Vous êtes sur la page 1sur 2

La cavitation (formation de microbulles dans un liquide)

Extraits du site Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cavitation


NB : En rouge - notes sur les possibles liens avec la micro-centrale hydro-électrique de Bernin

On appelle cavitation (du latin cavus, « trou ») la formation de bulles de gaz ou de vapeur dans un liquide
soumis à une dépression.
Si cette dépression est suffisamment élevée, la pression peut devenir inférieure à la pression de vapeur
saturante, et une bulle de vapeur est susceptible de se former.

Diagramme pression-température de l'eau


présentant le principe de la cavitation.

Les origines de la dépression sont de trois sortes :


 écoulement fluide ;
 onde acoustique entraînant des variations de la densité du liquide.
 onde lumineuse entraînant des variations de la densité du liquide.
La dépression peut avoir trois origines différentes :
Elle peut être liée à un écoulement de liquide à forte vitesse,
par exemple par effet venturi, ou bien au voisinage d'une pale
dans une pompe ou encore sur une hélice de bateau. En effet,
une zone de forte vitesse dans un fluide correspond à une
faible pression. On parle de cavitation hydrodynamique,
découverte en 1917 par Lord Rayleigh. Cela se traduit par
exemple par un sillage de bulles, ainsi que par l'apparition
d'une couche de vapeur accrochée à une pale (là où la
dépression est la plus forte, c'est-à-dire à l'extrados).
C'est la dépression qui fait grandir la bulle.
C’est possiblement le principe de la formation des microbulles
à la micro-centrale hydro-électrique de Revel.
NB- lorsque la bulle observée est de l'air entraîné depuis la
surface (quand l'hélice est proche de la surface), c'est le
phénomène de ventilation et non de la cavitation. Cavitation créée expérimentalement par une hélice
dans un tunnel d'eau (image Wikipédia).

L'effet Venturi, du nom du physicien italien Giovanni


Battista Venturi, est le nom donné à un phénomène de la
dynamique des fluides où il y a formation d'une dépression
dans une zone où les particules de fluides sont accélérées.
La vitesse du fluide au point 2 est plus grande qu'au point 1.
La pression au point 1 est plus grande qu'au point 2 
possibilité de cavitation.
La pose de Venturis au niveau des réservoirs du Châtelard et de Château-Corbeau pour résorber les microbulles,
est probablement l’effet inverse, c’est-à-dire ralentir la vitesse de l’eau et donc créer une surpression.

Autres origines de la cavitation (selon site Wikipédia) :


La cavitation peut être liée aux variations de densité d'un liquide soumis à une onde acoustique, en général des
ultrasons de puissance. On parle alors de cavitation acoustique.
Elle peut aussi être liée à une exposition à une forte énergie lumineuse. On parle alors de cavitation optique.

Dommages causés par la cavitation


Quelle que soit l'origine, la cavitation a deux effets différents :
Le plus souvent, la bulle de vapeur est transitoire : son apparition
élimine instantanément les conditions qui lui ont donné naissance.
Se produit alors une implosion de la bulle. Cette implosion peut
être si violente que la pression et la température à l'intérieur de
la bulle, peuvent prendre des valeurs très élevées (plusieurs
milliers de bars, plusieurs milliers de °kelvins). En implosant, la
bulle peut émettre une onde de choc dans le liquide, qui permet
de casser des gouttes (émulsification), de dé-agglomérer ou briser Principe de l’implosion des bulles, source de
des particules solides, ou encore de nettoyer ou éroder des dégâts sur les palles et production de
surfaces solides. microbulles

Ainsi, le phénomène de cavitation représente une limite, à cause de la perte de rendement voire de la destruction
(des hélices et pompes) qu'il peut provoquer. Les impacts sur celles-ci se font toujours aux points de vitesse les plus
élevées : intérieur des hydrauliques vortex et extérieur des hydrauliques mono et multicanaux (cf photos suivantes).
La cavitation a un effet destructeur principalement sur les pompes
oléohydrauliques haute pression : les micro-explosions arrachent la
matière et détruisent la pompe.

Exemple de pompe centrifuge détruite par la cavitation (source


Wikipedia)

Cavitation par poche attachée


La cavitation par poche attachée, appelée aussi cavitation du bord d'attaque ou cavitation d'entrée, se développe
sur un profil en incidence, dans les installations hydrauliques ou sur les propulseurs.
Elle se caractérise par une poche de vapeur attachée au bord d'attaque, qui génère des érosions sur les surfaces où
elle se développe. Ces cavités de vapeur sont entraînées par l'écoulement et implosent dans la zone de compression.
Elles induisent une dégradation des performances, ainsi qu'une augmentation du bruit.
Cavitation à bulles séparées
La cavitation se manifeste lorsque l'incidence de l'écoulement aux bords d'attaque est voisine de l'incidence nulle.
Les bulles de vapeur subissent des expansions explosives déclenchées dans les zones de dépression puis elles
implosent dans les zones de compression.
Ce type de cavitation se produit principalement à la sortie des aubes des turbines Francis sur les côtés extrados ainsi
que dans les pompes au voisinage du point de fonctionnement optimum (voir vidéo). Ces pulsations sont à l'origine
du bruit de cavitation dans les machines hydrauliques.

NB – Pour plus d’informations consulter le site Wikipedia d’où sont tirées ces informations, ainsi que les références
attachées.
Site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cavitation