Vous êtes sur la page 1sur 2

 

 
 
 
 
 
 
 
 
            Le  08  12  2020  
 
 
 
 
      C  O  M  M  U  N  I  Q  U  E        D  E    P  R  E  S  S  E  
 
    L’annonce  du  retrait  de  Koréa  Zinc  de  son  partenariat  avec  Sofinor  et  du  dossier  
de  reprise  de  l’usine  du  Sud,  était  prévisible.  C’est  la  conséquence  des  manipulations  orchestrées  
par   Mme   BAKES   après   le   09   septembre   2020   et   lors   de   la   visio   conférence   tenue   avec   VALE  
MONDE/Beurrier/Trafigura,   à   l’issue   de   la   table   ronde   achevée   le   04   décembre   20   à   3h30   du  
matin.   C’est   aussi   le   résultat   des   pressions   exercées   directement   par   le   ministre   français  
Sébastien  Lecornut  resté  sans  résultat  puis  de  nouveau  par  le  ministère  des  affaires  étrangères  
français  auprès  semble  t-­‐il  de  son  homologue  Coréen.    
 
Il   y   a   lieu   aujourd’hui   de   considérer   que   le   positionnement   de   l’État   d’Emmanuel   MACRON   est  
rentré   dans   le   contexte   de   la   campagne   des   prochaines   élections   présidentielles,   ce   qui   le  
conduit   à   soutenir   coûte   que   coûte,     les   positions   de   la   droite   colonialiste   conduite   par   Mme  
BAKES.  
 
    Sur   le   devenir   de   l’usine   du   Sud,   nous   voulons   une   usine   rentable   et   qui   amène   la  
prospérité  pour  le  pays  et  les  générations  futures.  Une  usine  qui  produit  de  l’oxyde  de  Nickel  et  
du   sulfate   de   Cobalt   comme   J.   LAFLEUR-­‐alors   président   de   la   Province   sud-­‐   l’a   promise   en   2001.  
Nous  ne  voulons  pas  d’une  usine  au  RABAIS  avec  à  la  tête  des  spéculateurs  véreux  car  dans  un  
an,  cette  usine  sera  encore  déficitaire  et  nous  refusons  l’exportation  du  minerai  de  Goro  au  profit  
d’intérêts  étrangers.  
 
    Après   le   retrait   du   seul   projet   industriel   proposé   par   Sofinor/Koréa   Zinc,   nous  
demandons   à   VALE   MONDE   d’assumer   la   pleine   responsabilité   de   sa   décision   de   quitter   la  
Nouvelle-­‐Calédonie.   Cette   responsabilité   se   pose   au   niveau   environnemental,   notamment   au  
niveau   du   passif   du   bassin   KO2   qui   ne   doit   plus   être   exposé   plus   longtemps,   à   une   possible  
rupture  du  barrage,  dont  les  conséquences  se  traduiraient  par  le  déversement    des  45  millions  
de  tonnes  de  déchets  toxiques  dans  le  lagon  ?  Les  pouvoirs  publics  et  l’État  doivent  rapidement  
appréhender  la  question  de  la  mise  en  sommeil  de  l’usine  et  exiger  de  VALE  MONDE,  le  respect  de  
ses  engagements  vis-­‐à-­‐vis  de  notre  PAYS.  
 
    Par   ailleurs,   des   affrontements   ont   eu   lieu   lors   des   interventions   musclées   des  
forces  de  l’ordre,  dimanche  6  et  lundi  7  décembre  sur  le  site  de  l’usine  du  Sud,  dans  la  ville  de  
Nouméa   et   les   communes   du   grand   Nouméa.   L’ICAN   et   le   collectif   regrettent   les   conséquences  
sur  les  personnes  et  les  biens,  des  confrontations  qui  se  sont  traduit  par  des  exactions  diverses  
et  variées.    
 
  L’ICAN  et  le  collectif  demandent  que  chaque  mobilisation  se  fasse  dans  un  cadre  organisé  
avec  un    service  d’ordre  approprié  en  faisant  en  sorte  de  ne  pas  répondre  à  toutes  provocations  
d’où  qu’elles  viennent.  
 
  Hier  lundi  7  décembre,  près  de  cinquante  personnes  ont  été  interpellés  par  les  forces  de  
l’ordre.   Pour   exprimer   notre   solidarité   collective,   l’ICAN   et   le   Collectif   appelle   à   un     SEETING    
organisé  ce  matin,  face  au  Commissariat  de  Police.    
     
 
Pour  l’Instance  Coutumière  de  Négociation  
Le  président  du  CCDK         Le  secrétaire  général  du  comité  Rhéébù  Nùù  
 
John-­‐Rock  TINDAO         Raphaël  MAPOU  
 
LES  MEMBRES  DU  COLLECTIF  USINE  DU  SUD=USINE  PAYS  
 
Le collège Coutumier : le sénat coutumier, les 8 Conseils coutumiers et l’ICAN
Le collège politique : le FLNKS : l’UC, le PALIKA, l’UPM, RDO
La DUS, le MNSK et le MOI
Le collège associatif : l’association Biosphère, Rhéébù Nùù, la fédération PAYS des
entrepreneurs, et CNDPA-KNC ;
Le collège Syndical : USTKE et CNTP
 
 
 
         
                 
 

Vous aimerez peut-être aussi