Vous êtes sur la page 1sur 12

E.C.

P3 OPERATEURS LINEAIRES CHAPITRE 13-5


FONCTION FILTRAGE Document à compléter

OBJECTIF DU CHAPITRE :
La conception d’un montage électronique résulte d’un besoin : alimenter le moteur d’un jouet ; amplifier un son ; etc. On dispose
pour cela d’une source d’énergie électrique : le secteur, une pile, etc. Entre les deux, il nous faut connecter un montage dont le
rôle est de transformer le signal fourni par le générateur en un signal adapté à notre objectif.
Dans ce chapitre, seront définis les outils permettant de décrire comment le montage permet de modifier le signal d’entrée en un
signal de sortie adapté : sa fonction de transfert et sa fonction électronique.
La méthode d’étude de ce système repose sur le tracé de deux courbes constituant le diagramme de Bode du système.

I FONCTION DE TRANSFERT D’UN OPERATEUR LINEAIRE


1) Définitions
Un montage constitue une chaîne électronique : En
amont, un dipôle générateur ; en aval, la charge ; entre
les deux, une succession d’opérateurs qui modifient la
tension d’entrée ue(t), afin de l’adapter à la charge
(tension de sortie us(t)).
Chaque opérateur réalise une fonction électronique :
amplification, inversion de signe, sommation, etc.
Sur l’exemple de chaîne électronique ci-contre :
L’opérateur Q1 est constitué de dipôles linéaires : C’est
un opérateur linéaire. Pour Q1, on peut définir deux
grandeurs d’entrée xe(jt) : ue et ie ; et deux grandeurs de
sortie ys(jt) : us et is. En régime sinusoïdal forcé, Q1 est
caractérisé par sa fonction de transfert : 𝐻 𝑗𝜔 .
Celle utilisée en général dans ce chapitre est
l’amplification en tension .
Exemple de fonction de transfert : ie is = 0
Calculons, pour Q1 en sortie ouverte, l’amplification en
ZR ie
tension 𝐻 𝑗𝜔 .
ue Zc us
En sortie ouverte signifie : Pas de charge Zu en sortie,
donc is = 0.

1
H ( j ) 
1  jRC

Remarque : Le dénominateur de H est un polynôme de degré 1 en j : On dit que Q1 est un opérateur du premier ordre.

1/11 Dernière modification : 1er novembre 2016


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

2) Intérêt des fonctions de transfert


Continuons sur l’exemple précédent. Pour l’opérateur Q1 en sortie ouverte : 𝐻 𝑗𝜔 .
H nous permet de comparer la grandeur de sortie us(t) à la grandeur d’entrée ue(t) :
 En amplitude : 𝐻 𝑗𝜔 |H| < 1 Comparé au signal d’entrée, le signal de sortie est atténué.

 En phase : le déphasage  de us par rapport à ue est égal à 𝜃 Arg Arg 𝐻


 En fonction de  : 𝐻 𝑗𝜔
Si →0 : |H|→1 ⇒ Usmax = Uemax : le signal est transmis par l’opérateur
Si →+∞ : |H|→0 ⇒ Usmax = 0 : le signal est annulé par l’opérateur
L’opérateur Q1 transmet les signaux de basse fréquence et annule les signaux de haute fréquence : Q1 engendre un effet
de filtrage.

II FONCTION ELECTRONIQUE DE FILTRAGE


1) Signaux d’entrée et spectre
Les signaux que nous appliquerons en entrée des filtres peuvent être décrits par leur spectre. Voyons quelques exemples :
Amplitude

2V

1V

fréquence
f0

Fonction sinusoïdale alternative de Son spectre : La raie représente une fonction sinusoïdale
fréquence f0 (valeur moyenne nulle) de fréquence f0 (abscisse)
e(t) = 2cos(2f0t) d’amplitude 2 V (ordonnée)

Amplitude

2V

1V

fréquence
0 f0
Fonction sinusoïdale de fréquence f0 Son spectre :
et de valeur moyenne 0,5 V La raie de fréquence nulle représente la valeur moyenne du signal 0,5 V.
e(t) = 0,5 + 2cos(2f0t) La raie de fréquence f0 représente la fonction sinusoïdale [f0 , 2 V]

2/11 Dernière modification : 1er novembre 2016


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

Amplitude

2V

1V

fréquence
Fonction e(t) = 2cos3(2f0t) 0

En linéarisant : 2cos3(2f0t) = 1,5cos(2f0t) + 0,5cos[3(2f0t)]

Le spectre a donc deux raies :


La raie de fréquence représente la fonction sinusoïdale [ ].

La raie de fréquence représente la fonction sinusoïdale [ ].

2) Définition d’un filtre parfait


Soit une excitation périodique e(t) de fréquence f0. Ses harmoniques sont de la forme : ek(t) = Ak cos[2(kf0)t + k].
Amplitudes des harmoniques : Ak fréquences des harmoniques : fk = kf0.
Spectre de e(t) : Amplitudes
La raie A0 de fréquence nulle est un signal continu. Valeur moyenne
C’est la valeur moyenne de e(t). fondamental
A0
L’harmonique (f0,A1) a même fréquence que e(t). A1
C’est le fondamental de e(t).
A2 A3
fréquences
0 f0 2f0 3f0
Un filtre est un opérateur qui transmet de manière sélective des harmoniques de e(t).

Exemple : Mesure de la valeur moyenne de e(t)


Le filtre à réaliser doit transmettre le signal continu A0 et annuler les
harmoniques e1(t), e2(t),…
H
1
On en déduit les caractéristiques du filtre. Soit une fréquence fc < f0.
H = 1 si f < fc bande passante : [0,fc]
H = 0 si f > fc bande coupée : [fc,+∞ ]
Fréquence de coupure : fc.

0 fc f0 f

Pour un filtre parfait : H = 1 dans la bande passante.


H = 0 dans la bande coupée.

3/11 Dernière modification : 1er novembre 2016


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

3) Les quatre types de filtre


On utilise le même formalisme que ci-dessus.
Filtre passe-bas : transmet les signaux de basse fréquence et annule les signaux
de haute fréquence. H
1
Application : circuit moyenneur
mesure de la valeur moyenne d’un signal
principe du fonctionnement d’un voltmètre en position DC Bande passante

0 fc f
Filtre passe-haut : transmet les signaux de haute fréquence et annule les signaux H
de basse fréquence. 1
Application : annulation de la valeur moyenne d’un signal (la valeur moyenne A0
est dans la bande coupée : elle n’est pas transmise).
principe du fonctionnement d’un oscilloscope en position AC Bande passante

0 fc f
Filtre passe-bande : transmet les signaux dont la fréquence est comprise entre H
deux valeurs f1, f2. 1

Application : circuit d’accord d’un récepteur radio. Soit une station radio
émettant sur une fréquence f0. Quand on règle un récepteur radio, on déplace la
bande passante [f1, f2]. Quand celle-ci contient la fréquence émettrice f0, le BP
récepteur est accordé.
0 f1 f2 f
Filtre réjecteur : Annule les signaux dont la fréquence est comprise entre deux H
valeurs f1, f2. 1

Application : élimination du bruit à 50 Hz. 50 Hz est la fréquence du secteur. Les


petits signaux sont perturbés par des parasites à 50 Hz. Un filtre réjecteur, dont la
bande coupée contient la fréquence 50 Hz, permet d’éliminer ce bruit. Bande
coupée
0 f1 f2 f

III METHODE D’ETUDE DE LA REPONSE FREQUENTIELLE D’UN OPERATEUR LINEAIRE


On fait varier la pulsation  ( = 2f), et on compare la réponse us (jt) à l’excitation ue (jt), par le tracé de deux courbes en
coordonnées semi-logarithmiques : • gain en décibels en fonction de .
• Déphasage de us(t) par rapport à ue(t) en fonction de .
Ces deux courbes constituent le diagramme de Bode de l’opérateur.
Exemple : Traçons au tableur le diagramme de Bode de la fonction de transfert de l’opérateur Q1 en sortie ouverte. Nous
décrirons les courbes ensuite.
1
Fonction de transfert de l’opérateur Q1 : H ( j ) 
1  jRC
1
Courbe de gain : GdB() = 20log |H| avec H 
1  RC 2
Courbe de phase :  = Arg (H) avec Arg (H) = -Arctan RC
Arg(H)
GdB
0 0,00

-0,20
-10
-0,40

-20 -0,60

-0,80
-30
-1,00

-1,20
-40
-1,40
-50 -1,60

-1,80 RC
-60 RC 1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03

4/11 Dernière modification : 6 novembre 2018


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

III.1) Description de l’allure des courbes


III.1.a Gain en décibels
Justifions l’expression du gain, écrite ci-dessus : GdB () = 20 log |H|
P xe ys
 Gain en puissance: G p  log s unité: le bel (B)
Pe Q
1 bel = 10 décibels (1 B = 10 dB); d'où le gain en puissance exprimé en décibels: G p  dB  10 log PPs .
e
 Gain en courant

2 I s 2max I s max
P est proportionnelle à I max . Donc G dB  10 log  20 log
I e 2max I e max
U s max
 Gain en tension De même: G dB  20 log
U e max
Plus généralement: G dB  20 log H ( j )

III.1.b Décade et échelle logarithmique


Décrivons à présent les graduations logarithmiques de l’axe des abscisses.
f2
Une décade est un intervalle de fréquences [f1,f2] défini par:  10 .
f1

On a donc log f2 - log f1 = 1 décade.


D'où l'échelle logarithmique:

III.1.c Description de la courbe de gain


La pulsation  intervient par RC. [RC] = [R][C] = 1. RC est une pulsation réduite : c’est une grandeur proportionnelle à ;
sans dimension
On choisit de représenter GdB en fonction de RC.
Aux faibles pulsations, le gain est quasiment constant et nul : l’amplitude en sortie est égale à l’amplitude en entrée.
L’opérateur Q1 transmet les tensions de basse fréquence.
Aux grandes pulsations, le gain est négatif : l’amplitude en sortie est inférieure à l’amplitude en entrée.
L’opérateur Q1 atténue les tensions de haute fréquence.
En conclusion : L’opérateur Q1 est un filtre passe-bas.
III.1.d Description de la courbe de phase
u s  j t 
La courbe de phase :  = Arg (H), avec H  j   , représente les variations du déphasage de la tension de sortie par
u e  j t 
rapport à la tension d’entrée.
Aux faibles pulsations le déphasage est quasiment constant et nul : us(t) et ue(t) sont en phase.

Aux grandes pulsations le déphasage de us(t) par rapport à ue(t) est quasiment constant et égal à  :
2
us(t) est en retard d’un quart de période par rapport à ue(t).
III.2) Justification de l’allure des courbes
Les deux courbes présentent des portions rectilignes. Afin d’interpréter celles-ci, on se propose :
a. de simplifier la fonction de transfert
b. d’interpréter les portions rectilignes de la courbe de gain
c. d’interpréter les portions rectilignes de la courbe de phase

5/11 Dernière modification : 6 novembre 2018


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

III.2.a Fonction de transfert asymptotique


1
On rappelle la fonction de transfert de Q1 : H ( j )  .
1  jRC
Aux très faibles pulsations, RC << 1. Ainsi, la partie imaginaire RC est-elle négligeable devant 1, et on peut écrire :
1 1 1 
Aux très basses pulsations : RC << 1 soit   dans la pratique     H ( j )  1
RC 10  RC 
De même,
1  1  1
Aux très hautes pulsations : RC >> 1 soit   dans la pratique   10   H ( j ) 
RC  RC  jRC 
III.2.b Interprétation des portions rectilignes de la courbe de gain

Aux très basses pulsations, on observe une portion horizontale. En effet :

Le gain est constamment nul.


Aux très hautes pulsations, on observe une portion oblique. En effet :

Que vaut le gain, sur cette portion rectiligne, lorsque la pulsation varie d’une décade (
devient 10 fois plus grande) ?

A la pulsation 

A la pulsation 10

Le gain diminue de 20 dB quand la pulsation augmente d’une décade. La pente de la


portion oblique est donc -20 dB/décade.

III.2.cInterprétation des portions rectilignes de la courbe de phase


Aux très basses pulsations, on observe une portion horizontale. En effet : H ( j )  1 Arg H = Arg 1  = 0.
Le déphasage de us(t) par rapport à ue(t) est constamment nul.
Aux très hautes pulsations, on observe une portion horizontale.
1 
En effet : H ( j )  ArgH ( j )   Arg(1)  Arg jRC    .
jRC 2

Le déphasage de us(t) par rapport à ue(t) est constamment égal à  .
2
III.3) Exploitation des courbes
III.3.a Bande passante à -3 dB d'un filtre réel
H max
C'est l'ensemble des pulsations  telles que H ( j ) 
2

Dans la bande passante: 20log H ≥ 20log Hmax - 20 log(√2) GdB  Gmax  3dB
H max
La pulsation de coupure c est définie par H ( j c ) 
2

6/11 Dernière modification : 6 novembre 2018


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

Exemple: Opérateur Q1 en sortie ouverte

Etude graphique :
Sur la courbe de gain page 4, on constate que Gmax = .

En limite de bande passante, le gain vaut donc : GdB(c) = .

La courbe indique que GdB = -3 dB pour : RC = .


1
La pulsation de coupure vaut donc : c  .
RC
Sur la courbe, on lit également que le gain est supérieur à -3 dB pour :

RC ; c’est-à-dire  .

La bande passante est donc l'intervalle de pulsations [ ] .

Etude analytique : Dans la bande passante,

 1  1
La bande passante est l'intervalle de pulsations 0, RC  , et à la coupure : c  .
  RC

On retrouve la nature du filtre : Il transmet les signaux de basse fréquence et annule les signaux de haute fréquence:
Q1 est un filtre passe-bas.
III.3.b Filtrage par l’opérateur Q1 d’une combinaison de fonctions sinusoïdales
Le but de ce paragraphe est d’observer la réponse s(t) de l’opérateur Q1, lorsqu’il est soumis en entrée à un signal e(t) constitué
de plusieurs fonctions sinusoïdales. Nous prendrons comme exemple le signal non sinusoïdal décrit page 3 :
e(t) = 2cos3(2f0t), qui peut être décomposé en deux fonctions sinusoïdales en phase :
e(t) = 1,5 cos(2f0t) + 0,5 cos[3(2f0t)]
fc
Si fc est la fréquence de coupure du passe-bas Q1, la fréquence de e(t) sera prise égale à f 0  .
2
Dans un premier temps, nous raisonnerons de manière qualitative, en nous basant sur la notion de filtre passe-bas. Puis nous
raisonnerons de manière quantitative, en calculant amplitude et phase à l’origine de chaque composante sinusoïdale en sortie.

7/11 Dernière modification : 6 novembre 2018


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

Etude qualitative :
La fréquence f0 de la première raie du signal d’entrée est plus petite que la fréquence de coupure fc ; l’autre est plus grande.
L’opérateur Q1 ne transmet que les signaux de fréquence inférieure à fc (passe-bas).
Seule la composante [f0 ; 1,5 V] est observée en sortie. Le signal de sortie est une tension sinusoïdale de fréquence f0 et
d’amplitude 1,5 V.
e(t) s(t)

e(t) Filtre s(t)


s
Amplitude H= e Amplitude

2V 2V

1V 1V

fréquence fréquence
0 f0 fc 3f0 0 f0 fc 3f0

Etude quantitative :
e(t) est la somme de deux fonctions sinusoïdales. D’après le théorème de superposition, le signal de sortie s(t) sera la somme des
réponses à chacune de ces fonctions.
e(t) Filtre s(t)
e(t) = 1,5cos(2f0t) + 0,5cos[3(2f0t)] s s(t)
H= e

e1(t) = 1,5cos(2f0t) s1(t) fréquence f0


e2(t) = 0,5cos[3(2f0t)] s2(t) fréquence 3f0
e(t) = e1(t) + e2(t) s(t) = s1(t) + s2(t)
Il nous faut donc remplir le tableau ci-dessous, en s’appuyant sur le formulaire suivant :
fc
e1(t) est de la forme e1(t) = E1maxcos(2f0t + 1) avec f 0  et 1 = 0.
2
1 1 1 1
H ( j )   avec  c  H ( j )  avec  = 2 f
1  jRC  RC f
1 j 1 j
c fc
1 f
H  Arg (H) = -Arctan
2 fc
 f 
1   
 fc 
s1(jt) = H(j) e1(jt) S1max = |H| E1max Arg (s1) = Arg (H) + Arg (e1)

Entrée Transfert Sortie


Phase à
Fréquence Amplitude H(j) |H| Arg (H) Amplitude Phase à l’origine
l’origine

1 2 3
f 1 (V) 1
f0  c 1,5 V 0 j  Arc tan  Arc tan
2 1 5 2 5 2
2

3 fc
3 f0 
2

8/11 Dernière modification : 6 novembre 2018


E.C. P3 CHAPITRE 13-5
Document à compléter

D’où les signaux en entrée et en sortie.


e(t) s(t)

e(t) Filtre s(t)


s
Amplitude
H= e Amplitude

2V 2V

1V 1V
fréquence
fréquence
0 f0 fc 3f0
0 f0 fc 3f0

La tension de sortie se rapproche de la sinusoïde prévue qualitativement, mais la fonction de fréquence 3f0 perturbe malgré tout le
signal. Le filtrage n’a pas été suffisant.

IV DIFFERENTS TYPES DE FONCTIONS DE TRANSFERT


Après l’étude exhaustive de l’opérateur Q1, un exemple de filtre passe-bas du premier ordre, sur les deux pages suivantes sont
représentés les diagrammes de Bode des fonctions de transfert les plus courantes.
On peut distinguer :
 les quatre types de filtre : passe-bas, passe-haut, passe-bande, réjecteur ;
 les filtres du premier ordre et les filtres du deuxième ordre. Plus l’ordre du filtre augmente, plus les pentes des courbes de gain
sont grandes, et le filtrage plus efficace.

9/11 Dernière modification : 1er novembre 2016


E.C. P3 Diagrammes de Bode CHAPITRE 13-5
des fonctions de transfert du 1er et du 2ème ordre Document à compléter

Légende : GdB ArgH (°)


0 0
Les courbes sont tracées pour A0 = 1
Traits pleins : Courbe de gain et ses asymptotes -10 -15
Traits pointillés : Courbe de phase et ses asymptotes
-20 -30
𝐴
𝑇 𝑗𝑥
1 𝑗𝑥
-30 -45
𝑥 fc : fréquence de coupure
-40 -60

-50 -75

-60 -90
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 x

𝐴 GdB ArgH (°)


𝑇 𝑗𝑥 0 90
1
1
𝑗𝑥
-10 75
𝑥 fc : fréquence de coupure
-20 60

-30 45

-40 30

-50 15

-60 0
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 x

𝐴 GdB ArgH (°)


𝑇 𝑗𝑥 40 0
𝑗𝑥
1 𝑗𝑥
𝑄 20
-30
𝑥 f0 : fréquence propre 0
-60
-20
𝑄 (trait plein double) :

-40 -90
présence d’un phénomène de résonance
-60
-120
𝑄 (trait plein simple) :
√ -80
pas de résonance -150
-100

-120 -180
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 x

10/11 Dernière modification : 6 novembre 2018


E.C. P3 Diagrammes de Bode CHAPITRE 13-5
des fonctions de transfert du 1er et du 2ème ordre Document à compléter

Légende : GdB ArgH (°)


30 180
Les courbes sont tracées pour A0 = 1
Traits pleins : Courbe de gain et ses asymptotes 20
150
Traits pointillés : Courbe de phase et ses asymptotes 10

𝑗𝑥 0 120
𝑇 𝑗𝑥 𝐴
𝑗𝑥
1 𝑗𝑥
𝑄 -10
90
𝑥 f0 : fréquence propre -20

-30 60
𝑄 (trait plein double) :

présence d’un phénomène de résonance -40
30
𝑄 (trait plein simple) : pas de résonance -50

-60 0
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 x

𝑗𝑥 GdB ArgH (°)


𝐴 0 90
𝑄
𝑇 𝑗𝑥 𝐴
1 𝑗𝑥
1 𝑗𝑄 𝑥 1 𝑗𝑥 -10
𝑥 𝑄 60

𝑥 f0 : fréquence propre -20 30

𝑥 1
Les asymptotes se coupent en 𝐺 -30 0
20log
-40 -30

-50 -60

-60 -90
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 x

𝐴 GdB ArgH (°)


𝑇 𝑗𝑥 10 90
1
1 1
5 75
𝑗𝑄 𝑥 0 60
𝑥
-5 45
𝑥 f0 : fréquence propre -10 30
-15 15
-20 0
-25 -15
-30 -30
-35 -45
-40 -60
-45 -75
-50 -90
1,E-02 1,E-01 1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 x

11/11 Dernière modification : 6 novembre 2018