Vous êtes sur la page 1sur 90

PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Dédicace

Je dédie ce projet de fin d’études particulièrement :

A ma mère, sources de tendresse et d’amour pour leur soutien tout le long de


ma vie scolaire.

A mon père, qui il est toujours soutenu et qui a fait tout possible pour nous
aider.

A ma petite sœur « Ghofrane », que j’aime beaucoup.

A ma grande famille.

A mes chers ami (e) s, et enseignants.

A tout qu’on a collaboré de prés ou de loin à l’élaboration de ce travail.

Avec mes meilleurs vœux


NEJIB 

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 1


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Dédicace

Je tiens à remercier particulièrement ma précieuse et ma chère famille, pour


son soutien sans faille.

Les mots ne sont pas assez grands pour remercier mes parents et mes frères.

Et je m’excuse auprès de ma mère pour l’avoir fait stresser inutilement avant


ma soutenance.

Le mot de la fin sera pour ma sœur « Naima », qui ma donnée des bonnes
pensées par leur citation.

Que tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin, trouvent ici l’expression de
ma gratitude.

Avec mes meilleurs vœux


MARWA 

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 2


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail réalisé au sein de l’’Issat Gabes ;

Je tiens à remercier vivement notre encadreur Mme. Soltane Selsabile

Mes gratitudes et mes remerciements aux membres de jury Mr


Kamoun Jamel et Mme Ben Alaya Saida qui ont pris la peine
d’évaluer ce travail faisant preuve d’attention et de patience.

Je tiens à rendre hommage à tous ceux qui nous ont prêté leur
généreuse assistance et soutient morale et matériel.

Enfin, mes remerciements à tous nos enseignants qui nous ont donné
la meilleure formation et qui n’ont pas cessé de nous encourager et de
nous aider durant la réalisation de ce travail pour leurs précieux
conseils.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 3


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

INTRODUCTION

Le présent travail s’inscrit dans le cadre du projet de fin d’études. Il est consacré à la conception et au
calcul des structures en béton armé d’un immeuble comportant un sous-sol, un RDC, une mezzanine
avec 4 étages. Ce bâtiment est destiné à usage d’habitation avec une partie pour usage commercial en
sous-sol, RDC et en mezzanine. Il se trouve au centre-ville de MEDNINE, avec une superficie de
664.35 m².

Un projet de conception et de calcul des structures en béton armé est indispensable afin d’acquérir une
méthode de travail et de confronter les difficultés qui peuvent rencontrer le technicien supérieur en Génie
Civil lors de l’étude d’un projet réel, aussi bien au niveau de la conception qu’au niveau du calcul.

Notre étude de ce bâtiment est basée sur la conception de l’ossature en béton armé (plans de coffrage)
puis le dimensionnement de quelques éléments de la superstructure tels qu’une nervure, une poutre, un
panneau de dalle pleine, un poteau et un escalier. L’étude présentée dans ce travail couvre aussi le
dimensionnement de quelques éléments de l’infrastructure tels qu’une fondation.

Pour le calcul du ferraillage des éléments de la structure, en plus du calcul manuel, un calcul sur
logiciel a été réalisé et comparé aux résultats du calcul manuel. Pour cet objectif nous avons utilisé le
logiciel « ARCHE ».

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 4


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

CHAPITRE I : DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET


CONCEPTION STRUCTURALE

I. DESCRIPTION ARCHITECTURALE

Le projet objet de notre étude se constitue d’un seul bloc et s’étend sur une superficie de 664.35 m². Il
s’élance jusqu’à 23.91 m de hauteur et comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée (RDC) avec mezzanine
intermédiaire et quatre étages. Le bâtiment n’est pas limitrophe à des voisins et borde deux rues. (Voir
plan de masse en annexe).

FIGURE I. 1:PLAN D’IMPLANTATION DU BÂTIMENT

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 5


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

On donne dans ce qui suit une description de chaque niveau de la structure :

- Le sous-sol a une superficie d’environ 664.35 m² et joue le rôle d’une zone de stockage pour le magasin.
Il comporte un escalier. La H.S.P est égale à 2.93 m et l’accès au sous-sol est assuré par une rampe.

-Le RDC est un magasin qui admet la même superficie que le sous-sol. La H.S.P égale à 6.16 m et
diminue à 2.93 m du coté de la mezzanine.

- Pour la mezzanine, la superficie diminue à 309 m² à cause de présence d’une cour. La H.S.P égale à
2.93 m. La mezzanine représente la suite du magasin.

- La 1er étage a une H.S.P qui égale à 2.93 m et sa superficie d’environ 558.5 m².

-Les trois autres étages sont symétriques. La H.S.P de chaque étage est égale à 2.93 m et la superficie
d’environ 558.5 m².

FIGURE I. 2:COUPE LONGITUDINAL DU BÂTIMENT

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 6


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE I. 3: FAÇADE PRINCIPALE DE PROJET

II. CONCEPTION STRUCTURALE

1. INTRODUCTION

La conception est la tâche la plus importante lors de l’élaboration d’un projet de bâtiment pour laquelle
nous avons consacré le plus de temps. Ainsi une bonne lecture des plans architecturaux, des coupes et des
détails, est indispensable pour la compréhension du projet et le dégagement des problèmes qui puissent
nous rencontrer ainsi que des contraintes et des exigences à prendre en compte. Nous avons fait appel à
notre connaissance, à notre créativité et à notre expérience pour proposer des solutions.

La conception doit obéir à un certain nombre de critères. Elle doit assurer un bon compris permettant à la
fois de satisfaire les exigences structurales et architecturales et de minimiser le cout global du projet.
SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 7
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

2. OSSATURES ÉTUDIÉES

- Les ossatures composées de poutres et de poteaux


- Les systèmes planchers-voiles

A. LES OSSATURES POTEAUX - POUTRES

Elles sont composées d’éléments porteurs verticaux (poteaux) et d’éléments porteurs horizontaux
(poutres) supportant un plancher. Elles sont les plus utilisées en Tunisie et se caractérisent par leurs
facilités d’exécution et leur économie relativement à d’autres systèmes. Ces ossatures sont légères et
adaptent aux constructions présentant des irrégularités dans leurs architectures.

B. LES SYSTÈMES PLANCHERS - VOILES

La structure consiste en un maillage régulier de voiles armées jouant le double rôle de porteurs verticaux
et de cloisons. Ce système participe au contreventement de la construction et assure la séparation,
l’isolation acoustique entre locaux et une protection incendie (coupe-feu), reprennent la poussée du
terre et participent à reprendre les charges apportées par les planchers. Par contre, ils sont très coûteux, ils
procurent des quantités remarquables de béton et d’acier.

3. PLANCHERS ÉTUDIÉES

A. DALLE PLEINE

C’est un plancher à surface horizontale, s’appuyant directement sur les poteaux. Les caractéristiques de ce
plancher sont : une inertie offerte par la masse importante du béton et qui est favorable à l’absorption du
bruit aérien, une adaptation aux différentes formes, une bonne adhérence porteur dalle (même matériau
tout est coulé sur chantier), une meilleur résistance au feu qu’un plancher en corps creux, une isolation
thermique considérable et une reprise de bétonnage possible.
Néanmoins, ce système est un ensemble lourd, il consomme beaucoup de bois de coffrage et d’étais, son
cout est bien élevé, il nécessite un grand nombre de main d’œuvre et sa durée d’exécution est plus
importante que les autres types de planchers.

B. PLANCHER NERVURÉ

C’est l’ensemble constitué de nervures et de corps creux en terre cuite. Les nervures reposent sur des
poutres principales ou des voiles. Ce type de plancher demeure le plus utilisé en Tunisie.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 8


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Parmi les avantages de ce plancher on distingue la légèreté, l’isolation thermique offerte, l’économie de
béton (par rapport à une dalle pleine).

4. RÈGLES ET CRITÈRES DE CHOIX

La conception de la superstructure a été réalisée en respectant les critères suivants :

- Assurer la sécurité des individus et des biens (notamment la sécurité incendie)


- Assurer l’isolation thermique et acoustique
- Respecter au mieux les plans architecturaux afin de conserver l’aspect esthétique du bâtiment. en effet,
l’emplacement des éléments porteurs ne doit en aucun cas gêner l’usage fonctionnel de l’architecture.
- Eviter les grandes portées pour des fins économiques et esthétiques et pour limiter les hauteurs des
retombées surtout si H.S.P n’est pas importante.
- Considérer la disponibilité des matériaux et la facilité d’exécution.
- Essayer d’éviter au maximum d’avoir des poteaux naissants.
- Eviter les poutres isostatiques sauf dans des cas critiques où on se trouve obligé de le faire.
- Prendre en considération l’exécution pour faciliter la tâche de la main d’œuvre (coffrage).
- Le choix de sens de nervures se fait suivant la portée la plus petite d’une surface coffrée. Il
est vivement déconseillé de choisir les sens des nervures identiques, car cette conception a une influence
grave sur la rigidité de l’ossature.

5. CHOIX DU SYSTÈME PORTEUR ET PLANCHERS

Après analyse des différents systèmes porteurs et planchers, et en se basant sur les critères de choix
mentionnés ci-dessus, on opte pour la superstructure suivante :

 Une ossature associant les systèmes planchers voile en béton armé au niveau de sous-sol.
 Une ossature associant les systèmes poteaux poutres en béton armé au niveau de toute la construction.
 Une dalle pleine pour le plancher du sous-sol (coupe feu, point de vue sécurité)
 Une dalle pleine pour les panneaux de dalles irréguliers (mezzanine).
 Un plancher nervuré avec corps creux en terre cuite pour les étages courants (pour alléger la structure
et minimiser le cout et le temps d’exécution)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 9


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Le choix du type de la fondation est fait en se basant sur les données géotechniques fournies par le bureau
d’étude. La solution retenue est une fondation sur semelles isolées sous poteaux et semelles filantes
sous voiles.

6. CONTRAINTES ARCHITECTURALES LORS DE LA CONCEPTION

L’emplacement des poteaux a été choisi en superposant les plans des différents étages et en respectant les
contraintes architecturales. A partir du sous-sol et jusqu’au derniers étages, tous les poteaux sont noyés
dans des cloisons. Le choix de l’emplacement de poteaux dépend aussi des distances qui les séparent.
Leur distribution doit être uniforme afin d’obtenir une répartition équilibrée des charges et pouvoir par la
suite les regrouper en familles et facilité d’avantage leur dimensionnement et leur calcul.
Afin de préserver la coté esthétique du magasin et d’assurer une voie de circulation fonctionnelle et
dégagée au niveau de sous-sol et de RDC ainsi que l’existence des grandes portées, on a prévue des
poteaux naissants en 1er étage.

7. PRÉ DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES EN BÉTON ARMÉ : [1]

Après avoir choisi notre structure porteuse, nous passons à l’étape de pré dimensionnement des
éléments porteurs verticaux et horizontaux. Cette phase nous permet de faire une approximation des
sections de béton permettant de gagner du temps dans la phase de dimensionnement (exécution)
de ferraillage nécessaire.

A. DALLE PLEINE :

L’épaisseur h d’une dalle pleine en béton armé est fixée par la condition de limitation de la flèche. Le
tableau suivant indique les épaisseurs minimales en fonction des paramètres suivants:
l x : La petite longueur de la dalle
l y : La grande longueur d’une dalle
lx
α=
ly
Tableau 1: pré dimensionnement des épaisseurs des dalles pleines

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 10


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Dalle sur appuis simples Dalle sur appuis continues

α≤ 0.4 h ≥ l x /20 h ≥ l x /30


α> 0.4 h ≥ l x /30 h ≥ l x /40

Balcon (dalle en h ≥ l x /10


porte à faux)

B. PLANCHER NERVURÉ:

l
Si le plancher est en corps creux alors son épaisseur égale à de la plus grande portée.
22.5

C. POUTRE EN BÉTON ARMÉ :

La hauteur h d’une poutre en béton armé est fixée aussi par la condition de limitation de la flèche. Le
tableau suivant indique la hauteur minimale et la largeur b0 en fonction de la portée de la poutre L [1] :

Tableau 2: pré dimensionnement de la hauteur et la largeur d'une poutre

Poutre sur appuis simples Poutre sur appuis


continues
Hauteur h h ≥ l/10 h ≥ l/15
Largeur b 0 0.3h≤ b 0 ≤0.6h

l
Pour une poutre en bande noyée dans la dalle : l’épaisseur de la poutre doit vérifier h ≥ et sa largeur
16
b0 doit vérifier 1,5h ≤ b0 ≤ 3h.

Il faut aussi préciser que souvent pour des raisons d’ordre architectural ou esthétique, on doit augmenter
la largeur de la poutre pour éviter une retombée importante.

D. POTEAU EN BÉTON ARMÉ :

Pour les poteaux en béton armé, le pré dimensionnement est basé principalement sur la limitation du

h
risque de flambement. En général, il faut que a ≥
15

Avec h la hauteur du poteau

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 11


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Et a : le plus petit des deux côtés du poteau.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 12


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

CHAPITRE II : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET


HYPOTHESES DE CALCUL [2]

L’établissement d’un projet repose sur trois éléments indispensables à savoir :

 Le béton : qui est caractérisé par une valeur de la résistance à la compression à l’âge de 28 jours : fc28
 Les aciers ; dont les caractéristiques doivent être conformes aux textes réglementaires.
 Les hypothèses de calcul : Le dimensionnement des éléments de la structure est conduit selon les
règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (B.A.E.L)

I. CARACTERISTIQUES DU BETON

Pour les éléments en béton armé, le béton est dosé à 400 Kg/m 3 (Agrégats 4/15 _ 15/25) en utilisant un
liant hydraulique (ciment CPA42.5) mise en œuvre dans une centrale à béton et transporté au chantier par
des camions toupies. On retiendra un coefficient partiel de sécurité du béton :γ b=1.5
ainsi on peut définir les paramètres suivants:
 La résistance caractéristique à la compression du béton : f c28 = 25 MPa
 La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours égale à :
f t 28=0.6+ 0.06 f c28 =2.1 MPa

 Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours, pour les charges dont la
durée d’application est inférieure à 24 h, égale à :
Ei 28=11000 √3 f c 28=32164.19 MPa
 Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges :
θ=1 pour t>24 heures
Es
 Le coefficient d’équivalence acier/béton est : n= =15
Eb
 Le poids volumique du béton armé est γ=25 KN/m³
 Le gros béton est dosé à 250 Kg /m³ (Agrégats 30/70 _ ciment CPA 42.5)
 Béton de propreté : Dosage du ciment : 150 Kg/m3 (Agrégats 15/25 _ ciment CPA 42.5)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 13


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

II. CARACTERISTIQUES DES ACIERS

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400, dont les
caractéristiques sont les suivantes :
 La limite d’élasticité garantie : f e =400 MPa
 Le module d’élasticité : E s=2. 105 MPa
 Le coefficient de fissuration : η=1.6
 Le coefficient de scellement : ψ=1.5
 coefficient partiel de sécurité de l’acier : γ s =1.15
Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance FeE235 qui ont les
caractéristiques suivantes :
 La limite d’élasticité garantie : f e =235 MPa
 Le coefficient de fissuration : η=1.0
 Le coefficient de scellement : ψ=1.0
 coefficient partiel de sécurité de l’acier : γ s =1.15
La contrainte de traction des armatures est égale à :
 Fissuration peu préjudiciable (FPP) : σ´st n’est pas définie

 Fissuration préjudiciable : σ´st =min {32 × f ; 110 √η . f }=201.63 MPa


e tj

III. HYPOTHESES DE CALCUL

L’immeuble à construire se situe à la région de MEDNINE , concernant la superstructure, le


climat environnant n’est pas agressif. Et en ce qui concerne l’infrastructure, on considère qu’elle
est en milieu agressif. On peut donc déduire :

Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure

La fissuration sera considérée peu préjudiciable (FPP).

L’enrobage des armatures sera égal à 3 cm.

Dimensionnement et ferraillage de l’infrastructure

La fissuration sera considérée préjudiciable (FP).

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 14


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.

Dimensionnement à l’Etat Limite Ultime (ELU)

Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’ELU sont :

Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation sont
respectivement égaux à 1.35 et 1.5.

La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

0.85× f c28
f bu= =14.16 MPa
1.5

La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à :

fe
σ st =f su = =347.83 MPa
1.15

Vérification à l’Etat Limite de Service (ELS)

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :

Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation sont égaux à 1.

La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

σ bc=0.6× f c28=15 MPa

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 15


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

CHAPITRE III : EVALUATION DES CHARGES

I. PLANCHER EN CORPS CREUX 

Ce type de plancher est le plus utilisé dans la majorité de chantiers en raison de sa facilité de mise en
œuvre, son coup économique et l’isolation que ce soit phonique ou thermique qu’il présente.

1. COMPOSITION DU PLANCHER

Ce plancher représente une composition de :

- Corps ceux : utilisés comme coffrage perdu permettant d’unifier le plancher.


- Nervure coulée sur place : reposant sur des poutres, elles constituent les éléments porteurs
du plancher et leur emplacement est fonction des dimensions du corps creux.
- Une chape de béton coulée sur place : permettant la transmission ainsi que la répartition des
charges aux nervures.

FIGURE III. 1: PLANCHER INTERMÉDIAIRE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 16


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE III. 2:P LANCHER TERRASSE

2. CHARGES PERMANENTES 

A. PLANCHER INTERMÉDIAIRE 

Tableau 3:Charges permanentes pour plancher intermédiaire

Produits G (16+5) KN/m² G (19+6) KN/m²


Carrelage (2.5 cm) 0.6 0.6
Mortier de pose (2.5 cm) 0.5 0.5
Lit de sable (5 cm) 0.9 0.9
Enduit sous plafond (1.5 cm) 0.3 0.3
Cloisons légères 0.75 0.75
Hourdis 2.85 3.05
Total 5.9 6.1

B. PLANCHER TERRASSE 

Tableau 4:Charges permanentes pour plancher terrasse

Produits G (16+5) KN/m² G (19+6) KN/m²


Enduit sous plafond (1.5 cm) 0.3 0.3
Forme de pente (e=10cm) 2 2
Etanchéité SP4 0.2 0.2
Couche de revoirage (2 cm) 0.4 0.4
Couche de protection (4 cm) 0.8 0.8
Hourdis 2.85 3.05
Total 6.55 6.75

II. PLANCHERS EN DALLE PLEINE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 17


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

1. PLANCHER INTERMÉDIAIRE EN DALLE PLEINE 

Tableau 5:Charges permanentes pour un plancher intermédiaire en dalle pleine

Produits G KN/m²
Carrelage (2.5 cm) 0.6
Mortier de pose (2.5 cm) 0.5
Lit de sable (5 cm) 0.9
Enduit sous plafond (1.5 cm) 0.3
Cloisons légères 0.75
Poids propre de la dalle (épaisseur e) 25*e
Total 3.05 + 25*e

III. CHARGES D’EXPLOITATIONS

Tableau 3:Charges d’exploitation

Local Q (KN/m²)
Locaux d’habitation 1.5
Plancher à usage de bureaux 2.5
Local commercial 4-5
Balcons pour locaux d’habitation 3.5
Escaliers 2.5 - 4
Terrasse accessible 1.5
Terrasse non accessible 1

IV. AUTRES CHARGES

1. CHARGES DES CLOISONS 

Tableau 4:Charges permanentes pour les différents types de cloison

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 18


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Cloison G (KN/m²)
Double cloison (e = 35 cm) 2.9
Double cloison (e = 30 cm) 2.5
Cloison légère (e = 25 cm) 2.37
Cloison légère (e = 20 cm) 2.05
Cloison légère (e = 15 cm) 1.58
Cloison légère (e = 10 cm) 1.17

2. CHARGES DES ACROTÈRES 

Tableau 5:Charges permanentes pour acrotère

Acrotères G (KN / m²)


Acrotère simple 1.9
Acrotère couvre joint 2.5

CHAPITRE IV : ETUDE DE NERVURE

I. INTRODUCTION :

Une nervure, par sa forme se calcule comme étant une poutre en «T» travaillant à la flexion simple et
soumise à l’action des charges permanentes et celles d’exploitation.
A titre d’exemple, on se propose une nervure Hyperstatique : N20 située au plancher haut du 4éme étage
(plancher terrasse).
 Localisation de la nervure :

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 19


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE IV. 4: SCHÉMATISATION DE LA NERVURE HYPERSTATIQUE N20

II. DONNEES DE CALCUL DE LA NERVURE 

1. SCHÉMA MÉCANIQUE DE LA NERVURE 

La nervure étudiée est schématisée comme une poutre continue à deux travées soumise à une charge
uniformément répartie comme le montre la figure ci-dessous :

FIGURE IV. 2:S CHÉMA STATIQUE DE LA NERVURE N20

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 20


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

2. PRÉ DIMENSIONNEMENT DE LA SECTION DE LA NERVURE 

La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l’âme b 0 sont imposées par le type des corps
creux à savoir : b = 33 cm et b0 = 7 cm.
La hauteur est déterminée d’après le règlement BAEL :
On a la portée la plus grande est : L = 3.91 m.
L 3.91
h≥ = =0.173 m=17.3 cm soit un plancher de ( 16+5 )
22.5 22.5

h = 21 cm ; d =0.9h = 0.189 m


La section de la nervure est alors :

 Largeur de la table de compression : b = 33 cm


 Hauteur de la table : h0 = 5 cm
 Hauteur de l’âme : h – h0 = 16 cm
 Largeur de l’âme : b0 = 7 cm

FIGURE IV. 3:SCHÉMA TRANSVERSALE DE LA NERVURE N20

3. EVALUATION DES CHARGES 

Comme la nervure étudiée est situé au niveau de terrasse du plancher haut de 4 éme étage alors on prend les
charges suivantes :
 Charges permanentes : G = 6.55 KN/m2 (Plancher terrasse (16+5))
 Charges d’exploitation : Q = 1.5 KN/m2 (terrasse accessible)
Les charges par mètre linéaire sont :
 Charges permanentes : G = 6.55 × 0.33 = 2.16 KN/m

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 21


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

 Charges d’exploitation : Q = 1.5 × 0.33 = 0.49 KN/m


On obtient ainsi :
 A l’ELU : Nu = 1.35 G + 1.5 Q = 3.66 KN/m
 A l’ELS : Nser = G + Q = 2.655 KN/m

4. DÉTERMINATION DES SOLLICITATIONS

A. MÉTHODE DU CALCUL

On vérifie si la méthode forfaitaire est applicable:


Q=1.5 KN /m2< 5 KN /m2 → vérifiée
Q=0.49 KN /m<2 G=2 ×2.16=4.32 KN /m→ vérifiée
La fissuration est peu préjudiciable vérifiée
Absence de charge localisée vérifiée
Les nervures ont la même inertie le long de chaque travée vérifiée
l i+1 3.62
Les portées vérifient : 0,8 ≤ = =0.92≤ 1,25 vérifiée
l i 3.91
Toutes les conditions sont vérifiées, on applique la méthode Forfaitaire.

B. DÉTERMINATION DES MOMENTS FLÉCHISSANT

 Moments Isostatiques

M0 = moments dans la travée isostatique de référence soumis aux même charges que la travée associée.
N u × L2
A l’ELU : M 0 u=
8
N ser × L2
A l’ELS: M 0 s=
8
Tableau 6: Tableau des moments isostatiques (nervure N20)

Travées 1 2
L(m) 3.91 3.62
M 0 u(KN.m) 6.99 5.99
M 0 ser (KN.m) 5.07 4.34
.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 22


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

 Moments Sur Appuis

FIGURE IV. 4 : SCHÉMA DES MOMENTS SUR APPUIS

Tableau 7:Moments fléchissant sur appuis (nervure N20)

Appui 1 2 3

ELU 0 -4.19 0
Mt (KN.m)
ELS 0 -3.04 0

0,6× M 10
M
Appui 2 : à l’ELU : 2 =max
|
0,6× M 02 =
max 0,6× 6.99
|
0,6× 5.99
= 4.19 KN.m

 Moments en Travées

FIGURE IV. 5 : SCHÉMA DES MOMENTS EN TRAVÉES

M w+ M e
≥ max ( 1+ 0.3 α ) M 0
On doit vérifier la condition suivante : M t + 2 { 1,05 M 0

Avec:
Q
Le rapport de chargement α = =¿0.19
G+Q
M eEt M w : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux sur appui droite et gauche de
la travée « i ».

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 23


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

M w+ M e
M t : Moment maximal dans la travée continue : M t + ≥1,057 M 0
2

Travée 1 : ELU


Q
α= =¿0.19
G+Q
1,2+0.3 α 1 1,2+ 0.3× 0.19
Mt ≥ M0 = × 6.99 = 4.39 KN.m
2 2
0+ 4.19
4.39+ > 1,057 ×6.99=¿ 7.39 KN.m
2
 Non vérifié
Mw+Me 0+ 4.19
M t ≥1,054 M 0 − = 7.39− = 5.29 KN.m
2 2
Tableau récapitulatif des moments en travées maximales:

Tableau 8: Récapitulatif des moments en travées maximales (nervure N20)

Travées 1 2
ELU 5.29 4.24
M (KN.m) ELS 3.84 2.67

FIGURE IV. 6 : DIAGRAMME DES MOMENTS FLÉCHISSANT À L ’ELU (NERVURE N20)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 24


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE IV. 7 : DIAGRAMME DES MOMENTS FLÉCHISSANT À L'ELS (NERVURE N20)

C. DÉTERMINATION DES EFFORTS TRANCHANTS

 Effort Tranchant de Référence

Tableau 9: Efforts tranchants isostatiques (nervure N20)

Travées Formule V 0(KN)

1 l1 7.15
Nu ×
2
2 l2 6.62
Nu ×
2

 Effort Tranchant Sur


Appuis

En tenant compte de la continuité, les efforts tranchants aux appuis sont déterminés comme suit :

FIGURE IV. 8 : S CHÉMA DES EFFORTS TRANCHANTS

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 25


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Tableau 10:Efforts tranchant sur appuis (nervure N20)

Appuis Appui1 Appui2 Appui3


Effort à gauche 0 -8.22 -6.62
Tranchant
à droite 7.15 7.61 0
(KN)

FIGURE IV. 9 : DIAGRAMME DE L'EFFORT TRANCHANT ( NERVURE N20)


III. DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES

Puisque la fissuration est peu préjudiciable (FPP), on calcule les armatures à l’ELU et on vérifie les
contraintes à l’ELS toute en respectant la condition de non fragilité.

1. ARMATURE LONGITUDINALE :

A. TRAVÉE 1 :

 Dimensionnement à l’ELU 

Mu = 5.29×10-3 MN.m
M Tu = b.h0.fbu. (d – 0.5.h0) = 0.33×0,05×14.16× (0,189 -0.5×0.05) = 0.038 MN.m
On a donc : M Tu > MuLa section en T se comporte mécaniquement comme une section rectangulaire b×h
= 33×21cm.
Mu 5.29 ×10−3
Le moment réduit : µbu = = = 0.031
b × f bu × d 2 0.33× 14.16 ×0.1892
µbu< µl =0.39 (Puisque fe = 400 MPa)  on n’a pas besoin d’acier comprimés  Asc = 0

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 26


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Puisque on a (Asc=0), Alors on choisit un acier de montage : 1HA10


α =1,25(1- √ 1−2 µ) = 0.039
yu = α × d = 0,00737 m puisque d =0.9h = 0.189 m
z = d-0,4× yu= 0.1861 m
Mu 5.29 ×10−3
Ast = = =¿0.82 cm2
z × σ st 0.1861× 347.83
Alors on choisit : 1HA12 soit Ast = 1.13 cm2

 Vérification à l’ELS 

Le moment à l’ELS est : Mser = 3.83×10-3 MN.m


La fissuration est peu préjudiciable alors il faut vérifier que :
M ser
σbc = y1 ≤ σ´bc = 0.6 × fc28 = 15 MPa
I SRH ¿
b ×h 02
Section en T f (h0) = + 15 Asc (h0 – d’) – 15 Ast (h0 – d)  f (h0) = 1.769×10-4> 0
2
La vérification se fait en considérant la section en T comme une section rectangulaire.
Position de l’axe neutre :
b × y 12
f (y1) = + 15 (Asc + Ast) y1 – 15 (Asc d’ + Ast d) = 0 avec Asc = 0
2
0.33× y 12
f (y1) = + 15 (0 + 1.13×10-4) y1 – 15 (0 + 1.13×10-4× 0.189) = 0
2
0.165 y12 + 0.001695 y1 – 3.203 ×10-4 = 0
y1 = 4.90cm < h0 = 5 cm
b × y 13
ISRH/ AN = + 15 Asc (y1 – d’) 2 + 15 Ast (d – y1) 2 = 0.46×10−4 m4
3
Mser 3.83 ×10−3
D’où σbc = y1 = ×0.049 = 4.07 MPa <σ´bc =15 MPa (bien vérifiée).
I SRH / AN 0.46 ×10−4

 Condition de non fragilité

Il faut que Amin ≤ Ast avec :


b0  h 2   b  b0   h02 7  212   33  7   52
V   6.745  cm
2  b0  h   b  b0   h0  2  7  21   33  7   5

V '  h  V  14.255  cm

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 27


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

h3 h3
I = b0* + (b – b0) 0 - [b0.h + (b-b0) h0].V2 = 10090.2081 cm²
3 3

I f t 28
Amin (sup) = * = 0.2184cm² < Ast = 1.13cm² vérifiée
0.81∗h∗v ' f e

I f t 28
Amin (inf) = * = 0.4617cm² < Ast = 1.13cm² vérifiée
0.81∗h∗v f e

B. APPUI 2 :

Le calcul des armatures au niveau d’appui se fait pour une section rectangulaire :
(0.07 × 0.21) cm2
Tableau 11: ferraillage et vérification à l’ELS de l'appui 2 (nervure N20)

Désignation Calcul

M u ( KN . m ) 4.194
Mu 0.12
µbu =
b × f bu × d 2
μl=0,39 ( f e =400 MPa ) > μbu Ok
2
A sc ( cm ) 0
α =1,25(1- √ 1−2 µ) 0.16
yu (m) = α × d 0.03
SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 28
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Z(m) = d-0,4× yu 0.18


Mu 0.64
Ast (cm2/ml) =
z × σ st

f t 28 0.16
Amin (cm2) = 0.23 ×0.07 × 0.189 ×
fe

( A st )théor > A min Condition vérifiée


Section choisie 1HA10 (0.79cm2)

Vérification à l’ELS
M ser ( KN . m) 3.042
y 1 (m) 0.06482

I SRH / AN ( m 4 ) 0.257 ×10−4


σ bc ( MPa) 7.67
σ´bc ( MPa) 15
σ bc < σ´bc Ok

C. TRAVÉE 2 :

Tableau 12:ferraillage et vérification à l’ELS de la travée 2(nervure N20)

Désignation Calcul

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 29


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

M u ( KN . m ) 4.236
Mu 0.025
µbu =
b × f bu × d 2
μl=0,39 ( f e =400 MPa ) > μbu ok
A sc ( cm2 ) 0
α =1,25(1- √ 1−2 µ) 0.031
yu (m) = α × d 0.005
Z(m) = d-0,4× yu 0.19
Mu 0.64
Ast (cm2/ml) =
z × σ st

f t 28 0.75
Amin (cm2) = 0.23 ×0.33 × 0.189×
fe

( A st )théor < A min Condition non vérifié


Section choisie 1HA12 (1.13cm2)

Vérification à l’ELS
M ser ( KN . m) 2.668
y 1 (m) 0.049

I SRH / AN ( m 4 ) 0.46 ×10−4


σ bc ( MPa) 2.842
σ´bc ( MPa) 15
σ bc < σ´bc Ok

2. ARMATURES TRANSVERSALES :

A. VÉRIFICATION DU BÉTON VIS-À-VIS L’EFFORT TRANCHANT

L’effort tranchant maximal : V u max = 8.22.10-3 MN


Vumax
La contrainte tangentielle : u = = 0.62 MPa
b0 ×d
Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α=90°, la contrainte
´ u :
limite ❑

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 30


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

fc 28
´ u= min 0.2
❑ ( γb )
, 5 MPa = 3.33 MPa >u = 0.62 MPa

Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle du cisaillement.

 Diamètre minimal des armatures transversales

h b
{
ϕt ≤ min ϕ lmin ; ;
35 10 }
 ϕt ≤ min { 12 mm ; 6 mm ; 33 mm }

 Soit ϕt = 6 mm ; on dispose un étrier ϕ6 (RL ; fet= 235 MPa) qui nous donne une section
At =2ϕ6= 0.57 cm2

 Pourcentage minimal des armatures transversales

At At 0,4 ×b 0 0,4 ×0.07


( )( )
St

St
=
min f et
=
235
= 1,19.10-4 m2/ml

 Espacement maximal

St max ≤ min { 0.9 d ; 40 cm }= 0.17 cm  St max = 17 cm

 Espacement initial entre les étriers

La règle de couture est donnée par :


¿
At [❑u−0,3 K . f t 28 ] γ s . b0

S t 0 0.9 ( sin ( α )+ cos ( α ) ) f et

On est dans le cas de flexion simple, sans reprise de bétonnage et en FPP


 K = 1; α = 90 cos ( α ) +sin ( α ) = 1
¿ V ¿u
❑ =
u
b0 ×d
max 5
OrV u = V u − × h× Pu(chargement uniformément réparti +élément hyperstatique)
¿
6
 Pour appui 1 :
−3 5 −3
V ¿u =7.15 ×10 − × 0.21×3.66 × 10 = 6.51×10−3MN
6
¿
¿ 6.51× 10−3 At [❑u−0,3 K . f t 28 ] γ s . b0
❑ =
u = 0.49MPa  ≥ = -0.053×10−3<0
0.07 ×0.189 S t 0 0.9 ( sin ( α )+ cos ( α ) ) f et

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 31


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

At 0,4 ×b 0 0,4 ×0.07


alors ( )
St min

f et
=
235
= 1,19.10-4 m2/ml

At At
 On prend
St
=
St ( ) min
= 1,19.10-4 m2/ml

0.57 ×10−4
Comme At = 0.57 cm2 alors: Sto = = 48 cm > StmaxSto= 17cm
1,19× 10− 4
L’espacement tout au long de la nervure sera constant avec Sto= 17 cm et Le premier espacement sera la

St0
moitié de Sto égale à =8.5 cm
2
Tableau 13:Récapitulatif des armatures transversales (nervure N20)

Travée 1 Travée 2
Gauche Droite Gauche droite

V ¿u ( KN ) 6.51 7.58 6.97 5.98


❑¿u ( MPa) 0.49 0.57 0.52 0.45
At -0.53 -0.22 -0.41 -0.68
( ) St théorique
2
(cm /m)

At 1.19
( ) St choisie
2
(cm /m)

At (cm2 ¿ 0.57
St théorique (cm) 48
St (cm) 17 17 17 17

IV. VÉRIFICATIONS 

1. VÉRIFICATION DE LA CONTRAINTE DANS LA BIELLE

2×|V umax| 0,8 × f c28


Il faut vérifier que : σ b = ≤ =13.33MPa
a . b0 γb
Soit a= bappui - e – enrobage = 25 – 2 – 3 = 20cm
−3
σ b = 2× 8.22× 10 = 1.17MPa ≤ 13.33 MPa
0.20× 0.07
 Condition vérifiée

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 32


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

2. VÉRIFICATION DES ABOUTS : ACIER DE GLISSEMENT

L’effort tranchant au voisinage de l’appui de rive nous mène à prolonger une quantité d´armatures
inférieurs de flexion au-delà de l´appui considéré :
Il faut que :
¿
Ag ≥ ¿ V u max ∨ f ¿  soit Ag = 1HA12= 1.13cm2
su

V umax 8.22× 10−3


= ×104 = 0.24 cm2< Ag = 1.13 cm2
f su 347.83
Donc on prolonge 1HA12 jusqu’ au appui

3. ARRÊT DE BARRE :
A. APPUI 2 :

Du côté de la travée de rive :


l=max [ 0.25× max ( l g ; l d ) ; l s ]

Avec :
l g , l d : Longueurs des travées « gauche » et « droite ».
l s  : Longueur de scellement : l s  =40× Ø = 40 ×1= 40 cm
l=max [ 0.25× max ( 391; 362 ) ; 40 ]= 97.75cm l =100cm

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 33


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE IV. 10 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE (NERVURE N20)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 34


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE IV. 11 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE (NERVURE N20.1)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 35


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE IV. 12 : SCHÉMA DE FERRAILLAGE (NERVURE N20.2)

CHAPITREV : ETUDE D’UNE POUTRE

I. INTRODUCTION

Les poutres sont des éléments porteurs en béton armé, leur rôle consiste essentiellement à supporter les
charges transmises par le plancher.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 36


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Dans ce chapitre, on va traiter, par un calcul détaillé une poutre continue à deux travées. Il s’agit
de la poutre A10du plancher haut du RDC.

FIGURE V. 1:SCHÉMA DE LA POUTRE CONTINUE A10

FIGURE V. 2 : SCHÉMA STATIQUE DE LA POUTRE A10

II. EVALUATION DES CHARGES

La poutre concernée se trouve au niveau du plancher haut RDC. Les chargements sont donc comme suit :
G = 5.9 KN/m2 (plancher intermédiaire 16+5)
Q = 5 KN/m2 (local commercial)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 37


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

 Travée1 :

3.62 3.91
 Charge du plancher (16+5) : G= 5.9× ( + ¿=22.21 KN/m
2 2
3.62 3.91
 Charge d’exploitation : Q= 5 × ( + )=18.825 KN/m
2 2
 Pu = 1.35*G+1.5*Q =58.221KN/m

 Travée 2 :

3.62 3.91
 Charge du plancher (16+5) : G= 5.9× ( + ¿=22.21 KN/m
2 2
3.62 3.91
 Charge d’exploitation : Q= 5 × ( + )=18.825 KN/m
2 2
 Pu = 1.35*G+1.5*Q =58.221KN/m

III. PRÉ-DIMENSIONNEMENT DE LA SECTION

Selon le règlement BAEL, le pré-dimensionnement de la section de la poutre se fait en se basant sur les
deux conditions suivantes:
hc 1
 ≥ : pour respecter la flèche admissible
l 16

M ou


hc ≥ 3
0.4 × 0.92 × μ lu × f bu
 : pour éviter les aciers comprimés

Avec :
 μlu =0.39

 f bu=14.16 MPa

 h c :hauteur de calcul de la poutre


n
 l= √l 1 × l 2 × …× l n
 M o u : Moment ultime maximal de la travée isostatique considérée, il est donné dans le
tableau suivant :
Tableau 14: Moment isostatique en travée

Travées 1 2
longueur de la travée (m) 3.73 4.45
|M ou|(KN . m) 101.25 144.11

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 38


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Pu ×l 2 58.221× 4.452
Pour la travée 2 :M ou= = = 144.11 KN.m
8 8

La travée la plus sollicitée est la 2ère travée:


hc 1 l √ 3.73+ 4.45
≥ hc ≥ = =17.87 cm
l 16 16 16

144.11 ×10−3

hc ≥ 3
0.4 × 0.92 × 0.39× 14.16
=43.185 cm

La section qui vérifie les conditions mentionnées précédemment est une section rectangulaire de largeur
b = 0.22m, et de hauteur h = 0.45 m. En tenant compte du poids propre de la poutre qui est donnée par:

P p=25× 0.22× 0.45=2.475 KN /m

Tableau 15 : Sollicitation en travée en KN/m

Travées Charge G Charge Q Pu Pser


1 24.685 18.825 61.56 43.51
2 24.685 18.825 61.56 43.51

Pour la travée 1 et 2 : G = G+ P p =22.21+2.475 = 24.685 KN/m

Pu = 1.35G + 1.5Q = 1.35×24.685 + 1.5×18.825=¿61.56KN/m

Pser = G+Q = 24.685 + 18.825 = 43.51KN/m

1. MÉTHODE DU CALCUL

On vérifie si la méthode forfaitaire est applicable:


Q=5 KN /m ² ≤5 KN /m2 → vérifiée
Q=18.825 KN /m≤ 2 G=2∗24.685=49.37 KN /m → vérifiée
La fissuration est peu préjudiciable vérifiée
Absence de charge localisée vérifiée
La poutre a la même inertie le long de chaque travée vérifié
l i+1 4.45 l 3.73
Les portées vérifient : = =1.19<1.25 et i = =0.84 vérifié
l i 3.73 l i+1 4.45
Les 6 conditions sont bien vérifiées, on applique donc la méthode forfaitaire

2. DÉTERMINATION DES MOMENTS FLÉCHISSANT

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 39


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

A. MOMENTS ISOSTATIQUES

M0 = moments dans la travée isostatique de référence soumis aux même charges que la travée associée.
N u × L2
A l’ELU : M 0 u=
8
N ser × L2
A l’ELS : M 0 s=
8
Tableau 116: Tableau des moments isostatiques (poutre A10)

Travée 1 2
L(m) 3.73 4.45
M 0 u(KN.m) 107.06 152.38
M 0 s(KN.m) 75.67 107.70

B. MOMENTS SUR APPUIS

FIGURE V. 1 : SCHÉMA DES MOMENTS SUR APPUIS

Tableau 20:Moments fléchissant sur appuis (poutre A10)

Appui 1 2 3
M a(KN.m) à l’ELU 0 -91.43 0
Appui 2 :
M a(KN.m) à l’ELS 0 -64.62 0
À l’ELU :

1
M 2=max 0,6× M 02 = max 0,6× 152.38
|
0,6× M 0 |
0,6× 107.06
= - 91.43 KN.m

C. MOMENTS EN TRAVÉES

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 40


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE V. 2 : SCHÉMA DES MOMENTS EN TRAVÉES

M w+ M e
≥ max ( 1+ 0.3 α ) M 0
On doit vérifier la condition suivante : M t + 2 { 1,05 M 0

Avec:
Q
Le rapport de chargement α = =¿0.43
G+Q
M eEt M w : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux sur appui droite et gauche de
la travée « i ».
M w+ M e
M t : Moment maximal dans la travée continue : M t + ≥(1+0.3*0.43) M 0 = 1.129M0
2
Travée 1 : ELU
Q
α= =¿0.43
G+Q
1,2+0.3 α 1 1,2+ 0.3× 0.43
Mt ≥ M0 = × 107.06 = 71.14 KN.m
2 2
Il faut que Mt vérifiée cette condition :
M w+ M e
Mt+ ≥(1+0.3*0.43) M 0= 1.129M0
2
0+ 91.43
71.14+ =117.78>1.129∗107.06=¿ 120.87 KN.m
2
 Non vérifié
Mw+Me 0+ 91.43
M t ≥1,129 M 0− = 120.87− = 75.155 KN.m
2 2
Tableau récapitulatif des moments en travées maximales:

Tableau 17: Récapitulatif des moments en travées maximales (Poutre A10)

Moments en travées (KN.m) Travée1 Travée2


ELU 75.155 126.25
ELS 53.12 89.28

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 41


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE V. 3 : DIAGRAMME DES MOMENTS FLÉCHISSANT À L ’ELU (POUTRE A10)

FIGURE V. 4 : DIAGRAMME DES MOMENTS FLÉCHISSANT À L 'ELS (POUTRE A10)

3. DÉTERMINATION DES EFFORTS TRANCHANTS

A. EFFORT TRANCHANT DE RÉFÉRENCE

Tableau 18: Efforts tranchants isostatiques (Poutre A10)

Travée Formule V 0(KN)

1 l1 114.81
Nu ×
2
2 l2 136.97
Nu ×
2
B. EFFORT TRANCHANT
SUR APPUIS

En tenant compte de la continuité, les efforts tranchants aux appuis sont déterminés comme suit :

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 42


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE V. 5 : SCHÉMA DES EFFORTS TRANCHANTS

Tableau 19:Efforts tranchant sur appuis (Poutre A10)

Appuis Appui1 Appui2 Appui3


Effort à gauche 0 -130.03 -136.97
Tranchant à droite 114.81 157.52 0
(KN)

FIGURE V. 6 : DIAGRAMME DE L'EFFORT TRANCHANT (POUTRE A10)

IV. CALCUL DE FERRAILLAGE DE LA POUTRE

1. CALCUL DES ARMATURES LONGITUDINALES

A. ARMATURES LONGITUDINALE EN TRAVÉE :

A titre indicatif, on détaille le calcul pour la travée N°1. Pour l’autre travée, un calcul identique est
conduit. Tous les résultats seront illustrés dans le tableau 24. La fissuration étant peu préjudiciable, on
procède par un dimensionnement à l’ELU, ensuite une vérification à l’ELS, ainsi qu’une vérification
de la condition de non fragilité.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 43


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

 Dimensionnement à l’ELU

M u=74.465 KN . m
Mu 75.155× 10−3
Le moment réduit : µbu = = = 0.147
b × f bu × d 2 0.22× 14.16× ¿ ¿

µbu< µl =0.39 (Puisque fe = 400 MPa)  on n’a pas besoin d’acier comprimés  Asc = 0
Puisque on a (Asc=0), Alors on choisit un acier de montage : 1HA10
α =1,25(1- √ 1−2 µ) = 0.2
yu = α × d = 0,081m avec d = 0.9h = 0.405
z = d-0,4× yu= 0.37 m
Mu 75.155× 10−3
Ast = z × σ = =5.83 cm2
st 0.37 ×347.83
Alors on choisit : 3HA16 Ast = 6.03 cm2

 Vérification à l’ELS

M s=53.12 KN .m

 Position de l’axe neutre :


b × y 12
f (y1) = + 15 (Asc + Ast) y1 – 15 (Asc d’ + Ast d) = 0 avec Asc = 0
2
0.22 y 12
f (y1) = + 15 (0 + 6.03×10-4) y1 – 15 (0 + 6.03×10-4× 0.405) =0
2
0.11 y12 + 0.009045y1 – 0.003663 = 0
y1 = 0.1459 m < h = 0.45m
b × y 13
ISRH/ AN = + 15 Asc (y1 – d’) 2 + 15 Ast (d – y1) 2 = 8.142×10−4 m4
3
Mser 53.12× 10−3
D’où σbc = I y1 = ×0.1459 = 9.52 MPa <σ´bc =15 MPa (bien vérifiée).
SRH / AN 8.142× 10−4

 Condition de non fragilité

ft 28 2.1
Amin = 0,23 × b × d × = 0.23 × 0.22 × 0.405 × = 1.075 cm2 ≤ 6.03 cm2 (vérifiée).
fe 400
Les résultats trouvés dans l’autre travée ainsi que pour les différents appuis sont récapitulés :

Tableau 20 : Armatures longitudinales en travées

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 44


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Travée1 Travée2
|M u|(KN . m) 75.155 126.25
|M ser|( KN . m) 53.12 89.28
2
A st (cm ) 5.79 10.46
A sc (cm2 ) 0 0
Amin (cm2 ) 1.075 1.075
Aciers choisies 3HA16 ( A st =6.03 cm ² ¿ 3HA16+3HA14 (Ast
=10.65cm²)

Tableau 21: Armatures longitudinales en appuis

Appui1 Appui 2 Appui 3


|M u|(KN . m) 0 91.43 0
|M ser|( KN . m) 0 64.62 0
2
A st (cm ) 0 7.20 0
A sc (cm2 ) 0 0 0
Ami n (cm2 ) 0 1.075 0
Aciers choisies 0 3HA14 + 3HA12 ( 0
A st =8.01 cm ² ¿

2. ARMATURES TRANSVERSALES :

A. VÉRIFICATION DU BÉTON VIS-À-VIS L’EFFORT TRANCHANT

L’effort tranchant maximal : V u max =157.52×10-3 MN


Vumax
La contrainte tangentielle : u = = 1.77MPa
b0 ×d
Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α=90°, la contrainte
´ u :
limite ❑
fc 28
´ u= min 0.2
❑ ( γb )
, 5 MPa = 3.33 MPa >u = 1.77MPa

Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle du cisaillement.

B. DIAMÈTRE MINIMAL DES ARMATURES TRANSVERSALES

h b
{
ϕt ≤ min ϕ lmin ; ;
35 10 }
 ϕt ≤ min { 16 mm ; 12.86 mm ; 22 mm }

 Soit ϕt = 6 mm ; on dispose un étrier ϕ6 (RL ; fet= 235 MPa)  At = 0.85 cm2

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 45


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

C. POURCENTAGE MINIMAL DES ARMATURES TRANSVERSALES

At At 0,4 ×b 0 0,4 ×0.22


( )( )
St

St
=
min f et
=
235
= 3.74*10-4 m2/ml

D. ESPACEMENT MAXIMAL

Śt≤ min { 0.9 d ; 40 cm }= 36.45 cm  Śt =35 cm

E. ESPACEMENT INITIAL ENTRE LES ÉTRIERS

La règle de couture est donnée par :


At [❑¿u−0,3 K . f t 28 ] γ b .b 0

S t 0 0.9 ( sin ( α ) +cos ( α ) ) f et

On est dans le cas de flexion simple, sans reprise de bétonnage et en FPP


 K = 1; α = 90 cos ( α ) +sin ( α ) = 1
¿ V ¿u max 5
or V u = V u − × h× Pu
¿
❑ =
u
b0 ×d 6
−3 5 −3
V ¿u =157.52× 10 − ×0.45 ×61.56 × 10 = 134.44*10-3 MN
6
Pour l’effort tranchant réduit maximale on a :

¿ 134.44 ×10−3 At [ ❑¿u−0,3 K . f t 28 ] γ b .b 0


❑ =
u = 1.51MPa  ≥ =¿8.066*10-4m²/ml
0.22× 0.405 S t 0 0.9 ( sin ( α ) +cos ( α ) ) f et

At 0,4 ×b 0 0,4 ×0.22


( )
St min
≥ f et
= 235 = 3.74.10-4 m2/ml

At
St
≥Max {3.74*10-4 ; 8.066*10-4} = 8.066*10-4m²/ml

0.85 ×10− 4
Comme At = 0.85 cm2 alors : St≤ = 10.53 cm  St =11cm
8.066 ×10−4
Or la fourchette des espacements est 11cm≤St0 ≤ Śt = 35cm
St0 = (0.9*d*fsu*At)/Vu= (0.9*0.405*347.83*0.85*10-4)/157.52*10-3 = 6.84cm

F. RÉPARTITION D’ARMATURES D’ÂME

D’après la série de Caquot (7-8-9-10-11-13-16-20-25-35-40), on prend :


SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 46
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

St0=6.84cm St0/2= 3.42cm on prend St0 = 4cm


Nombre de répétition : E (3.73/2) = 1 fois
On utilisant la suite des espacements réguliers de Caquot, on obtint la répartition suivante :
7+8+9+10+11+13+×16+×20+25+ 30+35+40 pour la mi-travée1.

Tableau 22 : espacement d’acier transversale par la méthode Caquot (poutre A9)

Travées Longueur l (m) Mi- travée Espacement par la méthode


(l/2) (m) Caquot
1 3.73 1.865 4+11+13+16+20+25+30+35+32.5
2 4.45 2.225 4+11+13+16+20+25+30+35+35+33.
5

3. VÉRIFICATIONS :

A. VÉRIFICATION DE LA CONTRAINTE DANS LA BIELLE

2×|V u max| 0,8 × f c28


Il faut vérifier que : σ b = ≤ = 13.3 MPa
a .b 0 γb
Soit a= bappui - 2cm – enrobage = 22 – 2 – 3 = 17cm
2 ×157.52
σb = = 8.42MPa ≤ 13.3 MPa
0.17 ×0.22
 Condition vérifiée
B. VÉRIFICATION DES ABOUTS : ACIER DE GLISSEMENT

L’effort tranchant au voisinage de l’appui de rive nous mène à prolonger une quantité d´armatures
inférieurs de flexion au-delà de l´appui considéré :
Il faut que :
V u max
Ag ≥ f soit Ag = 3HA16 = 6.03cm2
su

V umax 157.52×10−3
f su
= ×104 = 4.53 cm2< Ag = 6.03 cm2
347.83
Donc on prolonge 3HA16 jusqu’ au appui

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 47


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

C. ARRÊT DE BARRES

 Arrêt des barres en travée 2 :


Tableau 23 : Tableau de calcul des moments en travées équilibrées par les sections d'acier

Travée 2
Nappe 1 3HA16 6.03
A (cm²)
Nappe 2 3HA14 4.62
τs = 0.6*ψ²*ft28(MPa) 2.835
Ф fe Nappe 1 56.44
Ls = (cm)
4 τs Nappe 2 49.38
Bras de levier Zb(m) 0.347
σS = fsu (MPa) 347.83
Ḿ 1 (KN.m) 72.78
Ḿ 2 (KN.m) 55.76

 Arrêt des barres en appui 2 :


Tableau 24 : Tableau de calcul des moments sur appuis équilibrées par les sections d'acier
Travée 2
Nappe 1 3HA14 4.62
A (cm²)
Nappe 2 3HA12 3.39
τs = 0.6*ψ²*ft28(MPa) 2.835
Ф fe Nappe 1 49.38
Ls = (cm)
4 τs Nappe 2 42.33
Bras de levier Zb(m) 0.365
σS = fsu (MPa) 347.83

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 48


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE V. 9 : DIAGRAMME DES MOMENTS ADMISSIBLE

FIGURE V. 10 : FERRAILLAGE TROUVÉ PAR ARCHE POUTRE A10.1

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 49


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE V. 11 : FERRAILLAGE TROUVÉ PAR ARCHE POUTRE A10.2

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 50


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

CHAPITRE VI : ETUDE D’UN POTEAU [1]

I. INTRODUCTION :

Un poteau est un élément généralement vertical, rarement incliné, dont la longueur est grande par rapport
aux autres dimensions. Il est destiné principalement à transmettre les charges gravitaires de la structure. Il
soumit uniquement à la compression centrée. L’ensemble des forces extérieurs agissant à gauche
d’une section se réduit à un effort normal unique N de compression perpendiculaire à la section et
appliquée au centre de gravité G.

Le béton résiste très bien à la compression ; les armatures sont donc inutiles, en effet, les
charges appliquées ne sont jamais parfaitement centrées (dissymétrie de chargement, imperfections
d’exécution, solidarité avec les poutres). Pour cette raison, on introduit des armatures destinées à
résister aux moments ainsi créés. Ces moments sont difficiles à évaluer. Les armatures sont donc
calculées forfaitairement dans le cas de bâtiments courants. Le poteau ainsi constitué de béton et
d’armatures longitudinales seules a une résistance médiocre au flambement des armatures ; on introduit
donc des armatures transversales pour y remédier.

Dans notre cas, on va étudier le poteau P0.42 soumis aux charges verticales supposées centrées situé au
sous-sol.

FIGURE VI. 1 : SCHÉMA DE POTEAU P0.42

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 51


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

II. ÉVALUATION DES CHARGES

Le calcul de l’effort normal sur le poteau se fait avec une descente de charge, en multipliant la surface
d’influence du poteau dans chaque étage avec les chargements permanents et d’exploitations
correspondants, en tenant compte aussi du poids propre des poutres et des raidisseurs.

1. CALCUL DESCENTE CHARGE :

A. CHARGE PERMANENTE

3.91 3.91 4.45


La surface d’influence Sinf: ∑ (S1+S2+S3+S4) = ( 2
∗4.45
2
¿+
2
( ∗3.73
2 )(
+
2
∗3.62
2 ) 3.73
+¿ 2
¿

3.91∗4.45 3.91∗3.73 4.45∗3.62 3.62∗3.73


=( + + + ) = 15.4m²
4 4 4 4

 4éme étage :

- Poids de plancher terrasse (16+5) : Sinf*6.55 = 100.87 KN


4.45 3.73
- Poids des poutres : 25*0.22*0.3*( + ) = 5.85KN
2 2
3.91 3.62
- Poids des raidisseurs : 25*0.22*0.21*( + ) = 4.34KN
2 2
- Poids propre de poteau : 25*0.22*0.22*(2.93+0.225) = 3.82KN
 G =114.88KN

 Mezzanine, RDC,  1ére, 2éme et 3éme étage :

- Poids de plancher intermédiaire : Sinf*5.9 = 90.86KN


4.45 3.73
- Poids des poutres : 25*0.22*0.3*( + ) = 5.85KN
2 2
3.91 3.62
- Poids des raidisseurs : 25*0.22*0.21*( + ) = 4.34KN
2 2
- Poids propre de poteau : 25*0.22*0.22*(2.93+0.325) = 3.93 KN
 G = 104.98*5=524.9KN

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 52


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

 Sous-sol :

3.62∗4.45
- Poids de dalle pleine : (Sinf - ( ))*(3.05+25*0.15) = 77.31KN
4
4.45 3.73 3.91 3.62
- Poids des poutres : 25*0.22*0.3*( + + + ¿ = 12.96KN
2 2 2 2
- Poids propre de poteau : 25*0.22*0.22*(2.93+0.265) = 3.87 KN
 G = 94.14KN
B. CHARGE D’EXPLOITATION

 4éme étage (plancher terrasse accessible)

Q =1.5 *Sinf = 1.5*15.4= = 23.1KN

 Mezzanine, 1éme étage jusqu’au 3éme étage (habitation) :

Q =1.5 *Sinf = 1.5*23.1= 23.1*4 = 92.4KN

 Plancher RDC (commercial) :

Q =5*Sinf = 5*15.4 =77 KN

 Plancher Sous-sol (commercial) :

3.62∗4.45
Q = 5*(Sinf-( )) = 56.85KN
4

 Gt = 733.92KN
 Qt = 249.35KN

2. LES CHARGES ULTIMES ET DE SERVICE

Nu =1.35*Gt+1.5*Qt = 1364.82KN
Nser = G+Q = 983.27KN

Tableau 27:Descente de charge sur Poteau avec poids propre

Désignatio Etages G (KN) G cumul Q (KN) Q cumul Nu(KN) Nser(KN)


n (KN) (KN)
P1 4 114.88 114.88 23.1 23.1 189.74 137.98
P1 3 104.98 219.86 23.1 46.2 366.11 266.06
P1 2 104.98 324.84 23.1 69.3 542.48 394.14
SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 53
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

P1 1 104.98 429.82 23.1 92.4 718.85 522.22


P1 Mezzanin 104.98 534.8 23.1 115.5 895.23 650.3
e
P1 RDC 104.98 639.78 77 192.5 1152.4 832.28
5
P1 Sous-sol 94.14 733.92 56.85 249.35 1364.8 983.27
2

III. PRÉ DIMENSIONNEMENT DE POTEAU

On a B non imposée, avec B la section de coffrage du poteau. 


Le pré-dimensionnement se fait en supposant que l’élancement « λ » soit égale à 35 pour faire participer
toutes les armatures longitudinales à la résistance et en fixant Asc/Br = 1%.
Or pour une section carrée, l’élancement :
12
λ= √ . l f ∨l f =K × l 0 Avec l 0=HSP +épaisseur de la plancher=2.93+0.265=3.195 m
a
On suppose que K = 0,7 (le poteau est encastré dans un massif de fondation) ;
12 ×3.195 ×0.7
a= √ = 0.221 m on prend a = 0.25m
35
fc 28 fe
 On a Nu = Ń u ≤ α (λ) (Br + Asc )
0.9 . γb γs
fc 28 Asc . fe
1.3648 ≤ α (λ) Br( + )
0.9 . γb Br γs
fc 28 Asc . fe
Br ≥ 1.3648/(α(λ)( + ))
0.9 . γb Br γs
λ =35 ≤ 50
0.85
2
α(35) =
1+ 0.2× ( ) = 0.703
35
35
25 400
Br ≥ 1.3648/(0.703.( + 0.01 . ))
0.9.1 .5 1.15
Br ≥ 0.088259 m² = 882.59cm²
On a Br = (a-2)* (b-2)
Br
b= +2
a−2
882.59
b= +2 = 40.37cm
25−2
On prend a = 30cm

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 54


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

882.59
b= +2 = 33.52cm
30−2
On prend b =35cm

1. CALCUL DES ARMATURES :

A. ARMATURES LONGITUDINALES

Br = (30-2)* (35-2) = 28*33 = 924cm² ≥ 882.59 cm²

λ=
√12 lf = √12 ∗(0.7∗3.195) = 25.82 < 50
a 0.3
25.82
α (25.82) = 0.85/(1+0.2 ( ) ²) = 0.767
35
Nu fc 28 γs
Asc ≥ [ -Br ].
α ( λ) 0.9 . γb fe
1.36482 25 1.15
Asc ≥ [ -924*10-4 ]. = 1.964 cm²
0.767 0.9.1 .5 400

 Vérification à l’ELS
Nser
σbc = ≤ σ́ bc = 0.6*fc28
B+15 Asc
0.98327
≤ 0.6*25
0.3∗0.35+ 15∗0.0001964
9.11MPa ≤ 15MPa (bien vérifiée)

 Armatures longitudinal extrêmes


4 cm² B
Amin = max { *P; 0.2* }
m 100
4 cm² 0.3∗0.35
Amin = max { *(0.3*2+0.35*2); 0.2* }
m 100
Amin = max {1.3*4=5.2cm² ; 2.1cm²}
Amin = 5.2 cm²
0.35∗0.3
Amax = 5¿) =5* = 52.5cm²
100
Choix des armatures : 6 HA12 (Asc = 6.79cm²)

B. ARMATURES TRANSVERSALES

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 55


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Le diamètre des armatures transversales est donnée par :


ФLmax 12
Фt ≥ = = 4 mm
3 3
On choisie : Фt = 6mm  soit un cadre et un épingle
 Espacement
- En zone courante
St ≤ min {15Ф1min; a + 10cm; 40cm}
St ≤ min {15*1.2; 40cm; 40cm}
St ≤ min {18cm; 40cm; 40cm}
On prend St = 15cm
- En zone recouvrement
∅max
l ×fe
La longueur de recouvrement est donnée par : l r =0.6 l s = 0.6 ×  ;
4 × τ´s
Avec τ´s = 0.6*¥²*ft28

1.2× 400
l r =0.6 × =¿ 25.39cm on prend alors lr = 30cm
4 × 0.6 ×1.52 ×2.1
Dans la zone de recouvrement, on dispose 3 cadres d’armatures espacées de :
30−( 2 ×5 )−3× 0.6
Sr = =9.1 cm → soit S r=9 cm
2

Tableau 28: Acier comprimée pour poteau

Désignation Etages Br (cm*cm) a (cm) b (cm) Asc (cm²)


P1 4 400 22 22 4HA12 (4.52)
P1 3 400 22 22 4HA12 (4.52)
P1 2 400 22 22 4HA12 (4.52)
P1 1 529 25 25 4HA12 (4.52)
P1 mezzanine 644 25 30 4HA12 (4.52)
P1 RDC 784 30 30 6HA12 (6.79)
P1 Sous-sol 924 30 35 6HA12 (6.79)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 56


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 57


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE VI. 2 : FERRAILLAGE TROUVÉE PAR ARCHE POTEAU (POTEAU P0.42)

CHAPITRE VII : ETUDE D’UNE SEMELLE [4]

I. INTRODUCTION

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 58


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Les fondations sont des éléments de la construction qui permettent la transmission des différents
efforts de la superstructure au sol. On va adopter comme il est recommandé dans la conclusion du
rapport géotechnique le système de la fondation superficielle, semelles isolées sous les poteaux.

II. HYPOTHÈSES DE CALCUL

La valeur de la contrainte admissible du sol est fournie par le rapport géotechnique σ so l=3 ¯¿ , la
fissuration est préjudiciable et l’enrobage est 5 cm.
La valeur de la contrainte admissible du Gros béton σ Gros béton=5 .̄

III. DÉTAILS DE CALCUL


1. EVALUATION DES CHARGES

Les charges transmises par le poteau P14 implanté au niveau du sous-sol dont la section (30×35)
cm2 sont les suivantes :

 à l’ELU : N u=1364.82 KN
 à l’ELS : N ser =983.27 = KN

2. DIMENSIONS DE LA SEMELLE

VII. 1:SCHÉMA DE CALCUL LA SEMELLE

Dans le cas général, on suppose que la semelle (A×B) soit homothétique avec le poteau (a×b), c'est-à-
dire:

A a 0.3
= = =0.86 Donc A = 0.86B
B b 0.35

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 59


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

a N ser 0.3∗0.98327
B≥
√b σ́ s
=
√ 0.35∗0.5
=1.29 m Arrondi à 1.3 m

Avec : σ S : est la contrainte limite admissible du gros béton


soit A=1.2 malors B=1.3 m
Epaisseur de la semelle :

On distingue deux hauteurs utiles d a et d b que l’on déterminera par :

B−b
≤ ( d a et d b ) ≤ A−a 0.2375 m≤ ( d a et d b ) ≤0.9
4

→ soit d a =d b=0.4 m

La hauteur de la semelle : h = d + 5 = 40 + 5 = 45 cm

Nser = 1.864 + PP semelle = 0.98327 + 25*0.45*1.3*1.2 = 1.00082 MN

0.3∗1.00082
B ≥
√ 0.35∗0.5
= 1.31 m arrondi à 1.4 m

On a A = 0.86B = 0.86*1.4 = 1.204 m arrondi à 1.3 m

3. DÉTERMINATION DES ARMATURES


 ARMATURE SELON B :

N u=1364.82 KN +1.35× 20.48=1392.47 KN = 1.39247MN

N u ( B−b ) 1.39247 ( 1.4−0.35 )


Asb¿ = =13.14 cm 2
8× d × f su 8 ×0.4 × 347.83
La fissuration est préjudiciable  Il faut majorer la section d’armature de 10% :
As = 1.1Asb = 13.14*1.1 = 14.45cm²
 Soit 10HA14 (15.39 cm2).

 ARMATURE SELON A :

N u ( A−a ) 1.39247 ( 1.3−0.3 )


Asa¿ = =12.51 cm2
8× d × f su 8× 0.4 ×347.83
La fissuration est préjudiciable  Il faut majorer la section d’armature de 10% :
As = 1.1Asa = 1.1*12.51 = 13.76cm²
 Soit 13HA12 (14.70 cm 2).

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 60


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

4. ARRÊT DES ARMATURES

La détermination des longueurs des barres et leur mode d’ancrage nécessite le calcul de longueur de
scellement :
τ´s = 0.6*¥²*ft28 = 0.6*1.5²*2.1 = 2.83MPa

∅ max × f e 1.4∗400 B
ls= l  = = 49.46 > = 35cm
4 × τ´s 4∗2.83 4
Toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités et doivent avoir des crochets.

5. DIMENSIONNEMENT DE GROS BÉTON

( Nser + Psemelle )∗B ( 983.27+20.47 )∗1.4


B’ ≥
√ ( σadmi )∗A √
=
0.3∗1.3
= 1.89 m arrondi à 1.9m

A' A B' ∗A 1.9∗1.3


=  A’ = = = 1.76m arrondi à 1.8m
B' B B 1.4

VII. 2: FERRAILLAGE DE LA SEMELLE PAR ARCHE SEMELLE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 61


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

CHAPITRE VIII: ETUDE D’UN ESCALIER [5]

Un escalier se compose d’un certain nombre de marches. On définira dans ce qui suit la
terminologie spécifique aux escaliers :

 L’emmarchement : largeur des marches perpendiculairement à la pente


 g : Le giron (marche) : largeur d’une marche, variant de 0.27 à 0.30m
 h : la hauteur d’une marche (contremarche), variant de 0.155 à 0.175m
 Le mur d’échiffre : mur qui limite l’escalier
 La paillasse : plafond qui monte sous les marches
h
 Pente ¿
g
 α : inclinaison de la volée
 H: hauteur de la volée, égale à la hauteur libre sous plafond + épaisseur du plancher fini.
 L: longueur projetée de la volée.
 e: épaisseur de dalle (paillasse ou palier).
 La cage: volume circonscrit à l’escalier.
 La volée: ensemble de marches entre deux parties horizontales.
 Le palier: partie horizontale d’accès ou d’arrivée d’une volée.
 Profondeur de marche = giron + débord de nez de marche.

FIGURE VIII. 1:COUPE D'UNE VOLÉE D'ESCALIER

Nous avons choisi l’escalier allant du 2éme étage jusqu’au 3éme étage pour le dimensionner
manuellement.
SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 62
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

H : Hauteur à franchir : c´est la hauteur sous plafond + l’épaisseur du plancher fini
H =3.06+0.17= 3,23m. (Voir la coupe A-A // Annexe)
Avec une cage d’escalier de dimension : 5.00*5.31 m²

FIGURE VIII. 2:SCHÉMA DE L'ESCALIER

I. PRÉ-DIMENSIONNEMENT

La réalisation d’un escalier nécessite le respect de certaines conditions :


 Etre esthétique et fonctionnel.
 Etre facile à gravir et sans fatigue.
Pour assurer ces conditions, h et g doivent être déterminés en respectant les intervalles résumés dans le
tableau suivant :

Tableau 29: les valeurs de hauteur de la marche et la largeur des girons

Valeur minimal (m) Valeur maximal (m)

H 0.15 0,19

G 0,25 0,32

La hauteur de la marche (h) ainsi que la largeur des girons (g) sont liées par la formule de BLONDEL :
2 ×h+ g ∈ [ 0,6 ; 0,65 ]

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 63


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

La largeur de l’escalier doit être au minimum 1.20 m pour des raisons de circulation des personnes, dans
notre cas :
5−1.8−(2∗0.2)
Largeur vaut : =1,4 m > 1.2m ;
2
Avec 1.8 est la largeur de l’ascenseur et 0.2 est l’épaisseur de mur voile de l’ascenseur

 Détermination du nombre de contremarche n, h, g, α et e:

Soit h = 0,17 m ; On choix un escalier avec deux volée :


H 3.23
 Nombre de contremarches(n) : n= = =19 soit n=19
h 0.17
3.23
 La hauteur de la marche (h) : h= =0,17 m∈ [ 0.15 ; 0.19 ] ( ok)
19
 La largeur des girons (g) :
Soit g = 0,3m ∈ [ 0.25 ; 0.32 ]
 Vérification de la formule de BLONDEL :
2 ×0,17+ 0,3=0,64 ∈ [ 0,6 ; 0,65 ] (ok )

 Inclinaison de la volée (α): α =arctg ( hg )=arctg( 1730 )=29.54 °


3
 Epaisseur de la paillasse (e) : e=0,018 × L × √ ρb × e+ q
L : longueur projetée de la volée = 5.31 ; ρb =25 KN /m 3
q : charge d’exploitation : 4KN/m2 (escalier collectif)
L´épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de la flèche :
L L 5.31 5.31
< e< < e< =¿>0,177< e< 0,212 ; Avec L : reculement
30 25 30 25
Soit e =20cm ; e=0,018 × 5,31× √3 25 × 0.2+ 4=0.198 m∈ [ 0.177 ; 0.212 ]
 On prend e = 20cm

II. EVALUATION DES CHARGES


 Charge Permanente

Les poids volumiques des matériaux utilisés sont les suivantes :


 Béton armé : ρ BA=25 KN /m3
 Béton banché : ρb b =22 KN /m3
 Enduit et mortier de pose : ρm =20 KN /m3
 Marbre : ρmar =28 KN /m3

 Charge sur paillasse :


SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 64
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Tableau 25: Charges sur paillasse

Matériaux Charges permanentes (KN/ml)


Marbre (e ma r=3 cm¿ G 1=ρ mar × emar ×1=28× 0.03 ×1=0.84
Marche
Mortier de pose ( G 2=ρ m × e m ×1=20 ×0.015 ×1=0.3
e m=1.5 cm ¿
Contre Marbre (e mar =2 cm ¿ h−e mar 0.17−0.03
marche G 3= ρmar × e mar × =28 ×0.02 × =0.26
g 0.3

Mortier de pose ( h−e mar 0.17−0.03


e m=1.5 cm ¿ G 3= ρm × e m × =20 ×0.015 × =0.14
g 0.3
Béton banché h 0.17
G 4 =ρbb × ×1=22× ×1=1.87
2 2
Dalle en béton armé (e=20 cm ¿ 1 1
G 5= ρBA ×e × =25× 0.2× =5.74
cos α cos 29.54
Enduit sous dalle 1 1
G 6= ρm × e × =20 × 0.015× =0.34
(e=1.5 cm ¿ cos α cos 29.54

Gpaillasse (totale) 9.49

 Charge sur palier :

Tableau 26: charges permanentes sur palier

Matériaux Charges permanentes (KN/ml)


Marbre (e mar =3 cm ¿ G1=ρ mar × emar ×1=28× 0.03 ×1=0.84
Mortier de pose G 2=ρ m × e m ×1=20 ×0.015 ×1=0.3
(e m=1.5 cm ¿
Dalle en béton armé ( G3= ρBA ×e ×1=25 × 0.2× 1=5
e=20 cm ¿
Enduit sous dalle G 4 =ρm ×e ×1=20 × 0.015× 1=0.3
(e=1.5 cm ¿
Gpalier (totale) 6.44

 Charge d’exploitation :
Q=4 KN /ml: (Escalier collectif)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 65


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

III. LES VOLÉES 1 ET 3

Les deux volées sont symétriques et reviennent au calcul de ce modèle :

FIGURE VIII. 3:SCHÉMA STATIQUE DE L 'ESCALIER

En utilisant le logiciel RDM6, on obtient:

Tableau 27: Récapitulatif des charges sur escalier

Paillasse (KN/ml) Palier (KN/ml)


A l’ELU 18.81 14.69
A l’ELS 13.49 10.44

Tableau 28:Calcul des sollicitations à partir du logiciel RDM6

Paillasse (KN/ml) Palier (KN/ml)


A l’ELU 18.81 14.69
A l’ELS 13.49 10.44

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 66


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE VIII. 4:MOMENT À L'ELU AVEC LOGICIEL RDM6 DES VOLÉS 1&3

Le calcul des armatures est fait pour une poutre isostatique de section (1×0.2) m2 soumise à la flexion
simple.

1. ARMATURES PRINCIPALES

Tableau 34: Tableau du ferraillage des volées 1&3

Désignation Calcul
M u ( KN . m/ml ) 61.93
Mu 0.135
µbu = 2
b × f bu × d
μl=0,39 ( f e =400 MPa ) > μbu Ok

A sc ( cm2 ) 0

α =1,25(1- √ 1−2 µ) 0.182


yu (m) = α × d 0.033
Z(m) = d-0,4× yu 0.167
Mu 10.66
Ast (cm2/ml) =
z × σ st
f t 28 2.17
Amin (cm2) = 0.23 ×b × d ×
fe
( A st )th é∨¿> A ¿
Condition vérifiée
min

Section choisie 10HA12 (11.31cm2)

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 67


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Tableau 29: Vérification du ferraillage des volées 1&3

Vérification à l’ELS
M ser ( KN . m) 44.31
y 1 (m) 0.063

I SRH / AN ( m4 ) 3.155 ×10−4


σ bc ( MPa) 8.85
σ´bc ( MPa) 15
σ bc < σ´bc Ok

2. ARMATURES SUR APPUI

On considère forfaitairement un moment de flexion de 0, 15 Mu max qui est équilibré par:


0,15Ast =1.697 cm2<Amin → on choisit comme armatures sur appui 5HA8 par mètre (soit 2.513 cm2).

3. ACIERS DE RÉPARTITION :

La section des armatures de répartition est prise égale au quart des armatures principales :
A st 11.31
=2.828 cm /ml On choisit 4HA10 par mètre.
2
Ar = =
4 4

4. VÉRIFICATION

Vérification Vis-à-vis l´Effort Tranchant :


V max 44.05 ×10−3 25
τu= u = =0.245 MPa ≤ 0,07 × = 1.52 MPa
b0 × d 1× 0.18 1.15
 Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 68


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

5. SCHÉMA DE FERRAILLAGE  :

FIGURE VIII. 5:SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE L’ESCALIER ( VOLÉE 1&3)

IV. VOLÉE 2

FIGURE VIII. 6:S CHÉMA STATIQUE DE L’ESCALIER ( VOLÉE 2)

En utilisant le logiciel RDM6, on obtient:

Tableau 30: Récapitulatif des charges sur escalier (volée 2)

Paillasse (KN/ml) Palier (KN/ml)


A l’ELU 18.81 14.69
A l’ELS 13.49 10.44

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 69


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Tableau 31:Calcul des sollicitations à partir du logiciel RDM6 (volée 2)

Paillasse (KN/ml) Palier (KN/ml)


A l’ELU 18.81 14.69
A l’ELS 13.49 10.44

FIGURE VIII. 7:M OMENT À L'ELU AVEC LOGICIEL RDM6 DE LA VOLÉE 2

Le calcul des armatures est fait pour une poutre isostatique de section (1×0.2) m2 soumise à la flexion
simple.

1. ARMATURES PRINCIPALES

Tableau 38: Tableau du ferraillage de la volée 2

Désignation Calcul

M u ( KN . m/ml ) 48.81
Mu 0.106
µbu = 2
b × f bu × d
μl=0,39 ( f e =400 MPa ) > μbu Ok

A sc ( cm2 ) 0

α =1,25(1- √ 1−2 µ) 0.140


yu (m) = α × d 0.0252
Z(m) = d-0,4× yu 0.169

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 70


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Mu 8.3
Ast (cm2/ml) =
z × σ st

f t 28 2.17
Amin (cm2) = 0.23 ×b × d ×
fe
( A st )théor > A min Condition vérifiée

Section choisie 8HA12 (9.05cm2)

Tableau 32: Vérification du ferraillage de la volée 2

Vérification à l’ELS
M ser ( KN . m) 34.78
y 1 (m) 0.0578

I SRH / AN ( m 4 ) 2.697 ×10−4


σ bc ( MPa) 7.45
σ´bc ( MPa) 15
σ bc < σ´bc Ok

2. ARMATURES SUR APPUI

On considère forfaitairement un moment de flexion de 0, 15 Mu max qui est équilibré par:


0,15Ast =1.357 cm2<Amin → on choisit comme armatures sur appui 3HA8 par mètre (soit 1.51 cm2).

3. ACIERS DE RÉPARTITION :

La section des armatures de répartition est prise égale au quart des armatures principales :
SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 71
PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

A st 9.05
=2.2625 cm /ml  On choisit 3HA10 (2.36 cm²) par mètre.
2
Ar = =
4 4

4. VÉRIFICATION

Vérification Vis-à-vis l´Effort Tranchant :


V max
u 37.96× 10−3 25
τu= = =0.211 MPa ≤ 0,07 × = 1.52 MPa
b0 × d 1× 0.18 1.15
 Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

5. SCHÉMA DE FERRAILLAGE  :

FIGURE VIII. 8:SCHÉMA DE FERRAILLAGE DE L 'ESCALIER ( VOLÉE 2)

CHAPITRE IX : ETUDE D’UNE DALLE PLEINE [3]

I. INTRODUCTION

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 72


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Une dalle est un élément porteur dont une dimension faible que l’on appelle épaisseur vis avis les
deux autres (dimensions en plan). Dans notre cas, on va étudier un panneau de dalle rectangulaire
situé au plancher du sous-sol .

Localisation du panneau :

FIGURE IX. 1 : SCHÉMA DE LA DALLE PLEINE

II. ETUDE DU PANNEAU DE LA DALLE

1. PRÉ-DIMENSIONNEMENT

l x 3.62
α= = =0,77>0.4  La dalle porte dans les deux sens.
l y 4.71
l x :longueur du petitecote de ladalle

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 73


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

l y :longueur du grand cote de la dalle

h0 est l’épaisseur de la dalle qui doit vérifier la condition suivante : 

l x 3.62
h0 ≥ = =¿ 0,0905 m (panneau continue)
40 40
h0  9.05 cm. On prend h0= 15 cm

FIGURE IX.2 : DONNÉES GÉOMÉTRIQUES

FIGURE IX.3 : EMPLACEMENT DU PANNEAU DE DALLE À CALCULER

2. EVALUATION DES CHARGES :

G = 3.05+25*0.15= 6.8 KN/m2 ; Q = 5 KN/m2

Pu = 1.35*G+1.5*Q = 16.68 KN/m2

Ps = G+Q = 11.8 KN/m2

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 74


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

A. DETERMINATION DES SOLLICITATIONS :

 Moments fléchissant dans le panneau isolé :

 = 0.76  La dalle porte dans les deux sens

Au centre de la dalle, pour une bande de largeur unité :


M ox=µ x . p .l 2x pour≤sensl x
{ M oy =µ y . M ox pour≤sensl y
Avec :

1
µx = =5.96∗10-2
8∗(1+2.4 α 3)

µy = α2*[1-0.95*(1-α) 2] =0.563 > 0.25

D’où les moments pour une bande de largeur unité vaut :

 M0x = µx*Pu*l2x = 13.03 KN.m/m


 M0y= µy* M0x = 7.34KN.m/m

 Moments fléchissant dans le panneau continu :

Les moments dans les panneaux continus sont pris égaux aux moments "isostatiques" multipliés
par des coefficients forfaitaires. Dans notre cas le panneau est de rive (continu sur ses deux bords), on
détermine les moments qui serviront pour le calcul des aciers en travée et sur appui :

FIGURE IX.4:S CHÉMA DES MOMENTS FLÉCHISSANTS EN DALLE PLEINE

Tableau 40 : Moments de référence dans chaque panneau de dalle

Panneau de dalle 1 2 3

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 75


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Lx (m) 3.62 3.91 3.62


Ly 4.71 4.71 3.73
(m)
 0.77 0.83 0.97
h (Pré-dimensionnement) 0.09 0.097 0.09
h(Choisie) 0.15 0.15 0.15
G (KN/m²) 6.8 6.8 6.8
Q (KN/m²) 5 5 5
Pu (KN/m²) 16.68 16.68 16.68
x 0.0596 0,0526 0,0391
y 0.563 0,67 0.94
M 0 x (KN/m) 13.03 13.41 8.55
M0y 7.34 8.98 8.037
(KN/m)

 Suivent lx :

FIGURE IX.5 : VALEURS DES DIFFÉRENTS MOMENTS DANS LE SENS TRANSVERSAL (LX)

Panneau de rive

 Mtx = 0.85*Mox1 = 0.85*13.03 = 11.07KN.m


 Max1 = 0.3*Mox1 = 0.3*13.03 = 3.909KN.m
 Max2 = max (0.5*Mox1 ; 0.5*Mox2) = 0.5*13.41 = 6.705KN.m
 Suivent ly :

FIGURE IX.6 : VALEURS DES DIFFÉRENTS MOMENTS DANS LE SENS LONGITUDINAL (LY)

Panneau de rive :

 Mty = 0.85*Moy1 = 0.85*7.34 =6.239KN.m


 May1 = 0.3*Moy1 = 0.3*7.34 = 2.202KN.m
 May2 = max(0.5*Moy1 ; 0.5*Moy3) = 0.5*8.037 = 4.0185KN.m

Pour Mty il y a une valeur minimale à respecter. Il s’agit d’un chargement reparti

Mtx 11.07
Mty  4  6.239 ≥ 4 = 2.767 (ok)

3. ARMATURES LONGITUDINALES

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 76


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

A. CALCUL DES SECTIONS D´ACIERS

On considère une section rectangulaire de largeur unitaire soumise à la flexion simple. La totalité du
calcul sera représentée dans le tableau suivant :

Tableau 41: Récapitulatif des armatures longitudinales en travées (dalle pleine)

En travée« sens lx » En travée « sens ly »


M u ( KN .m / m) 11.07 6.239
Mu
bu  0.042 0.024
Dimensionnement à L’ELU

b  d 2  fbu
l  0.39( f e  400MPa)  bu (Ok) (Ok)
2
Asc (cm ) 0 0


  1.25  1  1  2   0.053 0.030
yu   .d ( m) 0.00715 0.00405
Z (m)  d  0.4 yu 0.132 0.133
Mu
Ast (cm 2 / ml )  2.41 1.348
Z  f su

 Acier en travée sens lx  et ly :


11.07 × 10−3
µbu = = 0.042
1× 14.16× 0.1352
µbu< µl =0.39 (Puisque fe = 400 MPa)  Asc = 0 Dans notre cas f e =400
α =1,25(1- √ 1−2 µ) = 0.053
yu = α × d = 0,0071 m
z = d-0,4× yu= 0.132 m
Mu 11.07 ×10−3
Ast = = =¿2.41 cm2
z × σ st 0.132× 347.83

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 77


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Tableau 42 : Tableau de calcul des armatures longitudinales en appuis (dalle pleine)

Appui 1 « sens Appui 1 « Appui 2 « sens


Appui 2 « sens lx»
lx » sens ly » ly »
M u ( KN .m / m) 3.909 6.705 2.202 4.0185
Mu
bu  0.015 0.026 0.0085 0.01557
Dimensionnement à L’ELU

b  d 2  fbu
l  0.39( f e  400MPa)  bu (Ok) (Ok) (Ok) (Ok)
2
Asc (cm ) 0 0 0 0


  1.25  1  1  2   0.0188 0.033 0.0106 0.0201
yu   .d ( m) 0.00254 0.00445 0.0014 0.0027
Z (m)  d  0.4 yu 0.134 0.133 0.1344 0.134
Mu
Ast (cm 2 / ml )  0.838 1.449 0.47 0.862
Z  f su

 Acier en appui selon lx et ly :


3.909 ×10−3
µbu = = 0.015
1× 14.16× 0.1352
µbu< µl =0.39 (Puisque fe = 400 MPa)  Asc = 0 Dans notre cas f e =400
α =1,25(1- √ 1−2 µ) = 0.0188
yu = α × d = 0,00254 m
z = d-0,4× yu= 0.134 m
Mu 3.909× 10−3
Ast = = =0.838 cm2
z × σ st 0.135× 347.83

B. SECTION MINIMALE D´ARMATURES :

 Bande // à Ly :
12 h0 :ronds lisses

{
A ymin 8 h0 : f e =400 MPa ; Dansnotre cas f e =400 MPa
6 h0 :f e=500 MPa

A ymin =8 h 0=8 ×0.15=1.2 cm 2

On a sur appui Aay (1) = 0.47 cm2/m, Aay (2) = 0.862 cm2/m ¿ A y min A ay =1.2cm 2 /m
 Bande // à Lx :
3−α
A x min= A y min × = 1.338 cm2/m
2

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 78


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

On a sur appui Aax (1)= 0.838 cm2/m ¿ A x min=¿ 1.338 cm2/m Aax (1)=1.338 cm 2 /m
On a sur appui Aax(2) = 1. 1449 > Ax min =1.338cm²/m (ok)
C. CHOIX DES ACIERS  :
h 0 15
Dispositions constructives :∅ ≤ = =15 mm
10 10
 En Travée « sens lx »
charge r é parties S ≤ Min 3 h → S =33 cm
{+¿ fissuration peu pr é judiciable } tx
{33 cm 0
tx

cm2
A tx =2.41
S tx ≤ 33 cm }
m alors on choisit 4 HA 10/m ( S tx=25 cm ) ;

Atx =3,14 cm2 /m

 En Travée « sens ly »
charge r é parties S ≤ Min 4 h → S =45 cm
{+¿ fissuration peu pr é judiciable } ty
{45 cm 0
ty

cm2
A ty =1,348
S ty ≤ 45 cm }
m alors on choisit 4 HA 8/m ( S tx =25 cm ) ;

Aty =2,01 cm2 /m

 Sur appuis :
A ax(1)=1.338 cm2 /m alors on choisit 4 HA 8 /m S =25 cm ;
Stx ≤ 33 cm } ( tx )

Aax (1) =2,01cm 2 /m

A ax (2)=1.449 cm 2 /m alors on choisit 4 HA 8 /m S =25 cm ;


Stx ≤ 33 cm } ( tx )

Aax (2) =2,01 cm2 / m

A ay(1)=1.2 cm2 /m alors on choisit 4 HA 8/m S =25 cm ;


S ty ≤ 45 cm } ( ty )

Aay (1) =2,01 cm2 /m

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 79


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

A ay (2)=1.2 cm2 /m alors on choisit 4 HA 8/m S =25 cm ;


S ty ≤ 45 cm } ( ty )

Aay (2) =2,01 cm2 /m

4. VÉRIFICATION VIS-À-VIS L’EFFORT TRANCHANT :

A. SOLLICITATIONS :

Pu × l x ×l y 16.68× 3.62× 4.71


{charge uniformement
+ ¿ α ≥ 0,4 }{ 2 ×l +l
répartie V =
u
x y
=
2 ×3.62+ 4.71
=23.79 KN

B. VÉRIFICATION :

Pour les dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on n’a pas besoin des armatures

Vu f
transversales, si on vérifie: τ u = ≤0,07 × cj
d γb
23.068 × 10−3 0.07 ×25
τu= =0,176 MPa ≤ =1.17 MPa
0.135 1,5
 Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.
C. ARRÊT DES BARRES

2 HA 10 /ml filantes
En travée Sens de Lx : On alterne : {2 HA 10/ml arrêtés à 0,1× 3.62=0,36 cmde rive

2 HA 8/ml filantes
En travée « sens ly » : On alterne : {2 HA 8 /ml arrêtés à 0,1 × 4.71=0,47 cm de rive

Sur Appui :
∅ 400 0.8 400
2 ∅ 8 /ml l 1=max
{
l s= × = ×
4 0,6 ×ψ 2s × f t 28 4 0,6 ×1,5 2 ×2,1
0.2∗lx=0.2∗3.62=0.724 m=72.4 cm
=28.22 cm
l1 =75 cm

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 80


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

l s=28.22 cm

{
2 ∅ 8 /ml l 2=max l 1
2
=37.5 cm
l 2 =40 cm

FIGURE IX. 7 : FERRAILLAGE EN TRAVÉE DE LA DALLE PLEINE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 81


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE IX.8 : FERRAILLAGE EN APPUI DE LA DALLE PLEINE

CHAPITRE X : MODELISATION PAR ARCHE OSSATURE

I. PRÉSENTATION DU LOGICIEL

ARCHE Ossature est un logiciel de simulation de bâtiment qui, intégrant une CAO pour la saisie, nous a
permis de modéliser le bâtiment, le pré dimensionner, d'en effectuer la descente de charges puis de créer
des métrés et des notes de calcul.
En phase d’exploitation des résultats, le calcul précis du ferraillage des éléments se fait par appel aux
modules de ferraillage correspondants.
Les modules poutre, poteau, voile, dalle, plaque, Semelle 3D et longrine servent à dimensionner et
réaliser les plans de ferraillage et les notes de calcul des différents éléments conformément au règlement
B.A.E.L.91.

II. ETAPE DE MODÉLISATION ET DE CALCUL AVEC ARCHE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 82


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Après avoir effectué la conception et le pré dimensionnement de notre structure, on utilise le


logiciel Arche Ossature pour effectuer la descente de charge et le calcul de ferraillage des
ouvrages en béton armé.
Les étapes de modélisation avec le logiciel sont les suivantes :
 Il faut dessiner avec AUTOCAD tous les axes des éléments de la structure du bâtiment et les
superposer partant d’un même point. Ensuite, il faut enregistrer tous ses plans sous format
DXF, mais chaque étage à part en supprimant le reste des autres étages.
 Importer les étages un par un en mettant chacun dans un niveau différent et en entrant aussi la
hauteur du chaque niveau.
 Générer la structure du bâtiment : poteaux, poutres, semelles filantes, semelles isolées et voile
banché. Dans cette étape, il faut préciser les poutres principales et secondaires.
 Fixer un niveau de référence, RDC par exemple, et tracer les fils de magnétisation sur
tous les éléments de structure de ce niveau, ensuite copier l’ensemble de ses fils dans le
reste des niveaux en ajustant les fils de magnétisation à la structure ou en supprimant ce qui
est superflu.

 L’étape suivante consiste à vérifier la saisie, l’emprise étage par étage, et l’emprise de tous
les étages simultanément ; il faudra corriger toutes les erreurs et limiter le nombre
d’avertissements au maximum.
 Il faut ensuite dessiner toutes les dalles en précisant les charges permanentes et d’exploitation et
le sens porteur.
 Lancer le mode modélisation, faire l’inventaire de toutes les erreurs et tous les avertissements,
ensuite revenir au mode saisie et corriger les erreurs.
 Ainsi, on peut obtenir après cette étape le métré du bâtiment, les plans d’avant-projet et par la
suite élaborer tous les plans de ferraillage et des ouvrages en béton armé du bâtiment
étudié

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 83


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE X. 1: MODÉLISATION PAR ARCHE OSSATURE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 84


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

III. CALCUL DE LA DESCENTE DES CHARGES

Dans cette étape, on doit définir les chargements, les caractéristiques des matériaux utilisés et les
familles des éléments. En outre, on doit simuler la présence des escaliers par rajouter des charges
réparties sur les poutres qui les supportent.

On a opté enfin pour la descente de charges traditionnelle qui fait le report de charges des éléments les
uns sur les autres, étage par étage, jusqu'aux fondations, en passant par les poteaux, les poutres et les
voiles.

IV. PRINCIPE DE VÉRIFICATION DES CALCULS

Une fois la descente de charges est établie, on pourra lancer les calculs des éléments de la structure. Dans
cette partie, on présentera les principaux modules de ferraillages intégrés dans le logiciel « arche »
et utilisés dans notre projet.
1. MODULE POUTRE

C'est un module de calcul et de vérification des poutres isostatiques et continues soumises à un


ensemble de chargements. Il permet d'élaborer les plans de ferraillage détaillés des poutres. Dans ce
module on peut saisir les différentes formes de poutres.

La méthode du calcul utilisée est la méthode des foyers qui permet de lever l'hyperstaticité de la poutre
étudiée. Cette méthode présente l'avantage de la rapidité de calcul et permet de traiter n'importe
quel cas de charge
Le module interactif donne la possibilité à l'utilisateur de choisir le nombre de barres, les armatures et la
forme des armatures transversales.

2. MODULE POTEAU

Ce module permet de calculer les poteaux sous l'effet des charges verticales ou des Moments. Le calcul
est basé sur trois méthodes de calcul bien précises à savoir la méthode simplifiée, la méthode
forfaitaire et la méthode itérative ou méthode de FAESSEL. Dans ce qui suit nous allons décrire la
méthode que nous avons utilisée pour calculer les poteaux de ce projet. C'est la méthode simplifiée.
Elle permet un calcul en compression centrée selon la méthode forfaitaire qui figure au B.A.E.L.91.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 85


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

Dans cette méthode, on considère que le centre de gravité des aciers et celui du béton sont
confondus ce qui explique que le module fournit toujours un ferraillage symétrique.

3. MODULE SEMELLE

Ce module traite des fondations superficielles en béton armé constituées par des semelles isolées ou par
des semelles filantes.

En plus du torseur transmis par l'élément porté et des charges sur le sol fini qui sont saisis par
l'utilisateur, le programme calcule les actions suivantes:

 Celle due par le poids propre de l'élément porté


 Celle due par le poids propre de la semelle
 Celle due par le poids propre des terres sur la semelle
 Celle due par la présence d'une nappe phréatique

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 86


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

FIGURE X. 2: MODÉLISATION PAR ARCHE MODULE DE QUELQUES ÉLÉMENTS STRUCTURAUX

ÉTUDIÉES

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 87


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

CONCLUSION

Vu la diversité des éléments étudiés, ce projet nous a été l’occasion d’approfondir nos connaissances
et de les mettre en preuve en confrontant des problèmes réels et des difficultés à les quelles nous aurons à
faire face dans l’avenir.

D’abord, nous avons pu noter l’importance de la conception qui représente une étape de travail
principale pour le technicien supérieur en Génie Civil et qui réside dans le choix judicieux des éléments
de la structure, la prise en compte des contraintes architecturales et les difficultés de réalisation sur
chantier et la réflexion à propos de l’économie de la structure conçue.

Ensuite, il est à signaler que l’étude des différents éléments du projet nous a permis de maîtriser et
d’appliquer les connaissances théoriques acquises au cours de notre formation académique à l’ISSAT et
de s’exercer à manipuler des logiciels de calcul et de conception indispensables à savoir Arche,
AUTOCAD, RDM6... En effet, la maitrise de ces outils est capitale, puisqu’elle constitue un élément de
base qui contribue à la réussite professionnelle.

Puis, à travers la réalisation de cette étude, nous pensons que nous avons globalement réussi à
accomplir les objectifs fixés. Toutefois, nous sommes convaincus que dans le domaine du génie civil,
l’acquisition de l’expérience a besoin de temps et surtout de pertinence.

Enfin, nous espérons qu’à travers ce travail, nous reflétons un bon niveau de formation en génie civil.
Et nous souhaitons que ce projet proposé, soit à la hauteur des ambitions de tous ceux qui nous ont fait
confiance et particulièrement ceux qui nous ont confié ce travail, consacré leurs temps et offert les
meilleures conditions de travail.

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 88


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

ANNEXE

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 89


PROJET DE FIN D’ETUDES 2016/2017

BIBLIOGRAPHIE

[1] : Mouhamed Ali Karray et Sadok Maatoug : 2007 note de cours et de conception et J. Perchat ;

[2] Akrout, K « cours de Béton armé », ISSAT Gabés, 2014.

[3] Henry Thonier, « conception et calcul des structures de bâtiments tome1-6 » : Presses de l’école
nationale des ponts et chaussées, 1999.

[4] H.Renaud et J.Lamirault « Précis de calcul béton armé et applications »

[5] Akrout, K, « cours de Conception et calcul des structures en béton armé(CCSBA), ISSAT Gabés,
2014.

Logiciels : Auto CAD, ARCH-OSSATURE, RDM6

SALAH NEJIB & ESSAKET MARWA Page 90

Vous aimerez peut-être aussi