Vous êtes sur la page 1sur 8

Membres de groupe :

Le Calcule des charges de la comptabilité


analytique
INTRODUCTION
La comptabilité analytique est une discipline particulière qui prend ses
sourcesdans la comptabilité générale. Elle permet de procéder au calcul de
différentscoûts (coûts complets, coûts partiels) et constitue, à ce titre, un
véritable outil de gestion et de pilotage de l’entreprise
qu’est-ce que la comptabilité analytique ?
La comptabilité analytique est un mode de traitement des données financières
ayant pour objectif d’expliquer les résultats financiers : la comptabilité
générale donne une vue globale des comptes de l’entreprises ; la comptabilité
analytique présente, quant à elle, une vision détaillée de chaque activité.
Cette technique permet d’identifier les coûts des différentes fonctions
assumées par l’entreprise : production, commercialisation, service après-vente,
etc. Elle est propre à chaque entreprise et constitue un système de mesure
neutre et objectif.
La comptabilité analytiquepermet également dedéterminer les bases
d’évaluation de certains éléments du bilan comptable (elle peut servir, par
exemple, à évaluer les stocks).
Enfin, elle sert de base pour bâtir des prévisions, prévoir des budgets, constater
leur réalisation et expliquer les écarts qui en résultent. Elle constitue donc un
véritable outil de contrôle budgétaire.Aucun texte ne rend obligatoire la tenue
d’une comptabilitéanalytique mais celle-ci demeure largement conseillée : elle
constitue une référence, « la » bonne pratique en matière de détermination
des coûts.
De plus, en son absence, l’entreprise doit utiliser des méthodes de calculs
particulières pour l’évaluation des stocks et il est impossible de porter à l’actif
certains coûts qui sont immobilisables (notamment les coûts de
développement et les logiciels créés par l’entreprise).
En pratique, lacomptabilitéanalytiques’appuie surla comptabilité financière
générale. Dans la plupart des logiciels de gestion comptable, il est possible de
définir des axes analytiques. Ainsi, toutes les charges et tous les produits
comptabilisés dans des comptes de gestion (classe 6 et 7) doivent être ventilés
sur les axes analytiques définis au préalable.

Principales méthodes de calculs de charges de


lacomptabilité analytique :

LES CHARGES DE LA COMTABILITE ANALYTIQUE =LES CHARGES DE


LACOMPTABILITE GENERAL+LES CHARGES SUPLETIVES –LES CHARGESNON
INCORPORABLES+/- LES CHARGES CALCULEES
Définition des charges supplétives :
Ces charges-là peuvent être définies comme étant des charges que l'entreprise
incorpore et intègre dans le coût de production mais suite à des raisons fiscales
et juridiques, ne figurent pas dans la comptabilité générale, mais plutôt on les
trouve au niveau de la comptabilité analytique d'exploitation où on les prenne
en considération dans ses calculs.
Ces charges comprennent essentiellement :
- La rémunération du travail du dirigeant : l'exploitant n'est pas rémunéré avec
un salaire, de ce fait et pour le calcul des coûts, la contrepartie de l'exploitant
qui contribue à l'exploitation dans ladite entreprise constitue une charge à
incorporer.
- La rémunération du capital à un certain taux d'intérêt dans la société : pour
quelques entreprises, il vaut mieux intégrer la rémunération des capitaux
propres dans le calcul du coût de revient avec un taux d'intérêt annuel.
- Les charges d'usage : c'est généralement les amortissements, c'est à dire les
charges qui qui se substituent pour le calcul des coûts aux charges de la
comptabilité générale. A titre d'exemple on trouve l'amortissement de durée
inférieure à celle fiscalement tolérée.
Définition des charges non incorporable :
On appelle les charges non incorporables celles qui ne sont pas prises dans le
calcul de la comptabilité analytique d'exploitation par ailleurs elles sont
reprises dans la comptabilité générale au niveau de la classe 6.
Parmi ces charges là on trouve :
- La fraction des dotations aux amortissements qui excédent les dotations
fiscales.
- L'impôt sur le résultat.
- Les charges courantes se rapportant aux exercices antérieurs.
- Les dotations aux amortissements des immobilisations en non valeurs c'est à
dire l'actif fictif.
- Les charges qui représentent les charges récupérables sur les tiers, l'exemple
de la taxe avancée sur les comptes des autres.
- Les charges qui représentent la couverture d'un risque représentés
généralement par les provisions pour litige ou pour dépréciation.
Définition des charges calculées  :
Ce sont des charges dont le montant calculé est différent de la comptabilité
générale ils sont de trois types : les charges d'usage, les charges étalées,
les charges abonnées.
Les charges d'usage
La méthode de calcul des amortissements dans la comptabilité générale (règles
fiscales) est différente de celle de la comptabilité analytique (règles techniques
et économiques).
On distingue : valeur d'usage (c'est le prix du marché au lieu de la valeur
d'origine) et la durée d'usage (c'est la durée probable d'utilisation au lieu de la
valeur d'origine).
Les charges étalées
Comme les charges d'usage il y a une différence dans calcul des provisions
entre la comptabilité analytique et la comptabilité générale. Dans la
comptabilité générale on prend en considération des critères juridiques dans le
calcul des provisions. Par contre dans la comptabilité analytique on prend en
considération les risques et la dépréciation réelle.
Les charges abonnées
Les charges abonnées sont des charges calculées sur la base d'une période plus
précise/courte et/ou différente de la période constatée dans la comptabilité
générale.
Pour une facture de consommation d'eau d'une période de 3 mois d'un
montant de 12000 € ; dans la comptabilité générale on va comptabiliser la
facture avec son montant total à la date de facturation. Par contre dans la
comptabilité analytique et pour la détermination des charges du premier mois
nous n'allons considérer qu'un montant de 3000 € (12000/3).

Exercice d’application :
Le compte de produits et charges, au 31/12/2016, de l’entreprise SICOF
(Capital 100 000 DH) est le suivant :

(CHARGES D’EXPLOITATION) Produits d’exploitation


Achats revendus de marchandises - Ventes de marchandises -
Achats consommés de matières et 1 545 000 Ventes de biens et services 2 270 000
fournitures produits
Autres charges externes 130 000 Variation de stocks de produits +10 000
Impôts et taxes 100 000 Immob. Produites par -
l'entreprise pour elle même
Charges de personnel 220 000
Autres charges d'exploitation 40 000 Autres produits d’exploitation -
Dotations d'exploitation (1) 154 000 Reprises d’exploitation, 1 000
transferts de charges
(CHARGES FINANCIERES) (PRODUITS FINANCIERES)

Charges d’intérêts 10 000 Pts. Des titres de part. et des -


autres titres immob.
Pertes de change - Gain de change -
Autres charges financières 2 000 Intérêts et autres produits 84 000
financiers
Dotations financières (2) 4 000 Reprises financières ; transferts -
de charges
(CHARGES NON COURANTES) (PRODUITS NON COURANTS)

V.N.A des immobilisations cédées 30 000 Produits des cessions des 46 500
immobilisations
Autres charges non courantes 5 000 Reprises Sur subventions -
d’investissement
Dotations non courantes 9 000 Autres produits non courants -
Reprises non courantes ; 2 500
transferts de charges
Impôts sur les résultats 66 000
RESULTAT NET (BENEFICE) 99 000
TOTAL 2 414 000 TOTAL 2 414 000

(1) Dont : Dotations aux amortissements des frais préliminaires


5 000DH
Dotations aux provisions pour dépréciation des créances
1 000DH
(1) Dotations aux provisions pour dépréciation.

Autre informations :
 La rémunération théorique de l’exploitant est estimée à 6000DH par
mois.
 La rémunération conventionnelle des capitaux propres est de 12% l’an.

TRAVAIL A FAIRE :
Sachant que l’entreprise calcule ses couts et couts de revient à la fin de chaque
année, calculer les charges de la comptabilité analytique d’exploitation.

SOLUTIONS :
Autres charges externes 130 000
Impôts et taxes 100 000
Charges de personnel 220 000
Autres charges d'exploitation 40 000
Dotations d'exploitation 154 000
Pertes de change 10 000
Autres charges financières 2 000
Dotations financières 4 000
V.N.A des immobilisations cédées 30 000
Autres charges non courantes 5 000
Dotations non courantes 9 000
Impôts sur les résultats 66 000
Charges de la comptabilité générale 869 000

Dotations d’exploitation aux amort. Des frais 5 000


préliminaires 1 000
Dotations d’exploitation aux provisions pour 4 000
dépréciation 30 000
Dotations financières aux provisions pour dépréciation 5 000
V.N.A des immobilisations cédées 9 000
Autres charges non courantes 66 000
Dotations non courantes
Impôts sur les résultats
Charges non incorporables 120 000

Charges de la comptabilité générale 869000


Charges non incorporables - 120 000
Charges incorporables = 794 000
Charges supplétives + 84 000
Rémunération de l’exploitant :
(6000*12= 72000)
Rémunération des capitaux propres :
(100 000*12%= 12000)
Charges de la comptabilité analytiques = 833 000

Conclusion

Au bout de compte on peut constater que la comptabilité analytique


demeure indispensable pour toute entreprise malgré son caractére facultatif,
comme on a vu elle est un outil permettant de prévoir , planifier et optimiser
les charges ainsi maitriser les couts de l’approvisionnement jusqu’à la
distribution et service après vente ; l’entreprise a le choix d’appliquer cette
technique à une periode donnée en revanche la comptabilité général est
appliquée obligatoirement à la fin d’année ,Donc si une entreprise fait son
comptabilité analytique tous les charges càd les charges de comptabilité
général , les charges non incorporables ,les charges supplitives et les charges
calculés doivent soumises dans leur calcul au période de cette
derniéremalgrés qu’ils sont calculés à une autre période tel qu’on déjà vu dans
l’exercice qu’on a préparé de l’entreprise « SICOF»qui adopte une comptabilité
analytique annuelle , et lors de calcul des charges supplitives on a constaté que
la rémunération de l’exploitant est mensuel donc il était impérativement de
la convertir en année , en outre elle facilite à l’entreprise l’évaluation de son
stock d’achat et de production en detectant la valeur du sortie de
matiérepremiére ou de produit fini à travers des méthodes diverses comme
FIFO LIFO CMUP après chaque entrée et CMUP à la fin de période mais la
question que doit se poser laquelle de ces méthodes les plus pertients ?