Vous êtes sur la page 1sur 93

1

   
 
INTRODUCTION  

La  vie  chrétienne  de  nos  jours,  comme  nous  pouvons  constater,  a  tendance  à  reculer  
dans   la   société   moderne,   surtout   en   Europe.   Cela   entraine   en   même   temps   la   disparition   de  
diverse   dévotion,   dont   la   dévotion   au   Sacré-­‐Cœur.   Si   la   dévotion   mariale   attire   encore  
beaucoup  de  pratiquants,  de  pèlerinages,    la  dévotion  au  Sacré-­‐Cœur  semble  être  oubliée  au  
sein   même   de   l’Église.   C’est   de   même   pour   Dehon,   prêtre,   fondateur   d’une   Congrégation  
religieuse  et  un  fervent  dévot  du  Sacré-­‐Cœur.  Qui  connait  son  nom  sinon  les  membres  de  sa  
Congrégation  ?  

Les   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   sont   considérées   comme   une   des   œuvres  
majeures  de  la  spiritualité  de  Dehon.  Ces  œuvres  ont  été  publiées  en  1905  chez  Casterman  
en  trois  petits  volumes.      La  plus  récente  édition  a  été  publiée  en  2015  en  format  de  poche  
par   Éditions   SCJ   Clairefontaine.   Cette   Triple   Couronne   exprime   non   pas   seulement   la  
dévotion  au  Sacré-­‐Cœur  de  Dehon,  mais  aussi  les  caractères  de  sa  personnalité.  

Les  dix  dernières  années  du  XIXe   siècle  sont  une  période  d’une  intense  activité  sociale  
de  Dehon.  Beaucoup  de  ses  compagnons  lui  reprochent  cette  excessive  activité  sociale.    Cela  
a  conduit  à  une  crise  en  1896    au  sein  de  la  nouvelle  Congrégation  au  risque  de  la  division.  
Car   il   y   a,   à   ce   moment,   deux   tendances   dans   la   congrégation  :   l’un   penche   vers   la   vie  
contemplative,   l’autre   vers   la   vie   apostolique.   Les   activités   du   Père   Dehon   montrent  
clairement  ses  dispositions  dans  les  activités  sociales.  

Dehon   est   né   à   l’époque   et   dans   une   région   où   l’industrie   commence   à   se   développer.  


La   condition   aisée   de   sa   famille   lui   a   donné   des   moyens   pour   étudier,   voyager   et   pour  
s’informer  des  tendances  et  des  mœurs  dans  la  société.  En  effet,  Dehon  aime  beaucoup  les  
voyages   qui   lui   ont   apporté   sans   doute   une   bonne   vue   sur   le   monde   à   son   époque.   Nous   ne  
rentrons  pas,  pour  ce  travail,  dans  les  détails  des  activités  sociales  de  Dehon,  mais  c’est  dans  
cette  perspective  que  nous  comprenons  mieux  l’enjeu  de  ses  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐
Cœur.    

Les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur  de  Dehon  sont  comme  une  sorte  de  traité  pour  
la  vie  intérieure:  la  vie  d’union  au  Christ  par  amour.  Car  toutes  les  méditations  dans  ces  trois  
petits  livres  se  tournent  autour  de  la  vie  de  Jésus  :  Le  premier  contient  des  méditations  sur  

2  
 
l’Incarnation,   vie   cachée   et   vie   apostolique     de   Jésus;   le   deuxième   sur   la   Passion  ;   et   le  
troisième   sur   l’Eucharistie.   A   travers   les   méditations   sur   la   vie   de   Jésus,   Dehon   essaye   à  
comprendre  la  charité  divine  et  humaine  dont  le  foyer  est  le  Cœur  de  Jésus.  La  connaissance  
de  cet  Amour  de  Jésus  deviendra  ainsi  une  dynamique,  un  modèle  pour  construire  un  style  
de  vie  :  la  vie  d’amour  et  de  sacrifice.  

Il  y  a  eu  des  reproches  envers  le  Père  Dehon  d’avoir  trop  répandu  «  en  dehors  ».  Ses  
Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   montrent   que   Dehon   ne   consacre   pas   seulement   le  
temps   pour   la   vie   extérieure   en   oubliant   la   vie   intérieure.   Cette   Triple   Couronne   justifie,  
d’une  certaine  manière,  la  profondeur  de  sa  vie  intérieure.  L’époque  de  Dehon  est  en  effet  
une   époque   où     les   exercices   religieux   se   concentrent   surtout   sur   l’apparence,   sur   le   côté  
extérieur.  «  Les  chrétiens  eux-­‐mêmes  ne  savent  plus  guère  ce  que  c’est  que  de  vivre  par  le  
dedans.  […]     Les   œuvres   et   les   dévotions   se   multiplient,   tandis   que   le   principe   qui   en   fait  
toute   la   valeur   aux   yeux   de   Dieu   décroit1  ».   Pour   Dehon,   ce   principe   intérieur   est   la   vie  
d’union  au  Christ.  Pour  cela  il  faut  retourner  à  l’Évangile.    

La  méditation  de  l’Évangile  joue  un  rôle  important  pour  la  vie  intérieure  et  l’apostolat  
de   Dehon.   Pour   connaitre   Jésus   et   pour   l’aimer,   deux   principes   de   l’union   avec   Dieu   et   de  
notre   salut,   il   faut   méditer   l’Évangile.   Nous   y   trouverons   l’amour   de   Jésus   qui   transforme,  
grâce  à  son  Esprit,    nos  actes  en  acte  de  charité.  Ainsi,  à  travers  nous,  la  société  aura  plus  de  
justice   et   d’amour.   Ces   transformations,   intérieures   et   extérieures,   ne   sont-­‐elles   pas   une  
sorte  de  révolution?  Une  révolution  qui  n’est  pas  faite  par  la  voie  de  violence,  mais  par  une  
voie   douce   qui   commence   par   la   méditation   de   l’Évangile.   C’est   cette   transformation  
intérieure  en  orientant  vers  l’extérieur  qui  fait  toute  valeur  des  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐
Cœur  de  Dehon.  

Dans   ses   méditations,   Dehon   n’a   pas   abordé   les   sens   de   l’Écriture,   dont   selon   la  
tradition  il  en  y  a  quatre:  historique,  allégorique,  tropologique,  et  anagogique.  L’important  
pour   Dehon   est   de   trouver   les   affections   qui   découlent   en   méditant   surtout   sur   la   vie   de  
Jésus.   Quand   il   y   a   quelques   choses   qui   nous   touchent,   nous   pouvons   arrêter   pour   les  
contempler.   Nous   pouvons   rappeler   ces   impressions   plusieurs   fois   durant   la   journée.   Ainsi  
nous   pouvons   vivre   dans   la   présence   constante   avec   Dieu   en   union   au   Christ   par   l’Esprit.  

                                                                                                                       
1
 M.  HOUSSAGE,  M.  de  Bérulle  et  les  carmélites  de  France,  Paris,  Henri  Plon,  1872,  p.43  

3  
 
Dans   cette   perspective,   les   sens   de   l’Écriture,   pour   Dehon,   se   résument   dans   le   Cœur   de  
Jésus.  Comprendre  Jésus  est  comprendre  les  sens  de  l’Écriture,  car  c’est  son  Esprit  lui-­‐même  
qui  nous  éclaire.  

Plus   que   certains   autres   auteurs   de   son   époque,   Dehon   cite   l’Écriture   presque   dans  
tous  les  pages  de  ses  œuvres  spirituelles.  Nous  prenons  comme  par  exemple,  le  Manuel  de  
piété   à   l’usage   des   élèves   du   Sacré-­‐Cœur   de   M.   Le   BAILLIF,   un   chanoine   à   Mans.   C’est   une  
œuvre   que   Dehon   considère   comme   un   des   maîtres   ascétiques.   Comme   indique   son   titre,  
c’est   une   œuvre   de   piété   pour   la   dévotion   au   Sacré-­‐Cœur,   et   pourtant   l’Écriture   est   très   peu  
cité.  La  dévotion  que  montre  cette  œuvre  se  limite  plutôt  dans  des  répétions  cultuelles.    

Les   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   de   Dehon   sont   comme   une   relecture   de  


l’Évangile  à  la  lumière  de  la  dévotion  du  Sacré-­‐Cœur.  Nous    ne  le  lisons  pas  simplement,  mais  
nous  le  méditons  pour  connaitre  et  aimer  Jésus.  Car  le  mystère  du  Cœur  de  Jésus  est  caché  
sous  chaque  lettre  de  l’Évangile.  Plus  nous  pénétrons  dans  la  profondeur  de  ce  Cœur,  plus  
nous  sommes  éclairés  pour  comprendre  des  mystères  de  Dieu.    

Avec  un  caractère  un  peu  hésitant,  Dehon  attend  souvent  des  signes  de  la  Providence  
divine   pour   mieux   discerner   ce   qui   est   la   volonté   de   Dieu   et   pour   bien   décider   ce   qu’il   lui  
arrive.   Ce   caractère   hésitant   vient-­‐il   de   l’environnement   où   Dehon   a   grandi  ?   La   mère   de  
Dehon   est   une   femme   fervente   dans   la   foi   chrétienne.   Elle   lui   a   donné   beaucoup  
d’attentions   et   d’affections.   Ce   n’était   pas   le   cas   avec   son   père   qui   est   un   bon   homme,   mais  
qui  le  comprend  très  peu  en  lui  opposant  souvent  dans  ses  orientations.  

Après  le  collège  d’  Hazebrouck,  dans  le  Nord  de  la  France,    et  la  formation  de  droit  à  
Paris,  Dehon  va  à  Rome  pour  poursuivre  sa  vocation  sacerdotale.  C’est  à  Rome  que  Dehon  se  
met  vraiment  aux  exercices  de  la  méditation  à  travers  les  écrits  des  grands  maîtres  de  l’École  
française   de   spiritualité.   La   vie   d’union   au   Christ   par   la   méditation   des   mystères   du   Verbe  
incarné,   que   Dehon   a   appris   de   cette   École,   devient   fondamentale   pour   sa   vie   intérieure.  
Suivant  la  méthode  de  François  Libermann  (1802-­‐1852),  Dehon  s’adonne  à  des  méditations  
des  mystères  de  Jésus  pour  s’unir  avec  Lui.  Et  en  union  avec  Jésus,  l’homme  se  sent  aussi  des  
impressions  de  joie,    de  douleur  ou  de  compassion  selon  les  mystères  qu’on  médite.  

4  
 
Cette   vie   d’union   au   Christ   l’a   aidé   sans   doute,   d’une   certaine   manière,   à   surpasser   les  
difficultés   et   les   épreuves   qui   surviennent   pendant   sa   vie   de   prêtre   à   Saint-­‐Quentin,   et  
surtout  au  début  de  la  Congrégation  des  Prêtres  du  Sacré-­‐Cœur  qu’il  a  fondée  lui-­‐même  en  
1878.  

À  cause  de  sa  croyance  trop  facile  aux  «  faits  merveilleux  »  et  à  la  Providence  divine,  
Dehon     a   eu   parfois   des   reproches.   Il   se   sent   ainsi   consolé   en   lisant   un   passage   de   saint  
Alphonse   de   Liguori   (1696-­‐1787),   fondateur   des   Rédemptoristes  :   «  Je   préfèrerais   toujours  
me  tromper  en  croyant  trop  facilement  à  des  faits  de  miracles  et  d’extase,  plutôt  qu’en  n’y  
croyant   pas.   Parce   que   la   foi   ouvre   large   le   cœur   à   l’amour   divin,   tandis   que   la   prudence  
humaine   habituellement   le   rétrécit2  ».   Chercher   une   voie   pour   entrer   et   laisser   entrer  
l’amour   divin   est,   pour   Dehon,   une   voie   la   plus   rapide   et   facile   pour   s’unir   à   Dieu.   C’est   pour  
cela  que  peuvent  servir  les  méditations  dans  ses  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

Après  avoir  fait  la  présentation,  d’une  manière  générale,  de  la  vie  de  Dehon  et  de  ses  
Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   dans   le   premier   chapitre,   nous   reprenons,   dans   le  
deuxième   chapitre,   l’essentiel   des   méditations   de   cette   Triple  Couronne.  Celle-­‐ci   commence  
normalement  par  les  méditations  sur  l’Incarnation  de  Jésus  le  Christ,  sur  sa  vie  cachée,  sa  vie  
apostolique,  ensuite  sur  sa  Passion,  et  enfin  elle  termine  sur  l’Eucharistie.  Ce  travail  présente  
plutôt   un   parcours   historique   de   la   vie   de   Jésus.   Regarder   Jésus   à   travers   l’Évangile,   telle   est  
la  première  disposition  de  la  dévotion  du  Cœur  de  Jésus.  C’est  de  ce  regard  vers  Jésus,  son  
attitude  intérieure,  que  découle  toutes  les  dispositions  que  nous  voulons  présenter  dans  le  
troisième  chapitre.  C’est  comme  si  l’on  devient  ce  qu’on  regarde.  

Nous   présentons,   dans   ce   deuxième   chapitre,   non   pas   d’abord   des   méditations   sur  
l’Incarnation  de  Jésus,  mais  sur  l’Eucharistie.  D’abord  les  méditations  doivent  se  développer  
autour  de  l’Eucharistie.  Car  si  celle-­‐ci  vient  à  manquer,  les  méditations  deviennent  vides  de  
sens.   En   plus,   l’Eucharistie   est,   pour   Dehon,   une   continuation   de   l’Incarnation   en   chaque  
fidèle  chrétien.  Dans  ce  sens,  la  vie  cachée,  la  vie  apostolique  de  Jésus,  que  nous  présentons  
dans   la   suite,   pourront   être   la   vie   des   fidèles,   ou   plutôt   de   Jésus   en   chaque   chrétien.  

                                                                                                                       
2
  A.   PERROUX,   Le   témoignage   d’une   vie,   le   père   Jean-­‐Léon   Dehon   (1843-­‐1925),   Rome,   Centro   Generale  
Studi  SCJ,  coll.  «  Studia  Dehoniana  »,  59,  2014,  p.438.  

5  
 
L’expérience  de  cette  continuation  de  l’Incarnation  peut  être  considérée  aussi  comme  une  
expérience  du  mystère  pascal.  

 Le  centre  des  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur  sera  les  méditations  sur  la  Passion  de  
Jésus.  C’est    le  sommet  de  l’expression  de  la  charité  de  Jésus  Christ.  C’est  par  sa  Vie,  sa  Mort  
et  sa  Résurrection  que  fondent  la  foi  et  l’espérance  pour  les  fidèles.  Pour  Dehon,  il  n’y  a  rien  
de  meilleure  pour  procurer  des  affections  que  de  méditer  le  mystère  du  Calvaire  de  Jésus.    

L’Incarnation   n’est   pas   seulement   un   moyen   pour   opérer   la   Rédemption.     Jésus   est  
venu  aussi  pour  allumer  le  feu  de  la  charité  sur  la  terre  (cf.  Lc  12,49).  Par  l’Eucharistie,  il  veut  
encore   transmettre   mystérieusement   ce   feu   à   ceux   qui   le   désirent.   Car   pour   Dehon,   tous   les  
mystères  de  l’amour  de  Jésus  est  résumé  dans  l’Eucharistie,  le  «  sacrement  d’amour  ».  Par  
l’Incarnation,  Dieu  a  donné  à  l’homme  tous  les  dons  dont  le  plus  précieux  est  la  déification.  
Tous  ces  dons  se  trouvent  aussi  dans  l’Eucharistie.  

Jésus  passe  la  plupart  de  son  temps  dans  une  vie  humble  et  pauvre  à  Nazareth.  Pour  
Dehon,   cette   vie   cachée   de   Jésus   nous   enseigne   la   vie   de   prière,   d’oraison   en   communion  
constante  avec  Dieu  par  les  souvenirs  de  ses  bienfaits,  de  sa  présence,  de  son  amour.  C’est  
peut-­‐être  facile  pour  des  contemplatifs  de  vivre  cette  vie  cachée  en  Dieu,  mais  ce  n’est  pas  si  
évident  pour  des  apostoliques  avec  tant  d’activités  comme  Dehon.  Cela  demande  d’un  grand  
effort,  mais  aussi  des  grâces.    

En  regardant  la  vie  de  Jésus,  Dehon  voit  les  aspects  que  le  concile  Vatican  II  appelle  les  
trois  fonctions  baptismales  des  chrétiens,  en  particulier  pour  les  évêques  :  l’enseignement,  la  
sanctification  et  le  gouvernement.  À  la  différence  de  Vatican  II,  Dehon  voit  ces  aspects  plutôt  
dans   le   côté   pratique   pour   chaque   chrétien,   et   surtout   pour   les   dévots   du   Cœur   de   Jésus.   Le  
monde   a   changé.   Il   ne   suffit   plus   d’enseigner   autour   de   la   table   eucharistique.   Il   est  
nécessaire   ainsi   d’engager   dans   les   enseignements   sociaux   au   sein   du   peuple.   Devant   une  
société  en  discorde,  qu’est  ce  que  le  peuple  a  besoin  sinon  de  justice  et  de  la  charité,  deux  
exigences  de  la  dévotion  du  Cœur  de  Jésus  ?  Ramener  le  peuple  à  la  charité  du  Christ  est  le  
meilleur  moyen  de  la  sanctification  dans  l’Église.  Cette  charité  presse  les  chrétiens  à  prendre  
soin   non   seulement   du   bien   spirituel   du   peuple,   mais   aussi   de   leur   bien   matériel,   comme   un  
bon   Pasteur   prend   soin   de   ses   brebis   (cf.   Jn   10,11).   Par   ses   soins,   les   dévots   se   mettent   à  

6  
 
combattre   pour   la   justice   que   le   peuple   en   a   le   droit   dans   leur   société,   comme   Jésus   se  
donne  lui-­‐même  jusqu’à  la  mort  par  amour  et  pour  le  bonheur  des  hommes.  

La  mort  de  Jésus  sur  la  Croix  est  le  plus  grand  signe  de  son  amour  pour  l’humanité,  car  
il  n’y  a  pas  de  plus  grand  amour  que  de  donner  sa  vie  pour  ses  amis  (Jn  15,13).  Dieu  le  Père  a  
prévu   cette   mort   douloureuse   pour   le   Fils,   mais   salutaire   pour   les   hommes,   dès   le  
commencement   de   la   Création.   Par   son   oblation   par   amour,   le   Fils   a   prononcé   son   Ecce  
Venio  –  Voici  je  viens,  préfiguré  dans  le  psaume  quarante  (40,7)  et  exprimé  dans  la  Lettre  aux  
hébreux   (10,7).   Cela   l’a   conduit   à   son   Ecce   homo   (Jn   19,5),   l’homme   de   douleur   qui   a   subi  
tant  de  souffrances  dans  sa  Passion.    

Sur   ce   Calvaire,   il   semble   que   Jésus   est   abandonné   par   son   peuple   et   par   son   Père.  
Dans  l’extrémité  de  la  souffrance,  Jésus  a  prononcé  son  abandon  à  la  Providence  divine  par  
un   cri   de   la   confiance   et   de   la   foi  :   Père,   je   remets   mon   esprit   entre   vos   mains   (Lc   23,46).   Cet  
acte  abandon  de  Jésus  est  le  fondement  et  le  modèle  de  l’attitude  d’abandon  de  Dehon  dans  
sa  vie.  Non  pas  comme  Jésus,  mais  Dehon  a  subi  aussi  beaucoup  de  souffrance.  La  fragilité  
de   sa   santé   l’a   causé   souvent     des   souffrances   physiques.     C’est   surtout   les   souffrances  
spirituelles  qui  pèsent  dans  la  vie  de  Dehon  :  la  relation  difficile  et  l’incompréhension  de  son  
père,  les  années  de  guerre,  la  suppression  de  sa  Congrégation  par  Rome,  la  confiscation  de  
ses  biens  par  l’État,  etc.  Après  tout,  Dieu,  entre  vos  mains,  je  remets  mon  esprit  (Lc  23,46).  
Cet   abandon   ne   veut   pas   dire   le   découragement   en   conscience   des   limites   des   hommes,  
mais  une  dynamique  qui  se  construit  sur  la  foi  et  la  confiance  en  Dieu.  

Le  côté  de  Jésus  est  ouvert  après  sa  mort  sur  la  Croix.  Cette  ouverture  du  côté  de  Jésus  
est  encore  son  surcroit  d’amour.    C’est  pour  nous  montrer  son  Cœur  et  pour  nous  indiquer  
une  «  voie  nouvelle  »,  la  voie  d’amour  pour  le  dévot  du  Cœur  de  Jésus.  Pour  bien  marcher  
dans  cette  voie,  il  faut  regarder  et  méditer  la  vie  de  Jésus  dans  l’Évangile.  Par  des  affections  
qui   viennent   de   l’union   avec   Jésus,   son   Esprit   peut   communiquer   des   indications   et   de   sa  
volonté.   «  Seigneur,   que   voulez-­‐vous   que   je   fasse  ?   (cf.   Ac   22,10)  »   est   la   devise   de   Dehon  
pour  les  combats  spirituels.  Cette  question  exprime  aussi  le  côté  actif,  plein  d’espérance  de  
l’abandon  dehonien.  

Seigneur,   que   voulez-­‐vous   que   je   fasse  ?   Pour   pouvoir   trouver   la   réponse   à   cette  
question,  il  faut  se  mettre  dans  un  état  constant  de  prière,  car  sans  cesse  nous  avons  besoin  

7  
 
du  secours  de  Dieu.  C’est  grâce  à  la  vie  d’oraison  qu’on  parvient,  pour  Dehon,  au  Règne  du  
Cœur  de  Jésus  dans  l’âme.  C’est-­‐à-­‐dire  de  nous  mettre  dans  l’amour  de  Dieu,  ou  plutôt    de  
laisser  entrer  l’amour  de  Dieu  en  nous.  Ainsi  tous  nos  actes  seront  faits  sous  influence  de  son  
Esprit.   Demeurer   dans   cet   amour   ne   signifie   pas   que   nous   devons   rester   toujours   dans   la   vie  
contemplative.   Il   nous   faut,   pour   les   dévots   du   Cœur   de   Jésus,   s’engager   pour   établir   le  
Règne  du  Cœur  de  Jésus  dans  la  société.  Ce  Règne  est  un  règne  de  justice,  de  charité  et  de  
paix   dans   la   société.   Ces   engagements   commencent   d’abord   par   bien   faire   des   petites  
choses   dans   la   vie   quotidienne   selon   les   états   de   chacun.   C’est   bien   assumer   sa  
responsabilité  de  chrétien,  de  père,  de  mère  ou  des  enfants  dans  la  famille,  de  professeur  ou  
d’étudiant   à   l’université,   etc.   Chaque   petite   chose,   si   elle   est   faite   pour   la   gloire   de   Dieu,   est  
agréable  à  Dieu.  Ce  sont  des  sacrifices  par  des  petits  feux  (d’amour).  Ce  n’est  pas  tout,  ces  
engagements  doivent  s’exprimer  aussi  dans  des  attentions  à  ceux  qui  nous  entourent,  tant    
pour  des  petites  choses  que  pour  le  combat  contre  l’injustice  dans  la  société.  

Seigneur,   que   voulez-­‐vous   que   je   fasse  ?   Ce   n’est   pas   facile   pour   trouver   la   réponse.  
Quand  il  s’agit  d’une  réponse  qui  vient  de  l’intérieur,  dans  le  cœur  de  chacun,  c’est  encore  
plus   difficile.   Car   comment   savons   nous   que   «  les   douces   inspirations   de   la   grâce  »   dans  
notre   intérieur   viennent   de   la   volonté   de   Dieu  ?   C’est   peut-­‐être   aussi   notre   propre  
imagination  poussée  par  nos  désirs.  C’est  la  raison  pour  laquelle,  avoir  une  bonne  méthode  
pour  les  exercices  de  la  méditation,  à  travers  lesquelles  nous  pouvons  recevoir    ces  «  douces  
inspirations  de  la  grâce  »,  semble  nécessaire.  

Cette  méthode  commence  par  la  considération  des  bienfaits  de  Dieu  qui  nous  invite  à  
la  confiance  et  à  la  foi  en  lui.  Pour  cela  il  faut  détacher  des  créatures  pour  ne  considérer  que  
Dieu.  Car  en  s’attachant  à  soi-­‐même  et  aux  créatures,  c’est  difficile  pour  l’homme  d’ouvrir  
son   cœur   à   Dieu.   Cela   ne   signifie   pas   de   rejeter   le   monde   ici-­‐bas,   mais   de   l’orienter   vers  
Dieu.  Les  détachements  peuvent  nous  mettre  ainsi  facilement  dans  un  état  d’accueil  qui  est  
comme  une  toile  blanche  où  l’artiste  peut  dessiner  comme  il  a  envie.  Cet  artiste  est  l’Esprit  
de  Jésus  en  chacun  de  nous.  Notre  cœur  est  ainsi  imprimé,  par  cet  Esprit,  l’image  du  Cœur  
de  Jésus.  Dès    lors  ce  n’est  plus  nous    qui  vivons,  c’est  le  Cœur  de  Jésus  qui  vit  en  nous  (cf.  Ga  
2,20).  Tel  est  le  but  ultime  des  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur  de  Dehon.  

8  
 
CHAPITRE  I  

LÉON  DEHON  ET  LES  COURONNES  D’AMOUR  AU  SACRÉ-­‐CŒUR  

I. Léon  Dehon,  l’homme  religieux.  


 
1. Sa  famille,  son  enfance,  ses  études  à  Paris  et  sa  formation  à  Rome.  

Léon   Gustave   Dehon   est   né   en   1843,   dans   une   famille   bourgeoise   paysanne   à   La  
Capelle,  dans  l’Aisne.  Son  père  Alexandre  Jules  Dehon  (1814-­‐1882)  est  assez  indifférent  à  la  
religion.  Il  a  pourtant  une  grande  qualité  humaine.  Sa  mère,  Stéphanie  Vandelet  (1812-­‐1883)  
est   enracinée   dans   la   vie   chrétienne.   Elle   a   en   effet   envisagé   la   vie   religieuse,   mais   le   service  
de  sa  mère  malade  lui  a  fait  changer  de  direction.  Stéphanie  continue  pourtant  à  pratiquer  
diverses   dévotions,   en   particulier   envers   le   Sacré-­‐Cœur   de   Jésus,   la   Vierge   Marie   et   aussi   les  
saints.      

Léon  Dehon  a  une  santé  assez  fragile.  A  quatre  ans,  il  est  atteint  une  fièvre  cérébrale  si  
grave   que   sa   mère   pensait   le   perdre.   Cette   fragilité   et   cette   souffrance   ne   durent   pas  
seulement  pendant  son  enfance,  mais  tout  au  long  de  sa  vie.  Dehon  considère  pourtant  ses  
souffrances  comme  un  moyen  de  faire  des  pénitences  que  Dieu  a  envoyées  pour  purifier  son  
âme   3  ».   Ceci   explique   aussi   des   «  mortifications  »   dont   Dehon   parle   souvent   dans   ses  
Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur  :  ce  n’est  pas  un  acte  à  rechercher,  mais  à  bien  assumer  
quand  cela  arrive.  

A  la  fin  du  primaire,  Léon  Dehon  est  envoyé  au  collège  d’Hazebrouck.  Ce  sera    pour  lui,  
«  quatre   années   de   grandes   grâces  ».   Car   c’est   pendant   cette   période   que   Léon   a   senti   sa  
vocation,   sa   «  conversion  »   dans   la   nuit   de   Noël   en   1856.   Devant   la   crèche,   Léon   Dehon   a  
senti  «  une  des  plus  fortes  impressions4  »  de  sa  vie  pour  se  donner  à  Dieu.  

Après   avoir   passé   son   baccalauréat   en   1859,   Léon   Dehon   présente   son   intention  
sacerdotale   à   ses   parents.   Son   père   s’oppose   au   choix   de   son   fils,   pour   qui   il   espère   une  
haute  position  dans  la  société.  Ce  conflit  d’idées  a  assombri  leur  relation  qui  ne  se  guérit  que  
petit   à   petit.   Devant   cette   incompréhension   de   son   père,   Léon   va   à   Paris,   en   cette   même  
                                                                                                                       
3
 A.  PERROUX,  Le  témoignage  d’une  vie,  le  père  Jean-­‐Léon  Dehon  (1843-­‐1925),  p.173.  
4
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  1,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd,  p.32.  

9  
 
année,  faire  des  études  de  droit  au  lieu  d’entrer  au  séminaire  de  Saint  Sulpice  comme  il  avait  
envisagé.    

En  dehors  de  ses  études  à  Paris,  Léon  Dehon  s’engage  dans  des  œuvres  de  la  paroisse  
de  Saint  Sulpice  comme  catéchiste.    Il  y  découvre  pendant  cette  période  l’esprit  de  M.  Olier  
(1608-­‐1657),   fondateur   du   Séminaire   de   Saint-­‐Sulpice,   une   des   grandes   figures   de   L’École  
française   de   spiritualité5.   Léon   Dehon   participe   en   même   temps   au   Cercle   catholique   des  
étudiants,  la  Conférence  de  Saint  Vincent  de  Paul  et  le  Tiers-­‐Ordre  de  saint  François.  Ce  sont  
des  occasions  pour  Léon  Dehon  de  se  faire  des  amis,  de  découvrir  des  problèmes  sociaux  tels  
que  la  pauvreté  ou    la  haine  sociale.  

Léon   Dehon   a   passé   son   doctorat   en   droit   en   1864.   Il   rappelle   à   ses   parents   son   projet  
de   vocation   ecclésiastique.   Son   père   n’accepte   toujours   pas   le   choix   du   fils.   L’atmosphère  
familiale   devient   pénible.   Pour   en   sortir,   selon   la   proposition   d’un   ami   de   Léon,   Alexandre  
Dehon   est   d’accord   de   fournir   les   moyens   de   faire   un   grand   voyage   à   travers   le   Proche  
Orient.   Ce   voyage   de   dix   mois   amène   Dehon   à   traverser   une   douzaine   de   pays,   jusqu’en  
Terre  sainte.  

Ce  voyage  se  termine  à  Rome  où  Léon  Dehon  est  reçu  en  audience  privée  par  le  pape  
Pie   IX.     Celui-­‐ci   lui   a   conseillé   de   poursuivre   ses   études   au   Séminaire   français   de   Rome.   Pour  
Léon   Dehon,   les   études   de   droit   ne   sont   qu’un   passage   en   attendant   l’autorisation   de   son    
père   au   projet   de   vie   sacerdotale6.   La   persévérance   de   Léon   Dehon   dans   sa   vocation   ne  
laisse  pas  d’autre  choix  à  son  père.    

                                                                                                                       
5 e
  L’École   française   de   spiritualité   est   un   courant   de   pensée   au   XVII   siècle   en   France.   Cette   appellation   est  
connue   surtout   depuis   H.   Bremond   (1865-­‐1933)   avec   son   Histoire   littéraire   du   sentiment   religieux   en   France  
depuis   la   fin   des   guerres   de   religion   jusqu'à   nos   jours.   Au   sens   large,   cette   École   est   «  le   puissant   courant  
christologique   que   la   victoire   de   Bérulle   a   rendu   possible  »   qui   comporte   beaucoup   de   personnes,   aussi   bien  
des   laïcs   que   des   jésuites   ou   dominicains   etc.   Au   un   sens   strict,   «  elle   se   limite   aux   disciples   de   Bérulle  »   qui  
sont  influencés  par  lui.  On  peut  citer  quatre  thèmes  caractéristiques  de  leur  pensée  :  «  l’esprit  de  religion  de  
son  théocentrisme,  son  christocentrisme  mystique,  son  sens  vécu  de  la  souveraineté  de  la  Mère  de  Dieu  et  son  
exaltation  de  l’état  de  prêtrise  ».  (R.  DEVILLE,  l’École  française  de  spiritualité,  Paris,  Desclée,  1987,  p.13).  Dans  
cette   École,   les   personnes   suivantes   peuvent   être   considérées   comme  «  les   quatre   grands  »  :   P.   de   Bérulle  
(1575-­‐1629),  C.  de  Condren  (1588-­‐1641),  J.-­‐J  Olier  (1608-­‐1657),  J.  Eudes  (1601-­‐1680).    

6
 cf.  L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  1,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd,  p.139.  

10  
 
Léon   Dehon   part   ainsi   en   octobre   1865   pour   entrer   au   Séminaire   français   de   Rome.  
Enfin,   il   arrive   à   suivre   le   chemin   qu’il   souhaitait.   «  J’étais   enfin   dans   mon   élément   véritable,  
j’étais  heureux.  Le  séminaire  était  une  vieille  habitation,  étroite,  toute  en  hauteur,  sombre  et  
triste  à  l’intérieur.  Qu’importe,  j’étais  heureux7  ».    

Pendant   cette   période   de   formation,   le   jeune   Dehon   a   le   père   M.   Freyd8   comme  


conseiller   spirituel   et   directeur.     Sous   sa   direction,   Dehon   s’adonne   à   la   pratique   de   la   vie  
d’union  avec  Jésus  par  des  méditations.  «  Notre  Seigneur  daigna  me  conserver  toute  cette  
année   dans   l’oraison   d’affection,   en   me   conduisant   peu   à   peu   à   une   union   toujours   plus  
intime  avec  lui.  L’objet  habituel  de  mes  affections  était  Jésus  crucifié9  ».  La  vie  au  séminaire  
se  passe  comme  un  noviciat.  Cela  influence  sans  doute  son  désir  de  la  vie  religieuse.  C’est  
ainsi   qu’il   conclut   d’entrer   dans   cette   vie   qui   est   pour   lui   le   plus   favorable   pour   la   vie   de  
sainteté  et  «  pour  mieux  aimer  et  servir  Notre  Seigneur10  ».  

Dehon  défend  son  doctorat  en  philosophie  en  juillet  1866.  Il  est  ordonné  prêtre  le  21  
décembre   1867.     Il   suit   ensuite   des   études   de   théologie   et   de   droit   canon,   lui   donnant  
encore  deux  doctorats  en  1871.  

Après   avoir   achevé   ses   études,   Dehon   hésite   encore   pour   son   avenir.   D’une   part,  
l’évêque  de  Soissons11  lui  propose  de  prendre  un  ministère  dans  ce  diocèse,  d’autre  part  le  
père   d’Alzon12,   que   Dehon   connait   personnellement,   l’invite   à   le   rejoindre   dans   sa  
Congrégation.   Dehon   exprime   cette   hésitation   d’entrer   chez   les   Assomptionnistes   à   son  
directeur,  le  père  Freyd.  Celui-­‐ci  lui  conseille  ainsi  de  s’en  dégager.  Finalement  Dehon  décide  
de  se  mettre  à  la  disposition  de  son  évêque  de  Soissons.  

Le   3   novembre   1871,   Dehon   est   nommé   septième   vicaire   à   la   basilique   de   Saint-­‐


Quentin.   «  C’était   absolument   le   contraire   de   ce   que   j’avais   désiré   depuis   des   années,   une  

                                                                                                                       
7
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd,  p.15.  
8
  Melchior   Freyd   (1819-­‐1875),   d’origine   Alsacienne,   est   séminariste   au   grand   séminaire   de   Strasbourg   à  
l’époque  où  François  Libermann  (1802-­‐1852)  y  termine  ses  études  en  1840-­‐1841.  M.  Freyd  est  ordonné  prêtre  
en   1844,   il   entre   en   1854   dans   la   Congrégation   du   Saint-­‐Esprit   dont     François   Libermann   est   supérieur   général.  
Il  est  nommé  ensuite  supérieur  du  Séminaire  français  de  Rome  où  il  a  reçu  L.  Dehon  comme  séminariste.    
9
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd,  p.90.  
10
 Ibid.,  p.57.  
11
 L’évêque  de  Soissons  à  cette  époque  est  Mgr  Jean-­‐Jules  Dours  (de  1864  à  1876)  qui  va  être  remplacé  ensuite  
par  Mgr  Odon  Thibeaudier  (de  1876  à  1898).  
12
 Emmanuel  d’Alzon  (1810-­‐1880)  est  le  fondateur  des  Augustins  de  l’Assomption  (ou  Assomptionnistes),  
fondée  à  Nîmes  en  1845.  

11  
 
vie  de  recueillement  et  d’études.  Fiat13  »  exprime  Dehon.  Il  s’adapte  pourtant  très  vite  à  la  
vie  à  Saint-­‐Quentin  en  organisant  plusieurs  activités  paroissiales  :  des  catéchèses,  des  visites,  
des   conférences.   Dehon   augmente   encore   l’intensité   de   ses   activités   avec   la   tâche  
d’aumônier   d’une   nouvelle   communauté   de   religieuse  :   les   Servantes   du   Cœur   de   Jésus14.  
Dehon   devient   aussi   le   confesseur   et   le   directeur   spirituel   de   cette   communauté.   Ce   sera  
pour   lui   l’un   des   plus   grands   tournants   de   sa   vie.   Car   «  cette   circonstance   providentielle  
prépara  l’orientation  de  tout  le  reste  de  ma  vie15  »  dit  Dehon.  C’est  ainsi  que  l’histoire  de  la  
Congrégation  des  Prêtres  du  Sacré-­‐Cœur    de  Jésus  de  Saint-­‐Quentin,  fondée  par  Dehon  en    
1878,  a  commencé.  

2. Les  lectures  spirituelles  de  Léon  Dehon   et   le   contexte   politique,   social   et   ecclésial  
de  son  temps.  
a. Ses  lectures  spirituelles.  

Avec  une  longue  vie,  il  est  difficile  d’énumérer  toutes  les  lectures  spirituelles  de  Léon  
Dehon.  Nous  essayons  de  présenter  ici,  plus  ou  moins,  celles  qui  concernent  les  Couronnes  
d'amour  au  Sacré-­‐Cœur.    

Dès  sa  jeunesse  Dehon  a  connu  les  œuvres  ascétiques  :  cela  va  de  soi.  En  effet,  avant  
de   quitter   La   Capelle   pour   le   collège   d’   Hazebrouck,   sa   mère   a   donné   à   Léon   Dehon   le    
Manuel   de   piété   à   l’usage   des   élèves   du   Sacré-­‐Cœur16.   Viennent   ensuite   l’Introduction   à   la  

                                                                                                                       
13
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  5,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd,  p.85.  
14
 Cette  Congrégation  a  été  fondée  en    1837  à  Strasbourg  par  Marie  Rosalie  Oliva  Ulrich  (1837-­‐1917)  dont  le  
nom   religieux   est   Marie   du   Cœur   de   Jésus.   L.   Dehon   l’appelle   souvent   «  Chère   Mère  ».     Après   la   guerre   franco-­‐
prussienne   (1870-­‐1871),     cette   Congrégation   quitte   l’Alsace   pour   s’implanter   dans   le   diocèse   de   Soissons,  
d’abord  à  Molain  (Noël  1872),  puis  à  Saint-­‐Quentin  (juillet  1873).  (cf.  A.  PERROUX,  Le  témoignage  d’une  vie,  le  
père  Jean-­‐Léon  Dehon  (1843-­‐1925),  p.171-­‐172).  
15
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  5,  p.177.  
16
  Le   Manuel   de   piété   à   l’usage   des   élèves   du   Sacré-­‐Cœur,   l’œuvre   d’un   abbé   M.   Le   Baillif,   chanoine   de   la  
cathédrale   du   Mans,   contient   plusieurs   prières,   des   exercices,   des   méthodes   pour   l’oraison.   Il   est   un   guide,  
durant  toute  année,  pour  l’âme  chrétienne  dans  les  pratiques  de  piété  chrétiennes  et  de  la  vie  intérieure  (cf:  L.  
BAILLIF,  Manuel  de  piété  de  l’usage  des  élèves  du  Sacré-­‐Cœur,  Paris,  Librairie  Victor  Lecoffre,  1905).  

12  
 
vie   dévote17   de   saint   François   de   Sales   (1567-­‐1622),   évêque   de   Genève,     et   l’Imitation   de  
Jésus   Christ18.   Ces   trois   livres   deviennent   ainsi   ses   «  trois   maîtres   de   théologie   ascétique19  ».  
Ce  sont  des  aliments  de  la  vie  intérieure  durant  tout  le  temps  passé  au  collège  d’  Hazebrouck  
où  Léon  Dehon  a  entendu  l’appel  de  se  donner  à  Dieu.  Ces  livres  l’orientent  en  même  temps  
dans  diverses  dévotions,  mais  surtout  envers  la  Vierge  Marie  et  le  Sacré-­‐Cœur.  

Pendant   le   temps   passé   à   Paris,   Dehon   connait   sans   doute   plus   ou   moins   l’esprit   de  
l’École   française   de   spiritualité   au   cours   de   ses   fréquentations   de   Saint-­‐Sulpice.   Mais   c’est  
surtout   lors   de   sa   formation   à   Rome   que     Dehon   comprend   mieux   l’esprit   de   cette   École.  
Pendant  cette  période,  le  père  Freyd  lui  a  donné  les  écrits  du  père  Libermann20  pour  l’aider  
dans  la  vie  d’oraison.  Dehon  dit  qu’il  n’a  «  jamais  rencontré  depuis  de  traité  de  l’oraison  plus  

                                                                                                                       
17
 L’Introduction  à  la  vie  dévote  contient  des  exercices,  des  méditations  pour  conduire  à  la  paix  intérieure  et  à  la  
vie   dévote.   Le   Traité   de   l’amour   de   Dieu   est   aussi   une   œuvre   de   saint   François   de   Sales   (1567-­‐1622)   que   L.  
Dehon   a   invoqué.   (Cf.   L.   DEHON,   Mois   du   Sacré-­‐Cœur   de   Jésus,   Rome,   Édition   Cédas   -­‐   Andria,   coll.     «  Œuvres  
Spirituelles  »,  vol.  1,    1982,  p.478).  
18
 Œuvre  d’un  auteur  inconnu  qu’on  attribue  aujourd’hui  à  Thomas  a  Kempis  (1380-­‐1471).  La  plus  connue  après  
la  Bible,  cette  œuvre  a  ouvert  à  l’esprit  de  la  Devotio  moderna.  Suivre  l’école  du  Christ  pour  ne  pas  marcher  
dans  les  ténèbres  (Jn  8,12).  Ce  verset  est  l’ouverture  et  la  base  de  ce  manuel.  
19
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  1,  p.30.  
20
 François  Libermann  (1802-­‐1852),  né  en  Alsace,  était  un  rabbin  juif  avant  sa  conversion  au  catholicisme.  De  
1827  à  1831,  il  suit  les  cours  de  théologie  au  séminaire  de  Saint-­‐Sulpice  où  il  a  vécu  l’expérience  de  l’oraison  
d’affection.   Sa   santé   fragile   l’empêche   d’accéder   au   sacerdoce.     A   ce   moment,   il   reste   comme   «  séminariste  
hors  cadre  »  et  conseiller  spirituel.  Une  occasion  d’évangélisation  des  noirs  (esclaves)  en  1838  lui  a  fait  sentir  
l’appel  du  Saint-­‐Esprit  à  «  l’œuvre  des  noirs  ».  Pour  réaliser  ce  projet  il  devrait  être  prêtre.  Il  entre  au  séminaire  
de   Strasbourg   en   février   1841.   Il   est   ordonné   prêtre   ensuite   en   septembre   1841.   Il   fonde   cette   année-­‐là   la  
Société   du   Saint-­‐Cœur   de   Marie   qui   fusionne   en   1848     avec   la   Congrégation   du   Saint-­‐Esprit.   Il   devient    
supérieur  général  du  nouvel  ensemble.  Ses  Écrits  spirituels,  Paris,  1891,  contiennent  des  Instructions  sur  la  vie  
spirituelle,  Instruction  sur  l’oraison,  De  l’oraison,  etc.  (cf.  P.  SIGRIST,  «Libermann  »,  in  Dictionnaire  de  Spiritualité,  
Fascicule    LXI,  Paris,  Beauchesne,  1976,  col.764-­‐768).  C’est    à  travers  les  copies  du  père  Freyd,  membre  de  la  
Congrégation  du  Saint-­‐Esprit,  que  Dehon  connait  l’esprit  du  père  Libermann.  

13  
 
clair,   plus   exact   et   plus   pratique21  ».   Le   Père   Freyd   lui   conseille   ensuite   la   lecture   du   père  
Lallemant22  et  du  père  Saint-­‐Jure23  qui  sont  considérés  comme  des  «  jésuites  bérulliens24  ».  

Selon   l’esprit   de   Libermann,   influencé   par   l’École   française   de   spiritualité,   il   faut  


s’emplir  de  Dieu,  s’unir  à  lui  pour  être  sanctifié  par  son  Esprit.  Ainsi  le  moyen  est  la  prière  et  
la  méditation  des  mystères  de  Jésus,  «  en  particulier  ‘’l’oraison  d’affection’’,  un  état  de  joie  
mêlé  à  de  vives  souffrances  avec  un  sentiment  constant  d’attachement  profond  au  Christ25  »  
pour   arriver   enfin   à   l’union   avec   Dieu   dans   toutes   les   activités   quotidiennes,   une   «  union  
pratique  ».   Dans   cet   état   de   l’oraison,   l’âme   est   facilement   impressionnée   par   un  
mouvement   d’affection   envers   Jésus.   «  C’est   une   impression   de   joie   ou   de   douleur,   dit  
Dehon,   suivant   les   mystères   que   l’on   médite   ou   les   sujets   auxquels   on   s’arrête.   C’est  
toujours  une  impression  d’amour26.  »    

Durant   le   temps   de   son   séminaire   de   Rome,   Dehon   pense   que   les   principes   de  
spiritualité  reviennent  aux  sept  grandes  vertus.  Cela  lui  a  donné  envie  de  lire  sur  ce  qu’on  dit  
sur   ces   vertus   chez   les   grands   auteurs.   Etre   un   saint   prêtre   est   ce   que   Dehon   désire   en  
étudiant   les   principaux   modèles   de   la   sainteté   chez   les   grands   saints27.   «  Comme   lectures  

                                                                                                                       
21
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.57.  
22
  Louis   Lallemant   (1588-­‐1635)   est   un   jésuite   français,   né   à   Châlons-­‐sur-­‐Marne   qui   est   devenue   Châlons-­‐en-­‐
Champagne  aujourd’hui.  L.  Dehon  apprécie  beaucoup  sa  Doctrine  spirituelle  pour  guider  à  la  docilité  du  Saint-­‐
Esprit.   «  On   n’a   guère   mieux   parlé   que   lui   de   la   vie   intérieure  »,   dit   L.   Dehon.   (cf.   L.   Dehon,   Notes   quotidiennes,  
vol.  II,  Roma,  Cédas-­‐Andria,  1990,  p.333).  
23
  Jean-­‐Baptiste   Saint-­‐Jure,   (1588-­‐1657)   est   aussi   un   jésuite   français,   né   à   Metz.   Il   entre   au   noviciat   de   la  
Compagnie   de   Jésus   à   Nancy   en   1604.   Il   a   le   même   maitre   de   novice   que   Louis   Lallemant.   Il  est   ordonné   prêtre  
en  1617  après  avoir  accompli  ses  études  de  théologie.  Il  est  professeur  de  philosophie  à  Rennes  en  1618,  puis  
prédicateur  à  la  maison  professe  à  Paris  en  1619.  De  1623  à  1649  il  assume  plusieurs  charges  de  gouvernement  
et  des  préoccupations  d’écrivain.  (cf.  A.  BOLAND,  «  Saint-­‐Jure  »  in  Dictionnaire  de  Spiritualité,  Fascicule  XCI,  Paris  
Beaychesne,   1988,   col.154-­‐159).   De   la   connaissance   et   de   l’amour   du   Fils   de   Dieu,   Méditations   sur   les   plus  
grandes  et  plus  importantes  vérité  de  la  foi  et  l’Homme  spirituel  sont  des  œuvres  que  Dehon  aborde  souvent.    
24
  Y.   KRUMENACKER,   l’École   française   de   spiritualité,   des   mystiques,   des   fondateurs   des   courants   et   leurs  
interprètes,  Paris,  Cerf,  1998,  p.409.  
25
 Ibid.,  p.597-­‐598.  
 Cf.  L.  DEHON,     De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  Rome,  Édition  Cedas-­‐  Andria,  coll.     «  Œuvres  
26

Spirituelles  »,  vol.  2,  1983,  p.87.  


27
 cf.  –,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd,  p.56.  

14  
 
spirituelles,   je   lus   Rodriguez28   qui   est   le   vrai   catéchisme   de   la   perfection  ;   Saint-­‐Jure   qui  
développe   si   bien   les   motifs   d’aimer   Notre   Seigneur  ;   saint   Liguori29   et   ses   délicieuses  
méditations30  »  note  Dehon.  

A  côté  de  ses  études,  Dehon  consacre  son  temps  libre  à  des  lectures  personnelles  tels    
que   les   traités   des   Pères   ou   de   saint   Thomas   d’Aquin   (1225-­‐1274)  :   «  Pour   ce   qui   est   des  
Pères,  je  lus  de  saint  Augustin,  La  cité  de  Dieu  et  des  Lettres  ;  de  saint  Chrysostome,  le  Traité  
du  sacerdoce  et  des  Homélies  ;  de  saint  Jérôme,  des  Lettres  ;  de  saint  Ambroise,  le  Traité  de  
la  virginité31  ».  

                                                                                                                       
28
 Alphonse  Rodriguez  :  il  y  a  deux  personnes  qui  portent  ce  nom.  Tous  deux  sont  jésuites  espagnols  et  vivent  à  
la   même   époque.   La   première,   saint   Alphonse   Rodriguez  (1533-­‐1617)   est   un   frère   jésuite,   né   à   Ségovie.   Ses  
parents  sont  des  commerçants  de  draps.  Après  la  mort  de  son  épouse  (vers  1567)  et  de  ses  enfants,  il  entre  
dans  la  Compagnie  de  Jésus.  Il  est  canonisé  par  le  pape  Léon  XIII  en  1888.  (cf.  P.  DUDON,  «  Alphonse  Rodriguez  
(saint)  »,  in  Dictionnaire  de  Spiritualité,  tome  I,  Paris,  Beauchesne,  1937,  col.395-­‐396).  

La  deuxième,  Alphonse  Rodriguez  (1538-­‐1616)  est  né  à  Valladolid.  Il  se  présente  pour  entrer  dans  la  Compagnie  
de  Jésus  à  dix-­‐neuf  ans.  Il  fait  trois  ans  de  philosophie  à  Valladolid  et  deux  ans  de  théologie  à  Salamanque.  La  
pratique  de  la  perfection  chrétienne  que  le  Père  Dehon  considère  comme  «  le  vrai  catéchisme  de  la  perfection  »  
est   l’ouvrage,   «  après   la   Bible   et   l’Imitation   du   Christ,   l’un   des   plus   lus   par   les   chrétiens   de   ces   trois   derniers  
siècles  ».   (Cf.   M.   R.   JURADO,   «  Rodriguez  (Alphonse)»,   »,   in   Dictionnaire   de   Spiritualité,   tome   13,   fascicules  
LXXXIX-­‐XC,  Paris,  Beauchesne,  1988,  col.  853-­‐860).  C’est  celui-­‐ci  que  nous  abordons  tout  au  long  de  ce  travail.  
29
 Alphonse-­‐Marie  de  Liguori  (1696-­‐1787)  est  né  à  Marianella,  près  de  Naples.  Les  études  serrées  lui  mène,  à  
seize   ans,   au   doctorat   en   droit   (1713).   Il   songe,   à   dix-­‐huit   ans,   à   entrer   en   l’ordre   des   Théatins.   Après   des  
stages,  il  commence  brillamment  son  carrière  d’avocat  qui  est  arrêté  par  un  premier  et    providentiel  échec.  Il  
quitte   sa   carrière   juriste   pour   entrer   celle   ecclésiastique.   L’opposition   de   son   père   lui   fait   renoncer   le   projet  
d’entrer  dans  la  Congrégation  d’Oratoire.  Il  entre  dans  la  Société  des  Missionnaires  diocésaines  de  Naples.  Il  est  
ordonné  prêtre  en  1762.  Il  fonde  en  1731  Ordre  de  Moniales  contemplatives,  et  l’année  suivant  Congrégation  
de   prêtres-­‐missionnaires.   En   1749-­‐1750,   le   pape   Benoît   XIV   approuve   ces   deux   fondations   sous   le   nom  
d’Institut  du  Très  Saint  Rédempteur  (ou  Rédemptoristes).  Il  a  beaucoup  écrit.    Nous  essayons  de  présenter  ses  
œuvres   dans   un   autre   lieu.   Le   «  principe   capital  »   de   sa   spiritualisé   consiste   dans   l’amour   de   Dieu.   «  Tout   la  
sainteté,   dit-­‐il,   consiste   à   aimer   Dieu  ».   (Cf.   G.   LIÉVIN,   «  Alphonse   de   Liguori  »,   in   Dictionnaire   de   Spiritualité,  
tome  I,  Paris,  Beauchesne,  1937,  col.  357-­‐389).  
 
30
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.92.  
31
Ibid.,  p.36.  

15  
 
Vicaire  à  Saint-­‐Quentin,  Dehon  est  trop  absorbé  par  les  activités  extérieures,  il  exprime  
souvent  le  désir  de  la  vie  intérieure,  de  la  vie  d’amour  et  d’union  à  Dieu.  Ce  désir  résonne  
souvent  dans  ses  résolutions  de  retraites.  Comme  dans  cette  retraite  en  1893  :  

«Ô  mon  Dieu  bénissez  mes  résolutions.  Je  me  voue  à  votre  amour  pour  tout  le  reste  
de  ma  vie.  Amour  pénitent,  excité  par  la  méditation  de  votre  Passion.  Amour  reconnaissant,  
entretenu   par   la   considération   des   bienfaits   divins   et   de   toutes   les   grâces   spéciales   si  
nombreuses  et  souvent  si  extraordinaires  que  j’ai  reçues.  Amour  confiant  en  Jésus  et  Marie,  
manifesté  par  un  abandon  complet  à  la  Providence.32  »  

Toujours   «  trop   répandu   au   dehors  »,   son   départ   pour   Bruxelles,   depuis   décembre  
1902,   lui   a   donné   un   peu   de   temps   pour   lire   et   relire   les   œuvres   ascétiques   et   mystiques    
que  nous  avons  citées.  Dehon  considère  ce  temps  de  lectures  comme  une  longue  retraite33.  
Trois  ans  après,  en  1905,    Dehon  publie  ses  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

b. Le  contexte  politique,  social  et  ecclésial  de  son  temps.  

Le  temps  de  Dehon  a  été  marqué  par  plusieurs  événements  importants  concernant  la  
Vierge  Marie.  Parmi  ceux-­‐ci,  il  y  a  l’apparition  de  la  Vierge  Marie  le  19  septembre  1846  à  La  
Salette,  dont  Dehon  a  souvent  entendu  parler  dès  son  enfance  par  sa  mère  et  sa  tante34.  Le  
dogme   de   l’Immaculée   Conception   de   Marie,   promulgué   en   1854   par   le   pape   Pie   IX,   et  
surtout   l’apparition   de   Marie   à   Lourdes,   sont   des   événements   marquants   dans   la   vie   de  
Dehon.  

La  dévotion  au  Cœur  de  Jésus,  pour  lui,  va  souvent  de  pair  avec  la  dévotion  à  la  Vierge  
Marie.   Car   l’amour   du   Cœur   de   Jésus   est   le   fruit   de   la   dévotion   envers   Marie35.   En   plus  
l’amour  dans  le  Cœur  de  Jésus,  pour  Dehon,  est  le  même  amour  dans  le  cœur  de  Marie36.  
Marie   est     la   «  voie  37»,   la    médiatrice,   entre   Jésus   et   les   hommes,   dont   son   intervention   aux  

                                                                                                                       
32
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  Roma,  Cédas-­‐Andria,  1988,  p.434.  
33
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  III,  Roma,  Édition  Dehoniane,  1994,  p.124.  
34
 Cf.  –,  Notes  quotidiennes,  vol.  V,  Roma,  Édition  Dehoniane,  1998,  p.86.  
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  Rome,  Édition  Cedas  -­‐  Andria,  coll.    «  Œuvres  
35

Spirituelles  »,  vol.  2,  1983,  p.  509.  


36
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  Rome,  Édition  Cedas  -­‐  
Andria,  coll.    «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  2,  1983,  p.208.  
37
 –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  Rome,  Édition  Cedas  -­‐  Andria,  coll.    «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  1,  1983,  p.163.  

16  
 
noces  de  Cana  (Jn  2,3)  a  montré  l’exemple.  Elle  est  aussi  le  modèle  parfait  pour  les  dévots  du  
Cœur  de  Jésus  par  sa  vie  d’amour,  de  compassion  et  de  prière38.  

Le   premier   Concile   de   Vatican   a   eu   lieu   en   décembre   1869.   C’est   l’époque   de  


formation   au   Séminaire   français   de   Rome   pour   Dehon   et   il   a   eu   la   chance   d’être   un   des  
sténographes  à  ce  Concile.  Cette  occasion  lui  a  donné  une  vision  générale  de  l’Église  de  son  
temps,   une   Église   devant   des   multiples   «  persécutions  »,   des   «  assauts   ininterrompus   des  
puissances   de   négation   contre   la   foi   et   les   dogmes39  ».   «  J’avais   touché,   dit-­‐il,   du   doigt   la   vie  
de  l’Église  et  acquis  en  un  an  plus  d’expérience  que  je  n’eusse  pu  faire  en  dix  ans  de  mon  
train   de   vie   ordinaire.40  »   Le   dogme   de     l’infaillibilité   pontificale   a   été   approuvé   cinq   jours  
après  la  déclaration  de  la  guerre  franco-­‐allemande  le  13  juillet  1870.  A  cause  de  cette  guerre,  
le  Concile  a  été  ainsi  suspendu.  

La   défaite   de   la   France   dans   cette   guerre   entraine   la   chute   du   Second   Empire   et   la  


naissance  de  la  Troisième  République  en  septembre  1870.  Ceci  mène  à  l’insurrection  de  la  
Commune   à   Paris   en   mars   1871   et   aboutit   à   la   Semaine   sanglante   avec   des   incendies,   des  
massacres   des   communards   à   Montmartre   où   «  s’élèverait   l’église   expiatrice   et   c’est   au  
Sacré-­‐Cœur  qu’elle  serait  dédiée41  ».    

Il   y   avait   des   conflits   entre   la   société   cléricale   et   la   société   laïque   qui   sont   bien  
commencés  sous  le  gouvernement  de  Louis  Napoléon  (1848-­‐1851).  Après  la  chute  de  celui-­‐
ci,  les  mouvements  anticléricaux  s’intensifient  encore  plus  sous  la  Troisième  République  qui  
mènent   à   la   Séparation   en   1905.   Le   père   Dehon   en   est   le   témoin   direct   et   la   victime   des  
assauts  contre  l’Église.  Il  parle  souvent  de  son  départ  à  Bruxelles  comme  son  «  exil  »  après  
avoir  subi  les  confiscations  de  ses  biens  par  l’Etat.  

A   l’époque   de   Dehon,   la   France   est   en   train   de   réaliser   sa   mutation   d’un   monde  


agricole  à  un  monde  industriel.  L’exposition  universelle  en  1855  pour  les  produits  agricoles  
et   industriels,   que   Dehon   a   pu   visiter,   montre   d’une   certaine   manière   cette   transition.   Sur   le  
chemin   vers   Paris,   Dehon   doit   utiliser    la   «  diligence  »   pour   aller   jusqu’à   Saint-­‐Quentin   et  

                                                                                                                       
38
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  Rome,  Édition  Cedas  -­‐  Andria,  coll.    «  Œuvres  
Spirituelles  »,  vol.  2,  1983,  p.318.  
39
 DANIEL-­‐ROPS,  Histoire  de  l’Église,  l’Église  des  révolutions,  tome  X,  Paris,  Éditions  Bernard  Grasset,  1966,  p.51.  
40
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  4,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  1980,  p.180.  
41
 A.  LATREILLE,  R.  RÉMOND,  et  alii,  Histoire  de  catholicisme  en  France,  Paris,  Spes,  1962,  p.407.  

17  
 
ensuite  le  «  chemin  de  fer  »  pour  aller  à  Paris42.  Ces  deux  moyens  de  transport  représentent  
bien  le  passage  de  l’agriculture  à  l’industrie.  

Devant  cette  évolution,  Dehon  remarque  :    

«  La   rapidité   des   communications   aide   à   l’échange   des   idées   comme   aux   relations  
commerciales.   Elle   facilite   toutes   les   propagandes   et   tous   les   apostolats.   Elle   fera  
disparaitre   tout   ce   que   l’isolement   entretenait   de   particularismes,   de   coutumes,   de  
traditions,   de   doctrines   locales.   Elle   centralisera   toutes   les   croyances   aux   deux   foyers   du  
champ  de  bataille  de  l’humanité.  Elle  prépare  la  lutte  finale  du  Christ  et  de  l’Antéchrist.43  »  

N’est-­‐ce  pas,  d’un  certain  degré,  ce  que  nous  vivons  aujourd’hui  ?  

Ce  passage  a  fait  surgir  divers  problèmes  dans  la  société.  C’est  la  raison  pour  laquelle  
plusieurs   congrès   dans   le   cadre   de   l’Œuvre   des   cercles   catholiques   d’ouvriers44   ont   été  
organisés  pour  aborder  ces  problèmes.  La  participation  de  Dehon  dans  ce  domaine  montre  
sa   préoccupation   pour   la   question   sociale.   Ses   analyses   des   problèmes   sociaux,   dans   le  
Manuel  social  chrétien,  en  lien  avec  le  capitalisme  juif,    remarque  l’historien  J.-­‐M.  Mayeur,  
joue  un  rôle      incomparable    de  vulgarisation  sur  la  question  sociale45.    

Après  être  venu  à  Saint-­‐Quentin  comme  septième  vicaire,  Dehon  écrit  dans  ses  Notes  
sur  histoire  de  ma  vie46  :  

«  Je   me   trouvai   bientôt   en   rapport   avec   le   peuple.   Saint-­‐Quentin   a   trente   mille  


habitants   qui   vivent   du   salaire   quotidien.   Le   salaire   hausse   ou   baisse   suivant   le   cours,  
comme  le  prix  des  esclaves.  Aucune  institution  ne  protège  l’ouvrier.  Les  neuf  dixièmes  des  
industriels  et  des  entrepreneurs  n’ont  aucune  notion  des  devoirs  du  patronat.  La  vieillesse,  

                                                                                                                       
42
 Cf.  L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  1,  Rome,  Centre  Général  d’Etude,  sd,  p.12.  
43
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.439.  
44
 L’Œuvre  des  cercles  catholiques  d’ouvriers  est  fondée  en  1871  par  Albert  de  Mun  (1841-­‐1914)  et    René  de  la  
Tour  du  Pin  (1834-­‐1924).  
45
 Cf.  J.-­‐M  MAYEUR,  Catholicisme  social  et  démocratie  chrétienne,  Paris,  Cerf,  1986,  p.189.  
46
 Notes  sur  histoire  de  ma  vie  sont  des  écrits  autobiographiques  de  Dehon  qui  se  composent  de  quinze  cahiers  
manuscrits.  Ces  cahiers  recouvrent  la  période  de  sa  naissance  jusqu’en  1888.  A  côté  de  ses  Notes  sur  histoire  de  
ma   vie,   il   y   a   les   Notes   quotidiennes   qui   sont   aussi   des   écrits   autobiographiques   et   que   Dehon   commence   à  
écrire   depuis   son   séminaire   à   Rome   jusqu’à   sa   mort.   Nous   pouvons   trouver   tous   ces   cahiers   en   version  
numérique   sur   le   site  :   http://www.dehondocs.it.   En   version   papier,   les   Notes   sur   histoire   de   ma   vie   se  
configurent   en   huit     volumes,   et   les   Notes   quotidiennes   en   cinq   volumes.   Tous   sont   publiés   par   le   Centre  
Général  d’Étude  SCJ  (Prêtres  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus).  

18  
 
la   maladie,   les   nombreux   enfants   amènent   la   faim   et   la   misère   dans   la   famille.   Quelques  
familles  bien  douées  s’élèvent,  la  plupart  gisent  dans  le  paupérisme47  ».  

Les   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   de   Dehon   ne   visent   pas   seulement   à   construire  


la  vie  intérieure,  une  vie  d’union  à  Dieu  par  amour  et  de  sainteté,  mais  aussi  à  préparer  la  
base   pour   mieux   aller   au   peuple   en   construisant   ce   que   Dehon   appelle   le   Règne   social   du  
Sacré-­‐Cœur.  Mais  ce  Règne  social  ne  pourra  réaliser  sans    la  piété  chrétienne.  Car  l’époque  
de   Dehon   est   une   époque   où   il   n’y   a   pas   beaucoup   de     piété   chez   le   peuple,   surtout   à   la  
campagne.  A  Saint  Quentin,  l’indifférence  à  la  religion  est    une  attitude  omniprésente  chez  
les  gens  dont  le  père  de  Dehon  est  un  exemple.  L’abbé  Rasset,  un  des  premiers  compagnons  
de    Dehon,    remarque  sur  des  paroisses  qui  lui  sont  confiées:  «  Trois  paroisses  sans  religion  !  
De  braves  gens,  polis,  honnêtes,  mais  d’une  indifférence  complète  pour  le  Bon  Dieu48  ».  

II. Les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  


1. Le  genre  littéraire  des  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

Dehon  note  avant  la  publication  des  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur  en  1905:    

«  Je   revois   les   méditations   que   j’ai   écrites   sur   la   Triple   couronne,   je   les   complète.  
C’est   une   grâce   pour   moi.   Je   me   remets   dans   la   position   d’un   amour   ardent   envers   le   Sacré  
Cœur.   C’est   pour   moi   le   seul   chemin   où   je   puisse   marcher   un   peu   solidement.   Les   autres  
directions  peuvent  me  convaincre  l’esprit,  elles  ne  me  saisissent  pas  assez  fortement.  C’est  
ma  voie,  c’est  la  vocation.  Jésus  veut  de  moi  un  tendre  amour  ou  rien.  L’amour  me  suffit  à  
tout  ;  il  m’aide  à  m’humilier,  à  me  repentir,  à  suivre  les  conseils  de  perfection,  à  me  tenir  
uni  à  Notre-­‐Seigneur.  C’est  mon  salut  et  c’est  ma  sanctification49  ».    

Cette  présentation  est  comme  une  clé  pour  comprendre  les  pensées  de  l’auteur  que  
nous   essayons   de   présenter   dans   les   deux   chapitres   qui   suivent.   Elle   nous   annonce   aussi  
d’une   certaine   manière   le   genre   littéraire   des   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur.   Ces  
œuvres   ont   été   écrites   d’abord   pour   l’auteur   lui-­‐même   avec   le   but     de   l’amener   à   un   amour  

                                                                                                                       
47
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  5,  p.98-­‐99.  
48
 –,  Un  prêtre  du  Sacré-­‐Cœur,  Vie  édifiante  du  R.P.  Alphonse-­‐Marie  Rasset,  Rome,  Édition  Cedas-­‐Andria,    coll.  
«  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  6,    1985,  p.200.  
49
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  III,  p.139-­‐140.  

19  
 
ardent   envers   Jésus,   en   union   avec   Lui.   Elles   sont   comme   une   sorte   d’exercice   de   piété  :  
C’est  un  «  chemin  »  sur  lequel  on  doit  marcher  vers  le  but  qui  est  l’union  à  Dieu  par  amour.  

Dans   la   prière   préparatoire   ouvrant   la   Triple   Couronne,   Dehon   parle   des   «  saints  
exercices  »   sous   la   conduite   de   Jésus.   Dans   son   «  journal   »,   il   parle   souvent   des   exercices  
d’union  avec  Jésus.    Dehon  voit,  dans  son  «  exil  »  à  Bruxelles  à  partir  de  1903,    une  faveur  
d’avoir  «  plus  de  loisir  pour  les  exercices  de  piété50  ».  De  même  après  une  retraite  en  1905,  
sa   résolution   est   «  la   fidélité   à   mes   exercices   de   l’union   avec   Jésus  »   qu’il   y   trouve   «  la   force,  
la   vie   de   l’intelligence   et   du   cœur51  ».   Les   méditations   de   Dehon   dans     ses   Couronnes  
d'amour  au  Sacré-­‐Cœur  peuvent  être  présentées  ainsi  comme  un  manuel  pour  des  exercices  
de  piété.  

Ces   «  exercices  »   consistent   en   une   série   de   méditations.   C’est   comme   une   sorte   de  
chapelet,  mais  au  lieu  de  réciter  et  méditer  les  mystères  de  la  Vierge  Marie52,    les  Couronnes  
d'amour  au  Sacré-­‐Cœur    se  composent  de  méditations  sur  les  mystères  des  circonstances  de  
la  vie  de  Jésus.  

Pour   le   père   Y.   Ledure,   Déhonnien   et   fin   connaisseur   du   père   Dehon,   la   Triple  


Couronne   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   a   été   popularisée   par   Marie-­‐Joseph   Debeney     dans   un  
opuscule   publié   en   1879  :   Manuel   de   la   Triple   Couronne   d’or   du   Sacré-­‐Cœur   de   Jésus53.     Déjà  
en  1852,  la  pieuse  pratique  de  la  dévotion  envers  le  Sacré-­‐Cœur  était  proposée,  accueillie  et  
encouragée  par  le  curé  d’Ars,  mais  son  origine  est  encore  incertaine.  C’est  une  pratique  qui  
commence   par   une   prière   préliminaire.   Les   pratiquants   répètent   ensuite   une   des   trois  
Couronnes   pour   honorer   le   Sacré-­‐   Cœur   de   Jésus   dans   les   mystères   de   l’Incarnation,   de   la  
Rédemption   ou   de   l’Eucharistie.   Chaque   couronne   contient   ainsi   cinq   mystères   que   l’on  
récite   comme   on   récite   le   chapelet.   A   chaque   mystère,   les   pratiquants   citent   sur   le   gros  
grain  de   chapelet  :   «  Jésus,   doux   et   humble   de   Cœur,   rendez   mon   cœur   semblable   au  

                                                                                                                       
50
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  III,  p.101.  
51
 Ibid.,  p.153.  
52
  Il  existait  aussi  la  Triple  Couronne  de  la  bienheureuse  Vierge  Mère  de  Dieu52  publié  en  1849    par  un  certain  
jésuite  François  Poiré.  Cette  Triple  couronne  consiste  en  des  principales  grandeurs  d’Excellence,  de  Pouvoir  et  
de  Bonté  de  la  Vierge  Marie  pour  l’aimer,  l’honorer  et  la  servir.  A-­‐t-­‐elle  un  rapport  avec  la  Triple  Couronne  au  
Sacré-­‐Cœur  ?   (cf.   F.   POIRÉ,   Triple   Couronne   de   la   bienheureuse   Vierge   Mère   de   Dieu,   Cicognes,   Sebastien  
Cramoisy,  1849.)  
53
 Cf.  Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  Bruyères-­‐le-­‐Châtel,  
Nouvelle  Cité,  2015,  p.156.  

20  
 
vôtre  »,   et   sur   les   petits   grains  :   «  Doux   cœur   de   Jésus,   faites   que   je   vous   aime   de   plus   en  
plus  ».  C’est  ainsi,  pour  ces  exercices,  qu’on  parvient  à  sauver  les  vivants  et  les  morts54.  

A   l’époque   de   Dehon,   la   «  couronne  »,   comme   le   chapelet,   est   une   sorte   d’exercice   de  
piété   qui   reste   plutôt   dans   des   citations   et   des   répétitions,   qui   demande   moins   de   l’intellect  
que   de   la   ferveur,   et   qui   n’enracine   pas   dans   l’Évangile.   Nous   prenons   «  la   couronne   du  
précieux  sang55  »  comme  par  exemple  :  

«  La  couronne  du  précieux  sang  est  composée  de  sept  mystères  dans  lesquels  nous  
honorons  notre  Sauveur  versant  son  sang  par  amour  pour  nous.  A  chaque  mystère  on  récite  
cinq   Pater   avec   un   Gloria   Patri,   et   le   verset   Te   ergo   quaesumus,   etc.   Mais   au   dernier  
mystère,  on  ne  dit  que  trois  Pater.  Ces  trente-­‐trois  Pater  se  disent  en  mémoire  des  trente-­‐
trois  années  que  le  précieux  sang  a  coulé  dans  les  veines  de  Jésus-­‐Christ  ».  

Quant   aux   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur   de   Dehon,   les   exercices   de   piété   ne  


consistent   pas   dans   des   répétitions   qui   risquent   de   devenir   une   pratique   mécanique,   mais  
dans  des  méditations  qui  commencent  toujours  par  quelques  versets  de  l’Évangile.    Car  pour  
Dehon,  le  Cœur  de  Jésus,  son  Amour,  est  tout  l’Évangile.  Pour  connaitre  et  aimer  Jésus,  il  n’a  
qu’à  méditer  les  Évangiles56.    

Dans   ce   sens,   nous   pouvons   dire   que   la   première   source   des   Couronnes   d'amour   au  
Sacré-­‐Cœur   est   l’Écriture.   C’est   l’aliment   principal   pour   les   méditations   et   pour   nourrir   la   vie  
intérieure   de   Dehon.   À   noter   que   Dehon   cite   souvent   pour   mémoire   les   versets   bibliques,  
surtout  de  saint  Jean  et  de  saint  Paul.    

Il  y  a  trois  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur:  la  première  porte  sur  l’Incarnation,  Vie  
cachée   et   Vie   apostolique,   la   deuxième   sur   la   Passion,   et   la   troisième   sur   l’Eucharistie.   Cette  
progression   présente   le   parcours   de   la   vie   de   Jésus   qui   commence   par   l’Incarnation,   la  
Passion,   et   continue,   à   travers   l’Eucharistie,   jusqu’à   la   fin   des   jours.   Cette   progression  
propose   aussi   qu’on   peut   méditer   ces   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur   selon   le   calendrier  
liturgique.  Ceci  commence  au  temps  de  Noël  pour  la  première  couronne  ;  au  mois  de  mars  

                                                                                                                       
54
 Cf.  http://lalumierededieu.eklablog.com/priere-­‐triple-­‐couronne-­‐du-­‐sacre-­‐coeur-­‐de-­‐jesus-­‐p195775,  consulté  
le  3  juin  2016.  
55
 L.  BAILLIF,  Manuel  de  piété  de  l’usage  des  élèves  du  Sacré-­‐Cœur,  p.315-­‐316.  
56
 Cf.  L.  DEHON,  Études  sur  le  Cœur  de  Jésus,  tome  I,  Rome,  Édition  Cedas-­‐Andria,    coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  
vol.  5,    1984,  p.447.  

21  
 
pour   la   Passion  ;   et   le   mois   de   juin   pour   l’Eucharistie57.     Chaque   Couronne   contient   cinq  
mystères.  Chaque  mystère  contient  six  méditations.  Chaque  Couronne  contient  ainsi  trente  
méditations   qui   peut   servir   comme   un   manuel   de   retraite   pour   un   mois   et   qui   peut   suivre   le  
calendrier  liturgique.  

Les   «     exercices  »   dans   les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur   doivent   être   pratiqués  
non   pas   seulement   par   la   raison,   la   lumière   de   l’intellect,   mais   surtout     «  sous   l’influence  
d’une   charité   parfaite58  »   dans,   avec   et   par   l’Esprit   de   Jésus.   Ce   n’est   pas     une   sorte   de  
manuel  de  «  piété  pour  les  nuls  »  ou  de  «  première  conversion  »,  mais  il  s’adresse  plutôt  à  
ceux   qui   connaissent   déjà   Jésus   et   qui   voudraient   «  s’élever   à   la   vie   de   grâce   intense,   vie  
spirituelle,  vie  intérieure,  vie  d’union,  vie  parfaite59  ».        

Cette   position   nous   rappelle   Philothée,   qui   signifie   «  amoureuse   de   Dieu  »,   dans  
l’Introduction  à  la  vie  dévote,  ou  encore  Théotime,  qui  est  «  l’esprit  humain  qui  désire  faire  
progrès   en   la   dilection   sainte60  »,   dans   le   Traité   de   l’amour   de   Dieu.   La   vraie   dévotion   devait  
mener  Philothée,  non  pas  à  la  première  conversion  chrétienne,  mais  au  véritable  amour  de  
Dieu   et   à   la   vrai   charité   au   moyen   desquels   toutes   ses   actions   vont   être   transformées   en  
actes  de  charité61.  Quant  à  Dehon,  il  s’adresse,  dans  ses  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur,  
souvent   aux   «  amis   du   Sacré-­‐Cœur»,   aux   «  dévots   du   Cœur   de   Jésus  »,   ou   encore   aux  
«  apôtres   du   Sacré-­‐Cœur  ».   Ces   appellations   sont   assez   étrangères   de   nos   jours,   mais   elles  
sont  utilisées  fréquemment  à  l’époque  de  Dehon.  

A   la   fin   de   chaque   exercice   de   la   méditation   dans   les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐


Cœur,   Dehon   présente   une   «  résolution  ».   Ceci   montre   non   seulement   une   approche   des  
exercices  ignaciens62  que  Dehon  apprécie  beaucoup,  mais  aussi  de  saint  François  de  Sales  ou  
                                                                                                                       
57
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.182.  
58
 Ibid.,  p.183.  
59
  –,   La   vie   intérieure,   facilitée   par   des   exercices   spirituels,   Rome,   Édition   Cedas-­‐Andria,   coll.     «  Œuvres  
Spirituelles  »,  vol.  5,  1984,  p.221.  
60
 F.  de  SALES  (saint),  Traité  de  l’amour  de  Dieu,  Paris,  Gallimard,  coll.  «  Œuvres  »,  1969,  p.342.  
61
 Cf.  –,  Introduction  à  la  vie  dévote,  Paris,  Gallimard,  coll.  «  Œuvres  »,  1969,  p.32.  
62
  Saint   Ignace   de   Loyola   (1491-­‐1556),   durant   sa   convalescence   après   une   bataille,   a   composé   le   livre   des  
Exercices   spirituels   à     partir   de   ses   expériences.   Il   y   découvre   sa   «  vocation   de   collaborateur   du   Christ   dans  
l’annonce   du   message  ».   Il   se   livre   par   le   vœu   de   vivre   la   pauvreté   et   de   faire   le   pèlerinage   de   la   Terre   sainte.   Il  
fonde   ainsi   la   Compagnie   de   Jésus   en   1534.   Ses   Exercices   spirituels   sont    le   livre   «  le   plus   connu   et   dont  
l’influence  fut  universelle  »  qui  fait  non  pas  pour  lire,  mais  surtout  pour  pratiquer.  Ces  pratiques  ont  pour  but  

22  
 
de   saint   Alphonse   de   Liguori.   En   effet   les   «  affections  -­‐   résolutions  »   ou   les   «  affections   -­‐  
prières  »  sont  présentées  aussi  à  la  fin  de  chaque  méditation  de  ces  deux  auteurs.    

C’est  surtout  saint  Alphonse  de  Liguori63  et  l’École  française  de  spiritualité  en  général,  
ainsi   que   Jean   Baptiste   de   Saint-­‐Jure   en   particulier   qui   sont,   après   l’Écriture,   deux   autres  
sources   importantes   que   Dehon   a   puisées   pour   ses   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur.   Ce  
sont   surtout   ces   deux   auteurs64,   avec   Alphonse   Rodriguez,   que   Dehon   prend   comme   lecture    
pendant  six  ans  à  Rome65.    

Saint   Alphonse   de   Liguori   est     un   des   auteurs   que   Dehon   a     beaucoup   consulté   pour  
faire  des  entretiens  avec  les  Sœurs  Servantes  du  Cœur  de  Jésus   dont  il  est  aumônier  à  partir  
de   187366.   Ce   saint   était   un   brillant   avocat   avant   de   devenir   prêtre   et   fondateur   de   la  
Congrégation   du   Très   Saint   Rédempteur   (les   Rédemptoristes).   Il   est   déclaré   docteur   de  
l’Église   en   1871,   l’année   où   Dehon   est   en   formation   au   Séminaire   français   de   Rome.   Ces  
traits   stimulent   sans   doute   la   curiosité   de   Dehon.   En   plus   c’est   l’époque   où   les   œuvres   de  
saint  Alphonse  de  Liguori  commencent  à  être    publiés  par  plusieurs  éditions  en  France.  Ce  
n’est   pas   étonnant   que   Dehon   a   repris   beaucoup   de   méditations   de   saint   Alphonse   de  
Liguori  pour  présenter  dans    ses  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

Quant  à  Jean-­‐Baptiste  Saint-­‐Jure,  l’auteur  que  Dehon  lit  beaucoup  dès  son  séminaire  et  
souvent  dans  ses  retraites,  Dehon  le  considère  comme  son  auteur  classique.    «  Le    principe  
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
de  préparer,  de  disposer  l’âme  pour  écarter  des  attachements  et  ensuite  de  chercher  la  volonté  divine  dans  la  
disposition  de  sa  vie.  (cf.  I.  PARRAGUIRRE,  «  Ignace  de  Loyola  (saint)  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  Tome  VII-­‐2,  
Paris,  Beauchesne,  1971,  col.  1266-­‐1270).  

63
 Nous  pouvons  voir  le  lien  de  la  plupart  des  méditations  dans  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur  de  
Dehon   chez   saint   Alphonse   de   Liguori  :   Méditation   pour   l’Avent,     Méditations   pour   le   temps   de   Noel   et   de  
l’Épiphanie,  sous  le    titre  général  Neuvaine  de  Noel  (1758),  L’amour  des  âmes  ou  Réflexions  et  affection  sur  la  
passion   de   Jésus   Christ   (1751),   Neuvaine   du   Cœur   de   Jésus   (1758),   La   véritable   épouse   de   Jésus-­‐Christ   ou   La  
religieuse   sanctifiée   par   des   vertus   propres   à   son   état  (1764),   Neuvaine  du  Saint-­‐Esprit  (1766),     La   voie   du   salut  
(1766),  Pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ  (1760),  etc.  

64
  C’est   la   raison   pour   laquelle   nous   faisons   beaucoup   de   comparaison,   surtout   dans   le   deuxième  
chapitre,  entre  Dehon  et  ces  deux  auteurs.  La  spiritualité  de  Dehon  est  construite  surtout  pendant  sa  formation  
à  Rome.  
 
65
 Cf.  L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.23-­‐24.  
66
 Cf.  –,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  5,  p.178-­‐179.  

23  
 
que   je   regarde   comme   le   principal   et   le   plus   important,   Dehon   cite   Saint-­‐Jure,   est   l’union  
intime  et  inséparable  que  nous  devons  avoir  avec  Notre  Seigneur  Jésus-­‐Christ67  ».    

La   vie   d’amour   envers   Jésus   et   la   vie   d’union   avec   le   Christ,   les   deux   colonnes  
vertébrales   des   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur,   peuvent   être   considéré   comme   deux  
aspects  influencés  par  Saint  Alphonse  de  Liguori  et  l’École  française  de  spiritualité.    Dehon  
cite  de  temps  en  temps  certains  auteurs  mystiques,  ascétiques,  et  les  pères  de  l’Église,  etc.  
dans  ses  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur,  mais  cette  influence  est  moins  importante  que  
les  trois  sources  qu’on  vient  de  présenter.    

2. Aperçu  général  des  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

Les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur   contiennent   des   méditations   des   mystères   de  


Jésus.  Dehon  connait  dès  sa  jeunesse  le  genre  de  «  méditation  »,  mais  il  doit  surtout  à  l’École  
française   de   spiritualité   que   son   directeur   l’a   orienté   à   travers   les   lectures   pendant   sa  
formation  à  Rome.  «  L’homme,  pour  cette  École,  ne  se  réalise  qu’en  s’unissant  à  Dieu  dans  
l’adoration  et  l’amour68  ».  Cette  adoration  consiste  surtout  en  méditations  des  mystères  du  
Fils  de  Dieu.  

Il  ne  suffit  pas  de  regarder  Jésus,  il  faut  méditer  sa  vie  pour  le  comprendre.  Selon  cette  
École,  «  chaque  circonstance  de  la  vie  du  Fils  de  Dieu     est  un  mystère  »  qui  correspond  à  un  
«  état    du  Verbe  Incarné  ».  Tous  ces  «  mystères  »  et  ces  «  états  »  ont  des  effets  et  des  grâces  
spéciales   sur   les   âmes.   Ainsi   «  nous   devons   rechercher   des   dispositions   conformes   à   l’état  
glorieux   du   Fils   de   Dieu   pour   en   recevoir   quelque   effet   en   nous   et   pour   l’honorer  
davantage  ».   Ces   dispositions   sont   «  l’adoration,   l’amour   et   la   communication   ou   la  
participation69  ».    

Cela   explique   aussi   les   méditations   dans   les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur   de  
Dehon.     En   méditant   les   mystères   et   les   circonstances   de   la   vie   de   Jésus,   Dehon   a   une  
attention  spéciale  à  la  disposition  intérieure  de  Jésus,  plus  précisément  de  son  Cœur  sacré,  
c’est   à   dire  le   «  grand   abime   de   charité  »   ou   «  l’amour   de   Jésus   envers   Dieu   et   envers   les  

                                                                                                                       
67
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  III,  p.127.  
68
 R.  DEVILLE,  l’École  française  de  spiritualité,  Paris,  Desclée,  1987,  p.37.  
69
 Cf.  Ibid.,  p.38.  

24  
 
hommes70  ».   Quels   «  effets  »   Dehon   veut-­‐t-­‐il   recevoir   en   contemplant   le   Cœur   de   Jésus  
sinon  sa  charité  ?  

Ces   méditations   du   «   grand   abime   de   charité  »   peuvent   ainsi   mettre   l’âme   dans   la  
disposition   conforme   aux   états   de   Jésus   qui   sont   toute   charité,   toute   bonté,   tout   homme  
intérieur  de  Jésus.  L’âme,  en  «  adhérant  »  à  l’  «  état  intérieur  »  de  Jésus,  se  transforme  en  
elle-­‐même   par   l’Esprit   de   Jésus   qui   lui   donne   ensuite   la   capacité   d’être   conformée   à   la  
volonté  de  Dieu.  C’est  ainsi  que,  en,  par  et  grâce  au  Christ,  nous  serons  parfaits  comme  le  
Père  est  parfait  (cf.  Mt  5,48).  
Quant   à   la   méthode   de   la   méditation,   ceci   est   ce   que   Dehon   résume   la   méthode   de    
saint  Alphonse  de  Liguori:  

 «  -­‐  Préparation  :  présence  de  Dieu,  invocations.  


-­‐ Méditation  :   lecture   en   s’arrêtant   aux   pensées   qui   nous   touchent.   Faire   surtout  
des  actes  de  foi,  d’humilité,  de  confiance,  d’amour.  
-­‐ Conclusion  :  une  résolution  pratique71  .»  
Ces   trois   étapes   présentent   parfaitement   le   plan   de   toutes   les   méditations   dans   les  
Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur.   Dans   ce   sens,   Dehon,   plus   qu’on   ne   pense,   est   plus  
proche  de  la  spiritualité  de  saint  Alphonse  de  Liguori  que  celle  de  saint  Ignace  de  Loyola.    

Pour   Aphonse   de   Liguori,   «  le   principe   capital   de   sa   spiritualité   est   de   mettre   au   cœur,  
et   dès   les   premiers   pas,   l’amour   divin72  ».   En   commençant   sa   Pratique   de   l’amour   envers  
Jésus-­‐Christ,   Alphonse   de   Liguori   note  :   «  Aimer   Jésus-­‐Christ,   notre   Dieu,   notre   souverain  
bien,   notre   Sauveur,   c’est   toute   la   perfection,   toute   la   sainteté73  ».   Cela   peut   résumer   le   but  
de   ce   livre   et   de   sa   spiritualité.   Cet   aspect   d’amour   chez   saint   Alphonse   de   Liguori    
correspond   très   bien   au   Père   Dehon.   Il   aime   et   apprécie   aussi   beaucoup   les   Exercices  
ignaciens,  mais  il  y  a    

«  quelque   chose,   dit-­‐il,   qui   ne   va   ni   à   mon   tempérament,   ni   à   ma   grâce,   c’est   qu’il  


faut   attendre   plusieurs   jours   avant   de   nous   parler   de   l’amour   de   Dieu.   ‘’L’homme   a   été  

                                                                                                                       
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.201.  
70
71
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  V,  p.367.  
72
 G.  LIÉVIN,  «  Alphonse  de  Liguorie  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  Paris,  Beauchesne,  1937,  col.  377.  
73
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  Perpignan,  Artège,  2011,  p.5.  

25  
 
créé,  nous  dit  Ignace  de  Loyola,  pour  louer,  honorer  et  servir  Dieu  ‘’.  Je  ne  saurais  m’arrêter  
là,  et  mon  cœur  me  dit  de  suite  que  l’homme  a  été  créé  pour  aimer  Dieu74  ».  

Les  exercices  de  la  méditation  dans  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur  visent  moins  
à  regarder  Jésus  pour  voir  si  nos  actions  sont  conformes  à  celles  de  Jésus.  Ceci  demande  des  
jugements,   étape   par   étape,   comme   les   exercices   ignaciens,   pour   tirer   des   résolutions  
pratiques.    Les  exercices  dehoniens  consistent  plutôt  à  contempler  Jésus  pour  absorber  dans  
son   Amour,   puis   agir   selon   l’influence   de   son   Esprit   dans   notre   cœur.   C’est   ce   que   Dehon  
apprend  à  ses  novices  comme  l’attitude  de  «  laisser  faire75  »,  note  le  novice  S.  Falleur76.  De  
ce   fait,   la   coopération   à   l’Esprit   est   importante.   Cette   coopération,   qui   marque   le   rôle   de  
l’Esprit  Saint  ou  l’Esprit  de  Jésus,    rapproche  Dehon  de  l’École  française  de  spiritualité,  qui,  
par   cette   coopération,   peut   brûler   «  volontiers   les   étapes,   visant   d’abord   et   immédiatement  
les  états  où  elle  entend  parvenir,  ou  plutôt  les  états  de  Jésus  qu’elle  espère  s’approprier77  ».    

Les   «  résolutions  »   après   chaque   méditation   peuvent   jouer   encore   comme   le   rôle  
d’une  exhortation  du  chrétien  pour  devenir  chaque  jour  mieux  en  suivant  le  chemin  de  Jésus  
Christ.   Elles   visent   moins   à   former   un   chrétien   parfait   qu’à   «  tendre   à   la   perfection  
chrétienne   par   l’amour   de   Dieu   et   spécialement   de   la   sainte   humanité   de   Jésus78  »,   à   savoir,  
dans   cette   perfection,   à   tendre   vers   les   trois   vertus   théologales  :   la   foi,   l’espérance   et   la  
charité.    

On   peut   voir   que   ces   résolutions   ressemblent   aussi   plus   à   saint   Alphonse   de   Liguori  
que   celles   de   saint   Ignace79.   Les   exercices   ignaciens,   pour   Dehon   ont   «  le   fondement   de   la  
morale,  le  repentir,  la  conversion  ;  l’étude  de  Jésus  Christ  pour  l’imiter  ;  les  méditations  qui  
                                                                                                                       
74
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.16.  
75
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  Centro  Generale  Studi,  coll.  «  Studia  Dehoniana  »,  10,  1979,  p.100.  
76
  Théodore   FALLEUR,   (Stanislas   en   religion),   né   à   Effry   (Aisne)   en   1857,   est   un   des   premiers   novices   et  
compagnon   dans   la   Congrégation   des   Oblats   du   Cœur   de   Jésus   dont   Dehon   est   fondateur.   Celui-­‐ci     est   lui-­‐
même  maitre  des  novices  des  premières  années  de  sa  Congrégation.  Les  Cahiers  de  S.  Falleur  sont  ses  notes  
durant   son   noviciat   de   1879   à   1881.   S.   Falleur   prononce,   avec   Dehon   et   cinq   autres   confrères,   les   vœux  
perpétuels   en   1886.   Il   assume   ensuite   plusieurs   tâches   dans   la   Congrégation   comme   Économe   Général,   puis  
supérieur  de  la  maison  du  Sacré-­‐Cœur  à  Saint-­‐Quentin  où  il  meurt  en  1934.  
77
 H.  BREMOND,  Histoire  du  sentiment  religieux  en  France,  Tome  3,  Paris,  Armand  Colin,  1967,  p.69.  
78
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.5.  
79
  Pour   H.   Bremond,   la   différence   entre   saint   Ignace   et   P.   Bérulle   est   que   l’un   vise   à   former   surtout   des  
moralistes,  des  ascètes  et  l’autre  des  adorateurs.  (cf.    H.  BREMOND,  Histoire  littéraire  du  sentiment  religieux  en  
France,  p.103).  

26  
 
excitent  et  affermissent  la  volonté  ;  et  enfin  l’union  avec  Notre  Seigneur80  ».  Quant  à  saint  
Alphonse   de   Liguori,   le   caractère   d’amour   dans   l’union   à   Jésus   Christ   est   plus   important   que  
les  autres.  

La  «  perfection  de  l’amour  »  envers  Dieu,  pour  Dehon,  se  montre  tout  d’abord  par    la  
conformité  à  sa  volonté81.  N’est  ce  pas  ce  qu’Augustin  veut  dire  par  cette  maxime  :  «  aimez  
et  faites  ce  que  vous  voulez  »  ?  En  aimant  Dieu,  l’homme  s’efforce  à  faire  la  volonté  de  Dieu.  
C’est  ainsi  que  la  perfection  de  l’amour  de  Dieu   peut  nous  amener  à  la  sainteté,  qui,  pour  
Dehon,  consiste  dans  l’union  avec  Dieu  et  la  conformité  à  sa  volonté82.  

                                                                                                                       
80
L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.162.  
81
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.69.  
82
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.5.  

27  
 
CHAPITRE  II  

LES  MEDITATIONS  DANS  LES  COURONNES  D’AMOUR  AU  SACRE-­‐CŒUR  

I. Les  méditations  sur  l’Eucharistie,  troisième  Couronne  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  


 
1. L’Eucharistie,  le  «  sacrement  d’amour  ».  

Le  but  de  la  sainte  Trinité  dans  la  Création,  comme  dans  la  Rédemption,  est  d’apporter  
le  feu  d’amour  divin  et  d’allumer  ce  feu  dans  les  âmes83.  Dieu  se  suffit  par  Lui-­‐même,  mais  Il  
ne  veut  pas  se  garder  pour  soi  ce  bonheur.  Il  veut  partager  aussi  avec  les  hommes.  Il  les  a  
tout  donné  dans  la  Création,  mais  par  la  désobéissance,  l’homme  ne  peut  plus  voir  Dieu  face  
à   face.   L’Homme   doit   quitter   ainsi   le   jardin   d’Éden   (cf.   Gn   3).   Pourtant   Dieu   ne   veut   pas  
perdre  les  hommes.  La  charité  qui  est  le  principe  de  son  être  (cf.  1  Jn  4,  8)  L’a  poussé  à  sortir  
de  lui-­‐même  pour  sauver  les  hommes  de  cette  rupture  d’amour84.  En  tant  que  «  sacrement  
d’amour»   -­‐   expression   de   saint   Thomas   d’Aquin   (1225-­‐1274)85,   l’Eucharistie   est   le   canal  
parfait  pour  réaliser  ce  dessein  d’amour.  

Sous   l’Ancienne   Alliance,   Dieu   demande   à   Moise   d’allumer   un   feu   sur   l’autel   qui   ne  
doit   jamais   s’éteindre   (cf.   Lv   6,   6).   Ce   feu,   pour   Dehon,   représente   un   culte   perpétuel  
d’amour  qui  s’élève  de  la  terre  vers  le  ciel.  Avec  Jésus,  ce  culte  atteint  son  sommet,  car  il  est  
le   pontife,   l’autel   et   la   victime   parfaite.   Le   feu   perpétuel   qui   monte   vers   Dieu   le   Père   c’est   le  
feu   de   charité   dans   le   Cœur   de   Jésus.   Ce   «  feu   spirituel  »   que   Jésus   nous   a   apporté   doit  
brûler  sans  interruption  dans  notre  cœur  et  peut  être  entretenu  par  l’Eucharistie86.  C’est  une  
condition   pour   parvenir   au   Règne   du   Cœur   du   Christ   dans   les   âmes87.   Par   ce   Règne,   Jésus  
devient  le  principe  et  la  fin  de  toutes  nos  actions.  C’est-­‐à-­‐dire  ces  actions  auront  toujours,  
pour  point  de  départ  et  pour  base,  l’inspiration  et  la  volonté  de  Dieu88.  

                                                                                                                       
 L.  DEHON,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.22.  
83
84
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.197.  
85
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  Perpignan,  Artège,  2011,  p.20.  
86
 L.  DEHON,  La  dévotion  au  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  Rome,  Édition  Cédas  -­‐  Andria,  coll.    «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  
1,    1982,  p.11.  
 Cf.  –,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.22.  
87
88
 cf.  –,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.128.  

28  
 
Les   gens   n’aiment   pas   Jésus,   parce   qu’ils   ne   le   connaissent   pas.   Ils   ne   le   connaissent  
pas   parce   qu’ils   ne   le   cherchent   pas   dans   le   Temple,   c'est-­‐à-­‐dire   dans   l’adoration,   dans   le  
recueillement   habituel,   etc.   Si   la   charité   des   gens   est   refroidie,   n’est-­‐ce   pas   parce   qu’ils    
ignorent  ou  qu’ils  «  négligent  de  voir,  de  recevoir  ou  d’être  attentifs  à  la  présence  de  Jésus  
dans  l’Eucharistie  ?89  ».    

Le   principe   du   salut,   dit   Dehon,   est   de   «  chercher   à   connaître   Jésus  :   dès   qu’on   le  
connait,  on  l’aime  ».  Ensuite,  il  nous  faut  aussi  agir  pour  correspondre  à  cette  grâce  d’aimer  
Jésus90.  «  La  vie  de  Dieu  en  lui-­‐même,  dit  Dehon,  c’est  de  se  connaître  et  de  s’aimer  »,  et  si  
Dieu   s’aime   parce   qu’il   se   connait   et   qu’il   ne   peut   rien   connaitre   de   meilleur,   ni   d’aussi  
bon91  ».   Les   méditations   dans   les   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   ont   ainsi   pour   but   de  
connaître   Dieu.   Et   c’est   comme   dit   J.B.   Saint-­‐Jure  ;   il   faut   connaitre   pour   aimer.   Car   c’est  
impossible  de  connaître  Dieu  sans  l’aimer92.  

Pour   montrer   le   lien   entre   la   connaissance,   l’amour   de   Dieu   et   les   actions   comme  
conséquence  de  cette  connaissance  et  cet  amour,  Dehon  donne  un  exemple  dans  l’Évangile  
de  Luc  avec  le  personnage  Zachée.  Celui-­‐ci  a  utilisé  tous  les  moyens  pour  voir  et  connaître  
Jésus.   Pour   cela   Jésus   est   passé   chez   lui.   Zachée   dit   ensuite  :   Voici   Seigneur,   je   donne   aux  
pauvres   la   moitié   de   mes   biens   et   si   j’ai   fait   du   tort   à   quelqu’un,   je   rends   le   quadruple   (Lc  
19,8).    C’est  ainsi  que  Zachée  parvient  au  salut.  Quelles  sont  les  premières  actions  de  Zachée,  
après  avoir  rencontré  Jésus,  sinon  celle  de  la  miséricorde  et  de  la  justice  ?  

La   vie   de   Jésus   dans   l’Eucharistie   est   pour   Dehon   surtout   la   vie   d’amour,   un   amour   qui  
va   jusqu’à   l’immolation.   Les   événements   bouleversants   dans   sa   vie   terrestre     sont   des  
accidents.    Une  fois  ces  accidents  passés,  il  ne  reste  que  le  principe  :  la  vie  du  Cœur.  C’est  ce  
Cœur,   à   travers   l’Eucharistie,   qui   est   «  la   source   de   toute   vie   surnaturelle   dans   l’Église,   de  
toutes  les  grâces  qui  opèrent  dans  les  membres  de  l’Église93  ».    

                                                                                                                       
89
 L.  DEHON,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.137.  
90
 Ibid.,  p.136.  
91
 Ibid.,  p.34-­‐35.  
92
 J.-­‐B.  SAINT-­‐JURE,  De  la  connaissance  et  de  l’amour  du  Fils  de  Dieu  Notre  Seigneur  Jésus-­‐Christ,  Lyon,  Guyot  
Frères,  1850,  p.32.  
93
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p..412.  

29  
 
Pour   Alphonse   de   Liguori,   l’Eucharistie   est   le   plus   grand   témoignage   de   l’amour   que  
Jésus   nous   a   laissé.   C’est   un   «  sacrement   d’amour  »,   car   «     seul   l’amour   amena   Jésus   à   ce  
don  de  tout  lui-­‐même94  ».  C’est  le  principal  moyen  d’enflammer  l’amour  pour  Dieu  dans  les  
âmes95.  Pour  Dehon  tous  les  mystères  de  l’amour  de  Jésus  se  résument  dans  l’Eucharistie.    
Ainsi   que   tous   les   dons   sont   renfermées   dans   ce   «  sacrément   d’amour  »   d’où   coulent   toutes  
les  grâces  dont  la  source  est  le  Cœur  de  Jésus96.  

L’amour  de  Dieu  est  gratuit  et  il  peut  transformer  toutes  les  actions  humaines  en  acte  
de   charité.   Pour   demeurer   dans   cet   Amour,   un   sujet   cher   dans   l’évangile   de   saint   Jean,   il  
nous   faut   faire   des   efforts   qui   sont,   pour   Dehon,   la   participation   à   l’Eucharistie   et   la   vie  
d’oraison97.   Ces   efforts   dépendent   d’abord   des   hommes,   car   Dieu   veut   que   l’homme   soit  
libre.  C’est  à  l’homme  de  décider  s’il  veut  maintenir  le  «  feu  d’amour  »  que  Dieu  a  mis  dans  
son   cœur.     Comme   Dieu   est   libre,   Il   veut   aussi   que   l’homme   soit   libre.   Si   par   sa   liberté  
l’homme   manifeste   sa   désobéissance   en   mangeant   le   fruit   de   l’arbre   interdit   (cf.   Gn   3,6),  
c’est  aussi  grâce  à  sa  liberté  que  l’homme  mérite  le  ciel98.  

Pourtant   l’homme   ne   peut   pas   acquérir   cette   vie   du   ciel   sans   la   grâce   de   Jésus   dont  
l’Eucharistie  est  l’instrument  principal.    Par  le  Sacrifice  eucharistique,  Jésus  nous  offre  avec  
Lui   à   Dieu   le   Père.   Grâce   à   lui,   ce   sacrifice   devient   un   hommage   et   un   culte   infiniment   digne  
à   la   divinité   de   Dieu   et     à   travers   lequel   la   Rédemption   est   opérée.   En   plus,   en   tant   que  
sacrement,  Jésus  nous  sanctifie  pour  offrir  à  son  Père  une  «  Église  immaculée99  »,  sans  tâche  
et   sans   reproche   (cf.   Col   1,22).   Il   est   mort   pour   les   hommes   et   pour   Dieu.   Il   est   aussi   le  
premier   né   entre   les   morts   (cf.   Col   1,   18).   Par   sa   vie,   sa   Mort   et   sa   Résurrection,   Jésus   a  
montré   aux   hommes   le   chemin   et   la   Vie   (cf.   Jn   14,   6).   En   transmettant   aux   hommes   son  
Esprit,  Jésus  donne  aux  hommes  un  aide  pour  discerner  ce  chemin  qui  mène  vers  Dieu.  Cet    
Esprit   de   vérité   que   le   monde   ne   connait   pas   et   ne   veut   pas   recevoir   demeure   en   chacun   de  
nous  (cf.  Jn  14,17).  C’est  grâce  à  cet  Esprit  que  l’homme  peut  discerner  la  volonté  de  Dieu.  
«  La  vérité  et  la  charité,  dit  Dehon,  ont  été  les  deux  grandes  passions  de  ma  vie,  et  je  n’ai  

                                                                                                                       
94
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  p.20.  
95
 cf.  Ibid.,  p.26.  
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.412-­‐415.  
96

 Cf.  –,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.23.  
97
98
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.190  
99
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.58.  

30  
 
qu’un  désir,   c’est   qu’elles   soient  les  deux  seuls  attraits  de   l’œuvres  que  je  laisserai100  ».   La  
vérité  et  la  charité  peuvent  présenter  ainsi  l’Esprit  et  Jésus.  

Par  son  oblation  par  amour,  ses  sacrifices,  ses  mérites  dans  son  Incarnation,  le  Christ  a  
racheté   les   hommes   de   tout   péché.     Celui   qui   l’a,   a   la   vie   (1Jn   5,12).   Jésus     fonde   encore  
l’Eucharistie     parce   que,   pour   Dehon,   il   ne   veut   pas   nous   donner   seulement   «  les   fruits   de   la  
charité  infinie  »,  mais  aussi  «  l’arbre     qui  porte  ces  fruits101  ».  Jésus  ne  veut  pas  se  donner  à  
l’homme   une   fois   pour   toutes,   mais   il   veut   «  se   donner   encore   chaque   jour   dans   sa   vie  
eucharistique102  ».    

Pour  Alphonse  de  Liguori,  l’amour  est  un  trésor  pour  lequel,  il  nous  faut  tout  quitter  
pour   l’acquérir   (cf.   Mt,   1344).   C’est   le   bien     unique   qui   renferme   tous   les   biens.   Ce   bien  
suprême   est   Dieu103.   Le   trésor   dont   parle   l’Évangile   de   Mathieu,   pour   Dehon,   est   non   pas  
Dieu,  mais  le  cœur  de  l’homme.  Par  son  Incarnation,  Dieu  veut  acquérir  ce  trésor.  Il  veut  le  
posséder  à  tout  prix.  Il  doit  payer  ainsi  par  son  humilité,  ses  souffrances  et  sa  mort  même.  
C’est   lui-­‐même   qui   est   le   marchand   et   «  qui   vend   toutes   ses   richesses   pour   acquérir   une  
perle  qu’il  a  estimée  rare  et  d’un  grand  prix104  ».  

Par   l’oblation   dans   l’Eucharistie,   Jésus   ne   veut   pas   seulement   être   avec   nous   comme  
dans   son   Incarnation,   mais   aussi   demeurer   en   nous.   L’Eucharistie   Lui   a   permis   ainsi   de   se  
rendre   présent   partout,   en   tout   temps   et   dans   tous   les   cœurs   qui   l’aiment105.   Par   le  
baptême,   nous   devenons   le   temple   du   Saint-­‐Esprit,   et   par   l’Eucharistie   «  ce   temple   vivant  
s’assimile   au   Christ   et   fait   de   notre   cœur   son   propre   Cœur  ».   Ainsi   «  l’Eucharistie,   pour  
Dehon,  n’est  pas  autre  chose  que  l’Incarnation  appliquée  à  chacun  de  nous106  ».  

Cette   descente   de   Jésus   dans   le   cœur   des   hommes   peut   être   comprise   comme   la  
troisième  naissance  de  Jésus.  Les  trois  naissances  sont  célébrées,  vers  les  VIIIe  –Xe  siècles,  par  

                                                                                                                       
100
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.152  
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.416.  
101
102
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.33.  
103
 Cf.  A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  Paris-­‐Fribourg,  Saint-­‐Paul,  1993,  p.318.  
104
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.417.  
105
 Cf.  Ibid.,  p.419.  
106
   Ibid.,  p.421.  

31  
 
les  trois  messes  de  Noël107.  Jean  Tauler  (1300-­‐1361),  un  des  mystiques  rhénans,    parle  de  la  
première     naissance   comme   celle   du   Fils   unique   engendré   par   le   Père   céleste   dans   l’essence  
divine,  de  la  deuxième  celle  du  Verbe  incarné  par  la  Vierge  Marie,  de  la  troisième  celle  de  
Dieu,  tous  les  jours  et  à  toute  heure,  dans  «  une  bonne  âme  »  par  la  grâce  de  l’amour108.    

Pour   Maître   Eckhart   (1260-­‐1328),   théologien   et   philosophe   dominicain   et   qui   est   le  


premier  des  mystiques  rhénans,  la  naissance  spirituelle  s’est  passée  dans  le  fond  sans  fond  
dans   l’âme   (grund   ohne   grund).   À   travers   «  chaque   pensée   bonne   ou   intention   bonne   ou  
œuvre   bonne,   nous   sommes   en   tout   temps   nés   de   nouveau   en   Dieu109  ».   Pour   Pierre   de  
Bérulle  qui  connait  les  mystiques  rhénans  à  travers  les  œuvres  de  Jean  Tauler,  la  troisième  
naissance  du  Verbe  de  Dieu  s’est  passée  sur  la  Croix.  C’est  de  la  mort  et  du  sépulcre  de  Jésus  
Christ  que  Dieu  le  fait  renaître  et  lui  rend  son  état  heureux,  glorieux  et  éternel110.  C’est  donc    

«  si  Jésus,  qui  est  la  vie,  doit  mourir,  sa  mort  est  vie  pour  nous,  et  le  lieu  de  sa  mort  
est  le  nid  de  la  vie  que  nous  recevons  en  la  mort  et  par  la  mort  de  celui  qui  est  vie,  duquel  
tout  est  vie,  et  duquel  la  mort  est  vie,  et  même  vie  vivifiante.111»  

Cela  donne,  pour  Dehon  comme  pour  l’École  française  de  spiritualité,  une  importance  
particulière  au  mystère  du  Calvaire  et  surtout  à  l’Eucharistie  -­‐  la  célébration  du  sacrifice  de  la  
Mort   et   de   la   Résurrection   de   Jésus.     Si   Jésus   de   Nazareth   est   mort   sur   la   croix   et   est  
ressuscité   une   fois   pour   tout,   le   Christ   Jésus,   par   le   sacrement   de   l’Eucharistie,   meurt   et  
ressuscite   tous   les   jours,   à   tout   lieu   et   en   tout   temps.   «  La   mort   du   Christ,   dit   Dehon,   est   ma  
vie.   Son   sang   m’enivre   d’amour   et   sa   Passion   est   la   source   de   toutes   grâces   et   de   toute  
force.112  »  

Après   avoir   mis   toutes   les   créatures   aux   services   de   l’homme,   Dieu   se   donne   encore  
lui-­‐même   à   travers   l’Incarnation.   C’est   cela   qui   est   le   plus   grand   don   pour   les   hommes  :   le  

                                                                                                                       
107
 M.-­‐A.  VANNIER,  Cheminer  avec  Maître  Eckhart  au  cœur  de  l’anthropologie  chrétienne,  Paris,  Artège,  2015,  
p.134.  
108
 J.  TAULER,  Sermons,  trad.    E.  HUGUENY,  et  alii,  Paris,  Cerf,  1991,  p.  13.  
109
 M.-­‐A.  VANNIER,  Cheminer  avec  Maître  Eckhart  au  cœur  de  l’anthropologie  chrétienne,  p.92.  
110
 Cf.  P.  BÉRULLE,  Discours  de  l’État  et  des  grandeurs  de  Jésus,  Paris,  Cerf,  coll.  «  Œuvres  complètes  »,  7,  1996,  
p.459.  
111
 Ibid.,  p.463.  
112
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.  418.  

32  
 
don   de   l’adoption   divine   ou   la   déification113.   A   travers   l’Eucharistie,   l’homme   peut  
«  profiter  »   ce   don   sublime  autant   qu’il   peut.   C’est   ainsi   que   Dehon   peut   dire   que   Dieu   ne  
nous   donne   pas   seulement   les   fruits,   mais   aussi   «  l’arbre  »   qui   donne   ces   fruits,     en  
transmettant  à  ses  disciples  le  sacerdoce  pour  célébrer  le  sacrifice  et  le  mystère  du  Calvaire.  

Ainsi,  une  chose  merveille  que  les  prêtres  peuvent  faire  in  persona  Christi,  pour  Dehon,  
n’est   pas   d’abord   d’instruire   le   peuple,   ni   de   guérir   les   malades   ou   de   ressusciter   des   morts.  
«  C’est   plus   que   tout   cela,   c’est   d’offrir   Jésus   lui-­‐même   à   son   Père   avec   les   mérites   infinis   de  
la  Rédemption114  ».  

2. La  Communion  et  la  vie  d’oraison.  

Pour   Dehon,   Jésus   nous   communique   à   travers   l’Eucharistie   d’une   certaine   manière    
«  quelques   unes   de   ses   qualités   glorieuses  ».   Dans   l’Eucharistie,   nous   nous   détachons   des  
créatures   pour   entrer  dans   les   «  sphères   de   l’amour  »   qui   est   la   contemplation115.   C’est   ainsi  
que   notre   cœur   peut   être   rempli   de   la   charité   et   de   la   joie.   On   peut   dire   qu’en   possédant  
Jésus  en  notre  cœur,  nous  avons  gouté,  d’un  certain  degré,  la  vie  au  ciel.  Comme  dit  saint  
Jean,  celui  qui  a  le  Fils  a  la  vie  éternelle  (1Jn  5,11).    

Dans   les   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur,   il   y   en   a   une   pour   méditer   de  


l’Incarnation,  une  pour  la  Passion  et  une  pour  l’Eucharistie.  S’il  n’y  en  a  pas  une  pour  méditer  
de  la  Résurrection,  celle-­‐ci  peut  être  sous-­‐entendue  par  l’Eucharistie  dont  l’action  de  grâce  
montre,   d’une   certaine   manière,   le   caractère   de   la   «  Résurrection  ».   Le   mot   εὐχαριστία   veut  
dire  déjà  l’  «  action  de  grâce  ».    Cette  action  de  grâces  dans  l’Eucharistie,  dit  Dehon,  «  doit  
terminer  ce  rosaire  que  l’oblation  a  commencé  ;  elle  commence  sur  la  terre,  mais  elle  doit  se  
prolonger  dans  le  ciel116  ».  

La   vie   au   ciel,   pour   Dehon,   sera   la   vie   de   l’amour.   La   foi   et   l’espérance   passeront,   mais  
la  charité  ne  passera  jamais  (1Co  13,8).  C’est  ainsi  que  la  mesure  de  notre  amour  ici-­‐bas  sera  

                                                                                                                       
113
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.190-­‐191.  
114
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.71.  
115
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.426-­‐427.  
116
 Ibid.,  p.496.  

33  
 
celle  de  notre  amour  dans  le  ciel  :  plus  on  aime  pendant  la  vie  sur  la  terre,  plus  on  aime  dans  
la   vie   éternelle.   «  La   foi   fera   place   à   la   vision,   l’espérance   à   la   possession,   l’amour   règnera  
éternellement  ».  Cela  ne  veut  pas  dire  que  les  autres  sentiments  disparaitront,  comme  par  
exemple  la  joie  ou  la  paix,  etc.  Mais  pour  Dehon  «  elles  seront  toutes  coordonnées  à  l’amour  
et   absorbées   dans   l’amour117  ».   N’est-­‐ce   pas   la   base   de  l’amour   désir   (éros)   et   le   fondement  
de  l’amour  fraternel  (philia)  ?  Engager  dans  ces  amours  est  entrer  dans  une  perspective  de  
l’amour  (agapè)  pour  toujours.  

Saint  Alphonse  de  Liguori  dit  dans  ses  méditations  qu’il  nous  faut  beaucoup  aimer  Dieu  
en  cette  vie  pour  l’aimer  beaucoup  dans  l’éternité.  Car  «  au  ciel,  l’âme  a  la  certitude  absolue  
d’aimer   Dieu   et   d’être   aimée   de   Lui118  ».   Aussi   Saint-­‐Jure   dit   que,   dans   le   ciel,   l’âme   se  
plonge   dans   l’océan   d’amour,   parce   qu’«  il   n’y   a   point   de   foi   dans   le   ciel,   car   on   voit  ;   il   n’y   a  
point  d’espérance,  car  on  possède  tout119  ».  

Si  le  baptême  marque  notre  appartenance  à  Dieu,  nous  sommes  dépouillés  par  là  du  
vieil   homme   pour   revêtir   l’homme   nouveau   (cf.   Col   3,   9-­‐10),   l’union   avec   Jésus   dans  
l’Eucharistie,  pour  Dehon,  nous  rend  semblable  à  lui120.  Peut-­‐on  dire  que  par  l’Eucharistie,  en  
tant   que   «  sacrement   d’amour  »,   nous   revêtons   surtout   de   la   charité   qui   est   le   lien   de   la  
perfection  (Col  3,  14)  ?  

Par   l’Eucharistie,   l’homme   est   dégagé   de   toutes   les   créatures   pour   marcher   avec   Jésus  
dans  la  joie.    «  Si  la  joie  pénètre  si  peu  dans  nos  cœurs,  c’est  parce  que,  dit  Dehon,  ils  ne  sont    
pas   assez   dégagés   des   créatures121  ».   Saint   Paul   ne   dit-­‐il   pas   que   le   fruit   de   l’Esprit   est   la  
charité,  la  joie,  la  paix,  etc.    (Cf.  Ga  5,22)  ?  

En   face   des   «  grandes   misères   du   monde  »,   il   nous   faut,   pour   Dehon,   savoir   recevoir   la  
charité   de   Dieu   en   Jésus   par   l’Esprit.   Cette   charité   est   une   base   solide   pour   construire   le  
Royaume  de  Dieu.    Par  la  charité,  Jésus    n’est  pas  indifférent  au  monde,  il  agit,  il  console,  il  

                                                                                                                       
117
 L.  DEHON,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.109-­‐110.  
118
 A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.301.  
119
 J.  B.  SAINT-­‐JURE,  Méditations  et  retraites  sur  les  plus  importantes  vérités  de  la  religion,  selon  les  exercices  de  
saint  Ignace,    Lyon,  F.  Guyot,  1842,  p.241.  
120
 Cf.  L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.15.  
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.428.  
121

34  
 
assiste,  il  guérit  et  il  veut  que  vous  fassiez  de  même122.  Construire  le  monde  seulement  sur  la  
compassion  humaine  n’est-­‐il  pas  comme  construire  une  maison  sur  le  sable  (cf.  Mt  7,26)  ?  
Comme   dit   Jésus   dans   l’Évangile   de   saint   Jean  :   Je   suis   la   vigne,   vous   êtes   les   sarments.   Celui  
qui   demeure   en   moi,   et   en   qui   je   demeure,   porte   beaucoup   de   fruits  :   car,   séparés   de   moi,  
vous  ne  pouvez  rien  faire    (Jn  15,5).  

En  revêtant  la  charité  du  Christ,  l’homme  ne  peut  pas  se  replier  sur  lui-­‐même.  Car  la  
charité  du  Christ  nous  presse  (2  Co  5,14).  En  retournant  sur  eux-­‐mêmes,  les  hommes  arrivent  
souvent  au  découragement  en  découvrant  leurs  limites.  Par  contre  en  s’oubliant  eux-­‐mêmes  
pour  s’unir  à  Jésus  par  amour,  ils  «  inspirent  des  désirs  de  plus  en  plus  grands  »  en  voulant  
montrer   leur   reconnaissance   envers   celui   qui   les   a   aimés   le   premier,   en   s’épuisant   et   en  
mourant  pour  lui123.  Autrement  dit,  l’homme  ne  cherche  pas  seulement  ses  désirs  pour  soi,  
mais   ces   «  désirs  »   engendrent   la   vraie   générosité   qui   se   donne,   dans   la   joie,   jusqu’à   se  
consumer,    à  donner  sa  vie  pour  ses  amis  (cf.  Jn  15,13).  

II. Les   méditations   sur   l’Incarnation,   la   vie   cachée   et   la   vie   apostolique   de   Jésus,  
première  Couronne  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  
 
1. Les  dons  de  Dieu  dans    son  Incarnation.  

Dans  la  Création,  Dieu  a  créé  l’homme  à  son  image  et  à  sa  ressemblance  (Gn  1,  26)  qui  
sont  un  don  naturel  et  un  don  surnaturel.  Par  cette  Création,  l’homme  porte  en  lui  l’image  
de   Dieu   trinitaire.   La   vie,   l’intelligence   et   la   volonté,   pour   Dehon,   représentent  
respectivement   l’image   du   Père,   du   Fils   et   l’Esprit   Saint124.   Pour   Jean   Tauler,   c’est     la  
mémoire,  l’intelligence  et  le  libre  arbitre  qui  présentent  l’image  de  la  Sainte  Trinité125.  Saint-­‐
Jure,  dans  ses  Méditations,  dit  aussi  que  l’homme  possède  dans  son  cœur  la  sainte  Trinité  
dont  le  Père  nous  a  créés,  le  Fils  nous  a  sauvés  et  le  Saint  Esprit  nous  sanctifie126.    

                                                                                                                       
122
 L.  DEHON,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.230.  
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.501-­‐502.  
123

 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.189-­‐190.  
124
125
 J.  TAULER,  Sermons,  p.  15-­‐16.  
126
 Cf.  J.  B.  SAINT-­‐JURE,  Méditations  et  retraites  sur  les  plus  importantes  vérités  de  la  religion,  p.263.  

35  
 
Tous   les   dons   que   Dieu   donne   à   l’homme   sont   pour   que   celui-­‐ci   l’aime   par   la  
reconnaissance,   et     pour   «  gagner   pleinement   notre   cœur  »   remarque   Alphonse   de  
Liguori127.   Dehon,   quant   à   lui,     insiste   sur   l’amour   envers   Dieu   de   tout   notre   cœur   et   de   tout  
notre  esprit  (cf.  Dt  10,12)  en  échange  de  cette  bonté  de  Dieu.  Aimer  Dieu  de  tout  esprit  veut  
dire  pour  Dehon  que  toutes  nos  facultés  sont  au  service  de  l’amour128.    

Par  le  péché,  l’homme  a  perdu  sa  ressemblance  à  Dieu.  Il  est  condamné  à  la  mort  et  
doit  quitter  le  paradis  terrestre.  Dieu,  par  sa  miséricorde  envers  les  hommes,  veut  les  sauver.    
Depuis   l’éternité   le   Christ   est   avec   Dieu   le   Père   dans   le   projet   de   la   Rédemption   et   de  
l’Incarnation   dans   une   vie   pénible,   pauvre,   humble,   tant   de   souffrances,   des   mépris,   et   la  
mort  sur  la  croix,  maudit  et  abandonné  de  tous,  etc.    Dans  cette  incarnation,  Dehon  insiste  
plutôt  sur  la  miséricorde  et  la  justice  de  Dieu.  Par  sa  miséricorde,  Dieu  ne  veut  pas  perdre  
l’homme,   par   sa   justice   il   faut   une   offrande   adéquate   à   l’offense   commise   par   le   péché.  
Cette  offense  de  l’homme  envers  Dieu  est  infinie.  Ainsi  il  faut  avoir  une  offrande  aussi  infinie  
pour   satisfaire   la   justice   de   Dieu.   Par   cette   exigence   de   la   justice,   Dehon   veut   montrer  
l’oblation   du   Verbe   -­‐   l’Ecce   venio129,   et   la   «  réparation»   de   la   rupture   entre   Dieu   et   les  
hommes.    

Cet   acte   d’oblation   de   Jésus   est   très   marqué   dans   la   vie   de   Dehon.   Baptisé   le   24   mars,  
la  veille  de  la  fête  d’Annonciation,  Dehon  interprète  cela  comme  un  signe  de  la  Providence  
pour   lui.   L’Ecce   venio   de   Jésus   et   le   Fiat   de   Marie   (cf.   Lc   1,38)   sont   ainsi   des   signes   de   sa  
vocation   de   Prêtre-­‐Hostie   du   Cœur   de   Jésus130.   Dehon   regarde   ainsi   l’Incarnation   plutôt   à  
l’angle  de  l’École  française  de  spiritualité.  Cette  deuxième  naissance  du  Verbe  est,  pour  cette  
École,  «  un  mystère  d’offrande  et  d’adoration131  ».  

Si  les  mystères  de  la  vie  de  Jésus  passent,  l’oblation  du  Verbe  de  Dieu,  pour  Dehon,  est  
un   mystère   qui   ne   passera   jamais132.   L’Eucharistie   est   une   manière,   pour   Jésus,   pour  
continuer   sa   vie   d’amour   et   son   oblation   dont   il   a   témoigné   durant   son   Incarnation.   Grâce   à  

                                                                                                                       
127
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  p.6.  
128
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.192.  
129
   –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.198.  
130
 Cf.  –,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  1,  p.2.  
131
 P.  de  BÉRULLE,  Discours  de  l’État  et  des  grandeurs  de  Jésus,  p.  415.  
132
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.206.  

36  
 
l’Eucharistie,   Jésus   peut   non   seulement   communiquer   ses   dons   et   ses   grâces,   mais   aussi  
renouveler  son  acte  d’oblation  jusqu’à    la  fin  des  temps.  

Saint   Alphonse   de   Liguori   regarde   l’Incarnation   et   la   vie   de   Jésus   surtout   comme   «  une  
souffrance  ininterrompue133  »    pour  prouver  la  grandeur  de  l’amour  de  Dieu  et  pour  gagner  
le   cœur   de   l’homme.   Dehon   considère   plutôt   l’oblation   de   Jésus.     Celui-­‐ci   est   «  avant   tout  
une  victime  offerte  à  Dieu,  il  sera  éternellement  oblat.  Il  a  prononcé  son  Ecce  venio  dans  le  
sein  de  sa  Mère,  il  le  réalisera  éternellement134  ».    

Au  début  Dehon  a  choisi  «  Oblats  du  Cœur  de  Jésus  »  comme  nom  de  sa  Congrégation.  
Avec  ses  premiers  compagnons,    il   a  fait  même  un  vœu  particulier  d’oblation  (de  victime).  
Jean  Eudes  (1601-­‐1680),  une  des  grandes  figures  d’École  française  de  spiritualité,  a  fait  lui-­‐
aussi  le  vœu  d’oblation  à  Dieu  «  en  qualité  d’hostie  et  de  victime  »  à  la  gloire  de  Dieu  et  à  
son  amour135.    

Comme  saint  Alphonse  de  Liguori136  et  Jean-­‐Baptiste  Saint-­‐Jure137  qui  sont  remarqués  
par   la   pauvreté   et   l’humilité   de   Jésus   Enfant,   Dehon   insiste,   pour   sa   part,   beaucoup   sur   la  
simplicité   et   la   confiance.   Dans   son   Incarnation,   Jésus   ne   veut   pas   se   manifester   comme  
roi138.   Il   est   simple   comme   un   enfant,   comme   une   fleur   des   champs   (cf.   Ct   2,12)   qui   est  
exposée  pour  tous.  Il  n’y  pas  de  garde  dans  son  «  palais  »    qui  est  une  étable  dont  la  porte  
est  ouverte139.    

Ces  traits  invitent  l’homme  à  la  confiance  en  Jésus  Enfant  et  en  son  Cœur.  Venez  à  moi,  
vous  tous  qui  êtes  fatigués  et  je  vous  soulagerai  (cf.  Mt  11,28).  Le  manque  de  confiance  en  
Jésus  n’est  il  pas  la  cause  de  l’abandon  (au  sens  négatif)  et  le  délaissement  de  l’Eucharistie  

                                                                                                                       
133
 A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.224.  
134
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.206.  
135
 R.  DEVILLE,  L’École  française  de  spiritualité,  p.94.  
136
 Cf.  A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.221-­‐225.  
137
 Cf.  J.  B.  SAINT-­‐JURE,  Méditations  et  retraites  sur  les  plus  importantes  vérités  de  la  religion,  p.132-­‐133.  
138
  Dehon  regarde  Jésus  Enfant  surtout  comme  roi  et  pontife.  Plus  qu’une  rencontre,  celui-­‐ci  a  donné,  au  jour  
de  Noël,  «  sa  première  audience»  aux  petits  et  aux  pauvres.  Chaque  fois  que  Dehon  est  reçu  en  «  audience  »  du  
pape,    c’est  toujours  pour  lui  une  «  faveur  »,  un  «  moment  ému  »  de  rencontrer  le  vicaire  de  Jésus-­‐Christ.  (cf.  L.  
DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.  352).  
139
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.212-­‐214.  

37  
 
de   nos   jours140  ?   La   confiance   est   aussi   importante   pour   Dehon.   Car   elle   est   une   condition  
pour  que  l’abandon  (au  sens  positif)  à  la  Providence  divine  puisse  se  réaliser.  Cet  abandon,  
pour  Dehon,  est  le  fruit  de  la  foi  et  de  la  confiance  en  Dieu141.  

Au  jour  de  la  Présentation  de  Jésus  (cf.  Lc  2,  22-­‐28),  Joseph  apporte  deux  colombes  et  
Marie  porte  son  enfant  au  Temple.  C’est  «  au  nom  de  tout  le  genre  humain    que  Marie  offre  
en   sacrifice   son   divin   Fils142  »   dit   Alphonse   de   Liguori.   Dans   cette   oblation   du   Cœur   de   Jésus,  
Dehon  remarque  deux  autres    cœurs,  ceux  de  Joseph  et  de  Marie,  qui  symbolisent  par  les  
deux   colombes,   l’   «  offrande   mystique  ».   C’est   ainsi   qu’on   peut   dire   que   le   glaive   a   vraiment  
transpercé   le   Cœur   de   Marie   (cf.   Lc   2,35)   au   moment   où   le   soldat   a   transpercé   le   côté   de  
Jésus   (cf.   Jn   19,34)143.   Pour   Dehon,   Joseph   et   Marie   participent   d’une   manière   parfaite   au  
sacrifice  de  Jésus144.  Ce  sont  deux  grands  modèles  de  la  vie  d’amour  et  de  sacrifice.  

La  fuite  en  Égypte  (cf.  Mt  2,  13-­‐18)  est  un  exil  avec  beaucoup    de  peines  sur  la  route,  
des  travaux  pénibles  et  de  pauvreté.  Pourtant  Jésus  a,  pour  Dehon,  une  «  joie  secrète  »,  car  
c’est   aussi   une   occasion   pour     apporter   la   bénédiction   en   Égypte   et   aux   peuples   païens145.  
Cela  montre,    d’une  certaine  manière,  l’ouverture  de  Dehon  envers  les  peuples  étrangers.  Ce  
ne   sont   pas   d’abord   les   «  réfugiés  »   -­‐   la   famille   de   Jésus   -­‐   qui   profitent   du   pays   d’accueil.  
C’est  ce  pays  qui  a  été  béni  par  les  «  réfugiés  »  eux-­‐mêmes.    

N’est-­‐il   pas   l’attitude   que   nous   devons   avoir   devant   la   situation   où   nous   sommes  
aujourd’hui  ?   Notre   époque   est   caractérisée   par   la   mondialisation   et   les   migrations.   En  
suivant  l’exemple  de  Jésus,  accueillir  les  pauvres  n’est-­‐il  pas  un  devoir  et  un  droit  pour  les  
chrétiens  ?  Comme  dit  le  pape  Benoît  XVI  :  «  Les  pauvres  ne  sont  pas  à  considérer  comme  un  
‘’fardeau’’,   mais   au   contraire   comme   une   ressource,   même   du   point   de   vue   strictement  
économique146  ».  C’est  d’abord  une  ressource  de  travail.  Bien  entendu  que  ces  travailleurs  
ne  sont  pas  des  esclaves,  mais  des  personnes  dignes.  

                                                                                                                       
   L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.479.  
140
141
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.89.  
142
 A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.263.  
143
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.219.  
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.510.  
144

 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.  225.  
145
146
 BENOÎT  XVI  (pape),  L’amour  dans  la  vérité,  Paris,  Cerf,  2009,  p.57.  

38  
 
2. La  vie  cachée  de  Jésus  à  Nazareth.  

Dans  le  fil  des  méditations  sur  les  circonstances  de  la  vie  de  Jésus  dans  son  Incarnation,  
Alphonse  de  Liguori  parle  très  peu  de  la  vie  cachée  de  Jésus  à  Nazareth.  Il  décrit  quelques  
activités   quotidiennes   de   la   famille   de   Jésus   en   Égypte   et   à   Nazareth.   Jésus   est   pauvre,  
humble,   obéissant   (Lc   2,51).   Il   balaie   la   maison,   cherche   d’eau,   ramasse   de   bois   et   prie,  
etc.147.  

Pour  Saint-­‐Jure,  toutes  les  petites  actions  dans  la  vie  cachée  de  Jésus  sont  pour  nous  
montrer  des  «  modèles  »  :  même  les  petites  actions  ont  un  grand  prix  devant  Dieu.  «  Jésus  a  
sanctifié  par  son  exemple  les  plus  petites  actions    ».  Les  hommes,  pour  Saint-­‐Jure,  peuvent  
être  saints  par  les  plus  petites  choses  si  leur  «  intention  est  bien  dirigée»  pour  la  gloire  de  
Dieu148.  

 Suivant  cette  pensée  de  Saint-­‐Jure,  la  vie  cachée  de  Jésus,  pour  Dehon,  est  un  modèle,  
non  pas  seulement  pour  la  vie  extérieure  avec  des  petites  actions,  mais  surtout  pour  la  vie  
cachée   intérieure   en   Dieu.   Celle-­‐ci   est,   pour   Dehon,   «  le   principe   de   l’union   la   plus   intime  
avec  Dieu».  Cette  vie  cachée,  par  laquelle  l’homme  est  mort  à  l’égard  du  monde  pour  être  
caché   avec   le   Christ   en   Dieu   (Cl   3,3),   consiste   en   «  la   communication   continuelle   ou   presque  
continuelle149  »  avec  Dieu  par  l’Esprit.    

Si     la   vie   de   Jésus   Christ   est   cachée,   d’une   manière   habituelle,   en   Dieu   par   l’union  
intime   avec   Lui,   les   apôtres   du   Cœur   de   Jésus   doivent   savoir   se   perdre   dans   le   Cœur   de  
Jésus.    C’est-­‐à-­‐dire    

«   être   uni   à   Dieu   par   l’amour   dont   ce   Cœur   est   le   sanctuaire  ;   c’est   arriver   par   le  
travail  intime  de  la  grâce  et  de  notre  volonté  à  ne  plus  voir  que  Jésus  en  tout  et  partout  (cf.  
1Co   12,28)  ;   c’est   prendre   toujours   son   esprit,   sa   manière   de   voir   et   d’apprécier   les   choses.  
C’est   approprier   les   sentiments,   les   affections   de   ce   Cœur   adorable,   c’est   vivre   de   sa   vie  
divine.150  »  

                                                                                                                       
147
 Cf.  A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.230.  
148
 J.  B.  SAINT-­‐JURE,  Méditations  et  retraites  sur  les  plus  importantes  vérités  de  la  religion,  p.137.  
149
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.228.  
150
 –,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.473.  

39  
 
La   vie   d’union   avec   Dieu   est   favorisée   par   l’oraison   continuelle   qui   est   un   «  état  
habituel  »  pour  Jésus.  Quant  aux  hommes,  pour  avoir  la    vie  cachée  en  Dieu,  il  faut  s’unir  à  
Jésus.  Cela  demande  non  pas  seulement  de  la  grâce,  mais  aussi  un  effort  humain  :  Tenons-­‐
nous  humblement  devant  Jésus,  ne  nous  regardons  pas  nous  même,  mais  regardons  d’abord  
la  charité  de  Dieu  pour  «  le  servir,  le  contenter,  et  l’aimer151  ».    

Dans   la   vie   cachée   à   Nazareth,   Jésus   ne   fait   pas     d’actes   de   sainteté   extraordinaires   en  
apparence.   Pourtant   toutes   ses   petites   actions,   pour   Dehon,   ont   un   grand   prix   devant   son  
Père.  Car  tout  ce  que  Jésus  fait,  il  le  fait  avec  un  parfait  amour  et  une  parfaite  obéissance  à  
son   Père.   Ainsi   pour   Dehon,   la   sainteté   consiste   non   pas   d’abord   dans   des   actes  
extraordinaires,  mais  surtout  dans  des  pratiques  «  d’une  manière  non  commune  les  actions  
les  plus  communes152  ».  C’est  de  faire  bien  les  petites  choses  dans  la  vie  quotidienne,  selon  
les  états  de  chacun,  dans  un  amour  pour  Dieu  et  pour  le  salut  des  hommes.  

Dans   la   Sainte   Hostie,   la   vie   cachée   de   Jésus   a   atteint   son   sommet.   Car   au   fond   du  
tabernacle,  il  n’y  a  même  pas  un  signe  de  vie  apparente,  ni  bruit,  ni  lumière.      Jésus  «  est  tout  
adoration,  amour,  anéantissement,  immolation,  prière  ;  mais  tout  se  passe  dans  le  silence,  
dans   les   profondeurs   de   lui-­‐même   et   de   la   divinité153  ».   Jésus   a   une   vie   complètement  
cachée  dans  le  fond  de  tabernacle.    Il  a  encore  pourtant  une  autre  «  vie  mystérieuse  dans  les  
âmes154  »  par  la  communion  eucharistique  et  spirituelle.  

Pour   entretenir   cette   vie   mystérieuse   de   Dieu   dans   les   âmes,   Jésus   nous   montre   un  
moyen   à   travers   Marie   et   Joseph   devant   son   absence   (cf.   Lc   2,   41-­‐50).     Cette   absence   de  
Jésus   angoisse   Marie   et   Joseph   et   cela   les   presse   à   chercher   Jésus   partout.   L’attitude   de  
Marie   et   de   Joseph   devrait   aussi   l’attitude   des   hommes   devant   l’absence   de   Dieu.   En   tous  
cas,   pour   celui   qui   veut   trouver   Dieu   c’est   au   Temple   qu’il   faut   le   chercher.   C’est   ce   que   font  
Marie  et  Joseph.  «  Dans  le  Temple  »  signifie  pour  Dehon  dans  la  prière  et  le  recueillement.  
Là  où  «  Dieu  nous  fera  entendre  sa  parole  et  se  manifestera  à  notre  cœur155  ».  

 
                                                                                                                       
151
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.229.  
152
 Ibid.,  p.236.  
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  op.439.  
153

 –,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.37.  
154
155
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.250.  

40  
 
3. La  vie  apostolique  et  les  enseignements  de  Jésus.  

La   vie   apostolique   de   Jésus   a   pour   but   de   répandre   dans   les   âmes   le   feu   de   l’Amour  
divin  (cf.  Lc  12,49).    C’est  comme  si  le  feu  d’Amour  était  si  violent  en  Jésus  qu’il  fallait  qu’il  se  
répande   vers   l’extérieur.   Dehon   considère   la   vie   active   de   Jésus   en   trois   aspects  :   Jésus  
enseigne   en   étant   docteur,   Jésus   travaille   au   salut   des   âmes   en   étant   le   premier   des   apôtres  
et  le  premier  des  missionnaires,  et  Jésus  soigne  les  malades  par  sa  charité  divine156.  Ces  trois  
aspects   nous   rappellent,   d’une   certaine   manière,   les   trois   fonctions   de   tous   les   baptisés  
selon  Vatican  II.  Pour  Dehon,  en  étant  prêtre,  ces  trois  fonctions  sont  surtout  pour  le  Prêtre  
et  l’Évêque:  l’enseignement,  la  sanctification  et  le  gouvernement157.    

Pour   la   fonction   de   l’enseignement   des   évêques,   selon   Vatican   II,   la   prédication   de    


l’Évangile   est   la   première   parmi   les   charges   principales   des   évêques158.   Pour   les   dévots   du  
Cœur   de   Jésus,   Dehon   voit   ce   premier   aspect   dans   les   études   et   l’enseignement   de   la  
doctrine  «  non  pas  par  voie  de  prédication,  mais  d’une  manière  scientifique159  ».  La  société  
du  temps  de  Dehon  a  changé.  La  nouvelle  situation  exige  une  nouvelle  manière  d’aborder.  
Pour   Dehon,   il   ne   suffit   plus   de   prêcher,   d’enseigner   autour   de   l’autel.   Il   faut   sortir   de   la  
sacristie   pour   aller   au   peuple.   «  Il   faut   que   l’Église   sache,   dit-­‐il,   montrer   qu’elle   n’est   pas  
seulement  apte  à  former  des  âmes  pieuses,  mais  aussi  à  faire  régner  la  justice  sociale  dont  
les  peuples  sont  avides.  Il  faut  pour  cela  que  le  prêtre  se  porte  à  des  études  nouvelles  et  à  
des   œuvres   nouvelles160  ».   Pour   cela,   les   études   des   sciences   humaines   et   sociales   seront  
nécessaires  pour  pouvoir  répondre  à  la  nouvelle  situation  dans  la  société.  

Pour  la  fonction  de  sanctification,  les  évêques,  en  recevant  la  plénitude  du  sacrement  
de  l’Ordre,    ont  la  responsabilité  de  dispenser  la  grâce  au  peuple  qui  leur  est  uni.  C’est  aux  
évêques,  en  priant  et  travaillant,  de  répandre  sur  leur  peuple  en  abondance  «  la  plénitude  de  
la   sainteté   du   Christ  »   en   vue   de   leur   salut   (cf.   Rm   1,16)   par   les   sacrements161.   Pour   les  
dévots   du   Cœur   de   Jésus,   leur  mission   spéciale,   selon   Dehon,   est   d’attirer   les   âmes   à   la  
charité   de   Jésus   et   à   le   faire   aimer.   C’est   là   la   fin   des   créatures.   Aimer   Jésus   par   la  

                                                                                                                       
156
 Cf.    L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.251.  
157
 Cf.  Concile  Vatican  II,    les  documents,  Paris,  Médiaspaul,  2012,  p.70.  
158
 Cf.  Ibid.,  p.76.  
159
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.251.  
160
 –,  La  Rénovation  sociale  chrétienne,  Roma,  Édition  Dehoniane,  coll.  «  Œuvres  sociales  »,  3,  1977,  p.366.  
161
 Cf.  Concile  Vatican  II,    les  documents,  p.78-­‐79.  

41  
 
contemplation  de  son  Amour  et  de  sa  miséricorde  résume  toute  la  sainteté  et  la  perfection  
chrétienne.  Car  vouloir  être  saint,  dit  Dehon,  c’est  vouloir  aimer  Dieu  et  s’unir  à  lui162.  

Pour   la   fonction   de   gouvernement,   selon   Vatican   II,   les   évêques   sont   considérés  
comme  le  bon  Pasteur  qui  prend  soin  de  ses  brebis  et  donne  sa  vie  pour  ses  brebis  (cf.  Jn  
10,11)163.   C’est   de   même   pour   les   prêtres,   en   communion   avec   leur   évêque.   C’est   ce   que  
Dehon  essaye  de  faire    à  Saint-­‐Quentin.  Il  s’adonne  à  visiter  des  familles,  des  malades,  à  les  
amener   discrètement   à   recevoir   les   sacrements,   à   les   faire   avancer   dans   la   piété,   à   les  
former  à  la  vie  chrétienne,  etc.164.    

En   plus,   pour   Dehon,   les   dévots   du   Cœur   de   Jésus   doivent   s’occuper   non   pas  
seulement  de  la  «  misère  spirituelle  »  du  peuple,  mais  aussi  de  la  nécessité  quotidienne  qui  
va   jusqu’au   combat   pour   la   justice   sociale   et   la   paix   devant   la   discorde   du   monde165.   En  
dehors   des   ministères   autour   de   la   paroisse,   Dehon   participe   aussi     à   plusieurs   congrès  
d’œuvres   ouvrières,   surtout   en   ces   deux   dernières   décennies   du   XIXe   siècle,   pour   discuter  
des  questions  sociales  et  ses  divers  problèmes.  Dehon  est  nommé  d’ailleurs  comme  un  des  
abbés  démocrates  chrétiens166.  

Pour  réaliser  ces  trois  aspects  d’activité,  Jésus  invite  les  hommes  à  y  participer  et  les  
premiers   sont   les   douze   apôtres.   Chacun   des   apôtres   que   Jésus   a   choisis   a   un   caractère  
différent,  mais  pour  Dehon,  tous  peuvent  se  ramener  à  trois  grands  caractères,  à  savoir  la  
foi,  l’espérance  et  la  charité.      

L’apôtre  du  Cœur  de  Jésus,  dont  saint  Jean  est  le  modèle,  doit  avoir  la  charité  comme  
caractère   principal,   comme   Dieu   lui-­‐même   est   Amour   (cf.   1Jn   4,16)167.   «  La   charité,   dit   le  
pape   Benoît   XVI,   est   une   force   extraordinaire   qui   pousse   les   personnes   à   s’engager   avec  
courage   et   générosité   dans   le   domaine   de   la   justice   et   de   la   paix168  ».   De   même,   pour  
Dehon,  la  charité  est  «  l’acte  par  excellence,  dont  la  pensée  n’est  qu’une  préparation,  dont  

                                                                                                                       
 L.  DEHON,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.146.  
162
163
 Cf.  Concile  Vatican  II,    les  documents,  p.80-­‐81.  
164
 Cf.  L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  5,  p.101-­‐102.  
165
 Cf.  –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.198.  
166
 Cf.  J.-­‐M  MAYEUR,  Catholicisme  social  et  démocratie  chrétienne,  p.158.  
167
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.256.  
168
 BENOÎT  XVI,  L’amour  dans  la  vérité,  Paris,  Cerf,  2009,  p.3.  

42  
 
l’action   n’est   qu’une   conséquence169  ».   En   ce   sens,   la   charité   est   la   base   pour   construire   une  
société  de  justice  et  de  paix.  Elle  «  est  vraiment  le  ciment  de  l’édifice  chrétien170  ».  

Il   y   a   toujours   des   tentations,   des   épreuves   pour   les   disciples   de   Jésus   dans   la   vie  
apostolique.    Les  dévots  du  Cœur  de  Jésus,  selon  Dehon,  doivent  prendre  des  moyens  pour  
les   vaincre  :   l’union   constante   avec   Jésus,   l’amour   de   l’Eucharistie   et   la   méditation.   La   vie  
intérieure   et   l’oraison,   pour   Dehon,   sont   ainsi   plus   nécessaires   aux   hommes   apostoliques  
qu’aux  contemplatifs  eux  mêmes171.  

   La  prière  qui  est  le  caractère  de  la  vie  cachée  en  Dieu  est  ainsi  toujours  présente  en  la  
vie   apostolique   de   Jésus.   Trois   demandes     «  Que   Ton   Nom   soit   sanctifié,   que   Ton   Règne  
vienne,   que   Ta   volonté   soit   faite  »   (Mt   6,9-­‐10),   pour   Dehon,   peuvent   résumer   toutes   les  
autres  prières.  La  réalisation  de  ces  trois  demandes,  pour  Dehon,  est  le  salut  pour  les  âmes.  
Car  la  gloire  de  Dieu  qui  caractérise  ces  trois  demandes  se  confond  avec  le  salut  des  âmes172.  
«  Ma  gloire  est  votre  bonheur,  fait  dire  Dehon  à  Jésus,  qui  sont  les  deux  fins  de  mes  œuvres,  
 sont  attachés  au  règne  de  l’amour  dans  vos  cœurs,  et  en  dépendent  comme  des  effets  de  
leur  cause173  ».  

Saint  Irénée  de  Lyon  (130-­‐202)  ne  dit-­‐il  pas  que  la  gloire  de  Dieu  est  l’homme  vivant  ?  
«  C’est   pourquoi   le   Verbe   s’est   fait   le   dispensateur   de   la   grâce   du   Père   pour   le   profit   des  
hommes.174  »  Dehon  a  compris  sans  doute  cette  intuition  de  saint  Irénée175.  Pour  Dehon,  les  

                                                                                                                       
169
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.275.  
170
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.136.  
171
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.254.  
172
 Cf.  –,  Le  Cœur  sacerdotal  de  Jésus,  p.593.  
 –,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.22.  
173
174
 IRÉNÉE  de  LYON,  Contre  les  hérésies,  trad.  A.  ROUSSEAU,  Paris,  Cerf,  1985,  p.474.  
175
 Dehon  a  envoyé  à  l’archevêque  de  Lyon  une  demande  pour  prendre  l’initiative  d’une  pétition  au  Saint-­‐Siège  
pour  faire  mettre  la  fête  de  saint  Irénée  dans  le  bréviaire.  La  démarche  de  l’archevêque  est  insuffisante.  Dehon  
a  pris  donc  l’initiative  lui-­‐même  en  envoyant  à  six  cent  évêques  un  modèle  de  suppliante.  Près  de  trois  cents  
l’ont   signée   et   l’ont   renvoyée   à   Dehon   et   beaucoup   d’autre   y   joint   des   mots   sympathiques.   Après   cette  
initiative  Rome  a  répondu  que    pour  obtenir  la  grâce  demandée,  il  faut  réunir  l’adhésion  de  l’épiscopat.  Cette  
bonne  nouvelle  apporte  une  joie  immense  à  Dehon.  (cf.  L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  Vol.  II,  p.564-­‐565).  

43  
 
âmes     sont   comme   la   «  matière  »   de   la   gloire   de   Dieu176.   Si   ces   âmes   périssent,   comment  
former  la  gloire  de  Dieu  ?  Car  sans  la  matière,  la  forme  n’aura  pas  lieu  pour  s’exprimer.  

C’est  ainsi  qu’en  cherchant  et  en  priant  pour  la  gloire  de  Dieu  le  Père,    Jésus  prie  en  fait  
pour  les  hommes,  pour  leur  bonheur,  leur  libération  des  péchés  et  leur  salut.  Car  aimer  les  
hommes    est  sa  manière  d’aimer  Dieu177.  La  gloire  de  Dieu  le  Père  et  le  salut  des  hommes,  
pour   Dehon,   sont   les   deux   fins   de   l’Incarnation178.   Nous   pouvons   dire   ainsi     que   tous   les  
enseignements  de  Jésus  se  résument  en  ce  double  commandement  :  l’amour  de  Dieu  et  du  
prochain   (Mc   12,30-­‐31).   Ces   deux   enseignements   s’expriment   à   travers   l’Évangile   et  
résument  tout  le  Cœur  de  Jésus  :  un  Amour  pour  Dieu  et  pour  les  hommes179.  

Pour   parvenir   à   ces   deux   fins,   Jésus   a   parcouru   partout,   jusqu’au   Calvaire   où   il   est  
crucifié.   Ses   adversaires   ne   le   comprennent   pas,   ses   amis,   ses   apôtres   et   se   proches   non  
plus180.  Saint  Paul  ne  nous  dit-­‐il  pas  que  la  crucifixion  de  Jésus  est  un  scandale  pour  les  juifs  
et   une   folie   pour   les   païens   (cf.   1Co   1,23)  ?     Il   n’y   pas   en   fait   plus   grand   amour   que   de    
donner  sa  vie  pour  ses  amis  (cf.  Jn  15,13).  

III. Les  méditations  sur  la  Passion  de  Jésus  Christ,  deuxième  Couronne  d’amour  au  
Sacré-­‐Cœur.  
1. L’oblation   de   Jésus,   de   l’Ecce   venio   à   l’Ecce   homo   et   la   continuation   dans  
l’Eucharistie.  

Il   n’y   a   rien   de   commun,   dit   Dehon,   entre   Dieu   et   la   souffrance.   Si   Jésus   a   beaucoup  
souffert,   c’est   pour   libérer   l’homme   de   sa   souffrance.   Le   péché   des   hommes   est   ainsi   la  
«  cause     déterminante  »   de   la   Passion     de   Jésus181.     Par   son   amour   infini   pour   les   hommes,   Il  
s’est  livré  lui-­‐même  pour  sauver  les  hommes  (cf.  Ga  2,20).  Le  regret  d’avoir  blessé  l’Amour  

                                                                                                                       
 L.  DEHON,  Le  Cœur  sacerdotal  de  Jésus,  Rome,  Édition    Cédas  -­‐  Andria,  coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  2,    
176

1983,  p.593.  
177
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.233-­‐234  
178
 –,  Le  Cœur  sacerdotal  de  Jésus,  p.534.  
179
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.260.  
180
 Ibid.,  p.263.  
181
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.301.  

44  
 
de  Dieu  par  nos  péchés  et  la  confiance  en  cet  Amour,  pour  Dehon,    sont  les  dispositions  de  la  
méditation  de  la  Croix  et  de  la  souffrance  de  Jésus.  

La  disposition  de  l’Ecce  venio    a  conduit  Jésus  à  celle  de  l’Ecce  homo  (Jn  19,5)  préfiguré  
par   Isaïe   53,3  :   Voici   l’homme   de   douleur   et   familier   de   la   souffrance.   La   souffrance   de   Jésus,  
pour  Dehon,  est  proportionnée  à  son  Amour  pour  les  hommes182.  Ceci  explique  la  justice  et  
la  miséricorde  de  Dieu.  La  miséricorde  ne  supprime  pas  la  justice,  mais  elle  presse  Dieu  Lui-­‐
même  à  se  donner  et  payer  les  dettes  à  la  place  des  hommes.  Dieu  est  miséricorde,  car  il  est  
la   source   de   toute   miséricorde   et   parce   qu’il   est   toujours   prêt   à   sauver   tous   les   hommes,  
autant  que  cela  dépend  de  lui183.  Dieu  est  juste,  car  sa  justice  exige  une  offrande  qui  est  son  
Fils  lui-­‐même184.  

Alphonse  de  Liguori  interprète  cet  Ecce  homo    comme  l’invitation  à  l’amour185.  Saint-­‐
Jure   comprend   le   silence   de   Jésus   devant   cet   évènement   comme   l’anéantissement   et  
l’humiliation  par  l’amour186.  Pour  Dehon,  le  silence  de  Jésus    exprime  son  «  esprit  d’amour  et  
d’expiation  ».   Il  interprète  cet  Ecce  homo    plutôt  sous  la  lumière  de  la  révélation  à  Paray-­‐le-­‐
Monial  :  «  Voilà  ce  Cœur  qui  a  tant  aimé  les  hommes  et  qui  ne  reçoit  que  de  l’ingratitude».  
Dehon  regarde  ainsi  plutôt  les  «  blessures  du  cœur  »  que  celles  du  corps187.  

Par  son  Ecce  venio,  Jésus  a  pris  sur  lui-­‐même  tous  les  péchés  des  hommes  qui  sont  si  
lourds   qu’Il   demande   à   son   Père   de   lui   épargner   ce   calice   (cf.   Lc   22,   42).   Ce   sont   surtout   nos  
péchés   et   non   pas   d’abord   les   souffrances   qui   pèsent   sur   l’épaule   de   Jésus.   Il   souffre,   mais   il  
a  une  «  joie  secrète  ».  Car  «  souffrir  et  sauver  les  âmes,  c’était  tout  un  pour  lui188  ».  Jésus  ne  
dit-­‐il   pas   qu’il   a   ardemment   désiré   manger   cette   pâque   avec   ses   disciples   (cf.   Lc   22,   14)  ?  
Cette   joie   intérieure   ne   signifie   pas   que   Jésus   fait   semblant   de   souffrir.   Jésus   a   vraiment  
souffert,  et  il  souffre  encore  dans  son  Corps  mystique.  C’est  parce  que  quand  on  aime,  on  
sent  moins  les  souffrances,  surtout  quand  ces  souffrances  deviennent  une  source  salutaire  

                                                                                                                       
182
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.306.  
183
Cf.    –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.54.  
184
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.198.  
185
 A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.280.  
186
 Cf.  J.  B.  SAINT-­‐JURE,  Méditations  et  retraites  sur  les  plus  importantes  vérités  de  la  religion,  p.152-­‐153.  
187
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.327-­‐329.  
188
 Ibid.,  p.344.  

45  
 
pour  ceux  qu’on  aime189.  Nous  voyons  ainsi  que  la  crucifixion,  pour  Dehon,  ne  présente  pas  
seulement   Dieu   souffrance,     mais   aussi   Dieu   de   gloire.   La   souffrance   et   la   joie   peuvent  
coexister,  sans  pour  autant  être  une  contradiction,  car  ils  n’ont  pas  le  même  sujet.    

La  demande  de  Jésus  à  Dieu  d’épargner  ce  calice  (cf.  Lc  22  ,42),  pour  saint  Alphonse  de  
Liguori,   est   pour   nous   enseigner   que   nous   pouvons   supplier   Dieu   de   nous   enlever   nos  
souffrances.  En  même  temps  il  nous  faut  nous  abandonner  à  sa  volonté  et  non  pas  chercher  
la  nôtre  comme  Jésus  lui-­‐même  nous  a  montré  (cf.  Mt  26,39)190.  

Pour   Dehon,   cette   demande   en   Luc   22,42   nous   montre   aussi   la   disponibilité   et   la  
responsabilité  dans  l’engagement  que  le  Verbe  a  promis  à  Dieu  le  Père  avec  son  Ecce  venio.  
Ce  n’est  pas  facile  pour  le  Verbe  en  voyant  les  péchés  des  hommes  et  les  souffrances  qu’il  
subit.  C’est  une  lutte  mortelle,  dit  Dehon,  entre  la  sainteté  de  Jésus,  le  Verbe  incarné,  et  la  
responsabilité   de   son   engagement191.   N’est-­‐ce   pas     la   même   responsabilité   des   chrétiens  
envers  leur  prochain  dont  Jésus  vient  de  montrer  l’exemple?  Dieu  n’est  pas  indifférent  aux  
misères   des   hommes   au   point   de   vouloir   préserver   sa   sainteté   à   lui   tout   seul,   mais   par  
l’Incarnation   il   s’engage   à   les   consoler   de   leurs   souffrances   et   partager   avec   eux   sa   vie   de  
plénitude.  

Pour  racheter  les  hommes  du  péché,  selon  Alphonse  de  Liguori,  une  prière  de  Jésus  –  
Homme   Dieu-­‐   est   déjà   une   «  satisfaction   suffisante  »   à   la   justice   de   Dieu,   mais   Jésus   offre  
pourtant  une  «  satisfaction  rigoureuse  »  pour  gagner  le  cœur  d’homme.  Le  Verbe  s’est  fait  
chair  pour  souffrir192pour  nous  sauver  et  pour  gagner  notre  cœur.  Dans  ce  sens,  Alphonse  de  
Liguori  parle    plus  de  l’Amour  de  Dieu  que  de  l’exigence  de  sa  justice.  

 Dehon  regarde  Dieu  tant  en  Sa  miséricorde  qu’en  Sa  justice.  La  spiritualité  de  Dehon,  
comme  remarque  le  père  Vermeersch,  un  jésuite  de  l’époque  de  Dehon,  «  n’a  pas  cédé  au  
courant   d’une   spiritualité   doucereuse   qui   abuse   du   mot   amour,   et   mène   l’âme   de   la  

                                                                                                                       
189
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.306-­‐307.  
190
 Cf.  A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.271.  
191
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.314.  
192
 Cf.  A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.104.  

46  
 
considération  des  fins  dernières  à  l’union  la  plus  intime  avec  Notre  Seigneur  Jésus  Christ193  ».  
Il  nous  faut  ainsi  «  réparer  »  pour  rétablir  la  justice  de  Dieu  qui  exige  aussi  la  justice  sociale.  

L’oblation   de   Jésus   à   son   Père   par   la   charité   pour   les   hommes   est   le   modèle   pour  
Dehon   dans   sa   dévotion   du   Cœur   de   Jésus.   Le   vœu   d’oblation   ou   de   victime   que   Dehon  
voulait  faire  inscrire  dans  les  Constitutions  de  sa  Congrégation  se  fonde  sur  cette  oblation  de  
Jésus.   Pour   Dehon,   Jésus   est   le   modèle   parfait   de   ce   vœu.   Mais   comment   trouvons-­‐nous  
«  un   objet   assez   déterminé   et   déterminable   dans   la   pratique194  »   de   ce   vœu  ?   Il   nous   faut  
pour   cela   regarder   Jésus.   La   position   d’oblation   ou   de   victime   par   amour   de   Jésus   est   le  
principe  de  sa  vie.    

La   méditation   de   la   crucifixion   de   Jésus   doit   nous   aider   ainsi   à   connaitre   l’   «  intérieur  »  


de   Jésus.   C’est-­‐à-­‐dire   son   Amour   et   sa   miséricorde.   «  Savoir   toujours   découvrir   l’amour   de  
Notre  Seigneur  sous  l’écorce  de  ses  mystères195  »,  en  méditant  les  circonstances  de  la  vie  de  
Jésus  et  surtout  la  Crucifixion,  est  considéré  ainsi  comme  un  mystère  du  Cœur  de  Jésus.    

La  connaissance  de  l’amour  de  Dieu  procure  ainsi  l’amour  envers  lui.  Cela  pour  Dehon  
est   surtout   une   grâce   pour   les   dévots   du   Cœur   de   Jésus.   C’est   là   aussi   un   moyen   pour  
consoler  Jésus.  Car  Jésus    a  soif  et  c’est  la  soif  de  l’amour  (cf.  Jn  19,28).  Pour  apaiser  cette  
soif,   les   dévots   du   Sacré-­‐Cœur   doivent   avoir   «  une   disposition   habituelle   à   aimer   Jésus  ».    
Cette  disposition  est  entretenue  par  la  méditation  des  mystères  des  circonstances  de  la  vie  
de  Jésus196.  La  Vierge  Marie,  saint  Jean  et  Madeleine  nous  en  montrent  l’exemple  en  suivant  
Jésus  jusqu’à  la  Croix.  Telle  devrait  être  la  disposition  des  dévots  du  Cœur  de  Jésus.  

Aimer  Dieu  et  s’unir  à  lui  produisent  l’amour  et  la  compassion  envers  le  prochain  qui  
s’expriment  dans  divers  aspects  :  œuvres  de  formation  sacerdotale,  œuvres  de  propagande  
scientifique,   œuvres   de   charité197.   Pourtant   le   «  but   intime  »   du   dévot   du   Cœur   de   Jésus,  
pour  Dehon,  est  d’aimer,  de  s’unir  et  de  consoler  Jésus.  Toutes  les  autres  œuvres  viendront  
naturellement   et   nécessairement   comme   le   moyen.   Car   les   œuvres   ne   donnent   des   fruits  

                                                                                                                       
193
 A.  PERROUX,  Le  témoignage  d’une  vie,  le  père  Jean-­‐Léon  Dehon  (1843-­‐1925),  p.45.  
194
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.8,  Roma,  Centro  General  d’Études,  1983,  p.10.  
195
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.305-­‐306.  
196
 Cf.  Ibid.,  p.318.  
197
 Cf.  Ibid.,  p.331.  

47  
 
que   dans   l’union   avec   Jésus198.   «  Dieu   n’a   que   faire   de   notre   savoir   et   de   nos   œuvres,   s’il   n’y  
a  pas  notre  cœur199  »  dit-­‐Dehon.  

2. L’abandon  de  Jésus.  

Sur  la  Croix,  Jésus  est  abandonné  par  son  peuple  et  par  ses  amis.  En  voulant  relâcher  
Barabbas   et   crucifier   Jésus   (cf.   Lc   23,18),     le   peuple   a   rejeté,   pour   Dehon,   non   seulement  
Jésus,   mais   encore   les   vertus   chrétiennes  :   la   charité,   la   tendresse,   la   bonté,   l’humilité,   la  
simplicité200.  Jésus  ne  dit-­‐il  pas  qu’il  est  doux  et  humble  de  cœur  (Mt  11,29)?  La  tristesse  de  
Jésus  est  de  voir  chez  son  peuple  le  refus  des  valeurs  intarissables  pour  chercher  des  valeurs  
éphémères.  Par  sa  divinité,  Jésus  voit,  à  travers  le  temps,  le  refus  de  ces  vertus  qui  cause  le  
trouble   et   la   révolte   du   peuple201   .   On   peut   se   demander   si   la   désespérance   dans   notre  
société  vient  du  refus  de  ces  valeurs  ?  

Dieu  le  Père  semble  aussi  être  indifférent  à  la  souffrance  de  son  Fils:  Mon  Dieu,  mon  
Dieu,   pourquoi   m’as-­‐tu   abandonné  ?   (Mt   27,46).   Dans   ce   silence   du   Père,   le   plus   douloureux  
pour  Jésus,  dit  Dehon,  est  la  «  privation  de  toutes  les  consolations  dont  Dieu  a  coutume  de  
soutenir   ses   fidèles   dans   les   souffrances  202  ».   Plus   que   quiconque,   Jésus   sait   combien   est  
douloureux  le  manque  de  la  présence  sensible  de  Dieu.  C’est,  pour  Dehon,  «  la  plus  cruelle  
de  toutes  les  peines  de  sa  Passion  ».  

L’abandon   dont   nous   venons   de   parler   se   comprend   au   sens   négatif.   L’abandon,   au  


sens   positif,     est   l’abandon   à   la   Providence   divine.   Cet   abandon   consiste   à   laisser-­‐faire   la  
volonté   de   Dieu   pour   sa   gloire   et   par   amour   pour   les   hommes.   Il   tend   ainsi   vers   le   but  
d’établir  le  Règne  du  Cœur  de  Jésus.  La  Croix  devient  donc  le  «  trône  de  l’Amour203  »  de  ce  
Royaume,   l’instrument   de   la   charité.   Cette   Croix   est,   pour   Alphonse   de   Liguori,   l’autel   sur  

                                                                                                                       
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.438.  
198
199
 –,  Notes  quotidiennes,  Vol.  I,  p.188.  
200
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.360  
201
 Cf.  Ibid.,  p.362.  
202
 –,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.547.  
203
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.364.  

48  
 
lequel   se   passera   le   sacrifice   rédempteur   et   auquel   Jésus   veut,   non   pas   refuser,   mais  
embrasser  avec  amour204.  

Les   souffrances   ne   sont   pas   des   punitions   pour   les   péchés   commis,   mais   elles   sont   une  
occasion,   pour   les   dévots   du   Sacré-­‐Cœur,   d’exprimer   la   charité   envers   Dieu   et   envers   le  
prochain.   «  La   maladie,   dit-­‐Dehon,   est   souvent   une   œuvre   d’amour   qu’une   loi  
d’expiation205  ».   Dieu   n’est   pas   indifférent   aux   souffrances   humaines.   Il   les   a   portées   Lui-­‐
même   pour   nous   faire   comprendre   combien   Il   nous   aime.   Mais   après   tout,   c’est   le   «  saint  
abandon  qui  est  plus  parfait  que  l’amour  des  souffrances206  ».  Il  est  «  le  plus  grand  sacrifice  »  
que   l’homme   peut   offrir   à   Dieu207.   Cela   ne   veut   pas   dire   que   Dehon   encourage   les  
souffrances   ou   cherche   des   mortifications   extraordinaires   pour   faire   des   pénitences.   C’est  
plutôt   accepter   avec   amour   si   les   souffrances   nous   arrivent.   Comme   dit   saint   Alphonse  
Liguori,  «  la  croix  est  lourde  à  qui  la  traine,  légère  à  qui  l’embrasse  avec  amour208  ».    

Si   les   hommes   aiment   vraiment   Jésus,   les   souffrances,   les   maladies,   la   mort   etc.,   qui  
sont  une  loi  de  la  nature,  deviendront  une  loi  d’amour.  C’est-­‐à-­‐dire,  en  Jésus,  ces  souffrances  
peuvent   être   transformées   en   l’amour.   Tout   le   mystère   de   la   Rédemption  est   là,   dans   les  
souffrances  et  dans  l’amour  de  Jésus209.    

Le  cri  de  Jésus  sur  la  Croix  :  «  Mon  Dieu,  mon  Dieu,  pourquoi  m’as-­‐tu  abandonné  ?  »,  
pour   Dehon,   n’est   pas   un   cri   de   désespérance.   Pour   Saint   Alphonse   Liguori,   ce   cri   vient   de   la  
douleur   de   Jésus   en   mourant   privé   de   toute   consolation210.   Pour   Dehon,   c’est   aussi   un   cri  
d’amour   et   de   confiance.   Pourquoi   m’abandonnez-­‐vous   sans   m’accorder   le   pardon   de  
tous211  ?   Dehon   interprète   ce   cri   de   Jésus   selon   le   psaume   22   où   le   salut   n’advient   pas  
encore  vraiment  (cf.  Ps  22,2).  Ce  salut  est  celui  de  tout  le  genre  humain  où  Dieu  sera  tout  en  
tous   (cf.   1Co15,   28).     Justement,   il   faut   aussi   que   la   justice   de   Dieu   soit   satisfaite.   C’est   la  
raison   pour   laquelle   Dehon   regarde   d’une   manière   positive   ce   cri   de   Jésus.   C’est   un   cri  

                                                                                                                       
204
 Cf.  A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.284.  
205
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  Vol.  V,  p.63.  
206
 S.    FALLEUR,  Cahiers,  p.81.  
207
 Cf.  L.  DEHON,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.546.  
208
 A.  de  LIGUORI  (saint),  La  voie  du  Salut,  p.311.  
209
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.343.  
210
 Cf.  A.  LIGUORI,  La  Passion  et  la  mort  de  Jésus-­‐Christ,  Tournai,  Casterman,  sd.,  p.262.  
211
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.371.  

49  
 
salutaire   et   un   signe   d’amour   pour   les   hommes.   Car   ils   criaient   vers   toi,   et   ils   étaient  
délivrés  ;  ils  comptaient  sur  toi,  et  ils  n’étaient  pas  déçus  (Ps  22,6).    

L’acte  d’abandon  sublime  de  Jésus,  pour  Dehon,  s’exprime  par  cette  disposition  :  Père,  
je  remets  mon  esprit  entre  vos  mains  (Lc  23,46).  Car  la  mission    du  Fils  est  de  faire    la  volonté    
du   Père   (cf.   Hb   10,7).   Pour   les   dévots   du   Cœur   de   Jésus,   cet   acte   d’abandon   fait   toute   la  
valeur  de  leur  vie.  Car  plus  il  devient  habituel,  plus  il  domine  les  autres212.  Le  fondement  de  
la  vocation  des  Oblats,  pour  Dehon,  est  l’  «  abandon  parfait  au  bon  plaisir  de  Dieu213  ».  

Dieu   est   le   principe   de   tout   et   Il   est   toute   bonté  :   voilà   deux   principes   de   l’abandon,  
remarque  Dehon214.  Cet  abandon  ne  consiste  pas  seulement  à  faire  la  volonté  de  Dieu  dans  
les   inspirations   de   la   grâce   qui   vient   de   son   Esprit,   mais   aussi   à   faire   la   volonté   de   Dieu   dans  
l’Église.  Toutes  les  grâces  de  l’illumination  et  de  la  sanctification  viennent  de  Jésus  par  son  
Esprit  à  travers  son  Eglise215.    

L’abandon   à   la   Providence,   pour   Dehon,   est   la   même   chose   que     «  l’indifférence  »  


ignacienne,   ou   «  la   conformité  »   à   la   volonté   divine   chez   Alphonse   Rodriguez,   jésuite   et  
auteur   de   la   Pratique   de   la   perfection   chrétienne.   Pourtant   Dehon   préfère   le   mot  
«  abandon  »   qui,   pour   lui,   n’est   pas   négatif,   qui   dit   mieux   l’action   et   qui   marque   mieux  
l’amour  ou  le  don  de  soi216.    

Pour  saint  Ignace,  l’homme  est  créé  pour  louer,  vénérer  et  servir  Dieu.  Ainsi,  pour  les  
hommes,  il  est  nécessaire  de  se  rendre  indifférents  à  toutes  choses  créées  pour  chercher  et  
trouver   la   volonté   divine.   Il   nous   faut   choisir   uniquement   des   créatures   qui   nous   aident   à  
tendre  vers  ce  but217.  Quelles  que  soient  les  circonstances  dans  la  vie  :  la  santé  et  la  maladie,  
la   richesse   et   la   pauvreté,   l’honneur   et   le   mépris.   Qu’importe   ce   que   Dieu   nous   envoie.  
L’important  est  que  cela  peut  nous  sanctifier  et  nous  mener  au  salut218.  

                                                                                                                       
212
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.375.  
213
S.    FALLEUR,  Cahiers,  p.199.  
214
 Ibid.,  p.80.  
215
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.430-­‐431.  
216
 S.    FALLEUR,  Cahiers,  p.81.  
217
 Cf.  I.  de  LOYOLA,  Exercices  spirituels,  Paris,  A  l’Orante,  1959,  p.16-­‐17.  
218
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.  376.  

50  
 
Il   y   a   deux   principes   dans   la   «  conformité  »   à   la   volonté   de   Dieu   selon   Alphonse  
Rodriguez   (1538-­‐1616)219,  l’auteur  de  la  Pratique  de  la  perfection  chrétienne  :  Le  premier  est  
que   la   perfection   de   l’homme   consiste   en   la   conformité   à   la   volonté   de   Dieu   et   cette  
perfection  est  proportionnée  avec  le  degré  de  la  conformité.  Le  second  est  que  tout  ce  qui  
arrive  dans  le  monde  n’arrive  qu’avec  la  permission  de  Dieu.  Ceci  implique  en  même  temps  
le   péché   dont   Dieu   n’est   pas   l’auteur   ni   la   cause220.   Comme   dit   le   prophète   Habaquc  :   Tes  
yeux  sont  trop  purs  pour  voir  le  mal,  et  tu  ne  peux  contempler  la  souffrance  (Hab  1,13).    

L’abandon  pour  Dehon  présente  aussi  deux  aspects.  Le  premier  aspect  d’abandon  est  
pour   acquérir   un   plus   haut   degré   de   la   perfection,   comme   dit   Alphonse   Rodriguez   d’ailleurs.  
Car   l’abandon   est   une   condition   excellente   pour   obtenir   des   grâces.   Le   deuxième   aspect  
d’abandon  est  pour  satisfaire    la  justice  divine  en  esprit  de  victimes221.    

Dans   cet   esprit   de   victimes,   les   dévots,   en   suivant   Jésus,     disent   sans   cesse   en   leur  
cœur  :  Mon  Dieu,  je  remets  mon  esprit  entre  vos  mains  (Lc  23,46).  L’esprit  d’abandon  et  de  
confiance,  pour  Dehon,  se  résume  en  cette  formule  :  «  Je  mets  ma  confiance  dans  le  Cœur  
de   Jésus,   je   ne   serai   pas   confondu222  ».   Cette   formule   est   utilisée   comme   un   refrain   qui  
retentit  tout  au  long  de  ses  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

3. Le  côté  ouvert  après  la  Mort  de  Jésus  et  la  dévotion  du  Cœur  du  Christ.  

La   mort   de   Jésus   sur   la   Croix,   pour   Dehon,   est   moins   dûe   à   ses   souffrances   qu’à   son  
amour.  Ou  plutôt  la  charité  de  Jésus  est  si  grande  qu’elle  l’amène  sur  la  croix  pour  sauver  les  
hommes223.  Dans  l’Incarnation,  la  charité    a  poussé  Dieu  dehors  de  lui-­‐même  pour    être  avec  
les  hommes  dans  la  chair224.  Sur  la  Croix,  cette  même  charité  a  poussé  aussi  Jésus  dehors  de  
lui-­‐même    pour  être  encore  plus  près  des  hommes  en  leur  donnant  son  Esprit.    

                                                                                                                       
219
 C’est  le  deuxième  Rodriguez  que  nous  avons  abordé  à  la  note  de  bas,  numéro  vint-­‐huit.  
220
 Cf.  A.  RODRIGUEZ,  Pratique  de  la  perfection  chrétienne,  Lille,  L.  Lefort,  1826,  p.305-­‐307.  
221
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.375.  
222
 Ibid.,  p.376.  
223
 Cf.  Ibid.,  p.376.  
224
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.197.  

51  
 
Voyant  que  Jésus  est  mort,  un  soldat  lui  transperça  le  côté  avec  sa  lance,  et  aussitôt  il  
en  sorti  du  sang  et  de  l’eau  (Jn  19,34).  Ce  côté  ouvert,  pour  Dehon,  est  vraiment  le  mystère  
des  mystères,  le  fondement  de  tous  les  autres.  Car  cette  ouverture  révèle  le  Cœur  de  Jésus  
Christ,   le   Temple   de   Dieu.   Ce   Cœur   est   «  le   Saint   des   saints,   l’autel   de   l’amour   où   se   sont  
opérés  tous  les  mystères  et  tout  les  sacrifices225  ».    

Nous   ne   trouvons   en   aucun   lieu   dans   l’Évangile   le   vocabulaire   «  Cœur   de   Jésus  ».   Saint  
Matthieu   est   le   seul   évangéliste   qui   a   abordé   au   mot   «  cœur  »,   en   rapport   à   Jésus  
indirectement  et  pour  une  seule  fois  :  Prenez  sur  vous  mon  joug  et  mettez-­‐vous  à  mon  école,  
car  je  sus  doux  et  humble  de  cœur,  et  vous  trouverez  le  repos  de  vos  âmes  (Mt  11,  29).  Le  
vocabulaire   «  Sacré-­‐Cœur  »   n’est   apparu   et   répandu   que   très   tard   grâce   à   Marguerite-­‐Marie  
Alacoque226.   Comment   peut-­‐on   construire   une   théologie,   une   spiritualité   sans   avoir   un  
rapport  à  l’Évangile  ?  

Le   fondement   de   la   spiritualité   du   Cœur   du   Christ   se   calque   ainsi   sur   le   côté   ouvert   de  


Jésus  après  sa  mort.  Dehon  reprend  les  grands  auteurs  mystiques,  comme  saint  Bernard  de  
Clairvaux   (1090-­‐1152),   Henri   Suso   (1259-­‐1366),   sainte   Catherine   de   Sienne   (1347-­‐1380),  
pour   dire   que   cette   ouverture   est   pour   nous   donner   une   entrée,   pour   nous   montrer   son  
surcroit  d’amour,    un  amour  infini  qui  surpasse  tout,  même  la  mort.    

A  travers  des  méditations,  des  contemplations  de  cette  ouverture  d’où  coule  l’eau  et  le  
sang,   les   Pères   de   l’Eglise   comme   saint   Jean   Chrysostome   (347-­‐407),   saint   Bonaventure  
(1221-­‐1274),  ont    pu  dire  que  l’eau  et  le  sang  qui  jaillit  du  côté  du  Christ  sont  pour  former  
l’Église.  Comme  Dieu  a  créé  Ève  du  côté  d’Adam  pendant  leur  «  sommeil  extatique  »  (cf.  Gn  
2,22),   de   même   pendant   le   «  sommeil   mystique   de   la   Croix  »   l’Église   est   sortie   du   côté   de  
                                                                                                                       
   L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.380.  
225
226
  Marguerite-­‐Marie   Alacoque   (1647-­‐1690)   sent,   dès   son   jeune   âge,   «  un   grand   attrait   pour   la   piété   et   un  
impérieux  désir  de  solitude  et  de  retraite  ‘’en  quelque  petit  coin’’  ».  Après  la  mort  de  son  père  en  1655,  elle  est  
en   pension   au   couvent,   mais   elle   doit   le   quitter   après   deux   ans   à   cause   de   sa   santé.   Elle   fait   souvent   des  
mortifications   et   se   refuge   dans   quelque   coin   secret.   Plusieurs   fois   elle   rencontre   des   «  maladies  
étranges,  traitements   redoutables   et   guérisons   miraculeuses  ».   En   1671,   elle   entre   chez   les   visitandines   de  
Paray-­‐le-­‐Monial   où   elle   a   reçu   des   visions   et   des   révélations.   Elle   est   canonisée   en   1920   par   le   pape   Benoît   XV.  
(cf.  A.  DUVAL,  «  Marguerite-­‐Marie  Alacoque  (sainte)  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  tome  10,  fascicules  LXIV-­‐
LXV,  Paris,  Beauchesne,  1977,  col.  349-­‐355).  

52  
 
Jésus.  L’eau  et  le  sang  deviennent  l’aliment  pour  purifier  et  vivifier  l’Église  qui  est  le  Corps  
mystique  dont  Jésus  est  la  tête  (cf.  Col  1,  18)227.  

Cette  eau  et  ce  sang,  pour  Dehon,  symbolisent  aussi  les  grâces  de  la  dévotion  au  Cœur  
de   Jésus  :   le   blanc   de   l’eau   est   le   symbole   de   la   pureté   et   la   simplicité,   le   rouge   du   sang  
l’ardent   amour.   Les   dévots   du   Cœur   de   Jésus,   par   leur   vie   d’amour   et   de   l’exercice   de   la  
contemplation,  recevront  ces  grâces.  Ils  seront  comme  les  anges  devant  le  trône  de  Dieu  (cf.  
Ap  19,4)  qui  est  le  Cœur  du  Christ.  

Le  Cœur  de  Jésus,  pour  Dehon,  est  tout  l’  l’Évangile228.  Cela  donne  à  sa  spiritualité  du  
Cœur   du   Christ   une   base   plus   solide.   En   effet,   tout   au   long   de   l’Évangile,   Jésus   exprime   sa  
charité,   ses   affections,   ses   attentions   envers   ceux   qui   le   rencontrent.   N’est-­‐ce   pas   des  
attitudes  du  cœur  ?  

Devant  les  indifférences  du  monde,  la  dévotion  au  Cœur  de  Jésus  sera,  pour  Dehon,  un  
«  moyen   admirable  »   pour   augmenter   la   charité   dans   le   cœur   de   l’homme.   Cette   dévotion  
ne  doit  pas  exclure  l’affection  sensible.  Il  ne  faut  pas  réduire  le  Cœur  de  Jésus,  sujet  de  cette  
dévotion,   à   un   pur   symbole   ou   image   qui   exclut   les   sentiments   tendres   et   délicats229.  Un  
amour  désintéressé  sans  mélange  avec  un  amour  propre  est  plutôt  une  illusion.    

Il   faut   pourtant   préserver   des   sentimentalismes,   des   imaginations   qui   s’opposent   au  


vrai   amour   qui   est   un   amour   désintéressé   et   qui   se   donne.   Car   l’amour   propre,   sans   la  
référence  à  l’agapè,  n’est  pas  un  vrai  amour230.  Nous  pouvons  comprendre  cet  amour  vrai  
comme  un  amour  qui  vient  d’un  cœur  pur,  d’une  bonne  conscience  et  d’une  foi  sincère  (1  Tm  
1,5).  

C’est   comme   dit   le   pape   Benoît   XVI,   «   l’éros   et   agapè  ne   se   laissent   jamais   séparer  
complètement   l’un   de   l’autre  ».   Car   l’homme   ne   peut   pas   vivre   que   par   l’amour  
désintéressé,  toujours  donné.  Il  a  besoin  aussi  de  recevoir  l’amour  pour  pouvoir   le  donner  
ensuite   comme   une   source   de   l’eau   vive   (cf.   Jn   7,37-­‐38)231.   C’est   ainsi   que   les   dévots   du  

                                                                                                                       
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.385-­‐386.  
227
228
 Cf.  –,  Études  sur  le  Cœur  de  Jésus,  tome  1,  p.447.  
229
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.385-­‐386.  
230
 Cf.  Ibid.,  p.387.  
231
 BENOÎT  XVI,  Dieu  est  amour,  Paris,  Cerf,  2006,  p.26-­‐27.  

53  
 
Cœur  de  Jésus,  pour  Dehon,  doivent  toujours  regarder  la  source  première  de  l’amour  qui  est  
Jésus   pour   alimenter   leur   amour.   Car   c’est   en   puisant   à   cette   source   intarissable   qu’on  
devient  aussi  ensuite  une  source  d’eau  vive.  

54  
 
CHAPITRE  III  

LES  DISPOSITIONS  SPIRITUELLES,  LA  DEVOTION  DU  CŒUR  DE  JESUS  ET  
L’EXERCICE  D’UNION  A  JESUS  DANS  LES  COURONNES  D’AMOUR  AU  SACRE-­‐
CŒUR  

I. Les   dispositions   spirituelles   de   Léon   Dehon   dans   les   Couronnes   d'amour   au  


Sacré-­‐Cœur.  
1.  Le  christocentrisme.  

Dans   les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur,   Jésus   occupe   une   place   principale.   Les  
méditations   visent     surtout   des   circonstances   de   sa   vie.   Pour   Dehon,   comme   pour   l’École  
française,  la  vie  d’union  au  Christ  est  très  marquée  dans  la  vie  spirituelle.  C’est  par  l’union  
avec  Lui  qu’on  peut  agir  «  in  persona  Christi232  ».  Conformément  à  la  citation  de  saint  Paul,  
Ce  n’est  plus  moi  qui  vis,  c’est  le  Christ  qui  vit  en  moi  (Ga  2,20).  C’est  dans  cette  perspective  
que   Dehon   a   vécu   sa   vie   de   prêtre.   «  Je   me   relevai   prêtre,   possédé   par   Jésus,   tout   rempli   de  
lui-­‐même,  de  son  amour  pour  son  Père,  de  son  zèle  pour  les  âmes,  de  son  esprit  de  prière  et  
de  sacrifice233  »  note  Dehon  après  son  ordination  sacerdotale.  

Pour  Dehon,  devant  un  Dieu  transcendant,  nous  ne  pouvons  pas  voir  toute  Sa  beauté  
infinie.   Nous   ne   pouvons   contempler   Dieu   qu’à   travers   un   voile   (cf.   Hb   6,19).   Pourtant   à  
travers   Jésus-­‐Homme,   la   contemplation   de   Dieu   devient   facile   pour   les   hommes234.  De  
même,   c’est   aussi   facile   de   voir   l’amour   de   Dieu   en   Jésus   à   travers   sa   vie,   et   surtout   sa  
Passion.  

En   contemplant   Jésus,   nous   ne   contemplons   pas   seulement   son   humanité,   mais  


toujours  en  tant  que  Jésus  le  Christ,  le  Verbe  s’est  fait  chair  (Jn  1,14).  C’est  toujours  vers  son  
humanité  unie  au  Verbe  de  Dieu  que  nous  tendons  notre  regard235.  Séparer  l’humanité  de  
Jésus  de  sa  divinité,  c’est  entrer  dans  l’hypothèse  de  Nestorius  que  le  Concile  d’Éphèse  en  

                                                                                                                       
232
   R.  DEVILLE,  l’École  française  de  spiritualité,  p.33.  
233
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.204.  
234
Cf.    –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.154.    
235
 Cf.  –,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.417.  

55  
 
431   a   condamné   comme   hérésie236.   Pour   Dehon,   nous   regardons   l’humanité   de   Jésus,   parce  
qu’en   tant   que   sensible,   visible   et   tangible   aux   sens   des   hommes,   elle   nous   rend   la  
contemplation  facile237.    

Jésus   est   vrai   Dieu   et   en   même   temps   vrai   homme.   C’est   ce   qu’affirme   le   dogme   de  
Concile  de  Chalcédoine238.  Il  est  ainsi  le  médiateur  parfait  entre  Dieu  et  les  hommes.  En  tant  
que   pécheur,   l’homme,   pour   Dehon,   ne   peut   pas   s’offrir   directement   à   Dieu   le   Père.   De   plus  
un   don   humain   ne   peut   pas   être   directement   adéquat   à   la   divinité   de   Dieu.   Ainsi  nous  
devons   nous   offrir   d’abord   à   Jésus.   En   vertu   du   Christ   et   en   union   avec   lui,   nos   dons  
prennent  une  valeur  infinie  devant  son  Père.  Ce  qui  est  agréable  à  Dieu,  ce  ne  sont  pas  nos  
dons  humains,  mais  celui  de  son  Fils  en  nous239.  Ainsi  grâce  à  l’Esprit  de  Jésus  qui  purifie  et  
sanctifie,  nos  dons  deviennent  agréable  au  Père.  

Par  l’Incarnation,  Jésus,  en  tant  que  le  Verbe  de  Dieu,  n’est  pas  seulement  le  principe  
de  toute  la  Rédemption,  le  centre  de  toute  la  création,  mais  aussi  la  fin240.  Il  est  en  même  
temps   la   source   d’où   coulent   toutes   les   grâces241   qui   se   cachent   dans   son   Cœur   et   qui   ne  
peuvent  être  dévoilées  que  par  lui  à  travers  des  contemplations.    

2. La  vie  d’union  à  Jésus  Christ.  

La   vie   spirituelle   de   Dehon   se   concentre   surtout   sur   l’union   à   Jésus,   en   particulier   à  


travers   les   exercices   de   la   vie   d’union   au   Christ   que   Dehon   a   pratiqués   durant   le   temps   à  
Rome.   Sous   la   direction   du   père   Freyd,   Dehon   s’adonne   aux   pratiques   de   la   vie   d’union   à  
Jésus,  «  parfois  avec  tension  d’esprit  »  si  bien  qu’il  a  quelques  maux  de  tête  à  cause  de  ces  
intenses  exercices242.    

Pour   Dehon,   l’union   à   Jésus   n’est   pas   seulement   une   grâce,   mais   aussi   une   pratique  
ascétique  qui  consiste  tout  d’abord  dans  les  méditations  des  Écritures,  les  méditations  des  

                                                                                                                       
236
 Cf.  M.  JUGIE,  «  Éphèse  (Concile  de)  »,  in  Dictionnaire  de  Théologie  catholique,  tome  5,  Paris,  Letouzey  et  Ané,  
1913,  col.137-­‐139.  
237
 L.  DEHON,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.36-­‐37.  
238
 J.  BOIS,  «  Chalcédoine  (Concile  de)  »,  in    Dictionnaire  de  Théologie  catholique,  tome  2,  Paris,  Letouzey  et  Ané,  
1905,  col.2195.  
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.206.  
239
240
 Cf.  –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.  29.  
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.419.  
241

 Cf.  –,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  Rome,  Centre  Général  d’Etude,  sd,  p.51.  
242

56  
 
mystères   du   Christ   durant   les   circonstances   de   sa   vie   terrestre   et     ensuite   dans   les  
recueillements  habituels,  les  souvenirs  constants  de  son  amour,  etc.243.    L’union  avec  Jésus,    
«  c’est  ma  vie,  c’est  mon  salut244  »  dit-­‐il.  

Pour   Dehon,   «  la  vie   intérieure   consiste   en   une   douce   et   amoureuse   présence   de  
Dieu245  ».   Or   cette   douce   et   amoureuse   présence   de   Dieu   est   la   vie   d’union   de   cœur   avec  
Jésus.  Cette  vie  d’union  consiste  d’abord  en  l’union  de  présence  et  d’affection  et  puis  l’union  
de  volonté  avec  Jésus.  Il  faut  rappeler  que  pour  Dehon  cette  union  de  cœur  ou  d’affection  ne  
consiste   pas   dans   l’amour   éros.  Il   faut   plutôt   «   se   séparer   d’esprit   et   de   cœur   de   tous   les  
objets   terrestres,   charnels   et   temporels   pour   occuper   notre   pensée   et   notre   affection   des  
objets   spirituels246  ».     Cet   amour   est   plutôt   un   amour   agapè.   Celui   qui   demeure   dans   cet  
amour  demeure  en  Dieu,  et  Dieu  demeure  en  lui  (cf.  1Jn  4,12).  

Dans  une  méditation  sur  la  fin  de  l’homme,  Dehon  la  relie  à  cette  résolution  :  «  Dieu  
m’a  créé,  il  m’a  donné  une  mission  :  le  connaitre,  l’aimer,  le    servir247  ».Tel  est  aussi  la  visée    
des   méditations   dans   les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur.   Ces   dispositions   nous  
rappellent  d’une  certaine  manière  les  caractères  de  l’École  française  de  spiritualité.  En  effet  
«  la  fin  pour  laquelle  nous  sommes  au  monde,  dit    Saint-­‐Jure,    est  la  connaissance,  l’amour  et  
le  service  de  Dieu248  ».  Bérulle,  chef  de  file  de  cette  École,  a  fait  le  «  vœu  de  servitude  »  à  
Jésus  et  à  Marie.  Il  veut  imposer  ce  «  vœu  particulier  »  non  seulement  aux  Oratoriens,  mais  
aussi  aux  carmélites  dont  il  est  supérieur249.    

Le  dernier  degré  de  l’union  avec  Jésus  est  une  «  unité  mystique  »  où  l’homme  ne  fait  
qu’un  avec  Jésus  (Ga  2,20)250.  Les  méditations  de  la  vie  de  Jésus,  à  travers  lesquelles  Dehon  
essaye   de   démontrer   la   charité   de   Jésus   qui   se   cache   et   qui   suscite   la   reconnaissance   et  

                                                                                                                       
 Cf.  L.  DEHON,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.38.  
243
244
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  III,  p.383.  
 –,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.90.  
245

 –,  La  vie  intérieure,  ses  principes,  Rome,  Édition  Andria  -­‐Cedas,  coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  5,  1984,  
246

p.47.  
247
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  V,  p.499.  
248
 Cf.  J.-­‐B  SAINT-­‐JURE,  De  la  connaissance  et  de  l’amour  du  Fils  de  Dieu  Notre  Seigneur  Jésus  Christ,  p.218.  
249
 Cf.  Y.  KRUMENACKER,  l’École  française  de  spiritualité,  des  mystiques,  des  fondateurs  des  courants  et  leurs  
interprètes,  p.145.  
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.187.  
250

57  
 
l’amour,  orientent  vers  ce  degré  de  l’union.  «  Je  ne  puis  vivre,  dit  Dehon,  que  dans  l’union  
avec  Notre  Seigneur.  Autrement,  c’est  le  désarroi,  mon  âme  est  un  navire  désemparé.251  »  

Si   chaque   méditation   dans   les   Couronnes   d'amour   au   Sacré-­‐Cœur   est   considérée  


comme  un  grain  de  chapelet,  l’union  par  l’amour  de  Jésus  Christ  sera  le  lien  qui  lie  tous  ces  
grains  pour  en  faire  une  unité.  Cette  union  est  un  moyen  pour  faire  vivre  le  Christ  en  chaque  
homme252.  

3.  La  dévotion  au  Cœur  de  Jésus.    

Dehon   a   beaucoup   médité   les   Écritures   pour   nourrir   sa   vie   spirituelle,   notamment  
l’Évangile   de   Jean.   Le   côté   ouvert   de   Jésus   dans   cet   Évangile   (Jn   19,34)   a   été   source  
d’inspiration   dès   le   début   de   l’ère   chrétienne.   Il   devient   un   socle   solide   pour   construire   la    
spiritualité   du   Cœur   du   Christ.   Au   début,   cette   dévotion   consiste   surtout   en   des   méditations  
de   la   vie   et   la   Passion   de   Jésus   pour   comprendre   ses   pensées,   ses   affections   et   ses   actes  
intérieurs253.  Elle  va  ensuite  se  développer  au  cours  des  siècles.  

La   dévotion   du   Cœur   de   Jésus   chez   des   moniales   d’Helfta254,   pour   Dehon,   est   «  plus  
céleste   que   terrestre  ».   Elle   consiste   plutôt   dans   des   contemplations,   dans   des   échanges  
                                                                                                                       
251
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.171.  
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.230.  
252
253
   –,  Le  Cœur  sacerdotal  de  Jésus,  p.  521.  
254
 Il  s’agit  surtout  deux  moniales  Gertrude  d’Helfta  (1256-­‐1301/2)  et  Mechtilde  de  Hackeborn  (1241-­‐1299)  :  
Gertrude  d’Helfta  est  confiée,  à  cinq  ans,  au  monastère  d’Helfta.  A  vingt-­‐cinq  ans,  elle  découvre  la  vie  
mystique.   Parmi   ces   écrits,   il   y   a   les   Révélations   qui   racontent   son   expérience   mystique,   les   Exercices   spirituels.  
Sa   spiritualité   est   essentiellement   «  christocentrique  ».   «     Ce   christocentrisme   oriente   et   conduit   vers   la  
contemplation  et  la  jouissance  de  la  vie  divine  dans  la  resplendissante  et  toute  calme  Trinité  ».      (cf.  P.  DOYÈRE,  
«  Gertrude  d’Helfta  (sainte)  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  tome  VI,  Paris,  Beauchesne,  1967,  col.  331-­‐335).  

Mechtilde   de   Hackeborn   est   celle   qui   a   reçu   et   accompagné   sainte   Gertrude   au   monastère   d’Helfta.   Elle  
entre,   à   sept   ans,   au   monastère   des   cisterciennes.   Elle   est   élue   abbesse   à   dix-­‐neuf   ans.   Les   huit   dernières  
années   de   sa   vie,   elle   commence   le   récit   de   ses   révélations   qu’elle     tenait   cachées.   Ses   révélations   sont  
rédigées   surtout   par   sainte   Gertrude   car   sa   maladie   l’a   clouée   au   lit.   «  Le   visage   de   l’âme,   pour   elle,   est   l’image  
de   la   Sainte   Trinité  ».   C’est   ainsi   que   l’homme   doit   «  sans   cesse   purifier   sa   mémoire,   son   intelligence   et   sa  
volonté   en   se   référant   au   miroir   du   Visage   divin  ».   Dans   sa   mystique   christocentrique   le   Christ   est   la   clé   qui  
ouvre  l’accès  à  la  Trinité.  Le  visage  du  Christ  est  pour  elle  plutôt  glorieux  qu’humilié.  C’est  plutôt  un  «  amour  
triomphant  et  lumineux  »  que  «  l’amour  méconnu  »  comme  chez  Marguerite-­‐Marie  Alacoque.  (Cf.  M.  SCHMIDT,  

58  
 
amoureux255.   Ces   deux   moniales   surtout   marquent,   pour   le   Père   Y.   Ledure,   «  une   empreinte  
définitive  la  spiritualité  du  Cœur  de  Jésus  ».  Avec  elles,  la  vie  contemplative  est  considérée  
comme  un  caractère  propre  de  cette  dévotion256.  

Pour   Dehon,   la   dévotion   au   Sacré-­‐Cœur   chez   Marguerite-­‐Marie   Alacoque   s’appuie  


surtout   sur   des   compassions,   l’amende   honorable,   la   réparation,   l’immolation  ;   chez   saint  
Ignace,   elle   est   plutôt   celle   d’un   combat   spirituel   avec   des   calculs   et   des   stratégies  ;   pour  
l’École  française  de  spiritualité,  elle  se  situe  surtout  à  l’intérieur  de  l’homme  qui  vit  sous  la  
conduite  habituelle  de  l’Esprit  qui  éclaire257.    

C’est   ainsi   qu’au   cours   des   siècles   cette   spiritualité   a   été   développée   pour   atteindre  
son  apogée  vers  le  XIXe  siècle,  qui  est  considéré  comme  le  «  siècle  du  Sacré-­‐Cœur258  ».  La  vie  
de  Dehon  se  situe  juste  dans  ce  sommet  de  la  spiritualité  du  Cœur  de  Jésus.  Le  Manuel  de  
piété   à   l’usage   des   élèves   du   Sacré-­‐Cœur,   le   livre   que   la   mère   de   Dehon   avait   lu   et   lui   a  
donné  est,  une  certaine  manière,  une  preuve  de  la  popularité  de  cette  dévotion.    

Dans  ses  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur,    Dehon  centre  ses  méditations  surtout  sur  
l’attitude   intérieure   de   Jésus.   Il   s’adresse   souvent   au   Sacré-­‐Cœur   comme   si   c’est   une  
personne,  un  ami.  Dehon  est  influencé  sans  doute  par  le  langage  de  son  temps,  un  langage  
qui   ne   distingue   pas   Jésus   et   son   Cœur.   Comme   par   exemple  :   «  O   Cœur   sacré   de   mon  
aimable  Sauveur  !  Combien  votre  amour  vous  a  rendu  sensible  à  nos  misères259  ».  

Le   Sacré-­‐Cœur,   ce   vocable   omniprésent   dans   toutes   les   méditations   de   Dehon,   doit  


être  compris  comme  l’amour  de  Jésus  envers  Dieu    et  envers  les  hommes260.  Le  Sacré-­‐Cœur  
symbolise   la  personne   intérieure   de   Jésus,   et   non   pas   comme   «  une   personne   autonome,  
voire  différente  de  Jésus261  ».  Ce  Cœur,  en  tant  qu’organe,  est  le  plus  noble  de  l’humanité  de  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
«  Mechtilde   de   Hackeborn   (sainte)  »,   in   Dictionnaire   de   spiritualité,   tome   10,   fascicules   LXVI-­‐LXVII,   Paris,  
Beauchesne,  1978,  col.  877-­‐883).  
255
 Cf.  L.  DEHON,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.525.  
256
 Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  p.84.  
257
 Cf.  L.  DEHON,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.525.    
258
 Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  p.122.  
259
 L.  BAILLIF,  Manuel  de  piété  de  l’usage  des  élèves  du  Sacré-­‐Cœur,  p.353.  
260
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.201.  
261
 Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  p.111.  

59  
 
Jésus,   «  un   organe   dont   le   jeu   est   intimement   uni   aux   affections   du   Christ,   un   organe   qui  
symbolise  parfaitement  son  amour  pour  nous262  ».    

Le   «  Cœur  organe  »,   dans   la   spiritualité   de   Jean   Eudes,   c’est   pour   «  donner   à   sa  
christologie  une  pleine  densité  humaine  ».  Tandis  que  le  «  Cœur  spirituel  »  présente  plutôt  
l’intentionnalité   intérieure   de   Jésus   et   le   «  Cœur   divin  »   souligne   la   «  transcendance   de  
l’œuvre  »  du  Christ.  Ce  sont  les  trois  Cœurs,  qui  se  sont  unis  comme  les  trois  personnes  de  
Trinité,  dans  la  spiritualité  eudiste263.  

Si  Jésus  est  le  chemin  qui  mène  au  Père,  pour  Dehon,  le  Cœur  de  Jésus  sera  un  chemin  
plus  court  qui  mène  à  Lui.  Ce  Cœur  est  le  centre  de  l’humanité  de  Jésus.  Posséder  ce  Cœur  
est  posséder  Jésus  tout  entier264.  Adorer  ce  Cœur,  c’est  aussi  adorer  le  Verbe  de  Dieu  «  en  
tant  qu’il  est  revêtu  de  ces  entrailles  de  miséricorde,  dans  lesquelles  il  nous  a  visités  (cf.  Lc  
1,72)265  ».  C’est  aussi  adorer  le  Cœur  du  Père  et  du  Saint-­‐Esprit.  En  tant  que  Dieu,  le  Verbe  
n’a  qu’un  même  Cœur  avec  le  Père  et  l’Esprit-­‐Saint.  En  tant  qu’homme,  le  Cœur  de  Jésus  est  
aussi  le  même  Cœur  avec  eux  par  l’unité  d’esprit,  d’amour  et  de  volonté266.  

Pour   Dehon,   tous   les   mouvements   d’affections   dans   le   Cœur   de   Jésus   sont   unis   aux  
mystères  de  la  vie  du  Christ  qui  procurent  des  grâces267.  Méditer  le  Cœur  de  Jésus  procure  
ainsi  en  nous  les  affections  qui  conviennent  à  celles  de  Jésus  Christ.  Plus  nous  méditons  ce  
Cœur,  plus  notre  cœur  est  semblable  au  sien.  Cela  est  aussi  toute  la  visée  de  la  dévotion  au  
Cœur  de  Jésus  :  «  Réformez  votre  propre  cœur  sur  celui  de  Jésus.  Copiez  les  vertus  dont  il  
vous   présente   le   modèle.   Imitez   sa   douceur,   son   humilité,   sa   patience,   sa   charité268  »   dit  
Dehon.  

Toute   la   vie   de   Jésus   sur   la   terre   comme   dans   le   ciel,   pour   Dehon,   est   une   vie   d’amour  
et   d’oblation.   Or   la   charité   immense   de   Dieu   est   un   mystère   révélé   en   Jésus,   mais   les  
hommes  ne  peuvent  pas  tout  connaitre.    Toutes  les  méditations  dans  les  Couronnes  d'amour  
au  Sacré-­‐Cœur  visent  ainsi  «  à  lire  le  Cœur  de  Jésus,    le  livre  écrit  en  dedans  et  en  dehors  (cf.  

                                                                                                                       
262
 L.  DEHON,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.417.  
263
 Cf.  Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  p.  96-­‐98.  
264
Cf.    L.  DEHON,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.162.  
265
 –,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.417.  
266
 Cf.  Ibid.,  p.437.  
267
 Cf.  Ibid.,  p.418.  
268
 Ibid.,  p.417.  

60  
 
Ap   4,8)269  ».   Comme   dit   saint   Alphonse   de   Liguori  :   «  ce   qui   fut   au-­‐dedans   surpassa   ce   qui  
parut   au   dehors  ;   au-­‐dedans   un   océan   sans   borne   de   flammes   d’amour  ;   au   dehors,   une  
étincelle   qui   s’en   échappa270  ».   Ou   encore,   pour   recevoir   l’  «  amande  »,   dit   Maître   Eckhart,   il  
faut   ouvrir   la   coquille  :   «  si   vous   voulez   découvrir   la   nudité   de   la   nature,   vous   devez   détruire  
ses  symboles  ;  et  plus  loin  vous  pénétrez,  plus  vous  approchez  de  son  essence271  ».  

Ainsi  pour  mieux  comprendre  ce  «  livre  écrit  en  dedans  et  en  dehors  »,  il  ne  suffit  pas  
de   «  lire  »   seulement   les   lettres,   mais   il   nous   faut   aussi   «  méditer  »   le   Cœur   de   Jésus   dans  
toutes   les   circonstances   de   la   vie   de   Jésus.   Car   tous   les   mystères   de   Dieu,   pour   Dehon,  
demeurent   dans   le   Cœur   de   Jésus272.   Ce   n’est   pas   seulement   notre   intellect,   mais   c’est  
surtout   la   charité   même   de   Dieu   qui   «  est   la   lumière     qui   éclaire   ces   mystères273  »   et   qui  
surpasse  celle  de  la  raison.  

II. Les   aspects   de   la   dévotion   du   Cœur   du   Christ   dans   les   Couronnes   d’amour   au  
Sacré-­‐Cœur.  

L’amour,  la  prière  et  le  sacrifice  sont  pour  Dehon  les  aspects  de  la  vie  de  Jésus.  Cette  
vie   a   été   préfigurée   dès   la   naissance   de   Jésus   par   les   dons   des   mages.   L’or,   instrument   de   la  
charité,  symbolise  l’amour,  l’encens  la  prière  et  la  myrrhe  le  sacrifice.  Tous  ces  aspects  sont  
les  caractères  de  l’oblation  continue  de  Jésus274.    

1. La    prière  et  la  vie  d’oraison.    

Au  sens  général,  la  prière    est    un  «  désir    de  notre  cœur  qui  ne  cesse  de  s’élancer  vers  
Dieu275  »  (Cf.  Ps  38,10).  Le  regard  vers  le  Sauveur  n’est-­‐il  pas  une  des  racines  bibliques  de  la  

                                                                                                                       
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.186.  
269

270
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  p.13.  
271
 T.  MERTON,  Zen,  Tao  et  Nirvâna,  Paris,  Fayard,  1970,  p.36.  
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.213.  
272
273
 –,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.158.  
274
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.215.  
275
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.441.  

61  
 
dévotion  du  Cœur  de  Jésus  ?  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé  (Jn  19,37)  :  C’est  en  
reprenant  ce  verset  en  Zacharie  12,10  que  Jean  termine  son  récit  de  la  Passion  de  Jésus.  Ce  
regard   peut   être   un   simple   regard   admiratif   ou   affectif,   et   qui   oriente   ensuite   vers   «  un  
regard  qui  vient  des  zones  profondes  de  l’humain  et  va  vers  les  profondeurs276  »  de  l’objet  
qu’on  regarde.  Ainsi,  pour  les  dévots  du  Cœur  de  Jésus,  il  ne  faut  pas  s’arrêter  à  une  simple  
prière,  mais  aller  jusqu’à  la  contemplation  de  son  côté  transpercé  pour  «  pénétrer  dans  les  
profondeurs  de  cet  abime  de  charité277  »  pour  voir  son  Cœur.  Dans  cette  profondeur,  nous  
trouverons  la  lumière  pour  éclairer  les  mystères  de  Dieu.  

Au   sens   concret,   la   prière   est   la   vie   d’oraison   que   Dehon   pratique   ardemment   pour  
entretenir   sa   vie   d’union   avec   Dieu.   C’est   le   recueillement   habituel   par   la   méditation,   le  
souvenir   constant   de   la   bonté   de   Jésus   et   de   son   amour   et   une   douce   intimité   habituelle  
avec   Lui278.   En   présentant   la   doctrine   de   Libermann,   Dehon   distingue   trois   degrés   de  
l’oraison:  la  méditation  (ou  l’oraison  de  discours),  l’oraison  affective  et  la  contemplation279.    

La   méditation,   le   point   de   départ,   est   «  le   jugement   porté   sur   une   vérité   ou   un  
mystère  ».   C’est   le   travail   de   raisonnement   du   sens,   soit   sur   quelques   versets   de   l’Écriture  
soit  sur  une  des  circonstances  dans  la  vie  de  Jésus.  Celle-­‐ci  procurera  les  affections  envers  
l’objet  de  la  méditation:  comme  par  exemple  la  joie  pour  le  mystère  de  Noël,  la  compassion,  
la  charité  pour  les  mystères  au  Calvaire  de  Jésus,  etc.    Après  avoir  senti  des  affections,  il  nous  
faut   tirer   la   résolution   qui   survient   de   la   volonté   grâce   à   ces   affections280.   C’est   ainsi   que  
l’oraison  d’affection  conduira  «  peu  à  peu  à  l’union  toujours  plus  intime  avec  Dieu281  ».    

C’est  surtout  sur  les  affections,  dit  Dehon,  qu’il  faut  insister  à  la  fin  de  la  méditation.  
Parce  qu’elles  partent  du  cœur  et  pour  les  apôtres  du  Cœur  de  Jésus,  c’est  son  Cœur  qu’il  
faut   imiter282.   Cette   imitation   est    le   vrai   but     de   la   dévotion   au   Cœur   de   Jésus.   Pourtant  
cette   dévotion   ne   doit   pas   s’arrêter   à   celle   des   sentiments,   mais   elle   «  doit   produire   l’amour  
de  la  croix  et  du  sacrifice283  ».  Car  «  le  premier  effet  de  l’affection  véritable,  pour  Dehon,  est  

                                                                                                                       
276
 Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  p.34.  
 L.  DEHON,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.41.  
277
278
 Ibid.,  p.82.  
 –,    Vie  intérieure,  ses  principes,  ses  voies  divers  et  sa  pratique,  Paris,  Pierre  Téqui,  1919,  p.151.  
279
280
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.104.  
281
L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.  3,  p.90.  
282
 Cf.  S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.105.  
283
 L.  DEHON,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.532.  

62  
 
de  rendre  léger  tous  les  fardeaux284  ».  C’est  comme  si  quand  on  aime  quelqu’un  on  se  sent  
moins  les  peines.  

La   vie   d’oraison   est   pour   Dehon   un   moyen   pour   faire   advenir   le   Règne   du   Cœur   de  
Jésus   dans   l’âme.   Car   «  ce   culte   intérieur  »   demande   la   connaissance   de   Jésus   dont   la  
méditation   de   l’Évangile   et   la   contemplation   sont   un   des   moyens.   Quand   on   connait   Jésus,  il  
est  facile  et  naturel  d’adorer  et  de  louer  ses  perfections,  d’aimer  sa  bonté285.    

Si   la   troisième   naissance   de   Jésus   s’est   passée   sur   la   Croix,   c’est   par   l’adoration   et   la  
contemplation  de  Jésus,  pour  Pierre  de  Bérulle,  que  Dieu  naît  aussi  en  nous286.  De  même  pour  
Dehon,   si   quelqu’un   a   un   désir   sincère   de   s’unir   à   Jésus   par   l’amour,   celui-­‐ci   viendra   aussi  
vers   lui   pour   accorder   des   grâces   spéciales.   Et   c’est   par   la   coopération   à   ces   grâces   que  
l’homme  parvient  à  la  perfection287.    

En  plus,  quand  cet  exercice  de  la  méditation  devient  habituel,  il  ne  sera  pas  seulement  
une  prière  continuelle,  mais  encore  un  acte  d’amour  continu  qui  consiste  dans  des  affections  
envers   Jésus.   C’est   ainsi   que   l’habitude   de   l’adoration   nous   met   «  en   état   de   ferveur   et  
transforme  toutes  nos  actions  en  actes  de  charité288  ».  

Dans   l’oraison,   la   méditation   dépend   de   notre   volonté,   mais   l’affection   et   la  


contemplation   ne   dépendent   plus   de   l’effort   humain.   Ce   n’est   plus   l’âme   qui   tend   vers   Dieu,  
c’est  Dieu  lui-­‐même  qui  agit  à  travers  son  Esprit  dans  le  cœur  de  l’homme289.  Et  une  fois  que  
l’âme   parvient   à   l’état   de   la   contemplation,   non   seulement   elle   rend   le   péché   presque  
impossible290,  mais  en  plus  «  elle  élève  l’âme  au  dessus  des  sens  et  la  place  dans  un  milieu  
divin291  ».  Ce  qu’on  peut  appeler,  dans  le  langage  mystique,  une  extase.  

                                                                                                                       
 L.  DEHON,    De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.75.  
284
285
 Cf.  –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.225.  
286
 Cf.  P.  BÉRULLE,  Discours  de  l’État  et  des  grandeurs  de  Jésus,  p.463.  
287
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.231.  
288
 –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.77.  
289
 Cf.  –,  La  vie  intérieure,  facilitée  par  des  exercices  spirituels,  p.370.  
290
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.246.  
291
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.100.  

63  
 
2. La  vie  d’amour.  

Le   péché   est,   pour   Dehon,   la   conséquence   d’un   manque   d’amour   envers   Dieu   infini.  
Pour   «  dédommager  »   cet   amour   infini   de   cette   conséquence,   il   faut   aussi   un   amour   infini  
qui  n’existe  qu’en  Dieu.  On  peut  dire  que  le  Cœur  de  Jésus  est  le  «  vrai  »  médiateur  entre  
Dieu  et  les  hommes,  dans  le  sens  que  le  Cœur  de  Jésus  est  le  symbole  de  l’amour  divin  et  
humain.   La   dévotion   du   Sacré-­‐Cœur   a   ainsi   pour   but   d’imiter   Jésus,   dont   l’amour   est   le  
caractère  propre292.  

La   charité,   comme   dit   saint   Paul,   est   la   plus   grande   parmi   les   trois   choses   qui  
demeurent  (1Co  13,13).  La  charité  est  ainsi  pour  Dehon  une  voie  la  plus  simple  et  parfaite  
pour   «  parcourir   plus   vite   les   divers   degrés   de   la   vie   purgative   et   de   la   vie   illuminative   et  
enfin  arriver  au  but,  à  la  vie  unitive,  à  l’union293  ».  Car  l’effet  de  l’amour,  dit  Dehon,  est  à  la  
fois   de   nous   sanctifier   et   de   nous   rendre   heureux,   en   nous   tenant   tranquille,   ferme,  
invariable  sous  la  conduite  de  l’Esprit  du  Cœur  de  Jésus294.  Comme  dit    Saint-­‐Jure,  la  charité  
est  la  voie  la  plus  courte,  la  plus  douce,  la  plus  agréable  et  la  plus  assurée  pour  parvenir  à  
notre  fin  en  Dieu295.  

D’une  part,  la  simplicité  dans  cette  voie  dont  parle  Dehon  ne  signifie  pas  le  contraire  
de  la  complexité,  mais  plutôt  l’intention  droite.  L’homme  est  fait  pour  aimer  Dieu  et  il  aime  
Dieu   pour   Dieu   même,   sans   retour   sur   soi-­‐même.   D’autre   part   la   voie   de   la   charité   est  
simple,  car  elle  est  réduite    à  une  seule  méthode.  Cette  méthode  n’est  rien  d’autre  que  de  
suivre   l’impulsion   de   la   grâce   qui   nous   porte   à   aimer296.   C’est   pour   cela   qu’elle   devient   aussi  
facile,   mais   cela   peut   causer   certaines   problèmes   dans   la   vie   pratique  :   Comment   savons-­‐
nous  que  nous  sommes  sur  une  «  bonne  voie  »  ?  Ne  somme-­‐nous  pas  en  train  d’agir  selon  
«  l’esprit   du   Mal  »   sous   le   prétexte   de   la   charité   du   Christ   et   de   l’influence   de   son   Esprit  ?  
Saint   Luc   ne   dit-­‐il   pas   que   les   fils   de   ce   monde-­‐ci   sont   plus   avisés   envers   leurs   propres  
congénères  que  les  fils  de  la  lumière  (Lc  16,8)  ?    

Dans  cette  perspective,  la  raison  et  l’intellect  jouent  son  rôle  de  vérifier  devant  la  foi  et  
la   charité.   C’est   cela   la   fonction   de   la   «  préparation  »   de   la   pensée   devant   l’action   sous  

                                                                                                                       
292
 Cf.  L.  DEHON,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.417.  
293
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,    p.230.  
294
 –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.62.  
295
 Cf.  J.-­‐B  SAINT-­‐JURE,  De  la  connaissance  et  de  l’amour  du  Fils  de  Dieu  Notre  Seigneur  Jésus  Christ,  p.217-­‐218.  
296
 Cf.  L.  DEHON,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.18.  

64  
 
l’influence   de   la   charité297.   Suivre   seulement   la   foi,   sans   recourir   à   la   raison   n’est-­‐il   pas   ce  
que   Dehon   appelle   «  la   légèreté   de   l’esprit  »  :  «  On   abandonne   son   esprit   à   toutes   les  
pensées   qui   viennent   se   présenter  ;   on   ne   se   donne   pas   la   peine   d’être   logique,   de   suivre  
une  idée298  »  ?  

Souvent  les  vertus,  comme  les  vices,  ne  viennent  pas  toutes  seules.  Ainsi  en  pratiquant  
une  vertu,  nous  acquérons  aussi  les  autres.  Si  nous  voulons  être  doux,  nous  cherchons  des  
occasions   pour   pratiquer   cette   vertu.   En   cherchant   ces   occasions   nous     acquérons   aussi   la  
prudence   et   la   patience.   Quand   vient   l’occasion,   nous   donnons   toutes   nos   forces   pour  
pratiquer   ces   vertus.   Ainsi   nous   acquérons   aussi   la   force,   etc.299.   En   tant   que   vertu   la   plus  
grande   et   parfaite   (1Co   13,13),   la   pratique   de   la   charité   suffit   pour   être   parfait.   Car   elle  
entraine  toutes  les  autres  vertus.    

La  dévotion  au  Sacré-­‐Cœur  se  rapporte  à  tous  les  mystères  et  tous  les  états  de  Jésus.  
Mais   elle   se   concentre   surtout   sur   le   Cœur   de   Jésus   et   ses   affections.     Car   cette   dévotion  
«donne   l’explication   de   tout   avec   ce   seul   mot  :   Amour300  »   qui   est   la   clé   pour   comprendre  
tous  les  mystères  de  Dieu.    

Le  règne  de  Dieu  dans  le  ciel,  pour  Dehon,  est  un  règne  qui  se  communique  par  amour  
sans   réserve.   «  C’est   un   flux   et   reflux   continuel   d’amour   qui,   partant   de   l’adorable   Trinité,  
laquelle   en   est   la   source,   y   retourne   sans   cesse301  ».   C’est   par   «  l’influx   d’illumination  »   à  
travers  son  Esprit  qui  «  attribue  le  flux  de  la  grâce  »  que  Jésus  dirige  son  Église302.    

Maître   Eckhart   parle   de   ce   «  flux  »   et   «  reflux  »   comme   le   symbole   des   grâces   qui   sont  
données   par   l’Incarnation   et   par   la   naissance   de   Dieu   dans   l’âme   et   qui   procèdent   de  
l’unique  «  ebullitio  »303.  Dans  la  perspective  dehonnienne,  cet  «  ebullitio  »  est  la  charité  qui  
bouillonne  dans  le  Cœur  du  Christ.  

La  charité  est  pour  Dehon  le  fond  de  la  vie  divine  et  doit  être  le  caractère  de  la  religion  
du   Christ304.   C’est   elle   qui   «  marque   les   rangs   et   les   degrés   de   béatitude.   Nulle   autre  
                                                                                                                       
297
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.275.  
298
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.92.  
299
 Cf.  Ibid.,  p.92.  
300
 L.  DEHON,  Le  Cœur  sacerdotal  de  Jésus,  p.521.  
301
 –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.111.  
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.430.  
302
303
 J.  DEVRIENDT,  «  La  naissance  de  Dieu  dans  l’âme  dans  les  Sermons  latins  de  Maître  Eckhart  »,  in  M.-­‐A.  VANNIER  
(dir.),  La  naissance  de  Dieu  dans  l’âme  chez  Eckhart  et  Nicolas  de  Cues,  Paris,  Cerf,  2006,  p.46.  
304
 Cf.  L.  DEHON,  Le  Cœur  sacerdotal  de  Jésus,  p.615.  

65  
 
distinction   entre   les   élus   que   celle   qu’y   met   la   charité305  ».   Comme   dit   saint   Augustin,   «  la  
seule  chose  qui  établit  une  différence  entre  les  actions  des  hommes,  c’est  la  charité  qui  est  à  
leur  racine306  ».  

 L’homme,  pour  Dehon,  est  «  l’image  »  de  la  sainte  Trinité  par  sa  vie,  son  intelligence  
et  sa  volonté307.  C’est  par  la  charité  que,  pour  Dehon,  l’homme  retrouve  sa  «  ressemblance  »  
avec   Dieu308.   Selon   le   concile   de   Nicée   en   325,   Jésus   Christ   est   engendré   du   Père   et   il   a   la  
même   nature   que   du   Père.   De   ce   fait,   il   est   non   seulement   l’image   parfaite   du   Père,   il   est  
aussi   la   ressemblance   du   Père.   L’homme,   en   aimant   Dieu   en   Jésus   Christ,   est   sanctifié   par  
son   Esprit,   et   il   est   transformé   à   l’image   du   Christ.   C’est   la   vie   du   Christ   en   nous   (cf   Ga   2,20)  
qui   nous   fait   ressembler   à   Dieu.   C’est   pour   cela   que   Dieu   donne   à   l’homme   toutes   les  
facultés  pour  le  service  de  la  charité.  Telle  pourra  être  la  raison  pour  que  Dehon  puisse  dire  
que  «  l’amour  de  Dieu  est  le  principe  et  la  fin  de  la  création309  ».  

Cela  donne  une  grande  importance  à  l’Eucharistie  pour  la  vie  chrétienne.  Car  en  tant  
que  le  «  sacrement  d’amour  »,  l’Eucharistie  nous  sanctifie  et  nous  communique  l’amour  de  
Dieu.    C’est  l’union  à  Notre  Seigneur  dans  l’Eucharistie  qui  «  nous  rend  semblables  à  lui  en  
mettant   notre   âme   et   toutes   nos   facultés   et   puissances   sous   la   direction   et   l’influence   du  
même   Esprit   qui   sanctifiait   son   humanité310  ».   Le   Fils   de   Dieu   est   venu   une   fois   dans   son  
Incarnation,   Il   vient   encore   chaque   fois   dans   l’Eucharistie   pour   allumer   le   feu   d’amour   en  
chaque  chrétien.    

Si   un   homme   refuse   de   recevoir   Jésus   en   son   cœur,   Jésus   se   tient   pourtant   toujours  
devant  la  porte  de  ce  cœur  pour  frapper  sans  cesse  et  guetter  une  occasion  pour  y  entrer,  
pour   gagner   son   amour.   Par   sa   miséricorde,   Il   ne   quitte   pas   l’homme   malgré   son  
indifférence311.  Mais  Il  est  aussi  juste  et  exigeant.  Pour  cela  il  va  mettre  fin  à  des  sollicitations  
inutiles312.  La  parabole  des  talents  en  est  un  exemple  (cf.  Mt  25,28).  Pour  ceux  qui  cherchent  

                                                                                                                       
305
 L.  DEHON,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.111.  
306
 M.-­‐A.  VANNIER,  Cheminer  avec  Maître  Eckhart  au  cœur  de  l’anthropologie  chrétienne,  p.28.  
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.190.  
307
308
 Cf.  –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.34.  
309
 Ibid.,  p.36.  
310
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  V,  p.11.  
311
 Cf.  –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.56.  
312
 Ibid.,  p.123.  

66  
 
Jésus,   le   moyen   pour   entendre   sa   parole   est   surtout   l’Eucharistie,   puis   l’Écriture   sainte   et  
l’oraison313.    

3. La  vie  de  sacrifice,  la  «  réparation  »,  l’abandon  et  la  fidélité  dans  les  petites  choses.  

Nous  pouvons  dire  que  toutes  ces  choses  :  le  sacrifice,  la  «  réparation  »,  l’abandon,  la  
fidélité   en   toutes   choses,   découlent   de   l’attitude   d’oblation   par   amour   de   Jésus  :   Ecce   venio.  
Cet   acte   d’oblation   est   d’abord   un   acte   de   l’amour,   et   pour   Dehon,   il   n’y   a   pas   d’amour   sans  
croix314.    

Il   nous   semble   que,   à   travers   ses   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur,   Dehon   veut  
justifier,   d’une   certaine   manière,   son   «  vœu   de   victime     ou    d’immolation  »   qu’il   voulait  
inscrire   dans   la   Constitution   de   la   Congrégation   des   Prêtres   du   Sacré-­‐Cœur   fondée   par   lui-­‐
même.   Ce   vœu   pour   lui   est   surtout   un   vœu   d’oblation315.   Pour   cela,     il   nous   faut   regarder  
l’oblation  de  Jésus.  L’acte  d’oblation  de  Jésus  est  pour  Dehon  

 «  un  acte  d’adoration  profonde,  un  hommage  infini  rendu  à  la  majesté  divine.  C’est  un  
acte   d’amour   parfait   par   lequel   il   consacre   sa   vie   à   celui   de   qui   il   la   tient.   C’est   un   acte   de  
réparation.   C’est   un   acte   d’obéissance   parfaite.   C’est   un   acte   d’humilité   et   d’anéantissement  
par  lequel  il  se  met  dans  l’état  d’une  victime.  Enfin,  c’est  un  acte  incompréhensible  de  charité  
envers  les  hommes316  ».    

«  L’oblation   de   Jésus,   dit   Dehon,   semble   avoir   été   un   véritable   vœu,   un   vœu  
religieux  ».  Les  vœux  de  religion  (la  pauvreté,  la  chasteté  et  l’obéissance)  sont  pour  Dehon  
comme   une   «  imitation  »   de   cette   oblation   de   Jésus.   Tandis   que   l’oblation   est   «  une  
reproduction  plus  formelle,  une  véritable  continuation  de  cet  acte  divin317  ».    

Pour   Pierre   de   Bérulle,   l’oblation   et   l’adoration   présentent   le   sacerdoce   du   Christ318.  


Quant  à  Charles  de  Condren,  disciple  de  Bérulle,  il  parle  pour  sa  part  beaucoup  de  sacrifice,  
d’anéantissement,   d’immolation,   d’état   d’hostie   etc.     Cela   fait   que   Condren   parle   moins   que  

                                                                                                                       
313
 Cf.  L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.17.  
314
Cf.    Ibid.,  p.315.  
315
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.  XV.  
316
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.204-­‐205.  
317
 Ibid.,  p.205.  
318
 Cf.  Y.  KRUMENACKER,  l’École  française  de  spiritualité,  p.37.  

67  
 
Bérulle   de   l’adoration   mais   beaucoup   plus   de   la   Messe,   le   Saint   Sacrifice319.   Plus   concret  
encore,  Jean  Eudes,  fondateur  de  la  Congrégation  de  Jésus  et  Marie  (les  eudistes),  a  fait  un  
«  vœu  à  Jésus  pour  s’offrir  à  lui  en  qualité  d’hostie  et  de  victime,  qui  doit  être  sacrifiée  à  sa  
gloire  et  à  son  pur  amour320  ».  

 Influencé   par   l’École   française   de   spiritualité,   le   nom   «   Oblats   du   Cœur   de   Jésus  »   que  
Dehon   voulait   donner   en   fondant   sa   propre   Congrégation   montre   bien   son   orientation   de  
l’oblation.  «  Vous  êtes  l’oblat  de  votre  Père,  je  veux  être  celui  de  votre  Cœur  »  dit-­‐Dehon321.  

La  «  réparation  »  est  un  langage  dont  on  parle  habituellement  à  l’époque  de  Dehon.  La  
révélation   à   Paray-­‐le-­‐Monial   est   «  un   fait   majeur   dans   l’histoire   de   la   réparation  
moderne322  ».  Ce  vocabulaire  de  «  réparation  »  devient  populaire  chez  le  peuple.  Selon  cette  
révélation  à  Marguerite  Marie,  la  «  réparation  »  consiste  en  un  retour  «  amour  pour  amour  »  
par   des   exercices   (premiers   vendredi   de   chaque   mois,   heure   sainte,   etc.)   pour   réparer   le  
Cœur  qui  a  tant  aimé  les  hommes  et  qui  ne  reçoit  que  des  ingratitudes323  ».  

Pour   ces   «  réparations  »,   la   vocation   de   Dehon   consiste   moins   en   «  victime   de  


souffrance  et  d’humiliation  »,  qu’en  «  victime  de  gloire  et  d’amour324  ».  Ces  deux  termes  ne  
signifient   pas   la   même   chose.   Si   l’un   présente   la   voie   de   Marguerite-­‐Marie   d’Alacoque,  
l’autre   présente   celle   de   sainte   Thérèse   de   Lisieux   (1873-­‐1897).     A   la   fin   de   sa   vie,   Dehon  
comprend,  à  travers  l’esprit  de  la  petite  sainte  Thérèse  de  Lisieux,  le    sens  plein  sa  spiritualité  
qui  oriente  non  pas  vers  la  victime  de  justice,  mais  plutôt  la  victime  d’amour.  «  L’immolation  
d’amour    domine,  dit-­‐Dehon,  avec  quelque  part  de  l’immolation  réparatrice.  Nous  sommes  
nés  de  l’esprit  de  Marguerite  Marie  en  nous  rapprochant  de  celui  de  sœur  Thérèse.325  »  Pour  
les  membres  de  sa  Congrégation,  Dehon  conseille  de  chercher  plutôt    la  purification  par  les  
flammes  de  la  charité  que  dans  les  œuvres  de  mortifications  extérieures326.    

Dans   «  la   réparation  »  par   amour,   Dehon   montre   l’exemple   de   la   Vierge   Marie,   saint  
Jean  et  sainte  Madeleine,  qui  par  leur  amour  et  par  leur  compassion  sont  les  modèles  des  

                                                                                                                       
319
 Cf.  R.  DEVILLE,  l’École  française  de  spiritualité,  p.57-­‐59.  
320
 Ibid.,  p.94.  
321
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.207.  
322
 É.  GLOTIN,  «  Réparation  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  Paris,  Beauchesne,  1987,  col.389.  
323
 G.  DUFOUR,  Marguerite-­‐Marie,  Montrouge,  Nouvelle  Cité,  coll.  «  Prier  15  jours  »,    1997,  p.55.  
324
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.206.  
325
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  V,  p.551.  
326
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.187.  

68  
 
réparateurs   et   consolateurs   du   Cœur   de   Jésus.   Pour   les   «  amis   du   Cœur   de   Jésus  »,   les   actes  
d’amour   et   de   réparation   consistent   en   des   «  exercices   de   l’amour   compatissant   et  
reconnaissant  »  envers  Jésus.  C’est  une  disposition  habituelle  à  aimer  Jésus,  «  la  disposition  
entretenue   par   la   méditation   de   sa   vie,   de   ses   mystères,   et   sauvegardée   par   l’amour   du  
silence  et  de  la  solitude,  par  le  détachement  des  créatures327  ».    

«  L’amoureux   abandon,   pour   Dehon,   est   plus   méritoire   que   des   mortifications  
extraordinaires328  ».  Car  «  l’essence  du  sacrifice  consiste  surtout  dans  l’oblation  du  cœur  et  
non   pas   dans   l’égorgement   de   la   victime329  ».   Le   «  désir   d’être   mené   par   la   voie   des  
souffrances  »,   pour   Dehon,   n’est   pas   un   vœu,   c’est   plutôt   un   conseil330.   Il   n’est   pas  
nécessaire   de   chercher   des   mortifications,   des   sacrifices   extraordinaires.   Il   suffit,   pour  
Dehon,  de  porter  bien  sa  croix  chaque  jour331.  

Cette   attitude   d’abandon   par   amour   nous   amène   nécessairement   à   la   fidélité   en  


toutes   choses.   L’abandon   pour   Dehon   est   plus   que   la   «  conformité   à   la   volonté  »   de   Dieu.  
C’est  de  laisser  Dieu      choisir  ce  qu’il  veut,  quand  il  veut  et  comme  il  veut  pour  nous332.  Parce  
que  le  signe  de  l’amour  vrai  est  le  souci  de  faire  plaisir  à  celui  qu’on  aime.  C’est  pour  lui  un  
«  besoin  »  de    tout  offrir  et  de  tout  faire  avec  le  cœur.  Ce  besoin  rend  ainsi  attentif  à  bien  
faire   tout   ce   qu’on   fait,   et   ainsi   toutes   les   petites   choses   deviennent   délicates.   C’est   la  
«  marque   d’un   amour   profondément   enraciné333  ».   C’est   ainsi   que   la   charité   et   l’attention  
aux   petites   choses   peuvent   mener   l’homme   à   la   perfection   et   à   la   sainteté.   La   vie   cachée   de  
Jésus  à  Nazareth  en  est  un  exemple.  Il  a  utilisé    son  temps  pour  faire  les  petites  choses.  

La   vie   d’amour   et   d’union   au   Christ   est   d’abord   pour   rétablir   le   Règne   du   Cœur   de  
Jésus   dans   les   âmes.   C’est,   d’une   certaine   manière,   la   «  réparation  »   le   lien   d’amour   brisé  
entre  Dieu  et  l’homme.  Dehon  veut  aller  encore  plus  loin,  car  cette  «  réparation  »  «  ne  fait  
que   lever     l’obstacle   que   mettrait   le   péché   entre   nous   et   l’amour334  ».   Il   nous   faut   aussi  
travailler   pour   le   Règne   du   Cœur   de   Jésus   dans   la   société   qui,   avec   le   Règne   du   Cœur   de  

                                                                                                                       
327
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.318.  
328
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.  229.  
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.456.  
329
330
 –,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.196.  
331
 Cf.  S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.179.  
332
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.307.  
 –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.77.  
333
334
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.380.  

69  
 
Jésus  dans  les  âmes,  sont  les  deux  aspects  chers  chez  le  Père  Dehon335.  Car  l’amour  de  Dieu  
est  inséparable  de  l’amour  du  prochain  (cf.  1  Jn  4,20-­‐21).  

La   situation   sociale   et   politique   bouleversante   à   la   fin   du   XIXe   siècle   avec   la   guerre  


franco-­‐allemande,  les  problèmes  sociaux,  les  conséquences  de  la  Révolution  française,  etc.  
suscitent   de   façon   encore   plus   formidable   des   «  réparations  ».   Avec   Mgr   Gay   (1815-­‐1892)  
évêque  auxiliaire  de  Poitiers,  Dehon  organise  même  «  une  croisade  de  prières  et  d’œuvres  
réparatrices  »   dans   le   clergé336.   Avec   ses   travaux   pour   le   Règne   du   Cœur   de   Jésus   dans   la  
société,  la  spiritualité  déhonnienne  ne  se  limite  pas  dans  le  domaine  cultuel  et  dévotionnel.    
A   côté   de   fonctions   pastorales   et   ministérielles,   le   Prêtre   porte   aussi   une   fonction  
sociétale337.   Dehon   écrit,   en   1901,   sur   le   journal   Le   règne   du   Cœur   de   Jésus   dans   les   âmes   et  
dans  la  société  :  

«  Le   Prêtre   doit   être   l’homme   de   son   temps  :   toujours   appuyé   sur   l’Eglise,   colonne   et  
fondement  de  la  vérité,  il  doit  parler  le  langage  de  son  temps  et  ne  pas  négliger  l’étude  de  
ces   graves   problèmes   qui   agitent   sa   nation.   Le   XXe   siècle   est   sans   doute   le   siècle   des  
questions  sociales  :  et  le  clergé  fera  une  œuvre  sainte  si,  secondant  les  desseins  de  celui  qui  
fut   appelé   à   bon   droit   le   Pontife   des   ouvriers,   il   étudie   avec   amour   les   problèmes  
aujourd’hui   afin   d’être   en   état   de   pouvoir   aux   besoins   toujours   croissants   du   peuple   et  
d’arriver  bientôt  à  la  parfaite  harmonie  des  classes  sociales338  ».  

Devant   la   situation   où   «  les   humbles   travailleurs   sont   souvent   opprimés   par   toutes  
sortes  d’injustice  privées  et  sociales  (quoniam  erant  vexati);  l’usure  pèse  sur  eux  sous  toutes  
ses   formes  »,   qu’est   ce   que   ce   peuple   a   besoin   sinon   «  le   pain   de   la   justice,   le   pain   de   la  
charité,   le   pain   de   l’apostolat339  »  ?   Les   apôtres   du   Cœur   du   Christ   ne   doivent   pas   se  
contenter  d’une  «  compassion  stérile  »,  ainsi  une  démarche  dans  le  domaine  social  semble  
nécessaire  et  évident.  

                                                                                                                       
335
 Dehon  lance  d’ailleurs  en  1889  une  revue  mensuelle  qu’il  intitule  «  Le  Règne  du  Cœur  de  Jésus  dans  les  âmes  
et  dans  la  sociétés  ».    
336
 L.  DEHON,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.8,  Roma,  Centro  General  d’Études,  1983,  p.  53.  
337
 Cf.  Y.  LEDURE,  Spiritualité  du  Cœur  du  Christ,  Ils  regarderont  celui  qu’ils  ont  transpercé,  p.139.  
338
 L.  DEHON,  «  L’action  sociale  du  clergé  »,  in  coll.  «  Œuvres  sociales  »,  vol.  I,  Napoli-­‐Andria,  Edition  Dehoniane,  
1978,  p.541.  
339
 –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.232.  

70  
 
III. L’exercice  d’union  à  Jésus  dans  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

Pour   Dehon,   les   exercices     pour   la   vie   d’union   à   Dieu,   à   travers   les   méditations,  
peuvent  être  résumés  dans  ce  paragraphe  :  

«  Dieu   mon   bon   Maître,   je   viens   à   vous,   je   me   tiendrai   devant   vous   dans   le   calme,  
dans   un   pieux   recueillement,   comme   une   toile   d’attente.   Je   contemplerai   paisiblement   et  
amoureusement  les  mystères  de  votre  vie.  Je  serai  docile  à  votre  grâce  et  à  votre  amour.  
Ainsi   je   me   détacherai   facilement   des   créatures   et   je   purifierai   mon   cœur   dans   le   feu   de  
votre  amour,  pour  entendre  votre  douce  voix  qui  veut  m’offrir  le  don  de  votre  Cœur340  ».  

C’est,  d’une  certaine  manière,  la  reprise  des  aspects  de  la  dévotion  du  Cœur  de  Jésus  
après  avoir  pris  conscience  de  la  bonté  de  Dieu.  C’est  l’imitation  de  Jésus  Christ  :  sa  vie  de  
prière,  d’amour  et  d’abandon.  

1. La  bonté  de  Dieu  et  le  détachement  des  créatures.  

Dieu  mon  bon  Maître,  je  viens  à  vous,  je  me  tiendrai  devant  vous  dans  le  calme,  dans  
un  pieux  recueillement,  comme  une  toile  d’attente.    

 «  Dieu  mon  bon  Maître  ».  Nul  n’est  bon  que  Dieu  seul.  Telle  est  la  réponse  de  Jésus  au  
jeune  homme  qui  est  en  quête  de  la  vie  éternelle  (Lc  18,  18-­‐19).  C’est  le  premier  motif  de  
l’amour  et  l’adoration.  C’est  aussi  le  premier  cri  de  la  nature  elle-­‐même  devant  le  Créateur  
après  la  création.  Comment  l’homme  peut  ne  pas  aimer  Celui  qui,  n’ayant  aucun  besoin  de  
lui,   l’a   aimé   le   premier   en   le   créant   à   son   image   et   à   sa   ressemblance   (Gn   1,26)341  ?  
Comment   ne   pas   aimer   Celui   qui   s’est   fait   homme   lui   même   pour   que   l’homme   puisse  
participer  à  sa  condition  divine342  ?  

Dieu   est   éternel,   l’homme   est   fini.   Cette   finitude   de   l’homme   devant   Dieu   n’est   pas  
une  humiliation,  mais  une  réalité.  Voici,  tu  as  donné  à  mes  jours  la  largeur  de  la  main,  et  ma  
vie  est  comme  rien  devant  toi  (Ps  69,6).  Jésus,  de  l’infini  qu’il  était,  s’est  fait  homme  (Ph  2,  6-­‐
8),  cet  anéantissement  est  vraiment  un  acte  d’humilité  de  Jésus.    

Tout  ne  s’arrête  pourtant  pas  à  l’anéantissement,  car  l’homme  trouve,  finalement,  sa  
fin   en   Dieu.   C’est   vers   cette   fin   qu’il   nous   faut   regarder.   La   contemplation   de   Dieu   est   le  
                                                                                                                       
340
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p187-­‐188.    
341
 Cf.  –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.27.  
342
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.191.  

71  
 
moyen  pour  atteindre    cette  fin343.  La  conscience  du  néant  de  l’homme  n’est  qu’un  moyen  
pour   aller   plus   haut.     «  Notre   mauvaise   nature  »   est   comme   le   sable   (cf   Mt,   7,26),   ainsi   pour  
bâtir   un   édifice,   il   faut   «  creuser   les   fondements   profondément  »   qui   est   l’humilité.   Plus  
notre  humilité  sera  grande,  plus  les  fondations  seront  solides344.  Être  comme  des  dieux,  en  
désobéissant  à  Dieu,  n’est-­‐il  pas  le  désir  qui  a  fait  chuter  Adam  et  Eve  (cf.  Gn  3,  5)?  

Jésus  est  à  la  fois  le  tout  et  le  rien.  Il  est  tout  par  sa  divinité  et  rien  par  son  humanité  
devant   son   Père   divin345  .   De   même   sa   charité   est   aussi   à   la   fois   divine   et   humaine.  
L’incarnation   du   Verbe,   pour   Dehon,   n’est   pas   autre   chose   qu’un   mystère   d’amour   divin  
humanisé.   C’est   la   raison   pour   laquelle,   l’adoration   qui   doit   se   passer   devant   Dieu   peut   se  
porter  aussi  sur  son  humanité  sainte346.  Car  c’est  aussi  l’adoration  de  Dieu.  

Cet  acte  d’adoration  qui  commence  son  exercice  spirituel  peut  être  fait  par  un  simple  
acte  de  foi,  mais  qui  doit  être  renouvelé  souvent  dans  la  journée  pour  évoquer  des  motifs  et  
le  désir  d’aimer  Dieu.  Nous  vivons  ainsi  dans  la  présence  constante  de  Dieu.    

L’union  ou  le  recueillement  actif  dans  cette  étape  s’opère  en  fixant  son  attention  vers  
Dieu347.   Cela   peut   être   par   un   cri   d’amour,   de   reconnaissance,   une   prière   que   l’on   appelle  
aussi   l’«  oraison   jaculatoire  ».   Oh   Dieu   que   je   vous   aime  !   Que   tu   es   grand  !,     etc.  par  
exemple.  

«  Je   viens   à   vous  »  est   un   mouvement   vers   Dieu   qui   demande   nécessairement   le  
détachement   des   créatures.   Pour   parvenir   à   une   vie   de   plénitude,   l’homme   doit   non  
seulement   s’adresser   à   Dieu,   mais   il   doit   aussi   considérer   Dieu   avant   tout   et   au   dessus   de  
tous  :   tout   ce   que   tu   as,   vends-­‐le,   distribue-­‐le   aux   pauvres   et   tu   auras   un   trésor   dans   les  
cieux  ;   puis   viens,   suis-­‐moi   (Lc   18,   22).   Si   quelqu’un   aime   Dieu,   il   ne   regarde   que   Dieu.   Les  
créatures  pour  lui  sont  comme  secondaires.  Lorsque  l’homme  n’est  pas  libre,  il  ne  peut  pas  
prendre   son   essor   vers   le   haut.   Comme   dit   saint   Alphonse   de   Liguori  :   pour   atteindre   à   la  
parfaite  union  avec  Dieu,  il  faut  avoir  un  complet  détachement  des  créatures348.  Mais  tout  
d’abord     «  demeurons   aux   pieds   de   Notre   Seigneur   avec   un   regard   de   tendresse,   avec   un  

                                                                                                                       
343
 Cf.  S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.198.  
344
 Cf.  Ibid.,  p.36.  
345
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.232.  
346
 Cf.  –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.36-­‐37.  
347
 Ibid.,  p.90.  
348
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  p.144.  

72  
 
effort  d’amour,  dans  l’amertume  de  nos  fautes  et  dans  la  joie  du  pardon,  sous  un  rayon  de  
lumière  et  de  bénédiction349  »  dit  Dehon.  

 Ce  détachement  permet  d’écarter  toutes  les  occasions  de  distractions,  tous  les  soins  
inutiles,  toutes  les  angoisses  de  la  vie  quotidienne,  etc.  Il  faut  tout  quitter  pour  ne  considérer  
que   Dieu.   Il   ne   reste   que   Dieu   et   nous,   infini   et   fini.   «  Cette   considération   de   l’infinie  
grandeur  et  de  l’infinie  bassesse  dispose  parfaitement  notre  âme  à  recevoir  les  grâces  que  
Dieu   lui   ménage350  ».   Pourtant   il   nous   faut   faire   attention   de   ne   pas   tomber   dans   le  
quiétisme.  Pour  Dehon,  l’établissement  de  la  relation  intime  avec  Dieu  n’a  pas  pour  but  de  
rester   inactif   envers   le   monde,   mais   de   mieux   vivre   dans   et   pour   le   monde.   L’engagement  
social  de  Dehon  en  est  une  preuve.  

Ce   détachement     a   pour   but   d’être   simple   avec   Dieu   comme   un   enfant.     C’est   parce  
que  l’enfant  croit,  aime  et  agit  sans  aucun  retour  sur  lui-­‐même,  par  un  premier  mouvement  
de  cœur351.  Ainsi  une  âme  sera  simple  par  son  mouvement  tout  droit  vers  le  but  qui  est  Dieu  
par   la   charité.   Cette   âme   est   pure   car   elle   est   détachée   de   toute   créature   ou   plutôt   elle  
dépend  complètement  de  Dieu.    

«  Je  me  tiendrai  devant  vous  dans  le  calme  »  est  un  moyen  de  la  purification.  Ce  calme  
ou  cette  paix  du  cœur  se  fonde  sur  le  détachement  de  la  créature  pour  chercher  un  lieu  de  
repos  en  Jésus  et  surtout  dans  son  Cœur.  C’est  la  disposition  fondamentale  pour  recevoir  la  
grâce   de   Dieu   qui   est   la   source   de   toute   perfection   (Mt   5,8-­‐9).   Cette     paix   du   cœur,   pour  
Dehon,  ne  se  trouve  que  dans  l’union  à  Dieu352.    

Un  cœur  en  paix  est  comme  la  surface  de  l’eau  calme  qui  reflète  la  lumière  et  reçoit  les  
images  des  objets  tournés  vers  elle,  tandis  que  l’eau  trouble  et  agitée  est  impénétrable  à  la  
lumière  ou  bien  les  images  seront  déformées.  Ainsi  en  se  tournant  vers  le  Cœur  de  Jésus,  si  
notre  cœur  est  en  paix  et  en  union  intime  avec  Lui,  il  sera  prêt  à  recevoir  la  communication  
de  l’Esprit  de  Jésus,  et  l’image  du  Cœur  de  Jésus  pourra  être  imprimée  sur  lui.  Dès  lors,  «  je  
ne   veux   plus   vivre,   je   veux   que   ce   Cœur   de   Jésus   vive   en   moi353  »   (Ga   2,20).   Après   avoir   vidé  

                                                                                                                       
349
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.187.  
350
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.100.  
351
 Cf.  L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.217.  
352
 –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.152.  
353
   –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.201.  

73  
 
son   cœur   de   tout   le   terrestre,   il   faut   le   remplir   du   saint   Amour   de   Dieu.   Ce   sont   les   deux  
choses,  selon  Alphonse  de  Liguori,  pour  dire  que  l’homme  aime  Dieu  de  tout  son  cœur354.  

Il  est  bon  de  remplir  notre  cœur  de  la  charité  du  Christ  et  c’est  encore  mieux  si  cette  
charité  y  demeure.  Pour  cela  il  faut  aimer  le  silence,  intérieur  comme  extérieur,  mais  surtout  
la   vie   d’oraison   et   d’union   constante   avec   Jésus   qui   sont   les   conditions   pour   la   vie   cachée  
dans  le  Cœur  du  Christ  pour  ne  vivre  que  pour  Lui.  

Ce   n’est   pas   facile   de   demeurer   dans   ce   calme   du   cœur   avec   les   passions,   même   en  
ayant   la   conscience   de   sa   faiblesse   et   d’évoquer   sans   cesse   l’aide   de   Dieu.   Nous   n’arriverons    
pas  à  maîtriser  ces  passions,  qui  sont  comme  un  courant  d’eau  incontrôlable.  Dehon  propose  
ainsi   une   solution   qui   consiste   à   «  creuser   un   petit   ruisseau   qui   fasse   dériver   ces   eaux  
incontrôlable   sur   le   côté355  ».   C’est   de   savoir   orienter   nos   passions   charnelles   vers   un   amour  
désintéressé  qui  est  la  charité.  «  L’objet  étant  surnaturel,  l’acte  sera  surnaturalisé356».  

Ainsi   le   détachement   des   créatures   ne   signifie   pas   qu’il   faut   détruire   toute   la  
sensibilité,  mais  de  l’orienter  vers  le  bien.  L’orientation  de  notre  sensibilité  vers  la  charité  de  
Jésus   est   la   meilleure   manière   de   nous   purifier   de   tout   notre   amour   propre.   Car   dans   le  
mouvement   de   son   Cœur,   Jésus   ne   tend   jamais   vers   Lui,   mais   toujours   vers   son   Père   et   vers  
le  bonheur  de  l’homme  (Jn  6,  38-­‐39).    

 «  Dans  un  pieux  recueillement,  comme  une  toile  d’attente  ».  Après  s’être  détaché  des  
créatures,  l’âme  peut  prendre  toute  sa  force  pour  aller  vers  son  bien-­‐aimé  pour  s’unir  à  Lui.  
Elle  est  prête  pour  accueillir  son  l’Esprit.  Dans  ce  recueillement  ou  cette  docilité  à  la  grâce,  
notre  cœur  s’unit  intiment  avec  Jésus  et  se  laisse  conduire  par  son  Esprit.  Elle  est  maintenant  
comme   une   toile   d’attente   ou   la   surface   d’eau   calme   qui   est   toujours   prête   pour   être  
dessinée  par  le  dessinateur  qui  est  l’Esprit  de  Dieu.  Le  cœur  de  l’homme  va  se  perdre  dans  le  
Cœur   du   Christ.   Il   devient   en   quelque   sorte   un   autre   Cœur   du   Christ357.   Ainsi   l’âme   ne   vit  
plus  par  ses  sentiments  propres,  mais  par  la  charité  qui  vient  du  Cœur  du  Christ.    

Avant  de  parvenir  à  l’état  d’union  intime  au  Christ,  l’âme  marche  à  la  suite  de  Jésus.  
Car  dans  le  silence  du  recueillement,  elle  ne  cherche  pas  d’abord  son  chemin  ou  le  dessein  
de  Dieu,  mais  elle  se  laisse  conduire  par  l’Esprit  de  Jésus.  «  La  vie  d’amour,  pour  Dehon,  est  
                                                                                                                       
354
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  p.135.  
355
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.131.  
356
 L.  DEHON,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.150.  
357
 Cf.  –,  La  vie  intérieure,  ses  principes,  p.80.  

74  
 
une  vie  de  foi  et  par  conséquent  obscure  et  ténébreux.  On  y  marche  à  l’aveugle  sans  savoir  
où  l’on  est  conduit358.  »  

Elle   se   tient   simplement   en   union   avec   Jésus   par   un   regard   fixé   sur   son   Cœur.   Ce  
recueillement  et  cette  union  au  Christ  permettent  à  Celui-­‐ci  d’agir  sur  l’âme.  Ainsi  si  l’âme  
est   persévérante   dans   ce   recueillement,  même   «  dans   la   nuit   des   sens,   mais   Dieu   est   là   et  
tout   à   coup   Il   se   fait   sentir359  ».   L’âme   recevra   en   elle   l’image   de   l’objet   vers   lequel   elle   tend  
son  regard.  Car  le  cœur  de  l’homme  est  maintenant  absorbé  par  la  charité  de  Jésus.  Dehon  
appelle   ce   canal   de   communication   «  les   douces   inspirations   de   la   grâce  ».   Dès   lors   «  ce  
cœur  dilaté  par  l’amour  marche  avec  joie  dans  le  chemin  du  devoir  et  du  sacrifice360  ».  

Dans   cet   état   de   l’oraison,   l’âme   se   donne   entièrement   à   Dieu.   C’est   la   raison   pour  
laquelle,   la   méthode   n’est   souvent   plus   nécessaire.   Car   l’Esprit   la   pénètre     et   la   dirige   lui-­‐
même.   Ce   qui   agit   dans   l’âme   vient   de   la   grâce.   En   contemplant     la   charité   de   Jésus   dans  
diverses   circonstances   de   sa   vie   mortelle,  surtout   dans   la   Passion,   l’âme   sera   facilement  
impressionnée  par  l’objet  de  sa  contemplation  en  créant  en  l’âme  des  affections361.    

Les   méditations   habituelles     ont   pour   but   de   juger   une   vérité,   un   mystère   ou   pour  
chercher   des   motifs   de   charité.   Le   Cœur   de   Jésus,   pour   Dehon,   est   le   résumé   les   sens   de  
l’Ecriture.   L’affection   qui   survient   pendant   la   méditation   nous     stimule   l’amour   en   retour.  
Enfin   il   nous   faut   tirer   des   résolutions.   C’est   en   réalisant   ces   résolutions   que   l’homme  
parvient  petit  à  petit  à  la  perfection.  

Quand  le  niveau  de  l’oraison  est  élevé,  ces  impressions  peuvent  être  vécues  facilement  
durant   la   journée.   L’âme   vit   ainsi   de   plus   en   plus   facilement   la   charité   de   Jésus.   On   peut  
considérer  cela  comme  la  contemplation  continuelle  où  les  affections  envers  Jésus  peuvent  
se   nourrir   elles-­‐mêmes.   Un   jour   au   seuil   de   la   maison   de   Dieu   vaut   plus   de   mille   sous   les  
tentes   des   infidèles   (cf.   Ps   84,11).   Qu’est   ce   que   le   «  seuil   de   la   maison   de   Dieu  »   sinon   la  
contemplation  du   Cœur   du   Christ?   Tout   abîme   de   charité   est   là,   dans   le   Cœur   Jésus.   Pour  
cela  «  vous  devez  donc  -­‐  Dehon  fait  dire  à  Jésus  -­‐  essayer  de  pénétrer  dans  les  profondeurs  

                                                                                                                       
358
 L.  DEHON,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.104-­‐105.  
359
 –,  La  vie  intérieure,  facilitée  par  des  exercices  spirituels,  p.374.  
360
 –,  La  vie  intérieure,  ses  principes,  ses  voies  divers  et  sa  pratique,  p.78.  
361
 –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.87.  

75  
 
de   cet   abime   de   charité   et   vous   exciter   à   l’amour   de   mon   Cœur   en   voyant   combien   il   vous   a    
aimé362  ».  

2. La  contemplation  et  la  docilité  à  la  grâce.  

 «  Je  contemplerai  paisiblement  et  amoureusement  les  mystères  de  votre  vie  ».  Si  au  
début  il  faut  avoir  une  fréquence  de  recueillement  (actif)  et  des  méditations  pour  examiner  
et   détruire   son   amour   propre.   L’âme   est   ainsi   toute   dégagée   des   créatures.   Elle   est  
maintenant  dans  la  contemplation.  

Saint  Alphonse  de  Liguori  considère  le  «  détachement  »  de  créatures  souvent  comme  
le   «  dégagement   du   cœur  »363,   ou   ce   que   saint   Ignace   de   Loyola   considère   comme  
l’indifférent   envers   les   créatures   pour   viser   à   la   fin   en   Dieu.   Ces   «  détachements  »,   pour  
Dehon,   sont   la   première   étape.   Il   nous   faut   aller   jusqu’aux   «  dégagements  »,   qui   est   pour  
Dehon   l’attitude   de   la   contemplation,   et   qui   dit   plus   que   le   détachement.   Car   le  
détachement   est   une   opération   douloureuse,   il   nous   faut   quitter,   arracher   ce   qui   nous  
empêche  d’aller  droit  vers  Dieu.  Tandis  qu’après  être  «  dégagée  »,  l’âme  n’a  plus  d’obstacle,  
elle   marche   avec   joie   dans   la   présence   de   Dieu.     Elle   ne   cesse   de   chanter   (Ps   124,7).   Car   «  la  
nourriture  du  cœur  dégagé  est  l’amour  du  Cœur  de  Jésus  ;  son  breuvage,  sa  divine  bonté,  sa  
conversion  n’est  plus  sur  la  terre,  elle  est  au  ciel,  au  plus  haut  des  cieux,  dans  le  Cœur  même  
de  Jésus364  ».    

Ce  que  le  psalmiste  désire  ardemment  et  demande  à  Dieu,  c’est  habiter  dans  la  maison  
du  Seigneur  tous  les  jours  de  sa  vie  pour  contempler  son  sanctuaire  (cf.  Ps  27,4).  Qu’est  ce  
que   «  habiter   dans   la   maison   du   Seigneur  »   sinon   l’habitude   constante   de   la   prière   et   de  
l’oraison  ;  et  «  son  sanctuaire  »  sinon  et  le  Cœur  de  Jésus  ?  

Dans  ce  dégagement  ou  cette  contemplation,  l’affection  dans  le  cœur  de  l’homme  suit  
celle   du   Cœur   de   Jésus   comme   un   homme   devant   un   miroir   de   surface   d’eau.   Cet   état   ne  
dépend   pas   de   nous,   mais   de   l’Esprit   Saint.   L’homme   ne   peut   rien   faire.   Il   peut   s’en  
approcher,  mais  il  ne  peut  pas  y  entrer  de  lui-­‐même365  ».  L’âme  peut  se  tenir  dans  le  calme  
                                                                                                                       
362
 L.  DEHON,  La  vie  intérieure,  ses  principes,  p.40.  
363
 Cf.  A.  LIGUORIE,  L’art  aimer  Jésus  Christ,  trad.  F.  DÉLERUE,  Paris-­‐Fribourg,  Édition  Saint-­‐Paul,  1990,  p.174-­‐180-­‐
185.  
364
 L.  DEHON,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.426-­‐427.  
365
 –,  La  vie  intérieure,  facilitée  par  des  exercices  spirituels,  p.370.  

76  
 
devant   l’objet   de   la   contemplation.   Elle   ne   sait   plus   rien   que   Jésus   qui   est   l’objet   de  
l’adoration.    

Cette  disposition  de  l’âme  dans  la  contemplation  est  comme  le  «  regard  d’adoration  et  
d’admiration  envers  le  Verbe  incarné  »  dans  l’École  française  de  spiritualité,  dans  le  sens  du  
regard   qui   n’a   pas   d’autre   but   que   de   regarder.   Un   regard   qui   ne   vise   pas   à   connaitre   ou  
pénétrer  dans  le  mystère  de  Dieu  par  notre  intelligence366,  mais  à  adorer  Dieu  comme  Il  est  
digne   d’être   adoré.   Cette   contemplation   de   l’humanité   de   Jésus   permet   à   l’homme  
d’  «  adhérer  »  aux  «  états  »  de  Jésus  et  de  s’unir  avec  Lui  dans  une  union  mystique.  Comme  
le   dit   saint   Paul  :   Ce   n’est   plus   moi   qui   vis,   c’est   le   Christ   qui   vit   en   moi   (Ga   2,20).   La  
contemplation  transforme  ainsi  la  vie  intérieure  et  dépasse  vers  l’activité  extérieure.  Le  signe  
sensible  de  cette  vie  intérieure,  comme  conséquence  de  la  vie  d’union,  est  l’abandon  et  le  
parfait  amour.  

3. L’abandon  à  la  Providence  divine  ou  la  «  consommation  de  l’amour  ».  

 «  Ainsi  je  me  détacherai  facilement  des  créatures  et  je  purifierai  mon  cœur  dans  le  feu  
de  votre  amour,  pour  entendre  votre  douce  voix  qui  veut  m’offrir  le  don  de  votre  Cœur  ».    

Ce  recueillement  n’est  pas  simple  comme  celui  que  nous  avons  abordé,  et  que    nous  
pouvons   atteindre   par   nos   forces   comme   dans   les   premières   étapes.     Il   s’agit   ici   «  d’un  
recueillement  passif,  subi  et  doux  que  Dieu  imprime  lui-­‐même  à  toutes  nos  puissances367  ».  
Cette  disposition  spirituelle  peut  être  appelée  l’abandon  parfait  au  bon  plaisir  de  Dieu.  

C’est   ainsi   que   l’âme   est   complètement   cachée   dans   le   Cœur   du   Christ.   Ce  
recueillement   passif   peut   être   comparé   à   l’union   passive   de   l’âme   aux   «  cinquièmes  
demeures  »   dans   Le   château   intérieur   de   Thérèse   d’   Avila   (1515-­‐1582),   mystique   et  
réformatrice   des   carmélites   espagnoles.   En   effet,   dans   cette   union,   l’âme   est   considérée  
comme  morte  au  monde  pour  ne  vivre  que  pour  Dieu.  «  Si  elle  aime,  elle  ne  sait  comment,  ni  
qui   elle   aime,   ni   ce   qu’elle   aimerait  368  ».   Dans   cette   union   à   Dieu,   l’âme   se   sent   parfois  
perdue   dans   l’obscurité.   Car   notre   nature   humaine   peut   parfois   nous   tromper   et   l’âme  

                                                                                                                       
366
 Cf.  R.  DEVILLE,  l’École  française  de  spiritualité,  p.106.  
367
 L.  DEHON,  La  vie  intérieure,  facilitée  par  des  exercices  spirituels,  p.374.  
368
 THÉRÈSE  d’AVILA  (sainte),  Le  château  intérieur,  trad.  M.  AUCLAIR,  Paris,  Desclée  de  Brouwer,  coll.  «    Œuvres  
complètes  »,  tome  II,    2007,  p.926.  

77  
 
n’arrive   pas   à   distinguer   entre   ce   qui   pourrait   être     communication   de   Dieu   ou   de   notre  
imagination  et  même  du  démon369.  Par  conséquent,  l’âme  reste  souvent  dans  le  doute.  

La  disposition  d’abandon,  pour  Dehon,  «  consiste  dans  une  dépendance  continuelle  de  
l’Esprit   de   Dieu   et   de   sa   grâce,   qui   fait   que   l’âme   se   tient   devant   Dieu   dans   la   disposition  
d’agréer   de   moment   en   moment   tout   ce   qu’il   voudra   ou   ne   voudra   pas370  ».   Ce   n’est   pas  
étonnant   quand   Dehon   choisit,   dès   sa   formation   à   Rome,   sa   devise   dans   les   combats  
spirituels  :  «  Seigneur,  que  voulez-­‐vous  que  je  fasse  ?  (cf.  Ac  22,10)  ».  «  Je  n’en  trouvais  pas  
de  plus  propre,  dit  encore  Dehon,  à  cimenter  et  à  entretenir  l’union  avec  Dieu.371  »  

La   devise   de   Dehon   ne   dit   pas   seulement   son   caractère   hésitant,   mais   aussi   sa  
prudence   en   conscient   de   la   faiblesse   humaine.   Avec   cette   incertitude,   il   est   nécessaire   à  
adresser  à  Dieu  :  «  Seigneur,  où  êtes-­‐vous  ?  Êtes-­‐vous  ou  non  avec  moi  ?  Suis-­‐je,  ou  non,  en  
état  de  grâce  ?  Sachez  que  je  vous  aime,  je  vous  aime  plus  que  moi-­‐même.  372»  Ainsi  pour  
éclairer   ces   doutes,   il   est   nécessaire   de   prier   sans   cesse,   car   sans   cesse   l’homme   a   besoin   du  
secours   de   Dieu   tant   dans   la   paix   que   dans   le   trouble   et   l’obscurité373,   d’être   vérifié   par  
l’Église  par  son  «  l’infaillibilité  doctrinale374  »    et  de  détruire  tout  amour  propre.  De  là  vient  
l’importance   de   ne   pas   rechercher   les   desseins   de   Dieu,   mais   plutôt   de   «  nous   laisser  
conduire  par  les  chemins  ardus375  »  dans  la  prière,  l’obéissance  et  la  charité.  

Si   la   charité   de   Dieu   est   l’acte   par   excellence   qui   nous   mène   au   détachement   des  
créatures  et  à  la  vie  union  avec  Lui,  l’abandon  à  la  volonté  de  Dieu  dans  les  actions  sera  la  
conséquence  de  cet  amour.  C’est  la  vertu  la  plus  illuminante  et  la  plus  parfaite  car  elle  est  
enracinée   dans   la   charité   qui   est   le   fondement   de   tous   les   actes.   Toutes   les   autres   vertus  
comme  l’obéissance  ou  la  pauvreté,  pour  Dehon,  ne  sont  que  les  fruits  de  l’abandon376.  

Cet   abandon   est   comme   une   consommation   de   l’amour   dans   la   confiance   et   le   don   de  
soi377.   Ainsi,   en   tant   que   don   de   soi,   l’abandon   ne   se   réduit   pas   à   une   attitude   intérieure,  
mais  doit  s’exprimer  en  actes.  La  devise  de  Dehon  pris  en  Actes  des  apôtres  chapitre  vingt  

                                                                                                                       
369
Cf.    THÉRÈSE  d’AVILA  (sainte),  Le  château  intérieur,  p.927.  
370
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  V,  p.448.  
371
 –,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  vol.3,  p.56.  
372
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Incarnation,  Vie  cachée  et  Vie  apostolique,  p.220.  
373
 Cf.  –,  Notes  quotidiens,  vol.  I,  p.18.  
374
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  L’Eucharistie,  p.430.  
375
 –,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.104.  
376
 Cf.  –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.392.  
377
 Cf.  S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.80.  

78  
 
deux  indique  d’une  certaine  manière  sa  position  apostolique  :  Seigneur,  que  voulez-­‐vous  que  
je   fasse  ?     C’est   la   parole   de   saint   Paul   pendant   sa   conversion   et   nous   savons   que   cette  
conversion  a  donné  à  saint  Paul  tout  le  zèle  pour  sa  vie  missionnaire  de  Jésus  Christ.  

La   vie   d’union   au   Christ   et   l’apostolat   envers   les   pauvres,   les   démunis   sont   deux  
aspects  clé  de  la  vie  de  Dehon  qui  présentent  dans  sa  vie  d’amour  au  Christ  et    son  action  
sociale  chrétienne378.  La  vie  contemplative,  pour  Dehon,  est  importante  parce  qu’elle  est  la  
base  de  la  vie  active.  

La   dévotion   au   Sacré-­‐Cœur   a   un   lien   étroit   avec   l’Eucharistie   et   la   contemplation,   à  


travers  lesquelles  Dieu  communique  et  nous  transforme  en  Jésus  par  son  Esprit.  C’est  ainsi  
Dehon  a  pu  dire  que  la  vraie  dévotion  au  Cœur  de  Jésus  renouvellera  le  monde379.  La  «  vraie  
dévotion  »  ici  veut  dire  plutôt  l’engagement  dans  l’action  par  et  grâce  à  la  charité  de  Dieu,  et  
non   pas   l’encadrement   seulement   dans   le   domaine   du   culte.   L’action   et   la   vie   intérieure  
sont,   pour   Dehon,   la   double   règle   pour   tous   ceux   qui   veulent   travailler   pour   le   règne   du  
Sacré-­‐Cœur380.   Cette   disposition   active   de   l’abandon   dans   la   charité   permet   à   Dehon   de  
déployer  tout  son  zèle  dans  le  deuxième  commandement  qui  est  aussi  important  qu’aimer  
Dieu  de  tout  son  cœur  ;  c’est  d’aimer  ton  prochaine  comme  toi-­‐même  (Mc,  12,  30-­‐31).    

La  dévotion  au  Sacré-­‐Cœur  ne  se  réduit  pas  seulement  à  la  vie  contemplative.  L’union  
avec  Dieu  et  la  contemplation  ont  pour  but  de  recevoir  les  communications  par  des  «  influx  »  
de   grâce.     Après   cela   l’homme   doit   s’engager   pour   la   gloire   de   Dieu   et   le   bonheur   des  
hommes.  C’est  en  union  avec  Jésus  et  la  coopération  à  son  Esprit  que  les  œuvres  humaines  
porteront  beaucoup  de  fruits  (cf.  Jn15,  8)  et  ont  une  valeur  éternelle381.    

Beaucoup   de   problèmes   sociaux   surgissent   dans   cette   ère   industrielle.   Lutter   pour   la  
justice  sociale  sera,  pour  Dehon,  un  des  moyens  pour  exprimer  l’amour  de  Dieu.  Car  le  règne  
du   Cœur   de   Jésus   dans   la   société,   «  c’est   le   règne   de   la   justice,   de   la   charité,   de   la  
miséricorde,   de   la   pitié   pour   les   petits,   les   humbles   et   ceux   qui   souffrent382  ».   C’est   par  
l’établissement  de  ce  Règne  que  la  charité  envers  le  prochain  sera  réalisée.    

                                                                                                                       
378
 Cf.  S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.223.  
379
 L.  DEHON,  De  la  vie  d’amour  envers  le  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  p.69.  
380
 Cf.  Ibid.,  p.97.  
381
Cf.  –,  Notes  quotidiens,  vol.  I,  p.30.  
382
 –,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  p.233.  

79  
 
Cet  engagement  pour  la  justice  sociale  demande  ainsi  plus  que  jamais  l’union  à  Dieu.  
Car   sans   cette   union,   nos   œuvres   ne   sont   que   des   œuvres   humaines,   mais   non   pas   des  
œuvres   de   charité   chrétienne.     Dans   les   affaires   humaines,   l’homme   du   monde   ne   fait-­‐il   pas  
aussi   bien,   et   même   mieux   que   l’homme   de   l’Eglise  ?   Pourtant   les   œuvres   humaines   n’ont  
pas   une   valeur   infinie   en   raison   de   la   nature   humaine,   mais   en   union   avec   Jésus   ces  
œuvres  auront  une  valeur  infinie  en  vertu  du  Christ383.  Ici  apparait  le  caractère  de  l’homme  
avisé  qui  a  bâti  sa  maison  sur  le  roc  (Mt  7,24).  En  plus  en  union  avec  Jésus,  son  Esprit  peut  
agir   pour   rendre   possible   ce   qui   est   impossible   pour   les   hommes   (cf.   Lc   18,27).   C’est   ainsi  
que  les  chrétiens  peuvent  avancer  plus  dans  les  affaires  humaines.  

Par  cette  union  à  Jésus,  nos  fardeaux  quotidiens  seront  moins  lourds.  Car  c’est  Lui  qui  
les  porte  pour  nous  et  avec  nous.  Regardons  donc  seulement  Jésus  avec  un  amour  tendre  et  
doux   du   cœur.   Plus   notre   amour   est   parfait,   plus   nous   serons   unis   avec   Lui.   «  Il   n’y   a   pas,   en  
définitive,  de  grandes  et  de  petites  croix.  Il  n’y  a  qu’un  petit  et  un  grand  amour384  ».  

L’attitude  joyeuse  et  amoureuse  dans  l’union  à  Jésus  par  tous  les  chemins  où  il  nous  
conduit  sera  la  preuve  de  notre  amour  désintéressé.  La  paix  du  cœur  et  la  joie,  pour  Thérèse  
d’Avila,   ne   sont-­‐elles   pas   «  la   première   marque   et     la   plus   sûre  »   de   la   présence   de   Dieu  
«  dans    l’obscurité  de  l’entendement  et  la  sécheresse385  »  ?  

Comme  le  cœur  et  le  bras  de  la  victime  sont  réservés  au  prêtre  de  l’Ancienne  loi  (cf.  Ex  
29,25),    les  Oblats,  eux  aussi,  doivent  consacrer  à  Dieu  le  cœur  et  le  bras  droit  :  le  cœur  par  
l’amour   et   la   réparation,   et   le   bras   par   l’action386.   «  Place-­‐moi   comme   un   sceau   sur   ton  
cœur  ;  comme  un  sceau  sur  ton  bras  (Ct  8,6)  afin  de  diriger  vers  moi  chacun  de  tes  désirs  et  
chacune  de  tes  actions.  ‘’Sur  ton  cœur’’,  pour  qu’il  n’y  pénètre  d’autre  amour  que  le  mien.  
‘’Sur  ton  bras’’,  afin  que  le  but  de  ton  activité  ne  soit  autre  que  moi387  »  fait  dire  Alphonse  de  
Liguori  à  Jésus.  

Le  cœur  et  le  bras  présentent  ainsi  la  vie  intérieure  et  la  vie  apostolique  qui  n’ont  pas  
d’autre   but   que   de   rétablir   le   Règne   du   Cœur   du   Christ   dans   les   âmes   et   dans   la   société.   Ces  
deux  Règnes  sont  inséparables  de  l’amour  de  Dieu  et    du  prochain  (Mc  12,29-­‐31),  le  double  

                                                                                                                       
383
 Cf.  L.  DEHON,  Notes  quotidiens,  vol.  I,  p.30.  
384
 –,  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  La  Passion,  p.306-­‐307.  
385
 THÉRÈSE  d’AVILA  (sainte),  Le  château  intérieur,    p.961.  
386
 S.  FALLEUR,  Cahiers,  p.205.  
387
 A.  de  LIGORI  (saint),  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  p.48.  

80  
 
commandement  que  Jésus  nous  enseigne.  La  charité  de  Dieu,  pour  Dehon,  se  communique  
d’abord    à  travers  l’Eucharistie  qui  est  pour  lui  un  moyen  pour  parvenir  à  la  fraternité  et  la  
paix388.      

Le  retour  vers  l’Évangile,  pour  Dehon,  jouera  un  rôle  important  pour  établir  le  Règne  
de  l’amour,  de  la  justice  et  de  la  paix.  Dehon  a  prévu  en  effet  que    

«  ce  siècle  sera  démocratique.  Les  peuples  veulent  une  grande  liberté  civile,  politique  
et  communale.  Les  travailleurs  veulent  une  part  raisonnable  du  fruit  de  leur  labeur.  

Mais   cette   démocratie   sera   chrétienne   ou   ne   sera   pas.   La   nature   humaine   est   tout  
imprégnée   d’égoïsme.   Toutes   les   civilisations   païennes   ont   vu   la   faiblesse   opprimé   par   la  
force.   L’Évangile   seul   peut   faire   régner   la   justice   et   la   charité.   Tout   essai   de   réforme   sociale  
en   dehors   du   christianisme   sombrera   dans   l’égoïsme   et   le   règne   de   la   force.   Les   nations  
oscilleront  entre  la  tyrannie  d’un  seul  et  celle  d’une  oligarchie…  

Le   XX   siècle   fera   des   essaies   désastreux   et   reviendra   à   l’Évangile   pour   ne   pas   périr  
dans  l’anarchie.389  »    

Devant  une  société  de  sécularisation,  comment  propageons-­‐nous  le  Règne  du  Cœur  de  
Jésus   Christ  ?   Le   monde   a   changé.   Nous   sommes   dans   une   société   de   médiation   et   de  
l’informatique  qui  font  changer  non  pas  seulement  le  mode  de  communication,  mais  aussi  le  
style   de   vie.   Faut-­‐il   que   les   dévots   du   Cœur   du   Christ   doivent   avoir   un   autre   type   de  
formation  pour  adapter  à  la  nouvelle  situation  de  l’Église  et  dans  la  société  ?  

 
                                                                                                                       
388
 L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  II,  p.355.  
389
 Y.  LEDURE,  Le  Père  Léon  Dehon  1843-­‐1925,  entre  mystique  et  catholicisme  social,  Paris,  Cerf,  2005,  p.165-­‐166.  

81  
 
CONCLUSION  

A  travers  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Dehon  veut  montrer  non  seulement  
un  exercice  de  piété,  mais  aussi  un  message  de  la  charité,  une  vertu  dont  la  société  de  son  
temps  et  de  notre  temps  a  besoin.  C’est  surtout  dans,  avec  et  par  le  Cœur  de  Jésus  que  nous  
trouverons   l’affection,   la   fraternité   et   l’amour   de   Dieu   envers   les   hommes,   des   hommes  
envers  Dieu  et  des  hommes  entre  eux.  

Cette  Triple  Couronne    transmet  aussi  un  message  de  la  foi  et  de  l’espérance.  Car  ce  
n’est   pas   possible   d’aimer   Dieu   sans   avoir   aussi     la   foi   et   l’espérance   en   Lui.   Cet   amour   et  
cette   foi   s’expriment   dans   la   confiance   et   l’intimité   habituelle   avec   Jésus,   en   qui   nous  
pouvons    appeler  Dieu  comme  Père,  grâce  à  l’Esprit  qui  nous  sanctifie  et  qui  communique.  
En  la  conduite  de  cet  Esprit,  l’homme  arrive  plus  facile  à  se  donner  par  amour,  comme  Jésus,  
à   Dieu   et   au   prochain   -­‐   celui   que   nous   rencontrons,   qui   a   besoin   de   nous   et   que   nous  
pouvons   l’aider   comme   le   Samaritain   a   fait   (cf.   Lc   10,   25-­‐37).   C’est   cela   le   message   de  
l’espérance.  Une  espérance  qui  consiste  dans  la  (re)connaissance  de  Jésus  Christ  et  dans  des  
engagements  pour  établir  le  Règne  du  Cœur  du  Christ  dans  les  âmes  et  dans  les  sociétés.  

L’amour  de  Dieu  et  le  service  du  prochain  s’expriment  ainsi  dans  la  contemplation  et  le  
service  qui  sont  préfigurées  dans  l’exemple  de  Marie  et  Marthe  dans  l’Évangile  (cf.  Lc  10,  38-­‐
42).  S’assoir  aux  pieds  du  Seigneur  pour  écouter  sa  Parole  est  le  fondement  de  l’apostolat.  
Car  pour  devenir  une  source  d’eau  vive  (cf.  Jn  7,37),  il  faut  que  nous  puisions,  nous  aussi,  à  la  
vraie  source  qui  se  trouve  dans  le  Cœur  de  Jésus.    

L’expérience   d’un   amour   qui   se   donne   à   et   de   Jésus   dans   les   Couronnes   d’amour   au  
Sacré-­‐Cœur     est   aussi   une   expérience   d’un   Dieu   trinitaire.   C’est   en   tant   que   Trinité   que   Dieu  
se  connait  et  s’aime.  Pour  Dehon  c’est  en  union  avec  le  Fils  qu’il  découvre  l’amour  du  Père  
grâce  à  l’Esprit.  C’est  ce  même  Esprit  qui  transforme  l’humanité  à  l’image  du  Fils  pour  offrir  
au  Père.  

Cette   union   avec   le   Christ   rend,   d’une   certaine   manière,   à   Dehon   un   caractère  
mystique.   Ce   caractère   mystique   ne   consiste   pas   dans   des   dialogues   amoureux   comme   dans  
les   Cantiques   des   cantiques.   C’est   qu’on   appelle   souvent   un   «  mystique   nuptial  »   que  

82  
 
présente   sainte   Thérèse   d’Avila   ou   Marguerite-­‐Marie   Alacoque.   Le   caractère   mystique   de  
Dehon  consiste  surtout  dans  l’union  intime  avec  le  Christ  pour  ne  vivre  que  pour  Lui.  Sous  la  
conduite  de  son  Esprit,  ce  n’est  plus  nous  qui  vivons,  c’est  le  Christ  qui  vit  en  nous  (Ga  2,20).  
C’est  ce  qu’on  peut  appeler  le  «  mystique  de  l’être390  ».    

«  L’union  passive  avec  Dieu,  dit  Dehon  dans  ses  Notes  quotidiennes,  n’est  pas  en  soi  un  
don  extraordinaire,  mais  le  couronnement  normal  de  l’oraison  et  de  la  perfection.  On  peut  
donc   désirer   et   demander   cette   union   avec   Dieu   [...]   La   vie   mystique   est   donc   le  
couronnement   normal   de   la   vie   chrétienne391  ».   Le   problématique   pour   Dehon   se   trouve  
dans  ce  trait  mystique.  Car  comment  vérifions-­‐nous  ce  qui  nous  survient  est  l’Esprit  de  Dieu  
ou  l’esprit  du  monde  (cf.  1Co  2,  12)  ?  

La   vie   mystique   va   souvent   de   paire   avec   la   contemplation.   A   travers   les   Couronnes  


d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  Dehon  veut  lier  cette  vie  mystique  aussi  avec  l’engagement  social.  
Tout  cela  se  construit  sur  le  fond  de  la  spiritualité  du  Cœur  du  Christ.  Ce  trait  semble  le  point  
le  plus  spécial  chez  Dehon.  

 Saint  François  de  Sales  a  parlé  de  trois  extases:  extase  de  l’entendement,  de  l’affection  
et   des   œuvres392.   Ne   sont-­‐ils   pas   ces   extases   que   Dehon   recherche   dans   vie   d’union   au  
Christ  ?   Les   méditations   aident   à   se   mettre   dans   l’état   de   recueillement   et   à   avoir   des  
affections   envers   Jésus.   C’est   dans   ce   recueillement   qu’on   arrive   plus   facile   à   entendre   sa  
Parole.   C’est   dans   cette   perspective   qu’on   peut   «  laisser   faire  »   l’Esprit.     Cette   attitude  
d’abandon  est  la  condition  pour  mieux  engager  dans  le  service  au  prochain  et  à  Dieu.  

Cet   abandon   est   considéré   comme   une   vertu   précieux   pour   chez   Dehon.     C’est   loin  
d’être  d’un  abandon  inactif  qui  attend  toujours  l’intervention  de  Dieu.  «  Ce  qu’il  faut,  c’est  
se   dépenser,   lutter,   aller   au   peuple   et   faire   comme   si   tout   dépendait   de   nous.   Alors  
seulement  Dieu  nous  aidera  et  agira  comme  il  sait  le  faire393  ».    

Le  monde  montre  encore  beaucoup  d’indifférences  les  uns  envers  les  autres,  tant  au  
niveau   des   individus   qu’au   niveau   des   sociétés.   La   dévotion   au   Cœur   de   Jésus,   dans  
Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur   de   Dehon,   n’est-­‐elle   pas   une   école   pour   développer  
                                                                                                                       
390
 Cf.  P.  COCHOIS,  Bérulle  et  l’École  française,  Paris,  Édition  du  Seuil,  1963,  p.81.  
391
 A.  PERROUX,  Le  témoignage  d’une  vie,  le  père  Jean-­‐Léon  Dehon  (1843-­‐1925),  p.578.  
392
 Cf.  F.  de  SALES  (saint),  Traité  de  l’amour  de  Dieu,  Paris,  Gallimard,  coll.  «  Œuvres  »,  1969,  p.682.  
393
     L.  DEHON,  Notes  quotidiennes,  vol.  I,  p.329-­‐330.  

83  
 
l’affection,   la   fraternité   et   la   charité   qui   sont   l’antidote   de     l’indifférence,   l’égoïsme   et   la  
haine  ?    

Dans   l’union   à   Jésus   Christ,   Dehon   ne   se   renferme   pas   sur   soi-­‐même,   mais   tend  
toujours   au   peuple,   dans   le   domaine   social.   Comme   dit   le   pape   François  :   «  Celui   qui   veut  
plus  d’action  a  besoin  de  plus  de  contemplation394  ».  Les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur,  
en  tant  qu’un  exercice  de  la  piété,  nous  montrent  le  pourquoi  la  dévotion  du  Cœur  du  Christ  
est   lié   avec   des   engagements   sociaux,   mais   le   comment   se   réalise   l’aspect   social   de   cette  
spiritualité   reste   encore   une   grande   question   à   répondre.   Pour   cela,   il   faut   peut-­‐être  
chercher   dans   les   «  œuvres   sociales395  »   de   Dehon   qui   sont   encore   comme   une   forêt   à  
découvrir.  

Ce   sont   les   engagements   apostoliques   et   sociaux   qui   donnent   le   sens   plein   aux  
Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur  et  à  la  spiritualité  dehonnienne.  Car  il  ne  faut  pas  réduire  
la   dévotion   du   Cœur   de   Jésus   à   un   simple   exercice   cultuel.   «  Il   ne   faut   pas   rentrer  
timidement  au  port  de  nos  sacristies.  Duc  in  altum.  Va  au  large.  C’est  en  haute  mer  qu’il  faut  
aller,  c’est  vers  les  flots  de  la  démocratie,  pour  la  gagner  au  Christ.  C’est  là  que  nous  ferons  
la  pêche  miraculeuse.396  »  Seigneur  que  voulez-­‐vous  que  je  fasse  ?  

 
                                                                                                                       
394
 J.  M.  BERGOGLIO  (pape  François),  Amour,  Service  et  Humilité,    Paris,  Magnificat,  2013,  p.70.  
395
 Ce  sont  les  œuvres  et  les  articles  que  Dehon  a  écrits  pour  répondre  à  ses  acticités  sociales    durant  surtout  
e  
les  deux  dernières  décennies  du  XIX siècle.  Ces  œuvres  sont  publiées  par  le  Centre  Général  d’Étude  SCJ  dans  la  
collection  «  Œuvres  sociales  »  de  Léon  Dehon.  
396
 L.  DEHON,  «  La  barque  de  Pierre  »,  Napoli,  Édition  Dehoniane,  coll.  «  Œuvres  sociales  »  vol.1,  1978,  p.512.  

84  
 
Chronologie  des  grands  événements  de  la  vie  de  Dehon  

Léon  Dehon           Date       Contexte  politique  et  religieux.  

Naissance  à  La  Capelle.         1843  

1846   Mort  du  pape  Grégoire  XVI,  et  le  début  du  
pontificat  de  Pie  IX.  
L’apparition  de  Notre-­‐Dame  de  La  Salette.  

Collège  à  Hazebrouck.       1855  

              1858   L’apparition  de  Notre-­‐Dame  de  Lourdes.  

Étude  de  Droit  à  Paris  (doctorat  en   1859  


droit  civile  en  1864).    

Voyage  au  Proche  Orient,  en  Terre   1864-­‐  La  publication  l’encyclique  Quanta  cura  et  le  Syllabus.  
sainte,  le  retour  par  Rome,  et  le     1865  
commencement  des  études  à  Rome,  
(doctorat  en  philosophie:  1866,  en  
théologie  et  en  droit  canonique:  1871).      

L’Ordination  sacerdotale.       1868  

1870   Concile  de  Vatican  I.  


La  déclaration  de  la  guerre  franco-­‐allemande.  

Vicaire  à  Saint-­‐Quentin.       1871   L’insurrection  de  la  Commune  à  Paris.  

Aumônier  des  Servantes  du  Cœur  de    1873  


Jésus.  

              1876    Mgr.  Thibeaudier  nommé  évêque  à  Soissons.  

La  décision  de  fonder  la  Congrégation  1877  


des  Oblats  du  Cœur  de  Jésus.  

              1878   Mort  de  Pie  IX  et  le  début  de  Léon  XIII.  

Mort  de  son  père.         1882  

Mort  de  sa  mère.   1883   Le   décret   de   suppression   des   Oblats   du   Cœur   de  
Jésus.  
 
La  «  renaissance  »  de  sa  Congrégation  1884  
(Les  Prêtres  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus).  

85  
 
Publication  de  La  dévotion  au  Sacré-­‐   1887  
Cœur  de  Jésus.  

Le  lancement  de  la  revue  mensuelle  :  1889  


«  Le  Règne  du  Cœur  de  Jésus  dans  les    
âmes  et  dans  les  sociétés  ».  
              1890   Mgr.  Duval  est  nommé  évêque  de  Soissons.  

1891   Publication  de  l’encyclique  Rerum  novarum.  

Publication  du  Manuel  social  chrétien  .1894  

Publication  de  la  Retraite  du  Sacré-­‐   1896  


Cœur.  
Publication  de  Nos  Congrès  et  des     1897  
Directions  pontificales  politiques  et  sociales.  

Publication  du  Catéchisme  social.   1898  

Publication  de  Richesse,  médiocrité   1899  


ou  pauvreté.  

Publication  du  Mois  du  Sacré-­‐Cœur,     1900  


du  Mois  de  Marie,  et  de  La  Rénovation  
sociale  chrétienne.  

Publication  de  la  Vie  d’amour  envers   1901   Publication  l’encyclique  Graces  de  communi.  
le  Sacré-­‐Cœur.  

«  Exil  »  à  Bruxelles.         1903   Mort  de  Léon  XIII,  l’élection  de  Pie  X.  

Publication  des  Couronnes  d’amour   1905   La  séparation  entre  l’État  et  l’Église  en  France.  
au  Sacré-­‐Cœur.          

Publication  du  Cœur  sacerdotal     1907  


de  Jésus.  

Publication  de  la  brochure  Le  Plan  de   1908  


la  Franc-­‐Maçonnerie  en  Italie  et  en  
 France  d’après  de  nombreux  témoignage  
ou  la  clef  de  l’Histoire  depuis  40  ans.  

Publication  de  ses  Souvenirs     1912  

1914   La  première  guerre  mondiale  (1914-­‐1918).  


Mort  de  Pie  X,  et  l’élection  de  Benoît  XV.  

86  
 
Publication  de  La  vie  intérieure,  ses   1919  
principes,  ses  voies  diverses  et  sa    
pratique,  et  de  L’année  avec  le  Sacré-­‐  
Cœur.  

Publication  des  Études  sur  le  Sacré-­‐   1922   Mort  de  Benoît  XV,  et  l’élection  de  Pie  XI.  
Cœur  ou  contribution  à  la  préparation  
d’une  Somme  doctrinale  du  Sacré-­‐  
Cœur  de  Jésus.  

Mort  de  Léon  Dehon       1925  

87  
 
TABLE  DES  MATIÈRES  

Introduction  :  ...............................................................................................................  2  
 

Chapitre  I  :  Léon  Dehon  et  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

I. Léon  Dehon,  l’homme  religieux  ............................................................................  9  

1. Sa  famille,  son  enfance  et  ses  études  à  Paris,  sa  formation  à  Rome  et  la  fondation  
des  Oblats  du  Cœur  de  Jésus    ....................................................................................  9  
2. Les     lectures   spirituelles   de   Léon   Dehon   et   le   contexte   politique,   social   et  
ecclésiologique  de  son  temps    ...................................................................................  12  
II. Les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur    ...................................................................  19  

1. Le  genre  littéraire  des  Couronnes  d'amour  au  Sacré-­‐Cœur.  .....................................  19  


2. Aperçu  général  des  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur    .........................................    24  
 

Chapitre  II  :  Les  méditations  dans  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

I. Les  méditations  sur  l’Eucharistie,  troisième  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur  ...  28  

1. L’Eucharistie,  «  le  sacrement  d’amour  »    ...................................................................  28  


2. La  Communion  et  l’adoration    ...................................................................................  33  

II. Les   méditations   sur   l’Incarnation,   la   vie   cachée   et   la   vie   apostolique   de   Jésus,  
première  Couronne  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur    ........................................................  35  
1. Les  dons  de  Dieu  dans  son  Incarnation    .....................................................................  35  
2. La  vie  cachée  de  Jésus  à  Nazareth    ............................................................................  39  
3. La  vie  apostolique  et  les  enseignements  de  Jésus    ....................................................  41  

III. Les  méditations  sur  la  Passion  de  Jésus-­‐Christ,  deuxième  Couronne  d’amour  au  
Sacré-­‐Cœur    .........................................................................................................  44  
1. L’oblation   de   Jésus,   de   l’Ecce   venio   à   Ecce   homo   et   la   continuation   dans  
l’Eucharistie    ..............................................................................................................  44  
2. L’abandon  de  Jésus    ...................................................................................................  48  
3. Le  côté  ouvert  après  la  Mort  de  Jésus  et  la  dévotion  du  Cœur  du  Christ    .................    51  

88  
 
Chapitre  III  :  Les  dispositions  spirituelles,  la  dévotion  du  Cœur  du  Christ  et  l’exercice  
d’union  à  Jésus  dans  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  

I. Les   dispositions   spirituelles   de   Léon   Dehon   dans   les   Couronnes   d’amour   au  


Sacré-­‐Cœur.  .........................................................................................................  55  
1. Le  christocentrisme    ..................................................................................................  55  
2. La  vie  d’union  à  Jésus  Christ    ....................................................................................  56  
3. La  dévotion  au  Cœur  de  Jésus    .................................................................................  58  

II. Les   aspects   de   la   dévotion   du   cœur   de   Jésus   dans   les   Couronnes   d’amour   au  
Sacré-­‐Cœur.  .........................................................................................................  61  

1. La  prière  et    la  vie  d’oraison  ......................................................................................  61  


2. La  vie  d’amour    .........................................................................................................  64  
3. La  vie  de  sacrifice,    la  «  réparation  »,  l’abandon  et  la  fidélité  en  petites  choses    .....  67  

III. L’exercice  d’union  à  Jésus  dans  les  Couronnes  d’amour  au  Sacré-­‐Cœur.  ...............  71  
1. La  bonté  de  Dieu  et  le  détachement  des  créatures.  .................................................  71  
2. La  contemplation  et  la  docilité  à  la  grâce.  ................................................................  76  
3. L’abandon  à  la  Providence  divine  ou  la  «  consommation  de  l’amour  »  ...................  77  
 

Conclusion    ..................................................................................................................................  82  

Chronologie  des  grands  événements  de  la  vie  de  Dehon  ................................................................  85  

Tables  des  matières    .........................................................................................................................  88  

89  
 
BIBLIOGRAPHIE  

SOURCES  

DEHON   L.,   La   dévotion   au   Sacré-­‐Cœur   de   Jésus   (1887),   Rome,   Édition   Cédas   -­‐   Andria,   coll.    
«  Œuvres  Spirituelles  »,  vol  1,    1982.  

–,  La  retraite  du  Sacré-­‐Cœur,  Rome,  Édition  Cédas  -­‐  Andria,  coll.     «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol  
1,    1982.  

–,  Mois  du  Sacré-­‐Cœur  de  Jésus,  Rome,  Édition  Cédas  -­‐  Andria,  coll.     «  Œuvres  Spirituelles  »,  
vol  1,    1982.  

–,   De   la   vie   d’amour   envers   le   Sacré-­‐Cœur   de   Jésus   (1901),   Rome,   Édition   Cédas   -­‐   Andria,  
coll.    «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  2,  1983.  
–,   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur,   Incarnation,   Vie   cachée   et   Vie   apostolique   (1905),  
Rome,  Édition  Cédas  -­‐  Andria,  coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  2,    1983.  

–,   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur,   La   Passion,   (1905),   Rome,   Édition   Cédas   -­‐   Andria,   coll.  
«  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  2,    1983.  

–,   Couronnes   d’amour   au   Sacré-­‐Cœur,   L’Eucharistie,   (1905),   Rome,   Édition   Cédas   -­‐   Andria,  
coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  2,    1983.  

–,   Le   Cœur   sacerdotal   de   Jésus,   (1907),   Rome,   Édition   Cédas   -­‐   Andria,   coll.   «  Œuvres  
Spirituelles  »,  vol.  2,    1983.  

–,   Études   sur   le   Cœur   de   Jésus,   tome   I,   Rome,   Édition   Cedas-­‐Andria,     coll.   «  Œuvres  
Spirituelles  »,  vol.  5,    1984.  

–,  La  vie  intérieure,  facilitée  par  des  exercices  spirituels,  Rome,  Édition  Cédas  -­‐  Andria,  coll.    
«  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  5,  1984  

–,   La   vie   intérieure,   ses   principes,   ses   voies   divers   et   sa   pratique,   Rome,   Édition   Cédas   -­‐  
Andria,  coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  V,  1984.  

–,   Un   prêtre   du   Sacré-­‐Cœur,   Vie   édifiante   du   R.P.   Alphonse-­‐Marie   Rasset   (1920),   Rome,  


Edition  Cedas-­‐Andria,    coll.  «  Œuvres  Spirituelles  »,  vol.  6,    1985.  

–,  La  Rénovation  sociale  chrétienne,  Roma,  Édition  Dehoniane,  coll.  «  Œuvres  sociales  »,  vol.  
3,  1977.  

–,  «  La  barque  de  Pierre  »,  Napoli,  Édition  Dehoniane,  coll.  «  Œuvres  sociales  »  vol.1,  1978.  

–,  Notes  sur  l’histoire  de  ma  vie,  Rome,  Centre  Général  d’Étude,  sd.  (8  volumes)  

–,  Notes  quotidiennes,  Roma,  Cédas-­‐Andria,  1988-­‐1998.  (5  volumes)  

90  
 
AUTRES  SOURCES  

BAILLIF   L.,   Manuel   de   piété   de   l’usage   des   élèves   du   Sacré-­‐Cœur,   Paris,   Librairie   Victor  
Lecoffre,  1905.  

BENOÎT  XVI  (Pape),  Dieu  est  amour,  Paris,  Cerf,  2006.  

–,  L’amour  dans  la  vérité,  Paris,  Cerf,  2009.  

BERGOGLIO  J.  M.    (Pape  François),  Amour,  Service  et  Humilité,    Paris,  Magnificat,  2013.  

BÉRULLE   P.,   Discours   de   l’État   et   des   grandeurs   de   Jésus,   Paris,   Cerf,   coll.   «  Œuvres  
complète  »,  7,  1996.  

BOIS  J.,  «  Chalcédoine  (Concile  de)  »,  in    Dictionnaire  de  Théologie  catholique,  tome  2,  Paris,  
Letouzey  et  Ané,  1905,  

BOLAND   A.,   «  Saint-­‐Jure  »   in   Dictionnaire   de   Spiritualité,   Fascicule   XCI,   Paris   Beaychesne,  


1988.  

BREMOND  H.,  Histoire  du  sentiment  religieux  en  France,  Tome  3,  Paris,  Armand  Colin,  1967.  

COCHOIS  P.,  Bérulle  et  l’École  française,  Paris,  Édition  du  Seuil,  1963.  

Concile  Vatican  II,    les  documents,  Paris,  Médiaspaul,  2012.  

DANIEL-­‐ROPS,   Histoire   de   l’Église,   l’Église   des   révolutions,   tome   X,   Paris,   Éditions   Bernard  
Grasset,  1966.  

DEVILLE  R.,  l’École  française  de  spiritualité,  Paris,  Desclée,  1987.  

DEVRIENDT   J.,   «  La   naissance   de   Dieu   dans   l’âme   dans   les   Sermons   latins   de   Maître   Eckhart  »,  
in   M.-­‐A.   VANNIER   (dir.),   La   naissance   de   Dieu   dans   l’âme   chez   Eckhart   et   Nicolas   de   Cues,  
Paris,  Cerf,  2006.  

DOYÈRE   P.,   «  Gertrude   d’Helfta   (sainte)  »,   in   Dictionnaire   de   spiritualité,   tome   VI,   Paris,  
Beauchesne,  1967.  

DUDON   P.,   «  Alphonse   Rodriguez   (saint)  »,   in   Dictionnaire   de   Spiritualité,   tome   I,   Paris,  
Beauchesne,  1937.  

DUFOUR  G.,  Marguerite-­‐Marie,  Montrouge,  Nouvelle  Cité,  coll.  «  Prier  15  jours  »,    1997.  

DUVAL   A.,   «  Marguerite-­‐Marie   Alacoque   (sainte)  »,   in   Dictionnaire   de   spiritualité,   tome   10,  
fascicules  LXIV-­‐LXV,  Paris,  Beauchesne,  1977.  

FRANÇOIS  (le  pape),  Le  nom  de  Dieu  est  miséricorde,  Conversation  avec  A.  TORNIELLI,  trad.  M.  
POZZOLI,  Paris,  Presses  de  la  Renaissance,  2016.  

91  
 
GLOTIN  É.,  «  Réparation  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  Paris,  Beauchesne,  1987.  

HOUSSAGE  M.,  M.  de  Bérulle  et  les  carmélites  de  France,  Paris,  Henri  Plon,  1872.  

IRÉNÉE  de  LYON,  Contre  les  hérésies,  trad.  A.  ROUSSEAU,  Paris,  Cerf,  1985.  

JUGIE   M.,   «  Éphèse   (Concile   de)  »,   in   Dictionnaire   de   Théologie   catholique,   tome   5,   Paris,  
Letouzey  et  Ané,  1913.  

JURADO  M.  R.,  «  Rodriguez  (Alphonse)»,  »,  in  Dictionnaire  de  Spiritualité,  tome  13,  fascicules  
LXXXIX-­‐XC,  Paris,  Beauchesne,  1988.  

KRUMENACKER  Y.,  l’École  française  de  spiritualité,  des  mystiques,  des  fondateurs  des  courants  
et  leurs  interprètes,  Paris,  Cerf,  1998.  

LATREILLE  A.,  R.  RÉMOND,  et  alii,  Histoire  de  catholicisme  en  France,  Paris,  Spes,  1962.  

LÉON  XIII  (le  pape),  Lettres  apostoliques,  tome  2,  Paris,  Maison  de  la  bonne  presse,  sd.  

LIÉVIN  G.,  «  Alphonse  de  Liguori  »,  in  Dictionnaire  de  Spiritualité,  tome  I,  Paris,  Beauchesne,  
1937.  

LIGORI  A.  de  (saint),  L’art  aimer  Jésus  Christ,  trad.  F.  DÉLERUE,  Paris-­‐Fribourg,  Édition  Saint-­‐
Paul,  1990.  

–,  La  voie  du  Salut,  Paris-­‐Fribourg,  Saint-­‐Paul,  1993.  

–,  La  pratique  de  l’amour  envers  Jésus-­‐Christ,  Perpignan,  Artège,  2011.  

–,  La  Passion  et  la  mort  de  Jésus-­‐Christ,  Tournai,  Casterman,  sd.  

LOYOLA  I.  De  (saint),  Exercices  spirituels,  Paris,  A  l’Orante,  1959.  

MAYEUR  J.-­‐M,  Catholicisme  social  et  démocratie  chrétienne,  Paris,  Cerf,  1986.  

MERTON  T.,  Zen,  Tao  et  Nirvâna,  Paris,  Fayard,  1970.  

PARRAGUIRRE  I.,  «  Ignace  de  Loyola  (saint)  »,  in  Dictionnaire  de  spiritualité,  Tome  VII-­‐2,  Paris,  
Beauchesne,  1971.  

POIRÉ   F.,   Triple   Couronne   de   la   bienheureuse   Vierge   Mère   de   Dieu,   Cicognes,   Sebastien  
Cramoisy,  1849.  

RODRIGUEZ  A.,  Pratique  de  la  perfection  chrétienne,  Lille,  L.  Lefort,  1826.  

SAINT-­‐JURE  J.B.,  Méditations  et  retraites  sur  les  plus  importantes  vérités  de  la  religion,  selon  
les  exercices  de  saint  Ignace,    Lyon,  F.  Guyot,  1842.  

92  
 
–,     De   la   connaissance   et   de   l’amour   du   Fils   de   Dieu   Notre   Seigneur   Jésus-­‐Christ,   Lyon,   Guyot  
Frères,  1850.  

SALES  F.  de  (saint),  Introduction  à  la  vie  dévote,  Paris,  Gallimard,  coll.  «  Œuvres  »,  1969.  

–,  Traité  de  l’amour  de  Dieu,  Paris,  Gallimard,  coll.  «  Œuvres  »,  1969.  

SCHMIDT   M.,   «  Mechtilde   de   Hackeborn   (sainte)  »,   in   Dictionnaire   de   spiritualité,   tome   10,  
fascicules  LXVI-­‐LXVII,  Paris,  Beauchesne,  1978.  

SIGRIST   P.,   «Libermann  »,   in  Dictionnaire   de   Spiritualité,   Fascicule     LXI,   Paris,   Beauchesne,  
1976.  

TAULER  J.,  Sermons,  trad.    E.  HUGUENY,  et  alii,  Paris,  Cerf,  1991.  

THÉRÈSE  d’AVILA  (sainte),  Le  château  intérieur,  trad.  M.  AUCLAIR,  Paris,  Desclée  de  Brouwer,  
coll.  «    Œuvres  complètes  »,  tome  II,    2007.  

VANNIER  M.-­‐A.,  Cheminer  avec  Maître  Eckhart  au  cœur  de  l’anthropologie  chrétienne,  Paris,  
Artège,  2015.  

http://lalumierededieu.eklablog.com/priere-­‐triple-­‐couronne-­‐du-­‐sacre-­‐coeur-­‐de-­‐jesus-­‐
p195775  

ÉTUDES    

FALLEUR  S.,  Cahiers,  Centro  Generale  Studi,  coll.  «  Studia  Dehoniana  »,  10,  1979.  

LEDURE   Y.,  Le  Père  Léon  Dehon  1843-­‐1925,  entre  mystique  et  catholicisme  social,  Paris,  Cerf,  
2005.  

–,   Spiritualité   du   Cœur   du   Christ,   Ils   regarderont   celui   qu’ils   ont   transpercé,   Bruyères-­‐le-­‐
Châtel,  Nouvelle  Cité,  2015.  

PERROUX   A.,   Le   témoignage   d’une   vie,   le   père   Jean-­‐Léon   Dehon   (1843-­‐1925),   Rome,   Centro  
Generale  Studi  SCJ,  coll.  «  Studia  Dehoniana  »,  59,  2014.  

93