Vous êtes sur la page 1sur 8

1.

Introduction :

En hydraulique urbaine, un déversoir est un dispositif dont la fonction


réelle est d'évacuer par les voies les plus directes, les pointes exceptionnelles des
débits d'orage vers le milieu récepteur. Par conséquent, un déversoir est un
ouvrage destiné à décharger le réseau d'une certaine quantité d’eaux pluviales de
manière à réagir sur l'économie d'un projet en réduction du réseau aval.
. Les DVO placés en amont des STEP, doivent assurer trois (3) fonctions :
• Laisser transiter sans surverse et sans remous le débit des eaux usées en
temps sec,
• Laisser transiter sans surverse le débit critique, c ’est à dire le débit
maximal admis à l’aval,
• Déverser le débit excédentaire de pluie sans mise en remous nuisible à
l’amont et sans surcharge excessive du réseau aval.

2. Type des déversoirs d'orage :

On distingue différents types des déversoirs d'orage selon la pente, l’écoulement,


la position de la STEP (station d’épuration).

 Déversoirs d'orage à seuil frontal.


 Déversoirs d'orage à seuil latéral.
 Déversoir d’orage a seuil circulaire.
 Déversoir d’orage siphoïde.
 Déversoir d’orage oblique.

Déversoir d'orage à seuil frontal

Pour les déversoirs frontaux à seuil haut, c’est principalement la capacité


d’évacuation de la conduite aval et la hauteur de crête qui déterminent la
quantité de déversement. Ce type de déversoir a deux modes de
fonctionnements hydrauliques différents : dans les conduites amont et
déversante, l’écoulement est à surface libre tandis que la conduite principale
a un écoulement en charge. Si le débit principal amont est inférieur à la
capacité d’écoulement à surface libre de l’étranglement, aucun débit n’est
déversé. Sinon, l’étranglement inférieur se met en charge et on peut calculer
le déversement de ce type d’ouvrage moyennant les hypothèses suivantes : ƒ
le calcul est fait en régime permanent uniforme ou non uniforme pour la
conduite aval déversée, ƒ il y a influence aval de la crête frontale sur la
hauteur d’eau à l’amont, c’est-à-dire que le régime dans la conduite amont
du déversoir est fluvial, ƒ la conduite déversante impose la hauteur d’eau au
droit de la crête déversante (régime fluvial),
Pour calculer le débit déversé, la formule la plus utilisée est celle de
BAZIN, dont
L’expression est rappelée ici :

Avec :
Q : débit au niveau du seuil déversoir (m³/s)
L : longueur de la lame déversoir (m).
g : accélération de la pesanteur (m/s²).
H : hauteur de la charge au-dessus du seuil déversoir (m).
µ : Coefficient expérimental qui dépend du type du seuil.
La formule de Bazin est aussi adaptée aux déversoirs à poutrelles :

Déversoir d'orage à seuil latéral

Il présente l’intérêt de permettre la conception du seuil le long sans occuper


beaucoup de place. Nous noterons, que la longueur de crête déversante d ’un
déversoir latéral, calculé selon la formule de ENGELS, est trois à quatre fois
plus importante que celle d ’un déversoir frontal. Cette longueur est donnée par
la relation suivante :
La longueur de crête déversante d’un déversoir latéral est calculée selon la
formule d’ENGELS

Déversoirs d’orage circulaire

La formule de HEGLY - RAMPONI est adaptée à ce type de déversoir. Ceux-ci


présentent des avantages de simplicité, de facilité de mise en place pour des
mesures de petits débits. L’expression de ce débit est la suivante :
La formule de HEGLY RAMPONI est adoptée à ce type de déversoir

Q=U.W√ 2 gH
d w
U= (0.35+0.002. H ). [1+ ( Ω )^2]

d : diamètre de l’ouverture déversante[m]


W : section mouillée [m^2]
πd 2
Ω : section totale [m^2]
4
H : charge en amont de la section mouillée [m]
Déversoir oblique :

On rencontre fréquemment dans le projet d’assainissement des


déversoirs à crête oblique qui a pour formule :
H 1
Q= [1-250- Z - Y ]-Qn

Dans la pratique le problème du calcul des déversoirs se pose en ces termes :


Nous connaissons les débits d ’arrivée Q1 et le cas échéant le débit dérivé Q2, par
conséquent le débit déversé est :
Q=Q1-Q2
Nous cherchons à dimensionner la longueur de crête L (la plus souvent
oblique) :

Ainsi que la hauteur de la pelle Z. Nous pouvons la situer en première


approximation en respectant la condition suivante :
H < Z < 3.H

Déversoirs d’orage siphoïde

Ce type siphoïde permet une régulation des débits à envoyer vers une STEP sans
intervention manuelle. La figure ci-après montre un exemple pratique d’une
amenée d’eau par un gros diamètre (DN 3000 mm) dont les caractéristiques
hydrauliques sont :
 Débit maximum = 10 m3/s
 Débit moyen en temps sec = 0,5 m3/s
 Débit de pointe en temps sec = 0,75 m3/s

Débit de dilution (Coef. de dilution égal = 3) = 2 m3


Le débit d’un déversoir siphoïde est donné par :
Avec :
m : coefficient de pertes de charge
= 0,95 ; pour siphons courts (quelques mètres),
= 0,90 ; pour siphons lisses bien réalisés (Branche descendante d’une
dizaine de mètres),
= 0,85 ; pour ouvrages longs,
= 0,80 ; coefficient de pertes de charge minimum.

: Section de sortie circulaire [m^]


H : hauteur de chute (h2 - hi) [ m ]
La vitesse est égale à :

La hauteur est liée à la vitesse par la relation suivante :

Avec :
La vitesse minimale acceptable de la branche descendante doit être supérieure à
la vitesse critique qui s’exprime par la formule empirique suivante :

Où D désigne le diamètre à l’extrémité de la chute [m]

Application :

Soit à dimensionner un DVO à seuil latéral dont les débits sont donnés dans le
tableau qui
Suit :

Le débit des eaux dérivées vers la STEP se calcule à l’aide de la formule


suivante :

Où :
a et Qeu désignent respective le coefficient de dilution et le débit des
eaux usées arrivant vers le DVO.
Le débit renvoyé vers le milieu naturel se calcule à l’aide de la relation
suivante :

Q= 2 1 - Q2 = 47,50-12,50=35,00 l/s

La pente dans le déversoir est maintenue égale à celle du dernier tronçon de


conduite, soit
donc (i=0,3 %). Il en est de même pour la conduite allant vers la STEP.
Le calcul hydraulique des écoulements dans les conduites d’arrivée et de
sortie vers la
STEP est consigné dans le tableau qui suit :
Dimensionnement en section pleine :

 dimensionnement en section pleine   DN (mm) coefficient ƞ pente Am

buse d'arrivée 600 0,012 0,003 0,28

buse de sortie vers la STEP   300 0,012 0,003 0,07

Pm Rh C Vps (m/s) Qps (m³/s)

1,88 0,15 49,99 1,03 0,29

0,94 0,07 44,54 0,65 0,05

Dimentionnement en section partielle :


dimensionnement en section
partielle Q (m3/s) Rq Téta (rd) Q/Qps(%)
buse d’arrivée
0,0475 0,16 2,71 16,46
buse de sortie vers STEP
0,0125 0,27 3,24 27,17

Différence V/Vps(%) V/Vps V (m/s) h/D(%) h/D h(m)

0,00 89,56 0,90 0,95 39,41 0,3941 0,236

0,00 102,08 1,02 0,68 52,54 0,5254 0,158

La longueur du seuil latéral est donnée par la relation suivante

Avec :
La charge H au-dessus du seuil est donnée par la relation suivante :
H = h1- h2 = 236,48 -1 5 7 ,6 2 = 79mm = 0,08m
Le coefficient de débit du seuil dépend de l’épaisseur du seuil, de la hauteur de
la pelle et de
la charge d’eau au-dessus du seuil.
Si l’on opte pour un seuil déversoir à poutrelle, le coefficient de débit sera donné
par la relation suivante :

Où :
Z : désigne la hauteur de la pelle, donnée par la relation suivante :
Z = h2 = 157,62mm = 0,158m
Nous adoptons comme épaisseur de la poutrelle en crête de la lame déversoir
b=20cm.

La charge H au-dessus du seuil 0,08 m


Hauteur Z de la pelle 0,158 m
Epissure de la poutrelle en crête de la lame déversoir e 0,20 m
Coefficient Ѵ 0,773 m
Coefficient µ2 0,49  
Coefficient de débit µ 0,38  
Langueur de déversoir L 1,87 m