Vous êtes sur la page 1sur 25

La logistique et le développement durable

Université Abdelmalek Essaâdi

ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION


DE TANGER

Module : Gestion des moyens de transport

Travail à faire sous le thème :

Logistique et développement durable

Préparé par : Présenté au :

o BRIOUAL Amal Prof. JAMÏ Jihad


o KHCHAF Mouna

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Tanger.


Transport et Logistique
Niveau : Master Spécialisé
Année : 2015/2016
E.N.C.G : Adresse : B.P 1255 Tanger-Maroc, Tél : 039-31-34-87/88/89
Fax : 05 39-31-34-93 Site web : www.encgt.ma
La logistique et le développement durable

Liste des Figures

Figure 1 : la réduction du poids des emballages au fil des années ........................................... 19


Figure 2 : interrelation entre logistique verte, inverse et distribution inverse .... Erreur ! Signet
non défini.

Liste des Tableaux

Tableau 1 : Principes du développement durable....................................................................... 7

Liste des Abréviations

CL : Chaine Logistique

DD : Développement Durable

OGM : Organisme Génétiquement Modifié

PL : Plateforme Logistique

PME : Petite et Moyenne Entreprise

SC : Supply Chain
La logistique et le développement durable

Sommaire

Introduction .............................................................................................................................. 4
Partie I : Le développement durable ...................................................................................... 6
1.1 Genèse du développement durable ......................................................................................... 6

1.2 Principe du développement durable........................................................................................ 7

1.3 Les enjeux du développement durable ................................................................................... 7

Partie II : La logistique durable............................................................................................ 12


2.1 Précision conceptuelle ............................................................................................................. 12

2.2 La chaine logistique durable .................................................................................................. 14

Conclusion ............................................................................................................................... 22
Bibliographie........................................................................................................................... 23
Table de Matières ................................................................................................................... 24
La logistique et le développement durable 4

Introduction
Dans le cadre du Master spécialisé en Logistique et Transport assuré au sein l’Ecole
Nationale de Commerce et de Gestion de Tanger, s’inscrit l’élément « Gestion des moyens de
transport », dispensé par M. JAMEI Jihad, visant une formation complète qualifiante en matière
de transport initiant l’insertion des étudiants dans les métiers internationaux. Dans cette
perspective, la réalisation de ce travail portant sur le programme de « La logistique et le
développement durable» s’avère porteuse de valeur ajoutée en matière de connaissances des
nouvelles tendances du métier.

Dans un environnement pérenne, l'organisation assure sa survie par sa capacité à


s’adapter aux nouvelles tendances. Certes, pour être compétitive, toute organisation développe
des avantages concurrentiels par rapport à ses rivaux sur le marché. Désormais, ces avantages
concurrentiels vont au-delà de l’ordinaire éphémère. Les organisations tendent à s’investir de
plus en plus dans un environnement durable pour un développement durable à tous les niveaux.
Ce dernier est, en effet, une démarche stratégique d’une meilleure exploitation des ressources
sous différents volets à savoir : le social/sociétal, l’écologie et l’économie.

Cette prise de conscience laisse à penser que la logistique durable sera très bientôt en
bonne place dans les préoccupations des directions Supply Chain. Notant que la logistique
prend constamment de l’ampleur, elle ne se suffit pas seulement de la maitrise de la circulation
physique des marchandises. Elle adopte aujourd’hui de continuelles mutations à tendance
durables et ceci depuis le premier fournisseur jusqu’au client ultime. Sa stratégie prend l’élan
de responsabilités d’environnement social, écologique et économique. De ce fait, elle recherche
des issues d’optimisation de processus par la mise en place des politiques de gestion équilibrée
et responsable.

Les contraintes réglementaires endurcies, les coûts logistiques revus à la hausse, l’accès
au marché restreint en cas de non obtention de label vert ou de certification relèvent le défi que
la logistique durable à de beaux jours devant elle. L’objectif est de non seulement les réduire
les coûts à travers une logistique durable, mais désormais de produire de l’énergie efficace, de
réduire la pollution et de se soucier d’autres volets sociaux et environnementaux. C’est
dans ce contexte que nous menons notre recherche autour de la logistique durable. Nous avons
La logistique et le développement durable 5

essayé lors de nos lectures de repérer les nouvelles pratiques des entités voulant se faire
différencier en intégrant des politiques responsables dans leurs processus.

A ce niveau les problématiques suivante se posent : dans quelles mesures la logistique


durable peut contribuer à l’attribution d’avantage concurrentiel à l’entreprise qui
l’adopte ? Et quelles sont les raisons pousser ces derniers à adopter les démarches de
développement durable ?

L’ensemble de ce travail a pour ambition de répondre à ces questions. Pour ce faire, nous
aborderons, à l’issue d’une brève perspective historique éclairante, les enjeux du
développement durable lié à la logistique. Passé l’explicitation de la première partie, une
deuxième explicitera de mieux la logistique durable de ses aspects multiples.
La logistique et le développement durable 6

Partie I : Le développement durable

1.1 Genèse du développement durable

L'idée d'un développement durable prend ses origines au cours des Trente Glorieuses,
période qui a suivi la seconde guerre mondiale durant laquelle la majorité des pays développés
connurent une forte croissance continue.

Dès les années 1960, quelques spécialistes se penchèrent sur la question de cette
perpétuelle croissance et de ses limites, et surtout sur l'impact de ce développement continu sur
l'environnement et de nombreux aspects sociétaux. Les premières limites de cette croissance
apparurent brusquement suite au choc pétrolier survenu en 1973, choc marquant la fin des
Trente Glorieuses, qui sera suivi d'un nouveau choc pétrolier en 1979.

Depuis quelques années, les craintes des conséquences du changement climatique, la


raréfaction des ressources naturelles, les écarts entre les pays développés et ceux en voie de
développement tout comme la disparition de la biodiversité sont autant de problématiques
actuelles auxquelles il s’avère urgent de répondre.

Face à ce constat alarmant, le développement durable apparait comme une réponse de


tous les acteurs pour maintenir un développement équitable des sociétés tout en préservant
l’environnement.

Le Rapport Brundtland, élaboré par la Commission des Nations Unies pour


l’environnement et le développement, a défini en 1987 le développement durable (DD) comme
« un développement qui satisfait nos besoins sans compromettre, pour les générations futures,
la satisfaction de leurs propres besoins ». Depuis cette date, la notion de DD a progressivement
été adoptée dans le monde entier.
La logistique et le développement durable 7

1.2 Principe du développement durable

Figure 1 : Schéma du développement durable

Le développement durable est atteint lorsque le développement industriel souscrit aux


trois principes de l’efficience économique, de l’équité sociale et de la responsabilité
environnementale. Ces trois enjeux peuvent être désignés par les termes: profits, personnes et
planète.

Au niveau de l’entreprise, le développement durable est souvent défini comme l’atteinte


d’un triple bilan équilibré – une façon de gérer à la fois les risques, les obligations et les
opportunités dans les domaines financier, social et environnemental.

1.3 Les enjeux du développement durable

Pour être durable, le développement industriel doit répondre à d'importants enjeux à


l'échelle macroéconomique tels que :

Tableau 1 : Principes du développement durable

Principes Enjeux

Efficience Economique Innovation

Prospérité

Productivité
La logistique et le développement durable 8

Equité Sociale Pauvreté

Communauté

Santé et bien être

Droit de la personne

Partage équitable des ressources et des risques

Responsabilité Changement climatique


environnementale Aménagement du territoire

Quantité et qualité de l’eau

Biodiversité

Utilisation responsable des ressources renouvelables et


non renouvelables.

1.3.1 Préserver l'environnement


Les ressources naturelles ne sont pas infinies. La faune, la flore, l’eau, l’air et les sols,
indispensables à notre survie, sont en voie de dégradation. Ce constat de rareté et de finitude
des ressources naturelles se traduit par la nécessité de protéger ces grands équilibres
écologiques pour préserver nos sociétés et la vie sur terre. Parmi les principaux enjeux
environnementaux, les thématiques suivantes ont été identifiées :

Economiser et préserver les ressources naturelles :

 Utiliser de façon optimale et efficace les ressources naturelles ;


 Veiller à limiter le gaspillage (énergie, eau, matériaux, alimentation…) ;
 Privilégier l’utilisation de ressources renouvelables (animales, végétales,
minières, énergétiques, etc.) et de matériaux recyclables.
La logistique et le développement durable 9

Protéger la biodiversité, c'est-à-dire maintenir la variété des espèces animales et


végétales pour préserver les écosystèmes:

 Epargner des espèces menacées ou en voie de disparition ;


 Intégrer les variétés anciennes ou rares ;
 Eviter les produits OGM, favoriser les produits issus de l'agriculture biologique,
biodynamique et raisonnée.

Eviter les émissions de CO2 pour lutter contre le changement climatique:

 Optimiser les transports (personnes, prestations, biens matériels) ;


 Choisir des prestations locales (services et biens) ;
 Favoriser l'utilisation de produits et d'espèces végétales de saison.

Gérer et valoriser les déchets:

 Limiter la consommation aux quantités nécessaires ;


 Favoriser le tri, le recyclage et la valorisation des déchets ;
 Intégrer ces problématiques dans sa politique d'achat responsable : analyse du
cycle de vie des produits, sélection de produits issus du recyclage et autres.

1.3.2 Favoriser la cohésion sociale

C’est la capacité de notre société à assurer le bien-être de tous ses citoyens. Ce bien-être
se traduit par la possibilité pour tout un chacun, d’accéder, quel que soit son niveau de vie, aux
besoins essentiels : alimentation, logement, santé, accès égal au travail, sécurité, éducation,
droits de l’homme, culture et patrimoine, etc. Parmi les principaux enjeux sociaux, les
thématiques suivantes ont été identifiées :

Lutter contre l’exclusion et les discriminations, c'est-à-dire respecter et protéger les


personnes les plus faibles (en situation de handicap, âgées, minoritaires...), donner l’accès aux
droits sociaux pour tous :

 Instaurer une politique sociale avancée : garantir de bonnes conditions de travail,


favoriser la formation, intéresser les salariés et autres ;
La logistique et le développement durable 10

 Mettre en place une politique d'aide à la réinsertion (professionnelle et/ou


personnelle) ;
 Développer des projets ciblés pour limiter les disparités : égalité Homme –
Femme, nivellement des salaires, accessibilité pour tous et autres.

Favoriser la solidarité:

 Contribuer à la réduction des inégalités sociales par la collaboration avec des


associations et/ou des projets locaux ou internationaux ;

 Sélectionner des produits issus du commerce équitable (nord-sud et nord-nord),


c'est-à-dire garantir un revenu minimal qui couvre les frais réels et le salaire de
l'exploitant ;

 Développer des relations avec des acteurs spécifiques (collectivités,


associations, fournisseurs…), locaux ou internationaux, afin d'améliorer
certaines particularités communes.

Contribuer au bien-être :

 Développer le dialogue social, les remontées d'informations entre nos


partenaires, nos fournisseurs, nos clients et nos salariés ;
 Tenir compte des spécificités de chacun, en tant qu'employé et/ou client :
accessibilité aux personnes à mobilité réduite, aménagement d'horaires pour les
jeunes mères/pères, établissement d'une politique de mobilité et autres ;
 Proposer des actions ayant un impact positif sur les personnes concernées :
détente, cohésion, contact avec la nature, échanges facilités et autres.

Valoriser les territoires :

 Favoriser les produits et savoir-faire locaux ;


 Préserver, partager et diffuser le patrimoine local : culturel et naturel, incluant
les traditions, langues, mœurs et arts sous toutes leurs formes ;
La logistique et le développement durable 11

1.3.3 Promouvoir une économie responsable

Il s'agit de concilier la viabilité d'un projet, d'une organisation (performance


économique) avec des principes éthiques, tels que la protection de l’environnement et la
préservation du lien social. Selon ce système, le prix des biens et services doit refléter le coût
environnemental et social de l'ensemble de leur cycle de vie, c'est-à-dire de l'extraction des
ressources à la valorisation, en tenant compte de la fabrication, de la distribution et de
l'utilisation.

Les enjeux d'une économie responsable sont nombreux, souvent liés à l'un des deux
autres piliers du développement durable, l'environnement et le social, voir aux deux. Voici
quelques pistes identifiées :

 Développer des pratiques commerciales innovantes et éthiques pour mieux


répartir les bénéfices et les richesses. Ex : le commerce équitable, le microcrédit,
le micro-don ;
 Répartir les richesses et les bénéfices de façon plus juste ;
 Intégrer le coût social et environnemental dans le prix des produits ;
 Chercher à développer le tissu économique local.

Le développement durable concerne tout type d’entreprise, et cette approche ci que


nous retrouvons celui appliquée aux ports sous une logique de Marketing portuaire.
La logistique et le développement durable 12

Partie II : La logistique durable

2.1 Précision conceptuelle

2.1.1 Définition

La logistique durable peut se définir comme étant une démarche visant à réduire
l’empreinte humaine négative dans un produit, et ce, tout au long de son cycle de vie. Le niveau
d’intérêt pour cette démarche devient de plus en plus important et les entreprises sont de plus
en plus préoccupées par les questions environnementales, économiques et sociales/sociétales.
Cette préoccupation est motivée par les principaux facteurs suivants :

- La conformité aux réglementations gouvernementales qui deviennent de plus


en plus strictes à l’égard de l’environnement;

- La hausse des coûts logistiques;

- L’accès au marché qui devient restreint dans le cas où l’entreprise ne prend pas
le virage responsable ;

- L’amélioration de l’image de l’entreprise et l’obtention d’un avantage


concurrentiel.

2.1.2 Objectifs
Transporter davantage de marchandises au moyen d’un nombre moins élevé d’unités de
transport :
En Aval : l’optimisation du remplissage des camions passe essentiellement par le
remplissage maximal des camions ou une meilleure organisation des tournées de livraison pour
regrouper en un seul trajet les livraisons à plusieurs clients.

L’optimisation de la logistique en aval a atteint certaines limites en raison des exigences


du flux tendu et de la customisation des produits qui engendrent plus de flux et une réduction
de la taille des lots.

-Exemple : Chercher optimisations entre plusieurs chargeurs permettant d’équilibrer les


flux et d’éviter les retours à vide ou en favorisant les liens entre prestataires,
La logistique et le développement durable 13

La mutualisation1 est souvent difficile en raison de la concurrence entre acteurs ou de


l’incapacité technique ou réglementaire de regrouper certaines marchandises.

Promouvoir l’intermodalité et les modes de transport alternatifs à la route :


La route est le mode idéal de transport d’après les chargeurs en raison de la souplesse,
réactivité et flexibilité qu’elle procure, les autres modes de transport doivent être développés.

Du cout le but est de Rendre les autres modes de transport plus attractifs par un effort sur
l’offre de transport, l’augmentation de la productivité, de la qualité de service, et le
développement d’offres plus intégrées ou globales est nécessaire.

Exemple : la Commission Européenne a lancé un plan visant à effectuer un rééquilibrage


modal en 2010, grâce à une politique active de revitalisation du rail, de la promotion des
transports maritimes et fluvial et du développement de l’intermodalité.

Réduire la pollution intrinsèque des zones logistiques et des modes de transport :

Afin de diminuer les impacts négatifs des zones logistiques, de nouveaux entrepôts se
développent ainsi que de nouvelles réglementations des normes d’émission pour les véhicules
roulants.

Les normes d’émission Euro fixent les limites maximales de rejets polluants pour les
véhicules roulants

L’objectif est de réduire la pollution atmosphérique due au transport routier.

Ce qui induit trois pistes d’actions principales :

 Réduire les émissions de CO2 dans tous les usages du transport et dans tous les
types de trajets ;
 Développer les moyens de transport les moins émetteurs et faciliter l’inter
modalité (Fret ferroviaire du futur, soutien aux ports maritimes et fluviaux,
sensibilisation des entreprises utilisatrices de logistique,…) ;
 Logistique en ville : trouver et appliquer des solutions moins polluantes.

1 *l’avenir de la mutualisation passe peut-être par le pilotage des chaînes par les chargeurs ou
par un « 4th-Party Logistics Provider » (4PL) qui a pour objectif de coordonner les différents acteurs
intervenant le long de la chaîne logistique
La logistique et le développement durable 14

Alors qu’auparavant les décisions stratégiques étaient prises avec un souci de réduction
de coûts et d’amélioration du niveau de service, elles prennent désormais compte également de
la réduction des déchets et de l’élargissement du cycle de vie en toute efficience. Un bon nombre
d’entreprises se sont déjà lancées dans ce qu’on appelle la « chaîne logistique durable ».

La considération des dimensions de durabilité dans la gestion de la chaîne


d’approvisionnement ouvre donc la porte à de nombreux projets d’amélioration visant à réduire
l’impact d’une entreprise, l’aidant ainsi à se distinguer et à acquérir la satisfaction de ses clients
les plus exigeants. Le rôle d’une entreprise serait donc d’examiner les moyens pour réduire son
empreinte et de trouver le juste équilibre entre les aspects économiques, sociaux et
environnementaux.

2.2 La chaine logistique durable

« Avoir une réflexion environnementale du berceau à la tombe »

La chaine logistique durable débute depuis le premier fournisseur jusqu’au client ultime.
Il s’avère nécessaire à ce niveau de tirer la réflexion stratégique appliquée (ou qui doit l’être)
par les entreprises voulant s’inscrire dans une économie durable. Pour ce faire, nous
présenterons dans cette partie de tous le processus de la SC, depuis la conception du produit
jusqu’au démantèlement et au recyclage en fin de vie.

2.2.1 L’aménagement et la construction durable

L’installation, l’aménagement et les matériaux utilisés dans la construction des entités


économiques (commerciales ou industrielle) sont les premières préoccupations des projets
répondant aux besoins de structuration d’une activité durable. Il s’agit de définir une maitrise
d’ouvrage spécifique aux besoins formulés. Dans cette optique, de nombreuses actions sont à
mettre en œuvre à commencer des formations et de la sensibilisation, des appels à projets de
bâtiments durable, à la labellisation de bâtiments durables.

Notant de passage que les constructions logistiques (plateforme logistiques, entrepôts,


dépôts, usines..) consomme de l’espace. De plus leurs aménagements ne sont pas toujours
conçus avec un souci d’esthétisme. Ce qui impact négativement l’aspect visuel, ce qui peut
détériorer la qualité de vie de la population.
La logistique et le développement durable 15

Comme remède, la construction durable prend entre autre la réalisation des bâtiments à
haute qualité environnementale, prenant en compte la qualité de vie des occupants futurs et
existants en plus de la faisabilité économique. De plus, elle valorise les potentialités territoriales
afin de à travers :

- Des infrastructures logistiques peuvent conçues en utilisant des matériaux bio-sourcés


comme le bois, limitant leur consommation énergétique (maîtrise des besoins en chaleur et
climatisation), favorisant les énergies renouvelable (éolienne, solaire, géothermie, biomasse) et
en utilisant de l’eau de pluie ;

- Une sécurité des bâtiments et risques de la vie courante (protection contre l’incendie,
sécurité des ascenseurs, accidents liés aux quais de déchargement...) en plus de la sécurité des
installations électriques, au gaz ;

De leur part, les entrepôts et PL recherchent aujourd’hui une intégration plus poussée à
son environnement, on trouve d’ailleurs fréquemment de larges espaces d’herbes et d’arbres
autours des bâtiments qui limitent ainsi volontaire leur pollution sonore et visuelle par rapport
à la ville. Les entrepôts du futur seront sans doute moins nombreux, plus grands mais surtout
mieux intégrés à la nature (soit enterrés, soit recouverts de murs végétaux).

Tout l’enjeu est de préserver un confort d’usage à travers des économies (Ex : eau), une
qualité de l’ai intérieur, et une application correcte des normes.

2.2.2 La conception

La conception durable implique un grand nombre d’acteurs tout au long de la chaîne de


valeur du produit et même au-delà, depuis les innovateurs, les designers, les dirigeants
jusqu’aux consommateurs, utilisateurs, récupérateurs et recycleurs. Elle consiste à intégrer les
aspects de durabilité dans les phases de conception ou d'amélioration d'un produit. C'est une
démarche qui étudie le produit tout au long de son cycle de vie. Elle prend en compte les
consommations de matière et d’énergie que le produit nécessite, les rejets dans les milieux
naturels qu’il génère, les effets sur le climat et la biodiversité. Tout en conservant sa qualité
d'usage.

En plus de la réduction des impacts négatifs des produits, la réflexion durable procure
des bénéfices pour les entreprises. Elle leur permet de :
La logistique et le développement durable 16

Se différencier de la concurrence en portant un regard nouveau sur les produits


ou services et permettant d'explorer des voies d'amélioration originales ;

Devancer les attentes des marchés : offre optimisée, produits labélisés dont la
maintenance est facilitée, services moins consommateurs d'énergie ;

S'appuyer sur un nouveau levier de motivation interne : source de créativité,


permettant de dynamiser la réflexion autour des produits.

Il s'agit d'encourager l'utilisation de matière renouvelables ou recyclables, faciliter le


démontage en fin de vie afin de permettre le recyclage de ses différentes composantes, réfléchir
à des formes et volumes optimisant le stockage et le transport.

Exemple : ’une compagnie de marque de lessives, qui a envisagé de rendre sa lessive


plus concentrée en utilisant trois fois moins d’eau. Cette décision a permis de réduire
l’emballage, mais également le nombre de camions de transport.

2.2.3 Acquisition et achat


Les actions à entreprendre au niveau de l’acquisition seraient de privilégier les achats de
produits et matières moins polluants, labélisés, avec une meilleure conception. Ceci en se
référant à de matières premières bio, ou des fournisseurs s’inscrivant dans la démarche de
durabilité dans l’amélioration de leurs performances.

Il s'agit de sélectionner des sous-traitants et fournisseurs donnant les meilleures garanties


sur le plan environnemental et de concevoir les processus de production afin de minimiser les
impacts environnementaux.

La fonction « achats » est une fonction essentielle et ce pour deux raisons indispensables :

 Cette fonction touche de nombreux acteurs et peut créer une dynamique d’entraînement
de l’ensemble des opérateurs de la chaîne d’approvisionnement aux approches de
durabilité;

 Les acheteurs, du fait de leur position en amont au sein de la chaîne, sont en mesure
d’identifier dès le départ les éventuels critères de durabilité.

Exemple : le sourcing dans les pays à bas coûts où les risques de non-conformité des produits,
infrastructures ou transports peuvent être importants.
La logistique et le développement durable 17

2.2.4 La production durable

Une production durable ou optimisée s’attaque au gaspillage des ressources, dans le but
d’accroître la productivité et de réduire les coûts. Il s’agit d’un volet de l’amélioration continue,
par la reconnaissance du fait que la réduction de l’impact humain s’inscrit dans un processus
circulaire qui commence, prend fin et recommence, et qui se questionne sur les moyens de
fabriquer des produits de meilleure qualité, avec moins de ressources, et en créant moins de
déchets, voire aucun déchet. Ce faisant plus la durée de vie utile du produit est longue plus sa
valeur s’accroît.

En effet, les entreprises œuvrant dans une production durable visent à :

- Réduire la surproduction étant la source majeure de gaspillage qui est parfois non
indispensable ;

- Minimiser le taux de produits défectueux, dont la fabrication est une source de


gaspillage de matières premières, d’énergie et d’eau.

- Eviter la surtransformation : cherchez à éviter la surtransformation des produits,


qui exige plus de matières premières, d’énergie et d’eau et qui génère plus de
déchets et d’émissions par produit que nécessaire.

- Vérifiez l’existence de matériaux écologiques pouvant remplacer les matériaux


habituels. Cela pourrait donner lieu à la remise à neuf d’un produit à partir de
pièces usagées de qualité supérieure, à l’obtention de matériaux au contenu en
matières recyclées plus élevé ou à la substitution d’un matériau plus écologique
et non toxique. Cela pourrait également amener à s’approvisionner auprès
d’organisations sources de valeur sociale ajoutée en raison de leurs contributions
à la communauté ou à embaucher des personnes aux prises avec des obstacles à
l’emploi.

Les facteurs sociaux inhérents à la production sont de plus en plus scrutés à la loupe. La
santé et la sécurité en milieu de travail, la protection des droits de la personne élémentaires des
employés, notamment l’absence de discrimination, les avantages partagés de la croissance
économique, le développement communautaire et l’engagement des parties intéressées ne sont
que quelques-uns des enjeux sociaux de premier ordre à l’égard desquels les entreprises
La logistique et le développement durable 18

prennent de plus en plus leurs responsabilités. Tout processus de développement d’un produit
est rattaché à un certain nombre de facteurs sociaux qu’il est impératif de prendre en
considération, ne serait-ce que pour saisir l’occasion de se servir du processus de production
pour générer un impact social positif. Différentes stratégies peuvent être utilisées pour fabriquer
un produit durable sur tous les angles – social, environnemental et économique –, par exemple
s’adjoindre la participation de fournisseurs locaux, incorporer une caractéristique culturelle
locale, ou se préoccuper des aspects liés à la santé ou à d’autres valeurs sociales. 2

2.2.5 Le stockage et l’emballage durables

L’approche de durabilité est à l’affût de l’emballage excédentaire des produits en stock,


du risque d’endommager les produits entreposés, du remplacement de produits en cours de
processus et de l’énergie gaspillée pour le chauffage ou le refroidissement de votre entrepôt.
Néanmoins, il n’y a pas de mal à favoriser la densité et les formes de contenants afin
d’augmenter le taux de remplissage des différents stockages et moyens de transport. Il s'agit
donc d'avoir de contenant adapté à leur contenu.

D’autre part, l’emballage durable encourage les entreprises qui mettent des produits
emballés sur le marché à concevoir des emballages plus compatibles avec l'environnement,
c'est-à-dire moins lourds, facilement recyclables, ayant le moins d'impact possible néfastes.
Plusieurs secteurs ont déjà fait d'énormes progrès comme les produits frais, les eaux en
bouteille, les boîtes en acier. Ceci en effet consiste dans la réduction d’emballage utilisé, de
leur réutilisation par les utilisateurs, de la réduction de leur taille et de la favorisation des
emballages plus verts.

2Responsabilité sociale des entreprises, Feuille de route pour la durabilité des PME, Développement du produit,
extrait du site : http://www.ic.gc.ca/eic/site/csr-rse.nsf/fra/rs00178.html
La logistique et le développement durable 19

Figure 1 : la réduction du poids des emballages au fil des années

De sa part, le stockage durable vise réduire les déplacements au niveau de l’entrepôt par
l’optimisation de la disposition des produits à être entreposés lors de la préparation des
commandes et l’utilisation de technologies propres comme les chariots élévateurs électriques.

L’énergie produite par l’entrepôt peut même l’amener à être suffisamment autonome pour
alimenter et recharger des véhicules électriques comme les tracteurs électriques. Dès lors, les
chariots de manutentions deviennent quasiment parfaitement propres puisqu’ils ne rejettent de
CO2 ni lors de leur utilisation, ni lors de leur recharge ! C’est alors l’un des systèmes de
manutention les plus aboutis et rentables en matière d’approvisionnement durable.

2.2.6 Le transport durable

Par son importance, le transport est devenu une composante incontournable de quasiment
toute activité moderne : en un siècle et demi, les échanges de marchandises n’ont pas cessé de
se multiplier à la surface du globe. Il n'est quasiment pas une activité industrielle ou agricole
La logistique et le développement durable 20

qui soit purement locale, sans utilisation d'un moyen de transport entre le lieu de production et
le lieu de consommation. Au niveau mondial, la consommation d'énergie finale des transports
est fortement dépendante des carburants pétroliers. L'évolution est différente selon les régions
du monde, mais globalement la consommation est en augmentation et les quantités de transports
également.

Toujours dans une approche de durabilité, optimiser le transport notamment à travers la


réduction des distances parcourues, le nombre de déplacements et les retours à vide est rendu
possible. Notamment par l’analyse du réseau de transport, l’optimisation des tournées de
véhicules,le recours au transport combiné et la mutualisation des moyens entre entreprises.

Le choix pertinent d'implantation des différentes entités (extraction de ressources


naturelles, différentes étapes de fabrications, distribution) de la chaîne logistique peut réduire
les distances et coûts de transports ainsi que limiter le nombre d'entrepôts et de plates-formes
logistiques. Pour atteindre ce niveau de durabilité, une évolution des organisations s'avère
indispensable renforcant les collaborations inter-entreprises.

Ce faisant, le nombre de camions transportant des marchandises peut être donc réduit ce
qui diminuera les impacts environnementaux de la distribution en termes de nuisances sonores,
visuelles et d'émissions de polluants, notamment dans le milieu urbain. Il s'agit de :

 Minimiser des tonnes/km parcourues et les émissions liées ;


 Optimiser le taux de remplissage des camions ;
 Utiliser des camions performants et l'éco-conduite ;
 Recourir au transport multimodal (vers le fret ferroviaire, maritime ou fluvial) doit
également être envisagé ;
 Réorganiser la production pour avoir des quantités optimisées pour le transport et
réduire les départs de camions ayant un taux de remplissage faible.

2.2.7 Logistique inverse (ou logistique à rebours)

La rétro-logistique est :

« Le processus de planification, de mise en place et de contrôle de la performance de


l’utilisation des matières premières, des en-cours : stock, production, produits finis, et de la gestion de
la chaîne d’information depuis le client vers le fournisseur afin de récupérer, créer ou disposer de la
La logistique et le développement durable 21

valeur quant aux produits vendus et les emballages associés, en minimisant l’impact sur
l’environnement et l’utilisation des ressources mises en œuvre 3 »

De façon plus pointue : la logistique inverse consiste à récupérer des biens du circuit commercial
ou du consommateur même, de les orienter vers une nouvelle étape de leur existence et de les traiter
dans le but d’en retirer le maximum de valeur en cherchant à les réintégrer sur le marché ou de les
disposer proprement.

Objectif : Assurer le retour des produits/matières de l’utilisateur au producteur, Elle comprend


de nombreuses activités telles que la collecte, le tri, la transformation, le reconditionnement,
l’enfouissement, l’incinération...

Ainsi, selon ce qui précède la logistique inverse présente quatre caractéristiques :

 Elle intègre autant un produit qu’un déchet possédant une valeur de récupération ou
de réutilisation.
 Le point de retour de ces produits ou de ces déchets dans un réseau de logistique
inverse peut être le producteur initial, un intervenant différent de la même industrie
ou un intervenant d’autres secteurs d’activités ;
 Elle implique davantage que la seule décision du choix du réseau de distribution;
 Elle comprend également un ensemble d’activités de gestion :
Il s’agit donc d’une logistique qui remonte de l’aval vers l’amont jusqu’aux sources de
matières premières. Elle est donc plus étendue vers l’amont que la distribution inverse.

La logistique inverse englobe la distribution inverse et la majorité de la logistique


verte, comme l’illustre le schéma suivant. La partie de la logistique verte qui n’est pas incluse dans la
logistique inverse traite de la conception du produit.

3
Adaptée de a définition de rogers an tinben lembke- 1998
La logistique et le développement durable 22

Conclusion
Le développement durable est devenu une nécessité et un enjeu majeur pour tous les
acteurs du développement économique, au premier rang desquels les entreprises. Il repose
comme avancé sur trois piliers qui constituent chacun des axes de développement privilégiés
des entreprises,: l'efficacité économique, le respect de l'environnement et la prise en compte
d'enjeux sociaux et sociétaux.

Désormais, les entreprises doivent réussir leur transition durable, afin de contribuer à
changer la perception d’une société à forte contrainte humaine et tendre vers une société à forte
productivité durable. Ce faisant, les acteurs de la chaîne logistique, sont largement conscients
de l’importance du développement durable dans la pérennité de leurs entités et de la nécessité
d’agir pour garder leurs avantages concurrentiels. La logistique durable, s’inscrit dans ce cadre
de SC durable, elle agit depuis le premier fournisseur jusqu’au consommateur. Ceci est
également en passant de l’installation jusqu’au recyclage.

Cette démarche est d'autant plus souhaitable qu'elle représente une opportunité de créer
des emplois, d'économiser les ressources naturelles et de drainer des devises en donnant
naissance à de nouvelles matières premières. Au Maroc, cependant elle reste freinée par
plusieurs facteurs tels que l'organisation et la législation qui n’est applicable, l’insuffisante
sensibilisation et connaissance du sujet par les responsables politiques locaux, absence des
investissements, manque d'incitations financières, retard dans certains domaines/régions de
l’industrie des déchets (technologies, capacités, formation…).

C’est dans cette perspective que les entreprises marocaines doivent opter désormais pour
des stratégies respectueuses du patrimoine du royaume en intégrant des concepts durables tout
au long de la chaine. Notamment par les projets de conception, de récupération et de recyclage.
Elles sont tous appelées à sensibiliser aux questions environnementales leurs partenaires
externes, leurs fournisseurs en amont et leurs clients en aval, pour une meilleure conformité aux
exigences du marché et un développement durable des capacités de l’organisation en vue de
l’amélioration de la performance et réduction de l’impact humain.
La logistique et le développement durable 23

Bibliographie
« Observatoire de la Supply Chain : Supply Chain verte : La Supply Chain verte : de la
prise de conscience à l'action Auteurs :Yvon Donval , Xavier HOUOT/ date de publication ;
2010-2011/ P : 3, 9, 10,13

- « La Logistique Durable » auteur : Joëlle Morana / Date de publication : 2009-2010 P : 54 ,55

« Les chaines logistique multimodales dans l’économie Verte » ,publié par le Ministère de
l’écologie du développement durable et de l’énergie / Date de parution : mars 2013
Couverture : Hélène Allias-Denis, Brigitte Baroin, Clément Buée , Édition : Nicole Merle-
Lamoot, Gilles Pannetier/

Articles :

« Logistique, Supply Chain Management et stratégie orientée développement durable :


une revue de la littérature », Christine BELIN-MUNIER, Revue Logistique et management,
Vol. 18 – N°1, 2010.

Articles :

« Logistique, Supply Chain Management et stratégie orientée développement durable :


une revue de la littérature », Christine BELIN-MUNIER, Revue Logistique et management,
Vol. 18 – N°1, 2010.

« Document - Sur la piste de la création durable de la valeur à travers la chaîne logistique


», Marie-Hélène JOBIN et Dr. Terri FRIEL, Revue Logistique et Management, Vol. 9 – N°2,
2001.

« Attractivité territoriale, infrastructures Logistiques et développement durable », Sophie


MASSON et Romain PETIOT, les Cahiers Scientifiques du Transport

N° 61/2012 - Pages 63-90.

« Les quatre leviers de la logistique durable », Thierry JOUENNE, Revue Française de


Gestion Industrielle, Vol. 29, n°1, 2010.

« Article - Prise en considération des problématiques des chaînes logistiques durables


dans les référentiels d'évaluation de performance », Emilie CHARDINE-BAUMANN et
Valérie BOTTA-GENOULAZ, Revue Logistique & Management, Vol. 17 – N°1, 2009.
La logistique et le développement durable 24

Table de Matières
Liste des Figures ....................................................................................................................... 2

Liste des Tableaux .................................................................................................................... 2

Introduction .............................................................................................................................. 4

Partie I : Le développement durable ...................................................................................... 6

1.1 Genèse du développement durable ......................................................................................... 6

1.2 Principe du Développement durable....................................................................................... 7

1.3 Les enjeux du développement durable ................................................................................... 7

1.3.1 Préserver l'environnement .................................................................................... 8

1.3.2 Favoriser la cohésion sociale................................................................................ 9

1.3.3 Promouvoir une économie responsable .............................................................. 11

Partie II : La logistique durable............................................................................................ 12

1.1 Précision conceptuelle ............................................................................................................. 12

1.1.1 Définition ........................................................................................................... 12

1.1.2 Objectifs : ......................................................................................Erreur ! Signet non défini.

2.2 La chaine logistique durable .................................................................................................... 14

2.1 Notion de la Supply Chain verte ....................................... Erreur ! Signet non défini.

2.2.1 Bâtiment et construction durable ............................................................................ 14

2.2.2 La conception : ................................................................................................... 15

2.2.3 Acquisition et achat : .......................................................................................... 16

2.2.4 La production : ................................................................................................... 17

2.2.5 Le stockage et l’Emballage : .............................................................................. 18

2.2.6 La Pertinence du choix d’implantation : ............................................................ 19

2.2.7 Transport : .......................................................................................................... 19

Conclusion ............................................................................................................................... 22
La logistique et le développement durable 25

Bibliographie........................................................................................................................... 23

Table de Matières ................................................................................................................... 24