Vous êtes sur la page 1sur 9

COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

CHAPITRE 4
PLAQUES RECTANGULAIRES

4.1. INTRODUCTION

Nous avons indiqué au chapitre précédent comment résoudre d'une manière générale les
problèmes de flexion des plaques minces. On est ramené généralement à l'intégration d'équations
différentielles linéaires dont les solutions sont fonction de deux variables, la forme d'ordre le plus
élevé de ces équations différentielles étant :

∂4w ∂4w ∂4w q ( x, y ) pz


∆ ∆ w ( x, y ) = +2 + = = (4.1)
∂x 4 ∂x 2 ∂y 2 ∂y 4 D D

Nous présenterons dans ce chapitre deux méthodes usuelles de détermination de la solution de


l'équation de Lagrange dans le cas de flexion de plaques rectangulaires à conditions aux limites
variables, celles de Navier et de Lévy. Elles doivent être appliquées lorsque l'intégration de
l'équation de Lagrange (ou d'autres équations différentielles d'ordre moindre) n'est possible
directement.

4.2. PLAQUES RECTANGULAIRES SIMPLEMENT APPUYEES SUR TOUT SON POURTOUR :


SOLUTION PROPOSEE PAR NAVIER (1820)

On considère la plaque reposant sur appui simple o x


le long de son pourtour schématisée sur la figure 4.1.
On suppose que la plaque est soumise à une charge q(x,y) b
quelconque q(x,y). La fonction cherchée w(x,y) doit
satisfaire l'équation de la surface fléchie (équation de
Lagrange 4.1) et les conditions aux limites. Pour les a
bords simplement appuyés, ces conditions aux limites
y
peuvent s'exprimer comme suit :
Figure 4.1
w = 0 , Mx = 0 pour x = 0 et x = a (4.2a) Schéma d'une plaque rectangulaire
w = 0 , My = 0 pour y = 0 et y = b (4.2b) simplement appuyée sur son pourtour
soumise à une charge q(x,y)

Nous avons vu que ces équations peuvent être écrites sous la forme :

∂2w
w=0, 2 =0 pour x = 0 et x = a (∀ y) (4.3a)
∂x
∂2w
w=0, =0 pour y = 0 et y = b (∀ y) (4.3b)
∂y2

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -1-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

 
w (0, y ) = 0 w (a , y ) = 0
ou encore :  2 et  2 ∀ y, 0 ≤ y ≤ b
∂ ∂
 w
 ∂x 2
(0, y ) = 0  w
 ∂x 2
(a, y ) = 0

 
 w ( x ,0 ) = 0  w (x , b ) = 0
 
et  2 et  2 ∀ x, 0 ≤ x ≤ a
∂ ∂
 w
( x ,0 ) = 0  w
(x , b ) = 0
 ∂y 2  ∂y 2

Pour trouver une solution w(x,y) de l'équation de Lagrange régissant l'équilibre élastique de la
plaque compatible avec les conditions aux limites explicitées ci-dessus, on peut envisager de
décomposer w(x,y) sous la forme d'une série trigonométrique double comme suit :

∞ ∞
 mπx   nπy 
w ( x, y ) = ∑ ∑ A mn sin   sin   (4.4)
m=1 n=1  a   b 

Ainsi, on constate que toutes les conditions aux limites sont automatiquement satisfaites
puisqu'on a :
mπ 0 mπ a
∀ m , sin = sin =0
a a
nπ 0 nπ b
et ∀ n sin = sin =0
b b

Les coefficient Amn doivent être choisies de telle manière qu'ils satisfassent l'équation de
Lagrange (4.1). En substituant (4.4) dans (4.1), on trouve :

∞ ∞  m 4 π4  mπx
m 2 π2 n 2π2 n 4π4 nπy
D ∑ ∑ A mn  4 + 2 2 + 4 sin
 sin = q (x , y ) (4.5)
m =1 n =1  a a b2 b  a b

A (m 2 + α 2 n 2 ) sin
∞ ∞
π4 mπx nπy
= q (x , y )
a
4 ∑ ∑ mn
2
ou encore : D sin où α = (4.6)
a m =1 n =1 a b b

On peut écrire (4.6) suivant la forme suivante :

( )
∞ ∞
mπx nπy Dπ 4 2
∑ ∑ B mn sin a sin b = q(x, y))
2
où B mn = A mn 4
m + α2n 2 (4.7)
m =1 n =1 a

Pour calculer les coefficient Bmn de cette série, on multiplie (4.6) par sin iπx a sin kπy b puis
en intégrant, on trouve :
a b ∞ ∞
mπx nπy iπx kπy iπx kπy
∫0 ∫0 q(x, y )sin
a b
∫0 ∫0 m∑=1 ∑
n =1
Bmn sin
a
sin
b
sin
a
sin
b
dx dy =
a
sin
b
dx dy (4.8)

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -2-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

a mπx iπx  0 pour i ≠ m


On remarque que : ∫0 sin
a
sin
a
dx = 
 a 2 pour i = m
(4.9a)

b nπy kπy  0 pour k ≠ n


et ∫0 sin
b
sin
b
dy = 
 b 2 pour k = n
(4.9b)

Les coefficients Bmn de la série (4.7a) sont obtenus en résolvant (4.8) et la charge donnée
q(x,y) est ainsi représentée comme étant la somme de charges partielles sinusoïdales.

4 a b mπx nπy
Par suite, on trouve : Bmn =
ab ∫0 ∫0 q ( x, y ) sin
a
sin
b
dx dy (4.10)

Bmn a4
En utilisant (4.7b), il vient : A mn = (4.11)
( )
2
D π 4 m 2 + α2 n 2

4a 3 mπx nπy
q(x, y )sin
a b

) ∫∫
ou encore : A mn = sin dx dy (4.12)
(
Dπ 4 b m 2 + α 2 n 2 2 0 0 a b

Les coefficients Amn étant déterminés, la solution de l'équation de Lagrange est ainsi définie
par (4.4) et on peut en déduire ensuite les expressions des efforts intérieures par dérivation
conformément aux relations indiquées au chapitre précédent. Les formules des efforts intérieures
exprimées au moyen des coefficients Amn deviennent :

 Les moments de flexion et de torsion :


 ∂2w ∂2w  π2 ∞ ∞
M x ( x , y ) = − D  2 + ν 2  = D 2 ∑ ∑ Amn m 2 + ν α 2 n 2 sin ( m πx
)
sin
nπ y
(4.13)
 ∂x ∂y  a m =1 n=1 a b
 ∂2w
M y (x , y) = − D  2 + ν
∂2w 
2 
π2 ∞ ∞
(
= D 2 ∑ ∑ Amn ν m 2 + α 2 n 2 sin
m πx
)
sin
nπ y
(4.14)
 ∂y ∂x  a m =1 n=1 a b
 ∂2w  π 2 (1 − ν ) ∞ ∞ m πx n πy
M xy ( x , y ) = − D (1 − ν )   = −D ∑ ∑ Amn m n cos cos (4.15)
 ∂ x∂ y  ab m =1 n=1 a b

 Les efforts tranchants :

Qx (x , y ) = − D 
 ∂ 3w ∂ 3w  π3 ∞ ∞
(
+ 3  = D 3 ∑ ∑ Amn m 3 + α 2 m n 2 cos )
m πx
sin
nπ y
(4.16)
 ∂ x∂ y ∂x 
2
a m =1 n=1 a b
 ∂ 3w ∂ 3w  π3 ∞ ∞
Q y ( x , y ) = − D  2 + 3  = D 2 ∑ ∑ Amn m 2 n + α 2 n 3 sin ( )
m πx
cos
nπ y
(4.17)
 ∂x ∂y ∂y  a b m =1 n=1 a b
Bmn a 4 m πx nπ y
où Amn = =
4 a b
∫ ∫ ( ) α =
a
( )2
, Bmn q x , y sin sin dx dy et
Dπ 4 m 2 + α 2 n 2 ab 0 0 a b b

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -3-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

Dans ces formules, les efforts intérieures sont exprimées au moyen des coefficients Amn . Elles
peuvent être également exprimées en fonction des coefficients Bmn grâce à l’équation (4.11) comme
suit :

 Les moments de flexion et de torsion :

M x (x , y) =
a2
∑∑
∞ ∞
( m + ν α n ) sin mπx sin nπy
2 2 2

(m + α n )
Bmn (4.13bis)
π2 m =1 n=1
2 2 a 2 2
b

M y (x , y) =
a2
∑∑
∞ ∞
(ν m + α n ) sin mπx sin nπy
2 2 2

(m + α n )
Bmn (4.14bis)
π2 m =1 n=1
2 2 a 2 2
b

(x , y) = − (1 −ν ) a3 ∞ ∞
mn m πx nπ y
∑∑
(m )
M xy Bmn cos cos (4.15bis)
π b 2
m =1 n=1
2
+α2 n 2 2 a b

 Les efforts tranchants :

Qx (x , y ) =
a ∞
∑∑

( m + α m n ) cos mπx sin nπy
3 2 2
(4.16bis)
(m + α n )
Bmn
π m = 1 n= 1
2 2 a 2 2b

Qy (x , y) =
a2
∑∑
∞ ∞
( m n + α n ) sin mπx cos nπy
2 2 3

(m + α n )
Bmn (4.17bis)
πb m =1 n=1
2 a
2 2 2
b
m πx nπy
∫0 ∫0 q( x , y ) sin a
4 a b a
où, Bmn = sin dx dy et α =
ab b b

Q x (x,0) = 0 , Q x (x, b ) = 0 Q y (0, y ) = 0 , Q y (a , y ) = 0


Remarques :   et 
Q x (0, y ) ≠ 0 , Q x (a , y ) ≠ 0 Q y (x,0) ≠ 0 , Q y (x, b ) ≠ 0
 Les moments de torsion Mxy ne sont pas nuls sur les bords (appui simple).

Les réactions aux appuis :

 ∂ M xy   ∂ 3w ∂ 3w  x=0
Rx = ±  Q x + 
 = ∓ D  + ( 2 − ν )  pour ,0 ≤ y ≤ b
 ∂ y  x =0 ∂ x
3
∂ x∂ y  x =0
2
x=a
x=a x=a
(4.18)
 ∂ M xy   ∂3w ∂ 3w  y=0
R y = ±  Q y +  = ∓ D  + ( 2 − ν )  pour ,0 ≤ x ≤ a
 ∂ y  y = 0  ∂ y 3
∂ x 2
∂ y  y = 0 y = a
y =b y =b

En remplaçant w par son expression (4.4), on obtient :

∞ ∞
π3  m 3 + ( 2 − ν ) α2mn2  sin nπy pour 0 ≤ y ≤ b
Rx = D
a3
∑ ∑ A mn   b
m =1 n=1
(4.19)
∞ ∞
π3 mπx
Ry = D A mn  α2 n 3 + ( 2 − ν ) m2 n  sin
∑ ∑ pour 0 ≤ x ≤ a
a2 b m = 1 n = 1 a

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -4-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

4.3. PLAQUES RECTANGULAIRES AYANT DEUX BORDS OPPOSES SIMPLEMENT APPUYEES


SOLUTION DE M. LEVY

On considère la plaque reposant sur appui o x


simple le long des deux bords opposés x = 0 et x = a
et les deux autres bords y = 0 et y = b étant appuyés q(x,y) b
d’une manière quelconque (voir la figure 4.2).
On suppose que la plaque est soumise à une charge
surfacique quelconque q(x,y). a
M. Lévy représente la fonction w(x,y) sous la
y
forme d’une série trigonométrique Figure 4.2
Schéma d'une plaque rectangulaire

mπ x
w (x , y) = ∑ Ym ( y ) sin (4.20)
simplement appuyée sur les deux bords
m=1 a opposés parallèles à l’axe (Oy)
soumise à une charge q(x,y)
où Ym sont des fonctions à une seule variable y.

Par suite, chaque terme de la série satisfait aux conditions aux limites sur les bords x = 0 et
x = a s’écrivant comme suit :
∂2w
w = 0 , 2 = 0 pour x = 0 et x = a (∀ y)
∂x

Il reste à déterminer les fonctions Ym pour qu’elles satisfassent à l’équation de la surface


fléchie (équation de Lagrange) et aussi aux conditions aux limites sur les bords y = 0 et y = b.

En substituant l’expression de w (4.20) dans l’équation (4.1), on trouve :

∑ (YmIV − 2 α m2 Ym′′ + α m4 Ym ) sinα m x = q( x , y )




D où α m = (4.21)
m =1 a

L’expression (4.21) peut être écrite sous la forme suivante :


q( x , y )
∑ Bm ( y ) sinα m x = (4.22)
m =1 D

où Bm ( y ) = YmIV − 2 α m2 Ym′′ + α m4 Ym (4.23)

Pour calculer Bm(y), on multiplie les deux termes de (4.22) par ( sinαmx dx ) pour intégrer par
la suite et obtenir l’expression suivante :

Bm ( y ) = ∫0 q( x , y ) sinα m x dx
2 a
(4.24)
Da

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -5-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

En remplaçant l’expression (4.24) de Bm(y) dans l’équation (4.23), on obtient une équation
différentielle non homogène. La solution générale de cette équation est de la forme :

Ym ( y ) = Am chα m y + Bm shα m y + C m ychα m y + Dm yshα m y + Ym ( y ) (4.25)


où Ym ( y ) est une solution particulière de l’équation (4.23)

Les constantes d’intégration Am, Bm, Cm et Dm sont déterminées à partir des conditions aux
limites sur les bords y = 0 et y = b.
 w ( x ,0 ) = 0 Ym (0 ) = 0
 Bord y = 0 simplement appuyé :  ⇒ (4.26)
 M y ( x ,0 ) = 0 Ym′′ (0 ) = 0


 w ( x ,0 ) = 0
 Ym (0 ) = 0
 Bord y = 0 encastré :  ⇒ (4.27)
  ∂w  Ym′ (0 ) = 0
  =0
  ∂y  y =0

 M y ( x ,0 ) = 0 Ym′′ (0 ) − ν α m2 Ym (0 ) = 0
 Bord y = 0 libre :  * ⇒ (4.28)
 Q y ( x ,0 ) = 0 Ym′′′(0 ) − (2 − ν )α m2 Ym′ (0 ) = 0

Les efforts intérieurs :

 Les moments de flexion et de torsion :

∑ (ν Ym′′ −α m2 Ym ) sinα m x

M x (x , y) = − D (4.29)
m =1

∑ (Ym′′ −ν α m2 Ym ) sinα m x

M y (x , y) = − D (4.30)
m =1

M xy ( x , y ) = − D (1 − ν ) ∑ α m Ym′ cos α m x (4.31)
m =1

 Les efforts tranchants :

∑ α m (Ym′′ − α m2 Ym ) cos α m x

Qx ( x , y ) = − D (4.32)
m =1

∑ (Ym′′′ − α m2 Ym′ ) sinα m x



Qy (x , y) = − D (4.33)
m=1

∑ α m [ (2 − ν )Ym′′ − α m3 Ym ] cosα m x

Q*x ( x , y ) = − D (4.34)
m =1

∑ [Ym′′′ − (2 − ν )α m2 Ym′ ] sinα m x



Q*y ( x , y ) = − D (4.35)
m =1

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -6-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

Remarques :

 Dans le cas particulier d’une plaque rectangulaire en appui simple sur tout son contour, on
peut mettre w(x,y) indifféremment sous les deux formes suivantes :



1 ère
forme de w : w ( x , y ) = ∑ Ym ( y ) sinα m x où α m = (4.36a)
m=1 a



2 ème
forme de w : w ( x , y ) = ∑ X m ( x ) sin β m y où βm = (4.36b)
m =1 b

Navier a proposé une forme symétrique en adoptant la série trigonométrique double :

∞ ∞
mπ nπ
3ème forme de w : w ( x , y ) = ∑ ∑ Amn sinα m x sin β n y où α m = et β n = (4.36c)
m = 1n = 1 a b

 Le cas d’une plaque sollicitée par une force concentrée Q en un point quelconque M0(x0,y0)
peut être résolu avec la solution de Navier. on peut montrer que les coefficients Bmn de la série
représentative de la charge q(x,y) sont exprimés de la manière suivante :

4Q mπ nπ
Bmn = sin x0 sin y0 (4.37)
ab a b

4.4. PLAQUES RECTANGULAIRES SUR FONDATION ELASTIQUE

On considère une plaque reposant sur


un sol élastique schématisée sur la figure 4.3. x
q(x,y)
b
Hypothèse : modèle de Winkler
L’intensité de la réaction p(x,y), en un point
quelconque M(x,y) de cette plaque, est
p(x,y)
proportionnelle à la flèche w(x,y) en ce
y
même point M.
a

p (x , y ) = k w( x , y ) (4.38)
Figure 4.3
k étant le module de la fondation Plaque rectangulaire reposant sur un sol
élastique soumise à une charge q(x,y).
 L’équation de la flèche (Lagrange) :

∂ 4w ∂ 4w ∂ 4w q k w
+ 2 + = − (4.39)
∂ x4 ∂ x 2∂ y 2 ∂ y 4 D D
où q est l’intensité de la charge transversale.

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -7-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

 Solution de Navier : plaque à 4 bords en appui simple

∞ ∞
mπ x nπ y
 La flèche : w (x , y) = ∑ ∑ Amn sin sin (4.40)
m = 1 n= 1 a b

 La série représentative de la distribution de la charge donnée :

∞ ∞
mπ x nπ y
q (x , y) = ∑ ∑ Bmn sin sin (4.41)
m = 1 n= 1 a b

 La série représentative de la réaction du terrain d’assise :

∞ ∞
mπ x nπ y
p ( x , y ) = k w(x , y ) = ∑ ∑ k Amn sin sin (4.42)
m =1 n=1 a b

En substituant les séries (4.40) de w, (4.41) de q et (4.42) de p dans l’équation de la flèche


(4.39), on obtient :
Bmn a 4
 Amn =
( ) +k
2 (4.43)
Dπ 4 m 2 + α 2 n 2

où Bmn se calculent à l’aide de la relation (4.10)

Enfin, les efforts intérieurs sont aisément calculés à l’aide des formules (4.13) ÷ (4.17).

 Solution de Lévy : plaque ayant 2 bords opposés simplement appuyés


mπ x
 La flèche : w (x , y) = ∑ Ym ( y ) sin (4.44)
m =1 a

En remplaçant (4.44) dans (4.39), on obtient :

 k
 YmIV ( y ) − 2 α m2 Ym′′ ( y ) +  α m4 +  Ym ( y ) = Bm ( y ) (4.45)
 D

où Bm (y) se déterminent par (4.24).

La solution de cette équation s’écrit : Ym ( y ) = Ym ( y ) + Ym ( y )


hom
(4.46)

où Ym ( y ) est la solution particulière,


et Ymhom ( y ) est la solution de l’équation homogène :

 k
YmIV ( y ) − 2 α m2 Ym′′ ( y ) +  α m4 +  Ym ( y ) = 0 (4.47)
 D

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -8-


MME KAMMOUN IMEN
COURS DE PLAQUES ET COQUES CHAPITRE 4

Posons :
mπ k
αm = et = λ4 (4.48)
a D
2 β m2 = α m4 + λ4 + α m2 et 2 γ m2 = α m4 + λ4 − α m2 (4.49)

 La solution de l’équation différentielle homogène est sous la forme e r y .


On obtient pour r les 4 racines suivantes : β + iγ , − β + iγ , β − iγ et − β − iγ .

 Les 4 solutions indépendantes de l’équation homogène (4.47) sont :

e β m y cos γ m y , e − β m y cos γ m y , e β m y sin γ m y et e − β m y sin γ m y (4.50)

qui peuvent aussi s’écrire :

ch β m y cos γ m y , sh β m y cos γ m y , ch β m y sin γ m y et sh β m y sin γ m y (4.51)

On obtient finalement :

Ymhom ( y ) = Am ch β m y cos γ m y + Bm ch β m y sin γ m y +


(4.52)
+ C m sh β m y cos γ m y + Dm sh β m y sin γ m y

Les quatre constantes d’intégration Am, Bm, Cm et Dm sont choisie de façon à satisfaire aux
conditions aux limites. En substituant ces constantes dans (4.44), on obtient la flèche de la plaque.
Les valeurs des efforts intérieurs se déterminent à l’aide de (4.29) ÷ (4.35).

ENIS, GC2 ENSEIGNANTS : MR BEN JEMAA FAHMI -9-


MME KAMMOUN IMEN

Vous aimerez peut-être aussi