Vous êtes sur la page 1sur 14

1.

Statut du commerçant, Actes de commerce et Statut de l’entreprenant

Commercant Actes de commerce Entreprenant


Personne physique ou morale qui Pour dire d’un Acte qu’il est de Commerce, il faut 2 personne physique qui, sur simple déclaration
accomplit des actes de commerces (=à titre critères : la spéculation et la répétition de l’acte. prévue dans le présent Acte uniforme, exerce une
spéculative càd recherche de profit) et en activité professionnelle civile, commerciale,
font leur profession (=de façon repeté) Activités énumérés dans le code de commerce ou droit artisanale ou agricole. Il sont gérés au titre des
commercial général et auxquelles une personne SMT (CA hors taxes annuel est inférieur aux seuils
physique ou morale se livre habituellement dans le but suivants :60 millions FCFA pour les entités de
de tirer profit négoce ;40 FCFA pour les entités artisanales et
assimilées ; 30 millions FCFA pour les entités de
 Actes de commerce par nature services)
Actes qui se traduisent par l’existence d’une spéculation
et répétitivité, en raison de leur particularité sont soumis
à la rigueur du droit commercial.
Ces actes déterminent qui est commerçant :
-contrat entre commerçants pour le besoin de leur
commerce
-actes effectués par les sociétés commerciales
-achat pour revendre (soit en l’état, soit après légère
transformation). Sont exclus la vente des biens produits
par soi-même (ex : un agriculteur n’est pas commerçant)
-opérations de location de meubles (l’hotellerie n’est
pas une activité pure de location de meubles car en plus
de la location des meubles de chambre, elle offre en plus
des services d’accueil, de restauration. Du moins c’est
une activité commerciale)
-opérations de manufacture, transport et
télécommunication
Manufacture=activité consistant à travailler une chose à
la main pour la revendre
-opération de change, banque, courtage, assurance et
transit
-opération des intermédiaires de commerce
(commission, courtier, agence) et les autres opérations
intermédiaires pour achat, souscription, vente des ou
location d’immeubles, de fonds de commerce, d’actions
et des parts des sociétés commerciale ou immobilière.
Commissionnaire= agir en son nom pour le compte de
quelqu’un d’autres. IL se distingue du mandataire par le
fait qu’il effectue des opérations en son propre nom
(l’activité de mandataire n’est pas commerciale). Il se
distingue aussi du courtier par le fait qu’il s’engage
personnellement. Comme l’agent commercial, il établit
des contrats mais à la différence, il s’engage
personnellement. Il tient au secret l’identité de la
personne pour qui il agit contrairement aux autres qui
peuvent décliner cette identité.
Courtier =mets en relation plusieurs parties en vue d’une
collaboration telle que achat et vente de marchandise,
conclusion d’un accord ou d’un contrat ; il est
indépendant ou salarié. Il ne contracte pas mais mets
juste en relation l’acheteur et le vendeur pour faciliter la
transaction. Il se distingue d’un apporteur d’affaire dans
le fait que le choix de contracter ou de faire affaire entre
les personnes qu’il met en contact est déjà clair alors
que l’apporteur d’affaire met en relation pour une
première discussion (=il en découle que la transaction
peut aboutir ou pas, l’apporteur des capitaux ne se tient
pas responsable du non aboutissement). Il se distingue
d’un agent commercial par le fait qu’il ne fait que de
l’entremise sans conclure des actes. Il se distingue du
commissionnaire par le fait qu’il fait de l’entremise et ne
contracte pas alors que le commissionnaire conclu et
contracte personnellement pour le compte de son
commettant
Agent commercial= négocie et conclut des contrats au
nom et pour le compte de plusieurs entreprises, il est
indépendant et sa mission consiste à apporter des
activités aux producteurs, industriels, commerçants
voire à d’autres agents commerciaux. Il contracte au
nom et pour le compte des entreprises
-exploitation industrielle des mines, carrières et de tout
gisement de ressources naturelles

 Actes de commerce par la forme


Dès qu’on recourt à ces instruments de crédit (=effets de
commerce), on entre dans le champ de la commercialité
-lettre de change=titre par lequel le tireur(créancier)
donne l’ordre au tiré (débiteur) de payer une somme à
un bénéficiaire
-billet à ordre= lettre de change dans lequel le
souscripteur (débiteur) s’engage ou s’oblige à payer une
somme à une date donnée au bénéficiaire (créditeur) ou
personne désigné par le bénéficiaire
-warrant= billet à ordre représentant des mses déposé
dans un entrepôt public dit magasin général ou
demeurant dans les cptes du débiteur. Titre par lequel le
propriétaire d’un entrepôt s’engage à payer une somme
au débiteur du propriétaire des marchandises avec
comme garantie les marchandises qu’il conserve en
dépôt
 Actes de commerce par accessoires
Des actes qui vont être qualifiés de commerciales dès
lors qu’ils sont accessoires à une activité commerciale.
De même une opération commerciale qui est accessoire
à une opération non commerciale de vient non
commerciale elle aussi.

Moyens de preuves de actes de commerce


-voie electronique
-livres de commerce (journal, GL, balance, livre d’inv)
-Etats de synthèses
- bref les actes de commerce peuvent se prouver par
tout moyen à l’égard du commerçant

Capacité d’exercer le commerce


-Mineur ssi il est émancipé peut exercer
-le conjoint du commerçant ssi il exerce des actes de
commerce tels que repris dans l’acte uniforme et que
ses actes sont accomplis séparément de ceux de l’époux,
peut exercer
-les incompatibles ne peuvent exercer les actes de
commerce (fonctionnaires et personnel des entités
publiques, officiers ministériels et auxiliaires de justice,
expert-comptable et comptable agréé, CAC et
Commissaire aux Apports bref toute profession qui est
réglementée et qui interdit le cumul de son exercice
avec une activité commerciale
-Les interdits ne peuvent pas exercer les actes de
commerce ni directement ou par personne interposé
(interdiction par l’effet d’une infraction économique ou
financière, interdiction par l’effet d’une condamnation à
une peine privative de liberté ou à une peine
d’emprisonnement, interdiction prononcée par une
juridiction professionnelle et qui ne s’applique qu’à
l’activité concernée)
Obligations de l’entreprenant
Obligations du commerçant -il est dispensé du RCCM mais est tenu de déclarer
-tenir les livres de commerce (journal au jour le jour, ses activités
grand-livre, balance récapitulative, livre d’inventaire) -établir, dans le cadre de son activité, au jour le
conformément à l’AUDCIF jour, un livre mentionnant chronologiquement
-établir tous les ans les états financiers de synthèse, l’origine et le montant de ses ressources en
conformément à l’AUDCIF et à l’AUDSGIE distinguant les règlements en espèces des autres
-respecter les dispositions de l’AUDCIF et l’AUDSGIE modes de règlement d’une part, la destination et
-les livres de commerce doivent mentionner le n°RCCM, le montant de ses emplois d’autre part. Ledit livre
ils doivent être tenus en blanc et sans altération aucune doit être conservé pendant cinq ans au moins.
-tenir un registre, récapitulé par année, présentant
le détail des achats et précisant leur mode de
règlement et les références des pièces
justificatives, lesquelles doivent être conservées
pour l’entreprenant qui exerce des activités de
vente de marchandises, d’objets, de fournitures et
denrés ou de fourniture de logement

Prescription
Prescription et forclusion Idem que celui du commerçant
Prescription (prescrit)=. C’est un moyen d’éteindre la
dette ou de se libérer d’une obligation
-Prescription extinctive : l’écoulement du délai fait
perdre un droit, interdit un recours ou une poursuite
-Prescription acquisitive : l’écoulement du délai
permet d’acquérir un droit
Les obligations nées du commerce entre commerçants
et entre commerçants et non-commerçants se
prescrivent par 5 ans. Cette prescription est instinctive.
Lorsqu’une prescription est acquise le titulaire du droit
est forclos pour agir.

Délai de prescription
Délai légal pendant lequel une personne peut faire valoir
ses droits (réclamer au débiteur). Elle court à partir du
jour où le titulaire du droit a connu ou était censé
connaitre les faits qui lui donne le droit d’agir et pour
une durée de 5 ans si elles ne sont pas soumises à des
prescriptions courtes.
Ex : si une dette est prescrite, vous ne devez plus rien Le délai de
prescription d'une créance est de deux ans à partir du premier
impayé. Si aucune procédure judiciaire n'a été engagée pendant
ce temps, la créance est éteinte

Forclusion (forclos)= Dépassé ce délai de prescription, la


sanction civile qui est appliquée est la forclusion. C’est
l’extinction de l’action du fait de l’inaction pendant le
délai prescrit (à l’expiration des délais, les demandes
pour faire valoir ses droits en justice sont frappées d’une
fin de non-recevoir càd les procédures engagées à
l’endroit ou à l’encontre du commerçant sont
irrecevables)= irrecevabilité

Délai de forclusion= durée pendant laquelle il est


possible d'exercer une action en justice. Passé ce délai,
une action en justice n'est donc plus envisageable. Le
délai de forclusion limite ainsi, dans le temps, la
possibilité de faire valoir un droit devant la justice. Elle
court à partir de l’événement que la loi détermine et
pour une durée fixée par la loi

Renonciation = abandon volontaire d’un droit ou d’un


privilège. Elle n’est faisable que si la prescription est
acquise. Elle est expresse (volonté est manifesté par
écrit) ou tacite (volonté n’est pas manifesté par écrit
mais par un geste, une attitude, une acceptation de
recevoir une commande par exemple)

Note :
 Les créances soumises à condition, créance à
terme et créances assorties d’une garantie ne
peuvent être soumises au délai de prescription
qu’à partir du moment où la condition arrive,
le terme arrive et l’éviction de la garantie a lieu
 La prescription peut être suspendue (=arrêter
temporairement le cours sans effacer le délai
déjà couru. Le délai de prescription
recommence à courir, pour une durée qui ne
peut être inférieure à six mois, à compter du
jour où la mesure a été exécutée) ou
interrompue (=a pour effet d’effacer le délai
de prescription acquis. Elle fait courir un
nouveau délai de même durée que l’ancien)
Exemple :
Cas d’interruption : reconnaissance du droit
par le débiteur ; interpellation des débiteurs
par une demande en justice ; interpellation du
débiteur par acte d’exécution forcée

Cas de suspension : les parties conviennent de


recourir à la médiation (un tiers externe à la
juridiction et désigné par le juge en accord
avec les parties) ou à la conciliation (le juge lui-
même ou un conciliateur de justice délégué
par le juge) c’est-à-dire accord à l’amiable avec
l’aide d’un tiers ;
 La forclusion peut etre interrompu en cas
d’interpellation du débiteur par acte
d’exécution forcée

2. RCCM (immatriculation personne physique et personne morale, contentieux)


DEFINITION
L’inscription au registre de commerce OBJET IMMATRICULATION
C'est la formalité par laquelle une -permettre aux assujettis (commerçants, stés
personne physique ou morale déclare commerciales et GIE, Ets publiques autonomes CONDITIONS D’immatriculation (documents et
son existence et son activité financièrement et juridiquement ettout autre personne accusé d’enregistrement)
commerciale par la transcription de ses phys ou morale que la loi soumet au RCCM) à la  Personne physique :
renseignements au registre de formalité d’immatriculation au RCCM de déposer leur  Formulaire reprenant l’Identité de la
commerce et de crédit mobilier (RCCM). demande d’RCCM, leur octroyer un numéro RCCM à personne asujetti avec état civil
cette effet, et leur délivrer à tout moment des inclus, identité de la personne qui
documents pouvant leur permettre d’accomplir des engage par sa signature la
formalités prévues par cet acte unif, de recevoir des responsabilité de l’assujetti, les
mention modificatrice ou complémentaire ou activités, date de début d’activités,
secondaire, de recevoir de demande de radiation de adresse des établissements, régime
mention matrimonial le cas échéant
 Attestation de résidence
-permettre aux entreprenants de faire leur demande de  Acte de naissance
déclaration de leur activité, leur octroyer un numéro de  Acte de mariage
déclaration et leur délivrer à tout moment des  Déclaration sur l’honneur prouvant
documents pouvant leur permettre d’accomplir des qu’il n’est frappé d’aucune
formalités prévu par cet acte unif, de recevoir ses interdiction + Extrait de casier
déclaration modificatrice, de prendre acte de sa judiciaire
déclaration de cessation d’activité  Autorisation d’exercer le commerce
 Copie du bail ou de titre de
-mettre à disposition des tiers des informations propriété ou titre d’occupation
conservées au RCCM  Une copie d’un acte d’acquisition
ou de l’acte de location-gérance en
-recevoir les inscriptions de contrat de crédit-bail et cas d’acquisition de fonds ou de
l’inscription de suretés location-gérance

- permettre de satisfaire aux exigences de sécurité, de  Personne morale :


célérité, de transparence et de loyauté nécessaires au  Formulaire (infos sur
développement des activités économiques l’identification de
(transparence des infos nécessaires au développement l’entreprise..raison
des activités économiques ) sociale..identification sociale…
forme juridique…, identité des
-sont transcrites d’office au RCCM les décisions associés et actionnaires,
intervenues dans les procédures individuelles de faillite identités des CAC)
ou dans les procédures collectives d’apurement du  Copie certifié du statut ou de
passif ; 2°) les décisions prononçant des sanctions l’acte fondateur
patrimoniales contre les dirigeants des personnes  Déclaration notarié de
morales ; 3°) les décisions de réhabilitation ou les souscription et de versement
mesures d'amnistie faisant disparaître les déchéances ou  Liste certifiée des gérants,
interdictions. administrateurs, associés,
dirigeants
……………………………………………………………..  Déclaration sur l’honneur
prouvant qu’il n’est frappé
Organisation du RCCM d’aucune interdiction + Extrait
-le RCCM est tenu par le greffe (le bureau qui s’occupe de casier judiciaire
des formalités liées au fonctionnement de la juridiction)
de la juridiction compétente ou un organe compétent de
 Conditions communes pour les personnes
l’Etat sous surveillance du président de la juridiction. Un
physiques et morales :
fichier national centralise les infos du RCCM et un fichier
 La demande d’immatriculation
régional tenu au niveau de CCJA centralise les infos
est faite dans le premier mois
repris au niveau des fichiers nationaux.
de l’exercice de l’activité. Et
toute personne phys et morale
- afin d’accomplir son objectif, les RCCM procède comme
non assujetti au RCCM en
suit :
raison du lieu d’exercice de son
 Pour les assujettis
activité et de son siège social
Un registre d’arrivé = mentionne par ordre doit dans le mois qui suit la
chronologique de dépôt : la date, l’objet de de la création de la succursale
demande, le numéro d’ordre de demandes s’immatriculer au RCCM
d’immatriculation, numéro de dépots des Pièces,  Le RCCM a un caractère
l’identité du demandeur, les renseignements sur personnel : pas un numéro
l’entreprise-nom, raison sociale, dénomination, activités, pour plusieurs entreprises et
etc une seule entreprise ne peut
Un répertoire alphabétique= de personnes immatriculé être immatriculée sur plusieurs
Un répertoire par ordre de numéro= des personnes imm. juridictions sauf dans le cas où
Un dossier individuel=comprenant la demande l’entreprise exerce à titre
d’immatriculation et les PJ à la demande secondaire une activité dans
une juridiction autre que celle
 Pour les entreprenants où elle exerce son activité
Un registre d’arrivé = mentionne par ordre principale. Dans ce cas elle doit
chronologique de dépôt : la date ; l’objet de la souscrire à une déclaration
déclaration ; le numéro d’ordre de la demande de secondaire dont copie est
déclaration d’activités, numéro des déclaration, numéro envoyé à la juridiction où a eu
de dépôts des pièces ; l’identité du déclarant, les lieu l’immatriculation
renseignements sur l’entreprise-nom, raison sociale, principale
dénomination, activités, etc  Le greffier délivre au
Un répertoire alphabétique=des entreprenants demandeur un accusé
Un dossier individuel=comprenant la demande d’enregistrement après depot
déclaration et les PJ à la déclaration de la demande qui mentionne
la formalité accomplie (elle
 Pour les suretés et crédit-bail reprend la date et le numéro
Un registre d’arrivé = mentionne par ordre d’imm ou de la déclaration)
chronologique de dépôt : la date ; le numéro d’ordre de  Le greffier effectue le contrôle
la demande d’inscription, de modification, dans les 3 mois pour notifier à
renouvellement ou de radiation de l’inscription initiale l’assujetti le retrait ou de la
de la sureté ; infos repris sur le formulaire de demande radiation de l’immatriculation
d’inscription et ; pour le contrat de crédit-bail, la  En cas de transfert de ses
demande d’inscription et de radiation du contrat ainsi activités à une nouvelle
que les infos renseignées sur le formulaire de demande juridiction, l’assujetti doit le
d’inscription renseigner à sa juridiction qui
Un répertoire alphabétique=des personnes qui lui délivrera un certificat de
constituent ou supportent des suretés et des crédits transfert qu’il présentera à la
preneurs tout en mentionnant pour chacun d’eux s’il nouvelle juridiction afin de
s’agit d’une inscription, modification, renouvellement ou bénéficier d’une nouvelle
radiation immatriculation et cet assujetti
Un dossier individuel= des personnes citées ci-hauts et sera radié de son ancienne
comprenant la demande concernant la sureté ou le juridiction
crédit-bail ainsi que d’autres demandes en relation avec  Mentions modificatives,
la sureté ou le crédit-bail. complémentaires, secondaire :
toute modification sur les
-toute demande d’inscription est faite sru base d’un informations renseignées lors
formulaire qui est tenue au greffe de la juridiction ou de l’inscription au RCCM doit
organe compétent ; le demandeur reçoit lors du dépôt donner lieu à une rectification
du formulaire un ACCUSE D’ENREGISTREMENT. Une ou un compléments
copie du formulaire ainsi que les pièces qui d’énonciations portés au RCCM
l’accompagnent sont transmis par le greffier dans un dans le mois de la
délai d’un mois au fichier national et au fichier régional. modification .(ex : la cessation
L’original du formulaire dument rempli est conservé au partielle d’activités, l’exercice
RCCM et est placé dans le dossier individuel. d’une activité secondaire dans
une juridiction autre que celle
de l’activité principale). En
retour le greffe delivrera un
accusé d’enregistrement
 Radiation :les différents cas de
radiation sont : dans le mois de
la cessation de l’activité, dans le
mois qui suit la cloture des
opérations de liquidation issu
de la dissolution de la société,
dans les 3 mois suivant le decès
de l’entrepreneur ssi ses
héritiers n’ont pas opté pour
une modification continuation
des activités , par décision de la
juridiction compétente à défaut
de la demande de radiation
dans le délai

Effets d’immatriculation
-toute personne phys ou moral s’étant immatriculé
au RCCM est présumé etre commerçant sauf les
personne phys non commerçants mais qui ont été
immatriculé par disposition légale et les personne
morale qui ne sont pas reconnus comme
commercant selon les dispositions de l’AUDSC-GIE
- toute personne ayant un RCCM est tenu de
renseigner le numero RCCM et le lieu
d’immatriculation sur tous ses documents
(factures, bon de commandes, correspondances,
documents commerciaux)
- toute personne physique ou morale et
entreprenant qui est assujetti à l’immatriculation et
ne l’a pas fait dans le délai, ne peut se prevaloir ni
de la personnalité juridique ni de la qualité de
commerçant. Elle ne peut non plus évoquer ce
défaut d’immatriculation pour se soustraire de ses
obligations
- tout assujetti à l’RCCM ne peut opposer aux tiers
des faits soumis à transcription ou mention que
s’ils ont été publiés au RCCM SAUF si l’assujetti
peut prouver qu’au moment de la survenance de
ces faits les tiers en avaient connaissance

…………………...............................................................
.

DECLARATION POUR L’ENTREPRENANT

CONDITIONS de déclaration d’activité (documents


et accusé d’enregistrement) reprenant

 Formulaire l’Identité de la personne


asujetti avec régime matrimonial
inclus, description des activités et
adresse
 Attestation de résidence
 Acte de naissance
 Acte de mariage
 Déclaration sur l’honneur prouvant
qu’il n’est frappé d’aucune
interdiction + Extrait de casier
judiciaire
 Autorisation d’exercer le commerce

Conditions communes pour les personnes


physiques et morales :
 La déclaration a un caractère
personnel : un entreprenant ne
peut etre enregistré sous
plusieurs registres ou sur un
meme registre avec plusieurs
numéros
 Le greffier délivre au
demandeur un accusé
d’enregistrement après depot
de la demande qui mentionne
la formalité accomplie (elle
reprend la date et le numéro
d’imm ou de la déclaration)
 En cas de transfert de ses
activités à une nouvelle
juridiction, de radiation,
l’entreprenant doit faire une
déclaration modificatrice. La
procédure se fait comme pour
les assujettis à RCCM. En retour
le greffe delivrera un accusé
d’enregistrement
 TOUTES LES DECLARATIONS
SONT FAITES SANS FRAIS
…………………………………………………………………………….
PROCEDURE DE CONTENTIEUX en cas de
contestation de la décision du greffier

-le greffier est chargé de contrôler si les


informations renseignées dans le formulaire sont
complètes, si les pièces justificatives qui
l’accompagnent sont conforme et si la demande ou
la déclaration est régulière
-en cas de difficultés dans l’exercice de sa mission
ou d’inexactitude des infos renseignées, il
convoque le demandeur ou déclarant afin de lui
apporter des explications ou de informations
complémentaires puis notifie sa décision
- en cas de contestation, l’assujetti a 15 JOURS
pour faire son RECOURS à la décision du greffier à
compter de sa notification devant la juridiction
compétente (s’il s’agit d’une décision de refus de
recevoir une demande/déclaration ou de donner
droit à une PJ)
- la décision de la juridiction fait elle aussi l’objet
d’un recours de 15 JOURS à dater de son prononcé

Procedures de contentieux pour suretés


-voir Acte unif sur les suretés

Procedures de contentieux pour credit-bail


- en cas de désaccord entre les parties, la
juridiction peut de façon tacite ou à la demande du
greffier prendre la décision d’enjoindre au
demandeur/déclarant d’accomplir les formalités ou
de compléter les formulaires incomplets, de
rectifier les infos inexacts, ou prendre la décision
de radiation
-toute personne qui s’est abstenue d’accomplir les
formalités ou a effectué une formalité frauduleuse,
se verra sanctionné d’une peine voire d’une
condamnation qui ordonne la rectification des
transcriptions inexactes

Dispositions particulières sur suretés et crédit-bail


-tout etat partie peut choisir un Registre pour
accomplir les formalités relatives aux suretés et
crédit-bail
-s’il existe un registre qui s’en occupait auparavant,
celui-ci doit transmettre toutes les données au
nouveau registre sinon en cas de besoin l’assujetti
(crédit-bailleur ou créancier de suretés) peut saisir
la juridiction compétente pour une transmission
d’urgence en cas de rectification, modification ou
radiation
- les repertoire et les registre qui seront utilisés
sont les memes qui sont présents dans le registre
désigné et les infos transmises par l’ancier registre
seront à nouveau transcrist dans ce repertoire
alphabétique et registre chronologique d’entrée

3. FICHIER NATIONAL et FICHIER REGIONAL

Fichier national Fichier regional

- son role est :


 centralise les infos obtenues des RCCM du pays, les infos sur les déclarations de suretés, - centralise les infos obtenues au niveau national
crédit-bail et sur les hypothèques ; ces infos sont obtenus sous format électronique ou
papier certifié conforme par le greffier IDEM
 conserve ses infos et les mets à dispositions du public et le cas échéant des assujettis en cas
de besoin
 participe à la transparence, loyauté des infos nécessaires à la croissance économique
-est tenue par un bureau sous la supervision du ministère de la justice -est tenue par la CCJA
- tient un registre d’entré, un repertoire chronologique et un dossier individuel de chaque -IDEM
demandeur /déclarant
-une demande d’info doit obtenir réponse dans les 48 HEURES -IDEM

4. INFORMATISATION RCCM, FICHIER NATIONAL ET FICHIER REGIONAL

Recours à la Procédure électronique

- Les formalités de demande de RCCM et de déclaration d’activité peuvent être fait par voie électronique dès lors que
la transmission des demandes et documents peuvent être fait par cette même voie par les destinataires. Il va s’en dire
que les fichier national et régional peuvent être tenu et exploité par voie électronique ou par support papier
- Le recours aux procédures électronique est chapoté par un Comité technique de normalisation des procédures
électronique au sein de l’OHADA qui en la charge de normalisation

Validité des documents et de la signature électronique qualifié

- Les demandes, les formalités et les transcriptions des documents faites sous forme électronique ont même effet que
ceux sous forme papier en ce qui concerne leur validité et leur force probatoire
- Ils peuvent se substituer à la forme papier et sont équivalents à condition qu’ils utilisent un procédé technique fiable
(=garanti l’origine du document et son intégrité durant son traitement ou sa transmission) reconnu par le comité (EX :
utilisation de la signature électronique qualifiée)
 La signature électronique qualifié permet d’identifier le signataire et marque son consentement aux
obligations
 Elle permet d’identifier le signataire, elle est lié uniquement au signataire, elle est lié au document signée de
telle sorte que toute modification ultérieure soit détectable, elle est créé par des procédés qui sont sous
contrôle exclusif du signataire
 Pour qu’une signature soit qualifié, elle doit comprendre : logiciel de création, un logiciel de vérification et
un certificat électronique produit par un prestataire de service de certificat électronique (qui doit rempli les
critères fixés par le comité pour etre prestataire de service de certificat électronique)
-le certificat electronique est une attestation electronique qui lie les données de vérification de la signature
à la personne et confirme l’identité du signataire. Ses mentions sont : nom du titulaire de la signature, la clé
cryptographique publique du titulaire, le numéro de serie unique, la validité du certificat, la signature du
prestataire de certificat electronique

Conservation et utilisation des documents électroniques


utilisation
- Lorsque qu’on opte pour la voie électronique, les personnes en charge des RCCM accomplissent les memes actes que
lorsqu’on opte pour les formalités sous format papier

 Le greffier délivre un accusé d’enregistrement (delivrance d’un accusé d’enregistrement lors du dépôt
prouvant que les documents ont été reçus et sont exploitables ou d’un certificat de depot de suretés ou un
certificat de renouvellement ou un certificat de modification)
 Après le traitement des dossiers, une décision administrative est prise et le greffier est la seule habilité à
extraire de ces décisions les mentions qu’il doit porter soit au dossier individuel, soit registre chronologique,
soit au repertoire alphabétique. Il agit de la meme manière pour les décisions juridiques
 Les mentions marginales figurent dans un fichier electronique lié au dossier individuel signé parle greffier par
sa signature electronique qualifiée
 Les copies des dossiers individuels et mentions marginales sont transmis dans les 24 heures au fichier
national
Qui à son tour transmet dans les 24 heures au fichier regional, les copies des dossiers, copie de formulaire,
copies de PJ certifiés conformes par le greffier
- Lorsqu’une demande dépose sa demande de rccm / déclaration d’activité sans apposer sa signature electronique
qualifié, le greffier va apposer la sienne après vérification de la demande et des PJ. A cet effet, il delivrera un accusé
d’enregistrement sans numéro de RCCM / de déclaration. Ce numéro sera transmis au demandeur 48 heures après
validation de la demande et des PJ par le greffier
conservation
- La conservation des demandes, PJ, signature électronique qualifiée etc, se fait de manière à assurer la durabilité,
l’intégrité, la lisibilité, la traçabilité,
- Les opérations de migrations des données conservé, d’un fichier de stockage à un autre, ne retire pas à c
- es enregistrements leur caractère d’ORIGINAL
- Le greffier peut apposer sans que les infos contennus dans les documents ne soient altérés

Transmission des documents par voie électronique


- Le rccm peut mettre en place un site web ou un service internet pour permettre aux demandeurs/déclarants de
procéder à la demande/déclaration ou à la transmission de dossier unique de demande avec PJ sous forme
electronique, Cette demande peut aussi etre fait de manière interactive
- La transmission doit se faire de façon à ce que le document numerisé dans les conditions qui garantissent sa
reproduction à l’original et doit se munir de la signature électronique qualifiée du demandeur/declarant
- Un accusé de reception est transmis par les organes de reception avec signature electronique qualifié du greffier e
celui-ci répondra à la demande par la meme voie electronique

Diffusion et publicité des documents par voie électronique


- Les infos obtenues par voie electronique (demande, documents, PJ) par le greffier peuvent etre mis à disposition des
tiers par le moyen d’un support electronique et des demandeurs à l’adresse electronique préalablement renseignée
(dans des conditions de sécurité, confidentialité, integrité et en garantissant l’identité du demandeur et de
l’expéditeur)
- Si Ce support electronique n’est pas certifié, les infos qu’elle contient ne valent qu’à titre de renseignement ; elle ne
sont certifiés conformes que lorqu’elle porte la signature electronique qualifiée du greffier, le sceau du greffier, la date
et la mention de sa conformité à l’original.

5. BAIL à usage professionnel et fonds de commerce

Bail à usage professionnel Fonds de commerce


Definition et Elements concernant le bail Definition et éléments mobiliers concernés
-bail=convention écrite ou verbale entre un propriétaire d’un immeuble et une -Fond de commerce =Moyens qui permettent au commerçant d’attirer
personne physique ou morale qui permet à cette dernière d’exploiter les lieux et conserver sa clientèle. Ce sont des biens meubles , des éléments
loués à de fins professionnelles (commerciale, industrielles, artisanales et autres corporel (matériel, mobilier )et incorporels (clientèle, enseigne, nom
usages professionnels) commercial), qu’il organise pour attirer la clientèle
-le bail à usage professionnels s’appliquent : aux locaux et immeubles à usage -les élements corporels :
professionnels-comm, ind et artisanales ou autre usage professionnel, les locaux  clientèle et enseigne
et immeubles accessoires aux précités, les terrain nus sur lesquels sont érigés,
avant ou après le bail, des locaux et bâtiments à usage professionnels suivant La clientèle =composante la plus importante du fonds de
l’aval du bailleur commerce. En droit, la clientèle, désigne les personnes qui
s’approvisionnent habituellement auprès d’un fonds de
Conclusion et durée du bail commerce en raison de la compétence et du savoir faire de
-conclusion du bail : peut etre écrit ou verbal l’exploitant. Il ne faut donc pas confondre la clientèle à
-le durée du bail est fixé librement par les parties, elle peut etre déterminée ou l’achalandage (clientèle de passage). La clientèle doit être
indeterminé à défaut d’un écrit ou d’un terme fixé réelle, certaine et propre à l’exploitant

Obligations du bailleur Enseigne=L’enseigne individualise une boutique, un


-les obligations classiques de l’ancienne législation établissement, un fonds de commerce.Elle peut être
-obligations de délivrer les locaux en bon état : (les modalités qui entourent les identique au nom commercial.
grosses réparations) :
 les grosses réparations concernent les travaux de réparation de murs,  clientèle et nom commercial
murs de soutenement, toiture, fosse septique, voutes, poutres,
puisard(=trou de recueillement d’eau afin d’éviter l’inondation d’un  ou cumul de la clientèle, enseigne et nom commercial
terrain) nom commercial=il s’agit du nom donné au fonds de
 ces travaux doivent etre effectués par le bailleur et à ses frais commerce, il individualise l’entreprise
 pendant l’exécution de ces travaux, le preneur doit bénéficier d’une  Droit au bail
réduction de loyer ssi il est privé de son droit de jouissance des lieux Le droit au bail d’un fonds de commerce confère la propriété
pendant un temps (que les travaux soient effectués par le preneur ou commerciale, c’est-à-dire le droit au renouvellement du bail.
le bailleur). en cas de désaccord entre les parties sur cette réduction Ainsi un propriétaire qui refuserait de renouveler un bail
de loyer, le preneur peut recourir à une juridiction pour trancher commercial doit payer des indemnités.
 ssi les travaux rendent impossible le droit de jouissance des lieux, le
preneur peut recourir à la juridiction compétente pour demander une  Licences d’exploitation et autorisations
suspension du contrat jusqu’à la fin des travaux ou la résiliation Certaines activités nécessitent des licences et des
 si le bailleur ne veut pas exécuter ces travaux, le preneur peut obtenir autorisations administratives pour l'exploitation d'un fonds de
du juge la permission de les effectuer en lieux et place du bailleur et le commerce. Une licence est nécessaire pour la vente de
juge fixera le montant des travaux ainsi que la modalité de boissons par exemple. Elles peuvent également être vendues
remboursement séparément.

Obligations du preneur  Les droits de propriétés commerciales et brevet d’invention


-obligation de payer le loyer tels que convenus dans les termes du contrat : le il s’agit par exemple des brevets d’invention contenu dans le
paiement peut se faire par voie electronique ou par correspondance fonds commercial
-libérer les lieux à l’expiration du délai du bail sauf s’il attend qu’on lui verse sa
garantie locative. En cas de non-respect, le preneur devra payer une indemnité  Marque de fabrique et de commerce
d’occupation équivalent au loyer du mois+ les dommages et intérets
-il est tenu de procéder aux réparations d’entretiens. A défaut le preneur  Dessins et modèles
répond aux dégradations et pertes dues à des défauts d’entretien
-il est tenu d’exploiter les locaux en bon père de famille : si le preneur décide  Droit de propriété intellectuelle nécessaires à l’exploitation
d’adjoindre une activité complémentaire à celle prévue dans le bail ou de
changer d’activité, ceci doit se faire avec l’accord du bailleur. En cas de -les incorporels (=fonds commercial) qui le composent sont :
désaccord, la partie la plus diligente peut saisir la juridiction compétente  matériel indispensable à l’exploitation
 mobilier
Loyer  outillage
-le montant de loyer est fixé librement  mses en stocks
-il est révisable, c’est-à-dire augmenté ou diminué. En cas de désaccord sur le  installations , aménagements et agencements
nouveau montant de loyer, la partie la plus diligente peut saisir la juridiction qui
va statuer et fixer le montant du loyer en tenant compte de la situation des ………………………………………………………………………………………………………………
locaux, de l’état des locaux, des prix appliqués dans les locaux du voisinage pour Mode d’exploitation (exploitation directe ou location gérance)
des locaux similaires, de la superficie de locaux
…………………………….……………………………………………………………………………………………..

Cession du bail et sous-location


-le bail est un élément de fonds de commerce et peut être cédé :
 si le preneur cède le bail au même moment que toute son activité, ……………………………………………………………………………………………………………….
cette cession s’impose au bailleur. Celui-ci a un mois pour s’opposer à Cession du fonds de commerce
cette cession en justifiant les motifs sérieux (ex: non paiement de
loyer, la violation des obligations de bail comme la cessation d’activité)
 si le preneur cède le bail avec une partie de ses activités, cette cession
recquiert l’accord du bailleur .Celui-ci a un mois pour se prononcer
sur son refus ou son acceptation. Le silence du bailleur vaut
acceptation
 la cession doit etre portée à la connaissance du bailleur par
signification ou notification du huissier de justice. A défaut, cette
cession est inopposable au bailleur
-la sous-location partielle et totale est interdite. La sous-location si elle est
autorisée, doit être porté à la connaissance du bailleur par voie d’écrit. A défaut
elle est inopposable au bailleur. Si le montant de la sous-location est supérieur à
celui du bail principal, le bailleur peut demander une augmentation
correspondante du loyer . en cas de désaccord, le bailleur peut saisir la
juridiction compétente afin de statuer quand à ce
………………………………………………………………………………………………………………..
…………..
Conditions et formes de renouvellement du bail
-un preneur qui a occupé un lieu et y a exploité pendant au moins 2 ANS est
tenu d’obtenir un droit au renouvellement qui ne dépend pas du bon vouloir du
bailleur :
 pour le bail à durée déterminée : Le preneur qui veut user de son droit
au renouvellement doit le demander au bailleur par notification
d’Huissier ou par lettre avec accusé de réception au moins 3 mois
avant l’expiration du bail. Le bailleur est tenu d’y donner suite, faute
de quoi suivant le mois de la réception. Faute de quoi, il est tenu de
l’avoir accepté. Et le renouvellement par pour un minimum de 3 ans
 pour le bail à durée indéterminé : le preneur qui reçoit un congé de
préavis d’au moins 6 mois, a le droit de s’y opposer et demander le
renouvellement du contrat.

-le bailleur peut s’opposer au droit de renouvellement du bail pour des raisons
justifiées ou non :
 refus non justifié : sans motif, le bailleur refuse le renouvellement du
bail. Il devra verser une indemnité d’éviction au preneur. En cas de
désaccord entre partie la juridiction fixera cette indemnité (sur base
des frais occasionés par le demenagements, investissements réalisés,
situation géographique, CA)
 refus justifié :
-par un motif grave : le bailleur ne paiera pas d’indemnité d’éviction
(cas de cessation d’activité, non respect des obligations du preneur).
Ces motifs pourqu’elle soient considérés doivent avoir fait l’objet
d’une mise en demeure en amont par notification du huissier afin de
le faire cesser
-par la démolition du batiment pour en construire un autre : le bailleur
n’est pas tenu de payer une indemnité au preneur qui continuera à
occuper les lieux pdt les travaux mais plutôt de donner au preneur un
droit de priorité au bail pour nouveaux locaux construits. Au cas où
les new locaux ne correspondent plus à l’objet du contrat ou sont
affectés à un objet autre que commercial, le bailleur est tenue de
payer une indemnité au preneur
-par l’occupation des locaux accessoires pour y habiter lui-meme ou
par ses proches. Le bailleur ne paiera pas d’indemnité. Si le preneur
peut prouver que cette occupation portera préjudice à la jouissance
de son droit au bail principal par le fait que les locaux accessoires
forment avec les locaux principals un tout indivisible, la reprise des
locaux ne sera plus possible par le bailleur.
-en cas de non renouvellement du bail, le sort des constructions et
aménagements effectués par le preneur est qu’il doit se faire rembourser par le
bailleur du montant des dépenses faites avec autorisation du bailleur.

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Resiliation du bail
- le preneur et le bailleur sont tenus au respect des dispositions du bail et des
clauses de contrat sous peine de résiliation
-les evenements qui ne donnent pas lieu à la résiliation du bail (vente, mutation,
decès du preneur, dissolution)/ le bail ne s’arrete pas :
 pour cause de decès d’une des partie (le bail se poursuit avec les
conjoints, ascendants, decsendants de la ligné directe du defunt qui en
font la demande au bailleur par signification du huissier de justice)
 pour cause de cessation des droit au bail du bailleur(Cas de vente ou
de mutation). le nouveau bailleur bénéficie de plein droit des
obligations de l’ancien bailleur et le bail continue. Si dans les 3mois qui
suivent le decès, aucune demande n’est faite, le bail se résilie de plein
droit
 pour cause de dissolution de la personne morale( le liquidateur est
tenue d’exécuter les obligations du preneur). Si apres 60 jours, le
liquidateur n’exécute pas, le bail est résilié de plein droit après une
mise en demeure adressée par le bailleur au liquidateur
-la résiliation judiciaire a lieu en cas de contestation de l’application des
dispositions du bail. Les étapes de la résiliation sont :
 mise en demeure= notification du huissier de justice à faire respecter
une dispositions ou clauses violées dans un délai d’un mois de
reception de la notification sous peine de résiliation de contrat et
d’expulsion du prenant et tout occupant de son chef.
Le contrat peut contenir une clause resolutoire, dans ce cas le juge se
limite à constater la résiliation et prononcer l’expulsion sans agir.
 notification aux créanciers inscrits : si un fond de commerce est
exploité aux lieux loués, le bailleur doit notifier aux créanciers inscrits
une copie de l’acte introductif d’instance,
 jugement à prononcer)= le juge devra sursoir de prononcer la
décision constatant la résiliation du contrat qu’après l’expiration d’un
délai d’un mois suivant la notification de la demande aux créanciers
inscrits

6. Intermédiaires de commerce (commissionnaires, courtiers et agences (=agents commerciaux))

- Definition Commissionnaire
………………………………………………………………………………………
- Etendue de son pouvoir Courtier
- Effets juridiques des actes accomplis par l’intermediaire ……………………………………………………………………………………….
- Cessation de son mandat Agent commercial

7. Vente commercial (contrat)

- Champ d’application

- Dispositions générales

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
- Contrat
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
- Obligations des parties :obligations du vendeur (livraison, conformité, garantie) et obligations de
l’acheteur (payer prix, prise de livraison)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Effet du contrat (transfert de propriété et transfert des risques)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Inexecution des obligations des parties, dommage et intérets, exonération de la responsabilité
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Rupture du contrat
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- prescription

8. Dispositions transitoires et finales