Vous êtes sur la page 1sur 22

ROYAUME DU MAROC

MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS


DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
ET DE LA FORMATION DES CADRES

DIRECTION DES ROUTES


ET DE LA CIRCULATION ROUTIERE

CAHIER DES PRESCRIPTIONS COMMUNES


APPLICABLES AUX ETUDES ROUTIERES

FASCICULE N° 6

PRESCRIPTIONS COMMUNES AUX ETUDES


D’AMENAGEMENTS PONCTUELS

EDITION 1990
-2-
CAHIER DES PRESCRIPTIONS COMMUNES
APPLICABLES AUX ETUDES ROUTIERES

FASCICULE N° 6

-3-
-4-
PRESCRIPTIONS COMMUNES AUX ETUDES
D’AMENAGEMENTS PONCTUELS

SOMMAIRE

Article 1 Objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Article 2 Champ d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Article 3 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7

CHAPITRE I - ETUDE DE DEFINITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9

Article 4 Consistance de l’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9


4,1 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
4,2 Carrefours dénivelés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
4,3 Aires de repos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10
4,4 Postes de péage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Article 5 Proposition d’Etude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

CHAPITRE II – AVANT- PROJET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

Article 6 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13


Article 7 Travaux topographiques et reconnaissances
géotechniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
7,1 Travaux topographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
7,2 Reconnaissances géotechniques . . . . . . . . . . .13
Article 8 Dimensionnement et dessin des ouvrages . . . . . . .14
8,1 Carrefours, Aires de repos et postes de péage . .14
8,2 Autres aménagements ponctuels . . . . . . . . . . .15

-5-
Article 9 Evaluation du coût . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
Article 10 Sélection d’une variante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
Article 11 Dossier d’avant-projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

CHAPITRE III – PROJET D’EXECUTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

Article 12 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18


Article 13 Travaux topographiques et géotechniques
complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
13,1 Travaux topographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
13,2 Reconnaissances géotechniques . . . . . . . . . . .18
Article 14 Dimensionnement et dessin des ouvrages . . . . . . . .19
Article 15 Evaluation du coût . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
Article 16 Dossier d’appel à la concurrence . . . . . . . . . . . . . . .20
Article 17 Dossier d’acquisitions foncières . . . . . . . . . . . . . . . .20

CHAPITRE IV – MODE DE REMUNERATION DES ETUDES . . . . . .21

Article 18 Etude de définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21


Article 19 Autres phases d’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

-6-
ARTICLE 1 OBJET

L’étude des aménagements ponctuels consiste à définir les


éléments d’infrastructure routière localisés faisant partie d’un projet
ou en étant l’objet qui ne relèvent ni de l’étude du tracé, ni de celle
des ouvrages d'art, ni de celle des structures de chaussée.

ARTICLE 2 CHAMP D’APPLICATION

Les dispositions du présent fascicule s’appliquent à l’étude des


ouvrages ci-après :

– carrefours dénivelés,
– carrefours à niveau,
– aires de repos, postes de péage, infrastructures accessoires
liées à l’exploitation de la route.
Et d’une manière générale, de tous ceux définis comme des
aménagements ponctuels par le CPS.

ARTICLE 3 DEFINITIONS

Un carrefour dénivelé est un ouvrage permettant à des courants


de circulation de passer d’une route à une autre ou à d’autres et
comportant un ou des passages supérieurs ou inférieurs destinés à
réduire ou supprimer les conflits entre courants de trafic.

Une aire de repos est un espace, accessible d’une artère routière,


destinée au stationnement des véhicules et éventuellement à
supporter des installations sanitaires, équipements de service et
d’accueil, elle fait l’objet d’un aménagement paysager.

Une aire de service est un cas particulier d’aire de repos, spécialisée


en vue de la prestation de services tels que fourniture de carburants,
lubrifiants, réparation, etc... Ce type d’ouvrage relève des mêmes
dispositions du présent fascicule que les aires de repos ; toutefois,
sauf disposition contraire du C.P.S, elle ne donne pas lieu à une
étude d’aménagement paysager.

-7-
Un poste de péage est un ouvrage, implanté sur la voie soumise
à péage ou une des voies d’accès ou de sortie, destiné à la
perception du péage ; au sens du présent fascicule, il est limité
aux voies de circulation, accotements, îlots séparateurs, et aires
destinées à supporter les aubettes du poste de péage.

-8-
CHAPITRE I

ETUDE DE DEFINITION

ARTICLE 4 CONSISTANCE DE L’ETUDE

4,1– Cas général

A l’exception des carrefours dénivelés, aires de repos et postes de


péage, qui font l’objet du paragraphe 4.2 ci-dessous, les aménagements
ponctuels ne donnent habituellement lieu qu’à une étude de définition
légère, dont la consistance varie considérablement selon le contexte ;
elle est définie par le C.P.S.

Sauf stipulation contraire de celui-ci, l’étude de définition d’un


carrefour à niveau comprend au moins :

– la justification du choix d’un carrefour simple ou à aménagement


élaboré,
– dans ce dernier cas, l’énoncé du ou des types d’aménagement
convenant au cas d’espèce.
Elle donne lieu à la production d’une proposition d’étude conforme
aux dispositions de l’article 5 ci-dessous.

4,2– Carrefours dénivelés

Qu’il s’agisse d’un échangeur autoroutier (ou de voie rapide) ou


d’un carrefour important d’autres routes, l’étude de définition comporte
les tâches ci-après :

– reconnaissance sur le terrain : celle-ci a pour objet l’identification


de toutes les contraintes physiques et géotechniques susceptibles

-9-
d’affecter l’ouvrage dans son emprise ou sa constitution (lignes
aériennes et canalisations souterraines en particulier) ; elle donne
lieu à l’établissement de tous croquis utiles et à la production
d’un compte-rendu,
– analyse des données de trafic disponibles et évaluation de
l’importance des divers courants de trafic ; le Bureau d’Etudes
propose s’il y a lieu un programme d’observations sur le terrain,
ou d’enquête origine-destination, nécessaire pour lever les
incertitudes graves,
– proposition, justifiée, avec croquis à l’appui, du ou des types
d’aménagement à étudier au niveau de l’avant-projet.

L’ensemble donne lieu à la production d’une proposition d’étude


conforme aux stipulations de l’article 5 ci-dessous.

4,3– Aires de repos

a) si le C.P.S le prescrit, l’étude de définition comporte l’évaluation


de la demande en aires de repos et services divers procurés par
celles-ci sur une arête donnée ; il y est procédé s’il y a lieu, pour
tous les partis, au sens de l’étude de tracé, susceptibles de servir
une clientèle nettement différente ; elle comporte ordinairement une
enquête auprès des établissements d’accueil, sociétés distributrices
de carburant et usagers de la route, cette dernière effectuée, le cas
échéant, à l’occasion d’une enquête origine-destination. Au terme
de l’évaluation, le Bureau d’Etudes propose une ou plusieurs variantes
de distribution des aires de repos le long de l’arête, étant précisé
dans le cas de routes à chaussées séparées, si elles sont destinées
à l’un des sens de circulation ou aux deux ; la capacité d’accueil et
de services de chaque aire de repos est spécifiée.

b) Que l’évaluation ci-dessus ait été prescrite ou non par le


C.P.S, l’étude de définition comporte, pour toute aire de repos, les
tâches ci-après :

- 10 -
– recherche d’un site, qui sera choisi compte tenu de la commodité
du terrain, notamment de la plus ou moins grande facilité de faire
communiquer les installations sises de part et d’autre de l’artère
routière concernée ainsi que de l’agrément du site et des
possibilités de raccordement aux réseaux de distribution
d’eau, d’électricité, et téléphonique, les sites plausibles font
l’objet d’une évaluation géotechnique,
– Etablissement, sans qu’il soit procédé à des opérations
topographiques, sinon très sommaires (mesures au tachéomètre,
clisimètre etc...), d’une esquisse de plan de masse ; l’objet
en est seulement de contrôler la compatibilité du site avec le
programme d’aménagement ; il n’en est donc pas exigé une
grande précision,
– Proposition justifiée, esquisse de plan de masse à l’appui, de la
ou des variantes à étudier au niveau de l’avant-projet.
L’ensemble donne lieu à la production d’une Proposition d’Etudes
conforme aux dispositions de l’article 5 ci-dessous.

4,4– Postes de péage

Lorsque la décision de percevoir un péage est prise, l’étude de la


structure du système de perception comporte des éléments non
techniques ; compromis entre une assiette équitable et les moindres
frais de perception, dispense de péage au profit des usagers de
certaines origines ou destinations en raison de la participation de
collectivités locales au financement de l’ouvrage par exemple ;
cette étude est hors du champ d’application du présent C.P.C.

Un poste de péage peut être du type :

– barrière en pleine voie, établie sur l’artère soumise à péage, à


l’écart des échangeurs (système ouvert),
– Postes de contrôle sur les voies d’accès et postes de péage, sur
les voies de sortie (système fermé).

- 11 -
Dans l’un et l’autre cas, l’étude comporte l’analyse des données de
trafic et la détermination, autant que possible en liaison avec l’organisme
percepteur, du nombre de voies requis, à la traversée du poste de péage,
pour l’écoulement du trafic de pointe.

Dans le premier cas, l’étude est ensuite menée selon les


dispositions du paragraphe b de l’article 4.3 ci-dessus, relatif aux
aires de repos.

Dans le second cas, elle est habituellement menée en même


temps que celle de l’échangeur et en fait partie intégrante.

ARTICLE 5 PROPOSITION D’ETUDES

La proposition d’études consiste en la remise :

– d’un dossier d’études de définition, conforme aux dispositions de


l’instruction sur la composition des dossiers de projets en vigueur,
– Le cas échéant des recommandations sur les reconnaissances
géotechniques à mener,
– Eventuellement si le C.P.S le précise d’un dossier d’appel à la
concurrence pour la suite des études, établi selon les instructions
de l’Administration quant au mode d’appel à la concurrence, au
niveau d’étude et au choix des partis. Ce dossier sera établi en
conformité avec les documents normatifs (CPS type par exemple)
en vigueur. Les reconnaissances géotechniques qui seront à la
charge ou à l’initiative du Bureau d’Etudes y sont, s’il y a lieu,
définies.

- 12 -
CHAPITRE II
AVANT- PROJET

ARTICLE 6 GENERALITES

Quel que soit le type d’aménagement, les ouvrages sont, à ce


niveau d’étude, définis complètement et leurs dimensions principales
arrêtées avec précision. Quand l’aménagement en cause est un
accessoire d’un projet comportant une étude de tracé, le calage en
altitude des éléments qui le composent doit avoir le même degré de
précision que celle prescrite pour la ligne rouge du tracé.

L’étude d’avant- projet comporte les tâches ci-après :

– travaux topographiques,
– dimensionnement et dessin des ouvrages,
– évaluation du coût,
– s’il y a lieu, comparaison et sélection d’une variante,
– production d’un dossier d’avant- projet.

ARTICLE 7 TRAVAUX TOPOGRAPHIQUES ET RECONNAISSANCES


GÉOTECHNIQUES

7,1– Travaux topographiques

Le C.P.S prescrit l’exécution d’un plan coté ou d’autres travaux


topographiques suivant la nature de l’ouvrage. Il en détermine l’échelle
et l’étendue.

7,2– Reconnaissances géotechniques

Le CPS prescrit en outre s’il y a lieu la nature et l’importance des


reconnaissances géotechniques à mener.

- 13 -
Tous les travaux topographiques et reconnaissances géotechniques
sont soumis aux prescriptions du fascicule 1 du présent C.P.C.

ARTICLE 8 DIMENSIONNEMENT ET DESSIN DES OUVRAGES

8,1– Carrefours, aires de repos et postes de péage

Pour les échangeurs, carrefours dénivelés et à niveau, aires de


repos et postes de péage, le dimensionnement et le dessin des
ouvrages comporte :

a) l’établissement d’une vue en plan : le plan est dessiné sur le plan


coté résultant des travaux topographiques définis à l’article 7 ci-dessus
et porte l’indication des dimensions des principaux éléments du projet ;
s’il comporte des ouvrages d’art et d’assainissement, le plan fait
apparaître leur position exacte et l’emprise réservée à leurs éléments
encombrants tels qu’appuis et parapets ; le plan fait obligatoirement
apparaître tous les autres éléments de l’ouvrage, y compris par
exemple les îlots, même les plus petits, des carrefours ; il est procédé
s’il y a lieu aux calculs nécessaires pour contrôler la cohérence de
l’ensemble, sans que la production d’une note de calculs soit exigée ;
les éléments de signalisation horizontale et verticale y sont
schématiquement figurés.

b) le dessin, à l’échelle du plan en distance et dix fois plus grande en


hauteur, du profil en long des voies de circulation, bretelles diverses et
aires de stationnement ; ces profils en long sont calculés avec la pré-
cision nécessaire pour vérifier qu’ils satisfont aux prescriptions des
textes réglementaires en vigueur, que les ouvrages d’art respectent le
gabarit prescrit sur les voies franchies, que les différentes parties
d’ouvrage se raccordent correctement, ainsi que pour permettre
l’étude du schéma de drainage évoqué ci-dessous.

c) Le cahier de profils en travers des voies de circulation en déblai


ou en remblai de plus de (1) mètre et dans tous les cas, des aires de
stationnement et de postes de péages ; il est dressé autant de profils

- 14 -
en travers caractéristiques que nécessaire pour l’évaluation des volumes
de terrassements, le contrôle du raccordement correct des ouvrages
et du bon fonctionnement du drainage.

d) La production d’un schéma de drainage suffisamment précis


pour permettre le contrôle de son bon fonctionnement et l’évaluation
du coût des ouvrages de surface et enterrés nécessaires.

e) La production d’une note justificative qui, dans le cas des


carrefours simples de rase campagne, pourra être très sommaire,
montrant que les dispositions et dimensions adoptées, sans être
inutilement surabondantes garantissent le fonctionnement de
l’ouvrage, en ce qui concerne notamment la sécurité et sa capacité
d’écoulement de la circulation ou d’accueil.

f) Pour les aires de repos et les postes de péage seulement, la


figuration sur le plan des emprises réservées aux superstructures
qu’ils sont appelés à recevoir : établissements d’accueil, stations-service,
sanitaires, aubettes etc... ainsi, s’il y a lieu que la figuration des emprises
réservées aux installations qui, sans faire partie du projet sont en relation
avec lui : postes de polices, bureaux de l’organisme percepteur du péage
par exemple.

g) Pour tous les ouvrages, si le C.P.S le prescrit la production d’un


schéma d’éclairage faisant apparaître le type et la position des appareils
d’éclairage et des conducteurs assurant leur alimentation en énergie
électrique.

h) Le schéma de déplacement des réseaux aériens et souterrains


situés dans les emprises de l’ouvrage.

8,2– Autres aménagements ponctuels

Pour les autres aménagements ponctuels tels que les accès de


service aux autoroutes, bretelles de raccordement entre les voies de
celles-ci, dispositifs ralentissants aux abords des agglomérations,

- 15 -
aires de stationnement en bordure de chaussée (points de vue,
bureau d’information du public etc...) le dimensionnement et le dessin
des ouvrages comporte :

a) l’établissement d’une vue en plan : le plan est dessiné sur le


plan coté résultant des travaux topographiques définis à l’article 7
ci-dessus, il fait apparaître tous les détails de l’aménagement projeté
et porte les dimensions de ses principaux éléments.

b) le dessin et le calcul des profils en long et en travers utiles à


l’intelligence du projet et à l’évaluation de son coût.

c) s’il y a lieu, l’indication des emprises réservées aux superstructures


que l’aménagement est destiné à supporter.

d) une note justificative

ARTICLE 9 EVALUATION DU COUT

Quel que soit le type d’ouvrage, il est procédé à l’évaluation de son


coût avec la précision requise à cette phase d’étude. Il est produit un
détail estimatif distinguant le coût :

– des terrassements : si le projet comporte des déblais ou remblais


de plus de 0,25m de hauteur, leur volume est calculé ; dans le
cas contraire, il est admis d’évaluer le coût des terrassements à
l’unité de surface.
– des chaussées, accotements, îlots et aires diverses.
– des bordures de trottoirs, îlots et accessoires similaires.
– des ouvrages d’assainissement et de drainage.
– estimé forfaitairement, des éléments de projet dont l’étude
détaillée n’est pas exigée à ce niveau d’étude, tels que la
signalisation verticale, horizontale et l’éclairage.
– des acquisitions de terrain, frais d’étude et de surveillance des travaux.
– des déplacements de réseaux (eau, électricité, téléphone etc...)

- 16 -
Si le projet comporte l’étude de plusieurs aménagements ponctuels,
la même précision est exigée de l’évaluation du coût de chacun d’eux.

ARTICLE 10 SELECTION D’UNE VARIANTE

Si plusieurs variantes ont été étudiées, le Bureau d’Etudes procède


obligatoirement à une comparaison prenant en considération les
coûts et avantages ou inconvénients divers, sans qu’il soit demandé
de calculs de rentabilité économique pour justifier du choix entre 2 ou
plusieurs variantes.

ARTICLE 11 DOSSIER D’AVANT- PROJET

Le Bureau d’Etude est tenu de remettre un dossier d’avant-projet


conforme à l’instruction sur la composition des dossiers de projet en
vigueur.

- 17 -
CHAPITRE III
PROJET D’EXECUTION

ARTICLE 12 GENERALITES

Quel que soit le type d’aménagement, les ouvrages sont, à ce


niveau d’étude, définis avec la précision et tous les détails utiles à
leur réalisation. A cet effet, il est procédé aux tâches ci-après :

– travaux topographiques complémentaires et implantation


éventuelle,
– reconnaissance géotechnique complémentaire (éventuelle),
– dimensionnement précis et dessin détaillé des ouvrages,
– évaluation du coût,
– production d’un dossier de projet d’exécution,
– établissement du dossier d’acquisition foncière.

ARTICLE 13 TRAVAUX TOPOGRAPHIQUES ET GÉOTECHNIQUES


COMPLEMENTAIRES

13,1– travaux topographiques

Le Bureau d’Etudes procède s’il y a lieu aux levés de plans de


détail, et de profils en long ou en travers utiles à la définition précise
et détaillée des ouvrages de drainage et d’assainissement et des
déplacements de réseau notamment.

L’implantation si elle est prescrite par le C.P.S est effectuée


conformément aux dispositions du fascicule 1 du présent CPC.

13,2– reconnaissances géotechniques

S’il s’avère nécessaire ou si C.P.S le prescrit des reconnaissances


géotechniques complémentaires seront exécutées.

- 18 -
ARTICLE 14 DIMENSIONNEMENT ET DESSIN DES OUVRAGES

Le dimensionnement précis et le dessin des ouvrages comportent :

– l’établissement d’une vue en plan et, s’il y a lieu, de vues de


détail, dessinées sur les plans résultant des travaux topographiques
définis aux articles 7 et 13 ci-dessus. Tous les éléments sont définis
avec le détail de leur géométrie, de façon à pouvoir être réalisés
exactement sur le terrain.
– la production d’un plan d’implantation, justifié par une note
de calculs, faisant apparaître toutes les données géométriques
permettant, sans autre calcul, l’implantation sur le terrain des
ouvrages.
– la production des profils en long entièrement calculés des voies
de circulation, bretelles, et aires diverses étudiés au niveau de
l’avant-projet.
– la production de tous les profils en travers utiles à la réalisation
exacte des ouvrages et à l’évaluation précise du volume des
terrassements.
– le calcul et le dessin détaillés des ouvrages de drainage.
– la production des plans détaillés de signalisation verticale et
horizontale mentionnant les types de panneaux de signalisation
conformément à la nomenclature de l’instruction sur la signalisation
en vigueur ainsi que les inscriptions devant y figurer.
– s’il y a lieu, la production d’une note de calculs du phasage des
feux tricolores.
– si le C.P.S prescrit l’étude de l’éclairage , l’étude détaillée des
appareils d’éclairage, de leur position, de leur type et de leur
puissance et la note de calculs d’éclairement ; leur alimentation
en énergie électrique sera étudiée, note de calcul à l’appui, et
les ouvrages seront définis dans tous leurs détails.
– si le C.P.S le prescrit, une étude d’aménagement paysager, qui sera
obligatoirement confiée à un spécialiste agréé par l’Administration.
– la production des plans détaillés des réseaux à déplacer autres
que ceux relevant de services concédés.

- 19 -
ARTICLE 15 EVALUATION DU COUT

Il est procédé à l’évaluation du coût à la précision requise à


cette phase d’étude et à la production d’un détail estimatif où sont
distinguées les diverses natures d’ouvrages, autant que possible
conformément à la liste de prix du Cahier des Prescriptions
Communes applicables aux travaux routiers courants et aux prix
pratiqués dans la région; il fait apparaître en outre le coût des
acquisitions de terrain et des frais de surveillance des travaux.

Les quantités d’ouvrages apparaissant au détail estimatif sont


justifiées par des avant-métrés détaillés, cubature des terrassements
notamment; cette dernière pourra toutefois être omise si la hauteur
des terrassements, en déblai ou en remblai, ne dépasse nulle part
0,25 mètre, les terrassements étant alors évalués à l’unité de surface.

Si le projet comporte plusieurs aménagements ponctuels, la même


précision est exigée de l’évaluation de chacun d’eux.

ARTICLE 16 DOSSIER D’APPEL À LA CONCURRENCE

Si l’étude est indépendante, et si le C.P.S le prescrit, elle comporte


la préparation d’un dossier d’appel à la concurrence conforme aux
textes généraux en vigueur en la matière pour le mode d’appel à la
concurrence choisi par l’Administration. Dans tous les cas, le dossier
contient une estimation détaillée du coût du projet, fondée sur les
quantités d’ouvrages du métré.

ARTICLE 17 DOSSIER D’ACQUISITIONS FONCIERES

Si le C.P.S le prescrit, l’étude comporte la production d’un dossier


d’acquisitions foncières dont la composition et la forme sont définies
au fascicule 3 du présent C.P.C à propos des études de tracé.

- 20 -
CHAPITRE IV
MODE DE REMUNERATION DES ETUDES

ARTICLE 18 ETUDE DE DEFINITION

L’étude de la demande d’aires de repos est payée le cas échéant


par un forfait distinct.

L’étude de définition d’un carrefour dénivelé, carrefour à niveau,


aire de repos ou poste de péage est payée par un forfait distinct pour
chacun d’eux.

L’étude de définition d’autres aménagements ponctuels est payée


sauf stipulation contraire du C.P.S, par un forfait global, si l’étude est
un accessoire d’une étude comportant une étude de tracé, le CPS
peut spécifier que l’étude de définition des aménagements ponctuels
est comprise dans celle du tracé et ne donne pas lieu à rémunération
spéciale.

ARTICLE 19 AUTRES PHASES D’ETUDE

Au niveau de l’avant-projet d’exécution et du projet d'exécution,


l’étude des aménagements ponctuels est payée comme suit :

– l’étude d’un carrefour dénivelé, carrefour à niveau, aire de repos


ou poste de péage est payée par un forfait distinct pour chacun
d’eux.
– L’étude des autres aménagements ponctuels est payée au forfait,
le CPS peut toutefois prévoir des prix distincts pour chacun d’eux
ou encore, s’ils sont un accessoire d’une étude de tracé, que leur
étude y est incluse et ne donne lieu à aucune rémunération
spéciale.

- 21 -
Enfin au niveau du projet d’exécution, si le C.P.S prescrit la
préparation d’un dossier d’appel à la concurrence ; il est payé
par un forfait distinct.

L’établissement du dossier d’acquisitions foncières est payé à


l’hectare ou à la parcelle suivant les prescriptions du C.P.S.

- 22 -