Vous êtes sur la page 1sur 72

CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES

VIII-1. Introduction générale


VIII-2. Les fibres optiques
VIII-3. Les émetteurs optiques
VIII-4. Les récepteurs optiques
VIII-5. Quelques composants optiques
VIII-6. Configuration des liaisons optiques
VIII-7. Mesures sur les systèmes à fibres optiques
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-1. Intérêt de la transmission par fibres optiques
 Les services modernes des Télécommunications nécessitent des
supports de transmissions de plus en plus performants. C’est ainsi
que les systèmes ATM (Asynchrounous Transfer Mode), SDH
(Synchronous Digital Hierarchy), INTERNET, pour ne citer que
ceux-là, ne pouvant utiliser de manière efficace la paire symétrique,
le câble coaxial ou les faisceaux hertziens, font souvent recours à la
fibre optique parce qu’ils nécessitent de très larges bandes
passantes.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-1. Intérêt de la transmission par fibres optiques
 La fibre optique véhicule ainsi de grandes quantités d’informations,
à une grande vitesse, tout en conservant leur intégrité (qualité). De
façon générale, comparativement aux autres supports de
transmissions, la fibre optique offre les avantages suivants :
 une très grande capacité de transmission (jusqu’à 100 Gbit/s) ;
 de très faibles atténuations (0,2 dB/Km environ), ce qui permet de
véhiculer des informations à des distances assez grandes (plus de
100 Km) sans répéteurs ;
 un faible encombrement, puisque les dimensions de la fibre sont
réduites par rapport à celles des autres câbles ;
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-1. Intérêt de la transmission par fibres optiques
 de faibles coûts : une installation transportant de très grandes
quantités d’informations et à de grandes distances sans répéteurs
devient moins coûteuse à la longue ;
 insensibilité aux influences électromagnétiques, ce qui évite toute
perturbation extérieure des signaux optiques et améliore la
qualité de transmission ;
 isolation électrique entre émetteur et récepteur, ce qui évite la
transmission des défauts d’origine électrique d’une extrémité à
l’autre de la fibre (foudres, surtensions, mauvaise mise à la
terre,….).
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-1. Intérêt de la transmission par fibres optiques
 Cependant, quelques contraintes sont liées à l‘utilisation de la fibre
optique :
 difficultés de connexion (risques de création de pertes) ;
 douceur exigée en matière de manipulation (tractions, courbures,
pincements,…) ;
 épissures difficiles à réaliser ;
 coût élevé de matériel d’entretien et de maintenance.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-1. Intérêt de la transmission par fibres optiques
 La fibre optique présente, malgré ces contraintes, des résultats très
satisfaisants, surtout dans les domaines de la transmission des
images, de la téléphonie, des données numériques. C’est ainsi que
la fibre est abondamment utilisée dans :
 l’interconnexion des centraux téléphoniques;
 les réseaux informatiques ;
 les réseaux de distribution TV ;
 la télémédecine où il faut par exemple éclairer un organe et
transférer les images au médecin.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-2. Principe de la transmission par fibre optique
Les systèmes de transmission par fibre optique utilisent la lumière pour
transmettre des informations. Le schéma ci-dessous présente le principe d’une
liaison de transmission optique.

Fig. VIII-1 : Schéma de principe d’une liaison à fibre optique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-1. INTRODUCTION GENERALE
VIII-1-2. Principe de la transmission par fibre optique
L’émetteur optique permet la conversion du signal électrique représentatif de
l’information à transmettre en un signal lumineux qui est injecté dans la fibre.
La fibre optique est un guide de lumière dans lequel cette dernière se
propage par une série de réflexions sur les parois jusqu’à la sortie.
L’amplificateur optique est un composant (optionnel) qui est inséré
dans une liaison pour compenser les affaiblissements subis par la lumière
durant sa propagation. Autrement dit, il augmente l’énergie au signal lumineux
pour permettre à ce dernier d’atteindre le point de destination.
Le récepteur optique permet la conversion du signal lumineux issu de la
fibre, en un signal électrique représentatif de l’information transmise.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
VIII-2-1. Propagation dans les fibres optiques
a) Constitution d’une fibre optique
La fibre optique est un fil cylindrique en verre ou en matériau plastique
permettant de guider les ondes optiques. Elle est constituée de trois éléments :
le cœur, la gaine et l’enveloppe protectrice.
 Le cœur est la partie centrale de la fibre dans laquelle se propage la
lumière ;
 La gaine entoure le cœur et possède un indice de réfraction inférieur à
celui du cœur, afin de confiner les ondes optiques dans le cœur ;
 L’enveloppe protectrice est constituée de couches concentriques de
matériaux plastiques et protège mécaniquement l’ensemble cœur-gaine.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
VIII-2-1. Propagation dans les fibres optiques
Dans une fibre optique, la lumière est guidée grâce au phénomène de réflexion totale sur
l’interface cœur-gaine.

Fig. VIII-2 : Schéma d’une fibre optique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
b) Ouverture numérique et cône d’acceptance
Elle est définie comme étant le sinus de l’angle du cône de lumière injectée à une extrémité
de la fibre et qui est effectivement guidée (confinée) dans le cœur de la fibre.

Fig. VIII-3 : Phénomène de réflexion totale dans une fibre optique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
 Un rayon lumineux ne peut se propager dans la fibre que lorsque
son angle d’incidence est inférieur à θo . L’ensemble des rayons
susceptibles de se propager dans la fibre définit un cône de
sommet S et d’angle 2θo : c’est le cône d’acceptance.

VIII-2-2. La lumière et ses caractéristiques


La lumière est une onde électromagnétique dont la longueur d’onde
dans le vide est comprise entre 30 nm et 3 mm. La figure ci-dessous
présente le spectre de la lumière avec les différentes « fenêtres
optiques » utilisées pour la transmission sur fibres optiques.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES

Fig. VIII-4 : Le spectre de la lumière


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES

VIII-2-3. Caractéristiques de transmission


Le signal optique subit principalement deux phénomènes pendant sa
propagation dans la fibre optique :
 les atténuations ;
 les dispersions.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
a) Les atténuations
 Elles résultent de l’absorption et de la diffusion de la lumière dans la fibre.
Elles dépendent de la nature du matériau, des impuretés qui s’y trouvent et
de la longueur d’onde. Un milieu peut être quasi transparent à une longueur
d’onde et opaque à une autre.
 Des lois de diffusion de RAYLEIGH donnant les atténuations dans les fibres en
fonction de la longueur d’onde, il découle que 3 longueurs d’ondes subissent
des atténuations minimales ; ce sont : 850 nm, 1300 nm et 1550 nm. Ces 3
longueurs d’ondes sont donc utilisées pour la transmission sur fibres
optiques. Elles sont appelées « fenêtres optiques » car en fait, ce sont des
plages de longueurs d’ondes très réduites.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2. LES FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
a) Les atténuations
Par ailleurs, les atténuations dans les systèmes à fibres sont de plusieurs types :

 atténuations intrinsèques dues à la nature de la fibre et s’expriment en


dB/km ;
 atténuations dues aux connexions : émetteur-fibre, fibre-récepteur ou toute
autre connexion réalisée ;
 atténuations dues aux épissures (soudure) ;
 atténuations dues aux courbures.

 Les figures ci-dessous présentent les causes des pertes d’épissures :


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
a) Les atténuations
 Les figures ci-dessous présentent les causes des pertes d’épissures :

Fig. VIII-5 : Schéma présentant les défauts de soudure des fibres


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
a) Les atténuations

Fig. VIII-6 : Un schéma de calcul d’atténuations


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
a) Les atténuations
Exemple de calcul d’atténuations
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
a) Les atténuations
Exemple de calcul d’atténuations
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission

Fig. VIII-7: Schéma illustratif de la dispersion modale


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission

Fig. VIII-8 : Schéma illustratif de la dispersion chromatique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII-2-3. Caractéristiques de transmission
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
a) Les fibres multimodes

Fig. VIII-9 : Schéma d’une fibre multimode à saut d’indice


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
Les fibres multimodes à saut d’indice
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
a) Les fibres multimodes
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
a) Les fibres multimodes

Fig. VIII-10 : Schéma d’une fibre multimode à gradient d’indice


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
b) Les fibres monomodes
Afin de s’affranchir totalement de la dispersion modale, les fibres monomodes
ont été créées. Dans de telles fibres, le diamètre du cœur est réduit à quelques
microns (10 µm environ) et n’autorise le guidage que d’un seul mode (rayon
lumineux). La lumière se propage sans réflexions à l’intérieur du cœur. La
dispersion modale est donc quasiment nulle.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
b) Les fibres monomodes

Fig. VIII-11 : Schéma d’une fibre monomode


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES

Fig. VIII-12 : Schéma d’un câble à deux fibres


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES

Fig. VIII-13 : Schéma d’un câble à 30 fibres optiques


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
Un émetteur optique a pour fonction principale de convertir le signal
électrique représentatif de l’information en signal lumineux.
VIII-3-1. Principe de l’émission optique
a) La modulation
La lumière est utilisée comme porteuse de l’information. Cette
dernière est transmise en modulant la puissance optique. Différents
types de modulations peuvent être utilisés. Par exemple, en modulation
directe, à « 1 » logique correspond l’émission de puissance et à un « 0
» correspond l’absence de puissance.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
b) Phénomène physique
Les sémi-conducteurs sont à la base de la conversion électrique-
optique (diodes électroluminescentes DEL, diodes LASER). Sous l’effet
du courant électrique (information), un électron de la bande de
conduction peut se recombiner avec un trou de la bande de valence
en libérant de l’énergie sous forme de photons (lumière). L’énergie
ainsi transportée par un photon est : E= hν = hC/λ où h= constante de
Planck, C = célérité de la lumière dans le vide, λ la longueur d’onde et
ν la fréquence de la lumière émise.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
b) Phénomène physique

Fig. VIII-14: Phénomène physique de l’émission optique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES

Fig. VIII-15: Schéma synoptique d’un émetteur optique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
Le circuit de codage permet de représenter le signal numérique en un
code qui doit faciliter la récupération de l’horloge en réception, et
éventuellement la détection des erreurs. Le circuit de commande de la diode
permet de moduler le courant dans la diode :

Fig. VIII-16: Diagramme de rayonnement des diodes


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES

Fig. VIII-17: Principe du LASER : Emission stimulée


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
N.B. : L’effet LASER présente un seuil (10 à 20 mA) : lorsque le courant
d’excitation est inférieur au courant seuil, les électrons excités ne sont pas
stimulés, car ils sont peu nombreux.

Les émetteurs LASER possèdent les caractéristiques suivantes :


 puissance quasi constante lorsque le seuil est atteint (jusqu’à 400 mW) ;
 très large bande passante (environ 10 GHz) ;
 diagramme de rayonnement étroit. La quasi-totalité de l’énergie
lumineuse est envoyée dans une seule direction ;
 la largeur spectrale est très petite. Un filtrage spectral est parfois intégré
dans la diode afin de rendre la lumière LASER monochromatique (largeur
spectrale d’environ 0,01 à 2 nm). La dispersion chromatique dans la fibre est
donc quasiment nulle.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
VIII -3. LES EMETTEURS OPTIQUES
Les émetteurs LASER sont adaptés pour les transmissions sur fibres
monomodes. Les émetteurs LASER possèdent donc de hautes performances par
rapport aux émetteurs à DEL : pas de dispersion ni modale, ni chromatique.

 En résumé, un émetteur optique est essentiellement caractérisé par :


 la longueur d’onde de la lumière émise. Elle est choisie dans l’une des 3
fenêtres optiques précédemment définies : 850 nm, 1300 nm et 1550
nm ;
 la largeur spectrale qui détermine le nombre de radiations
monochromatiques contenues dans la lumière émise ;
 la puissance d’émission qui détermine la longueur de la liaison entre
autres ;
 le diagramme de rayonnement ;
 la bande passante.
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES
CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES

VIII-4. LES RECEPTEURS OPTIQUES


VIII-4-1. Principe de fonctionnement

Fig. VIII-18: Création d’une paire électron-trou sous l’effet de la lumière


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES

VIII-4. LES RECEPTEURS OPTIQUES


VIII-4-1. Principe de fonctionnement

Fig. VIII-19: Schéma synoptique d’un récepteur optique


CHAPITRE VIII : SYSTEMES DE TRANSMISSIONS PAR FIBRES OPTIQUES

VIII-4. LES RECEPTEURS OPTIQUES


VIII-4-1. Principe de fonctionnement
 Le détecteur optique (photodiode) convertit la lumière reçue en
courant électrique.
 Le circuit d’amplification et de filtrage permet d’augmenter le
rapport signal sur bruit.
 Le circuit de récupération de l’horloge extrait l’horloge qui avait
été utilisée du côté émission.
 Le circuit de décision régénère les éléments binaires après les avoir
détectés. Le décodeur permet de retrouver le signal numérique
original.
VIII-4. LES RECEPTEURS OPTIQUES
VIII-4-1. Principe de fonctionnement
Fig. VIII-20: Schéma d’un coupleur 1 X 2
c) les filtres optiques : Ils ont pour rôle d’éliminer les bruits ou de
séparer les longueurs d’ondes.

d) Les isolateurs optiques : ils ne permettent le passage de la lumière


que dans un seul sens et éliminent ainsi les réflexions parasites.
Fig. VIII-21: Schéma d’un atténuateur optique
 Un moteur M permet soit d’élargir, soit de rétrécir la zone d’atténuation,
d’où un facteur d’atténuation variable (5 à 50 dB). La commande peut être
manuelle ou automatique.

f) Les multiplexeurs en longueur d’onde (WDM) (Wavelengh Division


Multiplexing) :
Ils assurent le multiplexage de plusieurs signaux optiques possédant des
longueurs d’ondes différentes, en vue de les transmettre sur une même fibre.
On peut ainsi véhiculer des données jusqu’à 100 Gbit/s sur une même fibre. Ils
réalisent évidemment le démultiplexage correspondant.
f) Les multiplexeurs en longueur d’onde (WDM) (Wavelengh Division
Multiplexing) :

Fig. VIII-22 : Schéma d’une liaison utilisant le multiplexage en


longueurs d’ondes
f) Les multiplexeurs en longueur d’onde (WDM) (Wavelengh Division
Multiplexing) :

Fig. VIII-23 : Principe de fonctionnement d’un multiplexeur en longueurs


d’ondes
VIII-5-2. Les composants actifs
Ce sont des composants dont le fonctionnement nécessite une
alimentation en énergie électrique. Ce sont essentiellement les répéteurs et
les amplificateurs optiques.
a) Les répéteurs
Ils ont pour rôle de compenser les affaiblissements et les dispersions de
propagation. Ils fonctionnement selon le principe suivant :
 conversion du signal optique reçu en signal électrique ;
 régénération dans un circuit de décision ;
 conversion électrique-optique et émission, dans la fibre suivante.
VIII-5-2. Les composants actifs
a) Les répéteurs

Fig. VIII-24 : Schéma d’un répéteur optique


VIII-5-2. Les composants actifs
b) Les amplificateurs optiques
Ils amplifient de manière optique un signal. Aucune conversion optique-
électrique n’intervient. Ils fonctionnent selon le même principe que les LASER :
émission spontanée, absorption et émission stimulée.

Fig. VIII-24 : Schéma d’un répéteur optique


VIII-6. CONFIGURATION DES LIAISONS OPTIQUES
Selon l’utilisation et le degré de fiabilité souhaité, les liaisons optiques peuvent
avoir plusieurs configurations : Liaisons unilatérales ou bilatérales, avec ou sans
secours.

Fig. VIII-26 : Liaison unilatérale sans secours : 1 + 0


La transmission se fait dans un seul sens. En cas de panne, liaison est hors service
et les informations sont perdues.
VIII-6. CONFIGURATION DES LIAISONS OPTIQUES

Fig. VIII-27 : Liaison unilatérale avec secours : 1 + 1

Il existe ici un canal normal et un secours. En réception, lorsque le récepteur


comptabilise un taux d’erreurs supérieur à la valeur admissible, il commande le
commutateur de basculer sur le secours pour y prélever le signal (surtout si celui-ci
est meilleur).
VIII-6. CONFIGURATION DES LIAISONS OPTIQUES

Fig. VIII-28 : Liaison bilatérale sans secours : 1 + 0


La transmission se fait dans les deux sens. Une fibre est prévue pour chaque sens
de transmission. Dans ce cas, des interfaces optiques incorporant en même temps
un émetteur et un récepteur optique sont utilisées.
VIII-6. CONFIGURATION DES LIAISONS OPTIQUES

Fig. VIII-29 : Liaison bilatérale avec secours : 1 + 1


Chaque sens de transmission possède un canal de secours
VIII-7-3. Détection des défauts par réflectométrie
VIII-7-3. Détection des défauts par réflectométrie

Fig. VIII-30 : Schéma d’un réflectomètre optique


VIII-7-3. Détection des défauts par réflectométrie
VIII-7-3. Détection des défauts par réflectométrie