Vous êtes sur la page 1sur 4

Que boivent les Européens?

Une étude européenne menée par les Allemands de Dalia Research sur les habitudes de
consommation des Européens révèlent les préférences de chacun.

La bière 57%

Du vin 51%

Du champagne 27% ou du prosecco

vodka (21%),

whisky (20%),

rhum (13%

gin (10%).

Le gin à nouveau tonique

Une consommation en hausse de 17,6 % en 2017

La France cède à son tour au phénomène, porté par l’incontournable gin tonic. D’après la Fédération
française des spiritueux, la consommation de cet alcool dans les cafés, hôtels et restaurants de l’Hexagone
a augmenté de 17,6 % en 2017. Dans la moyenne et les grandes distributions, il est aussi, avec le rhum,
celui qui connaît la croissance la plus dynamique (+ 10 % en 2017). Le bilan est encore plus spectaculaire
dans le haut de gamme. Thierry Benitah, patron de La Maison du whisky, qui propose 150 marques de
gin, explique ainsi que ses ventes ont progressé dans ce secteur de 51 % en un an. « Nous en prévoyons le
double en 2018 », assure-t-il.

+2000
Activated in-store, retail demos throughout the US
Total

8000
Hours

69,254
Quality
Engagements

Les usages, l’achat et la consommation des spiritueux en France ?

La France est aujourd’hui le 4e pays consommateur de whisky dans le monde (après l'Inde, les USA et le
Japon) et le 1er pays consommateur de Scotch Whisky. Elle occupe la 8e place mondiale sur le marché du
rhum (IWSR - Forecast Report 2016-2021 Global Review). Force est de constater que le succès des
spiritueux auprès du public français n’est plus à prouver. WHISKY LIVE PARIS et Ipsos ont mené la
première étude à apporter un éclairage sur les usages, l’achat et la consommation des spiritueux en

En 2018, 42% des Français déclarent avoir consommé au moins un spiritueux (whisky, rhum, vodka,
gin, cognac / Baromètre IPSOS pour WHISKY LIVE PARIS). 
Preuve de la place prépondérante de la France sur le marché international, WHISKY LIVE PARIS,
premier salon des spiritueux en Europe, qui se tiendra les 22, 23 et 24 septembre prochains à la Cité de La
Mode et du Design à Paris attend 25 000 visiteurs, grand public et professionnels européens. 
Le Baromètre IPSOS pour WHISKY LIVE PARIS est la première étude à apporter un éclairage sur les
usages, l’achat et la consommation des spiritueux en France. Mieux comprendre la filière des
spiritueux, les modes de consommation associés, identifier et quantifier les grandes tendances qui
structurent le marché français... L’objectif affiché est de mieux cerner le rapport des Français aux
spiritueux, au travers d’un focus sur les catégories les plus consommées - le whisky et le rhum – et d’un
phénomène qui semble gagner du terrain : la mixologie.

... avec des rituels de consommation différents...


Une écrasante majorité des consommateurs de whisky le déguste pur avec ou sans glace (87%). Par
ailleurs, c’est un spiritueux perçu comme étant idéal à consommer à l’apéritif de l’avis de 8
consommateurs de whisky sur 10. 
Du côté des consommateurs de rhum, la consommation en cocktails est des plus massives. 56% des
consommateurs reconnaissent l’utiliser notamment pour réaliser des « ti-punch ». A noter que 39% des
consommateurs de rhum l’utilisent également en cuisine.  
... qui ont comme point commun de privilégier la notion de dégustation  
La majorité des consommateurs de whisky (81%) et de rhum (71%) estime qu’il s’agit d’une boisson qui
se consomme en dégustation, en faible quantité. 
Loin d’une consommation abusive et déraisonnée, on s’aperçoit à la lecture du baromètre IPSOS
pour WHISKY LIVE PARIS que les consommateurs de whisky et de rhum attachent une
importance primordiale aux notions de dégustation.

III. Des consommateurs exigeants 


L’importance de la qualité
Dans une optique de renseignement, notamment en amont de tout achat, la qualité est le premier critère de
recherche mis en évidence par les acheteurs de whisky et de rhum (56%), et ce, avant même de s’attacher
à l’identité des marques fabricantes. Interrogés sur la perception qu’ils se font de ces spiritueux, la quasi-
totalité des consommateurs de whisky (85%) et de rhum (82%) ont indiscutablement l’image d’une
boisson de qualité. Pour eux la qualité d’un whisky ou d’un rhum se définit par le goût, la couleur,
l’origine ou encore l’âge.
L’âge des spiritueux est un des critères d’achat saillant chez les consommateurs, d’autant plus vrai
lorsqu’ils se déclarent « connaisseurs ». Les 3/4 (74%) des acheteurs de whisky y font référence.
Lorsqu’ils se déclarent « connaisseurs » ce chiffre atteint 89%. La même tendance s’observe pour le rhum
: 65% des acheteurs déclarent prêter une grande attention à son âge et 80% chez les « connaisseurs ».
L’origine géographique des spiritueux joue un rôle prépondérant  
Gage de qualité, l’origine géographique des spiritueux est un critère incontournable au moment de
l’achat. 77% des consommateurs de whisky et 75% des consommateurs de rhum déclarent y être
particulièrement sensibles. C’est même le critère numéro 1 des « whisky connaisseurs » (94%) !
La grande majorité des whiskies consommés en France sont originaire d’Europe. Berceau du whisky,
l’Ecosse (69%) et l’Irlande (59%) occupent les premières places du podium. Les États-Unis, portés par
l’engouement autour du Bourbon occupent la 3e place (27%), talonnés par la production française ! En
effet, 23% des consommateurs de whisky déclarent déguster français ! Fait intéressant, cette
consommation est tirée par la curiosité des moins de 35 ans (38%). 
Côté Rhum, c’est sur les Caraïbes que se porte la préférence des consommateurs. En effet, près de 3/4
d’entre eux déclarent déguster des rhums en provenance de cette région du monde. 
Une consommation statutaire
Les spiritueux se font l’écho d’une consommation statutaire. Dans la perception des Français, whisky et
rhum véhiculent une valeur symbolique importante et témoignent d’un goût certain. Ainsi, 80% des
consommateurs de whisky et 71% des consommateurs de rhum en proposent à leurs invités lors de
réception à domicile. 
Gage de distinction, whisky et rhum sont considérés comme des cadeaux de choix. 1/3 (30%) des
acheteurs de whisky et près d’1/4 (23%) des acheteurs de rhums en acquièrent généralement pour l’offrir
à leurs proches.
Ces deux spiritueux sont même considérés comme des valeurs sûres pour les plus connaisseurs des
acheteurs à la recherche de bouteilles encore plus exclusives. Le caractère éphémère de flacons proposés
en série limitée est un critère d’achat pour 39% des connaisseurs de whisky et 41% des connaisseurs de
rhum. Ces connaisseurs sont également des collectionneurs, adeptes de flacons collector, parfois issus de
distilleries depuis longtemps fermées ou d’embouteilleurs indépendants particulièrement salués pour leur
talent. Cette tendance concerne 41% des connaisseurs de whisky et 46% des connaisseurs de rhum. 
Bien que présentant des profils hétéroclites, les consommateurs de rhum et de whisky se rejoignent
par leurs motivations. Guidés par la recherche de qualité, l’origine géographique des spiritueux,
pour laquelle l’Ecosse et les Caraïbes apparaissent comme des « Must », leur consommation revêt
également un caractère statutaire marqué.
IV. Mixologie : les Français consomment également les spiritueux en cocktails
La mixologie est un véritable phénomène de société trans-générationnel...
1 Français sur 2 consomme des cocktails alcoolisés, ne serait-ce qu’occasionnellement. Si les plus jeunes
âgés de 18 à 34 ans sont encore plus attirés par les cocktails (près de 6 sur 10 en consomment), il s’agit
néanmoins d’un phénomène qui tend de plus en plus à concerner toutes les générations. 
Par ailleurs, les Français aiment s’adonner à la mixologie puisque le premier lieu de consommation de
cocktail est de loin la maison (pour près de 3 consommateurs sur 4 - à son domicile ou chez des amis),
devant les bars à cocktails, fréquentés par 31% des consommateurs.
... particulièrement avéré avec le rhum
Le rhum se révèle être particulièrement légitime dans la mixologie, puisque 87% des consommateurs de
rhum s’accordent à dire qu’il s’agit d’un spiritueux particulièrement adapté pour réaliser des cocktails.
56% des consommateurs de rhum le déguste d’ailleurs en ti-punch. 
La mixologie rencontre un franc succès en France, toutes générations confondues. Dans cet usage,
le rhum apparaît comme l’un des spiritueux particulièrement adéquat.

V. L’importance de développer la pédagogie autour des spiritueux


Quand bien même plus de la moitié des Français déclarent avoir acheté un spiritueux au cours des 12
derniers mois, ils expriment cependant assez nettement la difficulté que revêt l’acte d’achat. En effet,
seuls 1/3 des Français estiment qu’il est facile de choisir une bouteille de rhum (34%) ou de whisky
(29%). 
Les spiritueux restent des produits perçus comme complexes, en témoigne le faible degré de connaissance
exprimé des consommateurs de whisky et de rhum. En effet, seulement 14% des Français estiment être
des « connaisseurs » sur le sujet du rhum. Pour le whisky, ce chiffre concerne uniquement 10% d’entre
eux !
Il reste encore du travail pour développer la connaissance et l’expertise des consommateurs. C’est
tout l’enjeu d’un salon comme WHISKY LIVE PARIS, conçu comme une plateforme d’échanges,
de transmission, de découvertes et d’apprentissage de l’univers des spiritueux.