Vous êtes sur la page 1sur 9

FRANCISOLA,

2 (1) (juin 2017): p.70-78


LA SATIRE SOCIALE DANS SORCELLERIE À BOUT


PORTANT D’ACHILLE NGOYE

Dame KANE

Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal

dame_4@hotmail.com

Article reçu le 6 avril 2017| révisé depuis le 25 avril 2017| accepté le 23 juin 2017

RÉSUMÉ. Aux lendemains de la tragique guerre civile congolaise de 1998 à 2002 se


terminant par la chute du dictateur Mobutu Sésé Séko, le Mal, tel une pieuvre à multiple
tentacules, continuera à persister à la République démocratique du Congo, ce grand pays
d’Afrique centrale au sous-sol si riche en minerais de toutes sortes. Cette situation
paradoxale poussera certains esprits révoltés comme Achille Ngoye dans Sorcellerie à
bout portant à s’attaquer aux problèmes qui ont fini de mettre à genoux son pays. C’est
donc une manière, pour lui, de lutter contre les effets désastreux du silence et de la
résignation mais aussi de défendre son peuple meurtri par tant de violence. Cet article
s’intéresse, ainsi, aux diverses manifestations du Mal dans ce roman négro-africain
contemporain.

Mots-clés : analyse, criminalité, négro-africain, roman contemporain, satire sociale, sorcellerie.

ABSTRACT. In the aftermath of the tragic Congolese civil war of 1998-2002, which
ended with the fall of the dictator Mobutu Sese Seko, Evil, like an octopus with multiple
tentacles, will continue to persist in the Democratic Republic of Congo, in the basement
so rich in minerals of all kinds. This paradoxical situation will push some rebellious
spirits like Achille Ngoye into Witchcraft at close range to tackle the problems that have
ended up kneeling his country. It is thus a way for him to fight against the disastrous
effects of silence and resignation but also to defend his people bruised by so much
violence. This article is interested in the various manifestations of Evil in this
contemporary Negro-African novel.

Keywords: analysis, criminality, negro-african, contemporary novel, social satire, witchcraft.

INTRODUCTION Certains auteurs abordent les


Les faits sociaux occupent une place pratiques sociales de manière sélective et
centrale dans plusieurs romans négro- exaltante du fait surtout qu’ils sont animés
africains. En Afrique comme partout ailleurs par un désir profond de ne montrer que le
les sociétés ne sont pas seulement marquées meilleur visage de leurs terres d’origines.
par des réalités positives. Dans toutes les Dans leurs écrits ils montrent une certaine
communautés à côté des « roses » on voit harmonie sociale, la douceur de la vie, la
toujours dans une certaine mesure des solidarité africaine, le merveilleux, la culture,
« épines » debout comme des montagnes. une Afrique qui sourit qui chante ou qui

Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA


e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
70 doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528
KANE, La satire sociale dans Sorcellerie à Bout Portant d’Achille Ngoye

danse. Cependant d’autres semblent plutôt d’autres formes d’écriture, la cassure des
s’intéresser aux maux qui gangrènent leurs frontières entre texte romanesque et genres
sociétés : dégradation des mœurs, alcoolisme, tiers permettant une subversion de
impunité, corruption, guerre… C’est le cas de l’impérialisme générique qui chercherait à
beaucoup d’écrivains qui vont s’imposer cloisonner le roman. Ainsi pour
depuis les Indépendances jusqu’à nos jours. Bakhtine (1978) :
Sony Labou-Tansi, Henri Lopes, Ahmadou Le roman permet d’introduire dans son
Kourouma, William Sassine et tant d’autres entité toutes espèces de genres tant
romanciers de l’Afrique subsaharienne vont littéraires (nouvelles, poésie, théâtre, …)
qu’extralittéraires (études de mœurs,
produire des textes dans lesquels la satire
textes rhétoriques, scientifiques,
sociale y est omniprésente. Dans Sorcellerie à
religieux etc.…). En principe, n’importe
bout portant, Ngoye (1998) dresse un tableau quel genre peut s’introduire dans la
sans complaisance de la société congolaise structure d’un roman, et il n’est guère
d’où il est issu. facile de découvrir un seul genre qui
Malgré la pluralité des recherches sur n’ait pas été, un jour ou l’autre,
la thématique du mal dans la littérature incorporé par un auteur ou un autre.
négro-africaine francophone, il faut noter que (p.11)
cette œuvre de Ngoye qui doit surtout sa Ce qui montre la grande liberté que
particularité par le fait qu’elle est un polar, peuvent prendre les écrivains à l’égard du
demeure encore peu analysée. Barbero genre romanesque. Ngoye ne s’en est pas
(2011), Temkeng (2007), entre-autres, ont privé. Il a su s’en servir pour nous présenter
essayé, à travers des méthodes et approches un texte que Bessière (1988), pourrait
tantôt similaires tantôt divergentes, qualifier de « fiction hybride » du fait de sa
d’appréhender certains fléaux qui minent nos grande richesse en faits sociaux.
sociétés. Ces problèmes foisonnent dans Dans cet ouvrage, la corruption reste
Sorcellerie à bout portant. Ce qui n’est pas sans un mal qui engendre de graves
soulever une multitude d’interrogations : dysfonctionnements dans les institutions
Comment apparaissent les maux socio- juridiques. Quant au poids du surnaturel
politiques qui empêchent aux négro-africains dans l’univers du récit, il contribue
du Congo de s’épanouir convenablement ? largement à entretenir la sorcellerie qui
Pourquoi les personnages éprouvent tant de devient une pratique généralisée dans
difficultés pour bouleverser cette situation l’œuvre de Ngoye. Notre réflexion sera aussi
chaotique dans la laquelle ils sont confinés ? axée sur les problématiques de la
Quels procédés d’écriture mettent-ils à nu de dégradation des mœurs et de l’usage des
manière feutrée les dysfonctionnements de la stupéfiants, véritables refuges pour s’évader
société congolaise ? Existe-t-il des faits assez des écueils qui rendent insupportables
poignants qui témoignent du réalisme de l’existence de certains personnages.
cette œuvre par le dévoilement de sa
conformité aux réalités qui prévalent en RDC
notamment dans le contexte socio-historique MÉTHODE
du récit ? Le discours satirique de Ngoye étale
Les thématiques de la vie socio- les affres et les ridicules de ses
politique dans les romans légitiment tout contemporains tant de manière ironique
l’enjeu au tour d’elles. Les problèmes socio- qu’explicite en étant à la fois mordant et
politiques qui marquent plusieurs espaces de amusant ou excessif et mesuré. Ce contraste
l’Afrique subsaharienne et qui jaillissent dans est à l’image du paradoxe qui caractérise le
plusieurs romans, expliquent l’intérêt Congo un espace au sous-sol très riche alors
accordé aux questions satiriques. Ce qui que sa population vit une misère
accorde une grande importance à l’approche indescriptible. La sociocritique, approche
sociale du texte littéraire dans cette réflexion. analytique de cette étude, est incontournable
L’un des aspects les plus saillants dans dans l’explication des faits sociaux autant
Sorcellerie à bout portant c’est l’interpellation que la narratologie l’est pour les techniques

Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA


e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528

71
FRANCISOLA, 2 (1) (juin 2017): p.70-78

narratives. C’est la méthode la mieux concrets bien référés ainsi que des
indiquée pour aboutir aux résultats commentaires détaillés à valeur de
escomptés. Elle nous permettra de « surfer » discussion pour mieux les cerner.
dans le cosmos social diffus dans l’œuvre. Ce
qui est rendu possible par la dimension
hybride du texte englobant en son sein des RÉSULTATS ET DISCUSSION
aspects littéraires et extra-littéraires La Sorcellerie
notamment divers contenus sociaux. C’est ce
L’émergence de l’Afrique dans la
que Duchet (1971) résume par une poétique
société de consommation a donné lieu à
de la socialité inséparable d’une lecture
des comportements aussi avilissants les
idéologique dans sa spécificité textuelle.
uns que les autres. Parmi ceux-ci, la
Elle s’intéresse aux interactions entre
sorcellerie, pratique très ancienne, et la
texte et contexte. Le premier étant un fruit du
corruption qui à côté de l’impunité
second qu’il supporte et véhicule grâce à la
occupent une place de premier rang.
magie du récit. Les œuvres littéraires ont
Chez Ngoye la sorcellerie occupe
souvent été modelées par les époques qui les
une grande place. En effet, les
ont vues naitre. L‘Antiquité avait sa
personnages de premier plan sont
rayonnante tragédie accordant une place
impliqués dans le fétichisme. Ils s’y
privilégiée à la mythologie grecque ; le
intéressent soit pour se protéger soit pour
Moyen âge est témoin de la création du
nuire à autrui soit pour accéder à des
roman de chevalerie exposant les quêtes
avantages, par exemple pour bénéficier
héroïques et les duels d’honneur dans une
d’une promotion dans leur carrière. Cette
France rustique plus moralisante que
pratique mystique qui réunit à la fois des
morale ; les années 1930 furent marquées par
éléments du christianisme et de
la poésie de la Négritude s’opposant à la
l’animisme, était très fréquente dans les
volonté de « néantisation » du Noir victime
sociétés négro-africaines encore sous
de la colonisation. Aussi le Congo sous
influence de la tradition. Elle est rangée
l’emprise de la dictature a aussi sa littérature
dans la catégorie de la sorcellerie qui est
avec des auteurs comme Sony Labou Tansi
plutôt une démarche individuelle qu’une
ou Achile Ngoye.
action collective menée par un groupe.
Ethiopiques revue de littérature et de
Elle est observée en solitude dans un
philosophie, créée en 1975 par Léopold Sédar
isolement total loin des regards indiscret
Senghor, publiant deux fois par an et bien
et de certaines langues.
d‘autres revues de haute renommée publient
La sorcellerie est en ce sens moins
depuis des décennies des articles s’appuyant
acceptée que les autres pratiques
sur cette approche sociologique comme
spirituelles. Elle est souvent dénoncée
méthode de recherche et d’analyse du texte
comme une démarche anti-
littéraire. Du fait que la réalité sociale
communautaire pour ne pas dire égoïste
façonne largement les œuvres produites
de la part de celui qui la pratique et
reflétant la société, les modes de vie des
destructrice dans la mesure où certains ne
peuples, leurs aspirations, leur joie et leur
se privent pas de l’utiliser pour maîtriser
souffrance. C’est ce que Mukařovský (1936)
ou éliminer un adversaire ou un rival
appelle « la conscience collective ». Pour
dans le domaine professionnel ou
Tamine et Hubert (2002), la
sentimental.
sociocritique apparait comme une tentative
La présence de ces pratiques
pour expliquer la production, la structure et
s’explique notamment par le fait que
le fonctionnement du texte littéraire par le
l’Afrique a connu, pratiquement, pendant
contexte politico-social.
des millénaires une seule religion qui est
Nous procéderons par alternance en
l’animisme avec toutes les pratiques qui le
prenant en charge dans chaque phase les
caractérisent. C’est un héritage culturel
manifestations sociales qui caractérisent les
qui apparaît dans nos textes. Il est aussi à
fléaux à étudier en les appuyant par des faits
noter que les pratiques animistes vont,
Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA
e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
72 doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528
KANE, La satire sociale dans Sorcellerie à Bout Portant d’Achille Ngoye

avec l’arrivée du christianisme, perdre Les sacrifices humains sont
progressivement leur importance et leur indispensables de nos jours. Parce qu’ils
originalité. Le syncrétisme religieux y est s’effectuent dans le plus grand secret et
qu’ils relèvent de l’hermétisme.
fortement présent. On assiste à un
Marginalisés par l’évolution de la société,
mélange des deux sphères religieuses d’où
les sacrificateurs, qui ne sont rien d’autre
la présence de la croix, des bougies dans que les sorciers, ces empoisonneurs de
les lieux de culte. Par ailleurs, on ne peut notre milieu ne charcutent pas forcement
pas parler de sorcellerie sans parler du (…) la menace qu’on découvre à poil au
sorcier qui est au début et à la fin de toute grand matin, perchée sur un arbre et qui
pratique de ce genre. Voici comment s’avère y nicher à perpète. (Dozon, 2008,
Bureau (2002) parle du sorcier, à la fois p.138)
coupable et victime : Ngoye à travers le narrateur dénonce
La croyance généralisée aux sorciers cette pratique d’une autre époque qui
mangeurs d’hommes combine l’aspect perdure encore dans certaines sociétés.
actif et l’aspect passif du meurtre rituel. L’auteur évoque surtout son caractère secret.
Le sorcier, homme ou femme de la nuit, Cela s’explique notamment par l’évolution
clandestin, est censé accroître son de nos sociétés et par le fait que prendre la
pouvoir propre en s’incorporant la
vie d’autrui, en dehors de toute sentence
substance des autres : cette opération se
judiciaire, est considéré comme un crime
fait par le truchement des doubles : la
personnalité a plusieurs composantes. lourdement puni par la loi.
Une fois mangée, la victime n’est plus La survie des sacrifices humains peut
visible que sous l’apparence de son s’expliquer, au-delà de ces origines
ombre. Mais le groupe social est à l’affût culturelles, par la pauvreté qui gangrène les
de ceux qui se sont ainsi mis hors la loi et sociétés négro-africaines. Aussi pour, soi-
bénéficient de pouvoirs surhumains au disant, prétendre à de meilleures conditions
détriment du commun. Si des inégalités de vie, accéder à plus de réussite socio-
apparaissent dans la communauté, si la
économique ou pour conserver leurs
maladie et la mort sont plus fréquentes
privilèges, certains organisent-ils et
que la normale, les individus dominants
ou marginaux sont suspectés et, par entretiennent-ils secrètement de telles
divers procédés (dont l’ordalie est le plus pratiques. Les victimes sont généralement
courant) convaincus de sorcellerie et issues des classes les plus démunies de la
éliminés physiquement. (p.37) société notamment des marginaux. Comme
Le sorcier pouvait, autrefois avant partout ailleurs, les pauvres et les faibles sont
l’arrivée des religions révélées (l’Islam et le toujours les plus exposés aux dangers de
christianisme), aller jusqu'à demander des toutes sortes.
sacrifices humains. Ce genre de pratique était « Autrefois ces sacrifices se faisaient de
très fréquent. Ces sacrifices vont manière solennelle en plein jour » (Ngoye,
progressivement reculer jusqu'à être bannis 1998, p.116). Car ils étaient considérés
totalement par les sociétés qui vont subir comme normaux ; mieux, comme
l’influence des nouvelles croyances révélées indispensable à l’équilibre de la communauté
qui, dans leurs livres, vont accorder une à la préservation de la paix, de la prospérité,
bonne place au caractère sacré de la vie et du bien-être des membres de la société.
humaine qui ne peut être ôtée pour aucune C’est dire que c’était une pratique qui
pratique spirituelle. permettait d’éloigner les mauvais sorts et
Cependant, la soif du pouvoir, de d’attirer des bienfaits. Mais Ngoye nous
l’avoir ou du meilleur être peut pousser expose des pratiques qui se font la nuit et
certains individus sans scrupule à verser du dans la plus grande discrétion. Par ailleurs, il
sang humain pour arriver à leur fin. Cette est à noter qu’elles ont perdu leur caractère
réalité qui relève à la limite du cynisme pour collectif et ne visent plus les intérêts de la
ne pas dire de la barbarie est bien présentée communauté mais ceux égoïstes d’un
dans l’œuvre de Ngoye : individu ou d’un petit groupe ayant les
mêmes intérêts.

Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA


e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528

73
FRANCISOLA, 2 (1) (juin 2017): p.70-78

La corruption partage moite-moite, solidarité oblige. Le
Elle est présente au sein de toutes les requin empocha quelques billets, en refila
d’autres à ses collègues. (Ngoye, 1998,
couches sociales, elle semble essentiellement
p.20).
être le fait des élites politiques, des cadres de
Le romancier congolais, nous montre
l’administration publique, des « hommes de
la généralisation de la corruption et sa
tenues ». Généralisée dans tous les domaines,
banalisation par les services étatiques,
la corruption s’est amplifiée dans certains
notamment par la douane. Les voyageurs qui
milieux au point qu’elle est devenue une
transitent par l’aéroport sont
véritable règle de vie au grand dam des
particulièrement victimes de ce fléau qui
populations, notamment les plus
gangrène la société négro-africaine moderne.
défavorisées, c'est-à-dire les pauvres qui se
Son ampleur est telle que ceux qui la
voient mépriser dans les services que l’on
pratiquent ne se gênent pas devant leurs
devait les rendre sans bourse donner en
collègues ou victimes. Ils agissent sans
contrepartie.
scrupule en complicité avec des collègues ou
Sans doute l’un des plus grands maux
d’autres individus véreux. La corruption
de la société africaine moderne, la corruption
n’épargne personne et peut amener le plus
est vue par de nombreux romanciers
intègre des citoyens à céder à la tentation du
africains comme un fléau des temps
gain facile.
modernes. Même si l’histoire des sociétés
Ce fléau qui nuit à la justice dans de
africaines traditionnelles nous apprend que
nombreux pays africains, est rendu possible
c’est une pratique qui est constatée
chez Ngoye, notamment, par le fait que les
timidement jadis, notons qu’elle s’est
commanditaires du meurtre du Major Tsham
aggravée avec la modernité.
sont d’influents cadres supérieurs de l’armée
Ce phénomène est dû à la combinaison
congolaise. Ils peuvent ainsi user de leurs
de plusieurs facteurs, le plus important étant
situations pour faire pressions sur les
l’impunité généralisée que nous aborderons
enquêteurs ou les juges. Ces derniers sont
plus tard. La notion de service ou de bien
aussi corrompus que mal formés.
public est reléguée au second plan. Elle a
Dans une pareille situation l’option de
perdu tout son sens dans beaucoup de pays
l’auteur colle bien avec la réalité. Si l’on sait
du continent noir, ce qui donne lieu à des
aussi que la dictature qui prévalait dans ce
pratiques comme la corruption. Le lecteur du
pays (le Zaïre sous le règne du Président
corpus est séduit par la manière dont ce fléau
Mobutu) protégeait les militaires qui étaient
est présenté. Les auteurs nous montrent que
investis de beaucoup de pouvoirs. Ce qui
tout peut s’acheter dans cette société. Il est
permet au tyran de s’éterniser à la tête du
même possible de bénéficier d’une
pays aussi longtemps que les agents de la
promotion au sein d’un corps si l’on a de
force publique y trouvent leur compte.
bonnes relations ou si l’on est assez aisé.
Mais la presse joue de plus en en plus
La corruption traverse tout le récit,
un rôle déterminant dans la lutte contre ce
c’est une pratique généralisée dans toutes les
fléau. Aussi, malgré l’existence de cercles
institutions au niveau de tous les services.
d’influence formés, notamment par des
Dès le début du récit l’auteur nous en montre
personnalités de l’Etat qu’elles soient
une de ses facettes à travers un douanier,
politiques, militaires ou diplomatiques, les
personnage travaillant à l’aéroport de
médias demeurent-elles relativement
Kinshasa :
indépendantes dans de nombreux pays
L’œil exercé du douanier dénicha une
enveloppe épaisse, la palpa en guignant d’Afrique noire. Elle est même considérée
le pigeon. (…) « Tu as vraiment du bol, comme un quatrième pouvoir à côté du
lui susurra-t-il en piochant sur les législatif, de l’exécutif et du judiciaire. C’est
10 000FF les obsèques. Bicause je peux te ce que Kizito a compris. Aussi, sachant le
coffrer pour l’importation frauduleuse manque de justice dans son pays, va-t-il faire
d’une monnaie étrangère : un crime appel à la radio pour une diffusion des
économique passible d’un long séjour au conclusions de l’enquête sur la mort de son
gnouffe. Mais on est cools, puisqu’on se
frère :
Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA
e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
74 doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528
KANE, La satire sociale dans Sorcellerie à Bout Portant d’Achille Ngoye

Nouvelles de dernière minute : le du fait de son conservatisme, de son hostilité
Courrier d’Afrique publie, dans sa vis-à-vis de tout ce qui est étranger à ses
livraison de ce matin, une enquête sur le traditions, à son mode de vie, à sa religion,
meurtre, déguisé en accident de roulage,
rejette la modernité, mal comprise,
d’un dirigeant de la milice. L’auteur
qu’incarnent les grandes villes. Même s’il y a
présumé de cet assassinat est un ancien
officier des FAS. Des éléments de la interaction, entre les milieux urbain et rural,
Gendarmerie cernent en ce moment son rendue possible par les activités des
domicile du quartier vitamines II où, personnages qui y évoluent, la campagne se
selon le quotidien qui cite une source présente comme un milieu en métamorphose
sûre, un autre corps dont la mort alors que la ville montre le visage d’une
remonte à plusieurs jours, est enfermé modernité très problématique, mère de tant
dans une chambre. (Ngoye, 1998, p.22). de souffrance.
Dans une procédure judiciaire, après La ville est mal vue car c’est le lieu où
l’élucidation d’un crime, le dossier, c’est-à- toutes les vices, toutes les dérives sont
dire les résultats de l’enquête, est remis à la observées. C’est un milieu « monstrueux »
justice pour un jugement. Mais dans ce récit, qui dévore toute attitude conforme au
l’auteur a voulu respecter la logique qui modèle traditionnel, toute valeur positive et
aimerait que dans un pays où le système installe les attitudes les plus haïssables, les
judiciaire est à genoux, la seule possibilité tares les plus repoussantes : corruptions
qui s’offrait à Kizito c’était de prendre à mensonge, égoïsme, individualisme voire
témoin les opinions nationale et même le cynisme de certains de ses
internationale sur cette affaire, à travers la habitants. Autant de choses que condamnent
Presse qui est ici une véritable alternative les vieux sages des villages au point qu’ils
face à la défaillance du système judicaire. sentiront la nécessité de dénoncer le
Si l’ex-capitaine, un des comportement d’individus qui, jadis, étaient
commanditaires du meurtre du Major est considérés comme des références quand ils
arrêté, force est de savoir que l’impunité est évoluaient chez eux, c’est-à-dire dans
toujours présente dans cette œuvre. Dans la l’espace rural.
mesure où les autres officiers qui sont L’espace urbain apparait comme une
impliqués dans ce crime ne sont pas mis aux entité chargée négativement comme le lieu
arrêts du fait de leur situation d’officiers en dans lequel se déroulent toutes les crises
activité pouvant donc influencer toute notées où se constatent leurs causes justifiant
décision judiciaire. Ces agents des forces de dans une certaine mesure le mobile de
l’ordre sont considérés par Bébé (2006) certains crimes dans l’œuvre de Ngoye. Sa
comme des privilégiés d’un système fermés représentation sous cette apparence n’est pas
et sont ainsi des intouchables tant qu’ils une spécificité de Sorcellerie à bout portant.
disposent de marges de manœuvres offertes Elle est visible dans plusieurs autres textes de
par le pouvoir. la riche littérature négro-africaine
Ngoye aborde le rôle de certains contemporaine. Ce qui peut avoir plusieurs
personnages qui, de par leurs fonctions assez significations. La ville est un facteur qui
élevées, peuvent entraver toute action de participe au changement de comportement
justice et entretenir ainsi l’impunité qui, au dans le sens de la dégradation des mœurs
même titre que la corruption, donne une des ruraux qui sont souvent caricaturés
image négative des institutions étatiques comme des personnages naïfs ou
notamment juridiques. manipulables par des citadins sans scrupule.
À ce niveau, cet espace est conçu comme une
L’espace urbain : un terreau de machine à pervertir, à faire adopter de
criminalité nouvelles attitudes et manières de vivres en
L’espace urbain comme Kinshasa déphasage avec les mœurs d’autrefois.
capitale de la République démocratique du
Congo chez Ngoye est une véritable source
de violence. Il s’oppose à la campagne qui,

Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA


e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528

75
FRANCISOLA, 2 (1) (juin 2017): p.70-78

La dégradation des mœurs une vie sexuelle libérée qui s’apparente le
Cette thématique est très fréquente plus au libertinage. Ils ne semblent pas
dans la littérature négro-africaine notamment être soumis à aucune morale ni limite
celle de la troisième période dénonçant encore moins logique si ce n’est celle de la
certains faits socio-politiques et autres recherche du plaisir.
pratiques constatées en Afrique. L’auteur, à L’alcool est la drogue la plus
travers la voix des différents personnages présente dans le corpus contrairement à ce
(enquêteurs, prostituées, barmans) expose le que l’on constate dans beaucoup de
visage d’une société qui perd progression romans noirs occidentaux notamment
certaines de ses valeurs fondamentales ceux qui sont écrits par des auteurs
comme la pudeur, la fidélité, l’endurance américains. Ces derniers nous présentent
dans la misère, l’abstinence, le respect du des récits dans lesquels les autres drogues
prochain. comme l’héroïne et la cocaïne
Cette perversion ne se voit pas apparaissent plus fréquemment. Elles sont
seulement chez les jeunes. Les personnages souvent à l’origine de la violence dans les
les plus âgés également peuvent être banlieues et de la forte criminalité d’une
concernés. En effet, dans Sorcellerie à bout société victime d’un développement à
portant, Maisha, épouse de la victime, ne s’est deux visages qui opposent d’une part les
pas privée de chercher à coucher avec Kizito, quartiers luxueux où résident les plus
alors qu’elle était en veuvage : riches et d’autres part les ghettos où
Tu sais bien que cela est interdit entre « nichent » les pauvres sombrant
nous, Seneki. C’est tabou, généralement dans la drogue. D’ailleurs,
inadmissible. La veuve souleva la tête au c’est cette situation d’inégalité sociale et
bout d’un moment, les billes embuées de de misère qui va jeter les bases du roman
larmes. Elle cherche le regard
noir aux Etats-Unis avec une
insaisissable. Mais son beau-frère,
multiplication des meurtres et des
persuadé qu’une grillade, aussi furtive
soit-elle, faisait le lit de l’inceste, l’évita toxicomanes.
comme la peste, Gelé un peu plus par le Cela n’est pas le cas chez
contact physique, il repoussa la Ngoye où l’alcool est la drogue la plus
charmeuse non sans cogiter sur le présente. L’absence des autres types de
meilleur moyen de se dépêtrer du piège drogue peut s’expliquer par le réalisme de
(Ngoye, 1998, p.220). nos auteurs. En effet, dans les sociétés
Le caractère sacré du veuvage est ici négro-africaines même modernes, il est
violé par Maisha. Cette dernière est présentée très difficile de voir des gens s’alarmer sur
à l’image de toutes les femmes qui, ayant l’ampleur de la présence de stupéfiants
perdu leurs époux, ne se gênent pas à sortir qualifiés de drogues dures comme on en
avec d’autres. Pour Zahan (1970), La voit dans les pays développés. Cela
tradition négro-africaine est claire en ce qui a s’explique par la cherté de ces produits
trait aux évènements qui marquent la vie de nuisibles qui les place hors de portée des
l’homme en général et particulièrement populations des pays sous-développés.
concernant le deuil. La femme du défunt doit Le thème de l’alcoolisme est abordé
se retirer de toute activité mondaine, elle doit sous plusieurs angles. Même s’il est la
manifester sa douleur causée par la perte boisson favorite pour faire la fête où pour
d’un être cher avec qui elle a eu à vivre des créer une ambiance de jouissance, l’auteur
moments importants. Le rejet de ce principe rappelle au lecteur les effets nocifs de
social par Maisha est un moyen pour l’auteur l’alcool sur la physiologie humaine. Il est
de montrer le mépris des traditions que l’on considéré comme un fléau qui empêche à
constate de plus en plus dans nos villes et la l’individu d’être maître de lui-même. En
primauté du plaisir sur les valeurs sociales perdant toute lucidité, il peut se mettre à
traditionnelles. commettre des actes répréhensibles,
La dégradation des mœurs touche rejetés par la société car non-conformes à
principalement les jeunes qui ont souvent

Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA


e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
76 doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528
KANE, La satire sociale dans Sorcellerie à Bout Portant d’Achille Ngoye

la loi encore moins aux valeurs Tous les espaces sont interpellés aussi bien la
traditionnelles ou religieuses : campagne que la ville, même si cette dernière
Pour toute réponse, Maicha dégagea sa est la plus touchée.
louche gardée sous le pagne, exhibant Suivant une approche qui mêle
une boutanche de scotch coiffée d’un réalisme langagier et connaissance profonde
verre. Précision immédiate : le whisky
de son pays d’origine, Ngoye a su exposer ce
provenait des achats effectués lors de la
que le romancier camerounais Mongo (2009),
dispersion du deuil public. Elle le
décapsula, servit le soiffard encore plus appelle « les plaies du continent noir ». Le texte
soul. Examen rapide du décor. Elle vient est très poignant par la diction mais surtout
enfin au beau-frère toujours bala, relança par la manière dont la fiction et le réel se
la causette. (Ngoye, 1998, p.98). manifestent dans le roman qui apparaît, sans
Après la prise de l’alcool, la femme du doute, comme un miroir qui montre sans
défunt en veuvage se met à faire des avances complaisance un certain malaise social. Ce
au frère du Major qui fut son mari. Ce qui qui en fait, du coup, un véritable instrument
constitue une violation terrible du caractère de connaissance de la société congolaise
sacré du deuil. Le narrateur fait précéder contemporaine.
cette situation dégradante par la mise en Cette peinture objective n’est pas
scène des deux personnages en train de l’expression d’une vision pessimiste sur le
prendre un whisky, l’auteur expose l’un des devenir de l’Afrique noire. Mais elle peut
effets de l’alcool. En ce sens qu’il nous plonge être comprise comme l’extériorisation d’un
dans un autre univers dans lequel l’individu, ras-le-bol, d’une révolte face à une situation
écarté de la réalité, se permet de transgresser proche du chaos. Ce qui traduit un désir
les règles les plus élémentaires de la société. profond de changement chez l’auteur qui
C’est donc une sorte de mise en garde pour cherche, par cette écriture satirique, un
le lecteur au-delà du fait que l’alcool nous remède possible au mal social à l’instar de
fait perdre la maîtrise de nous-mêmes. beaucoup d’autres romanciers négro-
Comme le montre Achille Ngoye, il est un africains.
produit qui agit sur l’organisme et
transforme l’individu en lui donnant une
autre apparence (Salmandjee, 2003). REMERCIEMENTS
Ngoye ne s’est pas privé de se servir La réalisation de cet article a été
de certains procédés satiriques comme possible grâce au concours de plusieurs
l’ironie, l’antiphrase, la caricature, personnes à qui je voudrais témoigner toute
l’euphémisme, le paradoxe ou l’oxymore. ma reconnaissance : Le Professeur Amadou
Tout en entretenant une communion entre le LY Directeur de recherche à l’Université
lecteur et le romancier. Ces outils de Cheikh Anta Diop de Dakar pour tous ses
rhétorique permettent à l’écrivain de conseils, Le responsable de la bibliothèque
s’attaquer, avec intelligence et gaieté, aux départementale mais aussi toute l’équipe de
tares de sa société sans paraître désagréable la revue FRANCISOLA qui m’a permis par
ni se mettre en péril face à la censure, aux les références envoyées de me corriger et
menaces de mort, de déchéance sociale et d’adapter mon travail aux critères
autres dangers liés aux régimes et recherchés.
autoritaires.

CONCLUSION RÉFÉRENCES
La satire sociale dans Sorcellerie à bout Bakhtine, M. (1978). Esthétique et théorie du
portant se matérialise ainsi à travers les roman (traduit du russe par Daria
pratiques occultes, la corruption, l’impunité, Olivier, préface de Michel
la dégradation des mœurs qui sont autant de Aucouturier). Paris : Gallimard.
maux qui minent beaucoup de sociétés Barbero, O. (2011). Peut-on représenter le mal ?
africaines modernes. Ce discours dénonciatif La rédemption et le mal. Repéré à
n’épargne aucune couche sociale, aucun âge.
Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA
e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528

77
FRANCISOLA, 2 (1) (juin 2017): p.70-78

http://www.revue-alkemie.com/008- Mukařovský, J. (1936). Estetická funkce, norma
alkemie-le-mal.html. a hodnota jako sociální fakty = : Fonction,
Bébé, B. E. (2006). Presse écrite et expériences norme et valeur esthétiques comme faits
démocratique au Congo-Zaïre. Paris : sociaux. Praha: F. Borový.
Harmattan. Ngoye, A. (1998). Sorcellerie à bout portant.
Bessière, J. (dir.). (1988). Hybrides romanesques Paris : Gallimard.
: fiction (1960-1985). Presses Salmandjee, Y. (2003). Les drogues, Tout savoir
universitaires de France. sur leurs effets, leurs risques et la
Bureau, R. (2002). Anthropologie, religions législation. Paris : Eyrolles.
africaines et christianisme. Karthala Temkeng, A.E. (2007). Sémiotique du chaos et
Editions. folie dans le roman camerounais : Temps
Dozon, J.P. (2008). L'Afrique à Dieu et à Diable de chien de Patrice. Repéré à
: États, ethnies et religions. Paris : http://ethiopiques.refer.sn/spip.php?pa
Ellipses. ge=imprimer-article&id_article=1542.
Duchet, C. (1971). Pour une socio-critique, ou Tamine, J. et Hubert, M. C.
variations sur un incipit. Paris : Armand (2002). Dictionnaire de critique littéraire.
Colin. Armand Colin.
Mongo, P. (2009). Congo-Kinshasa : La nouvelle Zahan, D. (1970). Religion, spiritualité et pensée
génération d'écrivains négro-africains. africaines (Vol. 374). Payot.
Repéré à
http://www.lepotentielonline.com.

Disponible en ligne sur: http://ejournal.upi.edu/index.php/FRANCISOLA


e-ISSN: 2527-5100 | p-ISSN: 2527-5097
78 doi: dx.doi.org/10.17509/francisola.v2i1.7528