Vous êtes sur la page 1sur 3

Université Laarbi Tbessi - Tébessa

Faculté de lettres et des langues

Département de langue et littérature française

Niveau : Master 1 . Littérature Générale et comparée

Module : Littérature comprée

Enséignant: Rachid Rais Mail: raisra@gmail.com

-----------------------------------------------------------------------------------------

COURS ---- Mardi 08/08/ 2020

Bonjour tout le monde ‫السالم عليكم‬

J'espère que vous allez bien .

-------------------------------------------------------------

Relations littéraires internationales ou Les domaines de recherche


en littérature comparée ( II)

L’Imagologie
Imagologie = image + logie = science de l’image

Le mot, crée au xxe siecle ,est d’abord utilisé par les psychologues. D’après la
théorie psychanalytique l’imago est le prototype inconscient acquis dans
l’enfance par le sujet. On parle ainsi d’imago paternelle ou maternelle. Puis,
l’imagologie va dériver vers la psychologie des peuples . Le mot fait ensuite
fortune dans les études littéraires et cela grâce à des recherches de la
représentation de l’étranger dans la littérature. ( J.M.Moura – (D.I.T.L)

L’Imagologie est un domaine de recherche relativement récent en littérature


comparée. Il remonte à 1930 d’après Brunel, Rousseau , et Pichois dans leur
livre « Qu’est ce que la littérature comparée » et cela grâce à la thèse de
Georges Ascoli , intitulée « La grande- Bretagne devant l’opinion française au
XVII éme siècle » . Toutefois, il a fallu attendre 1967 pour que ce domaine soit
boosté par Michel Cadot avec sa thèse « L’Image de la Russie dans la vie
intellectuelle française ( 1839-1856).

Marius François Guyard consacre le dernier chapitre de son livre « La


littérature comparée » ( 1951) au thème de l’image de l’autre ‘ L’étranger tel
qu’on le voit’

l’imagologie est l’étude des représentations individuelles ou collectives de


l’autre dans la littérature. Chaque pays , chaque nation, chaque culture possède
une image des autres ou entrent beaucoup d’éléments, intellectuels et affectifs,
objectifs ou subjectifs. Aucune personne ne voit les autres à leur juste valeur et
aucun pays ne voit les autres comme ils sont réellement. On voit un pays comme
on voit une femme qu’on aime ou qu’on hait, disait Malraux.

L’imagologie cherche à étudier comment ces images ; leur structure et leur


origine influent par exemple sur la compréhension entre les peuples, comment
elles sont aussi à la base des racismes et de toutes les théories plus extravagantes
les unes que les autres cherchant à classifier les hommes, comme elle cherche à
étudier les causes et les sources des malentendus entre les pays et les peuples.
Sylvaine Marandon, disait dans sa thèse, intitulée : « L’Image de la France dans
la conscience anglaise 1848-1900 » que ce genre d’étude sert surtout à
désinfecter l’image de l’autre.

Si la littérature comparée a bien entre autres objectifs singuliers celui d’étudier


la part d’étranger dans une œuvre, dans les lettres ou dans une culture, alors
l’idée même de l’altérité est au cœur des préoccupations comparatistes et la
représentation de l’étranger un des phénomènes les plus pertinents à étudier.

L’image de l’autre est souvent spéculaire est fondée sur, non pas des vérités
dans la plupart des cas, mais sur des clichés, sur des préjugés et des à priori
comme elle est souvent stéréotypée.

Le cliché
la notion de cliché à travers le temps repose sur trois principales nuances. Il
faut d’abord considérer les préjugés que peuvent avoir un peuple sur un autre
peuple, comme ce fut le cas des Romains qualifiant de barbares les sociétés
étrangères. Il peut aussi être question des stéréotypes portés au sein d’une
société sur d’autres membres de cette même société (profession, genre, classe
sociale, etc.). Enfin, il semble important de s’interroger sur les clichés
développés par une époque au sujet d’une autre période historique.

L’époque coloniale a développé plusieurs clichés relatifs aux colonisé et au


colonisateur. Le premier est souvent primitif, enfantin et sauvage à la fois,
menteur ,voleur, irrationnel, sans voix sans avenir… le deuxième est civilisé
adulte réfléchi, rationnel, décideur . Lui seul à la droit de s’exprimer et projeter
l’avenir.

On peut dire que le clichés appartient au fonctionnement de la pensée. Les


images que nous portons en nous , sont comme les concepts qui dirigent nos
perceptions et nos réflexions. Ce qui engendre tout le malentendu entre les
cultures et les civilisations, entre les religions et les races.

Le comparatiste, en étudiant les images que portent les nations et leurs cultures
sur les autres ,il essaye de désinfecter ces images dans un seul but : rapprocher
les nations.