Vous êtes sur la page 1sur 4

Cours béton armé Chapitre2

4. Déformation et contrainte de calcul

4.1. Etats limites ultimes

4.1.1. Hypothèse de calcul

Les hypothèses de calcul sont :

- Hypothèse de Navier : les sections planes, normales à la fibre moyenne avant déformation,
restent planes après déformation.

- Non-glissement relatif entre les armatures et le béton en raison de l’association béton-acier par
adhérence mutuelle.

- La résistance à la traction du béton est non prise en compte dans les calculs.

- Les diagrammes déformations-contraintes sont définis ci-après (§ 4.1.2 et § 4.1.3)

4.1.2. Digrammes de calcul du béton

Diagramme parabole-rectangle :

Ce diagramme est constitué par un arc de parabole du second degré, prolongé en son sommet par un
palier horizontal (Figure 3.1).

L’ordonnée de ce palier a pour valeur :


0.85 f c 28
f bu 
 b
avec  b coefficient de sécurité ;  b  1.5 dans le cas général et  b  1.15 dans le cas de

combinaisons accidentelles.

  coefficient d’application ;
 1 si la combinaison d’actions considérée a une durée d’application supérieure à 24 h,
  0.9 si cette durée est comprise entre 1 et 24 h,
  0.85 si cette durée est inférieure à 1 h.

I.Jaouadi 1
Cours béton armé Chapitre2

Figure 3.1. Diagramme parabole-rectangle

4.1.3. Digramme de calcul de l’acier

Le diagramme de calcul se déduit de celui conventionnellement défini (chapitre 2, § 2.1)


conformément à la figure suivante :

Figure 3.3. Diagramme de calcul de l’acier

La contrainte de calcul de l’acier à l’ELU est


fe
f su 
s
avec  s  1.15 dans le cas général et  s  1 dans le cas de combinaisons accidentelles.

Le diagramme de calcul de l’acier permet de connaître la contrainte  s de l’acier lorsque l’on connaît
sa déformation relative  s :

I.Jaouadi 2
Cours béton armé Chapitre2

- si  s  f su E s  s  f su
- si  s  f su E s  s  Es  s

4.2. Etats limites de service

4.2.1. Hypothèse de calcul

Les hypothèses de calcul sont :

- Hypothèse de Navier : les sections planes, normales à la fibre moyenne avant déformation,
restent planes après déformation.

- Non-glissement relatif entre les armatures et le béton en raison de l’association béton-acier par
adhérence mutuelle.

- La résistance à la traction du béton est non prise en compte dans les calculs.

- Les contraintes sont proportionnelles aux déformations.

Es
- Le coefficient d’équivalence n (par définition n  ) est pris égal à 15.
Eb

4.2.2. Etat limite de compression du béton

Une valeur trop élevée de la contrainte de compression du béton dans les conditions de service
risquerait d’entraîner l’apparition de fissures parallèles à la direction des contraintes de compression.

Pour éviter ce phénomène, les Règles BAEL limitent la contrainte de compression du béton en service
à:

 bc  0.6 f cj

4.2.3. Etat limite d’ouverture des fissures

La fissuration du béton armé étant un phénomène inévitable et aléatoire, les règles exposées ci-après
tendent seulement à limiter la probabilité d’apparition de fissures d’une ouverture supérieure à celle
qui serait tolérable en raison du rôle et de la situation de l’ouvrage.

I.Jaouadi 3
Cours béton armé Chapitre2

Les éléments sont classifiés selon le danger présenté par leur fissuration. Trois cas peuvent être
distingués.

a/ La fissuration est considérée comme très préjudiciable pour :

- les éléments exposés à un milieu agressif (par exemple ouvrages à la mer ou en


atmosphère marine, et ouvrages de certaines installations industrielles) ;

- les éléments devant assurer une étanchéité (pour les réservoirs, cuves ou cuvelages).

b/ La fissuration est considérée comme préjudiciable pour :

- les éléments exposés aux intempéries ou à des condensations ;

- les éléments alternativement noyés et émergés en eau douce.

c/ La fissuration est considérée comme peu préjudiciable dans tous les cas autres que ceux
explicitement visés en a et b.

Les vérifications de l’ELS ne sont à faire que pour les cas de fissuration préjudiciable ou très
préjudiciable, selon les règles du Tableau 3.2.

Conditions à respecter Fissuration


préjudiciable Très préjudiciable

2   fe 
Contrainte limites de traction des  s  min  f e , 110  f t 28   s  min  , 90  f t 28 
aciers (MPa)  3   2 
(1) (1)

Diamètre des armatures (mm) 6 8


(1) η coefficient de fissuration, ft28 résistance à la traction du béton en MPa.
(2) Ces conditions sont également valables en cas de fissuration peu préjudiciable.

Tableau 3.2. Conditions de fissuration

I.Jaouadi 4