Vous êtes sur la page 1sur 3

Statut actuelle en Suisse politique

Interdiction des événements de 1000+ personnes jusqu’à fin aout / 27 mai annonce possible d’une
date de relance des grands événements
11 mai : reouverture de l’école obligatoire, des autres cours si max 5 personnes, examens en centre
de formations (ECG et College, examens annulés), magasins et marchés, agences de voyages,
musées, bibliothèques, archives. Sports sans contact corporel (max 5 personnes pas de match).
Sport de compétions et pro (sans match), installations sportives pour l’entrainement, restaurant mais
groupe de 4 pers max et place assise, les transports publics reprennent un horaire normal.
Suite : 8 juin
Rassemblement de + de 5 personnes
Toutes les écoles/établissement de formations
Théâtres et cinémas
Zoo et jardins botaniques
Piscines
Offices religieux
Remontées mécaniques
_
Prix d’un test (a confirmé avec celleux qui ont fait) 180.- le test (passe a 90.- le 30 avril) +
honoraires du médecin (pris en charge par l’assurance mais du coup sur la franchise). Toutefois
l’étât veut une politique de test a grande échelle et les tests et pour les personnes non vulnérable et
aux symptomes léger deverait relever du contrôle epidemiologique et être pris en charge par les
cantons.
En cas de cas avéré obligation d’annonce (prise de contact par les autorités sanitaires) toutes les
personnes avec qui on a été en contact sinon amende jusqu’à 5000.- (→ Réflexion a avoir sur le
dépistage)
Mise en place d’une application pour remonter les cas (elle est facultative).
L’objectif actuel de l’état est de pouvoir tracer les chaînes de contamination pour les endiguer
_

Le virus et l’épidémie
Séroprévalence (= grosso modo le nombre de gens ayant contaminé par un pathogène, ici le covid)
a Genève, l’études en cours estime pour l’instant le nombre de personne touchées par le virus a
5,5 % de la population. Les chiffres sont toutefois temporaire et il est attendu une hausse de ce
chiffre. Le personnel hospitalier n’es, en suisse, pas sur-représenter. ;
La r0 est le nombre de personnes qu’une personne malade contamine.
Avant les mesure le r0 était d’environ 2,7 (soit un malade contamine en moyenne 2 a 3 personnes)
un r0 de 0,9 signifierait une diminution des cas, une r0 de 1 signifierait un taux de contamination
stable. A l’heure actuelle l’objectif est de le maintenir en dessous d’un r0 de 1,2 ;
La crainte d’une vague durant ou a la fin de l’été est importante.
Si l’épidémie venait à être endiguée, il existe toujours un risque que des personnes en voyages
(loisir, professionnel etc.) puissent relancer des cas (on parle alors de « cas importés »).

Détruire le virus → 2 moyens un vaccin ou un traitement. L’épidémie sera toujours présente à


moins d’un traitement efficace ou d’un vaccin.

Au niveau médicamenteux les médecins testent divers médicaments existant mais a l’heure actuel
pas de vrai médicament. A noter recement les tests sur le Tocilizumab semblent prometteur pour les
cas graves et pourrait épargner les intubations, ce sont toutefois des tests préliminaires et ne
concernent que les cas graves.
Le remdesivir semble également prometteur dans la réduction du temps d’hospitalisation.
Le vaccin le plus avancé est celui de l’université d’Oxford grâce a ces anciens travaux sur les
coronavirus, ils espèrent qu’ils soit en production en septembre mais ne sont pas sûr de pouvoir
tenir ce délai et le vaccin n’a pour l’heure été expérimente que sur des singes, il peut tout a fait ne
pas fonctionner sur les êtres humains ou causer d’important effets secondaires, affaire a suivre.
Globalement les prédictions optimiste table plutôt sur 12 a 18 mois avant l’obtention d’un vaccin, il
n’est toutefois pas exclus que les vaccins ne fonctionnent pas.

L’immunité naturelle : grande inconnue


a l’heure actuelle rien ne garanti que la réponse immunitaire garantisse une protection contre une
réinfection et si c’était le cas le temps d’immunisation est inconnu. Si il s’avérait que contracter le
virus offrait l’immunité il faudrait environ 60 % de la population immunisé pour être couvert par ce
qu’on appelle l’immunité de groupe.

Transmissions
Les personnes seraient contagieuses 2-3 jours avant l’apparition des premiers symptômes, les
patients asymptomatiques sont également contagieux. La période d’incubation classique est de 5-6
jours, elle peut toutefois dans certains cas aller jusqu’à 14 jours.
Il n’est pas clair si les gens restent contagieux a la disparition des symptômes, et si oui combien de
temps.
La question des enfants n’es également pas claire, ils seraient moins contagieux que des patients
plus âgés mais il y’a un manque de données pour établir une conclusion claire. Toutefois on sait
qu’ils sont plus nombreux a être asymptomatique et développent moins de forme grave.

Le principe de la contagion passe par le concept de charge virale il faut une certaine concentration
de particules virales pour qu’une personnes développes une infection. Il est possible qu’une surface,
par exemple, contiennent une petite quantité de virus qui serait insuffisante pour provoquer une
contamination.

La contagion passe par les gouttelettes expirées naturellement lors de toux et d’eternument, c’est
pourquoi le port du masque permet d’éviter de contaminer des gens (seuls les masques FFP2/3
(réservé aux soignants et certaines industries) protègent le porteur, les autres modèles protègent les
autres gens /!\ le port du masque ne vous protégés pas vous même !). Il faut être attentif lors du
retrait du masque de se désinfecter les mains avant de le toucher, le retirer en ne touchant que les
élastiques, se redésinfecter après, il existe un risque de se contaminer avec un masque en ne suivant
pas cette procédure.
La pluspart des goutelettes chutent avec la gravité, toutefois il reste des microgoutelettes en
suspension dans l’air. Il est a l’heure actuelle pas certains que ces microgoutelettes soient un vecteur
de contamination.

La contagion par les mains est liés au dépôts de gouttelettes sur ces dernières lors d’éternuement ou
même d’expiration et par le prélèvement involontaire lorsqu’on touche une surface contaminée,
lorsque les mains touchent le visage le virus peut alors entrer dans notre corps. Attention le virus
peut également se retrouvé sur des gants, le ports de gants n’est pas plus efficace qu’une
désinfection voir contre-productif (faux sentiment de sécurité). Se laver au savon est tout aussi
efficace que du désinfectant.

Les effets :
la connaissance du virus évolue régulièrement. Dans les dernières « nouveauté » on a découvert que
le virus pouvait agir sur le sang et provoquer des avc ou d’autres troubles liés au caillot de sang. Il
peut perturber le cerveau (plutôt dans les cas grave), il pourrait attaquer le cellules immunitaires
(également dans les cas grave).
Sinon la liste des symptomes restent la même :
toux, fièvre, difficulté a respirer (les 3 symptomes les plus fréquents) : également maux de gorge,
diarrhée, courbature, (douleur musculaire) perte d’odorat/goût (ce dernier est un symptôme typique
de la maladie).

Synthése (c’est une synthése que j’essaie de faire le plus objectif possible mais ça reste une
interprétation).
L’état change son fusil d’épaule. Le confinement ,a permis d’endiguer la progression fulgurante du
virus, il n’est toutefois pas une option viable a long terme pour des raisons variées (economique,
psychologique etc.). Long terme car nous allons devoir apprendre a vivre avec le virus pour de long
mois.
La doctrine est donc désormais d’avoir un contrôle, et un suivi, strict des contaminations afin de
maîtriser la chaîne de contaminations avec un retour progressif a une vie plus ou mois normal (mais
avec des nouvelles règles sociales).
Ce système pourrait être remis en cause si les contaminations venaient à reprendre l’ascenceur.