Vous êtes sur la page 1sur 32

Communauté la nativité Song Matumb

B.P 35 Eséka – Cameroun


Compte bancaire: IBAN CM2110001068005084730000103
BICEC – Douala- Bonajo

Création d'une ferme avicole d'une capacité d'accueil de


500 poulets et d'une production annuelle de 2000 poulets
de chairs dans la localité de Mbanda, région du centre,
commune de Bot-makak en République du Cameroun.

Maitre d’ouvrage:
communauté la nativité Song Matumb

Maitre d’œuvre:
Communauté la nativité Song Matumb

Coût du projet:
12.049.796 FCFA soit 18.396,635 Euro

1
Titre : Création d’une ferme avicole d’une capacité d’accueil de 500 poulets et

d’une production annuelle de 2 000 poulets de chairs dans la localité de

MBANDA, Région du Centre Cameroun.

Maitre d’ouvrage:

communauté la nativité Song Matumb

Maitre d’œuvre :

communauté la nativité Song Matumb

Coût du projet :

12.049.796 FCFA soit 18.396,635Euro


SOMMAIRE

RESUME........................................................................1

1. PRESENTATION DU PROJET............................................2

1.1. Contexte et justification........................................................................................ 3


1.2 Objectifs du projet................................................................................................................. 4
1.2.1. Objectifs globaux................................................................................................................4
1.2.2 Objectifs spécifiques.......................................................................................................... 5
1.3. Promoteur du projet............................................................................................................... 5
1.4. Bénéficiaires du projet.......................................................................................................... 6
1.5. Localisation du projet............................................................................................................. 7

2. VOLET TECHNIQUE DU PROJET........................................8

2.1. Mode d’élevage......................................................................................................................... 9


2.2 Type d’élevage.......................................................................................................................... 9
2.3 Matériel animal......................................................................................................................... 9
2.4 Fréquence de production....................................................................................................... 9
2.5. Emplacement............................................................................................................................ 9
2.6. Logements................................................................................................................................. 10
2.7. Matériels d’élevage................................................................................................................. 11
2.8. Alimentation............................................................................................................................. 12
2.9. Santé.......................................................................................................................................... 12
2.10. Vide sanitaire......................................................................................................................... 13
2.11.Conduite de l’élevage............................................................................................................ 13
2.12...................................................................................................................................................Fos
se de récupération et stockage de fumier de poule....................................................16

3. VOLET FINNACIER DU PROJET.........................................17


3.1. Personnel.......................................................................................................................................... 18
3.2....................................................................................................................................... Co
mpte d’exploitation prévisionnel......................................................................................... 20
3.3....................................................................................................................................... Am
ortissement des investissements....................................................................................... 22
3.4....................................................................................................................................... Rec
ettes prévisionnelles annuelles............................................................................................ 25
3.5....................................................................................................................................... Chi
ffre d’affaires prévisionnel du projet..............................................................................26
3.6....................................................................................................................................... Ris
ques d’échec du projet.......................................................................................................... 28
Résumé
La pauvreté est un fléau social qui sévit en Afrique subsaharienne en général et

au Cameroun en particulier. Ici comme dans d’autres pays du continent, elle se

manifeste par l’insuffisance des ressources matérielles et financières pour

satisfaire les besoins alimentaires, de logement, de santé et d’éducation. La

malnutrition et les problèmes de carence alimentaires sont l’une des

conséquences de cette situation. Au Cameroun, une urbanisation croissante et

une démographie galopante ont accentué le déficit en protéines animales.

Le présent projet se propose non seulement d’accroître durablement l’offre de

poulets de chair dans le Département du Nyong et Kéllé, Région du Centre

Cameroun, dans la perspective de contribuer à la réduction du déficit observé

dans la consommation des protéines animales ; mais également de contribuer à la

lutte contre la pauvreté dans le village de MBANDA. Il s’agira plus

spécifiquement de produire un effectif de 2 000 poulets de chair chaque année

dans la localité de MBANDA afin d’approvisionner les marchés du Département

en cette protéine animale, et d’initier la communauté villageoise de MBANDA à la

conduite d’une activité avicole.


Présentation du projet
1.1. Contexte et justification du projet

La population Camerounaise augmente très rapidement avec un taux de

croissance de 2,8%. Estimée à près de 8 millions en 1976, elle serait

actuellement évaluée à 19 406 100 millions d’après les résultats du dernier

recensement. Cependant, cette démographie galopante n’est pas soutenue par

une production alimentaire conséquente du fait d’une population de plus en plus

urbanisée, dont 51% vit en zone urbaine. Il s’agit d’un problème important qui

exacerbe l’insécurité alimentaire à travers des déficits importants dans la

production nationale. En effet, l’exode rural accéléré réduit le nombre de

producteurs agricoles et augmente le nombre de personnes à nourrir. La

nécessité d’intensifier l’offre alimentaire devient donc un besoin urgent à

satisfaire.

Outre le déficit alimentaire engendré entre autre par l’urbanisation, nous

pouvons aussi noter le changement des habitudes alimentaires. Manger de la

viande et du poisson fait partie des signes du bien être recherchés par ceux qui

viennent en ville. En campagne, les citoyens ne sont pas en reste et aspirent à

manger plus de viande. C’est ainsi que les occasions telles que les réunions, les

fêtes diverses, les obsèques, les funérailles qui sont autant d’opportunités au

cours desquelles les animaux sont sacrifiés pour leur viande se multiplient.

Malgré cette tendance vers une alimentation plus carnée, les statistiques de la

FAO en 2005 évaluent à 13, 07 kg la quantité moyenne de viande consommée par

habitant par an au Cameroun. Ceci reste faible au regard des normes préconisées

par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO) et l’Organisation

Mondiale pour la Santé (OMS) soit 42 kg /hbt/an pour une alimentation

équilibrée. Face à cette demande insatisfaite, la production reste faible et le

déficit reste à combler.


Au-delà de la tendance à une alimentation de plus en plus carnée; il est important

de noter que la demande de la viande blanche (porc, volaille, lapin) est du plus en

plus élevée. En effet, la production de ces espèces est plus facile du fait de

leurs cycles de production court comparé à ceux des espèces à viande rouges

(bœuf, moutons, chèvres etc.).

Le poulet de chair occupe une place de plus en plus importante dans la

consommation au Cameroun, car sa viande ne souffre d’aucun tabou. Malgré la

présence des poulets congelés importés sur le marché, une étude menée par

OWONO BESSA et al 2006 montre que 77% et 97% respectivement des

consommateurs hors domiciles et des ménages préfèrent des poulets issus des

élevages nationalisés locaux.

A cet effet, un projet de création d’une ferme avicole d’une capacité d’accueil de

500 poulets de chair a été initié dans la localité de MBANDA. Il contribuera à

réduire le déficit observé dans l’offre de la viande en général et celui des

poulets de chair en particulier.

1.2. Objectifs du projet

1.2.1. bjectifs globaux

Le projet de création d’une ferme avicole à MBANDA a été initié en vue :

 d’accroître durablement l’offre de poulet de chair dans le Département

du Nyong et Kéllé, dans la perspective de contribuer à la réduction du

déficit observé dans la consommation des protéines animales ;

 lutter contre la pauvreté dans le village de MBANDA.


1.2.2 Objectifs spécifiques

Il s’agira plus spécifiquement de:

 former les habitants du village de MBANDA dans la conduite d’une

ferme avicole afin que de telles activités puissent faire tache d’huile ;

 produire un effectif de 2 000 poulets de chair chaque année dans la

localité de MBANDA ;

 approvisionner les marchés du Département en cette protéine animale ;

 de générer des revenus supplémentaires qui seront destinés aux

œuvres caritatives dans le village.

1.3. Promoteur du projet

Le promoteur du projet est communauté la nativité de Song Matumb. C'est une

des communautés que compte le Diocèse d’ESEKA. Le projet est mis à la

disposition de la communauté villageoise de MBANDA sans distinction religieuse,

culturelle ou de sexe.

Depuis plusieurs années, cette communauté a jeté son dévolu sur la lutte contre

l’exode rural qui sévi de façon accablante dans les villages environnants. Ainsi,

plusieurs ouvrages et équipements ont été mis à la disposition du village et

d’autres sont en pleine création. Il s’agit entre autres d’une Chapelle presbytère,

d’un dispensaire, d’un point d’eau potable moderne, d’un système de pompage

d’eau à travers une source d’énergie à plaques solaires, de l’électrification du

village, d’un groupe électrogène, et d’un véhicule tout terrain.


Communauté la nativité Song Matumb s’est donnée pour principal objectif de

faire de ce village, une localité attrayante où les jeunes pourront exercer des

activités lucratives leurs offrant ainsi cette envie de ne pas immigrer vers les

villes. Le projet de la ferme avicole vient donc s'ajouter aux initiatives de lutte

contre la faim dans la région, permettant ainsi aux populations une meilleur

nutrition.

1.4. Bénéficiaires du projet

Deux catégories de bénéficiaires sont à citer :

- les bénéficiaires directs

 la communauté villageoise de MBANDA qui pourra s’initier à la

conduite d’un élevage de poulets de chair et bénéficier des revenus

issus de la création de cette ferme à travers les œuvres caritatives

et l’entretien des ouvrages existants ;

 les employés de la ferme qui seront recrutés localement et

rémunérés pour leur travail ;

- les bénéficiaires indirects

 les familles des employés qui verront un changement positif de leur

niveau de vie ;

 les transporteurs qui pourront accroître leur porte feuille clients à

travers la livraison des intrants au niveau de la ferme d’une part et

de l’écoulement des poulets d’autres part ;

 les revendeurs locaux qui pourront avoir un accès facile aux poulets

de chair qu’ils revendront sur le marché local ;


 les consommateurs qui pourront avoir à des fréquences régulières

de la viande de poulet de chair de bonne qualité et pourront ainsi

réduire les risques de carences engendrées par la faible

consommation des protéines animales ;

 Les agriculteurs qui pourront s’approvisionner en fumure organique

issue de la ferme.

1.5. Localisation du projet

Le projet sera localisé dans le village MBANDA, située dans la région du Centre,

département du Nyong et Kéllé, arrondissement de Bot Makak. Le village est

situé à 21 Km environ du carrefour Mboumyebel qui est l’une des plus grandes

zones d’échange du Pays. Avec une population estimée à 2 000 habitants, le

village MBANDA s’étant sur environ 66 Km².

Le climat de MBANDA est propre à celui de la Région du Centre Cameroun. La

température moyenne y est de 23,5 ° C avec des maxima de 33° C et des minima

de 14° C, et des précipitations moyennes annuelles de 1 747 mm. La région est

caractérisée par un régime pluviométrique de type subéquatorial classique à deux

saisons de pluies et deux saisons sèches. La végétation est une forêt primaire

très éclaircie. Le relief est accidenté. Les sols sont de type ferralitique à pH

légèrement acide (6,7) et assez humifères.

L’agriculture, l’élevage et le commerce sont les principales activités pratiquées

dans la localité.

Les conditions climatiques suscitées, l’environnement socio économique et

culturel font de MBANDA une localité favorable au développement de

l’agriculture et de l’élevage.

1
Volet technique du projet
2.1. Mode d’élevage

L’élevage des poulets peut se faire suivant deux modes : en batteries ou au sol.

Dans le cadre de ce projet le mode d’élevage adopté est celui au sol. Nonobstant

sa forte exigence en termes de surface, ce mode d’élevage est moins onéreux,

car non automatisé. Les poulets obtenus sont plus appétissants.

2.2 Type d’élevage

Il s’agit essentiellement d’une ferme de production de poulets de chair. Les

bandes de production seront conduites sur une période allant de 45 à 50 jours.

2.3 Matériel animal

Le matériel animal utilisé sera les poussins d’un jour. L’approvisionnement se fera

au complexe avicole de Mvog Beti. Les commandes seront faites deux mois à

l’avance.

2.4 Fréquence de production

La ferme projette de mettre sur le marché une production annuelle de 2 000

poulets de chair. La fréquence de production sera d’une bande de 500 poulets

tous les trois mois, soit un total de quatre bandes par an. Une extension de la

ferme pourra être envisagée selon le degré de maîtrise des activités et de la

demande.

2.5. Emplacement

Le site choisi est situé sur un terrain plat et est facilement accessible. Il est

assez calme, éloigné de la population riveraine et entouré de plantes vertes


assurant l’équilibre des effets de la chaleur. L’eau et l’électricité y sont faciles

d’accès.

2.6. Logements

Les bâtiments qui accueilleront les sujets seront conçus de manière à assurer

leur sécurité (contrôle du vent, des pluies, de la chaleur, de la fraîcheur, des

prédateurs et des voleurs) et à préserver au maximum l’élevage de toute

contamination.

* Mur

Les murs des bâtiments seront fait en parpaings et élevés à un 1 m. L'intérieur

sera rendu plus lisse et peint avec de la chaux.

* Toiture

La toiture faite de tôles sera située à une hauteur de 3 m à partir du sol, avec

une inclinaison de 30 à 40%.

* Sol

Le sol sera coulé avec du béton et par la suite, couvert de copeaux de bois sec.

* Fenêtres

Les fenêtres seront grillagées et disposées à 1 m au-dessus du sol.


* Dimension des bâtiments

Le bâtiment constitué de trois compartiments aura une superficie de 44 m².

Ainsi, il y sera retrouvé une poussinière (11 m²), un espace réservé à la finition

(27 m²), et un magasin (6 m²).

2.7. Matériels d’élevage

* Litière

La litière sera constituée de copeaux de bois de préférence de couleur blanche.

Elle aura une épaisseur de 6 à 10 cm et sera renouvelée périodiquement.

* Abreuvoir

Deux types d’abreuvoirs seront utilisés :


er
 Les abreuvoirs 1 âge (1/50 sujets) ;
e
 Les abreuvoirs 2 âge (1/50 sujets).

* Mangeoire

Deux types de mangeoires seront utilisés :


er
 Les mangeoires 1 âge (1/50 sujets) ;
e
 Les mangeoires 2 âge (1/50 sujets).

Les mangeoires et les abreuvoirs doivent être régulièrement vidés de leur

contenu et lavés pour éviter le développement de la moisissure et donc des

maladies. Les abreuvoirs et mangeoires choisis à cet effet sont en matière

plastique car en plus de leur forte résistances, ceux- ci sont faciles à nettoyer.
* Chauffage

Le chauffage sera fait à partir des ampoules électriques incandescentes d’une

puissance de 100 watts chacune. Elles seront disposées à 1,5 m du sol et

réparties de manière à produire 5 watts/m².

2.8. Alimentation

* L'eau

L'eau constitue les 2/3 du corps d'un poulet et est très essentielle dans la vie

des animaux, car elle facilite la digestion. Il faut donner aux poulets de l'eau

propre, hygiénique afin d'éviter les vulnérabilités aux différentes maladies. Une
3
bande de poulets de chair consommera environ 2 m .

* Les besoins alimentaires

Les besoins alimentaires varient selon les stades physiologiques des poulets.
er
Deux types d’aliments seront apportés à cet effet: l’aliment de 1 âge (0,375 t/
ème
bande) et celui de 2 âge (0,825 t/ bande). La fabrication de l’aliment se fera

dans les provenderies suivant une formule préalablement définie par un

Ingénieur Agronome. Ceci contribuera à minimiser les coûts liés à l’alimentation

et à augmenter par ricochet le bénéfice net de l’activité.

2.9. Santé

La volaille est susceptible à plusieurs pathologies. Il convient de mieux les

connaître pour mieux les combattre. Ainsi, les traitements suivants devront être

administrés à titre préventif :

- Anti-stress;
- Anti- coccidien;

- Vaccination contre la maladie de Newcastle;

- Vaccination contre la bronchite infectieuse;

- Vaccination contre la maladie de Gumboro;

- Prévention des maladies bactériennes;

- Administration des produits diurétiques;

- Administration des vitamines;

- Déparasitage.

Un programme de prophylaxie sera élaboré au préalable et un vétérinaire sera

consulté à temps partiel.

2.10. Vide sanitaire

La protection sera renforcée par la mise en place des barrières sanitaires. A

l’intérieur du bâtiment, la protection sanitaire nécessitera la pratique du vide

sanitaire. En effet, entre le départ d’une bande et la mise en place de la bande

suivante, le bâtiment et les équipements devront être lavés et désinfecter

soigneusement. Le vide sanitaire s’étendra sur une période de trois semaines

maximum. Cependant il est important de noter que la qualité du vide sanitaire

doit être liée non à sa durée, mais à l’efficacité de la désinfection,

2.11. Conduite de l’élevage

En élevage avicole, la pratique de la bande unique (un seul âge et une seule souche

par ferme) de façon à respecter le système « tout plein - tout vide » constitue la
règle d’or de l’élevage. En effet, la réussite de la conduite d’élevage nécessite la

maîtrise par l’aviculteur de plusieurs composantes relatives à : l’hygiène, les

normes d’élevage, les conditions d’ambiance, les éléments de comptabilité et de

gestion. Le taux de mortalité des poussins ne devra pas excéder 5 %. Le tableau

1 présente la programmation des activités d’élevage d’une bande de poulet de

chair.
Tableau 1: Programmation des activités d’élevage d’une bande de poulets de
chair

PHASES PERIODES ACTIVITES


(jours)
▪ Mise en place des bâtiments et équipement ;
▪ Commande des poussins (2 mois à l’avance) ;
▪ fabrication de l’aliment ;
Préparation ▪ Préparation de la poussinière ;
Avant démarrage
des locaux - Etalage de la litière,
er
- Installation des équipements 1 âge
- Désinfection,
▪ Mise en place de la pédulive.
▪ Réception des poussins ;
- vérification du nombre de boîtes et de poussins
par boîte,
- vérification de l’état des pattes et du duvet,
- observation de la vigueur,
- vérification des fonds de boîte,
Démarrage 0-7 - vérification du nombre de poussins morts en
boîte.
▪ Disposition des poussins près des abreuvoirs
▪ Contrôle de l’homogénéité des lots ;
▪ Observation du comportement des poussins ;
▪ Réglage de l’éclairement et des équipements ;
▪ Alimentation et traitement.
▪ Diminution progressive du chauffage ;
e
▪ Installation des équipements 2 âge
▪ Modification de la qualité et la quantité des
Croissance 8-35
aliments ;
▪ Traitement et entretien.

▪ Diminution progressive du chauffage ;


▪ Modification de la qualité et la quantité des
Finition 36-45
aliments ;
▪ Sortie de la bande.
▪ Retrait de l’aliment restant dans les mangeoires ;
Vide ▪ Retrait du matériel et de la litière ;
46-60 ▪ Nettoyage et désinfection du matériel et des
sanitaire
bâtiments.
2.12. Fosse de récupération et stockage du fumier de poule

Le fumier de poule est une matière organique constituée d’un mélange plus ou

moins décomposé de litière carbonée et de déjection de volailles. C’est un fumier

jeune, d’aspect assez hétérogène et sec. Il est d’un grand intérêt agronomique

car il sert à l’entretien à long terme du stock d’humus dans le sol et offre des

conditions favorables à la croissance des plantes. L’utilisation de la matière

organique en quantité suffisance peut totalement exclure celle des engrais

minéraux. Ceci permet ainsi aux agriculteurs en plus du respect de

l’environnement, de faire des économies étant donné le prix très onéreux des

fertilisants minéraux. C’est à cet effet qu’un système de récupération de ce

fumier et une fosse de stockage seront mis en place. La fosse de stockage sera

située à une quinzaine de mètre des bâtiments de production.


VOLET FINNACIER DU PROJET

2
3.1.Personnel

Le personnel de la ferme sera constitué de deux catégories de personnes. Il

s’agit :

 Des formateurs qui seront chargés premièrement de l’implantation du

projet, ensuite de l’initiation des habitants du village à l’activité avicole.

Ils seront présents seulement à la première année du projet. Toutefois,

le promoteur pourra les consulter après leur retrait en tant que de besoin

moyennant une rémunération négociée par les différentes parties. Ce

groupe de formateur sera constitué :

- d’un Expert en conception, suivi et gestion des projets qui va

superviser la mise en place du projet notamment la construction du

bâtiment, le contact et la négociation avec les fournisseurs

d’intrants (les poussins et la provende), la formulation des aliments,

la politique de commercialisation et la formation du personnel en

matière de gestion, suivi-évaluation d’une ferme ;

- d’un Technicien d’élevage qui sera chargé de la formation technique

du personnel ;

- d’un vétérinaire qui sera chargé de la formation du personnel en

santé animale ;

 Des employés permanents de la ferme qui seront chargés de la conduite de la

ferme après la première année de formation.

Le personnel sera rémunéré quatre fois par an en rapport avec le nombre de

bandes conduites au cours d’une année. Le tableau 2 donne la masse salariale

du personnel.
Tableau 2: Masse salariale

PERSONNELS NOMBRE QUALITE SALAIRES SALAIRES

Par BANDE ANNUELS

(FCFA et (FCFA et Euro/4

Euro/bande) bandes)

Coordinateur 1 Expérience en 150 000 FCFA 600 000 FCFA

Technique gestion des


228,68 Euro 914,69 Euro
projets agricoles

Technicien 1 Expérience 100 000 FCFA 400 000 FCFA

d’élevage métier
152,45 Euro 609,79 Euro

Vétérinaire 1 Expérience santé 100 000 FCFA 400 000 FCFA

animale
152,45 Euro 609,79 Euro

Ouvriers 2 Expérience 50 000 FCFA 200 000 FCFA

métier
76,23 Euro 304,90 Euro

Total 5 - 400 000 FCFA 1 600 000 FCFA

609,79 Euro 2 439,15 Euro

La masse salariale est de 1 600 000 FCFA (Un million six cent mille francs

CFA) soit 2 439,15 Euro (Deux mille quatre cent trente neuf point quinze

Euro).

NB : 1 Euro équivaut à 655,967 FCFA


3.2. Compte d’exploitation prévisionnel

Le tableau 3 présente le compte d’exploitation prévisionnel.

Tableau 3: Compte d’exploitation prévisionnel

Désignation Quantité Prix unitaire Coût total Coût total


(FCFA) (FCFA) (Euro)

Investissement/ équipement
2
Bâtiment 44 m 35 500 1 562 000 2 381,21

Clôture 42 m 5 000 210 000 320,13

Sous Total 1 1 772 000 2 701,35

Matériel d’élevage

Poussins 2000 550 1100000 1676,92


er
Mangeoires 1 âge 14 2 000 28 000 42,7
e
Mangeoires 2 âge 14 15 000 210 000 320,14
er
Abreuvoirs 1 âge 14 2 000 28 000 42,7
e
Abreuvoirs 2 âge 14 4 500 63 000 96,06

Eclairage (ampoules 20 400 8 000 12,2


100 watts)

Frais électricité 36 kW 110 3960 6,04

Litière (copeaux) 36 sacs 1 000 36 000 54,09

Seaux (10 l) 20 1 000 20 000 30,5

Brosses 20 2 500 50 000 76,24

Pelles 10 5 000 50 000 76,24

Combinaison de travail 4 10 000 40 000 60,97

Chaussures (bottes) 3 paires 10 000 30 000 45,74

Cache nez 10 500 5 000 7,63


Gang 5 paires 1 500 7 500 11,44

Balances 1 9 000 9 000 13,73

Brouettes 4 23 000 92 000 140,26

Sous Total 2 - - 3 381 316 5154,7

Alimentation

Aliment démarrage 60 sacs 16 500 990000 1509,24

Aliment finition 132 sacs 16 500 2178000 3320,3

Sous Total 3 - - 3168000 4829,54.00

Prophylaxie

Médicaments et - - 1 200 000 1 829,4


vaccins

Sous Total 4 - - 1 200 000 1 829,4

Transport

Carburant 2.240 litres 560 402 400 613,46

Sous Total 5 - - 402 400 613,46

Masse salariale

Masse salariale 5 personnes - 1 600 000 2 439,15

Sous Total 6 - - 1 600 000 2 439,15

Totaux (1+2+3+4+5+6) - - 13 123 716 20006,67

Imprévus (10%) - -

COUT TOTAL - -

Le coût total du projet s’élève à 13 123 716 + (10% d'imprévus) FCFA soit 20

006,67 +(10% d'imprévus) Euro. Cependant, il est important de noter que le,

promoteur du projet dispose déjà d’un équipement (un terrain, d'un véhicule, un

point d’eau potable et un système d’approvisionnement en énergie électrique)


susceptible d’améliorer le fonctionnement de la ferme. Toutefois, cet

équipement n’a pas été pris en considération dans le compte d’exploitation

prévisionnel et le coût d’investissement étant donné qu’il est utilisé de façon

intégrée pour plusieurs activités au sein de la communauté.

3.3. Amortissement des investissements


Tableau 5 : Amortissement des investissements

Désignation Valeur début Taux Annuité Valeur Valeur Valeur Valeur Valeur Valeur
projet d’amortisse année 2 année 3 année 4 année 5 résiduelle
année 1
(FCFA) ment année 5
(FCFA) (FCFA) (FCFA) (FCFA)
(FCFA) (FCFA)

Bâtiment 814 000 1/15 54 267 759 733 705 466 651 199 596 932 542 665 542 665

Clôture 42 000 1/5 8 400 33 600 25 200 16 800 8 400 0 0

Mangeoires 14 000 1/5 2 800 11 200 8 400 5 600 2 800 0 0


er
1 âge
e
Mangeoires 2 105 000 1/5 21 000 84 000 63 000 42 000 21 000 0 0
âge
er
Abreuvoirs 1 14 000 1/5 2 800 11 200 8 400 5 600 2 800 0 0
âge
e
Abreuvoirs 2 31 500 1/5 6 300 25 200 18 900 12 600 6 300 0 0
âge

Seaux (10 l) 10 000 ½ 5 000 5 000 0 0 0 0 0

Brosses 25 000 ½ 12 500 12 500 0 0 0 0 0

Pelles 25 000 ½ 12 500 12 500 0 0 0 0 0

2
Combinaison 40 000 ½ 20 000 20 000 0 0 0 0 0
de travail

Chaussures 30 000 1/5 6 000 24 000 18 000 12 000 6 000 0 0


(bottes)

Balances 9 000 1/5 1 800 7 200 5 400 3 600 1 800 0 0

Brouettes 46 000 1/5 9 200 36 800 27 600 18 400 9 200 0 0

A la cinquième année du projet, tous les équipements seront amortis exception faite du bâtiment. En effet, celui-ci aura une

valeur résiduelle estimée à 542 665 FCFA (Cinq cent quarante deux mille six cent soixante cinq Francs CFA) soit 827,28

Euro (Huit cent vingt sept point vingt huit mille Euro) à cette année 5 du projet. Le petit matériel tel que les seaux, les

brosses, les pelles et les combinaisons de travail d’une valeur totale 100 000 FCFA (Cent mille Francs CFA) soit 152,45 Euro

(Cent cinquante deux point quarante cinq Euro), devra être renouvelé chaque deux ans par le promoteur. Les équipements

restant (les mangeoires, les abreuvoirs, la clôture, les brouettes, la balance et les bottes) d’une valeur totale de 291 500

FCFA (Deux cent quatre vingt onze mille cinq cent Francs CFA) soit 444,39 Euro (Quatre cent quarante quatre point trente

neuf Euro), quant à eux devront être renouvelés après chaque cinq (05) ans d’activité.
3.4. Recettes prévisionnelles annuelles

Selon des sondages faits dans les marchés de Yaoundé et de ceux du Département du Nyong et Kéllé, le prix d’un poulet de

2,2 à 2,7 kg, oscille entre 3 300 et 3 500 FCFA soit 5,03 et 5,33 Euro. Ce prix est fonction du poids du poulet et du niveau

de la demande sur le marché. Etant donné le caractère pédagogique (modules de formation) que le projet présente à sa

première année d’implantation, il serait difficile d’y ressortir un coût de production prévisionnel d’un poulet. Ce dernier

pourrait être estimé dès la deuxième année du projet et sera stabilisé en fonction du degré de maîtrise de l’activité par le

personnel de la ferme. Toutefois, pour un début, la ferme se propose de vendre un poulet à 3 200 FCFA (Trois mille deux

cent Francs CFA) soit 4,87 Euro (Quatre point quatre vingt sept Euro). Dans une bande homogène prête à la

commercialisation, 80% des poulets devront peser entre 2,2 à 2,7 kg. La vente du poulet se fera au village ou directement

dans les marchés locaux par le personnel de la ferme.

Tableau 6 : Recettes prévisionnelles annuelles

Désignation Quantité Prix unitaire Prix unitaire Prix total Prix total

produite (FCFA) (Euro) (FCFA) (Euro)

Poulet de chair 2 000 poulets 3 200 4,87 6 400 000 9756,58


Les recettes prévisionnelles annuelles sont estimées à 6 400 000 FCFA soit 9756,58Euro.

3.5. Chiffre d’affaires prévisionnel du projet Tableau

7 : Chiffre d’affaires prévisionnel du projet

Désignation Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5

Recette annuelle 6 400 000 FCFA 6 400 000 FCFA 6 400 000 FCFA 6 400 000 FCFA 6 400 000 FCFA
(FCFA et Euro)
9756,58Euro. 9756,58Euro. 9756,58Euro. 9756,58Euro. 9756,58Euro.

Coût variable annuel 5 871 680 FCFA 5 871 680 FCFA 5 871 680 FCFA 5 871 680 FCFA 5 871 680 FCFA

(FCFA et Euro)
8951,18 8951,18 8951,18 8951,18 8951,18

Coût fixe annuel 0 100 000 FCFA 0 100 000 FCFA 291 500 FCFA

(FCFA et Euro)
152,44 Euro 152,44 Euro 444,38 Euro

Bénéfice net annuel 328 320 FCFA 228 320 FCFA 328 320 FCFA 228 320 FCFA 36 820 FCFA

(FCFA et Euro)
500,51 Euro 348,06 Euro 500,51 Euro 348,06 Euro 56.13 Euro
La recette totale du projet après une durée de cinq ans est évaluée à

12 000 000 FCFA (Douze millions de Francs CFA) soit 18 293,60 Euro (Dix

huit mille deux cent quatre vingt treize point soixante Euro). Le bénéfice net

total du projet sur cinq ans est estimé à 1 150 100 FCFA (Un million cent

cinquante mille cent Francs CFA) soit 1 753,28 Euro (Mille sept cent

cinquante trois point vingt huit Euro). Cependant, ces chiffres peuvent être

revus à la hausse en fonction de deux facteurs :

 Le coût de fonctionnement annuel de la ferme. En effet, la réduction du

coût variable annuel de la ferme peut augmenter le bénéfice net de la

ferme. Cette réduction peut se faire à partir des mesures telles que la

baisse du coût d’investissement sur l’aliment à travers la maîtrise du

processus de fabrication de la provende par le personnel de la ferme et la

production locale des ingrédients de la provende principalement le maïs ;

 La fluctuation des prix du poulet sur le marché. En effet, le prix du poulet

sur le marché camerounais et en particulier celui du Département du

Nyong et Kéllé, varie énormément en fonction des périodes de l’année.

Ainsi, pendant les périodes festives la demande se fait de plus en plus

forte et le prix du poulet à ces périodes, peut observée une hausse de plus

de 500 FCFA par rapport au prix habituel. En plus, l’offre du poulet dans

le Département du Nyong et Kéllé est très faible du fait de l’absence des

fermes de production intensive de poulets. Cette situation peut permettre

l’écoulement facile des poulets sur le marché, à des prix avantageux pour

le promoteur.

3
3.6. Risques d’échec du projet

Plusieurs risques peuvent freiner voire stopper l’évolution du projet de

production de poulets de chair dans le village MBANDA. Nous pouvons citer

entre autres :

- les risques liés à la mobilisation des fonds ;

- les risques d’épidémies de poulets de chair ;

- les risques liés à la rupture des intrants (poussins, ingrédients de la

provende, produits vétérinaires, copeaux…) ;

- les risques d’assiduité du personnel.

Ainsi, pour une meilleure efficacité et efficience du projet, un suivi- évaluation

doit être fait de manière récurrente.

Note du concepteur

Ce projet est le fruit du travail intellectuel d’un Ingénieur Agronome spécialisé

en Conception des projets agricoles et de développement. Ainsi, quiconque

aimerait le financer sera prié de bien vouloir s’acquitter au préalable, des frais

de conception qui s’élèvent à 500 000 FCFA (Cinq cent mille Francs CFA) soit

762,24 Euro (Sept cent soixante deux point vingt quatre Euro). Ces frais