Vous êtes sur la page 1sur 86

INSTITUT MEDITERANEEN DE MANAGEMENT

IMA
En partenariat avec :
POLE PARIS ALTERNANCE (PPA) Du Réseau (GES).

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE BBA
– OPTION MANAGEMENT COMMERCIAL –

THEME
LE MARKETING DE LA DISTRIBUTION DES PRODUITS VETERINAIRES
PLACE DE LA DISTRIBUTION DANS LA SANTE ANIMALIERE

Suivi d’un cas pratique : Entreprise : VETO AHRAM Pharma Consult -


VAPCSA

Présenté par : Encadré par :


- AYADI Med Houssem Mme GOURI Meriem
- BOUKAHCHE Abdelmadjid Aimen

Promo 2018-2019
Dédicaces
Tout d’abord, je tiens à rendre louange à
ALLAH LE TOUT PUISSANT
Qui m’a donné la force et la patience d’accomplir ce modeste
travail.

Je tiens à remercier en premier lieu


Mes chers parents,
Mon père Fayçal
Et ma mère GHRIBI Saliha
Pour tous leurs sacrifices, leur amour, leur tendresse, leur soutien et
leurs prières tout au long de mes études.
Pour leurs appuis, et leurs encouragements
A ma tante maternelle GHRIBI Naziha
A mes très chère sœur Djazia,
Lui souhaitant plein succès à son examen du baccalauréat
Une pensée à mes défunts grands-pères paternel et maternel.

En souhaitant "‫ "مديد العمر‬à mes grandes mères

BOUKAHCHE Abdelmadjid Aimen


Dédicaces
Tout d’abord, je tiens à rendre louange à
ALLAH LE TOUT PUISSANT
Qui m’a donné la force et la patience d’accomplir ce modeste
travail.
Je tiens à remercier en premier lieu
Mes chers parents,
Mon père Ahmed
Et ma mère BOUKACHABIA Nacera
Pour tous leurs sacrifices, leur amour, leur tendresse, leur soutien et
leurs prières tout au long de mes études.
Pour leurs appuis, et leurs encouragements
A mes très chère sœur Halla,
Lui souhaitant plein succès dans sa vie professionnelle
De Médecin pédiatre à l’hôpital militaire d’Oran
Une pensée à mon défunt grand-père paternel
AYADI Sadek, ainsi que mon défunt grand-père maternel
BOUKACHABIA Amara,
A ma grande mère paternelle ZERARI Bahia et ma grande mère
maternelle FELFLI Hadria.

AYADI Mohamed Houssem


Remerciements

Nous tenons tout d’abord à faire louanges à DIEU LE TOUT PUISSANT ET MISÉRICORDIEUX,
qui nous a donné la force et la patience d’accomplir ce Modeste travail.
Un compliment du fond du cœur à nos PARENTS pour nous avoir donné la force et le
courage qui nous ont permis d’entreprendre nos études et de prendre en main notre
avenir, Sans eux, nous n’en serions pas là.

Aucun travail n’est véritablement individuel pour autant qu’il soit la somme d’une
expérience ou d’un essai de réflexion et des aides, ou les influences extérieures ne
sauraient être méconnues, encore moins reniées.
En premier lieu, nous tenons à remercier Mr. EMBAREK Mohamed El Hadi, Directeur
Général Manager de la société SARL VETO AHRAM Pharma Consult – VAPCSA ainsi que
tout son staff et encadrement.
Nous tenons aussi à remercier tous les formateurs composants le staff pédagogique de
l’institut Méditerranéen de Management (IMA) ainsi que toute notre gratitude envers son
encadrement, avec une salutation particulière à Mme. SALHI Samia et son équipe, pour
la qualité de la formation qu’ils nous ont inculqué, et particulièrement Mme GOURI
Meriem en sa qualité de formatrice et encadreuse de notre mémoire de stage de fin
d’études, pour son amabilité et son professionnalisme, pour l’orientation, la confiance, la
patience qui ont constitué un apport considérable sans lequel ce travail n’aurait pas pu
être mené au bon port. Qu’elle trouve dans ce travail un hommage vivant à sa haute
personnalité.

Nos vifs remerciements vont également aux respectables membres du jury de


soutenance de qui auront à se prononcer sur ce modeste travail, et pour l’intérêt qu’ils
auront porté à notre mémoire de stage de fin d’études pour l’obtention du diplôme
d’ingéniorat en Management Commercial.

Bien sûr nous n’oublions pas de remercier Mr. EMBAREK Mohamed Abdelmadjid,
Directeur Commercial, de la société SARL VETO AHRAM Pharma Consult – VAPCSA que
nous avons rencontré au cours de notre stage pratique.

Nous n’oublions bien évidemment pas nos collègues de promotion ainsi que tous nos
ami(e)s, que nous les remercions pour les agréables moments passés ensemble…et à tous
ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la réussite de ce travail.

AYADI Med Houssem & BOUKAHCHE Abdelmadjid Aimen


SOMMAIRE

SOMMAIRE .............................................................................................................................................. 1
RESUME .................................................................................................................................................. 2
ABREVIATIONS .................................................................................................................................... 3
LISTE DES TABLEAUX........................................................................................................................ 4
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................................ 4
INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................................ 5
CHAPITRE PREMIER : METHODE ANALYTIQUE DU MARKETING VETERINAIRE ....... 8
Introduction au premier chapitre ................................................................................................. 8
Section 01 : Analyse externe .......................................................................................................... 8
Section 02 : Analyse interne ........................................................................................................ 14
Section 03 : Planification et analyse marketing ......................................................................... 15
Section 04 : Les variables d’action, la règle des 4P ................................................................... 17
Conclusion au premier chapitre ................................................................................................. 26
CHAPITRE DEUXIEME : LE MEDICAMENT VETERINAIRE .................................................. 28
Introduction au deuxième chapitre ............................................................................................ 28
Section 01 : Formes pharmaceutiques ....................................................................................... 28
Section 02 : La dénomination d’un médicament ....................................................................... 31
Section 03 : Médicaments génériques ......................................................................................... 31
Section 04 : Qualité d’un médicament vétérinaire .................................................................... 32
Conclusion au deuxième chapitre ............................................................................................... 35
CHAPITRE TROISIEME : LE MARCHE DU MEDICAMENT VETERINAIRE....................... 36
Introduction au troisième chapitre ............................................................................................. 36
Section 01 : Composantes & unités de mesure du marché ..................................................... 37
Section 02 : structure du marché ................................................................................................ 38
40
Source : Circuit de distribution des médicaments vétérinaires au Algérie (Bedda et Barkat,
2019) .................................................................................................................................... 40
Section 03 : Facteurs environnementaux du marché ................................................................ 40
Section 04 : Evolution du marché mondial ................................................................................ 43
Conclusion au troisième chapitre ............................................................................................... 48
CHAPITRE QUATRIEME : LES PROBLEMES DE RÉSIDUS MEDICAMENTEUX .............. 49
Introduction au quatrième chapitre ........................................................................................... 49
Section 01 : Généralités sur les résidus de médicaments (RM) ............................................... 49
Section 02 : Devenir des médicaments dans l’environnement ................................................ 50
Section 03 : Régulation de l’environnement .............................................................................. 52
Section 04 : Surveillance des médicaments vétérinaires en post-AMM .................................. 53
Conclusion au quatrième chapitre.............................................................................................. 54
CHAPITRE CINQUIEME : ETUDE DE CAS PRATIQUE (ENQUETE DE TERRAIN) ........... 55
Introduction au cinquième chapitre ........................................................................................... 55
Section 01 : Planification et analyse Marketing ........................................................................ 55
Section 02 : ---------------------------------------------------------- ...................................................... 57
Section 03 : ---------------------------------------------------------- ...................................................... 58
Section 04 : ---------------------------------------------------------- ...................................................... 59
Conclusion au cinquième chapitre.............................................................................................. 60
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................... 61
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................ 62
ANNEXES .............................................................................................................................................. 64

1
RESUME

La médecine vétérinaire est utilisée pour le traitement (thérapeutique), la protection


(prévention), l'immunité (vaccin) ou le diagnostic (identification), ou pour modifier la fonction
physiologique ou le comportement des animaux de ferme ou d'animaux sauvages s'ils sont
malades.

Ce sont des outils importants pour la gestion de la santé et la rentabilité des exploitations.
Cependant, ils doivent être utilisés de manière sage et raisonnable pour garantir leur efficacité et,
surtout, ils ne doivent en aucun cas nuire aux animaux, aux utilisateurs, aux consommateurs et à
l'environnement. Pour le secteur de l'élevage, l'industrie pharmaceutique, les vétérinaires et les
consommateurs, la médecine vétérinaire est à la croisée des chemins.

Bien que leurs réglementations définissent leurs canaux de distribution, elles échappent
complètement aux autorités compétentes et laissent beaucoup de place à la spéculation. Ceci est
non seulement facile à obtenir, mais nuit également non seulement à la santé animale, mais aussi
à la santé des consommateurs et, en fin de compte, à la santé animale et, au final à
l’environnement.

Mots clés : Médicaments vétérinaires-Algérie-Circuit de distribution-Spéculations.

2
ABREVIATIONS

A.M.M Autorisation de Mise sur le Marché (= Homologation d’un produit)


AFNOR Agence française de normalisation
ATB Antibiotique
ATC Anticoccidien
ATF Antifongique
ATI Anti-inflammatoire
ATP Antiparasitaire
BPD Bonne pratique de distribution
BPF Bonne pratique de fabrication
CEMAC Communauté Economique et Monétaire des Etats de l'Afrique Centrale
CMV Concentré minéral vitaminé
Cp Comprimé
CRMV Comité Régional du Médicament Vétérinaire
CSC Capital Sympathie Client
CSP Code de la Santé Publique
DCI Dénomination Commune Internationale
DIR Dispositifs Intra-Ruminaux ou Bolus
DMV Dictionnaire de médicaments vétérinaires (Equivalent VIDAL)
E.N. V Ecole Nationale Vétérinaire
EISMV Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires
ESMV Ecole des Sciences et Médecine Vétérinaires
FAO Organisation du Fonds Alimentaire
GBPMV Guide des bonnes pratiques du médicament vétérinaire
I.A Intra articulaire et Intrarachidienne
I.D Intradermique
IFAH Fédération Internationale pour la Santé Animale
IM Intra-musculaire
IP Intra-péritonéale
ISO International Standardisation Organization
IUPAC Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée
IV Intra-veineuse
LACOMEV Laboratoire de Contrôle des Médicaments Vétérinaires
LANAVET Laboratoire National Vétérinaire
LMR Limite Maximale de Résidus
MADRP Ministère de l'Agriculture du Développement Rural, de la Pêche et des Ressources halieutiques
ND Nom Déposé du produit
OIE Organisation Mondiale de la Santé Animale
OIE Office Internationale des Epizooties (= OMS de la Santé Animale)
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONV Ordre National des Vétérinaires
P. a Principe actif
PPCB Péripneumonie Contagieuse Bovine
PPR Peste des Petits Ruminants
R&D Recherche et Développement
R.M Résidus de médicaments
SC Sous cutané
SGS Société Générale de Surveillance
UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
UMM Unités de mesure du marché

3
LISTE DES TABLEAUX

N° Intitulé Page
01 Le produit et les phases du cycle de vie 20
02 Avantages et inconvénients des médicaments oraux 29
03 Avantages et inconvénients des médicaments parentéraux 29
04 Formes de médicaments classées par voie d’administration 30
05 Classification des médicaments vétérinaires sur le marché mondial par espèce cible 45
06 Classement des quatorze premières molécules vendues en médecine vétérinaire en 2006 47

LISTE DES FIGURES

N° Intitulé Page
01 Les différents types de marché 10
02 Le processus de décision 11
03 Les différentes étapes du processus d’achat 12
04 Les cinq forces de la concurrence déterminant la rentabilité d’un secteur (Michael PORTER, 1986) 13
05 L’entreprise à haute performance 14
06 Le plan marketing 16
07 Les 4 composantes du marketing mix 18
08 Courbe de cycle de vie d’un produit (1) 19
09 Courbe de cycle de vie d’un produit (2) 19
10 Relation Prix-Quantité 22
11 Les différents types de circuit de distribution (Kotler et Dubois, 11e édition) 24
12 Schéma récapitulatif de la démarche mercatique (Création de nous-mêmes) 27
13 Le circuit de distribution officiel du médicament vétérinaire en Algérie 40
14 Le réseau de pharmacovigilance en Algérie. 43
15 Classification des médicaments vétérinaires sur le marché mondial par catégorie thérapeutique 44
16 Le marché mondial du médicament vétérinaire (2008) 45
17 Le marché mondial du médicament vétérinaire par espèce cible en 2008 (Exemple du bovin et du chat) 45
18 Les laboratoires pharmaceutiques vétérinaires par classification internationale (2008) 46
19 Les voies d’accès des résidus de médicaments dans l’environnement 51
20 Les étapes de l'évaluation du risque environnemental des RM 52
21 Les différentes étapes de surveillance de la chaine de vie d’un médicament vétérinaire 53
22 Schéma du circuit de distribution d’un médicament vétérinaire en Algérie 55
23 Les ayants droits du médicament vétérinaire 56

4
INTRODUCTION GENERALE

La libéralisation de l’économie Algérienne s'est accompagnée dans le cadre des programmes


d'ajustement structurel, du désengagement de l’Etat concernant différents secteurs de l'économie.
L'industrie des médicaments vétérinaires n'a pas échappé à ce changement. Désormais, du fait de la
qualité et du nombre d'opérateurs, le développement du commerce des produits vétérinaires est maîtrisé et
ses services de production, d'approvisionnement et de distribution se libéralisent véritablement. La facture
d'importation des produits pharmaceutiques a augmenté de plus de 10% sur les huit premiers mois de
l'année 2016 par rapport à la même période de l'année 2015, en dépit de la baisse des quantités importées,
a appris l'APS auprès des Douanes. Pour les médicaments à usage vétérinaire, leurs importations ont
atteint 22,71 millions USD (471,4 t) en 2016 contre 20,38 millions USD (490,4 t) en 2015, soit une
hausse de 2,33 millions USD (+11,44%) et une baisse de près de 4% en volume.
Ces développements ont sans aucun doute augmenté le risque des médicaments vétérinaires. Ces
deux médicaments vétérinaires sont non seulement les principaux facteurs de production de bénéfices
économiques du développement, mais aussi les facteurs de risque de santé publique. Ils circulent dans des
conditions qui ne peuvent garantir leur sécurité. Santé animale et santé des consommateurs.
Ces conditions, en Algérie, regroupent entre autres la vente illicite, la détention et l'utilisation des
médicaments vétérinaires par des personnes non qualifiées où le marché des médicaments vétérinaires est
estimé selon HAMADOU et BANIPE (2001) à environ 37,1 millions de dollars US.
Selon le même auteur, les opérateurs officiellement reconnus peuvent difficilement couvrir la
moitié de ce chiffre d'affaires. Malgré l'importance de ce marché, peu d'informations publiées fournissent
des informations sur la qualité des médicaments vétérinaires circulant dans le pays (ABIOLA, 2001), et
les médicaments à usage humain ont jusqu'à présent reçu plus d'attention de la part des pouvoirs publics.
Cependant, une enquête préliminaire par un sondage limité, menée en 2001 en Afrique du Nord
comprenant l’Algérie, sur les anthelminthiques à base d'albendazole ou de lévamisole ainsi que La
trypanosomiase contenant de la diminazène ou même de l’homidium a montré que 47% des 34
échantillons prélevés dans des circuits formels et parallèles étaient non conformes (ABIOLA, 2001).
Ces résultats témoignent de l'inquiétude du service de médecine vétérinaire algérien. Bien qu'ils
n'aient aucune valeur statistique nationale, ils reflètent encore un degré relativement élevé de violations
dans une zone géographique limitée.
Face à cette situation, l'enquête ci-dessus recommandait des recherches plus audacieuses dans le
pays et un plan d'échantillonnage plus large. Que ce soit le nombre d'échantillons de médicaments
vétérinaires ou le lieu de prélèvement. Pour les autorités Algériennes, la prise en charge de l'élevage ainsi
que l’appui apporté dans le cadre du programme du Fonds National de Développement Agricole (FNDA)
1
qui a apporté un appui à la réalisation de ce développement Cette recommandation vient à point nommé
et permet de mieux évaluer la distribution des médicaments vétérinaires en Algérie.
L'industrie de l'élevage est confrontée à de nombreuses contraintes, dont les plus évidentes relèves
des contraintes pathologiques, qui découlent des maladies infectieuses animales, telles que la maladie de
Gomboro, les maladies de Newcastle et colibacillose chez les volailles. ; sucre Tonique gastro-intestinal
et respiratoire, fièvre aphteuse, brucellose ou leishmaniose chez les ruminants et la rage chez les
carnivores. La toxoplasmose chez les chats continue de prévaloir, limitant ainsi les productions animales
et occasionnant des taux de mortalité généralement élevés.

1
MADRP Source URL : Agriculture – MADR (madrp.gov.dz) -page consultée le 14-2-2020.

5
Ces maladies entraînent des pertes économiques de dizaines de millions de dinars chaque année. En
réponse à ces contraintes sanitaires peu propices au développement de l'élevage, l'Algérie a importé une
grande quantité de médicaments vétérinaires, qui contribuent à assurer la santé de son cheptel et celle du
consommateur des denrées d’origine animale (MADRP).

En Algérie, l'environnement institutionnel et les pratiques de terrain de l'industrie des médicaments


vétérinaires ont subi de grands changements. Par conséquent, la privatisation de l'industrie des
médicaments vétérinaires a amené l’émergence de nouveaux acteurs professionnels dans ce domaine.
La libéralisation de l'industrie du médicament vétérinaire elle-même a conduit de nombreux
opérateurs à contribuer dans les différents domaines de commercialisation : des importateurs aux
transformateurs, à travers les grossistes et les distributeurs des utilisateurs finaux (vétérinaires ou
éleveurs), la plupart d'entre eux n'ont pas de qualification professionnelle, ils entretiennent donc un très
grand nombre de canaux de distribution de produits, ce qui favorise l'émergence de marchés parallèles.
Il est généralement admis que les médecins qui utilisent le mauvais produit avec leurs patients sont
responsables. Cependant, la responsabilité du vétérinaire qui a utilisé le produit suspect chez l'animal
d'élevage multipliée par le nombre de personnes qui consommeront le produit de cet animal. Dont toute
frange de population.
L'utilisation judicieuse des médicaments vétérinaires peut assurer et / ou restaurer la santé des
animaux, protégeant ainsi le bétail et d’assurer la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale (œufs,
viande, lait et leurs sous-produits) pour l’homme. Le non-respect des modalités de conservation, de
délivrance de stockage et de distribution et de distribution des médicaments vétérinaires est un problème.
Cela entraîne des risques sur la santé publique (résidus médicamenteux). Par conséquent, il est très
important de garantir la qualité des médicaments vétérinaires, afin de ne pas nuire à la santé des
consommateurs, et d’assurer l’efficacité du médicament et la protection de l’environnement 2.
Les médicaments peuvent être obtenus à partir de sources multiples : naturelles, végétales, animales
et minérales, de sources synthétiques (BOURGEOIS et al., 1977) ou de ressources génétiques
biologiques. (MOULIN.M, COQUEREL.A1998).
Fonction thérapeutique : la plus courante, peut être prévenue ou guérie.
Fonctions diagnostiques : il s'agit généralement d'écrans solaires, de traceurs et de divers réactifs
pharmacodynamiques conçus pour mener des études fonctionnelles.
Le développement de la médecine vétérinaire et de la médecine humaine a également bénéficié des
progrès technologiques et scientifiques, qui ont conduit à une utilisation généralisée du médicament en
médecine humaine et vétérinaire.
L'utilisation progressive des médicaments vétérinaires représente un marché, donc un enjeu
économique pour les professions autorisée à distribuer des médicaments vétérinaires, mais étant donné
son impact sur la santé publique, il représente en conséquence un enjeu sanitaire auprès des professions
des pharmaciens et des vétérinaires.
L'impact sur la santé publique a conduit à la réglementation de l'utilisation des médicaments
vétérinaires grâce à une réglementation en évolution, et la relation entre ces deux industries se
développera toujours dans le cadre réglementaire.

2
OMS., (2000). Médicaments contrefaits : guide pour l’élaboration de mesures visant à éliminer les médicaments contrefaits. -
Genève : OMS. - 52p.

6
Habituellement, le personnel (non qualifié) utilise et vérifie les médicaments vétérinaires de
manière incorrecte et échoue souvent, ce qui entraîne des résidus dans les aliments d'origine animale.3. A
cet effet, nos recherches portent sur le rôle de la distribution en santé animale, notamment le marché du
médicament vétérinaire et sa qualité, d'un coté sur la distribution de ces médicaments, et d'autre coté,
analyse la part de marché par catégorie thérapeutique et par filière animale, d’où la question suivante se
pose : « Quelles sont les options stratégiques qui, permettrons l’assainissement du marché des
médicaments vétérinaires en Algérie ? ».
La problématique de la distribution des médicaments vétérinaires interpelle tous les acteurs de la
filière dans la mesure où elle pose entre autres des problèmes de santé publique. C'est dans ce cadre que
s'inscrit le présent travail dont l'objectif général est l'étude de la distribution et de la qualité des
médicaments vétérinaires en Algérie. Il permettra :
- de faire le point sur la réglementation et l'organisation de la distribution des médicaments
vétérinaires en Algérie ;
- d'évaluer la qualité des médicaments vétérinaires en Algérie à travers l'analyse de satisfaction des
vétérinaires à travers quelques échantillons.
L’objectif général de notre travail est d’étudier l’organisation du marché des médicaments
vétérinaires en Algérie en vue de dégager ses limites et de faire des propositions d’amélioration. Sur le
plan spécifique, il s’agit d’évaluer les hypothèses suivantes :
- Analyser la réglementation en vigueur relative au médicament vétérinaire ;
- Découvrir l’organisation de la distribution des médicaments vétérinaires ;
- Identifier les acteurs des marchés officiels et parallèles ;
- Faire des propositions pour une meilleure organisation du marché des médicaments vétérinaires en Algérie.
Ce travail comporte deux (02) parties :
- la première partie est une synthèse bibliographique. Elle traite des données générales de l'élevage
en Algérie, ses contraintes sanitaires ainsi que des particularités du marché des médicaments vétérinaires
et de la qualité de ces derniers.
- la deuxième partie est consacrée à notre travail sur le terrain. Elle présente notre méthode et les
résultats des investigations et analyses d'échantillons de médicaments vétérinaires prélevés sur le terrain.
Ces résultats après discussion, nous permettront de faire des propositions sur ce qui peut et doit être fait
dès maintenant et dans l'avenir en vue de l'amélioration de la situation.
Pour des raisons indépendantes à notre volonté et surtout au manque d’efforts de collaboration des
principaux acteurs de la distribution (principalement les distributeurs), nous n’avons pu réaliser nos
objectifs. Ainsi, notre travail s’est finalement articulé autour de cinq chapitres, à savoir :
- Le premier chapitre, s’est focalisé sur la méthode analytique du Marketing vétérinaire ;
- Le deuxième chapitre a réuni les données corrélatives au médicament vétérinaire ;
- Le troisième chapitre a porté sur le marché des médicaments vétérinaires en Algérie et dans le monde.
- Le quatrième chapitre a été réservé au problème épineux des résidus médicamenteux, de leur rejet dans
l’environnement et à leur problème de gestion effective.
- Le cinquième chapitre a discuté des rares résultats obtenus sur le terrain auprès d’une société versée dans
la commercialisation du médicament vétérinaire à Annaba en l’occurrence SARL VETO AHRAM Pharma
Consult (VAPCSA), qui a été l’objet de notre stage pratique.

3
ISO 8402-94. Qualité – introduction.
URL : http://www.commentcamarche.net/qualite/qualite-introduction.php, page consultée le 14-2-2020.

7
CHAPITRE PREMIER : METHODE ANALYTIQUE DU MARKETING VETERINAIRE

Introduction au premier chapitre

Ce premier chapitre introduit spécifiquement les grands principes du marketing appliqués à la


distribution du médicament vétérinaire. Nous introduisons d'abord une méthode d'analyse théorique,
comprenant une analyse externe et une analyse interne du marché étudié.
Par la suite, nous avons proposé la deuxième méthode, qui se concentre principalement sur les
stratégies marketing et les modes de fonctionnement. De plus, nous avons introduit les concepts de plans
marketing, d'analyse marketing et de variables opérationnelles.
Avant d'adopter une méthode de marketing, il est important de comprendre le sens du marketing.
Pour cela, nous utilisons deux définitions, la première provient du livre « Marketing et Management
» de KOTLER et DUBOIS, et la seconde du « Journal Officiel de la République Française » 4.
Selon KOTLER et DUBOIS ("Marketing Management" 11ème édition) 5, le marketing est un
mécanisme économique et social par lequel les individus et les groupes peuvent créer et remplacer
d'autres produits et services de valeur pour satisfaire leurs besoins.
« Toutes les actions visant à stimuler ou à stimuler la demande des consommateurs pour des
catégories appropriées de produits ou de services ou les actions entreprises pour parvenir à une
adaptation continue des équipements de production et des produits.de l'équipement de production et des
produits. Par conséquent, les besoins en équipements commerciaux de l'entreprise sont déterminés."
En bref, l'idée principale du marketing est de faire correspondre les capacités de l'entreprise avec les
besoins des clients pour répondre aux attentes des deux parties.
Par conséquent, le marketing consiste à déterminer les besoins des consommateurs, à concevoir les
produits qui répondent le mieux à leurs besoins et à encourager les consommateurs à acheter les produits.

Section 01 : Analyse externe

Le processus d'analyse externe d'une entreprise, d'une série de produits ou même de produits
comprend la description et l'analyse du macro-environnement dans lequel évolue le système étudié, la
détermination de l'évolution du marché et enfin la détermination des caractéristiques de la concurrence
dans le processus de compréhension du comportement.
1.1. Environnement macro :
L'environnement peut être exprimé comme une série de conditions naturelles et culturelles qui
peuvent affecter les organismes vivants et les activités humaines. L'environnement macro est défini
comme l'environnement général qui affecte l'entreprise.
Celle-ci est en constante évolution (nouvelles idées, nouveaux produits, nouveaux modes de
communication, etc.) et crée de nombreuses opportunités pour les entreprises qui savent prévoir et / ou
s'adapter à ces changements, tandis que d'autres sont confrontées à des menaces.
L'analyse externe d'une entreprise, d'une série de produits et même de produits comprend la
description et l'analyse du macro-environnement dans lequel évolue le système étudié.
En déterminant l'évolution du marché, dans le processus de compréhension du comportement, les
caractéristiques de la concurrence sont finalement déterminées.

4
- Journal Officiel de la République Française, Le 2 avril 1987.
5
- KOTLER & DUBOIS, Traduction de MANCEAU Delphine « Marketing management », 11e édition, Paris : Pearson
Education, 2003. 800 p.

8
Par conséquent, la fonction principale du marketing peut être définie comme une surveillance
continue de l'environnement commercial.
1.1.1-Analyse des besoins face aux tendances macro-environnementales de l’entreprise :
Souvent, les opportunités sont découvertes par l'analyse des tendances. La détection précoce des
tendances peut donner à une entreprise un avantage concurrentiel. Après avoir déterminé la tendance, il
est important de savoir si la technologie nécessaire est disponible et s'il y a suffisamment de clients
potentiels. Ensuite, les études de marché doivent être utilisées pour compléter la recherche de tendances.
1.1.2-Les différentes composantes du macro-environnement 6:
Les six principales composantes du macro-environnement sont la démographie, l'économie, les
ressources naturelles, la technologie, les systèmes politiques et juridiques, et enfin le contexte social et
culturel. Le premier élément de l'environnement est la population, qui est la réserve du marché.
Les spécialistes du marketing s'attachent aux apparentes caractéristiques de la population, telles que
sa taille, sa répartition géographique, sa densité, sa mobilité, son taux de natalité, etc.
Subséquemment, l'analyse de l'environnement économique fournit des informations sur les revenus
et le pouvoir. Les consommateurs dépendent de la structure et de l'évolution de la consommation.
Ensuite, l'entreprise doit identifier les innovations technologiques liées aux processus de produit, de
production, de commercialisation, de distribution et de protection, susceptibles de constituer la source du
développement (innovation produit, amélioration de la qualité, réduction des coûts, etc.) ou au contraire,
ou des menaces (produits obsolètes, etc.).
Enfin, l'analyse de l'environnement social fournit des instructions sur la culture sociale ou la
composition parentale sociale de la famille, de la religion et de l'appartenance ethnique.
Les spécialistes du marketing doivent identifier les principales tendances culturelles et sociétales
auxquelles appartiennent les consommateurs potentiels de l'entreprise.
Pour le diagnostic associé, il est nécessaire d'identifier les éléments macro-environnementaux qui
forment une menace pour l'entreprise, ainsi que des opportunités des produits ou du marché (ou vice
versa) pour l'entreprise (processus de production, marketing, ressources humaines, etc.).
1.2. Le marché :
La deuxième étape de l'analyse externe consiste à définir le marché du produit étudié. Le marché 7
est un mécanisme qui permet aux personnes dans le besoin de trouver des produits qui répondent à leurs
besoins. Par conséquent, différents types de marchés sont décrits (figure 1).

6
https://www.marketing-etudiant.fr/cours/e/environnement-entreprise.php.
7
https://www.lecoindesentrepreneurs.fr/etude-de-marche-offre-demande-environnement.

9
Figure 01 : Les différents types de marché 8
Marché générique

Complémentaires
Marché

Principal
Marché
Support

Substituts

Part de marché de l’entreprise X


Parts de marché des concurrents

Source : (D’après Martine de Lavergne, 2003-2004)


Pour simplifier, le marché peut être défini comme la rencontre entre l'offre et la demande. L'analyse
de marché est généralement divisée en trois parties principales : l'analyse de la demande, l'analyse de
l'offre et enfin l'analyse de l'environnement du marché. La figure 1 montre les différents marchés qui
peuvent être rencontrés lors d'une étude de marché. Premièrement, le marché principal est le marché des
produits, qui concerne tous les produits similaires et directement concurrents. Ensuite, il y a le marché
général, qui est un marché collectif ou unique qui combine des demandes avec des caractéristiques
similaires.
Le marché de soutien est un sous-ensemble de produits différents, mais le comportement des
consommateurs est similaire.
Le marché des produits alternatifs concerne tous les produits de nature différente du produit
principal, et ces produits peuvent répondre aux mêmes besoins et motivations dans les mêmes
circonstances. Enfin, nous distinguons le marché des produits complémentaires, qui est le marché lié au
marché principal. Pour mieux comprendre ces différents types de marchés, étudions un exemple : le
marché des cathéters trachéaux.
Le marché principal correspond au marché de l'intubation trachéale, le marché général correspond
au marché des médicaments vétérinaires, les produits de soutien sont les anesthésiques gazeux, les
produits alternatifs sont les anesthésiques fixes, et enfin, les produits complémentaires sont les
anesthésiques gazeux, les laryngoscopes ...
1.3-Comportement du consommateur :
Comprendre le comportement du consommateur est une tâche vaste et complexe 9, puisqu’elle
englobe les mouvements d'acquisition, la consommation et l'élimination de produits ou de services, y
compris le processus de prise de décision susmentionné.

8
https://www.cours-gratuit.com/cours-marketing/cours-gratuits-de-marketing-martine-de-lavergne.
9
https://www.e-marketing.fr/Thematique/social-media-1096/Breves/Comment-comprendre-influencer-comportement-
consommateur-314394.htm.

10
1.3.1-Le processus de décision :
Figure 02 : Le processus de décision 10

Source : (D’après Martine de Lavergne, 2003-2004)


Plusieurs facteurs qui jouent un rôle dans le processus décisionnel sont décrits. Premièrement, il y a
les facteurs environnementaux et les populations de référence, les facteurs socioculturels et les facteurs
situationnels.
Ensuite, il y a des facteurs personnels, tels que des facteurs psychologiques (motivation, perception,
caractère et croyance) ou des facteurs personnels (style de vie, caractère et concept de soi). Enfin, le
marketing peut avoir un impact significatif sur le processus décisionnel.
1.3.2-Le processus d’achat
Le directeur marketing doit comprendre ce qui affecte la décision de l'acheteur et doit également
comprendre comment il prend la décision. Certains achats ne concernent qu'une seule personne, tandis
que d'autres concernent plusieurs participants, qui doivent être identifiés par le responsable marketing.
Dans la situation d'achat, nous définissons cinq rôles : initiateur, influenceur, décideur, acheteur et
utilisateur.
Premièrement, l'initiateur est l'initiateur qui recommande l'achat du produit pour la première fois.
D'autre part, les influenceurs sont ceux qui influencent directement ou indirectement la prise de
décision. Le décideur est la personne qui détermine l'une ou l'autre des différentes dimensions d'achat 11:
Faut-il acheter ?
Où ?
Quand ?
Quoi ?
Comment ?
L'acheteur est celui qui effectue lui-même la transaction. Enfin, l'utilisateur est la personne qui
consomme ou utilise le produit.
Au cours de l'étude de marché, les responsables marketing doivent déterminer les rôles et l'influence
relative des différents membres du service décisionnel. Généralement, le processus d'achat se compose de
cinq étapes consécutives (Figure 3).

10
https://www.cours-gratuit.com/cours-marketing/cours-gratuits-de-marketing-martine-de-lavergne.
11
SEVY Moussa MAYEMBA MATUVANGA, Analyse des facteurs déterminant le choix d'une marque de produits. Cas ZAIN,
CCT, TIGO et VODACOM, Université de Kinshasa - Graduat en Gestion des entreprises et organisation du travail 2008.
URL : Mémoire Online - Analyse des facteurs déterminant le choix d'une marque de produits. Cas ZAIN, CCT, TIGO et
VODACOM - SEVY Moussa MAYEMBA MATUVANGA.

11
Figure 03 : Les différentes étapes du processus d’achat 12

La reconnaissance du problème

La recherche d’information

L’évaluation des alternatives

La décision d’achat

Le comportement post-achat

Source : (D’après Martine de Lavergne, 2003-2004)


Le processus d'achat commence par l'identification du problème. Pour trouver des informations sur
le sujet, nous avons lancé une recherche d'informations, qui nous a ensuite permis de choisir la meilleure
alternative. Prendre une décision d'achat et un comportement post-achat se produit. Le modèle de décision
d'achat montre clairement que le processus de décision commence plus tôt que le comportement d'achat et
se termine longtemps après le comportement d'achat.
1.4- La concurrence :
Afin de maintenir ou de développer leur industrie, les entreprises doivent comprendre comment
concurrencer. La concurrence est définie comme "la concurrence entre entreprises opérant sur le
marché et répondant aux mêmes besoins des consommateurs" (DUBOIS et JOLIBERT, 1992) 13.
1.4.1-Les niveaux de concurrences :
Quatre niveaux de concurrence peuvent être soulignés. Premièrement, nous distinguons la
concurrence des marques. Ensuite, l'entreprise considérera tous ceux qui fournissent des produits ou
services similaires.
Dans la concurrence des produits, la société a élargi le champ de la concurrence pour inclure toutes
les entreprises qui fabriquent le même produit.
Puis, dans une concurrence à la demande, l'entreprise étend le champ de la concurrence à toutes les
entreprises qui répondent aux mêmes besoins.
Enfin, en concurrence générale, l'entreprise regroupe tous les produits appartenant au même poste
budgétaire de l'acheteur.
1.4.2-Les forces concurrentielles :
L'attractivité d'un marché particulier pour les entreprises qui souhaitent créer une entreprise dépend
directement de la nature et de l'intensité de la concurrence sur place.

12
https://www.cours-gratuit.com/cours-marketing/cours-gratuits-de-marketing-martine-de-lavergne.
13
DUBOIS et JOLIBERT, LE MARKETING. : Fondements et pratique, 2ème édition, Economica, (1 octobre 1992), 928p.

12
Michael PÖRTER (Figure 4) a identifié cinq forces qui définissent l'attractivité à long terme d'un marché
ou d'un segment de marché. Elles correspondent chacune aux menaces spécifiques de l’entreprise :
*Menaces liées à l’intensité de la concurrence,
*Menaces liées aux nouveaux entrants,
*Menaces liées aux produits alternatifs,
*Menaces liées au pouvoir de négociation des clients et enfin menaces.
*Menaces liées au pouvoir de négociation des fournisseurs
Figure 04 : Les cinq forces de la concurrence déterminant la rentabilité d’un secteur 14.

Source : (Michael PORTER, 1986).

1.4.3-Analyse des caractéristiques des concurrents


Une fois qu'un concurrent est identifié, il est nécessaire d'évaluer la position concurrentielle, c'est-à-
dire de comparer les performances des entreprises (ou marques) qui se font concurrence sur le marché
étudié.
Afin de caractériser la concurrence directe et les moyens de faire face à la concurrence directe,
l'entreprise doit déterminer la stratégie et les objectifs des concurrents.
Par conséquent, elle a pu prévoir leur réaction. Afin de faciliter la découverte des différences et des
zones d'attaque, l'entreprise doit mettre en évidence les forces et les faiblesses des concurrents, et enfin,
elle doit prédire le mode de réaction des concurrents afin d'ajuster sa propre trajectoire de modèle
concurrentiel.

14
https://www.marketing-etudiant.fr/wp-content/uploads/2015/07/5-forces-de-porter-exemple.jpg.

13
Section 02 : Analyse interne

L’analyse interne a pour but de mettre en avant les principaux atouts de l’entreprise (connaissances,
savoir-faire, compétences, etc.), mais aussi de souligner ses inconvénients dans divers domaines
(marketing, finance, production, ressources ...) pour consolider ou s’améliorer performance.
2.1. Identification des éléments de performance
Tamara J. Erickson partenaire exécutif du comportement organisationnel chez « LONDON
BUSINESS SCHOOL » & C. Everett Shorey, vice-président de la compagnie « ARTHUR D. LITTLE
COMPANY » proposent de modéliser les entreprises performantes à partir de différents éléments relevant
de la pyramide « High Performance Business » 15 (Figure 5).
Figure 05 : L’entreprise à haute performance

Source: (Tamara J. Erickson and C. Everett Shorey, 1992).


L'entreprise doit satisfaire les intérêts de toutes les parties prenantes, à savoir les actionnaires, les
clients, les employés, les fournisseurs et les distributeurs. À cette fin, nous décrivons trois actions de base.
Tout d'abord, le processus utilisé doit être optimisé. Nous pouvons remarquer que le processus le
plus important est de développer de nouveaux produits, de conquérir et de fidéliser les clients.
La deuxième action est la bonne gestion des ressources de l'entreprise (telles que l'énergie, les
matériaux, les machines, les ressources humaines et informationnelles). La troisième action est
l'organisation de l'entreprise, la réorganisation de l'entreprise et la définition de ses politiques et de sa
culture.
2.2. Le diagnostic :
Le diagnostic comprend la prédiction du développement possible de l'entreprise sur le marché grâce
à une analyse externe et interne de l'environnement.
2.2.1. Diagnostic externe :
À ce stade, la société a analysé l'environnement macro ainsi que l'environnement micro 16.
Par conséquent, elle comprend le marché, le comportement des acheteurs, la concurrence et la
distribution. Le problème est maintenant d'identifier les éléments qui représentent des opportunités ou des
menaces pour chacun de ces éléments. L’opportunité d’une entreprise fait référence à une situation ou une
opportunité dans l’environnement, par exemple avec l’émergence du développement du marché et même
de l’innovation technologique la demande des nouveaux produits autorisés par des procédés de

15
Tamara J. Erickson and C. Everett Shorey, Business Strategy: New Thinking for the ‘90s, first quarter of 1992.
https://www.adlittle.com/sites/default/files/prism/1992_q4_06-12.pdf.
16
https://www.marketing-etudiant.fr/cours/d/marketing-diagnostic-interne-externe.php.

14
fabrication ou de commercialisation s’accroît.
À tout moment, les opportunités sont nombreuses. Ensuite, l'entreprise doit pouvoir saisir les
produits qui espèrent acquérir un avantage concurrentiel. Les menaces sont des problèmes causés par des
tendances défavorables ou des perturbations environnementales qui peuvent affecter l'industrie.
En l'absence d'une réponse appropriée du marché, cette menace peut entraîner une baisse de la
position de l'entreprise sur le marché.
Si la menace affecte gravement la rentabilité de l'entreprise et est susceptible d'être réalisée, alors la
menace est encore plus grave.
2.2.2. Diagnostic interne :
Après avoir analysé ses différents éléments de performance, l'entreprise doit déterminer les
éléments qui constituent des forces ou des faiblesses.
La force fait référence à la capacité individuelle ou collective, aux compétences uniques et à la
capacité de fournir à une entreprise différents avantages. Lorsque les compétences uniques d'une
entreprise permettent plus facilement que ses concurrents de remplir les conditions nécessaires à une
utilisation réussie des opportunités, elle obtient un avantage unique. La faiblesse est un échec, un manque
de résistance ou de capacité, ce qui peut entraîner des obstacles pour l'entreprise.

Section 03 : Planification et analyse marketing

3.1-Plan marketing :
Un plan marketing est un document écrit qui aide à définir des objectifs commerciaux. L'objection
la plus courante à l'élaboration d'un plan de marketing peut être l'ignorance, ou le manque d'informations,
et le coût élevé, qui coïncide avec un temps perdu ou même inutile. En réalité, un bon plan marketing
permet de prendre en compte les contraintes de l’environnement et du marché, de maintenir une
cohérence entre les objectifs et les programmes d’action et, enfin, il apporte une rigueur dans
l’organisation et dans la prise de décision. Le plan marketing est un outil de contrôle et donc un outil de
correction.
3.1.1-La mise en place du plan :
De nombreux responsables des grandes fonctions de l’entreprise participent à la mise en place du
plan marketing. Le plan élaboré sera soumis à la direction générale de l'arbitrage.

On désigne des responsables de coordination, de préparation, de collecte des informations et enfin


des personnes chargées de la préparation des hypothèses de travail et de la rédaction du plan. Idéalement,
le plan devrait être préparé pour cinq (05) ans et un plan de marketing opérationnel d'un an devrait être
élaboré.
3.1.2-Le contenu du plan :
Le modèle de plan marketing est divisé en cinq parties : 17 18
Préface, analyse de marché, objectifs et stratégies, moyens et actions finales et méthodes de contrôle.

17
https://www.manager-go.com/marketing/dossiers-methodes/rediger-un-plan-mkg.
18
https://www.memoireonline.com/05/19/10781/Gestion-des-clubs-sportifs-professionnels---un-marketing-original-.html.

15
Figure 06 : le plan marketing

Le préambule doit présenter les éléments d’identification du produit, les termes du plan, ses auteurs,
sa date d’élaboration, les hypothèses de base retenues, l’axe principal de développement et enfin les
destinataires du plan.
L'analyse de marché est la première étape d'un plan marketing. C’est une synthèse des informations
sur l'entreprise, sur le marché, sur l’environnement et sur les produits. On cherche à mettre en avant des
occasions favorables. Une occasion est un domaine de commercialisation de produits dans lequel on peut
espérer obtenir un maximum de gains et de pénétration du marché pour un minimum de risques.
Les goûts, les besoins et les volontés des individus ne sont pas uniformes, parce que les gens ont de
nombreux besoins différents, les spécialistes du marketing doivent segmenter le marché.
Segmenter un marché consiste à le découper en groupes distincts de clients qui réagissent de
manière homogène à l’offre de l’entreprise.
Les groupes peuvent être constitués en fonction de critères relevant de la démographie sociale (âge,
sexe, situation familiale, etc.), de l'économie (revenu, etc.), de la géographie (pays, région, ville, quartiers,
etc.), du comportement (habitudes et attitudes d'achat, fidélité à une marque...) et personnels
(personnalités, styles de vie...).
Aussi, une bonne segmentation doit permettre d'obtenir des segments identifiables, mesurables et
accessibles.
La segmentation introduit des choix stratégiques. En fonction de ses objectifs et de ses capacités,
l’entreprise oriente sa stratégie. Cette segmentation sera utilisée pour cibler les segments à atteindre et
auxquels elle sera dédiée.
Cette action est nommée le ciblage. L'entreprise formule une offre pour chaque marché ciblé. Puis,
l’entreprise procède au positionnement du produit par rapport aux segments et aux concurrents.

16
L’entreprise doit faire des contrôles réguliers c'est-à-dire faire le point sur l’état des différentes
variables et sur l’état du plan marketing adopté. L’audit a pour but de mettre en évidence l’écart avec les
objectifs, de permettre la prise de mesures correctrices et d’aider les planifications avenir.
La littérature sur la stratégie concurrentielle est très largement influencée par le modèle théorique de
Michael PÖRTER qui identifie trois stratégies génériques : la domination par les coûts 19 c’est à dire
réduire au maximum les prix de production et de distribution pour obtenir une forte part du marché, la
différenciation afin de développer des produits plus performants que les concurrents et enfin, la
concentration des efforts sur quelques segments de marché.
3.2- L’analyse marketing : Analyse SWOT 20.
Le plan marketing débute toujours par une analyse de la situation : l’analyse SWOT (Strenghts,
Weaknesses, Opportunities and Threats) ou analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces de
l’entreprise.
L'analyse combine les conclusions tirées de l'analyse de l'environnement de marché, de la
concurrence, de notre entreprise et des consommateurs.

Section 04 : Les variables d’action, la règle des 4P

Nous ferons référence au Mix-Marketing hybride comme étant l’intégralité des outils qu'une
entreprise peut employer afin d’atteindre les objectifs fixés au marché cible. Néanmoins, il est plus
communément défini comme la recherche de la meilleure combinaison entre les « 4P » : le produit, son
prix, sa mise en place ou distribution et sa promotion ou communication. La figure 6 montre la
répartition des principales variables de comportement marketing selon le « 4P ».
4.1- Le Produit :
« Les produits sont des biens ou services fournis sur le marché afin d'être traités différemment,
obtenus ou consommés pour répondre aux besoins ». (Kotler et Dubois, 11e édition)
4.1.1- Gamme de produit :
Un groupe de produits associés est appelé un scope (gamme de produits) qui fonctionne de la même
manière, ciblant les mêmes clients ou vendant dans les mêmes types de points de vente ou de zones de
prix. Une plage peut être subdivisée en plusieurs lignes ou en plusieurs familles, et ces lignes ou familles
peuvent être des produits similaires. Ces lignes sont divisées en produits proposés dans le cadre d'une
référence catalogue ou d'une classification.
Les dimensions de la gamme sont la largeur (en fait le nombre de produits différents), la profondeur
(le nombre de produits pouvant répondre à des besoins similaires) et la longueur (tous les produits sur
toutes les lignes de production).

19
Michael Porter, « La domination globale au niveau des coûts », dans : Choix stratégiques et concurrence. Techniques
d'analyse des secteurs et de la concurrence dans l'industrie (1982), Economica, 1999, p. 38-39.
- Michael Porter, « La domination par les coûts », dans : L'avantage concurrentiel. Comment devancer ses concurrents et
maintenir son avance (1986) Dunod, 2003, p. 25-26.
20
https://www.adonnante.fr/analyse-swot/.

17
Figure 07 : Les 4 composantes du marketing mix
1

Source : (D’après KOTLER et DUBOIS, 11e édition)


4.1.2- Le cycle de vie d’un produit :
Toute entreprise qui lance un nouveau produit espère pouvoir vivre longtemps pour réaliser
suffisamment de bénéfices et supporter les efforts et les risques encourus.
La stratégie qui sera employée est élaborée à partir de trois éléments : l’étape du cycle de vie, la
position concurrentielle de l’entreprise et le climat économique. Le concept de cycle de vie identifie les
différentes phases d’existence commerciale d’un produit.
En 1950, J. DEAN 2 avance l'idée de distinguer les quatre étapes principales du cycle de vie du
produit : sortie ou introduction, croissance, maturité et déclin.
La phase de lancement est une période de faible croissance, correspondant à la prolifération
progressive des produits sur le marché. La courbe de profit révèle un bénéfice nul, voire négatif, dû aux
coûts élevés du lancement.
La phase de croissance : La caractéristique de cette étape est qu'un grand nombre de produits
entrent sur le marché et augmentent les profits.
La phase de maturité est une période de décroissance des ventes. Le produit est déjà bien accepté
sur le marché, les bénéfices sont maximums puis, commencent à décroître en raison des dépenses
mercatiques engagées pour soutenir le produit face à la concurrence.

1
Philip KOTLER, Bernard DUBOIS, Marketing management, PEARSON (France) ; 11ème édition (21 mai 2003), traduit par
Delphine MANCEAU, 800p.
2
http://public.iutenligne.net/marketing/Souquet/initiation-au-marketing/general/politique-produit/Chapitre-1/cycle-vie-
produit.gif.

18
La phase de déclin est une période où les ventes et les bénéfices continuent de baisser.

Le cycle de vie peut être représenté par deux types de courbes : l'une est l'axe, qui représente la
valeur des ventes ou des ventes du produit à l'étude (Figure 7), et l'autre est l'axe, qui représente la
rentabilité du produit au cours de la période (Figure 8).
Figure 08 : Cycle de vie d’un produit 1

Figure 09 : Courbe de vie d’un produit 2

Suivant la phase du cycle de vie dans lequel le produit se situe, la gestion du produit est différente (tableau 1).

1
https://debitoor.fr/termes-comptables/cycle-de-vie-d-un-produit.
2
https://sites.google.com/site/henritournyolducloshomepage/reperes-de-theorie-economique/cycle-de-vie-du-produit.

19
Tableau 01 : Le produit et les phases du cycle de vie 1
Phase Mix Phase de
Phase de lancement Phase de maturité Phase de déclin
marketing développement
Pas de changement -Accroître la part de -Modification mineure du
majeur du produit marché de l’entreprise produit pour lui donner des -Pas de changement
pendant la phase de -Elargissement de la armes face à la concurrence coûteux
PRODUITS
Lancement gamme -Amélioration de la qualité -Réduction de la
-Amélioration du -Elargissement de la gamme gamme
produit
Développer de la Augmenter les parts de Diminuer les
OBJECTIFS Augmenter le profit
demande globale marché dépenses
Créer une préférence
STRATEGIE Notoriété Essais Fidéliser à la marque Fidéliser le client
pour la marque
Source : (D’après Lendrevie, Lévy, Lindon, 2003)
Ainsi, une grande partie de la gestion du produit découle de l’identification de la phase dans
laquelle se situe le produit étudié.
4.1.3- Les nouveaux produits :
Selon le modèle AIDA 2(attention, intérêt, désir, achat), tout nouveau produit doit surpasser les
résistances attachées aux habitudes d'achat existantes et inciter l’attitude des consommateurs.
Lorsqu'un nouveau produit est mis sur le marché, on doit décrire les facteurs qui ont contribué au
succès ou à l'échec du lancement de ce produit.
Par exemple, on peut considérer comme facteur de réussite, une bonne maîtrise technologique des
processus de fabrication et comme facteur d’échec, un réseau de distribution inadéquat.
4.1.4- Le positionnement :
Le positionnement est la conception et l'image du produit afin de fournir une position définie et
claire dans l'esprit des consommateurs cibles par rapport aux produits concurrents et grâce à un
avantage décisif.
Ce type d'avantage concurrentiel ne peut exister que lorsque la concurrence distinctive est innovante,
réaliste et rentable.
Quatre grandes stratégies de positionnement 3 peuvent être mise en place lors du lancement d’un
nouveau produit. Tout d’abord, la stratégie d’imitation consiste à viser une place déjà occupée par un
produit concurrent.
A l’opposé, la stratégie de différenciation consiste à créer un positionnement original, à l’écart de la
concurrence. Ensuite, les stratégies de niche sont des dérivés de stratégies différenciées : le
positionnement se fait sur des marchés à faible potentiel mais inexploités. Enfin, la stratégie d’innovation
cherche à occuper une place vacante.
4.1.5- Le conditionnement :
L’emballage a une double fonction, technique et marketing. La fonction technique permet de
contenir et de protéger le produit dans le but de le conserver dans des conditions optimales et de tenir
compte du transport de celui-ci.

1
Jacques Lendrevie, Julien Lévy et Denis Lindon, Mercator : Théorie et pratique du Marketing, Dalloz, 7e édition (9/10/2003).
2
https://fr.wikipedia.org/wiki/AIDA_(m%C3%A9thode), consulté le 23/05/2020.
3
https://stileex.xyz/strategies-positionnement-marketing/.

20
La fonction marketing est autant très essentielle, puisqu’elle représente l'identité et le support
attractif du produit, et rappelle intuitivement à la marque ou au fabricant qu'il est au dernier maillon de la
chaîne marketing (c'est-à-dire le consommateur).
4.2- Le prix :
Les entreprises doivent déterminer les prix de vente de leurs produits et services. Le prix est la seule
variable du mix marketing qui peut générer des revenus, et toutes les autres variables ne provoquent que
des dépenses de l'entreprise.
4.2.1- La fixation des prix :
Une entreprise doit fixer les prix dans diverses circonstances comme par exemple, lors du
lancement d’un nouveau produit, de l’utilisation d’un nouveau canal de distribution, lorsqu’un produit
existant franchit une étape dans son cycle de vie…
Pour fixer un prix, six étapes sont nécessaires 1. Tout d’abord, l’entreprise doit :
1) Fixer ses objectifs,
2) Évaluer la demande,
3) Estimer les coûts,
4) Analyser la concurrence,
5) Choisir une méthode de tarification,
6) Et en dernier lieu, elle peut fixer les prix.

4.2.2- Les objectifs :


Par la tarification, l'entreprise exprime ce qu'elle essaie de réaliser. Si l'objectif et l'emplacement
sont clairement déterminés, le prix sera logique. Les objectifs sont liés à différents facteurs comme le
volume, la rentabilité, la nature de la gamme ou l’image des produits.
Les quantités ou volumes vendus est généralement inversement proportionnelle au prix offert. Cette
observation provient de la constatation de la courbe de demande en fonction du prix (figure 9).

1
https://slideplayer.fr/slide/1773385/, consulté le 23/05/2020.

21
Figure 10 : Relation Prix-Quantité 1

Source : (D’après Lendrevie, Lévy, Lindon, 2003)


La relation entre rentabilité et prix conseillé est la suivante : R = P*Q – C*Q 2

R = rentabilité ou profit ; P = prix ; C = coût unitaire ; Q = quantité vendue

La relation entre le prix et la quantité montre que le profit est clairement une fonction directe du
prix. Cependant, cette relation est beaucoup plus compliquée dans la mesure où le prix affecte également
la quantité vendue.
En effet, le prix d’un produit peut avoir des conséquences sur les ventes d’autres produits de la
gamme. Par conséquent, la tarification peut avoir pour objectif d'optimiser les ventes de produits dans un
certain éventail.
Cependant, nous avons remarqué que le prix est généralement lié à des images de haute qualité ; la
fixation d’un prix élevé peut alors avoir pour objectif de créer ou maintenir une image d’un produit de
qualité.
4.2.3- Les différentes politiques de prix :
Différentes politiques des prix peuvent être appliquées 3. La tarification choisie doit être conforme à
l’image de l’entreprise et à son positionnement par rapport à ses concurrents.
La politique d’écrémage consiste à fixer un prix relativement élevé de manière à ne toucher qu’une
clientèle limitée, c’est-à-dire un segment du marché acceptant des prix élevés. L’entreprise réalise ainsi
des marges bénéficiaires confortables.
Cette stratégie est particulièrement adaptée à la phase de lancement du produit (lorsque les
consommateurs sont les moins sensibles aux prix) ou lorsque la production est restreinte.
Cependant, cette politique freine l’augmentation des ventes. En outre, elle incite les concurrents
attirés par l’espérance de marges substantielles, à s’installer sur le marché.

1
https://fr.wikipedia.org/wiki/Surplus_du_consommateur, consulté le 28/05/2020.
2
https://unt.univ-cotedazur.fr/aunege/Comptabilite_analytique_L2/html/lecon_09.html, consulté le 28/05/2020.
3
https://www.i-manuel.fr/GA_gerer/GA_gererpart1dos1AC1doc1.htm, consulté le 28/05/2020.

22
En raison des prix bas, de la publicité intensive et des politiques de vente à grande échelle, les
politiques de pénétration du marché incluent la conquête rapide d'une part importante du grand marché.
Le choix d’une telle politique se justifie quand les ventes sont très sensibles au prix, lorsqu’on peut
réaliser des économies d’échelle sur les coûts unitaires et, lorsqu’il n’existe pas de « marché d’élite ».
Par ce choix, l'entreprise a mis en place des barrières pour les concurrents potentiels et a acquis une
position de leader sur le marché. Cependant, cette politique est très coûteuse. Cela nécessite des
investissements substantiels dans la production et les ventes.
La politique de positionnement consiste à fixer les prix à partir de la valeur perçue des produits par
le client L'entreprise définit son positionnement en fonction d'objectifs précis et de la qualité des produits
qu'elle propose.
L’emplacement privilégié fournit une première annonce de prix. Ensuite, l'entreprise calcule le
nombre de produits pouvant être vendus à ce prix, puis estime la capacité de production, l'investissement
requis et le coût unitaire.
Ensuite, cette politique peut évaluer le profit correspondant. Si cela suffit, elle continuera à explorer
le projet, sinon elle abandonnera.
Cette méthode suppose que nous connaissons la perception que l’acheteur a du produit non
seulement économiquement mais aussi psychologiquement.
4.3- La communication :
La publicité tente de promouvoir les avantages de son produit identifiable à la marque auprès des
acheteurs potentiels. Afin de communiquer efficacement, il est nécessaire de comprendre les différents
éléments du processus de communication.
Un plan de communication 1 s’élabore étape par étape. Tout d’abord, l’entreprise doit définir ses
objectifs, sa stratégie de campagne et déterminer ses cibles pour permettre la mise en place d’une stratégie
média.

• Etape 1 : Tenir compte du contexte du projet


• Etape 2 : Analyser les différents groupes cibles
• Etape 3 : Déterminer les objectifs de communication
• Etape 4 : Définir quels messages pour quels groupes cibles
• Etape 5 : Etablir le plan d'actions
• Etape 6 : Faire le suivi et adapter
• Etape 7 : Evaluer et débriefer

L’entreprise doit ensuite définir un budget


publicitaire, fixer un plan média et un calendrier d’action.
Finalement, elle réalise son plan de campagne et contrôle
son exécution en vue de procéder à quelques éventuelles modifications. Concernant le retour sur
investissement de la publicité et de la communication est encore incertain.

1
https://fedweb.belgium.be/fr/a_propos_de_l_organisation/communication/etablir-le-plan-de-communication-dun-projet-en-7-
%C3%A9tapes, consulté le 28/05/2020.

23
Par conséquent, il n’existe pas de méthode idéale pour définir le budget. Cependant, si la
communication est trop faible, on peut être sûr d’une absence d’effet sur le marché. L’évaluation de la
communication est une tâche difficile. Les points clés à contrôler sont la cible et l’objectif de la publicité.
L’efficacité de la publicité peut être perçue en vérifiant le lien message/projet du message, le lien
message/stratégie de communication, la force et la nature de l’accroche, le critère de clarté de
communication…
4.4- La distribution :
Après avoir présenté le produit, le prix et les connexions autour du produit, il est nécessaire de
comprendre comment le produit est transféré de l'atelier de production au panier de consommation.
La définition de la distribution est la suivante 1: « Nous appelons le canal de distribution le
participant (c'est-à-dire la partie prenante) responsable de l'activité de distribution, c'est-à-dire l'activité de
changement de produit d'un état de production à un état de production ». (Stern, Louis W., Sturdivant,
Frederick D, 1988).
« La distribution couvre toutes les opérations par lesquelles un bien sortant de l’appareil de
production est mis à la disposition de l’utilisateur ou du consommateur 2 » (KOTLER & DUBOIS, 11e
Ed).
4.4.1- Les caractéristiques de la distribution :
Le but des canaux de distribution est de livrer les bons produits au bon endroit, au bon moment et
dans la bonne quantité. Le canal de distribution est un sous-ensemble du circuit et peut être défini comme
le chemin emprunté par le produit pour quitter la production pour atteindre le client final. L'entreprise
peut choisir parmi différents types de canaux : super court-circuit, court-circuit et court-circuit long
(Figure 10).
Figure 11 : Les différents types de circuit de distribution

F Vente directe C

A O
Vente à un niveau
N
B Détaillant
S
R O
I M
Vente à deux niveaux
M
C Grossiste Détaillant A
A T
Vente à trois niveaux E
N
U
T Grossiste Semi-grossiste Détaillant
R
e
Source : (Kotler et Dubois, 11 édition)
Les circuits super courts ou directs correspondent aux ventes en magasin d'usine, aux ventes à
domicile, aux ventes par correspondance et aux ventes réalisées par les artisans eux-mêmes.

1
Stern, Louis W., Sturdivant, Frederick D., “Customer-Driven Distribution Systems,” Harvard Business Review (July/August
1987), p. 34.
2
KOTLER & DUBOIS, (2003), Op. Cit.

24
Un tel circuit peut comprendre les besoins des clients cibles, lancer rapidement de nouveaux
produits et offrir aux clients un service à la carte et des avantages partiels de la marge des intermédiaires
éliminés.
Par contre, ce type de circuit exige un stockage très important, une organisation et une gestion très
lourde des vendeurs et des capacités financières importantes.
Dans une situation de court-circuit, le fabricant vend le produit à un seul intermédiaire, qui à son
tour le vend au consommateur final. Ce type de circuit permet de réaliser des économies sur les marges du
grossiste, de garantir un bon service après-vente et une personnalisation des produits. Cependant, les frais
de vente sont augmentés par l’émiettement des commandes, l’insolvabilité des petits détaillants, la
rentabilité douteuse de certains détaillants et la nécessité d’actions promotionnelles vers le consommateur.
Les circuits longs, quant à eux, permettent la réduction des équipes de vente, une couverture
géographique plus dense, le financement plus souple de la production et la baisse des frais de facturation
et de transport. Cependant, ils entraînent une perte de contact avec les détaillants, une infidélité
potentielle des grossistes, une dépendance vis-à-vis des grossistes et la nécessité de vendre des produits
aux grossistes et aux détaillants.
S’ils sont efficaces, les intermédiaires sont très appréciés dans un circuit de distribution. En effet,
avec leurs expertises, leurs connexions et leur niveau d'activité, ils apportent aux fabricants une
expérience qu’ils ne peuvent pas ou peu à peu gagner. Ils peuvent également fournir des produits avec un
assortiment cohérent qui répondent aux besoins des acheteurs.
4.4.2- Le choix des circuits 1:
Pour choisir sa politique de distribution, l’entreprise doit prendre en compte de nombreux facteurs
internes et externes. Les facteurs internes sont les caractéristiques de l’entreprise (sa taille, les
financements, la force de vente…) et du produit (la nature du produit, le mode de conservation…).
Les facteurs externes sont les concurrents avec leur stratégie de distribution, les distributeurs, la
clientèle et la réglementation (respect de la qualité et des règles de sécurité).
4.4.3- Mise en place d’un système de distribution 2 choisi :
Il y a quatre étapes pour configurer les canaux de distribution. Premièrement, on réalise une étude
des besoins de la clientèle. Il s'agit de comprendre dans le marché visé qui achète quoi, où, quand,
comment et pourquoi. Ensuite, on détermine les objectifs et les contraintes. Chaque fabricant doit
concevoir ses objectifs de distribution en fonction des principales restrictions qui lui sont imposées par le
produit, les distributeurs intermédiaires et l'environnement.
On identifie ensuite des solutions. Il faut définir la nature des intermédiaires, leur nombre, les
responsabilités et les engagements des membres du circuit. Enfin, on évalue les solutions envisagées.
Après avoir défini les systèmes de distribution possibles, le producteur sélectionne le système de
distribution à installer. Il considère trois critères : le coût, le contrôle et la flexibilité.
4.4.4- La gestion d’un circuit de distribution 3 :
Lors de l’élaboration d’un circuit de distribution le choix des intermédiaires est une étape
importante. En fait, les fabricants ne peuvent accepter que leurs produits soient associés à des
distributeurs défaillants, ils doivent donc comprendre l’expérience de l’intermédiaire, sa solvabilité, ses
capacités de coopération et sa réputation avant de s’engager.

1
YVE CHIROUZE ; « le marketing études et stratégies » ; édition ellipses marketing S.A., Paris, 2003.
2
https://d1n7iqsz6ob2ad.cloudfront.net/document/pdf/538cb7fa1d9af.pdf., consulté le 30/05/2020.
3
https://www.e-marketing.fr/Thematique/academie-1078/fiche-outils-10154/Gestion-canaux-distribution-306919.htm.

25
Lorsque les canaux de distribution sont inefficaces, ils doivent être modifiés. On peut alors ajouter
ou retirer certains membres du circuit ou même prévoir de mettre en place un nouveau système.
4.4.5- La force de vente 1:
La force de vente comprend l’intégralité du personnel de vente responsable des ventes et de la
stimulation de la demande.
L'Agence française de normalisation (AFNOR) compte 20 postes 2: directeur commercial,
représentant commercial, coordinateur commercial, prospecteur, conseiller commercial, directeur
commercial, ingénieur technico-commercial, etc.
La cible assignée au vendeur doit prendre en compte la nature du marché visé par l'entreprise et le
positionnement recherché sur chaque marché. La force de vente peut prendre différentes structures : par
secteur, par produit ou par marché.
Lorsque le produit est techniquement complexe et a une grande variété ou quantité (c'est-à-dire
lorsque le personnel de vente doit être spécialisé), la structure du produit est formée.
Dans la structure du marché, la force de vente est organisée par type de clientèle. Ensuite, classez
les clients en fonction du secteur, de la taille, du volume d'achat ou de la durée du contact professionnel.
Après avoir défini la stratégie et la structure, l'entreprise peut déterminer la taille de sa force de
vente. Celle-ci représente un avantage parmi les mieux productifs, mais aussi les assez coûteux.
La plupart des entreprises détermineront le nombre de vendeurs requis en fonction de l'analyse de la
charge de travail.

Conclusion au premier chapitre

Dans ce premier chapitre, nous avons proposé une méthode d'analyse de l'environnement de
l'entreprise.
En effet, nous avons déjà mis en avant les facteurs externes et internes à analyser avant de formuler
un plan marketing. Maintenant, comprenons comment créer un plan marketing et comment le mettre en
pratique en tenant compte de nombreuses variables d'action.
Nous avons de même présenté les grandes lignes d’une approche marketing. La démarche
mercatique se subdivise en sept majeures étapes.
La première est l’étape d’analyse du marché et de l’entreprise. Nous décrivons différents
environnements, consommateurs, distribution ... La deuxième étape dépend entièrement de la sensibilité
et l’acuité de la première étape.
On définit les opportunités, les menaces et les contraintes du marché puis les forces, les faiblesses et
les contraintes liées à l’entreprise. La troisième étape est une synthèse commune des données liées au
marché et des données liées à l’entreprise.
Ces trois premières étapes correspondent à la récolte des données du marché et de l’entreprise et à
l’analyse de ces données. La quatrième étape consiste à déterminer les objectifs commerciaux que
l’entreprise se fixe puis, lors de la cinquième étape, on élabore une stratégie marketing.

1
https://fr.wikipedia.org/wiki/Force_de_vente, consulté le 03/06/2020.
2
Philippe MALAVAL, Christophe BENAROYA, Marketing business to business : marketing industriel et d'affaires, B2B
B2C, PEARSON (France) ; 5e édition (13 juin 2013), p465.

26
Ensuite, nous décrivons les compétences uniques de l'entreprise, nous segmentons le marché,
déterminons les objectifs à atteindre, faisons une offre et enfin déterminons le positionnement de
l'entreprise. Une fois la stratégie déterminée, les spécialistes marketing préparent le plan marketing, qui
constitue la sixième étape de la démarche marketing.
Ce plan ayant pour finalité la description précisée du produit, de son prix, de sa distribution et
finalement la communication qui l’entoure. La septième et dernière étape est un contrôle régulier des
résultats. Lorsque les résultats ne sont pas satisfaisants, l'entreprise peut faire le premier pas pour ajuster
son approche. Par conséquent, le processus de commercialisation est un cycle, comme le montre la figure
11.
Figure 12 : Schéma récapitulatif de la démarche mercatique 1

1
Céline, Marie-Elise GOSSNER, Le marché des consommables vétérinaires : le lancement de la gamme Bivona® en France et
au Royaume-Uni. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2005, p-75.
URL : https://oatao.univ-toulouse.fr/1154/1/debouch_1154.pdf.

27
CHAPITRE DEUXIEME : LE MEDICAMENT VETERINAIRE

Introduction au deuxième chapitre

La définition des médicaments vétérinaires varie d'une loi à l'autre. Généralement, cette définition a
la même essence :
« Médicaments vétérinaires, par exemple, toute substance ou composition présentant des effets
thérapeutiques ou préventifs en termes de maladies animales, ou toute substance ou composition pouvant
être utilisée chez les animaux ou leur être administrée pour restaurer, corriger ou corriger" en exerçant
une pharmacologie, Immunité ou métabolisme pour modifier les fonctions physiologiques ou pour établir
un diagnostic médical »1.

Section 01 : Formes pharmaceutiques

Les produits pharmaceutiques vétérinaires se composent d'un ou plusieurs ingrédients actifs et d'un
ou plusieurs excipients. Les principes actifs désignent les molécules aux propriétés pharmacologiques, qui
peuvent être responsables des effets thérapeutiques des médicaments, et les excipients désignent toutes les
substances avec les principes actifs, pouvant façonner le médicament, protéger les ingrédients actifs et les
libérer dans le corps. Par conséquent, pour le même principe actif, les excipients rendent l'activité du
médicament différente.
Les médicaments vétérinaires se présentent sous plusieurs formes. On distingue :
• Forme solide (poudre, bolus, comprimé, granule, etc. ...) ;
• Forme liquide (collyre, injections, solutions buvables, etc.),
• Forme de pâte (pommade, pâte dermique, etc.) et
• Forme gazeuse (spray, etc.).
Cependant, beaucoup de produits innovants soient vendus actuellement par les grandes sociétés
pharmaceutiques (bolus antiparasitaires ou contenant des Concentrés Minéraux Vitaminés (CMV),
procédé pour-on 2et spot-on 3, procédé thixotropique etc…) 4.

1.1- Mode d’administration :


Il existe de multiples manières de prescription du médicament vétérinaire :
1- Voie orale : C’est le mode le plus usité ;
• Action locale : buccale ou gastro-intestinale.
• Action ou effet systémique : les principes actifs réabsorbés entrent dans la circulation systémique.

1
Directive 2004/28/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 modifiant la directive 2001/82/CE instituant un
code communautaire relatif aux médicaments vétérinaires (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE).
URL : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000882471/.
2
Le médicament est déposé sur la ligne du dos de l’animal (une ligne dorsolombaire allant de la base du cou à la base de la
queue. Cette voie cutanée est utilisée pour caractériser l’administration d’un médicament (poudre, solution, suspension,
émulsion). URL : http://www.facmed-univ-oran.dz/ressources/fichiers_produits/fichier_produit_2499.pdf, P-31.
3
Caractérise l’administration d’un médicament sur une zone cutanée limitée : un point (Effet de surface).
URL : http://www.facmed-univ-oran.dz/ressources/fichiers_produits/fichier_produit_2499.pdf, P-32.
4
LAVAL A. (2003). Injections, voie orale, voie locale ...Des voies d'administration non interchangeables. Réussir Lait
Elevage, 165, dossier spécial médicaments vétérinaires.

28
Tableau 02 : Avantages et inconvénients des médicaments oraux
Avantages Inconvénients
- Administration facile. - Interaction possible entre principes actifs et
- Forme économique à fabriquer. le tube digestif : irritation des muqueuses ou
- Action assez rapide. utilisation du « Pa » par les sucs gastriques.
- Potentialité de remplacer la libération pour - Effet de premier passage hépatique.
différer ou prolonger l’effet. - Non employable le cas d’un vomissement
- Évacuation possible en cas d’intoxication. ou si l’animal est inconscient.
- Possibilité de conditionnement unitaire - Interférence possible avec des aliments
facilitant le dosage du dosage. boisson problème de flaveur.

a) -Formes Orales
Préparation constituée de particules solides, sèches, libres + P.a +Excipients + colorants.
b) -Dispositifs Intra-Ruminaux (DIR) ou Bolus
Une préparation solide contenant un ou plusieurs ingrédients actifs, administrée par voie orale, est
conçue pour rester dans le rumen, dans lequel la libération de P.a est successive ou de façon séquentielle.
La durée de l'activité peut aller de 3 à 4 mois.
B1- D.I.R à libération continue
Il libère le P.A à une vitesse et une durée définie, par érosion, corrosion, diffusion, pression
osmotique ou tout autre processus chimique, physique ou physicochimique.
B2- D.I.R à libération séquentielle
Il libère séquentiellement les unités constitutives (cp), les éléments métalliques du dispositif sous
l'action du jus ruminal, libérant ainsi une certaine quantité de P.a dans une ou plusieurs intervalles de
temps déterminés (cp).
c)- Solution
Pâtes et gels oraux ; solutions, émulsions, gels en suspension ; préparations liquides diluées et
concentrées à partir de poudres ou de granulés, de gouttes buvables ou selon les besoins.
C1-. Solutions parentérales :
Toutes les voies empruntées doivent entrer par effraction :
Sous cutanée (SC) : diffusion progressive ; Intra-musculaire (IM) : diffusion plus rapide que (SC) ;
Intra-veineuse (IV) : diffusion immédiate ; Intra-péritonéale (IP) : facile d'utilisation ; Intradermique
(I.D) ; Intra articulaire et Intrarachidienne (IA) 1.

Tableau 03 : Avantages et inconvénients des médicaments parentéraux


Avantages Inconvénients :
-Respect des posologies. - Intervention individuelle.
-Pas de réaction de refus. - Douleur/Intolérance locale.
-Maitrise de la rapidité et durée d’action. - Injection de grands volumes.
-Pas d’effet de1er passage hépatique. - Risque d’infection.

1
GOODMAN & GILMAN’S. (2003). The Pharmacological Basis of Therapeutics. McGraw- Hill, 10e Edition.

29
d)- Formes liquides
Injection ; préparation pour perfusion ; préparation solide ; implant ; poudre lyophilisée ; mousse
médicinale ; shampooing ; préparation intensive pour le bain ; préparation pour "Pour-on" (Volume > 5
ml, déversé le long de l'épine dorsale de l'animal) ; Préparations pour "spot-on" (Volume in < 10 ml, sur
une surface limitée de la tête ou du dos) ; Préparations pour pulvérisation ; Préparations pour trempage
mammaire et Préparations pour lavage mammaire
e) - Formes solides
◆ Formes pour application cutanée : Bâtons ou crayons ; Dispositifs transdermiques ou patch,
◆ Préparation solide à libération contrôlée : collier ; boucle et plaquette auriculaire,
◆ Adhésif imprégné d'insecticide et collé sur la boucle de reconnaissance,

f) - Formes semi-solides (pour application cutanée)


◆ Pommade ; crème ; pâtes en gel ; plâtre…etc.

g) - Autres formes (Voies)


• Ophtalmique : Collyre, et Pommade ophtalmique,
• Respiratoire : Aérosol médicamenteux ; Pseudo-aérosol et Fumigation,
• Vaginale : Ovule et comprimé gynécologique ; Eponge et spire vaginale et Suspension intra-
utérine.
• Galactophore : Tube d’injection (Ex : Pommade intra-mammaire, Crème) 1
2- Autres voies d’administration (Cf. Tableau 4)
Tableau 04 : Formes de médicaments classées par voie d’administration.

1.2- Composition du médicament :


De façon générale, un médicament se compose de deux entités :
1.2.1- Principe actifs
Ce sont une ou plusieurs substances capables de prévenir ou de guérir un trouble déterminé de
l’organisme et, qui possèdent donc un rôle préventif et/ou curatif. Ils sont d’origine biologique (animale,
végétale, microbienne), minérale ou synthétique ;
1.2.2- Excipients
Ce sont tous les composants, autres que le principe actif, qui sont présents dans un médicament ou
utilisés pour sa fabrication. La fonction des excipients est de servir de support (support ou base) pour
l'ingrédient actif ou de composant du support, contribuant ainsi à certaines caractéristiques du produit,
telle que : stabilité, propriétés biopharmaceutiques, apparence et acceptabilité pour les patients et facilité
de fabrication.

1
GOODMAN & GILMAN’S, Idem.

30
Les préparations pharmaceutiques comprennent généralement plusieurs excipients. (LE HIRE,
2001) Les excipients et adjuvants sont des substances ou des mélanges de substances inactifs contre les
maladies.
Ils facilitent la réalisation et l’administration du médicament. Ils jouent un rôle dans le transport du
remède jusqu’au lieu d’absorption des principes actifs. Ils doivent être inerte vis-à-vis des actifs, des
matériaux de conditionnent ainsi que de l’organisme. (CHARPENTIER.B et al 1998).

Section 02 : La dénomination d’un médicament

Il existe plusieurs appellations utilisées pour identifier un médicament placé sur le marché :
2.1- Dénomination scientifique :

Pour les substances chimiques définies, elle doit suivre les règles de la nomenclature fixées par
l’Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée (IUPAC), mais elle est en général trop compliquée
pour être utilisable par les médecins.
2.2- Dénomination Commune Internationale (DCI) 1 :

Elle est attribuée par l’OMS selon des directives générales, indépendantes des laboratoires
pharmaceutiques. Les directives permettent l’exclusion de toute influence commerciale pour choisir de ne
pas affecter les produits, et de regrouper ceux appartenant à la même classification selon les assurances
attenantes aux normes pharmacologiques.
2.3- Dénomination commerciale, ou non protégé :

C’est la dénomination sous laquelle une firme pharmaceutique commercialise un médicament


donné. Cette appellation sera protégée par un brevet, duquel la durée change selon chaque pays (de 10 à
99 ans) 2 3.

Section 03 : Médicaments génériques

Le générique d’un médicament vétérinaire différent est expliqué comme suit :


« On entend par médicament générique d’une autre spécialité, celui ayant la même
composition qualitative et quantitative, la même forme pharmaceutique, et sa bioéquivalence avec
la spécialité de référence a été prouvée par des études de biodisponibilité appropriées ».
Toutefois, il faut faire la distinction entre le générique et le "copycat" qui est une copie primitive du
princeps, quelquefois avec des adjonctions de très loin à celles portées sur les étiquetages, ne contenant
même que des matières premières qui n'ont pas aussi été converties en médicaments.
Bien que l'utilisation de médicaments génériques soit un moyen unique pour la plupart des éleveurs
d'obtenir des médicaments essentiels, leur qualité, leur efficacité et leur garantie ne doivent jamais être
sacrifiées. Ces trois normes sont la pierre angulaire de tous les produits de santé

1
https://www.who.int/medicines/services/inn/innguidance/fr/.
2
TOUTAIN., P-L, (2007). Le médicament vétérinaire et le médicament humain : similitudes, différences et enjeux de santé
publique. URL : (http://physiologie.envt.fr/spip/IMG/ppt/final_med_veto_site_2007-2.ppt, page consultée le 21 mai 2020.
3
TOUTAIN J. L (2008). Le médicament vétérinaire et le médicament humain : similitudes, différences et enjeux de santé
publique (École Nationale Vétérinaire, Toulouse. France.

31
A titre d’exemple, l’ensemble des produits à base d’Ivermectine 1% injectable, disponibles sur le
marché sont présumés être des génériques d’IVOMEC1 qui est considéré comme spécialité de référence.
C'est le premier produit dont l'efficacité et la toxicité ont été testées et qui a reçu l'approbation de
mise sur le marché. Le médicament générique doit être strictement bio équivalent, c'est-à-dire qu'il doit
être distribué dans l'organisme exactement comme le produit de référence : même cinétique, même
concentration, et bien entendu même effet attendu.
Si le générique remplit ces conditions, alors il bénéficie du dossier d’enregistrement de la spécialité
de référence 2.

Section 04 : Qualité d’un médicament vétérinaire

Selon ISO 9000, le terme qualité fait référence à la capacité d'un ensemble de caractéristiques d'un
produit, d'un système ou d'un processus permettant de répondre aux exigences des clients et d'autres
parties liées. De la conception à l'utilisation, la qualité des médicaments vétérinaires est au cœur de toute
la chaîne pharmaceutique.
Pour être en mesure de produire des denrées d’origine animale de haute qualité, les éleveurs ont de
plus en plus recours aux produits vétérinaires de qualité, pour la prévention et traitement thérapeutique
animal ayant de la valeur (VAN GOOL, 2008). Deux systèmes sont généralement utilisés pour garantir la
qualité des médicaments vétérinaires. Il s’agit de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) et
l’enregistrement des médicaments 3.
4.1- L’autorisation de mise sur le marché d’un produit (AMM)4
Dans ce processus, l'autorité compétente approuve l'importation, la distribution et l'utilisation de
produits vétérinaires au niveau national ou sous-régional du marché après que le comité d’homologation a
examiné les données scientifiques complètes, prouvant et certifiant l'efficacité du produit dans son
utilisation prévue et son innocuité pour la santé humaine et animale et l'environnement.
Après l’évaluation de sa qualité, son innocuité et son efficacité, une autorisation est délivrée au
titulaire pour but de le responsabiliser quant à la commercialisation spécialisée des produits
pharmaceutiques.
Il s'agit donc d'une vision de la conformité de la profession pharmaceutique par rapport à ce qui a
été annoncé par le responsable de sa commercialisation. Par conséquent, son intérêt est qu'il constitue un
"contrat" tripartite entre le gouvernement local, le laboratoire de fabrication et l'utilisateur.
L’AMM est accordée pour une durée de cinq (05) ans, renouvelable ; cette autorisation,
éventuellement assortie de conditions particulières, peut être suspendue ou retirée par décision du
Ministre chargé des services vétérinaires, après avis de la Commission prévue dans l'article 5 de ladite loi
(Loi 88/08).

1
IVOMEC est un parasiticide injectable d’une nouvelle génération pour bovins, ovins, et camelins. Il élimine de manière
efficace les parasites internes et externes compromettant la santé et la productivité du bétail. Sa commodité d’emploi, son large
spectre d’efficacité et sa marge de sécurité en font le produit idéal pour le contrôle des parasites du bétail. IVOMEC est une
solution injectable stérile à 1% d’ivermectine, prête à l’emploi. L’ivermectine appartient à la famille des avermectines, agents
antiparasitaires à large spectre, isolés à partir de la fermentation d’un organisme du sol appelé Streptomyces avermitilis.
La formule d’IVOMEC est conçue pour l’administration de la dose conseillée de 200 mcg/kg de poids vif.
2
LAVAL A. (2003), Op. Cit.
3
RANG HP, DALE MM, RITTER JM. (2000). Pharma. Churchill Livingstone, 5e Edition.
4
- LOI N°85/05DU 16 FEVRIER 1985, DECRET EXECUTIF N°92-284DU 06 JULLET 1992, ARRETE N°46 DU 27 AOUT
1997, ARRETE N°139 DU 18 OCTOBRE 2005, ARRETE N°12 DU 1er AVRIL 2012.

32
4.2- Enregistrement des médicaments vétérinaires
L’enregistrement des médicaments vétérinaires est la reconnaissance d’un produit par l’autorité
sanitaire avant sa commercialisation ou sa distribution à quelque titre que ce soit. Le produit est soumis à
un processus d'évaluation préalable et est enregistré dans un registre spécial avec un numéro de série. Il
doit comporter obligatoirement plusieurs dossiers :
- Un dossier administratif, admettant et énonçant l’activité du demandeur.
- Un dossier technique, qui doit reprendre toutes les caractéristiques et le process de fabrication. De même, qu’il doit
préciser les indications, les modalités d’utilisation et toutes les précautions à prendre lors de son administration (délais
d’attente).
- Un dossier toxicologique, qui doit reprendre toutes les études consacrées à cet effet et précise les résultats des études
de stabilité qui indique la durée de conservation et la durée de conservation du produit après sa mise en service 12.
Par conséquent, l'AMM et l'enregistrement sont des procédures obligatoires qui permettent au
ministère de la Supervision (Ministère de l'Agriculture du Développement Rural, de la Pêche et des
Ressources halieutiques) d'approuver la sécurité et l'efficacité des médicaments vétérinaires utilisés sur le
marché.
Plusieurs variables peuvent être utilisées comme indicateurs de qualité pour les médicaments vétérinaires :
4.2.1- Etiquetage
L'emballage et l'étiquetage sont deux éléments qui donnent une première impression médicale.
L'étiquette doit indiquer clairement le nom professionnel, la composition qualitative et quantitative, le
nom de la société et / ou du fabricant, ainsi que l'autorisation de mise sur le marché ou le numéro
d'enregistrement de l’AMM.
4.2.2- Date d’expiration
Elle est également nécessaire et doit obligatoirement faire l’objet d’indication sur l'emballage avec
les spécificités du stockage médical. La date d'expiration (ou de péremption) correspond à la date limite
d'utilisation du médicament. Après cette date, il ne subsiste plus aucune garantie portant sur la qualité
intrinsèque du médicament.
4.2.3- Conditions de stockage et conservation :
Les médicaments qui ont passé avec succès tous les tests de laboratoire après leur entrée dans un
pays tiers peuvent ne pas être utilisables dans certaines conditions d'expédition et avoir un stockage
défectueux. En raison de cette nature dynamique du médicament, les conditions de stockage doivent être
spécifiées par le fabricant.
4.2.4- Laboratoire fabricant :
Certains laboratoires de fabrication ont une vaste expérience dans la production de médicaments
vétérinaires. En raison de la qualité stable du produit, ils sont considérés comme sérieux.
Cependant, il doit être contrôlé pour détecter d'éventuels défauts. Le pays d'origine du laboratoire
de fabrication peut également se prononcer sur la qualité des médicaments vétérinaires selon les normes
en vigueur à l’international 3.
L’existence de médicaments vétérinaires de qualité douteuse est courante sur le marché
pharmaceutique.

1
DARE I., 2007. Harmonisation de l’enregistrement et du contrôle des médicaments vétérinaires en Afrique (130-141) In :
17ème conférence de la commission régionale de l'OIE pour l'Afrique. Asmara, Erythrée 26 février - 1 mars 2007.-174p.
2
GEORGET L., Procédures d'enregistrement dans le monde des médicaments vétérinaires, Thèse Doctorat en Pharmacologie,
Université de Nancy, France, (1995), p125-p331.
3
LENDREVIE LEVY LINDON, Mercator, Editions Dalloz, (2003).

33
En général, il y a une distinction entre les produits contrefaits, les médicaments génériques qui ne
respectent pas la réglementation et les produits défectueux.
L'OMS (1992) définit les médicaments contrefaits comme des produits qui sont délibérément et
frauduleusement mal étiquetés en termes d'identité et / ou d'origine. Il comporte un étiquetage ne
précisant pas son identité et / ou la traçabilité de son origine. Il ne s’agit pas de copier bon marché des
produits, mais bien de recycler un ou plusieurs éléments qui peuvent dérouter les acheteurs.
En conséquence, sur le marché de la contrefaçon 1, il y a une intention frauduleuse, c'est-à-dire
fabriquer, distribuer, fournir et vendre délibérément et délibérément des médicaments de qualité
inférieure à des fins lucratives (OMS 2000).
LAMBERT et SAPIN (2011) affirment que plus le produit est cher et plus la distribution est large,
plus le trafic est attractif financièrement. Ils peuvent être importés localement, passés en contrebande ou
fabriqués localement par des entreprises équipées des équipements les plus avancés, ou importés ou
passés en contrebande par de petits agents dans des endroits de stockage de surface réduite et
généralement mal équipés.
De toutes les étapes de fabrication au produit final, les matières premières doivent être contrôlées.
D'autre part, « l’assurance qualité » est un concept large couvrant tous les contenus pouvant affecter la
qualité du produit de manière individuelle ou collective.
Au niveau national, comme l'Algérie, il s'agit de l’intégralité des législations et réglementations,
technico-scientifiques, mises en œuvre pour assurer que la production de médicaments vétérinaires et
vendus dispose de l'usage prévu et de la qualité répondant aux exigences de leur emploi ainsi qu’à la
description contenue dans le dossier de candidature d’AMM.
REMARQUE :
- Comme pour les médicaments utilisés chez l'homme (le VIDAL 2), il existe des dictionnaires de
médecine vétérinaire (DMV)3 (peut-être moins exhaustifs) qui répertorient la plupart des
médicaments (plus de 5000 médicaments vétérinaires).
Le niveau de connaissance et la taille des études d'observation disponibles sont encore bien en deçà
de ce qui est disponible en médecine humaine 4.
- La notice, qui reprend toutes les informations relatives au bon usage du produit, constitue un
contrat de confiance qui lie le fabricant et l’utilisateur final du médicament.

1
Un médicament vétérinaire contrefait est la reproduction frauduleuse d'un autre médicament vétérinaire produit légalement
par un laboratoire. Il est muni d'une étiquette n'indiquant pas son identité et/ou sa source véritable. Il ne s'agit pas de la copie
servile d'un produit, mais de la reprise d'un ou de plusieurs éléments qui peuvent porter à confusion l'acheteur (SCHMIDT,
1999). Etude de la distribution et de la qualité des médicaments vétérinaires au Cameroun, Florent MESSOMO NDJANA,
Thèse de Doctorat d'Etat en Sciences et Médecine Vétérinaires, 2006, Cameroun, P-42.
URL : Mémoire Online - Etude de la distribution et de la qualité des médicaments vétérinaires au Cameroun - Florent MESSOMO NDJANA.
2
https://www.sofiotheque.info/2017/12/telecharger-vidal-2017-le-dictionnaire.html
3
https://www.unitheque.com/dictionnaire-des-medicaments-veterinaires-(dmv)-2018/du-point-veterinaire/Livre/124566
4
MONETTA T., Législation et réglementation du médicament vétérinaire à l'approche de 1993, Thèse d'exercice Pharmacie,
Université Joseph Fournier Grenoble, (1990).

34
Conclusion au deuxième chapitre

Le médicament vétérinaire est au carrefour des préoccupations des filières de productions animales,
de l’industrie pharmaceutique, des vétérinaires et des consommateurs. Pour répondre à ces
préoccupations, l’Ordre National des Vétérinaires (ONV) en Algérie, à l’instar du reste du monde, a
décidé de mettre en place une démarche visant à promouvoir les bonnes pratiques du médicament
vétérinaire dans les cabinets vétérinaires. Cette démarche a conduit à concevoir un référentiel reconnu : le
Guide de Bonnes Pratiques (GBP) du médicament vétérinaire.
L’objectif est de faire engager un maximum de cabinets vétérinaires dans cette démarche, de faire
reconnaître ceux qui sont engagés et de pouvoir communiquer auprès de l’ensemble des filières sur cet
engagement collectif.
Cet article expose sur quelles bases ce guide a été élaboré et comment la démarche GBP peut être
mise en place dans un cabinet vétérinaire.
Les objectifs sont présentés : professionnaliser la gestion et l’utilisation du médicament vétérinaire,
apporter des garanties sur une utilisation sécurisée, tant au niveau individuel qu’au niveau collectif, par un
engagement dans une reconnaissance validée par Qualitévet.

35
CHAPITRE TROISIEME : LE MARCHE DU MEDICAMENT VETERINAIRE

Introduction au troisième chapitre


Le marché Algérien est dominé par des firmes internationales reconnues laboratoires Merial, Ceva
et Intervet (BOUGUEDOUR, 2008b). On estime le marché des médicaments vétérinaires en Algérie à 40
millions d’euros. Un marché qui comporte les ATB, les vaccins et des vitamines, en excluant tout ce qui
est additif. Chaque année, il faut compter une croissance de 5 à 8% de ce chiffre, en ajoutant que la part
de marché du médicament vétérinaire en Algérie est de 60 à 70% prise par les laboratoires étrangers.
Aussi, le marché algérien est dominé par les anti-infectieux, les antiparasitaires et les vitamines. 1

La région du Maghreb est composée dans sa partie centrale (Maroc, Algérie et Tunisie) d'une entité
homogène où l'élevage joue un rôle prépondérant et pèse dans le produit intérieur brut agricole. Ainsi,
plus de 43 millions de têtes ovines et plus de 5 millions de bovins sont élevés dans cette région où il
existe une aviculture moderne importante estimée à près de 600 millions de poussins chair par an. Ce
patrimoine animal a permis naturellement un développement du marché du médicament vétérinaire qui a
pesé en 2006 plus de 91 millions d'Euros, et est en croissance régulière.

L'importation et l'exportation des médicaments à usage vétérinaire sont soumises à une nouvelle
réglementation qui définit les conditions de la mise en circulation des médicaments. Le décret exécutif,
promulgué au JO, et fixant les mesures de commercialisation de ces produits, stipule dans son article 3
que l'importateur de médicaments à usage vétérinaire est tenu de s'approvisionner auprès de laboratoires
fabricants agréés dans leurs pays d'origine par les autorités sanitaires compétentes (Amirouche, 2009).
C’est le Décret exécutif n° 09-102 du 13 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 10 mars 2009 fixant les
mesures applicables lors d’importation et d’exportation des médicaments à usage vétérinaire (Annexe I).

Pour les opérateurs désireux d'importer des médicaments destinés à la prévention et au traitement de
certaines maladies qui n'existent pas dans le pays d'origine, ils peuvent accéder à leur demande après
accord du ministre chargé de l'autorité vétérinaire nationale.

Cette dernière a également la prérogative de contrôler la conformité des produits mis en vente.
Autre mesure : les médicaments importés doivent être accompagnés d'un bulletin d'analyse correspondant
à chaque lot et justifiant la conformité du produit aux exigences de l'autorisation de mise en vente sur le
marché algérien. Concernant l'étiquetage des médicaments importés, la nouvelle réglementation exige
qu'elle soit rédigée en langue arabe et dans une autre langue.

Il faut souligner que le créneau des produits pharmaceutiques vétérinaires suscite davantage l'intérêt
des investisseurs. Les chiffres de l'année 2008 renseignent que plus de 16,5 millions de dollars ont été
déboursés dans l'importation de produits pharmaceutiques vétérinaires. L'intérêt des opérateurs est né
suite au développement de la production animale et ses exigences n'ont cessé d'augmenter (Amirouche,
2009).

L’importance de ce marché, tant sur le plan de la production locale qu'à l’importation, a incité les
autorités de ces trois pays à le doter rapidement d'une législation spécifique et à lui donner une assise
réglementaire importante. Ils disposent donc de procédures tant en matière d'enregistrement, de
distribution, que de contrôle de ce produit hautement sensible.

1
(https://lesoirdalgerie.com/articles/27-01-2018/article.php?sid=1127&cid=2

36
Ces procédures sont généralement comparables, cependant, il existe des spécificités pour chaque
pays. Ces aspects réglementaires sont en constante évolution pour pouvoir répondre aux perpétuels
changements techniques et technologiques de ce produit stratégique dans le développement de l'élevage
(BOUGUEDOUR, 2008b).

Section 01 : Composantes & unités de mesure du marché 1 2

1.1- Composantes du marché :


1.1.1-Notion de consommateur et d'acheteur final
En mercatique, les concepts d'acheteurs et de consommateurs finaux sont généralement séparées.
1.1.2-Notion de consommateur final
Concernant le médicament vétérinaire, l'animal qui le reçoit constitue le consommateur final,
n’ayant aucune influence individuelle sur le choix porté sur l'achat du produit, duquel la seule influence
est basée sur des considérations portant sur son importance au niveau quantitatif, pouvant déterminer le
volume d'unités vendues au niveau d’une classe thérapeutique donnée, susceptible d’autre part de motiver
la recherche et l’expansion de nouvelles molécules spécifiques par les laboratoires de fabrication du
médicament vétérinaire.
1.1.3-Notion d'acheteur final
Selon la législation régissant le produit concerné, ce sera en principe soit :
– Le vétérinaire par exemple pour les médicaments de la réserve hospitalière qu'il est seule habilité
à administrer (Exemple, les vaccins).
– Ou le possédant de l'animal dans la majorité des cas (il s’agira d’automédication). Dans ce cas
d’espèce, c'est habituellement l'acheteur final qui administrera le produit vétérinaire à l’animal.
1.2- Unités de mesure du marché :
Les unités de mesure du marché (UMM) permettent la détermination de la taille d’un marché sous
trois angles distincts.
1.2.1-Le volume des consommateurs
L'éventail d'individus qui constitue la subdivision de la population d'espèces cibles peut bénéficier
du produit. A titre d’exemple, prenant le nombre de ruminants d’un produit contre la météorisation.
1.2.2-Le chiffre d'affaires (CA) achevé dans la classe thérapeutique du produit
Il s’agit des produits dont l’activité et l’utilisation thérapeutique sont profusément proches. Par
exemple les antiparasitaires, les anesthésiques locaux. Bien qu'il fasse intervenir des éléments
commerciaux (remises, ristournes), le chiffre d'affaires présente l'avantage de permettre la comparaison
entre deux marchés.
1.2.3-Le volume d'unités vendues
Dans une classe thérapeutique pour une espèce donnée. Par exemple : nombre de flacons de
Buparvaquone piroplasmicide injectable contre la theileriose bovine, constituant une unité de mesure la
plus crédible.

1
ISO 8402-94. Op. Cit.
2
LEYGONIE L. (2001), Op, Cit.

37
Section 02 : structure du marché
La filière du médicament vétérinaire comprend trois niveaux en relation les uns avec les autres :
fabricants, distributeurs en gros et distributeurs au détail.
2.1- Firmes pharmaceutiques :
C’est le premier niveau, celui de la recherche et du développement de nouvelles molécules, de la
fabrication du médicament, de sa commercialisation et de sa promotion.
Des sociétés ayant une réputation internationale et qui sont généralement affiliées à de grands
groupes (firmes) sont aussi les fabricants des médicaments pour l'homme, les médicaments vétérinaires ne
couvrent pas moins de 3% du marché du médicament humain au niveau universel.
En conséquence, les fusions ou acquisitions importantes entre laboratoires sont déterminées par la
stratégie en matière de médication pharmaceutique humaine pouvant être donc soutenues plus que
choisies par les filiales vétérinaires des dits grands groupes pharmaceutiques. Les trois premiers
laboratoires représentent environ la moitié du marché mondial, seul l'ordre change.
2.2- Importateurs :
L'importateur peut être représenté par le bureau de liaison de la société pharmaceutique, ou par une
société de droit Algérien spécialisée dans l'importation de médicaments vétérinaires, et il y en a très peu
dans la distribution.
2.3- Grossistes-Distributeurs :
Au troisième niveau, les distributeurs fournissent des médicaments au marché national ayant un
impact direct aussi bien sur le rapport des ventes que par une stratégie qui les conduisent plus ou moins à
la commercialisation d’autres médicaments. Celle-ci est dictée strictement par les bénéfices qu’il en tire
sur les ventes.
2.4- Vétérinaire :
Il peut s’agir couramment du dernier échelon et aussi du prescripteur, c'est-à-dire du chaînon le plus
important de toute cette chaîne, c'est celui du décideur final.
Son activité consistant à administrer les médicaments et à assurer la vente en détail des
médicaments vétérinaires aux profit des consommateurs finaux en vue de poursuivre les programmes de
traitement thérapeutique. Le vétérinaire est en droit de détenir, de conseiller et de vendre le médicament.
2.5- Autres intervenants :
Il est à souligner que d’autres intervenants ont la possibilité de s’introduire au sein de la chaine de
distribution d’un médicament.
Il s’agit de revendeurs non agréés (« busnassi »), totalement étranger à la profession ou parfois
d’éleveurs, qui s’approvisionnent directement dans le marché officiel auprès des grossistes et détaillants,
ou au marché parallèle auprès d’autres revendeurs (« cabas »). Ils se ravitaillent également dans les pays
voisins. Plusieurs facteurs peuvent favoriser l’opération de vente des médicaments vétérinaires au niveau
du marché parallèle.
Les facteurs identifiés 1 2 sont nombreux, notamment les bas prix des médicaments vendus sur les
marchés parallèles, le nombre insuffisant de vétérinaires capables d'assurer une couverture correcte de la
zone et le manque de compréhension des éleveurs sur la qualité des produits parfois vendus.

1
BAL F. (2000). Le marketing prend le pas sur la recherche dans l’industrie pharmaceutique.
Le Monde, 10 octobre : 22-23.
2
HARBOUN C., (2004), Le marketing pharmaceutique, Ed. ESKA. Adapté de KOTLER et DUBOIS Marketing Management
Pub Union, 7e Ed., 1992. R&D : Recherche et développement.

38
D’autres facteurs au niveau des marchés parallèles peuvent être recensé (par exemple, le statut de
protection) à savoir :
✓ Les frontières limitrophes terrestres avec les pays voisins (Maroc et Tunisie par exemple) sont poreuses,
✓ Le déficit de listing des laboratoires fournisseurs officiels,
✓ La faiblesse des contrôles par l’état,
✓ La mentalité des éleveurs qui sont en faveur de la hausse au moins disant au préjudice de la qualité
des médicaments et ainsi obtenir un meilleur traitement,
✓ Le non-respect de la réglementation,
✓ La demande sans contrainte pour les distributeurs de s’enrichir rapidement
✓ Le non-respect de l’éthique professionnelle de certains vétérinaires.

Ce canal de distribution parallèle des médicaments vétérinaires est généralement opéré par des
acteurs non qualifiés, ce circuit se développe à la faveur de plusieurs facteurs parmi lesquels, comme il est
à souligner le déficit du manque de répression de la part de l’Etat, et cela faute de moyens adéquats
(ressources humaines, moyen logistique) et, l’appât du gain facile. Comment expliquer en effet que des
acteurs participants aux marchés parallèles puisse vendre leurs produits au niveau de certains lieux
connus des autorités chargées de la reproduction.
Le comble est que parfois, le marché est proche des services d’hygiène. L’importance de ce marché
pouvant être dominé par une variable en fonction des régions ayant un caractère agricole d’élevage (les
hauts plateaux par exemple). Son développement est éventuellement lié au déficit en personnel chargé de
la santé vétérinaire animale. Les effets de ce fléau peuvent être d’ordre sanitaire et socioéconomique.
Les dégâts sanitaire et économique indirects peuvent résulter de la qualité médiocre et du mauvais
usage des médicaments vétérinaires. La persistance des maladies animales s’accompagne d’une baisse de
productivité freinant ainsi, le développement de l’élevage dans le pays.

Concernant le préjudice économique direct, le marché parallèle cause un important manque à


gagner aux acteurs opérant sur le marché officiel.

39
Figure 13 : le circuit de distribution officiel du médicament vétérinaire en Algérie.

Source : Circuit de distribution des médicaments vétérinaires au Algérie (Bedda et Barkat, 2019)

Section 03 : Facteurs environnementaux du marché

La commercialisation des médicaments vétérinaires est soumise à des considérations législatives,


économiques, réactionnelles et occasionnelles, saisonnière par exemple 1 2.
3.1- Facteurs législatifs
Les corporations professionnelles des pharmaciens et vétérinaires sont réglementées car ayant un
effet sur la santé publique.
Pour les pharmaciens vétérinaires, le législateur fixe les conditions liées au processus d'AMM, à la
vente de nouveaux médicaments ou au maintien d'anciens médicaments, ainsi qu'à sa distribution, sa
publicité et sa promotion.
Toutes les étapes du cycle de vie du médicament vétérinaire peuvent être réglées par la législation.
L'environnement juridique pouvant agir de façon directe ainsi que sur le marché des ventes du
médicament.
3.2- Facteurs économiques
Le médicament vétérinaire a un coût à une importance liée aux particularités uniques des animaux
d'élevage (production), en raison de considérations économiques.
Elle est aussi bien réelle pour les animaux de compagnie bien que ceux-ci soient concernés plutôt
par des considérations affectives.

1
HELFER J.P., ORSONI J., Management – stratégie et organisation, Doctorat en prospective, stratégie et organisation,
Vuibert, Paris, France 2000.
2
KOONTZ H. et O'DONNELL C, “The principle of management an analysis of managerial functions”, Publisher: McGraw-
Hill, New York, USA, 1964.

40
Pour les animaux d’élevage (de rente), le médicament est un instrument de production devant être
rentable. Les éleveurs qui l'utilisent s'attendent à ce que ses avantages se traduisent par des améliorations
de la production (gain de poids, meilleure reproduction, meilleure qualité du lait) ou par la prévention des
pertes, (baisse de production, mort d'un animal, saisie d'une carcasse).
Pour les animaux de compagnie, l’essentiel est dans la guérison : « la santé n’a pas de prix, cela a
un coût ! ».
3.3- Facteurs saisonniers
Les médicaments vétérinaires affectés aux animaux d'élevage (de rente) présentent des variables
saisonnières abondamment plus importantes que celles des animaux domestiques de compagnie, à savoir :
* Cas d’animaux d’élevage : leur existence est cadencée suivant les saisons : la bonne saison,
durant laquelle la végétation fleurit, et la rude saison, ou les animaux sont mis à l’abri des changements
climatiques coriaces puisqu’il n'y a plus rien à manger.
Une telle distinction conditionnelle d'élevage ainsi que d'alimentation engendrent une différence
pathologique, donc de traitements thérapeutiques. Concernant les antiparasitaires, il est à constater
l’existence de deux grands pics. Le premier au printemps avant la mise à l'herbe, le deuxième à l'automne
à la rentrée des prés.
* Cas d’animaux domestiques : ils sont moins soumis aux perturbations climatiques, la
commercialisation des médicaments les concernant, subit peu de modifications saisonnières.
3.4- Facteurs de contrôle :
Ces effets des médicaments vétérinaires peuvent être surveillés à l'aide du système pharmaco
vigilance aux médicaments vétérinaires mis en place par le décret de 1990 1.
Ce système est pleinement opérationnel depuis 2002. À l'heure actuelle, la gamme de
pharmacovigilance du vétérinaire est très large car elle couvre les rapports d'effets indésirables chez les
animaux après l'administration de médicaments vétérinaires ou humains dans un environnement en
cascade. Après avoir administré des médicaments vétérinaires à des animaux, il a des effets néfastes sur
les humains, recueillir des informations sur l'inefficacité présumée, l'arrêt et les problèmes résiduels et les
problèmes environnementaux.
3.5-Notions de pharmacovigilance :

La pharmacovigilance apparaît aujourd'hui comme une nécessité absolue en vue de permettre une
meilleure évaluation de l'innocuité ou des risques liés à la thérapeutique des médicaments sur le terrain.
Son rôle est en effet d'identifier le plus précocement possible les effets inattendus (généralement
indésirables) des médicaments après leur mise sur le marché, tant d'un point de vue de la sécurité que de
l'efficacité et de proposer des mesures pour les réduire. Elle surveille également le mauvais usage, les
réactions chez l'homme, les suspicions d'inefficacité, les résidus dans les denrées d'origine animale et les
effets des médicaments vétérinaires sur l'environnement.
Par conséquent, dans le cadre de la mise en place d'un système d'alerte aux médicaments
vétérinaires en Algérie, une série de mesures ont été prises, et les étapes et objectifs futurs restent à
atteindre. De même, la coopération de toutes les parties prenantes, en particulier les vétérinaires, est un
préalable nécessaire au fonctionnement normal du système national de pharmacovigilance (BOUCHEK
BOUIFFER, 2008). La pharmacovigilance recueille également des informations sur les médicaments
vétérinaires suivants (ENRIQUEZ, 2008) :
*L'effet évident n'est pas suffisant par rapport à celui envisagé ;

1
https://rr-africa.oie.int/wp-content/uploads/2019/11/ghalmi.pdf.

41
*La surveillance de la résistance aux médicaments est liée à une efficacité insuffisante ;
*Risques potentiels pour l'environnement lors de son utilisation ;
*La validité de sa période d'attente.
Cette activité de surveillance de l’intégrité a lieu aux emplacements suivants :
*L’ensemble des médicaments vétérinaires jouissant de l’AMM ;
*Médicaments vétérinaires homéopathiques bénéficiant d'un enregistrement ;
*Vaccin autogène ;
*Aliments médicinaux ;
La pharmacovigilance est l'un des éléments de contrôle des résidus dans les aliments car elle permet
de remonter les informations du terrain, l'efficacité des antibiotiques ou le temps d'attente des
médicaments.
La pharmacovigilance contient l'enregistrement de données transmises, son expertise, ainsi que
l'évaluation de la relation causale selon le médicament et l'effet observé, l'estimation et le suivi du rapport
bénéfice-risque et la prise de mesures correctives si obligatoire. (Prévenir ou restreindre ou arrêter la
consommation de médicaments) (Figure 2) (Anses, 2013).

Grâce à ces réglementations, il est possible de recueillir des informations sur différents médicaments
auprès de divers professionnels de santé qui les utilisent afin de mieux comprendre leurs fonctions et les
risques inhérents à leur utilisation. (PETIT,2007).

Le but de la pharmacovigilance est de pouvoir détecter au plus vite tout nouveau signal, qu'il
s'agisse d'un effet secondaire inattendu ou attendu mais dont la fréquence ou la gravité est inattendue, puis
de prendre des mesures. Une gestion appropriée des risques, qui peut aller de l'ajout de mesures
préventives à la révocation de l'autorisation de mise sur le marché 1 2.

1
ABIOLA F. A., 2004. Contrôle des médicaments vétérinaires en Afrique. (443-446) In : Rapports annuels des Laboratoires de
référence et des Centres Collaborateurs de l’OIE. - Paris : OIE. -563p.
2
World Food & agriculture Organization, Bases de données statistiques de la FAO, Rome, 2001, 257p.

42
Figure 14 : Le réseau de pharmacovigilance en Algérie.

Source : Pharmacovigilance et cycle de vie des médicaments (ANSES, 2013)

Section 04 : Evolution du marché mondial


Depuis 1994, le marché international des médicaments vétérinaires a augmenté d'environ 1% par an
en moyenne (VANDAËLEE., 2000) 1. Cette tendance ira en augmentant s’il faut satisfaire la demande
mondiale en protéines animales qui est en constante évolution.

1
VANDAËLE E., 2000. Stratégie de “ guérilla’’ et leadership : Virbac se projette jusqu’en 2005. In: « La Semaine Vétérinaire
(973) » du 22 Avril: 11-16.

43
- En 1999, le marché mondial du médicament vétérinaire a été estimé à un minimum de 11,6
milliards de dollars américains (en termes des prix à la production), soit 5% de la part du marché des
médicaments.
- En 2006, le montant estimé était de 16 milliards de dollars US. Le statut marginal relatif des
médicaments vétérinaires sur le marché pharmaceutique peut s'expliquer par le fait que le concept de de
rentabilité est très pratique inversement à la santé humaine.
- En 2009, il représentait 2.2% du marché du médicament humain (837 milliards dollars US), soit
pour un chiffre d’affaires estimé à un montant de 18,6 milliards dollars US 1.
4.1- Répartition du marché universel du médicament vétérinaire
En 2006, l’Amérique du Nord et l’Europe occupaient 70% du marché mondial des médicaments
vétérinaires et l’Amérique latine ne représentent que 26,4% (TOUTAIN, 2007).

Dans les pays où l'élevage est intensif (comme l'Amérique du Nord et l'Europe), la vente de
médicaments vétérinaires est très importante. Cela justifie la répartition mondiale très inégale du marché
des médicaments vétérinaires sur le continent. Le reste du monde ne représente que 2,9% du marché
mondial.
4.2- Répartition par classe thérapeutique du marché universel du médicament vétérinaire
La répartition des médicaments vétérinaires par catégorie de traitement montre que les
antiparasitaires arrivent en tête avec 34% des ventes de médicaments vétérinaires, suivis des vaccins avec
22 %, suivis des anti-infectieux de 20% et enfin les autres produits à 21% (TOUTAIN, 2007) 2.
Figure 15 : Classification des médicaments vétérinaires sur le marché mondial par catégorie thérapeutique

Source : TOUTAIN P-L., 2007 3.


4.3- Répartition mondiale des médicaments vétérinaires selon les animaux
La part consommée par les animaux d’élevage était évaluée à 9,5 milliards de dollars américains
soit environ 59%, et celle utilisée par les animaux de compagnie et les autres animaux était estimée à 6,5
milliards de dollars américains soit 41% 4.

1
WOOD MACKENZIE., 2006. Animal Health: A Global Industry; Provides a summary of the Top 10 animal health
companies’ performances in 2006. URL : www.woodmacd.ecnext.com; page consultée le 12 févier 2020.
2
TOUTAIN., P-L, (2007), Op. Cit.
3
TOUTAIN., P-L, (2007). Op. Cit.
4
WOOD MACKENZIE., 2006. Op. Cit.

44
Tableau 05 : Classification des médicaments vétérinaires sur le marché mondial par espèce cible
(En milliards de dollars US)
Groupes d’animaux Chiffre d’affaires
Ruminants 5,1
Porcs 2,6
Animaux de rente Volailles 1,8
Chiens et Chats 5,1
Animaux de
Chevaux 0,9
compagnie et autres
Autres animaux 0,5
Total 16
Source : WOOD MACKENZIE, 2006 1.

Figure 16 : Le marché mondial du médicament vétérinaire (2008) 2.

Figure 17 : Le marché mondial du médicament vétérinaire par espèce cible en 2008


(Exemple du bovin et du chat)

Source : Toutain J. L., (2009) 3.

1
WOOD MACKENZIE., 2006. Idem.
2
TOUTAIN J. L (2008). Op. Cit.
3
TOUTAIN J. L (2008). Idem.

45
4.4- Classement mondial des laboratoires pharmaceutiques vétérinaires
En matière de santé animale, Pfizer et Merial, les deux grands groupes, ont pris la tête des dix
premiers laboratoires mondiaux en 2006. Ces deux laboratoires de renommée internationale possèdent
une structure de recherche et d’innovation pharmaceutique lourde et représentent à eux deux près d'un
tiers (28, 1%) du marché mondial (WOOD MACKENZIE, 2006) 1.
Il convient de souligner que la taille de la structure de production est essentielle pour l'innovation, le
progrès et le développement de nouveaux produits sur le marché. Cela amènera les laboratoires n’ayant
pas d’affiliés vétérinaires à confier les risques inhérents au développement, à l’industrialisation ainsi qu’à
la commercialisation, de leurs produits, des retombées de recherche à d'autres partenaires sous
autorisation de licence en santé animale toujours coûteuses (VANDAËLE, 2000) 2.

En conséquence, la découverte, le développement et le placement d’une nouvelle molécule sur le


marché vétérinaire nécessite quant à un laboratoire pharmaceutique une période de 10 années, comme il
sera estimé le coût à un montant approximatif de 0,8 milliards de dollars US.
D’autre part, il est plus laborieux d’assurer le développement du produit vétérinaire que le
médicament de santé humaine comparable, KRUSE (1991) 3.
Bien que les produits de santé humaine doivent être sans danger pour l'utilisateur, les produits de
santé animale destinés à l’alimentation, nécessitent aussi être testés pour obtenir l’assurance que le
produit ne laissera pas des résidus dangereux dans les tissus ou autres produits alimentaires provenant de
ces animaux comme le lait ou les œufs (notion de LMR).
Figure 18 : Les laboratoires pharmaceutiques vétérinaires par classification internationale (2008) 4.

1
WOOD MACKENZIE., 2006. Op. Cit.
2
VANDAËLE E., 2000. Op. Cit.
3
KRUSE G. O.W., (1991). Enregistrement du produit de santé animale. In : Séminaire de formation d’emploi des
médicaments vétérinaires et des produits phytosanitaires en Afrique. - Dakar ,25 au 30 mars. - EISMV. - n.p.
4
TOUTAIN J. L (2008). Op. Cit.

46
Le marché du médicament vétérinaire a présenté une croissance réelle et continue au cours des 10
dernières années, liée à l’émergence du marché des animaux de compagnie et à l’exigence du contrôle
constant des maladies dont sont atteints les animaux de production. La diminution de production observée
durant 2009 fut la résultante consécutive à la crise économique.
La tendance, déjà observée en 2010, était de revenir à une croissance stable pour les 5 prochaines
années, basée aussi bien sur le dynamisme du marché des animaux de production reliée à la sollicitation
graduelle en protéines animales que celui des animaux domestiques de compagnie attaché à la
consolidation du lien animal-homme et à l’accroissement de la médicalisation dans les pays développés
ou ceux en voie de développement avec une augmentation du pouvoir économique.
Presque toutes les sociétés multinationales de médicaments vétérinaires ont subi une profonde
restructuration.
La vente de catégories segmentées de produits vétérinaires (gros animaux, volailles ou animaux de
compagnie) vise à valoriser les ventes avantageuses au profit d'un segment (jusqu'à deux).
Pour cela, beaucoup de laboratoires ont disparu pour laisser place à de plus grosses compagnies. A
titre d’exemple, le rachat en 2018 de Mérial par Boehringer désormais Ivomec® est une marque
Boehringer).
Tableau 06 : Classement des quatorze premières molécules vendues en médecine vétérinaire en 2006 1.

Molécules Classe thérapeutique DCI Laboratoire


Fipronil Antiparasitaire (puces) Frontline® Merial
Ivermectine Endectocide Ivomec® Merial
Oxytétracycline ATB - -
Chlorotétracycline ATB - -
Imidaclopride ATP (puces) Advantage® Bayer
Lufénuron ATP (puces) Program® Novartis
Tylosine ATB Tylan® Elanco
Monensin ATB et ATC Rumensin® Elanco
Salinomycine ATC - -
Hormone de croissance Hormone - -
Doramectine Endectocide Dectomax Pfizer
Enrofloxacine ATB Baytril Bayer
Ceftiofur ATB Exenel Pfizer
Vaccin Anti-Fièvre aphteuse Vaccin - -
Source : TOUTAIN, 2007.

A partir de cette classification, les molécules les plus vendues appartiennent essentiellement à la
catégorie des antibiotiques et des antiparasitaires.
Dans sa pratique quotidienne, le vétérinaire en exercice manque généralement de médicament
vétérinaire pour soigner les animaux qu'il consulte. Cette situation est le résultat de restrictions
économiques et réglementaires. L'étroitesse du marché vétérinaire restreignant le retour sur
investissement et ralentissant le rythme de l'innovation.

1
WOOD MACKENZIE., 2006. Op. Cit.

47
Conclusion au troisième chapitre

L'application de réglementations relatives aux limites maximales de résidus a permis l'amélioration


de la protection des consommateurs de produits animaux, mais est responsable de l'affaiblissement de
l'arsenal du protocole thérapeutique en productions animales. Les praticiens doivent faire recours
journalièrement à la cascade alors que celle-ci était finalement prévue pour répondre à quelques situations
exceptionnelles de carence thérapeutique.
L'importation de médicaments et d'auto-vaccins est une solution pour pallier certaines lacunes. Afin
d'améliorer durablement cette situation, il convient d'ajuster à la fois sur le plan technique (extrapolation
des LMR, accoutumance des temps d'attente quant ’au cadre de la cascade) et économique (en allongeant
la période de protection des AMM à titre d’exemple).

48
CHAPITRE QUATRIEME : LES PROBLEMES DE RÉSIDUS MEDICAMENTEUX

Introduction au quatrième chapitre

Comme pour les pesticides dont les résidus se retrouvent dans toutes les compartiments
environnementales (sol, air, eau), il est raisonnable de s'interroger sur le devenir des substances
médicamenteuses et leur impact sur l’environnement.
Les médicaments possèdent un cycle de vie ne s'arrêtant pas au moment de leur attribution
thérapeutique à l'animal.
À une période donnée, ils quitteront le corps de l’animal auquel ils ont été prescrits par voie
naturelle, ou quitteront son corps après son décès, par digestion et absorption dans un autre organisme.
Dans les deux cas, ces substances resteront actives et auront un impact sur le nouveau milieu environnant.
C'est la « troisième vie » de ce médicament qui affectera directement les utilisateurs de
médicaments vétérinaires, d'où l'importance de la pharmacovigilance 1.
Depuis une trentaine d'années, il est bien connu que la pollution de l'eau causée par le médicament
est à l'origine de la féminisation des poissons et de la tendance homosexuelle de l'ibis.
Une totalité de trentaine d’espèces animales est concernée par des dérèglements endocriniens. De
même, l'exposition d'insectes coprophages à des bouses de ruminants traités par l'Ivermectine provoque
des perturbations dans le développement larvaire de ces insectes.

Section 01 : Généralités sur les résidus de médicaments (RM)

La principale voie d'entrée du médicament vétérinaire dans l'environnement est consécutive à


l'élimination des substances actives et de leurs métabolites par les déjections des animaux de rente.
Ces déjections arrivent directement sur le sol pour les animaux élevés en pâture ou par
l’intermédiaire d'épandages de lisiers ou de fumiers pour ceux élevés dans des systèmes
concentrationnaires.
L’emploi des produits vétérinaires est actuellement inéluctable dans les reproductions animales.
L’objectif de cet usage est la sécurisation des productions animales et l’extériorisation des potentialités
animales.
L’importance des médicaments vétérinaires dans les productions animales suscite une dynamique
toute particulière aussi bien au niveau des laboratoires pharmaceutiques qu’au niveau des
2
utilisateurs.
Les problématiques des résidus de médicaments (RM) dans les denrées animales avec les risques
toxicologiques afférents ; un accroissement explosif des phénomènes d’antibiorésistances lié à l'usage
anarchique des antibiotiques et à la qualité microbiologique de l'alimentation animale, ainsi que la toxicité
et les risques infectieux associés (salmonellose, listériose, etc.), permettront à terme de contrôler les
zoonoses (brucellose, rage, etc.) 3.

1
HENRY-GUILLAUMON V. (2008). Évaluation de l'impact pour l'environnement de l'administration des médicaments
vétérinaires : mise en application des nouvelles procédures réglementaires européennes. Thèse d'exercice. Pharmacie.
Université de Montpellier 1.
2
JEANNEY M. (2011). Résidus de médicaments dans l'eau. La dépêche vétérinaire du 26 février au 4 mars, n°1113, page 24.
3
ABIOLA F. A., (2004), Op. Cit.

49
Dans de nombreux cas, la dissémination de résidus de médicaments dans l'environnement extérieur
peut avoir un impact sur la faune sauvage et l'ensemble de l'écosystème d'une part, et peut avoir un impact
sur la santé humaine, notamment par la pollution des eaux souterraines d'autre part. Les médicaments
consommés par les humains et les animaux sont rejetés dans l'environnement sous forme de molécules
mères et de métabolites.

Présentement, ces résidus peuvent être détectés à de très faibles concentrations en milieu aquatique
à l'aide d'un équipement analytique performant.

Le fait que ces produits chimiques soient omniprésents dans l'environnement a suscité une nouvelle
attention. Pour cela, la « perception émergente » est plus appropriée que le « risque émergent » 1.

Les médicaments sont par nature des substances actives biologiquement et il est légitime que
l'autorité chargée de la qualité des milieux (eaux, sols et air) disposent des connaissances nécessaires
quant à éviter le risque pour et par l'environnement dû à l’existence de ces molécules, à l'instar d’autres
substances chimiques présentant un caractère dangereux pour l'environnement (phytopharmaceutiques,
biocides, etc…).

L'amélioration de la connaissance de l'impact environnemental des médicaments suppose d'abord un


système d'évaluation du risque qui permette réellement une connaissance des effets sur l'environnement ;
cette amélioration exige par la suite un impératif de récupération pour les médicaments existants, qui est
considéré comme un élément vital puisqu'il concerne 95% de l’ensemble des médicaments usés pour
lesquelles nulle obligation n'est prévue en matière de connaissance environnementale.

Elle impose enfin l'intégration dans le rapport bénéfice-risque, base de la décision d'AMM, du
risque pour l'environnement, et cela pour le médicament à usage humain, puisque le médicament
vétérinaire a déjà adopté ce principe.

D'autre part, il est possible de réduire la pression des résidus de médicaments sur l'environnement
par des mesures simples sans coûts excessifs.
Ces mesures concernent les émissions de l'industrie pharmaceutique, la gestion des déchets
dangereux dans les hôpitaux et l'utilisation optimisée des antibiotiques dans certaines filières animales 2.

Section 02 : Devenir des médicaments dans l’environnement 3

Les médicaments administrés aux humains et aux animaux sont plus ou moins transformés dans
l'organisme et excrétés principalement dans l'urine, puis excrétés dans les selles accessoirement sous
forme de molécules mères, soit de métabolites (molécules issues de la transformation de la molécule-mère
au sein de l'organisme par oxydation ou conjugaison).
Les résidus de médicaments (RM) sont regroupés sous le vocable de :
- Molécule-mère,
- Métabolites excrétés,

1
D'ALTEROCHE F. (2003). Définition et devenir du médicament dans l'organisme. Réussir Lait Elevage, 165, dossier spécial
médicaments vétérinaires, 9-10.
2
PUYT -D. (2003). Dans notre alimentation, des résidus de médicaments très surveillés. Réussir Lait Elevage, 165, dossier
spécial médicaments vétérinaires, 13-14.
3
D'ALTEROCHE F. (2003), Op. Cit.

50
- Métabolites environnementaux résultant de la transformation dans l'environnement (par
hydrolyse, photolyse...) des molécules excrétées.
Pour l'homme, ces molécules existent dans les eaux usées urbaines, qui sont épurées dans des
stations d'épuration et rejetées dans les eaux de surface (rivière, océan). Si le RM résiduel dans les boues
se répand, il se déposera alors dans le sol.

En ce qui concerne le système d'assainissement individuel, ce sont les eaux souterraines qui forment
le milieu récepteur. Pour les animaux, il existe différents cas de figures :
- Pour les animaux de rente, animaux, qui représentent de très loin le flux majoritaire de
médicaments vétérinaires, les RM sont rejetées avec les déjections soit directement sur le sol lorsque les
animaux sont en pâture, soit indirectement pour les animaux en stabulation, notamment pour les élevages
hors-sols ; dans ce dernier cas, les déjections sont d'abord entreposées, puis dans un second temps épandu
sur les terres agricoles. Les RM contenues dans les déjections rejoignent en partie les eaux souterraines
en fonction des caractéristiques physico-chimiques et de celles des sols ;
- Pour les animaux de compagnie, les RM suivent la destination des déjections de ces animaux :
déchets ménagers, eaux de lavage des rues...
- Pour les animaux d'élevage aquacole, les RM se retrouvent directement dans le milieu
aquatique.

Figure 19 : Les voies d’accès des résidus de médicaments (RM) dans l’environnement 1.

1
La régulation du médicament vis-à-vis du risque environnemental, rapport du conseil général de l’environnement et de
développement durable, ministère de l’écologie, France, Novembre 2010, p14.
https://cgedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/Affaires-0006157/007058-01_rapport.pdf.

51
Figure 20 : Les étapes de l'évaluation du risque environnemental des RM 1.

Section 03 : Régulation de l’environnement

Les progrès dans la prise en compte de l'environnement dans la réglementation pharmaceutique ont
été lents.
Au cours des deux dernières décennies, bien que les principaux groupes chimiques aient été régis
par des réglementations sur les produits phytopharmaceutiques, ces réglementations organisent la
connaissance de leur impact environnemental.
Cependant, les développements conduisant à une meilleure compréhension des effets des
médicaments sur l'environnement semblent inévitables et irréversibles.
Cela est dû à de nombreuses raisons : sensibilité accrue aux opinions, légitimité des doutes sur les
effets sur la santé, et dans l'environnement matériel à très forte activité biologique, certaines raisons
pathologiques ont augmenté de manière inexplicable aujourd'hui.
Le médicament vétérinaire reste au carrefour de la préoccupation des différentes filières de la
production animale, ainsi que de l'industrie pharmaceutique, de la corporation des vétérinaires et des
clients 2.
Un Guide de Bonnes Pratiques du médicament vétérinaire (GBPMV) a été élaboré, pour engager
un maximum de vétérinaires praticiens dans cette démarche, de faire reconnaître ceux qui sont engagés à
pouvoir usiter des outils de communication fiables vis-à-vis l’ensemble des filières sur la base de cet
engagement collectif. Selon les tempérances décidées, il est attendu que :

1
La régulation du médicament vis-à-vis du risque environnemental, Op. Cit, p24.
https://cgedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/Affaires-0006157/007058-01_rapport.pdf.
2
Jacqueline BASTIEN CERET, Le Guide de Bonnes Pratiques du Médicament vétérinaire dans les cabinets vétérinaires : un
référentiel, une démarche qualité, Communication présentée le 20 janvier 2005.
URL : http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/47762/AVF_2005_2_145.pdf.

52
- Les animaux ayant bénéficiés d’un traitement thérapeutique (soit individuellement ou par lots)
doivent être méticuleusement reconnus afin de permettre une action de traçabilité et retracer le diagnostic,
le cas échéant. Le traitement doit être consigné dans le registre, notamment la date à laquelle l'animal ne
peut pas être envoyé à l'abattoir.
- L’obligation du respect du cycle périodique de retrait, des animaux en soins, soit essentielle pour
garantir l’absence dans la viande de résidus de médicaments probablement nocifs quant à la santé des
consommateurs. Lors de l'administration de médicaments dans l'eau potable ou la nourriture, il est
important de s'assurer que le silo, le tube de distribution et/ou les trémies soient nettoyées pour que les
animaux ne puissent continuer à faire l’objet d’une exposition à des résidus de médicaments.
- Pour des raisons relevant de la santé publique, ainsi que de la protection de l’environnement, les
médicaments en péremption ainsi que les déchets biomédicaux (aiguilles, vaccins) doivent
impérativement être confiés à des entreprises spécialisées pour la destruction de ces types de déchets 1.
Section 04 : Surveillance des médicaments vétérinaires en post-AMM

Du point de vue réglementaire, l’octroi des médicaments par le vétérinaire n'est qu'une extension de
la prescription. Ce processus est décrit sous forme de diagramme, étape par étape, de la commande à la
destruction du médicament vétérinaire par l’animal et de l’emballage par le détenteur d’animaux. Deux
processus ont été distingués :
- Processus 1 : il concerne la gestion physique du médicament vétérinaire et, intègre toutes les
actions que le vétérinaire et le responsable d’un établissement de vente en détail de produits vétérinaires
devra assurer à tous les échelons (cabinet, salles de consultation, véhicule…) et à toutes les phases
(commande, admission stockage, administration des déchets…) ;
- Processus 2 : ce processus concerne les prestations des vétérinaires liées aux prescriptions des
médicaments vétérinaires (prescription, délivrance, administration du médicament et pharmacovigilance 2
3
.
Figure 21 : Les différentes étapes de surveillance de la chaine de vie d’un médicament vétérinaire

Source : (D’après le système français de surveillance et de pharmacovigilance des médicaments vétérinaires 2015).

1
LE HIR A., « Bonnes pratiques de fabrication des médicaments », 7ème édition, Masson, Paris, France, (2000), 381p.
2
ABIOLA F. A., (2004), Op. Cit.
3
BOISSEAU J., (2005). Audit sur les laboratoires de contrôle de la qualité des médicaments vétérinaires dans les pays membre
de l’UEMOA. 6 Mai au 10 Juin. Ouagadougou : UEMOA. -102p.

53
Conclusion au quatrième chapitre

Il est indéniable qu'il y a des résidus de médicaments dans notre environnement, et la concentration
est a priori relativement faible.
Bien qu'il y ait eu des impacts dans certaines zones de cet environnement, indiquant qu'il s'agit bien
d'une pollution, nous ne disposons pas encore de toutes les clés dignes d'une évaluation des risques.
Un plan de recherche doit être établi pour améliorer nos connaissances. Mais désormais,
l'Organisation mondiale de la santé animale tient à rappeler que si les médicaments contribuent de
manière significative à l'amélioration de la santé de la population animale et de sa croissance, ainsi qu'à la
qualité des soins vétérinaires, elle s'inquiète de l'impact de l'utilisation humaine et animale sur
l'environnement.

54
CHAPITRE CINQUIEME : ETUDE DE CAS PRATIQUE (ENQUETE DE TERRAIN)

Introduction au cinquième chapitre

Section 01 : Planification et analyse Marketing

Pour mieux investir le marché de distribution des produits de médication vétérinaire en Algérie,
nous avons préparé et proposé un questionnaire (selon une méthode participative et directe) (Cf
Appendice A). Le questionnaire constitue un mode d’investigation particulier, simple à construire, facile
à exploiter et, fournissant de nombreux résultats qualitatifs, voire parfois quantitatifs.
Le caractère de notre étude a rendu l’utilisation du questionnaire indispensable. Ce dernier,
permettant d’obtenir des informations orales structurées, pratique et à un coût réduit.
Pourtant, malgré tous les efforts déployés pour solliciter la collaboration d’un maximum de
responsables de la distribution (grossistes) ou à défaut de revendeurs vétérinaires (délégués), aucun des
trois laboratoires de distribution de produits à usage vétérinaire approchés, n’a voulu répondre (même
partiellement par téléphone) à notre requête. Subséquemment, la collecte d’informations n’a pu être
accomplie sur la base du seul questionnaire.
Cependant, de notre rencontre avec de rares vétérinaires praticiens qui ont bien voulu répondre à
nos questions, nous avons pu schématiser le circuit de distribution ci-dessous :

Figure 22 : Schéma du circuit de distribution d’un médicament vétérinaire en Algérie 1.

1
http://di.univ-blida.dz:8080/jspui/bitstream/123456789/867/1/1720THV-1.pdf, p. 40.

55
Figure 23 : Les ayants droits du médicament vétérinaire.

Source : 4e1f2d92-bb9d-4906-ab55-bcc5630384c6 (univ-lille2.fr).

Il est important de souligner qu'il n'y a pas de lien direct entre les entreprises de fabrication
pharmaceutique (multinationales pharmaceutiques) et les acteurs de la distribution pharmaceutique.
Ceci est éventuellement dû à la confidentialité entourant les expérimentations cliniques et les
stratégies mercatiques entamées au sommet de la hiérarchie (positionnement, marges bénéficiaires…).
Le seul lien avec la firme pharmaceutique, reste l’importateur qui négocie le contrat
d’approvisionnement (délai de paiement, prix de gros et mesures d’accompagnement, voire le budget
marketing). Il est la courroie de transmission entre la firme pharmaceutique et le grossiste-distributeur
(répartiteur).
En principe, le distributeur ne peut commercialiser le médicament vétérinaire qu’aux détaillants,
ainsi qu’aux vétérinaires, mais ne jamais vendre ce médicament directement aux éleveurs. Par malheur, ce
n’est pas constamment le cas d’espèce !
Une majorité de distributeurs, gagnés par l’appât du gain facile, vendent directement aux éleveurs
(voire aux tout-venants) les médicaments vétérinaires, y compris les hormones, les produits injectables ou
autres intra-mammaires ou objets intravaginaux.
Ce circuit de distribution devient encore plus complexe, dès lors que des personnes étrangères à la
filière (revendeurs non agréés « busnassi ») s’invitent dans le circuit de vente du médicament et, bradent
très souvent les prix. Ainsi, non seulement le médicament vétérinaire perd toute traçabilité, mais il est
livré à toutes les contrefaçons ou malfaçons.
Ce circuit de distribution échappe non seulement à tout contrôle du vétérinaire, mais aussi au
contrôle total des autorités compétentes de régulation du marché (Ministère de l’Agriculture et du
Développement Rural et de la Pêche, Ministère du commerce et Ministère de la Santé).

56
Les défaillances constatées dans le fonctionnement du circuit de distribution du médicament
vétérinaire occasionnent beaucoup de préjudices à la filière de la santé animale :
- La désharmonisation inhérente à la fluctuation des prix de vente du médicament (concurrence
déloyale par exemple) ;
- L’absence de traçabilité du médicament vétérinaire (Inexistence de vignette) ;
- Les contrefaçons ou imperfections (malfaçons) du médicament vétérinaire :
- Diagnostic (Kits), immunisation (rupture de la chaine du froid des vaccins) et traitements préventifs
et curatifs (péremption) compromis :
- La prescription et l’automédication incontrôlées ainsi que les délais d’attente non respectés ;
- L’inexactitudes des déclarations de chiffres d’affaires échappant à tous contrôles ;
Il est extrêmement urgent que les autorités compétentes de régulation du marché du médicament
vétérinaire en Algérie se penchent sur cette situation alarmante en reprenant ce dossier en étroite
collaboration avec les parties prenantes de ce marché.

Section 02 : ----------------------------------------------------------

57
Section 03 : ----------------------------------------------------------

58
Section 04 : ----------------------------------------------------------

59
Conclusion au cinquième chapitre

60
CONCLUSION GENERALE

Conscient de l'importance socio-économique de l'élevage et du rôle central des médicaments


vétérinaires dans la lutte contre les maladies animales et l'amélioration de la production animale, il est
vraiment urgent que les vétérinaires travaillent dur pour assainir le secteur pharmaceutique.

Certaines enquêtes pilotées par des sondages limités, entreprises par d’autres études, montrent que
la filière du médicament vétérinaire en Algérie, présente encore d’énormes lacunes sur les plans
réglementaire et organisationnel.

Notre étude n’a pu être conduite auprès des distributeurs en raison de leur méfiance et surtout de la
hantise de « divulguer » leur chiffre d’affaires auprès des contrôleurs fiscaux. Ainsi, il nous a été
impossible de collecter des informations fiables et statistiquement significatives sur le marché des
médicaments vétérinaires dans la région de notre étude, malgré notre insistance et l’intervention de
figures connues de la profession vétérinaire (d’anciens vétérinaires reconnus).

L’Algérie dépend en grande partie de l’extérieur pour son approvisionnement en médicaments


vétérinaires. Malgré les quelques rares cas de fabricants locaux, le nombre de laboratoire fournisseurs à
tendance à s’accroitre chaque année. Cependant, la distribution des médicaments vétérinaires empreinte
deux circuits (comme dans les autres pays de l’Afrique : un circuit officiel et un circuit parallèle ou
illicite. Le circuit officiel est administré par des vétérinaires qui sont des clients privés engagés dans la
revente de médicaments, les grossistes-répartiteurs ou de détaillants distributeurs, mais en réalité, il y a
confusion entre ces deux activités.

En fait, les grossistes- répartiteurs distribuent également des médicaments vétérinaires en détail à
l’instar des détaillants-distributeurs. Le circuit parallèle est composé de différents acteurs.

Il s’agit d’auxiliaires d’élevage, d’ingénieurs d’élevage, d’agents techniques d’élevage, d’éleveurs,


de commerçants, de vendeurs ambulants.

Bien que l’objectif de ce travail ne soit pas de faire une étude statistique du marché des
médicaments vétérinaires en Algérie, il permet cependant de confirmer qu’il existe des médicaments
vétérinaires conformes (originaux et génériques) ou non-conformes (contrefait sou mal faits) dans le pays,
ceci dans les deux circuits de distribution.

Ces résultats témoignent de l’insuffisance des mesures prises jusque-là pour assurer la qualité des
médicaments vétérinaires (exemple, vaccins vendus à même le sol dans les souks), malgré l’existence
d’une procédure d’enregistrement de médicaments vétérinaires. Outre la responsabilité de l’Etat, la
problématique de la qualité des médicaments vétérinaires (absence de laboratoire d’analyse du
médicament), interpelle aussi tous les autres acteurs de la filière dans les mesures où les médicaments
vétérinaires ne doivent plus être estimé du point de vue « patients », mais aussi de celui des
consommateurs, en conséquence en termes de santé publique animale.

61
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. ABIOLA F. A., 2004. Contrôle des médicaments vétérinaires en Afrique. (443-446) In : Rapports
annuels des Laboratoires de référence et des Centres Collaborateurs de l’OIE. - Paris : OIE. -563 p
2. BALF. (2000). Le marketing prend le pas sur la recherche dans l’industrie pharmaceutique.
Le Monde, 10 octobre : 22-23.
3. BOISSEAUJ., (2005). Audit sur les laboratoires de contrôle de la qualité des médicaments
vétérinaires dans les pays membre de l’UEMOA. 6 Mai au 10 Juin. Ouagadougou : UEMOA. -102p.
4. CEVA Santé animale.,2001. Le marché mondial du médicament vétérinaire (145). In :
Séminaire sur l’utilisation des trypanocides en Afrique ; Dakar 6-9 février.
– Dakar. –EISMV. -170p.
5. DARE I., 2007. Harmonisation de l’enregistrement et du contrôle des médicaments vétérinaires en
Afrique (130-141) In : 17ème conférence de la commission régionale de l'OIE pour l'Afrique. Asmara,
Erythrée 26 février - 1 mars2007.-174p.
6. D'ALTEROCHE F. (2003). Définition et devenir du médicament dans l'organisme. Réussir Lait
Elevage, 165, dossier spécial médicaments vétérinaires,9-10
7. FAO., 2001. Bases de données statistiques de la FAO. -Rome. -257p.
8. FEUGERE-NEU M. (1999). Le médicament vétérinaire et ses ayants droit : aspect économique,
aspect législatif, formation et information des pharmaciens officinaux. Thèse d'exercice. Pharmacie.
Université Claude Bernard. Lyon
9. GEORGET L. (1995). Procédures d'enregistrement dans le monde des médicaments vétérinaires. -
125p. Thèse Pharmacie : Nancy ;331
10. GOODMAN & GILMAN’S. (2003). The pharmacological basis of therapeutics. McGraw- Hill,
10eEdition,
11. HARBOUN C., (2004), Le marketing pharmaceutique, Ed. ESKA. Adapté de Kotler et Dubois
Marketing Management Pub Union, 7e Ed., 1992. R&D : Recherche et développement
12. HELFERJ.P., ORSONIJ., (2000). Management–stratégie et organisation, Vuibert, Paris, Doctorat en
prospective, stratégie et organisation
13. HENRY-GUILLAUMON V. (2008). Évaluation de l'impact pour l'environnement de l'administration
des médicaments vétérinaires : mise en application des nouvelles procédures réglementaires européennes.
Thèse d'exercice. Pharmacie. Université de Montpellier1-
14. ISO 8402-94. Qualité – introduction (En ligne).
Lien : http://www.commentcamarche.net/qualité/qualite-introduction.php,page consultée le14/02/2020.
15. JEANNEYM. (2011). Résidus de médicaments dans l’eau. La dépêche vétérinaire du 26 février au 4
mars, n°1113, page24
16. KOONTZ H. et O'DONNELL C (1964). The principle of management an analysis of managerial
functions-
17. KRUSE G. O.W., (1991). Enregistrement du produit de santé animale. In : Séminaire de formation
d’emploi des médicaments vétérinaires et des produits phytosanitaires en Afrique. - Dakar ,25 au 30 mars.
-EISMV. -n.p.
18. LAVAL A. (2003). Injections, voie orale, voie locale ...Des voies d'administration non
interchangeables. Réussir Lait Elevage, 165, dossier spécial médicaments vétérinaires,
19. LEHIRA., (2000). Bonnes pratiques de fabrication des médicaments. -7ème édit. Paris : Masson. - 381 p
20. LENDREVIE LEVY LINDON – (2003). Mercator- Editions-DALLOZ-
21. LEYGONIEL. (2001) Le marché du médicament vétérinaire. Actualités pharmaceutiques, 396,51-
22. LOBRY M., (1988). Distribution du médicament vétérinaire dans les pays en voie de développement.
Bulletin Académique Vétérinaire de France, 61 (1) :185-190.

62
23. MONETTA T. (1990). Législation et réglementation du médicament vétérinaire à l'approche de
1993. Thèse d'exercice. Pharmacie Université Joseph Fournier Grenoble
24. OIE., (2000). Code zoo sanitaire international de l’OIE. - 12e Ed. Paris -OIE.525p.
25. OIE (Organisation mondiale de la santé animale) sur les médicaments vétérinaire 25- 27 mars 2008 à
Dakar (Afrique).
26. OMS., (2000). Médicaments contrefaits : guide pour l’élaboration de mesures visant à éliminer les
médicaments contrefaits. - Genève : OMS. -52p.
27. PAILLARD J., (1997). Médicaments : le fléau du faux se porte bien. Panorama du Médecin, 4451
:12
28. PUYT -D. (2003). Dans notre alimentation, des résidus de médicaments très surveillés. Réussir Lait
Elevage, 165, dossier spécial médicaments vétérinaires,13-14
29. RANG HP, DALE MM, RITTER JM. (2000). Pharma. Churchill Livingstone, 5eEd,
30. SCHMIDT S., 1999. Contrefaçons et malfaçons de médicaments en Afrique Thèse : Pharmacie :
Université Henry Point-Carré – Nancy I.
31. TOUTAIN., P-L, (2007). Le médicament vétérinaire et le médicament humain : similitudes,
différences et enjeux de santé publique.
Lien : (http://physiologie.envt.fr/spip/IMG/ppt/final_med_veto_site_2007-2.ppt; page consultée le 21 mai 2020.
32. TOUTAIN J. L (2008). Le médicament vétérinaire et le médicament humain : similitudes,
différences et enjeux de santé publique (École Nationale Vétérinaire, Toulouse. France.
33. VANDAËL E., 2000. Stratégie de “ guérilla’’ et leadership : Virbac se projette jusqu’en 2005. In : La
Semaine Vétérinaire (973) du 22 avril : 11-16.
34. WOOD MACKENZIE., 2006. Animal Health: A Global Industry; Provides a summary of the Top 10
animal health companies’ performances in 2006. Lien : https://woodmacd.ecnext.com; page consultée le
12 févier 2020.
REFERENCES SUR SITE INTERNET (Consultées)
▪ http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/17771-delegue-medical-definition
▪ http://sAgriculture – MADR (madrp.gov.dz)
▪ http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/visiteur-euse-medical-e
▪ http://www.studyrama.com/formations/fiches-metiers/sante/delegue pharmaceutique-7732
▪ http://www.swissmedic.ch
▪ http://www.free-management-ebooks.com/faqps/delegation01htm#sthash.Px9U5H95.dpuf
▪ http://www.fao.org/docrep/u2200f/u2200f06.htm
(Archives du document de la FAO (Food and Agriculture Organization) of the United Nations -
Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l’agriculture.)
▪ http://www.pfizer.fr/r-d.aspx
▪ http://ec.europa.eu/food/animal/diseases/strategy/docs/animal_health_strategy_fr.
▪ http://lemedicamentveterinaire.simv.org/autorisation-de-mise-sur-le-march%C3%A9-amm
▪ http://www.softcomputing.com/referentiel-crm/segmentation.h
▪ http://www.jeanpierrelauzier.com/bulletin_vente_capital_sympathie_client
▪ http://www.qualipole.fr/les-articles-specialises/les-reclamations-clients-et-leur-traitement.htm

63
ANNEXES

ENQUETE SUR LA DISTRIBUTION DU MEDICAMENT VETERINAIRE EN ALGERIE


1/ Classes thérapeutiques

CLASSES VOLUME (C.A) PART DE MARCHE


ATB
- Injectables
- Poudres solubles
ATP
- Internes
- Externes
- Endectocides
- Babésiicides
- Theilériciides
ATI
DESINFECTANTS
CMV
- CMV complet
- Vitamines
- Minéraux
AUTRES
- Cardiotoniques
-
VACCINS
- Aviaires
- Grands animaux
- Pets
DIANOSTIC (Kits)

2/ Répartition par filière animale


FILIERE VOLUME (C.A) PART DE MARCHE
Grands animaux
- Bovins
- Ovins-Caprins
- Chevaux
Aviaires
- Poulet
- Dinde
Pets
- Chiens
- Chats
Apiculture
Autres

64
3/ Origine du produit

LABORATOIRE ATB ATP ATI VACCINS CMV DESINFECTANTS AUTRES


Zoétis
Ceva
Mérial
Intervet-SP

4/ Circuit de distribution (préciser le circuit utilisé)

Importateur

Grossistes
Distributeur

Vétérinaire

Eleveur

5/ Autres informations

65
Le staff de la société VETO AHRAME PHARMA CONSULT
La société VETO AHRAME PHARMA CONSULT
Pourquoi Sommes-nous parmi les leaders du Marché en Algérie ?
Depuis 10 ans, VAPC a toujours emprunté les chemins les plus novateurs
et ambitieux pour répondre aux défis, nous avons développé avec force
nos activités en Algérie en s’appuyant sur une structure solide, dynamique
et entreprenante, tout en maîtrisant l’ensemble des étapes de son
processus industriel et commercial
Mohamed El Hadi EMBAREK (Directeur Général)
A propos de VAPC
C’est après plusieurs années d’expérience tant sur le terrain entant que
praticiens, que dans le domaine du marketing et la gestion commerciale
que les fondateurs de VETO AHRAME PHARMA CONSULT ont décidé de
mettre sur pied cette société.
Notre priorité c’est d’être à l’écoute des praticiens afin de répondre au
mieux à la demande du marché et de proposer des solutions rapides et
efficaces qui permettent aux vétérinaires d’accomplir au mieux leur travail
et aux éleveurs de sauvegarder leur cheptel et d’atteindre les meilleures
performances. Notre gamme qui ne cesse de s’enrichir comporte
médicaments, additifs alimentaires et du matériel (vétérinaire et d’élevage).
Nous nous sommes fixés pour mission la contribution au développement
de la médecine vétérinaire et de l’élevage en veillant à mettre sur le marché
des produits d’excellente qualité et de choisir des partenaires à même de
répondre à nos préoccupations pour mener à bien cette mission.
VAPC une société à l’écoute du monde vétérinaire et de l’élevage.

La vision de VAPC
Sis à Annaba à Mont Plaisant (Ex saint Cloud) notre société a toujours eu
comme mission d’apporter de nouveaux produits pour le marché Algérien.
Notre société offre plusieurs services et prestations, la vente de matériel,
les produits à usages vétérinaires et la distribution de ces derniers sur tout
le territoire Algérien.
Fondée en 2005, notre société Algérienne qui développe une vision et une
stratégie à long terme. Notre Société propose une large gamme de
médicaments vétérinaires et matériels pour l’ensemble des acteurs de la
filière de l’élevage pour vous garantir des produits performants et adaptés
aux besoins des vétérinaires, propriétaires, éleveurs et à l’animal.
Notre mission est de protéger la santé et le bien être en contribuant à la
distribution de nos produits à travers tous le territoire national.

Echographie vétérinaire
Médicaments vétérinaires

Amoxicilina 500 CALCIOMIC Curamic

DIOTIOTIC DORAMIC + AD3E DOXICHEM 500 DOXYCYCLINE

Ectosules 15% FRONTEIRA IVERMIC C

IVERMIC Plus 10 IVERMIC PREMIUM 3,15 % LINCOSOL 40%


NITROMIC IVER OXIMIC PLUS POLISTAR

PURTYL SHOOTER Toltra-K


Nutritions

Acid Punch APSA B COMPLEX APSA POLI –HEPAVIT

APSA POLI-VIT COMPLEX SE APSA REHYDRASAL APSA VIGORPOL

DELTA AD3E + DELTA AD3E 25-20-10 DELTA AD3E 50-25-20

DELTA C DELTA E DELTA HYDRAT


DELTA LIVER DELTA SELEN MULTIVITAMINE P

POLI-VIT AD3EKC POLIVITAMINOACIDOS


Produits Naturels

APSA PLUSLAIT BRONCHIMAX FUSION MBX

FUSION OS HERBAMAS OREGO-STIM

TONIFARM CI TONIFARM COQUILLE TONIFARM POSTPARTUM


Médicaments (18) Nutritions (17) Produits Naturels (9) Echographie vétérinaire (5)

Vabriela est un laboratoire, consacré à l’élaboration et à la commercialisation


des produits vétérinaires, travaille sous des normes USP et BP production et
contrôle, dans le but d’offrir des produits sûrs, confiables et de la plus haute
qualité, basés et approuvés dans les meilleurs standards internationaux.
nous tendons à une amélioration continue et le développement de nouveaux
produits, afin de couvrir les nécessités sanitaires, au tant pour les animaux
de production que pour ceux de compagnie. Nous commercialisons nos
produits par le biais de vendeurs exclusifs qui visitent les professionnels,
vétérinaires et distributeurs, en offrant une attention personnalisée et en
apportant des solutions à leurs demande
Laboratoires Microsules est une compagnie uruguayenne, qui est présente ,
dans le marché local et international pendant vingt années, fabriquant,
synthétisant, commercialisant et distribuant des médicament pour l’usage
vétérinaire, récemment, les marchandises agricoles. La compagnie a
développé un profil d’exportation réussi, élargissant de manière permanente
ses marchés. De nos jours nous exportons vers plus de 20 pays en Amérique
Centrale, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, qui nous fait le plus
grand exportateur uruguayen des produits vétérinaires. Notre usine couvre
plus de 5.000 mètres carrés. Elle est située dans le département de
Canelones, sur le kilomètre. 28 de l’itinéraire 101, seulement cinq minutes
de l’aéroport international de Carrasco dans un secteur de 35 hectares où il
y a le complexe industriel, le siège administratif et un centre expérimental
pour la recherche et le développement.
Kilco a été fondé en 1953 par Gerald McGladery (le père du directeur général
courant, Gerry McGladery) et est un business de famille basé dans
Lockerbie, Ecosse avec encore une autre unité de fabrication à Belfast,
Irlande du Nord. Kilco sont l’une des quelques compagnies qui peuvent offrir
un si grand choix synergique des produits à leurs distributeurs ici au R-U et
internationalement. Ils sont également fiers de remplir les conditions
d’hygiène à certaines des plus grandes fermes intégrées dans le monde tel
que la laiterie de Safi d’Al dans le royaume de l’Arabie Saoudite avec plus de
30.000 cheptels laitiers sur l’emplacement n’importe quand. L’engagement
de Kilco à cette industrie s’assure que le bien-être des animaux et des avians
est couvert dans ce climat de forte demande par des consommateurs pour
une nourriture plus sûre et avec humanité élevée.
les produits de Meriden sont lancés sur le marché sous-continent dans
l’ensemble de l’Europe, le Moyen-Orient, Asie, Asie du Sud-Est, et
d’Amérique du Nord et du Sud. Les ventes et la distribution dans ces
marchés sont contrôlées par l’intermédiaire des distributeurs exclusifs, des
filiales de Meriden ou de Meriden groupe. Meriden identifie que, d’une façon
générale, en dépit de la similitude des problèmes considérés par les éleveurs
de bétail intensifs, . Meriden a structuré ses opérations à la poursuite de
fournir des solutions aux problèmes partout où ils se produisent.
L’emplacement principal de production de son GMP autorisé et son système
entier est installé pour adhérer au principe de la qualité totale. Cependant,
Meriden identifie que la production des produits finis de qualité devient
seulement possible si la qualité des matières premières basses est
excellente. Meriden commande la production de certaines de ses matières
premières basses principales par le contrat élevant l’hybride spécifique de
l’origan pour Orego-Stim® et contractant la capacité de fermentation, qui
permet à Meriden d’imposer le contrôle strict de qualité. Meriden fixe les
normes minimales, auxquelles même l’ingrédient le plus simple, y compris
les excipients, doit adhérer avant qu’elles ne puissent être dégagées par le
contrôle de qualité pour l’usage dans la production. Meriden s’assure que
ses produits sont fabriqués à partir des ingrédients les plus fins. Ceci, ainsi
que le contrôle de qualité soigneux des produits finis, est prévu pour faire les
marques de Meriden et d’Orego-Stim® synonymes de qualité dans le monde
entier.
Herbavita est une entreprise familiale, établie en 1994 et situé à Kluisbergen,
dans le nord-ouest de la Belgique. Nos produits consistent en des
compléments alimentaires à base d´herbes, d´acides organiques, de
vitamines et de minéraux pour l´élevage professionnel.
Des animaux sains avec un rendement optimal, obtenu avec des produits
naturels, est l´objectif qu’Herbavita ambitionne. C´est pourquoi la
composition de nos produits est très importante. Dès lors une bonne qualité
est un must. Tous nos produits sont élaborés dans des conditions
professionnelles conformes aux standards locaux et internationaux et sous
contrôle permanent de la qualité.
Andrés Pintaluba, SA (APSA) a été fondée dans la ville de Reus (Espagne)
, en 1978 , par D. Andrés Pintaluba Esporrín . Il a incorporé l’ identité d’ une
entreprise familiale qui reste inchangé aujourd’hui, est maintenant la société
mère du groupe de douze entreprises ayant une présence nationale et
internationale qui font partie du Pintaluba Groupe .
Les débuts de l’entreprise coïncident avec l’émergence d’une industrie de la
volaille en plein essor dans Reus. La société a concentré ses débuts dans le
marché des additifs, fabrique et commercialise des additifs et des
prémélanges médicamenteux pour l’ alimentation, la nutrition et la santé
animale, la croissance organique et développer à la fois dans ce secteur et
de nouveaux domaines connexes actuellement.
Actuellement, l’ activité et la présence internationale de Andrés Pintaluba,
SA (APSA) dans plus de 70 pays , ce qui en fait l’ un des fournisseurs de
produits pour le plus important des aliments pour animaux de l’industrie en
Europe, avec l’ activité mondiale .L’ équipe de toutes nos entreprises, le
service commercial et de la qualité de nos produits sont les pierres angulaires
de notre activité et la croissance des entreprises ainsi que notre engagement
à répondre aux besoins de nos clients pour développer des entreprises
durables.

Basé à Lanrodec dans les Côtes d’Armor, Alphatech s’inscrit dans une
démarche de conception et de conseils dans le secteur des suppléments
nutritionnels animal
Before the detailed products presentation, may we introduce our company.
All our activity is on the same site (manufacturing and administration).
We are situated in Brittany (west of France) a region particularly specialized
in farming.
Alphatech is a young and independent company managed by a manufacture
team which has more than 14 years of experience in animal feed additives
field.
We are also a small company, what is for us our strength to ensure our
customers the best « reactivity » as possible and quick answers to
specificities of their markets.
Laboratorios Karizoo, s. a. est une entreprise familiale fondée en 1983,
dédiée à la fabrication et la distribution des médicaments et des additifs
nutritionnels à usage vétérinaire. Le siège de la société est situé à Caldes de
Montbui, dans la zone industrielle de Barcelone. son objectif est d’améliorer
la santé et le bien-être des animaux de la ferme, ainsi que la santé et la
qualité de vie des animaux de compagnie. L’esprit et la philosophie de la
société sont d’apporter aux clients des produits de haute qualité, de sécurité,
d’efficacité et à des coûts raisonnables.

Ovejero Laboratorios SA, est un fabricant des produits vétérinaires intégrés


dans le Groupe Ovejero.
Ayant 60 ans d’expérience, Le groupe Ovejero comprend diverses sociétés
liées au secteur de santé et de la biotechnologie située dans plusieurs pays
d’Europe,d’Amérique et d’asie.
Laboratorios Ovejero SA est consacré à la fabrication et à la distribution de
produits de santé animale, avec une large gamme de médicaments, produits
biologiques et produits d’hygiène et de nutrition, pour plusieurs espèces
animales domestiques.
Annexes
18 Rabie El Aouel 1430
6 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 16 15 mars 2009

Décret exécutif n 09-102 du 13 Rabie El Aouel 1430 Art. 3. — L'importateur de médicaments à usage
correspondant au 10 mars 2009 fixant les mesures vétérinaire est tenu de s'approvisionner auprès des
applicables lors d’importation et d’exportation laboratoires fabricants agréés dans leur pays d'origine par
des médicaments à usage vétérinaire. les autorités sanitaires compétentes.

———— Art. 4. — Tout médicament à usage vétérinaire importé,


doit au préalable être commercialisé dans le pays d'origine.
Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l'agriculture et du Toutefois, les médicaments à usage vétérinaire destinés
développement rural, à la prévention et au traitement de maladies qui n'existent
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3 et 125 pas dans le pays d'origine, peuvent faire l'objet
(alinéa 2) ; d'importation après accord du ministre chargé de l'autorité
vétérinaire nationale.
Vu la loi n 85-05 du 16 février 1985, modifiée et
complétée, relative à la protection et à la promotion de la Art. 5. — Les médicaments à usage vétérinaire importés
santé ; ou exportés sont soumis à un contrôle de conformité par les
Vu la loi n 88-08 du 26 janvier 1988 relative aux services de l'autorité vétérinaire.
activités de médecine vétérinaire et la protection de la santé
Art. 6. — Les médicaments à usage vétérinaire importés
animale ;
doivent être accompagnés du bulletin d'analyses
Vu la loi n 91-05 du 16 janvier 1991, modifiée et correspondant à chaque lot justifiant que le produit est
complétée, portant généralisation de l'utilisation de la conforme aux exigences de l'autorisation de mise sur le
langue arabe, notamment son article 21 ; marché algérien, instituée par la loi n 88-08 du 26 janvier
1988, susvisée.
Vu l’ordonnance n 03-04 du 19 Joumada El Oula 1424
correspondant au 19 juillet 2003 relative aux règles Art. 7. — Les mentions de l’étiquetage des médicaments
générales applicables aux opérations d'importation et à usage vétérinaire importés doivent être obligatoirement
d'exportation de marchandises, notamment son article 3 ; rédigées en langue arabe et dans une autre langue, en
Vu la loi n 04-04 du 5 Joumada El Oula 1425 application de la loi n 91-05 du 16 janvier 1991, susvisée.
correspondant au 23 juin 2004 relative à la normalisation ;
Art. 8. — Le présent décret sera publié au Journal
Vu le décret présidentiel n 08-365 du 17 Dhou El officiel de la République algérienne démocratique et
Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 portant populaire.
nomination du Premier ministre ;
Fait à Alger, le 13 Rabie El Aouel 1430 correspondant
Vu le décret présidentiel n 08-366 du 17 Dhou El au 10 mars 2009.
Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 portant Ahmed OUYAHIA.
nomination des membres du Gouvernement ; ————★————
Vu le décret exécutif n 90-12 du 1er janvier 1990,
modifié et complété, fixant les attributions du ministre de
l'agriculture ;
Vu le décret exécutif n 90-240 du 4 août 1990 fixant les
conditions de fabrication, de mise en vente et de contrôle
des médicaments vétérinaires ;
Après approbation du Président de la République ;

Décrète :

Article 1er. — En application des dispositions de l'article


3 de l'ordonnance n 03-04 du 19 Joumada
El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 et
conformément aux dispositions de la loi n 88-08 du 26
janvier 1988, susvisées, le présent décret a pour objet de
fixer les mesures applicables lors d'importation et
d'exportation de médicaments à usage vétérinaire.

Art. 2. — L'importation de médicaments à usage


vétérinaire est exercée par des importateurs agréés par le
ministre chargé de l'autorité vétérinaire selon des modalités
fixées par arrêté du ministre chargé de l'autorité vétérinaire.
Loi n° 88-08 du 26 janvier 1988 relative aux activités de médecine
vétérinaire et à la protection de la santé animale, p. 90.
(JORA : N°004du 27-01-1988)
DISPOSITIONS GENERALES (Résumé)

Article 1 - La présente loi a pour objet la concrétisation de la politique nationale en matière de médecine
et de pharmacie vétérinaire, de préservation et d'amélioration de la santé animale.
Article 9 - Dans les matières prévues à l'article 7 ci-dessus, l'autorité vétérinaire nationale, dépositaire
du mandat sanitaire, dans l'intérêt de la protection de la santé humaine et animale est habilitée notamment
à:
1. Procéder à l'examen clinique de tout animal et à l'examen organoleptique ou à tout autre examen
technique de tout produit,
2. Effectuer ou faire effectuer les analyses diagnostiques, les prélèvements d'échantillons, les
vaccinations et les traitements préventifs ou curatifs sur les animaux, le traitement des produits et la
désinfection, des locaux, des équipements, des installations et des moyens de transport.
Article 33 - Aucun médicament vétérinaire ne peut être mis sur le marché s'il n'a reçu, au préalable, une
autorisation délivrée par le ministère chargé de l'agriculture conformément aux dispositions de l'article
177 de la loi n° 85-05 du 16 février 1985 et des textes pris pour son application. L'autorisation de mise
sur le marché peut être assortie de conditions adéquates, notamment lorsqu'elle porte sur des produits
susceptibles de faire apparaître des résidus dans les denrées alimentaires provenant des animaux traités.
Article 42 - La délivrance au détail, à titre gratuit ou onéreux, des médicaments vétérinaires visés à
l'article 41ci-dessus, sauf lorsqu'il s'agit de médicaments contenant des substances toxiques ou
vénéneuses à doses tolérées, est subordonnée à la rédaction, par un médecin vétérinaire d'une
ordonnance qui doit être obligatoirement remise à l'utilisateur.
Article 43 - La publicité portant sur des médicaments vétérinaires non autorisés à la mise sur le marché
est interdite. Elle est aussi interdite pour les médicaments vétérinaires qui doivent être prescrits sur
ordonnance en application de l'article 42 ci-dessus. La publicité ne doit jamais faire apparaître
la consultation vétérinaire comme superflue, ni être assortie de promesses ou d'avantages de quelque
nature que ce soit, ni utiliser des attestations ou des expertises. Les conditions et modalités de la publicité
en faveur des médicaments vétérinaires sont précisées par voie règlementaire.
Article 45 - L'importation et la distribution en gros des produits pharmaceutiques vétérinaires relèvent
de l'Etat.
Article 46 - Tout établissement dans lequel sont préparés, vendus en gros ou distribués en gros les
médicaments, vétérinaires, doit faire l'objet d'une autorisation administrative dont les conditions et
modalités sont fixées par voie réglementaire. Cette autorisation peut être suspendue ou supprimée en
cas d'infraction aux dispositions du présent chapitre ou des règlements pris, pour son application.
Article 47 - Les établissements de préparation, de vente en gros ou de distribution de médicaments
vétérinaires, doivent s'assurer le concours scientifique et technique d'un médecin vétérinaire ou d'un
pharmacien. Dans tous les cas, ces médecins et ces pharmaciens sont personnellement responsables de
l'application des dispositions législatives et réglementaires concernant les médicaments vétérinaires sans
préjudice, le cas échéant, de la responsabilité solidaire de l'établissement. Les médecins vétérinaires et
les pharmaciens doivent faire obligatoirement partie des organes dirigeants des établissements auxquels
lis sont rattachés. Les conditions d'exercice des prérogatives des médecins vétérinaires et des
pharmaciens mentionnés au présent article sont précisées par voie réglementaire.
Article 48 - La distribution au détail des médicaments vétérinaires est assurée conformément aux
dispositions de l'article 188 de la loi n° 85-05 du 16 février 1985 relative à la protection et à la promotion
de la santé. Les modalités d'application de 3ème alinéa de l'article 188 susvisée sont définies par voie
réglementaire.
Article 49 - Seuls les médecins vétérinaires, dans l'exercice de leur profession, peuvent vendre les
médicaments vétérinaires à domicile, dans les foires et les manifestations publiques. Lorsqu'un médecin
vétérinaire prescrit des médicaments autorisés et préparés pour l'usage humain, le pharmacien qui délivre
ces produits doit signaler sur l'emballage que ces produits deviennent des produits vétérinaires et rendre
inutilisables les vignettes qui sont apposées sur ces médicaments.
Article 50 - Les groupements de producteurs, les groupements professionnels agricoles, les associations
de défense sanitaire agréées, dont l'action concourt à l'organisation de la production animale et qui
justifient d'un encadrement technique et sanitaire suffisant peuvent acheter en gros, détenir et délivrer à
leurs membres, pour l'exercice exclusif de leur activité, les médicaments vétérinaires à l'exclusion de
ceux faisant l'objet des obligations particulières de l'article 41 ci-dessus. Toutefois, les groupements et
associations visés à l'alinéa précédent peuvent également acheter en gros et détenir ceux des
médicaments énoncés à l'article 41 ci-dessus qui sont nécessaires la mise en œuvre de programmes
sanitaires d'élevage, approuvée par l'autorité vétérinaire nationale et dont l'exécution est placée sous la
surveillance et la responsabilité effectives d'un médecin vétérinaire visitant personnellement et
régulièrement l'élevage.
Article 51 - L'acquisition, la détention et la délivrance des médicaments détenus par les groupements et
associations visés à l'article 50 ci-dessus doivent être faites sous le contrôle d'un médecin vétérinaire.
Dans tous les cas, le médecin-vétérinaire est personnellement responsable de l'application des
dispositions législatives et réglementaires concernant les médicaments vétérinaires sans préjudice de la
responsabilité solidaire du groupement ou de l'association.
Article 52 - Sans préjudice des dispositions de l'article 42 ci-dessus. Il est interdit de délivrer sans
présentation d'une ordonnance, les médicaments vétérinaires qui comprennent dans leur composition,
des substances mentionnées aux points c, e, f et g de l'article 41 de la présente loi lorsque la décision
d'autorisation de mise sur le marché spécifie cette interdiction. Les mentions que doit comporter
obligatoirement l'ordonnance sont fixées par voie réglementaire.
Article 53 - Lors de la délivrance des médicaments vétérinaires prescrits conformément aux dispositions
de l'article 52 ci-dessus, le pharmacien ou le médecin vétérinaire mentionne cette délivrance sur un
registre, coté et paraphé par le président de l'assemblée populaire communale (A.P.C.) et tenu sans blanc,
sans rature, ni surcharge. Ce registre est conservé pendant dix (10) ans, Les mentions qui doivent figurer
sur le registre sont fixées par voie réglementaire. Le médecin vétérinaire est dispensé de la transcription
de ses propres ordonnances si elles sont rédigées sur des feuilles provenant de carnets à souches
numérotées comportant des duplicatas qu'il conserve dans les mêmes conditions que le registre
mentionné au premier alinéa. Les mêmes dispositions sont applicables aux prescriptions des
médicaments vétérinaires relevant des tableaux relatifs aux substances vénéneuses telles que prévues
par l'article 190 de la loi n° 85-05 du 16 février 1985 susvisée.
Article 54 - Les médicaments vétérinaires doivent être mis en vente conformément à des conditions
d'emballage, d'étiquetage et de dénomination qui sont fixées par voie réglementaire.
Article 55 - Le contrôle de l'application des dispositions du présent titre est assuré concurremment par
les inspecteurs vétérinaires, les pharmaciens inspecteurs et les agents du service de la répression des
fraudes et du contrôle de la qualité dans l'exercice de leurs fonctions.
Article 56 - Indépendamment des officiers de police judiciaire et des agents de police judiciaire désignés
aux articles 15 et suivants du code de procédure pénale, les pharmaciens inspecteurs, les inspecteurs
vétérinaires et les agents du service de la répression des fraudes et du contrôle de la qualité dûment
commissionnés et assermentés, ont qualité pour rechercher et constater les infractions aux dispositions
du présent titre et des articles 429 et suivants du code pénale en ce qui concerne les médicaments
vétérinaires ainsi que les textes pris pour leur application.
Article 57 - Les infractions aux dispositions des articles 26, 33,38, 39, 41 à 44, 47, 49, 52 à 54 de la
présente loi sont punies d'une amende allant de 500 à 4000 DA et d'une peine d'emprisonnement de dix
(10) jours à trois (3) mois ou de l'une de ces deux peines. En cas de récidive, ces peines peuvent être
doublées.
Article 93 - La présente loi sera publiée au journal officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
Fait à Alger, de 26 janvier 1988.
Chadli BENJEDID.
QUESTIONNAIRE À L'ATTENTION DES VÉTÉRINAIRES PRATICIENS PRIVÉS

Dans le cadre de la réalisation d'un mémoire de fin d’études pour l’obtention diplôme
d’ingéniorat en Management Commercial, nous vous prions de bien vouloir répondre à
ce questionnaire :
Date :………………………
Q1. Dr Vétérinaire (facultatif) :……………………………..Commune………………………………

Q2. Depuis quand exercez-vous le métier de vétérinaire à titre privé ?


……………………………………

Q3. Ordonnancez et postillonnez les espèces dans vos affaires quotidiennes et les diviser par nombre
(du plus rapproché au moins fréquenté par ordre décroissant)
□ a. Bovins □ b. Ovins □ c. Caprins □ d. Volailles □ e. Canine/Féline □ f. Camelins

□ g. Autres…………………………………………………………………………………………………
Q4. Citez vos principaux distributeurs de produits vétérinaires (facultatif) ou les wilayas de leurs
sièges sociaux (si plusieurs classez les par numéros) ?
……………………………………………………………………………………………………………...…
…………………………………………………………………………………………………………...……
…………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………..…………
…………………………………………………………………………………………………………….....................

Q5. Quelle est la méthode d’approvisionnement en produits pharmaceutiques vétérinaires que vous
préférez (si plusieurs classez les) ?

□ a. Déplacements programmés hebdomadaires ou par 15 jours


□ b. Tournées programmées mensuelles
□ c. Par commandes immédiates selon les besoins
□ d. Autre………………………………………………………………………………………………
Q6. Quelles sont vos remarques concernant le déficit en certains produits vétérinaires ?
□ a. Toujours □ b. Parfois □ c. Jamais
Q7. Si c’est oui, veuillez citer les produits vétérinaires que vous jugez déficitaires (s’il y a eu plusieurs
classifiez les) ?
……………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………….…
……………………………………………………………………………………………………………
… Q8. Nommez les marques commerciales (fabricants) des médicaments que vous distinguez (si
plusieurs classifient les) ?................................. …………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………
.………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Q9. Quelles sont les prétextes de votre faveur pour cette/ces entreprises (si plusieurs classez les) ?
□ a. Bas prix
□ b. Bonne qualité (efficacité)
□ c. Bon rapport qualité/prix
□ d. Disponibilité en permanence sur le marché
□ e. Absence d’effets secondaires
□ f.-Autre……………………………………………………………………
Q10. Lors du choix des médicaments vétérinaires à user (si plusieurs classifiez les) ?
□ À laissez-vous le choix des produits aux éleveurs en fonction de leurs budgets
□ b. Certains éleveurs expriment toujours confiance à votre choix
□ c. Certains éleveurs différencient les produits qu’ils ont déjà t usés et testés
□ d Est-ce que vous vous imposez votre choix pour garantir un maximum d’efficacité
□ e. Autre…………………………………………………………
Q11. En cas d’échec thérapeutique (si plusieurs classez les) ?

□ a. Vous refaites le traitement en usant à l’identique le médicament mais en élevant la dose


□ b. Vous refaites le traitement en modifiant la prescription de médicaments
□ c. Vous restituez l’éleveur sans refaire le traitement
□ d. Autre…………………………………………………………………………………….
Q12. Est-ce que vous recherchez-vous éventuellement les motifs des échecs thérapeutiques ?
□ a. Toujours □ b. Parfois □ c. Jamais
Q13. Selon votre avis, quelles sont les causes possibles des éventuels échecs thérapeutiques (si plusieurs
classez les) ?

□ a. Médicaments mal-choisis par défaut de diagnostic


□ b. Les Dosages insuffisants par mauvaise évaluation du poids de l’animal
□ c. Non-respect du protocole thérapeutique (rappels médicamenteux)
□ d. Autre…………………………………………………………….
Q14. Est-ce que vous Trouvez des difficultés à persuader les éleveurs pour éviter l’usage excessif des
antibiotiques ?

□ a. Toujours □ b. Parfois □ c. Jamais

Q15. Nommez les médicaments que vous jugez être utilisés abusivement par les éleveurs (sil en y
a plusieurs classez les) ? ……………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………

*MERCI POUR VOTRE COLLABORATION*


Les stagiaires
AYADI Med Houssem & BOUKAHCHE Abdelmadjid Aimen

Vous aimerez peut-être aussi