Vous êtes sur la page 1sur 8

FEI-USTHB.

L2 ELT Etat de l’art du génie électrique

Installation électrique domestique


Le disque visible dans la fenêtre du compteur électrique à
courant monophasé (fig.2) se met à tourner dès qu’on
allume une lampe dans l’appartement et qui accélère son
mouvement si on en allume plusieurs. Ce disque C en
aluminium représente le rotor d’un moteur d’induction
dont le stator est constitué de deux électro-aimants
(Bobines A et B en fig.3) le premier produisant un champ
magnétique proportionnel à la tension, le second un
champ magnétique proportionnel à l’intensité mais décalé
sur le précédent d’un angle ½ - φ. La résultante de ces
deux champs est un couple moteur qui entraîne le disque
à une vitesse proportionnelle à la puissance électrique
UIcos. Le disque tourne et déplace à l’aide de
l’engrenage à vis D relié par son axe les chiffres sur le
cadran totalisateur E. L’aimant permanent F produit un
couple d’amortissement qui réduit les vibrations du
Fig. 1 : Eléments constitutifs d’une installation domestique disque. Ce compteur d'énergie robuste et facile
d’installation a été utilisé jusqu’à la fin du 20° siècle.
L'alimentation électrique d'une habitation est assurée par
un disjoncteur général de branchement plombé par
Sonelgaz relié à un compteur Sonelgaz situé à l'intérieur
ou l'extérieur de l'habitation. Ces deux éléments,
disjoncteur et compteur sont la propriété de Sonelgaz. En
aucun cas le particulier ne peut intervenir directement sur
ces éléments. L'installation électrique intérieure
commence aux bornes de sortie du compteur. En plus du
compteur, elle comporte aussi un tableau de distribution,
des conducteurs de courant et des dispositifs de
protection et de sécurité (fig.1).

1 : Le compteur d’énergie
Le compteur sert à mesurer la consommation d'électricité.
Dans les appartements, le compteur est situé sur le palier,
le disjoncteur étant à l'intérieur de l'appartement. Dans les
maisons individuelles, le compteur doit être placé de Fig. 3 : Compteur d’énergie électromécanique
préférence à l'extérieur pour être accessible aux agents
de Sonelgaz. L'unité légale d'énergie est le joule
(1 J = 1 W/s) mais l'unité d'énergie habituellement utilisée Le système de comptage précédent a été remplacé dans
pour la consommation électrique est le kilowatt-heure : un premier temps par un système électronique moins
6
1 kWh = 3,6  10 J. encombrant. Le fonctionnement se fait à l'aide d'un shunt
(fig.4) aux bornes duquel on a une chute de tension
Les compteurs d'énergie sont apparu dès la naissance de proportionnelle à l'intensité. Ces compteurs sont plus
la distribution de l’électricité et le premier prototype pour sensibles aux surintensités et surtensions.
le courant alternatif fut présenté à la foire de Francfort en
1889 par les Compagnies Ganz et commercialisé à la fin
de la même année. En 1894, la compagnie Westinghouse
Electric utilise le principe de l'induction pour construire un
wattheure-mètre à l'aide d'un disque dont la vitesse de
rotation est proportionnelle à la puissance consommée.

Fig. 2 : Compteur d’énergie électromécanique Fig. 4 : Compteur d’énergie électronique

Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 1


Les compteurs communicants apparus cette décennie
(fig.5) mesurent en temps réel de manière détaillée une
consommation d'électricité ou de gaz. La transmission
des données s'effectue par ondes radio ou par courants
porteurs en ligne (CPL) au gestionnaire du réseau de
distribution chargé du comptage. Ils permettent de fournir
des factures sur la consommation réelle, à repérer les
gaspillages, des pertes en ligne ou les postes qui coûtent
le plus au client. Les compteurs communicants permettent
d’effectuer certaines opérations à distance, sans qu’un
technicien ne se déplace et que le client soit présent. En
éliminant les tâches manuelles de relève, de changement
de puissance, de coupure ou de remise en service, ces
compteurs permettent une diminution des coûts de
distribution de l'énergie et des délais d’intervention.

Fig. 7 : Eléments inclus dans le coffret d’un tableau de


distribution

Le tableau de distribution est un ensemble d’éléments


modulaires montés sur un rail A placé après le disjoncteur
de branchement. Le bornes de raccordement C
permettent de relier les câbles de phase et de neutre à la
sortie du disjoncteur de branchement aux peignes
métalliques de répartition D sur les différents modules. Le
premier module est un interrupteur différentiel E auquel
on associe plusieurs disjoncteurs réarmables G dont le
nombre dépend de l’installation considérée. H est un
bornier de raccordement des fils de terre à partir duquel le
Fig. 5 : Compteur d’énergie communiquant câble I sort vers le piquet de mise à la terre. Le module
optionnel F est un contacteur « jour et nuit » relié à un
circuit d’horloge.
2- Tableau de distribution
Dans l’appartement, après le compteur d’énergie CE et le
disjoncteur général DG, l'installation domestique utilise
deux câbles pour transporter la phase et le neutre, et
parfois aussi un troisième conducteur pour la mise à la Les fusibles
terre. Pour être utilisés, tous les appareils doivent être
branchés en dérivation entre la phase et le neutre comme Le coupe-circuit ou porte fusible assure le sectionnement
montré sur la figure 6. Si seul l’appareil (1) est branché, d’un circuit et la protection contre les surcharges et court-
IT=I1, mais si les 3 sont branchés, IT=I1+I2+I3. Ainsi, circuit. Les fusibles sont facilement remplaçables car ce
l’intensité dans le circuit principal augmente avec le sont des cartouches (fig.8).
nombre d’appareils utilisés simultanément.

Fig. 8 : Fusible à l’intérieur d’un coupe-circuit


Le fusible est un point faible calibré inséré dans un circuit
afin qu'il fonde pour couper le circuit si le courant dépasse
pendant un temps limite une valeur précise. Il assure les
fonctions détecter et couper. Les valeurs nominales d'une
cartouche fusible sont son intensité nominale (valeur du
Fig. 6 : Branchement parallèle des appareils courant qui peut traverser indéfiniment le fusible sans
provoquer sa fusion) et sa tension nominale (valeur max
Dans la pratique, l’installation démarre à partir d’un de la tension sous laquelle le fusible peut-être utilisé).
tableau de fusibles ou de disjoncteurs (fig-7) qui permet Dès que l'intensité maximale admissible pour un fusible
de distribuer le courant en toute sécurité dans les donné est atteinte, il fond et on doit le remplacer.
différents circuits de la maison.
Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 2
Les disjoncteurs réarmables
Les fusibles ont tendance actuellement à être remplacés
par des disjoncteurs réarmables. Ces dispositifs
électromécaniques ont un levier ou un bouton qui se met
en position « hors service » en cas de dépassement de
l’intensité maximale du courant permis. Pour rétablir le
courant, il suffit de remettre le levier en position initiale.
Cependant, il est recommandé de commencer par
supprimer la cause de la panne, ou de débrancher
l'appareil défectueux avant de rétablir le courant.
Lorsqu’il y a une surcharge dans un circuit, le
dépassement de la valeur maximale courant n’est
dangereux pour le système que s’il se maintient plusieurs
minutes après quoi, les contraintes thermiques finissent
par provoquer la détérioration des isolants et provoquer
un incendie. Le dispositif de protection utilisé peut donc
Fig. 9 : Structure interne d’une cartouche fusible être à action différée comme pour le disjoncteur
thermique schématisé en fig-12. Le principe de son
déclenchement est basé sur la déformation du bilame BL
Tant que le courant est inférieur au maximum toléré par
L’appellation « fusible » vient du fait que ce composant
l’installation, il ne se passe rien et le disjoncteur est
fonctionne par fusion d'un filament. Les fusibles assurent
enclenché. Lorsqu’il y a une surintensité, le bilame
la protection des installations contre les courts-circuits et
s’échauffe et commence à se déformer. Au-delà d’une
les fortes surcharges:
certaine valeur, le levier Lv se soulève assez pour que la
 Il y a surcharge, quand trop d’appareils sont branchés lame du contacteur Ct s’écarte sous l’effet de la poussée
sur un même circuit (fig.10). Il y a alors échauffement du ressort R ouvre le circuit.
des conducteurs et des appareils de commande, d’où
risque d’incendie.

Fig.12 : Principe du disjoncteur thermique

Note : Un bilame est un ruban constitué de deux lames


métalliques de coefficients de dilatation thermiques
1 et 2 différents, soudées ensembles. Lorsqu'on
Fig.10 : Exemple de surcharge électrique sur une prise
chauffe un bilame, il se courbe (fig-13).

 Le court-circuit se produit lorsque deux points soumis à


des potentiels différents sont mis en contact (fig.11). Le
courant pourra alors atteindre quelques centaines
d’ampères, d’où une destruction très rapide des
conducteurs et un risque d’incendie. Fig.13 : Effet de la température sur un bilame

Un court-circuit provoque une dangereuse augmentation


de courant qu’il faut éliminer dès son apparition. Le
dispositif de protection requis doit être à action
instantanée. Dans un disjoncteur magnétique (fig-14),
sous l'effet de l'élévation de l'intensité du courant, la
bobine B va instantanément attirer le levier Lv et
provoquer l'ouverture rapide du disjoncteur sous l’effet de
la poussée du ressort R sur la lame Ct du contacteur.
Cette réaction s’effectue typiquement entre 10 et 20ms
après que le courant ait dépassé le seuil critique (en
Fig.11 : Exemple de court circuit par une pièce métallique moyenne entre 5 et 15 fois la valeur maximale du courant
toléré par l’installation).
Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 3
Protection contre un défaut d’isolement
Pour assurer la protection des personnes contre un défaut
d’isolement électrique, il faut inclure dans l’installation
électrique une mise à la terre et un disjoncteur différentiel.
La mise à la terre est obligatoire dans toutes les
installations. On peut le réaliser par un câble en cuivre nu
de 25mm² de section, enterré ou noyé dans les fondations
ou par un piquet en acier galvanisé enterré à 2m (fig-17).

Fig.14 : Principe du disjoncteur magnétique

Le disjoncteur magnéto-thermique (fig.15) disponible dans


le commerce combine les deux dispositifs précédents :
thermique et magnétique. La manette qui sert à couper ou Fig.17 : Réalisation d’une mise à la terre
à réarmer le disjoncteur manuellement permet d’indiquer (1) Conducteur principal de protection, (2) Barrette de
l'état ouvert ou fermé du disjoncteur. La plupart des mesure, (3) Conducteur de terre, (4) Regard de visite,
disjoncteurs sont conçus pour pouvoir disjoncter même si (5) Mortier, (6) Piquet de terre
la manette est maintenue manuellement en position
fermée. Le mécanisme en plastique lié à la manette, Dans les cités, il faut se raccorder à la borne située sur le
permet de séparer ou d’approcher les contacts 1 et 2 qui palier de l’immeuble. Autrefois, on utilisait les colonnes
font passer le courant lorsqu'ils se touchent. d'eau ou des canalisations diverses mais cette pratique
est aujourd'hui interdite. En effet, il devient fréquent de
réparer les conduites d'eau avec des matériaux isolants si
bien que la mise à la terre n'est plus assurée
correctement. Dans les immeubles, le raccordement des
différentes installations électriques à la prise de terre est
réalisé par un conducteur principal de terre et des
dérivations aboutissant au tableau de chaque
appartement (fig.18). Tous les éléments métalliques
susceptibles d’être touchés doivent être reliés entre eux
par un câble de 2.5mm pour former une liaison
équipotentielle qu’on relie à la terre.

Fig.15 : Structure d’un disjoncteur magnéto-thermique

Un fusible ou un disjoncteur magnétothermique protège


les équipements des surtensions et courts-circuits, mais
ne protègent pas les personnes contre un défaut
d’isolement sur un appareil électrique. (Cas où un câble
de phase est mal isolé et touche la carcasse métallique
de l’appareil sous tension. Une personne qui touche une
partie métallique de l’appareil risque l'électrisation (fig-16).

Fig.18 : Schéma de mise à la terre dans un bâtiment


Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 4
Dans une installation monophasée, tous les appareils d'isolation. Une personne qui touche accidentellement la
électriques comportant une enveloppe métallique tels que carcasse métallique est traversée par un courant de fuite.
réfrigérateur, lave-linge, lave-vaisselle, cuisinière Ce courant passe par le corps, puis par la terre et rejoint
chaudière ou chauffe-eau doivent être « mis à la terre ». le fil de neutre. Cette personne peut s’électrifier ou même
Cela consiste à connecter la borne de terre qui équipe s'électrocuter.
leur carcasse à une fiche avec contact de terre via le
cordon d'alimentation à trois fils et à le brancher sur la
prise de terre. Si un de ces appareils présente un défaut
d’isolement, il apparait un courant de fuite If de la
carcasse vers la terre. Dans ces conditions, le courant (I)
qui entre dans le récepteur est différent du courant qui en
ressort I-If (fig-19).

Fig.21 : Contact sur un appareil non relié à la terre

La carcasse du lave linge est maintenant relié à la terre et


Fig.19 : Courant de fuite pour un défaut d’isolement il y a toujours un défaut d’isolement. Si la prise de terre
est bonne, c'est-à-dire que si la résistance de la prise de
La prise de terre n'est une protection efficace que parce terre est inférieure à celle du corps humain, l'intensité du
qu'elle est complétée par l'installation d'un disjoncteur courant de fuite sera plus grande dans la prise de terre
différentiel qui détecte la différence (d'où son nom) entre que dans le corps humain. L'utilisateur sera partiellement
le courant entrant et le courant sortant et coupe le courant protégé mais pourra ressentir un choc électrique (fig-22).
dans le circuit principal avant tout risque d'électrocution.
Dans un disjoncteur différentiel (fig-20), les fils de phase
et de neutre, sont bobinés côte à côte dans un tore
magnétique, produisant des champs électromagnétiques
de force identique et en opposition qui s'annulent en
l’absence de fuite. Si un défaut survient, le courant de
fuite produit un déséquilibre des flux dans les bobines et il
apparaît un flux magnétique dans le tore. La bobine de
détection devient le siège d’une force électromotrice qui
alimente un petit électro-aimant provoquant le
déverrouillage du disjoncteur, ce qui coupe le courant
immédiatement.
La différence d'intensité du courant à laquelle réagit un
disjoncteur différentiel vaut 30 mA sur les produits Fig.22 : Contact sur un appareil relié à la terre
commercialisés pour une application domestique.
Si l’installation électrique possède un disjoncteur
différentiel et que le lave linge est relié à la terre (fig-23).
En présence d’un défaut d’isolement, le courant de défaut
étant supérieur au calibre du différentiel, celui-ci ouvre
ses contacts et met l'installation hors tension. La
protection remplit son rôle avant qu'une personne entre
en contact avec l’appareil.

Fig.23 : Disjoncteur différentiel et appareil relié à la terre


Fig.20 : Principe du disjoncteur différentiel

Sur les exemples suivants, on considère un lave-linge qui Note : S’il n’y a pas de terre ou que les cosses de terre
n’est pas relié à la terre. Par détérioration de la gaine sont desserrées ou mal serrées, la masse se met à
isolante, le fil de phase dénudé, touche la carcasse un potentiel dangereux. Le différentiel ne va pas
métallique de l'appareil (fig-21) et il apparait un défaut déclencher et ne peut empêcher le choc électrique.
Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 5
Un disjoncteur différentiel ne peut pas protéger contre des De plus, le corps humain est sensible à la quantité
accidents liés à l’imprudence et à la maladresse de d'électricité qui le traverse. Comme Q = Ic.t, le corps est
l’utilisateur (fig-24) comme dans le cas où : aussi sensible à la durée d'exposition à l’électrisation.
- Une personne travaille sur un câble et celui-ci est mis L’effet d’un courant d’intensité Ic qui traverse pendant une
sous tension sans préavis. durée t le corps est schématisé ci-dessous (fig-26). On
- Une personne touche une canalisation encastrée avec distingue 4 zones différentes sur ce graphe :
l’extrémité d’un outil.
1- Le courant de choc est inférieur au seuil de perception
- Un enfant introduit des broches métalliques dans une (lc < 0,5 mA). Il n'y a pas de perception du passage du
prise de courant sans éclips. courant dans le corps : aucun risque.
- Utilisation d’un prolongateur mâle/mâle ou de cordons
d’essais. 2- Le courant est perçu sans réaction de la personne:
habituellement, aucun effet physiologique dangereux.
- Une personne ouvre un coffret électrique et touche un fil
dénudé sous tension. 3- La personne ne peut plus lâcher l'appareil en défaut.
Le courant doit être coupé par un tiers afin de mettre
la personne hors de danger. Habituellement, il n’y a
pas de dommage organique, seulement une
contraction des muscles des membres et une difficulté
respiratoire liée à la tétanisation de la cage thoracique.
4- En plus des effets précédents, brûlures et fibrillation
ventriculaire (trouble du rythme cardiaque) qui limite la
survie à 3 minutes par arrêt ventriculaire.

Fig.24 : Situations où le disjoncteur différentiel ne peut


rien protéger de l’accident

Lorsqu'on soumet le corps humain à une tension Uc, il est


parcouru par un courant électrique (intensité de choc Ic)
Ic = Uc/ Rc où la résistance du corps humain est fonction
de la tension de contact et de l'état de la peau (fig-25). Ce
courant électrique peut provoquer une tétanisation des
muscles (contraction permanente), des fibrillations
ventriculaires (trouble du rythme cardiaque) ou de graves
brûlures.
Fig.26 : Effet du courant sur le corps humain

Le passage d’un courant supérieur à 1 A provoque un


arrêt cardiaque immédiat ainsi que des brûlures
profondes conduisant à la décomposition chimique du
sang et la destruction des centres nerveux. C’est la mort
par électrocution (fig-27).

Fig.25 : Résistance du corps vs. Tension de contact

L'équation du risque électrique pour le corps humain est


fonction de l'énergie électrique W (Joules) reliée à
l’intensité du courant (A) et à la durée de l’exposition (s) :
W = Uc.Ic.t
avec Uc = Rc.Ic, on a : W = Rc.(Ic)².t.

La tension Uc peut être due à :


 deux contacts avec des parties actives sous tension,
portées à des potentiels différents.
 un contact avec une partie active et la terre.
Fig.27 : Les effets du courant sur l’humain
 un contact avec la terre et une masse métallique mise
accidentellement sous tension.

Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 6


Circuits de distribution
Les circuits de distribution sont des réseaux de câbles
qui, à partir du tableau, alimentent les appareils, les prises
de courants et les lampes de l'installation. Chaque circuit
est dédié soit à un ensemble de foyers lumineux, soit à
des prises de courant. De plus, chaque appareil de forte
puissance tel que le lave linge ou le chauffe bain fait
l'objet d'un circuit spécifique (fig.28).

Fig.29 : Exemple de circuit de distribution

On trouve des conducteurs et câbles électrique rigide


(monobrin non tressés) ou souple (multibrins tressés), les
performances électriques pour une section équivalente
sont identiques. Cependant, les normes recommandent
des conducteurs et câbles rigides pour les installations
fixes, le souple est réservé pour les installations mobiles
ou provisoires.
Pour se repérer, dépanner, modifier les installations
électriques, la norme a imposé un code de couleur à
respecter :
 Terre : exclusivement jaune et vert
 Neutre : exclusivement bleu
 Phase : rouge ou autre couleur sauf bleu, vert ou jaune
Fig.28 : Exemple de circuit de distribution
Fil orange : fil de phase après récepteur. Par exemple, on
Il est recommandé d'équiper chaque pièce d'un nombre connecte le fil de phase (rouge) à la douille d’une
suffisant de prises de courant et points lumineux pour ampoule. L’autre borne de la douille reliée à l’interrupteur
éviter de surcharger ensuite l'installation avec des prises va être de couleur orange (et non rouge).
multiples. Les règles de confort prévoient au moins L’épaisseur de fil varie en fonction du courant maximal qui
l'équipement suivant :
peut y passer et qui est déterminé par rapport à la
 Entrée: un point d'éclairage, une prise; puissance du récepteur. On définit alors ces fils par leur
 Séjour : un point d'éclairage, cinq prises ; section qui s’expriment en mm² (tableau 1).
 Chambres : un point d'éclairage, trois prises ; Utilisation Intensité Intensité du Section du
2
 Cuisine : deux points d'éclairage, cinq prises; du circuit du fusible disjoncteur fil (mm )
 Salle de bains: deux points d'éclairage, une prise ; Eclairage 10 A 16 A 1,5
 Lavage du linge : une prise spécialisée 16 A ;
Prises 16 A 20 A 2,5
 WC : un point d'éclairage.
Lave linge,
Les interrupteurs d'éclairage sont généralement placés à sèche linge, 20 A 25 A 4
l'entrée des pièces, du côté où s'ouvre la porte, entre chauffe eau
0,8m et 1,2 m du sol. Dans les locaux qui présentent des Plaques 25 A 32 A 6
risques de présence d'eau, les prises de courant doivent électriques,
être placées à au moins 25 cm du sol.
Tab.1 : Section des fils dans le circuit de distribution

La distribution électrique des pièces peut être réalisée en Les prises se raccordent en parallèle, l'une derrière l'autre
montage encastré ou en montage apparent. (fig-30) dans la limite de prise de 5 par circuit.
 En montage encastré, les câbles sont placés dans des
conduits flexibles isolants qui sont eux-mêmes posés
dans des saignées réalisées dans les cloisons ou les
planchers.
 En montage apparent, les pièces sont ceinturées avec
des goulottes en matière plastique, dans lesquelles Fig-30 : Raccordement parallèle des prises au tableau
sont placés les câbles électriques.
Pour allumer ou éteindre les points lumineux, on utilise un
interrupteurs qui ouvre le circuit pour éteindre et ferme le
Un conducteur électrique est constitué de 2 matériaux :
circuit pour allumer un point lumineux. Ce type
une âme en cuivre ou aluminium qui conduit le courant et
une enveloppe isolante protectrice. Un câble d'interrupteur ne peut être utilisé que pour le simple
allumage. Pour un allumage double, il faut utiliser un va et
électrique est un conduit en matières souple ou rigide,
vient. Le montage consiste en deux points de commande
recouvert d’une enveloppe, regroupant plusieurs
distincts, que l’on place de part et d’autre d’une pièce à
conducteurs électrique eux même gainés sous une
vivre ou d’un couloir, à proximité immédiate des accès.
enveloppe protectrice (fig-29).

Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 7


Chaque interrupteur va-et-vient comporte trois bornes de Electricité dans une salle de bains.
connexion. On connecte une borne du premier
interrupteur à la phase issue du disjoncteur (fil rouge). On
utilise deux fils orange pour établir le lien entre les deux
interrupteurs et faire passer le courant suivant la position
de l’appareil. On envoie du second interrupteur un fil
(marron) qui va prendre le relais suivant la position des
interrupteurs et qui sert à conduire le courant jusqu’à
l’ampoule. De l’ampoule repart le neutre jusqu’à
l’alimentation (disjoncteur). Ce petit dernier gère le
courant de retour du circuit et permet de boucler le circuit.
Peut importe la position des interrupteurs commutateurs,
dès qu’on agit sur l’un des interrupteurs, on change l’état
de la lampe (Fig-31).

Fig.31 : Va et vient pour un allumage double Fig 32 : Délimitation des zones dans une salle de bains

Il existe différents types de points lumineux : Le point Toute pièce équipée d'une baignoire ou d'une douche doit
lumineux le plus rencontré est la classique lampe à faire l'objet d'une protection particulière. Quatre volumes
incandescence (puissance allant de 20W à 200W). Elle de sécurité sont définis dans cette pièce. A chacun
est bon marché mais elle consomme plus qu'un autre type correspond un niveau d'exigence plus ou moins élevé.
de lampe et a une durée de vie inférieure. Elle est
essentiellement utilisée dans des endroits où les
coupures sont fréquentes.  Le volume 0 est le volume intérieur de la baignoire ou
de la douche. Tout appareil électrique y est interdit, à
La lampe basse consommation, plus chère à l'achat,
l'exception des appareils alimentés en très basse tension
présente l’avantage de consommer beaucoup moins et
de sécurité (TBTS): 12V courant alternatif ou 30 V courant
possède une durée de vie plus longue que la lampe à
continu.
incandescence. Elle est adaptée aux utilisations où elle
doit rester longtemps allumée.  Le volume 1 est limité par les plans verticaux qui
entourent la baignoire ou le bac à douche et le plan
Lampe à incandescence Lampe économique horizontal situé à 2,25 m du sol. Les exigences de ce
ordinaire (basse consommation) volume sont les mêmes que celles du volume 0.
 Le volume 2 correspond au volume 1 augmenté de
0,60 m tout autour et toujours limité à 2,25 m en hauteur.
Dans cet espace, en plus des appareils admis en volume
1, on admet une prise de courant alimentée par un
transformateur de séparation de faible puissance (prise
de rasoir électrique), des luminaires et des appareils de
chauffage, sous réserve qu'ils soient de classe II (à
double isolation et protégés contre les projections d'eau)
et protégés par un dispositif différentiel 30 mA.
 Le volume 3 correspond au volume 2 augmenté de
2,40 m tout autour, pour 2,25 m de hauteur. Dans ce
40 W 9W volume sont admis tous les appareils, à condition d'être
alimentés individuellement par un transformateur de
60 W 11 W séparation, ou alimentés en très basse tension ou
75 W 15 W protégés par dispositif différentiel 30 mA.

100 W 20 W Un symbole, gravé sur les appareils électriques installés


dans la salle de bains, indique leur niveau de protection
Tab.2 : Tableau d’équivalence entre lampes contre le contact accidentel avec l'eau. En fonction du
volume où ils sont installés, les appareils doivent
Les ampoules basse sont une version miniature du tube obligatoirement comporter les symboles attestant d'un
fluorescent. La base de l’ampoule abrite des composants niveau suffisant de protection. De plus, dans les salles
électroniques qui assurent un éclairage continu. A la base d'eau, une liaison équipotentielle doit être assurée entre
du tube (cathode), un filament produit des électrons. Un toutes les canalisations métalliques (eau froide, eau
arc électrique se propage alors à l’intérieur du tube et chaude, vidange, chauffage, gaz,...), les corps des
provoque la collision des électrons avec des atomes de appareils sanitaires métalliques et tous les autres
mercure dans le tube, ce qui produit un rayonnement UV. éléments conducteurs accessibles (huisseries
Les ultraviolets heurtent une couche fluorescente en métalliques, radiateurs, machine à laver,...). Cette liaison
surface du tube, qui produit une lumière blanche (Tab-2). est ensuite reliée à la prise de terre.

Dec.1, L2, S1 Installation électrique domestique Page 8

Vous aimerez peut-être aussi