Vous êtes sur la page 1sur 2

Actualité:

MARCHÉ MONDIAL DE L’ALCOOL: VERS UN RECUL DE LA


CONSOMMATION DE VIN ET UNE EXPLOSION DU GIN

D’ici 2022, la consommation mondiale de vin devrait reculer de 0,2% tandis que les jeunes

vont consommer toujours plus de boissons à très faible niveau d’alcool, selon le rapport du

cabinet spécialiste des tendances en matière de boisson IWSR.

Taxes douanières sur les importations de vins aux États-Unis, incertitudes sur les échanges

avec la Chine en pleine épidémie de Coronavirus. Les tensions sur le commerce international

vont peser sur la consommation d’alcool à travers le monde, prévient IWSR, le cabinet qui

analyse les chiffres du marché des boissons. Dans son dernier rapport portant sur la période

2018-2022, le spécialiste prévoit trois grandes tendances qui vont forcer les fabricants de vins

et spiritueux à repenser leur offre. Les voici :

Le vin séduit de moins en moins


Ce qu’on appelle le "vin tranquille", c’est-à-dire hors pétillant, devrait voir sa consommation

reculer de 0,2% sur la période 2018-2022. En cause, principalement, les perspectives de

ralentissement de sa consommation en Chine. Une tendance à laquelle devraient échapper les

vins pétillants (champagne, cava, prosecco, crémant...), du fait de leur succès aux États-Unis,

en Italie et en Russie.

Le gin s’impose
Le plébiscite du gin au niveau mondial a été incontestable en 2018: sa consommation a crû de

plus de 8% en un an, note IWSR. Une progression notamment tirée par la Grande-Bretagne,

où la consommation de cette eau-de-vie a progressé de 32,5%. Mais à l’avenir, le gros de la

demande pour cet alcool devrait venir de marchés qui n’ont pas tellement la tradition du gin,

comme le Japon, le Nigeria, le Mexique, le Brésil, l’Afrique du Sud et la Russie. Ce succès

mondial devrait permettre au gin d’atteindre une part du marché mondial de l’alcool de 4,2%.
Les jeunes boivent peu d’alcool
ISWR note que les jeunes générations boivent peu d’alcool par rapport à leurs ainés. En outre,

la consommation de plus en plus axée sur la santé et le bien être dans les marchés matures

amplifie les besoins d’une offre de boissons peu alcoolisées. Ce segment des boissons sans

alcool devrait ainsi prendre de plus en plus de place par rapport aux vins et spiritueux. IWSR

estime ainsi que "le plus grand défi se posera aux producteurs de vin, qui devront investir

dans la R&D pour créer une alternative à l'alcool séduisante en termes de qualité et de goût".

https://www.bfmtv.com/economie/consommation/marche-mondial-de-l-alcool-vers-un-
recul-de-la-consommation-de-vin-et-une-explosion-du-gin_AN-
202002110076.html#:~:text=D'ici%202022%2C%20la%20consommation,en%20mati
%C3%A8re%20de%20boisson%20IWSR.