Vous êtes sur la page 1sur 2

Compte rendu TP soudage

Le soudage est un moyen d’assemblage permanent. Il assure la continuité de la matière à assembler.

Deux types de soudage sont à distinguer :

- Le soudage autogène : assemblage de deux pièces de métal de même nature par fusion de ces pièces et en
ajoutant un métal d’apport de même nature ou de qualité supérieure.
- Le soudage hétérogène : le métal utilisé pour la soudure est différent de celui des pièces à assembler

Sécurité : habit de cuir, lunette de sécurité, masque de soudage, gants

Au cours de ce TP, nous avons abordé 4 types de soudure différents.

1- LE POSTE OXY-ACETYLENIQUE

Définition  : soudage par une flamme obtenue après combustion d’un mélange d’acétylène et d’oxygène. Lors
d’une soudure autogène le métal d’apport est amené sous forme de baguette. Par cette technique nous
pouvons aussi obtenir des soudures hétérogènes

Il était important de commencer par faire des points de soudure qui permet de limiter les mouvements de la
pièce lors du soudage. Pour cela un ordre de pointage est à respecter. La distance entre chaque point doit être
de dix fois l’épaisseur de la matière.

Manipulation :
- La première manipulation a consisté au soudage de deux plaques de même matériau sans métal d’apport.
Ensuite il ne faut pas oublier de faire les points de fusions comme indiqué ci dessus. Pour la soudure en elle
même, il faut approcher le dard de la flamme proche du métal et attendre la fusion du métal. Il faut, sans se
précipiter, faire avancer le métal en fusion pour continuer la soudure. Le dard ne doit pas toucher le métal
au risque de le trouer.
- La deuxième manipulation consistait à souder deux pièces de même matière cependant cette fois avec métal
d’apport. Cette méthode implique l’usage des deux mains (une pour le chalumeau, une pour la baguette de
métal)

Avis sur cette méthode de soudage  : Le chalumeau dégagé un peu de chaleur mais cette manipulation était
intéressante. Il était cependant difficile de réaliser une soudure sans trop de défaut surtout dans la deuxième
manipulation avec métal d’apport où l’usage des deux mains était nécessaire. En effet étant droitière, mes
gestes étaient moins sûr de la main gauche.

2- SOUDURE ARC ELECTRIQUE ELECTRODE ENROBEE

Définition  : Pour ce type de soudage, la température de soudage est générée par l'arc électrique entre deux
électrodes que constituent la pièce à souder et la baguette de métal d'apport où le métal fondu est protégé par
un laitier.

Manipulation  : De la même façon que précédemment il faut penser à réaliser les points de soudure avant le
début du soudage : pour le premier point (celui du milieu) on bouge l’électrode enrobé de droite à gauche afin
de créer une liaison entre les deux plaques à souder, on effectue ensuite deux points : un à droite l’autre à
gauche du premier point de soudure. Pour la soudure en elle même il s’agit de déplacer l’électrode enrobée de
la zone à souder puis de la déplacer le long de la soudure. Le bras doit décrire une parabole car l’électrode est
consommée pendant la soudure.
Avis sur cette méthode de soudage  : cette méthode est celle que j’ai le moins aimé car la soudure n’était pas
facile à obtenir et le mouvement n’était pas évident à obtenir. De plus il est nécessaire de changer de
nombreuses fois l’électrode et de décrasser le laitier.

3- SOUDAGE A L’ARC ELECTRIQUE PROCEDE MAG

Définition : Ce type de soudage met en jeu un arc électrique fourni par un générateur qui dégage une
énergie calorifique ceci sous protection gazeuse.
MAG : pour Métal Acti Gas lorsque le gaz employé est un gaz actif (comme le CO2)

Manipulation : Le métal apporté pour la soudure provient d’une bobine de fil qui se déroule au fur et à
mesure de l’opération. Il est aussi nécessaire d’effectuer des points de soudure avant tout
commencement de l’opération. L’avance de la soudure peut se faire soit pas tirage soit par poussée
(dans le cas de la poussée le bras droit peur accompagner le bras gauche pour faciliter la soudure).

Avis sur cette méthode de soudage : cette méthode de soudage était la plus agréable à effectuer du
fait de son geste plus simple (tirage ou poussée). De plus il était possible de montrer des talents
d’artistes cachés….

4- SOUDAGE ELECTRIQUE PAR RESISTANCE PAR POINT

Nous n’avons pas manipulé nous même ce type de soudage mais il nous a été seulement présenté.

Définition : Le soudage est réalisé par la combinaison d'une forte intensité électrique et d'une pression
ponctuelle, le point de contact est échauffé grâce à l’effet Joule qui créé un noyau de métal fondu entre
les deux plaques.

5- CONTROLE DES SOUDURES

Contrôle des soudures essais non destructifs


- Etude du cordon de soudure  : il faut porter une attention particulière à l’aspect extérieur du cordon
de soudure et savoir repérer une soudure de bonne qualité (esthétique, pas trop bombée, sans
soufflures ou caniveaux…)
- Contrôle par ressuage : on traite le cordon de soudure avec un liquide pénétrant puis on élimine ce
liquide avec un solvant (le liquide reste dans les parties en défaut) ; on peut ensuite révéler les
défauts grâce à un révélateur comme le talc blanc absorbant qui se colore en rouge à l’endroit du
défaut.
- Contrôle par radiographie ou gammagraphie principe
- Contrôle par ultrasons : même principe que pour une échographie

Contrôle des soudures par essais destructifs


- On effectue des essais mécaniques sur les pièces soudées

CONCLUSION

J’ai trouvé ce TP intéressant d’un point de vue pratique et théorique. J’ai beaucoup apprécié les
manipulations peu communes. Ce ci m’a permit d’en savoir plus dans le domaine de soudure, domaine
inconnue pour moi avant.