Vous êtes sur la page 1sur 11

1.

INTRODUCTION  :
- Les limites d’Atterberg sont des paramètres géotechniques destinés à identifier un sol et à
caractériser son état au moyen de son indice de consistance.

Définitions :

Limite de liquidité (Wl) : Teneur en eau d’un sol remanié au point de transition entre les
états liquide et plastique.

Limite de plasticité (Wp) : Teneur en eau d’un sol remanié au point de transition entre les
états plastique et solide

Indice de plasticité (Ip) : Différence entre les limites de liquidité et de plasticité. Cet indice
définit l’étendue du domaine plastique

2. But du TP  :
Le but de ce TP est de :

- permettre de prévoir le comportement des sols pendant les opérations de terrassement, en


particulier sous l'action des variations de teneur en eau.

- permettre aussi de faire une classification du sol.

3. Partie théorique
3.1 Les limites qui séparent ces états sont les Limites d’Atterberg

 Limite de liquidité wL.

 Limite de plasticité wP

 Limite de rétrécissement wR.

a. Limite de liquidité wL

Pour déterminer la limite de liquidité, on étend sur une coupelle une couche d’argile dans
laquelle on trace une rainure au moyen d’un instrument en forme de (voir figure 2). On
imprime à la coupelle des chocs semblables en comptant le nombre de chocs nécessaires
pour fermer la rainure sur 1cm, on mesure alors la teneur en eau de la pâte, bien entendu,
tout l’appareillage est rigoureusement normalisé. Par définition, la limite de liquidité wLest
la teneur en eau (exprimée en %)qui correspond à une fermeture en 25 chocs.

0 . 121
N
ω L= ω
25 ( )
N : nombre de coups.
ω : teneur d’eau initiale (qui se trouve dans l’échantillon humide) qui
est définit par la formule suivante:
ω=Ww/Ws

b. Limite de plasticité wP

Pour déterminer la de plasticité, on roule l’échantillon en forme de fuseau qu’on amincit


progressivement. La limite de plasticité wP est la teneur en eau du fuseau qui se brise en
petits tronçons de 1 à 2 cm de long au moment où son diamètre atteint 3mm .Il faut donc
réaliser des rouleaux de 3mm de diamètre sans pouvoir faire de rouleaux plus fins. On
exécute en général deux essais pour déterminer cette limite.

c. Limite de rétrécissement wR.

C’est la limite entre un état semi solide et un état solide.

ωR= ω-(Vi-Vd)*γw/Wd
Vi : Volume sec.
Vd: Volume humide.
Wd: Poids sec.
γw: Poids volumique d’eau.

3.2 Les indices déduisent par les limites d ‘Atterberg  :

a. Indice de plasticité :

L’indice de plasticité Ip est la différence entre la limite de liquidité et la limite de plasticité,


il mesure l’étendue du domaine de plasticité du sol. Il est exprimé par la relation suivante :

Ip= ωL- ωP

Ip: indice de plasticité

Cette notion d’indice de


plasticité a une grande
importance dans tous les
problèmes de
géotechnique routière.

b. Indice de
liquidité :
Sols IL= ω- ωLω
Limite de liquidité /IP Indice de plasticité Ip
L

Sable ωL<35 Ip<15

Limon 20 <ωL<60 15<Ip<25


Argile ωL>30 Ip>15

c. D ‘après ces limites on peut identifier et classer les sols à l’aide de  :

Abaque de plasticité de Casagrande:

Casagrande a donné une classification plus raffinée qui divise les sols cohérents en 8
grands groupes, l’équation de la droite est: Ip=0,73ωL -15. (Voir figure 3)

Figure 3

4. Les manipulations:
4.1 1ère manipulation (limite de liquidité) :

a. Objectif :
Le but de cet essai, c’est de déterminer la limite de liquidité pour un sol cohérent à
fin de le classer d’après le ‘Classement de Casagrande’, et pour donner une idée
approchée de sa compressibilité et sa résistance au charge.

b. Appareil et matériaux utilisés:


 Echantillon de sol sec ;
 une bouteille en plastique contenant de l’eau ;
 Outil à rainurer en forme d’un ‘V’ ;
 Appareil de Casagrande ;
 10 tares ;
 Un plat ;
 Un coteau ;
 Balance électronique de l’ordre ±0,0 1g ;
 L’étuve.
c. Mode opératoire:

 Prendre un échantillon du sol à étudier ,le maître dans un


plat, ensuite le bien mélangé avec une quantité d’eau
pour avoir une bonne gâche qui est proche de l’état
plastique ;

 On met dans la coupelle métallique de l’appareil de


Casagrande une certaine quantité de l’échantillon ;

 On trace une rainure au moyen d’un instrument en forme


de ‘V’ ;

 On actionne la machine, en gardant un œil sur l’ouverture


et un autre sur le compteur. On arrête la machine
uniquement si l’ouverture est fermée sur une longueur de
1cm.

 On prend 2 quantités, une de la rive gauche et une autre


de la rive droite de l’ouverture, et on les met dans deux
tares qu’on pèsera avant de les mettre dans l’étuve.

 Et enfin, on laisse les tares dans l’étuve pendant 24H pour


que les échantillons sèchent.

 On refait l’essai cinq fois.

4.2 2ème manipulation (limite de plasticité) :


a. Objectif  :

déterminer la limite de plasticité ωP .

b. Mode opérateur de l’essai:

 Prendre une certaine quantité de l’échantillon déjà utilisé pour déterminer la limite
de liquidité, et fabriquer des ficelles de longueur 10/15 cm, et de diamètre 3mm.

 On soulève de 2cm la ficelle au milieu :

1) Si elle se rompt, ça veut dire qu’elle est sèche et qu’on doit lui rajouter de l’eau.

2) S’il n y a pas de fissuration, ça veut dire qu’elle est trop humide ;

3) Et si des fissurations apparaissent sans qu’elle ne se rompt, ça veut dire que le


test est bon, et qu’on peut la pesé.

 Et enfin, on la met dans l’étuve pour une durée de24H pour avoir le poids sec.

 On refait l’essai trois fois.


6 APPAREIL ET MATERIAUX UTILISES  :
 Echantillon de sol sec
 Une bouteille en plastique contenant de l`eau
 Outil a rainurer en forme d`un V
 Appareil de casa-grande
 tares
 Un Plat
 Un Coteau
 Balance électronique
 L`étuve

a) Tableaux des resultats  :


b) limite de liquidité

a) 1 2 3 4

1 2 3 4 5 6 7 8
Poids de la 18 18 18 18 18 18 18 18
tare(Wt)

Poids tare + 23.8 24.8 27.3 29.9 23.9 29 28.7 31.4


humide (W1)

Poids tare+ 21.9 21.4 23.3 24.4 21.4 24.8 24.4 24.2
masse sec
(W2)

Pois humide 5.8 6.8 9.3 11.9 5.9 11 10.7 13.4


Wh

Pois masse sec 3.9 3.4 5.3 6.4 3.4 6.8 6.4 6.2
Ws

Teneur en eau 0.48 1 0.75 0.85 0.73 0.61 0.67 6.2

moyen (%) 45.95 52.45 49.55 54.34

Nombre de 24 28 30 31
coups
-Masse humide

Wh = W1 –Wt

-Masse sec :

Ws = W 2 – Wt

-Teneure en eau :

W = W w /Ws = Wh-Ws/Ws

-Teneur en eau moyen:

W moyen =( W1 + W2) /2

On reporte ces résultat sur le graphique-1-, la limite de Liquidité (wL) est la teneur en eau du
point droite représentative des résultats expérimentaux qui correspond à un nombre de 25
coups on trouve suivant le graphe -1- (voir papier millimétré).
ω L =%
Tableau suivant permet de comparer ce résultat avec celui que l’on obtient à l’aide de la
formule empirique.
0.121
N
w L =ω ( )
25
N N /25 ( N /25 )0 .121 ω% wL %

24 0.96 0.99 45.95 45.49


28 1.12 1.01 52.45 52.97
30 1.2 1.02 49.55 50.54
31 1.24 1.026 54.35 55.76

45.49+52.97+50.54 +55.766
ωL= =51.19 %
4

ω L =51.19 %

c) limite de plasticité

Limites limite de plasticité


Essai 1 2 3
Poids de la tare(Wt) 18 18 18
Poids totale humide
(W1) 20 21 20

Poids totale sec (W2) 19.4 20.2 19.4


Teneur en eau
W 1−W 2 42 36 45
ω= (%)
W 2−W t

moyen (%) 40.6%

ω p=40.6 %

d) Calcule de l’indice de l’indice de plasticité I p:


I p=ω L −ω p

I p=51.19−40.6=10.59 %

I p=10.59 %

Presque égaux

5. Conclusion  :
Le graphe -1- n’est pas une droite alors on a des faut résultat a
cause car on a pas bien manipuler au niveau de l’laboratoire
On va prend les résultat d’autre groupe .

Vous aimerez peut-être aussi