Vous êtes sur la page 1sur 8

COMPTE RENDU TRAVAUX PRATIQUES

Force hydrostatique sur une plaque plane

OUEDRAOGO Tégawendé Arnaud


GHADA Asmi
2A Génie Hydraulique et Environnement
Année universitaire 2020/2021
Table des matières

I Présentation et but de la manipulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4


II Rappels théoriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
III Mode opératoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
IV Compte rendu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

1
Table des figures

1 Calcul du moment d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5


2 Balance hydrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3 La balance hydrostatique détaillée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2
Liste des tableaux

1 Données caractéristiques de la balance hydrostatique . . . . . . . . . . . . . . 7


2 Récapitulatif de notre manipulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

3
I Présentation et but de la manipulation
Ce TP intitulé «force hydrostatique sur une plaque plane » vient compléter notre cours d’hy-
draulique générale sur l’hydrostatique. Il a pour but de déterminer la force de pression théorique et
expérimentale tout en les comparant. Par ailleurs, nous adopterons dans un premier temps une
plaque partiellement immergée puis dans un second temps une plaque complètement immergée.

II Rappels théoriques
En hydrostatique (fluide au repos v = 0) on dispose de l’équation générale de
conservation de la quantité de mouvement :
rp = f
avec f : la densité massique de la force à distance exercée sur le fluide dans le référentiel R et
p : la pression exercée en tous points du fluide.
Cette équation d’équilibre entre le gradient de pression et les forces volumiques de
pesanteur permet de déterminer la force de pression exercée par le fluide en tout point de la
paroi de son contenant. Cette force de pression est la force hydrostatique. Elle vaut :

p = gh
. La résultante des forces hydrostatiques s’obtient par intégration sur la surface concernée :
Z
FH = pdS = ghSS (3)
S

où est la masse volumique du fluide [kg=m3]


2
g est l’accélération de la pesanteur [m=s ]
hg est la position du centre de gravité de la surface immergée par rapport à la surface libre [m]
2
S est la surface de la plaque en contact avec le fluide [m ].
Le point d’application de la résultante des forces de pression ou centre de poussée
se détermine par :
I 0
xx ;G

yp = + yG
ygS
avec Ixx0 ;G est le moment d’inertie (figure 1) par rapport aux axes principaux de la
4
partie en contact avec l’eau (m ). Il vaut :
3
I = ab
0
xx ;G
12
yG est la profondeur du centre de gravité de la surface en contact avec l’eau
comptée à partir de la surface libre (m)

4
Figure 1 – Calcul du moment d’inertie

Dans notre cas, le moment d’inertie vaut


3
0:075X0:1
I 0
= 6 4
xx ;G 12 ) Ixx0 ;G = 6:025X10 m (6)
III Mode opératoire
Afin de mesurer la pression hydrostatique exercée par notre fluide colorée (eau colorée)
sur une plaque, nous utilisons le dispositif de la balance hydrostatique (figure 2) :

Figure 2 – Balance hydrostatique

Dans un premier temps, on équilibre la balance à vide avec les masses à notre disposition.
Dans notre cas, l’équilibre à vide à nécessité une masse de 130g.
Après l’équilibrage (angle de déviation nul) , nous chargeons le support de poids avec
une masse de 50 g ce qui fait un total de 180 g sur le support de poids. Ensuite, nous
renversons progres-sivement le liquide coloré jusqu’à l’obtention de l’état d’équilibre.

5
On répète progressivement l’opération en ajoutant des masses de 50g à chaque
fois. Le calcul de la force hydrostatique pour chaque essai se base sur l’équilibre des
moments (figure 3). En effet :
(7)

X Mo = 0 ) Rf (z + zR) W L = 0 ) Rf =
avec Rf : la force hydrostatique et
W : le poids de la masse utilisée pour rééquilibrer le système à chaque essai.
zR : est la position du centre de poussée par rapport à la surface libre du fluide. Elle vaut :
I 0 (8)
zR = xx ;G + zc
zcS

zc : est la position du centre de gravité de la plaque rectangulaire par rapport à la


surface libre du fluide O (figure 3). Elle vaut :
(Ro Ri)
zc = (Ri z) +
2
avec Ri : le rayon interne ; R o : le rayon externe et z : la position de la surface libre
du fluide par rapport au point pivot O (figure 3).

Figure 3 – La balance hydrostatique détaillée

IV Compte rendu
Nous procédons à présent à la détermination de la force hydrostatique
expérimentale suivant les formules détaillées au III. Pour cela, nous considérons les
données caractéristiques de la balance hydrostatique.

6
Table 1 – Données caractéristiques de la balance hydrostatique

Largeur de la (m) 0.075


Hauteur de la plaque (m) 0.1
L(m) 0.2
Ri (m) 0.1
Ro (m) 0.2
3
eau (kg=m 1000
2
g (m=s ) 9.81

Table 2 – Récapitulatif de notre manipulation

R (N) R (N)
Masse (g) Poids (N) Z (m) Zc(m) ZR (m) fexp ftho Erreur (%)
50 0.49 0.17 0.021 0.027 0.497 1.508 67.04
Partiellement immergée 100 0.981 0.154 0.028 0.037 1.025 2.06 50.27
150 1.47 0.136 0.037 0.049 1.588 2.722 41.67
470 4.611 0.102 0.048 0.065 5.510 3.532 56.02
Totalement immergée 520 5.101 0.09 0.06 0.074 6.225 4.415 41.02
570 5.592 0.082 0.068 0.08 6.892 5.003 37.76

De façon générale, nous constatons que plus la hauteur d’eau augmente, plus la force hy-
drostatique sur la plaque est grande. De plus, nous constatons que le centre de poussée est de
plus en plus bas lorsque la hauteur d’eau augmente également. Pour le cas où la plaque est par-
tiellement immergée, nous constatons qu’au premier essai, la force hydrostatique théorique est
largement supérieure à la force hydrostatique expérimentale soit une erreur relative de 67.04%.
Au deuxième et troisième essai, nous constatons une diminution de l’erreur relative entre force
hydrostatique théorique et expérimentale. Il y a donc une convergence progressive de la force
hydrostatique déterminée expérimentalement vers celle théorique.
Concernant le cas où la plaque est totalement immergée, nous remarquons la même évolution de
l’erreur relative comme dans le cas partiellement immergée. Cependant, la convergence de la force
expérimentale vers la force théorique se fait beaucoup plus rapidement. Ces erreurs élevées
pourraient se justifier par une accumulation des erreurs de lecture, des défauts du matériels...

Conclusion
Au terme de ce TP, nous avons pu comprendre et appréhender de façon pragmatique le prin-
cipe de l’hydrostatique. Les différentes interprétations telles que la force hydrostatique augmente
avec la profondeur d’eau tandis que son centre de poussée diminue nous ont permis de prendre
conscience de l’enjeu de l’hydrostatique dans notre future carrière d’ingénieur hydraulicien.

Vous aimerez peut-être aussi