer, avec la précision permise par le
1
graphique, les masses d’or que les articles doivent b. Montrer que, pour tout réel x de I : 0  g '  x   .
2
contenir pour que l’entreprise réalise des bénéfices 3. On admet alors que, pour tout couple de réels (x ; y)
positifs. g x   g y  1
de I, on a :  .
Partie B xy 2
a. Montrer que, pour tout réel x de I, on a :
g x    1
 .
x  2

Soit  wn n la suite d’éléments de I définie par w0 


3
2
et pour tout entier naturel n > 0, wn1  g wn  .
b. Donner une valeur arrondie à 10–3 près de w2 et w3.
c. Établir que pour tout entier naturel n :
n1 n1
1 1
wn      w0      .
2 2

d. En déduire que la suite  wn n est convergente.

Quelle est sa limite ?


On se propose d’étudier la fonction C définie et
1
dérivable sur l’intervalle  1 ;    par : C  x   ex 1 
2
et les solutions éventuelles de l’équation C(x) = x.

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 200


Exércices et problèmes
4. Donner un encadrement de la limite de la suite 6. Tracer les courbes C1 et C2 ainsi que leurs tangentes

 wn n d’amplitude 10–4. Expliquer la démarche.


en 0.
Exercice 22
5. Pour quelle masse d’or incluse dans les articles
Soit f la fonction numérique définie sur par :
produits, l’entreprise réalise-t-elle un bénéfice nul ? La
masse sera donnée en grammes à 10–2 près. f ( x)  ln( e2 x  ex  1)

Exercice 21 le symbole ln désignant le logarithme népérien.

Pour tout réel k strictement positif, on considère la 1. Montrer que e2 x  ex  1 est strictement positif pour
fonction f k définie sur  0 ;    par tout réel x. Étudier les variations de la fonction f.

 
Soit (C) la courbe représentative, dans un repère
fk ( x)  ln ex  kx  x . Soit C k la courbe représentative
orthonormé, de la fonction f.
de f k dans un repère orthogonal (O ; i , j ) (unités : 5 2. Préciser les limites de f en + et −
cm sur l’axe des abscisses, 10 cm sur celui des 3. Vérifier que f ( x)  2 x  ln(1  e x  e2 x ) et montrer
ordonnées). que f(x) − 2x tend vers une limite lorsque x tend vers
Etude préliminaire
+. En déduire l’asymptote correspondante de (C).
On considère la fonction g définie sur  0 ;    par
4. Construire la courbe (C) (on précisera la tangente au
g( x)  ln(1  x)  x .
1. Etudier le sens de variation de g. point de (C) d'ordonnée nulle).
2. En déduire que, pour tout réel a positif ou nul, 5. Déterminer, en utilisant la courbe (C), le nombre de
ln(1  a)  a .
solutions réelles de l'équation d'inconnue x :
Partie A : étude de f1
7
1. Calculer f1( x) et en déduire le sens de variation de f1. e2 x  ex  1 
8
2. Montrer que, pour tout x de  0 ;    ,
a. par le calcul,
 x 
f1 ( x)  ln  1  x  .
 e  b. en utilisant la courbe (C).
3. Dresser le tableau de variation de f1.
Exercice 23
Partie B : étude et propriétés de fk
Soit f l’application de  0 ;    dans définie
1. Calculer fk( x) et en déduire le sens de variation de fk.
par f ( x)  2 x  1 e  1 , et g l’application de
x
2. Montrer que, pour tout x de  0 ;    , dans
2 e 1
x
 x 
fk ( x )  ln  1  k x  . En déduire la limite de fk en  .
 e  définie par g( x)  2e2 x  5 ex  2 .
3. a. Dresser le tableau de variation de fk.
Partie A
b. Montrer que, pour tout réel x de [0,  [ , on a
1. Montrer que, pour tout x de  0 ;    , on
k
fk ( x )  . 1 1
e a f ( x)  2 x   .
2 ex  1
4. Déterminer une équation de la tangente (T k) au point
2. Montrer que pour tout x de  0 ;    on
d’abscisse 0 de Ck.
x
5. Soit p et m deux réels strictement positifs tels que a f ( x)  2 x  1  e .
2 e 1
x

p < m. Etudier la position relative de Cp et Cm.


3. Résoudre l’équation g(x) = 0 puis factoriser g(x).
Partie B : Etude de f
1. Calculer les limites de f en 0 et en  .

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 201


Exércices et problèmes
1 a. Soit x un réel quelconque. Calculer f(x)+f(– x).
2. a. Montrer que la droite (D) d’équation y  2 x  est
2 b. Quelle propriété de symétrie peut on déduire de la
asymptote à la courbe (C) représentative de f. question précédente ?
b. Etudier la position de (C) par rapport à (D). c. Tracer C, ses asymptotes et la tangente T 0 .
3. Montrer que la fonction dérivée de f est du signe de Partie B
1. a. Soit u( x)  1  e x . Calculer u’(x).
la fonction g de la partie A et dresser le tableau de
b. En déduire la primitive F de f qui prend la valeur –
variation de f.
ln2 en x=0.
4. Réprésenter (C) et ses asymptotes dans un repère
orthonormal (unité graphique : 1 cm)
Exercice 25

5. a. Etudier graphiquement suivant les valeurs du On désigne par f une fonction dérivable sur et par f’

nombre réel m, l’intersection de (C) et de la droite (Dm) sa fonction dérivée. Ces fonctions vérifient les

d’équation y = 2x + m. propriétés suivantes :

(1) Pour tout nombre réel x,  f '( x)    f ( x)   1 .


2 2
b. Démontrer par le calcul ces résultats (on pourra
utiliser le A.1.). (2) f '(0)  1
Partie C : Calcul d’aire (3) La fonction f’ est dérivable sur .

1. En reconnaissant la forme u '( x ) , déterminer les On rappelle que la dérivée de un est nu ' un1 .
u( x )
1. a. Démontrer que, pour tout nombre réel x, f '( x)  0 .
primitives sur  0 ;    de la fonction x ex .
ex  1 b. Calculer f(0).
2. En déduire, en utilisant A.2., les primitives sur
2. En dérivant chaque membre de l’égalité de la
1
0 ;   de f ( x)  (2 x  ) . proposition (1), démontrer que :
2
Exercice 24 (4) Pour tout nombre réel x, f ''( x)  f ( x) .

Dans tout le problème O ; i , j  est un repère où f '' désigne la dérivée seconde de la fonction f.

orthonormé du plan P. 3. On pose u  f ' f et v  f ' f .


x a. Calculer u(0) et v(0).
On note f la fonction définie sur par f ( x)  e .
x
1 e
b. Démontrer que u '  u et v '  v .
On appelle C la courbe représentative de f dans le
c. En déduire les fonctions u et v.

repère O ; i , j .  x
d. En déduire que, pour tout réel x, f ( x )  e  e .
x

2
Partie A
4. a. Etudier les limites de la fonction f en  et  .
1. Etude de f:
b. Dresser le tableau de variation de la fonction f.
a. Calculer les limites de f en  et  . Justifier vos
5. a. Soit m un nombre réel. Démontrer que l’équation
calculs.
b. Préciser les équations des asymptotes. f ( x)  m a une unique solution  dans .

2. Donner l’expression de f ’(x) où f ’ est la dérivée de f. b. Déterminer cette solution lorsque m = 3 (on en
Dresser le tableau de variation de f. Préciser f(0). donnera une valeur approchée décimale à 10−2 près).
3. Déterminer une équation de la tangente à C au point Exercice 26
d’abscisse x=0 ; on note T0 cette tangente. On considère la fonction f définie sur ]0 ;  [ par :
4. Courbe : 1
f  x   2x  1  .
ex  1

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 202


Exércices et problèmes
On note C sa courbe représentative dans un repère c. Etudier les variations de f.
orthogonal (unités : 2 cm sur l’axe des abscisses, 1 cm d. Tracer la courbe (  ).
sur l’axe des ordonnées). Exercice 28
1. Déterminer la limite de f quand x tend vers 0, x réel
Soit f la fonction définie sur [0 ;  [ par
positif. En déduire que C possède une asymptote dont
1
 x
on précisera l’équation. f ( x)  x 2
 3  3e 3 et g la fonction également définie
2. Déterminer la limite de f en  . Montrer que la
1
 x
droite D d’équation y = 2x +1 est asymptote à C. sur [0 ;  [ par g( x)  2 x  e 3 . On note C la courbe
Étudier la position de C par rapport à la droite D. représentative de f dans le repère orthonormal

 O ; i , j  , unité graphique : 2 cm.


3. a. Calculer, pour tout x réel strictement positif, le
nombre dérivé f ’(x). Montrer que, pour tout x réel
 x 1
e  
 x
 e 2  1. Sens de variation de g
strictement positif, f '  x   2  2  .
  g'  x 
2 a. Calculer la dérivée g' de g ; vérifier que est
ex 1
b. Étudier le signe de f ’(x) sur l’intervalle ]0 ;  [. toujours strictement positif.
En déduire le tableau de variations de f sur cet
b. Calculer la limite de g quand x tend vers  .
intervalle.
c. Déduire de ce qui précède l’existence et l'unicité d'un
4. Tracer la courbe C et ses asymptotes.
nombre réel   0 tel que g    0 et montrer que
5. a. Déterminer les réels a, b et c tels que pour tout
0,4    0,5 .
cex
x > 0, f  x   ax  b  .
ex  1 d. Étudier le signe de g x  sur [0 ;  [ .
Exercice 27 e. Montrer que f '  x   g x  ; en déduire le sens de
On considère la fonction numérique f définie sur ]  ;
variation de f.
x 1
2 2. Comportement asymptotique de f en 
1[ par f ( x)  ex 1 .
( x  1)2 a. Déterminer la limite de f en 

On désigne par (  ) la courbe représentative de f dans le b. Déterminer le signe de f ( x)  ( x 2  3) et sa limite en


plan rapporté à un repère orthonormé (O ; i , j ) , l’unité  ; interpréter graphiquement ce résultat ; on note P la
graphique étant 2 cm. courbe d'équation y  x2  3 .

Partie 1 3. Signe de f
2 e a. Dresser le tableau de variation de f
1. a. Soit X  . Prouver l’égalité f ( x)  X 2 eX . En
x 1 2
b. Prouver que l'équation f  x   0 admet une solution
déduire la limite de f quand x tend vers 1 par valeurs
non nulle a et une seule appartenant à l'intervalle
inférieures.
 ;   et montrer que 0,8 < a < 0,9.
b. Déterminer la limite de f en  .
c. Étudier le signe de f  x  sur [0 ;  [ .
c. En déduire une asymptote à la courbe (  ).
4. Courbe
2. a. Soit v la fonction numérique définie sur ]  ; 1[
x 1
par v( x)  ex 1 . Calculer v’(x).
Tracer dans le repère orthonormal O ; i , j   les
x 1
4 x courbes P et C. On précisera la tangente à C au point
b. Démontrer que f '( x)  ex 1 .
( x  1)4 d'abscisse 0.

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 203


Exércices et problèmes
orthonormal (O ; i , j ) .
Exercice 29
1. a. Déterminer la limite de f en  .
A. On désigne par f la fonction définie sur par
x
b. Établir que, pour tout nombre réel x non nul,
f ( x)  e2  e et on appelle C la courbe représentative de
x
 1 
f  x   x 1 x  . En déduire la limite de f en  .
f dans le repère orthonormal O ; i , j .    e 1 

1. Étudier les variations de f. Préciser les limites de f en 2. Donner, sans démonstration, la limite suivante :

 et en  . x
lim et démontrer que f est continue en 0.
x 0 e 1
x
2. Déterminer le signe de f(x) en fonction de x.
3. a. Démontrer que, pour tout nombre réel x, on a :
3. Tracer la courbe C.
B. Dans cette partie, on se propose d'étudier la fonction ex  x  1 , et que l’égalité n’a lieu que pour x = 0.

x b. Calculer la dérivée f ' de la fonction f et déterminer


g définie sur  {0} par g( x )  ln e2 e .x
la fonction g telle que, pour tout nombre réel x non nul,
ex g  x 
On note G la courbe représentative de g dans le repère f ' x   .
 ex  1 
2

O ;i, j  .
c. Donner le tableau des variations de f.
1. Préciser les limites de g en  , en  et en 0.
4. Soient x un nombre réel non nul et les points M(x ;
2. Calculer g'(x) et déterminer le signe de g'(x) en
f(x)) et M’(−x ; f(−x)) de la courbe C.
utilisant le signe de f'(x) et le signe de f(x). Dresser le
x
tableau de variation de g. a. Établir que f   x   , puis déterminer le
e 1x

3. Démonter que pour tout x réel strictement positif, coefficient directeur de la droite (MM’).
 
x  b. On admet que la fonction f est dérivable en 0. Que
g( x )  x  ln  1  e 2 .
 
  suggère alors le résultat précédent ?
Montrer que la droite D d'équation y = x est asymptote à Exercice 31
la courbe G. Étudier la position de la courbe G par L’objet de cet exercice est d'étudier la fonction g
rapport à D pour tout x réel strictement positif. 1  e t
définie sur [0 ;  [ par g(t)  si t  0 et g(0)  1 .
4. Démontrer que pour tout x réel strictement négatif : t
x  x  1. a. Établir que g est continue en 0.
g( x )   ln  1  e2 .
2  
  b. Déterminer la limite de g en  .
x
Montrer que la droite d d'équation y  est asymptote 2. a. Pour tout t > 0 , calculer g'(t) .
2
à la courbe G. Étudier la position de G par rapport à d b. Prouver que pour tout t  0 , 1  t  et .
pour tout x réel strictement négatif.
c. En déduire le signe de g' et le sens de variation de g
5. Construire G, D et d (on utilisera un graphique
(on ne demande pas de construire la courbe
différent de celui de la partie A).
représentative de g).
Exercice 30
3. On se propose d'étudier la dérivabilité de g en 0. À
On considère la fonction f définie sur par : cet effet on introduit la fonction h définie sur [0,  [
xex t2
fx si x  0 et f  0   1 . par : h(t)  1  t   e t .
ex  1 2
a. Calculer h’ et h’’, ainsi que les valeurs de h(0) et
On note C la courbe représentative de f dans un repère
h'(0).

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 204


Exércices et problèmes
t3
b. Prouver que pour tout t  0 , 0  h( t)  (1). Pour Exercice 33
6
Partie A : Etude d’une fonction auxiliaire g
cela, on établira d’abord que 0  h ''(t)  t et on en
Soit g la fonction numérique définie sur R par
déduira un encadrement de h’ et de h.
ex
c. Déduire de la relation (1) un encadrement de g (x )   ln(1  2e x ) ,
1  2e x
1  e t  t 1. Calculer g’(x) et montrer que ce nombre est
. Prouver finalement que g est dérivable en 0
t2
strictement négatif pour tout x de .
et donner la valeur de g’(0).
2. Déterminer la limite de g en  .
4. Construire la courbe représentative C de g, le plan
3. Dresser le tableau de variation de la fonction g. En
étant rapporté à un repère orthonormal O ; i , j .   déduire le signe de g(x).
Exercice 32 Partie B : Étude de la fonction f
Le but des deux premières questions de cet exercice est Soit f la fonction numérique définie sur par
l'étude, sur , de l'équation f (x )  e 2x ln(1  2e x ) .
(E) : 3x  4x  5x
1. Calculer f ’(x) et montrer que pour tout réel x,
1. Démontrer que (E) est équivalente à :
x x
f '(x )  2e 2x g (x ) .
3 4
     1. 2. En posant X  1  2e x , montrer que
5 5
4X ln X . En déduire la limite de f en
2. On considère la fonction f définie sur IR par : f (x )  
(X  1)² X
x x
3 4
f (x )       . 3. En posant h  2e x , calculer la limite de f en  .
5 5
4. Dresser le tableau de variation de f.
a. Question de cours : pour tout réel a strictement
5. On note C sa courbe représentative dans le plan
positif, on note f a la fonction (exponentielle de base a)
rapporté à un repère orthogonal (O ; i , j ) (unités
définie pour tout réel x par : f a (x )  a  e
x x ln a
.
graphiques : 4 cm sur l’axe des abscisses et 1 cm sur
Démontrer que f a est strictement croissante lorsque a
l’axe des ordonnées).
est élément de ]1 ;  [, strictement décroissante sur
a. Déterminer une équation de la tangente T à la courbe
lorsque a est élément de ]0 ; 1[ et est constante lorsque
C au point d’abscisse 0.
a est égal à 1.
b. Tracez la courbe C et la tangente T.
Étudier la limite de f a en  , selon les valeurs de a.
Exercice 34
b. Étudier le sens de variations de f. 1. Résoudre les équations et inéquations suivantes :
c. Étudier la limite de f en  . x
d. En déduire qu'il existe un unique x0 réel positif ou nul
a. 2x  32x 1 b. 2 5
x
tel que f (x 0 )  1 . Donner la valeur de x0. c. 51x  3 d. 7 x 1  6x
3. Questions avec « prise d'initiative » 2. Déterminer l’ensemble de définition des fonctions
a. Résoudre, sur IR, l'équation : 3  4  5  6 .
x x x x
suivantes et calculer leur dérivée :
b. L'équation 3x  4x  5x  6x  7x admet-elle une a. f définie par f (x )  x ln x
solution entière (x solution est un nombre entier) ?
b. g définie par g (x )  (ln x )x .

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 205


Exércices et problèmes
l’équation E2.
Exercice 35
2. Vérifier que le nombre a est toujours solution de
On appelle f la fonction définie sur [0 ;  [ par
e x  1 l’équation Ea.
f (x )  si x  0 , et f (0)  0 . 3. On se propose de démontrer que e est la seule
x
t
1 solution de l’équation Ee .
1. Prouver que lim e  1
t 0 t
2. En déduire la continuité de f en 0. On note h la fonction définie sur l’intervalle 0;  
h  x   x  e ln x .
3. Etudier le signe de f(x).
par
4. Etudier la limite de f en  .
a. Question de cours : On rappelle que lorsque t tend
5. Montrer que l’on a pour tout x  0 : t
vers  , alors e tend vers  .
1  e  x  2xe  x t
f '(x )  . ln x
2x x Démontrer que lim 0.
x 
x
6. Etudier les variations de f à l’aide d’une fonction b. Déterminer les limites de h en 0 et  .
auxiliaire. c. Etudier les variations de h sur l’intervalle 0 ;   . 
7. Etudier la dérivabilité de f en 0 (on sera amené à d. Dresser le tableau des variations de h et conclure
quant aux solutions de l’équation E e .
utiliser la question 1) II. Résolution de l’équation Ea
Exercice 36 1. Soit x un réel strictement positif. Montrer que x est

On appelle f la fonction définie sur par : solution de l’équation Ea si et seulement si x est


 1 ln x ln a
 f (x )  xe x si x  0 solution de l’équation :  .
 x a
 f (0)  0 .
2. On considère la fonction f définie sur l’intervalle
 x
 f (x )  xe si x  0
  0 ;    par : f x 
ln x
x
.
1. Etudier les limites de f en  et  .
2. Etudier la continuité de f en 0. a. Déterminer les limites de f en 0 et  . Donner une
3. Etudier la dérivabilité de f en 0.
4. Etudier les variations de f. interprétation graphique de ces deux limites.
5. Montrer que la droite d’équation y  x  1 est
asymptote à la courbe de f (on sera amené à poser b. Etudier les variations de f sur l’intervalle 0;   .
1
x  ). c. Dresser le tableau des variations de la fonction f.
t
6. Tracer la courbe de f dans le plan muni d’un repère d. Tracer la courbe C représentative de la fonction f

orthonormal d’unité 3 cm. dans un repère orthonormal (O ; i , j ) , unité : 2 cm.


Exercice 37
3. Justifier à l’aide des résultats précédents les
On désigne par a un réel strictement positif et différent
propositions (P1) et (P2) suivantes :
de 1.
(P1) : si a   0 ;1  , alors Ea admet l’unique solution a ;
On se propose de rechercher, dans l’intervalle

 0 ;    , les solutions de l’équation E a : x a  ax . (P2) : si a  1; e    e ;    , alors Ea admet deux


I. Étude de quelques cas particuliers solutions a et b, l’une appartenant à l’intervalle ]1 ; e[ et
1. Vérifier que les nombres 2 et 4 sont solutions de l’autre appartenant à l’intervalle e ;    .
b) Etudier les variations de la fonction f
Exercice 38
c) Montrer que l’équation f(x) = 0 admet une

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 206


Exércices et problèmes

3e x  1 solution unique x0   ln(e  1)


Soit f la fonction définie sur par f(x)  x
e 1 4/ Tracer la courbe de  f et ses asymptotes
1/a) Montrer que f est dérivable sur
4e x 5/a) Montrer que f est une bijection de sur  ,1 
et que f '(x) 
(e x  1)2  f 1
b) Tracer courbe représentative de f 1 ,
b) Dresser le tableau de variation de f
2/a) Etudier les variations de la fonction fonction réciproque de f

g(x)  f(x)  x . c) Explicité f 1 (x) pour x   ,1 


b) Montrer que l’équation f(x)  x admet une Exercice 40

unique solution a sur et que a   2; 3  A) Soit g la fonction définie sur IR par

g(x)= (1  x)e 1
x
3/a) Montrer que  x   2; 3  on a : f '(x)  0,5
1) Dresser le tableau de variation de g.
b) En déduire que
2) a) Montrer que l'équation g ( x)  0 admet une
 x   2; 3  on a : f(x)  a  0,5. x  a
solution unique  et que1.2    1.3 .
 V0  3 b) En déduire le signe de g sur IR.
4/ Soit V la suite définie sur par : 
 Vn 1  f( Vn ) x
B) Soit f une fonction définie sur IR par f ( x)  .
a) Montrer par récurrence que e x 1

n  : 2  Vn  3 On désigne par (C) sa courbe représentative dans un


 
b) Montrer que : Vn 1  a  0,5. Vn  a repère orthonormé O, i , j  .

c) Déduire que 1) Montrer que x lim   f ( x)  0 .Interpréter


 n : Vn  a  (0, 5)n et calculer lim Vn graphiquement ce résultat.
n  2) a) Montrer que la droite  : y  x est une asymptote
Exercice 39 à (C).
b) Etudier la position relative de (C) et  .
Soit f la fonction définie sur par 3) Montrer que pour tout réel x , on a:
f (  x)  f ( x )  x .
f(x)  1  ln(1  ex )
4) Vérifier que f ( )    1 et que f ( )  1
I-1/a) Montrer que lim f(x)  1 . Interpréter g ( x)
x  5) a) Montrer que f ' ( x)  puis dresser le
(e x 1) 2
géométriquement le résultat.
tableau de variation de f.
b) Montrer que lim f(x)   b) Vérifier que f ' ( )  1puis écrire une équation
x 

de la tangente T à (C) au point d'abscisse   .


2/a) Montrer que  x  on a f(x)  x  1  ln(1  ex )
6) Pour tout réel non nul x , soient les points M et M' de
b) En déduire que la droite D : y = x + 1 est une A.O
(C), d'abscisses respectives x et  x .
à f au V(  )

c) Déterminer la position de  f par rapport à D


1
3/a) Montrer que  x  f '(x) 
1  ex

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 207


Exércices et problèmes
Montrer que la droite (MM') est parallèle à une 2°) a- Monter que l’équation g x   0 admet dans
droite fixe qu'on précisera.
 1;  une solution unique 
7) Dans la figure de la page annexe, on a placé dans le
  g x  .
 
repère O, i , j le point de coordonnées  ,0 .
b- Calculer g 0 .Etudier alors le signe de

3°) Soit la fonction f définie sur IR par :


a) Construire les points A  ,   1 et B   ,1 .

 f x   x

b) Construire la tangente T. si x  0
 e 1 .
c) Tracer la courbe (C) et la droite  .
 f 0  0

Exercice 41
a- Montrer que f est continue et dérivable en 0
A/Soit la fonction définie sur IR par :
x g x 
b- Montre que f ' x  
 
. On note (C) sa courbe dans un .
ex 1 2
repère orthonormé (O, ⃗⃗ ⃗).
1) a) Résoudre dans IR, l’équation 4°)a- Montrer que f     2    .

b- Montrer que lim e   , en déduire lim f  x  .


x
b) Dresser le tableau de variations de la fonction
x  x² x 
2) Montrer que l’équation admet dans IR
c- Dresser le tableau de variation de f et Tracer
exactement deux solution et 1.

Vérifier que * +.  f

B/ Soit la fonction définie sur IR par : Exercice 43


et la suite ( ) définie sur IN par : Soit g(x)=x ; x [0,+ [. On désigne
par (C) sa courbe représentative selon un repère
{
orthonormé (O, ⃗⃗, ⃗).
1) Montrer que pour tout entier naturel : 1) Etablir le tableau de variation de g.
2) Montrer que la suite ( ) est croissante. 2) Montrer que la droite D : y=x est une asymptote à
3) En déduire que la suite ( ) est convergente et (C) au voisinage de + .
calculer sa limite. 3) Etudier la position de (C) par rapport à D.

4) a) Montrer que pour tout * + , on a : 4) Tracer (C) et D.


5) a) Montrer que f réalise une bijection de [0,+ [ sur
| |
un intervalle K qu’on précisera.
b) En utilisant l’inégalité des accroissements finis, b) Tracer la courbe (C') de la fonction réciproque
montrer que pour tout entier naturel , on a : de f.
| | | | 6) a) Montrer que pour tout t de [0,+ [ on a :
c) En déduire que pour tout entier naturel on a : 1 t 1
| | . Retrouver alors . b) En déduire que pour tout x de [0,+ [ on a :
Exercice 42 x x
Soit la fonction g définie sur  par : c) En déduire un encadrement de ln(1+ ) pour tout t
g x   e x  2  x   2 de [0,+ [.

1°) Dresser le tableau de variation de g ?

Chapitre 5 : Fonction exponentielle 208


Cours

Chapitre 6

Théorème de rolle et accroissement finis

Histoire

Mathématicien autodidacte, Michel Rolle (Ambert, 1652 – Paris, 1719) était comptableet
il étudiait l’algèbre dans ses moments libres. En 1690, il publie le traité d’algèbre qui
contient sa « méthode des cascades », permettant d’encadrer les racines réelles de certains
types d’équations. Un an plus tard,dans sa « Démonstration d’une méthode pourrésoudre les
égalités de tous les degrés », on y trouve le théorème qui porte son nom etselon lequel « une
fonction ne peut s’annulerplus d’une fois dans l’intervalle séparantdeux racines réelles
consécutives de sa fonction dérivée ». De nos jours, on formulece théorème de façon équivalente
en disantqu’entre deux zéros d’une fonction dérivable se trouve toujours au moins un zéro de sa
dérivée. Rolle se méfiait des nouvelles méthodes du calcul différentiel et il s’évertua à les
dénoncer et à combattre le livre de calcul de L’Hospital. Ironie du sort que ce mathématicien
français soitaujourd’hui reconnu pour son apport dans
le domaine qu’il essaya de discréditer de son vivant !

Michel Rolle est un mahtématicien francais

(1652-1719)

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 209


Cours

I. Théorème de rolle

Théorème Soit f une fonction satisfaisant les trois conditions suivantes :


• f est continue en tout point de l’intervalle fermé [a, b] ;
• f est dérivable en tout point de l’intervalle ouvert ]a, b[ ;
• f(a) = f(b).
Alors, il existe au moins un nombre c dans ]a, b[ tel que f ’(c) = 0
(figure 1).

Demonstation

Si f est constante tous les points x donnent f’(x) = 0. Sinon,


comme f est continue sur [a ; b], il existe un point c tel que
pour tout x de [a ; b], f ( x)  f ( c)  M (si f(a) est différent de M,
sinon on fait le même raisonnement avec f ( x)  f ( c)  m ).

f ( x)  f ( c)
Soit g( x)  , si x>c, g(x)  0, et si x<c, g(x)  0 ; on a
xc
donc lim g( x)  0 et lim g( x)  0 d’où lim g( x)  0  f '( c) .
x c x c x c

Remarque : Prêtez attention aux hypothèses du théorème de


Rolle. Si l’une des conditions n’est pas observée, il est possible que la fonction f n’admette aucune
tangente horizontale sur l’intervalle (figure 2).

Application :

Montrez que les conditions du théorème de Rolle sont satisfaites par sur l’intervalle [ ]

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 210


Cours
Solution

En tant que polynôme, f(x) est continue et dérivable Donc d’apres theorme de rolle il existe au moins un c
partout ; f(x) est donc de ] [ tel que càd et par
continue et dérivable sur [3, 3]. Nous avons suite
également f(-3) = 1= f(3). et ] [.
Les conditions du théorème de Rolle sont donc Exemple 3 : Soit f : R → R la fonction d efinie par :
satisfaites. D’après le théorème, f doit valoir 0 au
moins une fois en un point c de l’intervalle ouvert ]3,
3[.Or, Cette dérivée prend la valeur 0 Montrer que, pour tout a IR, s’annule au moins

deux fois sur l’intervalle ]3, 3[: en une fois sur l’intervalle ] [

√ √ La fonction f est 2 -p eriodique et d erivable sur R.


Pour tout 𝐼𝑅 et le theoreme
Exemple 2 : soit f la fonction definie par
de Rolle montre l’existence d’un r eel c ]a, a + 2 [
La fonction f est continue sur [ ] et derivable sur
tel que .
] [ et

Application : verifier les conditions de theoreme de ROLLE pour la fonction f dans l’intervalle I danc chacun des
cas suivants :

1) 𝐼 [ ]

2) 𝐼 [ ]

3) √ 𝐼 [ ]

II. Théorème des accroissements finis (Théorème de la moyenne de Lagrange )


Le théorème de la moyenne de Lagrange, aussi appelé théorème des accroissements finis, peut être
considéré comme une version « inclinée » du théorème de Rolle.

Théorème Soit f une fonction vérifiant les deux conditions suivantes :

• f est continue en tout point de [a, b] ;

• f est dérivable en tout point de ]a, b[.

Alors, il existe au moins un nombre c dans l’intervalle ]a, b[ tel que :

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 211


Cours
Demonstration

Représentons le graphe de f par une courbe dans le plan (figure 3) et


traçons la droite passant par les points A(a, f(a)) et B(b, f(b)).
Voici l’équation point-pente décrivant cette droite :

L’écart vertical séparant les graphes de f et g au point d’abscisse x est


donné par :

La figure 4 présente simultanément les graphes de f, g et h.


La fonction h satisfait aux trois conditions du théorème de Rolle sur [a, b] : elle
est continue sur [a, b] et dérivable sur ]a, b[ puisque f et g le sont également

De plus, h(a) = h(b) vu que les graphes de f et de g se coupent aux points


Aet B ; nous pouvons d’ailleurs le vérifier algébriquement en détail :

Et

Selon le théorème de Rolle, il existe un nombre c dans l’intervalle ]a, b[ pour lequel .
Dérivons les deux membres de l’équation (2) par rapport à x, puis posons

𝑅𝑂𝐿𝐿

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 212


Cours
Exemples

1) La fonction (figure 6) est continue sur et dérivable sur . Dès lors que
et , selon le théorème des accroissements finis (de la moyenne de Lagrange) , il doit exister un point c

Ici, nous pouvons trouver c au moyen de l’équation , soit .

2) Soit f la fonction definie par

La fonction f est continue sur [1 ;2] et derivable sur ] [ donc d’apres le theorme des accroissements finis il
existe un reel c dans ] [ tel que càd ca équivaut

√ √ ] [ √

Application : déterminer parmi les fonctions suivantes les quelles satisfaites les conditions de théorème des
accroissements finis sur I

1) 𝐼 [ ]
2) √ 𝐼 [ ]

3) { 𝐼 [ ]

III. Inégalité des accroissemnets finis


propriété

Soit f une fonction continue sur [a ;b] et derivable sur ] [.

S’il existe deux reels m et M tels que ] [ 𝑀 alors 𝑀

Demonstation :

Soit f une fonction continue sur [a ;b] et derivable sur ] [

] [

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 213


Cours

] [ 𝑀 𝑀 𝑀

Et par suite 𝑀 car

Propriété

Soit f une fonction continue sur [a ;b] et derivable sur ] [ un reel strictement positif .

Si ] [| | alors | | | |

Exemples

1) Soit f la fonction definie par


 La fonction f est continue et derivable sur IR et on a 𝐼𝑅 et 𝐼𝑅 | |

Soit a et b deux reels d’apres la proprieté precedente on a : | | | |

Si alors 𝐼𝑅 | | | |

2) Soit g la fonction definie par

Et soient a et b deux reels tels que

[ ]

Apllication :

Demontrer que

] [

𝐼𝑅

𝑦 [ ] | 𝑦 𝑦| | 𝑦|

] [ | | | | √

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 214


Cours

IV. Monotonie d’une fonction


Théorème
Soit f continue sur [a, b] et dérivable sur ]a, b[.
1. Si en tout point de ]a, b[, alors f est croissante sur [a, b].
2. Si en tout point de ]a, b[, alors f est décroissante sur [a, b].

Demonstation

Soit deux points, et , de [a, b] tels que .


Puisque les conditions du théorème de la moyenne sont satisfaites pour tout l’intervalle [a, b], elles le sont
automatiquement pour [ ] inclus dans [a, b].
En appliquant le théorème de la moyenne à f sur [ ] , nous obtenons

pour une certaine valeur c entre .


Puisque est positif et est de même signe que .
Par conséquent,
1. si est positif sur ]a, b[, alors et f est croissante ;
2. si est négatif sur ]a, b[, alors et f est décroissante.

Théorème
Les fonctions de dérivée nulle sont des fonctions constantes
Soit f une fonction continue sur un intervalle fermé [a, b] et dérivable sur ]a, b[. Si pour tout x dans
]a, b[, alors f est constante sur [a, b].

Demonstartion

En se basant sur les hypothèses du théorème, nous devons démontrer que la fonction f possède une valeur constante
sur l’intervalle [a, b]. Pour ce faire, prouvons que si sont deux points de l’intervalle [a, b], alors
.Soit et , deux points de [a, b] tels que . La fonction f satisfait
aux conditions du théorème des accroissements finis sur [ ], car elle satisfait déjà à ces hypothèses sur [a, b]
qui contient [ ] .Donc,

pour une certaine valeur c entre et . Puisque partout sur ]a, b[, et alors,

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 215


Cours
d’où et enfin

Exemples :

( )

La fonction est continue sur IR et en particulier sur ] [

𝐿 ] [

𝐼𝑅 ( ) ] [

] [ ] [

( )

Donc ] [ et par suite g est constante

] [

2) soit f la fonction definie par :

La fonction f est derivble sur IR et on a pour tout x de IR

Comme est positive est nulle en des points isolés alors la fonction f est croissante sur IR

Application :

] [

𝐼𝑁 ∑

a) 𝐼𝑅

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 216


Exércices résolus

Exércice 1

Soi nt f,g :[ ] 𝐼𝑅, continues sur [ ],derivables sur ] [ On suppose que .

𝑀 ] [

On considera pour cela la fonction F definie sur [ ] par [ ] [ ]

Correction

La Fonction F est sur [a, b] et dérivable sur ]a, b[, de appliquer le théorème de Rolle : il existe un r´eel
dérivée ] [ tel que , c’est-`a-dire, tel que
[ ] [ ]
De plus, on vérifie facilement que :
F(a) = f(a)g(b) − f(b)g(a) = F(b). On peut donc

Exércice 2 En appliquant le théorème des accroissements finis à la fonction arctan , montrer que :

Correction

Le théorème des accroissements finis, applique à la Puisque la fonction est strictement


fonction Arctan sur l’intervalle [0, t] (où t est décroissante sur 𝐼𝑅 ,on en déduit immédiatement que :
quelconque dans 𝐼𝑅 ), implique l’existence de
] [ tel que :
puis l’inégalité demandée.

Exércice 3
a) A l’aide du théorème des accroissements finis, montrer que :

b) En déduire que les fonctions f et g définies sur 𝐼𝑅 par :

( ) ( )

sont monotones.
c) D´exterminer les limites en l’infini de ln f et ln g, puis de f et g.

Correction

Appliquons le théorème des accroissements finis `a la


fonction ( ), sur l’intervalle [ ] : il
L’encadrement demandé provient du fait que
existe ] [ tel que :

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 217


Exércices résolus

La deuxième inégalité dans (1) montre alors que


] [
pour tout x > 0, donc que est
Remarquons que cet encadrement peut aussi s’´ecrire :
strictement décroissante sur 𝐼𝑅
c) En multipliant le double inégalité (1) par x, puis par
x +1 on obtient :
( )
( )
b) Montrer que f est monotone ´equivaut `a montrer
que lnf est monotone. Or
( )
( ) ( )

La première inégalité dans (1) montre alors que A l’aide du théorème des gendarmes, on en d´déduit
pour tout x > 0, donc que est que :
strictement croissante sur 𝐼𝑅 . De même, on vérifie
puis que
facilement que :

( ) ( )

Exércice 4 Soient p et q deux réels et n un entier naturel supérieur ou ´égal `a 2. Montrer que la fonction

polynomiale P d´définie par 𝑃 admet aux plus trois racines réelles si n est impair et au plus
deux racines réelles si n est pair.

Correction

On a 𝑃 𝑃 . fait que 𝑃 admet pour unique racine x = 0. Il s’ensuit


En particulier, on voit que 𝑃 admet exactement une que P admet aux plus trois racines réelles distinctes.
racine, à savoir x = 0. Traitons maintenant le cas où n est pair. Supposons, en
Commençons par le cas où n est impair. Supposons, en vue d’obtenir une contradiction, que P admette trois
vue d’obtenir une contradiction, que P admette quatre racines distinctes a < b < c. Comme précédemment,
racines distinctes a < b < c < d. La fonction P est on déduit l’existence de deux racines de 𝑃 distinctes
´évidemment continue sur [a, b], dérivable sur ]a, b[ et ] [ ] [, puis l’existence d’une racine
telle que P(a) = P(b). Le théorème de Rolle implique ] [ . Or on a vu que 𝑃 admet 0 pour unique
alors l’existence de ] [ tel que 𝑃 . Le racine, de sorte que et que . Mais
même raisonnement sur les intervalles [b, c] et [c, d] puisque 𝑃 , les racines de 𝑃 satisfont
montre l’existence de ] [ ] [ tel que
𝑃 𝑃 . Donc 𝑃 admet trois racines
et puisque n est pair, les racines sont toutes du signe de
distinctes . Le même raisonnement
−p/n. On ne peut donc avoir . Il s’ensuit
montre alors aussi que 𝑃 admet deux racines
que P admet au plus deux racines réelles distinctes.
] [ ] [ Ces racines étant
nécessairement distinctes, il y a contradiction avec le

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 218


Exércices et problèmes

Exercice 1 Exercice 6

On considere la fonction g definie par : Demontrer que ] [


| | √| |
Exercice 7
1) Demontrer que la fonction g est continue sur IR
√ √
2) Determiner g’(x) sur les deux intervalles :
] [ ] [ Exercice 8
On considera lfonction H definie par :
3) Verifier que ( ) ( )
𝐻 ] [
4) Demonter que + *
] [
5) Demontrer que + *
𝐻
Exercice 2
] [
On considere la fonction h definie par :

Exercice 9
sans calculer demontrer que l’equation
Soit f la fonction definie par √
admet trois solutions distincts
1) Demontrer que pour tout x de [1000 ;1001]
Exercice 3
+ *

admet au 2) Deduire que √

moins une solution sur IR Exercice 10

3) Cette solution est elle unique ? justifier On considere la fonction definie par :

[ [ √
Exercice 4
1) Demontrer que pour tout x de ] [ et pour tout
Soit f une fonction definie sur [0,1] telle que :
t de [ [ on a :
] [
√ √
] [ 2) Deduire que ] [

Exercice 5 √ √
√ √
Soit f un e fonction sur un intervalle I de IR
3) On considere la suite definie par
Et soient des elements de I tels que :

√ √ √

Demontrer que 𝐼 Demontrer que la suite est divergent

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 219


Exércices et problèmes

Exercice 11 Exercice 14
En utilisant le théorème des Soit à, b et c des éléments de 0, tels que
accroissements finis démontrer que :
 1
1) (a;b )  ² , 0  a  b  ln(b )  ln(a )  (b  a )  démontrer que
2 c
b a b a 1
 tan a  tan b  ab  c  (a  b )
cos ²a cos ²b 2
2) x ; y  0,10 x sin x  y sin y  11 x  y Exercice 15
x Soit f une fonction définie sur un segment  0,1 et
3) x  0,   arctan x
x ² 1
n 
on suppose que f est continue sur  0,1 et
4) x  0,  x  e  1  xe
x x

dérivable sur 0,1 et f (0)  0 et f (1)  1 montrer que


Exercice 12
1  c n n 1
Soit f une fonction définie sur un segment et continue  a,b ,c 0,1 : f ' (a).f ' (b )  1c
.c

0,1 et dérivable sur 0,1 et f (0)  0 et f (1)  1


Exercice 16
 
montrer que c  0;1 : 2cf '(c )  c
1) Démontrer que x  0, 
Exercice 13
  1 x ² 
1
1 x ²  x 4
Soit f définie sur l’intervalle 0;  par x ² 1
 2
2 2) On considère la fonction f définie par
f (x ) 
1  sin x
x  0,  f (x )  arctan x  x  x 3
1
 cos x   3
1)a) Montrer que f '(x )  3
; x  0; 
2(1  sin x )2
 2 a) Démontrer que : x  0,  f '(x )  x 4
b) Montrer que l’équation f (x )  x admet une
b) Déduire que x  0,  f (x )  x
5

 
solution unique  sur l’intervalle 0;  . arctan x  x
 2 c) Déterminer lim
x 0 x²
2  
c) Montrer que f '(x )  ; x  0;  .
2  2 Exercice 17
2. On considère la suite (U n ) définie par
 
On considère la fonction f définie sur  ;  par
UU 0
n 1
0
 f (U n ) ; n 
cos x
4 2

f (x ) 
      sin x
a) vérifier que f  0;    0;  et montrer que
 2   2   
1) Démontrer que x   ;  2  f '(x )  1
4 2

0 U n  ; n 
 
2 Déduire que a   ; 
4 2
2
b) Montrer que U n 1    Un   n      
  2a  sin a  cos a  sin a    a  sin a
2
2  4 
et déduire lim U n
n 

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 220


Exércices et problèmes

Exercice 18
𝑂 * + Exercice 23
Par
F et g deux fonctions continues sur [a ;b] et derivables
On sait d’apres le theoerme des accroissements finis sur ] [ telles que :

que pour tout a et b de* + on a :  [ ]

] [  ] [

1) Demontrer que c est unique 

√ ] [
Exercice 19 Exercice 24
Soit f une fonction deux fois derivables sur un Soient f et g deux fonctions derivables sur un intervalle

intervalle I et a et b deux elements de I demontrer que I et soient a et b deux element s de I tels que :

] [ Demontrer que ] [

Exercice 25
Exercice 20
Soit f une fonction continue sur [a;b] et derivable 3
Soit f une fonction trois fois derivables sur un
fois sur ] [ telle que :
intervalle I de IR soient a et b deux elements de I tels
] [
que demontrer qu’il existe c de ] [ tel que :
Demontrer que pour tout x de ] [ il existe

] [

Exercice 26
Soit f une fonction continue sur [a;b] et derivable sur
Exercice 21 ] [ telle que :
Soit f une fonction derivable sur un intervalle ouvert I
] [
Demontrer que si l’equation admet 4
Demontrer que
solutions alors l’eqiation admet trois
𝐼𝑅 ] [
solutions
Exercice 27
Exercice 22
Demontrer que
On considere la fonction f definie de [1 ;2] vers IR

par : ] [

Demontrer que ] [ :

Chapitre 6 : Théorème de Rolle et accroissements finis 221


Cours

Chapitre 7

Les équations différentiélles

Histoire

Le pendule isochrome. le probleme consiste à modifier le pendule standard pour rendre


La periode independante de l’amplitude.

Hugense (1673, horologium Oscillatorium) a l’idée de modifier le cercle du pendule


standard pour que laForce acceleratrice de devienne proportionnelle

à la longueur d’arc s.

Le mouvement du pendule serait alors décrit par 𝑠 𝐾𝑠 ,dont

les osciallations sont independantes de l’amplitude

(E.Hair et al,L’analyse au fil de l’Histoire,2000)

Chapitre 7 : Les équations diférentielles 222


Cours
I. L’equation deifferentielle de premier ordre
1) Equation differentielle 𝑦 𝑦 𝐼𝑅

Une équation de la forme 𝑦 𝑦 , où l’inconnue y est une fonction et est un réel , est appelée équation
différentielle linéaire du premier ordre coefficient constant . Résoudre dans IR une équation de la forme

𝑦 𝑦 c’est trouver toutes les fonction dérivables sur IR qui vérifie 𝑦 𝑦

Proprieté

Les solutions de l’équation différentielle 𝑦 𝑦 sont les fonctions définies et dérivables sur R telles que :
𝑦 avec 𝐼𝑅
𝑦 avec 𝐼𝑅 est appellé la solution generale de l’equation differentielle 𝑦 𝑦

Demonstation : 𝑦 𝑦,

y'
Soit  a  ln y  ax  k
y
 y  e ax  k  e k e ax
 y  Ce ax  e ax avec C réel positif non nul .

Exemlpes 𝑄 𝑄 𝑄 𝑄
1) La solution generale de l’equation differentielle
𝑄 ( )
𝑦 𝑦 est 𝑦 avec 𝐼𝑅
𝑄 𝑄
2) La demi-vie du polonium-218 est presque
𝑄 𝑄
exactement 3 minutes.

a) Quelle proportion de la quantité initiale restera-t- 𝑄


𝑄
il après 5 minutes?
Après 5 minutes, il reste environ 31,5% de la quantité
b) Combien de temps est-il nécessaire pour que
initiale.
99% du polonium-218 soit décomposé?
b) On cherche t pour que 𝑄 𝑄
On pose d'abord l'équation de la décomposition
𝑄 𝑄 𝑄
𝑄

On résout et on obtient . 𝑄 𝑄
Pour trouver la valeur de k, on utilise la condition
initiale sur la demi-vie : Ça prend donc près de 20 minutes pour que 99% du

𝑄 𝑄 𝑄 𝑄 polonium-218 se décompose.

Chapitre 7 : Les équations diférentielles 223


Cours
Application :

Resoudre les equations differentielle suivantes :𝑦 𝑦 𝑦 √ 𝑦 𝑦 𝑦

2) La solution particuliere de ED 𝑦 𝑦 qui verifier 𝑦 𝑦

Proprieté
Soit a un reel non nul .pour tous reels 𝑦 l’equation 𝑦 𝑦 admet une unique solution qui prend la valeur
𝑦 . C’est 𝑦 𝑦

Exemples
1) l’unique solution de l’eqaution differentielle 𝑦 𝑦 qui prend la valeur 3 en 2 est 𝑦
2) l’unique solution de l’equation differentielle 𝑦 𝑦 qui verifier la condition 𝑦 est
𝑦

Application :

1) Determiner la solution de l’eqation differentielle 𝑦 𝑦 qui prend la valeur -5 en 0

2) Determiner la solution de l’eqation differentielle 𝑦 𝑦 qui prend la valeur 5 en

3) L’equation differentielle 𝑦 𝑦

On determine la solution generale de l’equation differentielle 𝑦 𝑦

𝑦 𝑦 𝑦 (𝑦 )

(𝑦 ) (𝑦 )

𝑦 (𝑦 ) (𝑦 )

On sait que la solution generale de l’eqution differentielle est avec 𝐼𝑅

𝑦 𝑦

𝑦 𝑦 𝑦 𝐼𝑅

Chapitre 7 : Les équations diférentielles 224


Cours

Proprieté Soient a et b deux reels non nuls

𝑦 𝑦 𝑦 𝐼𝑅

Exemples 2) la solution generale de l’eqation 𝑦 𝑦


1) la solution generale de l’eqation 𝑦 𝑦 est
𝑦 𝐼𝑅
𝑦 𝐼𝑅

Application :

1) Determiner la solution generale de l’eqation differentielle 𝑦 𝑦

2) Determiner la solution de l’eqation differentielle 𝑦 𝑦 √ qui verifier 𝑦

II. L’equation differentielle de second ordre


1) L’equation differentielle 𝑦 𝑦 𝑦 𝐼𝑅

Soient a et b deuc reels. L’equation 𝑦 𝑦 𝑦 telle que l’incunnue est une fonction y deux fois derivables

sur IR (ou sur un intervalle I de IR) s’appelle l’equation differentielle de scond ordre.

Cas particuliers :

 Si : dans ce cas l’equation differentielle 𝑦 𝑦 𝑦 devient 𝑦

Donc la solution generale de cette equation est 𝑦 avec sont des reels

 Si : dans ce cas, l’equation differentielle 𝑦 𝑦 𝑦 devient 𝑦 𝑦

Equivaut à 𝑦 𝑦 𝐼𝑅 𝑦 𝑦 donc d’apres ce qui precede on obtient

𝑦 𝐼𝑅

 Si : donc l’equation differentielle 𝑦 𝑦 𝑦 devient 𝑦 𝑦 avec √

nous avons vu déjà la solution generale de cette equation differentielle c’est 𝑦 tels

𝐼𝑅 .

Chapitre 7 : Les équations diférentielles 225


Cours
2) Resolution de l’equation differentielle 𝑦 𝑦 𝑦

Théorème : Soit (E) une équation différentielle linéaire du second ordre de la forme : (E) : ay′′ + by′ + cy = 0

On appelle equation caractéristique de l’équation (E), l’equation défini par :

Soit ∆ le discriminant du l’equation caractéristique

Les solutions de l’équation (E) dépend du nombre de racines du l’equation caractéristique

• Si ∆ , l’equation caractéristique admet deux racines réelles , alors les solutions de (E) peuvent se

mettre sous la forme : 𝑦 𝐼𝑅

• Si ∆ , l’equation caractéristique admet une racine double , alors les solutions de (E) peuvent se mettre

sous la forme : 𝑦 𝐼𝑅

• Si ∆ , l’equation caractéristique admet deux racines complexes conjuguées ,

alors les solutions de (E) peuvent se mettre sous la forme : 𝑦 [ ] 𝐼𝑅

Exemple :

1) • Résoudre dans R : 2y′′ − 5y′ + 2y = 0

On calcule le discriminant du polynôme caractéristique : ∆ = 25 − 16 = 9.

• On obtient les solutions suivantes : 𝑦

2) soit m un nombre reel fixé. On rescute selon les valeurs de m les solutions de l’equation differentielle :

𝑦 𝑦 𝑦

L’equation caracteristique de ED est . On a ∆

• si alors ∆ et l’equation caractéristique une solution double c’est et par suite la solution generale

de l’equation 𝑦 𝐼𝑅

• si alors ∆ et l’equation caractéristique admet deux racines reels differents √ et

√ et par suite la solution generale de l’équation differentielle c’est :

( √ ) ( √ )
𝑦 𝐼𝑅

Chapitre 7 : Les équations diférentielles 226


Cours
• si alors ∆ et l’equation caractéristique admet deux racines complexes conjugués √ et

√ et par suite la solution generale de l’équation differentielle c’est :

𝑦 [ (√ ) √ ] 𝐼𝑅

Application

1) Resoudre les equations differentielles suivantes : 𝑦 𝑦 𝑦 y′′ − 2y = 0 ; y′′ − 4y′ + 3y = 0

y′′ + y′ + y = 0 ; y′′ + 4y′ − 5y = 0

2) Resoudre et Discuter selon les valeurs de m l’equation differentielle 𝑦 𝑦 𝑦

Remarque : soient 𝑦 𝑦

𝑦 𝑦 𝑦

𝑦 𝑦
Il existe une solution unique de l’equation verifie les conditions initiales suivantes :{
𝑦

Chapitre 7 : Les équations diférentielles 227


Exércices résolus
E
Exércice 1 Problèmes de mélanges On s’intéresse à la quantité q (t) d’une substance (sel, polluant,
drogue, etc.) présente dans un environnement (réservoir, lac, patient, etc.) en supposant que cette substance peut
être introduite dans l’environnement à un certain taux régulier (input) et qu’elle peut s’échapper de cet
environnement à un autre taux (output). Comme dq dt représente le taux de variation de cette quantité, il est
raisonnable de supposer qu’on

Considérons l’e