Vous êtes sur la page 1sur 8

INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

Chapitre 2 : THEORIE DES DISTRIBUTIONS

1. Espace fonctionnel

1.1. Définition
On appelle espace fonctionnel un ensemble F de fonctions ayant une structure
d’espace vectoriel.
Exemples :
- L1(R) : l’ensemble des fonctions intégrables sur R
- Les fonctions 2 π - périodiques

1.2.Fonctionnelle
1.2.1. Définition
On appelle fonctionnelle T sur un espace fonctionnelle F une application linéaire de F
dans C. On note :
L1 ( R)→ C
T:
{ +∞
f ⟼ ∫ f ( x ) dx
−∞

1.2.2. Fonctionnelle continue – fonctionnelle linéaire


La fonctionnelle T sur une espace fonctionnel F est continue si pour toute suite de
fonctions ( φ n )n de F convergeant vers φ ∈ F, la suite numérique ¿ ¿ converge vers
¿ T , φ> ¿.
Elle est dite linéaire si pour tous complexes α 1 et α 2 et toutes fonctions φ 1 et φ2 de F on
a : ¿ T , α 1 φ 1+ α 2 φ2≥α 1 <T , φ1 >+ α 2 <T , φ 2>¿ .

1.3.Dual d’un espace fonctionnel


Le dual F ‘ d’un espace fonctionnel F est l’ensemble des fonctionnelles linéaires et
continues sur F.

1.4.Espace fonctionnel D
1.4.1. Support d’une fonction
On appelle support d’une fonction φ : R →C le plus petit fermé contenant l’ensemble
{ x ∈ R/φ( x)≠ 0 }. Par exemple Supp ( e x −1 ) =R .

1.4.2. Définition
L’ensemble des fonctions définies sur R à valeurs complexes, infiniment dérivables et à
support borné forme un espace fonctionnel noté D et est appelé espace fonctionnel de
Schwartz.

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

Exemple  : la fonction de Schwartz définie sur R par ζ a ( x )=


{
exp ( x −a1 ) si|x|< a
2 2

0 si|x|≥ a

( n)
On montre que pour tout entier n ζ a ( ± a )=0 et que Supp ( ζ a ) =[−a ; a ]

1.4.3. Propriétés de D
Nous les énoncerons sans démonstration :
- D est un espace vectoriel de dimension infinie
- Si φ ∈ D alors toutes ses dérivées partielles à D
- Si φ ∈ D et si γ ∈C alors γφ ∈ D et Supp ( γφ ) est inclus dans Supp(φ).

2. Notion de distribution
2.1.Définition
On appelle distribution toute fonctionnelle linéaire et continue sur D. C'est-à-dire une
application linéaire et continue de D sur C (on dit aussi une forme linéaire continue
sur D. L’ensemble des distributions est notée D '.

Soit T ∈D ; on a : D → C


φ ⟼ T ( φ )=¿ T , φ>¿
¿ T , φ> ¿ possède par définition les propriétés suivantes :
Pour tous complexes α 1 et α 2 et toutes fonctions φ 1 et φ2 de D on a :
¿ T , α 1 φ 1+ α 2 φ2≥α 1 <T , φ1 >+ α 2 <T , φ 2>¿ .

2.2.Exemples de distributions
2.2.1. Distribution de Dirac
La distribution de Dirac est définie par :
δ :¿ où ¿ δ ,φ≥φ (0)
D’une manière générale on définit δ (a) la distribution de Dirac au point a ∈ R par 
¿ δ (a) , φ>¿ φ ( a ) ∀ φ ∈ D. En physique δ est noté δ ( x) et δ (a) est noté δ ( x−a).

2.2.2. Distributions régulières


Soit f une fonction de R dans C localement intégrable. L’application de D dans C
+∞

définie par T f :φ ⟼<T f , φ>¿ ∫ f ( t ) φ ( t ) dt est une distribution dite régulière. Toute
−∞
distribution ne s’écrivant pas sous cette forme est dite singulière.

Exemples :
- La distribution associée à l’échelon de Heaviside notée T H  :

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

+∞ +∞
∀ φ ∈ D<T H , φ≥∫ H ( x ) φ ( x ) dx=∫ φ ( x ) dx . Cette distribution est appelée
−∞ 0
distribution de Heaviside.

Remarques
- Soient T f et T g deux distributions régulières si T f =T g alors f et g sont égales
presque partout, c'est-à-dire en général sauf en un nombre fini de points.
- Si f et g sont continues (donc localement intégrables) et T f =T g alors f=g

2.2.3. Distribution valeur principale au sens de Cauchy


1
Considérons la fonction x ↦ ; elle n’est pas localement intégrable en 0. Soit φ ∈ D ;
x
+∞ −ε +∞

vérifions si l’expression vp ∫
−∞
φ (x )
x (
dx =lim ∫
ε →0 −∞ x ) [
φ( x)
dx+ ∫
ε
φ(x )
x
dx a un sens.
]
φ est à support borné ; ∃ R> 0/Supp (φ)⊂ [−R , R].

+∞ −ε +R +R
vp
(∫
−∞
φ (x )
x ) [∫
dx =lim
ε →0 −R
φ(x)
x
dx + ∫
ε
φ (x )
x ] [∫
dx =¿ lim
ε→0 ε
φ ( x )−φ (−x )
x ]
dx ¿

avec ε >0
φ ( x )−φ (−x ) φ ( x )−φ ( 0 ) φ (−x )−φ ( 0 )
f ( x )= = − tend vers 2 φ' ( 0 ) lorsque x → 0
x x−0 x−0

+∞
φ (x )

(φ est de classe C ). Ce qui montre vp ( ∫
−∞
x )
dx existe et converge.

Définition
1
On appelle distribution valeur principale au sens de Cauchy la distribution notée vp définie
x
+∞ −ε +∞
1
par ¿ vp , φ≥vp
x (∫
−∞
φ( x)
x ) [∫
dx =lim
ε→0 −∞
φ ( x)
x
dx+ ∫
ε
φ(x)
x
dx
]
2.3. Support d’une distribution
On appelle support d’une distribution T le plus petit fermé de R tel que T soit nul dans
son complémentaire. Par exemple S upp ( δ ) ={ 0 }.
On appelle ε ' l’ensemble des distributions à support borné.

Proposition
Soit f une fonction continue et T f sa distribution associée. Le support de T f coïncide avec celui
de f.

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

3. Opérations sur les distributions


3.1. Somme et produit par un scalaire
Soient T et S deux distributions, λ un scalaire. On a :
- ¿ T + S , φ> ¿<T , φ>+ ¿ T , φ>¿
- ¿ λ T , φ≥λ<T , φ>¿
Muni de ces deux opérations D ' est un espace vectoriel sur le corps des complexes.
3.2. Translatée d’une distribution
Rappelons la définition de la fonction translation : t a : x ↦ x−a où est un nombre réel.
Soit f une fonction localement intégrable, on définit aussi la translatée de f définie par
t a f ( x ) =f ∘ t a ( x )=f ( x−a). La distribution associée à t a f se définit par :
+∞ +∞ +∞
¿ T t f ; φ≥∫ t a f ( x ) φ ( x ) dx= ∫ f ( x−a ) φ ( x ) dx=¿ ∫ f ( x ) φ ( x+ a ) dx ¿
a
−∞ −∞ −∞

+∞
¿ T t f ; φ≥∫ f ( x ) t −a φ( x )dx=¿ T f ; t −a φ> ¿
a
−∞

Exemple  :
Démontrer que  :
- t a δ=δ (a)
- t a δ (b)=δ (a +b)

D’une manière générale on définit la translatée t a T d’une distribution T par :

¿ t a T ; φ≥¿ T ; t −a φ> ¿<T ; φ ∘ t −a >¿

3.3. Homothétie
R→ R;
Soit la fonction  d λ : { x ↦ λx
(λ ∈ R ) ; appelée fonction homothétie ou dilatation. Soit f
¿

une fonction localement intégrable, on définit la translatée de par


f λ ( x )=f ∘d λ ( x )=f ( λx ) . On a:
+∞ +∞ +∞
1 x
¿ T d f ; φ≥ ∫ d λ f ( x ) φ ( x ) dx=∫ f ( λx ) φ ( x ) dx= ∫ f ( x ) φ
λ
−∞ −∞ |λ| −∞ λ ()
dx
1
D’où ¿ T d f ; φ≥ <T f ; d λ φ> ¿ . On en déduit le résultat général suivant :
−1
λ
|λ|

1 1
¿ T λ ; φ≥ <T ; φ λ >¿ <T ; φ ∘d λ > ∀ φ ∈ D
−1 −1
|λ| |λ|

3.4. Multiplication d’une distribution par une fonction

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

On ne peut pas en général multiplier deux distributions entre elles, cependant si ψ est
une fonction indéfiniment dérivable et si T ∈ D' , le produit ψT a un sens et appartient
à D ' . ∀ φ ∈ D , on définit le produit ψT par ¿ ψT , φ≥¿ T , ψφ>¿

Si f est une fonction localement intégrable on a : ψ T f =T ψf

Exemple  : si f une est une fonction de classe C ∞ , fδ=f (0) δ

3.5. Dérivée d’une distribution


Soit f une fonction de classe C 1(c'est-à-dire dérivée continue) définie sur
R et à valeurs dans C . On a donc :
+∞ +∞
¿ T f ; φ≥ ∫ f ( t ) φ ( t ) dt=[f ( t) φ(t)] − ∫ f ( t ) φ' ( t ) dt
' +∞
'
−∞
−∞ −∞
+∞
¿ T f ; φ≥− ∫ f ( t ) φ' ( t ) dt
'

−∞
¿ T f ; φ≥−¿ T f ; φ> ¿
'

Ceci conduit à définir la dérivée T ' d’une distribution T par la formule


¿ T ' , φ≥−¿ T , φ' >¿

Par récurrence on définit la dérivée nième de T par :


∀ φ ∈ D :<T (n ) , φ≥(−1)n <T , φ(n) >¿

Toute distribution est donc infiniment dérivable.

Exemples
- ¿ δ ' , φ≥−¿ δ , φ ' ≥−φ' (0)
- ¿ δ ' (a) ; φ≥−φ (a)
+∞

- ¿ T 'H ; φ≥−¿T H ; φ ' ≥−∫ φ ' ( t ) dt =φ ( 0 )=¿ δ ; φ>¿ ¿. Donc T 'H =δ


0

Propositions
1- Soit f une fonction dérivable sur R sauf en x=a où elle admet une discontinuité de
'
première espèce. En posant σ =f ¿ on a  : T f =T f ' + σ δ (a)

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

p
'
Si f a plusieurs points de discontinuité a 1 ; a2 , … . , a p on a  : T f =T f ' + ∑ σ ( f ,a ) δ (a )
k k
k=1

2- ( ψT )' =ψ' T +ψT '


3- Soit f une fonction de classe C ∞ et T f la distribution associée à f, alors ∀ T ∈ D ' on a  :
' ' '
( T f T ) =T f T +T f T

Exemples
' ' '
- T H =T H ' +σ δ (a ); avec σ =1 et T H ' =0( H est nulle presque partout ). Donc T H =δ
- Soit f ( t )=rect (t), déterminer la dérivée de la distribution associée à f(t)

4. Convergence dans D'


Soit (T n)n ∈ N une suite de distribution et T une distribution.
On dit que la suite T n tend vers T lorsque n tend vers l’infini si :
∀ φ ∈ D on a : lim ¿ T n ; φ≥¿ T ; φ> ¿. Et on écrit : lim T n=T .
n→∞ n→∞

 Théorèmes  : si T n → T alors :
(i) T n ' D ' T '


(ii) ∀ α ∈C , αT n D' →
αT

(iii) ∀ a ∈ R t a T n D ' t a T

Démonstration  : nous démontrerons uniquement le point (i)


' ' ' ' '
(i) ¿ T n ; φ≥−¿ T n ; φ >→−¿ T ; φ ≥¿T ; φ>¿ donc T n → T '
Les démonstrations des points (ii) et (iii) est sensiblement identique au point (i).

 Suites de Dirac
+∞

Soit f une fonction sommable telle que ∫ f ( x ) dx=1. Soit la suite de fonction
−∞
+∞
x ↦ f n ( x )=nf (nx). Pour tout entier n la fonction f n est sommable et ∫ f n ( x ) dx=1.
−∞
Soit T f la distribution régulière associée à f n.
n

La suite ( T f ) n est appelée suite de Dirac associée à f.


n

 Proposition
La suite de Dirac associée à f converge vers la distribution de Dirac :
lim T f =δ
n
n→∞
Exemples

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

1- Reprenons la fonction de Schwartz : ζ ( x )=


{
exp ( x −11 ) si|x|<1
2 2

0 si|x|≥ 1

ζ (x)
γ ( x ) = +∞
Soit (fonction ζ dont l’aire est normalisée à 1). La suite de Dirac
∫ ζ ( u ) du
−∞
associée àγ est définie par γ n ( x ) =nγ (nx). La suite T γ converge vers la distribution de
n

Dirac δ .
1
2- Montrer que la suite de Dirac associée à x ↦ 2 converge vers δ .
π (1+ x )

5. Produit de convolution
5.1. Convolution de fonctions
Soient f et g deux fonctions intégrables ; on définit le produit de convolution de f et g
+∞

par ∀ x ∈ R f∗g ( x )= ∫ f ( t ) g ( x−t ) dt .


−∞
0 si t< 0 0 pour t< 0
Exemple  : déterminer s(t)=[e*h](t) si e (t )= E sit ∈[0 , T ] ;
0 si t>T { h ( t )=
{ −t
e τ si t ≥ 0

5.2. Propriétés
 Commutativité
x ( t )∗ y ( t )= y ( t )∗x ( t )

 Associativité
x ( t )∗ [ y ( t )∗z (t ) ] = [ x ( t )∗y ( t ) ]∗ z ( t )

 Distributivité
x ( t )∗ [ y ( t )+ z ( t ) ]=x ( t )∗y ( t )+ x (t )∗z (t )

 Dérivation
( t )∗dy ( t) dx(t )
[ x∗y ] ' ( t )=x = ∗y ( t )
dt dt

5.3. Convolution de distributions


5.3.1. Définition

Soient T et S deux distributions. On appelle produit de convolution de T et S, noté T∗S


, la distribution définie si elle existe, par :

T∗S :¿

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS


INP-HB ING1 MAI & GENERALISTE

 Remarques
- La notation S y signifie que la distribution ne s’applique qu’à la variable y.
- T∗S n’existe pas toujours : il faut que la fonction ¿ S y ; φ ( x+ y )> ¿ appartiennent à
D

 Propositions  : conditions suffisantes d’existence du produit de convolution


- Si T ou S est dans ε ' alors T∗S est défini
- Si T et S sont dans ε ' , alors T∗S est défini et T∗S ∈ ε '

 Propriétés
- Commutativité  : si T∗S existe alors on a T∗S=S∗T
- Elément neutre  : T∗δ=δ∗T =T

Démonstration

¿ T∗δ , φ≥¿ T x ;<δ y ,φ ( x + y ) ≫¿ ¿T x ; φ ( x )≥T

- Dérivation : soient T et S ∈ D ' . Si T∗S existe, alors on a ( T∗S )' =T '∗S=T∗S '

D’une manière générale on a : ( T∗S )(n)=T∗S(n)=T (n )∗S

On en déduit que T∗δ ' =T '∗δ=T '

Preuve

¿ ( T∗S )(n ) ; φ≥(−1)n <T∗S ; φ(n) ≥(−1)n <T x ;< S y ; φ(n ) ( x + y ) ≫¿

¿ ( T∗S )(n ) ; φ≥¿ T x ;(−1)n <S y ; φ(n ) ( x + y ) ≫¿ <T x ;< S y(n) ; φ ( x+ y )≫¿
¿ ( T∗S )(n ) ; φ≥¿ T∗S(n) ; φ>¿<T (n )∗S ; φ>¿

 Proposition
'
- ∀ T ∈ D δ ( a)∗T =t a T
- δ (a )∗δ (b )=δ (a+ b)

G. Raymond (DFR-GEE) THEORIE DES DISTRIBUTIONS

Vous aimerez peut-être aussi