Vous êtes sur la page 1sur 48

Cours de Fiscalité Indirecte

Fadhloun Wajdi

Cours de Fiscalité Directe et Indirecte


Eléments bibliographiques
Ayadi Habib : Droit fiscal, Tunis, CERP 1989.
Droit fiscal : impôt sur le revenu des personnes physiques et impôt sur les
sociétés, Tunis, CERP 1996.

Abderraouf Yaich : Les impôts en Tunisie, éditions Octobre 2003.

Baccouche Neji : Droit fiscal, Tunis, CREA 1992.

Bellagha Yadh : Tunisie : Fiscal, éditions Francis Lefebvre 1996.

Essoussi Ahmed : Précis de fiscalité, Tunis, éditions CLE 1998.

Maalaoui Mabrouk : Mémento impôts directs en Tunisie, Tunis, Price Water House
Coopers, 2005.

Mastouri Mohamed Mokdad : Droit fiscal de l’entreprise : l’imposition des revenus et des
bénéfices, Tunis, CERP 2000 ( il y’a une nouvelle édition ).

Omri Mohamed Ali et Ben wali Tejeddine : Gestion Fiscale : exercices et cas corrigés.
Tunis, Collection gestion des entreprises, La Maghrébine pour l’impression et la publicité,
2002
A. ABOUDA Cours TVA & Droit de Consommation Année 2014
Site recommandé pour la fiscalité tunisienne : http ://www. profiscal.com
Documentation officielle recommandée en fiscalité directe : www.impotsfinances.gov.tn

1- Le Code de l’Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques et de l’Impôt sur les Sociétés
promulgué par la loi n°89-114 du 30 décembre 1989.

2- La loi n°2016-71 du 30 septembre 2016, portant loi de l’investissement.

3- La loi n°2017-8 du 14 février 2017, portant refonte du dispositif des avantages fiscaux.

4- Le code des droits et procédures fiscaux promulgué par la loi n°2000-82 en date du 9
août 2000 et entré en vigueur à partir du 1er janvier 2002.

5- Le Code de la taxe sur la valeur ajoutée promulgué par la loi n°88-61 du 02 juin 1988.

6- La loi n°88-62 du 02 juin 1988, portant refonte de la réglementation relative au droit de


consommation.

En fiscalité ce surtout les textes officiels qui sont essentiels pour tout chercheur ainsi que la
jurisprudence.

Pour les textes officiels, il faut les actualiser à travers le suivi du J .O.R.T ( le journal
officiel de la République tunisienne ) et les notes communes préparées par la D.G.E.L.F
( direction générale des études et de la législation fiscale )

1
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

CHAPITRE I
PRESENTATION DE LA TAXE
SUR LA VALEUR AJOUTEE

SECTION I : LA TVA DANS LE MONDE

La TVA est un impôt moderne. Elle a été introduite en France en 1954, depuis elle est
appliquée dans plusieurs pays européens, arabes et africains (130 pays appliquent la
TVA, son rendement est égale à 25% de l'ensemble de recettes fiscales mondiales). Ses
taux sont différents d’un pays à l’autre. Parmi les pays qui l’appliquent, on cite la
France, la Belgique, l’Allemagne, le Maroc, l’Algérie, la Cote d’Ivoire.

Etant noté que dans le cadre de l’Union européenne, les pays membres ont harmonisé
le nombre et les niveaux de leurs taux pour éviter que des différences trop affirmées ne
créent des détournements de trafic commerciaux.
Aujourd’hui, les taux majorés sont presque partout supprimés. Seules demeurent
quelques différences de niveaux et des taux réduits.

SECTION II : LA TVA EN TUNISIE

A/ LES ETAPES DE L’INSTITUTION DE LA TVA

La TVA a été instituée en Tunisie pour la première fois à compter du 1er juillet 1988
en application de la loi n°88-61 du 2 juin 1988. Son entrée en vigueur s’est effectuée
par étape. Elle s’est substituée aux anciennes Taxes sur le Chiffre d’Affaires (TCA) à
savoir : la Taxe à la Production (TP), la Taxe de Consommation (TC) et la Taxe sur les
Prestations de Services (TPS).
A compter du 1er octobre 1989, son champ d’application fût étendu au secteur de
distribution en gros à l’exclusion du secteur en gros des produits alimentaires.
A partir du 1er juillet 1996 elle a concerné le secteur de distribution au détail à
l’exclusion des produits alimentaires et des produits soumis à l’homologation
administrative des prix. ( l’exonération des médicaments et des produits
pharmaceutiques est supprimée en vertu de l’art.31-4° de L.F.n° 2015-53 du
25/12/2015 ; la date d’application est ensuite reportée au 01/01/2017, et ce en vertu de
l’art.3 de la L.F. complémentaire n° 2017-1 du 03/01/2017; la date d’application est
ensuite reportée au 01/01/2020, et ce en vertu de l’art.30 de la L.F. n° 2019-78 du
23/12/2019.)

2
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
L’imposition dudit secteur à la TVA s’est faite de deux façons :
- une façon directe, en soumettant à la TVA les commerçants détaillants qui réalisent
un chiffre d’affaires annuel total de 100.000 dinars ;
- une façon indirecte en soumettant à la TVA les achats importés des non assujettis
sur une base majorée de 25%.( la majoration des achats des non assujettis auprès des
industriels ou grossistes locaux est supprimée à partir du 01 janvier 2015)

B/ MESURES D’ACCOMPAGNEMENT

La réforme portant institution de la TVA était accompagnée sur le plan fiscal par la
refonte de la réglementation relative au Droit de Consommation (DC) et ce dans le but
de faire face à la moins value budgétaire.

C/ RAISONS ET OBJECTIFS DE LA REFORME

La TVA a remplacé un système fort complexe celui des Taxes sur le Chiffre d’Affaires.
La réforme répondait donc à un souci de modernisation et avait pour objectif de
fournir à l’économie nationale un système fiscal transparent, neutre...

D/ CARACTERISTIQUES DE LA TVA

1) La TVA est un impôt indirect


La TVA s’applique aux biens et services consommés elle appréhende, de manière
indirecte les revenus lorsque ceux-ci se révèlent à l’occasion d’une dépense. C’est un
impôt supporté par les consommateurs finaux (redevables réels). Sa collecte est
assurée par les entreprises (redevables légaux) appelées assujetties, pour le compte de
l’Etat.
Le rôle des entreprises assujetties à la TVA consiste donc à collecter cet impôt par le
biais de sa facturation aux clients et à son reversement au trésor.
C’est ainsi que le prix d’achat supporté par le consommateur est majoré d’une somme
correspondant à un pourcentage du prix initial. Le consommateur paie donc une
charge supplémentaire que l’entreprise collecte mais ne la conserve pas puisqu’elle la
reverse ensuite à l’Etat.

2) La TVA est un impôt neutre


Seul le consommateur dit « final » acquitte véritablement la TVA, car pour les
intermédiaires à savoir les entreprises chargées de sa collecte ; cet impôt est
déductible. Il s’agit donc d’un impôt neutre sur les résultats de l’entreprise qui le
collecte.
En pratique les entreprises chargées de collecter la TVA facturent ledit impôt à leurs
clients : des entreprises soumises elles-mêmes à la TVA ou non ; des consommateurs
finaux.

3
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
La TVA ainsi collectée n’est pas reversée dans son intégralité au trésor puisque
l’entreprise, elle aussi a payé la TVA sur ses divers achats réalisés auprès d’entreprises
chargées de collecter-elle aussi la TVA.
C’est pourquoi le législateur lui permet de déduire de la TVA ainsi collectée la TVA qui
lui est facturée par ses divers fournisseurs.
Ceci consacre le principe de neutralité de la TVA sur les résultats des assujettis.
Les non assujettis ne peuvent pas bénéficier de la déduction de la TVA puisqu’ils ne
réalisent pas d’opérations soumises à la TVA, autrement dit, ils n’ont pas la charge de
collecter cet impôt.

3) La TVA est un instrument de régulation de la conjoncture économique par l’Etat


La TVA n’est pas seulement une recette, mais aussi un instrument de régulation de la
conjoncture pour l’Etat qui, en augmentant ou en diminuant l’un des taux, peut accroître
ou diminuer les prix à la consommation, ralentir ou accélérer la croissance économique
par l’effet de revenu provoqué (diminution ou augmentation du pouvoir d’achat des
ménages).

4) La TVA est un impôt réel


La TVA frappe l’utilisation des revenus, c’est-à-dire la dépense ou la consommation
finale des biens et des services. Autrement dit c’est un impôt facturé au consommateur
par l’entreprise chargée de sa collecte et effectivement payé par lui en sus du prix du
produit ou du service qu’il acquiert.
Par consommateur final il faut entendre toute personne non chargée de la collecte de la
TVA. C’est le cas du particulier, de l’Etat, des personnes assimilées à l’Etat (Banque
Centrale de Tunisie par exemple), des collectivités locales et les entreprises dont l’activité
porte sur les produits et services exonérés ou situés hors champ d’application de la TVA.

5) La TVA est un impôt ADVALOREM


La TVA est perçue en proportion de la valeur des produits (pourcentage) et non en
référence à la qualité physique caractéristique du produit (volume ou quantité).

6) La TVA est un impôt perçu selon la règle du paiement fractionné


A chaque stade de la production et de la distribution concernée par la TVA, la taxe
frappe seulement la valeur ajoutée conférée au produit ou au service de telle sorte qu’à la
fin du cycle suivi par ledit produit, la charge fiscale globale supportée corresponde à la
taxe calculée sur le prix de vente au consommateur.
C’est ainsi que la TVA repose sur le mécanisme de déduction.
Aux divers stades d’imposition à cette taxe, le redevable calcule la taxe due sur ses
ventes ou prestations de services soumises à la TVA; déduit de cet impôt la TVA qui a
grevé les éléments consécutifs de son prix de revient; ne reverse au trésor que la
différence entre le montant de la taxe collectée et celui de la TVA déductible.

4
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

CHAPITRE II
CHAMP D’APPLICATION DE LA TVA
Les articles 1 à 4 du code de la TVA définissent le champ d’application dudit impôt à
savoir :
1) les opérations imposables à la TVA;
2) les personnes assujetties à la TVA;
3) la territorialité dudit impôt;
4) les opérations exonérées.

SECTION I : LES OPERATIONS IMPOSABLES A LA TVA

De la lecture du code de la TVA on déduit qu’il y a des opérations imposables par


nature, d’autres par dispositions expresses de la loi et enfin des opérations exclues de
l’imposition (opérations exonérées), bien que répondant à la définition d’opérations
soumises audit impôt.

Parallèlement et en procédant par élimination par rapport aux opérations


soumises, certaines opérations sont exclues de l’imposition à la TVA. On parle alors
d’opérations ou activités situées hors champ d’application de la TVA. Il s’agit
notamment du secteur agricole et du commerce en gros des produits alimentaires
(alimentation humaine ou animale).

A/ LES OPERATIONS IMPOSABLES PAR NATURE

1) Définition des opérations imposables par nature

Selon l’article 1er du code, sont soumises à la TVA les affaires ayant le caractère
industriel, artisanal ou relevant d’une profession libérale ainsi que les opérations
commerciales autres que les ventes (les prestations de services).

Les activités agricoles ne sont pas dans le champ d’application de la TVA.


Cependant, les entreprises agricoles peuvent opter pour le régime de la TVA.

5
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Le terme affaire(1) désigne toute opération à caractère onéreux et non seulement à but
lucratif ou spéculatif entre deux entités juridiquement distinctes et comportant une
contre partie en nature ou en espèce.
Ceci ne suppose pas nécessairement le gain contrairement au sens courant du terme
affaire, ainsi, le terme affaire n’exclut pas du champ d’application de la TVA, les
opérations effectuées à prix coûtant ou à perte.
Le champ d’application de la TVA couvre donc :

a) Les opérations industrielles et artisanales


A titre purement indicatif on peut citer :
- les opérations réalisées par les secteurs de l’industrie chimique; agro-alimentaire,
textile, électroménager, mécanique, de l’énergie tel qu’électricité, le gaz ...
- la fabrication par les artisans des tapis ; de la poterie...

b) Les opérations commerciales autres que les ventes


Les opérations commerciales autres que les ventes couvrent d’une façon générale les
prestations de services.
Parmi les prestations de services concernées par la TVA ont peut citer à titre
d’exemple :
- les opérations de confection, de réparation (mécanique, automobiles...)
d’intermédiation (courtage ...) le transport, l’hôtellerie, la publicité ...
- les travaux de bâtiments et les travaux publics.
- les services informatiques…
- les services de télécommunications réalisées par les entreprises ayant la qualité
d’opérateur de réseaux publics de communication
- les opérations bancaires;(2)
- les opérations de leasing et les opérations d’Ijara;
- les opérations de location.

Pour les opérations de locations des immeubles il y a lieu de préciser que ces opérations
constituent des opérations commerciales autre que les ventes et figurent parmi les
opérations soumises à la TVA.

(1)
Ce terme fût utilisé par la première formulation de l’article 256 du code général des impôts français qui
définissait des opérations imposables à la TVA en se référant à la notion d’affaire et a été abandonnée depuis
1978 pour celle d’activité économique (plus large) en application de la directive de la CEE en date du 17 mai
1977.

(2)
Bien que ces opérations soient en principe situées dans le champ d’application de la TVA, une grande partie en
est exonérée
6
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
c) Les opérations réalisées par les professions libérales
On entend par professions libérales, celles où l’activité intellectuelle joue le rôle
principal et qui consiste en la pratique personnelle d’un art ou d’une science que
l’intéressé exerce en toute indépendance. On peut citer à titre indicatif comme professions
libérales :

*Professions médicales et paramédicales :


- Médecins,
- Chirurgiens,
- Infirmiers,
- Masseurs kinésithérapeutes,
- Sages femmes,
- Rééducateurs,
- Exploitants de laboratoires d’analyses médicales…

*Professions juridiques :
- Avocat,
- Commissaires aux comptes,
- Conseils juridiques et fiscaux,
- Huissiers-notaires.

*Professions techniques :
- Exploitants de cabinets d’études (de travaux économiques…)
- Architectes,
- Urbanistes,
- Décorateurs paysagistes,
- Géomètres,
- Ingénieurs conseils,
- Inventeurs,
- Comptables et experts comptables,
- Transitaires,
- Exploitants d’auto-école, les écoles d’enseignements privés, les jardins d’enfants,…

*Professions artistiques et littéraires :


- Artistes peintres,
- Artistes plasticiens,

7
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
- Dessinateurs,
- Sculpteurs,
- Ecrivains,
- Professeurs libres,
- interprètes…

2) Conditions

Les opérations soumises à la TVA par nature ils le sont ; quels qu’en soient les buts ou
les résultats et indépendamment :
* du statut juridique des personnes qui les réalisent, personne physique ou morale, ayant
ou non la capacité d’agir ;
* du caractère habituel ou occasionnel de l’intervention.

B/ OPERATIONS EXPRESSEMENT DESIGNEES

Il s'agit des opérations énumérées au paragraphe II de l'article 1er du code de la TVA.

1) Les importations de biens

L’imposition concerne l’importation de tout bien qu’il soit neuf ou d’occasion ; qu’il
ait donné lieu à paiement de prix ou non, y compris à titre indicatif les produits
agricoles. .(1)
L’imposition des importations à la TVA intervient quelque soit la qualité de
l’importateur (assujetti ou non) et la destination du produit et ce sauf exonération
expresse couvrant l’importation d’un produit donné. Dans ce cadre, les bagages des
voyageurs destinés à leur usage personnel ainsi que les envois exceptionnels dépourvus
de tout caractère commercial admis en franchise des droits de douanes bénéficient de
l’exonération de la TVA et ce en application du tableau « A » annexé au code de la TVA
(Pargraphe.I- N°37-39-40)

La vente locale, en l’état, des produits agricoles importés ne supporte pas la TVA
puisque :
*le commerce en gros des produits alimentaires est hors champ d’application de la TVA ;
*le commerce en détail des produits alimentaires est exonéré de ladite taxe.
Cependant l’importation des produits agricoles est soumise à la TVA.

(1)
Le secteur agricole est hors champ d’application de la TVA.
8
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
2) Les reventes en l’état

Le code de la TVA prévoit l’imposition du secteur de distribution au stade du gros et


au stade du détail.
Il s’agit des reventes en l’état effectuées par :
a) les concessionnaires des biens d’équipements industriels et des biens d’équipement
de travaux public ;

b) les commerçants grossistes en matériaux de construction ; et les commerçants


grossistes exerçant dans d’autres secteurs et qui approvisionnent d’autres
commerçants revendeurs. Cette dernière mesure a été mise en application à compter du
1er octobre 1989 par le décret n°89-1222 du 24 août 1989.
Ceci signifie que l’imposition à la TVA du secteur de gros n’est pas liée à la quantité
ou à la valeur des produits commercialisés.
Cependant ne sont pas concernés par la TVA au stade de la distribution en gros les
produits alimentaires même s’ils supportent la TVA au stade de la production.

c) les commerçants détaillants et ce à compter du 1er juillet 1996


Cette imposition concerne les commerçants détaillants dont le chiffre d’affaire total
annuel atteint 100 000D.

Cependant les ventes en l’état des produits alimentaires, des produits soumis à
homologation administrative des prix; ont été exonérées de la TVA à ce stade.
La notion de produits alimentaires couvre les produits destinés à l’alimentation
humaine et ceux destinés à l’alimentation animale.

La liste des produits soumis à homologation administrative des prix reprise par le
décret n°95-109 du 28 juin 1995 tel que modifié par les textes subséquents, relatif aux
produits et services exclus du régime de la liberté des prix et aux modalités de leur
encadrement couvre les produits suivant à titre d’exemple :
- le papier et le cahier scolaire;
- le carburant y compris le gaz de pétrole liquéfié (GPL),
- l’alcool, le tabac, les allumettes, la poudre à feu et les cartes à jouer….

La limite de 100.000D tient compte de tous les produits commercialisés par le


commerçant détaillant et ce quelque soit le régime fiscal de ces produits en matière de
TVA.
Le chiffre d’affaires à prendre en considération est celui réalisé au 31 décembre de
l’année précédant celle de l’imposition.

9
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Au delà, il faut s’assurer au début de chaque année civile si le chiffre d’affaires de
l’année précédente (N-1) atteint oui ou non 100.000D. Si oui il y a assujettissement à la
TVA à compter du 1er janvier de l’année (N) si non il faut attendre la fin de l’année et
ainsi de suite.
Etant précisé que le commerçant détaillant dont le chiffre d’affaires atteint 100.000
dinars au 31 décembre d’une année donnée devient obligatoirement soumis à la TVA au
titre des ventes des produits imposables au stade du détail et ne peut plus quitter le
régime de la TVA et ce même si son chiffre d’affaires annuel devient inférieur à
100 000D.

3) Les opérations réalisées par les entreprises dépendantes

Les opérations concernées sont les livraisons faites par les entreprises assujetties à la
TVA aux entreprises qui sont sous leur dépendance ainsi que les livraisons faites par les
entreprises dirigeantes dont le siège social est situé à l’étranger, aux entreprises
tunisiennes.

Cette notion de dépendance concerne les entreprises indépendamment de leur forme


juridique (personnes morales ou personnes physiques) ; et de leur nationalité (tunisiennes
ou autres).(1)

4) Les ventes de terrains lotis par les lotisseurs immobiliers

Il s’agit des opérations de ventes de lots de terrains effectuées par les lotisseurs
immobiliers. Dans ce cas la TVA est due sur les ventes de lots de terrains que le terrain ait
été hérité, reçu en donation ou acquis aux fins d’être loti ou non.

5) Les ventes de lots de terrains par les promoteurs immobiliers

Il s’agit des opérations de ventes de lots de terrains lotis ou non lotis effectuées par les
promoteurs immobiliers et ce nonobstant le caractère habituel ou occasionnel desdites
opérations de vente.( ajoutée en vertu de l’article 20 de la L.F.n°2016-78 du 17 décembre
2016 )

(1)
Sachant que l’article 2-II du code de la TVA considère les personnes suivantes comme personnes
interposées :
* le propriétaire;
* les gérants ou administrateurs;
* les directeurs et employés de l’entreprise dirigeante;
* les père, mère, enfants et descendants et conjoints du propriétaire
* les gérants, administrateurs, ou directeurs de l’entreprise dirigeante ou des autres entreprises
subordonnées.

10
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
6) Les ventes des biens immeubles et des fonds de commerce par les marchands de biens

Il s’agit des opérations de ventes d’immeubles ou de fonds de commerce effectuées par les
personnes qui habituellement, achètent ces biens en vue de la revente. Sont imposables à ce
titre les opérations effectuées à titre professionnel.

7) Les ventes des biens immeubles réalisées par les promoteurs immobiliers

Les promoteurs immobiliers sont soumis à la TVA au titre des opérations de vente
d’immeubles qu’ils réalisent à l’exclusion des ventes des logements sociaux ainsi que leurs
dépendances y compris les parkings collectifs attenant à ces immeubles, financés dans le
cadre des interventions du fonds de promotion du logement pour les salariés.(modifié par
l’article 44-1de la LF n°2017-66 du 18décembre 2017) .
Il en est de même pour les opérations de lotissement effectuées par les promoteurs
immobiliers et de toutes autres opérations qu’ils réalisent et se trouvant dans le champ
d’application de la TVA. . (cette imposition est confirmée par l’article 20 de la L.F.n°2016-
78 du 17 décembre 2016)

8) Les travaux immobiliers

Il faut entendre par travaux immobiliers tous les travaux de bâtiment et de travaux publics
et les services connexes.
Il s’agit notamment des travaux :
- d’électricité, de plomberie sanitaire,
- de dragage, de nivellement, de lotissement,
- de démolition,
- de dessablement etc...

9) Certaines opérations de livraison à soi même

L’opération de livraison à soi même est l’opération par laquelle une personne obtient
personnellement ou avec le concours de tiers ; un bien ou une prestation de service, à partir
de biens, éléments ou de moyens lui appartenant.

A ce niveau le code de la TVA vise deux types d’opérations à soumettre à la TVA:


- les livraisons à soi même par les assujettis des biens autres qu’immobilisations
corporelles ou incorporelles ne donnant pas droit à déduction ou servant à la réalisation
d’opération non imposables;

11
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
- les livraisons à soi même d’immobilisations corporelles ou incorporelles.( ajoutée en
vertu de l’article 21 de la L.F.n°2016-78 du 17 décembre 2016 )
Exp : constructions, équipements, logiciel informatique...(1)
Cette imposition vise à consacrer la neutralité fiscale du circuit économique et de mettre
sur le même pied d’égalité les entreprises qui produisent leurs propres biens d’équipements
et celles qui les achètent auprès des tiers.
Il en découle que les opérations de livraisons à soi même ne sont pas toutes soumises à la
TVA. ( Exp : livraison à soi même des services n’est pas imposable)

10) La présentation commerciale des produits autres que les produits agricoles ou de
pêche

Sont concernées par la TVA à ce niveau les opérations qui consistent à donner au produit
l’aspect sous lequel il est vendu au consommateur : conditionnement, étiquetage, apposition
d’une marque... Ces procédés ont pour résultat de conférer au produit concerné une valeur
particulière.

11) Les opérations non soumises à la TVA mais qui donnent lieu à facturation dudit
impôt
Il s’agit des facturations de TVA n’ayant pas de fondement légal faites par des personnes
non soumises à la TVA (TVA facturée par erreur sur des opérations exonérées, hors champ
d’application ...)(2)

12) Les opérations de consommation sur place

Il s’agit des opérations de consommation dans les établissements qui offrent ce type
d’opération : café, restaurant, hôtel. Etant précisé que les ventes faites par les traiteurs sont
aussi concernées par la TVA.

C/ LES OPERATIONS SOUMISES A LA TVA PAR OPTION

1) Opérations et personnes concernées

Selon l’article 2 du code de la TVA l’option pour le régime de la TVA est offerte :
* aux opérations situées en dehors du champ d’application de la TVA;
* aux personnes soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime forfaitaire ;

(1)
L’imposition de ces opérations constitue pour les assujettis à la TVA au titre de l’intégralité de l’activité, des
opérations blanche puisqu’ils bénéficient parallèlement de la déduction intégrale de la TVA en question.
(2)
Ces opérations ne donnent pas droit à déduction.
12
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
* aux personnes dont l’activité porte sur les produits exonérés de la TVA. Pour ce dernier
cas l’option n’est admise qu’en cas d’exportations ou en cas de ventes locales des produits
exonérés à des assujettis.

2) Portée de l’option

L’option est soit totale soit partielle. (sauf pour le premier et deuxième cas l’option doit
être totale)
Pour le cas des produits exonérés l’option ne doit en aucun cas changer le régime fiscal de
ces produits en cas de vente à des consommateurs finaux qui doivent être exonérées de la
TVA.

3) Modalités de l’option

L’option peut être demandée à tout moment de l’année au moyen d’une demande écrite à
déposer au bureau ou au centre de contrôle des impôts compétent.

4) Période couverte par l’option

L’option prend effet le 1er du mois qui suit le mois de son acceptation par l’administration
fiscale et s’étend au 31 décembre de la quatrième année qui suit celle de l’option. Ensuite
elle est reconduite tacitement pour des périodes de 4 ans chacune ; sauf dénonciation 3 mois
avant l’expiration de la période obligatoirement couverte par l’option.

Au cas où l’entreprise ayant opté pour le régime de la TVA devient soumise de droit à la
TVA elle est tenue de rectifier sa situation fiscale en conséquence et elle ne peut plus quitter
le régime de la TVA. C’est-à-dire qu’elle devient assujetti obligatoire à la TVA et que son
matricule fiscal doit tenir compte de cette modification.

5) Avantages de l’option

L’option permet aux entreprises concernées d’être mises dans les mêmes conditions
fiscales que les entreprises obligatoirement soumises à cet impôt, elles bénéficient donc de :
- Droit à déduction de la TVA supportée par les achats nécessaires à l’activité objet de
l’option,
- Exportation en détaxe et vente en suspension,
- Droit à déduction pour les clients assujettis à la TVA
- Un crédit de départ, pour le montant de la TVA sur les marchandises détenues en stock et
sur les immobilisations inscrites à l’actif de l’entreprise au moment de l’option, ce crédit est

13
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
réduit de 1/10 pour chaque année ou portion d’année de détention en ce qui concerne les
immeubles et du 1/5 pour les autres immobilisations.
Cependant pour les immobilisations non encore utilisées le droit à déduction est intégral.

6) Conséquences de l’abandon de l’option

L’abandon de l’option donne lieu :


- à un reversement des montants de la TVA initialement supportée par les immobilisations
par dixième (1/10) ou par cinquième (1/5) pour le complément de période d’utilisation
respectivement par rapport à 10 ans ou 5 ans selon le cas ;
- à un reversement des montants de la TVA initialement supportée par les marchandises
détenues en stock à la date de l’abandon de la qualité d’assujetti et acquises localement;
- à un reversement des montants de la TVA relatif aux marchandises détenues en stock à la
date de l’abandon de la qualité d’assujetti et importées par l’entreprise elle même.
- la modification du matricule fiscal de l’entreprise pour tenir compte de sa nouvelle
situation de non assujettie à la TVA;
- l’établissement de nouvelles factures de ventes avec inscription du nouveau matricule
fiscal ; ...
- la détermination des annuités d’amortissement sur la base du prix TTC et ce compte tenu
des régularisations de TVA pour les périodes restant à courir pour parfaire les périodes de 5
ans et 10 ans selon le cas.

SECTION II : LES ASSUJETTIS A LA TVA

L’assujetti à la TVA est toute personne physique ou morale qui réalise des opérations
situées dans le champ d’application de la TVA ou ayant opté pour le régime de la TVA. De
même, certains assujettis sont désignés de façon expresse par l’article 2 du code.

Cependant les opérations d’importation bien que situées dans le champ d’application de la
TVA, ne confèrent pas à elles seules la qualité d’assujetti à celui qui les réalise.
L’assujetti à la TVA est chargé de la collecte de cet impôt et de la reverser au Trésor.
L’assujetti à la TVA est un simple collecteur dudit impôt. Il n’est pas le redevable réel de la
TVA.
On distingue les catégories suivantes d’assujettis :

1) Les assujettis de droit


Il s’agit :
- de toute personne physique ou morale qui réalise des opérations situées dans le champ
d’application de la TVA, c’est-à-dire des opérations obligatoirement soumises à la TVA à
l’exclusion des importations;

14
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
- des entreprises dépendantes d’entreprises assujettis à la TVA quelle que soit leur forme
juridique ;
- des entrepositaires et marchands en gros de boissons alcoolisées, de vins et de bières
(art 2-III du code)

2) Les assujettis par option ou volontaires

Il s’agit de toute personne physique ou morale qui réalise des opérations situées hors
champ d’application de la TVA ou exonérées et ayant opté pour le régime de la TVA
conformément à ce qui est développé ci haut.

3) Les personnes qui mentionnent la TVA sur leurs factures ou tout document en tenant
lieu alors qu’elles ne sont pas soumises à cet impôt

Il s’agit des facturations de TVA n’ayant pas de fondement légal faites par des personnes
non soumises à la TVA (opérations exonérées ou hors champ ...) Dans ce cas l’imposition à
la TVA et la qualité d’assujetti ne sont pas permanentes. Elles ne peuvent être invoquées que
pour les opérations objet de la facturation à tort de la TVA.

Par ailleurs, il y a lieu de noter qu’on peut aussi être assujetti pour l’intégralité de
l’activité ou partiellement. Cette dernière situation a des conséquences surtout au niveau du
droit à déduction.
De même on peut être assujetti pour une période limitée pour le cas des personnes qui
réalisent occasionnellement des opérations soumises à la TVA.( cas d’option pendant une
période de 4 ans )

SECTION III : LA TERRITORIALITE DE LA TVA

A/ PRINCIPE

La règle de territorialité détermine si oui ou non il y a imposition à la TVA. En effet pour


qu’une opération relevant du champ d’application de la TVA, soit soumise à cet impôt, il
faut qu’elle soit réalisée en Tunisie dans les conditions prévues par l’article 3 du code de la
TVA.

B/ APPLICATION DE LA REGLE DE TERRITORIALITE

L’article 3 susvisé stipule en son paragraphe II qu’une « affaire est réputée faite en Tunisie :
- s’il s’agit d’une vente, lorsque celle-ci est réalisée dans les conditions de la livraison de
la marchandise en Tunisie;

15
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

- s’il s’agit de toute autre opération, lorsque le service rendu, le droit cédé ou l’objet loué
est utilisé ou exploités en Tunisie.

Il en découle que le lieu d’imposition diffère selon la nature de l’opération, vente d’un bien
ou prestation d’un service.

1) Pour les ventes

Selon l’article 3 susvisé l’imposition à la TVA d’une opération de vente de biens, produits,
marchandises... est considérée faite en Tunisie si elle est réalisée aux conditions de la
livraison en Tunisie.
C’est donc la notion de livraison qui détermine si oui ou non il y a imposition.

D’après l’article 592 du code des obligations et des contrats (C.O.C) ; il y a livraison de la
marchandise en Tunisie lorsque le vendeur ne peut plus disposer des marchandises pour
toutes autres transactions. La livraison est considérée faite par la remise matérielle du bien
ou par la remise du titre qui le représente.

En outre l’article 3 susvisé prévoit dans ses paragraphes II et III les cas où des opérations
d’exportation ou d’importation sont accompagnées par des opérations de livraisons en
Tunisie soumises à la TVA.
Au terme de ces dispositions:

* « une marchandise destinée à l’exportation est considérée livrée en Tunisie au regard


d’un vendeur lorsque la déclaration d’exportation n’a pas été déposée au nom de celui-ci »

De ce fait, pour qu’une marchandise destinée à d’exportation soit dispensée du paiement


de la TVA y afférente ; et le vendeur n’est pas tenu de collecter la TVA au titre de cette
marchandise ; il faut que la déclaration d’exportation soit faite au nom du vendeur en
question.

A défaut et si la déclaration en douane est faite au nom d’une personne tierce au vendeur
et même si la marchandise quitte effectivement le territoire tunisien (exportée), il y a lieu de
soumettre à la TVA l’opération de livraison de la marchandise ayant précédée l’opération
d’exportation effective.

16
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Exemple :

Soit un Algérien qui achète auprès d’un commerçant détaillant assujetti à la TVA dont le
point de vente est sis à Moknine, des articles de poterie en vue de les exporter vers l’Algérie.

Le sort fiscal de cette opération en matière de TVA diffère selon que la déclaration
d’exportation est faite au nom du commerçant tunisien ou au nom du client Algérien.

Si la déclaration d’exportation est faite au nom du commerçant détaillant on considère


qu’il s’agit d’une opération d’exportation non précédée par une livraison en Tunisie et donc
il n’y a pas lieu de collecter de TVA au titre de cette opération.

Si par contre, la déclaration en douane est faite au nom du client Algérien on considère
que cette opération est précédée par une opération de livraison en Tunisie; laquelle
opération est soumise à la TVA en Tunisie. Le commerçant est donc tenu de facturer la TVA
à son client et de la reverser au trésor selon les conditions légales.

* « une marchandise importée est considérée comme livrée en Tunisie dès lors qu’elle est
livrée à une personne autre que celle dont le numéro d’identification en douane a été utilisé
pour le dédouanement ».

Cette marchandise va devoir donc supporter la TVA à l’importation et au titre de la


livraison à une personne autre que l’importateur dont le nom a servi pour le dédouanement.

2) Pour les services

Le lieu d’imposition pour une prestation de service est celui de son utilisation ou
exploitation. Le lieu où est réalisé le service, celui de la résidence des parties concernées
par l’opération et celui du paiement du prix du service n’a aucune importance pour la
détermination si oui ou non il y a imposition en Tunisie.

* La confection des plans de locaux réalisée en Tunisie par un architecte pour être
exécuté dan le cadre d’un projet situé à l’étranger n’est pas soumise à la TVA en
Tunisie puisque le service serait exécuté à l’étranger,
* la location d’un équipement pour être utilisé à l’étranger n’est pas soumise à la TVA
en Tunisie puisque le matériel est utilisé à l’étranger,
* le lieu d’imposition pour les prestations publicitaires est celui du bénéficiaire et non
celui du prestataire.

17
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

SECTION IV : EXONERATION DE LA TVA

La TVA connaît beaucoup d’exonérations accordées pour diverses considérations


économiques, sociales, culturelles ou sectorielles.
On cite à titre d’exemple : (Tableau A nouveau mis à jour au 01 janvier 2020)

A/ LES PRODUITS

* Importation et vente :
- les parties, pièces détachées, accessoires et produits utilisées exclusivement dans la
réparation, l’entretien ou la fabrication des équipements et appareils agricoles et des
bateaux de pêche dont la liste est fixée par le décret gouvernemental n°2019-90 du
21/01/2019;
- des bateaux et navires de pêche et tous matériels destines à y être incorporés ainsi que les
engins et filets destines à la pèche.
- des livres, brochures et imprimés similaires à l’exclusion de ceux reliés en cuir naturel,
artificiel ou reconstitué, des journaux « ainsi que les journaux électroniques à l’exception
des opérations de publicité » et publications périodiques, ainsi que sa composition et
impression.
- du matériel de forage et de sondage ainsi que leurs parties et pièces détachées.

* Importation :
- des animaux reproducteurs de race pure.
- des bagages accompagnés ou non de voyageurs et destinés à leur usage personnel.
- de marchandises hors commerce ou importées par colis postaux ou par paquets-poste.

* Vente :
- des farines, des semoules, du pain, du couscous et des pâtes alimentaires de qualité
ordinaires.
- des écailles de glace destinées à la conservation et à la réfrigération des produits de la
pêche.
- de l’eau destinée à l’agriculture.

B/ LES ACTIVITES ET LES SERVICES

- Les établissements privés spécialisés dans l’hébergement et la prise en charge des


personnes handicapés, agrées conforment à la législation en vigueur.

18
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
- Les opérations de réparation et de maintenance des bateaux et navires destinés à la
pèche.

- Le transport maritime et la consignation des navires.


- Le transport aérien international à l’exclusion des services rendus en contre partie de la
vente des billets de voyage.
- Les services aériens sous réserve de réciprocité.
- Le transport mixte rural.
- Le transport des handicapés par les bus et les véhicules automobiles de 8 ou 9 places...

- La location de locaux d’habitation non meublés ainsi que la location d’autres immeubles
effectuée par les collectivités locales et les personnes physiques non soumises à la TVA selon
le régime réel au titre d’une autre activité et la location des locaux meublés destinés à
l’hébergement des étudiants conformément au cahier des charges établi par le ministère de
tutelle.
- les opérations d’assurances et de réassurances soumises à la Taxe Unique sur les
Assurances.
- Les commissions payées par les compagnies d’assurances aux intermédiaires en
assurance et qui font partie des éléments de la prime d’assurance soumise à Taxe Unique
sur les Assurances.

- les intérêts sur des prêts pour l’acquisition de logements neufs auprès de promoteurs
immobiliers agréés.
- les intérêts sur des prêts à la construction d’immeubles à usage d’habitation.
- les intérêts sur des prêts consentis par la caisse nationale de retraite et de prévoyance
sociale et la caisse nationale de sécurité sociale.
- Les intérêts des dépôts et placements en devises convertibles et en dinars convertibles.
- Les opérations réalisées dans le cadre du marché monétaire.
- Les intérêts bancaires débiteurs.
- Les intérêts des prêts consentis par la Caisse des Prêts et de Soutien des Collectivités
locales.
- Les commissions et les intérêts relatifs aux prêts universitaires.
- Les opérations d’enlèvement et d’admission des ordures dans les décharges municipales
et leur transformation et destruction réalisées par les collectivités locales

NB : Pour plus de détail il faut se référer au tableau «A» annexé au code de la TVA.

19
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

CHAPITRE III
ASSIETTE DE LA TVA

L’assiette de la TVA est constituée par la valeur sur laquelle on calcule ledit impôt. Elle est
différente selon qu’il s’agit d’importation ou de régime intérieur. De même il existe des
règles particulières de détermination de la base imposable prévues de façon expresse par
l’article 6 du code de la TVA.

SECTION I : A L’IMPORTATION

A/ CAS DES ASSUJETTIS A LA TVA, l’ETAT, LES COLLECTIVITES PUBLIQUES LOCALES, LES
ETABLISSEMENTS PUBLICS A CARECETRE ADMINISTRATIF

Dans ce cas, l’assiette de la TVA est constituée par la valeur en douane tous droits et taxes
inclus à l’exclusion de la TVA.
Exemple :
Soit un assujetti à la TVA qui a importé une marchandise pour une valeur de 100D soumise
au droit de douane au taux de 25%, au droit de consommation au taux de 25% et à la TVA au
taux de 19%.
L’assiette de la TVA dans ce cas est égale à :
100D + 25D + 25D = 150D
La TVA due est donc égale à : 150D x 19% = 28.5D

B/ CAS DES IMPORTATEURS AUTRES QUE LES ASSUJETTIS A LA TVA, l’ETAT, LES
COLLECTIVITES PUBLIQUES LOCALES, LES ETABLISSEMENTS PUBLICS A CARECETRE
ADMINISTRATIF (importation réalisée par un non assujetti ou par les forfaitaires visés à
l’article 44 bis du code IRPP-IS )

Dans ce cas l’assiette décrite par l’exemple précédent est majorée de 25%.
Si nous reprenons l’exemple précédent, l’assiette de la TVA serait égale à : 150D + (150D x
25%) = 187,500D
La TVA due est donc égale à 187,500D x 19% = 35,625D.

20
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
C/ CAS D’IMPORTATION DES PRODUITS FIXES PAR LE DECRET n°2003-477 DU
03/03/2003. (modifié par l’article 21 de la loi de finances complémentaire n°2014-54
du 19 Août 2014)
Dans ce cas, l’assiette de la TVA est constituée par la valeur en douane tous droits et
taxes inclus à l’exclusion de la TVA.

SECTION II : EN REGIME INTERIEUR

A/ CAS GENERAL

L’assiette de la TVA est constituée par le prix du produit ou de la prestation de services tous
frais, droits et taxes inclus à l’exclusion :
- de la TVA elle même;
- des réductions de prix;
- des subventions d’exploitation ;
- des prélèvements conjoncturels ou de compensation au profit de la caisse de
compensation ;
- des sommes perçues au titre de la consignation et du non retour des emballages consignés.

B/ CAS PARTICULIERS

Le code de la TVA a prévu une assiette particulière pour certaines opérations et ce, pour
diverses considérations.

1) Pour les ventes d’immeubles ou de fonds de commerce par les marchands des biens :
L’assiette taxable est constituée par la différence entre le prix de vente et le prix d’achat.

2) Pour les ventes de titres de transport :

a- Ventes de titres de transport international :


*Billet vendu par une agence de voyage : s’agissant d’une opération de transport
international, le prix de vente intégral échappe à toute imposition.(EXO.TB « A » II-7) dans ce
cas l’agence n’est pas le transporteur réel son intervention consiste à effectuer des ventes
pour le compte des compagnies aériennes ou maritimes contre commission. Cette commission
est payée par le transporteur à l’agence de voyage au lieu de la soumettre à la TVA pour son
intégralité, le législateur ne l’a soumise que pour la partie de son montant égale à 6% du prix
du billet.

21
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Exemple : soit le prix d’un billet Tunis-Paris est de 500D
Le montant de la commission soumise à la TVA au taux de 19% est de :
500D *6% = 30D TTC
Base H.T = 30/1.19 = 25.210 TVA = 4.790
Toutefois, et dans le cas de facturation des services relatifs à la commercialisation des billets
de transport international aérien de personnes, la taxe est liquidée sur la base des sommes
relatives à ces services, en y ajoutant, le cas échéant, le montant des commissions perçues par
les vendeurs de billets pour le compte de transporteur.

*Billet vendu par le transporteur lui même : dans ce cas aussi, l’assiette de la TVA est
constituée par un montant égal à 6% du prix du billet, les entreprises de transport qui
commercialisent directement les billets doivent retenir la même base d’imposition appliquée
par les vendeurs de billets, la TVA est à la charge du transporteur non pas en sa qualité mais
en raison de l’intervention faite par lui-même et pour son propre compte.

b- Ventes de titres de transport intérieur :


*Billet vendu par une agence de voyage : les mêmes principes analysés précédemment sont à
retenir sauf que le prix du billet de transport supporte une TVA au taux de 7% (transport des
personnes)
La rémunération de l’agence de voyage qui représente la contrepartie du service rendu au
transporteur émetteur du billet est soumise à la TVA pour son intégralité au taux de 19%.

Exemple : soit le prix d’un billet Tunis - Zarzis vendu par une agence de voyage est de 80D.
la commission de l’agence est de 8%.
La base de la TVA pour l’opération de transport proprement dite est de 80/1.07 = 74.766
( la TVA = 74.766*7%=5.234 )
La base de la TVA pour la commission est :
( 80*8% ) /1.19 = 6.4/1.19 = 5.378 TVA = 1.021

*Billet vendu par le transporteur lui même : dans ce cas les titres émis sur des vols intérieurs
sont soumis à la TVA sur leur valeur globale en tant que transport (TVA 7%).

c- Ventes de titres de transport mixte :


*Billet vendu par une agence de voyage : dans ce cas la TVA est liquidée sur la partie de la
commission relative au vol intérieur et sur la base de 6 % de la valeur du billet relative au vol
extérieur.

*Billet vendu par le transporteur lui même : dans ce cas le prorata serait établi en fonction
de la destination. La TVA est liquidée sur la partie du billet relative au vol intérieur et sur la
base de 6 % de la valeur du billet relative au vol extérieur.

22
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

3) Pour les livraisons à soi-même :


L’assiette taxable est le prix normal du bien pratiqué par l’entreprise. Au cas où ce terme de
comparaison n’existe pas, l’assiette est constituée par le prix de revient.

4) Pour les opérations d’exploitation des concessions de marchés :


la TVA est liquidée sur la base d’un montant égal à 25% du montant de la concession.

5) Pour les opérations de leasing et les opérations d’ijara :


la TVA est liquidée sur la base de tous les montants dus au titre des opérations de leasing et
des opérations d’ijara.

6) Pour les ventes des produits par les assujettis à la TVA (autres que les commerçants
détaillants) aux non assujettis :
(Supprimé par l’article 19 de la loi de finances complémentaire n°2014-54 du 19 Août 2014)

7) Pour les opérations d’échange :


L’opération d’échange s’analyse comme étant une double vente.
Dans le cas d’échange de marchandises ou de biens taxables (autres que les immeubles
soumis à régularisation), la TVA est liquidée sur la base de la valeur des biens livrés en
contrepartie de ceux reçus, majorée éventuellement de la soulte, et ce, entre les mains de
chaque coéchangiste.

8) Pour la disparition injustifiée d’un bien :


La base imposable est constituée par le prix de revient dudit bien.

9) Pour les ventes par les commerçants (détaillants ou grossistes) assujettis à la TVA
totalement (obligatoirement ou par option) des produits, marchandises et biens acquis
auprès des non assujettis : (modifié par l’article 33 de la loi de finances n°2015-53 du 25
Décembre 2015)
La base imposable est constituée par la différence entre le prix de vente et le prix d’achat
desdits produits. (la facture doit faire apparaitre le prix de vente et le prix d’achat et la
différence entre les deux puis la montant de la TVA)

10) Pour les ventes réalisées par une entreprise assujettie à la TVA à une entreprise
non assujettie et considérée fiscalement sous sa dépendance :
On considère que la base imposable est constituée par le prix de vente de la deuxième
entreprise.

23
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

11) Pour les dons en nature accordés à l’Union Tunisienne de Solidarité Sociale qui
dépasse la limite 1% et les dons à d’autres associations :
Dans ce cas, la TVA est liquidée sur la base du prix de revient.

12) Pour les entreprises de télécommunications ayant la qualité d’opérateur de réseau


des télécommunications soumis à la redevance sur les télécommunications :
Dans ce cas, la TVA est liquidée sur la base du prix des services, tous frais, droits et
taxes inclus à l’exclusion du montant de la redevance.
Toutefois, et pour les services du transit international de télécommunications, la TVA est
liquidée sur la base d’un montant égal à 5% des montants revenant aux dites entreprises à
l’exclusion du montant de la redevance.

12) Pour les excédents de l’électricité produite à partir des énergies renouvelables :
Dans ce cas, la TVA est liquidée sur la base de la différence entre le prix de l’énergie
électrique livrée par la S.T.E.G et le prix d’énergie qu’elle reçoit des clients.

CHAPITRE IV
FAIT GENERATEUR

Le fait générateur est l’événement qui donne naissance au droit à l’exigibilité de la taxe.
C’est donc l’évènement qui fait naître la créance du trésor. L’exigibilité, étant le droit du
trésor de réclamer au redevable le paiement de la taxe.

Le fait générateur détermine la législation à appliquer (le taux de la TVA, l’assiette, …) Le


fait générateur est défini selon le type de l’opération.

SECTION I : CAS DES IMPORTATIONS

Le fait générateur est constitué par l’opération de dédouanement. Toutefois, ce phénomène


peut être suspendu lorsque la marchandise bénéficie d’un régime économique douanier
(admission temporaire par exemple).

24
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

SECTION II : EN REGIME INTERIEUR

A/ CAS DES VENTES

Le fait générateur coïncide pour les opérations de vente avec la livraison du bien en Tunisie.

B/ CAS DES SERVICES

Le fait générateur est constitué par la réalisation du service ou par l’encaissement s’il
intervient antérieurement à la réalisation des services.

C/ CAS PARTICULIERS

1) Travaux immobiliers
Le fait générateur est constitué par l’exécution partielle ou totale des travaux.

Toutefois pour les travaux publics réalisés avec l’Etat, les Collectivités Locales, et les
Etablissements Publics à caractère Administratif, la TVA est exigible lors de l’encaissement.
Dans ce cas le taux de la TVA applicable à ces opérations et les règles de détermination de
l’assiette demeurent ceux en vigueur à la date de l’exécution totale ou partielle des travaux.

2) Marchés publics
La loi de finances pour l’année 1998 a étendu le régime applicable aux travaux publics
repris au paragraphe 1 ci-dessus aux marchés publics portant sur la fourniture des biens et
services de toute nature. Donc pour ces marchés la d’exigibilité de la TVA se coïncide avec
l’encaissement.

Il s’agit des marchés conclus avec l’Etat, les Collectivités Locales, les Entreprises et
Etablissements Publics.
A partir du 1er janvier 2004, cette mesure concerne les marchés au titre d’acquisition de
marchandises, matériels, biens d’équipements et services et immeubles et fonds de
commerce dont le montant est égal à au moins 1000 Dinars TTC.

Le taux de la TVA applicable demeure celui en vigueur à la date de réalisation du service,


de la livraison de la marchandise ou de la facturation de la TVA si elle intervient
antérieurement à la livraison ou de l’exécution totale ou partielle des travaux immobiliers.

25
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
3) Opérations imposables réalisés par des personnes morales et des personnes
physiques n’ayant pas d’établissement en Tunisie (Art.19 du code)
Dans ce cas la TVA est exigible à la date de l’encaissement.
La date de fait générateur tel que prévu par les paragraphes 2 et 3 du code détermine
le taux de la TVA applicable.

4) Livraisons à soi-même
Le fait générateur est constitué pour les livraisons à soi même par la première utilisation
du bien.

5) Ventes d’immeubles ou les échanges


Le fait générateur coïncide avec la date de l’acte ou par le transfert de propriété.

CHAPITRE VI
TAUX DE LA TVA
Actuellement les taux de TVA sont de l’ordre de trois à savoir : 7%, 13% et 19%. Ces taux
sont majorés du fait de la majoration de l’assiette de la TVA de 25% pour les importations
réalisées par les personnes non assujettis. (modifié par les articles 19 et 21 de la loi de
finances complémentaire n°2014-54 du 19 Août 2014, suppression de la majoration de 25% à
partir du 01/01/2015 pour les opérations réalisées en régime intérieur)

SECTION V : TAUX DE 7%

Le taux de 7% est applicable aux produits et services repris par le tableau « B »


annexé au code de la TVA. On y relève notamment :

A/ LES PRODUITS

* Importation et vente
- les produits et articles destinés à l’industrie pharmaceutique ainsi que les produits
pharmaceutiques finis et les sacs pour transfusion sanguine n°90-18 et les réactifs de
diagnostic n°30-06et n°38-22.
- du savon ordinaire.
- des publications et dépliants touristiques, destinés à l’hôtellerie ainsi que des
affiches publicitaires gratuites, des formulaires d’importation temporaire ou de
circulation internationale.

26
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
- d’aéronefs destinés au transport public aérien, et de tous les matériels destinés à être
incorporés à ces aéronefs.
- des bateaux destinés à la navigation maritime autres que ceux de plaisance ou de sport,
ainsi que tous matériels destinés à être incorporés à ces bateaux.
* Importation
- des absorbeurs pour capteurs solaires à usage domestique.
- des peaux brutes.
* Vente
- des produits de l’artisanat local.
- de chauffe-eaux solaires.

B/ LES ACTIVITES ET LES SERVICES

- les opérations relevant du secteur de la santé ; à savoir celles réalisées par :


*les exploitants de laboratoire d’analyse.
*les médecins, les médecins spécialistes, les dentistes, les vétérinaires.
*les sages femmes, les infirmiers et les masseurs; ainsi que l’hébergement, la restauration et
les services effectués dans le cadre de leur activité par les cliniques et les polycliniques
médicales.
- les services de transport, sous réserve des exonérations prévues par le tableau A nouveau.
- les services rendus par les restaurants et les cafés de première catégorie, à l’exclusion des
services relatifs aux boissons alcoolisées.
- les services des établissements d’enseignement de base, secondaire et supérieur, les
crèches, les jardins d’enfants, les garderies scolaires et les services des établissements de
formation professionnelle de base et les centres spécialisés en matière de formation des
moniteurs d’enseignement de la conduite des véhicules et les écoles de formation de la
conduite des véhicules.
- les affaires effectuées par les agences de voyages avec les hôteliers et relatives aux séjours
en Tunisie de non résidents.
- les intérêts débiteurs autres que ceux exonérés de la TVA.
- les services redus par les entreprises hôtelières, y compris les activités qui y sont intégrées
à savoir l’hébergement, la restauration, les ventes à consommer sur place et l’animation.

SECTION II : TAUX DE 13%

Le taux de 13% est applicable à une liste des produits, services et opérations réalisées par
les secteurs repris par le paragraphe 3 de l’article 7 du code de la TVA,
Ce taux s’applique exclusivement à :

27
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
- l’importation et la vente des produits pétroliers relevant des numéros 27-10 et 27-11 du
tarif des droits de douane.
- la vente de l’électricité basse tension destinée à la consommation domestique et l’électricité
moyenne et basse tension utilisée pour le fonctionnement des équipements de pompage de
l’eau destinée à l’irrigation agricole.
- aux professions libérales autres que celles relevant du secteur de la santé à savoir :
*les architectes et les ingénieurs-conseils
*les dessinateurs, les géomètres et les topographes à l’exclusion des services relatifs à
l’immatriculation foncière des terres agricoles ;
*les avocats, les notaires, les huissiers notaires et les interprètes ;
* les conseils fiscaux ;
*les entreprises de tenue de comptabilité ;
* les experts et les conseils quelle que soit leur spécialisation.
*La vente des immeubles bâtis à usage exclusif d’habitation, réalisés par les
promoteurs immobiliers tels que définis par la législation en vigueur, ainsi que leurs
dépendances y compris les parkings collectifs attenant à ces immeubles, au profit des
personnes physiques ou au profit des promoteurs immobiliers publics et ce sous réserve
de l’exonération prévue au numéro 53 du paragraphe I du tableau « A » nouveau annexé
au présent code. (la taxe sur la valeur ajoutée s’applique selon le taux de 19% à compter
du premier janvier 2024)

SECTION III : TAUX DE 19%

Le taux de 19% s’applique aux produits et services soumis à la TVA et non concernés par
un autre taux.
Il s’agit à titre indicatif :
- des travaux immobiliers,
- des commissions,
- des ventes de l’eau de robinet et de l’eau minérale,
- des bières et alcools,
- des carburants,
- de l’électricité à l’exception de celles :
*base tension destinée à la consommation domestique,
*moyenne et basse tension utilisée pour le fonctionnement des équipements de pompage
de l’eau destinée à l’irrigation agricole
- des secteurs des services autres que ceux concernés par le taux de 7% ou 13% ou
exonérés de la TVA.

28
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

SECTION IV : LA MAJORATION DE 25%

La liquidation de la TVA due sur une assiette majorée de 25% s’effectue de la façon suivante
pour les importations réalisées par les non assujettis. (modifié par les articles 19 et 21 de la
loi de finances complémentaire n°2014-54 du 19 Août 2014, suppression de la majoration de
25% à partir du 01/01/2015) :

TVA due = (Valeur en douane hors TVA + 25% Valeur en douane hors TVA) x taux TVA
relatif au produit.
Dans la pratique, et dans un souci de simplification, la majoration d’assiette peut être
convertie en une majoration de taux de la TVA de 25% selon la formule suivante :
Taux TVA majoré de 25% = Taux légal de la TVA x 1,25
A cet effet, il y a lieu d’appliquer les taux de la TVA majorés de 25% ci-après :

Taux légal de la TVA Taux de la TVA majoré de 25%


7% 8,75%
13% 16.25%
19% 23,75%

CHAPITRE VI
TECHNIQUES DE PERCEPTION DE LA TVA
LES DEDUCTIONS

SECTION I : LES DEDUCTIONS

La TVA est perçue suivant la technique des paiements fractionnés. Chaque assujetti à cette
taxe facture la TVA sur ses ventes et déduit celle qui lui a été facturée par ses fournisseurs
ou celle qu’il a acquittée à l’importation de telle sorte qu’il ne contribue que pour
l’équivalent de la TVA sur sa valeur ajoutée.
L’arrêté de compte « assujetti-trésor » s’effectue mensuellement.
Au cas où la TVA sur les achats d’un mois est inférieure à celle collectée sur les ventes,
l’assujetti reverse le reliquat pendant la première quinzaine du mois qui suit s’il s’agit d’une
personne physique et pendant les 28 premiers jours du mois qui suit s’il s’agit d’une
personne morale.

29
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Si par contre le montant de la TVA sur les achats dépasse celui de la TVA sur les ventes,
l’excédent est reportable sur les déclarations des mois ultérieurs sans limitation de durée.

L’excédent ou crédit de TVA peut être restitué dans les cas suivants :(1)

* Premier cas : s’il est dégagé par une déclaration mensuelle pour le crédit provenant des
opérations d’exportation, de ventes en suspension ou en cas de cessation d’activité ou d’un
crédit généré par une retenue à la source de 25% ou 100%.

* Deuxième cas : s’il est dégagé par les déclarations mensuelles au titre de trois mois
consécutifs, pour le crédit provenant (des opérations d’investissements direct telles que
définies par l’article 3 de la loi de l’investissement réalisés par les entreprises autres que
celles exerçants dans le secteur financiers, les secteurs de l’énergie à l’exception des
énergies renouvelables, des mines , de la promotion immobilière, de la consommation sur
place, du commerce et des opérateurs de télécommunications) et des investissements de mise
à niveau réalises dans le cadre d’un programme de mise à niveau approuvé par le comité de
pilotage du programme de mise à niveau.

* Troisième cas : s’il est dégagé par les déclarations mensuelles au titre de six mois
consécutifs dans les autres cas.

NB :
- Est payée une avance de 15% du montant du crédit de TVA visé par le troisième cas sans
contrôle préalable. Le taux de l’avance est relevé à 50% pour les entreprises dont les comptes
sont légalement soumis à l’audit d’un commissaire aux comptes et sans que cette certification
comporte des réserves ayant une incidence sur l’assiette de l’impôt.
Le crédit de TVA est restitué pour les entreprises dont les comptes sont légalement soumis à
l’audit d’un commissaire aux comptes et relevant de la Direction des Grandes Entreprises en
vertu de la législation en vigueur, sans vérification approfondie préalable de leur situation
fiscale, et ce, à condition de joindre à la demande de restitution du crédit de la TVA un
rapport spécial du commissaire aux comptes relatif à l’audit du crédit objet de la demande de
restitution.
- la restitution du crédit provenant de la cessation de l’activité s’effectue après vérification
approfondie et sans avance.
- Pour bénéficier des dispositions prévues par le premier cas, la demande de remboursement
de crédit de TVA doit être accompagnée d’une copie des déclarations relatives à l’exportation
des produits, de ce qui prouve la réalisation du service à l’étranger, ou d’une copie de
« l’attestation d’achat en suspension de la TVA » ou des attestations de la retenue à la source.

(1)
Les conditions et le montant de restitution du crédit de TVA se sont améliorés depuis l’institution de la TVA.
30
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

SECTION II : ETUDE DU MECANISME DES DEDUCTIONS

A/ PRINCIPE

La TVA sur acquisition de biens et de services est déductible tant que ces derniers
contribuent à la réalisation d’une opération imposable à la TVA. Il s’ensuit donc que
lorsque le produit final ou le service réalisé est exonéré ou hors champ d’application de
la TVA, ses intrants n’ouvrent pas droit, par symétrie, à la déduction de la TVA.

Cependant, sont exclus de la déduction de la TVA les acquisitions auprès des personnes
physiques soumises à l’IRPP selon le régime forfaitaire et celles portant sur les voitures
de tourisme sauf celles objet de l’exploitation (entreprise de location, auto-école,
transport par taxi et louage et les agences de voyage)

Remarque : les exportations de biens et de services bien que situées en dehors du


champ d’application de la TVA donnent droit à déduction.

B/ CONDITIONS DE DEDUCTION DE LA TVA

1) L’entreprise doit avoir la qualité d’assujetti et être soumise au régime réel;


2) les biens ou les services acquis doivent l’être auprès d’un assujetti soumis au régime
réel;
3) les biens et les services donnant droit à déduction doivent être nécessités par
l’exploitation;
4) les biens et services ne doivent pas figurer parmi ceux exclus du droit à déduction;
5) la TVA déductible doit être justifiée par une facture, ou un document douanier s’il
s’agit d’importation et par un certificat de retenue à la source pour le cas de marchés
publics.

C/ L’EXCLUSION DU DROIT A DEDUCTION

Sont exclus du droit a déduction :


1) les biens et services non utilisés dans le cadre d’une activité soumise à la TVA ;
2) les voitures de tourisme utilisées pour le transport de personnes autres que celles objet
de l’exploitation (location, auto-école, transport par taxi et louage et les agences de voyage)
ainsi que la location de voitures de tourisme ;
3) les frais engagés pour assurer la marche ou l’entretien des voitures de tourisme exclus
du droit à déduction ;

31
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

4) les biens et services acquis auprès des personnes physiques soumises au régime
forfaitaire prévu par le paragraphe IV de l’article 44 du code de l’IRPP et de l’IS (1)
5) les achats effectués auprès des non assujettis à la TVA et ce même si la TVA a fait
l’objet d’une facturation,
6) les emballages destinés à la consignation(2)
7) l’acquisition des biens, marchandises ou services payés en espèces pour un montant
supérieur ou égal à 5.000 dinars en hors taxe sur la valeur ajoutée.
8) les montants payés aux personnes résidentes ou établies aux paradis fiscaux visés au
point 12 de l’article 14 du code IRPP-IS

D/ CAS PARTICULIER DES ASSUJETTIS SOUMIS PARTIELLEMENT A LA TVA

La règle énoncée au n°1 ci-dessus est d’application simple pour les contribuables soumis à
la TVA pour l’ensemble des opérations qu’ils réalisent. Elle devient complexe pour ceux dont
le chiffre d’affaires comporte des opérations imposables et d’autres qui ne le sont pas. A ce
niveau il y a lieu de préciser que les assujettis partiels à la TVA déduisent intégralement la
TVA se rapportant aux opérations soumises uniquement ; et ne déduisent pas la TVA se
rapportant uniquement aux opérations exonérées ou hors champ d’application de la TVA.
C’est la règle de l’affectation.

A défaut et si les achats de biens et services sont destinés à la fois aux opérations soumises et
à celles non soumises on applique la règle du prorata.

En effet, pour faciliter l’application du principe de la déduction pour les contribuables en


question le législateur a prévu un procédé spécial appelé « règle du prorata » qui permet à
l’assujetti partiellement soumis à la TVA de déduire un pourcentage de la TVA sur ses
acquisitions. Ce pourcentage est donné par la formule suivante :

CA soumis TTC+(CA exportation +CA en suspension+ recettes au titre du transport aérien


international) + (majorés de la TVA fictive y afférente) / Eléments du numérateur+CA hors
champ d’application de la TVA +CA exonéré à l’exclusion des recettes au titre du transport
aérien international.

Ce pourcentage est établi chaque année sur les résultats de l’année précédente et l’entreprise
l’applique mensuellement sur la TVA ayant grevé ses achats.
Pour les nouveaux assujettis partiels, le pourcentage de déduction est déterminé en fonction
des recettes prévisionnelles de leur première année d'activité.

(1)
Pour les acquisitions faites par les commerçants assujettis à la TVA auprès des forfaitaires la base imposable
est constituée par la différence entre le prix de vente et le prix d’achat.
(2)
Ces emballages sont aussi exclus de l’assiette imposable.
32
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
N.B : doivent être pris en compte pour le calcul du pourcentage de déduction les éléments
suivants :
* Au numérateur :
- Les recettes soumises à la TVA et ce sans atténuation au titre des réfactions éventuelles telle
que celles qui affecte la base d’imposition des ventes de biens immeubles et de fonds de
commerce, des ventes des biens acquis auprès des forfaitaires;
- Les recettes afférentes aux exportations de biens et services passibles de la TVA à l’intérieur;
- Les recettes provenant des ventes faites en suspension du paiement de la TVA;
- Les recettes provenant des ventes de produits qui bénéficient d’une exonération particulière
lorsque celle-ci est subordonnée à l’utilisation de ces produits tels que le papier destiné à
l’impression des livres, journaux et périodiques;
- Les recettes provenant des ventes de déchets neufs.
* Au dénominateur :
- Les sommes qui figurent au numérateur;
- Les sommes provenant d’opérations exonérées. Il s’agit des opérations figurant au tableau
« A » annexé au code à l’exclusion de celles dont l’exonération est subordonnée à l’utilisation
des produits, des opérations exonérée en application du n° 11 du § II de l’article 1 er du code de
la TVA et de toute autre exonération prévue par un texte particulier ;
- Les recettes provenant d’activités situées hors du champ d’application de la TVA;
- Les subventions d’exploitation.

Il est à préciser que l’emploi du terme « recettes par l’article 9-II - 1 de la loi vise le chiffre
d’affaires avec les tiers. Ce qui exclut des deux termes du rapport, notamment les sommes
correspondantes :
- aux livraisons à soi-même de biens soumis à la TVA;
- aux cessions d’éléments d’actif ;
- aux remboursements des frais ;
- aux recettes provenant de la vente de timbre quittance qui constituent une charge
personnelle du client consommateur ;
- aux subventions ne constituant pas la contrepartie d’une affaire : subventions d’équipement
et d’équilibre ;
- aux factures complémentaires ou rectificatives ne se rapportant pas à l’année d’exigibilité ;
- aux avances reçues sur livraison future de biens pour lesquels le fait générateur
n’interviendra qu’après la date de clôture de l’exercice concerné.
- aux sommes reçues en consignation d’emballage et ce, même dans le cas de non retour des
emballages ;

33
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Les montants déduits sur la base de ce pourcentage peuvent faire l’objet d’une régularisation
sur la base du prorata réel calculé au 31 décembre de l’année même et ce en cas de variation
positive ou négative supérieur à 5 points.
Ceci s’applique uniquement pour les biens soumis à amortissement.

Exemple :
Soit une banque qui a réalisé au cours de l’exercice 2019 un chiffre d’affaires hors
TVA de 1 500 000D se répartissant comme suit:
- commission sur opérations réalisées à l’exportation : 500 000D
- opérations locales 1000 000D dont 200 000D au titre d’opérations exonérées
(intérêts débiteurs...)

Supposons qu’au cours de l’année 2020 elle a acquis divers biens et services ouvrant
droit à déduction pour un montant de 1 000 000D hors TVA dont 800 000 hors TVA
relatifs à des biens amortissables ; son chiffre d’affaires au cours de 2020 s’est élevé à :
- Exportation : 600 000
- Local imposable (hors TVA): 1 500 000D
- Local exonéré : 950 000
Sachant que le taux de la TVA est de 19% aussi bien pour les achats que pour le chiffre
d’affaires le décompte du prorata et sa régularisation s’établit comme suit:

1- Prorata
(CA local soumis + TVA y afférente) + (CA Export + TVA fictive y afférente) / le
numérateur + CA exonéré

800 000D + 152 000D + 500 000D + 95 000D = 1 547 000D = 88,55%
800 000D + 152 000D + 500 000D + 95 000D + 200 000 1 747 000D

2- Taxe déduite en 2020 sur la base du prorata provisoire


1 000 000D x 19% x 88,55% = 168 245D

3- Régularisation de la déduction

3-1/ Prorata sur la base de données réelles de 2020:


CA local TTC + (CA export + TV fictive y afférente) /
CA local TTC + CA export + TVA export fictive + chiffre d’affaires exonérés
1500 000 + 285 000D + 600 000D + 114 000D = 2 499 000D= 72,45%
1 500 000D + 285 000D + 600 000D + 114 000D + 950 000D 3 449 000D
34
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

3-2/ Calcul du montant de TVA à régulariser

Le pourcentage réel de déduction est de 72,45% donc inférieur au pourcentage


provisoire de plus de 5 points (88,55 - 72,45 = 16,1) donc l’assujetti doit effectuer une
régularisation de la TVA initialement déductible au titre des biens soumis à amortissement
acquis en 2020.
TVA à reverser en janvier 2021 = 800 000*19%*16.1% = 24 472

SECTION III : REMISE EN CAUSE DE LA DEDUCTION ET LES CAS DE REGULARISATION

1° PRINCIPE GENERAL
En principe la déduction revêt un caractère définitif. Cependant, la TVA initialement déduite
ou qui aurait dû être payée ou ayant fait l’objet de remboursement peut faire l’objet de
régularisations dans les cas suivants :
- cession des biens soumis à amortissement ou changement d’affectation du bien d’un secteur
soumis à la TVA à un secteur non soumis;
- cessation ou abandon d’activité;
- apport en société;
- disparition injustifiée d’un bien;
- la variation du prorata de déduction de plus de 5% en plus ou en moins pour les biens
soumis à amortissement.
Dans ce cas la régularisation est égale au montant de la TVA diminué d’un cinquième par
année civile ou fraction d'année civile de détention s'il s'agit de biens d'équipement ou de
matériel, et d'un dixième par année civile ou fraction d'année civile de détention s'il s'agit de
bâtiment.
N.B : Le montant de la TVA objet de la régularisation doit être mentionné dans l’acte de
cession ou le document d'apport et ce, quelle que soit la valeur de cession du bien ou de
l'apport.

2° CAS PARTICULIERS

2-1 Les dispositions précédentes ne sont pas applicables à la cession des bâtiments, des
équipements ou du matériel dans les cas suivants :
- 1er cas : la disparition justifiée du bien : c’est le cas, à titre d’exemple, de l’entreprise qui
va justifier de sa destruction à la suite d’un sinistre ou même d’une manière volontaire.

35
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

- 2ème cas : la concentration, la fusion ou la transformation juridique de société : cette


mesure étant prévue pour permettre à l’entreprise bénéficiaire de l’apport ou transformée de
se substituer à l’entreprise qui a initialement acquis le bien en ce qui concerne le reste de la
déduction.

- 3ème cas : la cession des entreprises dans le cadre du règlement judiciaire prévu par la
loi n°95-34 du 17 avril 1995 relative au redressement des entreprises en difficultés
économiques telle que complétée et modifiée par les textes subséquents.

- 4ème cas : l’apport portant sur une entreprise individuelle dans le capital d’une société.
L’entreprise objet de la cession doit communiquer au bureau de contrôle des impôts
compétent pendant le mois qui suit celui au cours duquel la cession a eu lieu, un état
comportant notamment les mentions suivantes :
- la désignation des bâtiments, équipements et matériels objet de la cession,
- la date de leur acquisition,
- le prix d’acquisition hors TVA,
- le taux et le montant de la TVA ayant fait l’objet de déduction ou de suspension au titre
desdits biens,
- le pourcentage de déduction pour les entreprises partiellement soumises à la TVA.
La cessation de l’activité ou la cession de ces bâtiments, équipements ou matériels donne
lieu au paiement par l’entreprise cessionnaire, du montant de la TVA déduit ou ayant fait
l’objet de suspension, au niveau de l’entreprise cédante, diminué d’un cinquième par année
civile ou fraction d’année civile de détention au niveau de l’entreprise cédante et de
l’entreprise cessionnaire s’il s’agit d’équipements ou de matériels, et d’un dixième par année
civile ou fraction d’année civile de détention s’il s’agit des bâtiments.

2-2 En cas de cession par les établissements de crédit, les institutions de micro finance
prévues par le décret-loi n°2011-117 du 5 novembre 2011 portant organisation de l’activité
des institutions de micro finance exerçant l'activité de leasing ou d'ijâra des équipements,
matériels et bâtiments objet des contrats de leasing ou des contrats d'ijâra avant l'expiration
des contrats de leasing ou des contrats d'ijâra, il doit être procédé à la régularisation prévue
précédemment.
N.B : la cession après l'expiration des contrats de leasing ou des contrats d'ijâra ne donne
pas lieu à la régularisation de la TVA déduite.

2-3 En cas de cession par les personnes soumises à la TVA des équipements, matériels et
bâtiments acquis dans le cadre de contrats de leasing ou de contrats d'ijâra, il doit être
procédé à la régularisation prévue précédemment. Dans ce cas, la période de détention est
décomptée à partir de la date d’acquisition au niveau de l’entreprise qui a réalisé l’opération
de leasing ou l'opération d'ijâra..

36
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

2-4 L’affectation des locaux destinés à l’habitation bénéficiant des dispositions du numéro
53 du tableau « A » nouveau annexé au code de la TVA et des dispositions du quatrième tiret
du numéro 3 du deuxième paragraphe de l’article 7 dudit code à d’autres usages, entraine le
paiement de la TVA due au titre de l’acquisition majorée des pénalités de retard exigibles
conformément à la législation en vigueur.

2-5 Les entreprises de journaux qui bénéficient des dispositions du numéro 20 - a) du


tableau « A » annexé au code de la TVA sont tenues de payer la TVA due au titre du papier
journal utilisé à des fins autres que l’impression de journaux ou de ventes du papier journal à
des entreprises autres que celles de journaux, majorée des pénalités de retard exigibles selon
la législation fiscale en vigueur.

CHAPITRE VIII
LA RESTITUTION
SECTION I : PRINCIPES

En principe la récupération de la TVA supportée sur les achats nécessaires à l’activité et non
exclus du droit à déduction s’effectue par imputation. Cependant et dans certains cas le
montant de la TVA collectée au titre des ventes des biens ou des prestations de services
imposables pendant un mois donné peut être inférieur au montant de la TVA supportée par les
biens et services acquis. Dans ce cas on dit que l’entreprise bénéficie d’un crédit de TVA.

Exceptionnellement, le crédit de taxes non imputées peut faire, sous certaines conditions,
l’objet d’un remboursement.
Le crédit de TVA non imputé est restituable en intégralité et ce, quelque soit l’origine du
crédit.

SECTION II : PROCEDURES DE RESTITUTION

La restitution du crédit de TVA s’effectue selon les procédures suivantes :

A/ Pour les demandes de restitution relative au crédit provenant des opérations


d’exportation :
La restitution se fait au mois le mois dès sa constatation dans la déclaration mensuelle sur
visa du chef du centre de contrôle des impôts apposé sur la demande de restitution.

37
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Ce crédit est restituable dans un délai de 7 jours, à compter de la date de dépôt de la
demande de restitution remplissant toute les conditions requises.

B/ Pour les demandes de restitution relative au crédit provenant de la retenue à la


source ou des ventes en suspension de taxe :

La restitution se fait au mois le mois dès sa constatation dans la déclaration mensuelle sur
visa du chef du centre de contrôle des impôts apposé sur la demande de restitution.
Ce crédit est restituable dans un délai de 30 jours, à compter de la date de dépôt de la
demande de restitution remplissant toute les conditions requises.

C/ Pour le crédit provenant des investissements directs telles que définies par l’article 3
de la loi de l’investissement et des investissements de mise à niveau réalises dans le
cadre d’un programme de mise à niveau approuvé par le comité de pilotage du programme
de mise à niveau :

La restitution concerne le crédit de TVA constaté au titre de trois déclarations consécutives


et après apposition du visa du chef du centre de contrôle des impôts sur la demande de
restitution.
Ce crédit est restituable dans un délai de 30 jours, à compter de la date de dépôt de la
demande de restitution remplissant toute les conditions requises.

D/ Pour le crédit constaté à la cessation de l’activité :

Le contribuable peut demander la restitution du crédit de TVA en cas de cessation de


l’activité concernée par la TVA. Ce crédit est restituable dans un délai de 6 mois, à compter
de la date de dépôt de la demande de restitution remplissant toute les conditions requises.
Toutefois, cette restitution ne peut avoir lieu qu’après vérification approfondie, et sans
paiement de l’avance.

E/ Pour le crédit provenant d’autres opérations :

1-Entreprises dont les comptes sont certifiés sans réserves fiscales ne relevant pas de la
Direction des Grandes Entreprises :

La restitution concerne le crédit de TVA constaté au titre de six déclarations consécutives et


après apposition du visa du chef du centre de contrôle des impôts sur la demande de
restitution.

38
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Ce crédit est restituable dans un délai de 60 jours, à compter de la date de dépôt de la
demande de restitution remplissant toute les conditions requises.
Dans ce cas est payée une avance de 50% du montant du crédit objet de la demande de
restitution sans vérification préalable.
Le reliquat de crédit est restituable après vérification approfondie.

2-Entreprises dont les comptes sont certifiés sans réserves fiscales et relevant de la
Direction des Grandes Entreprises :

La restitution concerne le crédit de TVA constaté au titre de six déclarations consécutives et


après apposition du visa du chef du centre de contrôle des impôts sur la demande de
restitution.
Ce crédit est restituable dans un délai de 60 jours, à compter de la date de dépôt de la
demande de restitution remplissant toute les conditions requises.
Dans ce cas le crédit de TVA est restitué, sans vérification approfondie préalable de leur
situation fiscale, et ce, à condition de joindre à la demande de restitution du crédit de la TVA
un rapport spécial du commissaire aux comptes relatif à l’audit du crédit objet de la demande
de restitution.

3-Les autres entreprises :


(Entreprises individuelles, personnes physiques, et personnes morales dont les comptes ne sont pas certifiés)
La restitution concerne le crédit de TVA constaté au titre de six déclarations consécutives et
après apposition du visa du chef du centre de contrôle des impôts sur la demande de
restitution.
Ce crédit est restituable dans un délai de 120 jours, à compter de la date de dépôt de la
demande de restitution remplissant toute les conditions requises.
Dans ce cas est payée une avance de 15% du montant du crédit objet de la demande de
restitution sans vérification préalable.

Le reliquat de crédit est restituable après vérification approfondie.


La demande de restitution vaut, dans ce cas, abandon du droit à déduction au titre du crédit
objet de la demande qui doit être concrétisé par le dépôt d’une déclaration rectificative par le
contribuable.
Le contribuable peut reprendre son droit à déduction du crédit de TVA net de l’avance
remboursée lorsque l’administration fiscale ne donne pas suite à la demande de restitution
durant le délai imparti de 120 jours.

Par contre, lorsque l’administration fiscale donne suite à la demande de restitution durant le
délai imparti de 120 jours et rejette totalement ou partiellement le crédit, le contribuable ne
peut pas reprendre son droit à déduction.
39
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

CHAPITRE IX
LE REGIME SUSPENSIF
Le régime suspensif en matière de TVA permet aux entreprises dans certains cas de recevoir
non grevé de ladite taxe, certains produits et services nécessaires à l’activité.

Il a pour objet de reporter l’exigibilité de la TVA à un stade ultérieur.

SECTION I : BENEFICIAIRE DU REGIME SUSPENSIF

Peuvent bénéficier du régime suspensif :


- les assujettis dont l’activité s’exerce à titre exclusif ou à titre principal en vue de
l’exportation ou des ventes en suspension ;
- les assujettis qui réalisent un marché à l’étranger dont le montant dépasse 3 millions de
dinars ;
- les non assujettis qui effectuent occasionnellement des opérations d’exportation ;
- les sociétés de transport aérien ;
- les biens, marchandises, travaux et prestations livrés à titre de don dans le cadre de
la coopération internationale ;
- les biens d’équipements nécessaires aux investissements de création ;
- les livraisons à soi-même des bouteilles réalisées par les centrales laitières.

SECTION II : MODALITES D’APPLICATION

Le bénéfice du régime suspensif est subordonné à la délivrance par l’administration


fiscale d’une attestation préalable.

A/ ASSUJETTIS DONT L’ACTIVITE S’EXERCE A TITRE EXCLUSIF OU A TITRE PRINCIPAL EN VUE DE


L’EXPORTATION OU DES VENTES EN SUSPENSION (Article 11-I du code de la TVA)

Sont classées dans cette catégorie, les entreprises assujetties de droit ou par option dont les
ventes de leurs secteurs soumis sont exportés ou réalisés en suspension pour plus de 50% de
leur chiffre d’affaires hors droit et taxes.

40
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Pour bénéficier de ce régime, il doit donc s’agir d’une entreprise assujettie à la TVA qui
réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires soumis sous forme d’exportation ou de vente
en suspension.

Ainsi, tout chiffre d’affaires réalisé par un secteur exploité par une telle entreprise mais qui
est soit exonéré, soit situé hors champ d’application de la TVA n’est pas à prendre en compte
pour l’établissement de cette comparaison.

D’autre part, la réalisation des achats en suspension de la taxe sur la valeur ajoutée ne
concerne que les acquisitions locales de produits et services non seulement soumis à la taxe,
mais ceux parmi ces derniers qui donnent droit à la déduction.

Les entreprises totalement exportatrices, telles que définies par l’article 69 du code IRPP-IS,
bénéficient du régime suspensif de la TVA pour les opérations d’importation et d’acquisition
locale de matière, produits, et équipements et les prestations de services nécessaires à leur
activité et donnant droit à déduction.

L’octroi de ce régime se fait au cas par cas pour permettre à l’administration de suivre la
destination de la marchandise en même temps que de s’assurer de l’importance des
exportations et des ventes en suspension par rapport au chiffre d’affaires global.

Les achats locaux et les prestations locales bénéficiant du régime suspensif doivent faire
l’objet d’un bon de commande en double exemplaire sur lequel doivent être portées les
indications suivantes: « Achats ou prestations en suspension de la TVA dispositions de
l’article 11 du code de la TVA.
L’original du bon de commande est destiné au fournisseur ou prestataire et une copie est
conservée par l’acheteur.

Les factures et documents concernant de telles opérations doivent être revêtus par le vendeur
ou par le prestataire de la mention : Vente à l’exportation» ou « Vente en suspension de la
taxe sur la valeur ajoutée suivant Bon de Commande n°……………du………………. et suivant
Autorisation n°................................ du .......................... la TVA due si cette opération était
imposable TVA…………..% ……………..=…………………. »

Dans ce cas, il doit être joint à la facture de vente soit le certificat de sortie de la
marchandise, soit l’original du bon de commande et une copie de la décision administrative
autorisant la vente en suspension.

Les redevables bénéficiaires d’un tel régime suspensif sont tenus d’avoir une comptabilité
régulière et un compte matière qui doit faire ressortir le mouvement des produits servant à la
fabrication de produits exportables ou vendables en suspension de taxe.

41
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
Toutefois, si les matières premières et les produits acquis en suspension de taxe sont affectés,
autrement qu’à la réalisation d’opérations d’exportation ou de ventes en suspension (ventes
en l’état de matières premières, ventes locales des produits initialement destinés à
l’exportation,…), les assujettis sont tenus au reversement du montant de la taxe dont le
paiement n’a pas eu lieu lors de l’achat sans préjudice des sanctions prévues par la législation
en vigueur.

B/ ASSUJETTIS QUI REALISENT UN MARCHE A L’ETRANGER DONT LE MONTANT DEPASSE 3


MILLIONS DE DINARS (Article 11-I bis du code de la TVA)

Les assujettis à la TVA peuvent bénéficier de la suspension de ladite taxe au titre des biens
et équipements acquis localement entrant dans les composantes des marchés réalisés à
l’étranger dont le montant ne peut être inferieur à trois millions de dinars et ce nonobstant
la proportion des exportations dans le chiffre d’affaires annuel global des entreprises
concernées.

Sous réserve du respect des procédures prévues par le paragraphe précédent, les
entreprises concernées par cet avantage doivent déposer une demande auprès des services
fiscaux compétents accompagnée d’une copie du contrat relatif au marché à réaliser à
l’étranger et de ses composantes.

Ces entreprises sont également tenues de présenter aux services fiscaux compétents les
pièces justificatives de la sortie de la Tunisie des biens et équipements concernés par
l’avantage dans un délai maximum d’un mois à partir de la date de leur sortie.

C/ LES ASSUJETTIS EFFECTUANT OCCASIONNELLEMENT DES OPERATIONS D’EXPORTATION


(Article 11-I quarter du code de la TVA)

A l’exclusion des opérations effectuées par les commerçants, bénéficient de la suspension


de la TVA les opérations d’importation et d’acquisition locale de matière, produits, et les
prestations de services donnant droit à déduction et nécessaires à la réalisation des
opérations d’exportation telles que définies par l’article 68 du code de l’IRPP-IS.
Dans ce cas, toutes les conditions prévues précédemment par le paragraphe A doivent être
vérifiées.

D/ LES NON ASSUJETTIS EFFECTUANT OCCASIONNELLEMENT DES OPERATIONS D’EXPORTATION


(Article 11-II du code de la TVA)

Certaines personnes physiques ou morales, bien que non assujetties à la TVA peuvent avoir
des occasions de réaliser des opérations à l’exportation. Pour autant, leurs exportations
doivent être faites en franchisse de taxes. Au lieu d’acquitter la taxe à leur fournisseur et

42
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
d’en demander la restitution lors de la réalisation de l’exportation, l’article 11-II du code
leur permet de s’approvisionner auprès des assujettis en suspension de la taxe.
La décision de l’achat en suspension qui leur est remise est destinée à leur fournisseur qui
est tenu d’apposer sur les factures émises les mentions de « ventes en suspension de TVA
suivant décision n° ........................ du ............................. »

E/ LES SOCIETES DE TRANSPORT AERIEN (ARTICLE 13-NOUVEAU DU COE DE LA TVA)


Bénéficient de la suspension de la TVA les services :
- d’entretien, de réparation et de contrôle technique des aéronefs destinés au transport
aérien,
- de formation et d’apprentissage des pilotes.

F/ LES BIENS, MARCHANDISES, TRAVAUX ET PRESTATIONS LIVRES 0 TITRE DE DON DANS LE


CADRE DE LA COOPERATION INTERNATIONALE (ARTICLE 13-BIS DU COE DE LA TVA)
Bénéficient de la suspension de la TVA les biens, marchandises, travaux et prestations à
l’exclusion des voitures de tourisme livrés ou financés à titre de don, à l'Etat, aux
collectivités locales, aux entreprises et établissements publics, aux instances
constitutionnelles et aux associations créées conformément à la législation en vigueur,
dans le cadre de la coopération internationale et ce, dans la limite du montant du don.

L’avantage susmentionné s’applique également au cas où les acquisitions nécessaires à


l’exécution des projets financés par un don dans le cadre de la coopération internationale
sont réalisés par les structures chargées, en vertu des conventions conclues à cet effet, de
la gestion du don et dans la limite du montant du don, à condition de mentionner sur les
factures le bénéficiaire final parmi les parties susvisées au paragraphe premier ci-dessus.
La suspension de la TVA est accordée, pour les achats locaux figurant dans la convention
du don conclue à cet effet au vu d’une attestation délivrée préalablement à cet effet, par le
bureau de contrôle des impôts compétent au profit des parties bénéficiaires du don ou de la
structure chargée de la gestion du don sur la base des conventions conclues à cet effet,
selon le cas.

G/ LES BIENS D’EQUIPEMENTS NECESSAIRES AUX INVESTISSEMENTS DE CREATION (ARTICLE 13-


TER DU COE DE LA TVA)

1) Bénéficient, de la suspension de la TVA, les opérations d’acquisition d’équipements


fabriqués localement nécessaires aux investissements de la création, acquis avant l’entrée
en activité effective, dans les secteurs économiques à l’exclusion du secteur de la
consommation sur place, du secteur commercial, du secteur financier, du secteur de
l’énergie autres que les énergies renouvelables, des mines et des opérateurs de
télécommunication.

43
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
2) Bénéficient du régime suspensif de la TVA, les opérations d’importation et d’acquisition
locale d’équipements nécessaires à l’investissement dans les secteurs du développement
agricole, de l’artisanat, du transport aérien, du transport maritime, du transport
international routier de marchandises, de la lutte contre la pollution et des activités de
soutien telles que définies par le code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et
de l’impôt sur les sociétés.
Les conditions et les procédures du bénéfice des avantages prévus par le présent article
ainsi que les listes des équipements concernés sont fixées par un décret gouvernemental

H/ LES LIVRAISONS A SOI MEME DES BOUTEILLES REALISEES PAR LES CENTRALES LAITIERES
(ARTICLE 13-QUATER DU COE DE LA TVA)
Bénéficient de la suspension de la TVA, les opérations de livraison à soi-même réalisées
par les centrales laitières des bouteilles en plastique utilisées pour le conditionnement du
lait.

CHAPITRE X
LE REGIME DU FORFAIT

SECTION I : LE REGIME FORFAITAIRE D’IMPOSITION

Les contribuables soumis au régime forfaitaire de l’impôt sur le revenu sont dispensés du
paiement de la TVA. Pour les conditions du bénéfice du régime forfaitaire il y a lieu de se
référer à l’article 44 du code e l’IRPP et de l’IS.

SECTION II : LE FORFAIT DE TRANSPORT

Les moyens de transport terrestre privé ou public de marchandises ou de personnes sont


soumis à la taxe forfaitaire sur le transport terrestre. Cependant, ne sont pas concerné par
la TVA forfaitaire les moyens de transport appartenant aux agriculteurs et utilisés pour le
transport de leur propre production ainsi que les taxis, louage et véhicules de transport
rural.

1) Tarif

Le tarif est fixe comme suit :


* 1 dinar par place assise offerte et par mois pour les moyens de transport public ou privé
de personnes ;
44
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
* 1 dinar par tonne de charge utile et par mois pour les moyens de transport public ou
privé de marchandises.

2) Mode de paiement

La taxe sur la valeur ajoutée forfaitaire est payable dans les mêmes conditions que la taxe
unique de compensation de transport routier et en même temps que cette dernière.

3) Forfait déductible

Pour les assujettis à la TVA le forfait de TVA sur le transport constitue une avance
imputable sur la TVA due au titre du mois de paiement de ce forfait.
Il constitue un paiement libératoire pour les non assujettis.

CHAPITRE XI
OBLIGATIONS DES ASSUJETTIS A LA TVA
Les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée autres que ceux soumis au régime forfaitaire
sont tenus, sauf dans le cas où le contrat fait foi, d'établir une facture pour chacune des
opérations qu'ils effectuent.
La facture doit comporter :
- la date de l’opération ;
- l’identification du client et son adresse ainsi que le numéro de sa carte d’identification
fiscale pour le client soumis à l’obligation de la déclaration d’existence prévue par l’article
56 du code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés.;
- le numéro de la carte d'identification fiscale d'assujetti à la taxe sur la valeur ajoutée
délivrée par l'administration fiscale;
- la désignation du bien ou du service et le prix hors taxe ;
- les taux et les montants de la taxe sur la valeur ajoutée.

Les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée sont également tenus :

* de mentionner sur les factures le montant de la taxe sur la valeur ajoutée ayant fait
l'objet de suspension en application de la législation en vigueur ;
* de communiquer au bureau de contrôle des impôts compétent durant les vingt-huit jours
qui suivent chaque trimestre civil une liste détaillée des factures émises en suspension de la
taxe sur la valeur ajoutée selon un modèle établi par l’administration comportant
notamment le numéro de la facture objet de l’avantage, sa date, le nom et prénom ou la

45
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
raison sociale du client, son adresse, son numéro de carte d’identification fiscale, le prix
hors taxe, le taux et le montant de la taxe sur la valeur ajoutée ayant fait l’objet de
suspension et le numéro et la date de l’attestation d’achat en suspension de la TVA relative
à l’opération de vente en suspension de taxe. Les assujettis à la TVA ayant émis des factures
de ventes sous le régime suspensif de la TVA sont tenus de déposer ladite liste sur supports
magnétiques et par les moyens électroniques fiables conformément à un cahier des charges
établi par l’administration.
Les dispositions précédentes sont applicables aux ventes réalisées par les commerçants
détaillants avec l'Etat, les établissements publics à caractère administratif, les collectivités
locales, les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée, les personnes morales et les personnes
physiques soumises à l'impôt sur le revenu au titre des bénéfices industriels et commerciaux
et des bénéfices des professions non commerciales ainsi qu'aux autres ventes réalisées par
les commerçants détaillants chaque fois que le client demande la facture. Pour les ventes
réalisées à des personnes, autres que celles visées au présent paragraphe, le commerçant
détaillant est tenu quotidiennement d'établir une facture globale.

Les commerçants détaillants qui ne tiennent pas une comptabilité conforme à la législation
comptable des entreprises sont tenus d'inscrire au livre mentionné à l'alinéa «c» du
paragraphe I-2 de l'article 9 du code de la TVA :
- jour par jour leurs achats de produits destinés à la revente quel que soit leur régime
fiscal en mentionnant distinctement pour chaque opération, le prix d'achat hors taxe sur la
valeur ajoutée, le taux de la taxe appliqué ainsi que le montant de la taxe;
- jour par jour leur chiffre d'affaires pour lequel des factures ont été délivrées
conformément aux dispositions du présent article ;
- jour par jour leur chiffre d'affaires pour lequel il a été délivré des factures globales
conformément aux dispositions du présent article sur la base de l'arrêté de caisse ;
- à la fin de chaque année leurs stocks de produits

Les assujettis à la TVA peuvent émettre des factures électroniques comportant les mentions
obligatoires prévues par le paragraphe II de l’ART.18 du code, formées d’un ensemble de
lettres et de chiffres ayant un contenu intelligible et archivées sur un support électronique
qui garantit sa lecture et sa consultation en cas de besoin.
La facture électronique doit :
- comporter les signatures électroniques du vendeur ou du prestataire du service ; - être
enregistrée auprès de l’organisme autorisé à cette fin;
- comporter une référence unique délivrée par l’organisme autorisé à cette fin.
Les conditions et les procédures de l’émission des factures électroniques et de leur
archivage sont fixées par décret gouvernemental.

* D’utiliser des factures « ou des notes d’honoraires » numérotées dans une série
ininterrompue.
* De déclarer au bureau de contrôle compétent le nom, prénom ou raison sociale des
fournisseurs se factures« ou des notes d’honoraires ». Parallèlement l’imprimeur de

46
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi
factures« ou de notes d’honoraires » doit tenir un registre coté et paraphé par le bureau
de contrôle dont il relève sur lequel il inscrit les opérations d’impression et de livraisons de
factures« ou de notes d’honoraires ».

* De tenir une comptabilité ou les livres journaux.


* De déposer une déclaration mensuelle de TVA. Le dépôt de la déclaration s’effectue
durant les quinze premiers jours pour les personnes physiques et durant les vingt huit
premiers jours pour les personnes morales.

* De déposer une déclaration mensuelle de TVA durant le mois de janvier de l’année qui
suit l’année de l’octroi du don pour la TVA relative aux dons en nature accordés à l’Union
Tunisienne de Solidarité Sociale pour ce qui dépasse la limite de 1% du C.A. annuel H .T

* De déposer une déclaration mensuelle de TVA durant le mois qui suit le mois de la
livraison du don pour les dons en nature accordés à d’autres associations, dans le même
mois il faut déposer au bureau de contrôle des impôts compétant un état comportant
notamment :
-les noms, adresse et matricule fiscal des bénéficiaires des dons en nature,
-la date de la livraison du don en nature,
-la liste des dons en nature, le prix de revient et le taux de la TVA applicable au produit
objet du don.

* Les personnes effectuant occasionnellement une opération passible de la TVA, doivent


souscrire dans les 48 heures une déclaration et acquitter immédiatement la taxe.

* De faire accompagner les marchandises à la circulation par une facture conforme


Etant préciser qu’au niveau du contrôle à la circulation des marchandises les documents
suivant tiennent lieu de facture :
- le bon de livraison daté et comportant notamment les noms et adresses de l'expéditeur et
du destinataire, ainsi que la désignation de la nature et de la quantité des marchandises
transportées ;
- le bon de sortie des marchandises des dépôts de l'entreprise, en ce qui concerne les
assujettis commercialisant leurs produits par colportage. Le bon de sortie doit comporter la
nature et la quantité des marchandises transportées, sa date d'émission, ainsi que le numéro
d'immatriculation du moyen de transport ;
- les documents douaniers : la déclaration en douane ; la quittance de payement des droits
et taxes à l’importation.

47
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir
Cours de Fiscalité Indirecte
Fadhloun Wajdi

48
Je n’ai qu’un besoin, celui de réussir

Vous aimerez peut-être aussi