Vous êtes sur la page 1sur 25

Eurocodes pour les

Structures en Acier
Elaboration d'une
Approche Trans-nationale

Formation: Eurocode 3

Module 5 : Assemblages structuraux

Cours 17 : Caractérisation et idéalisation des


assemblages transmettant des
moments
Résumé:
 Ce cours présente les principes de la méthode des composantes pour la caractérisation des
assemblages et, dans une annexe spécifique, décrit les bases de la procédure dite de montage, qui
constitue l'une des trois étapes de la méthode des composantes.
· L'idéalisation de la caractéristique moment-rotation des assemblages est présentée : elle consiste à
choisir la forme de la relation moment-rotation la plus appropriée au type d'analyse d'ossature
globale prévue (élastique, rigide-plastique, …).

Pré-requis:
· Connaissances fondamentales concernant le calcul et l'analyse des structures
· Définitions et concepts fondamentaux concernant les assemblages semi-rigides

Notes destinées aux Formateurs:


Ce support représente un cours de 30 minutes (70 minutes avec l'annexe)

SSEDTA
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

Objectifs:
Il convient que les étudiants:
· Sachent, au moins physiquement, comment caractériser et idéaliser le comportement d'un assemblage
en vue d'une analyse d'ossature globale

Références:

·
·
·
·

Table des matières:


1. Caractérisation des assemblages
1.1 Généralités
1.2 Introduction à la méthode des composantes
2. Idéalisation des assemblages

Annex A: Evaluation des caractéristiques de rigidité et de résistance des assemblages selon l'Eurocode 3 -
Annexe J (révisée)

Assemblages structuraux 2
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

1 Caractérisation des assemblages

1.1 Généralités
Une étape importante du calcul d'une ossature est la caractérisation du comportement en
rotation des assemblages, c'est-à-dire l'évaluation des propriétés mécaniques en termes de
rigidité, de résistance et de ductilité.

Trois approches principales peuvent être suivies :

 expérimentale
 numérique
 analytique.
La seule option pratique pour le concepteur est l'approche analytique. Il a été élaboré des
procédures analytiques qui permettent une prévision du comportement de l’assemblage basée
sur la connaissance des propriétés mécaniques et géométriques des composantes de
l’assemblage.
Cette section présente une procédure analytique générale appelée méthode des composantes.
Elle s'applique à tout type d’assemblage mixte ou en acier, quels que soient la configuration
géométrique, le type de chargement (effort normal et/ou moment fléchissant, ...) et le type de
sections d'éléments.
Cette méthode est utilisée dans le Cours "Procédures pratiques pour la caractérisation du
comportement des assemblages transmettant des moments" lorsque l'on calcule les propriétés
mécaniques d’assemblages soumis à un moment fléchissant et à un effort tranchant.

1.2 Introduction à la méthode des composantes


La méthode des composantes considère un assemblage quelconque comme un ensemble de
composantes fondamentales individuelles. Pour l’assemblage particulier illustré dans la Figure
2.b. (assemblage par platine d'extrémité avec boulons extérieures soumis à une flexion), les
composantes concernées sont les suivants :

Zone comprimée :

 âme de poteau en compression;


 semelle et âme de poutre en compression;
Zone tendue :
 âme de poteau en traction;
 semelle de poteau en flexion;
 boulons en traction;
 platine d'extrémité en flexion;
 âme de poutre en traction;
Zone de cisaillement :
 panneau d'âme de poteau en cisaillement.

Chacun de ces composantes fondamentales possède ses propres résistance et rigidité soit en
traction, soit en compression, soit en cisaillement. L'âme de poteau et soumise simultanément
à une compression, une traction et un cisaillement. Cette simultanéité de plusieurs
composantes au sein du même élément d’assemblage peut, de toute évidence, conduire à des
interactions de contraintes susceptibles de diminuer la résistance des composantes
fondamentales individuelles.

L'application de la méthode des composantes exige les étapes suivantes :

Assemblages structuraux 3
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

a) l’identification des composantes actives de l’assemblage considéré;


b) l’évaluation des caractéristiques de rigidité et/ou de résistance pour chaque composante
fondamentale individuelle (caractéristiques spécifiques - rigidité initiale, résistance de
calcul, ... - ou courbe de déformabilité entière) ;
c) le montage de l’ensemble des composantes constitutives et l’évaluation des
caractéristiques de rigidité et/ou de résistance de l’assemblage entier (caractéristiques
spécifiques - rigidité initiale, résistance de calcul, ... - ou courbe de déformabilité entière).

Dans la Figure 1, les principes de la méthode des composantes sont illustrés pour le cas
spécifique d'un assemblage poutre-poteau soudé unilatéral poutre d’un seul côté du poteau).

METHODE DES COMPOSANTES

Trois étapes
F
M=Fz

Première étape: Âme de poteau Âme de poteau Âme de poteau


Identification des en cisaillement en compression en traction
composantes

F F F
Deuxième étape:
Comportement des FRd1 FRd2 FRd3
composantes Ek1 Ek2 Ek3
1 1 1
Coefficient de rigidité k i de chaque composante
Résistance F Rdi de chaque composante
Troisième étape: M
Assemblage des
composantes MRd
Sj,ini

Rigidité du assemblage S j,ini = Ez²/k i


Résistance de l’assemblage MRd = min(F Rdi ).z

Figure 1: Application de la méthode des composantes


à un assemblage soudé unilatéral

La procédure de montage de l’ensemble des composantes consiste à obtenir les propriétés


mécaniques de l’assemblage entier à partir de celles des composantes constitutives

Assemblages structuraux 4
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

individuelles. Ceci exige une hypothèse sur la répartition des forces agissant sur l’assemblage
en sollicitations agissant sur les composantes individuelles d'une façon satisfaisant l'équilibre.

Dans l'Eurocode 3 Annexe J, les procédures de montage analytiques sont décrites pour
l'évaluation de la rigidité initiale et du moment de résistance de calcul de l’assemblage. Ces
deux caractéristiques permettent au concepteur de déterminer la caractéristique moment-
rotation de calcul d’assemblage quel que soit le type d'analyse globale (Figures 4 à 6). Dans
l'Annexe A de ce cours, des informations sont données sur la façon dont est effectué le
montage de la rigidité et de la résistance.

L'application de la méthode des composantes exige une connaissance suffisante du


comportement des composantes fondamentales. Celles couvertes par l'Eurocode 3 figurent
dans le Tableau 1. La combinaison de ces composantes permet de couvrir une gamme
étendue de configurations d’assemblage, qui devrait être suffisante pour satisfaire les besoins
de la pratique en ce qui concerne les assemblages poutre-poteau et les assemblages de
continuité de poutres fléchis. Des exemples de tels assemblages sont donnés dans la Figure 2.

Certains domaines d'application peuvent également être envisagés :


 Assemblages soumis à un moment fléchissant (et un cisaillement) et une force axiale;
 Pieds de poteaux soumises à un moment fléchissant, un effort tranchant et une force axiale
simultanés, où seront activés les composantes tels que :
fondation de béton en compression;
platines d'extrémité de géométrie spécifique;
ancrages en traction;
contact entre le sol et les fondations,
Ces situations ne sont toutefois pas couvertes, ou seulement en partie, par l'Eurocode 3.

Assemblages structuraux 5
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

N °
C o m p o s a n te
1 P a n n e a u d 'â m e d e p o t e a u e n c i s a i l l e m e n t V Sd

V Sd

2 A m e d e p o te a u e n c o m p re s sio n

F c .S d

3 S e m e lle e t â m e d e p o u tre e n
c o m p r e ss io n
F c .S d

4 S e m e lle d e p o te a u e n fle x io n
F t. S d

5 A m e d e p o te a u e n tr a c tio n
F t. S d

6 P l a t i n e d 'e x t r é m i t é e n f l e x i o n F t. S d

7 A m e d e p o u tr e e n tr a c tio n F t. S d

8 C o r n iè re d e se m e lle e n fle x io n F t. S d

Assemblages structuraux 6
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

9 Boulons en traction Ft.Sd

10 Boulons en cisaillement Fv.Sd

11
Boulons en pression diamétrale (sur
semelle de poutre, semelle de poteau,
platine d'extrémité ou cornière) Fb.Sd

Ft.Sd
12 Plaque en traction ou en compression
Fc.Sd

Tableau 1: Liste des composantes couvertes par l'Eurocode 3

Assemblages structuraux 7
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

(a) Assemblage soudé (b) Assemblage par platine d'extrémité boulonnée

(c) Deux assemblages par platines (d) Assemblage par platine d'extrémité
d’extémité (Configuration bilatérale)

(e) Assemblage de continuité de poutre (f) Assemblage de continuité de poutre


par platines d'extrémité de type couvre-joint

(g) Assemblage boulonné (h) Deux assemblages poutre-poutre


par cornières de semelle (Configuration bilatérale)

Figure 2: Exemples des assemblages couverts par l'Eurocode 3

Assemblages structuraux 8
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

2 Idéalisation des assemblages


Le comportement non linéaire du ressort de flexion isolé qui caractérise le comportement
d’assemblage réel ne se prête pas à la pratique de calcul quotidienne. Cependant, la courbe
caractéristique moment-rotation peut être idéalisée sans perte de précision significative. Une
des idéalisations la plus simple possible est la relation élastique-parfaitement plastique
(Figure 3.a). Cette modélisation présente l'avantage d'être tout à fait similaire à celle utilisée
traditionnellement pour la modélisation des sections transversales d'éléments soumis à une
flexion (Figure 3.b).
Le moment Mj,Rd qui correspond au plateau de plastification est appelé moment de résistance
de calcul dans l'Eurocode 3. Il peut être considéré comme le moment de résistance pseudo-
plastique de l’assemblage. Les effets d'écrouissage et les effets de membrane éventuels sont
donc négligés, ce qui explique la différence de la Figure 3 entre la caractéristique M-f réelle
et le plateau de plastification de l'idéalisation.

Mj Mb , Mc

Mj,Rd Mpl,Rd

Sj,ini/  EI/L

 
(a) Assemblage (b) Elément

Caractéristique M-  réelle
Caractéristique M- idéalisée

Figure 3: Bi-linéarisation des courbes moment-rotation

La valeur de la rigidité constante Sj.ini/h est expliquée ci-dessous.

Assemblages structuraux 9
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

Mj Mj

Mj,Rd Mj,Rd

2/3 Mj,Rd

Sj,ini Sj,ini/

 

Courbe M- réelle


Réprésentation idéalisée

(a) Pour une vérification élastique (b) Pour une vérification plastique

Figure 4: Représentation linéaire d'une courbe M-f

En fait, il existe différentes façons possibles d'idéaliser la caractéristique M-fd'un


assemblage. Le choix de l'une d'entre elles dépend du type d'analyse d'ossature envisagée:

- Idéalisation élastique pour une analyse élastique (Figure 4) :

La principale caractéristique d’assemblage est la rigidité de rotation constante.


Deux possibilités sont offertes dans l'Eurocode 3-Annexe J (révisée) :
 Vérification élastique de la résistance de l’assemblage (Figure 4.a) : la rigidité constante
est prise égale à la rigidité initiale Sj.ini; après l'analyse d'ossature, une vérification que le
moment de calcul MSd subi par le assemblage est inférieur au moment de résistance de
calcul élastique de l’assemblage défini comme 2/3 Mj,Rd.
 Vérification plastique de la résistance de l’assemblage (Figure 4.b) : la rigidité constante
est prise égale à une rigidité fictive dont la valeur est intermédiaire entre la rigidité initiale
et la rigidité sécante par rapport à Mj,Rd; elle est définie comme Sj.ini/. Cette idéalisation
est valable pour les valeurs de MSd inférieures ou égales à Mj,Rd .

Les valeurs de h sont les suivantes (Tableau 2) :

Type d’attache Assemblage Poutre-Poteau Autres types d’assemblage


Soudée 2 3
Platine dextrémité boulonnée 2 3
Cornières de semelle boulonnées 2 3,5

Tableau 2: Valeurs de h

Assemblages structuraux 10
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

- Idéalisation rigide-plastique pour une analyse rigide-plastique (Figure 5).

Seule la résistance de calcul Mj,Rd est nécessaire. Afin de permettre la formation et la


rotation d'éventuelles rotules plastiques aux emplacements des assemblages, il est
nécessaire de vérifier que l’assemblage possède une capacité de rotation suffisante.
Mj

Mj,Rd

Figure 5: Représentation rigide-plastique d'une courbe M-f

- Idéalisation non linéaire pour une analyse élastique-plastique (Figure 6).

Les caractéristiques de rigidité et de résistance sont d'égale importance dans ce cas.


Les idéalisations possibles vont des représentations bi-linéaires ou tri-linéaires à la
courbe totalement non linéaire. Ici encore, une capacité de rotation est indispensable
pour la formation et la rotation de rotules plastiques dans les assemblages
susceptibles d'en comporter.

Assemblages structuraux 11
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

Mj Mj

Mj,Rd Mj,Rd

Sj,ini/

 
(a) Bi-linéaire (b) Tri-linéaire

Mj

Mj,Rd

(c) Non linéaire

Figure 6: Représentations non linéaires d'une courbe M-f

Annexe A Evaluation des caractéristiques de rigidité et

Assemblages structuraux 12
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

de résistance des assemblages selon


l'Eurocode 3-Annexe J (révisée)
La méthode des composantes présentée dans ce cours est une procédure en trois étapes pour
l'évaluation des caractéristiques de rigidité et de résistance des assemblages structuraux. Dans
la première étape, on établit la liste des composantes constitutives. On obtient, dans la
deuxième étape, les caractéristiques de rigidité et/ou de résistance des composantes.

Le montage des composantes constitue la troisième et dernière étape de la méthode. Comme


son nom l'indique, elle consiste à assembler les composantes individuelles de sorte à obtenir
les propriétés mécaniques de l’assemblage entier. La relation existant entre les
caractéristiques des composantes et les caractéristiques de l’assemblage est basée sur ce que
l'on appelle communément la "répartition des sollicitations dans l’assemblage". Cette dernière
consiste à déterminer, pour un ensemble donné de efforts extérieurs agissant sur l’assemblage,
la façon dont ces efforts sont répartis entre tous les composantes constitutives. L’effort à
lequel une composante donnée quelconque est soumise est appelé "sollicitation".

Cette notion s'applique non seulement aux assemblages structuraux mais également à toute
section transversale d'un élément, et un parallèle entre ces situations est à présent établi. Dans
toute section transversale de poutres et de poteaux, la répartition des sollicitations est
nécessaire afin de permettre le calcul de sa rigidité de flexion ou sa résistance à la flexion, au
cisaillement, à la torsion et/ou à la compression ou traction axiale. C'est la raison pour
laquelle, dans les paragraphes suivants, les mots "section transversale" couvrent aussi bien les
sections de poutre et de poteau que les sections d’assemblages.

La répartition des sollicitations doit être effectuée de façon rationnelle, et doit, d'un point de
vue théorique, satisfaire les exigences suivantes :
 les sollicitations données par la répartition doivent être en équilibre avec les forces
extérieures agissant sur la section transversale;
 la compatibilité des déplacements entre les parties constitutives de la section transversale -
notamment les composantes dans le cas d'un assemblage – doit être satisfaite;
 chaque partie de la section transversale doit être capable de transmettre la sollicitation à
laquelle elle est soumise;
 la capacité de déformation maximum de chaque partie de la section transversale ne doit
pas être dépassée.
Dans le cas d'une section transversale de poutre ou de poteau en H ou en I soumise à un
moment fléchissant, la répartition des sollicitations - comprendre "contraintes" dans ce cas
particulier - dans le domaine élastique est en général supposée suivre la règle de Navier
(Figure A.1).

M.y
y 
H I

(a) Poutre (b) Contraintes int.. (c) Force ext.

Figure A.1: Répartition élastique des sollicitations (ici contraintes)


dans une section de poutre fléchie (I = moment d'inertie de

Assemblages structuraux 13
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

flexion)

f
y


m

Figure A.2: Sollicitations – ici contraintes – correspondant au


moment de résistance de calcul élastique de la section
fy


m

Figure A.3: Sollicitations - ici contraintes – correspondant au


moment de résistance plastique de la section

Lorsque les sollicitations maximum (à y = ±H/2) atteignent la valeur de la contrainte limite


d'élasticité fy de l'acier constitutif divisée par un coefficient partiel de sécurité gM, on obtient le
moment de résistance élastique maximum de la section (Figure A.2). Le moment de
résistance de calcul s'exprime sous la forme :
I fy
M Rd   Wf y /  M (A.1)
H /2 M
où W représente le module élastique de la section transversale fléchie.

Pour profiter du surcroît de résistance conféré par la plastification de la section transversale, il


faut donc se reporter à la répartition représentée dans la Figure A.3. La résistance de calcul
devient alors la suivante :
M Rd  Zf y /  M (A.2)
où Z représente le module plastique de la section transversale fléchie.

Dans ces répartitions, il faut examiner l'hypothèse de Bernoulli afin d'assurer une
compatibilité entre l'allongement - ou le raccourcicement - de toutes les fibres constitutives
de la section transversale. Les répartitions élastique et plastique illustrées dans la Figure A.2
et la Figure A.3 sont en équilibre avec les forces extérieures appliquées, et respectent le

Assemblages structuraux 14
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

critère de plasticité (s £ fy/gM). Par conséquent, elles satisfont les trois premiers des quatre
critères ci-dessus mentionnés que doit normalement satisfaire toute répartition des
sollicitations.

Pour atteindre le moment de résistance élastique ou plastique, les fibres constitutives de la


section doivent posséder une capacité de déformation suffisante de sorte à atteindre la
contrainte limite d'écoulement dans le cas de la répartition élastique, ou, dans le cas de la
répartition plastique, pour atteindre la contrainte limite d'écoulement et également pour
permettre une redistribution plastique des contraintes entre les fibres adjacentes. Ceci signifie
qu'il ne doit se produire aucun voilement local prématuré dans l'une des parois de la section
en compression ni aucune rupture du matériau en traction, ce qui limiterait la capacité de
résistance aux moments de la section. Des critères spécifiques sont donnés dans l’Eurocode
afin d'empêcher l'utilisateur de surestimer la résistance lorsque de telles limitations
s'appliquent. Dans ces conditions, le quatrième critère concernant la ductilité est également
satisfait.

Dans un profil en H ou en I, il est également courant de remplacer le moment fléchissant


appliqué à la section transversale par un couple d’efforts situé au niveau des axes des
semelles de poutre. L'intensité des efforts est limitée à la résistance de calcul des semelles
tendue et comprimée, en prenant dûment en compte l'éventuel voilement local de la semelle
comprimée. L'âme, dont on néglige la résistance à la flexion, est en général utilisée pour la
transmission des efforts tranchants. Trois des quatre critères identifiés sont donc satisfaits.
Cependant, la quatrième condition (compatibilité) est négligée. Cette approche dite statique
est connue pour donner une estimation sûre de la résistance de calcul de la section, et elle est
habituellement suivie pour des raisons de simplicité.

La procédure de répartition des sollicitations dans les assemblages structuraux est très
similaire à celle décrite dans les paragraphes ci-dessus pour les sections de poutres et poteaux.
Les paragraphes suivants décrivent la procédure suivie par l'Eurocode 3-Annexe J (révisée);
elle s'applique aux assemblages poutre-poteau et aux assemblages de continuité de poutres en
acier où la (les) poutre(s) est (sont) soumise(s) à des moments fléchissants et à des efforts
tranchants. Pour des raisons de simplicité et pour tenir compte d'un calcul manuel, deux
procédures de répartition distinctes sont détaillées, une pour l'évaluation de la rigidité initiale
élastique et l'autre pour l'évaluation du moment de résistance de calcul de l’assemblage.

La rigidité élastique initiale et la résistance de calcul sont considérées par l' Eurocode 3
comme les deux paramètres principaux caractérisant le comportement d'un assemblage fléchi.
A partir de ces deux valeurs, on peut alors obtenir une courbe M-f complète comme indiqué
dans la Figure A.4.

A condition que la courbe non linéaire M-f de l'Annexe J-(révisée) ne soit pas limitée par la
capacité de rotation ( fCd), cette courbe se compose de trois parties. Jusqu'à un niveau de 2/3
du moment de résistance de calcul MRd , la courbe est supposée linéaire élastique et la rigidité
correspondante est la rigidité dite initiale Sj,ini. Entre 2/3 MRd eet MRd, la courbe est non
linéaire. Lorsque le moment exercé à l’assemblage atteint MRd, un plateau de plastification
apparaît sous l'effet des rotations imposées supplémentaires de l’assemblage.

Assemblages structuraux 15
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

Moment

au niveau

Rotation

Figure A.4: Courbe M-f non linéaire selon l'Annexe J

Le modèle suppose un rapport fixe entre la rigidité initiale Sj,ini et la rigidité sécante à
l'intersection entre la partie non linéaire et le plateau de plastification ( Sj au niveau Mj,Rd).
Pour les assemblages soudés et par platine d'extrémité boulonnée, ce rapport est égal à 3.
Pour les assemblages par cornières de semelle, ce rapport est égal à 3,5.
La forme de la partie non linéaire entre 2/3 Mj,Rd et Mj,Rd est donnée par la formule
d'interpolation suivante :
S j ,ini
Sj  
 1,5M Sd  (A.3)
 
 M 
 j , Rd 

où y = 2,7 pour les assemblages soudés et par platine d'extrémité et 3,1 pour ceux par
cornières de semelle.
Dans cette formule d'interpolation, la valeur de Sj dépend de MSd.

Montage des rigidités


Etant donné que l'Annexe J-(révisée) fait référence à la méthode dite des composantes, le
comportement en rotation d'un assemblage est basé sur les caractéristiques mécaniques de ses
différents composantes constitutives. L'avantage de cette méthode est qu'un concepteur peut
calculer les caractéristiques mécaniques d'un assemblage quelconque en le décomposant en
composantes appropriées. L'Annexe J donne directement des directives pour cette
décomposition en ce qui concerne les assemblages soudés, par platine d'extrémité et par
cornières de semelle. Le Table A.1 donne un aperçu des composantes à prendre en compte
lors du calcul de la rigidité initiale pour ces types d’assemblages.

Assemblages structuraux 16
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

Composante Numéro Platine d'extr. Soudé Cornières de semelle


Ame de poteau en cisaillement 1 x x x
Âme de poteau en compression 2 x x x
Semelle de poteau en flexion 3 x x
Âme de poteau en traction 4 x x x
Platine d'extrémité en flexion 5 x
Cornière de semelle en flexion 6 x
Boulons en traction 7 x x
Boulons en cisaillement 8 x
Boulons en pression diamétrale 9 x

Tableau A-1: Aperçu des composantes pour différents


assemblages

Dans le modèle, on suppose que les déformations des éléments suivants : a) semelle et âme de
poutre en compression, b) âme de poutre en traction et c) platine en traction ou en
compression sont comprises dans les déformations de la poutre fléchie. Par conséquent, elles
ne sont pas supposées contribuer à la flexibilité de l’assemblage. Les jarrets, selon le cas,
appartiennent également à cette catégorie.

La rigidité initiale Sj,ini est obtenue des rigidités élastiques des composantes. Le comportement
élastique de chaque composante est représenté par un ressort d'extension. La relation force-
déformation de ce ressort est donnée par l'expression :

Fi = ki .E . D i (A.4)

Où: Fi force exercée dans le ressort i;


ki coefficient de rigidité de la composante i;
E module d’Young;
Di déformation du ressort i.

Les composantes de ressorts d'un assemblage sont combinés en un modèle de ressort. La


Figure A.5 montre par exemple le modèle de ressort pour un assemblage poutre-poteau soudé
non raidi.

Figure A.5: Modèle de ressort pour un assemblage soudé non

Assemblages structuraux 17
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

raidi

La force exercée dans chaque ressort est égale à F. Le moment M agissant sur le modèle de
ressort est égal à F·z, où z représente la distance entre le centre de traction (pour les
assemblages soudés, situé au centre de la semelle de poutre supérieure) et le centre de
compression (pour les assemblages soudés, situé au centre de la semelle de poutre inférieure).
La rotation f dans l’assemblage est égale à (D1+D2+D4) / z. En d'autres termes:

M F Fz 2 Ez 2
S j ,ini   z  
  i F 1 1 (A.5)
 
z E ki ki
La même formule s'applique pour les assemblages par platine d'extrémité avec une seule
rangée de boulons entraction et pour les assemblages par cornières de semelle. Cependant, les
composantes à prendre en compte sont différents, cf Tableau A.1.

La Figure A.6.a montre le modèle de ressort adopté pour les assemblages par platine
d'extrémité avec au moins deux rangées de boulons en traction. On suppose que les
déformations des rangées de boulons pour toutes les rangées sont proportionnelles à la
distance au point de compression, mais que les forces élastiques exercées dans chaque rangée
dépendent de la rigidité des composantes. La Figure A.6.b montre comment les déformations
ki,r des composantes 3, 4, 5 et 7 sont ajoutées à un ressort effectif par rangée de boulons, avec
un coefficient de rigidité effective keff,r (r représente l'indice du numéro de rangée). La
Figure A.6.c montre comment ces ressorts effectifs par rangée de boulons sont remplacés par
un ressort équivalent agissant au niveau d'un bras de levier z. Le coefficient de rigidité de ce
ressort efffectif est keq. Le coefficient de rigidité effective keq peut être directement appliqué
dans la Formule (A.5). Les formules servant à déterminer keff,r, z et keq sont les suivantes  :

1
k eff ,r 
1
k i
(A.6)
i ,r

k eff ,r hr2
z r
(A.7)
k r
eff ,r hr

h eff ,r hr
(A.8)
k equ  r
z

Elles peuvent être obtenues des schémas de la Figure A.6. Ces formules sont basées sur le fait
que les comportements moment-rotation de chacun des systèmes des Figure A.6.a à A.6.c
sont égaux. Une condition supplémentaire est que l’effort de compression exercée dans la
barre rigide inférieure est égal dans chacun de ces systèmes.

Assemblages structuraux 18
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

Figure A.6: Modèle de ressort pour un assemblage poutre-poteau


par platine d'extrémité avec plusieurs rangées de boulons

Dans ce modèle de rigidité :


 les sollicitations sont en équilibre avec le moment fléchissant;
 la compatibilité des déplacements est assurée grâce à l'hypothèse que la section
transversale de poutre est infiniment rigide au droit de l’assemblage;
 le critère de plasticité est satisfait tant que la résistance élastique des ressorts n'est pas
atteinte;
 aucune exigence de ductilité n'est susceptible de limiter la capacité de déformation des
ressorts dans le domaine élastique de comportement en ce qui concerne les composantes
données dans l'Eurocode 3-Annexe J (révisée).

La solution fournie par l'Eurocode 3-Annexe J (révisée) pour la prévision de la rigidité initiale
satisfait les quatre exigences principales que doit normalement satisfaire toute répartition des
sollicitations, d'un point de vue théorique, et peut donc être considérée comme "exacte".

Montage des résistances

La procédure de montage des résistances suggérée dans l'Eurocode 3-Annexe J (révisée) vise
à obtenir la valeur de la résistance dite de calcul de l’assemblage. Pour des raisons de clarté,
elle n'est pas présentée ici de manière générale, mais elle est illustrée dans le cas particulier
des assemblages de continuité de poutres par platines d'extrémité sans boulons extérieurs.

Pour l'assemblage représenté dans la Figure A.7, la répartition des sollicitations est très facile
à obtenir : l’effort de compression est transmise au niveau du centre de gravité de la semelle
de poutre, tandis que l’effort de traction se situe au niveau de la rangée de boulon supérieure.
La résistance éventuellement associée à la rangée de boulons inférieure est habituellement
négligée car elle ne peut, au mieux, que contribuer très modestement à la transmission du
moment fléchissant dans le assemblage (faible bras de levier).

Le moment de résistance de calcul de l’assemblage Mj,Rd est associé à la résistance de calcul


FRd de la composante d’assemblage ayant la plus faible résistance qui peut être l'une des
composantes suivantes: l'âme de poutre en compression, l'âme de poutre en traction, la platine
en flexion ou les boulons en traction. Pour les deux dernières composantes (platine et

Assemblages structuraux 19
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

boulons), il est fait référence au concept de "tronçon en T idéalisé" présenté dans l'Eurocode
3-Annexe J (révisée). Le moment de résistance de calcul à la flexion devient la suivante:

M j , Rd  FRd .z A.9)
où z = h représente le bras de levier.

FRd h

Figure A.7: Assemblage avec une seule rangée de boulons en


traction

Lorsqu'on doit prendre en compte plusieurs rangées de boulons dans la zone tendue (Figure
A.8), la répartition des sollicitations est plus complexe.

Figure A.8: Assemblage avec plusieurs rangées de boulons

Supposons, initialement, que le calcul de l’assemblage conduit à l'adoption d'une platine


d'extrémité particulièrement épaisse par rapport au diamètre des boulons (Figure A.9). Dans
ce cas, la répartition des sollicitations entre les différentes rangées de boulons est linéaire en
fonction de la distance au centre de compression. La force de compression Fc qui équilibre la
force de traction agit au niveau du centre de gravité de la semelle de poutre inférieure. Pour
des raisons de clarté, elle n'apparaît que dans la Figure A.9, pas dans les figures suivantes.

Assemblages structuraux 20
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

FRd h1
h2
hi

Fc

Figure A.9: Assemblage avec une platine d'extrémité épaisse

La moment résistance de calcul Mj,Rd de l’assemblage est atteinte dès que la rangée de
boulons soumise aux contraintes les plus élevées - en réalité celle qui est située à la plus
grande distance du centre de compression - atteint sa résistance de calcul à la traction 2Bt.Rd.

En raison d'une capacité de déformation limitée des boulons en traction, aucune redistribution
des forces n'est autorisée entre les rangées de boulons.

On suppose ici que la résistance de calcul de la semelle et de l'âme de poutre comprimées est
suffisante pour transmettre la force de compression Fc. On suppose également que la
résistance à la traction de l'âme de poutre ne limite pas le moment de résistance de calcul de
l’assemblage. Mj,Rd s'exprime donc sous la forme (Figure A.9) :

FRd
M j , Rd 
h1
h i
2
(A.10)

Pour des platines d'extrémité plus minces, la répartition des sollicitations exige beaucoup plus
d'attention. Lorsque le moment initial est appliqué à l’assemblage, les forces se répartissent
entre les rangées de boulons en fonction de la rigidité relative de ces dernières. Cette rigidité
est notamment associée à celle de la partie de la platine adjacente à la rangée de boulons
considérée. Dans le cas particulier de la Figure A.10, la rangée de boulons supérieure est
caractérisée par une plus grande rigidité en raison de la présence de la semelle et de l'âme de
poutre soudées sur la platine.

En raison de sa plus grande rigidité, la rangée de boulons supérieure est capable de


transmettre un effort plus élevé que les rangées de boulons inférieures (Figure A.10.b)

(a) Configuration
h1
h2
hi

Assemblages structuraux 21
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

(b) Répartition des sollicitations au début du chargement

Figure A.10: Assemblage avec une platine d'extrémité mince

Dans l'Eurocode 3-Annexe J (révisée), on suppose que la rangée de boulons supérieure sera la
première à atteindre sa résistance de calcul. Cette hypothèse est tout à fait justifiée dans le cas
particulier considéré mais elle est moins justifiée pour d'autres types d'assemblages. Par
exemple dans les assemblages par platines d'extrémité avec des boulons extérieurs dans la
zone tendue, il est courant que la seconde rangée de boulons - celle qui est située juste sous la
semelle tendue - soit la première à atteindre sa résistance de calcul.

La résistance de calcul de la rangée de boulons supérieure peut être associée à l'un des
composantes suivantes : boulons uniquement, platine d'extrémité uniquement, ensemble
boulons-platine ou âme de poutre en traction. Si son mode de ruine est ductile, une
redistribution des forces entre les rangées de boulons peut se produire : dès que la rangée de
boulons supérieure atteint sa résistance de calcul, tout moment fléchissant supplémentaire
appliqué à l’assemblage sera supporté par les rangées de boulons inférieures (la seconde, puis
la troisième, etc.), dont chacune peut atteindre à son tour sa propre résistance de calcul.

La ruine peut survenir de trois façons différentes :


i. La redistribution plastique des sollicitations s'étend à toutes les rangées de boulons
lorsqu'elles possèdent une capacité de déformation suffisante. La redistribution est dite
"complete" et la répartition des sollicitations qui en résulte est dite "plastique".
Le moment de résistance de calcul Mj,Rd s'exprime sous la forme (Figure A.11) :

M j , Rd   FRd ,i hi (A.11)
i
Les résistances “ plastiques ” FRd,i varient d'une rangée de boulons à une autre selon les
modes de ruine (boulons, platine, ensemble boulons-platine, âme de poutre, ...).

L'Eurocode 3 considère qu'une rangée de boulons possède une capacité de déformation


suffisante pour permettre une redistribution plastique des sollicitations lorsque :
 FRd,i est associée à la ruine de l'âme de poutre en traction ou;
 FRd,i est associée à la ruine de l'ensemble boulons-platine (y compris la ruine des
boulons seuls ou de la platine seule) et :

FRd ,i  19
, Bt .Rd
FRd h1

hi
FRd,i

Figure A.11: Répartition plastique des forces

ii. La redistribution plastique des efforts est interrompue en raison de l'insuffisance de


capacité de déformation dans la dernière rangée de boulons ayant atteint sa résistance de

Assemblages structuraux 22
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

calcul ( FRd ,k  19
, Bt .Rd et liée à la ruine des boulons ou de l'ensemble boulons-
platine).

Dans les rangées de boulons situées plus bas que la rangée de boulons k, les efforts sont alors
répartis linéairement en fonction de leur distance au point de compression (Figure A.12).

Le moment de résistance de calcul est égal à :

FRd ,k
M j , Rd  F
i 1, k
Rd ,i hi 
hk
h
j  k 1, n
2
j (A.12)

où : n nombre total de rangées de boulons;


k numéro de la rangée de boulons dont la capacité de déformation
n’est pas suffisante.

Dans ce cas, la répartition est dite "élasto-plastique".


FRd,1 h1
hk
hj
FRd,k

Figure A.12: Répartition élasto-plastique des sollicitations

iii. La répartition plastique ou élasto-plastique des sollicitations est interrompue parce que
l’effort de compression Fc atteint la résistance de calcul de la semelle et de l'âme de
poutre en compression. Le moment de résistance de calcul Mj,Rd est évalué au moyen de
formules similaires à (A.11) et (A.12) dans lesquelles, évidemment, seul un nombre
limité de rangées de boulons est pris en considération. Ces rangées de boulons sont telles
que :
F
1,n
  Fc .Rd

où : m est le numéro de la dernière rangée de boulons transmettant un effort de traction;


F est l’effort de traction exercé dans la rangée de boulons numéro  ;
Fc.Rd est la résistance de calcul des semelle et âme de poutre comprimées

L'application des principes décrits ci-dessus aux assemblages poute-poteau est très
similaire. Le moment de résistance de calcul Mj,Rd est susceptible, comme pour les
assemblages de continuité de poutres, d'être limité par la résistance :
 de la platine d'extrémité en flexion,
 des boulons en traction,
 de l'âme de poutre en traction,
 de l'âme et de la semelle de poutre en compression,
mais aussi par celle :
 de l'âme de poteau en traction,
 de la semelle de poteau en flexion,
 de l'âme de poteau en compression,
 du panneau d'âme de poteau en cisaillement.

L'Eurocode 3-Annexe J (révisée) donne des formules d'évaluation pour chacun de ces
composantes. L'Annexe J présente aussi un exemple complet montrant comment répartir les

Assemblages structuraux 23
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

sollicitations dans un assemblage poutre-poteau par platine d'extrémité "à rangées de boulons
multiples".

Cet exemple met également en lumière le concept de mécanismes de plastification


individuelle et de groupe. Lorsque des rangées de boulons adjacentes sont soumises à des
efforts de traction, divers mécanismes de plastification sont susceptibles de se former dans les
plaques assemblées (platine d'extrémité ou semelle de poteau).
 mécanismes individuels (cf Figure 3-A.13.a) apparaissant lorsque les distances entre les
rangées de boulons sont suffisamment importantes;
 mécanismes de groupe (cf Figure 3-A.13.b) incluant plusieurs rangées de boulons
adjacentes.

A chacun de ces mécanismes sont associées des résistances de calcul spécifiques.

Lors de la répartition des sollicitations, l'Eurocode 3 recommande que, dans une rangée de
boulons donnée, le modèle ne transmette jamais :
 un effort supérieur à l’effort pouvant être supporté lorsque l'on suppose que la rangée de
boulon considérée est la seule capable de transmettre les efforts de traction (résistance
individuelle);
 un effort dépassant la résistance de la totalité du groupe auquel la rangée de boulons
appartient.

La procédure est assez longue à appliquer dans son ensemble, mais des outils de calcul
répondant aux attentes des concepteurs seront présentés dans le Cours "Procédures pratiques
pour la caractérisation du comportement des assemblages transmettant des moments".

Assemblages structuraux 24
Eurocodes pour les Structures en Acier–Elaboration d’une Approche Trans-Nationale
Assemblages structuraux
Caractérisation et idéalisation des assemblages transmettant des moments

(a) Individuel (b) Mécanisme de groupe

Figure A.13: Mécanismes plastiques

Assemblages structuraux 25