Vous êtes sur la page 1sur 7

GENERALITES CLIMATISATION

1. Définition conditionnement d’air :


Conditionner l’air d’un local consiste à préparer et introduire de façon continue dans
le local une certaine quantité d’air dont les caractéristiques sont telles que les conditions
d’ambiance du local sont réalisés. Ces conditions portent sur :

 Température de l’air
 Humidité ou hygrométrie
 Son renouvellement
 Pureté de l’air

L’objectif est de réaliser un micro- climat intérieur confortable quelles que soient les conditions
météorologiques extérieures et les apports de chaleur internes au local.

2. Calcul des débits de soufflage :

En climatisation, on utilise les débits massiques d'air sec [kg/s ou kg/h] car ce débit
reste constant dans les évolutions de l’air humides.
Connaissant le débit massique d’air sec, on peut calculer le débit volumique avec la relation
suivante :

qv = υ . qmas

avec:
qv : débit volumique d’air climatisé [m3/s]
υ : volume spécifique de l’air climatisé [m3/kgas]
qmas : debit massique d’air sec [kgas/s]

Page 1
2.1 Bilan d’un local:

a. Bilan enthalpique :

L’enthalpie apportée au local H1 par l’air soufflé et les apports calorifiques est égale
à l’enthalpie perdue par ce local H2 air extrait repris ou perdu

H1 =H2

Avec:

H1 = h1.qmas + HO

Dans cette relation

H1: enthalpie apportée au local [kW]

h1: enthalpie spécifique de l’air soufflé [kJ/kgas]

qmas : debit massique d’air sec [kgas/s]

HO: dégagement global intérieur de chaleur [kW]

H0 peut être positif s’il s’agit d’apport de chaleur chauffer le local ou négative s’il s’agit de
déperdition.

et

H2 = h2.qmas

H2: enthalpie perdue par le local [kW]

h2: enthalpie spécifique de l’air extrait [kJ/kgas]

qmas : débit massique d’air sec extrait [kg as/s]

Le bilan enthalpique du local


H1=H2
Soit :

h1.qmas + HO = h2 . qmas

d’où

[1.1]

Page 2
Remarques:

1. Le débit massique d’air sec soufflé doit être égal au débit massique d’air sec extrait si
non il ya risqué de surpression ou dépression dans les locaux ce qui a priori n’est pas
souhaitable
2. Le débit massique d’air sec doit être positif de sorte que :
 Si H0 0 on a obligatoirement h2 h1 ce qui signifie que l’air doit être soufflé à une
température inférieure a celle de l’ambiance (condition de soufflage d’été)
 Si H0 0 on a obligatoirement h1 h2 ce qui signifie que l’air doit être soufflé à une
température supérieure a celle de l’ambiance (condition de soufflage d’hiver)
 Pour pouvoir calculer qmas il suffit de fixer les conditions de soufflage h1, H0 et h2 étant
connus.

b. Bilan de l’humidité :

L’humidité gagnée est égal à l’humidité perdue (puisque ᴪ reste constante) :


mh1=mh2

Or mh1 = r1.qmas+M0

Et mh2 =r2. qmas


Dans ces relations :

mh1 : humidité apportée au local [kg/s]


r1, r2 : teneur en humidité de l’air soufflé et de l’air extrait [kg/kgas]
M0 : dégagement d’humidité éventuel à l’intérieur du local [kg/s]
mh2 : humidité perdue par le local [kg/s]

Le bilan d’humidité du local est alors


mh1 = mh2

r1.qmas+M0 =r2.qmas
On endéduit :

qmas = [1.2]

Page 3
les relation 1.1et 1.2 nous permette d’écrire

soit encore:

Ou

Cette relation permet de calculer la teneur en humidité de l’air soufflé pour maintenir constant
le degré hygrométrique du local climatisé.

2.2 calcul des débits de soufflage :

a. Cas général :

Les débits de soufflage d’air sec peuvent se calculer pour chaque local par :

qmas

qmas=

le débit volumique de soufflage est alors donné par la relation:


qv = qmas.υ
[m3/s]
Pour déterminer qmas il suffit de se fixer :
h2 - h1 ou r2-r1

la relation : h = ϴ + r (2490 + 1.96 ϴ)


ou h = (1+1.96.r) ϴ+ 2490.r
En climatisation r ne dépasse pratiquement jamais 0.01 [kg/kgas]

On peut donc négliger1.96.r devant 1


h = ϴ+2490.r
et h2-h1 = (ϴ2- ϴ1) + 2490. (r2-r1)

Avec :
ϴ2- ϴ1 : écart des températures au soufflage ou « écart de soufflage »
r2-r1 : écart des teneurs en humidités au soufflage.

Page 4
En climatisation de confort, les dégagements d’humidité dans les locaux sont souvent
négligeables de sorte que :

L’écart de soufflage permet de calculer le débit massique d’air sec à souffler dans la local.

b. Apports d’humidité négligeables :

Dans ce cas,
r2 = r1
et

h2 - h1 = (ϴ2 - ϴ1)
par conséquent :

qmas
ϴ ϴ

2.3 calcul du débit total d’air neuf :

2.3.1 – Définition :

Nous appellerons air neuf de l’air extérieur simplement filtré. Le débit d’air neuf pour
chaque local est fixé par les exigences de la ventilation (confort aéraulique) il dépend du
volume de local et de sa fonction et du nombre d’occupants.
Il est donc possible, en cumulant le débit d’air neuf de l’ensemble de locaux, de connaitre le
débit total d’air neuf à introduire dans l’ensemble de l’installation.

2.3.2 Taux d’introduction d’air neuf :

Pour des raisons d’économies, on limite le débit d’air neuf au débit minimal fixé par
la ventilation.
Pour caractériser Le débit total d’air neuf, on est amener à le comparer au débit d’air à
souffler dans l’installation. On définit le taux d’introduction d’air neuf.

Avec :
qan : débit massique d’air sec extérieur (air neuf) à introduire [kgas/s]
qas : débit massique d’air sec à souffler dans l’ensemble des locaux (air neuf) à introduire
[kgas/s]

Page 5
2.4 calcul du débit d’air recyclé :

2.4.1 Définition :

Le débit d’air total à mettre en circulation dans une installation étant nettement
supérieur au débit total d’air neuf, on fait donc appel à une opération dite de recyclage qui
consiste à mélanger de l’air repris à l’intérieur des locaux avec l’air neuf.

Comme le montrent le schéma suivant :


Air soufflé (ϴs )

Local(ϴi )

qas
Air neuf Traitement
qan de l’air

Air recyclé Air repris


qrj = qan qrc qrp = qas

Air rejeté

Nous pouvant ainsi établir le bilan massique des différents airs d’une installation de
climatisation et écrire :
air neuf + air recyclé = air soufflé
air rejeté +air recyclé = air repris
air repris= air soufflé
air rejeté =Air neuf

Et en faisant appel aux débits massiques :


qan + qrc = qas
qrj + qrc = qrp
qrp = qas
qan = qrj

Page 6
2.4.2 Calcul du débit de recyclage :

Pour calculer les différents débits, il est nécessaire de calculer au préalable :

- Le débit total d’air à souffler


- Le débit minimal d’air neuf

Ces deux débits permettent de déterminer le taux d’introduction d’air neuf :

Puis, ayant fixé les caractéristique de l’air à l’intérieur et à l’extérieur des locaux il est possible de
représenter graphiquement sur le diagramme de l’air humide les évolutions des différents airs de
l’installation.

Page 7

Vous aimerez peut-être aussi