Vous êtes sur la page 1sur 18

Université Yahia Ferès De Médéa Travaux Pratiques De Physique 3

Département Du Tronc Commun LMD ST-SM Module : V.O.M


𝟐𝒆𝒎𝒆Année S.T Génie Civile (LMD) TP N° 1 : Pendule Simple

INTRODUCTION

Vibration, mouvement d’un système dont chaque particule ou


élément va et vient périodiquement autour d’une position
d’équilibre.
Et dans ce TP Il est demandé dans la partie savoir-faire
expérimentale: "Utiliser un pendule simple pour étudier un
mouvement vibratoire". En plus, dans la partie savoir-faire
théoriques, il est demandé "écrire et exploiter des équations
(théoriques et expérimentales) pour déterminer une grandeur
physique".

1-BUT DE TP :

1- Réaliser un montage à partir des matériels.


2-l’objective de ce TP est l’étude d’un mouvement oscillent
(pendule simple) dans le cas des petites oscillations et des
grandes oscillations.
3-Mesurer les caractères de ce pendule et leurs incertitudes.
4-Calcule l’accélération de la pesanteur (g) et calcule leur
incertitude.
5-l’application de les lois de la mécanique classique.
6-L’exploitation de la confrontation expérience/théorie pour
déterminer une grandeur physique.
2- MATERIELS :

-Compteur.
-Source d’alimentation 5VDC/0.3A.
-Balle en acier d=24mm ; d=32mm.
-Règle avec une paire de curseurs (L=1000mm).
-Fil de pêche.
-Vis de fixation.
-Serre joint.
-Tige de support carré L=1250mm.
-Tri pieds.

Page 1
3- RAPPELE THEORIQUE :

1- Définition Du Pendule :

Le pendule simple est un point


matériel qui oscille à une distance
fixe d’un point. En pratique, un tel
pendule est obtenu en attachant un
solide de faible dimension à un point
fixe par l’intermédiaire d’un fil
inélastique. La période d’un tel
pendule c’est-à -dire le temps mis
par le pendule pour effectuer un
aller et retour est

Le pendule simple, utilisé


pour la mesure du temps dans
les horloges, par exemple, se
révèle précis, si la longueur
réelle du balancier est
constante.
2- Principe d'application :

Le principe du pendule fut découvert par le physicien et


astronome italien Galilée. Il établit que la période d’une
oscillation complète (un va-et-vient) d’un pendule d’une longueur
donnée est constante, quelle que soit l’amplitude de son
mouvement. Ce n’est plus vrai pour les grandes amplitudes.
Galilée pensa aux applications possibles de ce phénomène,
l’isochronisme, pour la mesure du temps. Par ailleurs, la période
d’un pendule dépend de sa situation géographique, puisque la
gravité varie en fonction de la latitude et de l’altitude du lieu.
Ainsi, au sommet d’une montagne, la période des oscillations est
supérieure à celle que l’on observe au niveau de la mer. Le
pendule peut donc être utilisé pour déterminer l’accélération
locale de la pesanteur.
Les horloges oscillent trop vite en hiver et trop lentement en été.
En effet, à température élevée, les balanciers métalliques se
dilatent. La longueur du balancier n’est donc plus constante. Pour
éviter ces irrégularités, on utilise des pendules à compensation. Le
pendule à mercure et le pendule à grille en sont des exemples. Le
premier est muni d’un cylindre de verre contenant du mercure.
Lorsque le pendule s’allonge sous l’effet de la chaleur, l’élévation
du niveau de mercure dans le cylindre compense l’augmentation
de la longueur du balancier. Le pendule à grille se compose d’une
série de barres métalliques verticales constituées de matériaux
différents, en général en acier ou en cuivre. Leurs coefficients de
dilatation sont donc différents. Si les longueurs relatives de ces
barres sont soigneusement ajustées, les variations de température
n’ont pas d’effet sur la mesure du temps par le pendule.
3- Etude de mouvement :

3-1-pour les petites oscillations ;

On a l’énergie totale d’un pendule simple est la somme de


l’énergie cinétique (Ec) et l’énergie potentielle (Ep ).
dθ 2 2
1 1 2 dθ
E =
Avec c I( dt) = 2 ml ( dt )
2
Ep = mgl 1 − cosθ
Donc
E= 1 ml2(dθ)2 + mgl 1 − cosθ cette énergie est conservée
tot 2 dt
On a:

dEtot dθ d θ dθ
= 0 ⟺ ml2 2 + mgl sinθ = 0
dt d θ
dt dt dt
⟺ dθ
(ml2 2 + mgl sinθ) = 0
dt dt
On a dθ ≠ 0 (la vitesse angulaire ne pouvant être nulle)
dt
On a donc :
d θ
ml2 2 + mgl sinθ = 0 (on divise sur ml2)
dt
d θ
2 +g sinθ = 0
dt l
Pour les faibles oscillations sin θ≈θ d’où

d2 θ g =
+ 0 est une équation différentielle du 2eme ordre.
dt l
g
La solution est de la forme : θ= α sin (ωt+φ) d’où ω = l
2π l
Puisque T = ⇒ T = 2π .
ω g
3-2-pour les grandes oscillations ;

Etot = 1 ml2(dθ)2 + mgl 1 − cosθ


2 dt

Soit α l’amplitude du pendule on a alors :


Ecin (θ = α) = 0 ⟹ Eα = mgl (1- cos α)

Puisque l’énergie totale est constante à touts points alors


Eα = Eθ ⟹ Eα − Eθ = 0
2 dθ 2
1 ml ( ) + mgl cos α − cos θ = 0
2 dt

L’équation donne alors :


dθ 2 dθ 2 2g
1 l ( ) = g cos θ − cos α ⟹ ( ) = cos θ − cos α
2 dt dt l


= 2g cos θ − cos α
dt l

1
dt l
dθ = 2g cos θ−cos α
α dθ
l
La période sera donc : T =
2g 0 cos θ−cos α
On pose k = sin α α
et sin 2θ = sin 2 .sin φ pour ramener
2

l’intégrale précédente à :

π dφ
T=4 l
2
qui est une intégrale elliptique du
2 2
2g 0 1−k sin φ

1er Ordre et donc le développement en série est :


l 2α
T = 2π [1+1 sin +...............].
g 4 2
4- MANIPULATION :

Montage et méthode de travail :

On dispose d’un tri-pied sur le quelle une tige est fixée


horizontalement. On constitue le pendule en suspendant une
masse à un fil fixé à cette potence par son extrémité supérieure
.on dispose de plusieurs masselottes de forme cylindrique ou
sphérique et de fil de pèche.
On laisse la balle suspendue quelque se contes avant la mesure de
la longueur du pendule puis on écarte légèrement la masse de sa
position d’équilibre et on qualifie ce mouvement après on
déterminer pour chaque longueur. La période T (l de 10 a 60cm)
sans négliger le rayon de la balle.
I. Partie 1 :
Variation de la période en fonction de la longueur [T=f ( 𝐥)]
pour les faibles oscillations :

 La qualification du mouvement :

Le pendule va et vient périodiquement autour d’une position


d’équilibre et après un certain temps il s’arrête.

On relève pour chaque mesure :


 La longueur du fil "l" (l peut être réglé à la longueur

désirée)
 La période "T" le temps d’une oscillation.
1 +T 2 +T 3
 On calcule 𝐓𝐦𝐨𝐲 𝐭𝐞𝐥 𝐪𝐮𝐞 Tmoy = T 3
 On calcule les incertitudes tel que :

 Pour la longueur du fil "L" on a

∆L = ∆Linst + ∆Llecture + ∆Lmesure


∆Linst = 1mm , ∆Llecture = 0.5mm
∆Lmesure = 0 on a musuré une seule fois .

 Pour le rayon de balle "r" :

∆r = ∆rinst + ∆rlecture + ∆rmesure


∆rinst = 0.05 mm , ∆rlecture = 0.025 mm
∆rmesure = 0 (on a musuré une seule fois)

 Pour "l" :

∆l = ∆L + ∆r =1.575 mm
 Pour "∆ l ":
1
On a l = (l)
2
1
1
ln l = ln (l)2 ⟺ ln l = ln (l)
2
∆l 1 ∆l ∆ l = l(1 ∆l)
⟺ l = 2⟺l 2l
(Les résultats dans le tableau)

 Pour la période "T":

∆T = ∆Tinst + ∆Tlecture + ∆Tmesure

∆Tinst = 0.001s ,
∆Tlecture = 0 s affichage numérique
∆Tmesure = max Ti − Tmoy

On a T = (T moy ± ∆T) s

Donc :
Pour essai-1-………………. ∆𝑻𝟏 = (1.115 ± 0.003) s

Pour essai-2-………………. ∆𝑻𝟐 = (1.283 ± 0.004) s

Pour essai-3-………………. ∆𝑻𝟑 = (1.430 ± 0.003) s

Pour essai-4-………………. ∆𝑻𝟒 = (1.583 ± 0.003) s

Pour essai-5-………………. ∆𝑻𝟓 = (1.686 ± 0.004) s


5-Tableau de mesure des périodes pour
chaque longueur :

gran
l=L+r 𝐥 ∆𝐥 T (s) 𝐓𝐦𝐨𝐲(s) ∆T (s)
N° (m) (m) (m)
1.117
1 0.3127 0.559 1.40×𝟏𝟎 −𝟑 1.115 1.115 0.003
1.119
1.284
2 0.4127 0.642 1.22×𝟏𝟎−𝟑 1.281 1.283 0.004
1.283
1.431
3 0.5127 0.716 1.09×𝟏𝟎−𝟑 1.430 1.430 0.003
1.429
1.582
4 0.6287 0.792 0.99×𝟏𝟎−𝟑 1.583 1.583 0.003
1.584
1.686
5 0.7127 0.844 0.93×𝟏𝟎−𝟑 1.684 1.686 0.004
1.688

6- Le graphe de la période (T) en fonction de ( 𝐥) [T=f


( 𝐥)] sur le papier millimétré
 Calcule de g :

On a théoriquement :

T =2π l ⟺ T=2π l
g g

Et on a graphiquement :
Le trace est une ligne droite passe par l’origine leur équation :

T= ρ l [tel que ρ représente la pente]

1.686−1.115
ρ= 0.844−0.559
1
ρ = 2.003 s/m2 .
Et par application on a

= ρ ⟺ g = 1 ⟺ g = 2π ⟺ 4π2
g 2π ρ ρ g= ρ2

Application numérique :

g = 9.86 m/s2
.
 Calcule de l’incertitude sur g (∆g) :

On utilise la méthode des pentes


max −ρmin
On a l’incertitude sur la pente : ∆ρ = ρ
2
Avec :
max (T2 +∆T2)−(T1 −∆T1 ) 1.686+0.004 −(1.115−0.003)
ρ = ( l2 −∆ l2)−( l1 +∆ l 1 )
= 0.844−0.93×10−3 −(0.559+1.4×10−3)
min (T2−∆T 2 )−(T1+∆T1) 1.686−0.004 −(1.115+0.003 )
ρ = =
( l2+∆ l2 )−( l1−∆ l1 ) 0.844+0.93×10−3 −(0.559−1.4×10−3)
1
On a alors ρmax = 2.044 s/m . 2

ρmin = 1.962 s/m21 .

Application numérique :

2.044−1.962
∆ρ = 2
1
∆ρ = 0.041 s/m 2

On sache que g = 4π2


ρ2

Donc: ln g = ln (4π2 ) ⟺ ln g = ln (4π2) - ln ρ2


ρ2

⟺ ln g = ln 4 +2 ln π + 2 ln ρ
∆g
= 2 ∆ρ ⟹ ∆g = 2g (∆ρ)
g ρ ρ

Alors ∆g = 0.403 m/s2 .

g= (9.860 ± 0.403) m/s2


.
9-conclusion :

La valeur de la gravitation est proche à la


valeur réelle (g=9.89 m/𝒔𝟐).
II. Partie 2 :

Variation de la période en fonction de l’angle de variation


𝛂
[T=f (𝐬𝐢𝐧𝟐 )]:
𝟐

On relève pour chaque mesure :


 L’angle de pendule "α" (l peut être réglé à l’angle désirée)
 "l" la longueur du pendule est constante l= 0.5 m.
 La période "T" le temps d’une oscillation.
T 1 +T 2 +T 3
 On calcule 𝐓𝐦𝐨𝐲 𝐭𝐞𝐥 𝐪𝐮𝐞 Tmoy = 3
 On calcule les incertitudes tel que :

 Pour la longueur du fil "l" on a :

∆l = ∆linst + ∆llecture + ∆lmesure


∆linst = 1mm , ∆llecture = 0.5mm ,
∆lmesure = 0 (on a musuré une seule fois)
∆l = 1.5 × 10−3 m.

 Pour la période "T":

∆T = ∆Tinst + ∆Tlecture + ∆Tmesure

∆Tinst = 0.001s ,
∆Tlecture = 0 s affichage numérique
∆Tmesure = max Ti − Tmoy
On a T = (T moy ± ∆T) s
Donc :
Pour essai-1-………………. ∆𝑻𝟏 = (1.450 ± 0.002) s
Pour essai-2-………………. ∆𝑻𝟐 = (1.467 ± 0.002) s
Pour essai-3-………………. ∆𝑻𝟑 = (1.488 ± 0.002) s
Pour essai-4-………………. ∆𝑻𝟒 = (1.513 ± 0.002) s
Pour essai-5-………………. ∆𝑻𝟓 = (1.540 ± 0.002) s
 Pour la longueur"x" on a :

∆x = ∆xinst + ∆xlecture + ∆xmesure


∆xinst = 1mm , ∆xlecture = 0.5mm ,
∆xmesure = 0 (on a musuré une seule fois)

∆x = 1.5 × 10−3 m.

 L’incertitude sur sin2 α ,2"∆sin2 (α)"2:


On pose Sin²α = D
2
α
Log sin² = log D
2

(Log D)’ = (log sin²α)’ = 2(log sinα)


2 2

(𝑑𝐷 ) = 2(cos α / sinα) d 𝛂


𝐷 2 2

= sin² α× (cos² α/ sin²α) d 𝛂


2 2 2

Δ Sin²α = sin α ×cos α ×Δ 𝛂.


2 2 2

Avec: Δ α = Δ sin α.


cos α
On a:
Sin α = 𝑥
𝑙

𝛥 𝑠𝑖𝑛 𝛼
∆𝑥 ∆𝑙
sin α = +
𝑥 𝑙

Δ sin 𝛂 = sin 𝛂 (∆𝑥


𝑥 ∆𝑙
+ 𝑙)

∆ sin 𝛼1 = 0.500 (1.5/250 + 1.5/500) = 0.0045

∆ sin 𝛼2 = 0.642 (1.5/321.3 + 1.5/500) = 0.00492

∆ sin 𝛼3 = 0.766 (1.5/383 + 1.5/500) = 0.00529

∆ sin 𝛼4 = 0.866 (1.5/433 + 1.5/500) = 0.00559

∆ sin 𝛼5 = 0.939 (1.5/469.8 + 1.5/500) = 0.00581

Donc: Δ 𝛂 = Δ sin 𝛂 / cos α

𝛥 𝛼1 = ∆ sin 𝛼1 / cos α1 = 0.00450 / 0.866 = 0.00519

𝛥 𝛼2 = ∆ sin 𝛼2 /cos α2 = 0.00492 / 0.766 = 0.00642

𝛥 𝛼3 = ∆ sin 𝛼3/ cos α3 = 0.00529 / 0.642 = 0.00823

𝛥 𝛼4 = ∆ sin 𝛼 4/ cos α4 = 0.00559/ 0.500 = 0.0111

𝛥 𝛼5 = ∆ sin 𝛼 5/ cos α5 = 0.00581 / 0.342 = 0.0169

Alors Δ Sin²α = sin α ×cos α


×Δ 𝛂.
2 2 2

Les résultats dans le tableau suivant


Tableau de mesure des périodes pour chaque
angle :

g 𝛂
X 𝛂 𝛂 𝐬𝐢𝐧𝟐 ) ∆𝐬𝐢𝐧𝟐(𝛂) T (s) 𝐓𝐦𝐨𝐲(s) ∆T (s)
(mm) (°) 𝟐 ( 𝟐
(°) 𝟐

1.451
1 250 30 15 0.066 0.00129 1.450 1.450 0.002
1.450
1.467
2 321.3 40 20 0.116 0.00206 1.466 1.467 0.002
1.467
1.488
3 383 50 25 0.178 0.00315 1.487 1.488 0.002
1.488
1.513
4 433 60 30 0.250 0.00480 1.514 1.513 0.002
1.513
1.540
5 469.8 70 35 0.328 0.00794 1.540 1.540 0.002
1.541

Le graphe de la période (T) en fonction de 𝐬𝐢𝐧𝟐(𝛂)


𝟐
𝟐 𝛂
[T=f(𝐬𝐢𝐧 ( ))] sur le papier millimétré:
𝟐
 Calcule de g :

On a théoriquement :
l 2α
T = 2π [1+1 sin +.................].
g 4 2

⟺ T= π l 2 α
2
g
sin 2 +……………

Et on a graphiquement :

Le trace est une ligne droite passe par l’origine leur équation :
α
T= ρ sin2
2 [tel que ρ représente la pente]

𝟏.𝟓𝟒𝟎−𝟏.𝟒𝟓𝟎
ρ= 𝟎.𝟑𝟐𝟖−𝟎.𝟎𝟔𝟔

ρ = 0.353 s.

Et par application on a

l
π l π2 l = ρ2 ⟺ g = 42 ρ2
π
2 g =ρ⟺ 4 g

Application numérique :

g = 9.900 m/s2 .

 Calcule de l’incertitude sur g (∆g) :

On utilise la méthode des pentes


max −ρmin
On a l’incertitude sur la pente : ∆ρ = ρ
2
Avec :
ρmax = α (T2+∆T2 )−(T1−∆T1 )
α )−(sin 2 +∆sin 2 )=
α α
(sin −∆sin 2
2 21 21
22 22
1.540+0.002 −(1.450−0.002)
0.328−7.94×10−3 −(0.066+1.29×10−3)
ρmin =
(T −∆T )−(T +∆T )
α 2 2 1 1
2α α
(sin 2 α )−(sin −∆sin 2 )
+∆sin 21 21
2
22 22
1.540−0.002 −(1.450+0.002)
=
0.328+7.94×10−3 −(0.066−1.29×10−3)

ρmax = 0.371 s.
On a alors ρmin = 0.317 s.

Application numérique :

0.371−0.317
∆ρ = 2

∆ρ = 0.054 s.
l
On sache que g = π2
4 ρ2

l
Donc: ln g = ln (π2
4 ρ2 ) ⟺ ln g = ln (lπ2 ) - ln 4 ρ2

⟺ ln g = ln l +2 ln π - 2 ln ρ –ln 4

∆g ∆ρ ∆l
=2 ⟹ ∆g = 2g (∆ρ ∆l
g ρ l ρ l)

Alors ∆g = 0.00908 m/s2 .

g= (9.90000±0.00908) m/s2
.
9-conclusion :

La valeur de la gravitation est proche à la


valeur réelle (g=9.89 m/𝒔𝟐).

CONCLUSION GENERALE :

Dans ce TP , nous allons étudier le mouvement de pendule


simple et mesurer la période T, et on a étudié leurs
mouvements.

Ce TP nous a permis de mieux comprendre et utiliser le


pendule simple, on a apprit aussi comment mesurer les
incertitudes de l’angle α.

Nous allons étudier aussi les incertitudes et on a calculé à


la fin la gravitation.

On a apprit aussi la mesure de la gravitation et on a trouvé


une valeur proche à la valeur réelle.

g : Accélération de la pesanteur (g =9.8 m/s2).

Vous aimerez peut-être aussi