Vous êtes sur la page 1sur 7

DEUXIÈME PARTIE -

SPECIFICATION DES TRAVAUX


Section III. Formulaires de soumission

Section III. Cahier des clauses techniques et plans

Table des matières

Cahier des clauses techniques


138

Plans
90
Section III. Formulaires de soumission

Cahier des clauses techniques

[Note : s’il existe un ou plusieurs CCTG pour tout ou partie des travaux à réaliser,
l’Autorité contractante devra en faire état et inclure le cahier des clauses techniques
particulières correspondantes ; pour les travaux pour lesquels il n’existe pas de
CCTG, l’Autorité contractante préparera (ou fera préparer par un Maître d’Œuvre) le
cahier des clauses techniques.]
Section III. Formulaires de soumission

Plans
[Insérer la liste des plans, ainsi que la totalité de ces plans]

Notes relatives à la préparation des spécifications techniques et plans

[Ces notes relatives à la préparation des spécifications techniques et plans sont fournies
uniquement à titre d'information pour l’Autorité contractante ou la personne qui
préparera le Dossier d'appel d'offres, et ne doivent pas figurer dans les documents
définitifs.]

Principes à suivre

Pour que les soumissionnaires puissent répondre d'une façon réaliste et compétitive aux
conditions posées par l’Autorité contractante, et sans avoir à assortir leurs soumissions de
réserves ou de conditions particulières, il faut un ensemble de spécifications techniques et
de plans à la fois clairs et précis. Dans le cas d'un appel d'offres international, ces
spécifications et plans doivent être établis de façon à permettre une concurrence aussi
large que possible, tout en énonçant clairement les critères auxquels devront répondre les
travaux, ouvrages, matériaux et services faisant l'objet du Marché. C'est à cette condition
seulement que les objectifs d'économie, d'efficacité et d'équité dans la passation du
marché pourront être atteints, que la conformité des soumissions sera assurée et que le
travail ultérieur d'évaluation des soumissions sera facilité. Les spécifications devront
exiger que l'ensemble des fournitures et matériaux nécessaires à l'exécution des travaux
soient neufs, non usagés et du modèle le plus récent ou courant et, à moins que le Marché
n'en dispose autrement, qu'ils englobent toutes les dernières améliorations apportées à la
conception ou aux matériaux. Des exemples de spécifications tirées de projets similaires
sont utiles à cet égard.

En principe, la plupart des spécifications techniques sont choisies et définies par l’Autorité
contractante ou le Maître d’Œuvre en fonction des travaux prévus dans le Marché en
question. Il n'y a donc pas de modèle type de spécifications techniques applicables dans
tous les cas, quel que soit le secteur considéré, mais il existe des principes et pratiques
bien établis, et ces documents en sont le reflet. C’est ainsi que l’Autorité contractante doit
veiller à ce que les spécifications ne soient pas limitatives. En spécifiant les critères
auxquels devront répondre les travaux, ouvrages, matériaux et services faisant l'objet du
Marché, il convient d'utiliser, dans toute la mesure du possible, des critères reconnus au
plan international. Si l'on utilise d'autres critères particuliers, qu'il s'agisse de normes en
vigueur au Bénin ou d'autres normes, les spécifications devront préciser que des types de
fournitures, matériaux et travaux répondant à d'autres critères généralement admis et
permettant d'assurer un niveau de qualité égal ou supérieur à celui visé par les critères
mentionnés seront également acceptables.
Section III. Formulaires de soumission

Notes relatives à la préparation de spécifications techniques et plans (suite)

Les dispositions ci-après pourront être incluses dans les spécifications techniques.

Clause modèle : Équivalence des normes et codes

“Chaque fois qu'il est fait référence, dans le Marché, à des normes et codes
particuliers auxquels doivent se conformer les fournitures et matériaux devant être
fournis et les travaux devant être réalisés et contrôlés, les dispositions de la dernière
édition ou révision en vigueur des normes et codes correspondants s'appliqueront, à
moins que le Marché n'en dispose autrement. Si ces normes et codes sont d'ordre
national ou ont trait à un pays ou une région donnés, d'autres normes généralement
admises, permettant d'assurer un niveau de qualité égal ou supérieur à celui visé par
les normes et codes spécifiés, pourront être acceptées sous réserve d'un examen
préalable et d'une approbation écrite du Maître d’Œuvre. Les différences entre les
normes spécifiées et celles qui sont proposées devront faire l'objet d'une description
écrite détaillée de la part de l'entrepreneur, et être soumises au Maître d’Œuvre au
moins trente (30) jours avant la date à laquelle l'Entrepreneur désire obtenir
l'approbation de celui-ci. Si le Maître d’Œuvre estime que les normes proposées
n’assurent pas un niveau de qualité égal ou supérieur, l’entrepreneur devra respecter
les normes spécifiées dans les documents.”

Présentation des spécifications techniques

L’Autorite contractante a tout intérêt à établir un modèle standard de spécifications


techniques générales2 pour des Travaux à caractère répétitif entrepris dans des
secteurs manifestement publics (construction d’écoles, de centre de santé, de voirie
urbaine, d’assainissement, etc.) à l'échelon de l’ensemble du pays. Ces spécifications
techniques générales devraient couvrir tous les types de travaux, de matériaux et de
matériels auxquels il est fait appel en général, mais pas nécessairement dans le cas
d'un marché donné de travaux. Elles constitueront normalement une première sous-
section dans la section Spécifications techniques du dossier d’appel d’offres. Une
deuxième sous-section, intitulée spécifications techniques particulières2
contiendra les ajouts et modifications aux dispositions de la première sous-section
pour adapter les spécifications techniques générales aux travaux et ouvrages
considérés.

La section, spécifications techniques particulières, comprendra en particulier les


informations détaillées concernant les facteurs suivants :
 description et consistance des travaux et des ouvrages;
 organisation du chantier et travaux préparatoires;
 provenance, qualité et préparation des matériaux;
 mode de préparation des travaux ;

2 2
En conformité avec l’option prévue à la note (1), les expressions « Cahier des clauses et conditions
techniques générales » et « Cahier des clauses et conditions techniques particulières » peuvent être
utilisées.
Section III. Formulaires de soumission

 exécution des travaux.

Variantes techniques

En accord avec les Instructions aux soumissionnaires, le Maître de l’Ouvrage


décidera, le cas échéant, s’il permet aux soumissionnaires d’inclure dans leur offre
des variantes techniques. Celles-ci sont justifiées dans les cas où il est concevable
d’envisager des options qui pourraient s’avérer moins coûteuses que les solutions
techniques indiquées dans le dossier d’appel d’offres. Le Maître de l’Ouvrage
indiquera normalement les types et/ou sections de travaux pour lesquels des
variantes pourraient présenter un avantage comparatif du fait des compétences
particulières des soumissionnaires. Il s’agit, par exemple, des types de travaux
suivants :
 fondations (utilisation de procédés brevetés et matériaux spéciaux; type,
diamètre, longueur et densité des pieux; détails constructifs; etc.);
 piliers, poutres, planchers (béton armé, précontraints, etc.);
 procédés brevetés de mise sous tension des structures bétonnées;
 couverture de surface des ouvrages;
 matériaux hydrauliques, couvertures et joints des tuyauteries et conduites;
 structures et matériaux des chaussées (gravier- bitume, gravier-ciment; etc.);
 (asphalte, béton, etc.);
 configuration et montage des pylônes des lignes de transmission électrique;
 éclairage des chaussées.

Le dossier contiendra une description des travaux pour lesquels des variantes sont
permises avec les références nécessaires à des plans, spécifications, bordereaux de
prix et coûts unitaires, et critères de conception, d’essais et contrôle. Il sera
également précisé que les variantes seront au moins équivalentes, dans leur structure
et fonctionnement, aux paramètres de conception et à spécifications indiquées dans
le dossier. Enfin, il sera requis que les variantes soient accompagnées de toutes les
informations nécessaires pour permettre au Maître de l’Ouvrage d’en faire
l’évaluation.

Le soumissionnaire devra par conséquent être invité à inclure dans son offre, les
plans, notes de calculs, spécifications techniques, détails des prix, méthodes et
procédés de construction et tout autre détail approprié. Comme spécifié, le cas
échéant, dans les Instructions aux candidats, les variantes techniques soumises de
cette manière seront considérées et évaluées par l’Autorité contractante suivant leur
propre mérite, et indépendamment du fait que le soumissionnaire a offert ou non un
prix pour solution de base de l’Autorité contractante définie dans le dossier d’appel
d’offres.

Plans et dossiers

Le dossier d’appel d’offres inclura normalement une série de plans et dossiers


Section III. Formulaires de soumission

comprenant, entre autres, un plan de situation indiquant l’emplacement du site en


relation avec la géographie locale. Une indication des principales routes, aéroports,
chemins de fer et réseaux électriques est également utile. Les plans de construction,
même s’ils ne sont pas détaillés, doivent fournir suffisamment d’information pour
permettre aux soumissionnaires de comprendre le type et la complexité des travaux
envisagés, et de pouvoir chiffrer les prix demandés au bordereau des prix et détail
quantitatif et estimatif.

Les plans et dossiers seront rassemblés dans une section spécifique du dossier
d’appel d’offres et sous forme d’un volume séparé, d’un format pouvant être
différent des autres documents du dossier. Ce format sera dicté par l’échelle des
cartes et plans, qui ne doivent pas être réduits au point de rendre les détails illisibles.

Opérations de vérification et de réception

Le Cahier des clauses techniques particulières (CCTP) doit préciser les modalités de
vérification et de réception des travaux en fonction :

- de la nature des travaux (marché unique ou, pour chacun des lots si
l’allotissement du marché a été retenu) ;
- des différentes étapes d’exécution des travaux telles que précisées dans
le CCTP :
- du planning d’exécution prévu également dans le CCTP.

Le CCTP détaille les modalités spécifiques de réception des travaux à partir du cadre
général mentionné dans le chapitre relatif du CCAG (réception, réceptions partielles,
mise à disposition de certains ouvrages ou parties d’ouvrage, garanties
contractuelles, responsabilités résultant des principes prévus dans le Code Civil).