Vous êtes sur la page 1sur 6

XVème Congrès Français de Mécanique Nancy, 3 – 7 Septembre 2001

ÉTUDE COMPARATIVE DU CHAMP PROCHE DE JETS


TURBULENTS À MASSE VOLUMIQUE VARIABLE ET À
GÉOMÉTRIE DE SORTIE 2D ET 3D

Bérangère MESNIER, Jean-Noël BLANCHARD, Brahim SARH, Iskender GÖKALP

Laboratoire de Combustion et Systèmes Réactifs - C.N.R.S.

1C, Avenue de la Recherche Scientifique - 45071 Orléans Cedex 2

Résumé :
Une étude expérimentale est menée par Vélocimétrie par Imagerie de Particules dans la zone initiale de jets
turbulents à masse volumique variable. Le but est de mettre en évidence l’influence de divers paramètres sur le
mélange d’un jet (Hélium, Air ou CO2) et d’un co-courant (Air). Les résultats montrent d’une part la faible
influence du rapport d’injection et d’autre part le rôle prépondérant du rapport de densité sur le développement
du jet. De même une géométrie rectangulaire (3D) favorise le mélange par rapport à une géométrie circulaire
classique (2D).

Abstract :
The near field of turbulent jets with variable density is experimentally investigated with Particle Image
Velocimetry. The objective is to emphasize the influence of several parameters on the mixing between a jet
(Helium, Air or CO2) with an air coflow. Whereas no noticeable influence of the injection ratio could be
observed, the density ratio appears to play a major role on the jet development. Besides a rectangular geometry
(3D) provides mixing enhancement in comparison with a conventional circular geometry (2D).

Mots clés :

mélange, jets à masse volumique variable, géométrie variable, Vélocimétrie par Imagerie
de Particules

1 Introduction

L’étude des jets à masse volumique variable a fait l’objet de nombreuses études
expérimentales et numériques (Antonia et Bilger (1973), Pitts (1991), Sanders et al. (1997)).
Ce type de configuration est en effet représentatif de dispositifs industriels tels que brûleur de
chambre de combustion, torche à plasma, moteur fusée,... Les jets turbulents y sont fortement
utilisés pour obtenir un mélange préalable à la phase de combustion par l’intermédiaire de
forts taux d’entraînement. On constate cependant que très peu d’études ont porté sur la phase
initiale du mélange - autrement dit dans la zone proche du jet - et sur l’influence de la
géométrie de la section de sortie. On peut citer les études en géométrie circulaire de Djeridane
et al. (1996) ou Malmström et al. (1997) et en géométrie rectangulaire de Sarh et Gökalp
(1991) ou Krothapalli et al. (1981).

1
XVème Congrès Français de Mécanique Nancy, 3 – 7 Septembre 2001

On se propose ici d’étudier l’effet de la variation de la masse volumique et de la géométrie


de la section de sortie (circulaire et rectangulaire) sur les processus de mélange de jets
turbulents subsoniques verticaux. La variation de densité est obtenue par transfert de masse
résultant du mélange monophasique entre deux gaz non réactifs. A partir d’une exploration du
champ dynamique par Vélocimétrie d’Imagerie de Particules (P.I.V.) dans des plans verticaux,
on présente ici quelques résultats obtenus sur l’axe du jet et dans des profils radiaux.

2 Dispositif expérimental et conditions d’essais

L’étude est réalisée dans une veine verticale (hauteur 2 m) de section carrée (0,3 × 0,3 m²),
munie de parois en verre de qualité optique. Le jet est injecté au centre du caisson, dans la
partie inférieure de la veine, par une buse interchangeable de section circulaire ou
rectangulaire de diamètres équivalents identiques (Dj = 7 mm) (cf. figure 1). En sortie de buse,
le jet de gaz (hélium, air ou dioxyde de carbone) est turbulent et pleinement développé. Il
débouche dans le caisson avec une vitesse moyenne Uj (entre 40 et 60 m/s). Le co-courant
d’air, de vitesse moyenne Ue (de 1,6 à 4,2 m/s), est généré grâce à un ventilateur. Afin
d’homogénéiser et d’uniformiser la vitesse de cet écoulement, l’air traverse une structure
divergente-convergente où sont disposées des plaques en nids d’abeilles.
Les paramètres qui gouvernent cette étude sont le nombre de Reynolds du jet
U j ⋅ Dj U ρ
Re j = , le rapport d’injection m = e et le rapport de densité Rρ = e . Les conditions
υj Uj ρj
expérimentales sont présentées dans le tableau ci-dessous :

Hélium Air CO2


Re j 3700 19400 34800
m 0,039 ; 0,070 0,039 ; 0,082 ; 0,105 0,039 ; 0,082 ; 0,105
Rρ 7,2 1,0 0,66

TAB. 1 : Conditions expérimentales

L’acquisition du champ dynamique s’effectue par Vélocimétrie d’Imagerie de Particules.


Le système est composé de deux lasers Nd:YAG (25 mJ par pulse), d’un téléscope sphéro-
cylindrique pour obtenir un plan laser d’épaisseur d’environ 500 µm, d’une caméra CCD
haute résolution et d’un système de synchronisation, d’acquisition et de traitement d’images.
La nappe laser est verticale et passe par l’axe du jet (cf. figure 1). La taille de la zone
d’observation obtenue (centrée sur la sortie de buse) est de 140 × 150 mm². L’ensemencement
du jet est assuré par un fin brouillard de particules d’huile d’olive de diamètre moyen 1,5 µm
(déterminé par anémométrie phase Doppler).

3 Résultats et discussion

Quelle que soit la configuration étudiée, les visualisations instantanées (cf. figure 2) et les
cartographies du champ dynamique (cf. figure 3) montrent une structure classique des jets
turbulents avec trois zones caractéristiques : zone inertielle, zone intermédiaire et zone de
flottabilité. On observe notamment bien la zone d’établissement de l’écoulement dès la
section de sortie où les couches de mélange se développent jusqu’à se rejoindre sur l’axe.

2
XVème Congrès Français de Mécanique Nancy, 3 – 7 Septembre 2001

La figure 4 présente l’évolution de la vitesse longitudinale sur l’axe, notée Uc, en fonction
de la distance à la buse adimensionnée pour les trois gaz étudiés. On retrouve ici l’évolution
de type hyperbolique caractéristique des jets à masse volumique variable. On remarque que,
quelle que soit la géométrie de la buse, le rapport d’injection a peu d’influence (dans la
gamme de variation de cette étude). En revanche, le rapport de densité influe fortement sur
l’épanouissement des jets. Ainsi, on observe que les gaz légers (hélium) se mélangent plus
rapidement avec le co-courant que les gaz lourds (CO2).
Les résultats que nous présentons maintenant se limitent à l’étude de l’influence de la
géométrie de la section de sortie et du rapport de densité, à rapport d’injection donné.
L’évolution axiale de l’énergie cinétique de la turbulence k est donnée sur la figure 5. On
1
calcule k à partir des mesures des fluctuations de vitesse : k = u'²+ 2 ⋅ v'² pour la section
2
1
circulaire (v’ = w’ par symétrie) et k = u'²+ v'²+ w'² pour la section rectangulaire (les
2
mesures axiales dans les deux directions ont été relevées aux mêmes positions). On observe,
quel que soit le gaz étudié, que l’évolution de l’énergie cinétique passe par un maximum et la
position axiale de ce maximum est considérée comme la limite du coeur potentiel. On
remarque que ce maximum est d’autant plus proche de la section de sortie que le gaz est léger.
Ce résultat en bon accord avec la littérature (Pagé (1998), Sautet (1992)) prouve l’influence
prépondérante du rapport de densité. De plus, il apparaît que le passage d’une géométrie
circulaire à une géométrie rectangulaire accélère le développement du jet. Ceci est dû à la
géométrie 3D qui augmente les intensités de turbulence.
Enfin, à partir des relevés radiaux de la vitesse longitudinale nous avons déduit la demi-
épaisseur dynamique Lu (cf. figure 6), Lu étant la distance radiale à l’axe du jet pour laquelle
U = Uc / 2. On observe de nouveau un épanouissement du jet d’autant plus rapide que le gaz
est léger. Le passage à une géométrie rectangulaire semble améliorer le mélange entre le jet et
le co-courant. Il est à noter dans le cas du jet rectangulaire une intersection des demi-
épaisseurs dynamiques selon le grand axe et le petit axe. Ce phénomène d’« inversion des
axes », typique des jets à géométrie 3D, a été observé notamment par Krothapalli et al. (1981).

4 Conclusion

Cette étude expérimentale porte sur l’analyse du champ proche de jets à masse volumique
variable et à géométrie de section de sortie variable. A partir de relevés obtenus par
Vélocimétrie par Imagerie de Particules, nous avons pu mettre en évidence la forte influence
du rapport de densité et de la géométrie de la buse sur l’épanouissement du jet. En revanche
l’influence du rapport d’injection semble négligeable. Ainsi on a observé que le
développement du jet est d’autant plus rapide que le gaz est léger et que le mélange
jet / co-courant est favorisé par une section de sortie de géométrie rectangulaire (3D) par
rapport à une géométrie circulaire (2D).
Dans la suite du travail, l’obtention du champ scalaire est envisagée afin de caractériser
l’entraînement ainsi qu’une comparaison de nos résultats avec des simulations numériques.

3
XVème Congrès Français de Mécanique Nancy, 3 – 7 Septembre 2001

Références

Antonia, R.A. et Bilger, R.W. 1973 An experimental investigation of an axisymmetric jet in a


co-flowing air stream, J. Fluid Mech., 61, Part 4, pp. 805-822.
Djeridane, T., Amielh, M., Anselmet, F. et Fulachier, L. 1996 Velocity turbulence properties
in the near-field region of axisymmetric variable density jets, Phys. Fluids, 8, n° 6,
pp. 1614-1630.
Krothapalli, A., Baganoff, D. et Karamcheti, K. 1981 On the mixing of a rectangular jet,
J. Fluid Mech., 107, pp. 201-220.
Malmström, T.G., Kirkpatrick, A.T., Christensen, B. et Knappmiller, K. 1997 Centreline
velocity decay measurements in low-velocity axisymmetric jets, J. Fluid Mech., 346,
pp. 363-377.
Pagé, J. 1998 Contribution à l’étude des jets turbulents axisymétriques à masse volumique
variable, Thèse de doctorat, Université d’Orléans.
Pitts, W.M. 1991 Effects of global density ratio on the centerline mixing behavior of
axisymmetric turbulent jets, Exp. Fluids, 11, pp. 125-134.
Sanders, J.P.H., Sarh, B. et Gökalp, I. 1997 Variable density effects in axisymmetric
isothermal turbulent jets: a comparison between a first- and a second-order turbulence model,
Int. J. Heat Mass Transfer, 40, n° 4, pp. 823-842.
Sarh, B. et Gökalp, I. 1991 Variable density effects on the mixing of turbulent rectangular jets,
Eight Symp. on Turb. Shear Flow, Technical University of Munich, pp. 6.4.1-6.4.6.
Sautet, J.C. 1992 Effets des différences de densités sur le développement scalaire et
dynamique des jets turbulents, Thèse de doctorat, Université de Rouen.

FIG. 1 : Schéma du dispositif expérimental

4
XVème Congrès Français de Mécanique Nancy, 3 – 7 Septembre 2001

16

14

12

10
X

X / Dj
8

r
6

Z
4
Ue Uj Ue
2

0
-10 -5 0 5 10
2 r / Dj

FIG. 2 : Visualisation instantanée FIG. 3 : Champ moyen de vitesses


Section circulaire Section rectangulaire grand axe
CO2 / Air - Rρ = 0,66 - m = 0,039 Air / Air - Rρ = 1,0 - m = 0,082

(Uj -Ue)/(Uc-Ue) (Uj-Ue)/(Uc-Ue) (Uj -Ue)/(Uc-Ue)


20 Section circulaire (a) 3.0 Section rectangulaire grand axe (b) 3.0 Section rectangulaire petit axe (c)
2.5 2.5

15

2.0 2.0

10 1.5 1.5

1.0 1.0

0.5 0.5

0 0.0 0.0
0 3 6 9 12 15 18 0 3 6 9 12 15 18 0 3 6 9 12 15 18
X/Dj X/Dj X/Dj

FIG. 4 : Décroissance axiale de la vitesse longitudinale :


(a) Hélium / Air - Rρ = 7,2, (b) Air / Air - Rρ = 1,0, (c) CO2 / Air - Rρ = 0,66
( !, m = 0,039 ; !, m = 0,070 ; ", m = 0,082 ; #, m = 0,105 )

5
XVème Congrès Français de Mécanique Nancy, 3 – 7 Septembre 2001

100k/(Uj-Ue)² 100k/(Uj-Ue)² 100k/(Uj-Ue)²


5.0 (a) 1.0 (b) 1.0 (c)
4.0 0.8 0.8

3.0 0.6 0.6

2.0 0.4 0.4

1.0 0.2 0.2

0.0 0.0 0.0


0 3 6 9 12 15 18 0 3 6 9 12 15 18 0 3 6 9 12 15 18
X/Dj X/Dj X/Dj

FIG. 5 : Évolution axiale de l’énergie cinétique de la turbulence


(a) Hélium / Air - Rρ = 7,2, (b) Air / Air - Rρ = 1,0, (c) CO2 / Air - Rρ = 0,66
( Section : !, circulaire ; #, rectangulaire )

Lu/Dj Lu/Dj Lu/Dj


1.6 (a) 1.6 (b) 1.6 (c)

1.2 1.2 1.2

0.8 0.8 0.8

0.4 0.4 0.4

0.0 0.0 0.0


0 3 6 9 12 15 18 0 3 6 9 12 15 18 0 3 6 9 12 15 18
X/Dj X/Dj X/Dj

FIG. 6 : Évolution axiale de la demi-épaisseur dynamique


(a) Hélium / Air - Rρ = 7,2, (b) Air / Air - Rρ = 1,0, (c) CO2 / Air - Rρ = 0,66
( Section : !, circulaire ; ", rectangulaire petit axe ; #, rectangulaire grand axe )