Vous êtes sur la page 1sur 7

4- Les colles organiques

Définition :
- Une colle est un matériau qui est appliqué à l’état liquide entre 2 surfaces,
contribue à les unir après durcissement
- Le collage permet de diminuer la rétention par encastrement au profit de la
rétention par adhésion.
- Le collage est l’équivalant du scellement, au lieu du ciment de scellement on
colle
 Scellementrétention par encastrement
 Collage  rétention par adhésion

Avantages et inconvénients :
 Avantage :
- Grande résistance à la compression, à la flexion et à l’abrasion
- De meilleures propriétés d’adhésions aux tissus dentaires et aux biomatériaux
prothétiques que les ciments
- Un comportement visco-élastique permettant l’absorption des contraintes
occlusaleset donc le collage est meilleur
- Des qualités optiques accrues car il y a un grand choix de teinte
- Un polissage aisé.
- Meilleure qualité du joint dento-prothétique

 Inconvénients :
- Un coefficient d’expansion thermique plus élevé que les ciments
- Une incompatibilité avec les dérivés de phénol, on ne peut jamais l’utilisé avec
un ciment provisoire
- Une mise en œuvre délicate (beaucoup plus que le scellement)

Principes de collage :
A. Collage au niveau de l’émail << hybridation >> :
- On sait aujourd’hui que l’adhésion à l’émail est obtenue par micro clavetage
mécanique dans un relief de surface obtenue par attaque acide.
- Le mordançage est effectué avec l’acide orthophosphorique à des concentrations
qui varient entre 37° et 50°pendant 30 secondes puis rinçage pendant 15
secondes.
- La dissolution de l’émail par mordançage, puis l’infiltration par une résine fluide
polymérisable aboutissant au collage a l’émail.
- Le principe de l’hydratation
- Le collage à l’email on doit parler de la couche hybride (des rugosités créer par
la résine qui permettent l’adhérence

B. Collage au niveau de la dentine :


- Longtemps le collage dentinaire a reposé sur l’infiltration des tubulis par la
résine de l’adhésif suite à l’hydratation c’est-à-dire que le collage est profond =
majorer le collage.
- Afin de pallier au problème de contraction de l’adhésif lors de la polymérisation,
les systèmes adhésifs récents exploitent ce que l’on nomme la couche hybride
(un réseau de fibres collagénique débarrassé de la portion minérale par attaque
acide).

C. Collage au niveau des éléments prothétiques :


- Adhésion au niveau des alliages métalliques : fait appel à des systèmes de micro-
rétentions (sablage, le mordançage électrolytique et le mordançage chimique).
- On doit avoir une rétention mécanique par un traitement de surface par oxyde
d’aluminium on badigone l’intrados par l’aluminium :
 Sablage suivi par la projection des particules d’allumine
 Application du silane = traitement mécaniquemicro rétentionje
rends la surface rugueuse

Classification des colles :


A- Composites de collage à base de résine Bis GMA
B- Les polymères adhésifs :
 Polymères adhésifs nécessitant un conditionnement des surfaces.
 Polymères adhésifs ne nécessitant pas un conditionnement des surfaces= auto-
adhésif.

A. Les composites de collage à base de résine Bis GMA :

 Composition :
Tous les composants comprennent :
- Une matrice organique (Bis GMA)
- Des charges
- Agent de couplage (silane)
 Indications :
- Couronne de recouvrement total (CC, CCM, CIV)
- Inlay-core

B. Polymères adhésifs :
1. Les polymères adhésifs nécessitant un conditionnement de surface :

 Composition :
- Ces colles contiennent les monomères MDP ou 4-META comme matrice
organique
- Ces derniers ont un potentiel adhésif.
- Cependant elles nécessitant tout de même l’utilisation de traitement de surface
assez lourd avant leurs applications.
- Parmi ces colles on peut citer le super-bond (C&B), Panavia 21 TM, Mbond
TM.

2. Les polymères adhésifs ne nécessitant pas un conditionnement de surface  :

 Composition :
- Nommées aussi colles autoadhésifs, leur utilisation ne requière aucun TRT de
surface, elles s’utilisent donc comme de simple ciment
- Toutes les colles auto adhésives sont dual (chémo et photopolymérisables) et
nécessitent donc le mélange de deux pates afin d’amorcer la
chémiopolyrisation.
- Mise en œuvre plus facile que les précédents

 Indications :
Meilleur que les colles composites :
- Inlay, onlay, overlay.
- Les facettes

Réaction de prise :
- La réaction de chemo-polymérisation : elle se fait par le mélange de deux
composés base et catalyseur, dès leur contact la réaction chimique de
polymérisation commence
- La réaction de photopolymérisation, elle se fait par induction photonique, à
l’aide d’une lampe Ultraviolet.
- La réaction DUAL : c.-à-d qui comporte les deux, elle commence chimiquement
et se poursuit avec la lampe UV
- Actuellement, la plupart des colles sont Dual car elles donnent de meilleurs
résultats.

Manipulation des colles :


Les systèmes de collage des composite se divisent en deux groupes :
- M&R : Système avec mordançage préalable et rinçage.
- SAM : Système automordonçant.

A. M&R :
1. M&R III :
Nécessite 3 étapes :
1- Applique le produit de mordançage sur l’émail et la dentine (acide
orthophosphorique à 0.37% pendant 15 S)  déminéralisation de l’émail et
ouverture des tubulis dentinaires, le patient se rince et on assèche
2- Puis pour réhydrater les protéines dentinaires de surfaces on applique le
PRIMER ceci va permettre la formation de la couche hybride => la pulpe sera
protégée.
3- Enfin, on applique la couche de résine adhésive.

2. M&R II :
1- On applique le mordançage comme précédemment décrit
2- Ce système présente un flacon contient le primer et l’adhésif en même temps
nécessite d’une seule étape pour la formation de la couche hybride et celle de la
couche adhésive.

B. SAM :
1. SAMII :
2 étapes sans rinçage :
1- Mise en place du self-etching primer, comme son nom l’indique il s’agit d’un
primer acide  le mordançage et la formation de la couche hybride se font
simultanément, on le laisse de 20 à 30 S puis on assèche sans rinçage
2- Mise en place de la résine adhésive directement.
2. SAM I :
Une seule étape et sans rinçage : c’est ce que les anglo-saxons appellent « All-in-
One », on applique une seule couche qui contiendra l’acide de mordançage, le primer
et l’adhésif.

Protocole de collage :
- Confection de la pièce prothétique au laboratoire.
- Mise en place de la digue.
- Fixation à l’aide d’un clamp.
- Etching a l’acide phosphorique 37°.
- Rinçage et séchage.
- Application de la colle sur la pièce prothétique.
- Fixation sous pression.
- Photopolymérisation par une lampe Ultraviolet.
- Contrôle occlusale.
- Contrôle radiologique.

Faut-il coller ou sceller ? « Les éléments incriminés pour le choix ? »

1. Facteur esthétique :
Ca dépend du type de la couronne qu’on a. dans la CCM l’esthétique est moins
incriminés que la CCC .
CC/CCMon scelle car l’esthétique ne compte pas
CCC on colle

2. La réintervention : « Il faut essayer au maximum de sauver la dent et la


prothèse ».
Si on a un doute (si on va faire une réintervention) on scelle, on ne colle pas.
Scellementfacile à desceller
Collage j’utilise la fraise pour sectionner la couronne
3. Le prix :
Possibilité financière basse du patient, on scelle on ne colle pas.
4. La rétention :
Si la rétention est diminuée par une taille mutilante, on augmente la rétention par la
rétention secondaire (collage+++).

5. Les contraintes nocives :


Les plus nocives sont les contraintes non axiales, il fait coller+++ et non sceller.

6. Bruxomane (parafonction) :
Coller et non sceller parce que dans les ciments de scellement le descellement est
fréquent.

7. La situation de la limite cervicale :


Dans le cas de limite sous gingivale les verre-ionomères et les ciments de scellement
sont cytotoxique => Il vaut mieux coller.

8. Le temps de travail :
Court est meilleur
Si élément de longue portéescellement aux phsphates de zinc temps de travail lent et
on travail alaise
9. Nombre et étendu de l’edentation.
Grande étendue => il vaut mieux sceller (phosphate de zinc), il a un temps de travail
assez long.

10. Nature de matériau prothétique :


L’adhésion varie en fonction de la surface.

11. Dans le cas d’onlay, on colle parce que la rétention est diminuée (on a
besoin de l’adhésion et car la rétention est par adhésion et non par un
encastrement