Vous êtes sur la page 1sur 5

ISET de Rades, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des

matériaux

TD N°2 : Essais mécaniques


Exercice N°1:
On réalise un essai de traction sur une éprouvette cylindrique faite d’un matériau cristallin
ductile X. Les dimensions de l’éprouvette sont les suivantes :
Diamètre : d0 = 20 mm
Longueur utile : l0 =200 mm
Au cours de l’essai, on observe que, sous une force F de 113,2 kN, l’éprouvette s’allonge de
0,742 mm. Après décharge complète à partir de cette force, la longueur de l’éprouvette est
égale à 200,4 mm. On constate également que sous une contrainte de 200 MPa, le diamètre de
l’éprouvette diminue de 5,88 μm. Avec ces données, on vous demande de calculer :
1. La limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 (en MPa) de ce matériau.
2. Le module d’Young E (en GPa) de ce matériau.
3. La résistance théorique à la traction Rth (en MPa) de ce matériau.
4. Le coefficient de Poisson ν de ce matériau.

Exercice N°2:
On réalise un essai de traction sur une éprouvette d’acier inoxydable 304 à l’état recuit. Le
plan de cette éprouvette est donné à la figure ci-contre. Les dimensions de l’éprouvette sont
les suivantes :
Longueur initiale de référence : L0 = 150 mm
Diamètre initial : D0 = 10 mm
Dans l'ordre chronologique de leur apparition au cours de l'essai de traction, on obtient les
résultats suivants :
• Pour une force appliquée F1 = 14,00 kN, la longueur de référence est égale à 150,141
mm et l'on constate que le diamètre a diminué de 2,81 μm. Lorsque la force F1 est
supprimée, l'éprouvette retrouve ses dimensions initiales.
• Pour une force appliquée F2 = 20,42 kN, la longueur de référence est égale à 150,505
mm. Lorsque la force F2 est supprimée, la longueur de référence est égale à 150,300
mm.
• Au cours de l'essai, la force appliquée atteint une valeur maximale Fmax = 45,95 kN. La
longueur de référence est alors égale à 221,8 mm.
• La rupture de l'éprouvette se produit pour une force Fu = 31,42 kN alors que la longueur
de référence a atteint la valeur de 223,5 mm.
1. Quelle est la valeur du module d’Young E (en GPa) de l’inox 304 ?
2. Quelle est la valeur du coefficient de Poisson ν de l’inox 304 ?
3. Quelle est la valeur du module de Coulomb G (en GPa) de l’inox 304 ?
4. Quelle est la limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 (en MPa) de l’inox 304 ?

25
ISET de Rades, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

5. Quelle est la résistance à la traction Rm (en MPa) de l’inox 304 ?


6. Quelle est la valeur de la déformation permanente A (en %) après rupture de
l’éprouvette ?
7. Calculez l’énergie élastique wél (en J) emmagasinée dans le volume de référence de
l’éprouvette juste avant sa rupture finale.

Exercice N°3:
On réalise un essai de traction sur une éprouvette d’acier 1060 de longueur L0=100 mm et
de diamètre D=12 mm d’acier à l’état recuit.
Les vues agrandie et générale de la courbe brute de traction F = f(Δl) sont données par les
courbes suivantes :

26
ISET de Rades, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

1. Quelle est la valeur du module d’Young E (en GPa) de l’acier 1060 ?


2. Quelle est la limite proportionnelle d’élasticité Re (en MPa) de l’acier 1060 ?
3. Quelle est la limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 (en MPa) de l’acier 1060 ?
4. Quelle est la résistance à la traction Rm (en MPa) de l’acier 1060 ?
5. Quelle est la valeur de la déformation permanente A (en %) après rupture de
l’éprouvette ?

Exercice N°4:
Une éprouvette est soumise à un essai de traction. La longueur initiale entre les repères est
L0=100mm. Si on considère que le matériau a un coefficient d’écrouissage égale à 0,5 ; quelle
serait la longueur Ls entre repères au début de la striction.

Exercice N°5:
Un essai de traction est réalisé sur une éprouvette cylindrique (L0=25mm et S0=50,3mm2)
en XC18 à l’état recuit. On donne le résultat brut de cet essai point par point :

F (kN) 0 3,05 10,5 13,3 18,45 22,65 25,1 27 30 29,8 28,3

ΔL
0 0,03 0,09 0,11 0,2 0,71 1,31 1,74 3,2 6,73 7,5
(mm)

27
ISET de Rades, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

1. Déterminer les caractéristiques mécaniques principales (Re, Rp0,2% , Rm, Rr, A%, E).
On adoptera l’échelle 100MPa  30mm et 0,1%  1mm pour le traçage de la courbe.
2. Déterminer les constantes k et n sachant que la loi de comportement dans le domaine
plastique est de type Hollomon σ = k ε n.

Exercice N°6:
Pour un essai de résilience on a utilisé une machine ayant une masse pendulaire de 24kg et
une longueur de pendule 1m.
1. Déterminer l’angle d’écartement initial par rapport à la verticale, sachant qu’on va
lâcher le couteau avec une énergie initiale W0=300J.
2. On a enregistré un angle d’écartement par rapport à la verticale de 50°. Calculer la
hauteur maximale atteinte par la pendule en montée. Déduire l’énergie absorbée par la
rupture de l’éprouvette.
3. Déterminer la résilience du matériau à la température d’exécution de l’essai, sachant
que l’éprouvette utilisée est du type ISO à entaille en U.
4. Si on considère qu’un matériau est fragile à partir d‘une résilience de 20J/cm2, qu’est
ce qu’on peut conclure pour le matériau constituant l’éprouvette qu’on a essayée.

Exercice N°7 :
Vous réalisez un essai de résilience Charpy sur deux aciers A et B dont certaines propriétés
mécaniques sont données ci-contre.
Vous obtenez les valeurs ci-contre pour l’énergie de rupture W enregistrée à la température
ambiante.

Acier Re0.2 (MPa) Rm(MPa) W(J)


A 540 780 60
B 520 750 70

1. Quel acier a la ténacité la plus élevée? Justifiez votre réponse.


2. Si on suppose que la courbe de traction des deux aciers est linéaire dans les domaines
élastique et plastique, quel acier possède l’allongement à la rupture (A%) le plus
élevé? Justifiez votre réponse.

Exercice N°8 :
Quels sont la déformation et l’allongement d’un fils d’acier de 2,5mm de diamètre et de 3 m
de longueur supportant une masse de 500 Kg, sachant que le module d’élasticité longitudinale
de l’acier E est égal à 210 GPa.
Exercice N°9 :
Un fil d’alliage d’aluminium a une résistance à la rupture Rm= 300 MPa et un cœfficient de
striction Z% de 77%. Calculer la contrainte de traction réelle.

28
ISET de Rades, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

Exercice N°10 :
1- Un essai normalisé de traction est exécuté sur un échantillon d’alliage
Cuivre –Nickel. Le diamètre initial et la longueur initiale de l’éprouvette sont
respectivement de 12,5 mm et de 50 mm.
a) En utilisant les valeurs du tableau suivant, tracer la courbe   f ( ).

Charge [KN] Allongement [mm]


5 0,015
15 0,045
26 0,500
35 1,300
48,5 (a) 7,000
39,5 (b) 18,700
(a) Charge maximum ; (b) Charge à la rupture
b) Calculer
 Le module d’Young E.
 La limite élastique conventionnelle R0,2.
 La résistance à la rupture.
 La déformation à la rupture R.
2- Donner la différence entre la courbe de traction conventionnelle et celle rationnelle.
3- Tracer la courbe rationnelle  r  f ( v ) sur le même graphe, conclure.

29

Vous aimerez peut-être aussi