Vous êtes sur la page 1sur 4

Sciences physiques ( Bac M ,SE,ST,SI) GMSP4

Bobine, Dipôle RL Exercices d’entrainement-2-


EXO1 K
Une bobine de résistance r, et d'inductance L=60mH est branchée aux
bornes d'un générateur de résistance interne négligeable et de f.é.m E. L,r
E

Figure 1

i en A
Lorsqu'on ferme l'interrupteur K à t = 0, le courant 2,5
s'installe dans le circuit.
La représentation graphique i = f(t) est donnée la figure 2 : 2

1,5

0,5
t en ms
0 0 2 4 6
Figure 2
1. a. Établir l'équation différentielle permettant par sa résolution d'exprimer i = f(t).
r
E − t
b.Vérifier en exploitant la représentation graphique i=f(t) que i = (1 − e ) est bien solution de cette
L
r
équation.
2. On pose τ constante de temps du circuit.
a. Déterminer graphiquement la valeur de la constante de temps. En déduire la valeur de la résistance r.
b. Déterminer à t = 3 τ le « taux de remplissage » de la bobine, c'est-à-dire le rapport de l'énergie
emmagasinée à cette date par l'énergie maximale qu'elle peut emmagasiner dans ce montage.

EXO2
Une bobine d'inductance L et de résistance négligeable, est placée dans un circuit comprenant un conducteur
ohmique de résistance R et un générateur de force électromotrice E et de résistance interne négligeable.
L’intensité du courant électrique dans le circuit est initialement nulle. À t=0 on ferme l’interrupteur K.
Partie I.
Écrire l'équation différentielle caractérisant l'établissement du courant en fonction de :
a. i(t), intensité du courant dans le circuit ;
b. uR(t), tension aux bornes du conducteur ohmique ;
c. uL(t), tension aux bornes de la bobine.
Partie II.
À l’aide d’un oscilloscope « à mémoire » on réalise le circuit de la figure 1 :
K i

E,r Voie A Voie B

Figure 1
Pour L = 1 H et r négligeable, on obtient sur l’une des voies A ou B l’oscillogramme reproduit sur le graphe
de la figure 2 :
u(t) en volts
12

t(s)

0 0,1 0,2 0,3 0,4

Figure 2
1. En justifiant la réponse, préciser sur quelle voie A ou B est visualisé l’oscillogramme de la figure 2.
2. À partir de la courbe de la figure 2, déterminer en expliquant la méthode utilisée :
a. La valeur de la f.é.m E du générateur.
b. La valeur de la constante du temps .
3. En déduire la valeur de R.
4. On réalise trois expériences en doublant chaque fois l’une des grandeurs suivantes :
Expérience 1 : la résistance totale du circuit.
Expérience 2 : la f.é.m du générateur.
Expérience 3 : l’inductance de la bobine
Associer ,en justifiant , chacune des courbes du graphe (figure 3) à l’expérience correspondante.
u(t) en volts
24

20
C

16
B

12

A
4

t(s)

0 0,1 0,2 0,3 0,4


Figure 3
EXO1 -CorrectionK
1.
a.
i L,r uL
E

di
La loi d’ohm relative à la bobine s’écrit : u L = ri + L .
dt
D’après la loi des mailles : E -uL=0
di di r E
E =uL => ri + L = E soit : + i=
dt dt L L
b. E r
− t
Ayant i = (1 − e L )
r
o D’après la courbe, à t=0 le courant électrique n’est pas encore établi , i=0.
r
E − 0
D’après l’expression de i, i(0)= (1 − 1) =0, car e L
=1,
r
E
o D’après la courbe, à t= ∞ le régime permanent est établi, i= .
r
r
E E − ∞
D’après l’expression de i, i( ∞ )= (1 − 0) = , car e L
= 0.
r r
r
E − t
Ainsi , i = (1 − e L ) est la solution de l’équation différentielle.
r
2.
a. i en A
2,5

1,5

0,5
t en ms
0 0 τ 2 4 6

L 60 10-3
D’après le graphe la constante de temps τ =1,6 10-3 s.=> r = = = 50 Ω
τ 1, 2 10-3
b. 1
L’énergie emmagasinée par la bobine est donnée par la relation : EL= Li 2
2
E
o Lorsque le régime permanent s’établit, i= = I, l’énergie emmagasinée par la bobine est
r
1 2
maximale : ELmax= LI .
2
E
o Lorsque t=3 τ , l’intensité du courant électrique s’écrit i1 = (1 − e −3 ) = I(1 − e −3 ) l’énergie
r
1
emmagasinée par la bobine est EL1= Li12 .
2
1 2
L  I(1 − e−3 ) 
E L1 2
D’où: =2 = (1 − e −3 )  = 0,9 , la bobine est « rempli » à 90%.
E L max 1 2
LI
2
EXO2 -Correction
Partie I
a. On oriente conventionnellement le circuit :
i(t)

E uL(t)

uR(t)
Par application de la loi des mailles on a : uL(t) + uR(t) = E
di
L + Ri = E (1)
dt
b. u L du R
i = R d’où l’équation (1) devient : + uR = E
R R dt
c. du L R
En dérivant l’équation (1) par rapport au temps on obtient : + uL = 0
dt L
Partie II Il s’agit de la voie B où u(t) = uR(t) = R.i(t) .
1. S’il s’agit de la voie A, la tension uL(t) aux bornes de la bobine doit être nulle lorsque le régime permanant
s’établit car l’intensité du courant dans le circuit devient constante .
2. a. D’après l’équation différentielle (1) lorsque i devient constante (régime permanent) uR(t) = E
d’où E = 12 V.
b. 1ere méthode
Pour u(t) =0,63.E = 7,56 V , soit t = τ =45 ms
2eme méthode
On trace la tangente à la courbe pour t=0, l’intersection de la tangente avec l’asymptote à la courbe
correspond à l’abscisse t = τ , soit τ =45 ms (voir figure ci-après).
u(t) en volts
12

0,63.E

t(s)

0
τ 0,2 0,3 0,4

3. L 1
R= ; soit R= = 22, 22Ω .
τ 0,045
4. - Si on double la résistance totale du circuit RL la constante de temps sera divisée par deux d’où
la pente de la tangente à la courbe à l’origine des dates augmente ainsi l’expérience 1 correspond à la
courbe B.
- Si on double la f.é.m du générateur l’intersection de l’asymptote à la courbe uR(t) avec l’axe des
ordonnées prend la valeur (2E) soit 24V ainsi l’expérience 2 correspond à la courbe C.
- Si on double l’inductance L de la bobine du circuit RL la constante de temps sera multipliée par
deux d’où la pente de la tangente à la courbe à l’origine des dates diminue ainsi l’expérience 3 correspond
à la courbe A.