Vous êtes sur la page 1sur 34

Coût d'acquisition des immobilisations : Coût d'acquisition biens en stock :

* Éléments inclus : * Éléments inclus :


- Prix d'achat augmenté des droits de douane et autres impôts et taxes non - Prix d'achat augmenté des droits de douane et autres impôts et taxes non
récupérables récupérables
- Charges accessoires d'achat engagées jusqu'à l' entrée en "magasin" de stockage
- Charges accessoires d'achat (transports - frais de transit - frais de réception - ( transport, frais de transit, commissions et courtages, frais de réception des
assurances - transport …) marchandises, matières ou fournitures (déchargement, manutention ...), assurances
transport ..)
- Charges d'installation qui sont nécessaires pour mettre le bien, en état d'utilisation - Fraction des charges indirectes susceptibles d'être raisonnablement rattachée à l'
(hors frais d'essai et de mise au point) opération d'achat et d'approvisionnement.
- Dans le cas exceptionnel d'un délai d'acquisition > un an, les frais financiers
Toutefois, dans le cas exceptionnel d'un cycle d'approvisionnement > à un an, les
spécifiques de préfinancement se rapportant à cette période (jusqu'à mise en état
frais financiers spécifiques se rapportant à ce cycle (mention expresse dans l'
de fonctionnement du bien) peuvent être inclus dans le coût d'acquisition des
ETIC)
immobilisations (mention expresse dans l' ETIC)

* Éléments exclus : * Éléments exclus :


- Frais généraux (interdiction quote - part) et charges financières engagés pour - Frais généraux d'approvisionnement (interdiction quote - part) et les frais de stock
l'acquisition d'immobilisations et charges financières
- Frais d'essais et de mise au point (charges de l' exercice ou charge à répartir) - Pertes et gaspillages accidentels
- Droits de mutation (enregistrement), honoraires et commissions et frais d'actes (à
enregistrer dans les frais d'acquisition des immobilisations)

Coût de production des immobilisations : Coût de production des biens en stock :

* Éléments inclus : * Éléments inclus :


- Coût d'acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production de l' - Coût d'acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production de l'
élément élément
- Charges directes de production tels les charges de personnel, les services - Charges directes de production tels les charges de personnel, les services
extérieurs, les amortissements (études techniques, honoraires) extérieurs, les amortissements (études techniques, honoraires)
- Charges indirectes de production dans la mesure où il est possible de les rattacher
- Charges indirectes de production dans la mesure où elles peuvent être
raisonnablement à la production de l' élément qui ont été engagés pour amener les
raisonnablement rattachées à la production de l' immobilisation.
produits à l' endroit et dans l' état où ils se trouvent.
- Frais financiers relatifs aux dettes contractées pour le financement de cette
- Frais financiers relatifs à des dettes contractées pour le financement spécifique
production depuis le " préfinancement " spécifique jusqu'à la date d'achèvement
de production dont le cycle normal d'élaboration est > douze mois (mention expresse
de l' immobilisation ou de sa mise en service si elle est exceptionnellement
dans l' ETIC)
antérieure à cette date (mention expresse dans l' ETIC)

* Éléments exclus : * Éléments exclus :


- Frais d'administration générale de l' entreprise (interdiction quote - part) - Frais d'administration générale de l' entreprise (interdiction quote - part)
- Frais de stockage - Frais de stockage
- Frais de recherche et développement - Frais de recherche et développement
- Charges financières. - Charges financières.
- Pertes et gaspillages accidentels
- Quote-part supplémentaire de charges fixes unitaires résultant d'une sous activité
caractérisée de l' entreprise par rapport à une capacité normale de production
préétablie en fonction des caractéristiques techniques de l' équipement et
économiques de l' entreprise

Cas particuliers :
Participation travaux de voierie de la commune (coût du terrain)
Frais de démolition & honoraires (coût de la construction)
Indemninté principale d'expropriation (PC)
Indemninté secondaire d'expropriation (PNC)
SYNTHESE DES EXERCICES CORRIGES

TD Annales
GENERALITES
Principes comptables Cas n°1
Opérations courantes * Ep n°1 (cas 1) Ep n°4 (cas 1) Ep n°6 (cas 2)**
Indemnité d'expropriation Cas n°2 (4°)
Indemnité d'assurance Cas n°6 Ep n°5 (ques 1)
Ecarts de conversion Ep n°1 (cas 1) Ep n°2 (doss 2) Ep n°3 (op 3) Ep n°5 (ques 2) Ep n°6 (cas 3)

COMPTABILITE DES SOCIETES


Augmentation de capital Ep n°1 (cas 2 & 3) Ep n°2 (doss 3) Ep n°3 (cas 2) Ep n°4 (cas 3) Ep n°6 (cas 4)
Répartition des bénéfices Ep n°1 (cas 2) Ep n°3 (cas 3) Ep n°4 (cas 3) Ep n°6 (cas 4)
Réévaluation Ep n°3 (op 1)
Emission d'obligations Ep n°6 (cas 5)

IMMOBILISATIONS
Charge à répartir Ep n°5 (ques 2) Ep n°6 (cas 5)
Recherche & développement Cas n°5 Cas n°7 Ep n°6 (cas 1)
Coût d'acquisition Cas n°2 (1°et3°) Cas n°4 Cas n°5 Ep n°4 (cas 1) Ep n°6 (cas 1)
Coût de production Cas n°2 (2°) Cas n°3 Cas n°5 Ep n°2 (doss 2) Ep n°3 (op 2) Ep n°5 (ques 1& 2)
Subvention d'investissement Cas n°6 Ep n°1 (cas 1) Ep n°5 (ques 2)
Amortissement dégressif Cas n°2 (5°) Cas n°4 Cas n°6 Ep n°1 (cas 1) Ep n°2 (doss 1) Ep n°4 (cas 1)
Amortissement avec valeur résiduelle Ep n°2 (doss 1)
Titre de participation Cas n°3 Ep n°2 (doss 3) Ep n°4 (cas 2)
Obligations Cas n°3 Ep n°4 (cas 2)

STOCK
Coût d'acquisition
Coût de production Cas n°9 Ep n°1 (cas 1) Ep n°4 (cas 1)
Perte à terminaison Cas n°9 Ep n°1 (cas 1) Ep n°4 (cas 1)
Contrat à long terme Cas n°8 Ep n°4 (cas 1)

* Crédit bail - Fournitures non stockables non utilisées - Stock en consignation - Emballages - Intérêts courus non échus - Congés payés
** Emballages
ORGANISATION COMPTABLE

Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant au sens du Code de commerce est tenue de tenir une comptabilité
dans les formes prescrites par la loi comptable (Art 1).

▪ Objectif d'image fidèle (P15) :


Une finalité est assignée à la comptabilité normalisée : les états de synthèse doivent donner une image fidèle du patrimoine, de la
situation financière et des résultats de l' entreprise.

▪ Principes comptables fondamentaux (P19 CGNC):


Les principes comptables fondamentaux retenus par la Norme Générale sont au nombre de sept :

- continuité d'exploitation : L' entreprise doit établir ses états de synthèse dans la perspective d'une poursuite normale de ses activités.

- permanence des méthodes : Les modalités d'évaluation retenues ne peuvent être modifiées d'un exercice à l'autre. Si des
modifications interviennent elles doivent être écrites et justifiées dans l'ETIC (Art 13).
- coût historique : la valeur d'entrée d'un élément inscrit en comptabilité pour son montant exprimé en unités monétaires courantes à la
date d'entrée reste intangible.
- spécialisation des exercices : Les charges et les produits doivent être rattachés à l' exercice qui les concerne effectivement et à celui-là
seulement.
- prudence : les incertitudes présentes susceptibles d'entraîner un accroissement des charges ou une diminution des produits de l'
exercice doivent être prises en considération dans le calcul du résultat de cet exercice.
- clarté : les opérations et informations doivent être inscrites dans les comptes sous la rubrique adéquate, avec la bonne dénomination
et sans compensation entre elles ;
- importance significative: les états de synthèse doivent révéler tous les éléments dont l' importance peut affecter les évaluations et les
décisions.
Cas de dérogation aux principes comptables : Si en raison de situations spécifiques à l'ese, l'application d'une prescription comptable ne
permet pas de donner une image fidèle de l'actif et du passif, de la situation financière ou des résultats il peut y être dérogé (cette
information doit apparaître dans l'ETIC)- (Art 19).

▪ Livres et autres supports de base de la comptabilité :


1 - Un manuel décrivant les procédures et l' organisation comptable (obligatoire pour les assujetties dont le CA >7,5 MDH - Article 4 ).
2- Le livre journal et le grand-livre formé de l'ensemble des comptes individuels et collectifs. Le livre journal et le grand-livre sont côtés et
paraphés par le greffier du tribunal de 1ère instance (Art 8 loi comptable).
3 - Le livre d'inventaire tenu dans les conditions prescrites par la loi est un support dans lequel sont transcrits le Bilan et le CPC de
chaque exercice (Art 6).

▪ Etats de synthèse :
Les états de synthèse annuels sont établis à la clôture de l'exercice sur le fondement des enregistrements comptables et de l'inventaire
retraçés dans le livre-journal, le grand-livre et le livre d'inventaire (Art 9 loi comptable).
Le modèle normal comprend 5 documents : le bilan, le CPC, l'ESG, le tableau de financement et l'ETIC (les eses dont le CA ≤ 7,5 MDH
sont dispensées de l'ESG, l'ETIC & TF).
Le modèle simplifié comporte 4 états : le bilan, le CPC, le tableau de financement & l'ETIC.
L'établissement des états de synthèse, sauf circonstances exceptionnelles justifiées dans l' ETIC, doit se faire au plus tard dans les trois
mois suivant la date de clôture de l' exercice . La date d'établissement des états de synthèse doit être mentionnée dans l' ETIC (Art 18).
Cas de dérogation aux principes comptables : Lorsque les conditions d'une cessation d'activité totale ou partielle sont réunies, il est
possible d'établir les états de synthèse selon des méthodes différentes de celles prescriptes dans la loi comptable (l'information doit
apparaître dans l'ETIC) - (Art 20 loi comptable).
L'ETIC est composé des élements suivants (P 38):
* Principes et méthodes comptables : indications des méthodes utilisées et le cas échéant les changements de méthodes.
* Compléments d'information au bilan et au CPC : Tableaux des immobilisations, des amortissements, des provisions, précisions sur des
postes particuliers comme les NV, tableau des échéances, des créances et des dettes, engagements, crédit bail.
* Autres informations complémentaires : Affectation des résultats, répartition du capital, opérations en devises.

▪ Durée de l'exercice:
Les comptes sont arrêtés à la fin de chaque exercice.
La durée de l' exercice est de douze mois. Elle peut exceptionnellement, pour un exercice déterminé, tel que le premier exercice être
différente sans pouvoir pour autant excéder 12 mois. Le changement de la date de clôture de l' exercice doit être dûment motivé dans l'
ETIC (Art 19).

▪ Méthode d'évaluation :
A leur date d'entrée, les biens acquis à titre onéreux sont enregistrés à leur coût d'acquisition, les biens acquis à titre gratuit à leur valeur
actuelle et les biens produits à leur coût d'acquisition (Art 14), biens échangés à la valeur du bien cédé (P59 & 71)
Les créances et dettes libellés en monnaie étrangère et disponibilités sont converties en monnaie nationale à leu date d'entrée (Art 14).
Les biens fongibles sont évalués soit au coût moyen pondéré (après chaque entrée ou période de stockage) d'acquisition ou de
production soit avec la méthode du premier entré - premier sorti (Art 14).
* Inventaire physique (Art 5 loi comptable) :
La valeur des éléments actifs et passifs de l'entreprise doivent faire l'objet d'un inventaire au moins une fois par exercice à la fin de celui-
ci.
* Méthode d'évaluation des coûts d'acquisition et de production :
conformément aux normes internationales pour la détermination des coûts d'acquisition et de production. Toutefois ce coût complet est
expurgé d'un certain nombre d'éléments qu'il faut, sauf cas exceptionnels, traiter comme charges consommées tels les frais financiers,
En comptabilité, la valeur revêt trois formes : valeur d'entrée, valeur actuelle et valeur comptable nette (P41).
* Réévaluation de l'actif (Art 14 loi comptable):
S'il est procédé à une réévaluation des immobilisations corporelles et financières, l'écart de réévaluation ne peut être utilisé à compenser
les pertes, il est inscrit distinctement au passif du bilan.
NB : En cas de réévalutation, tous les élements doivent être réévalués.

3
1/ ACTIF IMMOBILISE :

1.1/ IMMOBILISATIONS EN NON VALEURS:

▪ Amortissements et provisions :
Les frais préliminaires et les charges à répartir peuvent être amortis entièrement dès le premier exercice. Si la situation financière des
eses ne permet pas un apurement aussi rapide, l'amortissement est effectué le plus tôt possible. Il doit être terminé, en principe, dans un
délai maximum de cinq exercices avec un minimum linéaire de 20% à appliquer dès la fin de l'exercice (P109).
Débit 6191 DEA des NV ou 65911 DAE en NV / Crédit 2811 ou 2812
Les primes de remboursement des obligations sont, en principe, amorties au prorata des intérêts courus. Elles peuvent l'être également
par fractions égales au prorata de la durée de l'emprunt quelle que soit la cadence de remboursement des obligations. Mais, en aucun
cas, ne peuvent être maintenues à l'actif des primes afférentes à des obligations remboursées (P109).
Débit 6391 DEA des primes de remboursement des obligations / Crédit 2813 Amortissement primes de remboursement des obligations
Les comptes 2811, 2812 et 2813 sont soldés par le débit des comptes d'immobilisations correspondants dès que les NV sont
entièrement amorties (P110).
Les immobilisations en NV ne peuvent faire l'objet d'un provision pour dépréciation (P56).

▪ Comptes immobilisations en NV :
* 2111 Frais de constitution :
Frais engagés au moment de la constitution de l'entreprise.
* 2112 Frais préalables au démarrage :
Frais antérieurs au démarrage effectif des moyens de production de l'entreprise.
Reprise des frais portés au debit des comptes de charges :
Débit du compte 2112 Frais préalable au démarrage / Crédit des comptes de transferts de charges
* 2113 Frais d'augmentation du capital :
Frais engagés suite à des opérations d'augmentation de capital.
* 2114 Frais sur opérations de fusions, scissions et transformations :
Frais consécutifs à des opérations de restructuration sous forme de fusions, scissions et transformations.
* 2116 Frais de prospection & 2117 Frais de publicité :
Frais concernant des activités nouvelles ou des perfectionnements d'activité qui ne sauraient normalement être inscrits comme charges
en raison de leur importance et parce qu'ils vont bénéficier à plus d'un exercice.
* 2121 Frais d'acquisition des immobilisations :
Comprend exclusivement les droits de mutation, les honoraires ou commissions et les frais d'actes car ils n'entrent pas dans le coût
d'acquisition des immoblisations.
* 2125 Frais d'émission des emprunts :
Frais engagés lors de l'émission d'emprunts tels que les emprunts obligataires.
* 2130 Primes de remboursement des obligations :
Le prix de remboursement est au minimum égal à la valeur nominale de l'obligation. La différence entre le prix de remboursement et le
prix d'émission contitue la prime de remboursement.

1.2/ IMMOBILISATIONS INCORPORELLES:

▪ Généralités (P99):
* Entrée :
Débit du compte d'immobilisation concerné
* Amortissement :
Débit 6192 DEA des immobilisations incorporelles ou 65912 DAE des immobilisations incorporelles/ Crédit compte intéressé
d'amortissement
* Retrait :
Débit compte d'amortissement + compte VNA / Crédit compte d'immobilisation concerné
* Cession :
Débit compte d'amortissement + compte VNA / Crédit compte d'immobilisation concerné
Débit compte 3481 Créances sur cessions d'immobilisations ou compte de trésorerie / 7512 Produits des cessions des immobilisations
incorporelles

▪ 2210 Immobilisation en recherche et développement (P99):


En vertu du principe de prudence, l'ese n'immobilise pas en général les frais de R & D en raison de caractère aléatoire de cette activité.
* Immobilisation des dépenses en R & D:
A titre exceptionnel, les frais de R & D peuvent être portés en immobilisation au compte 2210 s'ils respectent les conditions suivantes:
- les projets de R & D doivent être nettement individualisés et leur coût distinctement établi notamment à l'aide d'une comptabilité
analytique appropriée.
- les projets de R & D doivent avoir de sérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale et financière.
Débit du compte 2210 Immobilisation en R & D / Crédit du compte 7142 Immobilisations incorporelles produites par l'entreprise pour elle-
même.
Exclusions :
Frais de R & D entrant dans le coût de production des commandes passées par des tiers.
* Amortissements des immobilisations en R & D (P50):
Elle doit être normalement amortie selon un plan et sur un maximum de cinq exercices. A titre exceptionnel, ce délai peut être supérieur,
dans la limite de la durée d'utilité de ces actifs (mentionner cette dérogation dans l' ETIC A1)).

4
En cas d'échec du projet de R & D, les dépenses correspondantes non encore amorties sont immédiatement amorties par le débit du
compte 65911 DEA en NV et le crédit du compte 2821 (P110).

5
▪ 2220 Brevets, marques, droits et valeurs similaires (P100):
En cas de prise de brevets consécutive à des activités de R & D, l'ese détermine la valeur éventuelle de ses brevets qui est au plus
égale à la fraction non amortie des frais correspondants inscrits au compte 2210. Le montant retenu constitue la valeur d'entrée en
comptabilité du brevet.
Le compte 2220 est débité de ce montant par le crédit du compte 2210.
* Amortissement:
Brevets d'invention : sur la durée du privilège dont ils bénéficient ou sur leur durée effective d'utilisation si elle est plus courte.
Marques : ne sont pas amortissables si leur protection n'est pas limitée dans le temps
Procédés industriels, modèles et dessins : amortissables dès lors qu'ils sont susceptibles de devenir obsolètes.
Fond commercial : les éléments du fonds commercial, qui ne bénéficient pas nécessairement d'une protection juridique leur garantissant
une valeur certaine, sont amortissables.

▪ 2285 Immobilisations incorporelles en cours (P101):


Le compte 2285 peut servir à l'enregistrement des immobilisations incorporelles en cours à la date de clôture de l'exercice (compte 2285).

1.3/ IMMOBILISATIONS CORPORELLES:

▪ Coût d'acquisition des immobilisations (P57):


Coût d'acquisition des immobilisations = Prix d'achat + Droits de douane et autres impôts et taxes non récupérables - Réductions
commerciales obtenues - Taxes légalement récupérables + Charges accessoires*
* Exemples charges accessoires : transports - frais de transit - frais de réception - assurances - transport
* Sont à exclure des charges accessoires d'achat des immobilisations : Taxes taxes légalement récupérables - Droits de mutation
(enregistrement) - Honoraires et commissions - Frais d'actes.
NB: Ces frais (hormis les taxes non récupérables) sont à inscrire en " charges à répartir sur plusieurs exercices ", et à amortir sur cinq
exercices au maximum.
* Les charges d'installation qui sont nécessaires pour mettre le bien, en état d'utilisation à l' exclusion des frais d'essais et de mise au
point qui sont à classer dans les charges de l' exercice ou, le cas échéant, susceptibles d'être répartis sur plusieurs exercices.
* Les frais généraux et les charges financières engagés pour l' acquisition d'immobilisations sont exclus du coût d'acquisition de ces
immobilisations.
Toutefois, dans le cas exceptionnel d'un délai d'acquisition supérieur à un an, les frais financiers spécifiques de préfinancement se
rapportant à cette période peuvent être inclus dans le coût d'acquisition de ces immobilisations ; avec mention expresse dans l' ETIC
(AI).
Cas clause d'indexation de la dette (P60) :
La valeur d'entrée des biens, fondée sur le prix convenu, est indépendante des modalités futures de règlement en cas de paiement différé.
En cas de règlement différé avec indexation de la dette, les variations de l' indice retenu restent sans influence sur la valeur d'entrée.
Cas clause de révision de la dette (P60) :
Lorsque le prix n'est pas définitivement fixé à la date d'entrée de l' immobilisation, la valeur d'entrée est modifiée, en hausse ou en
baisse, en fonction des stipulations du contrat, jusqu'à fixation du prix définitif.
Cas d'immobilisation en crédit-bail (60):
En cas de levée de cette option, le bien est inscrit en " immobilisations " pour le prix résiduel fixé dans le contrat.
Cas des immobilisations acquises avec des subventions d'investissement (P59):
Elles sont à enregistrer à leur coût d'acquisition ou à leur coût de production, sans déduction de la subvention (portée au passif du bilan
dans la rubrique " capitaux propres assimilés ").

▪ Coût de production des immobilisations (P58):


Coût de production des immobilisations : Coût d'acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production + Charges directes de
production (personnel, les services extérieurs, amortissements) + Charges indirectes de production qui sont raisonnablement rattachées
à la production de l' immobilisation.
Toutefois, ce coût de production ne comprend pas, sauf conditions spécifiques de l' activité à justifier dans l'ETIC (AI) : - les frais
d'administration générale de l' entreprise - les frais de stockage - les frais de recherche et développement - les charges financières.
Le coût de production des immobilisations peut comprendre les intérêts relatifs aux dettes contractées pour le financement de cette
production depuis le " préfinancement " spécifique jusqu'à la date normale d'achèvement de l' immobilisation ou de sa mise en service si
elle est exceptionnellement antérieure à cette date. Mention doit être faite dans l' ETIC de cette inclusion de charges financières.

Cas de l'absence de continuité de l'exploitation (P65) :


La valeur actuelle de l' immobilisation ne doit pas, en conséquence, être confondue avec son prix actuel de revente éventuelle.
Cependant, en cas d'absence de continuité d'exploitation, la valeur actuelle doit tenir compte de la perspective plus ou moins proche de
cession voire de liquidation de l' entreprise ou de la branche d'entreprise concernée, ou de celle de la cession de l' immobilisation ; la
référence de marché devient alors le prix probable de cession sous déduction des frais relatifs à cette cession (tels que démontage,
transport ...).

▪ Amortissement & provision des immobilisations (P61):


L' amortissement est la répartition de la différence entre la valeur d'entrée et la valeur résiduelle, (ou montant " amortissable " sur la
durée d'utilisation de l' immobilisation.
L'amortissement des immobilisations se fera sur la base de la durée de vie de l'immobilisation ou sur la base de la durée d'utilisation
propre de l'entreprise.
Dans cette dernière hypothèse, la valeur résiduelle prévisionnelle est en principe relativement importante; elle doit faire l'objet d'une
estimation raisonnable en fonction du prix de cession probable. Le montant amortissable est alors égal à la différence entre la valeur
d'entrée et cette valeur résiduelle.
Les immobilisations corporelles sont amortissables suivant des taux fixés par l'entreprise en fonction de l'expérience et des usages.

6
Le mode de répartition de l' amortissement sur les différents exercices doit être choisi sur la base de considérations essentiellement
économiques : il peut conduire à des amortissements annuels constants (méthode de l' amortissement linéaire), dégressifs ou plus
exceptionnellement progressifs.
Dans le cas particulier où le tableau d'amortissement ne peut être préétabli, du fait que l' amortissement annuel est calculé en fonction
d'un paramètre physique ou économique (ex: Km parcourus) la règle retenue doit être clairement mentionnée dans le tableau
d'amortissement (mention du nombre d'unités préétabli correspondant au montant amortissable).
Début du calcul de l'amortissement : Date de réception ou livraison à soi-même ou de mise en service
Fin de calcul de l'amortissement : Date de sortie du bilan
Débit compte 6193 DAE des immobilisations corporelles ou 65913 DEA des immobilisations corporelles
Lorsque l' amortissement comptable (justifié par des considérations économiques) ne coïncide pas nécessairement avec l'
amortissement fiscalement ou réglementairement autorisé la différence est porté en amotissement dérogatoire contrapassé par le
compte provisions réglementées.
Pour chaque catégorie principale d'immobilisations amortissables l' ETIC (A1) doit mentionner la méthode d'amortissement utilisée. En
cas de changement de méthode, il faut le mentionner dans l'ETIC, en expliquant les motifs et l'influence sur le patrimoine et les résultats.
Les moins-values latentes sur immobilisations, si elles sont d'un montant relatif notable, donnent lieu à constatation de " provisions, pour
dépréciation ", ou, dans le cas exceptionnel où elles présenteraient un caractère définitif, " d'amortissements exceptionnels ".
L' observation d'écarts importants entre la valeur actuelle et la valeur nette d'amortissements d'une immobilisation est de nature à
conduire à une révision du plan d'amortissement si les causes de ces écarts risquent de se maintenir durablement (P52).

▪ Retrait des immobilisations de l'actif (P101):


Les immobilisations entièrement amorties, à l'exception des non-valeurs, demeurent inscrites au bilan tant qu'elles subsistent dans
l'entreprise.
Les immobilisations sorties de l'actif, soit par cession soit par disparition ou destruction, cessent de figurer aux comptes
d'immobilisations. Les comptes d'amortissements et de provisions correspondants sont soldés.
* Retrait :
Débit compte d'amortissement + compte VNA / Crédit compte d'immobilisation concerné
* Cession :
Débit compte d'amortissement + compte VNA / Crédit compte d'immobilisation concerné
Débit compte 3481 Créances sur cessions d'immobilisations ou compte de trésorerie / 7513 Produits des cessions des immobilisations
corporelles

▪ Comptes immobilisations corporelles :

* 2314 Terrains de gisement :


Cette catégorie de terrain est amortissable. Seule la partie du terrain constituant le gisement dont sont extraits les matériaux est
amortissable en fonction de l'épuisement de ce gisement (P111).

* 2316 Agencements et aménagements de terrains :


Dépenses faites en vue de l'aménagement des terrains (clôtures, mouvements de terre etc...).
Ces dépenses pourraient être amorties.

* 2333 Emballages récupérables identifiables :


Emballages identifiables susceptibles d'être provisoirement conservés par les tiers et que l'entreprise s'engage à reprendre dans des
conditions déterminées.

* 2356 Agencements, installations et aménagements divers (biens n'appartenant pas à l'entreprise)


Le compte 2356 est utilisé lorsque l'ese n'est pas propriétaire des agencements, installations et aménagements effectués, càd quand ils
sont incorporés dans les immobilisations dont elle n'est pas propriétaire ou sur lesquelles elle ne dispose d'aucun droit réel (cas des
immobilisations en location ou en crédit bail).
* 2397 Avances et acomptes versés sur commandes d'immobilisations corporelles

1.3/ IMMOBILISATIONS FINANCIERES (P66 & 67):

▪ Généralités (P67):
Les titres de participation sont des titres dont la possession durable est estimée utile à l'activité de l'entreprise, notamment parce qu'elle
permet d'exercer une influence sur la société émettrice des titres ou d'en assurer le contrôle (P107).
Les autres titres immobilisés sont des titres conférant des droits de créances que l'ese a l'intention de conserver durablement. Ils sont
représentatifs de parts de capital ou de placements à long terme (P107).
Les titres sont portés en comptabilité pour leur prix d'achat à l' exclusion des frais d'acquisition, lesquels sont inscrits directement dans
les charges de l' exercice.
La cession des DPS ou des droits d'attribution réduit le coût unitaire moyen d'achat des titres correspondants à hauteur du montant du
prix de cession.
En cas de sortie de titres de même nature, la valeur d'entrée des titres restants est déterminée selon la méthode du CUMP ou du FIFO.
* Acquisition des titres immobilisés (P108):
Débit des comptes 2581/ 2588 de la valeur d'entrée y compris le cas échéant la partie non encore libérée des titres acquis par l'ese.
La partie non libérée des titres est inscrite au crédit du compe 1488 Dettes et financement diverses
* Cession (P108) :
Débit du compte 6514 VNA immobilisations financières / Crédit du compte 2510, 2581 et 2588
Débit du compte 3481 Créances sur cession d'immobilisations ou Compte de trésorerie / Crédit du compte 7514 PC des immobilisations
financières pour le prix de cession.

▪ Valeur actuelle des titres :


* Valeur actuelle des titres de participation (P67):
Les titres de participation doivent être évalués moins en fonction du marché qu'en fonction de l' utilité que la participation présente pour
l'entreprise.

7
La valeur actuelle est le "prix qu'accepterait d'en donner un acquéreur éventuel de l' entreprise, compte tenu de l'utilité de la participation
pour l' entreprise".
Lorsqu'une cession de titres de participation fait perdre soit le "contrôle" de la société, soit la minorité de blocage, il doit en être tenu
compte dans l' estimation de la "valeur actuelle"
* Valeur actuelle des titres autres que les titres de participation (P67):
A la date de l' inventaire, les titres ont une valeur actuelle égale :
- au cours moyen du dernier mois s'ils sont cotés
- à leur valeur probable de négociation s'ils ne sont pas cotés (à considérer dans la perspective d'une éventuelle cession à longue
échéance (plus d'un an)).

▪ Valeur au bilan & provision (P68) :


La comparaison de la valeur d'entrée et de la valeur actuelle fait apparaître des plus-values ou des moins-values par catégories
homogènes de titres (même nature, mêmes droits).
Les plus-values ne sont pas comptabilisées ; les moins-values doivent l' être, sous forme de provisions pour dépréciation.
Aucune compensation n'est, en principe, pratiquée entre plus-values et moins-values ; toutefois dans le cas des titres immobilisés cotés
autres que les titres de participation, l' entreprise peut, sous la responsabilité de ses dirigeants, compenser les moins-values résultant
d'une baisse des cours paraissant anormale et momentanée, par les plus-values constatées sur d'autres titres et dans la limite de ces
plus-values
* Titres acquis pour une valeur étrangère (P81):
Les titres de participation, les autres titres immobilisés et titres de placement acquis en monnaie étrangère sont convertis en dirhams au cours de change à la
Les provisions pour dépréciation sont à calculer par rapport à cette valeur sur la base : - du cours du titre à l' étranger converti au cours de change à la date d

▪ Comptes immobilisations financières :


* 2483 Créances liées à des participations (P107) :
Créances nées à l'occasion de prêts octroyés à des eses dans lesquelles le prêteurdes titres cédés.
* 2486 Dépôts et cautionnements versés (P107) :
Sommes versées à des tiers à titre de garantie ou de cautionnement et indisponibles jusqu'à la réalisation d'une condition suspensive.

1.4/ ECARTS DE CONVERSION PASSIF (P108):


Les créances immobilisées et les dettes de financement sont converties et comptabilisées en Dirhams sur la base du dernier cours de
change connu à la date de clôture.
Les différences de conversion sont inscrites au débit :
- du compte 2710 s'il s'agit d'une diminution des créances immobilisées
- du compte 2720 s'il s'agit d'une augmentation des dettes de financement.
A l'ouverture de l'exercice suivant, ces écritures sont contre-passées.

1.5/ PROVISIONS POUR DEPRECIATION DES IMMOBILISATIONS :


Les amoindrissements de valeur des immobilisations résultant de causes dont les effets ne sont pas jugés irréversibles sont constatés
par des provisions pour dépréciation.
La dotation aux provisions peut être d'exploitation, financière ou exceptionnelle.

2/ ACHT :

2.1/ STOCKS (P68) :

▪ Généralités :
Les coûts sont déterminés :
- lorsque leur composition est élémentaire, directement à partir des documents de base (factures, ...) pour les coûts d'acquisition
notamment
- lorsque leur composition est complexe, à l' aide de la comptabilité analytique pour les coûts de production
Les coûts sont calculés :
- article par article, objet par objet, unité par unité en ce qui concerne les biens identifiables et individualisés
- par catégorie homogène en ce qui concerne les biens interchangeables et non individualisés dans le système comptable.
Un stock n'est jamais évalué au coût de revient car celui-ci est déterminé au stade final (après distribution).
* Exception (P72):
Dans les cas exceptionnels où il n'est pas possible de calculer le coût d'achat ou le coût de production, en raison notamment de
contraintes ou de dépenses excessives au niveau de l' organisation ou du calcul des coûts, la valeur d'entrée est déterminée :
- comme égale au coût d'achat ou au coût de production dans l' entreprise de biens équivalents constaté ou estimé à une date aussi
proche que possible de la date d'entrée
- à défaut, comme égale au prix de vente estimé à la date du bilan sous déduction d'une marge normale sur coût d'acquisition ou sur
coût de production.
Mention doit être faite dans l' ETIC (A1) de la justification de l' emploi de cette méthode.

▪ Coût d'acquisition des biens en stock (P69):


Coût d'acquisition = Prix d'achat facturé + Droits de douane et autres impôts et taxes non récupérables - taxes légalement récupérables,
telle la TVA "déductible" - Réductions commerciales obtenues (RRR) quand elles ne peuvent être rattachées à chaque catégorie d'achat
et qu'elles sont significatives + Charges accessoires *
NB: Les réductions de caractère financier (escomptes obtenus) ne sont pas déduites du prix d'achat, mais inscrites dans les produits
financiers.

8
* Charges accessoires d'achat engagées jusqu'à l' entrée en "magasin" de stockage : Charges directes sur achats et approvisionnement
( transport - frais de transit - commissions et courtages - frais de réception des marchandises, matières ou fournitures (déchargement,
manutention ...) - assurances transport ...à l' exclusion des taxes légalement récupérables) + Fraction des charges indirectes
susceptibles d'être raisonnablement rattachée à l' opération d'achat et d'approvisionnement.
+ Exclusions :
- Frais généraux d'approvisionnement & Frais de stockage sauf conditions spécifiques de l' exploitation à indiquer dans l' ETIC (A1).
- Pertes & gaspillages accidentels
- Charges financières - Exception : En cas d'un cycle d'approvisionnement supérieur à un an, les frais financiers spécifiques se
rapportant à ce cycle peuvent être inclus dans le coût d'acquisition avec mention expresse dans l' ETIC (A1).
- Sous activité notable observée au niveau charges fixes unitaires résultant de cette sous activité.

▪ Coût de production des biens en stock (P69):


* Coût de production des B ou S (P70):
Coût de production = Coûts d'acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production + Charges directes de production
(charges de personnel, services extérieurs, amortissements) + Charges indirectes dans la mesure où il est possible de les rattacher
raisonnablement à la production
+ Exclusions (sauf conditions spécifiques de l' activité à justifier dans l' ETIC (A1)):
- Frais d'administration générale de l' entreprise
- Frais de stockage des produits
- Frais de R & D
- Charges financières - Exception : En cas de cycle normal de production supérieur à un an, les charges financières relatives à des
dettes contractées pour le financement spécifique de production peuvent être incluses dans le coût de production.
- Pertes et gaspillages accidentels ou exceptionnels
- Quote-part supplémentaire de charges fixes unitaires résultant d'une sous activité caractérisée de l' entreprise par rapport à une
capacité normale de production préétablie.
* Coût de production des produits résiduels (P72):
Les produits résiduels (déchets et rebuts) pour lesquels il n'a pu être calculé un coût de production, sont à inscrire en stock pour leur
valeur probable de réalisation (cours du marché s'il en existe un) sous déduction des charges de distribution à engager.

▪ Tenue des comptes d'inventaire permanent (P175) :


L'ese peut soit procéder à un inventaire permanent soit constater la variation de stock en fin d'exercice.
* Stock de marchandises, matières premières et fournitures consommables :
+ Lors des entrées consécutives aux achats :
Enregistrement classique de l'opération d'achat
Débit compte de stock / Crédit des comptes 6114 variation de stocks de marchandises ou 6124 variation des stocks de matières et
fournitures
+ Lors des sorties :
Débit des comptes 6114 variation de stocks de marchandises ou 6124 variation des stocks de matières et fournitures / Crédit compte de
stock
* Stock produits par l'ese pour elle-même :
+ Lors des entrées :
Débit compte de stock (valorisation en coût de production) / Crédit du compte 7132 variation des stocks de biens produits
+ Lors des sorties :
Débit du compte 7132 variation des stocks de biens produits / Crédit compte de stock (valorisation en coût de production)
▪ Valeur actuelle à la date d'inventaire (P74):
Il convient de déterminer, à la date de l'inventaire, la valeur actuelle des éléments en stock :
- article par article, objet par objet, catégorie par catégorie (homogène) pour les biens identifiables
- catégorie par catégorie pour les biens interchangeables.
La valeur actuelle des biens en stock est, conformément aux méthodes d'évaluation, déterminée à partir du marché et de l'utilité du bien
pour l' entreprise
* Pour les matières premières et les fournitures, la référence au marché correspond le plus souvent au prix actuel d'achat, majoré des
charges actuelles accessoires d'achat.
* Pour les produits finis et les marchandises, la référence au marché correspond généralement à leur prix de vente probable, diminué du
total des charges restant à engager pour réaliser la vente (charges de distribution y compris charges postérieures à la vente telles celles
relatives au coût des garanties ...).
* Pour les produits en-cours, leur prix de vente probable (à l' état de produit fini) doit être diminué des charges de distribution mais aussi
des coûts de production restant à engager (coût d'achèvement).
* En cas de non continuité totale ou partielle d'exploitation, il y a lieu de retenir comme valeur actuelle le prix probable de cession dans
les conditions prévues de cette cession et sous déduction des charges à engager pour réaliser cette cession (Mentionner dans l' ETIC
(A2 et A3) de cet abandon total ou partiel " de la continuité d'exploitation).
* Variations de stock :
+ Annulation du stock initial :
Débit du compte de variation de stocks 6114 ou 6124 ou 7131 ou 7132 ou 7134 / Crédit du compte de stock 311. ou 312.ou 313. ou 314.
ou 315
+ En fin d'exercice constation du stock final:
Débit du compte de stock 311. ou 312.ou 313. ou 314. ou 315/Crédit du compte de variation de stocks 6114 ou 6124 ou 7131 ou 7132
ou 7134

▪ Valeur au bilan & provision (P76) :


* En application du principe de prudence est retenue comme valeur comptable nette, dans le bilan la valeur d'entrée ou si elle lui est
inférieure la valeur actuelle.

9
* Si la valeur actuelle est inférieure à la valeur d'entrée, il est appliqué à cette dernière une correction en diminution sous forme d'une "
provision pour dépréciation "
* Cas des contrats de vente ferme :
Lorsque le prix de vente stipulé et considéré comme sûr couvre tout à la fois les coûts déjà engagés sous forme de produits finis ,
produits en cours ou matières premières, fournitures, marchandises et ceux restant à supporter jusqu'à exécution totale du contrat, le
coût d'entrée de ces biens est conservé comme valeur au bilan sans que soit constatée une provision pour dépréciation.
* Cas des stocks détenus à l'étranger destinés à y être vendus (P82) :
Si au jour de l' inventaire, le montant en dirhams calculé par conversion au cours de change à la date d'inventaire de la valeur actuelle
en devises d'un stock est inférieure à la valeur d'entrée initiale, une provision pour dépréciation est à constituer à hauteur de la différence
constatée.

▪ Comptes de stocks:
* 3123 Emballages (P114):
Les emballages en stock comprennent :
- d'une part, les emballages non récupérables, destinés à être vendus en même temps que les marchandises 31231.Emballages perdus
- d'autre part, les emballages non identifiables susceptibles d'être provisoirement conservés par les tiers puis retournés mais qui ne sont
pas indentifiables 31232.Emballages récupérables non identifiables
NB: Les emballages récupérables et indentifiables constituent des immobilisations.
* 3145 Produits résiduels (P116):
Les produits résiduels comprennent les déchets et rebuts de fabrication ainsi que les produits finis ou intermédiaires impropres à
l'utilisation ou à un écoulement normal.

2.2/ CREANCES DE L'ACTIF CIRCULANT (P61):

▪ Généralités (P117) :
Ce compte comporte :
- les Créances liées à des opérations d'exploitation quel que soit leur délai de recouvrement
- les Créances non liées à des opérations d'exploitation (Ex : Cessions d'immobilisations ou Créances financières) qui à leur entrée sont
présumées avoir un délai de recouvrement inférieur ou égal à douze mois.
Si un compte de tiers, normalement débiteur, devient créditeur à la date d'arrêté des comptes, il doit être viré dans les comptes
parallèles de la classe 4.

▪ Valeurs d'entrée :
En vertu du principe du coût historique, les créances sont inscrites en comptabilité pour leur montant nominal.
Lorsque le montant du règlement final stipulé comporte distinctement le montant du principal et des intérêts, seul le montant principal est
à inscrire en valeur d'entrée de la créance.
L'augmentation ou la diminution du montant de la créance pour des raisons contractuelles ou légales constitue un complément ou une
réduction de la créance modifiant la valeur d'entrée ; la contrepartie constitue une charge ou un produit selon sa nature.
Dans le cas des créances indexées, la valeur d'entrée est rectifiée dans le bilan et l' écart inscrit dans les mêmes conditions que les
créances libellées en monnaie étrangère.
Lorsque le règlement futur d'une créance paraît incertain, notamment à la suite d'un litige avec le débiteur, ou en raison de sa situation
financière, une provision pour dépréciation doit être constituée calculée sur la base de la perte probable future.

▪ Valeur au bilan & dépréciation :


* Créances et dettes libellés en monnaie étrangère (P82):
Les créances et les dettes contractées en monnaie étrangère sont converties et comptabilisées en dirhams sur la base du cours de
change du jour de l' opération.
Toutefois , les créances ou dette nées d'opérations dites de " couverture de change " sont converties en dirhams sur la base du cours de
change
Lorsqueàlaterme figurant
naissance et dans les contrats.
le règlement des créances ou des dettes s'effectuent dans le même exercice, les écarts constatés par rapport
aux valeurs d'entrée en raison de la variation des cours de change, constituent des pertes ou des gains de change à inscrire
respectivement
Les créances etdans les charges
les dettes financières
libellées en monnaieou les produitssont
étrangère financiers de l' et
converties exercice.
inscrites en comptabilité par correction de l' enregistrement
initial en dirhams sur la base du dernier cours de change à la date d'inventaire.
Les différences entre les valeurs initialement inscrites dans les comptes et celles résultant de la conversion à la date de l' inventaire
constituent des pertes latentes ou des gains latents .
Ces pertes
Les différences ou " écarts
latentes, de conversion
représentant un risque" sont inscrits à
de change enlacontrepartie des variations
date de l'inventaire, des créances
entraînent et dettes.
la constitution de provisions pour risques et
charges de caractère durable pour les créances et les dettes à plus d'un an d'échéance à la date du bilan, ou de provisions pour risque
et charges du passif circulant pour celles à moins d'un an d'échéance à la date du bilan.
Si le règlement des créances ou des dettes intervient entre la date de clôture et la date d'établissement des états de synthèse, le
montant de la provision pour risques de change peut être calculé en fonction des pertes de change définitives ; mention doit en être dans
l' ETIC (A1). (P68)
* Cas exceptionnels (à indiquer dans l'ETIC (A1)) où les pertes latentes sont provisionnées ou partiellement provisionnées :
- Existence d'une couverture de change: la provision pour risques n'est à constituer qu'à concurrence du risque non couvert.
- Quasi couverture de change résultant d'une position globale de change: lorsque les pertes et gains latents de change concernent des
créances et des dettes dont les échéances sont suffisamment rapprochées pour constituer une position globale de change, les unes des
autres le montant
- Emprunt de lades
finançant dotation aux provisions
immobilisations peut être limité
à l'étranger: à l' excédent
La perte des pertessur
latente constatée sur un
les emprunt
gains en monnaie étrangère peut être
considérée comme couverte par la plus-value latente afférente aux immobilisations acquises au moyen de cet emprunt et situées dans le
Néanmoins
pays la provision
ayant pour pour risques
unité monétaire de
ladite change peut être constituée de façon étalée, en principe linéaire, sur la durée de l' emprunt (ou
monnaie.
- Créances
sur la durée ou
de dettes
vie de l'à Immobilisation
long terme: Lorsque
si elle les
est pertes latentes concernent une opération affectant plusieurs exercices, l' entreprise peut
plus courte).
exceptionnellement et sous la responsabilité expresse des dirigeants procéder à l' étalement de ces pertes sur lesdits exercices, de
façon dégressive si possible et au moins linéaire.

10
- Réajustement exceptionnel des valeurs d'entrée: Dans le cas d'une forte perte de change latente résultant d'une grave dépréciation de
la monnaie nationale affectant des dettes relatives à l' acquisition récente de biens facturés en monnaie étrangère et encore en
possession de l' entreprise, celle-ci pour réajuster en hausse la valeur d'entrée de ces biens de tout ou partie de la perte latente dans la
limite de la " valeur actuelle " du bien à la date du bilan.

▪ Comptes de créances (P117) :

* 3411 Fournisseurs-avances et accomptes versés sur commandes d'exploitation:


Lors du paiement de l'avance : Débit du compte de trésorerie / Crédit du compte 3411
Lors de la réception du la facture du fournisseur : Débit du compte 4411 Founisseur / Crédit du compte 3411

* 3413 Fournisseurs-créances pour emballages et matériel à rendre :


+ Lors de la consignation chez l'ese acheteuse : Débit 3411 / Crédit du compte 4411 Fournisseur
+ Lors de retour de la consigne chez l'ese acheteuse : Débit du compte 4411 Fournisseur / Crédit 3411
+ Lorsque l'ese décide de garder la consigne : Débit 6123 Achats d'emballage / Crédit 3411
+ Lorsque la reprise de la consigne sa fait à un montant inférieur à celui de la consignation : Débit des comptes 4411 Fournisseur &
61317 Malis sur emballages rendus / Crédit du compte 3411
* 3417 RRR à obtenir -avoirs non enore reçus:
+ Débit du compte 3417 / Crédit des comptes de RRR de la classe 6 & 3458 Etat, autres comptes créditeurs
+ Contrepassation de l'écriture au début de l'exercice suivant
* 3424 Clients douteux ou litigieux:
Débit du compte 3424 / Crédit des comptes 3421 pour le montant des créances douteuses ou litigieuses que l'ese possède sur ses
clients
* 3425 Clients Effets à revoir :
+ Au moment de l'entrée des effets en portefeuille : Débit du compte 3425/ Crédit du compte 3421 Clients
+ A l'échéance de l'effet : Débit d'un compte de trésorerie / Crédit du compte 3425
NB: Les effets restent maintenus au débit du compte 3425 même dans le cas où ils sont escomptés.
* 3427 Clients - factures à établir et créances sur travaux non encore facturables :
+ A la clôture de l'exercice : Débit du compte 3427 par le crédit des comptes concernés des classes 4 et 7 pour le montant TTC des
créances imputables à cet exercice
+ Contrepassation des écritures au début de l'exercice suivant

* 3451 Subventions à recevoir :


+ En fin d'exercice constation des subventions accordées par l'Etat et non encore perçues par l'entreprise par le crédit :
Débit du compte 3451 / Crédit du compte 1311 subventions d'investissement ou 7161 subventions d'exploitation ou 7561 subventions
d'équilibre.
Lors de la réception des subventions: Débit compte de trésorerie / Crédit compte 3451
* 3453 Acomptes sur impôts sur les résultats :
+ Débit du compte 3453 du montant des règlements effectués au Trésor au titre des acomptes relatifs aux impôts sur les résultats.
+ Débit du compte 4453 Etat impôts sur les résultats / Crédit du compte 3453 (compte soldé)
* 3455 Etat - T V A . Récupérable :
+ Débit du compte 3455 lors de la constation de la TVA récupérable
+ Débit du compte 4456 Etat, TVA due / Crédit du compte 3455 pour solder le compte
* 3456 Etat -Crédits de TVA :
+ Lorsque le solde du compte 4556 devient débiteur :
Débit 3456 / Crédit 4456 Etat, TVA due
* 3461 Associés - comptes d'apport en société :
+ Constation promesse d'apport : Débit compte 3461 / Crédit du compte 1111 Capital social
+ Réalisation des apports : Comptes d' apports / Crédit du compte 3461
* 3462 Actionnaires - capital souscrit et appelé non versé :
+ Lors des appels successifs du capital : Débit du compte 3462 / 1119 Actionnaires, capital souscrit non appelé
+ Lors de la réalisation de l'apport : Débit des comptes d'actif ou de passif concernés / Crédit du compte 3462
* 3481 Créances sur cessions d'immobilisations :
Lors de la cession d'immobilisation : Débit 3481 / Crédit du compte 7512 PC des immob incorp ou 7513 PC des immob corp ou 7514 PC
des immobilisations financières
* 3482 Créances sur cessions d'éléments d'actif ;
+ Lors de la cession d'éléments d'actif circulant : Débit du compte 3482 pour le prix de cession
+ Cas T&VP : Débit du compte 3482 + 6385 Charges nettes sur cessions de T&VP (si moins value) / Crédit du compte concerné du
poste 350 T & VP pour le prix d'acquisition + 7385 Produits nets sur cessions de T&VP (si plus value).
* 3491 Charges constatées d'avances :
Compte de régularisation qui permet de rattacher à l'exercice les charges le concernant :
Débit du compte 3491 / Crédit du compte de charge concerné
Contrepassation de l'écriture au début de l'exercice suivant
* 3493 Intérêts courus et non échus à percevoir :
Intérêts courus et non échus sur les prêts et autres créances y compris ceux de l'actif immobilisé.
* 3495 Comptes de répartition périodique des charges :
Charges dont le montant est connu avec une précision suffisante que l'ese décide de répartir par fractions égales entre les périodes
comptables de l'exercice selon le système d'abonnement. Le compte est soldé en fin d'exercice.

* 3497 Comptes transitoires ou d'attente -débiteurs

11
Ce compte enregistre les opérations qui ne peuvent être imputées de façon certaine à un compte débiteur déterminé au moment où elles
doivent être enregistrées et qui nécessitent notamment une information complémentaire . Le compte doit être soldé en fin d'exercice.

2.3/ TITRES ET VALEUR DE PLACEMENT (P78) :

▪ Valeur d'entrée et de sortie :


Les titres sont portés en comptabilité pour leur prix d'achat à l' exclusion des frais d'acquisition, lesquels sont inscrits directement dans
les charges de l' exercice.
La cession des DPS ou des droits d'attribution réduit le coût unitaire moyen d'achat des titres correspondants à hauteur du montant du
prix de cession.
En cas de sortie de titres de même nature, la valeur d'entrée des titres restants est déterminée selon la méthode du CUMP ou du FIFO.

▪ Valeur actuelle des titres de placement (P68):


A la date de l' inventaire, les TVP ont une " valeur actuelle " égale :
- au cours moyen du dernier mois s'ils sont cotés ;
- à leur valeur probable de négociation s'il ne sont pas cotés (à considérer dans la perspective d'une cession à brève échéance (à moins
d'un an)).
Aucune compensation n'est en principe pratiquée entre plus-values et moins-values ; toutefois l' entreprise peut sous la responsabilité de
ses dirigeants compenser les moins-values résultant d'une baisse paraissant anormale et momentanée par les plus-values constatées
sur d'autres titres et dans la limite de ces plus-values

▪ Valeur au bilan & provision (P79) :


La comparaison de la valeur d'entrée et de la valeur actuelle fait apparaître des plus-values ou des moins-values par catégories
homogènes de titres (même nature, même droits).
Les plus-values ne sont pas comptabilisées ; les moins-values doivent l' être sous forme de provisions pour dépréciation.
* Titres acquis pour une valeur étrangère (P81):
Les titres de participation, les autres titres immobilisés et titres de placement acquis en monnaie étrangère sont convertis en dirhams au
cours de change à la date d'entrée (P65).
Les provisions pour dépréciation sont à calculer par rapport à cette valeur sur la base : - du cours du titre à l' étranger converti au cours
de change à la date d'inventaire pour les titres cotés seulement à l' étranger ; - au cours en dirhams si les titres sont cotés au Maroc.

▪ Comptes de T & VP (P123) :

* 3501 Actions, partie libérée & 3502 Actions, partie non libérée :
Le compte 3501 est débité pour la partie libérée et le compte 3502 est débité pour la partie non libérée du montant des actions par le
crédit d'un compte de tiers ou de trésorerie.

2.4/ ECART DE CONVERSION ACTIF (P124) :

Les créances de l'actif circulant et les dettes du passif circulant sont converties et comptabilisées en dirhams sur la base du dernier cours
de change connu à la clôture de l'exercice.
Les différences de conversion sont inscrites au débit:
- du compte 3701 s'il s'agit d'une diminution des créances de l'actif circulant.
- du compte 3702 s'il s'agit d'une augmentation des dettes du passif circulant.
A l'ouverture de l'exercice suivant, ces écritures sont contre-passées.

2.5/ PROVISIONS POUR DEPRECIATION DES COMPTES DE L'ACTIF CIRCULANT :

▪ Généralités :
Les amoindrissements de valeur des éléments de l'actif circulant résultant de causes dont les effets ne sont pas jugés irréversibles sont
constatés par des provisions pour dépréciation
La dotation aux provisions peut être d'exploitation, financière ou exceptionnelle.

3/ TRESORERIE ACTIF (P79):

3.1/ GENERALITES:
Le poste 514 Banques, Trésorerie Générale et Chèques Postaux débiteurs ne regroupe que les comptes de trésorerie dont le solde est
débiteur.
▪ Valeur d'entrée & Valeur au bilan :
La valeur au bilan des avoirs en espèces et en banques est égale à leur montant nominal sauf cas de dépréciation (comptes bancaires
litigieux …)
* Cas des disponibilités en devises (P85) :
Ces disponibilités sont converties en dirhams, lors de leur acquisition, au cours de change à la date de l'opération ; dans le
bilan, elles sont converties sur la base du dernier cours de change et les écarts constatés sont inscrits directement dans les
produits et les charges de l' exercice (gains de change et pertes de change).

▪ Provision pour dépréciation de stock de trésorerie :


Les éléments de la trésorerie sujets à dépréciation sont enregistrés au niveau du compte portant la racine 59 Provisions pour
dépréciation des comptes de trésorerie.

12
Débit du compte 6396 Dotations aux provisions pour dépréciation des comptes de trésorerie / Crédit du compte 5900 Provisions pour
dépréciation des comptes de trésorerie - Reprise avec compte 7396

▪ Comptes de trésorerie (P136) :


* 5111 Chèques à encaisser ou à l'encaissement :
+ Débit du compte pour le montant des chèques reçus des clients et non remis à l'encaissement et les chèques remis à l'encaissement
et non encore portés au crédit du compte de l'ese par la banque.
+ Débit du compte banque / Crédit du compte 5111 pour solde dès réception de l'avis du crédit du compte de l'ese par la banque.
* 5113 Effets à encaisser ou à l'encaissement :
+ A l'échéance : Débit du compte pour le montant des effets échus acceptés par les clients et non remis à l'encaissement et des effets
remis à l'encaissement non encore portés au crédit du compte de l'ese / Crédit du compte 3425 Clients, Effets à recevoir.
+ Débit du compte banque / Crédit du compte 5113 pour solde dès réception de l'avis de crédit du compte de l'ese par la banque.
* 5115 Virements de fonds :
Compte de passage pour la comptabilisation des mouvements de fonds entre les différents comptes de trésorerie.
Il doit être soldé en fin d'exercice.

13
1/ FINANCEMENT PERMANENT (P86) :

1.1/ CAPITAUX PROPRES (P86) :

▪ Comptes de capitaux propres :


* 1111. Capital social (P86):
Crédité lors de la constitution de la sté du montant du capital figurant dans les statuts
Crédit à l'occasion des augmentations de capital par apports en espèces et en natures (aussi bien pour la partie appelée que non
appelée)
Crédité à l'occasion des augmentations de capital par incorporations de réserve
Débité à l'occasion des réductions de capital
* 1112. Fond de dotation (P86):
Crédité des dotations initiales des ets public et de toutes dotations complémentaires
* 1117. Capital personnel (P87):
Crédité du montant des apports de l'entrepreneur au début ou en cours d'activité
Crédité du bénéfice de l'exercice précédent en contrepartie du compte 1191- Résultat net de l'exercice SC
Débité lors de prélévements personnel
Débité de la perte de l'exercice précédent en contrepartie du compte 1199- Résultat net de l'exercice SD
* 1119. Actionnaires capital souscrit non appelé (P87):
Débité pour la fraction du capital non appelée
* 1121. Primes d'émission (P88):
Excédent du prix d'émission sur la valeur nominale des actions ou des parts sociales attribuées à l'apporteur
Débit 1119 Actionnaires capital souscrit non appelé & 4462 Versements reçus sur augmentation de capital / Crédit 1111 Capital social &
1121 Primes d'émission
* 1122. Primes de fusion (P88):
Excédent de la valeur des éléments reçus dans le cadre de la fusion et le montant de l'augmentation de capital de la sté absorbante
(valeur nominale des actions)
* 1123. Primes d'apport (P88):
Excédent de prix de vente sur la valeur nominale des parts sociales attribuées à l'apporteur (stés autres que SA)
* 1130. Ecart de réévalutation (P88):
Ecarts sur opérations de réévalutation qui ont le caractère de capitaux propres
* 1140. Réserve légale (P88):
Fraction du bénéfice affectée à la réserve légale
* 1151. Réserves statutaires ou légales (P89):
Fraction du bénéfice affectée en réserve en vertu de dispositions statutaires ou contractuelles
Débité en cas de prélévements pour incorporation au capital, distribution aux associés, compensation de pertes.
* 1152. Réserves facultatives (P89):
Fraction du bénéfice affectée en réserve
Débité en cas de prélévements pour incorporation au capital, distribution aux associés, compensation de pertes.
* 1155. Réserves réglementées (P89):
Crédité dans le cas des réserves autres que la réserve légale constituées en vertu de dispositions légales.
Débité en cas de prélévements pour incorporation au capital, distribution aux associés, compensation de pertes.
* 1161. Report à nouveau (SC) - Report à nouveau bénéficiaire (P89) :
Bénéfices nets des exercices antérieurs non affectés
* 1169. Report à nouveau (SD) - Report à nouveau déficitaire (P89):
Pertes nettes des exercices antérieurs non encore affectés.
NB : Lorsque des intérêts sont alloués en vertu d'une clause légale (garantie par l’Etat d'un dividende minimal) aux apports des associés,
ces intérêts sont en l’absence de bénéfices inscrits au compte 1169 Report à nouveau (montant des intérêts à indiquer dans l'ETIC) -
(P174).
* 1181. Résultat net en instance d'affectation (SC) - (P90) :
Résultats nets bénéficiaires des exercices antérieurs non encore affectés
* 1189. Résultat net en instance d'affectation (SD) - (P90) :
Résultats nets déficitaires des exercices antérieurs non encore affectés
* 1191. Résultat net de l'exercice (SC) -(P90) :
Crédité en contrepartie du compte 8800- Résultats après impôts
En cas de non affectation du résultat net bénéficiaire de l'exercice considéré, au cours de l'exercice suivant, le solde du compte 1191 est
viré au compte 1181.
* 1199. Résultat net de l'exercice (SD) -(P90) :
Débité en contrepartie du compte 8800- Résultats après impôts
En cas de non affectation du résultat net déficitaire de l'exercice considéré, au cours de l'exercice suivant, le solde du compte 1199 est
viré au compte 1189

1.2/ CAPITAUX PROPRES ASSIMILES (P91) :

▪ Comptes de capitaux propres assimilés :


* 131.Subventions d'investissement - (P91) :
+ Constation de la subventions reçue :
Crédit du compte 1311- Subventions d'investissements reçues, par le débit du compte d'actif intéressé (compte de tiers 3451
Subventions à recevoir ou compte financier)
+ Reprise des subventions :
Débit du compte 1319 en contrepartie du compte 7577 Reprises sur subventions
- Cas des immobilisations amortissables :
Montant calculé proportionnement à la quote part des amortissements de l'exercice reportée aux immobilisations acquises ou créées au
moyen de la subvention.
- Cas des immobilisations non amortissables :
Montant calculé proportionnement au nombre d'années pendant laquelle l'immobilisation sera inaliénable
A défaut de clause d'inaliénabilité, d'une somme égale au 1/10 du montant de la subvention
+ Solde du compte de subvention reçue :
Les comptes 1311 et 1319 sont soldés l'un par l'autre lorsque le débit du deuxième est égal au crédit du premier.
* 135.Provisions réglementées - (P92) :
Les provisions réglementées sont comptabilisées en application de dispositions légales ou réglementaires.
Dotations aux provisions réglementées enregistrées par le débit du compte 6594 DNC aux provisions réglementées par le crédit des
comptes 1351, 1352, 1354, 1355, 1356 et 1358.
Le compte 7594 "Reprises sur provisions réglementées" enregistre à son crédit les reprises sur provisions réglementées par le débit des
comptes 1351, 1352, 1354, 1355, 1356 et 1358.
1.3/ AUTRES DETTES DE FINANCEMENT (P92) :

14
▪ Généralités :
Dettes non liées à des opérations d'exploitation lorsqu'elles sont présumées avoir à leur naissance un délai d'exigibilité supérieur à
douze mois.

▪ Valeur d'entrée :
En vertu du principe du coût historique, les dettes sont inscrites en comptabilité pour leur montant nominal.
Lorsque le montant du règlement final stipulé comporte distinctement le montant du principal et des intérêts, seul le montant principal est
à inscrire en valeur d'entrée de la dette.
L' augmentation ou la diminution du montant de la créance pour des raisons contractuelles ou légales constitue un complément ou une
réduction de la créance modifiant la valeur d'entrée ; la contrepartie constitue une charge ou un produit selon sa nature.
Dans le cas de dettes indexées, la valeur d'entrée est rectifiée dans le bilan et l' écart inscrit dans les mêmes conditions que les dettes
libellées en monnaie étrangère.
La valeur au bilan des dettes est égale à leur montant nominal valeur d'entrée.

▪ Valeur au bilan & dépréciation :


* Créances et dettes libellés en monnaie étrangère (P82):
Les créances et les dettes contractées en monnaie étrangère sont converties et comptabilisées en dirhams sur la base du cours de
change du jour de l' opération.
Toutefois , les créances ou dette nées d'opérations dites de " couverture de change " sont converties en dirhams sur la base du cours de
change à terme figurant dans les contrats.
Lorsque la naissance et le règlement des créances ou des dettes s'effectuent dans le même exercice, les écarts constatés par rapport
aux valeurs d'entrée en raison de la variation des cours de change, constituent des pertes ou des gains de change à inscrire
respectivement dans les charges financières ou les produits financiers de l' exercice.
Les créances et les dettes libellées en monnaie étrangère sont converties et inscrites en comptabilité par correction de l' enregistrement
initial en dirhams sur la base du dernier cours de change à la date d'inventaire.

Les différences entre les valeurs initialement inscrites dans les comptes et celles résultant de la conversion à la date de l' inventaire
constituent des pertes latentes ou des gains latents .
Ces différences ou " écarts de conversion " sont inscrits en contrepartie des variations des créances et dettes.
Les pertes latentes, représentant un risque de change à la date de l'inventaire, entraînent la constitution de provisions pour risques et
charges de caractère durable pour les créances et les dettes à plus d'un an d'échéance à la date du bilan, ou de provisions pour risque
et charges du passif circulant pour celles à moins d'un an d'échéance à la date du bilan.
Si le règlement des créances ou des dettes intervient entre la date de clôture et la date d'établissement des états de synthèse, le
montant de la provision pour risques de change peut être calculé en fonction des pertes de change définitives ; mention doit en être dans
l' ETIC (A1) (P68).
* Cas exceptionnels (à indiquer dans l'ETIC (A1)) où les pertes latentes sont provisionnées ou partiellement provisionnées :
- Existence d'une couverture de change: la provision pour risques n'est à constituer qu'à concurrence du risque non couvert.
- Quasi couverture de change résultant d'une position globale de change: lorsque les pertes et gains latents de change concernent des
créances et des dettes dont les échéances sont suffisamment rapprochées pour constituer une position globale de change, les unes des
autres le montant de la dotation aux provisions peut être limité à l' excédent des pertes sur les gains
- Emprunt finançant des immobilisations à l'étranger: La perte latente constatée sur un emprunt en monnaie étrangère peut être
considérée comme couverte par la plus-value latente afférente aux immobilisations acquises au moyen de cet emprunt et situées dans le
pays ayant pour unité monétaire ladite monnaie.
Néanmoins la provision pour risques de change peut être constituée de façon étalée, en principe linéaire, sur la durée de l' emprunt (ou
sur la durée de vie de l' Immobilisation si elle est plus courte).
- Créances ou dettes à long terme: Lorsque les pertes latentes concernent une opération affectant plusieurs exercices, l' entreprise peut
exceptionnellement et sous la responsabilité expresse des dirigeants procéder à l' étalement de ces pertes sur lesdits exercices, de
façon dégressive si possible et au moins linéaire.

- Réajustement exceptionnel des valeurs d'entrée: Dans le cas d'une forte perte de change latente résultant d'une grave dépréciation de
la monnaie nationale affectant des dettes relatives à l' acquisition récente de biens facturés en monnaie étrangère et encore en
possession de l' entreprise, celle-ci pour réajuster en hausse la valeur d'entrée de ces biens de tout ou partie de la perte latente dans la
limite de la " valeur actuelle " du bien à la date du bilan.

▪ Comptes de financement permanent :

* 1410.Emprunts obligataires - (P92) :


Crédit du compte 1410 Emprunt obligataire (prime de remboursement incluse) / Débit compte de banque (montant versé par
souscripteur) + 2130 Primes de remboursement des obligations + 2125 Frais d'émission des emprunts + 34552 Etat TVA récup/immob
(TVA frais d'émission emprunt)
Le compte 1410 Emprunt obligataire est débité au fur et à mesure du remboursement

* 148. Autres dettes de financement


Dettes qui ont à leur naissance un délai d'exigibilité supérieur à douze mois.
Les intérêts courus et non échus sont inscrits en compte de régularisation passif (poste 449).
+ 1482. Avances de l'état - (P93) :
Les avances remboursables consenties par l'état à une ese constituent un véritable emprunt.
+ 1483. Dettes rattachées à des participations- (P94) :
Compte réservé aux dettes à caractère financier.
+ 1484. Billets de fonds- (P94) :
Les billets de fonds à payer par l'entreprise sont assimilés aux emprunts.

1.4/ PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES (P94) :

▪ Généralités :
Provisions destinées à faire face à des risques ou à des charges dont on prévoit la réalisation dans un délai supérieur à douze mois à la
date de clôture de l'exercice
* Constitution de la provision pour risques et charges :
Débit du compte 6195/6393/6596 en contrepartie du Crédit d'un compte 15
* Réajustement du compte à la fin de l'exercice avec les comptes 6195/6393/6596 ou 7195/7393/7595
* Solde du compte lors de la réalisation du risque ou de la survenance de la charge avec les comptes 6195/6393/6596 ou 7195/7393/7595

▪ Comptes de provisions durables :

15
* 1514.Provisions pour pertes sur marché à terme - (P94) :
Ce compte enregistre les pertes prévues sur la liquidation des marchés à terme en cours à la clôture de l'exercice.

* 1551.Provisions pour impôts - (P94) :


Charge probable d'impôt rattachable à l'exercice mais différée dans le temps et dont la prise en compte définitive dépend d'éléments
futurs.

* 1552.Provisions pour pensions de retraite et obligations similaires - (P95) :


Provisions relatives aux sommes affectées obligatoirement par l'entreprise à un fonds de retraite interne constitué en vertu d'obligations
légales, réglementaires ou contractuelles.

* 1555.Provisions pour charges à répartir sur plusieurs exerices - (P95) :


Charges prévisibles, telles que les frais de grosses réparations, qui ne sauraient normalement être rattachées au seul exercice au cours
duquel elles sont engagées.
Une provision pour des frais de grosses réparations doit répondre aux conditions suivantes :
- être destinée à couvrir des charges importantes qui ne présentent pas un caractère annuel et ne peuvent être assimilées à des frais
courants d'entretien et de réparation ;
- faire l'objet d'une prévision en fonction de la fréquence des grosses réparations envisagées.

1.5/ COMPTES DE LIAISON DES ETS ET SUCCURSALES (P94) :

Comptes 1601/1605 ouverts par les eses qui ont des succursales ou élargissements tenant des comptabilités distinctes pour recevoir
les écritures relatives aux liaisons indispensables entre ces comptabilités et la comptabilité centrale du siège.
Ces comptes de liaison sont soldés en fin d'exercice et n'apparaissent pas au niveau du bilan.

1.6/ ECARTS DE CONVERSION PASSIF :


Les créances immobilisées et les dettes de financement sont converties et comptabilisées en Dirhams sur la base du dernier cours de
change connu à la date de clôture.
Les différences de conversion sont inscrites au crédit :
- du compte 1710 s'il s'agit d'une augmentation des créances immobilisées
- du compte 1720 s'il s'agit d'une diminution des dettes de financement.
A l'ouverture de l'exercice suivant, ces écritures sont contre-passées.

2/ PCHT :

2.1 DETTES DU PASSIF CIRCULANT :

▪ Généralités (P126):
Ce compte comprend :
- Des dettes liées à des opérations d'exploitation quel que soit leur délai d'exigibilité
- Dettes non liées à des opérations d'exploitation (ex : Des dettes pour acquisition d'immobilisations ou Dettes financières) qui sont
présumées à leur entrée avoir un délai d'exigibilité inférieur ou égal à douze mois.
La rubrique 44 ne contient que les comptes de tiers créditeurs. Si un compte de tiers, normalement créditeur, devient débiteur à la date
d'arrêté des comptes, il doit être viré dans les comptes parallèles de la classe 3.

▪ Valeur d'entrée (P80):


En vertu du principe du coût historique, les dettes sont inscrites en comptabilité pour leur montant nominal.
Lorsque le montant du règlement final stipulé comporte distinctement le montant du principal et des intérêts, seul le montant principal est
à inscrire en valeur d'entrée de la dette.
L' augmentation ou la diminution du montant de la créance pour des raisons contractuelles ou légales constitue un complément ou une
réduction de la créance modifiant la valeur d'entrée ; la contrepartie constitue une charge ou un produit selon sa nature.
Dans le cas de dettes indexées, la valeur d'entrée est rectifiée dans le bilan et l' écart inscrit dans les mêmes conditions que les dettes
libellées en monnaie étrangère.
La valeur au bilan des dettes est égale à leur montant nominal valeur d'entrée.

▪ Valeur au bilan & dépréciation (P82):


* Créances et dettes libellés en monnaie étrangère (P82):
Les créances et les dettes contractées en monnaie étrangère sont converties et comptabilisées en dirhams sur la base du cours de
change du jour de l' opération.
Toutefois , les créances ou dette nées d'opérations dites de " couverture de change " sont converties en dirhams sur la base du cours de
change à terme figurant dans les contrats.
Lorsque la naissance et le règlement des créances ou des dettes s'effectuent dans le même exercice, les écarts constatés par rapport
aux valeurs d'entrée en raison de la variation des cours de change, constituent des pertes ou des gains de change à inscrire
respectivement dans les charges financières ou les produits financiers de l' exercice.
Les créances et les dettes libellées en monnaie étrangère sont converties et inscrites en comptabilité par correction de l' enregistrement
initial en dirhams sur la base du dernier cours de change à la date d'inventaire.
Les différences entre les valeurs initialement inscrites dans les comptes et celles résultant de la conversion à la date de l' inventaire
constituent des pertes latentes ou des gains latents .
Ces différences ou " écarts de conversion " sont inscrits en contrepartie des variations des créances et dettes.
Les pertes latentes, représentant un risque de change à la date de l'inventaire, entraînent la constitution de provisions pour risques et
charges de caractère durable pour les créances et les dettes à plus d'un an d'échéance à la date du bilan, ou de provisions pour risque
et charges du passif circulant pour celles à moins d'un an d'échéance à la date du bilan.
Si le règlement des créances ou des dettes intervient entre la date de clôture et la date d'établissement des états de synthèse, le
montant de la provision pour risques de change peut être calculé en fonction des pertes de change définitives ; mention doit en être dans
l' ETIC (A1). (P68)
* Cas exceptionnels (à indiquer dans l'ETIC (A1)) où les pertes latentes sont provisionnées ou partiellement provisionnées :
- Existence d'une couverture de change: la provision pour risques n'est à constituer qu'à concurrence du risque non couvert.
- Quasi couverture de change résultant d'une position globale de change: lorsque les pertes et gains latents de change concernent des
créances et des dettes dont les échéances sont suffisamment rapprochées pour constituer une position globale de change, les unes des
autres le montant de la dotation aux provisions peut être limité à l' excédent des pertes sur les gains
- Emprunt finançant des immobilisations à l'étranger: La perte latente constatée sur un emprunt en monnaie étrangère peut être
considérée comme couverte par la plus-value latente afférente aux immobilisations acquises au moyen de cet emprunt et situées dans le
pays ayant pour unité monétaire ladite monnaie.

16
Néanmoins la provision pour risques de change peut être constituée de façon étalée, en principe linéaire, sur la durée de l' emprunt (ou
sur la durée de vie de l' Immobilisation si elle est plus courte).
- Créances ou dettes à long terme: Lorsque les pertes latentes concernent une opération affectant plusieurs exercices, l' entreprise peut
exceptionnellement et sous la responsabilité expresse des dirigeants procéder à l' étalement de ces pertes sur lesdits exercices, de
façon dégressive si possible et au moins linéaire.

- Réajustement exceptionnel des valeurs d'entrée: Dans le cas d'une forte perte de change latente résultant d'une grave dépréciation de
la monnaie nationale affectant des dettes relatives à l' acquisition récente de biens facturés en monnaie étrangère et encore en
possession de l' entreprise, celle-ci pour réajuster en hausse la valeur d'entrée de ces biens de tout ou partie de la perte latente dans la
limite de la " valeur actuelle " du bien à la date du bilan.

▪ Comptes de dettes du Passif circulant (P127) :

* 4413 Fournisseurs - retenues de garantie :


Débit du compte fournisseur intéressé / Crédit du compte 4413 pour le montant des retenues effectuées sur le prix convenu jusqu'à
l'échéance du terme de garantie prévu.

* 4415 Fournisseurs - effets à payer :


Lors de l'acceptation d'une lettre de change ou remise d'un billet à ordre par l'ese au fournisseur :
Débit du compte 4411 / Crédit du compte 4415 Fournisseurs effets à payer.

* 4417 Fournisseurs - factures non parvenues :


Débit compte de charge concerné / Crédit compte 4417 pour le montant TTC des factures imputables à cet exercice mais non encore
parvenues, dont le montant est suffisamment connu et évaluable.
Contrepassation des écritures lors de l'exercice suivant.

* 4421 Client - avances et acomptes reçus sur commandes en cours:


Lors de l'encaissement par l'ese d'avances sur commandes passées : Débit d'un compte de trésorerie / Crédit du compte 4421
Lors de l'établissement de la facture par l'ese : Débit du compte 4421 / Crédit du compte 3421

* 4425 Clients - dettes pour emballages et matériel consignés :


+ Facturation des consignations d'emballages par l'ese à ses clients: Débit du compte 3421 Clients/ Crédit du compte 4425 pour le
montant des consignations
+ Restitution de l'emballage : Débit du compte 4425 / Crédit du compte 3421
+ Cas où l'emballage est conservé par le client : Débit du compte 4425 / Crédit compte 7 (cessions d'immobilisations ou ventes
d'emballages)
+ Lorsque la reprise est effectuée pour un prix inférieur celui de la consignation : Débit du compte 4425 / Crédit du compte 3421 Clients
& 71275 Bonis sur reprises d'emballages consignés
* 4427 Rabais, remises et ristournes à accorder - avoirs à établir :
+ Débit des comptes de RRR de la classe 7 & 4458 Etat, autres comptes créditeurs / Crédit du compte 4427
+ Contrepassation de l'écriture au début de l'exercice suivant

* 4432 Rémunérations dues au personnel :


+ Débit des comptes de charges intéressées / Crédit du compte 4432 pour le montant des rémunérations nettes à payer au personnel
+ Débit du compte 4432 / Crédit compte de trésorerie lors de règlement effectif des salariés

* 4434 Oppositions sur salaires:


+ Débit du compte 4432 / Crédit du 4434 du montant des sommes faisant l'objet d'oppositions obtenues par des tiers à l'encontre des
membres du personnel de l'ese.
+ Débit du compte 4434 / Crédit d'un compte de trésorerie lors du versement desdites sommes aux tiers bénéficiaires de l'opposition

* 4437 Charges du personnel à payer:


+A la clôture de l'exercice : Débit des comptes intéressés de la classe 6 / Crédit du compte 4432 du montant des dettes de personnel
potentielles et rattachable à cet exercice, dont le montant est suffisamment connu et évaluable, telles que indemnités pour congés
payés.
+ Contrepassation de l'écriture au début de l'exercice suivant

* 4452 Etat Impôts, taxes et assimilés:


Compte crédité des impôts, taxes et dettes assimilées y compris les retenues à la source.

* 4453 Etat, impôts sur les résultats:


+ Débit du compte 670 Impôts sur les résutats / Crédit du compte 4453
+ Débit du compte 4453 du montant de l'impôt sur le résultat dû à l'état / Crédit du compte 3453 et d'un compte de trésorerie pour le
solde

* 4456 Etat, T V A due ( suivant déclarations) :


Ecitures passées au vu des déclarations de TVA déposée auprès de l'administration fiscale :
+ Débit du compte 4456 / Crédit du compte 3455 Etat TVA récupérable
+ Débit du compte 4455 Etat T V A . Facturée / Crédit du compte 4456
NB: Au cas où le compte 4456 devient débiteur, son solde, correspondant à un crédit de TVA, est viré au compte 3456 Etat, crédit de
TVA.

* 4457 Etat, impôts et taxes à payer :


+ Débit du compte de charge concerné / Crédit du compte 4457 du montant des dettes relatives aux impôts et taxes rattachables à cet
exercice dont le montant est suffisamment connu et évaluable.
+ Contrepassation de l'écriture au début de l'exercice suivant

*4461 Associés - capital à rembourser:


+ Débit compte de trésorerie / Crédit des sommes dues aux associés par la société à la suite de l'opération d'amortissement ou de
remboursement d'une partie du capital social.

* 4462 Associés - versements reçus sur augmentation de capital :


+ Versements effectués par des associés dans le cadre d'une augmentation de capital :
Débit compte de trésorerie / Crédit du compte 4462
+ Débit du compte lors de la réalisation de l'augmentation de capital

17
* 4465 Associés, dividendes à payer ;
+ Débit des comptes de capitaux propres sur lesquels les bénéfices ont été prélevés / 4465 Associés, dividendes à payer

* 4481 Dettes sur acquisition d'immobilisations:


+ Lors de l'achat de l'immobilisation : Débit du compte d'immobilisation concerné & 3455 Etat TVA récupérable / Crédit du compte 4481
+ Si le règlement est effectué par un compte de trésorerie : Débit compte 4481 / Crédit compte de trésorerie
+ Lors de l'acceptation d'une lettre de change ou de la remise d'un billet à ordre : Débit compte 4481 / Crédit compte 4487 Dettes
rattachées aux autres créanciers

* 4483 Dettes sur acquisitions de titres et valeurs de placement :


Débit poste 350 / Crédit du compte 4483 pour le montant des dettes relatives à l'acquisition des T&VP y compris la partie non encore
libérée

* 4484 Obligations échues à rembourser:

* 4485 Obligations, coupons à payer :


Crédit du montant des coupons à payer au titre des obligations émises par l'entreprise.
Lors du paiement des coupons : Débit du compte 4485 / Crédit d'un compte de trésorerie

* 4487 Dettes rattachées aux autres créanciers (compte de régularisation) :


Crédit du compte 4487, dettes rattachées aux autres créanciers qui destinées à constater soit des modes de financement soit des
dettes à venir se rapportant à l'exercice (charges à payer relatives aux autres créanciers).

* 4491 Produits constatés d'avance :


Compte de régularisation qui permet de rattacher à l'exercice les produits le concernant :
Débit des comptes de produits intéressés / Crédit du compte 4491
Contrepassation de l'écriture au début de l'exercice suivant

* 4493 Intérêts courus et non échus à payer :


Intérêts courus et non échus à la date de clôture sur les dettes y compris celles du financement permanent.

* 4495 Comptes de répartition périodique des produits :


Produits dont le montant est connu avec une précision suffisante que l'ese décide de répartir par fractions égales entre les périodes
comptables de l'exercice selon le système d'abonnement. Le compte est soldé en fin d'exercice.

* 4497 Comptes transitoires ou d'attente -débiteurs


Ce compte enregistre les opérations qui ne peuvent être imputées de façon certaine à un compte créditeur déterminé au moment où
elles doivent être enregistrées et qui nécessitent notamment une information complémentaire . Le compte doit être soldé en fin
d'exercice.

2.2 AUTRES PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES (P134) :

▪ Généralités :
Provisions destinées à faire face à des risques ou à des charges dont on prévoit la réalisation dans un délai inférieur ou égale à douze
mois à la date de clôture de l'exercice
* Constitution de la provision pour risques et charges :
Débit du compte 6195/6393/6596 en contrepartie du Crédit d'un compte 45
* Réajustement du compte à la fin de l'exercice avec les comptes 6195/6393/6596 ou 7195/7393/7595
* Solde du compte lors de la réalisation du risque ou de la survenance de la charge avec les comptes 6195/6393/6596 ou 7195/7393/7595

▪ Comptes de provisions pour risques et charges :


* 4501 Provisions pour litiges
* 4502 Provisions pour garanties données aux clients
* 4505 Provisions pour amendes, doubles droits et pénalités
* 4506 Provisions pour pertes de change
* 4507 Provisions pour impôts

2.3/ ECART DE CONVERSION ACTIF (P124) :

Les créances de l'actif circulant et les dettes du passif circulant sont converties et comptabilisées en dirhams sur la base du dernier cours
de change connu à la clôture de l'exercice.
Les différences de conversion sont inscrites au débit:
- du compte 4701 s'il s'agit d'une augmentation des créances de l'actif circulant.
- du compte 4702 s'il s'agit d'une diminution des dettes du passif circulant.
A l'ouverture de l'exercice suivant, ces écritures sont contre-passées.

3/ TRESORERIE PASSIF (P79):

3.1/ GENERALITES:

▪ Valeur d'entrée & Valeur au bilan :


Le poste 554 Banques (soldes créditeurs) ne regroupe que les comptes de trésorerie dont le solde est créditeur.

▪ Comptes de trésorerie (P137) :


* 5520 Crédits d'escompte:
+ Lors de la remise de l'effet à l'escompte : Débit Compte de banque & 6311 Intérêts des emprunts et dettes / Crédit du compte pour le
montant nominal des effets non échus remis à l'escompte par l'entreprise
+ A la date d'échance : Débit du compte 5520 / Crédit du compte 3425 Clients, Effets à recevoir.
* 5530 Crédits de trésorerie :
Sont enregistrés au crédit du compte 5530 les crédits de trésorerie à court terme accordés par les banques aux entreprises
(warrants,crédits à l'exportation, facilités de caisse, etc..) autres que les découverts bancaires.

18
1/ CHARGES (P139) :

1.1/ CHARGES D'EXPLOITATION (P139) :


* 612 Achats consommés de matières et fournitures (P143):
+ Lorsque les charges accessoires, tels que : transports, frais transit, commissions et courtages, frais de réception, assurance transport, etc... peuvent être
affectées avec certitude aux achats de marchandises de matières et fournitures, les entreprises peuvent les comptabiliser directement dans les comptes concernés
du poste 612.
+ Les entreprises assujetties à la taxe sur la valeur ajoutée doivent enregistrer leurs achats hors taxes récupérables.

* 6125 Achats non stockés de matières et de fournitures :


Le compte 6125 regroupe tous les achats non stockables (eau, électricité...) ou non stockés par l'entreprise tels que ceux afférents à des fournitures qui ne passent
pas par un compte d'une unité de stockage, et dont les existants, en fin d'exercice, sont inscrits en tant que charges constatées d'avance au débit du compte
3491.

* 6119 RRRR obtenus sur achats de marchandises & 6129 RRRR obtenus sur achats consommés de matières et fournitures & 6149 RRR obtenus sur autres
charges externes:
Les réductions commerciales obtenues (RRRR) sont inscrites au crédit du compte 6119 ou 6129. Toutefois, lorsque les réductions sont portées directement sur les
factures, elles ne peuvent pas faire l'objet de comptabilisation distincte des achats.

* 616 Impôts et taxes :


+ Sont comptabilisés dans le compte 6168 Impôts et taxes des exercices antérieurs les rappels et les arriérés d'impôts et taxes de l'entreprise.
+ Quant aux pénalités et amendes fiscales, elles font l'objet d'une comptabilisation dans les comptes de la rubrique 65 Charges non courantes.
* 6171 Rémunérations du personnel :
+ Débit 6167 pour le montant des rémunérations brutes du personnel / Crédit du compte 4432 Rémunérations du personnel (montant rémunération nette) & 444
Organismes sociaux (montant côtisations sociales à la charge du personnel) & 4452 Etat impôts, taxes et assimilés (impôts prélevés par l'employeur).

* 6174 Charges sociales :

+ Débit du compte Charges sociales pour le montant des côtisations patronales (liées à la rémunération du personnel)/ Crédit du compte 444 Organismes sociaux.

* 6176 Charges sociales diverses :


Les autres charges sociales (assurances groupe, versements aux œuvres sociales, vêtement de travail) sont enregistrés au débit de ce compte.

* 6177 Rémunération de l'exploitant :


Ce compte enregistre la rémunération de l'exploitant individuel.

* 6181 Jetons de présence :


Les jetons de présence sont enregistrés sur ce compte.

* 6182 Pertes sur créances irrécouvrables :


Ce compte reçoit les pertes sur créances irrécouvrables qui présentent un caractère habituel en rapport avec l'activité courante de l'entreprise.
* 6185 Pertes sur opérations faites en commun :
Débit du 6185 quote-part de pertes de l'entreprise sur des opérations faites en commun / Crédit compte 4464 associés opérations faites en commun
* 6186 Transfert de profits sur opérations faites en commun :
Lorsque l'entreprise est gérante des opérations faites en commun, la quote-part des résultats bénéficiaires revenant aux autres partenaires est enregistrée au débit
du compte 6186/ Crédit du compte 4464 associés opérations faites en commun

* 619 Dotations d'exploitation :


Débit du compte 619 par le crédit des comptes d'une des rubriques suivantes :
+ amortissements des immobilisations (28)
+ provisions pour dépréciation des immobilisations (29)
+ provisions pour dépréciation de l'actif immobilise (39)
+ provisions durables pour risques et charges (15)
+ autres provisions pour risques et charges (45)

1.2/ CHARGES FINANCIERES (P152) :


* 633 Pertes de change :
Les pertes de change définitives subies par l'ese sont enregistrées sur ce compte.
Les écarts de conversion négatifs constatés en fin d'exercice sur les comptes de trésorerie en devises sont considérés comme des pertes de change
réalisées.

* 6385 Charges nettes sur cessions de titres et valeurs de placement :


Ce compte enregistre les moins-values résultant des cessions de T & VP.

* 6386 Escomptes accordés :

L'escompte est une réduction de prix accordée pour tenir compte d'un paiement avant l'échéance prévue par les conditions de vente ou d'un paiement au comptant.
NB : Le compte 6386 est débité même lorsqu'il s'agit d'escomptes de règlement déduits directement des factures de ventes.

* 639 Dotations financières :


Débit du compte 639 par le crédit des comptes d'une des rubriques suivantes 28/29/39/15/45

1.3/ CHARGES NON COURANTES (P153) :


Elles sont liées à la survenance de circonstances exceptionnelles telles que les cessions d'immobilisations.

* 651 Valeurs nettes d'amortissements des immobilisations cédées:


Les comptes du poste 651 enregistrent à leur débit le montant de la valeur nette l'actif immobilisé.
En ce qui concerne le compte 6514 V N A des immobilisations financières cédées ( droits de propriété) seules sont portées à son débit les valeurs conférant un droit
de propriété (postes 251 Titres de participation et 258 & 258 Autres titres immobilisés).
* 656 Subventions accordées :
Subventions versées à des tiers dans le propre intérêt de l'entreprise (Ex : subvention à filiale en difficulté - Versements à organismes d'intérêt général).
* 6581 Pénalités sur marchés et dédits :
Pénalités sur marchés et les dédits à la charge de l'entreprise.

* 6582 Rappels d'impôts (autres qu'impôts sur les résultats):

19
Au débit du compte redressements définitifs d'impôts autres que les impôts sur les résultats.

* 6583 Pénalités et amendes fiscales ou pénales

* 6585 Créances devenues irrécouvrables :


Au débit du compte les pertes sur créances irrécouvrables ayant un caractère non courant.

* 6591 Dotations aux amortissements exceptionnels des immobilisations:


Le compte est débité de la fraction d'amortissements supplémentaires lorsque les conditions d'exploitation et les perspectives de l'entreprise justifient une telle
mesure.
NB: Lorsque des biens sont inutilisés parce la fabrication a été définitivement arrêtée ou sont inutilisables pour d'autres usages ou invendables, l'entreprise constate
au débit du compte 6591 l'amortissement exceptionnel relatif à la dépréciation subie.
* 670 Impôts sur les résultats :
+ 6701 Impôts sur les bénéfices: Débit du compte au titre de l'impôt sur les bénéfices de l'exercice.
+ 6705 Imposition minimale annuelle des sociétés : Débit du compte au titre de l'imposition minimale annuelle prévue pour les sociétés.
+ 6708 Rappels et dégrèvements des impôts sur les résultats :
Ce compte les rappels et les dégrèvements d'impôts sur les résultats résultant d'un contrôle ou d'une réclamation.
Il est précisé que ces comptes ne doivent pas contenir les pénalités afférentes aux rappels d'impôts sur les résultats qui sont enregistrés en charges non courantes
(poste 658).

2/ PRODUITS (P156) :

2.1/ PRODUITS D'EXPLOITATION (P156) :

▪ Comptes de produits d'exploitation :


* 7111 Ventes de marchandises au Maroc & 7113 Ventes de marchandise à l'étranger :
Les ventes de marchandises faites au Maroc, d'une part, et à l'étranger, d'autre part, apparaissent dans les comptes 7111 et 7113.
* 7119 & 7129 Rabais, Remises et Ristournes accordés par l'entreprise :
Débit du compte 7719/7129 pour le montant des RRR
Les escomptes de règlement accordés ne sont pas déduits des ventes mais débités directement en charges financières.
Les réductions accordées sur factures ne sont pas comptabilisées séparément.
* 712 Ventes de biens et services produits :
Les ventes des biens produits et des services produits, sont enregistrées selon leur nature, au crédit des comptes 7121 à 7125.
Les entreprises assujetties à la taxe sur la valeur ajoutées doivent enregistrer leurs ventes hors taxes.
+ 7127 Ventes et produits accessoires : Ce enregistre à son crédit les produits des activités annexes de l'entreprise
(Locations diverses reçues - Commissions et courtages reçus - Bonis sur reprises d'emballages - Ports et frais accessoires facturés)
* 7140 Immobilisations produites par l'entreprise :
Ces comptes enregistrent le montant des immobilisations créées par les moyens propres de l'ese pour elle-même.
Débit compte d'immobilisation / Crédit compte 7140
Si la production de ces immobilisations s'effectue progressivement, leur comptabilisation doit être constatée au fur et mesure par l'utilisation à titre transitoire des
comptes d'immobilisations en cours.
* 7161 Subventions d'exploitation reçues de l'exercice :
Débit compte 3451 Subventions à recevoir ou compte de trésorerie / Crédit du compte 7161
* 7185 Profits sur opérations faites en commun & 7186 Transfert de pertes sur opérations faites en commun :
Les produits d'exploitation réalisés par l'intermédiaire des sociétés en participation sont inscrits au crédit des comptes 7185 et 7186.
+ 7185 Profits sur opérations faites en commun :
Le compte 7185 enregistre à son crédit la quote-part du profit résultant des opérations faites en commun.
Débit du compte 3464 Associés, opérations faites en commun/ Crédit compte 7185
+ 7186 Transfert de pertes sur opérations faites en commun :
Le compte 7186 est crédité de la quote-part des pertes à la charge des associés lorsque l'entreprise est gérante de la société en participation.
Débit du compte 3464 Associés, opérations faites en commun/ Crédit compte 7186
* 719 Reprises d'exploitation :
Crédit du compte 719 par le crédit des comptes d'une des rubriques suivantes :
+ amortissements des immobilisations (28)
+ provisions pour dépréciation des immobilisations (29)
+ provisions pour dépréciation de l'actif immobilise (39)
+ provisions durables pour risques et charges (15)
+ autres provisions pour risques et charges (45)
* 7197 Transferts de charges d'exploitation :
Compte utilisé dans le cas où l'entreprise n'est pas en mesure au moment de l'imputation initiale, de faire la distinction entre charges d'exploitation et charges non
courantes.
Le transfert de telles charges s'effectue en fin d'exercice à un autre compte du C.P.C. par l'intermédiaire du compte 7197.
NB : Le transfert des charges concernant les éléments à immobiliser passe par le poste 714. Mais les frais préalables au démarrage sont en principe d'abord portés
au débit des comptes de charges et repris au CPC par les comptes de transferts de charges pour être enfin débités au compte 2112, les autres frais préliminaires
sont repris au débit du compte 7141 Immobilisation en NV produite.

▪ Cas contrat à terme : Prise en compte produits en cours


* Définition :
Contrat à terme : contrat portant sur la réalisation d'un B/S dont l’exécution s'étale sur plusieurs exercices.
Ne sont pas concernés par cette application, les contrats pour lesquels les services rendus à l’arrêté des comptes peuvent être facturés.
Toute perte future probable doit être provisionnée pour sa totalité, dès lors que l’accord des parties est définitif, même si l’exécution du contrat n'a pas commencé.

* Conditions de prise en compte produit net au cours de l'exécution du contrat :


La prise en compte d'un produit net au cours de l’exécution d'un contrat à terme implique qu'un bénéfice global puisse être estimé avec une sécurité suffisante. Pour
cela les conditions suivantes doivent être réunies :
- le prix de vente doit être connu avec suffisamment de certitude en tenant compte de toutes les probabilités de baisse susceptibles d'intervenir.
- l’avancement dans la réalisation du contrat est suffisant pour que des prévisions raisonnables puissent être établies sur la totalité des coûts qui interviendront dans
le coût de revient final du produit livré ou du service rendu .
Le montant de ce produit net est déterminé par application au bénéfice global du pourcentage d'avancement retenu, dont l’entreprise doit justifier le bien-fondé.
Ce coût de revient final comprend à la fois les coût directs et les coûts indirects jusqu'au stade ultime de l’exécution. Les coûts sont calculés en tenant compte de
toutes les probabilités de hausse susceptibles d'intervenir sur les divers facteurs de production.
* Enregistrement en comptabilité :

20
A l’arrêté des comptes, le produit net visé ci-dessus est enregistré en 7 avec pour contrepartie, l’inscription d'un même montant à un compte de régularisation d'actif
(3427 Client facture à établir / Compte de vente).
Les travaux en cours, correspondant à l’exécution partielle du contrat, étant inscrits dans les en-cours (313 Produits en cours/ Compte variation de stock ).
Les produits nets partiels antérieurement comptabilisés sont réduits voire annulés dans le cas où le bénéfice global prévisionnel se trouve lui-même révisé en baisse.
A la date de facturation de l’ensemble des travaux résultant du contrat, les produits nets partiels comptabilisés antérieurement et figurant au bilan sont annulés.
NB:
* La méthode du bénéfice à l'avancement des travaux: Charges engagées annulées variations de stock +Vente (pour montant bénéfice net)
* La méthode à l'avancement des travaux: Charges engagées / Chiffre d'affaires (valeur bénéfice + valeur travaux en cours)
Voir Cas n°8

2.2/ PRODUITS FINANCIERS (P162) :


* 732 Produits des titres de participation et des autres titres immobilisés
* 733 Gains de change :
Les gains de change définitives subies par l'ese sont enregistrées sur ce compte.
Les écarts de conversion positifs constatés en fin d'exercice sur les comptes de trésorerie en devises sont considérés comme des gains de change
réalisées.
* 7385 Produits nets sur cessions de titres et valeurs de placement :
Ce compte enregistre les plus-values résultant des cessions de T & VP.

* 7386 Escomptes accordés :


NB : Le compte 7386 est débité même lorsqu'il s'agit d'escomptes de règlement déduits directement des factures de ventes.

* 739 Dotations financières :


Crédit des comptes d'une des rubriques suivantes 28/29/39/15/45 / Débit du compte 739

* 7397 Transferts de charges financières :

+ Compte utilisé dans le cas où l'ese n'est pas en mesure au moment de l'imputation initiale de faire la distinction entre produits financiers et produits non courants.
Le transfert de telles charges s'effectue en fin d'exercice à un autre compte du C.P.C. par l'intermédiaire du compte 7397.
+ Ce compte peut également servir à enregistrer au débit des comptes d'immobilisations la quote-part des charges financières comprise dans le coût de ces
immobilisations dans le cas où elle les a produites pour elle-même.

2.3/ PRODUITS NON COURANTS (P164) :

* 751 PC des immobilisations :


En ce qui concerne le compte 7514 PC des immobilisations financières cédées ( droits de propriété) seules sont portées à son crédit les valeurs conférant un droit
de propriété (postes 251 Titres de participation et 258 & 258 Autres titres immobilisés).
* 7561 Subventions d'équilibre reçues de l'exercice :
Subventions dont bénéficie l'ese pour compenser, en tout ou partie, la perte globale qu'elle aurait constatée si cette subvention ne lui avait pas été accordée.
Débit du compte 3451 Subvention à recevoir ou compte de trésorerie / Crédit du compte 7561

* 7577 Reprises sur subventions d'investissement de l'exercice:


Débit compte 1319 Subvention d'investissement inscrite au CPC / Débit du compte 7577 (Au fur et à mesure)

* 7581 Pénalités et dédits reçus :


Pénalités contractuelles et dédits au profit de l'entreprise.

* 7582 Dégrèvements d'impôts (autres qu'impôts sur les résultats):


Débit compte Etat ou de trésorerie / Crédit 7582 pour le montant des dégrévements définitifs d'impôts autres que les impôts sur les résultats.
* 7585 Rentrées sur créances soldées :
Le compte 7585 enregistre au crédit les rentrées sur les créances déjà considérées comme irrécouvrables et comptabilisées comme telles aux comptes 6182 et
6585.
* 759 Reprises NC :
Crédit du compte 759 par le crédit des comptes d'une des rubriques suivantes :
+ amortissements des immobilisations (28)
+ provisions pour dépréciation des immobilisations (29)
+ provisions pour dépréciation de l'actif immobilise (39)
+ provisions durables pour risques et charges (15)
+ autres provisions pour risques et charges (45)

* 7597 Transferts de charges non courantes :


Fonctionnement analogue au compte 7197.

2/ COMPTES DE RESULTAT (P167) :


* 8100. Résultat d'exploitation :
Ce compte est utilisé pour solder les comptes de charges et de produits d'exploitation de l'exercice.

* 8300 Résultat financier :


Ce compte est utilisé pour solder les comptes de charges et de produits financiers de l'exercice.

* 8400 Résultat courant :


Ce compte sert à solder les comptes 8100 et 8300.

* 8500 Résultat non courant :


Ce compte est utilisé pour solder les comptes de charges et de produits NC de l'exercice.

* 8600 Résultat avant impôts :


Ce compte sert à solder les comptes 8400 et 8500.

* 8800 Résultat après impôts :


Le résultat après impôts est obtenu après solde du compte 8600 et des comptes découlant du poste 670 Impôts sur les Résultats.
Le compte 8800 est soldé par :
- le compte 1191 Résultat net de l'exercice (créditeur) en cas de résultat net bénéficiaire
- le compte 1199 Résultat net de l'exercice (débiteur ) en cas de résultat net déficitaire.

21
Cas N°1:
En fonction des principes comptables prévus par la loi comptable, il vous est demandé de justifier la comptabilisation des éléments suivants:
1. Les factures de télécommunications sont adressées à l'entreprise tous les deux mois : la dernière établie le 10.12.N comprend
l'abonnement du 01.12 au 31.1 et les consommations du 30.9 au 30.11.
2. L'entreprise a acquis en crédit-bail un matériel, le redevance est payable trimestriellement.
3. L'entreprise a fait en fin d'exercice l'objet d'un contrôle fiscal : les conclusions provisoires laissent présager un redressement de l'IS.
4. Le solde collectif "Clients" laisse apparaître un solde global débiteur, cependant certains clients ont un solde créditeur dû aux avoirs qui
leur ont été adressés
5. L'entreprise après
a acquis leur règlement.
un immeuble en début d'année N: en fin d'exercice, un expert a estimé cet immeuble à une valeur supérieure à son
coût d'acquisition.
6. En cas de licenciement des salariés, les primes à verser s'élèvent à une somme importante.
7. L'entreprise a acquis des matières premières à un fournisseur et en échange lui a adressé un lot de produits finis.
8. L'entreprise a cautionné un prêt bancaire de 5 000 DH accordé à l'un des salariés.
9. Les cours de certaines valeurs mobilières de placement ont augmenté alors que d'autres ont baissé.
10. L'inventaire des espèces de Caisse laisse apparaître une différence de 1 000 DH.
11. L'entreprise a obtenu par le biais d'escompte d'effets de commerce tirés sur les clients un crédit bancaire.
12. Un terrain acquis il y a 10 ans figure pour sa valeur d'acquisition à l'actif du bilan.
13. La période de congé payé de l'entreprise s'étend du 1.5 au 31.10.
14. Le coût déjà engagé d'une commande en cours ajouté au montant prévisible des dépenses restant à effectuer sur cette commande est
supérieur
15. au prix
Certaines fixé dans
créances en le contrat entre
monnaies l'entreprise
étrangères et son
laissent client. un profit de change potentiel alors que d'autres laissent apparaître une
apparaître
perte de change potentielle.
16. Sur une opération certaine, partiellement exécutée et acceptée par le contractant, on constate la réalisation d'un bénéfice.
17. Acquisition d'une immobilisation à crédit dont le prix est fixé en monnaie étrangère : le montant des règlements effectués est différent de
la valeur
18. de l'immobilisation
Evaluation fixéestocks
de la sortie des initialement.
de matière selon la méthode Premier Entré. Premier sorti. Alors qu'au cours de l'exercice précédent
cette évaluation avait été effectuée au coût moyen pondéré.
19. La prime d'assurance -incendie versée le 1.10.N couvre la période du 1.10.N au 30.9.N+1.
20. L'entreprise n'a atteint au cours de l'exercice N que 75% de sa capacité normale de production.
21. L'entreprise se demande si elle peut chaque année faire varier ses amortissements en fonction du résultat.

* Solution cas n°1:


1/ Il faut respecter le principe de séparation des exercices.
L'abonnement téléphonique porte sur la période allant du 1.12 au 31.1, la partie relative au mois de janvier doit être enregistrée en tant que
charges constatées d'avance.
Les consommations portent sur la période allant du 30.9 au 30.11, il faut donc passer une provision pour charge pour le mois de décembre.
2/ Les redevances de crédit bail doivent être acquises en tant que charge.
3/ Il faut respecter le principe du prudence.
Les dirigeants vont évaluer sous leur responsabilité la provision pour risque correspondant au risque de redressement fiscal.
NB: Il faut toujours passer une provision dès lors qu'il y a un risque probable, même si la provision n'est pas déductible fiscalement.
4/ Il faut respecter le principe de clarté.
Les comptes clients créditeurs doivent être reclassés au niveau du compte 4421.Clients avances et acomptes reçus sur commande en
cours.
5/ Il faut respecter les principes de coût historique et de prudence.
6/ Il ne faut pas passer de provision car on ne passe pas des provisions pour des risques éventuels mais pour des risques probables.
7/ Il faut respecter les principes de clarté et implicitement de séparation des exercices.
On va passer deux écritures distinctes l'une pour l'opération de vente et l'autre pour l'opération d'achat.
Par ailleurs, il n'y a de transfert de propriété que lors de la livraison ou lors de la réception de marchandises.
8/ Les engagements octroyés et reçus doivent apparaître au niveau de l'ETIC.
9/ Il faut respecter le principe de prudence.
Seules les baisses de cours par rapport à la valeur d'entrée doivent faire l'objet d'une provision pour risques.
Cependant, lorsqu'il s'agit de titres de même catégories qui confèrent les mêmes droits (même émetteur, même droits et mêmes obligations)
l'entreprise peut faire une compensation entre les titres.
10/ Il faut respecter le principe de prudence.
Si la perte est réversible, il faut passer une provision (Compte 6396- DEP des comptes de trésorerie).
Si la perte est irréversible, il faut enregistrer une charge NC.
11/ Il faut respecter le principe de clarté et passer deux écritures distinctes.
Il faut enregistrer l'écriture relative au crédit d'escompte et celle relative au crédit bancaire.
12/ Il faut respecter les principes de coût historique et de prudence.
En cas de baisse de prix, il faut passer une provision car c'est un actif non amortissable.
13/ Il faut respecter le principe de séparation des exercices.
Il faut au 31.12 passer une provision pour congés payés pour les congés non pris.
14/ Il faut respecter le principe de prudence.
Une perte à terminaison (à la fin du contrat) dès lors qu'elle est connue doit être constatée:
* Concernant la fraction de la perte relative aux travaux déjà réalisés, elle doit faire l'objet d'une provision pour dépréciation de stock.
* Concernant la fraction de la perte relative aux travaux non encore réalisés, elle doit faire l'objet d'une provision pour risque.
15/ Il faut respecter le principe de clarté et de prudence.
* Les écarts de conversion actif et passif sont passés sans compensation. Les comptes de bilan doivent être ajustés en fonction du cours de
clôture.
La compensation est acceptée si des dettes et créances sont rattachés dans leur échéance et sont libellés dans la même monnaie
étrangère.
* Concernant les éventuelles pertes, elles doivent faire l'objet d'une provision pour perte de change.
La seule exception : existence d'une couverture pour risque de change.
Si je connais avant l'arrêté des comptes le montant exact payé au fournisseur ou réglé par le client, je passe ma provision sur la base du
montant réel réglé.
16/ L'article 17 de la loi comptable prévoit que la méthode normale d'enregistrement des travaux est à l'achèvement.
Cependant, le même article prévoit qu'exceptionnellement sous certaines conditions l'ese peut comptabiliser les travaux réalisés à
l'avancement.
Il faut pour cela que le projet soit bien avancé et que connaisse avec certitude le profit réalisé.
Lorsque l'ese opte pour l'enregistrement des travaux à l'avancement, elle va constater le bénéfice partiel proportionnellement au degré de
réalisation.
17/ Il faut appliquer le principe de coût historique.
L'immobilisation est évaluée à son coût d'entrée indépendamment du mode de règlement.
18/ Il faut appliquer le principe de permanence des méthodes.
Le changement de méthode d'évaluation n'est autorisé que s'il est justifié. Le changement de méthode doit être indiqué au niveau de l'ETIC.
19/ Il faut appliquer le principe d'indépendance des exercices.
La charge relative à l'exercice N+1 doit faire l'objet d'une régularisation (3491- Charges constatées d'avance).
20/ Il faut appliquer la méthode d'imputation rationnelle des charges fixes.
Il faut éliminer de la valeur de stock final l'impact de la sous-activité.
21/ Non car il faut appliquer le principe de la permanence des méthodes.

Cas N°2:
Il vous est demandé de comptabiliser pour l'année N les opérations suivantes dans les livres de la société:

1/ Pour l'installation d'une machine outil, il a été dépensé :


▪ Prix d'achat 290,000 DH
▪ Droits de douane à l'importation 32,000 DH
▪ TVA et taxes assimilées récupérables 52,900 DH
▪ Frais de transport, d'installation, de montages nécessaires à la mise
en état d'utilisation (dont TVA: 4 650 DH) 29,650 DH
▪ Frais de transport supportés après l'acheminement du bien sur les
lieux de sa 1ère utilisation (dont TVA : 2 232 DH) 14,232 DH
▪ Frais financiers exposés pour l'acquisition 8,000 DH

2/ Par ailleurs, une construction produite par l'entreprise a été terminée le 01/7/N. Elle s'amortira en 20 ans.
▪ Coût de production 350,000 DH
▪ Intérêts se rapportant aux capitaux empruntés pour le financement de
la fabrication de cette construction 35,000 DH
▪ TVA 71,610 DH

3/ La société a acquis en janvier N un terrain destiné à supporter un immeuble à usage de bureaux. Ont été réglés en cours d'année N:
▪ Une participation aux travaux de voierie effectués par la commune 12,000 DH
▪ Les frais de démolition de l'immeuble existant sur le terrain 18,000 DH
▪ Les honoraires de l'architecte 12,000 DH

4/ La société, propriétaire d'un terrain à bâtir acquis 50 000 DH en N-12 vient de toucher une indemnité d'expropriation se décomposant de
la manière suivante:
▪ Indemnité principale 108,000 DH
▪ Indemnité accessoire 15,000 DH

5/ Un bien d'équipement fabriqué par l'entreprise (coût 150 000 DH dont 18 000 DH de charges financières) est cédé la 1/9/N pour 80 000
DH TTC. Il a été mis en service le 1/7/N-4 et s'amortit dégressivement en 10 ans (l'amortissement pour dépréciation est l'amortissement
linéaire).

* Solution cas n°2:


1/ Le coût d'acquisition de la machine outil est le suivant:
(290 000 + 32 000 + 25 000) = 347 000 DH

2/ Le coût de production de la construction est le suivant:


(350 000 + 35 000) = 385 000 DH
NB: Les frais financiers sont inclus car il s'agit d'un financement spécifique relatif à la période de fabrication.

3/ Les dépenses relatives aux travaux de voierie sont rattachées aux terrains.
Les frais de démolition et les honoraires d'architectes font partie du coût de construction.

4/ L'indemnité principale sera comptabilisée comme produit de cession


L'indemnité secondaire sera comptabilisée comme produit non courant
5/
Dotation/
Valeur début Amortissement
Année Taux Dotation Reprise
de période linéaire
dérogatoire
N-4 (6 mois) 30% 150,000 22,500 7,500 15,000
N-3 30% 127,500 38,250 15,000 23,250
N-2 30% 89,250 26,775 15,000 11,775
N-2 30% 62,475 18,743 15,000 3,743
N (8 mois) 30% 43,733 8,747 10,000 -1,254
Total 34,986 115,014 62,500 52,514

1/9/N
6513 VNA des immobilisations corporelles cédées 87,500
2833 Amortissement des ITM&O 62,500
2331 Installations techniques 150,000

1/9/N
5141 Banque 80,000
7513 PC des immobilisations corporelles 80,000

1/9/N
1351 Provisions pour amortissements dérogatoires 52,514
75941 Reprises sur amortissement dérogatoires 52,514

Cas N°3:
La société X assure des travaux d'installations électriques moyenne et basse tension dans le bâtiment, l'industrie et le tertiaire. Elle a pris
une participation de 15% du capital dans la société Y en juillet N-1 et racheté 1 000 obligations émises par cette société en N-4 (obligations
de 500 DH nominal, intérêt 12%).
▪ Prix d'acquisition des actions : 15 000 * 170 = 2 550 000 DH
▪ Prix d'acquisition des obligations : 1 000 * 528 = 528 000 DH
▪ Frais d'acquisition (dont TVA : 4 050) 24 300 DH

Au 31/12/N-1, la valeur de l'action Y est de 168 DH et celle de l'obligation après paiement de l'intérêt à 495 DH.

Le 1/4/N, la société Y décide d'augmenter son capital par émission de 50 000 actions nouvelles au prix de 140 DH libérées de moitié à la
souscription. La société X décide de ne souscrire que 4 000 actions nouvelles et de vendre les droits de souscription restants. Ces droits
sont vendus pour une valeur de 84 000 DH (pour 7 000 droits) les frais s'élevant à 920 DH dont TVA 153 DH. La valeur du titre au moment
de l'augmentation est de 176 DH.

Au 31/12/N, la valeur de l'action Y est de 159 DH pour les actions totalement libérées, 109 DH pour celles libérées de moitié et la valeur de
l'obligation après paiement de l'intérêt de 496 DH.

Travail à faire :
Enregistrer ces opérations dans les livres de la Société X.

* Solution cas n°3:

Hypothèse : Etant donné que l'énoncé ne précise pas la date d'émission des obligations, on suppose qu'elles ont été émises le 01/01/04.
Intérêts courus / obligations du 01/01/N-1 au 30/06/N-1 : 30,000

Juillet N-1
2510 Titres de participation 2,550,000
24811 Obligations 498,000
3493 Intérêts courus et non échus à percevoir 30,000
61471 Frais d'achat et de vente des titres 20,250
34552 Etat TVA récupérable / charges 4,050
5141 Banque 3,102,300

31/12/N-1
5141 Banque 60,000
3491 Intérêts à recevoir 30,000
7381 Intérêts et produits assimilés 30,000

31/12/N-1
6392 DEP pour dépréciation des immobilisations financières 33,000
2951 Provision pour déprécation des TP 30,000
2948 Provision pour déprécation des créances 3,000
financières

Etant donné que la valeur de l'action entièrement libérée est de 159 DH et de celle libérée de moitié est de 109 DH cela signifie que la valeur
du nominal est de 100 DH.

1/4/N
2510 Titres de participation 560,000
1483 Dettes rattachées à des participations 200,000
5141 Banque 360,000

1/4/N
5141 Banque 84,000
7514 PC des immobilisations financières 84,000

1/4/N
6514 VNA des immobilisations financières cédées 84,000
2510 Titres de participation 84,000

1/4/N
61471 Frais d'achat et de vente des titres 767
34552 Etat TVA récupérable / charges 153
5141 Banque 920

Valeur d'entrée des actions Y :


(15 000 *170 ) + (4 000 *140) - 84 000
= 159,26 DH
19,000
Valeur de l'action du 31/12/N : 159 DH Donc aucune provision à passer, il faut reprendra la provision de l'année précédente.

Valeur d'entrée des obligations 498 DH , valeur au 31/12/N de 496 DH, provision à passe de 2 * 1000 = 2000 DH et reprise de la provision
de N-1 de 3 000 DH.

31/12/N
2951 Provision pour déprécation des TP 30,000
2948 Provision pour déprécation des créances financières 1,000
7392 Reprise sur T & VP 31,000

Cas N°4:
Une entreprise a commandé le 15/02/N-3 la fabrication d'une machine industrielle ayant une valeur de 5 300 000 DH, la livraison devant
s'effectuer le 1/02/N.

En vue de financier le 1er acompte pour cette acquisition, l'entreprise contacte le même jour un emprunt de 2 000 000 DH à amortir sur 8 ans
avec un taux d'intérêt fixe de 10%. Elle décide d'immobiliser les frais financiers intercalaires. Il a été convenu que l'entreprise versera par la
suite au fournisseur d'immobilisation une avance de 700 000 DH HT tous les 30/06, le reliquat devant être réglé à la livraison.
Le 1/02/N, l'entreprise reçoit la facture suivante:
▪ Matériel 5,300,000
▪ Remise spéciale -300,000
Total 5,000,000
▪ Acompte reçu 2,000,000
▪ Avances reçues (700 000*3) 2,100,000
▪ Net à payer HT 900,000
▪ TVA 20% 180,000
Total 1,080,000

Par ailleurs, des travaux évalués à un coût total de 20 000 DH ont été effectués par le personnel pour permettre l'installation de cette
machine, et des honoraires ont été réglés à in ingénieur-conseil au titre de cette opération pour 15 000 DH.

* Solution cas n°4:

15/02/N-3
2397 Avances et acomptes versés sur commandes 2,400,000
d'immobilisations corporelles
5141 Banque 2,400,000

Tableau d'amortissement de l'emprunt:

Capital placé
Intérêt Amortisseme
Année au début de
produit nt
l'année
15/02/N-3 au 14/02/N-2 2,000,000 200,000 250,000 175000 N-3
15/02/N-2 au 14/02/N-1 1,750,000 175,000 250,000 175,000 N-2
15/02/N-1 au 14/02/N 1,500,000 150,000 250,000 150,000 N-1
15/02/N au 14/02/N+1 1,250,000 125,000 250,000 18750 N
15/02/N+1 au 14/02/N+2 1,000,000 100,000 250,000
15/02/N+2 au 14/02/N+3 750,000 75,000 250,000
15/02/N+3 au 14/02/N+4 500,000 50,000 250,000
15/02/N+4 au 14/02/N+5 250,000 25,000 250,000

Du 15/02/N-3 au 31/01/N charges totales engagées : 200 000 + 175 000 + 150 000*11,5/12 = 518,750 DH

Calcul des transferts de charges:


Date Calcul Montant
Au 31/12/N-3 (200 000 * 10,5/12) 175,000
Au 31/12/N-2 (200 000 *1,5/12) + (175 000 * 10,5/12) 178,125
Au 31/12/N-1 (175 000 *1,5/12) + (150 000 * 10,5/12) 153,125
Au 31/01/N (150 000 * 1,5/12) 18,750

30/06/N-3
2397 Avances et acomptes versés sur commandes 840,000
d'immobilisations corporelles
5141 Banque 840,000

31/12/N-3
6311 Intérêts des emprunts et dettes 175,000
4493 Intérêts courus et non échus à payer 175,000

31/12/N-3
2393 Immobilisation corporelles en cours des ITM&O 175,000
7397 Transferts de charges financières 175,000

01/01/N-2
4493 Intérêts courus et non échus à payer 175,000
6311 Intérêts des emprunts et dettes 175,000

15/02/N-2
6311 Intérêts des emprunts et dettes 200,000
5141 Banque 200,000

30/06/N-2
2397 Avances et acomptes versés sur commandes 840,000
d'immobilisations corporelles
5141 Banque 840,000

31/12/N-2
6311 Intérêts des emprunts et dettes 153,125
4493 Intérêts courus et non échus à payer 153,125

31/12/N-2
2393 Immobilisation corporelles en cours des ITM&O 178,125
7397 Transferts de charges financières 178,125
01/01/N-1
4493 Intérêts courus et non échus à payer 153,125
6311 Intérêts des emprunts et dettes 153,125

15/02/N-1
6311 Intérêts des emprunts et dettes 175,000
5141 Banque 175,000

30/06/N-1
2397 Avances et acomptes versés sur commandes 840,000
d'immobilisations corporelles
5141 Banque 840,000

31/12/N-1
6311 Intérêts des emprunts et dettes 131,250
4493 Intérêts courus et non échus à payer 131,250

31/12/N-1
2393 Immobilisation corporelles en cours des ITM&O 153,125
7397 Transferts de charges financières 153,125

01/01/N
4493 Intérêts courus et non échus à payer 131,250
6311 Intérêts des emprunts et dettes 131,250

01/02/N
2332 Matériel et outillage 5,000,000
34551 Etat TVA récupérable/immobilisation 1,000,000
5141 Banque 1,080,000
2397 Avances et acomptes versés sur commandes 4,920,000
d'immobilisations corporelles

15/02/N
6311 Intérêts des emprunts et dettes 150,000
5141 Banque 150,000

15/02/N
2393 Immobilisation corporelles en cours des ITM&O 12,500
7397 Transferts de charges financières 12,500

15/02/N
2332 Matériel et outillage 518,750
2393 Immobilisation corporelles en cours des ITM&O 518,750

15/02/N
2332 Matériel et outillage 15,000
5141 Caisse 15,000

15/02/N
2332 Matériel et outillage 20,000
5141 Caisse 20,000

Cas N°5:
Précisez le traitement comptable applicable aux opérations suivantes:
1. Frais de démontage d'un équipement usagé avant sa réinstallation dans l'atelier
2. Frais de formation du personnel à l'utilisation du logiciel
3. Droits de mutation acquittés lors de l'acquisition d'une immobilisation
4. Droits de douane supportés lors de l'achat d'une immobilisation
5. Frais de rédaction des statuts de la société
6. Frais de rédaction d'un contrat d'acquisition d'un équipement complexe
7. Grosse réparation facturée
8. Frais d'essai d'un équipement avant sa mise en œuvre
9. Frais de recherche générale
10. Impôts liés à la constitution d'une société
11. Frais de publicité commerciale concernant une entreprise en formation
12. Frais de publicité légale concernant une entreprise en formation
13. Frais de publicité supportés lors d'une introduction en bourse
14. Frais facturés par la banque lors de l'émission de l'emprunt
15. Commission supportée lors de l'acquisition d'un gros équipement
16. Dépenses liées à la certification ISO
17. Frais de surveillance d'un chantier
18. Frais d'études économiques liées à la constitution de la société
19. Frais de recherche facturés par un laboratoire d'essai qui teste pour le compte de la société un nouveau procédé de fabrication sur le
point d'aboutir

Indiquer le traitement comptable applicable aux opérations ci-dessous avec les options possibles.

* Solution cas n°5:


1. Si matériel entièrement amorti : immobilisation car on augmente la durée de vie du bien
Si la réparation n'augmente pas la durée de vie de l'immobilisation il s'agit d'une charge
==> les frais de démontage retrent dans le cout de l'installation nouvelle
2. Charge - Seule exception quand il s'agit d'une charge spécifique on peut l'enregistrer comme "Charges à répartir"
3. Au choix les droits d'enregistrement sont à enregistrer soit comme des charges soit comme "Charges à répartir" si c'est une charge
destinée à profiter à plusieurs exercices (c'est une décision de gestion)
4. Immobilisation
5. Au choix à enregistrer comme charge ou comme frais préliminaires (c'est une décision de gestion)
6. Au choix à enregistrer comme charge ou comme "Charges à répartir" (c'est une décision de gestion)
7. Il s'agit d'une réparation en vue de remettre en état une immobilisation
La charge est à enregistrer soit comme des charges soit comme "Charges à répartir" si c'est une charge destinée à profiter à plusieurs
exercices (c'est une décision de gestion)
8. Les frais d'essai n'entrent pas dans le coût d'acquisition d'une immobilisation.
Ils sont à classer dans les charges de l’exercice ou, le cas échéant, comme charges à répartir sur plusieurs exercices (P58 CGNC).
9. Charges
10. Les impôts liés à la constitution sont à enregistrer soit comme frais préliminaires soit comme charge (c'est une décision de gestion)
11. Au choix à enregistrer comme charge ou comme "Charges à répartir" (c'est une décision de gestion)
12. Au choix à enregistrer comme charge ou comme frais préliminaires (c'est une décision de gestion)
13. Au choix à enregistrer comme charge ou comme "Charges à répartir" s'il s'agit d'une publicité institutionnelle (c'est une décision de gestion)
14. Au choix à enregistrer comme charge ou comme "Charges à répartir".
15. Les commissions sont à exclure des charges accessoires d'achat des immobilisations (P57 CGNC).
16. Au choix à enregistrer comme charge ou comme "Charges à répartir".
17. Charges
18. Au choix à enregistrer comme charge ou comme "Charges à répartir" (c'est une décision de gestion)
19. Immobilisation en R & D
Cas N°6:
La société M avait fait l'acquisition, le 1/3/N-3 d'un matériel d'une valeur de 2 400 000 DH amortissable dégressivement en 5 ans.
L'acquisition de ce matériel avait fait l'objet d'une subvention partielle. Ce matériel a pris feu le 1/9/N et a été complètement détruit ainsi que
les produits qu'il contenait (évalués à 300 000 DH). La société d'assurance a versé le 25/12/N une prime de 1 150 000 DH décomposée
comme suit:
Sinistre matériel : 800 000 DH
Sinistre produits : 350 000 DH
Le résultat dégagé par cette prime est de 617 680 DH
1/ Retrouver le montant de la subvention initiale.
2/ Constatez les écritures de régularisation en décembre N.

* Solution cas n°6:

1/

Dotation/
Valeur début Amortisseme
Année Taux
de période
Dotation
nt linéaire
Reprise
dérogatoire
N-3 (10 mois) 40% 2,400,000 800,000 400,000 400,000
N-2 40% 1,600,000 640,000 480,000 160,000
N-1 40% 960,000 384,000 480,000 -96,000
N ( 8 mois) 50% 576,000 177,231 320,000 -142,769
Total 2,001,231 1,680,000 321,231

* Résultat sur la prime dégagé sur le matériel : 617 680 - (350 000 - 300 000) = 567 680 DH
* VCN de l'immobilisation : 2 400 000 - 2 001 231 = 398 769 DH
* Résultat dégagé sur la prime: 567 680 - (800 000 - 398 769) = 166 449 DH
* Part de la subvention non reprise : 1 - (x * 2 001 231/ 2 400 000) = 166 449 DH
* Montant de la subvention : 1 001 777 DH

2/
31/12/N
6193 DEA des immobilisations corporelles 320,000
2833 Amortissement des ITM&O 320,000

31/12/N
1351 Provisions pour amortissements dérogatoires 142,769
7594 Reprise NC sur amortissements 142,769
réglementées
31/12/N
6591 DEA exceptionnels des immobilisations 720,000
2833 Amortissement des ITM&O 720,000

31/12/N
1351 Provisions pour amortissements dérogatoires 321,231
7594 Reprise NC sur amortissements 321,231
réglementées
31/12/N
2833 Amortissement des ITM&O 2,400,000
2332 Matériel & outillage 2,400,000

31/12/N
1319 Subvention d'investissement inscrite au CPC 166,449
7577 Reprise sur subvention d'investissement 166,449
de l'exercice
31/12/N
1311 Subvention d'investissement reçue 1,001,777
1319 Subvention d'investissement inscrite au 1,001,777
CPC
31/12/N
5141 Banque 350,000
7197 Transfert de charges d'exploitation 300,000
7588 Produits NC 50,000

31/12/N
5141 Banque 800,000
7513 PC des immobilisations 800,000

Cas N°7:
L'analyse des charges d'exploitation de l'exercice N à partir de la comptabilité analytique, fait apparaître que la société R & D a engagé des
dépenses de recherche et de développement à l'occasion de diverses opérations:
1.Recherches effectuées à la demande d'un client pour améliorer un matériel existant et l'adapter à ses besoins: 50 000 DH
2.Etudes nécessitées par la création d'une machine qui doit être exploitée de façon durable pour les besoins de R & D: 57 000 DH
3.Main d'œuvre du personnel de l'entreprise pour la recherche d'un nouveau système de détection des fuites de produits
toxiques stockés en fûts métalliques. Une étude de marché démontre qu'une très bonne rentabilité commerciale peut être
attendue.
Coût de main d'œuvre charges sociales comprises : 207 500 DH
NB: Les 1ères dépenses pour cette opération ont été engagées en N-1 et laissées en charge à la clôture des comptes pour: 17 000 DH
4.Frais communs à des projets encore mal définis quant à l'objectif poursuivi compte-tenu de la phase actuelle de démarrage: 36 000 DH
Par ailleurs, il est précisé :
5.Qu'une prise de brevet est intervenue en début d'exercice à la suite de recherches dont les frais ont été immobilisés antérieurement pour
143 000 DH et amortis à hauteur de 57 200 DH. Les frais de protection du brevet se sont élevés à 4 500 DH.
6.La confirmation donnée en début d'exercice de l'échec d'un projet pour lequel 79 000 DH de frais avaient été inscrits à l'actif du bilan en N-
1 et amortis à hauteur de 15 800 DH.
Travail à faire :
Décrire et commenter le traitement comptable de chacun de ces cas, sachant que la société R & D souhaite utiliser au maximum les
possibilités d'inscription à l'actif du bilan de ses frais de recherche et développement.

* Solution cas n°7:


1/ Sont exclus du compte "Immobilisation en recherche et développement" les frais entrant dans le coût de production des commandes
passées par des tiers (P99 CGNC).
2/ Les frais de recherche et de développement peuvent être immobilisés si les conditions suivantes sont respectées:
▪ Le projet doit être nettement individualisé et son coût distinctement établi
▪ Le projet doit avoir de sérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale et financière.
Les deux conditions de trouvent remplies.
3/ Les frais de recherche et de développement peuvent être immobilisés si les conditions suivantes sont respectées:
▪ Le projet doit être nettement individualisé et son coût distinctement établi
▪ Le projet doit avoir de sérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale et financière.
Les deux conditions de trouvent remplies au cours de l'exercice.
Cependant, les charges effectuées lors les conditions n'étaient pas remplis ne peuvent être immobilisés.
Montant à immobiliser : 207 500 - 17 000 = 190 500 DH
4/ Les conditions pour l'immobilisation des frais de recherche et de développement ne sont pas remplies.
5/ La valeur d'entrée du brevet est au plus égale à la fraction non amortie des frais inscrits au compte 2210.
Le compte 2220 est débité de ce montant par le crédit du compte 2210 (P100 CGNC).
Les frais de protection ne sont pas inclus dans la valeur d'entrée du brevet.
6/ Le montant non encore amorti de l'immobilisation en R & D (63 200 DH) doit faire l'objet d'un amortissement exceptionnel.

Cas N°8:
Une entreprise de bâtiment dont l'exercice comptable coincide avec l'année civile, a contracté en Février 1997 un contrat pour la
construction d'un complexe touristique sur une durée de 26 mois. Le coût global estimé au départ est de 37 000 000 DH HT.
Le montant des travaux à facturer d'après le contrat à 45 000 000 DH est révisable en cas d'augmentation des coûts forfaitairement et
globalement à raison de 5%.
Les modalités de règlement sont fixées comme suit:
1997 18 000 000 HT
1998 21 000 000 HT
1999 6 000 000 HT

La situation des coûts HT prévisionnels plus la révision des prix établis au début de chaque exercice ressort ainsi:

EX Coûts prévus au départ Coûts prévus à fin 1997 Coûts prévus à fin 1998 Coûts prévus à fin 1999
1 23,125,000 25 600 000* 25 600 000* 25 600 000*
2 9,250,000 10,150,000 10 750 000* 10 750 000*
3 4,625,000 3,500,000 3,620,000 3 730 000*
37,000,000 39,250,000 39 97 0000 40,080,000
* Coûts HT effectivement supportés

Travail à faire :

Constatez les écritures comptables durant les exercices selon :


1/ La méthode à l'achèvement des travaux
2/ La méthode du bénéfice à l'avancement des travaux
3/ La méthode à l'avancement des travaux
* Solution cas n°8:
1/

97
5141 Banque 21,600,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 21,600,000
commandes
97
6XXXX Charges 25,600,000
3455 Etat, TVA récupérable 5,120,000
4411 Fournisseurs 30,720,000

97
3134 Services en cours 25,600,000
7134 Variations des stocks de sces en cours 25,600,000

98
5141 Banque 25,200,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 25,200,000
commandes
98
6XXXX Charges 10,750,000
3455 Etat, TVA récupérable 2,150,000
4411 Fournisseurs 12,900,000

98
3134 Services en cours 10,750,000
7134 Variations des stocks de sces en cours 10,750,000

99
5141 Banque 7,200,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 7,200,000
commandes
99
6XXXX Charges 3,730,000
3455 Etat, TVA récupérable 746,000
4411 Fournisseurs 4,476,000

99
7134 Variations des stocks de sces en cours 36,350,000
3134 Services en cours 36,350,000

99
3421 Clients 56,700,000
7124 Vente de services produits au Maroc 47,250,000
4455 Etat, TVA facturée 9,450,000

99
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur commandes 54,000,000
3421 Clients 54,000,000

2/
97
5141 Banque 21,600,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 21,600,000
commandes
97
6XXXX Charges 25,600,000
3455 Etat, TVA récupérable 5,120,000
4411 Fournisseurs 30,720,000

97
3134 Services en cours 25,600,000
7134 Variations des stocks de sces en cours 25,600,000

97
3427 Clients, factures à établir 5,217,834
7124 Vente de services produits au Maroc (1) 5,217,834

98
5141 Banque 25,200,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 25,200,000
commandes
98
6XXXX Charges 10,750,000
3455 Etat, TVA récupérable 2,150,000
4411 Fournisseurs 12,900,000

98
3134 Services en cours 10,750,000
7134 Variations des stocks de sces en cours 10,750,000

98
3427 Clients, factures à établir 1,402,831
7124 Vente de services produits au Maroc (2) 1,402,831

99
5141 Banque 7,200,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 7,200,000
commandes
99
6XXXX Charges 3,730,000
3455 Etat, TVA récupérable 746,000
4411 Fournisseurs 4,476,000

99
7134 Variations des stocks de sces en cours 36,350,000
3134 Services en cours 36,350,000

99
7124 Vente de services produits au Maroc 6,620,666
3427 Clients, factures à établir 6,620,666

3421 Clients 56,700,000


7124 Vente de services produits au Maroc 47,250,000
4455 Etat, TVA facturée 9,450,000

99
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur commandes 54,000,000
3421 Clients 54,000,000

(1) (45 000 000 *1,05) * 25 600 000 / 39 250 000 = 30 817 834,39
30 817 834,39 - 25 600 000 = 5 217 834,39

(2) (45 000 000 *1,05) * (25 600 000 + 10 750 000) / 39 970 000 = 42 970 665,50
42 970 665,5 - (25 600 000+10 750 000) = 6 620 665,5
6 620 665,5 - 5217834,39 = 1 402 831,11

3/

97
5141 Banque 21,600,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 21,600,000
commandes
97
6XXXX Charges 25,600,000
3455 Etat, TVA récupérable 5,120,000
4411 Fournisseurs 30,720,000
97

3427 Clients, factures à établir 30,817,834


7124 Vente de services produits au Maroc (1) 30,817,834

98
5141 Banque 25,200,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 25,200,000
commandes
98
6XXXX Charges 10,750,000
3455 Etat, TVA récupérable 2,150,000
4411 Fournisseurs 12,900,000
98

3427 Clients, factures à établir 12,152,831


7124 Vente de services produits au Maroc (2) 12,152,831

99
5141 Banque 7,200,000
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur 7,200,000
commandes
99
6XXXX Charges 3,730,000
3455 Etat, TVA récupérable 746,000
4411 Fournisseurs 4,476,000
99

7124 Vente de services produits au Maroc 42,970,666


3427 Clients, factures à établir 42,970,666

3421 Clients 56,700,000


7124 Vente de services produits au Maroc 47,250,000
4455 Etat, TVA facturée 9,450,000

99
4421 Clients, avances & acomptes reçus sur commandes 54,000,000
3421 Clients 54,000,000

(1) (45 000 000 *1,05) * 25 600 000 / 39 250 000 = 30 817 834,39

(2) (45 000 000 *1,05) * (25 600 000 + 10 750 000) / 39 970 000 = 42 970 665,50
42 970 665,50 - 30 817 834,39 = 12 152 831,11

Cas N°9:
La société D produit en petites et moyennes séries des pièces estampés d'un poids compris entre 1 et 50 KG en acier et en carbonne, acier
allié et acier inoxydable qu'elle usine sur machines classiques et commandes numériques. Au moment de l'inventaire, vous constatez les
faits suivants:
1/ Il reste en stock 1 200 pièces K évaluées 156 700 DH.
La durée moyenne de stockage pour cet article est de 3 mois et l'entreprise utilise généralement la méthode du coût moyen pondéré.
Le stock était de 200 articles le 1.10.N évalués à 125 000 DH pièce.
Les dépenses relatives à la production du quatrième trimestre peuvent être déterminées (pour 3 100 Pièces) :
Prix d'achat des matières premières utilisées : 180,000
Droits de douane sur matières utilisées : 18,000
TVA déductible sur ces achats : 36,828
Frais de transport sur matières : 8,600
Frais de recherche de fournisseur : 5,400
Frais financiers relatifs aux matières : 9,600
Frais directs de production : 126,000
Frais indirects de production : 78,000
Quote part des charges fixes de production correspondant à la sous-activité de la période : 22,000
Frais de recherche lié au produit (quote-part) : 19,000
Coût des capitaux empruntés pour financer la production et concernant la période de fabrication : 12,000
Quote part de frais de gestion générale : 25,000
2/ Un stock de pièces J dont le coût de production est de 38 200 DH est appelé à être vendu à un ferrailleur : on compte récupérer 45% du
coût de production, les frais de vente sont évalués à 960 DH.
3/ Un stock de pièces N dont le coût de production est de 50 000 DH et dont les frais prévisionnels de vente sont de 4 000 est estimé à 47
000 DH. Cependant, un contart de vente ferme à l'exportation permet de céder ces pièces pour un prix de 53 000 DH.
4/ Un ensemble de pièces spécifiques E est actuellement en cours de production: elles sont destinées au client X avec lequel un marché
ferme a été signé pour 236 000 DH.
Les dépenses relatives à ces pièces concernent :
- des frais de recherche fondamentale : 19,000
- des frais de recherche lié au produit : 57,000
- les matières utilisées : 49,000
- les frais indirects et directs de production : 125,000
Il reste à dépenser en N+1 :
- des frais directs et indirects de production : 14,000
- des frais de distribution : 5,000

Travail à faire :
Enregistrer dans les livres de la société D au 31.12.N les écritures comptables nécessaires.

* Solution cas n°9:


1/
Coût de
Observation
production
Prix d'achat des matières premières utilisées : 180,000
Droits de douane sur matières utilisées : 18,000
TVA déductible sur ces achats : 36,828
Frais de transport sur matières : 8,600
Frais de recherche de fournisseur : 5,400 Frais d'administration
Non car seule exception c'est quand le
Frais financiers relatifs aux matières : 9,600
cycle de production dépasse un an.
Frais directs de production : 126,000
Frais indirects de production : 78,000
Quote part des charges fixes de production correspondant à la sous-
activité de la période : 22,000
Frais de recherche lié au produit (quote-part) : 19,000 Non pas spécifique
Coût des capitaux empruntés pour financer la production et concernant
la période de fabrication : 12,000
Quote part de frais de gestion générale : 25,000

Coût de production : 180 000 + 18 000 + 8 600 + 126 000 + 78 000 = 410 600

Quantité PR Total
Stock initial 200 125.00 25000 17190
Achats 3100 132.45 410,600 960
SF 1200 132.00 435,600 16230

2/
Valeur nette de réalisation : 38 200 * 55% - 960 = 21 970 DH
Valeur provision pour dépréciation de stock : 38 200 - 21 970 = 16 320 DH

3/
Valeur nette de réalisation : 53 000 - 4000 = 49 000
Valeur provision pour dépréciation de stock : 50 000 - 49 000 = 1 000

4/

Coût encours
de production
Frais de recherche fondamentale : 19,000
Frais de recherche lié au produit : 57,000
Matières utilisées : 49,000
Frais indirects et directs de production : 125,000

Coût encours de production : 231 000 DH


Valeur nette de réalisation : 236 000 - 14 000 - 5 000 = 217 000
Perte à terminaison : 231 000 - 217 000 = 14 000
Provision pour dépréciation de stock : 14 000 * 231 000 / (231 000 + 14 000) = 13 200 DH
Provision pour risque : 14 000 - 13 200 = 800 DH