Vous êtes sur la page 1sur 8

Efforts normaux

Contraction et dilatation transversales

Une éprouvette soumise à un effort normal de traction subit :

- un allongement longitudinal x (mm) exprimé aussi par l’allongement


unitaire longitudinal x = x/l

- une contraction transversale y (mm) exprimé quant à elle par la


contraction unitaire transversale : y = y/d où d serait par exemple
le diamètre d’une poutre cylindrique.

23

Efforts normaux
Contraction et dilatation transversales
y = -  . x
x = allongement unitaire longitudinal
y = allongement unitaire transversal
 = coefficient de Poisson
= 0,3 dans les métaux
= 0,2 dans les bétons et pierres

24

1
Efforts normaux
Contraction et dilatation transversales

En compression, le principe est le même, la contraction longitudinale


est accompagnée d’une dilatation transversale et ces deux grandeurs
sont dans un rapport constant sanctionné par un coefficient de Poisson
‘=.

25

Efforts normaux
Variation unitaire de volume
𝑙 → 𝑙 =𝑙+𝜆 = 𝑙+𝑙⋅𝛿 =𝑙⋅ 1+𝛿
𝑑 → 𝑑 =𝑑+𝜆 =𝑑+𝑑⋅𝛿 =𝑑⋅ 1−𝜇⋅𝛿
𝜋⋅𝑑 𝜋⋅𝑑 ⋅ 1−𝜇⋅𝛿
𝑉= ⋅ 𝑙 → 𝑉′ = ⋅𝑙⋅ 1+𝛿
4 4

= 1−𝜇⋅𝛿 ⋅ 1+𝛿 −1 =𝛿 ⋅ 1−2⋅𝜇

26

2
Efforts normaux
Variation unitaire de volume
𝑉
= 𝛿 ⋅ 1−2⋅𝜇
𝑉
Vu l’impossibilité de concevoir qu’une éprouvette étirée puisse diminuer
de volume, on peut écrire :

𝛿 ⋅ 1−2⋅𝜇 ≥0
𝝁 ≤ 𝟎, 𝟓

27

Efforts normaux
Variation unitaire de volume
𝑉
= 𝛿 ⋅ 1−2⋅𝜇
𝑉
Vu l’impossibilité de concevoir qu’une éprouvette étirée puisse diminuer
de volume, on peut écrire :

𝛿 ⋅ 1−2⋅𝜇 ≥0
𝝁 ≤ 𝟎, 𝟓

28

3
Efforts normaux
Variation unitaire de volume : exercice

Une barre en fonte de longueur 200 mm et  50 mm


( E = 100000 N/mm², µ = 0,3) supporte une charge
de compression de 140000 N.

Déterminez le raccourcissement de la longueur,


l’augmentation du diamètre et la diminution de
volume
Rép : x = -0,1426 mm y = 0,0107 mm V = 112 mm³

29

Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes

Si l’hypothèse de variation progressive de la section d’une poutre


n’est pas respectée, voici ce qui se passe

30

4
Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes
Exemple : pièce avec épaulement Répartition des contraintes sans tenir
compte des concentrations de contrainte

Répartition des contraintes en tenant


compte des concentrations de contrainte

Kt est appelé coefficient de concentration de contrainte

31

Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes

Détermination du coefficient de concentrations de contraintes : Kt

N
0   100 N / mm²

D 30 
  1,5 
d 20  Détermination graphique de K t :

r 5 K t  1,5
  0,25
d 20 

32

5
Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes

Autres cas

33

Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes

Autres cas

34

6
Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes

Autres cas

35

Efforts normaux
Phénomène de concentration de contraintes

Autres cas : combinaison de deux phénomènes de concentration de


contraintes

36

7
Efforts normaux
Phénomène de conc. de contraintes : Exercices

1. Calculez pour la pièce


suivante les contraintes
maximales au niveau du
rétrécissement et au niveau du
trou
Rép : Rét. : Kt  1,55;  = 39 N/mm2
Trou : Kt  2,47;  = 77 N/mm2

2. Calculez pour le plat ci-contre


les contraintes maximales si
l’effort de traction engendré est
de 1000 daN
Rép : Trou :Kt  2,55;  = 37,5 N/mm2
Rét. :Kt  1,8; = 30 N/mm2

37

Vous aimerez peut-être aussi