Vous êtes sur la page 1sur 8

INP-HB DUT ELN 3ème année

Chapitre 2 : LES TECHNOLOGIES xDSL

INTRODUCTION
Le développement des télécommunications a engendré l’apparition de nouvelles
applications. Certaines de ces applications se sont révélées gourmandes en bande
passante. Les besoins en débits plus élevés se sont fait sentir. Beaucoup de solutions ont
été proposées pour résoudre ces problèmes. Certains ont eu l’idée de dérouler la fibre
optique jusque chez l’abonnée. Cette idée s’est révélée trop coûteuse. D’autres ont alors
eu l’idée d’utiliser la paire de cuivre téléphonique pour le transport des informations :
cette technologie appelée technologie xDSL (DSL: Digital Suscriber Line) permet le
transport sans contrainte d'information vidéo, audio et des données.
Les technologies xDSL consistent donc à faire transiter sur la paire de cuivre à des
bandes de fréquences différentes de celle de la voix téléphonique des signaux
transportant de la donnée. On installe chez l’abonné un dispositif permettant de filtrer
les signaux à l’arrivée. On sépare ainsi la voix des données.

1. Présentation des technologies xDSL


1.1. Principes

La technologie DSL (Digital Subscriber Line : ligne d'abonné numérique) est une
technologie de télécommunication permettant de satisfaire la demande massive de haut
débit. Elle permet la transmission numérique à des débits très élevés sur des lignes
téléphoniques (paire torsadée en cuivre). Cette technologie est aussi nommée xDSL, car
elle regroupe plusieurs dérivés.
Les différences essentielles entre les nombreuses technologies DSL sont une affaire de
distance, de débit entre flux montant (utilisateur vers réseau public) et descendant
(réseau public vers utilisateur), le nombre de paires téléphoniques utilisées et la
technique de modulation mise en œuvre.
La paire de cuivre téléphonique offre une bande passante de 1MHz, or environ 4 KHz
seulement (300Hz à 3400 Hz) sont utilisés. Les technologies xDSL optimisent
l’utilisation de cette bande passante en transmettant simultanément sur la même ligne
de la voix (sur les basses fréquences) et les données (sur les hautes fréquences). A la
réception un dispositif de filtrage permet de séparer les différents signaux.

1
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

1.2. Aperçu des différentes technologies xDSL


1.2.1. L’ADSL: Asymmetric Digital Subscriber Line

C’est la technique la plus connue dans la famille DSL. Elle permet de numériser la
partie terminale de la ligne de l’abonné et de faire supporter simultanément sur une
paire de fils de cuivre le service téléphonique de base et des flux de données
numériques à très haut débit. Elle nécessite l’installation d’un filtre et d’un modem
spécifique à chaque extrémité du réseau.
La technique de transmission est dite asymétrique : le flux descendant (canal de
diffusion de 8 Mbit/s) étant beaucoup plus important que le flux montant (640kb/s) ceci
est parfaitement adapté au multimédia par Internet. Ainsi le canal de la voix se trouve
préserver et donc la possibilité de téléphoner et de surfer simultanément.

1.2.2. L’HDSL : High bit rate DSL

C’est une technique de transmission bidirectionnelle et symétrique, elle a été conçue


essentiellement pour des besoins professionnels. Ces caractéristiques sont typiquement
destinées à des applications d'entreprise comme le courrier électronique, les transferts
de fichiers, et même la vidéoconférence, pour lesquels la quantité de données émises et
reçues est à peu près la même.

On peut avoir des accès d’E1 (2,048 Mb/s) ou T1 au Etats-Unis (1,5Mb/s) et cela sur 2 ou
3 paires téléphoniques.

L’HDSL2 est une version de HDSL qui a l'avantage de fonctionner sur une seule paire
de cuivre.

2
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

1.2.3. Le SDSL : Symmetric DSL


C’est une technologie de transmissions bidirectionnelles et symétriques sur une seule
paire de cuivre. Dans les conditions idéales, le débit maximum est de 2 Mbit/s avec une
portée maximale de 2,4 km.

1.2.4. Le RADSL : Rate Adaptative DSL

C’est une technique dérivée de l’ADSL qui adapte son débit suivant l’état de la ligne et
sa longueur.

1.2.5. Le VDSL : Very high bite rate DSL

La technologie VDSL est une nouvelle génération des technologies xDSL, permettant
d'atteindre de très hauts débits sur le cuivre. Système symétrique et asymétrique, il peut
fournir jusqu'à 52 Mbit/s en flux descendant et 2 Mbit/s en flux montant sur une seule
paire de cuivre.

Le tableau et la figure ci-dessous récapitule les caractéristiques essentielles des


technologies xDSL.

Technologie Mode de Débit (Mb/s) Mode de Codage Distance Mode de


xDSL Transmission Fonctionnement (km)/debit séparation
Canal (Mb/s) des canaux
ADSL Asymétrique 1,544 à 9 Descendant DMT, CAP 1,8 / 7 FDM,
0,016 à 0,640 Montant 5,5 / 1,5 Annulation
d’écho
HDSL Symétrique 1,544 Duplex sur 2 paires CAP, 2B1Q 5,5 / 2,048 Annulation
2,048 Duplex sur 3 paires d’écho
SDSL Symétrique 0,128 à 2 Duplex CAP, 2B1Q 3,6 / 2,048 Annulation
d’écho
VDSL Asymétrique 13 à 51 Descendant CAP, DMT 0,3 / 51 FDM
1,544 à 2,3 Montant 1,5 / 2,3
RADSL Asymétrique 0,600 à 7 Descendant CAP 1,8 / 7 FDM
0,128 à 1,024 Montant 5,5 / 1,5

3
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

1.3. Mode de séparation des canaux

L'un des problèmes de la transmission haut débit est l'interférence entre les signaux
émis et reçus, situés sur la même bande de fréquences. Deux solutions ont été utilisées
pour minimiser cette interférence : la technique FDM (Frequency Division Multiplexing)
et la technique d’annulation d’écho.

- Le multiplexage en fréquence ou FDM consiste à séparer les bandes de


fréquences utilisées en réception (downstream) et émission (upstream).

- La technique de transmission par annulation d’écho permet un chevauchement


des fréquences des deux sens de transmission. Ce qui permet d’utiliser les
canaux descendant pour le downstream et l’upstream. Etant donné que les
caractéristiques du signal émis sont connues, on pourra soustraire au signal reçu
la perturbation due au signal émis.

1.4. Codage et modulation utilisés


1.4.1. Codage 2B1Q

Cette technique de codage est apparue pour permettre d'augmenter la distance


maximale de transmission nécessaire pour l'introduction du réseau RNIS, ce code est
utilisé aussi pour la liaison HDSL.

4
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

Le principe : faire correspondre à un groupe de deux éléments un créneau de tension


dit symbole quaternaire pouvant endosser quatre valeurs différentes suivant la table ci-
dessous :
GROUPE DE 2 BITS TENSION
00 -3
01 -1
10 +1
11 +3

Dans l’exemple ci-dessous, la séquence binaire 10000101111 émise sera codée en ligne
sous la forme des symboles quaternaires

1.4.2. La modulation QAM (Quadrature Amplitude Modulation)

La modulation QAM (Quadrature Amplitude Modulation) ou modulation d’amplitude


en quadrature de phase est une technique qui emploie une combinaison de modulation
de phase et d’amplitude afin d’augmenter le nombre d’états par symboles. Elle est
largement utilisée par les modems pour offrir des débits binaires élevés.

Exemple de modulation QAM a 8 états :

Fig 6 : modulation QAM à 8


3
états (2 )

Chaque point représente un groupe de points, l’éloignement du point par rapport à


l’origine indique l’amplitude et l’angle indique la phase.
1.4.3. Modulation CAP (Carrieless Amplitude/Phase Modulation)

5
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

Le codage CAP utilise une porteuse unique. La porteuse modulée est supprimée avant
la transmission, d'où le qualificatif de carrierless, puis reconstruite par le modem
récepteur.
La bande passante disponible est divisée en trois canaux par un multiplexage FDM. Le
premier canal est réservé à la téléphonie traditionnelle, le deuxième est réservé pour la
liaison montante (upstream) et le troisième est quant à lui réservé à la liaison
descendante (downstream). Les canaux montants et descendants ne sont pas subdivisés
en canaux plus étroits.

1.4.4. La modulation DMT (Discrete Multitone)

La modulation DMT a été adoptée comme Norme par l’ANSI (American national
Standards Institute) et par l'ETSI (Institut Européen de Normes de
Télécommunications), ce qui permet une plus grande interopérabilité entre les
équipements des différents constructeurs et le développement de l'ADSL.

La technique consiste à partager la bande passante disponible en un nombre élevé de


canaux. Ces canaux reçoivent une modulation de type QAM et sont transmis en
parallèle.

La norme ADSL spécifie l'utilisation de 256 sous-canaux, chacun des sous-canaux ayant
une largeur de 4, 3125 KHz, soit une largeur de bande globale de 1 104 kHz.
Le sous-canal 1 est réservé au canal téléphonique analogique.
Les sous-canaux 2 à 6 sont réservés à la signalisation du canal téléphonique et servent
de bande de garde avec les sous-canaux ADSL.

250 sous-canaux sont utilisés pour transporter le flux ADSL, sur une bande utile qui
s’étend de 25 kHz à 1,1 MHz. La bande de garde entre 2 sous-canaux est de 300 Hz.
Chacune des porteuses peut être modulée de 0 à 15 bits/s par Hz, ce qui permet un
débit de 64 Kbps pour chacun de ces canaux de transmission.

DMT alloue les données de manière à optimiser le débit de chaque canal c'est à dire
d'adapter la transmission aux caractéristiques de la ligne téléphonique.
Le nombre de bits portés sur chaque porteuse est variable, parce que les capacités
internes de transport de chaque porteuse varient en fonction de leur fréquence.
Plus la fréquence est élevée, et plus l'atténuation est importante, permettant aux
fréquences les plus basses de transmettre le plus d'informations. De plus, on fait varier
le nombre de bits par porteuse en fonction des conditions de transmission, en plaçant
un nombre plus important de bit sur les canaux les plus robustes.
Ainsi, pour éviter les perturbations dues au bruit ou les interférences radio il suffit de
coder plus ou moins de bps/Hz sur les porteuses.

6
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

2. Etude de la technologie ADSL


La technologie ADSL a été conçue au début de la décennie. Cette technologie était
prévue pour les services vidéo interactifs. Mais elle a révèle qu’elle peut transporter
des services multimédia et spécialement Internet a haut débit sur des lignes
téléphonique d’ou l’intérêt des opérateurs pour cette technologie.

Cette technologie est basée sur la division de la bande passante avec un canal de haut
débit en direction de l’abonne et un canal de bas débit en direction du réseau d’ou son
appellation de technologie a synchrone en sauve gardant la voix téléphonique ce qui
permet d’échanger des données et en même temps de la téléphonie et cela grâce au
filtre (Splitter) chez l’abonne.

La bande passante de 1.1MHz est divise suivant ce principe :

0-5 kHz : téléphone analogique,


30-130 kHz : canal bas débit en direction du réseau (flux montant)
30-1,1 MHz : canal haut débit en direction de l'abonné (flux descendant)

L’ADSL utilise soit le principe de FDM pour séparer les différents canaux soit
l’annulation d’écho et ce la garce a l’introduction des processeurs DSP ( Digital Signal
Processeur) qui exécutes des algorithmes complexe de traitement de signal qui permet
de faire des corrections sur la ligne comme le filtrage adaptative.

Le principe de l’ADSL comme expliqué précédemment, est que la ligne téléphonique


classique est inchangée Il lui est ajouté à ses deux extrémités chez l’abonné un filtre
(splitter) et un modem et dans le central téléphonique un DSLAM (Digital Subscriber
Line Access Multiplexer) dans le local abritant le répartiteur. Cet ensemble
d’équipements transforme la ligne en une ligne ADSL. Chaque DSLAM couvre un

7
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL
INP-HB DUT ELN 3ème année

certain nombre de lignes ADSL qui sont situées dans la zone couverte par le central
(environ 4-5 Km maximum).

8
G. Raymond (DFR-GEE) TECHNOLOGIES xDSL

Vous aimerez peut-être aussi