Vous êtes sur la page 1sur 95

Devoirs en MPSI 1 - 2000/2001

(corrigés)

Pierre L. Douillet

17 novembre 2016
2

Ces devoirs ont été donnés durant l’année 2000-2001 dans une classe de MPSI.
Table des matières

1 Triangle de Napoléon - Homographies 7


1.1 Triangle de Napoléon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2 Homographies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

2 ds1 : De tout un peu 11


2.1 Une transformation ponctuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2 Cercle de Nyquist . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.3 Construction de l’inverse d’un complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.4 Formules de Dirichlet et de Féjer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.5 Différence symétrique de deux ensembles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3 Théorème de la double injection 15


3.1 Premiers résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
3.2 Théorème de la double injection (Bernstein) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.2.1 Cas particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.2.2 Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.2.3 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

4 ds2 : Borne supérieure et suites réelles 19


4.1 Diamètre d’un ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.2 Récurrence homographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.3 Une autre suite récurrente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.4 Une suite récurrente double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

5 Suite récurrente quadratique 23


5.1 Résolution dans R. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.2 Vitesse de convergence pour u0 ∈ ] −1, 0 [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.3 Résolution pour z0 ∈ C lorsque |z0 | ≥ 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
√ √
5.4 Résolution dans le pavé −1 ≤ < (z) ≤ 0, − 2
3
≤ = (z) ≤ 2
3
. . . . . . . . . . . . . . 25

6 Polynômes de Legendre 27

7 ds3 : Dualité fonctionelle


Absolue monotonie 29
7.1 Exercice 8.3.13 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
7.2 Dualité fonctionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
7.2.1 Préliminaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
7.2.2 Dualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
7.3 Fonctions absolument monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

8 Polynômes de Laguerre 33

3
4 TABLE DES MATIÈRES

9 ds4 : Polynômes de Hermite 37


9.1 Exercice convexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
9.2 Polynômes de Hermite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
9.2.1 Relations de récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
9.2.2 Somme des carrés des racines d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

10 Misc. : morphisme ; analyse ; Douai 86 41


10.1 Morphisme de groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
10.2 Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
10.3 Mines de Douai 86 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

11 ds5 : Groupes ; polynômes de Bernoulli 45


11.1 Groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
11.2 DL et limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
11.3 Polynômes de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

12 Polynômes de Lagrange ; Bernoulli (2) 47


12.1 Polynômes de Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
12.2 Polynômes de Bernoulli (suite) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

13 ds6 : Commutant d’un projecteur 51


13.1 Problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
13.1.1 Un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
13.1.2 Une relation d’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
13.1.3 Projecteurs tels que f ◦ g − g ◦ f ∈ V ect (f, g). . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
13.2 Exercice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
13.2.1 Diagonalisation d’un endomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
13.2.2 Commutant d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

14 Suites de matrices ; matrices hamiltoniennes 57


14.1 Suites et séries dans Mn (R) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
14.2 Matrices hamiltoniennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

15 ds7 : Matrices et récurrences 61


15.1 Exercice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
15.2 Exercice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
15.3 Problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
15.3.1 Première partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
15.3.2 Deuxième partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

16 Transformation de Laplace
Polynômes de Laguerre 65
16.1 Transformation de Laplace et polynômes de Laguerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
16.1.1 Formule de Rodriguès pour les polynômes de Laguerre . . . . . . . . . . . . . 65
16.1.2 Relation de Parseval-Bessel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
16.1.3 Transformation de Laplace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

17 ds8 : Formule de Simpson - Intégrales elliptiques 69


17.1 Exercice 22.2.2-11 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
17.2 Une famille de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
17.3 Récurrence intégrale de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
17.3.1 Moyenne de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
17.3.2 Une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
TABLE DES MATIÈRES 5

18 Opérateurs quantiques dans C[X, Y ] 75


18.1 Opérateurs quantiques dans C [X, Y ]. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
18.1.1 Définition des opérateurs D et S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
18.1.2 Nombre quantique principal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
18.1.3 Exemples de vecteurs propres de S (n ≤ 3) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
18.1.4 Nombre quantique orbital . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
18.1.5 Polynômes harmoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

19 ds9 : Calcul d’intégrales par équations différentielles 79


19.1 Premier problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
19.2 Deuxième problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

20 dsA : Isométries ; minimisations 83


20.1 Isométries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
20.2 Un problème de minimisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
20.2.1 L’application ϕk . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
20.2.2 Étude préliminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
20.2.3 Interprétation de mk lorsque k ≤ n . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
20.2.4 Détermination de mk . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

21 coming soon 87

22 dsB : Sujet de révision 89


22.1 Exercice : suite récurrente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
22.2 Problème 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
22.2.1 Partie 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
22.2.2 Partie 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
22.3 Problème 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
22.3.1 Partie I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
22.3.2 Partie 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
6 TABLE DES MATIÈRES
Devoir № 1

Triangle de Napoléon - Homographies

1.1 Triangle de Napoléon.


1. Soient p1 , p2 , q1 , q2 ∈ C avec p1 6= p2 et q1 6= q2 . Existence, unicité, détermination de la
similitude σ : z → 7 α z + β telle que q1 = σ (p1 ) et q2 = σ (p2 ).

(a) Si σ existe, alors σ existe. Si σ est unique, alors σ est unique. Ne pas y passer 3 pages.
(b) Supposons l’existence de σ. On a alors q1 = α p1 + β et q2 = α p2 + β. On en déduit α =
q1 −q2
p1 −p2 (division possible, car p1 6= p2 et α 6= 0 car q1 6= q2 ), puis β = q1 − α p1 = q2 − α p2 .
Démontrant l’unicité (si existence).
(c) Il suffit alors de tester ces valeurs pour montrer l’existence, et donc l’unicité.

2. En déduire que la quantité s = tt23 −t 1


−t1 caractérise les triangles qui sont (directement) semblables
à un triangle donné (t1 , t2 , t3 ). Interprétation géométrique ?

(a) “Caractérisation” veut dire “équivalence” : il faut une démonstration dans chaque sens.
(b) On suppose la similitude des triangles (t) et (T ). Alors Tj = α tj + β et Tj − Tk =
α (tj − tk ). Comme α 6= 0, les quantités s et S ont la même existence, et on a S =
T2 −T1 α(t2 −t1 )
T3 −T1 = α(t3 −t1 ) = s.
(c) Si s, S ne sont pas définis, on a t1 = t3 et T1 = T3 , et il existe une similitude telle que
t1 7→ T1 et t2 7→ T2 . Si on suppose s = S, on a alors t2 = s t3 + (1 − s) t1 et T2 =
s T3 + (1 − s) T1 . La question précédente montre l’existence de σ telle que T1 = α t1 + β
et T3 = α t3 + β. On reporte et l’on vérifie que l’on a aussi T2 = α t2 + β.
(d) La quantité s exprime le premier cas de similitude de deux triangles : un angle homologue
égal, compris entre deux côtés homologues proportionnels.
(e) Remarque 1 : la donnée d’un triangle met en jeu 6 paramètres réels, la condition d’exis-
tence de σ en utilise 2, tandis que la donnée de σ en utilise 4.
(f) Remarque 2 : les valeurs s = 1, s = 0, s = ∞ correspondent aux “triangles” avec deux
points confondus : il faut donc exclure ces valeurs du cas général.
.
3. En déduire que (a, b, c) équilatéral équivaut à E = a + b j + c j 2 a + b j 2 + c j = 0.
 

(a) Un triangle équilatéral réduit


 à un point vérifie la relation. Sinon, il est semblable
 à
1, j, j ou bien à 1, j , j , triangles caractérisés respectivement par s = exp i 3 =
2 2 π


−j 2 et par s = exp −i π3 = −j. On a donc b−s c−(1 − s) a = 0 et donc b+j 2 c+j a = 0,


ou bien b + j c + j 2 a = 0. Le produit est donc nul.
(b) Réciproquement, supposons E = 0. On montre aisément que le cas particulier a = c,
conduit à (a − b)2 = 0 et le triangle est équilatéral. Dans le cas général (a 6= c), l’un des
deux facteurs est nul et l’on a b − s c − (1 − s) a = 0 avec s = −j 2 ou bien avec s = −j.
Et l’on conclut avec la relation précédente.

7
8 DEVOIR № 1. TRIANGLE DE NAPOLÉON - HOMOGRAPHIES

4. Soit le triangle T = (a, b, c). On construit Θ = (α, β, γ) tel que les triangles (α, b, c),
(β, c, a) et (γ, a, b) soient semblables entre eux. Montrer que T et Θ ont même centre de
gravité.
(a) D’après la question 2, on a : a = s c + (1 − s) β, b = s a + (1 − s) γ et c = s b + (1 − s) α.
En sommant membre à membre, on obtient (a + b + c) (1 − s) = (α + β + γ) (1 − s). Le
cas particulier s = 1 mis à part (c’est à dire a = b = c) on obtient bien l’égalité des
centres de gravité.
5. On suppose T équilatéral. Montrer que tous les triangles Θ sont équilatéraux.
(a) On a a + b j + c j 2 = s c + a j + b j 2 + (1 − s) β + γ j + α j 2
  

d’où (1 − s) j 2 α + β j + γ j 2 = a + b j + c j 2 (1 − j s)
et (1 − s)2 E (α, β, γ) = (1 − j s) 1 − j 2 s E (a, b, c).


(b) On en déduit que “T équilatéral non réduit à un point” implique “tous les triangles Θ
sont équilatéraux”.
6. On suppose T non équilatéral. Montrer qu’un seul triangle Θ est semblable à T . Combien
obtient-on de triangles équilatéraux parmi les triangles Θ ?
γ−α
(a) Pour avoir T et Θ semblables, il faut avoir c−a
b−a = β−α . Or a−c = s (c − b)+(1 − s) (β − α)
et b − c = s (a − b) + (1 − s) (γ − α). D’où

(c − a) ((a − c) − s (c − b)) = (b − a) ((b − c) − s (a − b)) .

On aboutit à a2 + b2 + c2 − a b − b c − c a (1 + s) = 0. Or le premier facteur n’est autre




que E (a, b, c). La seule solution possible est donc s = −1.


(b) Or il est évident que s = −1 convient (triangle des milieux des côtés).

s quelconque s = −1

(c) La formule Q5 montre que les hypothèses “T non équilatéral et sans points confondus”
et “Θ équilatéral” impliquent s = j ou bien s = j 2 , autrement dit des triangles isocèles
avec un angle de 120°, tous trois situés à l’extérieur du triangle initial, ou bien tous trois
recoupant le triangle initial

s=j s = j2

1.2 Homographies
On pose C = C ∪ {ω}, avec ω ∈
/ C (aucune autre propriété n’est supposée sur l’objet ω).
1. On suppose α ∈ C∗ et β ∈ C. L’application s : C ,→ C définie par s (ω) = ω et sinon
s (z) = α z + β est appelée similitude. Montrer que s est une bijection. Donner sa réciproque.
1.2. HOMOGRAPHIES 9

(a) Si s (z1 ) = s (z2 ) = ω alors z1 = z2 = ω et si s (z1 ) = s (z2 ) ∈ C alors α z1 + β = α z2 + β,


d’où α (z1 − z2 ) = 0 et, à nouveau, z1 = z2 . Ce qui établit l’injectivité.
(b) Il est clair que ζ = ω possède un antécédent. Soit alors ζ ∈ C. L’équation ζ = α z + β
possède une solution en z, à savoir z = α−1 ζ − β α−1 et ζ possède encore un antécédent.
Ce qui établit la surjectivité.
2. On suppose a, b, c, d ∈ C avec a d − b c 6= 0 et c 6= 0. L’application h : C ,→ C définie
par h (ω) = ac , h − dc = ω et sinon h (z) = ac z+dz+b
est appelée homographie non dégénérée.
Montrer que h est une bijection et donner son application réciproque.
.
(a) Posons E = C\ − dc et F = C\ ac . La situation z ∈ E et ζ = h (z) = ac est impossible.
 

En effet ac z+d
z+b
− ac vaut c(c z+d) qui n’est jamais nul. On voit que h induit une application
b c−a d

h0 : E ,→ F .
(b) Soient z1 , z2 ∈ E. Alors h0 (z1 ) − h0 (z2 ) = (z1 − z2 ) (c z1 +d)(c z2 +d) n’est jamais nul, et h0
a d−b c

est injective.
−d ζ+b
(c) Soit ζ ∈ F . Alors l’équation ζ = h0 (z) = ac z+d
z+b
admet pour solution z = c ζ−a (le
dénominateur ne pouvant s’annuler) et h0 est surjective.
(d) En recollant les morceaux, on voit que h elle même est une bijection. Mieux encore, h−1
est une homographie, avec z = h−1 (ζ) = −d ζ+b
c ζ−a

3. On appelle homographie une application qui est soit du type (1) soit du type (2). Montrer la
composée de deux homographies est encore une homographie. Donner la formule correspon-
dant à h = h2 ◦ h1 avec h1 (z) = ac z+d
z+b
et h2 (z) = αγ z+β
z+δ .

(a) Soit z ∈ C. Posons z1 = h1 (z) et z2 = h2 (z1 ). Le calcul élémentaire de z2 à partir de z


conduit à z2 = H (z) = α(a z+b)+β(c z+d)
γ(a z+b)+δ(c z+d) , qui peut donc se réécrire H (z) = C z+D avec
A z+B

A = α a + β c, B = α b + β d, C = γ a + δ c et D = γ b + δ d.
(b) La propriété A D − B C 6= 0 est une conséquence de A D − B C = (a d − b c) (α δ − β γ).
(c) Montrons que la propriété H (z) = h (z) continue à se vérifier pour les trois cas particuliers
(deux pour h1 et deux pour h2 ).
z = − dc donne z1 = ω et donc z2 = αγ . Qui est effectivement égal à H (z) = C A d−B c
d−D c
α a+β c
z = ω donne z1 = ac et donc z2 = γ a+δ c .
Qui coïncide avec H (ω) = C A

z1 = − γδ qui conduit à z2 = ω est associé avec z = h−1 (z1 ) = −d (−δ)+b γ D



1 c (−δ)−a γ = − C
(d) Il reste à montrer que les formules (a) s’appliquent également aux similitudes.
4. A quelle condition h (z) = a z+b
est-elle involutive, c’est-à-dire vérifie h ◦ h = (z 7→ z) ?
c z+d

(a) Pour une similitude, il faut a (a z + b) + b = z, soit a2 − 1 z + (a + 1) b = 0, pour tout




z ∈ C. Les seuls cas possibles sont donc a = 1, b = 0 (application identique) ou bien


a = −1, avec b quelconque (symétrie centrale).
(b) Pour une homographie avec c 6= 0, il est nécessaire que − dc = h[2] − dc = h (ω) = ac ,


imposant la relation d + a = 0.
(c) Les réciproques sont immédiates. On a donc deux cas en tout : l’application identique, et
les homographies qui vérifient a + d = 0.
5. Montrer qu’une homographie différente de l’identité possède soit un soit deux points fixes,
c’est à dire que l’équation h (z) = z possède soit une, soit deux solutions.
(a) Pour une similitude, ω est fixe. Il existe un autre point fixe lorsque z = a z + b possède
des solutions, c’est à dire pour a 6= 1 (les translations).
(b) Pour une homographie avec c 6= 0, aucun des cas particuliers ne peut être fixe. Il suffit
donc de résoudre z = ac z+d
z+b
, soit c z 2 + (d − a) z − b = 0 qui est du second degré.
6. On suppose que h (z) = ac z+d
z+b
possède deux points fixes w1 = h (w1 ) et w2 = h (w2 ) (avec
z−w2
w1 6= w2 ). On pose ϕ (z) = z−w1 . Que vaut ψ = ϕ ◦ h ◦ ϕ−1 ? Quels sont ses points fixes ?
10 DEVOIR № 1. TRIANGLE DE NAPOLÉON - HOMOGRAPHIES

h(z)−w2 h(z)−h(w2 )
(a) On peut utiliser (3.a). On peut aussi calculer h(z)−w1 = h(z)−h(w1 ) . Avec (2.b) il vient
(z−w2 )(a d−b c)(c z+d)(c w1 +d)
(z−w1 )(a d−b c)(c z+d)(c w2 +d) . D’où ϕ (h (z)) = c w1 +d
c w2 +d × ϕ (z).
(b) On voit donc que ψ est une similitude de centre 0 (le multiplicateur est différent de 1).
Ses points fixes sont 0 et ω.
7. On suppose que h (z) = ac z+d
z+b
ne possède qu’un seul point fixe w0 = h (w0 ). On pose ϕ (z) =
1 −1
z−w0 . Que vaut ψ = ϕ ◦ h ◦ ϕ ? Quels sont ses points fixes ?
1 (c z+d)(c w0 +d)
(a) On a ϕ (h (z)) = 1
h(z)−h(w0 ) = z−w0 a d−b c . L’équation c z 2 +(d − a) z −b = 0 ayant
une racine double, on a (a − d) + 4b c = 0 soit a d − b c = 14 (a + d)2 , ainsi que w0 = a−d
2
2c .
On en déduit ϕ (h (z)) − ϕ (z) = a+d
2c
. Cette expression étant une constante, on voit que
ψ est une translation.
(b) L’unique point fixe de ψ est ω.
8. On appelle cycle soit un cercle soit une droite complétée par le point ω. Montrer qu’un
point z4 appartient au cycle déterminé par trois points distincts z1 , z2 , z3 si et seulement
si Φ = zz33 −z z4 −z2
−z1 ÷ z4 −z1 ∈ R ∪ {ω}.
2

(a) On remarque que Φ = 0 correspond à z4 = z1 , tandis que Φ = ω correspond à z4 = z2 ,


et Φ = 1 correspond à z4 = z3 . On exclut ces valeurs de ce qui suit.
(b) Si z1 , z2 , z3 sont alignés, la relation est vérifiée par z4 = ω. Pour z4 ∈ C, la relation se
simplifie en zz44 −z
−z1 ∈ R \ 1. Ce qui caractérise bien la droite complétée (z1 , z2 ).
2

(c) Si les trois points ne sont pas alignés, ils déterminent un cercle. Son équation x2 + y 2 −
2a x − 2b y + c = 0 peut se réécrire en z z − αz − αz + c = 0 en posant z = x + i y et
α = a + i b. Le rayon est alors déterminé par ρ2 = α α − c > 0.
α z −c (zj −zk )(c−α α)
(d) Si l’on suppose z4 sur le cercle, on a zj = zj −α
j
pour j = 1..4. D’où zj −zk = (zj −α)(zk −α)
et la quantité Φ est sa propre conjuguée : c’est donc un réel.
−d
(e) Si l’on suppose Φ réel, on choisit d tel que z4 = αz4z4−α . On écrit que Φ − Φ est nul. En
factorisant, il vient (d − c) = 0 tous les autres facteurs étant non nuls. Et donc z4 vérifie
l’équation du cercle.
3 −Z2 Z4 −Z2 z3 −z2
9. Soit h une homographie. On pose Z1 = h (z1 ), etc. Montrer que Z Z3 −Z1 ÷ Z4 −Z1 = z3 −z1 ÷
z4 −z2
z4 −z1 . En déduire que l’image d’un cycle par une homographie est encore un cycle.

(a) La formule voulue découle de (2.b). L’inclusion vient en appliquant (8) et le fait que l’on
obtienne tout le cycle vient de l’homographie réciproque.
10. Exemple : images successives du cercle trigonométrique par l’homographie z 7→ 3z−3
z+3 .
3

–3 –2 –1 1 2 3

–1

–2

–3
.

(a) En faisant les calculs, on constate que h[6] (z) = z pour tout z : périodicité..
(b) D’après (9) il suffit de suivre
 l’évolution de trois points caractéristiques. Ainsi
 3: 6
[1, i, −1], 0, − 5 + 5 i, −3 , [−1, −1 + 2 i, ω], [−3, 3i, 3], [∞, 1 + 2i, 1], 3, 5 + 5 i, 0 .
3 6

Devoir № 2

ds1 : De tout un peu

2.1 Une transformation ponctuelle


On considère l’application f : C ,→ C : z 7→ f (z) = |z|2 + (z)2
1. Expliciter f (x + i y) pour x, y ∈ R. Calculer f exp i k π3 pour k ∈ [0 .. 5].


(a) On a i2 = −1 et donc (−i y)2 = −y 2 , conduisant à f (x + i y) = 2x2 − 2i x y.


(b) On repart de la définition, afin de tester (a). Il vient f (+1) = f (−1) = 2, f exp i π3

=
f exp i 4π 2 = −j et f exp i 2π 5π 2 2 = −j 2 .
   
3 = 1 + j 3 = f exp i 3 = 1 + j

2. Condition sur z1 , z2 pour que f (z1 ) = f (z2 ).

(a) En identifiant parties réelles et imaginaires, on trouve 2x21 = 2x22 et 2x1 y1 = 2x2 y2 .
(b) On a donc x1 = x2 ou x1 = −x2 .
(c) Si x1 = x2 = 0 la deuxième équation est toujours vérifiée. Autrement dit, tous les
imaginaires (z ∈ i R) ont la même image, à savoir 0. Ce sont les seuls.
(d) Dans les autres cas (i.e. f (z) 6= 0), toute image possède exactement deux antécédents
(qui sont opposés).

3. Quelle est l’image par f du cercle trigonométrique ?

(a) Calcul immédiat : f (exp (i α)) = 1 + exp (−2i α).


(b) On en déduit que l’image de U est le cercle de centre ω = 1 et de rayon 1 (on obtient
tout le cercle car l’exponentielle imaginaire est surjective i R ,→ U

4. Quels sont les z ∈ C tels que (f (z) − 1)2 = 1 ?

(a) Cette équation équivaut à f (z) = 0 ou f (z) = 2. Dans le premier cas, tous les imaginaires
conviennent. Dans le second, on retrouve z = +1 et z = −1.

2 4

1 2

0 0

–1 –2

–2 –4

–2 –1 0 1 2 0 2 4 6 8

Figure 2.1 – Description polaire du plan et son image par la transformation.

11
12 DEVOIR № 2. DS1 : DE TOUT UN PEU

2.2 Cercle de Nyquist


Les nombres a, b, c, d sont des réels donnés, x est un réel variable. On considère le complexe
z = a+i bx
c+i d x et M son image dans le plan rapporté à un repère orthonormé.
1. Déterminer l’image A de z quand x = 0. On appelle B le point d’abscisse b
d (il correspond à
l’image de z quand x → ∞).
(a) On a f (0) = ac . On voit que les conditions c 6= 0 et d 6= 0 sont sous-entendues.

2. Calculer ζ = z − 12 ac + db . Déterminer le module de |ζ|. En déduire le lieu de M lorsque x




parcourt R.
(a) On a f (x) − f (0) = −i x (i(add−b c)
x+c)c et f (x) − f (∞) =
(a d−b c)
(i d x+c)d . Prenant la moyenne des
deux, il vient ζ = 2c d +i d x+c .
a d−b c −i d x+c

(b) Il est clair que le deuxième facteur est de module 1. On a donc |ζ| = a d−b
2c d , et les z
c

sont sur un cercle de centre 12 (f (0) + f (∞)).


(c) Il devrait être clair que f (∞) ne sera pas atteint si l’on impose x ∈ R ! Et de fait, on
obtient tout le cercle ayant [f (0) ; f (∞)] pour diamètre, à l’exception d’un point.

x=.3
x=1

0 x=0 x=.1e7

–1

x=–1
x=-.3

−1+6 i x –2

f (x) = 1+2 i x
–1 0 1 2 3

2.3 Construction de l’inverse d’un complexe


Dans ce qui suit, z désigne un complexe non réel (autrement dit z ∈ C \ R) et l’on cherche à
déterminer son inverse par des moyens géométriques..
1. Montrer que les points ayant pour affixes les nombres 1, −1, z, −1/z appartiennent à un
même cercle.
(a) Le point d appartient au cycle (droite ou cercle) déterminé par a, b, c si et seulement si
(c−b) (d−a)
(c−a) (d−b) ∈ R ∪ {∞} (le cas ∞ correspondant à d = b).
(b) Le “−” de −1/z avait traîtreusement disparu. La condition 1, −1, z, +1/z conduit à
(z+1)(1−z)
(z−1) (1+z) ∈ R qui se résout en z ∈ U !

(c) Par contre, 1, −1, z, −1/z cocycliques conduit à (z+1) (1+z)


(z−1) (z−1) ∈ R qui est une évidence
(chaque étage est réel !). Le nombre 1/z est aussi sur ce cercle.
2. Indiquer comment déterminer ce cercle. En déduire une construction géométrique de l’inverse
du nombre z.
(a) Il faut partir des trois points connus, et tracer deux médiatrices. Celle de [+1, −1] est
toute tracée. Il suffit de tracer celle de [1, z]. Leur intersection donne le centre du cercle
(et elles se coupent effectivement, parce que z ∈ / R).
(b) L’argument de −1/z est déphasé d’un demi-tour par rapport à celui de z, autrement dit
les points z, 0, −1/z sont alignés : l’intersection de la droite et du cercle donne −1/z.
(c) Le nombre 1/z est alors le symétrique de −1/z par rapport à l’axe vertical.
2.4. FORMULES DE DIRICHLET ET DE FÉJER 13

2.4 Formules de Dirichlet et de Féjer


Pk=+n
1. Redonner les étapes du calcul de Dn (t) = k=−n cos (k t).

(a) Exercice déjà corrigé ! On passe aux exponentielles et on remarque que


k=+n
X
Dn (t) = exp (i k t)
k=−n

(les sin s’éliminent pour des raisons de parité).


(b) Il convient de séparer le cas exp (i t) = 1 qui conduit immédiatement à la valeur 2n + 1.
exp(i(n+1)t)−exp(−i n t)
(c) On applique la formule des suites géométriques, obtenant Dn = exp(i t)−exp(0) .
exp(i(n+1/2)t)−exp(−i(n+1/2)t)
Que l’on transforme en Dn = exp(i t/2)−exp(−i t/2) . Finalement :

k=+n
sin n t + 21 t

. X
Dn (t) = cos (k t) =
sin 12 t

k=−n

Pk=n−1
2. Que vaut alors Fn (t) = k=0 Dk (t) ?
(a) Un calcul analogue conduit à :
n−1 1
2
sin 21 t n

. X sin k t + 2 t
Fn (t) = 1
 = 2
k=0
sin 2 t sin 12 t

2.5 Différence symétrique de deux ensembles


Soit E un ensemble donné une fois pour toutes. Pour A, B ∈ P (E) on définit la “différence
symétrique” de ces deux ensembles par A ∆ B = (A ∪ B) \ (A ∩ B).
1. Donner la fonction caractéristique χA ∆ B de A ∆ B à partir des fonctions caractéristiques
χA et χB des ensembles A et B.
(a) Lorsque F et G sont quelconques, il n’y a pas égalité entre χF \G et χF − χG . Une
démonstration précise est donc nécessaire.
(b) Soit x un élément générique de E. Posons a = χA (x) et b = χB (x). Alors x ∈ A ∆ B
veut dire (x ∈ (A ∪ B)) et (x ∈ / A ∩ B). On a donc χA ∆ B (x) = (a + b − a b) (1 − a b).
Comme a b (1 − a b) est nul, il vient χA ∆ B (x) = a + b − 2 a b.
2. Montrer que (P (E) , ∆) est un groupe commutatif. On apportera un soin particulier à la
démonstration de l’associativité.
(a) Le caractère interne et la commutativité sont évidents.
(b) On voit aisément que ∅ ∆ A = A ∆ ∅ = A et que A ∆ A = ∅ pour tout ensemble A.
(c) Il reste l’associativité. Posons a = χA (x). Alors χA ∆(B ∆ C) (x) = a + (1 − 2 a) χB ∆ C . Il
vient a + (1 − 2 a) (b + c − 2 b c) conduisant à a + b + c − 2 (a b + b c + c a) + 4 a b c. Or
cette formule ne dépend en aucune façon de l’ordre adopté pour les lettres. On a donc
A ∆ (B ∆ C) = C ∆ (A ∆ B). La commutativité permet de conclure. Retenons :

χA ∆(B ∆ C) (x) = (a + b + c) − 2 (a b + b c + c a) + 4 a b c

3. Examiner une éventuelle distributivité de ∪ ou de ∩ sur ∆.


(a) Testons si A ∪ (B ∆ C) = (A ∪ B) ∆ (A ∪ C). Si l’on prend A = E, le membre de gauche
vaut E, tandis que le membre de droite vaut E ∆ E = ∅. Donc non.
14 DEVOIR № 2. DS1 : DE TOUT UN PEU

(b) Calculons si A ∩ (B ∆ C) = (A ∩ B) ∆ (A ∩ C). Il vient a (b + c − 2 b c) = a b + a c −


2 a c × a c qui est une identité (rappel : c2 = c). Donc oui.
4. En supposant A, B, C finis, déterminer Card (A ∆ B ∆ C) à partir des cardinaux des en-
sembles A, B, C et de leurs intersections.
(a) La formule Card (X) = x∈X χX (x) et la question 2 donnent directement :
P

Card (A ∆ B ∆ C) = (Card A + Card B + Card C)


−2 (Card A ∩ B + Card B ∩ C + Card C ∩ A)
+4 Card A ∩ B ∩ C

Les éléments figurant dans un seul ensemble sont comptés une fois, ceux figurant dans
deux des ensembles sont comptés 1 + 1 − 2 fois (c’est à dire ne sont pas comptés) et ceux
figurant dans les 3 ensembles sont comptés (1 + 1 + 1) − 2 (1 + 1 + 1) + 4 (1) = 1 fois.
5. Caractériser simplement les éléments de A1 ∆ A2 .. ∆ An lorsqu’il y a un nombre quelconque
d’ensembles, et non plus trois seulement.
(a) Il s’agit des éléments figurant dans un nombre impair d’ensembles Aj .
(b) Par conséquent, la notion de différence symétrique ne peut être étendue à une famille
infinie de parties (comportement différent de celui de l’union et de l’intersection).
Devoir № 3

Théorème de la double injection

Notations
— P (A) désigne l’ensemble des parties de l’ensemble A.
— Soit f une application A ,→ B. Pour une partie X de A (c’est à dire X ∈ P (A)), on pose
fb(X) = {f (x) | x ∈ X } (= image directe), tandis que pour une partie Y de B (c’est à dire
Y ∈ P (B)), on pose ct f (Y ) = {x ∈ A | f (x) ∈ Y } (=image réciproque).

3.1 Premiers résultats


On considère une application f : E ,→ F .
 
1. Montrer que, pour tout X ∈ P (E), on a : X ⊂ c
t f fb(X) .

(a) Soient x ∈ X, y = f (x) et Y = fb(X). Par définition, on a f (x) ∈ fb(X) c’est à dire
y ∈ Y et donc x ∈ c
t f (Y ).

2. Montrer que si f est injective, on a en fait une égalité.


 
t f fb(X) . Il existe donc y ∈ Y tel que y = f (z). Mais cet y est l’image d’un
(a) Soit z ∈ c
x ∈ X, soit y = f (x) = f (z) ce qui prouve z = x et donc z ∈ X. 1
 
3. Montrer que, pour tous A B ∈ P (E), on a : fb(A ∩ B) ⊂ fb(A) ∩ fb(B) .

(a) Soit x ∈ A ∩ B. On a x ∈ A et donc x ∈ fb(A). De même x ∈ fb(B).


4. Montrer que, si f est injective, on a en fait une égalité.
 
(a) Soit y ∈ fb(A) ∩ fb(B) . On a y ∈ fb(A) et il existe donc un a ∈ A tel que y = f (a).
De même il existe b ∈ B tel que y = f (b). Par injectivité, on a a = b et donc a ∈ A ∩ B.
D’où y ∈ fb(A ∩ B). 1
5. Une partition d’un ensemble est une famille de sous ensembles, non vides, deux à deux
disjoints et dont la réunion recouvre l’ensemble
n initial. Montrero que, si f est injective, et si
{A, B, C} est une partition de E, alors f (A) , fb(B) , fb(C) est une partition de fb(E).
b
Donner un contre-exemple pour une application non-injective.
(a) Comme Aj est non vide, fb(Aj ) ne peut être vide.
(b) S’il existait z ∈ fb(A)∩ fb(B) on aurait (Q 1.4) z ∈ fb(A ∩ B) ce qui imposerait A∩B 6= ∅.
(c) Le cours donne directement que fb(E) = fb(Aj ).
S

(d) Un contre-exemple simple est fourni par une application constante : pour X 6= ∅, tous les
fb(X) sont égaux. 2
6. Soient p ∈ N, {D0 , D1 .. Dp } une partition de E et {K1 , K2 , K3 } une partition de D0 .
Montrer que {K1 , K2 , K3 , D1 .. Dp } est alors une partition de E.

15
16 DEVOIR № 3. THÉORÈME DE LA DOUBLE INJECTION

(a) Par définition même, ces ensembles sont non vides.


(b) Un élément commun à Kj et à Dk serait élément de D0 ∩ Dk , tandis que toutes les autres
intersections deux à deux sont vides par définition.
(c) On a K1 ∪ K2 ∪ K3 ∪ D1 ∪ .. ∪ Dp = D0 ∪ D1 ∪ .. ∪ Dp = E.

3.2 Théorème de la double injection (Bernstein)


On suppose que E, F sont deux ensembles non vides, et qu’il existe une injection f : E ,→ F
et une injection g : F ,→ E. L’objectif est de montrer qu’il existe alors une bijection de E
vers F . On pose h = g ◦ f et A = b
h (E).

3.2.1 Cas particuliers


1. Montrer que si A = gb (F ), alors f est bijective.
.
 
(a) La fonction f est déjà injective. En appliquant tbg () aux deux membres de A = gb fb(E) =
gb (F ), on obtient (Q1.2) fb(E) = F : f est donc également surjective.
2. Montrer que si gb (F ) = E, alors g est bijective.
(a) La fonction g est déjà injective, et la condition gb (F ) = E n’est rien d’autre que la
surjectivité de g.
On suppose désormais que ni f ni g ne sont surjectives. On pose A0 = A, B0 = B = gb (F ) \ A et
C0 = C = E \ gb (F ) puis, pour tout n ∈ N, An+1 = b
h (An ), Bn+1 = b
h (Bn ) et Cn+1 = b
h (Cn ).

3.2.2 Exemple
Pour cette seule question, on choisit E = F = N, f : x 7→ 2x et g : y 7→ 3y. On sait que chaque
nombre entier m ≥ 1 peut s’écrire m = 2α(m) 3β(m) q, le nombre entier q n’étant divisible ni par 2 ni
par 3. On pose α (0) = β (0) = ∞. Montrer que les ensembles A, B, C puis les ensembles An , Bn
et Cn sont caractérisés par des relations portant sur les α et les β de leurs éléments.
1. Les ensembles E = F sont caractérisés par α ≥ 0, β ≥ 0. L’ensemble fb(E), obtenu en
multipliant par 2, est caractérisé par α ≥ 1. L’ensemble gb (F ) est l’ensemble des multiples
de 3 et se caractérise par β ≥ 1. L’ensemble A = bh (E) est l’ensemble des multiples de 6 : on
a donc A0 = {x ∈ N | α (x) ≥ 1, β (x) ≥ 1 }. On remarquera que 0 ∈ A.
.
2. L’ensemble B = gb (F ) \ A est donc caractérisé par (β ≥ 1) et non (α ≥ 1, β ≥ 1) c’est à dire
.
B0 = {x | α = 0, β ≥ 1 }. De même C = E \ gb (F ) est caractérisé par (β ≥ 0) et non (β ≥ 1)
c’est à dire C0 = {x | α ≥ 0, β = 0 }.
3. Appliquer h consiste à multiplier par 6. On a donc An = {x | α ≥ n + 1, β ≥ n + 1 }, Bn =
{x | α = n, β ≥ n + 1 } et Cn = {x | α ≥ n, β = n }.

3.2.3 Cas général


1. Montrer que {A, B, C} est une partition de E, puis que, pour tout n ∈ N, {An+1 , Bn+1 , Cn+1 }
est une partition de An .
(a) C = ∅ serait g surjective, B = ∅ serait f surjective et enfin A = b
h (E) 6= ∅.
(b) Puis A ∪ B = gb (F ), A ∩ B = ∅ tandis que (A ∪ B) ∩ C = ∅ et (A ∪ B) ∪ C = E.
(c) Tout cela se perpétue par Q1.5.
2. Montrer que, pour tout n ∈ N, {An , B0 , B1 , .. Bn , C0 , C1 , .. Cn } est une partition de E.
(a) application directe de Q1.6.
3.2. THÉORÈME DE LA DOUBLE INJECTION (BERNSTEIN) 17

3. On pose U = n∈N An , V0 = n∈N Bn , W = n∈N Cn et enfin V = U ∪ V0 . Montrer que V


T S S
et W forment une partition de E.
(a) On a : ∅ =
6 B0 ⊂ V et ∅ =
6 C0 ⊂ W .
(b) Si y ∈ Cm , il existe au moins un n ∈ N tel que y ∈ Cn . Par Q2.3 ce n est unique, y
S
n’appartient à aucun Bm et y ∈
/ An . On a donc y ∈
/ U et y ∈
/ V0 : les ensembles V et W
sont donc disjoints.
(c) Les éléments qui sortent d’un A vont vers un B ou un C : tout élément de E se retrouve
dans E.
(d) Et donc { V, W } est une partition de E.
(e) Une remarque : si x ∈ U , alors x ∈ A0 . Si x ∈ V0 \ B0 , on a aussi x ∈ A0 . Par conséquent,
tout élément de V = U ∪ V0 est appartient à A0 ∪ B0 i.e. V ⊂ gb (F ). 2
4. Montrer que “si x ∈ V alors k (x) = x et si x ∈ W alors k (x) = h (x)” définit une bijection
k : E ,→ gb (F ).
(a) Si x ∈ V , on a x ∈ A0 ou x ∈ B0 , et donc k (x) = x ∈ gb (F ). Si x ∈ W alors k (x) =
g (f (x)) ∈ gb (F ). L’ensemble des images est donc contenu dans gb (F ).
(b) Un élément z ∈ gb (F ) ne peut appartenir à C0 = E \ gb (F ). Il est donc situé soit dans
V soit dans W \ C0 . Dans le premier cas, z = k (z). Dans le second cas, il existe n ∈ N
.
et c0 ∈ C0 tels que z = hn+1 (c0 ) = h ((hn ) (c0 )). Posons cn = (hn ) (c0 ) ∈ Cn . Comme


cn ∈ W , on a k (cn ) = h (cn ) = z. Dans les deux cas, z est une image par k : on voit que
k est une application sur gb (F ).
(c) Si k (x) = k (y) avec x, y ∈ V on a directement x = y. Si k (x) = k (y) avec x, y ∈ W on
a h (x) = h (y), mais h est S
injective. S
Enfin, si l’on avait k (x) = k (y) avec x ∈ V , y ∈ W ,
on aurait x = h (y). Or bh ( Cm ) = m≥1 Cm ⊂ W alors que (Q2.3) x ∈ / W.
(d) On a donc montré que k est une bijection E ,→ gb (F ). 3
5. Montrer que, pour tout x ∈ E, k (x) possède un et un seul antécédent par g. Soit alors µ (x)
cet antécédent. Montrer que µ est une bijection de E sur F .
(a) On a vu que tout k (x) est dans gb (F ) (existence) et on sait que g est injective (unicité).
Soit alors µ (x) l’unique z tel que g (z) = k (x). Il est clair que µ va de E vers F , et que
∀x ∈ E : (g ◦ µ) (x) = k (x).
(b) Si µ (x1 ) = µ (x2 ) on a g (µ (x1 )) = g (µ (x2 )) c’est à dire k (x1 ) = k (x2 ) et donc x1 = x2
puisque k injective. L’application µ est donc injective à son tour.
(c) Soit y ∈ F . Il a déjà été remarqué que g (y) ∈ C0 est exclus. On a donc soit g (y) ∈ V ,
.
soit g (y) ∈ W \ C0 . Dans le premier cas, posons v = g (y) ∈ V : on a g (y) =
 v = k (v)
.
i.e. µ (v) = y. Dans le deuxième cas, w = g (y) ∈ W peut s’écrire w = hn+1 (c0 ). On a
donc w = h (ξ) avec un ξ ∈ W , d’où g (y) = w = k (ξ) soit µ (ξ) = y. On a donc montré
que µ est surjective. 3

.../...
18 DEVOIR № 3. THÉORÈME DE LA DOUBLE INJECTION

6. On reprend l’exemple 3.2.2. Décrire ce que sont les ensembles U, V, W ainsi que les applica-
tions k et µ à l’aide des fonctions α et β.
(a) On voit que U = {0}, tandis que :

X règle pour x k (x) µ (x) règle pour µ (x)


V0 α<β [α, β] µ (x) = x/3 i.e. [α, β − 1] α≤β
W α≥β [α + 1, β + 1] µ (x) = 2 x i.e. [α + 1, β] α>β

(b) La tabulation des premières valeurs de la fonction µ donne :

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
0 2 4 1 8 10 12 14 16 3 20 22 24 26 28 5 32 34
18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35
6 38 40 7 44 46 48 50 52 9 56 58 60 62 64 11 68 70
36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
72 74 76 13 80 82 84 86 88 15 92 94 96 98 ... 17 ... ...

La multiplication par 2 donne la plupart des nombres pairs, tandis que la division par 3 donne
tous les nombres impairs, ainsi que les nombres pairs manquants.
Devoir № 4

ds2 : Borne supérieure et suites réelles

4.1 Diamètre d’un ensemble


Soit A une partie bornée non vide de R. On pose E = {|x − y| /x, y ∈ A }.
1. Montrer que E possède une borne supérieure, que l’on notera δ (A).
(a) Comme A est non vide, E n’est pas vide non plus. Comme A est borné, il existe un M
tel que |x| ≤ M pour tout x ∈ A. On a alors |x − y| ≤ 2M pour tous x, y ∈ A. Soit
E ≤ 2M , d’où l’existence de δ (A). 1
2. Comparer δ (A) et le nombre sup A − inf A.
(a) On a x ≤ sup A et −y ≤ − inf A. Donc x − y ≤ sup A − inf A et le nombre δ (A) =
sup {x − y /x, y ∈ A } vérifie δ (A) ≤ sup A − inf A.
(b) D’autre part sup A est la limite d’une A-suite, soit xn → sup A. Et de même yn → inf A.
On a sup A − inf A = lim (xn − yn ) ≤ δ (A).
(c) On a donc δ (A) = sup A − inf A. 2

4.2 Récurrence homographique


7
On considère la fonction f : f (z) = z+2 , ainsi qu’une suite (x) définie par son premier terme
x0 ∈ C et la récurrence xn+1 = f (xn ).
1. Montrer que l’équation f (z) = z admet deux solutions dans R. On les appellera α et β avec
α < β.

(a) L’équation √aux points fixes conduit à z 2 + 2z − 7 = 0, c’est à dire à α = −1 − 2 2 et
β = −1 + 2 2. 1
2. Exprimer xn en fonction de n et de x0 . En déduire la nature et la limite éventuelle de la
suite (xn ). Pour quelles valeurs de x0 la suite est-elle définie (au sens de xn ∈ C).
. √
(a) On pose ϕ (z) = z−αz−β
. Le calcul donne M = ϕ(f (z)) c α+d 0 9
ϕ(z) = c β+d = f (β) = − 7 + 7
4
2. On a
β−α ϕ(x)M n
donc xn = ψ (M n ϕ (x0 )) = 1−ϕ(x)M n .
(b) Comme M ≈ −.47759, on voit que les suites x0 6= α convergent vers β. 2
3. On prend x0 = 4. Vérifier que l’on est bien dans le cas où la suite (xn ) admet une limite
λ ∈ C. Déterminer les valeurs de n ∈ N telles que |xn − λ| soit inférieur à 10−4 , puis à
10−8 .
(a) Le point z = ∞ correspond à ϕ (z) = 1. Comme ϕ (x0 ) = ϕ (4) ≈ 0.277 et que |ϕ (xn )| ≤
|ϕ (x0 )|, on a toujours xn 6= ∞, et la suite est toujours définie dans C.
(b) Pour obtenir |xn − β| < 10−k , on utilise xn − β ≈ (β − α) ϕ (x0 ) M n . D’où n = 13 et
n = 26. 2

19
20 DEVOIR № 4. DS2 : BORNE SUPÉRIEURE ET SUITES RÉELLES

4. Tracer le graphe de la fonction réelle x ∈ R, x 7→ f (x). Utiliser ce graphe pour retrouver la


façon dont la suite définie par x0 = 4 converge vers sa limite.
(a) On voit que l’intervalle ] −2, +∞ [ est stable, et que [ x0 , x1 ] l’est aussi (fonction mono-
tone).
(b) La fonction étant décroissante, les deux sous suites paires et impaires ont des croissances
opposées.
5

h(x)

–5 –2 1.82 4 5
x

Figure 4.1 – Convergence en escargot... dans un intervalle stable.

4.3 Une autre suite récurrente


1
Soit E l’intervalle ]0, +∞[ et f la fonction E ,→ R : f (t) = t+1−exp(−t) .
1. Étudier la fonction f , en particulier ses limites aux bornes de E.
(a) La fonction est définie sur E puisque exp (−t) < 1 sur cet intervalle.
(b) Cette fonction est strictement décroissante et continue, puisque sa dérivée existe et vaut
− 1+exp(−t)
(denom)2
< 0.
(c) On a 0 ≤ f (t) ≤ 1t et donc lim∞ f = 0. Pour t → 0, on a un dénominateur strictement
positif qui tend vers 0, d’où lim0 f = +∞.
2. Montrer que pour tout n ∈ N \ 0 il existe un et un seul xn ∈ E tel que f (xn ) = n.
(a) La fonction décrit une bijection E ,→ E : il existe donc un et un seul xn ∈ E tel que
f (xn ) = n.
3. La suite (xn ) est-elle monotone ? Est-elle convergente (et en pareil cas, donner sa limite).
(a) Comme la suite (n) est croissante et la fonction f −1 décroissante, la suite f −1 (n) est
décroissante.
(b) Cette suite est majorée par 0, et a donc une limite λ ≥ 0. Si l’on avait λ > 0, on aurait
pour tout n, 0 < λ < xn donc f (xn ) = n < f (λ). Or la suite (n) n’est pas bornée.
(c) On a donc xn → 0.
4. Soit a ∈ R et g la fonction g (t) = at . Montrer qu’il existe une et une seule valeur de a pour
que limt→∞ fg(t)
(t)
= 1. Utiliser ce résultat pour déterminer une suite très simple (yn ) telle
xn
que lim yn = 1.
(a) On voit aisément que a = 1 convient pour t → ∞.
f
(b) Dans le même ordre d’idées, on montre que la fonction g (t) = 1
2t vérifie lim0 g = 1. On
exp(−t)−1
a en effet t−0 → −1 par définition de la dérivée d’une fonction.
(c) On obtient donc f (xn ) ∼ 1
2xn = n soit xn ∼ 2n .
1

A partir de maintenant, on s’intéresse à β = x1 (c’est à dire au nombre tel que f (β) = 1).
5. Montrer que β est l’unique solution réelle de l’équation exp (−x) = x et justifier le fait que
1
e ≤ β ≤ 1.
4.4. UNE SUITE RÉCURRENTE DOUBLE 21

2 1

0.38
0 5 0.38 1

Figure 4.2 – Graphes de f et de exp (−t).

(a) L’équation f (β) = 1 conduit effectivement à β − exp (−β) = 0.


(b) Comme la fonction ψ : t 7→ t − exp (−t) est continue strictement croissante, avec ψ (0) =
−1 et ψ (+∞) = +∞ l’équation admet une et une seule solution.
(c) Pour τ = exp (−1), on a τ < 1 donc −1 < −τ et τ = exp (−1) < exp (−τ ), d’où ψ (τ ) < 0.
Tandis que ψ (1) = 1 − τ > 0. On a donc τ < β < 1. 2
6. Soit g la fonction x 7→ exp (−x) et I l’intervalle e , 1 . Montrer que g (I) ⊂ I et déterminer
1 

un réel k ∈ ]0, 1[ tel que ∀x ∈ I : |g 0 (x)| ≤ k.


(a) La fonction g est décroissante. On a donc g ([τ, 1]) ⊂ [g (1) , g (τ )] ⊂ [g (1) , g (0)] = [τ, 1].
(b) On a g 0 (t) = −g (t). Donc |g 0 | est décroissante. On trouve que |g 0 (t)| ≤ |g 0 (τ )| < 0.7. 1
7. On considère la suite (yn ) définie par y0 = 1 et yn+1 = g (yn ). Vérifier que, pour tout n,
yn ∈ I, puis montrer que ∀n ∈ N : |yn − β| ≤ k n |1 − β|.
(a) Puisque l’on part d’un intervalle stable, on y reste.
(b) On a (TAF) |f (x) − f (y)| ≤ k |x − y| pour tous x, y ∈ I.
(c) En particulier, ceci reste vrai avec le point fixe. Et une récurrence conduit à ∀n ∈ N :
|yn − β| ≤ k n |1 − β|. 1
8. En déduire la convergence de (yn ) vers β. Déterminer un entier N tel que ∀n > N :
|yn − β| ≤ 10−6 .
(a) La question précédente donne immédiatement |yn − β| → 0.
(b) Comme β est inconnu, if faut majorer encore, obtenant |yn − β| ≤ k n (on peut aussi
laisser 1 − τ en facteur). Il vient n ln k = −6 ln 10 soit n ≈ 37.
(c) Cette valeur est en fait largement surestimée, car |g 0 (β)| = β. Une fois la convergence
entamée, le facteur de contraction est donc plus près de 0.56 que de 0.7.
(d) On obtient une meilleure vision de la convergence en considérant la fonction g ◦ g. Elle
est croissante et sa dérivée varie entre 0.34 et 0.25. On a donc une
√ vitesse de convergence
équivalente à celle assurée par un facteur de contraction égal à 0.34 . . . < 0.59. 1

4.4 Une suite récurrente double


Soit K une partie non vide et majorée de R. On peut donc choisir u0 qui soit élément de K et
un w0 qui soit un majorant de K. Puis on construit par récurrence deux suites (un ) et (wn ) de la
façon suivante. Si un +w
2
n
n’est pas un majorant de K, on prend (un+1 , wn+1 ) = un +w
2
n
, wn et si
un +wn

non, on prend (un+1 , wn+1 ) = un , 2 .
1. Dans cette seule question, on prend K =[0, 1[ ∪ [3, 4[, u0 = 0 et w0 = 10. Déterminer
(un , wn ) pour n ≤ 4.
(a) On fait tourner l’algorithme à la main. Il suffit de comparer le milieu avec le nombre
4. On obtient successivement s0 = (0, 10), s1 = (0, 5), s2 = (2.5, 5), s3 = (3.75, 5),
s4 = (3.75, 4.375). 1
22 DEVOIR № 4. DS2 : BORNE SUPÉRIEURE ET SUITES RÉELLES

2. On revient au cas général . Montrer que, pour tout n, un ≤ wn .


(a) La propriété est vraie pour n = 0. Elle se propage puisque wn+1 − un+1 est exactement
égal à la moitié de wn − un : le signe reste donc constant.
3. Montrer que les suites (un ) et (wn ) sont adjacentes. Soit alors β leur limite commune.
(a) Il est clair que (u) est croissante et (w) décroissante.
(b) De plus wn − un = 1
2n (w0 − u0 ) → 0. Par conséquent les suites sont adjacentes.
4. Montrer que chaque wn est un majorant de K, et que β est aussi un majorant de K.
(a) On a w0 ≥ K par définition, puis ou bien wn+1 = wn et est un majorant par hypothèse
de récurrence, ou bien wn+1 = 21 (wn + un ) parce que wn+1 est un majorant de K. On a
donc pour tout k ∈ K et tout n ∈ N la relation k ≤ wn .
(b) On a donc ∀k ∈ K : k ≤ inf {wn /n ∈ N } soit k ≤ β et donc K ≤ β.
5. Montrer qu’il existe une suite d’éléments de K qui converge vers β.
(a) On montre par récurrence que, pour tout n ∈ N, un n’est pas un majorant de K. Pour
chaque n ∈ N il existe donc xn ∈ K avec un < xn .
(b) Comme chaque wn est un majorant de K, on a donc un ≤ xn ≤ wn , et la suite (x)
converge vers la limite commune de (u) et de (v) c’est à dire β.
6. Conclure.
(a) Le théorème de caractérisation séquentielle de la borne supérieure nous donne alors β =
sup K.
Devoir № 5

Suite récurrente quadratique

On se propose d’étudier les suites un+1 = u2n + un , c’est à dire les suites récurrentes définies par
une condition initiale u0 et la fonction itérable f : z 7→ z 2 + z.

5.1 Résolution dans R.


1. Étudier la fonction R ,→ R : x 7→ x2 + x. Graphe en repère orthonormé.
(a) On obtient une parabole. On constate que les points fixes sont x = +∞ et x = 0 (avec
une pente 1). Autrement dit le point x = 0 n’est ni “attractif” ni “répulsif”. 2

–2 2

–1

Figure 5.1 – Une parabole et sa tangente.

2. Montrer que si u0 ∈ − 14 , 0 alors (u) → 0 et que si u0 > 0 alors (u) → +∞.


 

(a) Le segment
 −14, 0 est un segment stable. En effet f est croissante sur ce segment, donc
 1 

f (S) = f − 4 , f (0) ⊂ S. On a ∀x ∈ S : x ≤ f (x) donc la suite est croissante.


Comme f est continue, la limite est un point fixe de S, et 0 est le seul point fixe contenu
dans S. Prouvant que (u) → 0.
(b) Si u0 > 0 alors le segment [u0 , +∞] est stable, etc. On obtient (u) → +∞. 2
3. Que se passe-t-il pour u0 < − 41 ?
(a) Si u0 ∈ [−1, −1/4] on a u1 ∈ − 41 , 0 et Q1.2a donne (u) → 0.
 

(b) Si u0 < −1 alors u1 > 0 et Q1.2a donne (u) → +∞. 2

5.2 Vitesse de convergence pour u0 ∈ ] −1, 0 [


1. Montrer que, pour tout n > 0, on a − n+1
1
< un < 0.
 
(a) Lemme : on a f − n+11 n
= − (n+1)2 > − n+2 . En effet,
1 1
n+2 − n
(n+1)2
= 1
(n+1)2 (n+2)
> 0.
(b) Pour n = 0, on a précisément −1 < u0 < 0. On obtient − 12 < u1 < 0 parce que
fb(]−1, 0[) = − 41 , 0 .
 

23
24 DEVOIR № 5. SUITE RÉCURRENTE QUADRATIQUE

(c) En supposant (récurrence) que 1 ≤ n et − n+1 1


< un < 0, la croissance de f donne
 
1
− n+2 1
< f − n+1 < f (un ) < f (0), montrant que la propriété se propage. 2

2. Montrer que la suite (v) définie par vn = n un est décroissante.


(a) On calcule (vn+1 − vn ) = (n + 1) f (un ) − n un . Il vient un (n un + un + 1). La question
précédente montre que cette quantité est strictement négative pour tout n : la suite (v)
est donc strictement décroissante.
3. Montrer que (v) converge vers une limite λ ∈ [ −1, 0 [.
(a) D’après Q2.1, −1 < − n+1
n
< vn = n un < 0. La suite (v) est donc strictement décroissante
dans le segment [−1, 0] : elle admet une limite λ ∈ [ −1, 0 [.
4. Montrer que la suite (w) définie par wn = n (vn+1 − vn ) converge vers λ (1 + λ).
(a) On reprend le calcul de Q2.4 : wn = n (vn+1 − vn ) = n un (n un + un + 1). Comme n un →
λ et un → 0 on voit que wn → λ (1 + λ).
5. Soit (t) une suite croissante telle que ∃a > 0 : ∃N ∈ N : ∀n ≥ N : tn+1 − tn ≥ na . Montrer
que l’on a alors ∀n ≥ N : t2n − tn ≥ a2 , puis que (t) → +∞.

(a) On a t2n − tn = k=2n−1 k . On met a en facteur, et on minore chaque


P Pa
k=n (tk+1 − tk ) ≥
1
k par 1
2n . Comme il y a n termes, on obtient le minorant demandé, soit a2 .
(b) Comme tn+1 − tn ≥ na > 0, la suite tn est croissante (à partir d’un certain rang). La suite
(t) admet donc une limite (dans R). Pour déterminer cette limite, il suffit de trouver la
limite d’une suite (habilement) extraite.
(c) La propriété Q2.5.a donne tmN ≥ tN + (m − 1) a2 : la suite (tmN )m tend vers +∞.
6. On suppose que λ 6= −1. Montrer que (−vn ) vérifierait les conditions de Q2.5. Conclure.
(a) On suppose λ 6= −1, ce qui revient à supposer λ ∈ ]−1, 0[. On pose a = − 21 λ (1 + λ) > 0.
On aurait donc (à partir d’un certain rang) 0 < a ≤ −wn , soit na ≤ (−vn+1 ) − (−vn ).
(b) Le lemme Q2.5 conduirait alors à (−v) → ∞, qui n’a pas lieu puisque (v) → λ ∈ R.
(c) Ad absurdum, λ = −1.
7. Utiliser les résultats précédents pour évaluer la plus ou moins grande rapidité avec laquelle
(u) converge vers sa limite lorsque un ∈ ] −1, 0 [.
(a) Le résultat vn = n un → −1 se réécrit un ∼ − n1 , et la convergence est très lente.

5.3 Résolution pour z0 ∈ C lorsque |z0 | ≥ 2


1. Montrer que |a| ≥ 2 implique |1 + a| ≥ 1 et que, pour a 6= −2, l’inégalité est stricte.
(a) Par inégalité triangulaire |1 + a| ≥ |a| − |1| ≥ 2 − 1 = 1.
(b) Les seuls cas d’égalité dans l’inégalité triangulaire correspondent aux triangles aplatis.
Dans le cas présent, cela donne a ∈ R. D’ailleurs, on voit bien que les cercles C (0, 2) et
C (−1, 1) sont tangents intérieurement.
2. En déduire que |z0 | ≥ 2 implique ∀n ≥ 2 : |zn | > 2.
(a) La question précédente montre que |z0 | ≥ 2 implique ∀n : |zn | ≥ 2.
√ 
(b) Si |zn+2 | = 2 avec |z0 | ≥ 2, il faut que zn+1 = −2. Mais alors zn = 1
−1 ± i 7 et
√ 2
|zn | = 2, qui est impossible. On a donc |zn+2 | > 2.
3. On pose ε = |z2 | − 2. Montrer que, pour tout n ≥ 2, on a |zn+1 | ≥ (1 + ε) |zn |. Conclure.
(a) Lemme : on a |zn+1 | = zn + zn2 = |zn | |1 + zn |.

√ √
5.4. RÉSOLUTION DANS LE PAVÉ −1 ≤ < (Z) ≤ 0, − 2
3
≤ = (Z) ≤ 2
3
25

(b) Appelons P (n) la propriété |zn+1 | ≥ (1 + ε) |zn |. Comme |z2 + 1| ≥ |z2 | − 1 = 1 + ε, la


propriété P (2) est vraie.
(c) Appelons P̂ (n) la propriété ∀m ∈ [2 .. n] : P (m). Il est clair que P̂ (2) est vraie. Sup-
posons alors que P̂ (n) soit vraie pour un certain n ≥ 2. On obtient immédiatement
|zn+1 | ≥ |z2 | = 2 + ε, montrant que |zn+1 + 1| ≥ 1 + ε. Le lemme Q2.3a conduit à
P (n + 1) et l’on voit que P̂ (n + 1) est vraie à son tour.
(d) On en conclut |zn+2 | ≥ (1 + ε)n |z2 | d’où zn → ∞.
(e) Le point essentiel est ici une définition claire de la propriété que l’on prétend propager
par récurrence. 3
√ √
3 3
5.4 Résolution dans le pavé −1 ≤ < (z) ≤ 0, − 2 ≤ = (z) ≤ 2
1. On pose xn = < (zn ) et yn = = (zn ). Exprimer xn+1 et yn+1 en fonction de xn et de yn .
(a) On a zn = xn + i yn . D’où xn+1 = f (xn ) − yn2 et yn+1 = yn (1 + 2 xn ). 1
2. Montrer que le rectangle K défini ci-dessus est stable par f . Montrer que l’intérieur K̇ du
rectangle est lui aussi stable par f . Déterminer quels sont les points de la frontière dont
l’image reste sur la frontière. En déduire que ∀n ≥ 3 : zn ∈ K̇, à moins que z3 = 0,
hypothèse que l’on exclut désormais.
(a) On suppose zn ∈ K. On a donc − 41 ≤ f (xhn ) ≤ 0 et i− 43 ≤ −yn2 ≤ 0. D’où xn+1 ∈ [−1, 0].
√ √
De même −1 ≤ 1 + 2 xn ≤ 0 d’où yn+1 ∈ − 23 , 23 .
√ √
(b) Pour obtenir |yn+1 | = 23 avec zn ∈ K, il faut à la fois |1 + 2xn | = 1 et |yn | = 2
3
c’est à
dire partir de l’un des quatre sommets du rectangle.
(c) Pour obtenir xn+1 = 0 avec zn ∈ K, il faut f (xn ) = yn = 0, c’est à dire partir de l’un
des points z = −1 ou z = 0. Pour obtenir xn+1 = −1 avec zn ∈ K, il faut f (xn ) = − 41
et yn2 = 43 , c’est à dire partir de l’un des points z = j ou z = j 2 .
√ √ √
(d) En appliquant f ◦ f aux points −1 ± i 2 ,
3
±i 2
3
on trouve − 15
16 ± i 4 ,
3
qui est un point
intérieur du rectangle.

(e) En appliquant f ◦ f aux points −1, 0 et − 12 ± i 2 ,
3
on tombe sur z = 0. 4

3. En déduire que la suite |yn | converge vers une limite µ telle que µ ≤ 3
2 .

(a) Comme |yn+1 | = |yn | |1 + 2 xn | avec |1 + 2 xn | ≤ 1, la suite |yn | est décroissante. Étant
minorée par 0, elle converge vers une limite µ.

(b) Il est clair que µ ≤ |y3 | < 2 .
3
1
4. Montrer que (x) → 0 implique µ = 0 et que µ 6= 0 implique (x) → 0.
(a) La relation Q4.1 donne yn2 = f (xn ) − xn+1 . Si (x) → 0 on a donc yn2 → 0, d’où µ = 0.

(b) Si µ 6= 0, il existe alors N ∈ N tel que ∀n ≥ N : yn 6= 0. On a donc |1 + 2 xn | = yn+1
yn →

 
µ 2
µ = 1. Comme 1
4 (1 + 2 xn ) − 1 = xn (1 + xn ), on a également f (xn ) → 0.
(c) La formule Q4.1 donne alors xn → −µ2 . Par continuité, f −µ2 = 0 et donc µ = 0 ou


bien µ = 1. Comme les points zn ne peuvent s’approcher des points −1 ± i (qui sont en
dehors du rectangle), on a donc µ = 0 et (x) → 0. 2
5. En déduire que (y) converge vers 0.
(a) La question précédente donne (µ 6= 0) ⇒ (µ = 0). Ce qui prouve µ = 0 et, partant,
yn → 0.
6. On procède au changement de variable g : z 7→ ζ = z + 21 . Décrire le rectangle K dans le
.
nouveau repère. Que vaut fb = g ◦ f ◦ g −1 ?
26 DEVOIR № 5. SUITE RÉCURRENTE QUADRATIQUE

 h √ √ i
(a) On place l’origine au centre de K, qui s’écrit alors (ξ, η) ∈ − 21 , + 12 × − 23 , + 23 .


(b) On trouve fb(ζ) = ζ 2 + 1


4

7. On pose ζn = g (zn ), ξn = < (ζn ), ηn = = (ζn ) et ρn = |ζn |. Donner les relations de récur-
rences concernant la suite (ζ) d’une part, et les suites (ξ) et (η) d’autre part.
(a) On a donc ζn+1 = ζn2 + 41 . D’où ξn+1 = ξn2 − ηn2 + 14 et ηn+1 = 2 ξn ηn .
2 2
8. Montrer que l’on a, pour tout n, ρ2n − 14 ≤ ρ2n+1 ≤ ρ2n + 14 .
2
(a) Un peu de calcul donne ρ2n + 14 − ρ2n+1 = ηn2 ≥ 0.
2
(b) De même ρ2n+1 − ρ2n − 14 = ξn2 ≥ 0, établissant la relation demandée.
9. Déterminer le nombre ρd caractérisé par : “ ρ2n − 14 − ρn > 0 équivaut à ρn > ρd ”.



(a) On commence par résoudre l’équation ρ2 − ρ − 1
4 = 0, qui admet ρ = 1− 2
2 ≈ −0.2 et

ρd = 1+ 2
2 ≈ 1.2 comme solutions.
(b) Le trinôme est positif à l’extérieur des racines. Comme ρ < 0 est exclus, il reste ρ > ρd .
10. En supposant que ρ0 > ρd , montrer que la suite ρn est croissante. Quelle est sa limite ?
Conclure sur la suite (z) correspondante.
2
(a) En supposant ρn > ρd on a ρ2n < ρ2n − 14 ≤ ρ2n+1 . On en déduit ρd < ρn < ρn+1 : la
suite (ρ) est donc strictement croissante.
(b) Elle admet donc une limite λ ∈ R, avec ρd < λ. En passant à la limite dans (a) on trouve
λ = λ2 − 41 qui donne λ = +∞ ou bien λ = ρd qui est à exclure.
(c) On voit donc que (ζ) → ∞. Ce résultat est meilleur que le résultat de Q3, puisqu’il
concerne un cercle de rayon nettement plus petit (≈ 1.2 au lieu de 2).

–1

–1 0

Figure 5.2 – Disque, rectangle et antécédents itérés de z = 0.


Devoir № 6

Polynômes de Legendre

Polynômes de Legendre
n (n) dn
On pose Φn (x) = x2 − 1 et Pn (x) = α (n) Φn (x) = α (n) d xn Φn (x). Le nombre α (n) 6= 0
sera précisé par la suite.
1. Déterminer, pour 0 ≤ n ≤ 4, les polynômes Pn (x). On remarquera que ∀n : dg (Pn ) = n.
(a) On trouve P0 (x) = α (0), P1 (x) = α (1) 2x, P2 (x) = α (2) 12x2 − 4,


P3 (x) = α (3) 120x3 − 72x , P4 (x) = α (4) 1680x4 − 1440x2 + 144 .


(b) On remarque en effet que ∀n : dg (Pn ) = n.
2. Montrer que, pour tout n, le polynôme Pn (x) possède exactement n racines réelles distinctes,
toutes situées dans ]−1; +1[.
(k)
(a) On va montrer que, pour 0 ≤ k ≤ n, le polynôme Φn admet n − k fois −1 pour racine,
n − k fois +1 pour racine et possède en outre k racines xk;1 . . . xk;k réelles distinctes dans
] −1, +1 [, ce qui fait 2n − k racines en tout et k + 2 racines distinctes lorsque k < n.
(b) La propriété est clairement vraie pour k = 0. Nous la supposons vraie pour un k < n.
(k)
Le théorème de Rolle
 montre qu’entre deux racines distinctes de Φn , il existe au moins
(k) 0
une racine de Φn , ce qui nous fait au moins k + 1 racines xk+1;1 . . . xk+1;k+1 réelles
distinctes dans ] −1, +1 [. En outre, par Leibniz, nous voyons que le facteur x2 − 1 figure

(k+1)
au moins encore n − k − 1 fois dans Φn , ce qui nous fait au moins 2 (n − k − 1) +
(k + 2 − 1) = 2n − (k + 1) racines.
(k+1)
(c) Mais le polynôme Φn ne peut avoir plus de 2n − k − 1 racines puisque tel est son
degré.
(n) n
3. Utiliser Φn (x) = ddxn ((x − 1)n (x + 1)n ) pour calculer de deux façons le coefficient domi-
2
nant de Pn (x). En déduire la valeur de nk=0 nk .
P

k
(a) On a ddxk xn = (n−k)!
n!
xn−k lorsque 0 ≤ k ≤ n : la formule est évidente pour k = 0, et le
résultat se propage par récurrence.
(n) Pn n−k n! k
(b) On en déduit Φn (x) = n
k! (x + 1) . Par identification des
 n!
k=0 k (n−k)! (x − 1)
  2
(n)
termes de degré n, il vient coef f Φn , x, n = n! n0 nk .
P
 
(n) Pn n 2
(c) D’autre part, le calcul direct donne coef f Φn , x, n = 2n! n! . On en déduit

k=0 k =
2n

n .
4. Déterminer α (n) par la condition Pn (1) = 1. Tracer (sur un même graphe) les courbes
représentatives de Pn (x) pour 0 ≤ n ≤ 4 et −1 ≤ x ≤ +1.
(a) Si l’on porte x = 1 dans 3.b, tous les termes s’annulent sauf le dernier. Par conséquent
(n)
Φn (x) = 2n n!

27
28 DEVOIR № 6. POLYNÔMES DE LEGENDRE

(b) On en déduit α (n) = 2n n! ,


1
et cd (Pn ) = 1 2n
2n n .


(c) D’où P0 = 1, P1 = x, P2 = 32 x2 − 2 , P3 (x) = 2 x


1 5 3
− 32 x
 
(n+1) n (1) dn+1
5. Utiliser Φn+1 (x) = ddxn Φn+1 (x) = x2 − 1 Φn (x) pour obtenir deux relations
 
d xn+1
(n+1) (n+1) (n) (n−1)
entre Φn+1 , Φn , Φn et Φn . En déduire une relation entre Pn+1 (x), Pn (x) et Pn0 (x).
(n+1) dn (n+1) (n) (n−1)
(a) Φn+1 = (2x (n + 1) Φn ) donne Φn+1 = 2 (n + 1) x Φn + 2n (n + 1) Φn
d xn .
(n+1) n+1
(b) Φn+1 = ddxn+1 x2 − 1 Φn donne
 
(n+1)  (n+1) (n) (n−1)
Φn+1 = x2 − 1 Φn + (n + 1) 2x Φn + n (n + 1) Φn .
(n+1) (n+1) (n)
(c) Une habile combinaison linéaire donne Φn+1 = 2 x2 − 1 Φn + 2x (n + 1) Φn . En

2
multipliant par α (n + 1) = 2n+1 (n+1)!
1
il vient Pn+1 = x Pn + xn+1 Pn .
−1 0

6. Montrer que, pour tout n, Pn+1


0 (x) = (n + 1) Pn (x) + x Pn0 (x).
On dérive 5.a et l’on trouve la relation demandée.
7. En déduire une relation entre Pn (x), Pn0 (x) et Pn00 (x).
2
(a) En dérivant 5.c, on trouve Pn+1
0 = (n + 1) Pn + x Pn0 = Pn + x Pn0 + n+1
2x −1 00
Pn0 + xn+1 Pn .
(b) On en déduit la relation demandée : x2 − 1 Pn00 (x) + 2x Pn0 (x) − n (n + 1) Pn (x) = 0.


(c) Ce qui se réécrit en Pn00 = x2 Pn00 + 2x Pn0 − n (n + 1) Pn . D’où


(k+1)(k+2)
(k + 2) (k + 1) ck+2 = (k (k − 1) + 2k − n (n + 1)) ck et donc ck = − (n−k)(k+n+1) ck+2 .
(d) Exemple : pour n = 4, on a c4 = 16 1 8
4 = 8 . D’où c2 = − 2×7 × 8 = − 8 et c0 =
35 3×4 35 30


4×5 × 4 = 8 , soit P4 (x) = 8 x − 8 x + 8 .


+ 1×2 15 3 35 4 30 2 3

8. Partir de ( P0 P00 ) = ( 1 0 ) et poser les calculs pour aboutir à ( P3 P30 ) après avoir mis
les résultats précédents sous la forme
 
0 ? n+1
Pn Pn0
 
Pn+1 Pn+1 =
? x
En effet, cela s’écrit mieux en ligne...

x 1 x  2 x 3 x  4
1 1 1
x2 x2 2 x2

−1 x 2 −1 x 3 x −1 x 4 −1 x
3 2 1 5 3 3 15 2 3 35 4
1 0 x 1 2 x − 2 3x 2x − 2x 2 x − 2 8 x − 30 2
8 x +
3
8 ...

9. Obtenir Pn et Pn0 en fonction de Pn+1 et de Pn+1


0 .
!
x −n − 1
Un calcul immédiat donne Pn0 0
 
Pn = 2 −1 Pn+1 Pn+1
− xn+1 x
10. Montrer que les racines de Pn s’intercalent entre les racines de Pn+1 (commencer par tester
cela pour n ≤ 3).
(a) Test numérique.
(b) Soient ξj les racines de Pn+1 , rangées en ordre croissant. On a donc −1 < ξ1 < dots <
ξn+1 < 1. La relation précédente donne (pour 0 ≤ j ≤ n)
0
Pn (ξj ) Pn (ξj+1 ) = Pn+1 0
(ξj ) Pn+1 (ξj+1 ) × Kj avec Kj > 0.
(c) Comme les racines de Pn+1 sont des racines réelles simples, les racines de Pn+1 0 sont
à leur tour réelles et simples et s’intercalent entre les racines de Pn+1 . On a donc
0
Pn+1 0
(ξj ) Pn+1 (ξj+1 ) < 0.
.
(d) Il y a donc au moins une racine de Pn dans chaque intervalle Ij = ] ξj , ξj+1 [. Comme il
y en a n au total, cela en fait donc exactement une dans chaque intervalle Ij .
Devoir № 7

ds3 : Dualité fonctionelle


Absolue monotonie

7.1 Exercice 8.3.13


1. Soient S le segment [a, b] avec a 6= b et f une fonction S ,→ R. On suppose f trois fois
 (b−a)3 (3)
dérivable sur S. Montrer ∃ c ∈ ]a, b[ : f (b) = f (a) + (b − a) f 0 a+b
2 + 24 f (c). On
pourra considérer une fonction ϕ (x) = f 2 + x − f 2 − x − 2x f 0 a+b
a+b a+b
− K x3 .
  
2

(a) Cet exercice avait déjà été traité : on pose m = a+b 2 , h = 2 et on écrit que f (b) =
b−a

f (m + h) = f (m) + h f 0 (m) + 21 h2 f 00 (m) + 61 h3 f (3) (c2 ) avec c2 ∈ ]m, b[, puis que
f (a) = f (m − h) = f (m) − h f 0 (m) + 21 h2 f 00 (m) − 61 h3 f (3) (c1 ) avec c1 ∈ ]a, m[ (Tay-
lor Lagrange avec reste du 3ème ordre). On a donc f (b) − f (a) = 2h f 0 (m) + 31 h3 ×
1 (3) (c ) + f (3) (c ) . Comme f (3) est une dérivée, cette fonction possède la propriété

2 f 1 2
des valeurs intermédiaires, et il existe c ∈ [c1 , c2 ] tel que 12 f (3) (c1 ) + f (3) (c2 ) = f (3) (c).


(b) Pour ce qui est de la méthode proposée par le sujet, on commence par remarquer que la
fonction ϕ est définie sur l’intervalle [0, h], et que ϕ00 est de Rolle sur cet intervalle.
(c) On calcule ensuite ϕ0 (x) = f 0 a+b 0 a+b − x − 2f 0 a+b − 3K x2 et ϕ00 (x) =
  
2 +x +f 2 2
f 00 a+b 00 a+b − x − 6K x. On voit donc que ϕ (0) = ϕ0 (0) = ϕ00 (0) = 0.
 
2 +x −f 2
(d) On définit K par ϕ (h) = 0. On en déduit l’existence d’un x0 ∈ ]0, h[ tel que ϕ00 (x0 ) = 0.
On a alors f (m + x0 ) − f (m − x0 ) = 2x0 × 3K, et la formule des accroissements finis
nous montre que 3K = f (3) (c) pour un certain c ∈ ]m − x0 , m + x0 [. 8

7.2 Dualité fonctionnelle


7.2.1 Préliminaires
Soit N l’ensemble des fonctions f : R+ ,→ R+ vérifiant f (0) = 0 et admettant une fonction
dérivée positive, continue et strictement croissante sur R+ . Soit f ∈ N .
1. Quels sont les différents comportements possibles de f 0 (x) lorsque x → +∞ ?
Par limite monotone, lim+∞ f 0 existe dans R et vaut soit +∞, soit un λ > 0. 2
2. Montrer que ∀x > 0 : f (x) < x f 0 (x).
Par Taylor-Lagrange, f (x) = f (0) + x f 0 (c) < x f 0 (x), puisque c < x. 2
3. En déduire que x 7→ f (x)
x est strictement croissante sur ]0, ∞[.
On calcule la dérivée et on applique 2.1.2. 1
4. Montrer que ∀x ≥ 0 : x f 0 (x) ≤ f (2x). On pourra s’intéresser à f (2x) − f (x).
Par Taylor-Lagrange, on a f (x + x) = f (x) + x f 0 (c) > x f 0 (x) car x < c et f (x) ≥ 0. 2

29
30 DEVOIR № 7. DS3 : DUALITÉ FONCTIONELLE ABSOLUE MONOTONIE

5. Montrer qu’il y a équivalence entre limx→+∞ f 0 (x) = +∞ et limx→+∞ f (x)


x = +∞.
f (x)
Posant g (x) = x , on a donc g (x) < f (x) et 2 f 2 < g (x) : il y a contrôle mutuel des
0 1 0 x


deux fonctions.

7.2.2 Dualité
Soit N0 l’ensemble des f ∈ N telles que f 0 (0) = 0 et lim+∞ f 0 = +∞. Désormais, f ∈ N0 .
1. Pour t ≥ 0, on définit la fonction ωt : R+ ,→ R par x 7→ ωt (x) = t x − f (x). Montrer qu’il
existe un et un seul xt ≥ 0 tel que ωt (xt ) = max {ωt (x) /x ≥ 0 }. On définit les fonctions ϕ
et f ∗ par ϕ (t) = xt et f ∗ (t) = ωt (xt ) et on se propose de les étudier.
(a) Pour t = 0 et x > 0, on a ω0 = 0 > ω0 (x) = −f (x) puisque f est strictement décroissante.
On a donc f ∗ (0) = 0, valeur atteinte une seule fois en ϕ (0) = 0.
(b) Soit maintenant t > 0. Avec Q2.1.5, on peut prolonger ω en une fonction continue sur
[0, +∞] en posant ω (+∞) = +∞. La borne sup f ∗ (t) = sup {ωt (x) /x ≥ 0 } ∈ R est
donc atteinte. Comme ddx ω (x) = t − f 0 (x), on voit que ω 0 (0) > 0 et lim+∞ ω 0 = −∞.
Par conséquent, la borne sup n’est pas atteinte aux bornes de l’intervalle ]0, +∞[, mais
en un ou plusieurs points intérieurs. Ces points sont alors déterminés par la condition
ω 0 (x) = 0, c’est à dire par f ((x) = t.
(c) Comme f 0 est continue et strictement croissante, elle réalise une bijection [0, +∞] ,→
[f 0 (0) , f 0 (+∞)] = [0, +∞] : ϕ en est l’application réciproque, montrant l’existence et
l’unicité de xt .
2. Montrer que ϕ est continue, strictement croissante, que ϕ (0) = 0 et que ϕ (t) → +∞ lorsque
t → +∞.
Théorème de la bijection bicontinue bimonotone entre intervalles.
3. Désormais t > 0 et h est un réel tel que |h| ≤ t. Établir l’existence d’un réel αt,h compris
entre t et t + h tel que f (ϕ (t + h)) − f (ϕ (t)) = αt,h (ϕ (t + h) − ϕ (t)). En déduire que
f ∗ (t + h) − f ∗ (t) = h ϕ (t) + βt,h (ϕ (t + h) − ϕ (t)) avec |βt,h | ≤ |h|.
(a) La relation f (ϕ (t + h))−f (ϕ (t)) = αt,h (ϕ (t + h) − ϕ (t)) n’est autre que la relation des
accroissements finis appliquée à la fonction f . On a αt,h = f 0 (c) avec c ∈ ]ϕ (t) , ϕ (t + h)[.
Comme f 0 ◦ ϕ = id, on a α ∈ ]t, t + h[.
(b) On en déduit f ∗ (t + h) − f ∗ (t) = (t + h) × ϕ (t + h) − t ϕ (t) − αt,h (ϕ (t + h) − ϕ (t))
d’où ∆f ∗ = h ϕ (t) + (t + h − α) ∆ϕ avec β = t + h − α ∈ [0, h], i.e. |β| ≤ |h|.
4. Montrer que f ∗ est dérivable sur ]0, ∞[ et que ddt f ∗ (t) = ϕ (t).
La formule précédente n’est autre que Taylor-Young à l’ordre 1 : le reste peut en effet s’écrire
h × βh ∆ϕ et le deuxième facteur tend vers 0 avec h par continuité de ϕ.
5. Montrer que f ∗ est dérivable en t = 0 et préciser (f ∗ )0 (0).
(a) On a f ∗ (t) = t ϕ (t) − f (ϕ (t)), prouvant la continuité de f ∗ en t = 0. Comme lim0 (f ∗ )0
existe (ϕ est continue en 0), on peut appliquer le théorème de prolongement de la dérivée
d’une fonction de Rolle. Et l’on a (f ∗ )0 (0) = ϕ (0) = 0.
(b) On remarquera que le calcul
d ∗ d
f (t) = (t ϕ (t) − f (ϕ (t))) = t ϕ0 (t) + ϕ (t) − f 0 (ϕ (t)) ϕ0 (t) = ϕ (t)
dt dt
suppose abusivement que f est deux fois dérivable.
6. Montrer que f 0 et (f ∗ )0 sont des fonctions réciproques l’une de l’autre. En déduire f ∗ ∈ N0
et (f ∗ )∗ = f .
(a) Les questions Q2.2.4 et Q2.2.5 montrent que f 0 et (f ∗ )0 sont des fonctions réciproques
l’une de l’autre, tandis que Q2.2.1 montre f ∗ (0) = 0 et Q2.2.2 montre les autres propriétés
nécessaires pour que f ∗ ∈ N0 .
7.3. FONCTIONS ABSOLUMENT MONOTONES 31

(b) La relation (f ∗ )∗ = f vient de ce que ces deux fonctions ont même dérivée sur R+ et
même valeur en x = 0.
7. Lemme : soit ψ : R+ ,→ R+ croissante et telle que ∀x ≥ 0 : (ψ ◦ ψ) (x) = x. Montrer que
∀x ≥ 0 : ψ (x) = x.
(a) Comme ψ est croissante, l’hypothèse x ≤ ψ (x) implique ψ (x) ≤ ψ (ψ (x)) = x et donc
x = ψ (x), tandis que l’hypothèse contraire x ≥ ψ (x) implique ψ (x) ≥ ψ (ψ (x)) = x et
donc à nouveau x = ψ (x).
(b) La relation ∀x ≥ 0 : (ψ ◦ ψ) (x) = x seule donne seulement ψ bijective. Parmi les
solutions possibles : x ψ (x) = Cte. 2
8. On cherche les fonctions f ∈ N0 telles que f = f ∗ . Commencer par examiner ce que l’on
peut dire de f 0 .
Il faut donc que f 0 (x) = x et donc f (x) = 21 x2 . 3

7.3 Fonctions absolument monotones


Pour I = ] a, b [ avec a, b ∈ R, on dit qu’une fonction I ,→ R est absolument monotone sur I si
f est indéfiniment dérivable et si ∀x ∈ I : ∀n ∈ N : f (n) (x) ≥ 0.
Pour a < b, on dit que f est absolument monotone sur [ a, b [ si f est absolument monotone sur
] a, b [ et de plus est continue en a.
1. Déterminer quelles sont, parmi les fonctions suivantes, celles qui sont absolument mono-
tones : x 7→ exp x sur R, x 7→ cosh x sur R, x 7→ −1
x sur ]−∞, 0[.
(a) Oui : l’exponentielle réelle est strictement positive, et égale à ses dérivées.
(b) Non : cosh0 = sinh est impaire et donc négative sur les négatifs.
n
(c) Oui : ddxn − x1 = n! (−x)−n−1 et ces fonctions sont positives sur les négatifs. 3


2. On considère f (x) = √ 1
1−x2
pour x ∈ ] −1, +1 [. Montrer que f est indéfiniment dérivable et
n+ 1
que f (n) s’écrit sous la forme f (n) (x) = Pn (x)÷ 1 − x2 2
avec Pn polynôme à coefficients
réels. Étudier la parité de Pn .
1
(a) On a f (0) (x) = f (x) = P0 (x) ÷ 1 − x2 2 avec P0 = 1. Un minimum de compétences
conduit à P1 = x, P2 = 2x2 + 1, P3 = 6x3 + 9x, P4 = 24x4 + 72x2 + 9, etc...
 −n− 1 
(b) Supposée au rang n, cette relation donne f (n+1) (x) = ddx Pn (x) × 1 − x2 2
=
1 1
−n− 2 −n−1− 2
Pn0 (x) × 1 − x2 + n + 12 Pn (x) × 2x 1 − x2 On obtient la récurrence
  

Pn+1 (x) = (2n + 1) x Pn (x) + 1 − x Pn (x), d’où la dérivabilité et Pn+1 ∈ Z [x].


2 0


(c) Montrons que Pn est de la parité de n. Cela est vrai pour n = 0. Supposons-le pour le
rang n. Alors P 0 est de la parité de n − 1, et cela ne change pas en multipliant par 1 − x2
qui est pair. Au contraire, le produit par x change la parité de Pn : on voit donc que Pn+1
est de la parité de n + 1. 4
3. Vérifier que, pour tout x ∈ ] −1, +1 [, 1 − x2 f 0 (x) − x f (x) = 0. En déduire que, pour tout


n ∈ N \ 0 et tout x ∈ ] −1, +1 [

Pn+1 (x) = (2n + 1) x Pn (x) + n2 1 − x2 Pn−1 (x)




Pn0 (x) = n2 Pn−1 (x)

On admet que ces relations restent valables pour tout x ∈ R.


0
(a) Relation triviale ff = − 21 1−x 2.
 −2x

(b) On dérive n fois, en appliquant la formule de Leibniz : 0 = f (n+1) × 1 − x2 + n f (n) ×




(−2x) + n(n−1)
2 f (n−1) × (−2) − f (n) × x − n f (n−1) × 1. Il vient Pn+1 = (2n + 1) x Pn +
n2 1 − x2 Pn−1 .

32 DEVOIR № 7. DS3 : DUALITÉ FONCTIONELLE ABSOLUE MONOTONIE

(c) Il suffit de comparer avec la question précédente pour obtenir Pn0 (x) = n2 Pn−1 (x). 4
4. Pour n ∈ N, calculer Pn (0). Montrer que tous les coefficients d’un polynôme Pn donné sont
positifs.
 2
(2n)!
(a) Par parité, P2n+1 (0) = 0. Pour P2n (0), on trouve (récurrence) n! 2n .
 k   2
(b) Par suite de Q3.3.2, coef f (Pn , k) = k! 1 d
dx k Pn (x) = 1 n!
k! (n−k)! Pn−k (0) et donc
 2 x=0
1
coef f (Pn , n − 2 ∗ j) = (n−2j)! n!
j! 2j
.

5. Montrer que arcsin est absolument monotone sur ] 0, +1 [.


Fonction positive, et la dérivée est absolument monotone.
6. Montrer que la somme et le produit de deux fonctions absolument monotones sur R sont
encore des fonctions absolument monotones sur R.
Évidence pour la somme, formule Leibniz pour le produit.
7. Montrer qu’il y a équivalence entre “f absolument monotone sur R” et “∀x ∈ R : f (x) ≥ 0
et f 0 absolument monotone sur R”.
Évidence.
8. Montrer que la composée de deux fonctions absolument monotones sur R est encore une
fonction absolument monotone sur R.
On obtient des combinaisons à coefficients positifs. Ainsi (g ◦ f )0 (x) = g (3) (y) f 0 (x)3 +
3g 00 (y) f 0 (x) f 00 (x) + g 0 (y) f (3) (x).
9. Soient α, β ∈ R avec a < b, et f absolument monotone sur ] α, β [. Montrer que f est
prolongeable par continuité en α. Montrer que la fonction ainsi prolongée (que l’on continuera
de noter f ) est indéfiniment dérivable en α.
Prolongement par limite monotone : f (k) est positive et croissante, et admet donc une limite à
droite en α. On prolonge alors et le prolongement de la dérivée est la dérivée du prolongement.

k
10. Soit f absolument monotone sur [ a, b [. On pose Sn (x) = nk=0 (x−a) (k) (a). Montrer que
P
k! f
∀x ≥ a : ∀n ∈ N : Sn (x) ≤ f (x). En déduire que, pour tout x ∈ [ a, b [, la suite (Sn (x))n∈N
est convergente, et que sa limite, notée S (x), vérifie S (x) ≤ f (x).
(x−a)k (k) n
(a) On a f (x) = n−1 (a) + (x−a) (n) (c) avec c ≥ a donc f (n) (a) ≤ f (n) (c).
P
k=0 k! f n! f
D’où Sn (x) ≤ f (x).
(b) Il est clair que la suite est croissante bornée : elle converge.
Devoir № 8

Polynômes de Laguerre

Polynômes de Laguerre
dn
On pose Φn (x) = (−x)n exp (−x) et Pn (x) = 1
n! exp (x) d xn Φn (x).
1. Déterminer, pour 0 ≤ n ≤ 4, les fonctions Pn (x). Tracé (sur un même graphe).
Il vient P0 = 1, P1 = x − 1, P2 = 21 x2 − 2x + 1, P3 = 61 x3 − 32 x2 + 3x − 1, et enfin
1 4
P4 = 24 x − 23 x3 + 3x2 − 4x + 1.
10

10

–10

Figure 8.1 – Les polynômes P0 à P4 .

2. Montrer que , pour tout n ∈PN, Pn est un polynôme de degré n. Déterminer les coefficients
cn (k) définis par Pn (X) = nk=0 cn (k) X k .
n
(a) Comme Φn (x) est un produit, on peut appliquer  la formule de Leibniz : ddxn Φn (x)
 =
n dn (n) n n k
(−1) d xn (xn exp (−x)), d’où Φn (x) = (−1) n n! k
P 
k=0 k × k! x × (−1) exp (−x)
(−1)n−k n! k
(b) On a donc Pn (x) = nk=0 (k!) x , ce qui montre que Pn (x) est un polynôme de
P
2
(n−k)!
(−1)(n−k) n!
degré n. Ses coefficients sont donnés par c (n, k) = (k!)2 (n−k)!
(n) (n+1) (n+2)
3. Exprimer Φn (x), Φn (x) et Φn (x) en fonction de Pn (x), Pn0 (x) et Pn00 (x).
(n)
(a) De par la définition de Pn (x), on a Φn (x) = Pn (x) n! exp (−x).
(n+1)
(b) Par dérivation, il vient Φn (x) = (Pn0 (x) − Pn (x)) n! exp (−x) et

Φ(n+2) (x) = Pn00 (x) − 2Pn0 (x) + Pn (x) n! exp (−x) .



n

(n+1) dn+1
4. Utiliser Φn+1 (x) = d xn+1
(−x Φn (x)) une relation entre Pn+1 (X), Pn (X) et Pn0 (X).
(a) On constate aisément que Φn+1 (x) = −x Φn (x).
(n+1) (n+1) (n)
(b) Applicant la formule de Leibniz, on obtient Φn+1 (x) = −x Φn (x) − (n + 1) Φn (x).
En revenant aux Pn , il vient :
 
x x
Pn+1 (x) = − 1 Pn (x) − P 0 (x) (8.1)
n+1 n+1 n

33
34 DEVOIR № 8. POLYNÔMES DE LAGUERRE
 
(n+1) dn (1)
5. Utiliser Φn+1 (x) = d xn Φn+1 (x) , ainsi que la relation précédente pour obtenir une rela-
0
tion entre Pn+1 (X), Pn (X) et Pn0 (X).
 
(n+1) n (1) (n+1) n
(a) On a Φn+1 (x) = ddxn Φn+1 (x) , soit Φn+1 (x) = − (n + 1) ddxn ((−x)n exp (−x)) −
 
dn n+1
d xn (−x) exp (−x) .
(n+2) (n+1) (n+1)
(b) En dérivant une fois de plus, on obtient Φn+1 (x) = − (n + 1) Φn (x) − Φn+1 (x).
Avec Q3, il vient
0
(x) − Pn+1 (x) (n + 1)! = − (n + 1) Pn0 (x) − Pn (x) n! − Pn+1 (x) (n + 1)! .
 
Pn+1

D’où :
0
Pn+1 (x) = Pn (x) − Pn0 (x) (8.2)

6. En déduire une relation entre Pn (X), Pn0 (X) et Pn00 (X). Transformer cette équation diffé-
rentielle en une relation de récurrence entre les coefficients de Pn . Vérifier cette relation à
l’aide de Q2.
(a) En combinant dérivant (9.1) et en comparant avec (9.2) on obtient l’équation différentielle
x Pn00 (x) + (1 − x) Pn0 (x) + n Pn (x) = 0.
(b) Cette équation se réécrit en x Pn00 (x) + Pn0 (x) = x Pn0 (x) − n Pn (x). L’action de membre
de gauche sur xk fait baisser le degré, tandis que celle du membre de droite le conserve.
On aboutit à la relation (k + 1)2 c (n, k + 1) = (k − n) c (n, k).
(c) On constate aisément que cette relation est compatible avec la formule de Q2.
   
Pn+1 Pn
7. Mettre les résultats de Q4 et Q5 sous la forme 0 = Mn où Mn désigne
Pn+1 P0
   n
P0 1
une matrice 2 × 2 à coefficients dans C1 [x]. Partir de = et poser les calculs
P00 0
 
P3
aboutissants à .
P30
   x x
 
Pn+1 − 1 − n+1 Pn
Ces résultats s’écrivent 0 = n+1 ou encore, en les écrivant
Pn+1 +1 −1 Pn0
 x 
 n+1 − 1 +1
en ligne, Pn+1 Pn+1 0 0 . Il vient :

= Pn+1 Pn+1 x
− n+1 −1

1 1
x−1 +1 2x −1 +1 3x−1 +1 ...
−x −1 − 12 x −1 − 13 x −1 ...
x2 x3 3x2 x2
1 0 x−1 +1 2 − 2x + 1 x−2 6 − 2 + 3x − 1 2 − 3x + 3 ...
−x2 3x −x3 4 2 11 −x2 5
0 1 −1 −1 2 + 2 −x + 1 6 + 3x − 6 x 2 + 2x − 1 ...

8. Montrer que les polynômes Pn n’ont pas de racines multiples (dans C [X]).
On voit que det (Mn ) = 1. Le déterminant du produit Bn = Mn . . . M2 M1 vaut donc 1 à
son tour, et les polynômes Pn et Pn0 vérifient une relation de type A Pn + B Pn0 = 1 : ils sont
premiers entre eux.
R∞
9. Pour Q1 , Q2 ∈ R [X], on pose ϕ (Q1 , Q2 ) = 0 Q1 (x) Q2 (x) exp (−x) dx. Trouver les va-
leurs de ϕ X k , X j pour j, k ∈ N, ainsi que les valeurs de ϕ (Pk , Pj ) pour j, k ≤ 4.

 R∞
(a) Une ippm conduit à ϕ xk , xj = 0 xj+k exp (−x) dx = (j + k)!
(b) Quelques calculs supplémentaires donnent ϕ (Pk , Pj ) = 0 pour j 6= k et ϕ (Pj, Pj ) = 1.
R∞
10. Montrer que pour n ∈ N fixé et tout Q ∈ R [X], on a ϕ (Pn , Q) = λ (n) 0 Φn (x) Q(n) (x) dx
pour une certaine constante λ (n) que l’on déterminera. En déduire ϕ (Pk , Pj ) pour j, k ∈ N.
35

R∞ R ∞ (n)
(a) Une intégration par parties de 0 Pn (x) Q (x) exp (−x) dx = n! 1
0 Φn (x) Q (x) dx
R ∞ (n−1) (n−1)
donne − n! 0 Φn
1
(x) Q (x) dx. En effet, le terme tout intégré s’écrit Φn
(1) (x)
fois un polynôme, et donc est nul à chacune des deux bornes.
R∞
(b) En itérant le processus, on obtient ϕ (Pn , Q) = (−1)n n!
1
0 Φn (x) Q
(n) (x) dx, c’est à

dire λ (n) = (−1)n n!


1
.
(c) Lorsque dg (Q) < n, on trouve donc ϕ (Pn , Q) = 0, établissant ϕ (Pk , Pj ) = 0 pour j 6= k.
(n)
(d) Pour le cas j = n, onRobtient Pn (x) = n! cd (Pn ) = 1, d’où le résultat remarquable

ϕ (Pn , Pn ) = (−1)n n!
1 n
0 (−x) exp (−x) dx = 1.

11. Utiliser le résultat précédent pour montrer que les racines d’un polynôme Pn donné sont toutes
simples et situées dans ]0, +∞[.
(a) On considère le polynôme Q dont les racines, toutes de multiplicité 1, sont les racines de
Pn qui sont d’ordre impair et appartiennent à l’intervalle ]0, +∞[.
R +∞
(b) Le polynôme Q (x) Pn (x) est donc positif sur R+ . Si l’on avait 0 Q (x) Pn (x) dx = 0,
ce polynôme serait le polynôme nul.
(c) Il faut donc que dg (Q) = n, ce qui prouve que les racines de Pn sont toutes simples et
situées dans ]0, +∞[.
12. Montrer que les racines de Pn s’intercalent entre les racines de Pn+1 .
(a) Soient (xj )1≤j≤n+1 les racines de Pn+1 rangées par ordre croissant.
(b) La relation Pn (x) = −Pn+1 (x) + n+1 x 0
Pn+1 (x), obtenue en inversant Mn , montre que
xj xj+1 0
Pn (xj ) Pn (xj+1 ) = n+1 n+1 Pn+1 (xj ) Pn+1 (xj+1 ). On a clairement xj xj+1 > 0.
0

(c) Comme xj et xj+1 sont des racines simples consécutives de Pn+1 , il y a exactement une
racine de Pn+1
0 vérifiant xj < x < xj+1 et l’on a Pn+1
0 0
(xj ) Pn+1 (xj+1 ) < 0.
(d) On en déduit que Pn (xj ) Pn (xj+1 ) < 0, montrant qu’il y a au moins une racine de Pn
entre deux racines consécutives de Pn+1 . Un argument de dénombrement montre qu’il ne
peut pas y en avoir plusieurs.
36 DEVOIR № 8. POLYNÔMES DE LAGUERRE
Devoir № 9

ds4 : Polynômes de Hermite

9.1 Exercice convexité


Pour tous a, b, x, y > 0, montrer que x ln xa + y ln yb ≥ (x + y) ln x+y
a+b .

1. Méthode “in brute force” : on pose f (a) = x ln xa + y ln yb − (x + y) ln x+ya+b et on dérive en a.


a y−x b
Il vient f (a) = a(a+b) . La seule racine de f est a = y pour laquelle f 0 passe du négatif au
0 0 xb

positif : on a donc un point de minimum. Et le résultat suit, puisque f xab = 0.




2. Méthode “convexité” : on pose g (z) = z ln z. Alors la question devient a+b a


g xa + a+b
b
g yb ≥
 
  2
b y
g a+ba x
a + a+b b et le résultat suit parce que ddz 2 g (z) = ddz (1 + ln z) = z1 ≥ 0, montrant
que g est convexe. 4

9.2 Polynômes de Hermite


(−1)n dn
On pose Φ (x) = exp − 12 x2 et, pour n ∈ N, Pn (x) = 1 2
 
n! exp 2x d xn Φ (x).

9.2.1 Relations de récurrence


1. Déterminer, pour 0 ≤ n ≤ 4, les fonctions Pn (x). Tracé rapide sur un même graphe. 2

1 1 1 1 1 1 1
P0 (x) = 1, P1 (x) = x, P2 (x) = x2 − , P3 (x) = x3 − x, P4 (x) = x4 − x2 +
2 2 6 2 24 4 8

–4 4

–2

Figure 9.1 – Les polynômes P0 à P4 .

2. Montrer que, pour tout n ∈ N, Pn est un polynôme. Déterminer le degré, le coefficient


dominant et la parité éventuelle de ces polynômes.

(a) Le plus simple est d’utiliser déjà la récurrence suggérée par la question 2.1.3. On a
. n
Φ(n) (x) = ddxn Φ (x) = (−1)n n! Pn (x) Φ (x).

37
38 DEVOIR № 9. DS4 : POLYNÔMES DE HERMITE

(b) De là : Φ(n+1) (x) = (−1)n+1 (n + 1)! Pn+1 (x) Φ (x) = d


d ((−1)n n! Pn (x) Φ (x)). Comme
∀x : Φ (x) 6= 0, on arrive à :

(n + 1) Pn+1 (x) = x Pn (x) − Pn0 (x) (9.1)

(c) Montrons que Pn ∈ R (X), avec dg (Pn ) = n, cd (Pn ) = n! 1


et Pn de la parité de n. Ceci
est clairement vrai de P0 . La formule (9.1) additionne deux termes de degrés différents,
et il est clair que x Pn et Pn0 sont de la parité contraire à celle de Pn .
3. Utiliser la relation Φ(n+1) (x) = ddx Φ(n) (x) pour obtenir une expression de Pn+1 (x) en


fonction de Pn (x) et Pn0 (x).


Cf supra, formule (9.1).
n+1
4. Utiliser la relation Φ(n+2) (x) = ddxn+1 Φ(1) (x) pour obtenir une expression analogue pour

0
Pn+1 (x).
n+1
(a) On obtient Φ(n+2) (x) = ddxn+1 (−x Φ (x)) = −x × Φ(n+1) (x) − (n + 1) × 1 × Φ(n) (x).
En divisant par (−1)n (n + 1)! Φ (x) , il vient (n + 2) Pn+2 (x) = x Pn+1 (x) − Pn (x). En
comparant avec la relation (9.1), écrite pour l’indice n + 1, on obtient la relation :
0
Pn+1 (x) = Pn (x) (9.2)

(b) Cette relation se vérifie aisément sur les exemples P0 à P4 .


5. En déduire une relation entre Pn (X), Pn0 (X) et Pn00 (X). Transformer cette équation diffé-
rentielle en une relation de récurrence entre les coefficients de Pn .
(a) En dérivant la relation (9.1) et en soustrayant la relation (9.2), on obtient :

Pn00 (x) − x Pn0 (x) + n Pn (x) = 0 (9.3)

(b) Ce qui se réécrit P 00 = x P 0 − nP , conduisant à la “ descente”


P (kk + 2) (k + 1) ak+2 =
(k − n) ak (pour un polynôme écrit sous la forme P (x) = ak x . On vérifie que les
coefficients de la mauvaise parité se déduisent de an+1 = 0 et sont nuls à leur tour, tandis
que an reste indéterminé par ces relations.
6. Résoudre la récurrence de 2.1.5 et montrer que les polynômes Pn (x) peuvent s’écrire sous la
Pj=E(n/2) (−1)j
forme Pn (x) = j=0 c (n, j) xn−2j avec c (n, j) = (n−2j)! j! 2j
.

(a) La formule précédente s’utilise sous la forme ak = − (k+1)(k+2)


n−k ak+2 , en descendant vers
0 à partir de k = n − 2. Ceci suggère une renumérotation des coefficients, en partant du
terme dominant.
(b) Pour j = 0, la formule proposée redonne bien le coefficient dominant an = n! .
1

(c) On procède alors par descente : en supposant que c (n, j − 1) = an−2j+2 , on obtient
j−1
an−2j = − (n−2j+1)(n−2j+2)
2j
(−1)
(n−2j+2)! (j−1)! 2j−1
, et donc an−2j = c (n, j).
   
Pn+1 Pn
7. Mettre les résultats de 2.1.3 et 2.1.4 sous la forme 0 = Mn où Mn désigne
Pn+1 P0
   n
P0 1
une matrice 2 × 2 à coefficients dans C1 [x]. Partir de 0 = et poser les calculs
P0 0
 
P3
aboutissants à .
P30
   x 1
 
Pn+1 − n+1 Pn
Ces résultats s’écrivent , ou encore Pn+1 Pn+1 0

= n+1 =
0
Pn+1 Pn0
1 0
 x 
1
0 . Il vient :
 n+1
Pn+1 Pn+1 1
− n+1 0
9.2. POLYNÔMES DE HERMITE 39

1 1 1
x 1 2x 1 3x 1 4x 1
−1 0 − 12 0 − 13 0 − 14 0
1 2 1 1 3 1 1 2 1 1 4 1 2 1 1 3
1 0 x 1 2x − 2 x 6x − 2x 2 x − 2 24 x − 4 x + 8 6 x − 12 x
2
0 1 −1 0 − x2 −1 − x6 + 13 − x2 1 3
− 24 x + 24 5
x − 16 x2 + 13

8. Montrer que les racines des polynômes Pn sont toutes des racines simples.

(a) Les matrices Mn ont pour déterminant n+1 1


, et le déterminant de leur produit est encore
un scalaire. Le calcul direct donne une relation de Bezout, prouvant que pgcd (P, P 0 ) = 1
et donc qu’il n’y a pas de racines multiples.
(b) Pour n = 4, on obtient ainsi − 61 x2 + 31 P4 + 24 1 3 5
x P40 = 24
1
.
 
x − 24
(c) Autre méthode : chaque
 matrice
 Mn estinversible.
 Donc leur produit Bn est aussi inver-
P0 Pn
sible, et on obtient = (Bn )−1 . Une racine commune à Pn et Pn0 serait
P00 Pn0
aussi racine de P0 = 1. 1

9. On admettra que toutes les racines des Pn sont réelles. Quelle relation y a-t-il entre les
racines de deux polynômes successifs ?
Comme Pn+1 possède n + 1 racines réelles simples, les racines de Pn = Pn+1 0 viennent
s’intercaller entre les racines de Pn+1 . 1

9.2.2 Somme des carrés des racines d’un polynôme


1. Soit Q (x) = xn + b xn−1 + c xn−2 + R (x) un polynôme
P de degré n ≥ 2 (avec dg (R) ≤ n − 3),
et xj (1 ≤ j ≤ n) ses racines. Exprimer la somme n1 x2j en fonction de b et de c.

x2j = ( n1 xj )2 − 2 j<k xj xk = (−b)2 − 2c.


Pn
(a) Méthode élémentaire :
P P
1

(b) Méthode de van Graeffe : on définit un polynôme Q 2 = Q (x)×(−1)n Q (−x).


2 par Q2 x


Il vient Q2 x2 = xn + b xn−1 + c xn−2 + R (x) xn − b xn−1 + c xn−2 ± R (−x) . On


 

voit que les xj sont les racines de ce nouveau polynôme. En effectuant Q2 x = x2n −
2 2


b2 − 2c x2n−2 + . . . , le résultat suit. 1




2. Calculer la somme des carrés des racines des polynômes Pn (x) pour n ≤ 4.
Pour P1 = x, S2 = 0. Pour P2 = 21 x2 − 12 , les racines sont ±1 et S2 = 2. Pour P3 = 61 x3 − x2 ,

les racines sont ± 3 et 0 : S2 = 6. Enfin, pour P4 = 24 x − 14 x2 + 81 , on trouve S2 = 12.
1 4
1
3. Utiliser 2.1.6 pour généraliser le résultat de la question précédente. Que peut-on en déduire
pour la plus grande racine de Pn (x) ?

(a) D’après les résultats précédents, on a b = 0 et c = c (n, 1) /c (n, 0) = − n(n−1)


2 . D’où
S2 = n (n − 1).
(b) Si zn désigne la plus grande racine de Pn , on a donc 2z 2 ≤ n (n − 1) et z ≤ √1 n.
2
2

4. Soit Q (x) = xn + β xn−2 + γ xn−4 + R (x) un polynôme de degré n ≥ 4 ayant la parité


P de son
degré (avec dg (R) ≤ n − 6). On désigne ses racines par xj (1 ≤ j ≤ n). Exprimer n1 x4j en
fonction de β et de γ.

(a) Le polynôme Q2 de la question 2.2.1 devient 2 = xn + β xn−2 + γ xn−4 + R (x) ×


 
Q 2 x
xn + β xn−2 + γ xn−4 ± R (−x) . D’où Q2 (x) = xn + (2β) xn−1 + β 2 + 2γ xn−2 + . . . .
 

(b) On applique alors la formule 2.2.1 au polynôme Q2 et l’on trouve xj = (2β)2 −


P 4

2 β 2 + 2γ = 2β 2 − 4γ.

40 DEVOIR № 9. DS4 : POLYNÔMES DE HERMITE

(c) Autre méthode : pour n pair, on prend Q e (x) = Pn (√x), et pour n impair, on prend
e (x) = Pn (√x) /√x. Vu la parité des Pn , la fonction Q
Q e est polynomiale. Ce polynôme
Q est de degré m = E (n/2). Ses racines yk sont P
e sont les carrés
P (comptés une seule P fois)
des racines non nulles de Pn . Il vient alors S2 = xj = 2 yk = −2β et S4 =
2 x4j =
2 yk = 2 β − 2γ . 2
P 2 2


5. Appliquer le résultat précédent aux polynômes Pn (x). Que peut-on en déduire pour la plus
grande racine de Pn (x) ? Comparer avec le majorant obtenu en 2.2.3.
2
1 (n!)
(a) Appliquée aux polynômes Pn (x), la formule donne S4 = 2β 2 − 4γ = 2 ((n−2)!)2 − 1 n!
2 (n−4)!
d’où S4 = n (n − 1) (2n − 3).
p √ p √ √ 2
(b) Testons pour n = 4. Les racines sont ± 3 + 6, ± 3 − 6 et S4 = 2 3 + 6 +
√ 2
2 3 − 6 = 60 = 4 × 3 × 5.
(c) On en déduit que la plus grande racine (soit z) de Pn vérifie 2z 4 ≤ n (n − 1) (2n − 3) et
donc que z ≤ n3/4 .
(d) Ce résultat
P 4 est plus précis que celui obtenu avec les carrés, parce
P 2 que le poids relatif de z
dans x est plus important que le poids relatif de z dans x (principe de la méthode
de van Graeffe).
Devoir № 10

Misc. : morphisme ; analyse ; Douai 86

10.1 Morphisme de groupes


Soit f un morphisme de groupes de (G, ∗) sur (G0 , ⊥). Soit H 0 un sous-groupe de G0 . Montrer
que f −1 hH 0 i est un sous-groupe de G.
.
1. On pose H = f −1 hH 0 i = {x ∈ G / f (x) ∈ H 0 }. Comme H 0 est un sous groupe de H 0 , on a
1G0 ∈ H 0 . Comme f est un morphisme de groupes, on a f (1G ) = 1G0 . On en déduit 1G ∈ H.
2. Soient x, y ∈ H. Par définition de H, on a f (x) , f (y) ∈ H 0 . Comme H 0 est un sous-groupe
de G0 , on a f (x) ⊥ f (y) ∈ H 0 . Par définition d’un morphisme, on a f (x ∗ y) = f (x) ⊥ f (y).
On voit donc que x ∗ y ∈ H.
3. Soit x ∈ H. Par définition de H, on a f (x) ∈ H 0 . Comme H0 est un sous-groupe de G0 , on
a f (x)−1 ∈ H 0 . Par définition d’un morphisme, on a f x−1 = f (x)−1 . On voit donc que
x−1 ∈ H.
4. En résumé, H est non vide et stable à la fois par ∗ et par passage aux inverses : c’est un
sous-groupe de G.

10.2 Analyse
Soit f une fonction continue R ,→ R telle que pour tout couple de réels x, y, on ait :

|f (x) − f (y)| ≥ |x − y|

1. Montrer que f est injective.


Supposons f (x) = f (y). On a alors 0 = |f (x) − f (y)| ≥ |x − y| et donc x = y.
2. Montrer que f est strictement monotone.
(a) Théorème du cours : une fonction continue, injective, au départ d’un intervalle est stric-
tement monotone.
(b) Principe de la preuve : dans le cas contraire, on pourait trouver a, b, c ∈ I avec a < b < c
et pente (AB) pente (BC) < 0. En pareil cas, les points de ]f (a) , f (b)[ ∩ ]f (c) , f (b)[
seraient atteints deux fois.
3. Montrer que f est non bornée et bijective.
(a) On suppose f croissante. Sinon, on examine −f qui est alors croissante.
(b) Pour x > 0, on a f (x) − f (0) ≥ x − 0, donc f (x) ≥ x + f (0) → +∞. D’où f (x) → +∞.
(c) Pour x < 0, on a f (0) − f (x) ≥ 0 − x, donc f (x) ≤ x + f (0) → −∞. D’où f (x) → −∞.
(d) On peut donc prolonger f en une fonction continue f : R ,→ R telle que f(−∞) = −∞
et f (+∞) = +∞. La propriété des valeurs intermédiaires nous donne f R = R et donc
f (R) = R.

41
42 DEVOIR № 10. MISC. : MORPHISME ; ANALYSE ; DOUAI 86

4. On suppose dans ce paragraphe qu’il existe un segment S = [a, b] ⊂ R (avec a < b) tel que
f (S) ⊂ S.

(a) Montrer qu’il existe un c ∈ S tel que f (c) = c.


On pose g (x) = f (x) − x. On a donc g (a) ≥ 0 et g (b) ≤ 0. Comme g est continue, elle
atteint la valeur 0, et donc il existe un c ∈ S tel que f (c) = c.
(b) On suppose f croissante. Peut-on avoir f (a) > a ou f (b) < b ?
On a |f (b) − f (a)| ≥ |b − a|. Avec les hypothèses supplémentaires, cela donne f (b) −
f (a) ≥ b − a, soit encore (g (b)) + (−g (a)) ≥ 0. Comme chaque parenthèse est négative
ou nulle, il faut que chaque parenthèse soit nulle. On a donc f (a) = a et f (b) = b.
(c) On continue de supposer f croissante. Déterminer la restriction de f au segment S.
Soit c ∈ S. Il faut |f (b) − f (c)| ≥ |b − c| et donc b − f (c) ≥ b − c et en même temps il
faut |f (c) − f (a)| ≥ |c − a| et donc f (c) − a ≥ c − a. On en déduit ∀c ∈ S : f (c) = c.
(d) On suppose f décroissante. Déterminer sa restriction à S. On pourra poser ϕ (x) =
a + b − f (x).
Posons σ (c) = a + b − c. Il est clair que σ est une bijection de S sur lui-même. Il est
immédiat que ϕ = σ ◦ f est croissante et que ϕ (S) ⊂ S. D’après la question précédente,
on a alors ∀c ∈ S : f (c) = σ (c).

5. On suppose désormais f croissante.

(a) Montrer que si pour tout x réel, on a f (x) < x, alors f (x) ∼+∞ x.
f (0)
On a, pour x > 0, f (x) − f (0) ≥ x − 0 et donc x + f (0) ≤ f (x) < x. De là 1 + x ≤
f (x)
x < 1 et donc f (x) ∼+∞ x.
(b) Montrer que si pour tout x réel, on a on a f (x) > x, alors f (x) ∼−∞ x.
On a, pour t < 0, f (0) − f (t) ≥ 0 − t et donc t + f (0) ≥ f (t) > t. Divisant par un
négatif, il vient 1 + f (0) f (t)
t ≤ t < 1 et donc f (t) ∼+∞ t.
(c) Soit U l’ensemble des x ∈ R tels que f (x) = x. Montrer que l’on se retrouve dans l’un
des deux cas précédents, ou bien que U est un intervalle non vide.
La fonction g : x 7→ f (x)−x est continue. Elle ne peut changer de signe qu’en s’annulant.
Par conséquent U = ∅ conduit à l’un des deux cas précédents. La question Q4c montre
que a, b ∈ U implique [a, b] ⊂ U . Par conséquent U est un intervalle, et on voit aisément
que cet intervalle est un ensemble fermé de R.

10.3 Mines de Douai 86


Dans ce problème, on note de la même façon un polynôme et la fonction polynôme associée. On
désigne par C∗ l’ensemble des nombres complexes non nuls. Par convention : ∀z ∈ C∗ : z 0 = 1. On
considère l’application z 7→ f (z) = z + z1 .
1. Propriétés algébriques de f :

(a) Montrer que f est surjective.


On résoud z + z1 = ζ. Il vient z 2 − ζ z + 1 = 0 et z = 12 ζ ± rac ζ 2 − 4 . Pour chaque


valeur de ζ, on trouve deux valeurs de z. Le produit de ces deux valeurs vaut 1. Ces deux
valeurs sont distinctes à moins que ζ = 2 (z = 1) ou que ζ = −2 (z = −1).
(b) Soit Γ = {z ∈ C /|z| = 1 }. Déterminer l’image F de Γ par f . Montrer que l’image réci-
proque de F est Γ.
.
On a Γ = {exp (i t) /t ∈ [0, 2π] }. Par conséquent F = f (Γ) = {2 cos t /t ∈ [0, 2π] } =
[−2, +2]. Soit réciproquement ζ = 2 cos t ∈ [−2, +2]. On sait que les deux racines de
z 2 − 2z cos t + 1 = 0 sont les nombres exp (i t) et exp (−i t), montrant que f −1 (F ) ⊂ Γ.
L’autre inclusion étant triviale, on a l’égalité.
10.3. MINES DE DOUAI 86 43

(c) Soit D = {z ∈ C /0 < |z| < 1 }. Montrer que l’application g : D ,→ C \ F : z 7→ z + z1


est une bijection.
La question Q1a montre que f (z) = f (t) implique z = t ou bien z t = 1. Cette deuxième
relation étant impossible entre éléments de D, l’application g est injective. Réciproque-
ment, un nombre ζ ∈ C \ F possède deux antécédents z, t. Si l’on avait |z| = 1 on aurait
ζ ∈ F . Et comme z t = 1, on a soit |z| < 1 soit |t| < 1 montrant que g est surjective.
2. Étude d’une suite de polynômes :
(a) Montrer que pour tout entier positif ou nul n, il existe un unique polynôme Pn tel que
∀z ∈ C∗ : f (z n ) = Pn (f (z)) et que ∀n ≥ 1 : Pn+1 = X Pn − Pn−1 .
Il est clair que ∀z 6= 0 : f (z) f z n+1 = z 1 + z −1 z n+1 + z −n−1 = f z n+2 + f (z n ).
   

Pour l’existence, on pose P0 = 2, P1 = X. La récurrence Pn+2 = X Pn+1 − Pn définit


visiblement une famille de polynômes avec dg (Pn ) = n et Pn (f (z)) = f (z n ). Pour
l’unicité : si un deuxième polynôme (soit Qn ) vérifie la relation fonctionnelle pour tout
z ∈ D, alors on a Pn (ζ) = Qn (ζ) pour tout ζ ∈ g (D). Par prolongement des identités,
on a donc l’identité des deux polynômes formels.
(b) Expliciter Pj pour 0 ≤ j ≤ 3. Déterminer le degré de Pn . Étudier la parité de Pn .
Il est immédiat que Pn (X) = 2Tn (X/2). On a donc P0 = 2, P1 = X, P2 = X 2 − 2,
P3 = X 3 − 3X, dg (Pn ) = n, cd (Pn+1 ) = 1 et Pn est de la parité de n.
3. Pour tout nombre entier n > 0, on considère (dans C) l’équation algébrique (En ) : Pn (ξ) =
0. Résoudre cette équation. Vérifier que (En ) admet n racines réelles distinctes, et que (pour
n > 0) les racines de En s’intercalent entre les racines de En+1 .
Comme Pn (ξ) = 2Tn (ξ/2), on voit que (pour n ≥ 1) le polynôme Pn est le polynôme unitaire
ayant pour racines le double des racines de Tn . Soit ξk = 2 cos 2k+1 π pour 0 ≤ k < n. Ainsi,
√ √ 2n
pour n = 3, a-t-on 2 cos 6 = 3, 2 cos 6 = 0 et 2 cos 6 = − 3.
π 3π 5π

Étant donné un nombre complexe β et un entier n > 2, on considère (dans C) l’équation


algébrique (Fn ) : Pn (ξ) = β.
4. On suppose que β n’appartient pas à l’intervalle réel [−2, +2]. Montrer que (Fn ) admet n
racines distinctes.
Supposons ξ ∈ F . Il existe alors x ∈ Γ tel que ξ = f (x), et on a donc β = Pn (ξ) = f (xn ) ∈ F .
Nous pouvons donc définir x = g −1 (ξ) et b = g −1 (β). La relation β = Pn (ξ) devient alors
f (b) = Pn (f (x)) = f (xn ), soit g (b) = g (xn ) et donc b = xn . Comme un nombre |b| ∈ D
possède n racines n-ièmes distinctes dans D. Et la conclusion suit, car g est une bijection :
des x distincts conduisent à des ξ distincts.
5. On suppose que β ∈ [−2, +2] et on pose θ = arccos β2 . Exprimer les racines de (Fn ) en
fonction de θ. Pour quelles valeurs de θ l’équation (Fn ) admet-elle des racines doubles ?
(a) Supposons ξ ∈ / F . Il existerait x ∈ D avec ξ = g (x) = f (x). Alors b = Pn (ξ) = f (ξ n ).
Comme ξ n ∈ D, on aurait b ∈ g (D) ce qui est impossible.
. .
(b) Posons donc b = exp (i θ), soit β = f (b), ainsi que τ = arccos 2ξ et x = exp (i τ ), soit
ξ = f (x). Il vient f (b) = f (xn ) et donc τk = nθ + k 2π
n .
(c) Une racine double apparaît lorsqu’une racine de Pn0 (x) est en même temps racine de
Pn (x)−β. Or les racines de Pn0 correspondent à des angles multiples de πn . Par conséquent,
le cas se produit pour θ = 0 et θ = π soit β = ±2.
6. Décomposer en éléments simples sur C la fraction rationnelle 1
Pn (X) .
On a vu en Q3 que les pôles de 1
Pn (X) sont les ξk = 2 cos 2k+1
2n π. On applique la formule des
n sin(n t)
pôles simples, qui donne Res (ξk ) = Pn0 (ξk ). Il est aisé de voir que Pn0 (2 cos t) = sin t . La
décomposition demandée est donc :
n−1 k
1 X (−1) sin 2k+1

1 2n π
=
X − 2 cos 2k+1

Pn (X) n 2n π
k=0
44 DEVOIR № 10. MISC. : MORPHISME ; ANALYSE ; DOUAI 86
Devoir № 11

ds5 : Groupes ; polynômes de Bernoulli

11.1 Groupes
Soit H = {(a, b) / a > 0 et b ∈ R }.
1. On considère sur H la loi ⊥ définie par (a, b) ⊥ (c, d) = (a c, b + d). Montrer que (H, ⊥)
est un groupe commutatif.

(a) Il s’agit du produit cartésien des groupes R+ ∗ , ∗ et (R, +). Il y a opération coordonnée


par coordonnée, prouvant la stabilité, l’associativité et la commutativité. Le neutre est


(1, 0) et le neutralisateur de (a, b) est a1 , b .


(b) Rappel : un élément neutre est défini par la propriété ∀x : x ⊥ e = e ⊥ x = x. Il est


donc utile de démontrer la commutativité avant d’examiner l’existence d’un neutre et des
neutralisateurs.

2. On considère sur H la loi ∆ définie par (a, b) ∆ (c, d) = (a c, b c + a d). Est-ce que (H, ∆)
est un groupe ? Est-ce que (H, ⊥, ∆) est un anneau ?

(a) Une démonstration efficace de ce que (H, ∆) est un groupe est obtenue en considérant
la bijection ϕ : H ,→ H : (a, b) 7→ a, ab . On a ∆ = ϕ−1 ◦ ⊥ ◦ (ϕ × ϕ). En particulier,
le neutre est (1, 0) et le neutralisateur de (a, b) est a1 , − ab2 .


(b) (H, ⊥, ∆) ne peut donc pas être un anneau : le neutre de la première loi serait absorbant
et non pas neutre pour la deuxième loi. D’ailleurs, un calcul immédiat montre qu’il n’y
a pas distributivité : ((a, b) ⊥ (c, d)) ∆ (e, f ) commence par a c e tandis que la forme
développée commence par a c e2 .

3. Soit k ∈ R. On définit fk par fk ((a, b)) = (k ln a, b). On utilisera la notation fk (a, b)


lorsque cela est possible. Montrer que fk est un morphisme de groupes (H, ⊥) ,→ R2 , + .


Pour quelles valeurs de k l’application fk est-elle un isomorphisme ?

(a) Il est clair que fk : H ,→ R2 . Quant à fk ((a, b) ⊥ (c, d)) = fk (a, b) + fk (c, d), cela
provient immédiatement de ln (a c) = ln a + ln b.
(b) On obtient un isomorphisme lorsque fk est bijective, autrement dit pour k 6= 0.

4. On pose g ((a, b)) = (exp b, ln a). Montrer que g est un endomorphisme de groupes (H, ⊥) ,→
(H, ⊥). Calculer g ◦ g. Que peut-on en déduire pour g ?
.
(a) Calculons α = g ((a, b) ⊥ (c, d)) = g (a c, b + d). On a α = (exp (b + d) , ln (a c)) =
(exp b exp d, ln a + ln c) et donc α = (exp b, ln a) ⊥ (exp d, ln c) = g (a, b) ⊥ g (c, d),
montrant le morphisme.
(b) On voit que (g ◦ g) (a, b) = g (exp b, ln a) = (exp ln a, ln exp b). Or, sur les ensembles
considérés, les fonctions ln et exp sont réciproques l’une de l’autre. On a donc g ◦g = idH ,
prouvant que g est bijective.

45
46 DEVOIR № 11. DS5 : GROUPES ; POLYNÔMES DE BERNOULLI

11.2 DL et limites
  1
2x +3x 2−x
Déterminer la limite de f (x) = 2x+1 +5x/2
lorsque pour x → 2.
1. On pose x = 2 + h et il vient
!(− 1 ) √ h !( h1 )
4 2h + 9 3h h
8 2h + 5 5
α (h) = √ h =
8 2h + 5 5 4 2 + 9 3h
h

√ h
2. Les substitutions 2h = exp (h ln 2) , 3h = exp (hln 3) , 5 = exp h2 ln 5, composées avec


13+(8 ln(2)+ 5 ln(5)) h+O(h2 )


exp u = 1 + u + O u2 donnent ln α (h) = h1 ln 13+(4 ln(2)+92 ln(3)) h+O(h2 ) , d’où ln α (h) =


4 9 5
+ O (h), qui conduit à

13 ln (2) − 13 ln (3) + 26 ln (5)

α (0) = 2(4/13) 3(−9/13) 5(5/26) ≈ .7883647689

11.3 Polynômes de Bernoulli


Dans ce qui suit, on a n, m ∈ N et x ∈ R. On définit une suite Bn de polynômes par B0 (x) = 1
et par la récurrence

Bn0 (x) = n Bn−1 (x)


Z x+1
Bn+1 (x + 1) − Bn+1 (x) = (n + 1) Bn (t) dt = (n + 1) xn
x

et l’on appelle nombre de Bernoulli d’ordre n le nombre bn = Bn (0).


1. Montrer que B1 (x) = x − 1
2 et que B2 (x) = x2 − x + 1
6
2. Vérifier que B1 (0) = −B1 (1) et montrer que, pour n ≥ 2, Bn (1) = Bn (0).
3. Montrer par récurrence sur n que Bn (x) = nk=0 nk bk xn−k . En déduire que, pour n ≥ 2,
P 
Pn−1 n
k=0 k bk = 0.
4. On définit Pn (x) = Bn (x) − (−1)n Bn (−x) + n xn−1 . Montrer que Pn0 (x) = n Pn−1 (x).
n
R 11) − (−1) Bn (−x).
Montrer que Pn (x) = Bn (x +
Pour n impair, montrer que 0 Pn (−t) dt = 0. En conclure que, pour tout n, Pn (x) = 0.
5. En déduire que, pour m ≥ 1, B2m+1 (0) = B2m+1 (1) = b2m+1 = 0. Prouver que les fonctions
x 7→ Bn x + 12 sont paires ou impaires avec n. En déduire que, pour tout m, B2m+1 12 = 0.


6. Montrer que les polynômes Qn (x) = Bn x + 12 +Bn (x)− 2n−1 1



Bn (2x) sont pairs ou impairs
0
avec n et vérifient Qn+1 (x) = (n + 1) Qn (x).
7. Montrer que Q0 = 0 et que, pour tout m, Q2m = 0 implique Q2m+1 = 0. Montrer que
Q2m = 0 implique en outre Q2m+2 = 0 (considérer Q2m+3 ). En conclure que B2m 21 =
1

22m−1
− 1 b2m .
8. On suppose que B2m (0) > 0 et que
 1
 1B 2m n’a qu’une racine, simple, sur 0, 2 . Montrer
qu’alors B2m+1 (x) ≥ 0 pour
 x ∈ 0, 2 , puis que B2m+2 (0) < 0 et que B2m+2  n’a qu’une
racine, simple, sur 0, 12 . Montrer qu’alors B2m+3 (x) ≤ 0 pour x ∈ 0, 1
2 , puis que
1

B2m+4 (0) > 0 et que B2m+4 n’a qu’une racine, simple, sur 0, 2 .
9. En déduire que, pour tout m ≥ 1, b2m est du signe de (−1)m+1 .
R1 R 1/2
10. Montrer que, pour n ≥ 1, 0 Bn (t) dt = 0 et que, pour m ≥ 1, 0 B2m (t) dt = 0.
R
11. Utiliser Q7 pour montrer que, pour m ≥ 1, 0 B2m+1 (t) dt |bm+1
1/2 2m+2 |
.
Et que supx∈[0, 1] |B2m+2 (x)| = |b2m+2 |.
Devoir № 12

Polynômes de Lagrange ; Bernoulli (2)

12.1 Polynômes de Lagrange


On se place dans E = C3 [X] rapporté à sa base naturelle 1, X, X 2 , X 3 . La lettre j désigne
 

l’un des éléments de l’ensemble {−1, 1, 2, 3}.


1. Soient ϕ−1 = P 7→ P (−1), ϕ1 = P 7→ P (1), ϕ2 = P 7→ P (2) et ϕ3 = P 7→ P (3). Montrer
que ces applications linéaires forment une base de F = L (E, C).

(a) On sait que, en dimension finie, dim E = dim E ∗ . Il suffit donc de montrer que la famille
est libre, puisqu’elle a la bonne taille.
(b) Soit ψ = λj ϕj . Supposons ψ = 0F et appliquons cette forme linéaire au polynôme
P
R = (x − 1) (x − 2) (x − 3). On a visiblement ψ (R) = λ−1 ϕ−1 (R) = 0 avec ϕ−1 (R) 6= 0.
Par conséquent λ−1 = 0.
(c) On procède de même pour les autres coefficients, prouvant que la famille est libre.

2. Déterminer les polynômes L−1 , L1 , L2 et L3 tels que ϕj (Lj ) = 1 pour j ∈ {−1, 1, 2, 3} et


Lj ∈ Ker (ϕk ) pour j 6= k.

(a) Il est immédiat que Lj (X) = k6=j aX−a .


Q k
j −ak

(b) On a donc L−1 = −1 1


24 (x − 1) (x − 2) (x − 3), L1 = 4 (x + 1) (x − 2) (x − 3),
L2 = 3 (x + 1) (x − 1) (x − 3) et L3 = 8 (x + 1) (x − 1) (x − 2).
−1 −1

(c) On vérifie que S = Lj (x) = 1. En effet le polynôme S − 1 vaut 0 en quatre points,


P
alors que son degré est 3 au plus.

3. Montrer que les polynômes L−1 , L1 , L2 et L3 forment une base de E et indiquer comment
se décompose un polynôme P ∈ E sur cette base.

(a) Soit P = λj Lj . On a ϕk (P ) = ϕk ( λj Lj ) = λk . Si donc P = 0, les λj sont néces-


P P
sairement nuls : la famille est donc libre. Comme elle a la bonne taille, c’est une base de
E.
(b) La relation précédente donne les coefficients : P = ϕj (P ) Lj . Autrement dit les ϕj sont
P
les applications coordonnées associées à la base formée par les polynômes de Lagrange.
 
0 0 0 6
 1 0 0 −5 
4. On considère la matrice M =   0 1 0 −5 . Déterminer le polynôme χ ∈ C4 [X] \ 0

0 0 1 5
caractérisé par cd (χ) = 1, χ (M ) = 0.

(a) La méthode d’élimination de Gauss montre que les familles M k 0≤k≤r sont libres pour


r = 0, . . . , 3, et donne une relation de liaison pour r = 4. On obtient donc un polynôme


de degré 4 : χ (x) = x4 − 5x3 + 5x2 + 5x − 6 tel que χ (M ) = 0.

47
48 DEVOIR № 12. POLYNÔMES DE LAGRANGE ; BERNOULLI (2)

5. On considère les matrices Aj = Lj (M ). Montrer que ces matrices vérifient A2j = Aj . On


considère les applications linéaires ψj ∈ L (E) dont les matrices dans la base canonique de
E sont les Aj . Déterminer leurs images et leurs noyaux.
   
6 −6 6 −6 −6
1  −11 11 −11 11 
 −1  11  
(a) On obtient A−1 := 24
 
= 24   1 −1 1 −1
 6 −6 6 −6   −6 
−1 1 −1 1 1
   
6 6 6 6 6
1 1 1 1 = 1 1  1 1 1 1
A1 = 14 
    
 −4 −4 −4 −4  4  −4 
1 1 1 1 1
   
−3 −6 −12 −24 3
 = −1  −1  1 2 4 8
 1 2 4 8 
A2 = 13 
  
 3 6 12 24  3  −3 
−1 −2 −4 −8 1
   
2 6 18 54 2
 −1 −3 −9 −27  1  −1  
 −2 −6 −18 −54  = 8  −2  1 3 9 27 . Il suffit de calculer Aj .
A3 = 18  2

  

1 3 9 27 1
.
(b) Mais on peut aussi remarquer que R (x) = Lj (x)2 − Lj (x) mod χM (x) s’annule en
quatre points alors qu’il est de degré au plus 3. On a donc Lj (M )2 −Lj (M ) = R (M ) = 0.
(c) Les applications ψj sont des projecteurs de rang 1. Le sous-espace Im ψj est la droite
vectorielle V ect (Lj ) et le sous-espace Ker ψj est le noyau de ϕj , i.e. l’hyperplan engendré
par les trois autres polynômes.

6. Montrer que la matrice M est une combinaison linéaire des matrices Aj .


La remarque Q1.2.c montre que M = Aj .
P

12.2 Polynômes de Bernoulli (suite)


On admet l’existence d’une fonction S (x, z),Pindéfiniment dérivable par
 rapport à z, et telle que
pour un N ∈ N “assez grand” on ait S (x, z) = N 1
B
n=0 n! n (x) z n + o zN .

1. Comment se traduit, en termes de fonction S (x, z), la relation Bn (1) = Bn (0) pour n 6= 1 ?
On obtient S (1, z) − S (0, z) = z (B1 (1) − B1 (0)) = z.
2. Comment se traduit, en termes de fonction S (x, z), la relation ddx Bn+1 (x) = (n+1) Bn (x) ?
. P
(a) Soit SN (x, z) = N n=0 n! Bn (x) z . On appelle ∂x S (x, z) la dérivée du polynôme SN
1 n ∂

considéré comme élément de (C [z]) [x], c’est à dire comme un polynôme en x dont les
coefficients sont des polynômes en z.
(b) On a ∂x∂
S (x, z) = N 1 0 N parce que les 1 B 0 (x) sont uniformément
P n

n=0 n! Bn (x) z + o z n! n
bornés (à x fixé et n variable) : telle est la raison du facteur n1!
n+1
(c) On a multiplie les deux membres de la relation ddx Bn+1 (x) = (n + 1) Bn (x) par (n+1)!
z
et
Pn=N 0 z n+1 n=N z n+1
on somme de 0 à N . Il vient n=0 Bn+1 (x) (n+1)! = n=0 n! Bn (x). Le membre de
P

droite vaut z S (x, z) et le membre de gauche est N


P +1 1 0
n=0 n! Bn (x) z parce que B0 (x) = 0.
n 0

(d) On en déduit que



S (x, z) = z S (x, z) (12.1)
∂x
3. On pose s (z) = S (0, z). Quels sont les coefficients du développement limité de s ?
Par définition, S (0, z) = m
Pm 1
k=0 k! Bk (0) z + o (z ) et donc s (z) =
P 1 k m k m
k=0 k! bk z + o (z ).
12.2. POLYNÔMES DE BERNOULLI (SUITE) 49

Pn−1 n
4. Comment se traduit, en termes de fonction s (z), la relation k=0 k bk = 0 pour n ≥ 2 ?
En déduire la valeur de s (z).
(a) Pour n = 0, on a n−1
Pn−1 n
k=0 k bk = 0 et pour n = 1,
n 1
P  
k=0 k bk = 0 b0 = 1.
   Pn=m Pn−1 z n−k bk z k 
z n Pn−1 n
(b) On a donc n=m Soit . Le membre
P
n=0 n! k=0 k bk = z. z = n=0 k=0 (n−k)! k!
Pm bk z k zj
de droite ressemble fortement au produit de k=0 k! = s (z) + o (z m ) par m
P
j=1 j! =
exp z − 1 + o (z m ).
(c) Par troncature à l’ordre m, on trouve :

s (z) × (exp z − 1) = z + o (z m ) (12.2)

5. Vérifier que la fonction zexp


exp(x z)
z−1 remplit les conditions Q1 et Q2. Poser les calculs permettant
d’obtenir le développement limité en z, au voisinage de 0 et à l’ordre 4 de cette fonction.
(a) (Hors sujet) : L’équation différentielle (12.1) se résoud aisément en tant qu’équation en x
paramétrée par z : on a S (x, z) = exp (x z) × f (z), la fonction f décrivant “les conditions
initiales” du problème paramétré par z. La relation (12.2) fournit précisément la relation
voulue : f (z) = expzz−1 .
(b) En tout état de cause, on constate que la fonction proposée vérifie (12.1) et (12.2). Pour
z exp z
ce qui est de la relation Q1, on a S (1, z) − S (0, z) = exp z
z−1 − exp z−1 = z.

(c) Il faut poser le calcul comme quotient de exp (x z) par expzz−1 . Ces deux quantités étant
équivalentes à 1, on obtient un DL4 du quotient en prenant un DL4 des deux facteurs,
soit 1 + x z + 12 x2 z 2 + 16 x3 z 3 + 24 x z et 1 + 12 z + 16 z 2 + 24
1 4 4 1 3 1 4
z + 120 z .
(d) On retrouve les polynômes du devoir 11 :
S4 (x, z) = 1+ x − 12 z+ 21 x2 − x + 16 z 2 + 61 x3 − 32 x2 + x2 z 3 + 24
1
x4 − 2x3 + x2 − 1
z4
   
30
6. Traduire chacune des relations restantes du problème 11 en une relation sur S (x, z), et
vérifier cette relation sur la fonction de la Q5.
P zn
(a) Par exemple Pn (x) = Bn (x)−(−1)n Bn (−x)+n xn−1 conduit à n! Pn (x) = S (x, z)−
S (−x, −z) + ∂x exp (x z). Or exp z−1 − exp(−z)−1 + z exp (x z) vaut zexp
∂ z exp(x z) (−z) exp(x z) exp(x z)
z−1 facteur
de 1 − exp z + (exp z − 1) qui est nul. D’où Pn (x) = 0 pour tout n.
.
(b) En remarquant que s (z) − z/2 est paire, on obtient b2m+3 = B2m+3 (0) = B2m+3 (1) = 0.
(c) Les fonctions x 7→ Bn (x + 1/2) ont la parité de n car S (x + 1/2, z) = S (−x + 1/2, −z).
(d) De même Qn (x) = Bn x + 21 + Bn (x) − 2n−1 1
Bn (2x) conduit à S x + 12 , z + S (x, z) −
 

2S 2x, z2 ... qui se révèle être nul. D’où Qn (x) = 0 pour tout n.
(e) On a S 21 , 2z + S (0, 2z)= 2S (0, z). On en conclut que 2m B2m 12 + b2m = 2b2m ,
  

soit B2m 12 = 22m−1 1


− 1 b2m .
R x z exp x z−1 R1
(f) On a 0 exp z−1 dt = exp x z−1
exp z−1 . On a donc 0 Bn (t) dt = 0 lorsque pour n ≥ 1. De
R 1/2
même exp z/2−1
exp z−1 − 2 est impaire. On en déduit 0
1
B2m (t) dt = 0 lorsque m ≥ 1.
50 DEVOIR № 12. POLYNÔMES DE LAGRANGE ; BERNOULLI (2)
Devoir № 13

ds6 : Commutant d’un projecteur

13.1 Problème
Soit E un R-espace vectoriel, différent de {0}. On ne suppose pas que dim E est finie. On appelle
P l’ensemble des projecteurs de E, autrement dit P = { p ∈ L (E) / p ◦ p = p }.

13.1.1 Un exemple

  
x 2x − y + 2z
Dans cette partie on prend E = R3 et on définit p ∈ L (E) par p  y  =  y .
z −x + y − z
1. Calculer p ◦ p et conclure.
(a) Posons X = 2x − y + 2z, Y = y et Z = −x + y − z. On calcule 2X − Y + 2Z =
(4x − 2y + 4z) + (−y) + (−2x + 2y − 2z) = X, Y = y et −X + Y − Z = (−2x + y − 2z) +
(y) + (x − y + z) = Z, montrant que p ◦ p = p.
2 −1 2
0 1 0
−1 1 −1
(b)
2 −1 2 2 −1 2
0 1 0 0 1 0
−1 1 −1 −1 1 −1
2. Déterminer une base de Ker p.
L’équation →−
v ∈ Ker p se réécrit 2x − y + 2z = 0, y = 0 et −x + y − z = 0. Il vient y = 0 et
x + z = 0 : ces deux équations indépendantes déterminent un espace de dimension 1 et l’on
a Ker p = V ect (f1 ) avec f1 = t 1 0 −1 .
3. Déterminer une base de Im p.
(a) L’équation → −
v ∈ Im p se réécrit 2x − y + 2z = x, y = y et −x + y − z = z. Il n’y a
qu’une seule équation indépendante y = x + 2z, déterminant un espace de dimension 2
(on vérifie que dim Ker p + dim Im p = dim E).
 Un choix possible est Im p = V ect (f2 , f3 )
avec f2 = t 1 1 0 et f3 = t 0 2 1 .
4. Diagonalisation (hors-sujet)
   
1 1 0 1 1 0
(a) On a donc [f1 , f2 , f3 ] = [e1 , e2 , e3 ]  0 1 2  et P −1 vaut  0 1 2 .
−1 0 1 −1 0 1
2 −1 2 1 1 0
0 1 0 0 1 2
−1 1 −1 −1 0 1
(b)
−1 1 −2 0 0 0 0 0 0
2 −1 2 2 −1 2 0 1 0
−1 1 −1 −1 1 −1 0 0 1

51
52 DEVOIR № 13. DS6 : COMMUTANT D’UN PROJECTEUR

13.1.2 Une relation d’ordre


1. Montrer que si p ∈ P alors Im p = {x ∈ E / p (x) = x } et E = Ker p ⊕ Im p.
(a) Si x ∈ Im p alors x = p (y) et p (x) = (p ◦ p) (y) = p (y) = x. Si x = p (x) il est évident
que x ∈ Im p. D’où l’égalité des deux ensembles.
(b) On pose q = id − p. On a q ◦ q = (id − p) ◦ (id − p) = id − 2p + p ◦ p = q et donc q est
un projecteur. La relation x ∈ Ker p équivaut à q (x) = x et donc à x ∈ Im q.
(c) La relation x = p (x) + q (x) montre que E = Im p + Im q. Si l’on suppose x ∈ Im p ∩ Im q
on a x = p (x) + q (x) = x + x et donc x = 0 : la somme est directe.
2. Montrer que la relation R définie par p R q ⇔ (p ◦ q = q ◦ p = p) est un ordre sur P.
(a) Réflexivité : si p ∈ P alors p ◦ p = p ◦ p = p prouvant pRp.
(b) Transitivité : si p ◦ q = q ◦ p = p et q ◦ r = r ◦ q = q alors p ◦ r = (p ◦ q) ◦ r = p ◦ (q ◦ r) =
p ◦ q = p. De même pour l’autre relation.
(c) Antisymétrie : pRq et qRp conduit immédiatement à p = q.
Dans les questions 3, 4, 5 ci-dessous on suppose que p, q ∈ P et que p ◦ q = q ◦ p. On définit
alors u = p ◦ q et w = p + q − p ◦ q.
L’ordre obtenu n’étant pas un ordre total, on s’intéresse aux bornes supérieure et inférieure
d’une famille de deux projecteurs qui commutent entre eux.
3. Montrer que u ∈ P et w ∈ P.
x
4. Montrer u ∈ P et vérifier uRp et uRq. Montrer que ∀s ∈ P : (sRp et sRq) ⇔ (sRu).
(a) Les applications p, q, u commutent entre elles. On a donc u u = p q p q = p p q q = p q = u
prouvant u ∈ P.
(b) On a u p = p u = p p q = p q = u c’est à dire uRp. De même uRq.
(c) Si sRu alors sRuRp et donc sRp. De même l’autre, prouvant ⇐.
(d) Si sRp et sRq alors s u = s p q = s q = s. De même u s = s, prouvant sRu (i.e. ⇒).
5. Montrer w ∈ P et vérifier pRw et qRw. Montrer que ∀s ∈ P : (pRs et qRs) ⇔ (wRs).
(a) Les quatre applications p, q, u, w commutent entre elles. On a p w = p (p + q − p q) =
p + p q − p p q = p. De même q w = q. Et donc u w = p q w = p q = u.
(b) On a donc w w = w (p + q − u) = p + q − u prouvant w ∈ P.
(c) Les deux paragraphes précédents montrent uRp et uRq.
(d) Si wRs alors pRwRs et donc pRs. De même l’autre, prouvant ⇐.
(e) Si pRs et qRs alors s w = s (p + q − p q) = s p + s q − s p q = p + q − u = w. De même
w s = w, conduisant à wRs, qui est ⇒.
6. On considère, pour p ∈ P fixé, l’application ψp : L (E) ,→ L (E) définie par ψp (f ) =
f ◦ p − p ◦ f . Montrer que ψp est un endomorphisme de L (E). Montrer qu’il y a équivalence
entre “ψp (f ) = 0” et “Ker p et Im p sont stables par f ”.
(a) Il est donné que ψp : L (E) ,→ L (E). Il reste à montrer la linéarité. Pour f, g ∈ L (E)
et k ∈ C on a ψ (f + g) = (f + g) p − p (f + g) = (f p − p f ) + (g p − p g) prouvant
ψ (f + g) = ψ (f ) + ψ (g). De même ψ (k f ) = k ψ (f ).
(b) Supposons f g = g f (projecteurs ou non). Si x ∈ Im f alors x = f (y). D’où g (x) =
(g f ) (y) = f (g (y)) et donc g (Im f ) ⊂ Im f . Si x ∈ Ker f alors f (g (x)) = g (f (x)) =
g (0) = 0 et donc g (Ker f ) ⊂ Ker f .
(c) Supposons maintenant p ∈ P et que Ker p et Im p sont stables par f . Pour x ∈ E on a
x = p x+q x et donc f x = f p x+f q x. Par stabilité de Ker p et de Im p, on a f p x ∈ Im p
(p f p x = f p x) et f q x ∈ Ker p (p f q x = 0). Donc p f x = p f p x + p f q x = f p x (il
faut absolument que p soit un projecteur).
13.1. PROBLÈME 53

13.1.3 Projecteurs tels que f ◦ g − g ◦ f ∈ V ect (f, g).


Dans cette partie, on considère deux projecteurs f, g ∈ P non nuls, distincts et qui de plus
vérifient ψg (f ) = f ◦ g − g ◦ f = α f + β g pour deux réels α, β fixés.
1. Dans cette question on suppose α = 0 et β 6= 0.
(a) En déduire que ∀k ∈ N \ 0 : f ◦ g − g ◦ f = k β g.
(b) Montrer que cette supposition est absurde.
2. Dans cette question, on suppose α 6= 0 et α 6= 1.
(a) Montrer que 2 α g ◦ f + β (1 + α) g = α (1 − α) f .
(b) En déduire Im f ⊂ Im g puis g ◦ f = f .
(c) Montrer, dans un ordre ou un autre, que α + β = 0 et Im g ⊂ Im f et α = −1.
(d) Établir directement que Im f = Im g implique ψg (f ) = g − f .
3. Dans cette question, on suppose α = 1.
(a) Montrer, dans un ordre ou un autre que Ker f ⊂ Ker g et f ◦ g = f et Ker g ⊂ Ker f et
β = −1.
(b) Établir directement que Ker f = Ker g implique ψg (f ) = f − g.
.
On part de la relation ρ = −f ◦ g + g ◦ f + a f + b g = 0. Le calcul de ρ ◦ g + g ◦ ρ conduit à
.
σ = (a − 1) (f ◦ g) + (a + 1) (g ◦ f ) + 2 b g = 0. Le calcul de σ − (a + 1) ρ et de σ + (a − 1) ρ conduit
à

−2a (f ◦ g) + (a + 1) a f + (a − 1) b g = 0 (13.1)
2a (g ◦ f ) + (a − 1) a f + (a + 1) b g = 0 (13.2)

1. Si l’on suppose a = 0 et b 6= 0, la relation (13.1) donne −b g = 0 et donc g = 0, contrairement


à l’hypothèse. Par antisymétrie, b = 0 et a 6= 0 conduirait à f = 0, qui est également
impossible. On a donc : ou bien f ◦ g = g ◦ f ou bien a 6= 0 et b 6= 0.
2. Si l’on suppose b 6= 0 et a ∈
/ {0, 1} les relations (13.1) et (13.2) conduisent à

−2 b (a + 1) 2a (a + 1) a
f= (g ◦ f ) − g ; g= (f ◦ g) + f
a−1 a (a − 1) b (a − 1) b (a − 1)

(a) On voit que f (x) ∈ V ect (g (x) , g (f x)) : d’où Im f ⊂ Im g. De même Im g ⊂ Im f .


.
(b) Sous la seule hypothèse que Im g = Im f , prenons x ∈ E et posons y = f x. Comme
y ∈ Im g a f (x) = y = g (y) = (g ◦ f ) (x). On a donc g ◦ f = f et de même f ◦ g = g.
(c) Lemme : deux projecteurs non nuls sont ou bien égaux ou bien indépendants. On aurait
f = αg. D’où αg = f = f ◦ f = α2 g. Donc α2 − α = 0 (g 6= 0) et α = 0 est exclus (f 6= 0).
.
(d) On a donc ψ = f g − g f = g − f = a f + b g, soit (a + 1) f + (b − 1) g. Comme f 6= g, on
a donc b = 1 et a = −1.
3. Si l’on suppose b 6= 0 et a ∈
/ {0, −1} les relations (13.1) et (13.2) conduisent à

2 b (a − 1) −2a (a − 1) a
f= (f ◦ g) − g ; g= (g ◦ f ) − f
a+1 a (a + 1) b (a + 1) b (a + 1)

(a) On voit que g (x) = 0 ⇒ f (x) = 0 : d’où Ker f ⊂ Ker g. De même Ker g ⊂ Ker f .
.
(b) Sous la seule hypothèse que Ker g = Ker f , prenons x ∈ E et posons y = f x. On a
x − y ∈ Ker f , d’où g (x) = g (y) + g (x − y) = (g ◦ f ) (x) + 0. On a donc g ◦ f = f et de
même f ◦ g = g.
.
(c) On a donc ψ = f g − g f = f − g = a f + b g. soit (a − 1) f + (b + 1) g. Comme f 6= g, on
a donc b = −1 et a = 1.
54 DEVOIR № 13. DS6 : COMMUTANT D’UN PROJECTEUR

13.2 Exercice
 
−4 −6 0
2 , n ∈ N\0, B = (e1 , e2 , e3 ) la base canonique de R3 et u ∈ L R3

Soient A =  6 7
0 2 −2
l’endomorphisme de R3 tel que A = mat (u, B).

13.2.1 Diagonalisation d’un endomorphisme


1. Déterminer l’image par u du vecteur −2e1 + e2 + 2e3 .
    
−4 −6 0 −2 2
On a u (f1 ) =  6 7 2   1  =  −1  = −f1 .
0 2 −2 2 −2
2. Déterminer Ker u ; en préciser une base.
Un élément de Ker u vérifie −4x − 6y = 6x + 7y + 2z = 2y − 2z = 0. Ce système d’équations
se réduit aux deux équations indépendantes y = z, 2x + 3y = 0, montrant que Ker u est de
dimension 1. On constate que f2 en fait partie, et donc Ker u = V ect (f2 ).
3. Déterminer Ker (u − 2 id) ; en préciser une base.
On constate que u (f3 ) = 2f3 . Le fait que le système −4x − 6y = 2x, 6x + 7y + 2z =
2y, 2y − 2z = 2z se réduise aux deux équations indépendantes x = −y, y = 2z montre que
Ker (u − 2 id) est de dimension 1. On a donc Ker (u − 2 id) = V ect (f3 ).
4. On pose e01 = −2e1 + e2 + 2e3 , e02 = −3e1 + 2e2 + 2e3 et e03 = −2e1 + 2e2 + e3 . Vérifier que
B 0 = (e01 , e02 , e03 ) est une base de R3 . Déterminer (sans calculs ! ! !) A0 = mat (u, B 0 ).
(a) Le fait que f1 = −2e1 + e2 + 2e3 , f2 = −3e1 + 2e2 + 2e3 et f3 = −2e1 + 2e2 + e3 soient des
vecteurs propres relatifs à des valeurs propres différentes montre que ces vecteurs sont
.
indépendants. Supposons en effet que → v = a f1 +b f2 +c f3 = 0. Il vient (u + id) (u) (→
− −
v)=
(u + id) (u) (c f3 ) = c × 3 × 2 f3 et donc c = 0. On obtient donc a = b = c = 0.
 
−1 0 0
(b) La matrice voulue est évidemment ∆ =  0 0 0 .
0 0 2

5. Écrire la matrice P de passage de la base B à la base B 0 . Poser les calculs (pivot de Gauss)
de l’inverse de P .  
−2 −3 −2
On a [f1 , f2 , f3 ] = [e1 , e2 , e3 ]  1 2 2 . L’algorithme de Gauss donne :
2 2 1
1 −3/2 −1 1 0 0 1 0 0 −1/2 0 0
0 1 0 −2 1 −2 0 1 0 0 2 0
0 0 1 0 0 1 −4 1 1 0 0 1
−2 −3 −2 −2 0 0 −2 0 0 −2 0 0 1 0 0
1 2 2 1 1/2 1 0 1/2 0 0 1/2 0 0 1 0
2 2 1 2 −1 −1 4 −1 1 0 0 1 0 0 1
1 0 0 1 −3/2 −1 4 −3/2 2 −4 1/2 2 2 1 2
0 1 0 0 1 0 −2 1 −2 6 −1 −2 −3 −2 −2
0 0 1 0 0 1 0 0 1 −4 1 1 2 2 1
6. Écrire le lien matriciel entre A et A0 , puis entre An et A0n . Préciser la valeur de A0n .
(a) On a donc A P = P ∆ c’est à dire
   
−2 −3 −2 −1 0 0 2 1 2
A= 1 2 2   0 0 0   −3 −2 −2 
2 2 1 0 0 2 2 2 1

(b) Puis An = P ∆ P −1 .
13.2. EXERCICE 55

13.2.2 Commutant d’une matrice


On cherche les matrices X ∈ M3 (R) vérifiant X A = A X. On pose X 0 = P −1 X P , avec P la
matrice du 2.1.5.
1. Montrer l’équivalence entre X A = A X et X 0 A0 = A0 X 0 .
La conjugaison X 7→ Y = P −1 X P est un isomorphisme pour la structure multiplicative de
M3 (R). Autrement dit, on a B Y = P −1 A P P −1 X P = P −1 A X P et A X = X A équivaut
à B Y = Y B.
2. Caractériser les matrices X 0 telles que X 0 A0 = A0 X 0 (poser les calculs pour X 0 = (xi j )).
Les seules matrices qui commutent avec une matrice diagonale à éléments deux à deux
distincts sont les matrices diagonales. En effet, un élément xi j avec i 6= j se retrouve multiplié
par ∆i i d’un côté, et par ∆j j de l’autre : il faut que les éléments non diagonaux soient nuls.
3. Montrer que C = {X ∈ M3 (R) / X A = A X } est un sous-espace vectoriel de M3 (R). Que
pouvez-vous dire de sa dimension ?
(a) Il est clair que C est non vide (I ∈ C) et stable par combinaisons linéaires : c’est un sous
espace vectoriel de M3 (R).
(b) Comme il est isomorphe aux matrices diagonales, on trouve dim C = 3.
56 DEVOIR № 13. DS6 : COMMUTANT D’UN PROJECTEUR
Devoir № 14

Suites de matrices ; matrices


hamiltoniennes

14.1 Suites et séries dans Mn (R)


Soit A = (Aj k ) ∈ MN (R). On posera N (A) = sup {|Aj k | | 1 ≤ j ≤ n ; 1 ≤ k ≤ n }.
1. Montrer que
 
  N (A) = 0 ⇔ A = 0
∀A, B ∈ Mn (R)  N (λA) = |λ| N (A) 
(14.1)
 
 ∀λ ∈ R 
 N (A + B) ≤ N (A) + N (B) 

∀p ∈ N  N (A × B) ≤ n N (A) × N (B) 
N (Ap ) ≤ np−1 (N (A))p

Donner des exemples d’égalité, et de non-égalité pour les trois dernières relations.
(a) On a max |Aj k | = 0 ⇒ (∀j, k : Aj k = 0), la réciproque est évidente.
(b) Puis {|λ Aj k | | j, k } = |λ| {|Aj k | | j, k }.
(c) De |Aj k + Bj k | ≤ |Aj k | + |Bj k |, on déduit |Aj k + Bj k | ≤ max |Aj k | + max |Bj k | et
N (A + B) ≤ N (A) + N (B).
P P
(d) Posons C = A B. Alors |Ci k | = j Ai j Bj k ≤ |Ai j | |Bj k | ≤ n max |Ai j | max |Bj k |

d’où N (A B) ≤ n N (A) N (B).


(e) On a N A1 ≤ (N (A))1 et pour p ≥ 1, une récurrence conduit à N (Ap ) ≤ np−1 (N (A))p .


(f) Égalité pour I + I, U × U avec I identité, U “rien que des 1”. Non égalité pour I + (−I)
et pour I × I.
2. On dira, par définition, que la suite matricielle (Bp )p∈N converge vers 0 pour p → ∞ si
chacune des n2 suites formées par les éléments (Bp )j k d’une place (j, k) donnée converge
vers 0 en tant que suite réelle. Montrer que la suite matricielle (Bp )p∈N converge vers 0 si et
seulement si la suite réelle N (Bp )p∈N converge vers 0.
(a) Double implication. Si ∀ > 0 : ∃m ∈ N : ∀n ≥ m : |max |Aj k || ≤ , cela s’applique à
chaque Aj k en particulier.
(b) Réciproquement, s’il existe un mj k () pour chaque place de la matrice, il suffit de poser
m () = max mj k () pour prouver N (Bj k ) → 0.
3. Soit alors, pour chaque r entier, 1 ≤ r ≤ n − 1, la matrice Jr dont tous les éléments sont
nuls sauf les éléments (Jr )j k tels que k = j + r, et qui, eux, valent 1. (J comme Jordan).
Déterminer les produits Jr Js pour 0 ≤ r < n ; 0 ≤ s < n (on commencera par déterminer
l’action de J1 sur une matrice M quelconque dans chacun des produits J1 M et M J1 ).
(a) L’action à gauche pousse les lignes d’un cran vers le haut, l’action à droite, pousse les
colonnes d’un cran vers la droite. Dans les deux cas, une rangée de 0 apparaît.

57
58 DEVOIR № 14. SUITES DE MATRICES ; MATRICES HAMILTONIENNES

(b) On a donc Jr Js = Jr+s , avec la convention Js = 0 lorsque s ≥ n.


4. Soit F le sous-espace vectoriel de Mn (R) engendré par les Jr . Quelle est sa dimension ?
Montrer que F est en fait une sous algèbre de Mn (R). Existe-t-il des diviseurs de zéro dans
F ? Quels sont les éléments inversibles ?
. P
(a) Soit S = 0≤r<n λr Jr = 0. Il est clair que S1 r = λr : les Jr sont indépendants (0 ≤ r <
n).
.
(b) On a I = J0 ∈ F et de plus, F = Vect (J0 , . . . , Jn−1 ) est clos pour la multiplication :
c’est donc une sous-algèbre de Mn (R).
(c) Tout élément de F s’écrit P (J1 ) pour un certain polynôme P ∈ Rn−1 (X). Les produits
de tels polynômes peuvent “monter en degré”, mais le résultat est à prendre modulo X n
puisque (J1 )n = 0.
(d) Les éléments
P inversiblescorrespondent aux polynômes tels que P (0) 6= 0. Cela est évident
par det 0≤r<n λr Jr = λ0 .
n

5. On se limite désormais aux matrices A qui peuvent s’écrire A = λ0 J0 + λ1 J1 . Déterminer,


pour p ∈ N, les valeurs de Ap et de N (Ap ). En déduire une condition nécessaire et suffisante
pour la convergence vers 0 de la suite (Ap ).
.
(a) On peut appliquer la formule du binôme et on a donc C = (λI + µJ)p = k=n k p−k p J .
P 
k=0 µ λ k k
Le point crucial est que k ne dépasse pas n − 1 (au delà Jk est nul).
(b) Il est nécessaire que |λ| < 1pour que C1 1 = λp tende vers 0.
(c) Réciproquement |C1 k | ≤ µk λp−k pn . En passant aux logarithmes, on voit que λp pn →

0 (n est une constante). On a donc C → 0.

6. On considère la suite de matrices Bp définies par Bp = k=p 1 k


P
k=0 k! A . Donner la décomposition
de ces matrices Bp dans la base des Jr . Montrer que ces coefficients forment autant de séries
réelles convergentes, et en donner la limite. Examiner le cas particulier A = J0 + J1 .
  Pk<n Pp≤q 1
(a) On a donc Bq = p≤q p1! k p−k p J k 1 p−k .
P P
k<n µ λ k k = k=0 Jk µ k! k≤p (p−k)! λ
(b) En prenant λ = µ = 1, il vient
k<n
X 1 X 1
Bq (1, 1) = Jk
k! p!
k=0 0≤p≤q−k

7. En conclure l’existence d’une matrice EA telle que (Bp − EA ) → 0 quand p → ∞.


On voit que lim Bq = exp (λ) exp (µJ) avec exp (µJ) = k=n−1 k! µ Jk .
1 k
P
k=0

.../...
14.2. MATRICES HAMILTONIENNES 59

14.2 Matrices hamiltoniennes


Soit n ∈ N \ 0. On note E l’espace vectoriel complexe des matrices colonnes d’ordre 2n à coeffi-
cients dans C. On note M l’espace vectoriel complexe des matrices carrées d’ordre 2n à coefficients
0n In
dans C. On note J la matrice de M définie par J = où 0n et In sont les matrices
−In 0n
d’ordre n, respectivement nulle et unité. Pour X, Y ∈ E, on pose [X, Y ] = tX J Y . On remarquera
que cette quantité est une matrice à une ligne et une colonne que l’on peut identifier à un complexe.
1. Calculer tJ et J 2 . En déduire que J est inversible et que J −1 = tJ. Calculer det J.
    
0 I 0 I −I 0
(a) On voit que tJ = −J et que J 2 = = = −I2n .
−I 0 −I 0 0 −I
(b) On en déduit : tJ = J −1 .
(c) Le déterminant vaut +1. En effet, on transpose les colonnes k et n + k, ce qui fait n
transpositions. On a alors det J = (−1)n det (In ) det (−In ) = +1.
2. Vérifier que ∀X, Y ∈ E, on a [X, Y ] + [Y, X] = 0.
(a) On a [X, Y ] = tX J Y donc t [X, Y ] = t tX J Y = tY (−J) X = [Y, X].


(b) La transposée d’un nombre n’est autre chose que ce nombre lui-même.
3. Soit U ∈ E. Montrer que (∀X ∈ E : [U, X] = 0) implique U = 0.
(a) Soit U = t (u1 , . . . , uP
n , un+1 , . . . , u2n ). On prend X = (−un+1 , . . . , −u2n , u1 , . . . , un , ).
t
2
On a alors [U, X] = |uj | .
4. Soit A ∈ M . Montrer qu’il existe une et une seule matrice de M , notée A∗ , telle que ∀X, Y ∈
E : [X, A Y ] = [A∗ X, Y ]. On exprimera A∗ en fonction de A et J. Montrer, pour toutes

matrices A, B ∈ M , les relations t (A∗ ) = tA ; (A∗ )∗ = A ; (A B)∗ = B ∗ A∗ .
(a) On veut obtenir tX J A Y = tX tM J Y pour tous X, Y .
(b) En prenant successivement pour X (resp. Y ) “des 0 partout, sauf un 1 à la place p” (resp.
q) on obtient l’égalité élément par élément des matrices J A et tM J. D’où l’unicité.
(c) On a donc tA tJ = tJ A∗ et

A∗ = J tA J −1 = −J tA J = J −1 tA J

(d) Puis t (A∗ ) = t J tA tJ = J tA tJ = tA ∗ .


 

(e) La formule d’involution s’obtient par [X, A∗ Y ] = − [A∗ Y, X] = − [Y, A X] = [A X, Y ].


(f) La formule du produit est (A B)∗ = J t (A B) J −1 = J tB J −1 × J tA J −1 = B ∗ A∗ .
5. On appelle matrice hamiltonienne toute matrice A ∈ M telle que A + A∗ = 0 et on note
H l’ensemble de ces matrices. Montrer que A ∈ H si, et seulement si, il existe une matrice
symétrique Q ∈ M telle que A = J Q. Montrer que H est un sous-espace vectoriel de M .
Quelle est sa dimension ?
(a) On a donc A + J tA tJ = 0. D’où J A + J 2 tA tJ = 0 et J A = tA tJ puisque J 2 = −I2n .
.
On a donc Q = −J A est symétrique. Et enfin A = J Q.
.
(b) On a aussi l’équivalence avec A = Q
e J, la matrice Q
e= A J = tJ Q J étant symétrique.
(c) Comme l’ensemble des matrices symétriques de taille 2n est un espace vectoriel de di-
mension n (2n + 1) et que l’application linéaire M 7→ J M est bijective, l’image H est
aussi un espace vectoriel, et elle a la même dimension.
6. Soit A ∈ H. Montrer que le polynôme caractéristique de A est pair. En déduire que la trace
de A est nulle. Montrer que, si n = 1, cette condition sur la trace est suffisante pour que
A ∈ H.
60 DEVOIR № 14. SUITES DE MATRICES ; MATRICES HAMILTONIENNES

.
(a) De χA (λ) = det (λ I − A) on déduit χA (λ) = det λ J tJ − J Q = det J det t (λJ − Q) et


finalement χA (λ) = det (λJ − Q). Mais alors χA (−λ) = det (−λJ − Q) = det t (λJ − Q) :
le polynôme caractéristique est pair, et la trace est nulle.
   
a b −c a
(b) Si n = 1 et si trace (A) = 0 on a A = . Posons Q = , il vient
c −a a b
A = J Q et on a donc A ∈ H.
 
a −b 0 0
 b a 0 0 
7. Étant donné a, b ∈ R∗ , on considère la matrice A définie par A =   0 0 −a −b .

0 0 b −a
Montrer que A ∈ H. Vérifier que a + i b est valeur propre de A. Déterminer toutes les valeurs
propres de A et les sous-espaces propres associés.
 
0 0 a −b
 0 0 b a 
(a) On voit bien que A J =   a b 0 0  est symétrique. Donc A ∈ H.

−b a 0 0
(b) Il est aisé de voir que χA (λ) est le produit des deux polynômes caractéristiques. Les
valeurs propres sont donc les 4 nombres ±a ± i b.
(c) Comme
 ces valeurs sont
toutes distinctes, il existe
 une base de vecteurs propres. Posant

1 1 0 0 a + ib 0 0 0
 −i i 0 0  0 a − ib 0 0
 on obtient P −1 A P =  .
 
P =
 0 0 1 1   0 0 −a + i b 0 
0 0 −i i 0 0 0 −a − i b
Devoir № 15

ds7 : Matrices et récurrences

15.1 Exercice
 
2 −1 −1
Dans la base canonique de R3 , f ∈ L R3 a pour matrice A =  −1 2 −1 .


−1 −1 2
1. Déterminer les sous-espaces Ker f et Im f . Montrer qu’ils sont supplémentaires dans R3 .
 
2 −1
(a) On a det A = 8 − 1 − 1 − 3 ∗ 2 = 0 et det = 5 donc le rang est 2.
−1 2
(b) On obtient Ker f en résolvant {2x − y = z et − x + 2y = z} (la troisième équation
étant dépendante des deux autres (rang=2). On trouve x = y = z et Ker f = Vect t 1 1 1 .
 

(c) On obtient une base de Im f en prenant deux colonnes


 t  indépendantes
 de A, par exemple
les deux premières : Im f = Vect t −1 2 −1 .

2 −1 −1 ,

2. Déterminer une base de R3 qui soit réunion d’une base de Ker f et d’une base de Im f .
Donner la matrice de f dans cette base.
.
(a) On constate A2 = 3A et donc p = 13 f est un projecteur. Les espaces Ker f et Im f sont
donc supplémentaires, et on a Im f = Ker (f − 3 id).
(b) Une matrice
 de diagonalisation
 est fournie par Q1.On peut aussi
 prendre
1 1 0 0 0 0
P =  1 −1 1  . On vérifie que P A P =
−1  0 3 0 .
1 0 −1 0 0 3

15.2 Exercice
Soit E un R-espace vectoriel de dimension 3, [e base de E et f ∈ L (E) l’endomor-
1 , e2 , e3 ] une 
0 1 0
phisme défini dans cette base par la matrice A =  0 0 1 .
−12 4 3
1. Déterminer les nombres λ1 < λ2 < λ3 tels que Ker (f − λ id) 6= {0}.
.
On a χA (λ) = det (λI − A) = λ3 − 3λ2 − 4λ + 12 et donc λ1 = −2, λ1 = +2, λ3 = +3.
2. Pour chaque λ, déterminer le vecteur v ∈ Ker (f − λ id) dont la composante sur e1 vaut 1.

(a) On résout chacun des systèmes correspondants qui sont tous de rang 2. En effet, les
valeurs propres étant toutes distinctes, il existe une base de vecteurs propres.
(b) On trouve v1 = t 1 −2 4 , v2 = t 1 2 4 et v3 = t 1 −2 4 .
     

3. Écrire la matrice P telle que [v1 , v2 , v3 ] = [e1 , e2 , e3 ] P . Montrer que ces vecteurs v forment
une base de E. Calculer l’inverse de P (donner les détails du calcul).

61
62 DEVOIR № 15. DS7 : MATRICES ET RÉCURRENCES
 
1 1 1
(a) On a donc P =  −2 +2 +3 .
4 4 9
(b) La famille [v1 , v2 , v3 ] forme une base parce que des vecteurs propres correspondant à
des valeurs propres différentes sont indépendants. L’existence de P −1 confirmera cette
indépendance.
(c) La méthode attendue était le calcul de la matrice complémentaire. On pouvait aussi
utiliser le pivot de Gauss. Ou
 même, dans ce 
cas particulier, utiliser les polynômes de
6 −5 1
Lagrange. Il vient P −1 = 20
1 
30 5 −5 
−16 0 4
4. Quelle est la matrice décrivant f dans la base [v1 , v2 , v3 ] ?
 
−2 0 0
Q2 donne matv (f ) =  0 +2 0  . On peut le vérifier en calculant P −1 A P .
0 0 +3
5. Pour un vecteur w ∈ E, on appelle W l’espace engendré par les images successives de w,
c’est dire par w, f (w) , f 2 (w) etc. Quels sont les vecteurs w tels que dim W < 3 ?
(a) Un vecteur w s’écrit w = xj vj . On a donc
P
f n (w) = λnj xj ej et w, f (w) , f 2 (w) = [x1 v1 , x2 v2 , x3 v3 ] tP .
P

(b) Comme P est inversible, dim W est aussi la dimension de Vect (x1 v1 , x2 v2 , x3 v3 ) c’est à
dire le nombre de xj non nuls.
6. Donner une équation du plan Vect (v1 , v2 ).
(a) On cherche une forme linéaire non nulle s’annulant sur Vect (v1 , v2 ). On peut donc l’ob-
tenir par coefficients indéterminés, en résolvant 1a − 2b + 4c = 1a + 2b + 4c = 0.
(b) Il est bien plus efficace d’écrire que le plan est
l’ensemble des vecteurs u tels que u, v1 , v2
1 1 x
sont coplanaires. Il vient 0 = −2 +2 y = −16x + 0y + 4z, soit z = 4x.


4 4 z

7. On pose C0 = t x y z , C1 = A C0 et C2 = A C1 . Donner l’expression factorisée du


 

déterminant det (C0 , C1 , C2 ) ayant les Cj pour colonnes. Comparer avec Q5.
 
x y z
.
(a) On a M = (C0 , C1 , C2 ) =  y z −12x + 4y + 3z .
z −12x + 4y + 3z −36x + 13z
(b) Il vient det M = (−4x + z) (6x − 5y + z) (6x + y − z). Les facteurs sont les équations des
plans déterminés
 par deuxvecteurs propres. On retrouve les lignes de
6 −5 1
CoP =  30 5 −5  (les formes en ligne et les vecteurs en colonne).
−16 0 4

15.3 Problème
15.3.1 Première partie
Soit Bn la matrice tridiagonale de taille n telle que ajj = 2x + 1 pour les éléments diagonaux,
ajk = −x pour les éléments sous diagonaux (i.e. tels que |j − k| = 1) et enfin ajk = 0 ailleurs. Ainsi
 
2x + 1 −x 0 0
 −x 2x + 1 −x 0 
B4 =  . On pose Qn (x) = det Bn .
 0 −x 2x + 1 −x 
0 0 −x 2x + 1
15.3. PROBLÈME 63

1. Donner les valeurs de Q0 (x), Q1 (x) et Q2 (x). Détailler le calcul de Q3 (x).


(a) On a Q0 (x) = 1, Q1 (x) = 2x + 1 et Q2 (x) = 3x2 + 4x + 1.
(b) On a Q3 (x) = (2x + 1)3 − 2x2 (2x + 1) (Sarrus) et donc Q3 (x) = 4x3 + 10x2 + 6x + 1.
2. Établir une relation de récurrence entre les polynômes Qn (x).

2x + 1
−x 0 0

−x 2x + 1 −x 0
(a) En développant selon la dernière ligne, on obtient


0 −x 2x + 1 −x

0 0 −x 2x + 1

2x + 1
−x 0

2x + 1
−x 0

= −x 2x + 1 −x (2x + 1) + −x 2x + 1 0 (x)
0 −x 2x + 1 0 −x −x
(b) En développant le deuxième déterminant par rapport à la dernière colonne, il vient

∀n ∈ N : Qn+2 (x) = (2x + 1) Qn+1 (x) − x2 Qn (x) (15.1)

3. Soit N ∈ N un entier fixé (N ≥ 3). On définit S par S (x, z) = k=N +2 k


P
z Q (x). Exprimer
k=0Pk=N kk
le développement limité, au voisinage de z = 0 et à l’ordre N , de k=0 z Qk+1 (x) et de
Pk=N k
k=0 z Qk+2 (x) en fonction de S (x, z).

(a) On a k=N k 1 N . En effet, cette somme peut se réécrire


P 
k=0 z Q k+1
 P (x) = z (S (x, z) − 1)+o  z
sous la forme z1 z k=N k=0 z Qk+1 (x) + 1 − 1 .
k

(b) De même, k=N k = z12 (S (x, z) − 1 − z (2x + 1))+o z N . On a en effet l’éga-


P 
k=0 z Qk+2 (x) P 
k=N k
lité polynomiale : = z12 z 2 k=0 z Qk+2 (x) + Q0 + z Q1 − Q0 − z Q1 .
P

4. En déduire que S (x, z) = 1


+ o zN .

1−2z x−z+x2 z 2

(a) Il suffit de multiplier l’équation (15.1) par z k et de sommer de 0 à N . On obtient S − 1 −


z (2x + 1) = z (2x + 1) (S − 1) − z 2 x2 S + o z N .
(b) En réorganisant cette équation, on retrouve la formule proposée :
1
+ o zN (15.2)

S (x, z) = 2 2
1 − 2z x − z + x z
5. Utiliser la relation de récurrence Q2 pour déterminer le coefficient constant des polynômes
Qn (x). Retrouver cette valeur en utilisant la valeur de S (x, z).
(a) L’équation (15.1) donne ∀n ∈ N : Qn+2 (0) = (1) Qn+1 (0) : le terme constant est indé-
pendant de n. Il vaut donc Q0 = 1.
(b) On retrouve cela en portant x = 0 dans (15.2) : S (0, z) = 1−z
1
+ o z N . On sait que


cette expression se développe en 1 + z + z 2 + z 3 + · · ·


6. Utiliser la relation de récurrence Q2 pour déterminer le coefficient dominant des polynômes
Qn (x). Comment retrouver cette valeur en utilisant la valeur de S (x, z) ?
(a) Analyse du problème : si l’on suppose que les coefficients de degré n + 2 ne se neutralisent
pas dans l’équation (15.1), on obtient ∀n ∈ N : cd (Qn+2 ) = 2cd (Qn+1 ) − cd (Qn ) et la
récurrence part de cd (Q0 ) = 1, cd (Q1 ) = 2.
(b) L’équation caractéristique est λ2 − 2λ + 1. Comme il y a racine double, l’ensemble des
solutions est V ect ((1) , (n)). Vu les conditions initiales, on a cd (Qn ) = n + 1.
(c) Synthèse : on montre par récurrence que cd (Qn ) = n + 1.
(d) Le coefficient dominant d’un polynômeest le terme constant du polynôme
Pk=N palindromique.
Si dg (P ) = 0, alors cd (P ) = x P x x=0 . On s’intéresse donc à k=0 z k xk Qk x1 .
n 1

64 DEVOIR № 15. DS7 : MATRICES ET RÉCURRENCES

 2
(e) On a S x1 , x z = 1−2z−z 1
. On y porte obtenant 1
+ o z N . On sait que
 
x+z 2
x = 0, 1−z
cette expression est développable, son développement étant alors la dérivée de 1 + z +
z 2 + z 3 + · · · , soit 1 + 2z + 3z 2 + 4z 3 + · · ·
7. Quelle est la somme des racines du polynôme Qk (x).
(a) La somme des racines de Qk vaut −coef f (Qk , x, k − 1) ÷ coef f (Qk , x, k).
(b) Or coef f (Qk , x, k − 1) est le coefficient de x dans kQ 1
. On repart de 1
,
 
x k x S x , x z
que l’on dérive, puis évalue en x = 0. On obtient z coef f (Qk , x, k − 1) = (z−1)4 et
z
P k

donc coef f (Qk , x, k − 1) = 6 k (k + 1) (k + 2) = 3 .


1 k+2


(c) Conclusion Root_Of (Qk ) = − 61 k (k + 2).


P

15.3.2 Deuxième partie


Soit An la matrice carrée de taille n dont l’élément générique est ajk = max (j, k). Ainsi,
 
1 2 3 4
 2 2 3 4 
A4 =  . On pose Pn (x) = det (x I − An ).
 3 3 3 4 
4 4 4 4
1. Que vaut det An ? (On pourra utiliser des combinaisons de colonnes).
(a) On soustraità chaque colonne 
la colonne précédente.
 On fait donc agir
 la matrice de
1 0 0 0 −1 −1 −1 4
 −1 1 0 0  0 −1 −1 4 
Gauss G =  , obtenant A G =  .

 0 −1 1 0   0 0 −1 4 
0 0 −1 1 0 0 0 4
(b) On voit donc det A0 = 1 et si n 6= 0 det An = (−1)n−1 n.
2. Donner les valeurs de P0 (x), P1 (x) et P2 (x). Détailler le calcul de P3 (x).
(a) On voit que P0 = 1, P1 = x − 1 et P2 = x2 − 3x − 2.
(b) P
On obtient P3 = x3 − 6 x2 − 11x − 3. En effet T r (A3 ) = 1 + 2 + 3, det A3 = 3 et
∆jj = (2 − 4) + (6 − 9) + (3 − 9) = 11.
3. Établir une relation de la forme Pn+2 (x) = α (x) Qn+1 (x) + β (x) Qn (x), les quantités α (x)
et β (x) étant des polynômes en x de forme simple et de degré constant.
(a) La matrice initiale étant
 symétrique, il est intéressant decalculer tG (xI − A) G. On
2x + 1 −x 0 0
 −x 2x + 1 −x 0
obtient χAn+2 (x) =  . Et de là

 0 −x 2x + 1 −x 
0 0 −x x−n−2
(b)
Pn+2 (x) = (x − n − 2) Qn+1 (x) − x2 Qn (x) (15.3)
Pk=N +2
4. Soit T (x, z) = k=0 z k Pk (x). Utiliser une méthode analogue à Q.2.1.3 pour déterminer
T (x, z).
(a) On a z 2 ( ∞ n
P
n=0 Pn+2 (x) z ) = −P0 (x) − z P1 (x) + T (x, z).
P∞
(b) On a également n=0 Qn+1 (x) z n n = ∂z ∂
S (x, z) − z1 (S (x, z) − Q0 ).
(c) D’où T (x, z) = 1 − z 1 − x + x2 z S (x, z) − z 2 ∂z ∂
S (x, z) et finalement :


z 3 x3 − 3x2 z 2 − 3z 2 x + 3z x − z 2 + 3 z − 1
T (x, z) = − (15.4)
(1 − 2z x − z + x2 z 2 )2
Devoir № 16

Transformation de Laplace
Polynômes de Laguerre

16.1 Transformation de Laplace et polynômes de Laguerre


Soit E le R-ev des fonction polynomiales [0, ∞[ ,→ R et, pour n ∈ N, En = {f ∈ E | dg f ≤ n }.

16.1.1 Formule de Rodriguès pour les polynômes de Laguerre


R∞
1. Pour n ∈ N, montrer l’existence et calculer la valeur de 0 tn exp (−t) dt.
(a) On a limt→∞ ln t
t = 0 soit ∀n ≥ 1 : ∃A : ∀t ≥ A : n ln t ≤ t
2 et donc tn ≤ exp x2 .
(b) Comme tn exp (−t) est positive et majorée R(au delà de A) par exp (−t) dont l’intégrale

est connue pour exister, on a l’existence de 0 tn exp (−t) dt.
R∞
(c) Une succession d’intégrations par parties donne alors 0 tn exp (−t) dt = n!
R∞
2. Soit F l’ensemble des f : R+ ,→ R de classe C ∞ telles que l’intégrale 0 |f (t)|2 exp (−t) dt
existe. Montrer que F est un sous-espace de C ∞ (R+ , R) et que E est un sous espace de F .
R∞ R∞
(a) Pour les dilatations : 0 |λf (t)|2 exp (−t) dt = |λ|2 0 |f (t)|2 exp (−t) dt.
2 2
(b) Pour a, b ∈ R on a a2 + b2 − 4a2 b2 = a2 − b2 et donc a2 + b2 ≥|2a b|. On en  déduit
2 2 2 2
que, pour α, β ∈ C, on a la majoration : |α + β| ≤ ||α| + |β|| ≤ 2 |α| + |β| .
R∞ R∞ R∞
(c) On en déduit 0 |(f + g) (t)|2 e−t dt ≤ 2 0 |f (t)|2 e−t dt + 2 0 |g (t)|2 e−t dt < ∞.
(d) Il est clair que 0 ∈ F et on vient de montrer que F est clos par combinaisons linéaires :
c’est un sous-espace vectoriel de C ∞ (R+ , R).
(e) La question Q1 montre que F contient une base de l’espace E : on a donc E ⊂ F .
. R∞
3. Montrer l’existence, pour toutes f, g ∈ F , de l’intégrale ϕ (f, g) = 0 f (t) g (t) exp (−t) dt.
Montrer que cette application ϕ : F × F ,→ R est symétrique, linéaire en chaquep variable et
vérifie : ϕ (g, g) = 0E ⇒ g = 0F (ϕ est un produit scalaire). On pose kgk = ϕ (g, g).
(a) L’intégrande n’est pas une fonction positive : il faut donc changer de technique de preuve.
RA RA RA RA
(b) On a 2 0 f (t) g (t) e−t dt = 0 (f (t) + g (t))2 e−t dt − 0 f (t)2 e−t dt − 0 f (t)2 e−t dt.
Or chacune des intégrales de droite converge lorsque A → ∞. Celle de droite est donc à
son tour convergente, montrant l’existence de ϕ (f, g).
(c) La symétrie et la bilinéarité de ϕ ne sont autres que la commutativité et la distributivité
de l’addition.
(d) On sait qu’une fonction continue, positive et d’intégrale nulle sur un intervalle de mesure
non nulle est identiquement nulle. On applique cela à g 2 .
. x dn
4. Rappeler pourquoi Ln (x) = exp n
n! d xn (x exp (−x)) est polynôme. En donner le degré et le
coefficient dominant.

65
66 DEVOIR № 16. TRANSFORMATION DE LAPLACE POLYNÔMES DE LAGUERRE

(a) On considère l’opérateur Φ : P (x) 7→ exp x ddx (P (x) exp (−x)). On a Φ (P ) = −P + P 0 ,


conservant le caractère polynômial, le degré et changeant le signe de cd (P ).
(b) Or Ln = 1 n n
n! Φ (x ): Ln est donc un polynôme, avec dg (Ln ) = n et cd (Ln ) = (−1)n n!1
.
R ∞ (n)
5. Soit g ∈ E. Exprimer ϕ (g, Ln ) en fonction de 0 g (t) tn exp (−t) dt. En déduire la valeur
de ϕ (Lm , Ln ) lorsque n 6= m, ainsi que la valeur de ϕ (Ln , Ln ).
RA RA
(a) Par application des définitions, on a 0 g (t) Φ (f ) (t) e−t dt = 0 g (t) ddt f (t) e−t dt

RA 0
qui se transforme par ipp en g (t) f (t) exp (−t)|A
0 − 0 g (t) f (t) exp (−t) dt
(b) En supposant f, g ∈ E on a donc ϕ (g, Φ (f )) = −g (0) f (0) − ϕ (g 0 , f ).
(c) Par ailleurs Φk (x 7→ xn ) (0) = 0 pour k < n (il reste des x en facteur).
(d) On en déduit ϕ (g, Ln ) = (−1)n n! 1
ϕ g (n) , xn .


(e) De là ϕ (Lm , Ln ) = 0 lorsque dg (Lm ) < n. Par symétrie ϕ (Lm , Ln ) = 0 dès que m 6= n.
R∞ n n
(f) Enfin ϕ (Ln , Ln ) = (−1)n R 0 ddtn (Ln (t)) n!
1 n
t exp (−t) dt. Comme (−1)n ddtn (Ln (t)) =
1 ∞ n
1, il reste ϕ (Ln , Ln ) = n! 0 t exp (−t) dt = 1 : les fonctions sont orthonormées.

6. Montrer que les n racines de Ln sont distinctes, réelles et positives.


(a) Soit R (x) le polynôme unitaire ayant pour racines simples les racines de Ln qui sont à
la fois positives et d’ordre impair. Alors R (x) Ln (x) est positif sur ]0, ∞[.
(b) Si l’on avait dg (R) < n, on aurait ϕ (R, Ln ) = 0 et R (t) Ln (t) exp (−t) serait la fonction
nulle. On en déduit que les n racines de Ln sont distinctes, réelles et positives.

16.1.2 Relation de Parseval-Bessel


n o
1. Pour n ∈ N et g ∈ F , montrer que ϕ (g, tn ) ≤ kgk 1
p
(2n)! . Que vaut sup kgk ϕ (g, tn ) |g 6= 0 ?

(a) Il s’agit d’une inégalité de convexité. En effet ϕ (f + λ g, f + λ g) = kf k2 + 2λ ϕ (f, g) +


λ2 kgk2 est positive pour tout λ ∈ R. On en déduit que le discriminant est négatif ou nul,
soit (ϕ (f, g))2 ≤ kf k2 kgk2 .
(b) Comme ktn k2 = ϕ (tn , tn ) = (2n)!, on obtient la formule voulue.
. P
2. On pose gb (k) = ϕ (g, Lk ) et on définit pn : F ,→ En par pn (g) = n0 gb (k) Lk . Montrer que
cette application est un projecteur et que, de plus, ϕ (pn (g) , g − pn (g)) = 0.
(a) On arrive effectivement dans En puisque pn (g) ∈ V ect (L0 , · · · , Ln ) et que dg (Lk ) ≤ n.
(b) Pour démontrer que pn ◦ pn = pn il suffit donc de montrer que chacun des Lj (j ≤ n) est
invariant par pn .
(c) On a L cj (k) = ϕ (Lj , Lk ) = 0 lorsque k 6= j et Lcj (j) = ϕ (Lj , Lj ) = 1, prouvant
Pn c
pn (Lj ) = 0 Lj (k) Lk = Lj .
.
(d) Avec ce qui précède, il Pest clair que qj : F ,→ En défini par qj (g) = gb (j) Lj est un
projecteur et que pn = j≤n qj . Nous allons montrer que ϕ (qj (g) , g − qj (g)) = 0 et la
formule demandée en résultera par linéarité.
g (j) Lj , g − gb (j) Lj ) = gb (j) ϕ (Lj , g) − gb (j)2 ϕ (Lj , Lj ).
(e) On a ϕ (qj (g) , g − qj (g)) = ϕ (b
D’après les définitions et kLj k = 1, cette quantité est nulle.
3. En déduire kpn (g)k2 ≤ kgk2 puis que n0 |b g (k)|2 converge pour n → ∞.
P

2 2
. .
 
(a) Posons ~a = qj (g) et ~b = g − qj (g). On a kgk2 = ~a + ~b = k~ak2 + ~b + 2ϕ ~a, ~b . Et

2
donc k~ak2 ≤ k~ak2 + ~b = kgk2 .

(b) La somme n0 |b g (k)|2 est donc bornée par kgk2 : elle converge.
P

4. Illustrer ces résultats en prenant g = sin, n = 4.


16.1. TRANSFORMATION DE LAPLACE ET POLYNÔMES DE LAGUERRE 67

.
(a) RUne primitive de A =R (cos t + i sin t) exp (−t) est visiblement −1+i 2 A. On en déduit
∞ ∞
0 sin t exp (−t) dt = 0 cos t exp (−t) dt = 2 . Donc g b (0) = 2 , puis (ipp) gb (1) = 0,
1 1

gb (2) = gb (3) = − 41 et enfin gb (n + 4) = − 14 gb (n). On a donc p4 (sin) (x) = 12 L0 − 14 L2 −


4 L3 − 8 L4 .
1 1
R∞
(b) On a d’une part ksink2 = 0 (sin t)2 exp (−t) dt = 52 et d’autre part 30 gb (k)2 = 16 6
.
P
P∞ 1 ∞ 2 2
Comme 0 16k = 15 , on voit que 0 gb (k) = 16 × 15 = 5 . Et donc ksink est la limite,
16 6 16 2
P
et non un simple majorant.
(c) On peut illustrer cela en comparant la fonction sin avec ses projections pn (sin) : la
coïncidence initiale s’améliore, mais le décrochage est de plus en plus brutal.

4 Pi

–1

Figure 16.1 – Projections 0, 4, 8 du sinus sur les polynômes.

5. (Hors sujet) Développement générateur


(a) Posons S (x, z) = N
P +2
 Ln (x) z (développement générateur). La relation de récurrence
n
n=0

d x Ln (x) (cf devoir 8) se traduit en une équation


x x d
Ln+1 (x) = 1 − n+1 Ln (x) + n+1
différentielle portant sur S (x, z).
(b) Avec quelques calculs, on obtient les relations N z n ddx Ln (x) = ∂x

S (x, z) + o z N ,
P 
PN PNn=0
n ∂ N et n ∂

n=0n z Ln (x) = z ∂z S (x, z) + o z n=0 (n + 1) z Ln+1 (x) = ∂z S (x, z) +
o z .N

(c) On multiplie la relation de récurrence par z n , on somme et on utilise les relations précé-
dentes. Il vient alors : x ∂x
∂ ∂
S (x, z) − (1 − z) ∂z S (x, z) + (1 − x) S (x, z) = 0, avec pour
condition initiale : S (x, 0) = 1.
 
(d) Un examen de l’équation conduit à poser S (x, z) = F 1−z x
g (x). Par substitution, on
 
obtient x ddx g (x) + (1 − x) g (x) F 1−z x
= 0. En résolvant l’équation à une variable,

 
exp x exp x
il vient g (x) = Cte x et de là, S (x, z) = F 1−z x
x . Utilisant la condition initiale,
on obtient finalement S (x, z) = 1−z
1
1−z .
exp −x z

R∞ R∞  
(e) On calcule alors 0 sin (x) S (x, z) exp (−x) dx = 1−z 1
0 sin (x) exp 1−z dx. L’exis-
−x
R ∞ sin x
tenceR se montre comme pour 0 x dx. DeuxRintégrations par parties successives donnent
∞ ∞
1−z 0 sinR(x) exp 1−z dx = 1 − z − (1 − z) 0 sin (x) exp 1−z dx. En reportant, on ob-
1 −x −x

tient donc 0 sin (x) S (x, z) exp (−x) dx = 2−21−z = 12 − 14 z 2 − 14 z 3 − 81 z 4 + O z 6 .

z+z 2

16.1.3 Transformation de Laplace


R∞
1. On pose L (f ) = p 7→ 0 f (t) exp (−p t) dt. Montrer que L (f ) (p) est définie pour tout
p > 0 lorsque f ∈ E, et que L (f ) définit une fraction rationnelle.
R∞
(a) RL’existence vient de tn exp − 12 p t → 0. Il existe donc un A tel que A tn exp (−p t) dt ≤


A exp − 2 p t dt < ∞ (fonctions positives ! ! !).
1


(b) Un calcul immédiat (changement de variable u = p t) donne alors L (xn ) (p) = n!


pn+1
.
(c) Comme un polynôme est une combinaison linéaire de monômes, on a effectivement l’exis-
tence de L (f ) et l’appartenance à R (p).
68 DEVOIR № 16. TRANSFORMATION DE LAPLACE POLYNÔMES DE LAGUERRE

2. Calculer l’image Laplace des polynômes de Laguerre (prendre des exemples et généraliser).
2
(a) Pour n ≤ 2, on a : L (L0 ) (p) = p1 , L (L1 ) (p) = p−1 p2
, L (L2 ) (p) = (p−1)
p3
.
R ∞ dn
(b) Par descente sur zéro : 0 d xn (xn exp (−x)) exp (x − p x) dx se transforme en intégrant
R ∞ n−1
par parties, donnant (p − 1) 0 ddxn−1 (xn exp (−x)) exp (x − p x) dx et ainsi de suite jus-
R∞ n
qu’à (p − 1)n 0 xn exp (−x) exp (x − p x) dx = (p−1) p n−1 (les termes tout intégrés sont nuls
parce que x est en facteur).
R∞
(c) Autre méthode,
 utilisant
 le développement générateur. On a 0 S (x, z) exp (−p x) dx =
R∞ 1
0 1−z exp 1−z − p x dx = p−z (p−1) . Le développement de cette quantité donne les
−x z 1

2 3 4 5
images cherchées : p1 + p−1 z + (p−1) z 2 + (p−1) z 3 + (p−1) z 4 + (p−1) z5 + O z6

p2 p3 p4 p5 p6
 Pn
3. En déduire l’image Laplace de g : g (x) = exp − x2 0 ck Lk (x).

(a) La multiplication de la fonction f (t) par une exponentielle, induit une translation de la
fonction L (f ) (p). Autrement dit L exp − 2 f (x) (p) = L (f (x)) p + 2 .
x 1
  
k
(b) On a donc L (g (x)) (p) = n0 ck (p−1/2)k+1 .
P
(p+1/2)

L (g)(h(u))
4. On pose h = u 7→ 1 1+u
2 1−u . Que vaut alors 1−u ?
L (g)(h(u)) Pn
On trouve 1−u = 0 ck uk , donnant l’image Laplace inverse d’une fraction rationnelle.
n n 
5. On rappelle que Pn (x) = 2n1n! ddxn x2 − 1 (Legendre). Montrer que L (Pn (exp (−t))) (p)
est une fraction rationelle qui se factorise remarquablement (commencer par traiter des
exemples).
(a) Les Pn (x) valent successivement : 1, x, 23 x2 − 12 , 52 x3 − 23 x, 35 4 15 2 3 63 5 35 3
8 x − 4 x + 8, 8 x − 4 x +
15 231 6 315 4 105 2 5
8 x, 16 x − 16 x + 16 x − 16
p−1
(b) Pour les images L (Pn (exp (−t))) (p), on trouve successivement les fractions p1 , 1
p+1 , (p+2) p ,
p−2 (p−1)(p−3) (p−2)(p−4) (p−1)(p−3)(p−5) (p−2)(p−4)(p−6)
(p+3)(p+1) , (p+4)(p+2) p , (p+5)(p+3)(p+1) , (p+6)(p+4)(p+2) p , (p+7)(p+5)(p+3)(p+1) .
(c) Cette régularité s’explique comme suit. Pn est un polynôme de degré n et de la parité
de n. Pn (exp (−x)) fait donc intervenir les exponentielles exp (−n), exp (−n + 2), etc.
Comme les coefficients des termes de degré n − 2j de Pn sont non nuls, cela se traduit ce
qui se traduit par la présence effective des pôles p = −n, p = −n + 2, etc. chacun d’eux
introduisant un terme de degré −1.
(d) Le degré du dénominateur de la fraction L (Pn (exp (−t))) (p) est donc 1 + E (n/2).
Comme cette fraction est de degré −1 au plus, le numérateur possède au plus E (n/2)
racines.
R∞ R1
(e) Par changement de variable, 0 Pn (exp (−x)) exp (−p x) dx = 0 Pn (t) t(p−1) dt. Si n
R +1
et p n’ont pas même parité, cette intégrale vaut 21 −1 Pn (t) t(p−1) dt et est donc nulle si
de plus p < n. On obtient E (n/2) racines (positives et de parité contraire à n) et donc
il n’y en a pas d’autres.
(f) Il ne reste plus qu’à fixer le coefficient de la fraction L (Pn (exp (−t))) (p). On sait que
L (f ) (p) ∼ f (0)
p lorsque p → ∞. Or Pn (exp (0)) = Pn (1) = 1.
Devoir № 17

ds8 : Formule de Simpson - Intégrales


elliptiques

17.1 Exercice 22.2.2-11


Soit f une application de classe C 3 sur [a, b], et n ∈ N \ 0. On pose ∆x = b−a n , xk = a +
Pn−1 0 00
k ∆x,
 Sn (f ) = ∆x k=0 f (xk ), et on définit de même Sn (f ) et Sn (f ). On pose en outre M3 =
sup f (3) (x) | a ≤ x ≤ b .
R 2
4
b 0 ) − (b−a) S (f 00 ) ≤ (b−a) M .
1. Montrer que a f (x) dx − Sn (f ) − b−a 2n Sn (f 6n 2 n 24n3 3
R
b
(a) On a a f (x) dx − Sn (f ) − 12 ∆x Sn (f 0 ) − 16 (∆x)2 Sn (f 00 ) = | k Tk | ≤ k |Tk | en po-
P P
Rx
sant Tk = xkk+1 f (x) d x − ∆x f (xk ) − 12 (∆x)2 f 0 (xk ) − 61 (∆x)3 f 00 (xk ).
(b) En appelant F une primitive de f , il vient Tk = F (xk + ∆x) − F (xk ) − ∆x F 0 (xk ) −
1 2 00 1 3 000
2 (∆x) F (xk ) − 6 (∆x) F (xk ).
4
(c) On a donc Tk = 24
1
(∆x)4 F (4) (c), conduisant à | k Tk | ≤ n max |Tk | = (b−a) M3 .
P
24n3
Rb (b−a)2
2. Prouver que a f (x) dx = Sn (f ) + b−a 0 0 1

2n (f (b) − f (a)) − 12n2 (f (b) − f (a)) + O n3 .

(a) Le résultat demandé est k Tk = O n13 , en posant maintenant


P 
R xk+1
Tk = xk f (x) d x − 12 ∆x (f (xk+1 ) + f (xk )) − 121
(∆x)2 (f 0 (xk+1 ) − f 0 (xk )).
(b) Avec xk = y − h et xk+1 = y + h, il vient
Tk = F (xk+1 ) − F (xk ) − h (F 0 (xk+1 ) + F 0 (xk )) − 31 h2 (F 00 (xk+1 ) − F 00 (xk )).
(c) Supposons f de classe C 4 . Des calculs immédiats donnent
F (y + h) = F (y) + h f (y) + 21 h2 f (y) + 61 h3 f 00 (y) + 24 1 4 (3)
h f (y) + o h5 ,
1 5 (4)

h f (y) + 120
d’où F (y + h) − F (y − h) = 2h f (y) + 13 h3 f 00 (y) + 60 h f (y) + o h5 .
1 5 (4)


De même h (f (y + h) + f (y − h)) = 2h f (y) + h3 f 00 (y) + 12 1 5 (4)


h f (y) + o h5


et 31 h2 (f 0 (y + h) − f 0 (y − h)) = 23 h3 f 00 (y) + 91 h5 f (4) (y) + o h5 .




(d) Il vient Tk = 19 + 60 1 1
h f (y), soit Tk ∼ 45×32
2 5 (4) 2
(∆x)5 f (4) (y).
 5 (4)
h f (y)+o h5 ∼ 45

− 12
5
Conduisant à | k Tk | ≤ n max |Tk | = (b−a) M4 .
P
720n4
(e) Dans le cas où f est seulement de classe C 3 , tous
 les développements précédents doivent
être coupés un cran plus tôt, donnant un o n13 comme majorant.

69
70 DEVOIR № 17. DS8 : FORMULE DE SIMPSON - INTÉGRALES ELLIPTIQUES

17.2 Une famille de polynômes


On considère les fractions rationnelles Pn ∈ C (X) définies par la récurrence P0 (x) = 1, P1 (x) =
x et (pour n ≥ 1) En : Pn2 (x) = 1 + Pn−1 (x) Pn+1 (x). L’objectif est de monter que Pn ∈ C [X],
c’est à dire que les Pn sont des polynômes, puis de les étudier.
1. Calculer P2 , P3 et P4 .
S (x, z) = 1+xz+ x2 − 1 z 2 + x3 − 2x z 3 + x4 − 3x2 + 1 z 4 + x5 − 4x3 + 3x z 5 +O z 5
    

On suppose que, pour un certain n ≥ 3, on ait Pn−3 , Pn−2 , Pn−1 et Pn polynômes et que
Pn+1 ne soit pas un polynôme.
2. Avec ces hypothèses, démontrer que ∃a ∈ C : ∃p ∈ N \ 0 : ∃A, B polynômes : Pn+1 (x) =
B(x)
(x−a)p A(x)
avec A (a) 6= 0 et B (a) 6= 0.
Si Pn+1 ∈/ C [x], cette fraction admet un pôle a ∈ C. En supposant Pn+1 sous sa forme irré-
ductible, le numérateur B (x) n’admet pas a comme racine. En factorisant le dénominateur,
B(x)
on arrive à Pn+1 (x) = (x−a) p
A(x)
avec A, B ∈ C [X], A (a) 6= 0 et B (a) 6= 0.
3. Puis que ∃r ∈ N : ∃D polynôme : Pn−1 (x) = (x − a)p+r D (x) avec D (a) 6= 0.
(a) En reportant dans la relation de récurrence, il vient Pn (x)2 = 1 + P(x−a)
n−1 (x) B(x)
p
A(x)
et donc
 
Pn−1 (x) = (x − a)p Pn (x)2 − 1 A (x) ÷ B (x)
 
(b) Comme Pn−1 est un polynôme, B (x) divise (x − a)p Pn (x)2 − 1 A (x). Étant premier
avec (x − a)p à cause de B (a) 6= 0, il divise l’autre facteur et Pn−1 (x) = (x − a)p poly (x).
(c) En factorisant, il vient Pn−1 (x) = (x − a)(p+r) D (x) avec D ∈ C [x] et D (a) 6= 0.
4. Puis que Pn−2 (a) = ±1, Pn (a) = −Pn−2 (a) et r ≥ 1. On pose b = Pn (a).
(a) On a Pn−2 (a)2 = 1 + Pn−1 (a) Pn−3 (a) = 1, puisque p > 0 entraîne Pn−1 (a) = 0.
(b) On a aussi 0 = Pn−1 (a)2 = 1 + Pn (a) Pn−2 (a). Comme Pn−2 (a) = ±1, on a Pn (a) =
−1/Pn−2 (a) = −Pn−2 (a). On pose Pn (a) = b = ±1 et Pn−2 (a) = −b.
(c) Écrivons 0 = Pn (a)2 − b2 = (Pn+1 (x) Pn−1 (x))x=a . Il faut donc que a soit une racine
du membre de droite. Étant un pôle d’ordre p de Pn+1 , ce doit être une racine de Pn−1
d’ordre strictement supérieur à p.
5. Montrer que l’on peut écrire Pn (x) = b + (x − a)q C (x) et Pn−2 = −b + (x − a)s E (x) avec
q, s ∈ N \ 0 et C, E polynômes tels que C (a) 6= 0 et E (a) 6= 0.
(a) Les relations Pn (x) = b+(x − a)q C (x) (q > 0) et Pn−2 = −b+(x − a)s E (x) (s > 0) sont
des conséquences immédiates de la formule de Taylor et de Pn (a) = b et de Pn−2 (a) = −b.
6. Montrer que l’on a q = r et s = r, puis que ces résultats sont contradictoires avec la relation
2
En−2 : Pn−2 (x) = 1 + Pn−1 (x) Pn−3 (x).
(a) En reportant les valeurs obtenues pour Pn+1 , Pn et Pn−1 dans la relation de récur-
r
rence En , on obtient b2 + 2 (x − a)q C (x) b + ((x − a)q )2 C (x)2 − 1 = (x−a) A(x)
D(x) B(x)
,
r
soit (x − a)q C (x) ((x − a)q C (x) + 2b) = (x−a) A(x)
D(x) B(x)
. Dans cette relation, l’ordre de
multiplicité de a est à la fois égal à q et à r. Et donc q = r.
(b) En reportant les valeurs obtenues pour Pn+1 , Pn et Pn−1 dans la relation de récurrence
 2
En−1 , on obtient (x − a)(p+r) D (x) = b2 + (−b + (x − a)s E (x)) (b + (x − a)r C (x))
soit (x − a)(2p+2r) D (x)2 +(x − a)r C (x) b = (x − a)s E (x) b+(x − a)(s+r) C (x) E (x).
La multiplicité de x = a est r à gauche et s à droite. Et donc r = s.
(c) Reportant enfin tout cela dans la relation En−2 , il vient :
b2 − 2 (x − a)r E (x) b + (x −a)2r E (x)2 − 1 = Pn−3 (x) (x − a)p (x − a)r D (x). En
 fac-
r r 2 p
torisant, on obtient (x − a) 2E (x) b − (x − a) E (x) − Pn−3 (x) (x − a) D (x) = 0.
Le premier facteur n’est pas le polynôme nul. Le deuxième non plus, puisque son évalua-
tion pour x = a donne −2E (a) b 6= 0.
17.3. RÉCURRENCE INTÉGRALE DE GAUSS 71

(d) Cette contradiction montre que tous les Pn sont des polynômes (le calcul direct ayant
montré cette propriété pour les trois premiers polynômes, ce qui amorce la récurrence).
7. Sachant maintenant que Pn est un polynôme, préciser le degré et le terme dominant.
(a) On a Pn+1 = Pn2 − 1 ÷Pn−1 et donc dg (Pn+1 ) = 2dg (Pn )−dg (Pn−1 ). Vu les conditions


initiales, dg (Pn ) = n.
(b) La même récurrence montre que cd (Pn ) = 1.
8. Quelles sont les racines de P1 et de P2 ?
On trouve 0 et ±1.
9. Montrer que (pour n ≥ 1) les racines de chaque polynôme Pn sont toutes réelles et que (pour
n ≥ 2) ces racines sont séparées par celles de Pn−1 . On procédera par récurrence, en notant
aj les racines de Pn−1 et bk celles de Pn avec bn < an−1 < · · · < a2 < b2 < a1 < b1 .
Cette propriété est une conséquence immédiate du fait que Pn (x) = Un (2x). Elle peut aussi
se démontrer à l’aide de la récurrence.

17.3 Récurrence intégrale de Gauss


Pour a, b > 0 on considère les suites α, β définies par la récurrence
p 1
α0 = a, β0 = b, αn+1 = αn βn , βn+1 = (αn + βn )
2

17.3.1 Moyenne de Gauss


1. Montrer que les suites α et β convergent vers la même limite, que l’on notera ϕ (a, b).
(a) Il est clair que l’échange de a et b ne change rien à la suite. On peut donc choisir α0 =
min (a, b) et β0 = max (a, b).
(b) En pareil cas, la suite α est croissante et la suite β est décroissante (inégalité des
moyennes) : α0 ≤ αn ≤ βn ≤ β0 .
(c) On a donc βn → µ et αn → λ. Par continuité, µ = 21 (µ + λ) et donc µ = λ : les suites
étaient adjacentes.
√ √ 2 √ √ 2
(d) Un peu de calcul donne βn+1 − αn+1 = 21 βn + αn = 21 (βn − αn )2 ÷ βn + αn
   2
−αn+1 −αn
et donc βn+1 − αn+1 = 8λ1
(βn − αn )2 soit βn+18λ ∼ βn8λ : la convergence est
quadratique.
2. Comparer ϕ (a, b) avec ϕ (b, a).
L’égalité a déjà été utilisée.
3. Pour k > 0, exprimer ϕ (k a, k b) en fonction de k et de ϕ (a, b). En déduire que l’étude des
nombres ϕ (a, b) peut être remplacée par celle de la fonction ϕ définie par ϕ (x) = ϕ (1, x).
On voit que ϕ (k a, k b) = k ϕ (a, b).

17.3.2 Une intégrale


On définit , pour α > 0 et β > 0,
Z π
2 dθ
I (α, β) = p
0 α cos θ + β 2 sin2 θ
2 2

1. Montrer que I (α, β) existe et que I (α, β) = I (β, α). On suppose désormais 0 < α ≤ β.
(a) Le radicande est continu et jamais nul, prouvant la continuité de l’intégrande.
(b) La symétrie vient du changement de variable τ = π
2 − θ.
72 DEVOIR № 17. DS8 : FORMULE DE SIMPSON - INTÉGRALES ELLIPTIQUES

2. Ranger par ordre croissant les nombres I (α, β), I (α, α), et I (β, β). En déduire un enca-
drement simple de I (α, β).
(a) On a α2 = α2 cos2 θ + α2 sin2 θ ≤ α2 cos2 θ + β 2 sin2 θ ≤ β 2 cos2 θ + β 2 sin2 θ = β 2 .
(b) On en déduit π
= I (β, β) ≤ I (α, β) ≤ I (α, α) =
2β 2α .
π

q
On pose ω = arctan αβ . On a donc 0 < ω ≤ π4 .
Rπ  
3. Transformer ω2 √ 2 2dθ 2 2 en posant ψ = arctan β tan α
θ et en considérant que
α cos θ+β sin θ
π
R dθ RX
ω
2 √
···
= limX→ π2 ; X< π2 ω √dθ··· . En déduire une relation simple entre
Rω dθ
I (α, β) et 0 √ 2
.
α2 cos2 θ+β 2 sin θ
 
(a) La transformation ψ : θ 7→ arctan β tanα
est involutive sur 0, 2 . Sa dérivée est
 π
θ

d 1 α 1
1 + tan θ soit ψ (θ) = −α β α21+tan
2 0 et enfin
 
2 ×
d θ ψ (θ) = β − tan2 θ +β 2 tan2 θ

α
1+ β tan θ

ψ 0 (θ) 2 sin2 θ (et donc ψ est un difféomorphisme).


1
= −α β α2 cos2 θ+β
(b) On a ψ π2 = 0 et ψ (ω) = ω. En outre cos2 (ψ (θ)) = 1+tan21(ψ(θ)) =  1

α
2 =
1+ β tan θ
β 2 sin2 θ 2 cos2 θ
α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ
et donc sin2 (ψ (θ)) = α2 cosα2 θ+β 2 sin2 θ .
2 β2
D’où α2 cos2 (ψ (θ)) + β 2 sin2 (ψ (θ)) = α2 cos2αθ+β 2 sin2 θ .

π R 0 q α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ  


(c) On a donc √ dθ dθ
2 sin θ .
R
ω
2 = ω α2 β 2
−α β α2 cos2 θ+β 2
α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ
π Rω
(d) On en conclut I (α, β) = √ dθ √ dθ
.
R 2
0 =2 0
α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ
q 
Rω β
4. Transformer 2 0
√ dθ
en posant ψ = 2 arctan α tan θ . Poursuivre les cal-
α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ

culs jusqu’à obtenir un résultat de la forme 02 √ dψ 2 .
a+b cos ψ
q
β
(a) On a ψ(0) = 0 et ψ (ω) = π2 . Si ψ (θ) = t alors tan 2t = tan θ et 1 + tan2 t
1
α 2 2d t =
 qβ  qα  
1 + tan2 θ α d θ soit d θ = 1
2 1 + tan 2 t
2 β ÷ 1+
α
β tan2 t d’où
2

d θ = 12 α β 1 + tan2 2t ÷ β + α tan2 2t d t .
 

β α tan2 2t
(b) Il vient cos2 (θ) = 1
1+tan2 (θ)
= 1+ α
1
tan2 t = β+α tan2 t et donc sin2 (θ) = β+α tan2 2t
. D’où
β 2 2

αβ (α+β tan2 2t )
(c) α2 cos2 (θ) + β 2 sin2 (θ) = β+α tan2 2t
.
π
r  √ 
Rω β+α tan2 2t α β (1+tan2 2t )
(d) On a donc 2 √ dθ 1
,
R 2
0 =2 0 αβ (α+β tan2 2t ) 2 β+α tan2 2t
dt
α2 cos2 θ+β 2 sin2 θ
r 2
π
1+tan2 2t
( )
soit I (α, β) =
R 2
0 tan2 2t β+α tan2 2t
d t.
(α+β )( )
2
(1+tan2 2t ) ((1+c)+(1−c))2
(e) Le radicande est W = t t = (α(1+c)+β(1−c))(β(1+c)+α(1−c)) soit
(α+β tan 2 )(β+α tan 2 )
2 2

W = 2αβ(1+c2 )+(α4
2 +β 2 )(1−c2 ) = 2
1
√ 2 .
( α+β
2 ) sin 2 t+
( αβ ) cos2 t

(f) On a donc montré que I (α, β) = I α β, 12 (α + β) .


5. Montrer que I (α, β) = I α β, 21 (α + β) . Montrer que ∀n ∈ N : I (αn+1 , βn+1 ) = I (αn , βn ),


puis que ϕ (a, b) I (a, b) = π2 pour tous a, b > 0.


(a) Cette relation se propage par récurrence en I (α0 , β0 ) = I (αn , βn ).
(b) Par continuité : I (α0 , β0 ) = I (ϕ (α, β) , ϕ (α, β)) = π
2 ÷ ϕ (α, β).
17.3. RÉCURRENCE INTÉGRALE DE GAUSS 73

π
En particulier, pour a = 1, on obtient ϕ (x) f (x) = 2 avec ϕ la fonction de Q3.1.3 et
. Rπ
f (x) = I (1, x) = I (x, 1) = 02 √ 2 dθ
2 2
.
x cos θ+sin θ

6. Étudier la monotonie de f sur ]0, ∞[.


(a) Quand x augmente, le radicande augmente et donc l’intégrale diminue : f est décroissante.
7. On fixe  > 0 et on prend x0 ≥  et x ≥ 12 . En considérant |f (x) − f (x0 )|, montrer que f
est continue en x0 . En déduire la continuité de f sur ]0, ∞[, puis celle de ϕ.
(a) On commence par x ≥ 1 et x1 = x + h ≥ 0.81. Posons ∆W = √ 1

(x+h)2 cos2 t+sin2 t
√ 1
. Les radicandes sont minorés par 0.81 et les radicaux sont donc minorés
x2 cos2 t+sin2 t
|h|(2x+|h|)
par 0.9. Utilisant la quantité conjuguée, on trouve |∆W | ≤ 0.9×0.9×(0.9+0.9) .
(b) En intégrant cette inégalité, on trouve |f (x + h) − f (x)| = O (|h|) lorsque x ≥ 1 et
h → 0. Autrement dit, f est continue pour x ≥ 1.
(c) Pour 0 < x ≤ 1, on utilise f (x) = x f (1/x) pour conclure.
(d) Enfin, ϕ est continue puisque ϕ (x) = π2 ÷ f (x) et que f (x) 6= 0.
. R1
8. On pose v (x) = 0 √ dt 2 2
. Calculer v (x). Donner un équivalent de v (x) pour x → 0.
(x +t )
R1 1
(a) On a v (x) = 0
√ dt
= arg sinh xt 0 = arg sinh x1 .
(x2 +t2 )
(b) On a v (x) ∼ − ln x.
. R1
9. On pose u (x) = 0 √ dt
. Montrer que si 0 < x ≤ 1 alors v (x) − u (x) est borné.
(1+t2 )(x2 +t2 )
En déduire un équivalent de u (x) pour x → 0.
t2 √
(a) √ 1
x2 +t2
−√ 1
= √ 1 √
x2 +t2 1+t2 (1+ 1+t2 )
.
En minorant x2 + t2 par t2 et les autres
(x2 +t2 )(1+t2 )
R1
facteurs du dénominateur par 1, on obtient 0 ≤ v (x) − u (x) ≤ 0 t dt.
(b) Comme v (x) → ∞, on a u (x) ∼ v (x).
R∞
10. On admet f (x) = 0 √ dt
. Déterminer un équivalent de f (x) pour x → 0.
(1+t2 )(x2 +t2 )
R∞ R∞
Il reste à estimer 1 √ dt
2 2 2
qui est majoré par 1 √ dt2 2
= 1.
(1+t )(x +t ) (t )(t )
74 DEVOIR № 17. DS8 : FORMULE DE SIMPSON - INTÉGRALES ELLIPTIQUES
Devoir № 18

Opérateurs quantiques dans C[X, Y ]

18.1 Opérateurs quantiques dans C [X, Y ].


18.1.1 Définition des opérateurs D et S
. b et Yb les applications P 7→ X P et P 7→ Y P , et par ∂
Soit E = C [X, Y ]. On désigne par X ∂X

et ∂Y les applications P 7→ PX0 et P 7→ PY0 .
. b ∂ .
1. Montrer que les opérateurs D = X ∂
◦ ∂X + Yb ◦ ∂Y ∂
et S = Yb ◦ ∂X b ◦ ∂ sont des applications
−X ∂Y
linéaires de E dans E.
(a) La linéarité des opérateurs X
b et Yb provient de la distributivité de la multiplication des
polynômes.
(b) Les opérateurs ∂X∂
et ∂Y

sont linéaires par définition : ils sont donnés sur la base cano-
nique, puis étendus par linéarité.
(c) Les opérateurs portant sur des variables différentes commutent : X b n’est
b ◦ Yb = Yb ◦ X
autre que X × Y × P = Y × X × P , X ∂Y = ∂Y ◦ X est 
∂ ∂ ∂ ∂

b◦ b X × ∂Y P = ∂Y (X × P ),
et enfin ∂Y ◦ ∂X = ∂X ◦ ∂Y est ∂Y ∂X (P ) = ∂X ∂Y (P ) , c’est à dire la relation de
∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂

Schwarz.    
(d) On a en outre : ∂ ◦ X
∂X
b (P ) = ∂ (X P ) = X P 0 + P = X
∂X
b ◦ ∂ + id (P ), ainsi que
∂X
la relation analogue pour la deuxième variable. Ces “relations de Dirac” se résument en :
∂ b b ∂ + id ∂ b ∂
X=X ; Y = Yb + id
∂X ∂X ∂Y ∂Y
2. Montrer que D et S commutent, c’est à dire que ∀P ∈ E : (D ◦ S) (P ) = (S ◦ D) (P ).
  
(a) ∂ ∂ ∂ ∂
DS = Xb +Y b Y
b −Xb
∂X ∂Y ∂X ∂Y

= X b ∂ Yb ∂ + X b ∂ X b ∂ − Yb ∂ Yb ∂ − Yb ∂ X b ∂
∂X ∂X  ∂X ∂Y  ∂Y ∂X  ∂Y ∂Y
∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂
= X d Y 2
+X b X b + id − Yb Yb + id −X
d Y
∂X ∂X ∂Y ∂Y ∂X ∂Y 2
 2    2  
∂2
(b) Il vient D S = S D = X d Y ∂X ∂
2 − ∂Y 2 + X c2 − Yc2 ∂
∂X ∂Y + b ∂ − Yb ∂ .
X ∂Y ∂X
Le point clef est donc la présence de termes du premier ordre.
3. Calculer S 2 + D2 , c’est à dire S ◦ S + D ◦ D (on obtient une expression simple...).
  
(a) ∂ ∂ ∂ ∂
SS = Yb −X b Y
b −Xb
∂X ∂Y ∂X ∂Y
∂ b ∂ ∂ b ∂ b ∂ Yb ∂ + X b ∂ X b ∂
= Yb Y − Yb X −X
∂X ∂X  ∂X ∂Y  ∂Y ∂X ∂Y  ∂Y
∂ ∂ ∂ ∂ ∂ c2 ∂
= Yc2 2
− Yb X b + id −Xb Yb + id +X
∂X ∂X ∂Y ∂Y ∂X ∂Y 2

75
76 DEVOIR № 18. OPÉRATEURS QUANTIQUES DANS C[X, Y ]
  
∂ ∂ ∂ ∂
(b) DD = Xb +Yb X
b +Yb
∂X ∂Y ∂X ∂Y
b ∂ X
= X b ∂ +X b ∂ Yb ∂ + Yb ∂ X b ∂ + Yb ∂ Yb ∂
∂X ∂X ∂X ∂Y ∂Y ∂X ∂Y ∂Y 
2 ∂2
  
= X
b X b ∂ + id ∂ + X dY

+ YdX + Yb Yb

+ id

∂X ∂X ∂X ∂Y ∂Y ∂Y ∂Y ∂Y
(c) En regroupant, on constate que les termes du premier ordre de S 2 + D2 se simplifient,
ainsi que les “termes de Schwarz”. On obtient donc
  ∂ ∂

2 2 2
\ 2
S +D = X +Y +
∂X 2 ∂Y 2

18.1.2 Nombre quantique principal


1. Redémontrer que le sous-espace Hn des polynômes homogènesLde degré n est sous-espace
propre de D pour la valeur propre λ = n, puis établir que E = n∈N Hn .
(a) On a D (X p Y q ) = X pX p−1 Y q + Y X p qY q−1 = (p + q) X p Y q .
 

(b) On a donc P ∈ Hn implique D (P ) = n P , montrant que Hn est inclus dans Ker (D − n id).
(c) Le fait que E = n∈N Hn vient de ce que la réunion des bases est {X p Y q |p, q }, soit
L
une base de E, tandis que les intersections deux à deux sont nulles..
2. En conclure que : “les valeurs propres de D sont les entiers naturels et les vecteurs propres
de D sont les polynômes homogènes”..
(a) Comme les Hn sont des espaces propres et que leur somme vaut E, il n’y a pas la place
pour d’autres vecteurs propres.
(b) Les valeurs propres possibles sont donc les entiers naturels, avec Hn = Ker (D − n id).

18.1.3 Exemples de vecteurs propres de S (n ≤ 3)


1. Montrer que le polynôme 1 est vecteur propre de S.
On a visiblement S (1) = 0 = 0 × 1. Donc 1 est vecteur propre de S pour λ = 0.
2. Écrire et résoudre les équations que doit vérifier un polynôme P ∈ H1 pour être vecteur
propre de S, c’est à dire pour qu’il existe λ ∈ C tel que S (P ) = λP .
(a) Si P ∈ H1 alors P = aX + bY , et S (P ) = Y a − Xb = λP donne λa = −b et λb = a, donc
λ2 = −1.
(b) Réciproquement, on voit que S (Y + iX) = Y (i) − X (1) = +i (Y + iX) ainsi que
S (Y − iX) = Y (−i) − X (1) = −i (Y − iX).
3. Même question pour les polynômes homogènes de degré 2 et 3.
(a) Si P ∈ H2 alors P = aX 2 + 2bXY + cY 2 , et S (P ) = Y (2aX + 2bY ) − X (2bX + 2cY ) =
λP donne (2b − λ c) y 2+ 2 (a − c − λ b) y x − (λa + 2b) x2 = 0. La matrice de ce système
−λ 2 0
est  −2 −2λ 2 . Il est donc nécessaire que le déterminant soit nul, c’est à dire
0 −2 −λ
−2λ 4 + λ2 = 0 : les valeurs propres sont donc +2i, 0, −2i.


(b) On obtient Y 2 + 2iX Y − X 2 , Y 2 + X 2 et .Y 2 − 2iX Y − X 2 .


(c) 
De même, si P ∈ H3 alors P = aX 3 + 3bX 2 Y + cXY 2 + dY 3 , conduisant à la matrice
−λ 3 0 0
 −1 −λ 2 0 
 0 −2 −λ 1  et à l’équation λ + 9 λ + 1 = 0.
2
 2 
 

0 0 −3 −λ
(d) La résolution des systèmes associés aux valeurs propres +3i, +i, −i, −3i conduisent
alors aux polynômes unitaires : (Y + iX)3 , (Y + iX)2 (Y − iX), (Y + iX) (Y − iX)2 et
(Y − iX)3 .
18.1. OPÉRATEURS QUANTIQUES DANS C [X, Y ]. 77

18.1.4 Nombre quantique orbital


1. On convient de noter un P homogène de degré n par P = k∈Z ak X n−k Y k avec ak = 0
P
lorsque k ∈ / [0 .. n]. Donner la relation de récurrence que doivent vérifier les coefficients ak
pour que P soit vecteur propre de S avec λ comme valeur propre.
(a) PPosant P = k∈Z ak X n−k Y k , il vient Yb ∂X∂
P = k∈Z ak (n − k) X n−k−1 Y k+1 et X b ∂ P =
P P
∂Y
a (k) X n−k+1 Y k−1 .
k∈Z k
 
(b) La relation Yb ∂X ∂
− λid − Xb ∂ (P ) = 0 conduit donc à ∀k : (n − k + 1) ak−1 − λak −
∂Y
(k + 1) ak+1 = 0
2. Montrer que le système obtenu possède une solution non nulle (i.e. P 6= 0) si et seulement
si λ vérifie une certaine équation polynomiale Rn (λ) = 0, dont on donnera le degré (il n’est
pas demandé d’expliciter cette équation).
(a) Pour k = n, cette relation devient (n − n + 1) an−1 − λan − (n + 1) an+1 = 0, soit an−1 =
λ an . Pour k = n − 1, on obtient (n −n + 1 + 1) an−2 − λan−1 − (n − 1 + 1) an = 0, soit
an−2 = 12 (λ an−1 + n an ) = 21 λ2 + n an .
(b) Par récurrence, an−k est le produit de an par un polynôme de degré k en λ. Ce polynôme
est effectivement de degré k, le coefficient correspondant étant 1/k!.
(c) Pour obtenir a−1 = 0, comme il sied à un polynôme, il faut qu’un certain polynôme de
degré n + 1 en λ soit nul.
3. Montrer que ∀P1 , P2 ∈ E : S (P1 P2 ) = S (P1 ) P2 + P1 S (P2 ). En déduire que P1 P2 est
vecteur propre de S dès que P1 et P2 le sont. Quelle est alors la valeur propre associée à
P1 P2 ?
(a) Elementairement, ∂X ∂
(P1 P2 ) = P2 ∂
∂X (P1 ) + P1 ∂
∂X (P2 ). On en déduit ∀P1 , P2 ∈ E :
S (P1 P2 ) = S (P1 ) P2 + P1 S (P2 ).
(b) Si l’on a S P1 = λ1 P1 et S P2 = λ2 P2 , on a donc S (P1 P2 ) = S (P1 ) P2 + P1 S (P2 ) =
(λ1 + λ2 ) P1 P2 .
4. Appliquer ce résultat aux polynômes X + i Y et X − i Y afin de montrer que, parmi les po-
lynômes homogènes de degré n, les vecteurs propres de S sont exactement les polynômes :
α (X + i Y )k (X − i Y )n−k , avec α ∈ C∗ et 0 ≤ k ≤ n. Indiquer les valeurs propres corres-
pondantes.
(a) On a S (Y + iX) = Y (i) − X (1) = +i (Y + iX) et S (Y − iX) = Y (−i) − X (1) =
−i (Y − iX).
 
(b) On a donc S (Y + iX)k (Y − iX)n−k = i × (k − n + k) = i (2k − n). Lorsque k varie
de 0 à n, les nombres 2k − n varient de −n à +n, en gardant la parité de n.
(c) Il est clair que ces nombres sont tous différents. Par conséquent les polynômes corres-
pondants sont indépendants les uns des autres. Étant éléments de Hn et au nombre de
n + 1 = dim (Hn ), ils forment une base de cet espace vectoriel.
5. Montrer que les polynômes (X + i Y )j (X − i Y )k forment une base de E, adaptée à la fois
à la décomposition de E en sous-espaces propres de D et à la décomposition de E en sous-
espaces propres de S.
(a) La relation E = n∈N Hn montre que l’on obtient une base de E par réunion de bases
L
des sous-espaces Hn .
n+m n−m
(b) Posons Pn,m (X, Y ) = (Y + iX) 2 (Y − iX) 2 avec n ∈ N et m ∈ [−n, +n], de la
parité de n. Les nombres n et m sont respectivement appelés nombre quantique principal
et nombre quantique orbital du polynôme Pn,m .
(c) L’ensemble des polynômes Pn,m forme donc une base de E et l’on a D (Pn,m ) = n et
S (Pn,m ) = m i. Ce sont donc des vecteurs propres à la fois pour D et S.
78 DEVOIR № 18. OPÉRATEURS QUANTIQUES DANS C[X, Y ]

(d) Il est clair que deux opérateurs simultanément diagonalisables commutent (on retrouve
1.2).
6. En déduire que “les valeurs propres de S sont les éléments de i Z”, puis une caractérisation
simple des sous-espaces propres de S, et en particulier de Ker S.
(a) Une fois que l’on a uneP base de vecteurs propres, il n’yPa plus d’autres valeurs propres
possibles. En effet v = cj ej 6= 0 donne f (v) − µv = (λj − µ) cj ej = 0. Les valeurs
propres sont donc les iZ.
(b) Pour un nombre i m donné, les polynômes Pn,m forment une base de Ker (S − m i id).
Ces polynômes ont la parité de m, et un degré égal ou supérieur à |m|.
(c) En particulier, pour m ≥ 0, on a Ker (S − m i) = (Y + iX)m Ker S.

18.1.5 Polynômes harmoniques


. ∂2 ∂2
1. On appelle laplacien l’opérateur ∆ = ∂X 2 + ∂Y 2 . Utiliser les questions précédentes pour
montrer que Ker ∆ = C [X + i Y ] + C [X − i Y ].

(a) On a vu que S 2 + D2 = X\ 2 + Y 2 ◦ ∆. On a donc Ker ∆ = Ker S 2 + D 2 .




(b) 
Les Pn,m constituent encore une base de diagonalisation, et l’on a 2 + S2 P

 D n,m =
2
n + (i m) Pn,m . Autrement dit, les valeurs propres sont les nombres n − m .
2 2 2

(c) Enfin, Ker ∆ est engendré par les polynômes Pn,n et les Pn,−n ce qui conduit à Ker ∆ =
C [Y + i X] + C [Y − i X].
Devoir № 19

ds9 : Calcul d’intégrales par équations


différentielles

19.1 Premier problème


Soit a ∈ R∗ et b ∈ R fixés et l’équation différentielle

y 00 − 4y = a |x| + b (19.1)

1. Résoudre Eq.19.1 sur R∗+ . Résoudre Eq.19.1 sur R∗− .


2
(a) Les solutions de l’équation linéaire ddx2 k (x) − 4k (x) = 0 sont k (x) = C1 exp (2x) +
C2 exp (−2x), qui s’écrivent aussi k (x) = α cosh (2x) + β sinh (2x).
(b) Sur les positifs, il est évident que s1 (x) = − 41 (a x + b) est solution. La solution générale
de Eq.19.1 est donc y1 = s1 + k soit
1
y2 (x) = α2 cosh (2x) + β2 sinh (2x) + (−a x − b)
4

(c) De même la solution générale de Eq.19.1 sur les négatifs est

1
y1 (x) = α1 cosh (2x) + β1 sinh (2x) + (a x − b)
4

2. Montrer qu’il existe des solutions ϕ de Eq.19.1 sur R et donner leur expression (on donnera
ϕ (x) pour x > 0, ϕ (x) pour x < 0 et ϕ (0)) en fonction de deux paramètres).
(a) On sait que l’ensemble des solutions de Eq.19.1 est un espace affine de dimension 2
(équation résolue en y 00 à coefficients continus).
(b) Pour obtenir une solution traversant x = 0, il suffit de recoller une solution y1 avec
une solution y2 de sorte que y1 (0) = y2 (0) et y10 (0) = y20 (0). Il vient α1 = α2 et
2β1 + 41 a = 2β2 − 14 a, soit β1 = β2 − 14 a.
(c) La partie impaire de y est, pour x > 0, 12 (−y1 (−x) + y2 (x)) soit un multiple de sinh (2x).
La partie paire contient un multiple de cosh (2x) ajouté à une certaine fonction (paire,
et solution de Eq.19.1). Il vient :

a b
y (x) = α cosh (2x) + β sinh (2x) + (sinh (|2x|) − |2x|) + (cosh (2x) − 1) (19.2)
8 4

3. Soit ϕ0 la solution de Eq.19.1 sur R vérifiant ϕ (0) = 0 et ϕ0 (0) = 0. Donner ϕ0 (x) pour
x > 0 et vérifier que ϕ0 est paire.
(a) Le calcul précédent donne précisément la solution particulière paire et s’annulant en
x = 0.

79
80 DEVOIR № 19. DS9 : CALCUL D’INTÉGRALES PAR ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

(b) Par raison de symétrie, cette solution, étant dérivable en x = 0, voit sa dérivée s’annuler
en ce point.
4. Étudier la branche infinie de ϕ0 au voisinage de +∞. On montrera que le graphe de ϕ0 admet
une droite asymptote au voisinage de +∞ si et seulement si a = −2b.
(a) Pour x → ∞, on a sinh x ∼ cosh x ∼ 1
2 exp x. On a donc ϕ0 (x) ∼ a+2b
16 exp (2x) à moins
que a + 2b = 0.
(b) Dans ce deuxième cas, les termes hyperboliques se combinent en un terme de l’ordre de
exp (−2x) et il reste ϕ0 ∼ − 41 (a x + b), prouvant l’existence d’une asymptote.
R +∞ sin2 (t x)
Soit J (x) = 0 t2
dt.
5. Montrer que J (x) existe pour tout réel x. Étudier la parité de J.
R1 2
(a) L’intégrale J (x) = 0 sin(tt x) dt est celle d’une fonction continue sur un segment.
R ∞  sin(t x) 2
(b) L’intégrale J (x) = 1 t dt est celle d’une fonction positive, dominée par t12 qui
est intégrable.
(c) La parité est évidente : sin (t × (−x))2 = sin (t × x)2 .
6. Montrer que ∀x ∈ R : J (x) = |x| J (1).
R +∞ sin2 (t x) R +∞ sin2 (s)
(a) Pour x > 0, on pose s = t x et l’on trouve J (x) = 0 t2
dt= x 0 s2
ds =
x J (1).
(b) Pour x < 0, la limite t → +∞ devient s → −∞ et il y a changement de signe.
R +∞ sin(t x)2 R +∞ sin(2t x) R +∞ 2 cos(2t x)
On considère f (x) = 0 t2 (1+t2 )
dt, g (x) = 0 t(1+t2 )
dt et h (x) = 0 (1+t2 )
dt.
7. Montrer que f, g, h sont définies sur R.
(a) L’intégrale f (x) existe comme intégrale d’une fonction positive, dominée par une fonction
intégrable (par exemple f (x) ≤ J (x).
(b) Les deux autres intégrandes sont oscillants au voisinage de l’infini, il faut donc trouver
un autre type de preuve.
R R
S S |cos(2t x)| RS 1 RS 1
(c) On a s cos(2t x)
dt ≤ dt ≤ dt. Comme l’intégrale 0 1+t2 dt admet

2
(1+t ) s 2
(1+t ) 2
s (1+t )
une limite pour S → ∞, elle vérifie le critère de Cauchy, à savoir ∀ > 0 : ∃M ∈ R :
R S
∀s ≥ M : ∀S ≥ s : s ≤ . Par conséquent l’intégrale h vérifie ce même critère. Ce
RS
qui prouve l’existence de h (x) = limS→∞ 0 .
(d) Le même raisonnement s’applique à g (x) (il est d’usage de démontrer en détail le cas le
plus litigieux).
8. Citer clairement le théorème de la formule de Taylor-Lagrange puis de l’inégalité de Taylor-
Lagrange. Établir que

∀t, u ∈ R : sin2 (t (x + u)) − sin2 (t x) − t u sin (2t x) ≤ t2 u2


(a) Pour une fonction F de classe C 2 sur [x, x + u], il existe v ∈ ]0, u[ tel que F (x + u) =
2
F (x) + u F 0 (x) + u2 F 00 (x + v).
2 2
On a donc |F (x + u) − F (x) − u F 0 (x)| = u2 |F 00 (x + v)| ≤ u2 M avec M majorant du
module de F 00 .
2 2 2
(b) Appliquant à F (x) = sin (x t) il vient sin (t (x + u)) − sin (tx) − u t sin (2t x) ≤

u2 t2 |cos (2t (x + v))|. En majorant |cos| par 1, on obtient la relation demandée.



9. En déduire que ∀x ∈ R, ∀u 6= 0 : f (x+u)−f (x)
− g (x) ≤ π2 |u|, puis que f est dérivable sur

u
R et que f 0 = g. On admet que l’on a de même g dérivable sur R et g 0 = h.
19.2. DEUXIÈME PROBLÈME 81

. R ∞ 2
x)2 −u t sin(2t x)

(a) Soit ∆ = |f (x + u) − f (x) − u g (x)|. On a ∆ ≤ 0 sin(t(x+u)) −sin(t 2 2
t (1+t ) dt.
R ∞ u2
D’après ce qui précède ∆ ≤ 0 1+t2 dt.

(b) On a donc, pour u 6= 0, f (x+u)−f (x)
≤ 2 |u|. On a donc mieux que la convergence
π
− g (x)

u
∆f
simple de ∆u vers la dérivée g (x), à savoir un facteur de Lipschitz.
∆g
(c) La convergence de (x) vers h (x) ne peut être démontré de la même façon : elle est
∆u
R +∞ d sin(t x)2 R +∞ d sin(2t x)
admise. On aura remarqué que g (x) = 0 d x t2 (1+t2 ) dt et h (x) = 0 d x t(1+t2 ) dt.

10. Calculer f (x) − J (x) en fonction de h (x).


R∞ x)2 R +∞ sin(t x)2 R∞ sin(t x)2
(a) On a f (x) − J (x) = 0 tsin(t
2 (1+t2 ) dt − 0 t2
dt = − 0 1+t2
dt.
(b) Comme 2 cos (2t x) = 2 cos (t x)2 − 2 sin (t x) = 2 − 4 sin (t x) , on a f (x) = J (x) +
2 2

4 h (x) − 4 .
1 π

11. Montrer que f est solution de Eq.19.1 sur R pour des valeurs de a et b que l’on exprimera
en fonction de J (1) et de π.
d2
Reportant h = g 0 = f 00 et J (x) = |x| J (1) dans ce qui précède, il vient d x2
f (x) − 4f (x) =
π − 4 |x| J (1)
12. En se servant des conditions initiales, exprimer f (x) en fonction de x et de J (1).
(a) La fonction f est donc solution de Eq.19.1, les paramètres étant a = −4J (1) et b = π.
(b) Un calcul immédiat donne f (0) = g (0) = 0 : la fonction cherchée n’est autre que ϕ0 , soit
f (x) = − 21 J (1) × (sinh (|2x|) − |2x|) + π4 (cosh (2x) − 1).
13. Montrer que ∀x > 0 : 0 ≤ x J (1) − f (x) ≤ π2 . En déduire J (1) = π2 .
R∞ x)2
(a) Revenons à J (x) − f (x) = 0 sin(t
1+t2
dt. Par la majoration de Pythagore, il vient 0 ≤
R ∞ 12
J (x) − f (x) ≤ 0 1+t2 dt = 2 .
π

(b) On en déduit que f (x) ∈ Θ (exp (2x)) est impossible. Le seul cas restant (cf Q4) est
a = −2b soit J (1) = π2 .

19.2 Deuxième problème


Z ∞
t arctan (1/t)
1. On prend x 6= 0, x réel. Montrer que si α > 1
alors dt existe.
2
0 (t2 + x2 )α
(a) Pour x fixé non nul, l’intégrande est une fonction continue, positive, de t ∈ [0, +∞].
L’existence de l’intégrale équivaut à l’existence d’une majoration.
(b) Pour t → ∞ on a 1t → 0 et donc arctan 1t ∼ 1t . On a donc t arctan(1/t)
(t2 +x2 )α
1
∼ (t2 +x 2 )α ∼
1
t2α
.
Par la règle de l’exposant, l’intégrale converge si et seulement si −2α < −1.
Z +∞ Z +∞
t arctan (1/t) t arctan (1/t)
On pose g (x) = dt et h (x) = dt.
0
2
t +x 2
0 (t2 + x2 )2
2. Montrer que, pour x > 0, h (x) = π
4x2 (x+1)
. En déduire h (x) pour x < 0.

(a) Intégrons par parties en posant u = arctan (1/t) et v 0 = (t2 +x t


2 )2
.
R M t arctan(1/t) M
Il vient 0 dt = − 12 arctan(1/M )
+ 41 xπ2 − 21 0 (1+t2 ) 1(t2 +x2 ) dt.
R
(t2 +x2 )2 M 2 +x2
 
(b) Une décomposition en éléments simples donne (1+t2 ) 1(t2 +x2 ) = x21−1 t21+1 − t2 +x 1
2 .

(c) On a donc hM (x) = 41 xπ2 − 12 M 21+x2 arctan M 1


+ 12 x21−1 x1 arctan M x − arctan M et
 

h (x) = lim hM (x) = π4 x2 (x+1)


1
lorsque x > 0. Enfin, h est visiblement une fonction paire.

3. Montrer que ∀x > 0 : 0 ≤ g (x) ≤ π


2x . Préciser limx→+∞ g (x).
82 DEVOIR № 19. DS9 : CALCUL D’INTÉGRALES PAR ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

(a) On a, pour 0 ≤ t ≤ π2 , 0 ≤ t ≤ tan t . On en déduit, pour 0 ≤ u = tan t, que 0 ≤


arctan u ≤ u et donc 0 ≤ u1 arctan u ≤ 1.
R +∞ t arctan(1/t) R +∞ 1
(b) On en déduit 0 ≤ g (x) = 0 t2 +x2
dt ≤ 0 t2 +x2
dt = x1 π2 .
(c) Pour x → 0 on a donc g (x) → 0.
Z 1  2 
t arctan (1/t) π x +1
4. Montrer que dt ≥ ln . En déduire que limx→0+ g (x) = +∞.
0 t2 + x2 8 x2
R1
(a) Pour x > 0, on intègre par parties 0 t arctan(1/t) t2 +x2
dt en posant u = arctan (1/t) et v 0 =
2 2
2 + 1 − π ln x2 + 1 1 ln(t +x ) dt.
R 1 t arctan(1/t)
t
. Il vient π
 R
2
t +x 2 0 2
t +x 2 dt = 8 ln x 4 2 0 1+t2

2 +x2
1 ln (t ) 1 2
(b) Or 12 0 1+t2 dt ≥ 21 0 1+t ln x
2 dt = 8 ln x .
π 2
R R
Z 1
x2 + 1
 
t arctan (1/t) π
(c) Donc dt ≥ ln . Pour x → 0 ce minorant tend vers +∞. On
0 t2 + x2 8 x2
a donc limx→0+ g (x) = +∞
On admet que g est dérivable pour x > 0 et que ∀x > 0 : g 0 (x) = −2x h (x).
Z +∞
0 d t arctan (1/t)
On remarque que g (x) = dt
0 dx t 2 + x2
Z +∞
t arctan (1/t)
5. Déterminer g (x) pour x > 0 et x < 0. Quelle est la valeur de dt ?
0 t2 + 1
R∞ 1
(a) Partant de g (+∞) = 0 et de g 0 (x) = −2x × π4 x2 (x+1)
1
, on a g (x) = π2 x t(t+1) dt.
(b) En décomposant en éléments simples, il vient g (x) = π
2 x . En particulier, g (1) =
ln x+1
π
2 ln 2 ≈ 1.0888.
Devoir № 20

dsA : Isométries ; minimisations

20.1 Isométries
On considère l’espace vectoriel E = R3 muni de la structure euclidienne associée à la base
B = (i, j, k). On note h , i le produit scalaire correspondant. Soit alors n = a i + b j + c k un vecteur
. .
unitaire, D = V ect (n) la droite dirigée par n, p la projection orthogonale sur D, Π = D⊥ le plan
. .
orthogonal à D, q la projection orthogonale sur Π et enfin P = M at (p, B) et Q = M at (q, B) les
matrices de p et de q dans la base B.
1. Pour u ∈ E, exprimer p (u) en fonction de u et de n. Déterminer P . Préciser les valeurs
propres et les vecteurs propres de p.
hu, ni
(a) On sait que p (u) = Comme n est unitaire, on a p (u) = hu, ni n.
hn, ni n.
 2 
a ab ac
(b) On a P = tU U = a2 +b12 +c2  ab b2 bc . On remarquera qu’il est préférable (pour les
ac bc c2
applications ultérieures) de conserver le dénominateur, c’est à dire de considérer seulement


n 6= 0 , sans utiliser |n| = 1.
(c) Il est immédiat que Im p = D et Ker p = Π.
(d) Les valeurs propres d’un projecteur sont 1 (les vecteurs propres étant les éléments de
Im p) et 0 (les vecteurs propres étant les éléments de Ker p).
Soit ϕ : E ,→ E : u 7→ n ∧ u.
2. Montrer que ϕ ∈ L (E). Préciser Ker ϕ et Im ϕ. Déterminer Φ = M at (ϕ, B).
(a) La linéarité est la raison de la dénomination “produit” vectoriel.
(b) On a Ker ϕ = D et Im ϕ = Π. Comme D et Π sont supplémentaires, ϕ |Π est une bijection
Π ,→ Π.  
q 0 −c b
(c) Un calcul immédiat donne Φ = a2 +b12 +c2  c 0 −a .
−b a 0
3. Vérifier que ϕ ◦ q = ϕ. Comparer les normes de ϕ (u) et de q (u), et déterminer l’angle de
\
vecteurs (q (u) , ϕ (u)). Montrer que ϕ ◦ ϕ = −q.
(a) Une première méthode pour vérifier que ϕ ◦ q = ϕ est le calcul matriciel direct.
(b) On peut aussi remarquer que ϕ = ϕ◦(p + q) et que ϕ◦p = 0L puisque p (E) = D ⊂ Ker ϕ.
(c) Version géométrique : on a χϕ (λ) = λ λ2 + 1 . Donc Π = Ker ϕ2 + 1 : les valeurs
 

propres étant ±i, on a donc une isométrie et (q \ \


u, ϕ u) = (q u, ϕ q u) = π (à un demi-
2
tour près).
(d) Version algébrique pour l’isométrie : on a |ϕ u|2 = tU tΦ Φ U et |q u|2 = tU tQ Q U . Or
tQ Q = Q Q = Q (la matrice est celle d’un projecteur, et elle est symétrique), tandis que
tΦ Φ = Q comme le montre un calcul direct.

83
84 DEVOIR № 20. DSA : ISOMÉTRIES ; MINIMISATIONS

(e) Version algébrique pour l’angle. On a hϕ u, q ui = tU tΦ Q U = − tU (Φ Q) U = − tU Φ U =


0 : (1) est la définition, (2) par antisymétrie, (3) à cause de ϕ q = ϕ et (4) à cause de
l’antisymétrie.
(f) On a tΦ Φ = Q et donc Φ Φ = −Q, soit ϕ ◦ ϕ = −q. Multipliant par ϕ, on retrouve
ϕ3 + ϕ = 0.
.
4. Soit f = p + ϕ. Montrer que f ∈ GL (E). Donner F = M at (f, B). Vérifier que F ∈ O (3).
Montrer que f (n) = n et caractériser f |Π . En déduire la nature géométrique de f .
(a) On a F = P + Φ = I + Φ + Φ2 . L’appartenance F ∈ O (3) montrera que f ∈ GL (E).
(b) On a t I + Φ + Φ2 I + Φ + Φ2 = I − Φ + Φ2 I + Φ + Φ2 = I + 2Φ2 + Φ4 − Φ2 . Or
   

ϕ3 + ϕ = 0. Donc tF F = I.


(c) On a f (n) = (p + ϕ) (n) = n + 0 , tandis que f |Π = ϕ |Π est une rotation plane d’un
quart de tour.
(d) Les valeurs propres de f sont donc 1, +i, −1. Leur produit valant 1 (et non −1), f est
une isométrie positive, c’est à dire un déplacement : c’est la rotation de + π2 autour de
l’axe défini par n.
5. On pose g = f ◦ f . Montrer que ∀u ∈ E : g (u) = 2 hu | ni n − u. Caractériser g en précisant
ses éléments remarquables.
(a) Le calcul direct donne (p + ϕ) ◦ (p + ϕ) = p ◦ p + ϕ ◦ ϕ = p − q = 2p − id.
(b) On voit donc que g est la symétrie orthogonale d’axe D. Ce qui était d’ailleurs évident,
puisque deux quarts de tours donnent un demi-tour.
6. Soit r la rotation d’angle π3 autour de l’axe dirigé par le vecteur (1, 1, 1). Déterminer, par
une méthode ou une autre, la matrice R = M at (r, B).
(a) L’application directe du cours donne R = I + Φ2 +sin θ Φ−cos θ Φ2 , la matrice Φ valant

   
0 1 −1 2 −1 2
√1  −1
3
0 1 . On obtient R = 31  2 2 −1 .
1 −1 0 −1 2 2
 
0 0 1
(b) On vérifie aisément que tr (R) = 2, tR R = I et que R2 =  1 0 0 .
0 1 0

20.2 Un problème de minimisation


On considèrePn + 1 réels fixés y0 , · · · , yn . Pour k ∈ N, on appelle ∆k l’application Rk [X] ,→
R : ∆k (P ) = n0 (yi − P (i))2 . L’objet du problème est de déterminer les polynômes P ∈ Rk [X]
conduisant à la valeur minimale de ∆k (P ) et de préciser cette valeur minimale mk .

20.2.1 L’application ϕk
Soit ϕk : Rk [X] ,→ Rn+1 : P 7→ ϕk (P ) = (P (0) , P (1) , · · · , P (n)). Il est admis que cette
application est linéaire.
1. Déterminer Ker ϕk , en discutant le résultat selon des valeurs de k par rapport à celle de n.
Préciser la dimension de ce noyau. En donner une base.
.
(a) Posons S (X) = Πn0 (X − j). Alors P ∈ Ker ϕ est P (0) = P (1) = · · · = P (n) = 0,
autrement dit S | P , puisque les X − j sont premiers entre eux.
(b) Pour k ≤ n, cela donne Ker ϕ = {0} et pour n + 1 ≤ k, Ker ϕ = S (X) Rk−n−1 [X], de
dimension k − n.
(c) Dans le second cas, une base est S, X S, · · · , X k−n−1 S.
20.2. UN PROBLÈME DE MINIMISATION 85

2. Étudier, selon les valeurs de k, le rang de ϕk . Préciser les valeurs de k pour lesquelles ϕk est
surjective, est un isomorphisme.

(a) Vu le théorème du rang, on a rg (ϕ) = k + 1 pour k ≤ n et rg (ϕ) = n + 1 pour n ≤ k.


(b) On a donc ϕk injective pour k ≤ n et bijective pour k = n.

3. En déduire l’existence et l’unicité d’un Y ∈ Rn [X] tel que (∀i, 0 ≤ i ≤ n) (P (i) = yi ).

(a) Comme ϕn est bijective, le n+1-uplet (y0 , · · · , yn ) possède donc un et un seul antécédent,
que l’on peut noter Y (X) ∈ Rn [X].

20.2.2 Étude préliminaire


.
1. Démontrer l’existence et l’unicité d’une base (B) = (B0 , B1 , · · · , Bn ) de Rn [X] telle que,
pour tous i, j entiers entre 0 et n, on ait Bi (i) = 1 et Bi (j) = 0 lorsque i 6= j. Quelles sont
les coordonnées d’un polynôme P ∈ Rn [X] dans cette base (B), et en particulier le polynôme
Y?

(a) On sait que ces polynômes sont les polynômes de Lagrange, à savoir les Bj = Πi6=j X−i
j−i .
Pn
(b) Pour P ∈ Rn [X], on a P (X) = 0 P (j) Bj (X) puisque la différence des deux s’annule
en n + 1 points tout en ayant un degré au plus n.
(c) On a donc, en particulier, Y (X) = n0 yj Bj (X).
P

2. Soit k entier supérieur ou égal à n. Déterminer la valeur du minimum mk de la quantité


∆k (P ) lorsque P décrit Rk [X]. Déterminer tous les polynômes P ∈ Rk [X] pour lesquels
∆k (P ) = mk .

(a) Pour k ≥ n, il est évident que mk = 0 est la valeur minimale de ϕk , valeur atteinte par
tous les éléments de Ker ϕ c’est à dire les multiples de S (X).

20.2.3 Interprétation de mk lorsque k ≤ n


1. Prouver l’existence et l’unicité dans Rn [X] d’un produit scalaire, noté h , i, tel que la base
p la valeur de hP, Qi lorsque P, Q ∈ Rn [X]. On note k k la
(B) soit orthonormale. Préciser
norme associée, soit kP k = hP, P i.

(a) Se donner une base orthonormale est la meilleure façon de se donner un produit scalaire.
Dans cette base, la matrice de Gramm est la matrice identité.
(b) On a alors h xi Bi | yj Bj i = xj yj , soit, ici, hP | Qi = n0 P (j) Q (j).
P P P P

2. Calculer les produits scalaires h1, 1i, h1, Xi, 1, X 2 et 1, X 3 . On pourra utiliser n1 p2 =


P
1 P n 3 1 2 2
6 n (n + 1) (2n + 1) et 1 p = 4 n (n + 1) .

(a) On a successivement h1, 1i = n + 1,


(b) Puis h1, Xi = hX, 1i = n(n+1)
2
(c) Et enfin 2 = hX, Xi = X 2 , 1 = 1
+ 1) (2n + 1) et les formules analogues



1, X 6 n (n
pour 1, X 3 .

3. D’après les notations introduites, on a ∆k (P ) = kY − P k2 . En déduire l’existence et l’unicité


du polynôme Pk ∈ Rk [X] pour lequel ∆k (P ) atteint son minimum mk . Définir Pk au moyen
de Y et de Rk [X]. Que dire de Y − Pk et de Rk [X] ?

(a) Le minimum de ∆k (P ) est atteint lorsque le vecteur Y − P est orthogonal à l’espace


Rk [X].
(b) On a donc Pk = proj (Y ), proj étant la projection orthogonale sur le sous espace Rk [X].
86 DEVOIR № 20. DSA : ISOMÉTRIES ; MINIMISATIONS

20.2.4 Détermination de mk
1. Montrer l’existence et l’unicité d’une base (C)  = (C0 , C1 , · · · , Cn ) de Rn [X] telle que
dg (Cj ) = j (base étagée) et que cd (Cj ) = 2n
n . On commencera par déterminer C0 et C1 ,
puis l’on déterminera Ck à l’aide des polynômes X k et Qk , projection de X k sur Rk−1 [X].
(a) Il s’agit d’appliquer l’orthogonalisation de Schmidt à la base canonique. On a clairement
C0 = 1, avec hC0 | C0 i = n + 1.
n(n+1)
(b) Puis C1 = X + a avec 0 = hX + a | 1i = 2 − a (n + 1) soit C1 = X − n2 .
hX k |Cj i
(c) On a clairement Ck = cd (Ck )× X k − Qk , soit Ck = X k − j<k hCj |Cj i Cj , qui nécessite
 P

k produits scalaires.
(d) Il est préférable d’écrire Ck = α X Ck−1 + j<k βj Cj . On a alors 0 = hCk | Ci i =
P
α hX Ck−1 | Ci i + βi hCi | Ci i. Le choix de α dépend de la normalisation. Ici α = 1.
hX Ck−1 |Ck−1 i hCk−1 |Ck−1 i
Pour i = k − 1, on a βk−1 = − hCk−1 |Ck−1 i ; pour i = k − 2, on a βk−2 = − hCk−2 |Ck−2 i ;
pour i < k − 2, on a βi = 0 car hX Ck | Ci i = hCk | X Ci i avec dg (X Ci ) < k.
2. Démontrer, pour 1 ≤ k ≤ n, que le polynôme Ck (n − X) (associé à la fonction x 7→
Ck (n − x)) est orthogonal à Rk−1 . En déduire une relation simple entre Ck (n − X) et Ck .

(a) Définissons
D
ck (X) = Ck (n − X).
C E
On a C ck | X j = Pi=n C j Pi=n j
i=0 k (i) (i) = i=0 Ck (i) (n − i) .
c
D E
(b) En développant cette expression par la formule du binôme, on obtient C ck | X j comme
combinaison linéaire des Ck | X i pour i ≤ j, et ces produits scalaires sont nuls (pour

i ≤ j < k ≤ n).
(c) Par conséquent, Ck et C ck sont colinéaires, puisque l’orthogonal de Rk−1 [X] dans Rk [X]
est de dimension 1. Le facteur de proportionalité est égal au rapport des coefficients
dominants et il est clair que ce rapport est ±1 selon la parité de k.
3. Déterminer les coordonnées de Pk (cf. 2.3.3) dans la base (C). Que vaut Pn ? En déduire,
pour 1 ≤ k ≤ n, les relations
 2
hCk , Y i hCk , Y i
Pk = Pk−1 + Ck ; mk = mk−1 −
kCk k2 kCk k

hP |C i
(a) Notons pj le projecteur orthogonal sur Cj . On a donc pj (P ) = hCj |Cjj i Cj . Comme on a
pi ◦ pj = 0 lorsque i 6= j, ces projecteurs s’ajoutent pour donner le projecteur sur l’espace
somme.
 2
hCk |Y i 2 hCk , Y i
(b) On a donc Pk = j≤k hC et .
P P
k |Ck i
kP k k = j≤k kCk k

(c) Les formules proposées en découlent immédiatement.


Devoir № 21

coming soon

87
88 DEVOIR № 21. COMING SOON
Devoir № 22

dsB : Sujet de révision

22.1 Exercice : suite récurrente


On considère la fonction g telle que : g (x) = x + tan x
1. Montrer que sur l’intervalle ]0, π] il existe une et une  solution de l’équation g (x) = 0.
√ seule
Soit α cette solution. Montrer que α appartient à 3, π .
(a) On a ddx g (x) = 2 + tan2 x : la fonction est strictement croissante sur les intervalles où
elle est dérivable.
(b) On a donc g (x) > 0 pour x ∈ 0, π2 : aucune solution sur cet intervalle.
 

(c) La fonction (prolongée) est continue croissante sur π2 , π , arrivant dans −∞, π2 . On a
   

donc l’existence et l’unicité d’un α solution sur cet intervalle.


√  √
(d) Il suffit de vérifier g 3 ≈ −4.41 pour avoir 3 < α < π.
2. Montrer que α vérifie la relation : α = π − arctan α.
.
(a) Posons β = π − arctan α. On a tan β = tan (π − arctan α) = − tan (arctan α) = −α =
tan α puisque g (α) = 0.
(b) Comme α > 0, on a arctan α ∈ 0, π2 et donc β ∈ π2 , π . Les angles α et β ont même
   

tangente et appartiennent au même “intervalle de bijectivité” de la fonction tan. Ils sont


donc égaux.

On définit la suite (u) par u0 = 3 et, pour n ∈ N, par un+1 = π − arctan un .

3. Montrer que, pour tout n, un ∈ 3, π (Indication : vérifier que tan 5π
√ 
12 = 2 + 3 > π).
√ √ √
(a) On a tan 5π 2π π − √ 3−1 √3+1 = 2 + 3 ≈ 3.7 > π. On en déduit

12 = tan 3 − 4 = 1+(− 3)×1 = 3−1
0 < arctan π < 5π12 .
(b) Il est clair que la fonction d’itération ψ = x 7→ π − arctan x est continue décroissante.
√  √
(c) On a d’une part g 3 = π − arctan 3 = π − π3 = 2π 3 < π et d’autre part g (π) =
5π 7π

π − arctan π > π − 12 = 12 ≈ 1.83 > 3.
(d) On en conclut que le segment 3, π est un segment stable.
√ 

4. Montrer que, pour tout n, |un+1 − α| ≤ 1


4 |un − α| et en déduire que la suite (u) converge
vers α.
(a) La question consiste à trouver un facteur de contraction pour l’application ψ, afin de
conclure par le théorème du point fixe (la question 2 consistant précisément à montrer
que ψ (α) = α).
(b) La formule de Taylor avec reste de Lagrange nous montre que chaque différence
|ψ (x2 ) − ψ (x1 )| peut s’écrire |ψ (y)| avec y ∈ [x1 , x2 ].

(c) Comme |ψ 0 (y)| = 1+y 1
2 ≥ 4 pour y ≥
1
3, on peut conclure à la convergence de la suite.
(d) L’exécution effective du processus conduit à α ≈ 2.029, avec un facteur de contraction
≈ 0.196.

89
90 DEVOIR № 22. DSB : SUJET DE RÉVISION

22.2 Problème 1
22.2.1 Partie 1
 − →
→ −
Le plan est rapporté à un repère orthonormal O, i , J , et f est la fonction définie, pour
x ∈ R \ 0 par f (x) = x cosh x−sinh x
cosh x−1 et par f (0) = L pour un certain L ∈ R. La courbe représentative
de f est désignée par désignée par (C).
Bien entendu, on commence par tracer la courbe.

–10 10
x

1. Déterminer le développement limité de f à l’ordre 3 au voisinage de 0. En déduire L pour que


f soit continue en 0. On prendra désormais L égal à la valeur trouvée. Démontrer que f est
dérivable en 0. Préciser la position de la courbe par rapport à sa tangente au point d’abscisse
0.
(a) Il est clair que la fonction f est impaire : le développement sera impair lui-aussi.
x(1+x2 /2+x4 /24)−(x+x3 /6+x5 /120)+o(x5 ) 1/3+.. x2 +o(x2 )
(b) On a f(x) = 2 4
(1+x /2+x /24)−1+o(x )4 = x 1/2+.. x2 +o(x2 )
.
(c) On obtient donc f (x) = 23 x + 90 x + o x3 (le fond de la question est la démonstration
1 3


des ordres de troncature, le détail des calculs pouvant être laissé aux machines).
(d) L’existence d’un développement au premier ordre prouve la dérivabilité en x = 0, et
donne f 0 (0) = 23 . Le terme suivant donne un équivalent pour f (x) − 32 x, permettant de
placer la courbe par rapport à sa tangente.
(e) Cet équivalent étant d’ordre 3, la tangente traverse la courbe, et celle-ci est au-dessus
pour 0 < x.
2. Étudier les variations de f sur [0, +∞[. Donner le tableau de variations de f .

(a) On a, pour x 6= 0, f 0 (x) = sinh x (sinh x−x)


(cosh x−1)2
. Cette expression est strictement positive pour
0 < x, puisqu’alors 0 < x < sinh x.
(b) La dérivée est donc strictement positive pour tout x ∈ R, et f est strictement croissante.
3. Étudier les asymptotes éventuelles de (C) et préciser la position de (C) par rapport à ses
asymptotes. Tracer (C).
(a) L’étude pour x → ∞ est facilitée par passage à l’exponentielle. La fonction f (x) =
x cosh x−sinh x
cosh x−1 se réécrit en f (x) = (x−1)exp
exp x+(x+1) exp(−x)
x−2+exp(−x) .
(b) Un développement en z = exp (−x) donne f (x) = (x − 1) (1 + 2z) + o (z) montrant que
y = x − 1 est asymptote, la courbe étant au-dessus.
x exp x
(c) On peut aussi procéder en plusieurs étapes. On a successivement f (x) ∼ exp x , puis
− exp x+2x+exp(−x) x−1+exp(−x)
f (x) − x = exp x−2+exp(−x) ∼ −1 et enfin f (x) − (x − 1) = 2 exp x−2+exp(−x) .
(d) En utilisant la parité, on voit que y = x + 1 est asymptote pour x → −∞, la courbe étant
placée en dessous.
4. On considère l’équation différentielle (E) : (cosh x − 1) ddx y (x) + (sinh x) y (x) = x sinh x.
La résoudre sur chacun des intervalles : I1 = ]−∞, 0[ et I2 = ]0, +∞[, puis sur R.
22.2. PROBLÈME 1 91

(a) On commence par (L) : (cosh x − 1) ddx k (x) + (sinh x) k (x) = 0. Sur les intervalles où
(cosh x − 1) 6= 0, c’est à dire les intervalles ne contenant pas x = 0, cette équation se
résoud en considérant les dérivées logarithmiques.
0 0
(b) Il vient kk(x)
(x) sinh x
= − cosh (cosh x−1)
x−1 = − cosh x−1 , dont les solutions sont k (x) =
α
cosh x−1 (si les
dérivées logarithmiques sont égales, les fonctions sont proportionnelles).
(c) Cherchons donc
 les solutions de0 (E)sous la forme y = k × z, en prenant α = 1. Il vient
sinh x z(x) z (x) sinh x z(x)
x−1 + cosh x−1 = x sinh x, qui se réduit en z (x) =
(cosh x − 1) − (cosh + cosh 0
x−1)2
x sinh x. Une intégration par parties donne z (x) = x cosh x − sinh x + C. D’où y (x) =
x cosh x−sinh x+C
cosh x−1 .
(d) Le résultat précédent a été établi pour des intervalles ne contenant pas 0, et donc pour
les intervalles I1 et I2 (une constante par intervalle, ces constantes n’étant pas liées).
Si l’on veut une solution sur R, il faut au minimum que les solutions partielles soient
unilatéralement prolongeables en x = 0, ce qui impose C1 = C2 = 0.
(e) On retombe alors sur la fonction étudiée précédemment, qui est de classe C 1 . Elle vérifie
donc l’équation (E), tous les éléments de cette équation étant continus.

22.2.2 Partie 2
1. Soit g une fonction continue sur [0, +∞[. Établir les deux résultats suivants qui pourront
être utilisés par la suite :
(1) Il existe une fonction u unique, définie sur [0, +∞[, admettant des dérivées première et
seconde, telle que : u00 = g, u (0) = 0, u0 (0) = 0. Rx
(2) Si g (x) = a xn + xn 1 (x) avec a > 0, n ∈ N, limx→0+ 1 (x) = 0, alors 0 g (t) dt =
a n+1 + xn+1  (x) avec lim
n+1 x 2 x→0+ 2 (x) = 0.
R y=x R t=y
(a) Posons U (x) = 0 0 g (t) dt dy. Cette fonction est de classe C 2 avec U (0) = U 0 (0) =
0 et U = g, prouvant l’existence. On voit aisément que U − u = 0 pour toute solution
00

du problème.
(b) Posant 1 (0) = 0, la fonction 1 est continue : en 0 par hypothèse et ailleurs comme
quotient de continues. Il est donc loisible de poser 3 (x) = max {|1 (t)| |0 ≤ t ≤ x }.
R x Rx Rx
(c) On a alors 0 tn 1 (t) dt ≤ xn 0 |1 (t)| dt ≤ xn 0 3 (x) dt = xn+1 3 (x), prouvant

que le reste est un o xn+1 .


Soit g une fonction continue sur [0, +∞[ et strictement positive sur
R x ]0, +∞[. OnR x associe à
g la fonction G définie par G (0) = 0 et, pour x > 0, par G (x) = 0 t g (t) dt ÷ 0 g (t) dt.

2. Justifier que G est effectivement définie sur [0, +∞[. En appliquant à g le résultat de la
0
question 1.1, établir, pour x ∈ ]0, +∞[ la relation : G (x) = x u (x)−u(x)
u0 (x) . Montrer que 0 <
G (x) < x pour x > 0. En déduire que G est continue.
(a) On sait que l’intégrale d’une fonction positive, presque partout non nulle, est strictement
positive (le segment d’intégration étant honnêtement choisi). Cela est évident pour une
Rb
fonction continue positive, non nulle sauf peut-être aux bornes. On a en effet a f (t) dt =
(b − a) f (c) pour un certain c ∈ ]a, b[.
(b) Les intégrandes sont continus, prouvant l’existence des intégrales. Pour x 6= 0, ce qui
précède montre à la fois que le dénominateur est non nul et que 0 < G (x).
Rx
(c) Une intégration par parties, avec v = t, v 0 = 1, w0 = g, w = u0 donne 0 t × g (t) dt =
Rx 0
t u0 |x0 − 0 u0 (t) dt. On a donc G (x) = x u (x)−u(x)
u0 (x) pour 0 < x.
Rx Rx
(d) La majoration 0 t g (t) dt < 0 x g (t) dt s’obtient en appliquant 2.a à la fonction t 7→
(x − t) g (t). On en déduit G (x) < x.
(e) En x = 0, la fonction G, possédant un facteur de Lipschitz, est continue. Et ailleurs aussi,
comme quotient de continues, le dénominateur ne s’annulant pas.
92 DEVOIR № 22. DSB : SUJET DE RÉVISION

3. Démontrer que G est dérivable et strictement croissante sur ]0, +∞[. Démontrer que si g
vérifie la condition (b) de la question 1, alors G est dérivable à droite en 0. Préciser son
nombre dérivé.

(a) Pour x 6= 0, la fonction G est dérivable comme quotient de dérivables, le dénominateur


00
étant non nul. Un calcul élémentaire donne ddx G (x) = u u(x) u(x)
0 (x)2
, quantité strictement
positive. On en déduit que G (x) est strictement croissante sur [0, +∞[.
a xn+2 ÷(n+2)+o(xn+2 )
(b) Si l’on suppose en outre que g (x) = a xn + o (xn ), on a G (x) = a xn+1 ÷(n+1)+o(xn+1 )
, soit
G(x)
n+2 , donnant l’existence et la valeur de la dérivée.
n+1
x ∼
(c) En substituant directement dans la formule donnant ddx G (x), on obtient la même valeur
... sous l’hypothèse que G serait de classe C 1 . Ce calcul est donc une vérification, et non
une preuve.

4. Déterminer une fonction g telle que la fonction G qui lui est associée soit la restriction à
[0, +∞[ de la fonction étudiée dans la partie 1.
u(x) u0 (x)
(a) Partant de G (x) = x − u0 (x) = x cosh x−sinh x
cosh x−1 , il vient cosh x−1
sinh x−x = u(x) et g (x) = u00 (x) =
sinh x.
(b) On est donc dans le cas n = 1 et G0 (0) = 1+1
1+2 = 23 .

5. On suppose que g est la fonction définie sur [0, +∞[ par g (x) = arctan (x + 1). Déterminer
G. Quel est le nombre dérivé de G à droite en 0 ?
arctan(x+1) x2 −ln(1+x+x2 /2)−x
(a) Les calculs conduisent à G (x) = 2(x+1) arctan(x+1)−ln(1+x+x2 /2)−π/2
.
(b) Un développement en série en x → 0 donne 1
x+ 61 1
x2 +o x2 , confirmant G0 (0) = 0+2 .
0+1

2 π

22.3 Problème 2
Notations : On considère dans tout le problème un C-espace vectoriel E de dimension finie n non
nulle. On note IE l’application identité de E et L (E) l’ensemble des endomorphismes de E, Mn (C)
l’ensemble des matrices carrées d’ordre n sur C et In la matrice unité d’ordre n.
Si u ∈ L (E) et si F est un sous-espace vectoriel de E, on dira que F est stable par u si
u (F ) ⊂ F .
On rappelle que, par définition, une valeur propre λ d’un endomorphisme u de E est un complexe


tel qu’il existe un vecteur x ∈ E tel que x 6= 0 et que u (x) = λ x. Un tel vecteur x est alors appelé
vecteur propre de u pour la valeur propre λ.
Un endomorphisme diagonalisable est un endomorphisme tel qu’il existe une base de E dans
laquelle la matrice de u est diagonale.

22.3.1 Partie I
Dans cette partie,
 u désigne un endomorphisme
 de E tel qu’il existe une base B de E vérifiant
λ1 0 · · · 0
 ..
 0 λ2 .
M atB (u) =   avec λ1 , · · · , λn complexes distincts.
 .. .. 
 . . 0 
0 ··· 0 λn
1. Quelles sont les valeurs propres de u ?
Les valeurs propres sont les λj . Comme elles sont distinctes, l’endomorphisme u est diago-
nalisable.
Pn i
Soit P = Pn i=0 aii X un npolynôme dei C [X] et v l’endomorphisme de E défini par : v =
P (u) = i=0 ai u = an u + · · · + ai u + · · · a0 idE
22.3. PROBLÈME 2 93

2. Montrer que u ◦ v = v ◦ u. Montrer que v est diagonalisable. Calculer les valeurs propres de
v et son déterminant en fonction des valeurs propres de u.

(a) Il est clair que u commute avec ses propres puissances. Et partant avec les combinaisons
linéaires de celles-ci.
(b) Dans la base B, la matrice de P (u) est diag ([P (λ1 ) , · · · , P (λn )]), donnant les valeurs
propres et le déterminant det (P (u)) = Πn1 P (λj ).
   
0 0 0 0 1 5 4 3 2 1
 1 0 0 0 0   1 5 4 3 2 
3. Application. Soit A =  0 1 0 0 0  et B = 
   
 2 1 5 4 3 .
  
 0 0 1 0 0   3 2 1 5 4 
0 0 0 1 0 4 3 2 1 5
(1) Déterminer les valeurs propres de A.
(2) Montrer qu’il existe cinq complexes a0 , · · · , a4 tels que B = a1 A + a2 A2 + a3 A3 + a4 A4 +
a5 A5 . En déduire les valeurs propres de B et une expression du déterminant de B.
(3) Soit z ∈ C tel que z 5 = 1 et z 6= 1. Simplifier (z − 1) 5z 5 + 4z 4 + 3z 3 + 2z 2 + z . En


déduire que det B = 3 × 54 .

(a) Il est clair que A est la matrice d’un cycle d’ordre 5. On a donc χA (λ) = λ5 − 1. Posant
ω = exp 2iπ5 , les valeurs propres sont les ω pour 0 ≤ j ≤ 4.
j
P5 .
(b) On voit que B = 1 k Ak : les valeurs propres de B sont donc les P ω j avec P (x) =

P5
1kx .
k

(c) On sait que P (z) = z + 2z 2 + 3z 3 + 4z 4 + 5z 5 intervient dans le développement limité


2
de (1−z)
z
2 . D’où l’idée d’évaluer le reste : (1 − z) P (z) = z − 6z + 5z = 5z − 5z. D’où
6 7 2

P (z) = 5z
z−1 pour les racines primitives cinquièmes.
k
(d) On a donc det (B) = Π40 P ω k = 15Π41 ω5ω k −1 . Comme les ω
k (pour 1 ≤ k ≤ 4) sont les


racines de q (x) = x4 +x3 +x2 +x+1, leur produit est 1, et le produit des ω k −1 est donné
par la constante de q (1 + x), qui vaut 5. On en conclut det (B) = 15×54 ×1÷5 = 3×625.

4. Soit v un endomorphisme de E tel que u ◦ v = v ◦ u. On note (e1 , · · · , en ) une base de E


formée de vecteurs propres de u.
(1) Montrer que ∀i ∈ [1..n] : ∃µi ∈ C : v (ei ) = µi ei .
(2) Soit n nombres complexes fixés, notés µ1 , · · · , µn . Montrer qu’il existe un unique poly-
nôme P ∈ C [X] tel que dg (P ) < n et que P (λi ) = µi pour 1 ≤ i ≤ n.
(3) Déduire des questions précédentes qu’il existe un polynôme P tel que dg (P ) < n et
v = P (u).

(a) On a u (v (ei )) = v (u (ei )) = v (λi ei ) = λi (v (ei )). Si v (ei ) = 0, alors ei ∈ Ker v et l’on
pose µi = 0. Sinon v (ei ) 6= 0 est vecteur propre de u pour la valeur propre λi . Comme
les sous espaces propres de u sont de dimension 1, il existe une constante µi telle que
v (ei ) = µi ei .
(b) Il s’agit des polynômes d’interpolation de Lagrange. Pour l’existence, on pose Pi (x) =
x−λ
Πj6=i λi −λjj et l’on a P (x) = µi Pi (x). Pour l’unicité, on constate que P − Pb s’annule n
P

fois en étant de degré n − 1 au plus.


(c) Lorsque u est à valeurs propres distinctes, tout élément du commutant se diagonalise
dans la base B et il existe un polynôme P ∈ Cn−1 [x] tel que µi = P (λi ) pour tout i. On
a donc matB (v) = P (matB (u)) et ,partant, v = P (u).

5. Soit Cu = {v ∈ L (E) : u ◦ v = v ◦ u}. Montrer que les trois propriétés suivantes sont équi-
valentes : (1) v ∈ Cu ; (2) il existe une base de E sur laquelle les matrices de u et v sont
diagonales ; (3) il existe un polynôme P ∈ C [X] tel que dg (P ) < n et v = P (u).
Montrer que Cu est une C-algèbre commutative. Quelle est sa dimension ?
94 DEVOIR № 22. DSB : SUJET DE RÉVISION

(a) (1) ⇒ (2) est Q4a. La réciproque est triviale puisque deux matrices diagonales com-
mutent.
(b) (1) ⇒ (3) est Q4c, tandis que la réciproque est Q2.
(c) Dans le cas examiné, Cu = C [u] et est donc une algèbre commutative de dimension n
puisque le polynôme minimal est égal au polynôme caractéristique.
 
2 0 4
6. Application. Soit A =  3 −4 12 . (1) Déterminer les valeurs propres de A et une
1 −2 5
−1
matrice P telle que P A P soit diagonale. (2) On se propose de chercher les matrices B
telles que B 3 = A. Montrer qu’en pareil cas A B = B A. En déduire toutes Pm les solutions de
3 m
B = A. (3) Si (B1 , · · · , Bm ) est l’ensemble de ces solutions, calculer j=1 Bj et Πj=1 Bj .
(a) On calcule χA (x) = x (x − 1) (x − 2), montrant que A est effectivement àvaleurs propres
4 −4 2
distinctes. Les noyaux se calculent aisément, conduisant à la matrice P =  −3 0 1 .
−2 1 0
 
0 0 0
On vérifie que P −1 A P =  0 1 0 .
0 0 2
(b) Comme A serait une puissance de B, il commute avec B et donc B est dans le com-
mutant de A qui est, ici, C [A]. Posant B = Q (A) avec Q (x) = a x2 + b x + c, on a
a (a3 −1)
χA (X) Q3 (X) − X . Ce qui conduit à c = 0, b = 12 3 , et a solution de 64a9 +

8a −3
144a6 + 540a3 + 27 = 0. La relation c = 0 est immédiate : sinon B serait inversible, et A
aussi. Le fait que a figure par son cube vient de ce que B solution implique jB solution.
(c) Une méthode  plus raisonnable
 consiste à utiliser la diagonalisation : la matrice B est
0 0 0
semblable à  0 ω 0  où ω décrit les trois racines cubiques de 1 et τ les trois racines
0 0 τ
cubiques de 2. On retrouve l’existence de 9 solutions distinctes.
(d) Faire la somme des 9 solutions revient à prendre trois fois la somme des ω et trois fois
Pm
celle des τ , soit 0 les deux fois. D’où j=1 Bj = 0.
(e) Faire le produit revient à prendre le cube du produit des ω et le cube du produit des τ ,
soit 13 et 23 . D’où Πm
j=1 Bj = A .
3

(f) Autre version de la chose : les solutions peuvent être groupées trois par trois et s’écrire
B, jB, j 2 B. La somme par lot est nulle, le produit par lot donne A.

22.3.2 Partie 2
Soit G un sous-groupe fini et commutatif du groupe GL (E) des automorphismes de E. On note q
le nombre d’éléments de G.
1. On se propose de montrer que tous les éléments de G ont au moins un vecteur propre en
commun. (1) Traiter le cas n = 1. (2) Traiter le cas où tous les éléments de G sont des
homothéties. (3) Montrer que si un automorphisme g ∈ G n’est pas une homothétie et si
n > 1, g admet au moins une valeur propre λ et un sous-espace propre associé Eλ de di-
mension strictement inférieure à n. Vérifier que Eλ est stable par tous les éléments de G.
(4) Démontrer par récurrence sur l’entier n qu’il existe un vecteur propre commun à tous les
éléments de G.
(a) Les automorphismes de C en tant que C espace vectoriel sont les homothéties. Le cas
n = 1 résulte donc de (2).
(b) Pour une homothétie, tout vecteur non nul est un vecteur propre. Pour un groupe d’ho-
mothéties, tout vecteur non nul est donc vecteur propre commun.
22.3. PROBLÈME 2 95

(c) Supposons l’existence d’un g ∈ G qui ne soit pas une homothétie. Il possède au moins une
valeur propre λ ∈ C, puisque χg (x) possède au moins une racine, et Eλ = Ker (g − λ id)
est différent de E (on aurait sinon g = λ id).
(d) Cet Eλ est stable par tout f ∈ G. Soit en effet y ∈ Eλ . La commutativité donne g (f (y)) =
f (g (y)) = f (λ y) = λ f (y), ce qui prouve f (y) ∈ Eλ .
(e) Supposons donc qu’il existe un groupe G d’automorphismes d’un espace de dimension n
tel qu’il n’existe pas de vecteur propre commun à tous les g ∈ G. Ce groupe ne peut être
un groupe d’homothétie. Il existe donc un sous-espace de dimension strictement inférieure
(le Eλ ci-dessus) pour lequel G est à nouveau un groupe d’automorphisme sans vecteur
propre commun. On aurait donc une suite strictement décroissante d’entiers positifs, ce
qui ne peut exister.
2. A tout élément f de L (E) on associe f défini par f = 1q g∈G g ◦ f ◦ g −1 . Montrer que
P

f ∈ L (E) et que ∀g ∈ G : g ◦ f ◦ g −1 = f .
(a) f est linéaire comme combinaison linéaire de composées d’applications linéaires.
P 
−1
(b) Soit h ∈ G. Alors h f h−1 = 1q h −1 h−1 = 1
g∈G (h g) f (h g) . Comme
P
g∈G g f g q
l’ensemble des h g, à h fixé, n’est autre que l’ensemble des g, on a h f h−1 = f .
3. Un sous-espace vectoriel F de E est dit stable par G s’il est stable par tout élément de G.
Soit F un sous-espace vectoriel stable par G. (1) Montrer que : ∀g ∈ G : g (F ) = F . (2) Soit
Π un projecteur de E d’image F . Montrer que Π (défini au 2) est un projecteur de E d’image
F et de noyau stable par G. (3) En déduire que tout sous-espace vectoriel de E stable par G
a un supplémentaire dans E stable par G.
(a) Comme F est stable, on a g (F ) ⊂ F . Comme g est bijectif, il y a conservation de la
dimension et donc g (F ) = F .
(b) Soit p un projecteur tel que Im p = F . Partons de x ∈ F . On a p (x) = 1q g p g −1 (x).
P 

Par stabilité de F , on a g −1 (x) ∈ F et donc p g −1 x = g −1 x. D’où p (x) = x.




(c) Pour tout x ∈ E, on a p g −1 x ∈ Im p = F . Donc chaque g p g −1 x est dans F (stabilité)


et Im p ⊂ F . On en conclut que p est un projecteur sur F .
(d) Soit y ∈ Ker p et h ∈ G. On a p h y = h h−1 p h y = h p y = 0 et h y ∈ Ker p. Cet ensemble
est donc stable par G. On en déduit que tout sous espace F stable par G possède un sous
espace supplémentaire stable lui aussi.
4. Déduire des questions précédentes qu’il existe une base de E sur laquelle tous les éléments de
G ont une matrice diagonale.
(a) Si G est un groupe d’homothéties, les g s’écrivent de façon diagonale dans n’importe
quelle base.
(b) Sinon, il existe au moins un g ∈ G qui n’est pas une homothétie, et qui alors possède au
moins un sous espace propre Eλ de dimension strictement inférieure. Ce sous espace Eλ
et au moins l’un de ses supplémentaires Sλ sont stables par G.
(c) On peut donc itérer le processus en partant de Eλ puis de Sλ . Ayant supposé E de
dimension finie, l’algorithme se termine nécessairement.
5. Énoncer une condition nécessaire et suffisante pour qu’un sous-groupe fini de GL (E) soit
commutatif.
(a) On a montré : un sous-groupe commutatif fini de GL (E) est codiagonalisable. En sens
inverse, un sous-groupe codiagonalisable de GL (E) est commutatif.
(b) On remarquera qu’il suffit d’un seul élément non diagonalisable
 pour que le groupe soit

1 a
infini, par exemple le groupe des matrices engendré par avec a 6= 0.
0 1