Vous êtes sur la page 1sur 27

CHAP3 :ECOULEMENT INTERNE:

DYNAMIQUE DES FLUIDES


INCOMPRESSIBLES REELS

L’objectif de ce chapitre est d’expliciter les pertes de charges( linéaires et singulières) .Nous
nous intéresserons ici aux écoulements dans les conduites cylindriques.

1
I- LES PERTES DE CHARGE LINEAIRES
les pertes de charge régulières (appelées aussi linéaires ou systématiques) sont dues aux
frottements visqueux. Ces pertes dépendent du régime d’écoulement: laminaire ou turbulent

En régime laminaire, les lignes de courant restent parallèles, et les « filets fluides » glissent
progressivement les uns sur les autres sans se croiser.

Dans un écoulement turbulent, les vitesses fluctuent en permanence

2
I-1- ECOULEMENT LAMINAIRE ET PERTES DE CHARGE
REGULIERES

I-1-1 RESOLUTION PAR ANALYSE DIMENSIONNELLE

Les pertes de charges linéaires en régime laminaire Pt dans une conduite
dépendent :

- du diamètre D Pt  f ( D, L,  ,  , V )

- de la longueur L,

- de la masse volumique du fluide , 


- De la viscosité dynamique du fluide 
- Et de la vitesse d’écoulement V
L
On montre que Pt  f ( Re ) V 2
D 3
I-1-2-RESOLUTION AVEC LES EQUATIONS DE NAVIER-STOKES

  
 V   
 
   
  V .   V     P  f ext    V
 t   
 

En supposant l’écoulement en régime permanent

 
 
 Pt    V  2  V   
 

4
En projetant l’équation précédente le long d’une ligne de courant et en supposant que
l’écoulement laminaire s’effectue suivant l’axe des (x) on a :

dPt  V x
2
V x
2

   V x    2    cte  A

dx  y z 2

On en déduit que la charge totale varie linéairement avec la distance parcourue par
le fluide

Pour un écoulement du point1 au point2

Pt1  Pt2   x2  x1 
dPt
dx
dPt dPt
Pt   x 2  x1   L
dx dx 5
Écoulement de Poiseuille

dPt
   V x  x, r ,  
dx
1 
r Vr   1 V  Vx  0

V  0 
r r r  x

V  Vr  0  Vx r ,  

V
La symétrie de révolution  0  Vx r 


1   V  1 V V
2 2
V r , x,    r  2  2
r r  r  r  x
2

0 0
dPt  d  dV 
 r  A
dx r dr  dr  6
La résolution de l’équation nous montre que le profil des vitesses est parabolique
dans la région pleinement développée

V r  
A 2
4

r  R2 
La pression totale du fluide diminue avec la progression du fluide car A est
négatif. dP
A t

dx
En considérant un écoulement de vitesse moyenne vm dans une conduite de
longueur L,

on montre que le débit est proportionnel aux pertes de charges en régime laminaire

 D 4 Pt
qv  qv Vmax
128  L Avec Vmoy  
S 2
32  L Vm
Pt 
D2 Formule de Hagen-Poiseuille
7
Coefficient de perte de charge

On exprime souvent la perte de charge régulière en fonction de la


pression dynamique
.
L1
Pt    Vm2
D2 Valable aussi en régime turbulent

Darcy -Weisbach

  f  Re  
64
coefficient de perte de charge linéaire ou régulière en Régime
Re laminaire

8
I-2-ECOULEMENT TURBULENT ET PERTES DE CHARGE REGULIERES

La turbulence est un phénomène complexe dont le fluide manifeste un caractère tourbillonnaire et


par conséquent l’évolution des écoulements turbulents est ainsi difficilement prévisible, l’équation
de Navier -Stokes devient non linéaire,
L’analyse des écoulements turbulents a permis de mettre en évidence trois zones (couches) prés
des parois: une zone interne (sous-couche visqueuse), une zone de transition et un zone
externe

9
I-2-1 QUALITE DE LA SURFACE

Contrairement à une surface lisse, une surface rugueuse implique un état de surface dont
les irrégularités ont une action directe sur les forces de frottements. La rugosité est une
épaisseur moyenne caractérisant la hauteur, la forme, le nombre et la répartition des
aspérités.
A tous les paramètres déjà retenus dans le cas du régime laminaire s’en ajoute un nouveau :
la rugosité de la paroi (ε).


Afin de comparer la rugosité par rapport au diamètre de la conduite, on introduit le rapport :
D

 L
Par analyse dimensionnelle, on montre que Pt  f ( Re , V 2
)
D D 10
I-2-2 CLASSIFICATION DU TYPE DE PAROI

  f ( Re )


  f ( Re , )
D

 f( )
D
Dans le cas a), la rugosité est imbibée dans la sous-couche visqueuse et le tuyau est considéré
comme étant hydrauliquement lisse

Dans le cas b), il y en a un effet mixte sur l’écoulement ( rugosité à la paroi et sous-couche
visqueuse)

Dans le cas c), l’écoulement est complètement dominé par la rugosité à la paroi. Il est
hydrauliquement rugueux
11
Comment savoir s’il faut effectuer un calcul avec la formule pour paroi
lisse ou avec la formule pour paroi rugueuse?

Cyril Colebrook (1939) a intégré en une seule relation les résultats pour
les parois lisses et totalement rugueuses. On peut ainsi calculer le
coefficient de frottement  sans avoir à distinguer le type de paroi

1   2.51 
 2 log  

  3.71 D R e  

On note, cependant, que l’inconnue apparait dans les deux membres


de cette équation non linéaire. Il faut donc procéder par itération pour
trouver 
12
Pour faciliter la tâche au niveau pratique, Lewis .F. Moody (1944) a
tracé la formule Colebrook sous forme d’abaque

Diagramme de MOODY

13
Remarque: La vitesse n‘étant plus constante dans une section, il nous faut considérer
une vitesse moyenne V dans cette section et par la suite calculer la charge moyenne

1
H m   V 2  p   gz
2

En ce qui nous concerne, nous prendrons en régime turbulent  1

 est un coefficient numérique, dit coefficient d‘énergie cinétique, qui tient


compte de la répartition des vitesses dans la section
14
I-3-APPLICATIONS

De l’huile s’écoule dans un conduit incliné. La pression et l’élévation sont connues aux sections 1
et 2, à 10 m l’une de l’autre. En supposant que l’écoulement est laminaire, (a) vérifier que
l’écoulement s’écoule vers le haut, (b) calculer les pertes de charge linéaires entre 1 et 2, et
calculer (c)le débit volume Qv, (d) V, et (e) Re. Est-ce que l’écoulement est vraiment laminaire?

g =9,81

15
De l’huile avec ρ=900 kg/m3, ν=10-5 m2/s, s’écoule avec un débit de Q=0,2
m3/s dans un conduit en fonte d’acier (rugosité=0,26mm) de 200 mm de
diamètre et 500 m de longueur. Déterminer (a) la perte de charge et (b) la
perte de pression

17
II- PERTES DE CHARGE LOCALES OU SINGULIERES

les pertes de charge singulières sont dues aux changements de direction et de sections
(rétrécissements et élargissements) dans la conduite.

s1 2
k  (1  )
s2
1
Pt  k  vm2
2
Elles peuvent s’exprimer aussi par

L' 1
Pt    vm2 longueur supplémentaire L’ de conduite
D2
18
19
20
21
22
23
EVOLUTION DE LA CHARGE

24
Déterminer la puissance cédée par la pompe P

26
Déterminer la puissance reçu par la turbine T

27