Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre III : LA FONCTION APPROVISIONNEMENT

I / GENERALITE

1- DEFINITION
La fonction approvisionnement ou la fonction achat est assurée par la fonction
commerciale à travers les activités d’achat et gestion de stocks.
L’approvisionnement nécessite :
- les connaissances commerciales,
- les méthodes, les techniques du commerce
- un état d’esprit marketing parce que les achats sont destinés à la satisfaction des
clients.
Nous pouvons donc définir l’approvisionnement comme  l’ensemble des opérations
permettant de mettre à la disposition d’un utilisateur un bien ou un service, non
disponible dans l’entreprise, correspondant à un besoin, en quantité, en qualité, dans
un temps déterminé, à un coût minimum.
2- IMPORTANCE DE LA FONCTION APPROVISIONNEMENT

L’importance de la fonction approvisionnement conduit parfois les responsables


d’entreprise à la placer à égalité avec les autres fonctions. L’importance de la fonction
approvisionnement s’apprécie au regard de ses activités :
- mise à la disposition de l’entreprise des produits dont les qualités correspondent
aux attentes des clients : éviter les détériorations physiques et l’obsolescence ;
- mise à la disposition de l’entreprise des produits en temps voulu, dans l’espace
convenu et à un prix satisfaisant ;
- amélioration de la rentabilité de l’entreprise par la réduction des coûts liées à
l’approvisionnement : des stocks trop importants par rapport aux besoins sont
une charge de trésorerie et génèrent des frais financiers et des coûts de
stockage ;
- connaissance et maîtrise du marché amont : connaissances des tendances
futures, apparition de nouveaux produits, augmentation des prix…
- participation au pilotage et la régulation de l’entreprise : élaboration de
budgets…
éviter la spéculation systématique sur les prix des matières premières 

II/ LA GESTION DES STOCKS


Dans le processus de l’élaboration budgétaire, à la suite de l’élaboration du
budget de Production (Ent. Ind.) ou de vente (Ent. Com.), l’entreprise se doit de
s’approvisionner en stock de matières premières nécessaire ou de marchandise.
Pour cela elle devra établir un programme d’approvisionnement (budget
d’approvisionnement).

1
Ce programme doit tenir compte d’une gestion rationnelle des stocks afin
d’assurer l’ajustement entre les achats (ou la production) et les ventes (ou la
consommation interne) au moindre coût visant à:
- Réduire les quantités stockées (éviter leur gonflement excessif) pour
diminuer les coûts de stockage
- Disposer en permanence d’un stock pour éviter la rupture

A- LES METHODES DE GESTION DES STOCK


1- les méthodes de gestion des articles de faibles consommations
 le mode de gestion applicable aux déchets, aux articles déclassés et au stock
de récupération est l’élimination ou la suppression le plus tôt possible de ces
articles en stock.
 Le mode de gestion applicable au stock de guerre et au stock stratégique
dépend de la politique suivie par l’entreprise et les moyens dont elle dispose.
 La gestion du stock de pièce de rechange fait intervenir la probabilité du
besoin de la pièce, une estimation du coût de l’arrêt de la machine pendant le
délai de réapprovisionnement de la pièce, la comparaison du coût de
possession de la pièce et du coût du risque de panne. Si le prix de la pièce de
rechange est faible, il ne faut pas hésiter à avoir un ou plusieurs exemplaires
en stock parce que le prix d’achat majoré des frais de possession est très
faible par rapport au coût de l’arrêt de la machine.
2- les méthodes de gestion des articles de consommations courantes
Les méthodes de classification des stocks : méthode 20/80 et méthode ABC
Le but de ces méthodes est de déterminer les stocks qui nécessitent un suivi
précis (modèle de gestion des stocks) de la part des services
d’approvisionnement.
Ces méthodes découlent du principe que tous les produits en stocks n’ont pas
besoin d’être gérés d’une façon aussi rigoureuse, dans la mesure où un grand
nombre d’article représentent une faible proportion des consommations. Cela
conduit à classer en groupes les produits qui feront l’objet d’un suivi identique
de stock.
La classification est une étude statistique portant sur les enregistrements
comptables de plusieurs années.
a) Méthode 20/80
On vérifie alors que statistiquement que un petit nombre d’articles, environ
20%, représente une part importante, environ 80%, de la valeur totale des
consommations.
Ces articles seront suivis de façons approfondies afin de limiter le coût de
gestion de ces stocks ; les autres subiront une gestion plus souple par exemple
on négligera le coût de stockage et on s’approvisionnera de façon à éviter toute
rupture de stock.

2
b) Méthode ABC
la classification s’établit comme suit :
Articles % de consommation en % de consommation en
nombre valeur
Groupe A 5 à 10% 60 à 70%
Groupe B 25 à 30% 25 à 30%
Groupe C + de 60% - de 10%

Groupe A articles d’importance capitale ou dit des approvisionnements standards.


Groupe B articles de moyenne importance ou dit des approvisionnements courant.
Groupe C articles de faible importance ou dit des approvisionnements
exceptionnels.
Le groupe A va subir un contrôle très précis alors que le groupe B sera géré de façon
plus souple et qu’il suffira d’éviter la rupture de stock pour les articles de groupe C.
Une fois repéré, les articles qui doivent faire l’objet d’un suivi rigoureux, il faut
déterminer le volume optimal de leur stock : c’est le but des modèles de gestion des
stocks.

B- LES MODELES DE GESTION DES STOCKS

L’objectif de ces méthodes est la réduction des coûts liés au processus d’achat-
stockage : Coût de gestion des stocks et Coût des articles.
Il existe de nombreuses méthodes de gestion des stocks qui répondent à la
multiplicité des situations rencontrées en entreprise. Les méthodes classiques,
connues sous le nom de Modèle de Wilson, s’appuient sur une logique de réduction
des coûts de gestion tandis que les nouvelles méthodes recherchent directement la
réduction des coûts d’achat et indirectement des coûts de gestion.

BI/- TERMINOLOGIE
1- Les coûts de gestion de stock

a- Les coûts de passation d’une commande (Cp)


Ce sont des coûts liés à la commande ; ce sont les salaires des acheteurs, les frais
d’étude de marché et des dossiers fournisseurs, de rédaction des commandes, de
surveillance et de relance, de compte des livraisons d’articles et documents, frais de
fonctionnement des services, frais de déplacement, frais de traitement comptables et
informatiques. L’ensemble de ces charges forme le coût d’obtention des commandes,
ces coûts sont fonctions du nombre de commandes. Il est exprimé, en général, en
francs (valeur monétaire).

b- Coût de possession du stock  (Cs)


Ce sont les coûts liés à la possession du stock, on peut citer les charges financières et
les frais de magasinage.
Les charges financières concernent les intérêts pratiqués sur les ressources ayant servi
au financement du stock ; il peut s’agir de coût d’opportunité représentant les gains

3
dont l’entreprise se prive en affectant des ressources de financement à l’achat de
stock au lieu de les placer sur les marchés financiers (manque à gagner).
Les frais de magasinage (le coût de fonctionnement  des magasins) : on peut citer
entre autre les  frais : de gardiennage, le loyer, les assurances, les amortissements, les
pertes, les destructions, les vols, de manutention et de transport en magasins, de
traitement en magasin.
Il s’exprime généralement en pourcentage.
Exemple : Une coopérative agricole détient un stock moyen de pommes de terre
évalué à 20000 F. Le coût du capital est de 9%. Les statistiques réalisées ont montré
que les frais de vols représentent 0,2%, et que 1,5% des pommes de terre s’abîment et
sont invendables.
Réponse : Le taux de possession du stock est : 9% + 0,2% + 1,5% = 10,7%
L e coût de possession est de 20000*10,7% = 2140 F

c- Le coût de pénurie

Ce sont les frais engendrés par un épuisement des stocks : manque à gagner suite au
chômage, pertes de clients, pénalités de retard et de livraisons, frais de remplacement
d’un produit. Ces frais forment le coût de pénurie ou de rupture ; ils sont fonction du
nombre de ruptures ou pannes et du temps.

2- Définitions

a- Délai d’approvisionnement et stock critique


Le délai d’approvisionnement est le temps qui sépare l’établissement d’une
commande et la livraison effective. En fonction du délai d’approvisionnement,
chaque commande doit être établie à un certain niveau du stock critique ou stock
d’alerte. Le stock critique est donc le niveau du stock à partir duquel la commande
est déclenchée.
On définit également le stock critique minimal qui permet de faire face à la
consommation pendant le délai d’approvisionnement :
De façon générale :
Stock critique minimal = délai d’approvisionnement * rythme de consommation en jours

b- Le stock de sécurité

Malgré la prévision du stock critique minimal, si la consommation s’accélère après la


date de commande ou si un retard de livraison allonge le délai d’approvisionnement
d’une entreprise, elle peut toujours risquer la rupture de stock. Pour éviter cela, on
définit le stock de sécurité ou stock outil qui constitue une garantie pour l’entreprise.
Ce stock reste de façon permanente dans l’entreprise.
De manière générale Stock critique = Stock critique minimal + Stock de
sécurité

c- le rythme des consommations

4
Le rythme des consommations qui entraîne des sorties de stock est donné suivant le
type d’entreprise par :
 Le budget des ventes dans l’entreprise commerciale
 Le budget de production dans les entreprises industrielle
Cela va conduire à la détermination de :
 La Quantité économique (Q) :
Elle correspond à la quantité à commander, à déterminer pour assurer une cadence
d’approvisionnement optimale, en vue d’amoindrir au maximum nos coûts de gestion
des stocks.

 La cadence d’approvisionnement (N) :


On entend par cadence d’approvisionnement le nombre annuel de commande et sa
répartition dans l’année. La meilleure cadence doit être déterminée, en vue toujours
d’amoindrir au maximum nos coûts de gestion des stocks.

BII/ - LE MODELE DE WILSON « pur »

1- Objectif
L’objectif principal est de minimiser le coût de gestion du stock qui comprend le coût de passation et le coût de
possession. (Coût de pénurie = 0)
Cela suppose les hypothèses suivantes:
- Prix d’achat constant ou unicité du prix
- Parfaites prévisions de la demande et docilité du fournisseur, constance de la demande et ventes ou
consommations régulières
- Connaissance et respect des délais de livraison

2- Les Formules engendrées par le modèle de Wilson

MODELE DE GESTION DES STOCKS SANS PENURIE

θ
T : période de réapprovisionnement n
Q : quantité à commander à chaque réapprovisionnement

n : nombre de commandes


CL : Coût de passation d’une commande
Cs : Coût de possession par unité de produit et de temps. Il est exprimé soit en pourcentage,
soit en unité monétaire. Selon le cas, l’expression du coût global de possession des stocks
diffère. Cs θ = p x t
D : demande ou consommation de la période de gestion
θ : durée de la période de gestion, généralement l’année. Elle peut aussi être une fraction de
l’année .
YL : Coût global de passation des commandes
Ys : Coût global de possession des stocks
Y : Coût global de gestion des stocks est égal à la somme des deux coûts précédents

Les formules

Y = Coût global de passation des commandes + Coût global de possession des commandes
Y = Yl + Ys 

5
Y = Cl *n + Cs * * θ

Y = Cl * + Cs * *θ ou Y = Cl * + Pt * *


Avec t : taux de possession des stocks

Θ  période de gestion est soit égal à :1 si (Cs) ou (t)est annuel, 12 si (Cs) ou(t) est mensuel , 2
(Cs) ou(t) est semestriel, 4 si (Cs) ou (t) est trimestriel .

2 CL D
Quantité optimale Q = *
ou Q =
*
Ptθ√
Nombre optimal de commandes n* = ou n* = ou n* =
2 CL θ
Période de réapprovisionnement T = *
ou T =

θ
*
ou *

T = PtD

Fonction économique Y* = Cl * + Cs * * ou Y* =


MODELE DE GESTION DES STOCKS AVEC PENURIE

Toute rupture de stocks entraîne nécessairement un coup supplémentaire appelé coût de


rupture ou coût de défaillance ou coût de pénurie. Il est généralement exprimé en francs
par unité de temps et de produit. En cas de rupture, la période de réapprovisionnement se
décompose en deux périodes. L’une couverte par le stock initial et l’autre correspond à la
période de manque.
S : Stock initial ou stocks nécessaire pour satisfaire la période T 1
(Q-S) : Niveau de stocks qui fait défaut au cours de la période T2
Qp : Stock nécessaire pour couvrir les périodes T1 et T2

Pour connaitre le coût global de gestion de stock sur , il suffit de connaître celui de

la période Tp puis multiplier par le nombre de commandes n =


-Le coût global de la période Tp (YTp) est composé des trois coûts suivants :

Coût de possession du stock sur T1 : (Cs T1) avec T1 =


θ
Coût de rupture sur T2 : ( ).T2 avec T2 =
Coût de passation d’une commande sur Tp : (CL)
Nous avons :

YTp = Cs .T1 + ( ).T2 + CL


-Coût global de pénurie sur la période est égale au coût global de la période Tp
multiplier par le nombre de commandes tel que :

Yp =* Cs .T1 + ( ).T2 + CL * n
En remplaçant T1, T2 et n par leur expression respective, on obtient Yp en fonction de Qp et S
tel que :

θ θ θ
Yp (Qp, S) = (Cs +Cp) + - S +
A l’optimum, les dérivées partielles par rapport à Qp et S sont nulles. De la résolution du
système d’équations obtenues, nous avons les données suivantes :

S= = avec tp le taux de pénurie

6
La quantité optimale à commander = * ou =

Le nombre optimal de commandes = ou = ou = n*

2C L θ
La durée de réapprovisionnement = ou = √ C s D t p ou =T

1
¿
√ tp

Le stock en début de période = ou = ou =

.Q*

Le coût global de gestion des stocks sur la période

ou = Y *

Modèle de gestion avec tarifs dégressifs

Les hypothèses de Wilson demeurent valables et nous admettons que les fournisseurs
accordent des réductions selon les quantités achetées. Il est question de minimiser le coût
global d’acquisition qui est égal à la somme du prix d’achat et du coût global de gestion des
stocks.

C = coût d’achat de la demande + Coût global de gestion des stocks sans pénurie

C = P*D +

Pour la résolution du modèle de gestion avec tarifs dégressifs les étapes suivantes sont à
respecter :---Exprimer pour chaque tarif,
-Le coût global d’acquisition,
-Déterminer la quantité qui minimise le coût global d’acquisition de chaque tarif,
-Retenir pour chaque tarif la quantité optimale compatible,
-Calculer le coût global d’acquisition pour chaque quantité retenue,
-Retenir la quantité qui donne le coût d’acquisition le plus faible.

Vous aimerez peut-être aussi