Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre 3 : Planification des réseaux de transport.

III-1 Introduction.

Un réseau d'énergie électrique est un système comprenant production, transport,


distribution de l’énergie, étape finale pour l'alimentation des consommateurs domestiques.
Le système est associé depuis la haute tension 220KV ou 400 kV conçue pour interconnecter
les centrales de production et transmettre la puissance de ces centres de production vers les
points de charges les plus importantes. La répartition s'effectue à un niveau plus faible (HT
63 - 90 kV) reliant le niveau de transport et le niveau de distribution MT/BT (30KV/10KV).

Le dimensionnement d’une ligne aérienne dans le cadre d’un régime permanent se fait en
deux parties : choix de la section du conducteur et choix du gabarit des pylônes. Le choix de
la section du conducteur dépend de considérations électriques et économiques tandis que le
choix du gabarit des pylônes fait intervenir plutôt les aspects mécaniques. Afin de choisir la
section du câble, nous devons vérifier trois choses :

Quel est le courant nominal qui circule dans le câble ?

Supporte-t-il la puissance de court-circuit ?

La chute de tension est-elle bien inférieure à la limite ?

A partir d'un certain niveau de tension, nous devons aussi vérifier que l'effet de couronne
ne devient pas trop important. Nous aboutissons ainsi à une section techniquement
optimale mais non normalisée. Il faut décider donc de prendre une section normalisée
supérieure. Le calcul des différents coûts de la ligne nous aide à choisir celle qui convient le
mieux. En réalité, il faudrait optimiser le coût global (câble + pylône) en tenant compte des
contraintes techniques et des pertes. C'est alors un calcul plus complexe auquel nous
ajoutons le choix du niveau de tension et la longueur de portée moyenne. Dans ce cas, nous
avons recours à une simulation par ordinateur. Très souvent, le niveau de tension est
imposé et les longueurs de portée également (emplacement des pylônes imposé par la
disponibilité du terrain). La démarche proposée permettra de limiter le nombre de calculs à
effectuer tout en incluant la majorité des critères et contraintes à respecter.

Les principaux composants des lignes aériennes sont :

- Les conducteurs (Phases + câble(s) de garde).

- Les isolateurs.

- Les pylônes.

- Les fondations.
Dans ce chapitre on va présenter les différents aspects technique et économique pour
conçus un réseau de transport d’électricité.

III-2 structure général des réseaux de transport.

Le réseau de transmission d’électricité est constitué de lignes aériennes, de câbles


souterrains et de postes, à divers niveaux de tension. On va donner une description pour
chaque élément avec le détail du rôle qu’il assure sans le fonctionnement du réseau.

III-2-1 Postes.

Par définition, un poste (on utilise souvent le terme sous-station dans les lignes HT) est une
installation d’organes de liaison et d'organes de manœuvre où parvient l'énergie des
centrales et d'où cette énergie est orientée vers les centres de consommation.

On distingue généralement les sous stations suivant :

a) Sous station directe, qui assurent les liaisons entre lignes à même tension (sans
transformateur de liaison).
b) Sous station transformation, qui relient des réseaux à tensions différentes.
c) Sous station de conversion, où l'on réalise une modification des caractéristiques de la
tension, de la fréquence; passage de l'alternatif au continu…

Le schéma (topologie) de ces postes dépend principalement de deux aspects :

1) niveau de sécurité d’exploitation. On entend par là qu’en cas de défaut sur le jeu de
barres ou sur une ligne, il faut veiller à éliminer ce défaut par des disjoncteurs aussi
peu nombreux que possible en vue de garder en service le plus d’ouvrages sains
possible (sécurité élevée) ou un certain nombre de lignes ou de travées (sécurité
moyenne ou faible).
2) Niveau de souplesse désiré. On entend par là la facilité d’exploitation relative aux
manœuvres volontaires et aux changements de la configuration électrique du poste.

Les principaux composants d'une sous-station consistent en :

• Appareillage de liaison : jeu de barres où aboutissent les raccordements aux centres


consommateurs et producteurs;

• Appareillage de manœuvre et protection : disjoncteurs qui ouvrent ou ferment un circuit,


suite à une manœuvre d'exploitation ou à un défaut imprévu dans le réseau
(contournement d'isolateur, mise à la terre d'une phase, par exemple), sectionneur dont la
principale fonction est d’assurer l'isolement du circuit qu’il protège (en anglais :"isolator")
• Appareillage de régulation : transformateur à réglage en charge - batterie de
condensateurs;

• Appareillage de conversion : surtout dans les sous-stations des chemins de fer


(redresseurs);

• Appareillage de mesure : transformateurs de potentiel et d'intensité (T.P. - T.I.); appareils


de mesure proprement dits et relais branchés au secondaire des transformateurs d'intensité
et de potentiel;

• Services auxiliaires BT, courant alternatif et courant continu : réseaux alimentant les
moteurs de commande, la signalisation, les verrouillages, le chauffage, I’ éclairage;

• Appareillage d’automatisme, de télécommande, de télésignalisation, de télémesure.

La figure (III-1) montre Quelques exemples typiques de jeu de barres de poste à haute
tension.

Fig. III-1 poste à un jeu de barre (à gauche) et à deux jeu de barres (à droite) à un disjoncteur par
départ, avec sectionnement.

III-2-2 Lignes aériennes et câbles souterrains.

La plus part des lignes de transport en Algérie sont des lignes aérienne vu le cout élevé de
l’installation d’une ligne de transport souterraine et pour d’autre aspect techniques (effet capacitive
des lignes).
Fig. III-2 exemple de câble souterrain (a gauche) et aérien (a droite).
Le tableau ci-dessous résume des caractéristiques techniques des moyens de transport de l’énergie
électrique :

III-2-3 Les pylônes.

Fig. III-2 Les gabaries des pylônes pour différents niveau de tension HT.
Les pylônes sont le support des lignes de transport, Nous devons d'abord déterminer le
poids équivalent et l'angle d'inclinaison des chaînes de suspension des conducteurs en
s’appuyant sur deux hypothèses ‘H1’ et ‘H2’ (respectivement été et hiver). Nous
déterminerons ensuite la portée critique que nous comparerons avec la portée moyenne. En
fonction du résultat de cette comparaison, nous déterminerons, parmi ‘H1’ et ‘H2’, quelles
sont les conditions météorologiques qui imposent les contraintes mécaniques les plus
importantes sur notre portée.

III-3 Etapes a la conception.

Les étapes à la conception d'une ligne de transmission sont nombreuses ont peut les
rassemblées sur le graphique suivant :

Fig. III-3 étape a la conception d’une ligne de transport.

Nous détaillerons ultérieurement le dimensionnement des câbles, lignes et postes aux


différentes contraintes diélectriques, thermiques et mécaniques.

III-4 Planification (étude technico-économique).

La décision d'implantation de nouvelles ligne de transport résulte d'analysé les prévisions


de charges (détermination de la demande de crête annuelle pour tout le système, pour
chaque région, chaque poste existant et en prévision) et d'études économiques en accord
avec une planification globale selon le schéma , l'objectif clé étant la limitation des coûts
d'exploitation en maintenant un niveau de fiabilité "adéquat" avec des contraintes liées à
l'environnement. Sont notamment envisagées la répartition de la tension (avec prise en
compte des régulateurs des générateurs, transformateurs, des compensateurs), les
surcharges, la sensibilité à une perte d'un groupe générateur. Le planificateur choisit en
définitive la taille, la localisation et le nombre de lignes et de postes pour satisfaire tous les
critères économiques et d'exploitation. Pour ce choix il prend en compte un optimum entre
le coût lié à la perte de fourniture en cas de défaut (coût du kWh non vendu) et le coût
d'investissement nécessaire pour éviter cette perte, comme montré ci-dessous

Fig III-4. Le choix optimum entre le coût lié à la perte de fourniture et le coût
d'investissement nécessaire pour éviter cette perte.

L’autre fonction fait intervenir le facteur d’actualisation (sur 40 ans généralement) et


l’intégration d’un produit de facteurs de coûts (intérêt x1, amortissement x2 entretien x3…).

Après ce choix, le planificateur étudie le comportement du réseau en cas de défaut pour :

- fixer la capacité des disjoncteurs (pouvoir de coupure), établir un système de relais capable
de détecter les défauts et provoquer les déclenchements des disjoncteurs.

- évaluer les tensions en cas de défaut ou lors du réenclenchèrent, qui peuvent affecter la
coordination de l'isolement et nécessiter l'utilisation de parafoudres - concevoir le système
de mise à le terre.

- évaluer les effets mécaniques qui ont un impact sur le dimensionnement.

Finalement le planificateur conduit une étude de stabilité pour s'assurer qu'un défaut ou une
perturbation sévère ne cause pas d'ennuis majeurs. Par exemple, une surcharge de ligne
(suite par exemple à la perte d’un transfo) causant son déclenchement et entraînant dès lors
la surcharge de lignes voisines pour finalement provoquer la coupure en cascade des
disjoncteurs (fig. III-5).
Fig. III-6.algorithme d’étude d’une ligne de transmission.