Vous êtes sur la page 1sur 7

Revue de presse de la Direction des Relations Publiques, de la Communication

et de la Traduction /Communication Interne,


N°11 du Jeudi 29/09/2016

CAMEROON-TRIBUNE

Formation d’ingénieurs au Cameroun : Les promesses du High-Tech Centre


Niché dans les locaux de l’Ecole nationale polytechnique de Yaoundé (ENSP), le
High Tech Centre est une manufacture où l’imaginaire prend forme. Le Centre est
un carrefour où se rejoignent mécanique, électronique et informatique pour
favoriser l’industrialisation des entreprises. Des technologies comme le dessin
assisté par ordinateur et l’impression 3D permettent aux étudiants de
l’établissement de reproduire des objets à partir d’un dessin et à leur donner vie
après impression. D’ailleurs, dans l’un des couloirs de l’institution hier mercredi 28
septembre, une imprimante 3D reproduit une mini tour Eiffel à partir d’un dessin.
Le produit imprimé est semblable à une figurine. Ce prototypage est utilisé dans la
reproduction des pièces détachées, entre autres. Le High Tech Centre a ouvert ses
portes en 2012 avec l’expertise de l’Etat d’Israël pour former des ingénieurs en
robotique automation industrielle. Une visite de présentation de l’espace a été
organisée hier à Yaoundé par le directeur de l’ENSP, et l’ambassadeur d’Israël au
Cameroun, Ran Gidor. 12 laboratoires et plus de 100 robots sont prévus à cet effet.

Riziculture : Les fruits de l’expertise asiatique

Il y a un regain d’intérêt certain de la part du gouvernement camerounais pour la


riziculture. La preuve avec la réinstauration des droits de douane sur le riz
importé, afin de permettre à la production locale, de plus en plus variée, de
gagner des parts sur le marché national et même, de s’exporter vers la sous-région.
Dans la foulée, l’on note une multiplication d’initiatives de formation et
d’accompagnement des producteurs locaux, conduites sur le terrain par la
coopération internationale, asiatique notamment. Afin de cueillir les premiers
fruits de ces partenariats et avoir une idée précise des réalisations et difficultés à
l’essor de la filière riz, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural
(MINADER) s’est rendu mardi dernier dans les bassins de production de la Haute-
Sanaga, région du Centre. Henri Eyebe Ayissi et ses collaborateurs ont effectué un
premier arrêt dans l’arrondissement de Nkoteng, où des ingénieurs du MINADER et
ceux de la Korea rural community corporation animent le projet de Ferme pilote de
riziculture irriguée d’Avangane (FPRIA-C). D’après Patrice Gautier Levodo,
coordonnateur homologue dudit projet, « il est question de développer un modèle
de ferme rizicole mécanisée, qui peut être dupliqué dans d’autres zones de
production au Cameroun ». Sur le site d’Avangane en ce moment, quatre hectares
de riz ont été produits et prêts pour la première récolte.

Camair-Co: Un avion saisi en Afrique du Sud


Un Boeing 737 de la compagnie aérienne Camair-Co a été saisi le 16 septembre
dernier à Johannesburg en Afrique du Sud, suite à une action intentée par le loueur
(propriétaire) de l’appareil. Selon des informations obtenues par CT hier, 28
septembre au siège de la Camair-Co à Douala, cette saisie est consécutive à un «
défaut de paiements ». La source ne s’est pas étendue sur le montant desdits
paiements, mais précise que « le gouvernement a été informé de cette situation »,
qui «confirme la situation dans laquelle la compagnie se trouve ». Autre précision :
« L’avion n’a pas été saisi à un aéroport. Il était en maintenance dans ce pays »
quand la saisie a eu lieu.

INVESTIRAUCAMEROUN.COM

Commerce : Le top 5 des produits qui ont dominé l’activité d’import-export au


Cameroun en 2015
11,3 millions de tonnes. C’est la quantité de marchandises exportée ou importée
au port de Douala au cours de l’année 2015, en augmentation de 4,1%. Selon les
statistiques révélées par l’Autorité portuaire nationale (APN), les activités au sein
de cette infrastructure portuaire, qui assure 99,85% du trafic dans le pays, ont été
une fois de plus dominées par les importations. À en croire les chiffres officielles,
ces importations ont évolué de 3,1% en 2015, à 8,4 millions de tonnes ; contre une
progression de 7,1% pour les exportations, qui ont quant à elles culminé à 2,9
millions de tonnes. Dans le détail, apprend-on, les importations camerounaises
l’année dernière ont été largement dominées par les hydrocarbures. Le pays a
importé 1,2 million de tonnes d’hydrocarbures en 2015. Viennent ensuite le ciment
(556 827 tonnes), le clinker (1,3 million de tonnes), le riz (729 822 tonnes) et les
produits de la quincaillerie (789 292 tonnes).

1
Coopération : La 2ème édition des journées économiques camerounaises au
Maroc auront lieu du 2 au 5 novembre 2016
La 2ème édition des journées économiques camerounaises au Maroc se déroulera
du 2 au 5 novembre 2016 à Casablanca, a-t-on appris au cours d’une récente
réunion préparatoire de cette manifestation à caractère économique. Cette
édition, a-t-on appris, va permettre de mettre en lumière le savoir-faire des
entreprises camerounaises dans les secteurs tels que le BTP, l’industrie, la
recherche scientifique ou encore les TIC. Ces journées, qui s’articuleront autour de
rencontres B to B entre opérateurs économiques des deux pays, et d’une foire-
exposition, sont organisées par le Centre national de promotion des échanges
(CNPE), avec les concours du gouvernement camerounais et de l’Ambassade du
Royaume du Maroc au Cameroun.

Transport : Le ministère des Finances dément une éventuelle augmentation du


tarif de péage routier de 500 FCFA à 2500 FCFA
Le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, vient de rendre public un
communiqué selon lequel des informations actuellement relayées par les réseaux
sociaux font état d’une éventuelle augmentation du tarif de péage routier, qui
passerait de 500 FCFA à 2 500 FCFA. Comme le confirme le site Stop Blabla Cam,
cette rumeur est erronée. « Face à cette situation, le ministre des Finances
informe l’opinion publique nationale et les usagers de la route en particulier,
qu’aucune augmentation du tarif de péage n’est envisagée dans son département
ministériel », écrit Alamine Ousmane Mey. Il invite par conséquent lesdits usagers à
continuer à vaquer sereinement à leurs occupations sans se laisser distraire par ces
informations dénuées de tout fondement. Il faut préciser que si le Minfi dément
une éventuelle augmentation du tarif de péage routier, il ne réfute pas des
manœuvres du gouvernement visant à privatiser ce secteur, tel que cela été révélé
le 13 septembre dernier par le journal privé Le Quotidien de l’économie.

Élevage : Le Cameroun se dote de quatre laiteries dans sa partie


septentrionale
Le gouvernement camerounais, dans le cadre du Programme d’amélioration de la
productivité agricole, notamment son volet appui au développement de la filière
laitière, achève actuellement la construction de quatre laiteries dans la partie
septentrionale du pays, a-t-on appris de bonnes sources. Ces unités sont dotées
d’une capacité de production cumulée d’environ 8000 tonnes de lait par jour. Elles
permettent également de produire des dérivés tels que le fromage ou le yaourt.
Les laiteries de Ngaoundéré, Maroua, Meiganga et Garoua, qui permettent un
meilleur épanouissement socio-économique des éleveurs de la partie

2
septentrionale du pays, ont officiellement coûté un milliard de francs Cfa au Trésor
public camerounais. Pour rappel, le lait figure parmi les produits alimentaires les
plus importés sur le territoire camerounais. Selon les statistiques officielles, ces
importations ont coûté 31 milliards de francs Cfa en 2015.

Agriculture : Le Cameroun a exporté 13 871 tonnes de café


entre janvier et août 2016
L’Office national du cacao et du café (Oncc) annonce que le Cameroun a exporté
13 871,558 tonnes de café entre janvier et août 2016, contre environ 12 000 tonnes
au cours de la même période en 2015. Dans le détail, le robusta a été exporté
entre janvier et août 2016 à hauteur de 12 661,938 tonnes et l’arabica à 1 209,620
tonnes. La tête des exportateurs est occupée par Olam qui a exporté au cours de
cette période 1 713,360 tonnes de robusta contre 772,740 tonnes d’arabica. L’Oncc
est optimiste pour la campagne en cours pour ce qui concerne le niveau de la
production nationale de café. « 2 900 000 plants de café seront gracieusement mis
à la disposition des producteurs. Ce qui permettra la création de 1600 hectares de
café robusta et 700 hectares d’arabica », explique l’Oncc.

CAMEROUN-INFO.NET

Gabon: Ali Bongo nomme un nouveau Premier Ministre, Daniel Ona Ondo en
poste depuis 2014 est limogé
Daniel Ona Ondo n'est plus Premier Ministre du Gabon. Après deux ans d’exercice,
il a été remplacé par Emmanuel Issoze Ngondet, qui était jusqu'à sa promotion
Ministre des Relations extérieures. La décision de nommer un nouveau Premier
Ministre a été prise mercredi 28 septembre 2016 par le Président Ali Bongo,
fraîchement réélu pour un nouveau mandat de sept ans. «Le Président de la
République Ali Bongo Ondimba a nommé aujourd’hui Monsieur Emmanuel Issoze
Ngondet Premier Ministre du Gouvernement de la République Gabonaise, avec pour
première mission de former un Gouvernement d’ouverture. Il aura pour tâche de
poursuivre la conduite du Plan Stratégique pour le Gabon Émergent, pour un Gabon
plus juste, plus prospère et plus solidaire» a annoncé un communiqué publié hier
par le service presse de la Présidence du Gabon.

3
JEUNE AFRIQUE

Source du pays fait tanguer Castel et Coca-Cola


Dans l’univers de plus en plus concurrentiel des boissons camerounaises, Source du
pays semble insubmersible. Le premier redressement fiscal subi en 2014 par
l’entreprise, forte aujourd’hui de plus de 600 employés, n’a aucunement arrêté sa
marche en avant sur ses deux métiers principaux : les eaux minérales et les sodas.
Reprise il y a six ans par le groupe ABN du Libanais Nessrallah el-Sahely – également
présent dans le bois (Sefca) et le transport (Solet) -, la société a restructuré en
profondeur son usine de Muyuka, dans la partie anglophone du pays, afin de
répondre aux exigences d’une clientèle à faible pouvoir d’achat. Depuis, elle s’est
solidement installée sur le podium des boissons au Cameroun. D’après les mesures
d’Euromonitor, son eau minérale Supermont et son soda Planet arrivent chacun
deuxième sur leurs segments respectifs, derrière Tangui et Top, deux produits du
groupe Castel. Selon la même source, les ventes (en valeur) de Planet dépassent
celles de Coca-Cola.

Pétrole : accord historique de l’OPEP sur une baisse de la production à Alger


Coup de théâtre à Alger : les pays de l'Opep sont parvenus mercredi soir à un
accord "historique", selon les mots du ministre qatari de l'Énergie et président de la
réunion, pour réduire leur production de pétrole. Une décision — une première
depuis huit ans — qui doit permettre de soutenir les prix, divisés par deux depuis la
mi-2014. En présence du Gabon, qui a réintégré le cartel des pays producteurs
début juillet. Les tractations duraient depuis des semaines. Au terme d’une
réunion de près de six heures, l’Opep a annoncé mercredi soir avoir décidé de
ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour, contre
33,47 en août selon l’Agence internationale de l’Énergie (AIE). Cette réduction de
la production, la plus grosse depuis 2008, devrait permettre aux pays producteurs
de soutenir le cours de l’or noir, en nette baisse à cause d’une offre excédentaire
depuis des mois.

Hydrocarbures : RAK Petroleum investit 755 millions d’euros en Côte d’Ivoire


Le groupe gazier et pétrolier RAK Petroleum vient de finaliser un investissement de
850 millions de dollars (755 millions d’euros) en Côte d’Ivoire. Comme il l’a
annoncé le lundi 26 septembre, le dubaïote a finalisé son programme de
développement sur quatre ans du champ pétrolier et gazier du bloc CI-27, situé au
large de Jacqueville, la cité gazière à l’ouest d’Abidjan. En plus du puits gazier

4
exploité par la compagnie depuis 1998, qui approvisionne les centrales thermiques
d’électricité du pays, cet investissement a permis la mise en production de
nouveaux gisements gaziers, s’est félicité la compagnie dans un communiqué. Les
investissements ont déjà permis d’augmenter la production de gaz naturel de 4 à
4,8 millions de mètres cubes par jour en août 2016, et celle de pétrole de 1 140 à 3
000 barils par jour. Ces prouesses restent cependant insuffisantes pour rendre la
Côte d’Ivoire autosuffisante en gaz naturel. Les centrales du pays continuent
d’importer du carburant HVO (heavy vaccum oil) pour compenser leur déficit.

Côte d’Ivoire : une grève surprise ralentit la production pétrolière

Le personnel travaillant sur les champs pétroliers et gaziers Baobab et Espoir


exploités par CNR et situés respectivement sur les blocs CI-40 et CI-26 à plusieurs
dizaines de kilomètres au large des côtes ivoiriennes, a débrayé le mardi 26 juillet
occasionnant l’arrêt momentanément de la production. Selon les informations, tout
serait parti des revendications sociales des employés d’un sous-traitant de CNR qui
ont séquestré pendant quelques heures leurs responsables. Joint au téléphone par
Jeune Afrique, Emmanuel Koffi, le directeur général de CNR International Côte
d’Ivoire, a assuré que tout était rentré dans l’ordre. « Tout se passe bien sur les
champs Baobab et Espoir », a-t-il insisté. « La production n’a pas encore repris sur
le champ Baobab et ne reprendra pas avant plusieurs jours », a toutefois confié à
Jeune Afrique une source proche de la Société nationale des opérations pétrolières
(Petroci).

Gaz : la Côte d’Ivoire et Bouygues se mettent d’accord

Après plusieurs mois d’âpres négociations, l’État ivoirien est parvenu à conclure un
accord avec la compagnie Foxtrot, filiale de Bouygues, sur le prix du gaz naturel
livré pour l’approvisionnement des centrales thermiques. Depuis plusieurs années,
le Fonds monétaire international (FMI) estimait que les prix contractuels de la
livraison de gaz naturel en Côte d’Ivoire étaient très élevés. Selon les termes de
cet accord, Foxtrot, filiale de Bouygues, livrera désormais à 5,5 dollars le million
de BTU, une unité d’énergie, de gaz naturel. Auparavant, l’entreprise alignait ses
prix sur les cours mondiaux du pétrole brut. « Grâce à cet accord, la Côte d’Ivoire,
qui enregistrait un déficit annuel de 150 milliards de F CFA (229 millions d’euros)
dans le secteur de l’électricité, devrait réussir à faire des économies de 80
milliards de F CFA », explique Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien.

5
Côte d’Ivoire : le russe Gazprombank décroche deux permis

Gazprombank, filiale bancaire et d’investissement du géant énergétique russe


Gazprom, s’invite dans la filière minière ivoirienne. Créée en février pour
prospecter des opportunités d’investissements dans l’exploitation de mine de
cuivre et l’or, GPB Ivory Coast Minerals Sarl a décroché deux permis de recherche
et d’exploration dans l’or dans la zone du Mont Trou, à Guiglo dans l’extrême ouest
du pays. « Le chef de l’Etat a signé un décret attribuant deux permis d’exploration
et de recherche d’or à GPB Ivory Coast Minerals Sarl. L’entreprise envisage
d’investir 3,060 milliards de FCFA dans le premier permis et 5,1 milliards de FCFA
dans le deuxième permis », a confié à Jeune Afrique, Bruno Koné, le porte parole
du gouvernement ivoirien.

Vous aimerez peut-être aussi