Vous êtes sur la page 1sur 7

République du Cameroun Republic du Cameroon

************ **************
Paix – Travail - Patrie Peace– Work – Fatherland
************ ****************

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


UNIVERSITE DE DOUALA
UNIVERSITY OF DOUALA
--------------------------------------
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE
POLYTECHNIQUE DE DOUALA
ENSPD
--------------------------------------
BP 2701 Douala Tel: (237) 33 01 43 30/30 SITE Web: www.fgi-ud.com

DEPARTEMENT DE TECHNOLOGIE DE CONSTRUCTION


INDUSTIELLE (TCI)

TECHNOLOGIE DES INSTALLATIONS ET DES


EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Enseignant : Mr ABBAA KALGONG Clément

Travail à faire:

METHODE ET CALCUL DE BILAN DE


PUISSANCE D’UNE INSTALLATION

NOMS :

 PELAGUE NGOUO Josias Nathan 16G03039

CLASSE: TCI 5

Date: 20/11/2020

Année académique
2020/2021
PROCESSUS DE TRAITEMENT DES EAUX INDUSTRIELLES

Table des matières

INTRODUCTION .......................................................................................................... 2

I. But d’un bilan de puissance ..................................................................................... 2

II. Rappel sur la notion de puissance ........................................................................ 2

1) Facteur d’utilisation (Ku) ................................................................................. 3

2) Facteur de simultanéité ou de foisonnement (ks) ............................................. 3

3) Coefficient d’extension ou de réserve (ke ou kr).............................................. 3

III. Méthode de réalisation d’un bilan de puissance ................................................... 4

IV. Calcul du bilan de puissance d’une installation ................................................... 5

CONCLUSION .............................................................................................................. 6

REDIGER PAR PELAGUE NGOUO JOSIAS NATHAN Page |1


PROCESSUS DE TRAITEMENT DES EAUX INDUSTRIELLES

INTRODUCTION
Pour faire le meilleur choix du raccordement au réseau au niveau de la basse, moyenne
ou haute tension, nous avons besoin de connaitre le bilan de puissance de l’installation. En fait,
le bilan de puissance est un bilan de courant car c’est la somme algébrique des courants et des
puissances apparentes qui est consommé au niveau de chaque équipement jusqu’à la source.
Au vu de son importance, comment calcule-t-on un bilan de puissance ? Pour mener à bien
notre travail, nous présenterons

I. But d’un bilan de puissance

Un bilan de puissance est une opération qui consiste à effectuer un bilan du courant en
évaluant la consommation de chaque appareil et équipement électrique à son niveau jusqu’à la
source. La puissance électrique d’un équipement est relative au travail qu’il peut produire à
chaque instant. Il s’agit donc de la quantité d’énergie que l’appareil peut générer et transformer
durant la période d’utilisation. Le calcul du bilan de puissance d’une installation électrique
permet donc :

 De connaître les besoins en puissance d’une installation électrique dans une habitation
 D’équilibrer l’utilisation des appareils électriques par rapport à la puissance maximale
d’une source d’énergie.
 De faire la dimension de la source d’énergie si c’est possible ou choisir une puissance
répondant à ses besoins.

Ainsi, le calcul a pour objectif d’avoir le meilleur système assurant le bon fonctionnement de
son installation électrique.

II. Rappel sur la notion de puissance

La puissance électrique apparente fournie par les réseaux électrique de distribution sera
consommée par un appareil électrique sous l’une des trois formes suivantes :

Puissance En monophasé En triphasé Unité


P
𝑃 = 𝑈 × 𝐼 × cos 𝜑 𝑃 = √3 × 𝑈 × 𝐼 × cos 𝜑 W : Watt
Active
Q
𝑄 = 𝑈 × 𝐼 × sin 𝜑 𝑄 = √3 × 𝑈 × 𝐼 × sin 𝜑 VAR : Volt-Ampère-Réactive
Réactive
S
𝑆 =𝑈×𝐼 𝑆 = √3 × 𝑈 × 𝐼 VA : Volt-Ampère
Apparente
𝑖(𝑡) = 𝐼√2 sin 𝜔𝑡 ; 𝑢(𝑡) = 𝑈√2 sin(𝜔𝑡 + 𝜑) ; 𝑆 = √𝑃2 + 𝑄²

Avec :
REDIGER PAR PELAGUE NGOUO JOSIAS NATHAN Page |2
PROCESSUS DE TRAITEMENT DES EAUX INDUSTRIELLES

 U : tension efficace
 I : Intensité efficace
 𝜑 : Déphasage entre la tension u(t) et l’intensité
i(t)
 cos 𝜑 : Facteur de puissance

La puissance installée (Pi) est la somme des puissances nominales de tous les récepteurs de
l’installation. Cependant, tous les récepteurs ne fonctionnant pas forcement ni en pleine charge
ni en même temps, des facteurs de corrélation sont affectés à la puissance installée permettant
de définir la puissance maximale d’utilisation (Pa). Parmi les facteurs de correction, nous
avons :

1) Facteur d’utilisation (Ku)

Ku est un coefficient qui caractérise le taux d’utilisation de la charge en fonction du temps.


L’application de ce coefficient nécessite une parfaite connaissance du fonctionnement des
récepteurs. En l’absence de données précises, en ce qui concerne la force motrice, un coefficient
de 0,8 peut être appliqué.

2) Facteur de simultanéité ou de foisonnement (ks)

Ca coefficient caractérise les conditions d’exploitation de l’installation notamment pour les


moteurs et les prises de courant. Il est habituellement de 0,7 à 0,8 (ou 80%) dans les logements
d’habitation. Ce coefficient est donc très utile pour définir la puissance souscrite auprès du
fournisseur d’électricité.

3) Coefficient d’extension ou de réserve (ke ou kr)

Une installation peut être modifiée ou étendu. Ce coefficient (ke ou kr) est un facteur de réserve,
utilisé lors des extensions, afin de prendre en compte les évolutions prévisibles de l’installation
et ne pas modifier l’ensemble de l’installation. Le facteur de réserve s’applique souvent au
niveau des armoires de distribution principale.

En résumé, nous avons les formules suivantes :

REDIGER PAR PELAGUE NGOUO JOSIAS NATHAN Page |3


PROCESSUS DE TRAITEMENT DES EAUX INDUSTRIELLES

III. Méthode de réalisation d’un bilan de puissance

Il est plus pratique d’intégrer les étapes suivantes pour réaliser le calcul du bilan de puissance
électrique. Pour cela voici ce qu’il faut faire :

 Établissement du schéma d’installation : cette étape permet d’identifier le plan du


circuit, les différents points importants (récepteurs et tableaux) et leur puissance.
 intégration du Ku dans le schéma : la puissance des récepteurs est déterminée en
appliquant le KU.
 totalisation des puissances de tous les circuits : un simple calcul en faisant la somme du
tableau.
 application du KS dans l’opération : le coefficient KS est appliqué au résultat de la
somme précédente obtenue pour savoir la puissance du tableau.
 Répétition de l’opération : l’ajout des puissances en aval dérivant un autre tableau en
amont et la multiplication de ce résultat par le KS de départ permet de fixer la puissance
du tableau. Opérations à refaire jusqu’à la basse tension.

REDIGER PAR PELAGUE NGOUO JOSIAS NATHAN Page |4


PROCESSUS DE TRAITEMENT DES EAUX INDUSTRIELLES

Dans le cas où il y a un doute dans le calcul, il est conseillé de recourir aux services d’un
professionnel.

IV. Calcul du bilan de puissance d’une installation

On se propose d’établir le bilan de puissance d’une installation électrique composé de trois


départs définis comme suit :

 3 moteurs alternatifs monophasés de forage, identiques : 𝑃𝑢1 = 2𝑘𝑊 − 𝜂 = 0,8 −


cos 𝜑 = 0,707
 1 moteur alternatif monophasé d’ascenseur : 𝑃𝑢2 = 4𝑘𝑊 − 𝜂 = 0,75 − cos 𝜑 = 0,8
 1 four électrique à induction compensé : 𝑃𝑢3 = 8𝑘𝑊

Pour dresser le bilan de puissance, nous calculerons avec le tableur Excel :

 Les puissances actives et réactives de chaque récepteur


 L’intensité efficace du courant absorbé par chaque récepteur
 L’intensité efficace du courant absorbé par toute l’installation

REDIGER PAR PELAGUE NGOUO JOSIAS NATHAN Page |5


PROCESSUS DE TRAITEMENT DES EAUX INDUSTRIELLES

CONCLUSION

En somme, le calcul du bilan de puissance d’une installation électrique est une démarche
essentielle pour satisfaire les besoins en électricité de chacune des pièces et de tous les
appareils électriques composant une installation. La méthode la plus simple est basée sur la
somme des puissances avec la prise en considération des facteurs de correction tels que le
facteur d’utilisation, de simultanéité et d’extension. Toutefois, le bilan de puissance est utilisé
pour pouvoir souscrire à un abonnement. Comment utilise-t-on le bilan de puissance dans
cette circonstance ?

REDIGER PAR PELAGUE NGOUO JOSIAS NATHAN Page |6