Vous êtes sur la page 1sur 46

Traitement des eaux usées et excretas

LES SYSTEMES TECHNIQUES


D’EVACUATION ET DE TRAITEMENT DES
EAUX USEES

Master Spécialisé en Génie Sanitaire et Environnement Présenté par :


17/04/2009 Traitement des eaux usées et excrétas/M1 - 2iE, Joseph Wéthé, PhD,
1 Ir.
par J. WETHE, PhD,Ir Enseignant – Chercheur 2iE

Objectif

ªSe familiariser aux procédés (les plus courants)

de traitement biologique des eaux usées


dans les villes africaines

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 2


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

1
Plan de l’exposé

1. Généralités sur les eaux usées

2. Objectifs de l’assainissement des eaux


usées et principes de l’épuration

3. Principales étapes de l’épuration et


ouvrages nécessaires

4. Systèmes fondamentaux : Collectifs VS


Individuels

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 3


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Généralités sur les


eaux usées

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 4


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

2
Généralités
Principales sources de production des eaux
usées urbaines

¾ les eaux usées domestiques,

¾ les eaux usées industrielles,

¾ les eaux usées agricoles,

¾ les eaux de ruissellement.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 5


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Généralités
Nature des eaux usées
Î Variable également selon leur charge (organique)
- g Î Effluents domestiques
Eaux usées à faible charge q de zones
urbaines de haut standing, d’hôtel, des administration

- Eaux usées à forte charge Î Effluents d’abattoir, d’hôpitaux,


domestiques des zones surpeuplées et de bas standing

Nature des polluants


 Solides Î Préoccupation environnementale
 Substances ou particules minérales Î Préoccupation
sanitaire et environnementale
 Substances organiques Î Préoccupation
environnementale et sanitaire

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 6


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

3
Généralités
Caractéristiques des eaux usées
† Paramètres physiques : Température,
Conductivité, pH, MES
† Paramètres chimiques organiques : DCO,
DBO5
† Paramètres chimiques minéraux : Azote,
Phosphore, Macromolécules, Métaux lourds, etc.
† Paramètres biologiques : Bactéries (CF, SF, CT),
Virus, Microfaune et Microflore aquatiques

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 7


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Généralités
Paramètres et Type de pollution
- Pollution Physico-chimique Î Transparence,
MES couleur/turbidité,
MES, couleur/turbidité pH
pH, le phosphore et ses
composés , l’azote et ses composés, les métaux
lourds

- Pollution Organique Î Demande biologique


en oxygène (DBO), Demande chimique en oxygène
(DCO), Carbone organique total (COT), MVS

- Pollution Bactérienne Î Coliformes fécaux,


parasites (œufs d’helminthe)

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 8


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

4
Généralités

DEGRE DE POLLUTION
† Pollution primaire Î Paramètres physiques

† Pollution secondaire Î Paramètres chimiques /


organiques

† Pollution tertiaire Î Paramètres chimiques /


minéral

† Pollution quaternaire Î Paramètres biologiques

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 9


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Objectifs de l’assainissement
& Principes de l’épuration

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 10


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

5
Objectifs de l’assainissement
NECESSITE
† Évacuer rapidement le plus loin possible, sans stagnation et sans
risques, les eaux usées nuisible à l’homme et à l’environnement.

† Protéger l’environnement et le cadre de vie Î Éliminer ou modifier


l’état des polluants de sorte à limiter l’impact négatif qu’elles pourraient
avoir sur les écosystèmes naturelles Î Éviter toutes formes de
souillures réversibles ou irréversibles par des traitements appropriés Î
Les niveaux d’épuration dépendent étroitement des capacité de
dilution et d’autoépuration du milieu récepteur

† Préserver santé humaine, Î Minimiser les risques sanitaires après leur rejet
dans l’environnement ou leurs réutilisation éventuelle Î Apporter aux eaux usées
a co
la correction
ect o de qua
qualité écessa e Î Le
té nécessaire e niveau
eau dd’épuration
épu at o dépe
dépendd des
normes sanitaires en vigueur et de l’usage éventuel des effluents traités (cf.
Normes OMS)

Tels sont les objectifs fondamentaux assignés à l’assainissement des eaux usées
urbaines.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 11


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Principe de l’épuration

† Extraire les éléments les plus gros

† Éliminer
É les matières en suspension

† Assurer l’élimination de la pollution carbonée

† Éliminer la pollution bactérienne.

EN RESPECT DES NORMES EN VIGUEUR

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 12


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

6
Processus de l’épuration
Quelque soit les étapes :

- Ph i
Physiques Î pour éliminer
éli i les
l solides
lid

- Chimiques Î pour modifier l’état des polluants


minéraux et organiques

- Biologiques Î pour modifier l’état


l état des polluants
organiques et minéraux

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 13


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Principales étapes de
l’épuration des eaux usées

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 14


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

7
Principales étapes de l’épuration

Recirculation éventuelle

Prétrai- Traitement Traitement Traitement


tement primaire secondaire tertiaire

Extraction Traitement des Valorisation éventuelle,


Rejet ou Mise en
des boues boues décharge

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 15


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Etapes et ouvrages nécessaires


Étapes du Niveau de la Procédé utilisé Nature du Observations
processus pollution procédé
Prétraitement Pollution Dégrillage, Phys. Nécessaire et
Déssablage
Déssablage, pparfois
primaire
Dégraissage, obligatoire
Déshuilage
Traitement Pollution Décantation simple, Phys.
Décantation avec Phys. & Chim.
primaire secondaire
floculation
Traitement Pollution Traitement à Phys. & Biol. Fondamentale
secondaire tertiaire bactérie fixes
B
Boues activées
ti é Phys., Biol
Phys Biol. & Chim
Chim.
Phys. & Biol.
Lagunage simple
Phys., Biol. & Chim.
Lagunage aéré
Traitement Pollution Chim. & Biol. Nécessaire si
réutilisation
tertiaire quaternaire
sous produits
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 16
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

8
Critères de choix d’un système
1. Objectifs fixés et des normes en vigueur

2. Maîtrise locale de la technique et de la technologie


du procédé

3. Conditions écologiques du milieu récepteur

4. Contraintes d’exploitation et de gestion

5. Disponibilités financières

6. Conditions climatologiques

7. Caractéristiques propres des eaux usées à traiter


17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 17
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES FONDAMENTAUX
D’EVACUATION ET DE TRAITEMENT
DES EAUX USEES
Deux systèmes fondamentaux :

⎠ Systèmes collectifs : réseau d’égout avec Step


¾ Épuration intensive
¾ Épuration extensive/naturelle

⎠ Systèmes individuels ou autonomes:


¾ Fosses septiques avec puisards ou épandage
¾ Latrines améliorées: VIP – Chasse manuelle – EcoSan, etc.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 18


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

9
SYSTEMES
COLLECTIFS

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 19


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SCHEMA TYPE D’UN RESEAU

Périmètre urbanisé
Cours
d’eau

STEP
Émissaire
Réseau de collecte (égout)
de rejet
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 20
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

10
TYPE DE RESEAU
D’EVACUATION
† le système unitaire Î Principe ancien du « TOUT A
L’EGOUT » avec simultanément les eaux usées (eaux
ménagères, eaux vannes, urines)) et les eaux pluviales ;

† le système séparatif Î Principe de « SEPARATION »


des eaux usées (vers la Step) des eaux pluviales (milieu
naturel ou Step) ;

† le système pseudo séparatif Î Principe de «


COMBINAISON » plus ou moins prononcée des
systèmes précédents.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 21


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Étapes du processus d’épuration


dans un Station de traitement

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 22


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

11
Ouvrages de prétraitement

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 23


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

PRETRAITEMENT
„ Dégrillage /TamisÎ Enlever les corps grossiers
„ Déchiquetage Î Réduire la taille des corps
grossiers

Schema de principe d’une grille Déchiquetage classique avec tambour rotatif à axe vertical, à fentes horizontales.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 24


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

12
PRETRAITEMENT

Tamisage

1-Arrivée d'eau brute. 2 -Boite d'alimentation.


1-Arrivée d'eau brute. 2 -Volet répartiteur.
3 -Tamis. 4 -Refus.
3 -Grille. 4 -Refus.
5-Lame de raclage. 6 - Sortie d'eau tamisée.
5-Lunette d'observation. 6 - Sortie d'eau tamisée.
Schéma d'un tamis à grille concave (autonettoyage assisté).
Schéma d'un tamis rotatif à alimentation extérieure et
nettoyage mécanique.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 25


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

PRETRAITEMENT
Dimensionnement d’un DEGRILLEUR (TAMIS) :
DONNEES GENERALES
1/- Vitesse de passage entre les barreaux Î [0,6m/s et 1m/s]
2/ Écartement des barreaux :
2/-
•Grille fine Î [3mm ; 10mm[ ;
•Grille moyenne Î [10mm ; 25[ ;
•Prédégrillage Î [50mm ; 100mm]
3/- Angle d’inclinaison de la grille
•Si nettoyage manuel du dégrilleur, alors : α = 60° - 80°, V ≤ 1m/s
et C = de 0,7 à 0,8
mécanique alors : α = 80
•Si nettoyage mécanique, 80°, V Î de 1,2m/s
1 2m/s à 11,4m/s
4m/s
et C = de 0,5 à 0,6
4/- Espacement entre barres
•Si tamisage fin, alors e Î [20.10-3mm ; 1mm] ;
•Si tamisage grossier alors e Î [1mm ; 5mm]

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 26


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

13
PRETRAITEMENT
„ DIMENSIONNEMENT D’un Dégrilleur : maille
[3mm, 5mm] Î Formules empiriques
V Î Vitesse de passage de
Q
V= l’eau entre les barreaux
(entre 0,6 et 1m/s)
Su Su Î Section utile
e
b θ= Sm Î Section mouillée

e (e + b ) θ Î Coefficient de colmatage
Su = Sm •θ (1−C) dû à ’encombrement des
b
barres

CÎ Coefficient de colmatage
β Q
V Sm = dû aux eaux usées
h Lo [V • θ (1 − C )] L0 Î Longueur utile ou
immergée de la barre
h
17/04/2009 = usées et excrétas/M1
Gestion desLeaux 27
β=90°−α - 2iE, par 0Joseph β
CosWETHE, PhD,Ir

PRETRAITEMENT

Dessablage Î Retenir les particules grenues

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 28


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

14
PRETRAITEMENT
Dimensionnement d’un DESSABLEUR
L
l
Vh (avec Vc = 70m/h
S h Vc pour des particules
de φ = 0,2mm)

Condition 1 : Chute de la particule avant la fin du dessableur


L h Q
≥ où Vh =
Q et Sh = L • l Alors Sh ≥
Vh Vc l•h Vc
Condition 2 : la M.O. ne doit pas décanter
Q
Vh = = 0,3m / s
h•l
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 29
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

PRETRAITEMENT

Déshuilage-Dégraissage

Un système d’insufflation d’air


provoque des bulles qui vont
emprisonner les particules
graisseuses et les faire
remonter en surface où elles
sont récoltées pour être traitées
ultérieurement (dans une usine
d’incinération par exemple).

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 30


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

15
PRETRAITEMENT
Dimensionnement d’un DESHUILEUR/DEGRAISSEUR
Principe Î Basé sur la vitesse ascensionnelle des particules
Si Dégraisseurs statiques :
Alors Temps de séjour (Ts) = 3 à 5 mn
et Vitesse ascensionnelle (Vas) = 15 m/h

Si Dégraisseurs aérés :
Alors Temps de séjour = 3 à 8 mn
et Vitesse
i ascensionnelle
i ll = 115 à 20 m/h
/h

Volume d’air d’émulsion des graisses = Vair, m3/m²/h)

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 31


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

PRETRAITEMENT
Dimensionnement d’un DESHUILEUR/DEGRAISSEUR

DONNEES DE BASE
Ch i i le
Choisir l Temps
T de
d séjour
éj i i l (Tsm),
minimal ) la
l Vitesse
Vit ascensionnelle
i ll (Vas1) selon
l
le type ainsi que le Volume d’air d’émulsion des graisses (Vair)

DEMARCHE :
Déterminer le volume du déshuileur : Vdh = Qpm x Tsm

Déd i lla surface


Déduire f hhorizontale
i t l ddu dé
déshuileur
h il : Sh = Vdh/(VasX Tsm)
Déduire la Hauteur du déshuileur : Hdh = Vdh / Sh
Ainsi que les autres dimensions (diamètre ou côté du carré) ;

Déduire le débit d’aire (en m3/h) d’émulsion nécessaire : Qair = Sh x Vair.


17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 32
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

16
Systèmes Intensifs

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 33


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS

Le décanteur primaire
† Prévu pour retenir les
particules solides des eaux
usées brutes et les boues
† Données essentielles : taille et
vitesse de chute des particules ,
débit
† Performances du DP
(Hypothèses admises)
•Rendement du DP :
−α = 50 – 60% de MES ; β = 25 – 30% de DBO5 ;
-Valeurs décantées et sortant de MES et de DBO5 :
-QMESentrant = αQMESdécantées + (1-α)QMESsortant (en kg/j),
-QDBO5entrant = βQDBO5décantées + (1-β)QDBO5sortant (en kg/j)

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 34


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

17
SYSTEMES INTENSIFS

Démarche de dimensionnement d’un Décanteur Primaire Circulaire


Sd1 Î Surface du DP (m²)

Vd 1 = QxTr
Q T Q Î Débit de pointe moyen
(horizon du projet)
DEDUIRE :
Vd1 Î Volume du DP (m3)

Tr Î Temps de séjour dans le


Rayon et Hauteur du DP (m)
DP (1h30mn, en général)
Qdl Î Débit moyen de la lame
∈ [2m, 5m]
Sd1 Vd 1
Rd 1 = H d1 = d’eau déversante
3.14 Sd1
TOUJOURS VERIFIER : Q
Qld = ≤ 15 à 20 m 3 / m / h
(3.14 xφDP )
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 35
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS
Démarche de dimensionnement d’un
Décanteur Primaire Rectangulaire

EVALUER :
Sd Î Surface du DP (m²)
Q = Vd x h x l Sd1 = L x l Q Î Débit de pointe moyen (horizon du projet)
Vd Î Vitesse de translation horizontale (m/s)
Q
Vc = Vc Î Vitesse de chute (m/s) Î (2 à 3m/s)
Sd1
h Î Hauteur du DP (m)
TOUJOURS VERIFIER :
l & L Î Largeur et Longueur (m)
Vc h
≥ Écoulement laminaire Î L/l ≥ 5 L≤ 15 h
Vd L
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 36
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

18
SYSTEMES INTENSIFS
Démarche de dimensionnement d’un Aérateur

QDBO5 : Teneur en DBO5 (mg/l) X Volume d


d’EU
EU
EVALUER :
Cm : Charge massique en DBO5

Vba =
(QDBO5 ) correspondant au MVS (kg DBO5/kg de MVS)
Î Généralement pris entre 0,35 à 0,40
C m x C MVS
CMVS : Concentration en MVS (g/l)
Î Généralement entre (2 à 3 g/l)

Vba : Volume du bassin d’aération (m3)

Nomes à la sortie :
Î [DBO5] et [MES] <=30mg/l
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 37
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS
Démarche de dimensionnement d’un Aérateur
Détermination de la quantité d’Oxygène du bassin d’aération (QO2 en kg/j)

Démarche de calcul :
QO2 = α(QDBO5entréeBassin – QDBO5sortieBassin) + βCMVS
où α = 0,6 et β = 0,08 (Si systèmes à moyennes charges).

Hypothèses simplificatrices admises :


- QDBO515mg/l est souvent NEGLIGEE
- Phénomène de nitrification avec consommation d’oxygèneÎ NEGLIGEABLE

En définitive : Î QO2 = 0,6 QDBO5entrée + 0,08CMVS

Remarque
17/04/2009
: au Japon, en moyenne : QO2 = 5QDBO5entréeBassin.
Gestion des eaux usées et excrétas/M1 38
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

19
SYSTEMES INTENSIFS
Démarche de dimensionnement d’un
Clarificateur Cylindrique
Données de base et hypothèses simplificatrices :
•Qpm Î Débit de pointe
• Vasc) Î Vitesse ascensionnelle = 1,3 m/h (<= Vitesse de décantation)
•Trmini Î Temps de rétention minimal = 1h30mn ;
Démarche de calcul :
.Surface du clarificateur (Scl, en m²) Î Scl = Qpm/Vasc.
.Volume du clarificateur (Vcll, en m3) Î Vcll = Qpm x tmini i i.
. Diamètre (Φcl, en m) et Hauteur du clarificateur (Hcl, en m).
. Débit de lame déversante (Qmld, en m3/m/h)
Î Qmld = Qpm/ (3,14 x Φcl )
.Vérifier enfin laGestion
17/04/2009 condition évitant
des eaux usées la création de courants
et excrétas/M1 39
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir
préférentiels à la reprise : Qmld < 5m3/m/h.

SYSTEMES INTENSIFS

Schéma classique d’un système à Boues activées

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 40


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

20
SYSTEMES INTENSIFS
Procédés intensifs à bactéries libres :
BOUES ACTIVEES (cas 1)
EU brutes
Décanteur 1 By-pass
Dégrillage

C C

Aérateur Digestion
Local des
machines
Effluents traités vers exutoire
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 41
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS
Procédés intensifs à bactéries libres :
BOUES ACTIVEES (cas 2)

Effluent traité

Influent à traiter

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 42


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

21
SYSTEMES INTENSIFS

Autre Synoptique d’une Boues activées

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 43


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS
Le Bassin d’aération dans un
système à boues activées

Bassin d’aération Aérateur de surface

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 44


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

22
SYSTEMES INTENSIFS

Un aérateur en activité dans un


système à boues activées
Les eaux usées sont mises en
contacts avec des micro-
organismes (les « boues activées »)
dans un bassin afin de « digérer »
les pollutions biodégradables.

Un apport complémentaire
d’oxygène permet de stimuler les
bactéries et de les multiplier.
C’est pourquoi on appelle aussi ce
bassin le bassin d’aération.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 45


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS

Le Décanteur secondaire dans un


système à Boues activées

‡ Il est réalisé pour l’élimination des boues issues du


bassin à boues activées

‡ Il peut être unique pour la station

‡ Il combine les phénomènes de séparation


particule-eau par gravité et la Capacité de rétention
des boues par leur cohésion
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 46
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

23
Les systèmes sur culture fixe

† Les lits bactériens


‡ Les bactéries utilisent les matériaux de garnissage
comme support

‡ L’oxygène est fourni par des systèmes d’appel d’air au


fond de l’ouvrage

‡ Les effluents sont répartis sur la surface par des


systèmes de sprinckler

‡ Les boues issues de l’activité bactérienne se détachent et


sont conduites dans le décanteur secondaire
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 47
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Les systèmes sur culture fixe

† Système de traitement par lits bactériens

Synoptique d’une station d’épuration comportant un lit bactérien


17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 48
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

24
Les systèmes sur culture fixe
† Système de traitement par lits bactériens

Synoptique d’une station d’épuration comportant un lit bactérien

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 49


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES INTENSIFS
Procédés intensifs à bactéries fixes :
LITS BACTERIENS

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 50


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

25
Les systèmes sur culture fixe
† Les Biodisques:

Le biodisque
q est un support
pp inerte en rotation dans
l’eau dont une partie est immergée:

Les bactéries se fixent sur le disque et subissent


successivement des phases de respiration et des
phases

En contact avec la matière organique


g q contenue dans
les eaux

Les boues dégradées se détachent du disque et sont


conduites dans le décanteur secondaire

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 51


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Les systèmes sur culture fixe

Les méthodes de traitement dans un Biodisque

Synoptique d’une station d’épuration comportant un disque biologique

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 52


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

26
Les systèmes extensifs

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 53


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES EXTENSIFS
Le lagunage à microphytes ou à macrophytes

Principes de fonctionnement:
ª Le mécanisme de base du lagunage naturel est la
photosynthèse. La tranche d'eau supérieure des bassins est
exposée à la lumière. Ceci permet le développement
d'algues qui produisent l'oxygène nécessaire au
développement et maintien des bactéries aérobies.

ª Ces bactéries sont responsables de la dégradation de la


matière organique. Le gaz carbonique formé par les
bactéries, ainsi que les sels minéraux sont utilisés dans le
processus

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 54


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

27
SYSTEMES EXTENSIFS

† Mécanisme en jeu dans les basins de lagunage naturel

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 55


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES EXTENSIFS
Le lagunage
Étapes du
d processus
p ocess s
Le système classique comporte trois étapes
- Une étape d’épuration anaérobie stricte

- Une étape d’épuration avec des bactéries


facultatives

- Une étape de maturation (bactéries aérobies)

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 56


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

28
SYSTEMES EXTENSIFS

Le lagunage
Principes

L'épuration est assurée grâce à un long temps de séjour,


dans des bassins étanches disposés en série.

Le nombre de bassin le plus communément rencontré est


de 3. Cependant, utiliser une configuration avec 4 voire
6 bassins permet d'avoir une désinfection plus
poussée.
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 57
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES EXTENSIFS
Lagunage à microphytes : Principe de fonctionnement
général

Influent à
traiter
Effluent
traité

Prétraite Bassin B.
Bassin
-ment Facultatif Maturation
(éventuel)
Anaérobi
e B.F. B.M. Valorisation
éventuelle
B.A.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 58


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

29
SYSTEMES EXTENSIFS
Lagunage à microphytes : Modèles de
dimensionnement Î Bassin anaérobie

Nécessaire pour des eaux usées fortement chargée (DBO)

Un bassin suffirait si la charge volumique organique Li < 1000 mg/l BOD5, sinon en
prévoir en série (max 3, avec des tr = 1j)

Les conditions anaérobies sont créées quand L> 100g DBO/m3.j.


Li = [BOD5] entrée (mg/l), Abattement de la DBO dans un BA
Q = Débit, m3/j chargé 250 g DBO5/m.3
V = Volume du bassin (m3) Temps de rétention Abattement de la
Tr = Temps de retention = V/Q Tr (jours) DBO5 (%)

1 50
2.5 60
5 70

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 59


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir
Source: Mara (1976)

SYSTEMES EXTENSIFS
Lagunage à microphytes : Modèles de
dimensionnement Î Bassin Facultatif

Les effluents du BA requiert quelques formes de traitement aérobie


L’utilisation des BF est approprié, notamment dans les pays en
développement
BF nécessaire pour des EU relativement peu chargés
Variation de l’oxygène dissous dans le système, en fonction de la
profondeur (principalement de nuit)
Concentration maximale de l’OD en surface et saturation en zone de
climat tropical humide lors des fortes radiations solaires

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 60


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

30
SYSTEMES EXTENSIFS
Lagunage à microphytes : Modèles de
dimensionnement Î Bassin Facultatif

Démarche de la méthode empirique


p q
Î méthode des charges admissibles
Î Calcul de la charge admissible de DBO par unité de
surface (λs ,en kg/ha/j)
Formule INDIENNE λs= 375 - 6,25L
L= Latitude de la zone (en °), P= de 1,5 à 2 m.

Formule ARTHUR λs= 20T - 60


T= Température minimale de l’air du mois le plus
froid (en °C)

Formule de MAC GARRY & PESCOD λs= 20T - 120


17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 61
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES
EXTENSIFS
Lagunage à microphytes : Modèles de
dimensionnement Î Bassin de Maturation

Î Pour
P un seull bassin
b i de d maturation
t ti N entrée
N sortie =
(1 + Kb • tBM 1 )
Î Pour n bassins de maturation placés en série
N entrée
N sortie =

(1 + K b • t1 )(1 + K b • t2 ) ⋅ ⋅ ⋅ (1 + K b • t BM 1 )
K b = 2,6 • (1,19)T − 20
Kb = Constante cinétique de premier ordre pour l’élimination es bactérie (en J-1).
Nsortie = Nombre de coliformes fécaux pour 100ml, à la sortie du systèmes.
Nentrée = Nombre de coliformes fécaux à l’entrée
ti = Temps de rétention du ième bassin (en jour)
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 62
Temps de séjours dans le BM :- 2iE,
de par
5 àJoseph
7 jours.
WETHE, PhD,Ir

31
SYSTEMES
EXTENSIFS
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES
Deux positions possibles des bassins :
•Bassins enterrés Î Bassins en déblais
•Bassin en surface Î Bassin en remblais
Pente des digues : 3
•Dépend : nature du sol
1
•Pentes recommandées > 1/3 :

Parois des digues :


•Parfaitement étanche Î Matériaux locaux
•Hauteurs des digues > 50cm (revanche)
•Erosion hydrique Î moellon, pierre, béton sur 20cm autour du plan d’eau.
Conduite d’amenée : Î suffisamment loin des digues (Sinon, formation des bancs
de boues aux abords des bassins).
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 63

Entrée/Sortie des effluents : Î Diamétralement opposés que possible.


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES EXTENSIFS
OPERATIONS D’ENTRETIEN DES STATIONS NATURELLES
Végétation :
Fauchage régulier (aérer,
(aérer ensoleiller et ventiler les bassins
bassins, éviter
les moustiques) ;

Nappes d’écumes : (algues flottantes, boues remontées,…)


Les désagréger, les enlever et enfouir régulièrement

Insectes et odeurs :
Mieux gérer les bassins anaérobies et le désherbage du site

Contrôle et suivi de la station


Analyses régulières/périodique en labo.
Contrôle
17/04/2009 : Volumes/débits
Gestiondans
des eauxchaque bassin
usées et excrétas/M1 64
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

32
SYSTEMES EXTENSIFS
† La station de lagunage du 2iE, à Ouagadougou

ªLagunage à microphytes : Bassin Anaérobie,


Bassins Facultatif, Bassins de Maturation

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 65


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES EXTENSIFS
Le lagunage à macrophytes

† Les plantes sont enracinées ou flottantes


† Elles servent de support pour la population
bactérienne
† L’eau est préalablement traitée dans un
bassin de décantation
décantation-digestion
digestion

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 66


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

33
SYSTEMES EXTENSIFS
Lagunage à macrophytes

Macrophytes flottantes

Eau libre

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 67


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES EXTENSIFS
† Infiltration – percolation
ª Principes

Synoptique d’une station d’épuration par infiltration percolation

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 68


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

34
TRAITEMENT DES
BOUES

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 69


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Objectif
1. Réduire le volume des boues à évacuer

2. Réduire leur pouvoir fermentescible

3. Faciliter leur conditionnement et leur transport vers


les lieux de mise en décharge ou de valorisation.

Etapes
p
Stabilisation Î Epaississement Î Déshydratation Î
Elimination.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 70


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

35
Stabilisation des boues
Digestion anaérobie ou fermentation méthanique
pendant 20 à 30 jours à 35°C.

Double phase :
Liquéfaction avec production d’acides volatiles
Fermentation avec production de gaz dont CH4 (65 - 70%
du volume) et CO2 (30 - 35%)

Valorisation du Purin : directement ou après compostage

Epaississement éventuel avant rejet ou valorisation.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 71


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

Epaississement et
Déshydratation des boues
Méthodes :

1. par décantation, pendant 2 – 10 jours dans un


décanteur cylindrique centrifuge (H=3,5m)

2. par flottation avec pressuration de l’eau

3. par drainage sur lit de séchage, filtres à bandes


presseuses, des filtres - presses, des filtres à vis.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 72


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

36
Calcul de la production des
boues
Données de base :
•Mmo Î Masse des matières organiques
•Mmm Î Masse des matières minérales
• Mmvdb Î Masse
M d matières
des tiè volatiles
l til difficilement
diffi il t biodégradables
bi dé d bl
•Mbef) Î Masse des boues évacuées par l’effluent

Masse totale des boues (Mtb,en kg/j) produites :


Mtb = Mmo + Mmm + Mmvdb – Mbef
Avec :
Î Mmo = 0,53xQ
0 53xQDBO5entréed1 – 0,055xCMVS
0 055xCMVS
Î Mmm = 0,3xQMESentrantes
Î Mmvdb = 0,23 QMESentrantes
Age moyen des boues (Amb) :
Amb = ([MES] x Vba) / Mtb
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 73
où [MES] = ([MVS] x- Q MES
2iE, par)/Q et enPhD,Ir
MVSWETHE,
Joseph général : [MES] = 2,5g/l.

SYSTEMES
INDIVIDUELS

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 74


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

37
Fosse septique et Puits d’infiltration

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 75


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

FOSSE SEPTIQUE
Vue en plan des fosses
Fosse septique à doubles compartiments Fosse septique à triples compartiments

2ème 2ème 3ème


compartiment
i compartiment compar
EU 1er 1er
compartiment EU compartiment
timent

l l
Effluent traité Effluent traité

A A

L1 = 2Lt/3 L2 = Lt/3 L1 = 6Lt/10 L2 = 3Lt/10 L3 =


1Lt/10
Lt Lt
5-
10
cm
Vue en coupe A-A
EU
EU Vers
épandage
[20c souterrai
m,
Hb( 10-30 H/3] n ou
Ma H puits
cm filtrant
xi)
=
Boues décantées en
H/
digestion anaérobie
2
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 76
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

38
Fosse septique & Épandage souterrain

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 77


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

SYSTEMES PSEUDO -INDIVIDUEL


Fosse septique et Lits d’infiltration – Percolation
sur sable

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 78


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

39
FOSSE SEPTIQUE
Dispositions constructives des fosses septiques

Vue en plan du rectangle


d’encombrement
d’ b t de
d la
l fosse
f septique
ti l

Longueur /largeur = 2 - 4
L
1. si L/l > 4 (fosse de forme trop allongée) Î élévation de la
vitesse du courant et risque de non décantation de la MO dans
le digesteur
2. si par contre L/l < 2 (fosse de forme ramassée, proche du
carré) Î , il y aurait risque de faible rendement également.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 79


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

FOSSE SEPTIQUE

Dispositifs annexes des fosses septiques


1. Le séparateur de graisse (ou bac dégraisseur), ouvrage facultatif
situé en amont de la fosse septique et envisageable qu’en cas de
production accrue de graisse (cantines, hôtel, restaurant, etc.).

2. Le débourbeur : bac rectangulaire muni d’un panier amovible pour la


rétention des déchets lourds et indésirable dans la fosse.

3. Le filtre bactérien (aérobie ou anaérobie) Î 3ème compartiment de la


fosse septique qui permet d’éliminer la matière organique en
solution ou en suspension colloïdale.

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 80


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

40
FOSSE SEPTIQUE

Critères d’aptitude du sol à l’assainissement autonome

1. perméabilité du sol évaluée par test de percolation ;

2. hydromorphie du sol : niveau de la nappe phréatique


et ses battements ;

3 profondeur du substratum (>1m) pour les sols à


3.
granulométrie fine imperméable ;

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 81


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

FOSSE SEPTIQUE
Dimensionnement des fosses septiques :
Hypothèses souvent utilisées :

1
1. taux d’accumulation des boues = 0,18–0,5
0 18 0 5 l/hab
l/hab./j
/j

2. fréquence de vidange de 2 à 5 ans pour une hauteur maximale de la boue


dans la fosse = 50% de la hauteur utile de la fosse ;

3. hauteur d’eau minimale dans la fosse > 1m ;

4. hauteur de rétention de la couche flottante au dessus de l’eau dans la fosse


= 20 – 25cm ;

5. temps moyen de rétention des effluents dans la fosse = 5 jours ;

6. volume minimal de la fosse : de 1,5 à 2m3 ;

7. volume additif pour chaque supplément de 2 personnes = de 0,4 à 0,5 m3.


17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 82
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

41
FOSSE SEPTIQUE
Différentes méthodes de dimensionnement
méthode Française
si Fosse « eaux vannes » :
Vu = 2m3 Î logement de 2 à 3 pièces
= 3m3 Î logement de 4 à 6 pièces
=3m3+0,5 (0,75)/pièces supplémentaire.
si Fosse « toutes eaux »
Vu = Double des volumes précédents.

la méthode Belge
si Fosse « eaux vannes »
Vu = 300 l/hab./j X Nu si Nu<= 11,
Vu = 225 l/hab./j X Nu si Nu > 11,
si Fosse « toutes eaux »
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 83
Vu = Double des volumes- 2iE, précédents . PhD,Ir
par Joseph WETHE,

FOSSE SEPTIQUE
Différentes méthodes de dimensionnement
.
•la méthode Canadienne Î Liée au nombre de chambres :

Volume utile Nbre Volume utile Valeur de


Nbre pièces (litres) pièces (litres) β
1 500β 3 750β β = 4,55
2 625β 4 850β litres

Soit une majoration


de 100 à 125β par chambre supplémentaire

•la méthode Anglaise


pour les fosses septiques à 2 compartiments vidangeables
tous les 2 à 3 ans et une hauteur utile de 1,5m au minimum.
Vu = 180 x Nu + 2000
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 84
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

42
FOSSE SEPTIQUE
Différentes méthodes de dimensionnement
.
Cas des fosses septiques destinées aux équipements
collectifs ou publics.
Î utiliser la méthode canadienne selon la démarche :
On calcule la quantité total journalière des rejets

(Qtr en litres) : Qtr = q0 x Nu

(ou q0 = rejet d’eaux usées (en l/hab./j)

Si 1 900l<Qtr>5 700l Î Vu = 1,5Qtr


Si 5 700l<Qtr<34 200l Î Vu = 4 300 + 0,75Qtr
Si Qtr > 34 200 l, ÎVu = Qtr
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 85
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

OUVRAGES AUTONOMES A FAIBLE COUT

Latrines améliorées.

les latrines à fosses ventilées VIP


•fosse unique/double, paroi consolidée/non ;
•Dalle en béton ou autre avec deux orifices ;
•Superstructure unique/compartiments multiples en
matériaux locaux dotée d’un toit et ventilée.
•tuyau d’aération.
les latrines à siphon (latrines à chasse d d’eau)
eau)
•Fosses d’infiltration circulaires/rectangulaires
couverte d’une dalle avec deux orifices ;
•Siphon hydraulique relié à une conduite de liaison ;
•Superstructure dotée d’un toit et ventilée ;
17/04/2009 •Tuyau d’aération.
Gestion des eaux usées et excrétas/M1
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir
86

43
SYSTEMES INDIVIDUELS
Latrine améliorée

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 87


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

OUVRAGES AUTONOMES A FAIBLE COUT

Dimensionnement des volumes des fosses.


Cas des latrines VIP
profondeur finale : Hf = Hu + hr
volume utile : Vu = Ta x Nu x Dv
volume final : Vf = Vu + vr
Cas des latrines à chasse : Î hauteur utile ?
approche par la hauteur utile de stockage :
Vu = (3,14 x Hs x F2)/4 = Ta x Nu x Dv
Hu = (4 x Ta x Nu x Dv )/ (3,14 x F2)
approche
h par lla hhauteur d’i
d’infiltration
fil i :
charge hydraulique (l/j) : Qh = q0 x Nu
surface d’infiltration (maximale) : Si = Qh/Ti = (Hi x Périmètre de la fosse)
hauteur d’infiltration : Hi = Si / (3,14 x F)
profondeur finale : Hf = Hu + hr(>15cm)

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 88


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

44
OUVRAGES AUTONOMES A FAIBLE COUT

Dimensionnement des volumes des fosses.

Valeur de Hf en fonction du type de fosse*

si la fosse est du type « humide » :


Î alors : Hf = 1,96 x Hi
si la fosse est du type « unique sèche » :
Î alors : Hf = Hi + Hs
si la fosse est du type « unique humide » (= fosse toutes eaux) :
Î alors : Hf = 1,96 x Hi + Hs

17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 89


- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

CONSTAT GENERAL
† Mélange Eaux – Excrétas - Urine :
„ Complexification des types de polluants à traiter ?
„ Accroissement des risques de contamination des
sous produits de l’épuration du fait des insuffisances
de traitement éventuelles ?
„ Limitation des possibilités d’optimisation des
nutriments présents dans les effluents dans une
optique de valorisation des sous produits ?
„ Gestion/Exploitation individuelle VS
Gestion/Exploitation collective ? Î Question
d’échelle…!!!
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 90
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

45
17/04/2009 Gestion des eaux usées et excrétas/M1 91
- 2iE, par Joseph WETHE, PhD,Ir

46

Vous aimerez peut-être aussi