Vous êtes sur la page 1sur 6

Oscillateurs amortis

I28.
Pesanteur g = 9, 8 m . s−2 .
Un corps de masse m = 2 kg est suspendu à un support fixe S par un ressort de raideur S
G
k = 2450 N .m−1 . Il est lié à une palette qui exerce sur lui une force −fv proportionnelle à k
G
sa vitesse v , où f est une constante ajustable.
1) Calculer l’allongement du ressort à l’équilibre.
2) On repère la position de P par son abscisse x comptée positivement vers le bas en
prenant pour origine cette position d’équilibre. On applique à P une force supplémentaire
P m
égale à son poids et dirigée vers le bas et on attend son immobilisation. A l’instant 0, on
supprime cette force. Discuter selon la valeur de f l’allure du mouvement ultérieur.
3) Si f = 1400 N .s.m−1 , exprimer x (t ) . Déterminer un ordre de grandeur du temps au
bout duquel le mobile ne s’écarte pas de sa position d’équilibre de plus du centième de son
écart initial.
4) Mêmes questions si f = 14 N .s. m−1 .
5) P est à nouveau en équilibre et f = 14 N .s. m−1 . A l’instant 0, on déplace très rapidement de b = 0,1m le
support S vers le bas. Exprimer x (t ) . A quel instant P est-il au plus bas ? De combien a-t-il descendu à cet instant par
rapport à la position initiale ?
II46.
Un corps de masse m est attaché à un support fixe par un ressort de raideur k , de longueur naturelle
L et d’allongement variable x et par un amortisseur de tension −fx . En l’absence d’amortisseur, la
période de ses oscillations est T0 = 1s .
1) A quelle équation différentielle obéit x ?
2) A quelle condition sur f le mouvement est-il oscillatoire ?
3) f a une valeur égale au dixième de la valeur limite précédente. Quelle est la différence relative (T − T0 )/T0
entre la pseudopériode T des oscillations et T0 ?
4) On appelle décrément logarithmique δ le logarithme népérien du rapport de deux maxima successifs de la
différence entre x et sa valeur asymptotique. Calculer δ.
III26. Pendule amorti.
g = 9, 8 m . s−2 .
Un pendule pesant est constitué par une boule d’acier de masse m , de masse volumique ρ = 7800 kg.m−3 et de
rayon r = 0, 005 m suspendue par un fil souple tel que la distance entre le point d’attache et le centre de la boule soit
G G
L = 1, 000 m . L’air, de viscosité η = 0, 0010 SI , freine ce pendule avec la force f = −6πηrv . On pourra poser
6πηr
α= .
m
1) Calculer le temps au bout duquel l’amplitude de petites oscillations a décru de moitié (sera considérée comme
bonne toute valeur numérique ne différant pas de plus d’un facteur 2 de la valeur exacte) ; ln 2 = 0,69.
2) Pour réaliser une expérience comme le pendule de Foucault, où l’on veut observer un pendule pendant un temps
très long, comment faut-il choisir les données ?
IV . A
64
Un ressort a une longueur à vide l0 = 0,3 m et une constante de raideur k = 3,9 N.m– 1 . On lui
suspend un corps de masse m = 0,1 kg et de densité 2 par rapport à l’eau. k
L'ensemble peut se déplacer dans l'eau, et subit donc une force de frottement visqueux, avec un
coefficient de frottement f = 0,125 N.s.m– 1 . L'intensité de la pesanteur vaut g = 10 m.s– 2 .
On rappelle que, selon le théorème d’Archimède, tout corps plongé dans l’eau en reçoit une force
égale à l’opposé du poids de l’eau déplacée. m
1) Déterminer et calculer numériquement l’allongement xéq du ressort à l'équilibre.
2) A 1’instant t = 0 , l'ensemble étant en équilibre, on monte brutalement et instantanément
l'extrémité supérieure A du ressort d'une hauteur d = 0,15 m. Le niveau de l’eau est assez haut pour que le corps
n’émerge pas au cours de son mouvement ultérieur. Donner l'équation différentielle du mouvement et la résoudre
numériquement. Représenter graphiquement l'allure de x(t).

DS : oscillateurs amortis, page 1


V45.
Un corps P de masse de masse m est accroché à un support par un ressort de raideur k . Il est soumis en outre au
freinage de l’air qui exerce sur lui une force −fv où v est sa vitesse et f une constante. A l’instant 0, le système est à
l’équilibre quand on impose au point d’attache du ressort de monter brusquement verticalement de b . Le mouvement
est purement vertical. On note x l’allongement du ressort, c’est-à-dire la différence entre la longueur du ressort et sa
longueur quand il n’est soumis à aucune force.
1) Montrer que l’équation différentielle gouvernant x (t ) pour t > 0 peut être mise sous la forme b
ω0 2
x + x + ω0x = α et exprimer les constantes ω0 ,Q, α .
Q
2) Quelles sont les conditions initiales ?
3) On observe des oscillations amorties. Représenter qualitativement, en tenant compte au
maximum des informations disponibles, le graphique de x (t ) . m
4) Représenter qualitativement la trajectoire de phase, c’est-à-dire le graphe x (x ) .
5) L’amplitude des oscillations est divisée par 2 au bout de 15 oscillations Qu’appelle-t-on décrément logarithmique
δ ? Le calculer.
6) Calculer Q .

DS : oscillateurs amortis, page 2


Réponses
mg
I. 1) x = = 0, 008 m ; 2 :
k
x x x
mg mg mg
k k k

0 t 0 t 0 t

Si f > 4km Si f = 4km Si f < 4km

r2 exp ( r1t ) − r1 exp ( r2t ) ln 100


3) x = x 0 où x 0 = 0, 008 m r1 = −1, 754 s−1 r2 = −698 s−1 ; t = = 2, 6 s ;
r2 − r1 r1

( λ
)
4) x = x 0 exp ( λt ) cos ωt + sin ωt où x 0 = 0, 008 m λ = 3, 5 s−1 ω = 34, 82 rad. s−1 ; t = 1, 3 s ; 5)
ω

( λ
)
x = −b exp ( λt ) cos ωt + sin ωt ; t = π / ω = 0, 09 s ; 0,173 m.
ω
T − T0 2πf
II. 1) mx + fx + kx = mg ; 2) f 2 − 4km < 0 ; 3) = 0, 5% ; 4) δ  = 0, 63 .
T0 4km
4r 2 ρ ln 2
III. 1) t = = 60 s ; 2) augmenter ρ et augmenter le rayon de la boule.

mg f k g
IV. 1) xéq = = 0,128 m ; 2) x + x + x = x + 1, 25x + 39x = 4, 9 ;
2k m m 2
x = 0,128 + 0,15 exp ( −0, 625t )[ cos ( 6, 21t ) + 0,1 sin ( 6, 21t ) ] ( x en mètres, t en secondes).
V. 1) α = g ; ω0 = k / m ; x
Q = km / f ; 2) x (0) = b + mg / k mg
b+
et x (0) = 0 ; 3) et 4) voir ci-contre ; 5) k
δ = 0, 046 ; 6) Q = 68 . x mg / k
x
mg 0
k mg
b+
k
t
0

DS : oscillateurs amortis, page 3


Corrigé
I.
G G G mg 2 × 9, 8
1) T + mg = 0 ,d’où l’allongement du ressort x = = = 0, 008 m .
k 2450
mg
2) x ( t ) est solution de mx + fx + kx = 0 , avec x ( 0 ) = et x ( 0 ) = 0 . Son allure dépend du signe de
k
∆ = f 2 − 4km :
x x x
mg mg mg
k k k

0 t 0 t 0 t

Si f > 4km Si f = 4km Si f < 4km

3) L’équation caractéristique 2r 2 + 1400r + 2450 = 0 a pour racines r1 = −1, 754 s−1 et r2 = −698 s−1 .
x = A1 exp ( r1t ) + A2 exp ( r2t ) x 0 = A1 + A2 ⎫⎪ r2x 0 rx
⎪ A2 = − 1 0
⎬ ⇒ A1 =
x = r1A1 exp ( r1t ) + r2A2 exp ( r2t ) 0 = r1A1 + r2A2 ⎪⎪ r2 − r1 r2 − r1

r exp ( r1t ) − r1 exp ( r2t )
x = x0 2 où x 0 = 0, 008 m r1 = −1, 754 s−1 r2 = −698 s−1
r2 − r1
r exp ( r1t )
Quand x ( t ) = x 0 /100 , exp ( r2t ) << exp ( r1t ) , x ( t ) ≈ x 0 2 ≈ x 0 exp ( r1t ) , car r2 >> r1 ; donc
r2 − r1
ln ( 1/100 ) ln 100
exp ( r1t ) = 1/100 t = − = = 2, 6 s .
r1 1, 754
Remarque : la résolution numérique sans ces approximations donne t = 2,626364439 s .
4) Les racines de l’équation caractéristique 2r 2 + 14r + 2450 = 0 sont de la forme −λ ± i ω où λ = 3, 5 s−1 et
ω = 34, 82 rad/s .
x = exp ( −λt )( A cos ωt + B sin ωt ) x 0 = A ⎫⎪


x = exp ( −λt )( ( B ω − λA ) cos ωt − ( Aω + λB ) sin ωt ) 0 = B ω − λA ⎪⎪

( λ
)
x = x 0 exp ( λt ) cos ωt + sin ωt où x 0 = 0, 008 m λ = 3, 5 s
ω
−1
ω = 34, 82 rad. s−1

ln ( 0, 01 )
exp ( −λt ) = 1/100 ⇒ t = = 1, 3 s .
−3, 5
5) Remplaçons x 0 par −b dans l’expression de x ( t ) de la question précédente :

( λ
x = −b exp ( λt ) cos ωt + sin ωt
ω )

( λ
) ( λ
x = −b exp ( −λt ) ⎢ −λ cos ωt + sin ωt + ω − sin ωt + cos ωt ⎥ = b ⎜⎜ ω +
⎣ ω ω



⎜⎝ ) λ2 ⎞⎟
ω ⎠⎟
⎟ exp ( −λt ) sin ωt

Le point le plus bas est atteint pour une des racines de x = 0 , soit en l’occurrence t = π / ω = 0, 09 s . Alors, x est
passé de –0,1 m à b exp ( −λπ / ω ) = 0,1 exp ( −3, 5π / 34, 82 ) = 0, 073 m . Le mobile a donc descendu de 0,173 m.

II.
1) mx = −kx − fx + mg ou mx + fx + kx = mg .
2) le mouvement est oscillatoire si l’équation caractéristique mr 2 + fr + k = 0 a un discriminant négatif, soit
f 2 − 4km < 0
4km −f ± i 4km − f 2
3) Si f = , les racines de l’équation caractéristique sont de la forme −λ ± i ω où
10 2m

ω=
4km 1 − (1
100 )
= ω0 1 −
1
. Sans amortisseur, la pulsation est ω0 =
k
.
2m 100 m

DS : oscillateurs amortis, page 4


( )
−1/ 2
T − T0 ω 1 1 1
= 0 −1 = 1− −1  1+ − 1 = 0, 5% .
T0 ω 100 2 100

4) Deux maxima locaux de x = exp ( −λt ) cos ( ωt + ϕ ) sont séparés par la durée T = .
ω
x1 exp ( −λt1 ) 2πλ 2πf 2π
δ = ln = ln = λ ( t2 − t1 ) = λT =  = = 0, 63 .
x2 exp ( −λt2 ) ω 4km 10

III.
G G
1) Sous l’action du poids, de la tension du fil T et de la force Ff de freinage de l’air, θ
G G G G
ma = mg + T + Ff , soit en projetant sur l’orthoradiale : mLθ = −mg sin θ − 6πηrLθ .
m
Pour les petites oscillations, sin θ ≈ θ ; d’où : θ + αθ + g θ / L = 0 . Soit ∆ le discriminant
−α ± i −∆
de l’équation caractéristique r 2 + αr + g / L =0 ; ∆ < 0 , car le freinage est faible, donc r = .
2
θ = a exp ( −αt / 2 ) cos ( −∆t / 2 + ϕ ) . L’amplitude des oscillations a exp ( −αt / 2 ) a décru de moitié dans le temps
2 4 πr 3 ρ ln 2
t tel que exp −( αt
2
= )
1
2
t =
2 ln 2
α
=
2m ln 2
6πηr
= 3
6πηr
=
4r 2 ρ ln 2

2
4 × ( 5.10−3 ) × 7800 × ln 2 4 × 25 × 7, 8 × 0, 69
t = −3
= = 60 s .
9 × 10 9
2) Pour augmenter la durée des oscillations, on peut augmenter ρ (plomb au lieu d’acier) et surtout augmenter le
rayon de la boule.
IV.
1) Comme la densité du corps est 2, il déplace une masse d’eau moitié de sa propre masse et la résultante de son
G
poids et de la poussée d’Archimède est mg / 2 . La condition d’équilibre est :
mg mg 0,1 × 10
kxéq = ⇒ xéq = = = 0,128 m .
2 2k 2 × 3, 9
2) L’allongement x du ressort est brutalement porté à x ( 0 ) = xéq + d . Pendant ce temps très bref, l’action du
ressort, mal définie, reste bornée, puisque proportionnelle à l’allongement qui est borné. La variation de vitesse, produit
d’un temps très petit par une force massique bornée, est très petite : x ( 0 ) = 0 .
Ensuite,
mg
mx = − kx − fx
2
f k g
x + x + x =
m m 2
x + 1, 25x + 39x = 4, 9
L’équation caractéristique r 2 + 1, 25r + 39 = 0 a pour racines r = −λ ± i ω où λ = 0, 625 s−1 et
ω = 6, 21 rad. s−1 .
Une solution particulière est x = xéq . La solution générale est
x = exp ( −λt )[ A cos ωt + B sin ωt ] + xéq .
x = exp ( −λt )[ ( B ω − λA ) cos ωt + ( −ωA − λB ) sin ωt ] .
Les conditions initiales x ( 0 ) = xéq + d et x ( 0 ) = 0
λd
donnent A = d et B = . D’où :
ω
⎡ λ ⎤
x = xéq + d exp ( −λt ) ⎢ cos ωt + sin ωt ⎥
⎣ ω ⎦
= 0,128 + 0,15 exp ( −0, 625t )[ cos ( 6, 21t ) + 0,1 sin ( 6, 21t ) ]
( x en mètres, t en secondes).

DS : oscillateurs amortis, page 5


V. x
1) mg
b+
mx = −kx − fx + mg k
α=g x mg / k
ω0 = k / m x
mg 0
ω0 /Q = f / m ⇒ Q = km / f mg
k
b+
2) x (0) = b + mg / k et x (0) = 0 . k
3) et 4) Voir ci-contre. t
5) Si y = x − limt →∞ x et si yn est le 0
y
n ième maximum de y , δ = ln n .
yn +1
1 y 1
δ = ln 1 = ln 2 = 0, 046 .
n yn +1 15
ω0 −ω0 /Q ± ω20 /Q 2 − 4ω20
6) L’équation caractéristique r 2 + r + ω20 = 0 a pour racines = −λ ± i ω où
Q 2
ω0
λ= et ω = ω0 1 − 1/ (4Q 2 ) . La solution générale de l’équation différentielle est
2Q
x = exp (−λt )(A cos ωt + B sin ωt ) + mg / k ou x = a exp (−λt ) cos (ωt + ϕ) + mg / k . La pseudopériode est
−1/ 2
2π ⎛⎜ 1 ⎞
T = ⎜⎜1 − 2 ⎟⎟⎟ .
ω0 ⎝ 4Q ⎠⎟
−1/2
ω0 2π ⎛⎜ 1 ⎞⎟
La condition de l’énoncé impose exp (−15λT ) = 1/ 2 soit 15 ⎜1 − 2 ⎟⎟ = ln 2 . Comme l’oscillateur
2Q ω0 ⎜⎝ 4Q ⎠⎟
−1/ 2
⎛ 1 ⎞ 15π
est peu amorti, ⎜⎜⎜1 − 2 ⎟⎟⎟  1 , d’où Q = = 68 .
⎝ 4Q ⎠⎟ ln 2

DS : oscillateurs amortis, page 6

Vous aimerez peut-être aussi