Vous êtes sur la page 1sur 20

THEME N° 30 : LES MARCHES PUBLICS

Note Introductive
 La commande publique se présente comme un véritable levier de l’activité économique du pays
et de son potentiel de croissance.
 la commande publique est évaluée à environ 186 MMD en 2014 dont 20% réservée à la PME ;
 Les secteurs de BTP et de l’ingénierie réalisent plus de 75% de leur chiffre d’affaires dans le cadre
des marchés publics.

Définitions
 Marché public : -régie par le Décret n°2-12-349 du 20 mars 2013 Relatif aux marchés publics-
est un contrat à titre onéreux conclu entre un acheteur public et un entrepreneur, fournisseur
ou prestataire de services en vue de l’exécution de travaux, la livraison de fournitures ou la
réalisation de prestations de services. C'est donc un contrat écrit dont les cahiers des charges
précisent les conditions dans lequel le marché est lancé.
 le décret fixe les conditions et les formes de passation des Marchés publics pour le compte de
l’État, les Etablissements Publics (l'article 19 de la loi n° 69-00) et pour les Collectivités
Territoriales ;
 les dispositions dudit décret ne s’appliquent pas
 aux conventions et contrats de droit commun selon les règles du droit commun ;
 les contrats de gestion déléguée de services publics ;
 la cession de biens ou de prestations effectuées entre services publics ;
 aux marchés passés dans le cadre de conventions conclus par la Maroc avec des
organismes internationaux ou des états étrangers.
 Les cahiers des charges :
 les cahiers des clauses administratives générales (CCAG) :
 ils fixent les disposions administratives applicables à tous les marchés ;
 à chaque catégorie de prestation (travaux ; fourniture ou service) s'applique un CCAG
spécifique applicable pour chaque type de prestation ;
 en cas d'absence de CCAG propre à une prestation, le Maître d'ouvrage doit se référer au
CCAG le plus adapté ;
 en cas de marché comportant plusieurs catégories de prestations le CCAG à retenir est celui
applicable à la prestation prépondérante.
 les cahiers des prescriptions communes (CPC) :
 les CPC fixent les dispositions techniques applicables à tous les marchés portant sur une
même nature de travaux, de fournitures ou de services ou à tous les marchés passés par
un département ministériel ;
 un CPC propre à un département, peut être étendu à un autre département par arrête pris
par le ministre concerné.
 les cahiers des prescriptions spéciales (CPS) :
 ils fixent les clauses propre à chaque marché ;
 ils comportent la référence aux textes généraux applicables (décret relatif aux marchés
publics, CCAG, CPC) ;
 ils indiquent, le cas échéant, les articles auxquels il est éventuellement dérogé le décret,
CCAG, CPC...
 Le règlement de consultation :
Un document propre à chaque appel d’offres, il contient :
 la liste des pièces à fournir par les concurrents ;
 les critères d’admissibilité des concurrents :
 les critères doivent être objectifs, non discriminatoires et non disproportionnés par rapport
à la consistance des prestations et doivent avoir un lien direct avec l'objet du marché à
conclure ;
 les critères d’admissibilité des concurrents peuvent être assortis de coefficients de
pondération. Cette pondération ne doit en aucun cas être un moyen pour restreindre la
concurrence ;
 les critères d’admissibilité des concurrents prennent en compte notamment les garanties et
capacités juridiques, techniques et financières et les références professionnelles des
concurrents, le cas échéant.
 les critères d’attribution du marché :
 pour les marchés des travaux : le seul critère, après admission des concurrents, est le prix
proposé ;
 pour les marchés des fournitures : le seul critère est le prix proposé, pour les fournitures
induisant un coût d’utilisation et/ou de maintenance, le critère est le prix global
combinant le prix d’acquisition avec le coût d’utilisation et/ou de maintenance
pendant une durée déterminée ;
 pour les marchés des services : le seul critère est le prix proposé, lorsque le marché porte
sur des prestations autres que les études, pour les marchés d’études, l’attribution du
marché est effectuée sur la base de l’offre économiquement avantageuse.
 le nombre minimum ou maximum des lots pouvant être souscrits par un même concurrent, et le
mode d’attribution des lots (dans le cas d’un marché alloti) ;
 la ou les monnaies dans lesquelles le prix des offres doit être formulé et exprimé ;
 la ou les langues dans lesquelles doivent être établies les pièces contenues dans les dossiers.

Les Principes Fondamentaux des Marchés Publics


La passation des marchés publics obéit aux principes suivants :
 La liberté d'accès à la commande publique ;
 L'égalité de traitement des concurrents ;
 La garantie des droits des concurrents ;
 La transparence dans les choix du maître d'ouvrage
 Elle obéit également aux règles de bonne gouvernance ;
 La passation des marchés publics prend en considération le respect de l'environnement et les
objectifs du développement durable.
Ces principes permettent d'assurer l'efficacité de la commande publique et la bonne utilisation des
deniers publics.
Ce qui exige une définition préalable des besoins de l'administration, le respect des obligations de
publicité et de mise en concurrence et le choix de l'offre économiquement la plus avantageuse.

Types de Marchés selon la Nature de Prestations


 Marchés de travaux :
 les travaux de construction, la reconstruction, la démolition, la réparation, la rénovation,
l’aménagement et l’entretien d'un bâtiment, d'un ouvrage ou d'une structure ;
 les travaux de reboisements ;
 les prestations accessoires aux travaux.
 Marchés de fournitures :
 achat de fournitures courantes ou bien non-courantes ou location avec option d’achat de
produits ou de matériels ;
 accessoirement des travaux de pose et d'installation.
 Marché de services :
 prestations d'études et de maîtrise d'œuvre qui comportent le cas échéant, des obligations
spécifiques liées à la notion de propriété intellectuelle ;
 services courants : la réalisation de services pouvant être fournis sans spécifications techniques
particulières exigées par le maître d'ouvrage ;
 prestations d’assistance au maître d’ouvrage ;
 les prestations de formation ;
 prestations architecturales ;
 de prestations de laboratoires de bâtiment et travaux publics relatives aux essais, contrôles de
qualité des matériaux et essais géotechniques
 les prestations d'entretien et de maintenance.

Types de Marchés selon le Mode d’Exécution


 Marchés cadre :
 la quantification et le rythme d'exécution d'une prestation, ayant un caractère prévisible et
permanent, ne peuvent être entièrement déterminés à l'avance ;
 porte sur le minimum et le maximum des prestations, arrêtés en valeur ou en quantité,
susceptibles d'être commandés au cours d'une période déterminée n'excédant pas l’année en
cours de leur passation ;
 l’exécution de ce marché est limitée entre 3 ou 5 ans, selon la nature de la prestation.
 Marché reconductible :
 les quantités peuvent être déterminées, à l'avance par le maître d'ouvrage (contrairement au
marché cadre) et présentent un caractère prévisible, répétitif et permanent ;
 l’exécution de ce marché est limitée entre 3 ou 5 ans, selon la nature de la prestation.
 Marchés allotis :
 les travaux, fournitures ou services peuvent faire l'objet d'un marché unique ou d'un marché
alloti, des avantages financiers ou techniques qu’il procure ;
 pour encourager la participation des petites et moyennes entreprises ;
 pour l’attribution des lots, le maître d’ouvrage procède :
 soit à l’ouverture, à l’examen des offres de chaque lot et à l’attribution des lots, lot par lot,
dans l’ordre de leur énumération dans le dossier d’appel d’offres ;
 soit à l’ouverture et à l’examen de l’ensemble des offres et d’attribuer les lots sur la base de
la meilleure combinaison des offres permettant au maître d’ouvrage de retenir l’offre
globale la plus avantageuse pour l’ensemble des lots.
 Marchés à tranches conditionnelles
 c’est un marché pour lequel il est prévu :
 une tranche ferme couverte par les crédits disponibles et que le titulaire est certain de
réaliser ;
 une ou plusieurs tranches conditionnelles dont l'exécution est subordonnée, d’une part, à
la disponibilité des crédits et, d'autre part, à la notification d'un ou plusieurs ordres de
service prescrivant son (ou leur) exécution, dans les délais prévus par le marché.
 Marchés de conception-réalisation :
 un marché unique qui porte à la fois sur la conception du projet et l’exécution des travaux, ou
sur la conception, la fourniture et la réalisation d’une installation complète ;
 lorsque la réalisation de projets d’infrastructure d’un type spécifique ou des prestations
particulières nécessitent des procédés spéciaux et des processus de fabrication étroitement
intégrés et exigeant dès le départ l’association du concepteur et du réalisateur de la
prestation ;
 les marchés de conception-réalisation sont passés par voie de concours ;
 autorisation préalable du Chef du gouvernement après avis de la commission de la commande
publique.

Types de Marchés selon le Prix Pratiqué


 Marchés à prix unitaires :
 les prestations sont décomposées, sur la base d'un détail estimatif établi par le maître
d'ouvrage, en différents postes avec indication pour chacun d'eux du prix unitaire proposé.
 Marchés à prix global :
 un prix forfaitaire couvre l'ensemble des prestations qui font l'objet du marché ;
 ce prix forfaitaire est calculé, sur la base de la décomposition du montant global ;
 chacun des postes de la décomposition est affecté d'un prix forfaitaire.
 Marchés à prix mixte :
 les prestations sont rémunérées en partie sur la base d'un prix global et en partie sur la base de
prix unitaires.
 Marchés à prix au pourcentage :
 le prix de la prestation est fixé par un taux à appliquer au montant hors taxes des travaux
réellement exécutés et régulièrement constatés pour les prestations architecturales.

Les Principaux Intervenants dans les Marchés Publics


 L’administration :
 Maître d'ouvrage : autorité qui au nom de l’un des organismes publics (Etat, Collectivité
Territoriale, ou Etablissement Public) passe le marché avec l'entrepreneur, le fournisseur ou le
prestataire de services ;
 Signataire au nom du maître d’ouvrage : l’ordonnateur, son délégué ou le sous ordonnateur
désigné conformément à la réglementation en vigueur ;
 Maître d'ouvrage délégué : administration publique, établissement public, société d’Etat ou
filiale publique auxquels sont confiées certaines missions du maître d'ouvrage ;
 Autorité compétente : l'ordonnateur ou la personne déléguée par lui pour approuver le
marché ou toute autre personne habilitée à cet effet par un texte législatif ou réglementaire.
 Prestataire : entrepreneur, fournisseur ou prestataire de services
 Concurrent : toute personne physique ou morale qui propose une offre en vue de la conclusion
d'un marché ;
 Groupement : deux ou plusieurs concurrents qui souscrivent un engagement unique en vue de
la conclusion d'un marché ;
 Attributaire : concurrent dont l'offre a été retenue avant la notification de l'approbation du
marché ;
 Titulaire : attributaire auquel l'approbation (par l’Autorité compétente) du marché a été
notifiée.
 Entités de contrôle (Thème n° 25)
 La Trésorerie Générale du Royaume :
 contrôle de régularité ;
 contrôle de validité.
 Les Inspections :
 Inspection Générale des Finances ;
 Inspection Générale de l’Administration Territoriale ;
 Inspection Générale de Ministère.
 La Cour des Comptes.
NB : De ce que précède, la commission d’ouverture des plis -désignée par l’ordonnateur, son délégué ou
le sous-ordonnateur- (les offres des concurrents) se compose de :
 Un représentant du maître d’ouvrage : c’est le Président de la commission (ou son suppléant) ;
 Deux autres représentants du maître d’ouvrage : dont un au moins relevant du service
concerné par la prestation ;
 Un représentant de la Trésorerie Générale du Royaume ;
 Un représentant du ministère chargé des finances : si l’estimation est Supérieure à 50 MDH
TTC.
La présence des membres susmentionnés est obligatoire pour tenir la séance d’ouverture des plis.
Toutefois il peut être invité tout autre technicien ou expert en relation avec la nature de prestation. A
préciser que leurs présence est facultative.

Les Modes de Passation des Marchés Publics


 Appel d’offres :
 appel d’offres ouvert : tout concurrent peut obtenir le dossier de consultation et présenter sa
candidature ;
 appel d’offres restreint :
 les concurrents que le maitre d’ouvrage a décidé de consulter, seuls peuvent remettre leurs
offres ;
 pour les marchés dont le montant est inférieur à 2 MDH TTC ;
 consulter au moins trois concurrents.
 appel d’offres avec présélection : les concurrents présentant des capacités suffisantes,
notamment du point de vue technique et financier sont autorisés à présenter leurs offres, et c’est
après avis d'une commission d'admission.
 Concours :
Le concours met en compétition des concurrents, sur la base d’un programme, pour la réalisation
d’une prestation nécessitant des recherches particulières d'ordre technique, esthétique ou
financier.
 Prestations sur bons de commande
 consulter, par écrit, au moins trois concurrents et de le justifier par au moins trois devis
contradictoires présentés par les concurrents intéressés ;
 l'acquisition de fournitures et la réalisation de travaux ou services dans la limite de 200.000 DH
TTC (500.000 DH TTC pour l’Administration de la Défense Nationale), par année
budgétaire, par type de budget en fonction de chaque ordonnateur et sous ordonnateur et
selon les prestations de même nature ;
 la liste des prestations est prévue par l’annexe 4 du décret des marchés publics ;
 Prestations architecturales :
 La consultation architecturale :
 permet au maitre d’ouvrage de choisir, après mise en compétition ouverte à tous les
architectes, sur la base d’un programme de la consultation architecturale et après avis du
jury de la consultation, l’architecte ayant présenté l’offre la plus avantageuse ;
 pour les projets dont le budget global prévisionnel des travaux est < 20 MDH HT.
 Le concours architectural :
 met en compétition des architectes, sur la base d’un programme de concours, et qui permet
au maitre d’ouvrage, après avis du jury de concours, de choisir la conception d’un projet et
de confier, à son auteur, par la suite le suivi et le contrôle de son exécution et de primer les
auteurs des projets les mieux classés ;
 pour les projets dont le budget global prévisionnel des travaux relatifs au projet est ≥20
MDH HT.
 La consultation architecturale négociée :
 permet au maître d'ouvrage de négocier les conditions du contrat avec un ou plusieurs
architectes ;
 Négocié :
La procédure négociée permet au maître d'ouvrage de négocier les conditions du marché avec un
ou plusieurs concurrents dans les conditions suivantes :
 pour des nécessités techniques ;
 pour les nécessités de la défense nationale ou de la sécurité publique exigent qu'elles soient
secrètes ;
 la fabrication est exclusivement réservée à des porteurs de brevets d'invention ;
 extrême urgence impérieuse résultant de circonstances imprévisibles ;
 les prestations urgentes qui intéressent la défense du territoire ;
 la sécurité de la population ou la sécurité des circulations routières, aériennes ou maritimes
 l’organisation de cérémonies ou visites officielles
 parmi les motifs de recours à la procédure négociée :
 aucune offre n’a été présentée ou déposée ;
 aucun concurrent n'a été retenu à l'issue de l'examen des dossiers administratifs et
techniques ;
 aucun concurrent n'a été retenu à l'issue de l'examen de l'offre technique ou des
échantillons ;
 aucun concurrent n’a été retenu à l’issu de l’examen de l’offre financière ;
 aucune des offres ne lui paraît acceptable au regard des dispositions du décret des marchés
publics et des critères fixés au règlement de la consultation
 la déclaration de l’appel d’offres infructueux pour le motif « aucune offre n’a été
présentée ou déposée » ne peut justifier le recours à la procédure négociée que dans le
cas où, cet appel d’offres a été lancé une deuxième fois et a été aussi déclaré infructueux.

Publication
 Le programme prévisionnel des marchés :
 Le maître d'ouvrage est tenu de publier le programme prévisionnel des marchés au début de
chaque année budgétaire et au plus tard avant la fin du premier trimestre, dans un journal à
diffusion nationale au moins et dans le portail des marchés publics ;
 Le maître d'ouvrage doit afficher le programme prévisionnel des marchés dans ses locaux
pendant une durée de 30 jours au moins ;
 Des programmes prévisionnels modificatifs ou complémentaires peuvent être publiés
ultérieurement à cette date ;
 Le programme prévisionnel doit contenir :
 l'indication de l'objet de l'appel à la concurrence ;
 la nature de la prestation ;
 le lieu d'exécution ;
 le mode de passation ;
 la période prévisionnelle de la publication de l'avis d'appel à la concurrence des marchés.
 Durée de publication d’un appel d’offres :
L’appel d’offres devra être publié par le maitre d’ouvrage au minimum dans deux journaux à diffusion
nationale choisis par le maître d’ouvrage, dont l’un de ces journaux doit être en langue arabe et l’autre
en langue étrangère.
L’appel d’offres devra être publié aussi au niveau du Portail Marocain des Marchés Public.
La durée de publicité est de :
 21 jours entre la date de publication de l’appel d’offres et la date d’ouverture des plis ;
 40 jours entre la date de publication de l’appel d’offres et la date d’ouverture des plis, si :
 les marchés des travaux dont le montant est supérieur à 65 MDH HT, pour les marchés
passés par l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics ;
 les marchés des fournitures et de services, dont le montant est supérieur à 1 ,7 MDH
HT, pour les marchés passés par l’Etat ;
 les marchés des fournitures et de services, dont le montant est supérieur à 4,6 MDH
HT, pour les marchés passés par les collectivités territoriales ;
 les marchés des fournitures et de services, dont le montant est supérieur à 8,7 MDH
HT, pour les marchés passés par les établissements publics.
La révision des prix
Tenir compte des variations économiques constatées entre la date d’établissement des prix unitaires
définis par le CPS et les dates d’expiration des délais fixés contractuellement pour l’achèvement de la
réalisation des prestations objet du marché.
On distingue entre des prix révisable dont s’applique la révision des prix lors de paiement et des prix
fermes, c’est-à-dire non révisable.
 Marché à prix révisable :
 les marchés de travaux ;
 Les marchés d’études dont le délai d’exécution est supérieur ou égal à 4 mois, si le maître
d’ouvrage a prévu que les prix sont révisables.
 Marché à prix ferme :
 les marchés de fournitures et de services autres que les études ;
 les marchés d’études dont le délai d’exécution est inférieur à 4 mois.
NB : lorsque l'exécution de la prestation doit être commencée alors que toutes les conditions
indispensables à la détermination d'un prix initial définitif ne sont pas réunies en raison de son
caractère urgent, alors on parle ici de marché à prix provisoire
Dématérialisations de la soumission aux marchés publics
La dématérialisation de la commande publique est un projet à cheval entre deux priorités nationales, Le
développement de l'administration électronique et la lutte contre la corruption.
 Composantes du portail marocain des marchés publics :
 fonctionnalités informationnelles et décisionnelles :
 publication des programmes prévisionnels, des avis de publicité, des dossiers d’appels à la
concurrence, des résultats, liste des sociétés exclues des marchés publics, rapports
d’achèvement… ;
 suivi de l’exécution de la dépense publique.
 fonctionnalités de dématérialisation :
 soumission électronique ;
 base de données fournisseurs ;
 achats groupés électroniques ;
 enchères électroniques.
 Le dépôt, le retrait, l’ouverture des plis et l’évaluation des offres des concurrents se font par voie
électronique via le portail des marchés publics (www.marchespublics.gov.ma) ;
 La réception électronique des offres était obligatoire et graduelle :
 à partir du 01.01.2015 pour les marchés ≥ 5 MDH HT ;
 à partir du 01.01.2016 pour les marchés ≥ 2 MDH HT ;
 à partir du 01.01.2017 pour tous les marchés.
Gouvernance
 Responsabilisation :
 rapport d’achèvement pour les marchés de plus de 1 MDH au plus tard 3 mois après la
réception définitive des prestations ;
 Contrôle et audit :
 tout marchés et avenants à l’initiative du ministre concerné ;
 les marchés de l’Etat et des établissements publics dont le montant est > 5 MDH ;
 les marchés des collectivités territoriales dont le montant est > 3 MDH ;
 les marchés négociés dont le montant est > 1 MDH.
 Lutte contre la corruption et les conflits d’intérêts :
 obligation pour tous les intervenants dans les procédures de passation des marchés, de garder
leur neutralité et indépendance vis-à-vis des concurrents ;
 interdiction de l’existence de conflits d’intérêts pour les membres des commissions d’appel
d’offres sous peine de nullité de la procédure
 Réserve et confidentialité :
 les intervenants dans les procédures de passation des marchés sont astreints au secret
professionnel pendant toute la phase de passation.
Mesures en faveur de la Petite et Moyenne Entreprise
 Obligation pour le maitre d’ouvrage de réserver 20% des dotations des marchés annuels à la PME ;
 Possibilité au maitre d’ouvrage de prévoir dans le CPS une clause obligeant le titulaire en cas de
sous-traitance de la confier à des entreprises installées au Maroc notamment des PME ;
 Confirmation de la préférence nationale ;
 Le recours à l’allotissement des marchés lorsqu’il peut encourager la PME ;
En outre, les P.M.E. doivent répondre aux conditions suivantes :
 Les entreprises existantes :
 avoir un effectif permanent ne dépassant pas 200 personnes ;
 avoir réalisé, au cours des deux derniers exercices, soit un chiffre d'affaires annuel hors taxes
n'excédant pas 75 MDH ;
 un total de bilan annuel n'excédant pas 50 MDH.
 Les entreprises nouvellement créées (moins de deux années) :
 engager un programme d'investissement initial global n'excédant pas 25 MDH ;
 respecter un ratio d'investissement par emploi de moins de 250.000 DH.